Issuu on Google+


Jacker : .v.tr. Argot Américain Projeter avec force un liquide sécrété par l’organisme.

Edito

Sommaire

Il y a parfois dans la vie des illuminations. Comme si un grand barbu (non, pas Chris Haslam) vous avait balancé un faisceau lumineux du haut de ses nuages pour vous dire  : “C’est le moment de se sortir les doigts du cul mon fils”. On a les dents qui touchent par terre et on met vaillamment la machine en route. Avec un peu de recul, on voit ça comme une mise en commun de quelques potes passionnés de street culture, nostalgiques des temps perdus, convaincus d’un renouveau culturel allant au delà de ce que la société de consommation veut nous imposer. Au nom du sample, du skate et du graffiti, on vous a chié un numéro 1 costaud et emblématique. Puis on est plutôt du genre à estimer que les lois sont faites pour être brisées, ce pourquoi on emmerde les conservateurs qui voudraient nous imposer des règles de travail. On fait les choses à notre sauce, et ça plaira à ceux qui le veulent. Enfin, malgrès de lourdes pertes collatérales comme Dj Mehdi, on se persuade que 2011 n’ a pas été qu’une année de deuil, mais surtout la naissance d’une grande aventure humaine. Pour ce qui est des aztèques qui descendront du ciel chevauchant des météorites enflammées pour mettre notre planète à feux et à sang fin 2012, y peuvent bien aller se faire cuire un œuf parce que on aura pas fait tout ça pour rien. Roman Sometimes in life there are illuminations. As if a tall, bearded man (no, not Chris Haslam) would have been swinging with a light beam from the top of his clouds had told you : “It’s time to get your fingers out of your ass my son”. Our teeth touch the floor and we put the machine on. With hindsight, we see this as a pooling of some street art passionated friends, nostalgic of the lost times, convinced of a cultural revival which goes beyond what the consumer society wants to impose. In the name of the great sample, the skate and the graffiti, we created for you a massive and emblematic number one. Moreover, we are the sort of guys believing that rules are made to be broken, why we fuck off all the conservatives who wants to impose us any working rules. We do things in our sauce, and it will appeal to those who want. Finally, despite the heavy collateral casualties as Dj Mehdi , we are persuaded that 2011 wasn’t only a year of mourning, but also the birth of a great human adventure. About the Aztecs who should come down from heaven riding flaming meteorites to put our planet on blood and fire end 2012, they can go well cook themself an egg because we’ll haven’t done all that for nothing. Roman Jacker Magazine 64, allé Baldasseronie 84300 Cavaillon contact@jackermag.com www.jackermag.com Fondateur - Manager Roman Soler

Fondateur - Graphiste Aurélien Courbon Rédaction/Chefs de rubriques Geoffrey Courbon Dimitri Gilles Charly Ferrandes Lüz Mathieu

2

P6

La Friche

P10

P8

La Caverne

P16

Boris Proust

Supakitch & Koralie

P22

P28

1995

P36

Sébastien Voerman

Paul Ritch

P42

Pablito Zago

P48

Le Funky Munkey

Responsable Communication Brice Rancou Publicité advertising@jackermag.com Traduction Roman Soler

Un grand merci à Stéphane de la Gare, Bruno Gayet, Cécile Ferrandes, Fonky Flav’, Zig, Idols, Keep Fire, Backyard, la FB, le PDR Crew, Tata Coco, Alex et Karine, Annette et Patrick, Jean Courbon.


Jacker Mag

Shut X Vans La marque de skate Shut a fait une collab’ sympa avec Vans, donnant entre autres naissance à cette planche plutôt sympa. Un cruiser oldschool au graphisme efficace et élaboré, dédié au fondateur de Shut, Rodney Smith. Quantité évidemment limitée, donc bougez-vous le fion si vous en voulez une! Shut skate brand made a nice collab with Vans, including the birth of this quite nice board. A oldschool cruiser with developed and effective graphics, dedicated to the founder of Shut, Rodney Smith. Obviously limited quantity, so you should move your ass if you want one!

Banksy “Myth & Legends” Après avoir maté “Faites le mur”, on pensait tout savoir de Banksy. Mais le maître incontesté du street art a plus d’ une histoire à nous raconter, comme Marc Leverton nous le montre dans “Myth and Legends”. 9 euro de culture street art, ça fait toujours plaiz’. After having seen “Exit through the gift shop” we thought to know everything about Banksy. But the undisputed master of street art has more stories to tell us, as Marc Leverton shows us in “Myth and Legends.” 9 euro for street art culture is always good.

The DC embassy Trois ans ont été nécessaires pour ce projet. C’est à Barcelone que les firmes DC shoes, CSP ainsi que les meilleurs skateurs européens ont collaboré afin de créer un skatepark de haut niveau. Bien sûr, qui dit skatepark dit lieu de vie. 1200m² pratiquables... Aïe.

Oslo Records presse “No way to Norway” Ayant vu le jour en 2007 grâce à Federico Molinari et Nekes, le label norvégien “Oslo” nous présente aujourd’hui la compilation “No way to Norway”. Un recueil de titres qui ne sont pas signés par les artistes habitués du label. Une compil qui devrait faire le bonheur des Dj House, chaque morceau s’avérant être une petite bombe.

Three years were required for this project. It’s in Barcelona that the firms DC shoes, Csp and the best european skaters collaborated so as to create a high-level skatepark. Of course, skatepark means also place of living. 1200 m² practicable... Ouch.

Started in 2007 by Federico Molinari and Nekes, the Norwegian label “Oslo” introduces today the compilation “No way to Norway.” A collection of titles unsigned by the artists cause there are the label’s used.
A compilation that should make the happiness of House Djs, each piece proving to be a hit.

Retrouvez toute l’actualité de la street culture sur :

www.jackermag.com

4


Playlist

HIP HOP

TRIP HOP

1 / Grems & Nemir - Gens du passage

1 / Prefuse 73 - Storm Returns

2 / Awol One & Daddy Kev - Rhythm

2 / Bonobo - Kiara

3 / Triptik - Panam’ rmx (TR-303)

3 / Birdy Nam Nam - Jazz It at Home

4 / Evidence - You (Dj premier instrumental)

4 / Quantic - Apricot Morning

5 / Living the Dream (feat. Justis) - Soul Square

5 / Le peuple de l’herbe - Herbman Skank

6 / Hocus Pocus - Malade 2006

6 / Onra - The Anthem

7 / Oddisee - Song For That

7 / Soul Square - Live and Uncut (feat. Pfel & Atom)

8 / Big L - Fall Back (feat. Kool G Rap)

8 / Wax Tailor - There Is Danger (G Bonson remix)

9 / Non Phixion - Rock Stars

9 / Chinese man - If You Please

10 / Wu tang - Rules

10 / Eskmo - Become Matter Soon, For youa

DUBSTEP

TECHNO/TECH HOUSE

1 / Son of kick - Revolution B

1 / Modymanc - black paint ( Larry Heard after dark mix )

2 / Bang on - Hands High

2 / Airhead - paper street ( Nick Hoppner remix )

3 / Habstrakt - Future Swag

3 / Delano Smith - Hypnotise

4 / Flux Pavillion - Bass canon (Filth Collins remix)

4 / Ion Ludwig - Harnas rythm

5 / The Others - First Flight

5 / BLM - garage is back ( Matthew Styles remix )

6 / 16 bit - Boston Cream (8cto Moombah Edit)

6 / Alland Byallo - walking

7 / Figure - The Werewolf

7 / Terje Bakke - ekaterinburg

8 / Dubsidia - Elekktroshock

8 / Tom Ellis - brainstew ( baby ford remix part 2 )

9 / Peo de pitte - Burning Up (Torqux & Twist remix)

9 / Carsten jost - days gone by

10 / Amon Tobin - Surge (16Bit Remix)

10 / Apparat - candil de la calle


City zoom : Marseille

Texte > Roman Soler - Photos > Charly Ferrandez Wanna make a trip inside Marseille? The first graff and riding spot that you will be visiting is the “Friche-Belle de Mai”, place to be for fans of skate, graffiti and contem- porary music: since 2010, the Festival Marsatac invests substantially all of the space for 4 nights at the end of Sep- tember! They even received Borgore, Xzibit and Pharaoh Monch the bastards. In addition to a skate association (2xc SKATEBOARD skate score syndicate) and a concert hall, they make available a skatepark, a workshop screen and amazing graffiti walls. The Belle de Mai is a real cultural hub, for graffiti, skate and music. Don’t forget to make a small stop in the “Last Cry”, the screen printing workshop. And don’t be surprised if you come across a comic with an Asiatic guy like ‘Tintin’ with a black cat and written conversations in an imaginary language. Psychedelic at will, a real trip to the street culture made in Marseille !

Envie d’ une session à Marseille ? Le premier spot graff ’ glisse que vous aurez à visiter sera la Friche Belle-de-Mai. Lieu incontournable des inconditionnels de skate, de graffiti et des musiques actuelles : depuis 2010, le Festival Marsatac investit la quasi totalité de l’espace durant quatre soirs, à la fin du mois de septembre ! Ils ont quand même accueillis Borgore, Xzibit et Pharaoe Monch. En plus d’offrir une asso de skate (2xc SKATEBOARD skate score syndicate) et une salle de concert à l’année, ils mettent à disposition un skatepark, un atelier de sérigraphie et des murs d’expression complètement fous. On peut qualifier la Belle-de-Mai de véritable noeud culturel, que ce soit au niveau du graffiti, du skate ou encore du son. N’oubliez pas non plus de faire une petite halte dans le “Dernier Cri”, l’atelier de sérigraphie. Et ne soyez pas étonnés si vous tombez sur une BD avec un Tintin asiatique accompagné d’un chat noir avec des conversations rédigées dans une langue imaginaire. Psychédélique à souhait, un vrai voyage dans la street culture made in Marseille !

6


7


City zoom : Marseille

Texte > Roman Soler - Photos > Roman Soler That probably tells you nothing ... But, while chilling a little, after questioning some skateboarders or graffiti locals, you will probably fall on the spot of the Cave. You will surely return for a pilgrimage so the place is atypical. This abandoned industrial site, brought happiness to important graffiti artists in the South of France and has turned into a real open-air museum. Some corners are so full of Hardcore sprays that we can’t see the ground. Not only that ... A group of ska- ters developed a project that turned into a success: building an underground indoor concrete skatepark, the only one in France. A skatepark for skaters by skaters creator. Of course we will not tell you where it is, it would be too easy ...

Celà ne vous dit probablement rien… Mais, en fouinant un petit peu, après avoir questionné quelques skateurs ou graffeurs locaux, vous tomberez sans doute, sur le spot de la Caverne. Vous y reviendrez sûrement en pèlerinage, tellement l’endroit est atypique. Site industriel abandonné, il a rendu heureux les plus gros graffeurs du Sud de la France au point que l’on puisse le qualifier de véritable Musée informel en plein air. A certain endroits, les canettes de hardcore jonchent le sol au point de couvrir entièrement le sol. Si ce n’ était que ça... Un collectif de skateurs y a élaboré un projet qui s’ est avéré être un succès : construire un skatepark clandestin en béton, le seul en France. Un skatepark pour les skateurs par les skateurs, que demander de mieux ? On ne vous dira évidement pas où il se situe, ça serait trop facile ...

8


9


Riders on the storm

Texte > Geoffrey Courbon - Photos > Kevin Metallier et Eliot Proust Montpelliérain, de 26 ans, Boris Proust est un skateur “ à la cool ”, sans prise de tête, et le fait d’être végétarien ne l‘empêche pas d’être affamé de gros noseblunts bien saignants. Attiré par de nouvelles destinations, il n’hésite pas à s’envoler pour atterrir sur les meilleurs spots et surtout filmer ses potes s’envoyer dessus. La pellicule devait faire partie du monde du skate, un projet voit le jour : MoFo Prod’. En partenariat avec le graphiste Luc Angles, Boris s’occupe autant de la part de skate que d’ events en tout genre. Bossant avec des marques comme Cliché, cette boîte de prod’ prend de l’ampleur et lui permet désormais de vivre d’une réelle passion pour la vidéo.

Twenty-six year old guy from Montpellier, Boris Proust is a « cool way of life » skater (without headlock) and the fact to be vegetarian doesn’t prevent him from starving for big bloody nose blunts. Attracted by new destinations, he doesn’t hesitate to fly away so as to land on the best spots, and film his friends skatin’ on them. The film had to be part of the skate’s world, a project is born: MoFo Prod’. In partnership with the graphic-designer Luc Angles, Borist treats nowadays skate and events of all types. Working with brands like Cliché, that production agency grows and permits him toearn his life thanks to a real videopassion.

Jacker / Montpellier est ton terrain de jeu, tu skates qu’en street ou tu touches à tout ?

Jacker / Montpellier is your playground, do you skate in street or do you skate everywhere ?

B / La plupart du temps on skate dans la rue, on va aussi quelquefois dans les skateparks mais ici les parks sont plutôt nazes. J’aime bien la mini rampe aussi, les petites courbes c’est cool mais les grosses courbes ça me saoûle, sûrement parce que je n’arrive rien à faire dedans.

B / Most of the time, we skate in the street, we sometimes go to skateparks but the parks here aren’t good. I like the mini-ramp, small curves are cool too, but I can’t stand big curves, I’m not able to do anything in them.

J / Tu skates pour Cliché et tu fais aussi leur vidéo c’est ça ?

J / You skate for Cliché and you also do their videos right?

B / Ouais, je skate pour Cliché depuis un peu plus de deux ans environ en flow, un truc comme ça, et depuis un ans et demi je fais des vidéos pour eux, c’est cool. Tout le monde est cool et ça se passe vraiment bien.

B / Yes, I skate for Cliché for over two years now in flow, something like that, and I’m doing videos for them since a year and a half, which is quite cool. Everybody is cool and everything works well.

J / Ce week-end tu montes sur Lyon pour rejoindre la team, il y a une nouvelle vidéo en préparation ?

J / This weekend, you will go to Lyon to join the team, is there a new video on work ?

B / Ouais, une vidéo qui sort l’été prochain je crois, et du coup la petite mission d’une semaine pour filmer Lem (l’Allemand qui skate chez Adidas) qui vient de rentrer dans le team et un peu tout le monde.

B / Yeah, a video coming out next summer I think, and at the same time, the little one-week mission to film Lem (the german guy skating for Adidas) who just entered the team, as well the rest of the crew.

10


11

Š Kevin Metallier


© Eliot Proust

J / Le skate dans une main, la caméra dans l’autre. C’est pas trop dur des fois de gérer les deux ?

J / The skate in one hand, the camera in the other. Isn’t it too hard sometimes to manage both?

B / Ça va quand t’es en tour et que tu dois skater à fond c’est un peu chaud, mais après je me démerde. Là, on a fait un tour il y a un mois à Lyon, c’était avec les flow, donc j’étais dedans et donc là je devais skater et filmer, parfois c’est relou mais jme suis débrouillé, je suis venu deux jours avant et je suis reparti deux jours après, donc ça va, j’ai eu le temps de filmer quelques trucs.

B / Ok, when you’re on tour and you are skating as well, it’s a bit hot, but I manage it. About a month ago we walked in Lyon, it was a trip with“flows”in which I was in, and I had to film and skate, sometimes it’s hard, but I arrived two days earlier and I left two days later, so I had time to film some stuff.

J / Qu’est ce que t’entend par flow ?

J / What do you mean by “flow”?

B / En fait t’ as genre les pros, les amateurs, les gars qui sont ouf mais qui n’ont pas de pro-model et qui sont payés, et après t’as les flow, c’est un peu les gars qui sont en dessous, qui représentent le pays en quelque sorte mais qui ne sont pas au même grade que les autres.

B / In fact, you got like the pro-skaters, the amateurs, guys who are crazy, but who don’t have any pro model and are paid. The flow, that’s all the guys who are below, representing the country, but who don’t have the same rank as the others.

J / Montpellier, c’est une bonne ville pour skater ? Quels sont les meilleurs spots que tu conseillerais pour un nouvel arrivant ?

J / IIs Montpellier a good city to skate? What are the best places you recommend to a newcomer?

B / C’est une ville vraiment cool, après à skater tous les jours ça devient chiant quoi. Le meilleur spot, je dirais que c’est l’ Oddyseum pour skater à la cool comme pour sauter. Sinon le Lez c’était cool aussi pour filmer, mais c’est antiskate maintenant, ils ont mis un rondin en bas… va falloir l’enlever. Puis en skatepark il y a Mauguio y’a un bon petit park aussi, si tu y vas une fois par mois.

B / It’s a cool city, but skating every day becomes a bit boring. The best spot is the Odyseum for chilling skate and to make jump. The Lez is cool too, because it’s nice to film but right now you can skate more, they put a log there ... we’ll have to remove it. Then there is the skatepark of Maugio, if you go there once in the month.

J / Arrivé à 26 ans, as-tu toujours la même énergie qu’avant ou le vieillissement commence à se ressentir ?

J / Arriving in 26 years, have you still the same energy as before, or do you begin to feel the age?

B / Avant j’avais des problèmes de genoux et je me faisais tout le temps des chevilles, maintenant ça va, bon c’est pas le truc qu’il faut dire parce que tant demain je vais m’en faire une.

B / Even before I had knees problems and I did all the time ankles, now it’s okay, I should not tell that because I will make me one maybe tomorow.

12


J / Tell us about the Mofo Prod in collaboration with Luc Angles?

B / C’est une boîte de com (www.mofoprod.com). En fait on fait, des vidéos de skate à la base, puis moi, à la fac, j’ai fait quelques courts métrages, mais bon, ça m’a vite saoûlé. Après, j’ai eu quelques plans pour taffer, des petites vidéos d’événementiel qu’on m’a proposé, donc du coup, de fil en aiguille, on en a fait des plus grosses, et maintenant Luc bosse pour Anatome, une agence de com publique, donc du coup, on fait quelques trucs pour la mairie. On fait toujours des vidéos de skate pour nous parcequ’on kiffe, et après, des fois, t’es payé pour faire des vidéos de skate comme celles de Cliché, mais le skate ne paye pas tout le temps, il faut faire des choses à côté, de l’événementiel etc…

B / It’s a communication agency, in fact (www.mofoprod.com). We made skate videos at the base, then I did at University some short films which became boring. I made some small videos for events, so from video to the other, I work nowadays for Anatome, a public communication agency , we did some stuff for the city hall. We always produce skate videos for us because we love that, and sometime you’re paid to make Cliché videos but it doesn’t pay all the time, suddenly you can do all your stuff a hand, tips of events, etc ...

J / Vous avez même fait des boards Mofo prod à seulement 35 euros. À ce prix, j’imagine que c’est plus pour la com non ?

J / You even made boards Mofo Prod for only 35 euros. At this price, I guess it’s more for the com ?

B / C’est juste pour nous, parce qu’au final on ne gagne pas vraiment grand chose, surtout qu’à tous nos meilleurs potes on leur fait à prix coûtant. Donc voilà, c’est pour le délire, c’est cool. Si tout est vendu, peut être qu’on en refera, ou alors autre chose, on verra bien.

B / It’s just for us, because at the end we didn’t made any money. Especially to all our best friends because we made factory prices. So here it was for the trip, it’ s cool. If everything’s sold, we are going to remake some, or something else, we’ll see.

J / On sait que tu vénères le skate américain (plus que leur gastronomie). Prévois-tu prochainement d’y aller pour skater ?

J / We know that you admire the American skate (more than their food). Do you plan to go soon there to skate ?

B / Euh non, peut-être à New York, plus pour acheter une caméra. J’y étais allé l’an dernier, aux Etats Unis, c’est cool mais aussi chiant. Pour les spots, tu fais une ou deux heures de voiture à chaque fois, surtout à Los Angeles, à New York je sais pas , San Francisco ça à l’air cool aussi, on a skaté une journée juste, ça a l’air plus européen comme ville.

B / Uh no, maybe in New York just to buy a camera, I went there last year, it’s cool but becomes boring. For spots, you do an hour or two to drive each time, especially in Los Angeles, New York. San Francisco is cool too, we skated a day just, seems to be more european.

© Kevin Metallier

J / Parle-nous de la Mofo Prod en collab avec Luc Angles ?

13


J / Et donc vous vous êtes fait un trip là-bas ?

J / So you made a trip over there?

B / Ouais, pendant deux mois, on a fait Los Angeles, San José, San Francisco et Las Vegas. On a loué une voiture pendant deux jours, histoire de faire les trajets, après on avait des potes sur place qui nous ont aidé à bouger et dormir, heureusement, sinon on aurait trouvé aucun spot. Merci Mackenzie, Louie et tous les autres !

B / Yeah, for two months, it was Los Angeles, San Jose, San Francisco and Las Vegas. We rented a car two days just to make the journey, after we had some friends who had just arrived, fortunately, otherwise we wouldn’t have found any spot.Thanks Mackenzie, Louie and all the others!

J / Tu fais aussi des vidéos ciblées sur des lieux : Rome, Shanghai, Costa Rica, San Francisco et dernièrement la Corse. Tu fais ça juste pour le plaisir ou tu aimerais bien plus tard bosser sur des vidéos de paysage ?

J / You have also videos which targeted cities: Rome, Shanghai, Costa Rica, San Francisco and recently Corsica. You do it just for fun, or you would like to work much later on video landscape?

B / J’aime bien faire ça. A chaque fois que je bouge à un endroit en fait, si j’ai du temps, je fais une petite vidéo pour moi, histoire d’avoir des souvenirs quoi, et aussi pour faire un truc vidéo en plus. Après, j’aime bien filmer un peu de tout, ça me fait plus plaisir qu’autre chose.

B / I like doing this . Each time I move to a place in fact, if I have time, I make a video for me, just to have memories and it makes one more video. I love to film everything, filming is kind of orgasmic for me

J / Quelles sont les prochaines sur la liste ?

J / What are the next on the list ?

B / Inde dans un mois. J’y vais deux mois dont un avec ma copine pour voyager et puis après elle se barre, et là y’a des potes qui arrivent et pendant un mois on va faire des photos et skater, du coup je vais faire une petite vidéo de skate et une petite vidéo d’Inde.

B / India in a month. I’m tripping two months, one month travelling with my girlfriend and then after she flies back, friends arriving for a month and we will take photos and skate, suddenly I’ll make short skatevideos and a short video of India.

J / Ton petit frère Eliot est photographe, il fait vraiment du bon boulot, vous shootez souvent ensemble ?

J / Your little brother Eliot is a photographer, he does really good job, you shoot often together?

B / On ne fait pas trop de photos ensemble non plus. Il avait cours l’année dernière et il a souvent quelques trucs à faire. Puis, moi, je suis pas tout le temps sur Montpellier non plus, mais bon, après, dès que j’ai envie de faire un truc avec lui, je lui propose, et après, s’il est chaud, c’est parti.

B / We don’t shoot so often together. He was studying last year and he often has to do a few things. Then I am not always in Montpellier either, but everytime I had to do something, I offered him, if he’s hot we go forward.

© Eliot Proust

>> www.mofoprod.com

14


Portrait

Texte > Roman Soler et Luz Mathieu - Photos > Supakitch De la rue aux galeries il n’y a qu’un pas. La réputation de Supakich et de sa femme Koralie n’est plus à faire, mais pour ceux qui ne les connaissent pas encore, une petite mise au point s’impose.

There is only one step from the street to the galeries. Supakitch’s and his wife’s fame is not to make anymore, but for those who don’t know them yet, a little tune is needed.

C’ est à 21 ans, alors que Supakitch a déjà été Directeur Artistique dans plusieurs agences de publicité, qu’ il rencontre une charmante étudiante en architecture qui se révèle être également artiste. Nous sommes en 2000, en pleine émergence d’un mouvement que l’ on appellera “street art” et c’est dans ce contexte qu’ils vont apprendre à se complèter dans leur passion de l’art de rue.

At the age of 21, Supakitch, who at that time had already been Artistic Director in different advertising agencies, meets another artist, a charming girl studying architecture. We are in 2000, right in the emergence of a mouvement which we’ll call «Street Art», and it’s in this context that they will learn to fulfill themselves in urban art.

Lui a grandi à Paris, à l’ époque où des graffeurs comme Bando ou Darco défonçaient encore les murs et trains de notre chère capitale. Il prend le blaz de “Ride” pour ensuite fonder le “HV crew”. Mais son travail passe rapidement du graffiti brut à des formes plus évoluées. Il rencontre les graffeurs Hazy et Eone, respectivement photographe et producteur de son. A partir de là, il commence à mêler différents supports et techniques, en jouant sur la photo, la peinture, le graphisme et, bien sûr, la musique.

He grew up in Paris, at a time when graffiti artists like Bando or Darco where already fucking up the walls and trains of our dear capital. He takes the blaz of «Ride» so as to establish the «HV Crew». But his work fastly goes over from pure graffiti to more advanced forms. He meets the graffers Hazy and Eone, respectively photographer and music producer. At that time he begins to mix different supports and techniques, playing on phtography, painting, graphics, and, obviously, music.

Sa femme, elle, est originaire de Montpellier, où, après avoir été décoratrice sur des tournages de publicités, elle décide de se consacrer pleinement à son art, exposant déjà depuis ses 19 ans. C’est au niveau de l’ inspiration que Koralie et Supakitch vont se ressembler comme deux gouttes d’ eau. L’ univers japonais est constamment présent dans les oeuvres de Koralie, mêlant extravagance et pudeur à une sensuelle geisha qui devient au fil des années son personnage phare. Sensible à l’ environnement urbain, elle tombe dans un cercle vertueux du street art en collant ce qu’ elle crée dans la rue.

His wife comes from Montpellier, where after having been decorator on advertisement shootings, she decided to focus on her art, exposing since she is nineteen. It’s in their inspiration that Supakitch and Koralie are going to resemble each other. The japanese universe is always present in their work, mixing extravagance and modesty into a sensual geisha becoming over the years her leading character. Sensitive to the urban environment, she is part of a virtuous circle of street art by showing her work in the street.

16


17


La fresque ci-dessus, réalisée à quatre mains  dans le musée Världskultur, à Göteborg, en Suède, est parfaitement représentative de l’esprit de l’œuvre de ce couple .

This mural, realized by four hands in the Världskultur museum in Göteborg in Sweden, is perfecly representative of the spirit of their work.

Aujourd’hui, le couple touche à tout, que ce soit en ayant créé la marque Metroplastique, en promouvant des marques telles que Posca et Carharrt ou en disséminant des têtes de nounours dans les rues newyorkaises. C’est dans leurs créations communes que l’ on perçoit le mieux les pulsations de la vie. On se rend compte que leur amour trouve un profond épanouissement dans l’ art. On pourrait presque croire à une sorte de fusion amoureuse dans la peinture, donnant cette touche pop-romantique aux personnages de mangas et comics. Cette poésie est d’ autant plus décelable dans les montages vidéos publiés sur la toile, et grâce auxquels ils se sont fait connaître en partie.

Nowadays, both touch everything, whether by founding the brand Metroplastique, by promoting brands like Posca and Carharrt, or by spreading teddybear heads in NYC’s street. It’s in their common creations that we have the impression of a real touch of life. We realize that their love finds a strong growth in art. We could quite believe in a sort of lovemaking in the painting, which gives this sort of pop-romantic touch to their manga and comic’s characters. This poetry is more detectable in videos published on the web, which started their celebrity.

Pour Supakitch, ses personnages ont tous une âme, sur laquelle il se penche régulièrement afin de leur ajouter des traits de caractère. L’ artiste mêlant la musique à ses oeuvres parle même de “mélodies graphiques, ce qui montre bien l’ état d’ esprit de la personne, restant très visuelle. D’ où le projet « Listen to my picture », né il y a quatre ans. Il a peint une sélection de ses propres vinyles, puis d’ autres, ce qui lui vaut le surnom de “Dj de l’ image”. Ils les appelle Supavinyls, où l’ on peut décerner la nostalgie du 33tours, aujourd’ hui détroné par le Mp3. De là sont né les Supapod, personnages en Ipod gourmand qui mange les vinyls pour les digérer sous forme Mp3. Dénonciation, ou simplement constat ?

Supakitch’s characters all have a soul, that he often refines. As the artist mixes music to his artwork he even talks about «graphic melodies», which shows his state of mind, remaining very visual. That’s why the project « Listen to my picture» was born, four years ago. He painted a selection of his personnal vynils and earned the nickname « Image Dj». We can see his nostalgy of 12-inch singles, nowadays dethroned by the Mp3. From these are born the Supapods, greedy ipods which eat vynils digesting them under MP3. Denonciation or simple observation ?

18


Deux persos côte à côte se tiennent la main au centre : la fameuse geisha de Koralie, et un énigmatique renard au plumage coloré portant un costume… Un merveilleux Mister Fox revisité par Supakitch. Le message est clair, nous sommes face aux avatars des deux artistes. D’ailleurs, si vous en avez l’occasion, courez voir la magnifique vidéo réalisée par Elroy qui a eu la bonne idée de nous faire partager la réalisation de cette œuvre. Vous y ressentirez par leurs gestes précis, rodés, que nous avons affaire à de vrais Michel-Anges. Chacun s’empare d’une moitié de mur, deux mondes différents dans un même univers : mars et venus se sont finalement compris.

Two characters side by side are holding hands in the center: the famous geisha of Koralie, and an enigmatic fox with a colorful plumage wearing a suit... A wonderfull Mister Fox revisited by Supakitch. The message is clear, we are in front of the avatars of both artists. Moreover, if you have the opportunity, watch the wonderfull video realized by Elroy who had the good idea to share this artwork with us. You will feel by their precise gestures that we are talking about real Michelangelos.Each grabs half of the wall, two different worlds in a same universe: Mars and Venus finally came together.

Leur façons de s’approprier les matières et les techniques comme le Posca, le pinceau, l’aérographe, le collage… permet de donner un effet de profusion de détails impressionnant. Le résultat n’en donne pas moins une sensation de légèreté et de vivacité grâce aux couleurs vives sur le fond lumineux du soleil qui rayonne sur les avatars.

Their way to appropriate the materials and techniques as the Posca, brush, airbrush, collage... give an impressive effect of detail profusion. The result gives a sensation of lightness and liveliness thanks to the colors on the bright background of the sun that shines on the avatars.

A ce jour, c’ est à Clinton Hill à Brooklyn, NYC que Supakitch et Koralie se sont installés avec leurs deux enfants, leurs pinceaux et leur imagination. Situé à deux pas du Pratt Institute ( école d’ art internationale), ils semblent s’ y sentir comme des coqs en pâte et s’y épanouissent en jouant sur l’ espace urbain avec les couleurs comme un musicien jouerait avec les notes. Comme disait le musicien Franck Hammoutère, “Rien ne se construit sans être, ouvertement ou non, dessiné”.

Today, it’s at Clinton Hill in Brooklyn, NYC that Supakitch and Koralie installed settled down with their two children, their brushes and imagination. Situated next to the Pratt Institute ( international art school), they seem to feel at home. It’s there that they fullfill themselves by playing with colors on urban environment as a musician would play with notes. As the musician Franck Hammoutère said, « Nothing is built without having been, openly or not, drawn.»

>> www.supakitch.com >> w ww.koralie.net >> www.metroplastique.com

19


20


Good Vibes

Texte > Aurélien Courbon - Photos > x Droits Réservés À l’heure où les médias veulent nous faire croire que le hip hop est mort, pendant que les radios nationales nous passent en boucle des morceaux “autotunés”, qui ont pour seule ambition de faire danser les clubbers dans les boîtes du pays le temps d’un été, certains MC résistent, persistent à faire perdurer le vrai rap, celui que Biggie Small envoyait sur Fulton street en 1989. Du freestyle, des phrases crues, des puchlines et surtout un flow impressionnant posé sur des instrus simples, groovie, sans fioritures. Parmi ces hommes de l’ombre, 1995, composé de cinq rappeurs et d’un Dj/beatmaker, Sneazzy, Flav’, Nekfeu, Areno, Alpha et Dj Lo’, viennent raviver la flamme des nostalgiques comme moi, et nous ramènent un Hip Hop oldschool, underground, loin du bling bling, qui respire la weed et la montana hardcore. Élevés aux open-mics et aux clashs, c’est en retournant la capitale tous les soirs qu’ils se sont fait un nom, le web s’est chargé du reste du pays avec des morceaux qui atteignent un million de vues sur youtube. Rencontre avec un crew sans prise de tête, qui, à coup sûr, va faire parler de lui pendant plusieurs années.

At a time when the broadcasts want us to believe that hip-hop is dead, while the national radios only promote “autotuned” songs, whose only ambition is to make clubbers dance in the discos of the country for the time of a summer, some MC’s resist, persist to keep the real rap alive , the one which Biggie Smalls was singing on Fulton Street in 1989. Freestyle, words, puchlines, an especially impressive flow on simple, groovy instrumentals without frills. Among these men of the shadow, 1995, five rappers and a dj/ beatmaker, respectively Sneazzy, Flav ‘Nekfeu, Areno, Alpha and DJ Lo’ rekindle the fire of nostalgics like me. They bring us a pure hip hop, cool, underground, away from the bling bling and with a smell of weed and montana hardcore. Educated by Open mic’s and clashs , they made themselves a name by setting the mood . The web took care of the rest of the country with songs that reach one million views on youtube. Meet a crew without fuss, that certainly will be talked about for years.

Jacker / Salut les gars, ce soir c’ est votre concert à Lyon. Alors, comment se passe cette première tournée? D’ ailleurs comme on peut le voir, Nekfeu semble y avoir laissé son poignet ?

Jacker / Hi guys, tonight was your concert in Lyon. So, how is that first tour? In fact as can be seen, Nekfeu seems to have broken his wrist ?

Sneazzy / Exact, ça s’est passé à Bordeaux, ça s’est passé en gifflant un type qui l’ a traité de Justin Bieber.

Sneazzy / Right, it was in Bordeaux, it happened by slapping a guy who told him he would look like Justin Bieber.

Nekfeu / Ne croyez pas ce que vous dit ce mec, c’ est un menteur!

Nekfeu / Don’t believe what this guy is telling you, he is a liar !

Sneazzy / Bref, et la tournée est très très chaude, on en est à la 7ème date y me semble, Lyon était très chaud ce soir, toutes les villes de France, Metz, La Rochelle, Limoges, Bordeaux, Tours. On est là, ça fait plaisir de voir qu’ il y a du soutien en France.

Sneazzy / Ok, the tour is very hot, it is the seventh time I think, Lyon was hot tonight, all cities in France were amazing, Metz, La Rochelle, Limoges, Bordeaux Tour. We’re here, it’s nice to see that there is support in France.

22


23


Jacker / Avec tous vos crews respectifs on est un peu perdu, l ‘ Entourage, Le P.O.S, S crew et les 5 Majeurs, qui fait partie de quoi et comment vous vous êtes rencontrés?

Jacker / With all your respective crews we are a little lost, the Entourage, POS, S crew and 5 majeurs, who is part of what and how did you meet?

Alpha Wann / Bon ben d’ abord on va commencer les présentations: 5Majeurs, c’ est un groupe, c’est un projet que Nekfeu a fait avec des gars de l’ ouest, Quimper, Rennes, Nantes, tout ce genre de triangle des Bermudas(rires). Le S crew c’est le groupe d’enfance de Nekfeu avec Mekhra, Malfrat, Morpion et 2-zer Washington. Après le POS, c’est... Qu’ est ce que c’ est que le POS? C’ est plus qu’ un groupe, c’est trop compliqué à expliquer! C’est nous, mais ça va plus loin, ça remonte à des époques Open-mic où on allait, on faisait nos trucs de jeunes hiphopeurs parisiens. On était au lycée avec Sneazzy et Nekfeu, et voilà on s’ est cliqués comme y aimaient bien l’pera, on a pera ensemble, un jour j’étais sur Myspace, Jazzy bazz avait laissé un message sur l’mur d’ un mec, jsuis allé sur sa page, j’ai vu Fonky Flav, j’ai trouvé que le nom sonnait bien, j’ai écouté, j’ai vu que c’ était chaud, on s’ est capté, bim! Oui oui c’ est vrai Flav’ jtavais jamais dit, mais c’ est grâce à Jazzy Bazz que t’ es là (rires). Et voilà, on a continué à faire les Open-mics ensemble, à un moment ça a commencé à être chaud, donc on s’est dit pourquoi ne pas faire un projet. Donc c’ est ce qui a résulté en “La Source”, et après Fonky Flav on a rencontré Dj Lo, qui n’ est pas DJ... C’ est le beatmaker. Et donc voilà on a fait ce projet “La Source” qui est sorti le 26 juin, allez l’ acheter, le téléchargez pas, c’est pas bien... (Nek le Fenek chuchotant : En soum soum ) ou alors téléchargez le sur itunes, et ya pas longtemps Nekfeu et moi on a sorti un EP qui s’ appelle “en sous marin”, gratuit, vous allez sur le facebook “En sous-marin”. Là Sneazzy ça fait quelques temps qui lâche tout le temps des ptits sons de sa tape “nothing”, tout le monde parle sur les sons, y a pas mal de débats. Et Areno Jazz prépare des saletés, des crasseries, un maxi, un truc chaud, un truc super chaud.

Alpha Wann / Okay, first we will start the presentations, “5 Majeurs” is a group, it is a project created by Nekfeu with guys from the West: Quimper, Rennes, Nantes, all that kind of bermuda triangle. The “S crew” ‘is Nekfeus childhood group with Mekhra, Malfrat, Morpion and 2-zer Washington. The POS, that is ... What is the POS? It is more than a crew, it’s too complicated to explain! It’s us, but it goes further, this dates back to times of open-mic when we did our young parisian hiphopeurs stuff. I was in high school with Sneazzy and Nekfeu, and we came together ‘cause we like rap, we sung together ... One day I was on Myspace, Jazzy bazz had left a message on the wall of a dude, I went on his profile, I saw Fonky Flav, I have found that the name sounded good, I listened, I have seen that he was hot. Yes yes that is true Flav’ , I never told ya but that is thanks to Jazzy Bazz that you’ re here (laughs). We continued on Open- mics together and became so hot that we created a project. So that is what became in “The Source”, and after Fonky flav’, we met Dj Lo. Dj Lo who is not DJ .. he is the beatmaker. And so here we made the project “The Source” which was released on June 26. Go buy it, don’t download it, that’s not right ... (Nek the Fenek whisperring: Sneaky!) or if you do, download it on itunes. Some time ago Nekfeu and myself released an EP that ‘s called “En sous-marin” free on ensousmarin. fr , you go on ensousmarin in facebook. Sneazzy is giving out some sounds of his tape , “nothing,” a lot of people talk about it, there are a lot of discussions. Areno Jazz prepares some good shit, a maxi, something hot, something super hot.

24


Jacker / L’ année 1995 est un grand cru dans le hip-hop international. Est-ce que vous pensez qu’ un retour sur des sonorités du passé est la clé de votre succès? Le Rap, c’ était mieux avant?

Jacker / The Year 1995 was a vintage year in the hip hop world. Do you think that a return on the sounds of the past is the key to your success? Was rap better before ?

Sneazzy / Le rap c’ est bien, y a pas de “c’était mieux avant”, y a toujours eu du bon rap, y a toujours eu du boom bap, que ce soit en 2007, en 2006 ou en 2000. Et nous on est al, on fait notre son, c’ est pas du oldschool, c’est pas du newschool, c’ est du 1.9.9.5, ça veut dire qu’ on mélange tous nos trucs, on a tous des influences différentes.

Sneazzy / Rap is good, there is no “ it was better before”. It has always existed, good bap has always existed, whether in 2007, 2006 or 2000. And we are here nowadays, we make our own sound, no oldschool, no new school, simply 1.9.9.5, it means that we all mix our stuff, we all have different influences.

Fonky Flav / C’est pas un retour du bon rap, c’est juste une meilleure médiatisation d’un certain type de rap qui était pas trop médiatisé ces derniers temps tu vois...

Fonky Flav’ / It’s not a come back of good rap, it’s just a better media coverage of a certain type of rap, that was not so much put forward by the medias, you know...

Nekfeu / Et cette médiatisation a été rendue possible grâce à Fonky Flav, du bruit pour Fonky Flav!!! (rires)

Nekfeu / And the media coverage was made possible by Fonky Flav’, make noise for Fonky Flav’!!!! ( laughs)

Jacker / Pensez-vous qu’ au jour d’ aujourd’ hui, on n’est plus obligé de passer dans des clips à la télé pour se faire connaître? En gros, pensezvous que le rap underground a de beaux jours devant lui grâce au web ?

Jacker / Do you think that nowadays, you don’t have to be in video clips on TV to get known? Basically, do you think that Underground Rap has a bright future thanks to the web ?

Areno Jazz / Bin moi j’suis d’ accord pour dire que les clips ça a toujours existé, genre, fallait faire des clips pour s’faire connaître, c’ est juste internet qui a révolutionné le truc. On peut enfin diffuser son propre contenu artistique. Et pour le rap underground, ouais, j’ avoue que le côté plus médiatique c’ est bien. Et ouais c’ est bien de voir qu’ il y a des magazines soit disant spécialisés dans l’ rap ou quoi, qui enfin parlent de rap... Ca fait plaizzzz!

Areno / I’m Ok to say that clips have always existed, like uh, to communicate, it’s just the internet that has revolutionized it. The thing is, you can spread your own art. And concerning the rap underground, yeah, I must say that the fact that there is more communication about it is something good. And it’s cool to see that there are magazines supposedly specialized in rap or so, who finally talk about rap... That’s pleasure!

Fonky flav / C’ est clair qu’ aujourd’ hui, sans les clips, pour percer, c’ est un peu chaud quoi. C’ est pour ça qu’ on a créé notre chaîne youtube, abonnez-vous y : www.youtube.com/the1995posse .

Fonky Flav’ / IIt’s clear that today, without the clips, I think that it’s kind of hot to rise... That’s why we have created our youtube channel, subscribe to it : www.youtube.com/the1995posse.

25


Jacker / Vous faites beaucoup de vidéos freestyle et de micros libres. Comment ça s’est passé en studio pour créer l’EP? Le travail reste quand même relativement différent.

Jacker / You have done a lot of fresstyle videos and open mics. How did it work creating the EP in studio ? The work is still quite different.

Alpha Wann / Bin ouais ya une époque où on a fait toutes les scènes Open mic sur Panam, que ce soit en province, en banlieue ou à Paris. Donc au bout d’ un moment, quand t’as fait toutes les scènes open mic, tous les freestyle, tu t’es fait connaître par les gens du move, underground, tu passes à autre chose, parce que dans la carrière d’un MC, faire un projet, c’ est le truc le plus logique du monde... On s’ est dis quoi, on s’ est dis on va faire deux EP. Un premier, puis un deuxième.

Alpha Wann / Yeah there was a time when we did all the Open mics in Paris as well as elsewhere around. So, after a while, when you have done all the open mics, the freestyles, you are known by the people of the move, underground, you pass to something else, because in the career of an MC, doing a project is the most logical thing in the world. We decided to make two Eps, a first, then a second...

Fonky flav’/ On a fait des gros EP, même si il y a moins de 7 titres, on s’fout pas d’la gueule du monde.

Fonky Flav’ / We have done big Eps, even if there are less than seven titles.

Sneazzy / Ca m’ arrive de faire des gros EP à l’hôtel, quand on est tous ensemble dans la voiture.

Sneazzy / Sometimes I make big EPs ( farts) at the hotel, or when we are together in the car.

Nekfeu / Ouais et ça pue grave d’ ailleurs!

Nekfeu / Yeah, and it stinks seriously !

Jacker / Qu’ est -ce qui est en préparation, des albums solo de prévus, vous avez quoi comme projets après cette tournée?

Jacker / What is in preparation, some solo albums, what do you plan after this tour ?

Sneazzy / La tournée est pas encore finie, elle continue jusqu’au 18 décembre, plus tard peut être si d’ autres s’ organisent d’ ici là. Entre-temps, on remonte souvent à Panam, donc on a le temps d’ aller enregistrer, on taffe le deuxième maxi 1.9.9.5, qui devrait sortir en janvier-février dans l’ idéal. Puis d’ un autre côté, Alpha, Nekfeu, Areno Jazz, Dj Lo et moi-même sortons des projets solo, entre le deuxième Ep et l’ album qui arriverait fin 2012. Donc au niveau du printemps, tu vas avoir beaucoup de trucs 1.9.9.5 solo.

Sneazzy / The tour is not over yet, it continues until December 18th , maybe later if other dates will be organized. Meanwhile, we often go back to Paris, so there is time to record, we are working on the second maxi of 1.9.9.5, which should come out in January or February. Alpla, Nekfeu, Areno Jazz, Dj Lo and myself produce solo projects, which will come out between the first and second EP albums, late 2012. So in the Spring, you’ll have a lot of solo stuff from 1.9.9.5.

>> www.facebook.com/1995posse#!/undoubleneufcinq

26


RZA LOGOS: R ZA SHOT BY K A I R EG A N www. we s c . c o m /c ha mb er s

NE W C O NC E P T S T O R E WeS C PA R IS 9 R U E DE MAR SE ILLE 7 5010 PAR IS


Good Vibes

Texte > Dimitri Gilles- Photos > x Droits Réservés Paris-born artist, Paul Ritch( from his real name Paul Richard) is one of the most succesfull french techno producers. In 2006 he released «Samba» his first ep on the Ger- man label Resopal, which is a real big jewelry sized to the Big Rooms and festivals. Playlisted by the most direct dj ‘s international from Luciano Anja Shneider to Adam Beyer, he was later elected best techno hope International. Then comes a long series of EPs on labels like “get phisical”, “fumakilla”, “drum code” or “wagon repair”. As that time, remixes with high interesting performers show up: Dop, Jay Haze under the project Fuckpony, Barem, or more recently Shonky for 2000 & one on the compilation of the 11 bir- thday of the legendary Cocoon label. In 2009 he founded his label Quartz records on which he will host artists like Dubfire, Carlo Lio and his best friends, Okain and Thomas Muller. Since then, Paul Ritch goes to the biggest festivals and clubs of the world. While many Techno artists of his generation are looking at more housyand trendy sounds, Paul remains to the way it made his success: a «percussive» and faithfull tribal techno shaped which makes the hap- piness of dancefloors.

Artiste parisien de souche , Paul Ritch , de son vrai nom Paul Richard, est un des producteurs techno fran��ais qui s’exporte le mieux. En 2006, il sort “Samba” son premier Ep sur le label allemand Resopal, qui est un véritable bijou taillé pour les big room et les festivals. Directement playlisté par les meilleur dj‘s internationaux , de Luciano à Anja Schneider en passant par Adam Beyer , il est par la suite élu meilleur espoir techno international. Arrive ensuite une longue série de maxis sur des labels comme Get Phisical, Fumakilla, Drum Code ou encore Wagon Repair. De même émergent à ce moment des remixs pour les artistes les plus intéressants de ces dernières années à savoir : Dop et Jay Haze sous son projet Fuckpony, Barem, Shonky ou plus récemment pour 2000 & One sur la compilation des 11 ans du légendaire label Cocoon. En 2009, il fonde son label Quartz Records sur lequel il accueillera des artiste comme Dubfire, Carlo Lio et ses meilleurs amis, les excellents Okain et Thomas Muller. Depuis, Paul Ritch écume les plus gros festivals et clubs mondiaux. Alors que beaucoup de producteurs techno de sa génération se penchent sur des sonorités plus housy, à l’image de la tendance du moment, Paul reste fidèle à la formule qui a fait son succès , une techno  “percussive” et parfois tribale entre-mêlée de montées salvatrices qui font encore et toujours le bonheur des dancefloors.

28


29


Jacker / Salut Paul comment vas-tu ?

Jacker / Hi Paul how are you?

Paul Ritch / Ça va très bien.

Paul Ritch / It’s going very well

J / En tant qu’artiste majeur de la scène techno internationale, comment vois-tu la scène française ? Sachant que beaucoup d’artistes quittent la France pour des villes comme Berlin ou autre, il se dit également qu’il y a une super scène sur Paris mais il manque malheureusement les gens pour être à l’écoute de cette scène. Qu’est-ce qui te retient à Paris aujourd’hui ?

J / As a major international techno scene artist, how do you see the French scene? Knowing that many artists left France for cities like Berlin or another, it is said that there is a great scene in Paris but unfortunately not the necessary public. Why do you stay in Paris?

P / Je trouve justement que depuis un an et demi il recommence à se passer pas mal de choses sur Paris. Il y a beaucoup d’artistes qui tournent, des artistes parisienss notamment avec des mecs comme Okain, Le Loup ou encore Dyed Soudorom et Shonky qui vivent à Berlin maintenant, mais qui contribuent à faire monter cette scène sur Panam.

P / From my point of view, there are many things happening in Paris. A lot of artists are performing, including Parisian artists like Okain, Wolf or Dyed Soudorom Shonky now living in Berlin,but who contribute to raise the Parisian scene. There are also more people in the clubs of Paris

J / Est-ce que “Samba” à vraiment été un élément déclencheur dans ta carrière ?

J / Was “Samba” a real trigger for your career ? P / Yes I think because it toured extensively on the Internet by creating a little buzz on videos on which you could see guys like Ritchie Hawtin and Luciano playing it, so it triggered the trick. Then the following EPs went well and contributed to my fame. And usually it is always the first famous song that works that will remember the most of all.

P / Je pense oui, car il a beaucoup tourné sur la toile, créant un petit buzz sur des vidéos où on pouvait voir des mecs comme Luciano ou Ritchie Hawtin le jouer. Ca a donc déclenché le truc puis les maxis suivants ont ensuite bien marché et contribué à ma reconnaissance. Puis généralement, c’est toujours le premier morceau qui a cartonné qu’on retient le plus . J / J’imagine que tu dois recevoir pas mal de démos pour Quartz , ton label . Sur quoi te bases-tu pour faire une sortie ?

J / I guess you received a lot of demos for Quartz, Your label. What do you do to manage an outcoming ?

P / J’en reçois pas mal en effet. Ça se fait souvent au feeling ,tu écoutes, parfois tu aimes, parfois non ou alors tu vas aimer, mais ça ne va pas forcément correspondre à ce que tu as envie de sortir. Sinon, la plupart du temps, les gens t’envoient un seul track, ou des tracks incomplets, et tu peux pas te baser sur quelque chose de concret avec un seul morceau. La première fois que j’ai envoyé une démo à un label, j’ai envoyé quand même cinq tracks donc il avait le choix . Même quand je reçois un bon track, j’ai envie d’en savoir un peu plus de l’artiste .

P / Yes I receive a lot actually. You often do it according to your feeling, you listen, sometimes you like it, sometimes not, or you’ll like it but it doesn’t necessarily match with what you want to produce. Most of the time, people send you a single track or unfinished tracks, you can’t do anything concrete with a single track... The first time I sent a demo to a label, I sent five tracks, so he had a large choice.Now, when you get a track, even if it is good, you want to know more about the artist.

30


J / Tu as fait un EP avec D’julz avec des remixs de Visionquest et 2000 & ONE, c’est-à-dire des producteurs qui ont chacun un univers assez différent du tien. Qu’est-ce qui t’a donné l’envie de bosser avec eux ? P / 2000 & one c’est un mec avec qui j’ai passé beaucoup de bon moment , j’aimais vraiment ce qu’il faisait . On était au Berghain ... il était 17h. Je lui ai demandé si ça le tentait, il était ok , donc ça s’est fait comme ça. Pour Visionquest, je connais bien Seth Troxler et quand je lui ai posé la question, il m’a proposé un Visionquest Remix (projet musical et label formé de Ryan crosson , Lee Curtis , Shaun Reeves et Seth Troxler lui même ). C’est parti de là . J / Sur ton dernier Ep , “Circus” paru sur Sci-tec , le label de Dubfire, tu samples un vocal de Common .Quelles sont tes influences majeures? Le HipHop en fait-il partie? P / Le Hip Hop, c’est par là que j’ai commencé , c’est la musique que j’écoute encore le plus aujourd’hui. J’ai bossé dans un studio Hip Hop en tant qu’ingénieur du son et c’est avec les ingés son de ce milieu que je me suis formé au niveau de tout ce qui est hardware. Sinon mes autres influences et ce qui inspire mon son aujourd’hui c’est que je me re-écoute beaucoup, je n’écoute pas grand chose d’autre en fait, à part quand je suis en soirée où j’adore écouter les autres artistes. Mais, sinon, je vais pas m’en cacher, ce qui m’a vraiment influencé, c’est tous les gros dj’s techno, pour pas tous les citer. Aujourd’hui c’est plus pareil vu que je fais que du live et de la prod , que je passe mes journées en studio, j’écoute d’avantage les trucs de mes potes et j’achète beaucoup moins de vinyls qu’à l’époque .

J / You made an EP with D’julzremixing VisionQuest and 2000 & ONE, producers, each with a universe quite different from yours, what made you want to work with them? P / 2000 & one is a guy with whom I spent a lot of good time, I really liked what he was doing. We were at the Berghain... It was 5pm, I asked him if he would like to work with me. He agreed, so that’s how we began. Concerning VisionQuest, I know Seth Troxler quite well and when I asked him, he proposed a VisionQuest remix (project music label and formed by Ryan Crosson, Lee Curtis, Shaun Reeves and Seth Troxler itself.) That’s how it started. J / On your last Ep, “Circus” released on Sci-Tec, the label Dubfire, you sample a voice of common. Does Hip Hop influence your productions and what are your major influences ? P / Hip hop that’s how I started, it’s the music I still listen today. I worked in a hip hop studio as a sound engineer and it is with hip hop sound engineers that I have formed at all what is hardware. So, yes, hip hop is a very big influence for me. Otherwise my different influences and what influences my sound today is that I am re listening a lot, or I love listening to other artists. But if I don’t hide what really influenced me is all the big techno dj’s, guys like Jeff Mills and many others I will not list them all, but today it’s different I’m as live and prod, I spend my days studio, I listen to most of the friends stuff, I buy a lot less vinyl, than at a time.

31


J / Avec quels labels ou artistes aimerais-tu bosser à l’avenir ?

J / Which labels or artists would you like to work with in the future ?

P / J’aimerais bien bosser avec des mecs comme Kenny Larkin , mais ceux avec qui je préfère bosser restent mes meilleurs amis car on se connait vraiment bien .

P / I’d like to work with guys like Kenny Larkin, but I prefer working with my best friends because we know really well.

J / Il y a un an ou deux on avait pu lire dans la presse que tu voulais passer sur le long format. Qu’en est-il ? Tu ne vas pas te contenter de faire dix tracks dancefloor ?

J / About one or two years ago we read that you wanted to spend the long format, what’s about it ? You’ll not just make 10 dancefloor tracks ?

P / Voilà. Le long format arrive, ça ne sera pas forcément un album dancefloor. Ça va être assez intense avec des truc bien mélodiques et émotionnels, je pense que ça va être cool, en tout cas ça me plaît bien . J’espère qu’il sortira sur Quartz.

P / The long format comes along, it will not be really a danceflloor album. It will be a pretty intense stuff with something very melodic and emotional, I think it will be cool in any case.well please. I hope it will be on Quartz Records.

J / Quels sont tes spots préférés pour jouer ?

J / What are your favorite spots to play ?

P / Il y en a plein, étant donné que je dois faire 90 salles dans l’année. C’est toujours un plaisir de revenir jouer dans des endroits comme Aweekenings Festival, il y a aussi pas mal de petits clubs où je vais depuis 5 ans, où je m’éclate même si il n’y a que 300 personnes . J’affectionne beaucoup la Hollande, l’Angleterre ou encore le Japon .

P / There are a lot because I have to do 90 rooms in the year. It is always a pleasure to come back and play in places like Aweekenings Festival, there are quite small clubs where I was 4 or 5 years ago and had real fun and even though there are only 300 people.I’m fond of Holland, England and Japan.

J / Une journée type de Paul Ritch c’est quoi ?

J / What is a typical day for Paul Ritch ?

P / Quand j’arrive à me réveiller c’est déjà une bonne chose, plutôt tôt en général vers dix heures du mat’. Je check mes mails, je vais au studio je reste jusqu’à 19h, je rentre chez moi, me fume un gros bédo, après je suis avec ma femme et mes potes.

P / I manage to get up it’s already great usually around ten o’clock in the morning, I check my mails, go to the studio I stay until 7 pm, I go home smoking a large joint. After that I’m with my wife and my friends. 


J / Un dernier mot pour conclure cet interview ?

J /A last word so as to close this interview ?

P / Merci à vous et bien sûr à tous ceux qui m’écoutent .

P / Thank you and to all who are listening to me.

>> www.paulritch.com

32


33


Portfolio

Texte > Roman Soler - Photos > Sébastien Voerman Fascinated by the picture, the «comics» and manga, it`s in 2006 that everything changed for him, the first camera, the first clichés. During his photographic apprenticeship, he discovered a passion for portraiture and reportage, showing a reflection of society through his eyes.He focuses nowadays some of his personal works to be obvious traces of the past that will not be tomorrow. Esthetic black & white dark, faded colors and skies, heavy abandoned sanatoriums, abandoned factories, hotels in ruins, breweries, it `s the act of` a ‘movement’ called Urban Exploration (Urbex). The pics following are part of his work.

Passionné par l`image, les comics et les mangas, c`est en 2006 que tout bascule pour lui, premier appareil photo, premiers clichés. Au cours de son apprentissage photographique, il a pu découvrir une réelle passion pour le portrait et le reportage, montrer un reflet de la société à travers son regard. Il focalise aujourd`hui une partie de ses travaux personnels à mettre en évidence les traces du passé qui ne seront plus demain. Esthétique noir & blanc très sombre, couleurs délavées et ciels lourds, sanatoriums abandonnés, usines désaffectées, hôtels en ruine, brasseries, il s’agit là d’un mouvement appelé Exploration Urbaine ( Urbex ). Les clichés de ce reportage en font partie. >> www.sebastien-voerman.fr

36


37


38


39


40


Focus On

Texte > Roman Soler et Aurélien Courbon - Photos > Julien Diago aka Pablito Zago est un artiste complet. Graphiste, illustrateur, street artiste et peintre, il est impliqué dans divers projets culturels du Vaucluse et devient un véritable aventurier lorsqu’ il parcourt le globe pour faire découvrir son art de l’Amérique à l’Asie.

Julien Diago alias Pablito Zago is a full artist. Graphic designer, illustrator, street artist and painter, he is involved in various cultural projects of the Vaucluse and becomes a real adventurer when he travels around the globe so as to make people from Asia to Afrika discover his art.

Il part chaque année pendant un mois ou plus découvrir un pays. En plus d’ éveiller la population locale au street art, il illustre chaque jour un événement marquant dans un petit carnet de voyage. Le personnage nous a expliqué comment il en est venu à tout ça.

He travels every year during one month or more so as to discover a country. In addition to awake the local population to street art, he draws everyday the thing he thought to be remarkable in a little travel diary. This character explained us how he came to this.

“Je venais juste d’avoir un bac art-plastique /histoire de l’art. Je jouais dans un groupe de métal-dub, et le graphisme me servait surtout à arrondir mes fins de mois”

« I just had a bachelor of fine arts and arts history. I was playing in a metal-dub band and graphism was a way to have a bit money at the end of the month»

En 2000, lors de sa création, il créé Freesson avec des potes, un collectif artistique transdisciplinaire qui développe actions artistiques, culturelles et pédagogiques dans le secteur des musiques et cultures électroniques du Vaucluse.

In 2000, at it’s creation, he created Freesson with friends, an interdisciplinary art collective, developping artistic, cultural and educational actions in the field of electronic music and culture of the Vaucluse.

“Du coup, j’étais le graphiste et j’avais pas d’ impératifs imposés par les clients. Ca voulait dire carte blanche pour ma gueule. Le moyen de développer mon propre style de graphisme et automatiquement d’acquérir du niveau”

«By the way, I was the graphic designer and I had no imperatives from the customers. It meant «carte blanche» for me. The way to develop my own style of graphism and automatically to level up»

42


43


Cinq ans plus tard, il créé sa propre agence de communication en quelques années destinée aux petites structures culturelles, appellé “L’ Artistik kommando”.

Five years later, he create his own communication agency in few years for small cultural structures, called « Artistik Kommando».

A partir de ce moment-là, son style inimitable commence à envahir les structures underground de la région avignonnaise. Ses personnages énigmatiques colorés triomphent désormais sur les façades de salles de concert, d’ expositions street art, ou encore sur des programmes et flyers éphémères qui traînent en bout de comptoir entre verres de bière et assiettes de cacahuètes. Il a 20 ans lorsqu’ il part seul pour le Burkina Faso.

From this moment on, his inimitable style begins invading the underground structures of the area of Avignon. His enig- matic colored characters triumph now on facades of concert halls, street art expositions or even on programms and ephemeral flyers trolling on bar counters between beer glasses and peanuts plates. He is twenty years old when he leaves alone for Burnika Faso.

“Je voulais partir seul, histoire que les rapports humains soient vrais, se retrouver seul devant soi-même, avoir un peu la trouille quoi ”

«I wanted to travel alone, so as to feel real human rela- tionships, to feel alonein front of myself, to shit a bit in my pants you know.»

“Je voulais ramener un truc à mes potes, mais j’ avais pas envie de passer une soirée diaporama pourrie. Du coup, j’ai décidé de faire un carnet de voyage dans lequel je dessinerais le truc qui m’ a marqué chaque jour. C’ était vachement plus représentatif de ce que j’ avais vécu. Et mes potes ont kiffé.”

«I wanted to bring something to my friends, but I didn’t want to have a shitty slideshow evening with them. So, I decided to draw each day a prominent thing which happened. It was far more representative from what I had lived. And my friends loved that.»

Après ce premier voyage, suivent la Guadeloupe, le Pérou, l’ Inde...

After that first travel, came Guadeloupe, Peru, India...

“J’ ai failli me faire extradier en voulant gruger l’ entrée du Macchu Picchu”

« I was on the brink to be extradited from Peru wanting not to pay the entrance of the Macchu Picchu»

“J’ ai de bons souvenirs du Laos. J’ ai beaucoup kiffé les gens, qui sont calmes et souriants. Je comprenais pas pourquoi les chiens avaient tant peur de nous. Le soir même j’ ai vu un chien en train de cuire à la broche et j’ ai compris.”

«I have good memories of the Laos. I loved the people there, very peacefull and smilling. I didn’t understand why the dogs where that scary of me. The same evening, I saw a dog cooking on a spit and I understood.»

44


45


46


Aujourd’hui, il voyage avec sa copine, qui essaye tant bien que mal de vivre avec sa passion. Il est comme plongé dans une bulle lorsqu’il gratte son carnet, ce qui peut la rendre particlulièrement folle. “Je refais jamais mes dessins, je cherche pas un truc parfait. Je m’inspire cette philosophie du dessin du graphiste Joan Sfar ( Le chat du rabin), réalisateur du film sur Gainsbourg” Il est désormais temps de quitter Julien, même si on sent qu’ il a encore bien des histoires à nous raconter. On espère juste qu’ un éditeur passera par là, et fasse publier ce carnet afin de vous faire partager d’ une manière rare les aventures et les expériences d’ un personnage hors-normes. Nowadays, he travels with his girlfriend, trying somehow trying to live with his passion. He is like imerdes in a bubble when he is drawing his travel diary, which can make her especially crazy. « I never remake my drawings, I’m not looking for something perfect. I’m inspiring my drawing philosophy of the graphic designer Joan Sfar («Le chat du rabin»), realizator of the movie about Gainsbourg.» It’s now time to leave Julien, even if we feel that he has far more stories to tell us. We just hope that an editor will come along, and publish his travel diary so as to share by an uncommon way, the adventures and experiences of this non-standard character >> www.artistikkommando.com

47


Lifestyle

Texte > Roman Soler et Geoffrey Courbon - Photos > Roman Soler

The arrival is always the same. You just left the train station, that you are exhausted by the divine smells coming out of the many coffee shops which abound in the city of Amsterdam. In the majority of the world during the 20th century, the states made policies of cannabis prohibition . Nevertheless, the Netherlands have a difference at this level. The sale and consumption are not legalized but regulated. It is obvious that you musn’t fall into tourist traps. We have also made a short tour. Walking on the bridge of Marnixstraat, we saw at a window a sulphurous blonde, a big cone in the mouth and an open book in front of her. I thought that a space where you could look in peace on the literature could be that welcoming. Comes before, the sign wasn’t so attracting, like most of the coffees.

L’arrivée est toujours la même. À peine est-on sorti de la gare que l’on est embaumé par les effluves s’échappant des multiples coffee shops dont regorge la ville d’ Amsterdam. Dans la majorité des pays d’Europe au cours du 20ème siècle règne une politique de prohibition du cannabis. Les Pays-Bas exercent néanmoins une différence à ce niveau. La vente et la consommation ne sont pas légalisées mais règlementées. Il est bien évident qu’ il ne faut pas tomber dans les pièges à touristes. Aussi avons nous fait un petit tour. En marchant sur le pont de Marnixstraat, nous avons aperçu à une fenêtre une blonde sulfureuse, un gros cône à la bouche et un livre ouvert devant elle. Je me suis dis qu’ un espace où l’ on pouvait se pencher en paix sur de la littérature ne pouvait être qu’ accueillant. Arrivé devant, l’enseigne ne paie vraiment pas mine,comme la plupart des coffees.

48


Mais un pied posé au sein de l’ établissement, et vous avez déjà un menu conséquent. G-13, Amnesia, Lemon Haze, Cheese, White Monkey, Afghan, Super-polm et j’ en passe. Tout ceci avec des prix assez abordables, comparés aux prix moyens. Situé en dehors du centre touristique d’ Amsterdam, le “Funky Munkey” possède une clientèle d’ habitués et une ambiance proche d’ un bar sympathique, mettant à disposition un billard et un jeu d’échecs. Les murs de ce coffee sont impressionnants, car entièrement peints à l’aérographe et les fenêtres donnent sur un des canaux de la ville. Les plafonds représentent un ciel avec au centre un ange : un ange muni d’ un arc tirant non pas des flèches mais des joints. Les effets de la White Monkey (la cuvée maison) montés à la tête, on se rend compte que derrière le canapé sur lequel on est étalé se tient une grosse cible de fléchettes. Et on quitte l’ établissement comme touché en plein dans le mille. One foot in the establishment, and you have a consequent menu. G-13, Amnesia, lemon haze, cheese, white monkey, Afghanistan, and super-polm so as not to. All with quite affordable prices compared to average prices. Located outside of the tourist center of Amsterdam, the “funky monkey” has customers of regulars and atmosphere close to a friendly bar, featuring a pool table and a chess game. The walls of this coffee are the most impressive, ‘cause fully painted by aerosol. With windows overlooking one of the canals of the city, the roof is a sky centered with an angel: an angel equipped with a bow aimed with joints.Once the effects of the white Monkey (the “cuvée” of the house) mounted to the head, you realize that behind the sofa is standing a big target... You go out of the coffee has hard hitted. >> Funky Munkey Marnixstraat 333 1016 TC Amsterdam, Netherlands

49


Lifestyle

- Penfield -

- Bandi-1$m -

- Huf -

- Supreme -

- Obey -

- Nike x 123 Klan -

50

- Element -

- Actual Pain -

- Stussy -


- HĂŠlas -

- Nixon -

- Shwood -

- Pointer -

- 9Five -

- Nike SB -

- Quintin -



Jacker magazine #1