Page 1


edito CEUX QUI SCRUTENT LE CIEL ÉTOILÉ EN REDOUTANT QUE DES PETITS HOMMES VERTS DÉBARQUENT SONT TELLEMENT NAÏFS. SOYONS HONNÊTES, SE TAPER DES ANNÉES LUMIÈRES DE VOYAGE POUR ARRIVER SUR UNE PLANÈTE MALTRAITÉE PAR SES PROPRES HABITANTS DEPUIS DES SIÈCLES, SERAIT COMPLÈTEMENT CON. MAIS ADMETTONS QUE ÇA ARRIVE, LES SEULS SOUVENIRS LÉGITIMES QU’ILS SERAIENT SUSCEPTIBLES DE RAPPORTER CHEZ EUX SONT RÉUNIS ENTRE VOS MAINS, EN CE MOMENT MÊME, DONC SURVEILLEZ QUAND MÊME VOS ARRIÈRES, AU CAS OÙ. DE NOTRE CÔTÉ, CETTE ANNÉE 2015 S’ANNONCE PLUS QUE CHARGÉE, UN NOUVEAU SITE WEB, L’OUVERTURE DU JACKER WORKSHOP À MONTPELLIER, AINSI QU’UNE MULTITUDE DE NOUVEAUX PRODUITS ET DE COLLABORATIONS SIGNÉES AUTHENTIC DOPE. NOUS AVANÇONS VAILLAMMENT SANS REGARDER EN ARRIÈRE, NOTRE ÉQUIPE GROSSIT À VUE D’OEIL ET SI ÇA CONTINUE COMME ÇA, VA FALLOIR LES ENTASSER DANS LES PLACARDS. ON EN PROFITE POUR REMERCIER TOUS CES NOUVEAUX COMBATTANTS, SANS QUI ON SERAIT QUAND MÊME BIEN EMMERDÉS, RECONNAISSONS LE. ON VOUS LAISSE EN VOUS RAPPELANT UNE CHOSE, PLUS QU’UN SIMPLE MAGAZINE, NOUS SOMMES UN ÉTAT D’ESPRIT, UN GROS DOIGT BIEN MOITE ENFONCÉ DANS LE CUL SERRÉ DU MAINSTREAM, UN CULTE DE LA DÉSOBÉISSANCE, QU’ON ENTRETIENT AVEC FERVEUR. NAÏVE ARE THOSE WHO LOOK AT THE MILKY WAY FEARING A SUDDEN INVASION OF GREENISH CREATURES. LET’S BE HONEST, THE IDEA OF TRAVELLING LIGHTYEARS TO LAND ON A PLANET THAT HAS BEEN ABUSED FOR CENTURIES BY ITS OWN INHABITANTS, WOULD BE ABSOLUTELY STUPID. HOWEVER, LET’S SUPPOSE THIS COULD HAPPEN, THE ONLY LEGIT SOUVENIR LIKELY TO BE JACKED, IS PINCHED BY THE STRENGTH OF YOUR FINGERS AT THIS PRECISE MOMENT. WATCH YOUR BACK THOUGH… ON OUR SIDE, THE YEAR 2015 ALREADY SOUNDS OVERWHELMINGLY SUCCESSFUL: A NEW WEBSITE WILL SHOW ITS NOSE UP, THE DEBUT OF OUR WORKSHOP IN MONTPELLIER, ALONG WITH A BUNCH OF MERCHANDISES, SIGNED AUTHENTIC DOPE. WE BRAVE THE STORM WITHOUT LOOKING BEHIND OUR SHOULDERS, OUR CREW GROWS EVERY DAY AND IF IT KEEPS ON GOING AT THAT PACE, WE’RE GOING TO HAVE TO PILE THEM UP IN THE CLOSET. SHOUT OUT TO ALL OUR NEW SOLDIERS, WITHOUT THEM THE SITUATION WOULD SLIP THE FUCK OUT OF OUR HANDS. NOW, YOU ARE LEFT ALONE WITH THESE WORDS: JACKER IS NOT A SIMPLE MAGAZINE, IT IS A STATE OF MIND, A MOISTENED MIDDLE FINGER RIGHT IN THE ARSE OF THE MAINSTREAM INDUSTRY, A TRIBUTE TO NAUGHTINESS MAINTAINED WITH ARDOR.

6


Sommaire

18

24 Reks

Wes Kremer

32

38 Rasko

Ray Okpara

P 46

50 Brusk

Naughty Ride

58

64 Freak City

Todd McCormick

70

76 Toma Pegaz

Stay Free Kollectiv

8


Founders Roman Soler Aurélien Courbon

Big up to ... Clément Chaptal Olivier Pelazza Christian Malatère Hugo et Gérard Justinesy Yohann Guillaume Chollet Benoit Gaillet Cedric Benoit Peck Fred Oualid Cédric Crouzy Sandro Leal Julien Pirrello Annette et Patrick Vincent Bouquet Brice Vergez Manuel Ibanez Brice Rancou Baron & Sojah Denis Voyant Michel Cozzolino Jean Baptiste Besson Mickey Guimball Max Laetitia Richaud Thomas Martini Luc Bierme Fred Müller Eva Bos Sofiene Jimmy Bliggs Marvin Saint-Réquier Coralie Bonnat

Art Director and Design Aurélien Courbon Advertising Roman Soler Digital Daniel Boris Iglesia Operations and Finances Matthieu Cozzolino Print Editors Arthur Chambon Thomas Khennouche Louis Meeus Arnaud Catayée Léa De Cazo Web Editors Poupa Lost Alexander Stadil Emma Moreau Translators Daniel Boris Iglesia Events Renaud Odde Dimitri Gilles Collaborators Berthille Brandicourt Jorlan Mariotat Jade Mathieu Geoffrey Courbon Charly Ferrandes

Print Imprimerie Nouvelle - Apt Advertising Inquiries jacker.mag@gmail.com

Jacker Magazine est édité par la société Paper Haze. Paper Haze / Jacker Magazine 35 rue Faubourg du Courreau - 34000 Montpellier Toute reproduction est strictement interdite, sinon on vous plonge la tête dans un seau de merde.

FORGED WITH BLUNTS, SWEAT ... AND BEERS. Since 2011

W W W. J A C K E R M A G . C O M

10


What’s up ? AKASHA BOARD CO. Chez Akasha Board Co, on aime faire les choses bien! Voilà pourquoi toutes leurs boards sont fabriquées à la main, une à une, dans leur atelier de Marseille. Ils poussent l’éthique jusqu’à utiliser uniquement des produits respectueux de l’environnement et surtout, made in France, du bois jusqu’à la peinture à base d’eau. Chaque pièce est unique ce qui donne une sensation particulière à leurs boards quel qu’en soit l’usage. At Akasha Board Co., things are done properly! That’s the reason why all their boards are handmade, one after another, in their workshop located in Marseille. And the ethics goes further, all their products are based on environment friendly products, moreover, they’re all produced in France. Each piece is unique, which gives the deck a particular feeling in any kind of situation. www.akashaboard.co

WRUNG – The 20th Anniversary Wrung fête ses vingt ans en cette nouvelle année 2015 ! Vingt années de maturation pour la marque Made in Paris, désormais incontournable, qui multiplie les projets autres que le streetwear, notamment des vidéos freestyle, des collab’ avec des graffeurs, ou des clips de qualité, comme le dernier bébé, Némir X Dillon Cooper. This year Wrung is celebrating its 20th birthday. This made in Paris brand has now become unavoidable. In the last twenty years, they have spent developing diverse projects beyond its street wear. These include Hip Hop freestyle videos, graffiti collabs and awesome video clips just like the Nemir X Dillon Cooper that came out recently. www.wrung.fr

GUMBALL 3000 La célèbre course qui réunit chaque année les plus grandes fortunes et stars de la planète, (l’an dernier Deadmau5 & Xzibit), accompagnés de leurs mécaniques de pointe, lance enfin sa marque de vêtements. Une collection streetwear pour notre plus grand plaisir, à base de trace de pneu et de clef à molette. A aller checker dès que possible pour (r)éveiller le milliardaire qui sommeille en vous. This famous race gathers every year the biggest fortunes and celebs of the world (Last year Deadmau5 & Xzibit were there). Gumball 3000 has now introduced a street wear clothing brand that goes with its state-of-the-art mechanics, forged with tires and spanners. Check this new brand out and wake up the Gumball in you! www.gumball3000.com

12


What’s up ? CAYLER & SONs - black label L’étoile montante de la headwear n’a pas fini de multiplier les projets. Dans la foulée de la présentation du lookbook printemps-été 2015, ces insatiables lancent leur collection Black Label, une ligne de vêtements “street haut de gamme” . En exclusivité pour Jacker, ces amoureux du détail nous impressionnent une fois de plus par la finesse de leur travail. The headwear rising star continues pulling out new projects incessantly. During the launch of its Spring-Summer 2015 collection, this brand has also introduced their new clothing line “Black Label”, a high-fashion clothing line in street wear. Exclusively for Jacker, these perfectionists freak-a-zoids have impressed us once again by the detail level of their work. www. caylerandsons.com

DJINN'S X OJEY Célèbre pour ses illustrations très détaillées, OJEY prend le contre-pied de son travail pour cette collaboration réussie avec DJINN’S. Un design plus épuré, qu’il estime plus approprié aux vêtements et accessoires. L’illustration trouve son analogie dans les produits en peau de serpent proposés par la marque, conférant une cohérence à l’ensemble de la gamme. Famous for his very detailed illustrations, OJEY takes the opposite direction for this amazing collaboration with DJINN’S. This refined design matches perfectly the clothing brand and its accessories. This illustration finds its analogy in the snakeskin leather products that the brand makes and hence gives an overall cohesion with the rest of the collection. www.djinns.eu

Dc shoes x SHELTON WOOLRIGHT DC Shoes s’allie à l’artiste néo-zélandais Shelton Woolright, basé à Londres, pour créer une collection capsule dans un esprit résolument Street & Rock’n’Roll. A la fois photographe, batteur au sein du groupe « I am Giant », et designer, Shelton signe les Tshirts DC de ses photographies intitulées « L’art reflète la vie ». Une collab’ à suivre de près. DC Shoes teams up with the New Zealand born and London based artist Shelton Woolright to create an exclusive capsule collection inspired by the Street & Rock’n’Roll. Shelton is a photographer, designer as well as drummer for a band called “I am Giant”. Keep an eye open for his new collection “Art imitating life” with DC Shoes. Stay tuned. www.dcshoes.fr

14


Flava in ya ear

hip hop • Joey Bada$$ ft. BJ the Chicago Kid - Like Me • Hawk House - Chill Pill • The Four Owls - Old Earth • Mer2Crew feat. Split Prophets - Incorruptibles • Reks - 25th Hour • Swift Guad - Mon Empire • Caballero - Ne m’en voulez pas • Némir x Dillon Cooper - Global • Apollo Brown & Ras Kass - How To Kill God • Dab Rozer - Psychédélismes • Action Bronson - Actin Crazy • Lino - Suicide commercial • Lino, Le Rat Luciano, Don Choa - Atmosphère suspecte • Taylor Mace - Who am I • CunninLynguists, The Grouch & Eligh - Too Many Winters • Ghostface Killah - The Battlefield • Sixième Densité ft. Vice V3rs4 - Rough • Earl Sweatshirt featuring Vince Staples & Casey Veggies - Hive • Lacraps / Melan- Souffrir en silence • Tony Touch ft. Gangstarr - The Piece Maker

techno • Dimm & Odeon - Post London (Original Mix) - Kayf Label • ?! - Slight Paranoia (Mesrod Remix) [Alboratory] • Kokaz - Stay Away (Original Mix) [Tip Tap Records] • Monkey Coops - Rhythm Is Love (Original Mix) [Deep Tech Records] • Petar Cvetkovic - Teth [Kina Music] • Wally Stryk - Condition (Original Mix) [Innocent Music] • Olivian Nour - Aparat [Valioso Recordings] • Pat Ondebaak - Theory (Original Mix) [Draft] • Dan Evtimov - Sixty K (Original Mix) [Baile Musik Silver Edition] • Ben Grunnell - Groove Control (Original Mix) [Natural Rhythm] • Jack Wickham - Pilot 60 (Original Mix) [Drumma] • Mene - Crispy Ice (Luca Doobie Remix) [Medicine Musique] • Moonwax - Tellus (Original Mix) [Zeitlos Music] • T.Ricci - Enigma [Spartacus] • Yaya - No After Today (Arado Remix) [Oblack Label] • Reelow, Smoke Sykes - Krueger (Original Mix) [Wavetech Limited] • Artur Nikolaev - Next Wave (Original Mix) [Innocent Music] • Counrad - Call It Wild (Silat Beksi Remix) [Moral Fiber] • Olivian Nour - Bizerte [Valioso Recordings] • Monika Ross - Spectral (Original Mix) [Baile Musik Silver Edition]

16


GoodVibes

REKS Texte : Louis MEEUS

D

H

Jacker / Yo Reks, comment ça se passe ?

Jacker / What’s up Reks ?

Reks / Ça roule ! On est content d’être là, première étape d’une longue tournée européenne.

Reks / It’s all good man. We’re happy to be here, first stage of a long tour !

J / Bon, est-ce que tu pourrais nous expliquer d’où tu viens ?

J / At first, could you tell us a little bit about your story and the environment you grew up in ?

umility is an often forgotten value, in a society that pushes performance and greed to their extreme. Reks is a rapper who’s got this as a personal achievement. Coming out from the shadow early 2000’s, Reks has dug his place as one of the great rappers of our time. His debut album Along came The Chosen launched him straight into the industry, directly collecting opportunities to connect with the greatest, Premo, Statik Selektah and Numanix ? Yes sir, that kind of opportunities. Reks made his name relatively quick, acquiring experience by the sides of well-known producers and rappers. Another adjective that would perfectly describe this dude’s attitude is productivity. Indeed, Reks has released not less than 10 albums since his debut, on which multiple rappers were able to put their own pieces of rhyme. All right, now you know. It was on a cold Friday night at our headquarters in Montpellier, approximately three hours before the concert started. We were enjoying our first paper filled with France purest weed when I realized Reks was coming and I was the one to write the interview. Of course, we knew who the dude was so I wrote my questions, finished my spliff and started heading to Le Rockstore, a place where people like Dj Premier came to play. We met Reks several minutes after arriving on the spot, the least I can say is that he is a man of respect. They were truly hyped out on our Magazine, and that’s the best sign of recognition we could have asked. After checking out our Authentic Dope, Reks invited us in his backstage to start the interview. Enough talking, have a look for yourself.

ans une société qui pousse la performance et l’avidité à son extrême, l’humilité est une valeur oubliée. Reks en a fait son accomplissement personnel. Sortant de l’ombre au début des années 2000, il a su se faire une place dans la cour des grands. Son premier album, «Along came the Chosen», l’a littéralement propulsé dans l’industrie qui lui a offert des opportunités de rapprochement avec les plus grands, à savoir Dj Premier, Statik Selektah et Numanix. Reks s’est finalement fait un nom rapidement, acquérant de l’expérience aux côtés des piliers de la scène. Un autre adjectif qui pourrait parfaitement décrire l’attitude de ce mec est : productivité. En effet, il a sorti pas moins de dix albums depuis ses débuts sur lesquels énormément d’autres rappeurs et producteurs ont partagé l’affiche avec lui. Maintenant que vous savez, flashback dans nos QG à Montpellier, approximativement trois heures avant que le concert ne commence, j’étais en train d’apprécier mon premier joint, alors que je réalisais que mes questions n’étaient pas prêtes. On connaissait le mec, j’ai donc écris mes questions, fini mon spliff, et j’ai commencé à bouger pour Le Rockstore, une scène très connue à Montpellier où DJ Premier s’est déjà produit. On l’a rencontré quelques minutes seulement après être arrivés, et le moins qu’on puisse dire c’est que c’est un homme respectable. Disons qu’il a adoré le magazine en le voyant et c’est la plus belle reconnaissance qu’on puisse avoir. Après avoir checké notre Authentic Dope, Reks nous a invité en backstage. Assez parlé, lisez ça par vous-même!

R / Je suis de Lawrence, dans le Massachusetts. C’est environ à trente minutes au nord de Boston. C’est là que j’ai grandi, ensuite j’ai déménagé à Boston. J’ai passé ma jeunesse dans une petite communauté, dans une ville construite autour de complexes industriels. Il y avait beaucoup d’immigrants dans cette région, entre autres d’Italie et d’Allemagne. A partir de là, beaucoup de gens ont commencé à bouger vers le sud ; ma famille par exemple vient de Caroline du Sud.

R / I come from Lawrence, Massachusetts. That’s about thirty minutes north from Boston. I was raised in Lawrence and then I moved to Boston. My up bring was in Lawrence, a small community in a city built off industrial mills. A lot of immigrants were coming in from Italy, Germany. And from there, a lot of individuals moved from the south, like my family came from South Carolina to Lawrence.

J / Donc tu as fait pas mal de connexions, là-bas, dans le milieu hip-hop ?

J / So you got a lot of connections in Atlanta right ? Family, rappers ?

R / Mon entourage habite dans ce coin, donc oui. Au niveau Hip-Hop, en octobre on est partis en tournée avec nos gars de Boston pour le collectif de MC’s Be In Town Bullies. On y est allés pour un festival nommé A3H pour « All 3 Cause ». Il y a de plus en plus de gens qui vont là-bas, surtout des USA, mais aussi de l’étranger.

R / Yeah, my siblings live there. Hip-Hop wise, we actually did a Boston trip in October for the Be In Town Bullies, a collective of MC’s where we attended a music Festival in the States called A3C which stands for all three cause. There’s a bunch of people coming from all over the USA and now even people from outside the States going to Atlanta.

1618


J / Tu as lâché ton premier album «Along came the chosen», en 2001. Quelle a été la réaction à sa sortie ?

J / So you released your debut album in 2001, what was the reaction to it ?

R / C’était plutôt une bonne réponse pour un premier album, car venant du Massachusetts, j’ai bénéficié de l’intérêt des magazines, ce qui m’a permis de m’afficher dans les bacs. Mais tu sais, je pense que quand cet album est sorti j’étais encore très jeune et centré sur mon ego, enfermé dans ma personnalité, mon art… Je commençais à me perdre dans tout ca. J’étais un jeune gars venant d’une petite ville et captant beaucoup d’attention à une vitesse effrayante. Ça part vite en roue libre. A ce moment-là de ma vie, j’ai fait beaucoup d’erreurs, j’ai brûlé pas mal d’étapes et, par conséquent, je devais faire l’effort de me réinventer. Cependant, ça va mieux maintenant, à force d’essais et d’erreurs, on apprend. Beaucoup de gens font attention à tes arrières dans ce genre de moments, Statik Selektah m’a beaucoup aidé par exemple. Je travaille constamment avec ce gars d’ailleurs. Bref, mon entourage m’a beaucoup aidé à devenir la personne que je suis aujourd’hui.

R /It was a good response for a debut album, coming from Mass. I got a lot of interest from the magazine so I was able to chart on billboards. But you know, I think when that album came out I was young and super egotistical and caught up in myself, my own artistry. I was getting lost you know, a young kid coming from a small city and getting a lot of attention real quick so I made a lot of mistakes early on, I burned a lot of bridges and therefore I had to reinvent myself. It’s much better now, you learn from trial and error you know. Some people get your back, for instance Statik Selektah, someone who I work constantly with. These people helped me reestablish myself.

J / Comment la connexion s’est-elle faite avec Statik Selektah ?

R / He was DJying for me early on, he actually put his first beat on Along Came The Chosen. That was the beginning of our relationship. I don’t date myself but I think we’ve been working together since 2000-2001.

J / How did you connect with Statik Selektah ?

R / C’était mon Dj dans le temps. En fait, il a posé sa première prod’ sur «Along Came The Chosen», c’était le début de notre collaboration. Si je dois faire un estimation, je pense que ça fait depuis 2000-2001 qu’on bosse ensemble.

J / I read you were a B-Boy before starting your career in the Hip-Hop industry. Was that your first introduction to Hip-Hop ?

J / Tu as été un Breaker avant de commencer ta carrière dans le Hip-Hop. Ce fut ta première expérience dans le domaine ? R / En fait, j’étais super jeune et pour être honnête, j’aurais jamais dû le faire ! J’étais un très mauvais Breaker (rires). Ne me demandez pas de danser, ça n’arrivera pas ! J’ai le sentiment que c’est un manque de respect par rapport à cet art qu’est le Break Dance, tu vois ce que je veux dire ? Parce qu’honnêtement, j’étais vraiment pas un Breaker de malade. C’était un petit groupe créé dans ma ville, on l’avait appelé Funktown Connection.

R / Well, I was super young and to be honest I shouldn’t have done that, I was a terrible B-Boy (laughing). Don’t ask me to do anything! I feel like I’m disrespecting the craft you know what I mean? Because truly, I wasn’t a super ill B-Boy. I did that in a group called Funktown Connection. J / You’re on Bricks Records right ? Did you get a lot of coverage before getting on it ?

J / Tu es signé sur Brick records, c’est ça ? As-tu bénéficié d’une grosse couverture médiatique avant de te lancer avec Bricks ? R / Non, j’ai posé mes premières rimes sur une track avec les Schizophrenics, c’est comme ça que j’ai fait la connexion avec Bricks. Ces gars-là étaient déjà signés sur ce label en fait.

R / Nah, the first piece of rhyme I was able to put on was on track with the Schizophrenics, that’s how I made the connection with Bricks because the guys were on that Record.

J / Tu as travaillé avec Dj Premier. Comment as-tu abordé cette expérience ?

J / You worked with Premo, what is the feeling when you collaborate with such a legend ?

R / On a sorti deux-trois titres ensemble, dont 25th hour, Say goodnight. C’est un privilège d’avoir pu travailler avec un des plus grands. Je ne sais pas vraiment mettre de mot sur ce sentiment. Quand tu es encore un gosse dont la seule envie, c’est de taffer avec les grands noms du Hip-Hop, c’est comme un rêve qui devient réalité, ca peut paraître cliché, mais c’est la vérité. C’est le genre de type qui t’inspire à cet âge là, donc forcément, t’as envie d’être dans le coup ! Bien sûr, j’ai beaucoup écouté la Gangstarr Foundation. Evidemment, venant de là d’où je viens, et être capable de travailler avec ceux que je considérais comme mes mentors, ceux qui ont littéralement développé le son pour la East-Coast, c’était une expérience exceptionnelle !

R / I’ve got a couple of records with Premo : 25th hour, Say goodnight. I’m blessed I was able to work with one of the greatest. I can’t really put it into words. When you’re a kid who wants to work with the great, it’s like a dream come true, it might sounds cliché but it’s the truth. It’s the kind of guy you look up, so you try to be down. Of course, I listened to Gangstarr Foundation. Obviously, coming from where I was coming from and be able to work with whom I considered the great and who developed the sound for the East Coast. It was an amazing experience.

20


J / As-tu rencontré Guru de manière personnelle ?

J / Have you personally met Guru ?

R / J’ai eu l’opportunité de rencontrer Guru avant qu’il ne décède, je n’ai jamais développé la relation cependant. C’était plus une relation de type professionnelle. J’étais un grand adepte de ce qu’il a fait tout au long de sa carrière, pas seulement pour notre culture, mais aussi sachant de quel milieu il était issu. Donc, tout mon respect, mais je n’ai jamais eu de vraie relation avec Guru.

R / I got the opportunity to meet Guru before he passed away. I never developed a relationship though. It was more a working connection. I was a huge fan of what he did, not only for the culture but also for the cast he was coming from. Just the upmost respect, but I never had a relationship with Guru.

J / Rest in Peace, Guru. De nos jours, y a t’il certains rappeurs avec qui tu aimerais collaborer ?

J / Rest in Peace Guru. Nowadays, is there any rapper you would like to collaborate with ?

R / Ouais ! Il y a ce gars Big K.R.I.T, Joey Badass, et j’aimerais travailler plus de projets avec MC John Connor de Flint, Michigan. Mes homies évidemment, les gars avec qui je suis en tournée, et pour qui j’ai le plus grand respect. Il y a beaucoup de kickers avec qui j’aimerais collaborer dans le Massachusetts : Easy Money, Dutch rebel et Hockey Dice qui fait partie de mon crew. Il y a aussi ce kid qui monte, Michael Christmas. Ouais, ça serait une bonne équipe !

R / Yeah, there’s that guy Big K.R.I.T, Joey Badass and I would like to do more with MC John Connor from Flint, Michigan. My own team of course, the cast that I’m on tour with that I respect to the upmost. A lot of upcoming kids from Massachussetts as well: Easy Money, Dutch Rebel and Hockey Dice whose part of my camp. There’s this new kid Michael Christmas. So, a cast like that.

J / On entend beaucoup parler de la scène Hip-Hop de New-york, comment ça se passe à Boston ?

J / We hear a lot about the New-York scene, what about Boston ?

R / Je pense que notre scène était plus étendue avant les années 2000, j’ai le sentiment qu’il y avait une connexion plus forte entre les MC’s de l’époque. De même, au niveau de l’industrie, il y avait beaucoup plus de possibilités pour se connecter avec différentes organisations, plus d’opportunités de s’attirer de l’attention.

R / I think our scene was larger pre-2000, I feel there was a stronger connection between all the MC’s calling up. There were a lot more connections to the different venues and opportunities to get more attention.

21


J / Que s’est-il passé selon toi ?

J / What do you think happened ?

R / L’industrie du Hip-Hop s’est effondrée, tu vois ? Dans son ensemble, je pense que l’industrie musicale souffre en ce moment. Elle s’attire beaucoup plus d’attention grâce aux réseaux sociaux et à la visibilité qu’ils apportent. Mais en même temps, la connexion fan-artiste se perd, tout le monde est un artiste de nos jours…

R / The industry collapsed you know. As a whole, I think Music is suffering. It’s gaining a lot more attention thanks to the social medias and being more visible but at the same time it’s loosing its fan-artist connection. Everyone’s an artist now… J / What are the talents you look at, that are yet to be discovered ?

J / Quelles sont les nouveaux talents sur lesquel tu gardes un œil ?

R / A lot of artists that are on the stage should be getting a lot more of fans attention. It is what it is you know, the industry is always gonna be the industry, there’s always gonna be commercialism. They’re (the majors) are gonna put in place who they feel should be.

R / Il y a beaucoup d’artistes sur scène qui ne bénéficient pas encore de l’attention que les fans devraient leur accorder. Parlons peu, parlons bien: cette industrie restera toujours la même, il y aura toujours du commercialisme. Les majeurs décident de qui doit être en place, ou pas, ce n’est plus une question de talent. J / Nous avons entendu dire que tu as des enfants, comment gères-tu la vie d’un rappeur et celle d’un père ?

J / I heard you saying you have children. How do you deal with the life of a rapper and a father ?

R / C’est dur de maintenir un équilibre. Je ne suis plus avec la mère de mes enfants mais c’est une merveilleuse femme. On fait en sorte que ça fonctionne. J’ai toujours eu le souhait de faire de la musique, et elle, ne voulait plus être mariée à un MC ou qui que ce soit ayant le même lifestyle. Cependant, même si on s’est construit chacun de notre coté, je n’ai jamais éliminé la possibilité d’élever nos enfants.

R / It’s a tough balance. I no longer am with my kids mum but she’s a wonderful woman. We make it work. I’ve always wanted to do music so she didn’t be married anymore to a MC or somebody who was living the life that I was living. Even though we grew apart, I didn’t eliminate the possibility of raising our kids.

J / Tu travailles sur de nouveaux projets ?

J / Have you got any new projects coming up ?

R / A l’heure d’aujourd’hui, je bosse sur un nouveau projet. Je collecte des instrus et je fais mes choix concernant les rappeurs qui figureront avec moi sur le projet. Cependant, je pense que je vais retourner à l’ancienne formule, c’est à dire, utiliser une large palette de producteurs car sur les derniers albums, il y en a un qui a été fait en collaboration avec Hazardous Sound, nommé Eyes Watching God, un avec Statik Selektah appellé Straight : no chaser et aussi un avec Numanix, Revolutionnary. Alors maintenant j’ai envie de retourner au Boom Bap classique.

R / Right now, I’m working on a new projects, collecting beats and deciding on MC’s but I think I’m gonna go back to the old formula where I used a bunch of different producer because on my last few albums I’ve done one with Hazardous Sound called Eye Watching God and one with Statik Selektah named Straight : no chaser and also Revolutionary with Numanix. I wanna go back to the classic Boom Bap.

22


Skateboarding

WES KREMER TEXTE : AURéLIEN COURBON - PHOTOS : GASTON FRANCISCO

O

n avait un peu l’impression de tourner en rond... Attention, loin de moi l’envie de dénigrer le skateboard moderne, mais il faut se rendre à l’évidence: tous ces champions se ressemblaient. Le game laissait de moins en moins de place aux valeurs qui ont fait la beauté de cette discipline. La création et la recherche permanente de spots et tricks, inédits et originaux, ont, peu à peu, laissés place à un esprit de compétitivité motivé par les ridicules sommes d’argent à la clef. Puis, Wes Kremer est arrivé et a mis tout le monde d’accord. C’est la vidéo «Crusty by Nature», sortie en septembre dernier sur le web, qui a fait la différence. Bien sûr, on l’avait déjà vu à l’œuvre dans plusieurs parts, mais cette dernière réunit tous les ingrédients pour en faire quelque chose de mythique. Une bande son exceptionnelle, un premier plan où il manque de se faire écraser par une Mercedes, une sélection de tricks hallucinante et le tour est joué ! Ajoutez à ça la visibilité d’une marque comme DC Shoes et voilà que le jeune membre de la team Sk8Mafia devient le nouveau SOTY, (Skater of the Year pour les incultes), bien que ça ne soit une surprise pour personne. Wes nous replonge dans les Nineties, où le Street Skateboarding était, avant tout, une histoire d’innovation et de lifestyle, et ça fait du bien.

W

e entered in some kind of vicious circle. Watch out though, far from me the idea of denigrating nowadays skateboard scene, but we gotta stay honest, all those champions were very similar to each other. The skateboard game started dedicating less space to the main values that made our discipline as beautiful as it is right now. Seeking new spots and landing gnarlier and more technical tricks slowly became less important than it had been until this day. Like a huge bomb right in our face, Wes Kremer arrived and nuked the game with his creativity and gnarliness that only him is capable of. His last part « Crusty by Nature » released in September 2014 on the web clearly dug the gap between the mainstream skateboarding and its real values that Wes perfectly represents. Obviously, it is not the first time this dude caught our attention, we’ve seen him evolve year after year to become the ripper he is today. However, that part makes the difference gathering all the ingredients to create a future classic : funky soundtrack, stunning trick selection and a first shot that almost saw Wes get rammed by a car ! And even though it might be obvious to some of you, if you add a hint of DC Skateboard visibility to this recipe, you get the dude the Holy title of « Skater of the Year ». Wes Kremer brings us back to the good years of Skateboarding when innovation, creativity and lifestyle were the roots of the discipline, and well, that feels good !

Jacker / Qu’est ce que ça fait d’être skater of the year ?

Jacker / How does it feel to be skater of the year ?

Wes Kremer / C’est tout simplement incroyable. J’ai l’impression que c’était hier. Je pense que j’ai gagné de l’attention grâce à ça. La soirée était absolument monstrueuse, juste comme dans un film, je suis parti en live complet. C’était la soirée «King of the Road» et «Skater of the Year» en même temps, donc y avait tous les skateurs du milieu, à fond de weed, y avait mes bro’ de SkateMafia et pleins d’autres gens du monde entier. Complètement ouf !

Wes Kremer / It feels amazing. It feels like if it was yesterday. I guess a bit more of attention now. The party was absolutely insane, it was almost like something out of a movie (laughs) I was loosing it. Mad! It was king of the road and skater of the year party so pretty much all the pothead’s skaters were there, it was like sk8 mafia homies and all types of people from all different directions.

J / «Naughty by Nature» sont venus, c’est ça ? Comment était le concert ?

J / “Naughty by nature” were there right ? How was the gig ? W / Oh my good, I couldn’t believe my eyes everything happened so fast, I was on stage and then they came on stage. Right when they started playing music I went meet my parents and my sister. Jimmy from DC shoes was there. My parents were so excited it was like something from a movie you know.

W / Oh Mon Dieu, j’en croyais pas mes yeux quand je les ai vu débarquer. J’étais sur scène et là, ils sont arrivés. Lorsqu’ils ont commencé à jouer, je suis allé rejoindre mes parents et ma sœur. Jimmy de DC était là aussi. Mes parents étaient vraiment contents, c’était vraiment comme dans un putain de film

24


25


Mes parents ont toujours surfé donc j’allais énormément à la plage. Puis, les gamins du voisinage étaient tous en skate et mon père aussi, donc c’est venu naturellement. J / Peux-tu nous parler un peu plus de « Crusty by Nature » ? Tu pensais que ça serait aussi fat ?

J / Could you tell us a bit more about your Crusty by nature ? Did you expect it to become so big ?

W / Non, pas du tout. Je délirais quand on a fait le montage. Je ne m’en suis pas rendu compte à ce moment là, je sais pas... C’était juste des sessions de skate des deux dernières années qu’on a rassemblé et qu’on a appelé «Crusty By Nature», et ça a plutôt bien marché (rires).

W / No, not at all. I was tripping when we were putting it together. I haven’t realized yet, I don’t know. It was a bunch of footage from the last two years named it “crusty by nature” and it worked out (laughs).

J / Tu sembles écouter beaucoup de Hip-Hop n’est-ce pas ? Une préférence pour un artiste ?

J / You seemed like you listen to a lot of hip hop right ? Who are your favorite artists ?

W / Je suis un gros fan de tout le Hip-Hop underground des 90’s. Et je sais que la scène rap française est énorme, vous les gars, vous faites du vrai pera.

W / I’m a big fan of all 90’s Hip Hop and underground shit. And I know the French Hip Hop scene is huge, you guys have a bare Hip Hop.

J / Si on retourne dans ton enfance, t’es né à Tokyo et tes parents ont bougé à San Diego c’est ça?

J / So going back to childhood you were born in Tokyo and then your parents moved to San Diego is that right ?

W / Ouais, j’ai vécu à Tokyo pendant dix mois de ma vie. En fait, mon père bossait pour une compagnie et a échangé sa place pour aller à Tokyo pendant deux ans puis, on est retourné à San Diego.

W / Yeah, I was living in Tokyo for about 10 months of my life, my dad was working for a company and swapped with someone working from the Tokyo’s office for two years, and then we moved back to San Diego.

26


J / Qu’est ce qui t’as motivé à faire du skate ?

J / So could you tell us what motivated you to skateboard ?

W / Mes parents ont toujours surfé donc j’allais énormément à la plage. Puis, les gamins du voisinage étaient tous en skate et mon père aussi, donc c’est venu naturellement. Après, je suis allé à des colos de skate et je suis tombé amoureux. J’ai commencé avec une board fish, c’était funky et j’en fait dès que je peux.

W / My parents had always surfed so I grew up going to the beach a lot. Then some of the kids in my neighborhood use to skateboard and my dad use to do it too so it came naturally. I then went to skate camp and just fell in love. I started with a fishtail board and it was pretty funky, I fishtail whenever I can.

J / Quand est-ce que tu as réalisé que le skate allait devenir plus qu’un hobby ?

J / When did you realize that skateboarding was going to be more than a hobby ?

W / Je ne sais pas, je dirais lorsque mon meilleur ami d’enfance à commencé à être sponso par le skateshop local. Il a commencé à avoir des boards gratuites et des t-shirts, j’étais impressionné de pouvoir choper plus que du plaisir avec le skate.

W / I don’t know, I suppose when my best friend when I was growing up skating started getting sponsors from the local skateshop. He started getting like free boards and t-shirts and I was impressed that you could get something out of it more than fun. You can actually skate and get stuff for it. I would have never imagined that it would be anything like it is today, being able to travel as much as I have and wake up whenever I want. Just having the freedom to skate and do whatever I want. I will never realize this.

J / Donc ton premier sponsor était Osiris n’est-ce pas ? W / Exactement, je connaissais quelqu’un qui y travaillait à cette époque. Il montait des teams skate de kids et organisait justement les skate camps, genre de colonies de vacances pour les minots qui font du skate. C’est à partir de là que j’ai commencé à avoir des pompes gratuites et c’est de là que tout est parti.

J / So your first sponsor was Osiris right ? W / Yeah that’s right, I knew someone that used to work there at the time. He used to organize the kids team and organizing the skate camp. I started getting free shoes and it started from there really

J / Puis tu as bougé chez Sk8mafia ? Comment ça s’est passé ?

J / And then you moved to sk8mafia ? How did that go ?

W / Sk8mafia est arrivé naturellement, je skatais avec tout le crew.

W / Sk8mafia came about, I started skating pretty much with all those homies, it just came naturally.

27


My parents had always surfed so I grew up going to the beach a lot. Then some of the kids in my neighborhood use to skateboard and my dad use to do it too so it came naturally. J / Tu as bougé chez DC Shoes. Je suppose que c’était un gros truc pour toi ?

J / You moved to DC Shoes, I suppose that was a big move for you ?

W / Ouais, je commençais à décoller et c’était juste la folie. Beaucoup des teamriders étaient mes potes, l’opportunité s’est tout simplement présentée et j’étais plus qu’heureux de pouvoir rejoindre la team.

W / Yeah, things were taking off and that was crazy shit. Many of them were homies to me, the occasion just kinda stood up and I was more than happy to join the team.

J / Quel fut ton meilleur trip avec DC Shoes? Une anecdote marrante ?

J / What was your best trip with DC Shoes, could you tell us a funny moment ?

W / Ça c’est une question difficile. Je peux pas te dire quelle session était la plus marrante, il y en a vraiment trop. Je pense que celle que j’ai préféré était celle en Asie du Sud Est. On est allés sur cette île de fou, c’était un méchant trip, on était en skatetrip mais on chillait énormément à la plage aussi. C’était chanmé, mais il y en a eu tellement des comme ça...

W / Oh that’s a hard one I can’t say which one was the funniest one, too many of them. I guess the one that I liked the most was in southeast Asia, we went to this crazy island, that was a good trip, we were chilling most of the time on the beach so that was unreal, it was a skate trip and that was the best thing. But there were too many trips like this.

J / Merci d’avoir répondu à nos questions, quels sont tes plans pour ton futur proche ?

J / Thanks for answering our questions and what are your plans for the near future ?

W / Eh bien j’espère rester en forme, continuer de skater, continuer de découvrir des places et j’espère être bientôt en France.

W / Well I hope I’ll stay healthy and keep skating, keep discovering new places and hopefully I’ll make it soon to France. J / Yeah man, come to Montpellier and check us out !

J / Yes mec, viens à Montpellier et check nous !

W / Oh man, definitively! (Laughs)

W / Oh mon gars, carrément! (Rires)

30


Graffiti

RASKO Texte : AURÉLIEN COURBON

Ç

I

Jacker / Hey Rasko, tu es un des graffeurs russes les plus connus en Europe, penses-tu que le vandale soit plus facile en Russie qu’en Europe ?

Jacker / Hey Rasko, you are one of the most famous Russian graffiti artists in Europe, do you think vandal graffiti is easier in Russia than other place in Europe ?

Rasko / Salut ! Je n’ai pas été si souvent en Europe. Le « graffiti-vandal » est sans doute plus facile à pratiquer en Russie que dans les pays d’Europe. La Russie est un pays plus libre et les gens ici ne sont pas très regardants sur le respect des lois et autres règles. Les passants ne sont pas très intéressés par ce qu’il se passe autour. La police a d’autres chats à fouetter et on peut s’arranger avec eux. Ici, on ne met personne en prison pour un dessin.

Rasko / What’s up! I have been in Europe a few times. In Russia it is easier to practice vandal graffiti. To my eyes, Russia is a country of freedom where people do not care that much about respecting the laws and rules. Usually, wanderers just do their things, without really paying attention to what is around them. As far as the police is concerned, they got other businesses to deal with and you can always pay your way out, you do not go to jail for a simple sketch.

J / As-tu déjà eu des problèmes avec la police ? Quels sont les risques en Russie ?

J / Have you ever had any problems with the cops ? What are the risks in Russia ?

R / Je n’ai jamais eu de problèmes avec la police. J’ai toujours pu m’en sortir en discutant, en disant que je ne suis coupable de rien, que je ne sais rien, que je n’ai rien fait. Le plus important est de ne pas avoir peur sinon il peut y avoir des problèmes. Le pire qu’il puisse arriver est de passer la nuit au poste. Mais on peut toujours trouver quelqu’un de compréhensif. Il m’est arrivé aussi de résoudre un problème en offrant de la vodka, (Russie, vodka, Poutine ! Tu vois ce que je veux dire ?!). Quant aux problèmes avec les déséquilibrés et les gardiens, il y a la bombe lacrymo.

R / I have never been in real trouble with the police. Most of the times, I talk my way out, I just say I haven’t done it or don’t know anything about it. The most important in that kind of situation is to stay calm and confident, without being scared, otherwise you get in trouble. The worst that can happen is to spend a night at the police station. There is always someone understanding and ready to help. Of course, vodka has been a way out more than once. Russia, Vodka, Putin, know what I’m sayin’ ? With the guards and retarded people in general, pepper spray can be an effective solution.

t has been forever we’ve been willing to hook up with this dude for an interview, and it was all but easy! However, after trying a few times to get in touch with him by Facebook, without success, it was decided to pass by beautiful Russian lady which made it a lot easier. Watching him covering Putin’s territory with his art in broad daylight through his YouTube videos drove us completely crazy. An interview was thus unavoidable. Obviously, Russia has other issues than tracking graffiti artists through its streets. Yes, Vodka. Although Rasko does it the hard way and we love that at Jacker. He’s a passionate individual, without having the need to sell his work to posh art galleries for ridiculous prices. This guy cannot be controlled. He’s a graffiti freak who will never stop spreading his art all around the world. Enjoy Rasko.

a fait une bonne paire de mois que je voulais choper ce lascar en interview, et ça n’a pas été une mince affaire. Après quelques échanges sur Facebook qui n’ont pas abouti, on a décidé de passer le relais à une jolie russe, avec qui le courant est de suite mieux passé. Je le voulais dans le Mag’ ce Rasko ! Le regarder défoncer le royaume de Poutine, en plein jour dans une bonne dizaine de vidéos Youtube, m’avait bien trop mis l’eau à la bouche. Certes, la Russie n’est pas la nation la plus sévère avec cette discipline. Imaginer la police locale abandonner son verre de vodka pour aller traquer les graffeurs me paraissait un tantinet optimiste... Mais il ne fait pas dans la dentelle, et ça nous plaît. Rasko n’a pas de crew et ne vend pas de tableaux hors de prix dans les galeries, c’est un loup solitaire, un indiscipliné hyperactif, éternel vandale au sein d’un mouvement qui a tendance à oublier ses racines.

32


33


J / Que pensent les russes de Poutine et son gouvernement ?

J / What do Russians think about Putin and the government ?

R / Les Russes aiment Poutine, tous croient au retour de la puissance du pays. Durant les dernières années, la vie s’est largement améliorée : évidemment, il y a toujours des punks protestataires à qui on a graissé la patte, qui veulent envoyer le pays à la casse sans doute. Je ne vois pas de raisons à ces protestations, sans fondement, que font ces gens qui ne comprennent rien. En même temps, je ne pense pas être très calé en politique.

R / Russians love Putin and strongly believe in the return of Russian power. In the past years, the quality of life has drastically improved. Obviously, there is always going to be punkass whiner undoubtedly seeking to wreck our country. Personally, I don’t see anything rational in this kind of protests. I believe those people do not have a good understanding of what is happening around them. But to be honest, my knowledge in politics is quite shallow.

J / Quand as-tu réalisé tes premières pièces ?

J / Can you explain us how you got dragged into graffiti ?

R / Je suis entré dans le graffiti à la fin du siècle dernier. C’est le graffiti qui m’a trouvé, c’est le destin. En commençant à dessiner, je ne connaissais pas le mot « graffiti », je n’écrivais pas de « street mob », je ne faisais pas de photos de mes travaux, comme on le fait maintenant. Tout ce que je faisais se faisait naturellement et ne concernait que la rue. Je n’ai pas de photos de mes premiers travaux, je n’ai que des esquisses et des souvenirs.

R / I got into it in the 90’s. At the beginning, I had no clue what the word Graffiti was, did not write any street mob and no pictures of my work were taken. To be honest I did not seek to get into graffiti. It naturally came to me. Everything I did was very obvious and for the sake of the street only. What is left of my early work are sketches and souvenirs, no photos.

J / Qu’est ce qui t’as motivé à continuer le graffiti ?

J / Who or what motivated you to keep doing Graffiti ?

R / Continuer à graffer signifie qu’il faut développer son style car il y a beaucoup d’autres gens dans le monde qui font des graffitis de qualité, alors j’essaie de faire mieux, quoique je pourrais faire encore plus d’efforts... Internet aide aussi beaucoup de gens du monde entier à voir mes lettres, je trouve ça intéressant. Lorsque j’ai commencé, il n’y avait rien de tout ça. Je ne suis pas entravé par le travail et la famille donc je peux dessiner tout le temps, sans contrainte et sans penser aux problèmes de la vie. Tout est super. Oui et j’aime dessiner sur les murs, dessiner des lettres sauvages, c’est fantastique et cela démarque les graffitis des autres arts graphiques.

R / There are so many skilled artists, if I want to keep on drawing, I must step my game up. Therefore, I’m continuously trying to improve although I could put even more energy on it. What’s also very interesting is the power of Internet, it helps a lot when it comes to bringing awareness to the people who do not know me, yet. You know, when I started, there was nothing like it. That’s a big change. I am not bonded to any family or work obligations. It allows me to paint all day, every day, without pressure or possible life issues. It’s all good in the hood. The best incentive I have is the result of my work. I love painting walls, drawing wild letters out of nowhere, that’s what makes us different from other graphic and visual artists.

34


Le pire qu’il puisse arriver est de passer la nuit au poste. Mais on peut toujours trouver quelqu’un de compréhensif. Il m’est arrivé aussi de résoudre un problème en offrant de la vodka J / Tu sembles ne pas avoir de crew, tu es contre ça ou tu veux juste faire les choses séparément ?

J / You don’t seem to have a crew, are you against that or you like just doing your own separate thing ?

R / Je ne suis pas contre le groupe mais il faudrait que ce soit avec des gens bien et de bons writers. Je n’ai toujours pas rencontré mon âme-sœur artistique, ou alors, je ne l’ai pas remarqué mais qui sait? Cela peut changer... Actuellement je suis un loup solitaire.

R / I’m not against being in a crew. They would need to be good people and good writers. By now, I still haven’t found my soul mate or maybe I just do not know he’s around. It might change, who knows? I am a lone wolf, an army of my own.

J / Tu as une histoire de session vandale qui s’est mal passée ?

J / Do you have a bad story of a vandal session gone wrong?

R / Je n’ai pas eu d’histoires vraiment terribles. J’essaie de croire en ma chance. Il m’est arrivé de m’enfuir en courant, de m’extraire de situations délicates, d’attaquer un gardien à la bombe lacrymo, de finir au poste, mais tout s’est toujours bien terminé. D’autant que je ne prends pas trop de risque et que je dessine vite. Pour moi, l’important c’est le dessin, pas le risque. Le résultat est plus important que le processus. Les seules mauvaises histoires ont eu lieu avec d’autres graffiti writters. J’ai surtout déchanté à cause de trahisons, de jalousies ou d’incompréhensions.

R / I have never really experienced bad stories. I guess I’m lucky. Of course I had to run sometimes, pull myself out of sketchy situations, got jailed and a few guards got pepper sprayed too, but it never ended badly. Especially because I’m not risking too much along with the fact I work pretty fast. As I said, only the result counts, so the drawings are more to be taken in consideration than the risk that could be brought with. What truly hurts is how people sometimes behave, betraying, jealousy and non-understanding can occur, and that’s a pity.

J / On t’a vu faire du parkour ou du free run dans certaines vidéos. Tu t’entraînes ?

J / We saw you doing some Parkour or Free running in some videos. Do you train or is it just for fun ?

R / C’est juste pour le plaisir, j’essaie des trucs mais on ne peut pas appeler ça de l’entraînement. S’entraîner serait une bonne idée: parkour et graffitis, c’est une bonne combinaison! Et oui le sport, c’est toujours une bonne chose.

R / That’s just playing. I try stuff but that could not be called “Training”. Although, it might be a good idea, both activities could be such a sick combo. Anyway, sport is always a good thing.

35


The worst that can happen is to spend a night at the police station. There is always someone understanding and ready to help. Of course, vodka has been a way out more than once. J / Tu caches toujours ton visage et tu fais d’autres boulots sous le nom de Rasko. Tu peux nous en dire plus sur toi ? Dans la limite de la confidentialité bien sûr ?

J / Obviously you always hide your face and you don’t make other art stuff under the name Rasko. Can you tell us more about you? Within the limits of confidentiality, of course.

R / Je suis comme un Ninja, j’attaque anonymement. Mais ce qui m’importe, c’est que les gens normaux et, ceux, moins normaux voient mes graffitis. Je n’aime pas la mode, j’aime l’originalité mais pas la frime.

R / I’m some kind of ninja, discrete and nameless. What really counts is the attention brought to my work. I do not support fashion. I like originality opposed to acting. J / Do you have a regular job beside graffiti? We don’t see a lot of canvas of you like other graffiti artists. Are you a graphic designer on the side like a lot of graffiti artists ?

J / Tu as un travail normal à côté du graffiti ? On ne voit pas beaucoup de toiles de toi comme les autres artistes. Tu es également graphiste ?

R / No, I do not work because I have no interest in working. As far as Graffiti, is concerned money is not what I first seek. I do not stand against money but it is not in my line of sight. Although, I could give it a try if an opportunity comes to me. A bunch of canvases are waiting to be bought.

R / Non, je ne travaille pas, ça ne m’intéresse pas. Et pour les graffitis, je ne cherche pas non plus à gagner de l’argent avec. Je ne suis pas contre mais je n’y prête pas trop d’attention, quoique je pourrais essayer si l’occasion se présentait. J’ai des toiles mais je ne les ai pas vendues encore. J / Merci pour cette interview. Quels sont tes projets ?

J / Thanks for the interview; what are your plans for the future ?

R / Pour le futur, je vais continuer à dessiner, à développer mon style afin qu’il soit connu dans toute la galaxie par exemple. J’aimerais voyager plus.

R / For the future, I will keep on drawing. My style has to be deepened so it can be famous in the whole galaxy. I would like to travel, that would be cool.

36


GoodVibes

RAY OKPARA Texte : ROMAN SOLER - PHOTOS : Christian Dammert

R

D

esembling more to a line-backer than a DJ, Ray Okpara is without a doubt, the prototype of a dude going to end up in the Techno industry. With origins from Nigeria and Germany, Ray unites that African groovy feeling with the electronic waves that have shaken Germany for years, to earn his share on that scene. A tribe and ethnic vibe emerges from his prods, gathering percussions and basses with a fine touch. The results? A hypnotic and truly effective sonority, with enough ambition to pop every single dance floors, after-party and of course the after-after-party. A true figure on the techno scene you will be able to meet pretty much in any underground club.

oté d’une carrure plus proche de celle d’un basketteur pro que d’un Dj, Ray Okpara est sans aucun doute l’archétype du mec qui devait finir dans la techno. De part ses origines nigérianes et germaniques, il profite du groove qu’il a naturellement dans le sang et de la vague électronique qui a secoué l’Allemagne pour se faire une place conséquente dans cette scène. Ses productions sont signées d’une patte tribale et ethnique, alliant percussions et basses avec dextérité. Le résultat, un son hypnotique et terriblement efficace, avec pour ambition de faire fondre les dancefloors des afters et les afters d’after. Un personnage que vous pourrez croiser autant dans un club underground que sur une paillote en bord de plage, et dont la gentillesse n’a que peu d’égal.

Jacker / Hey Ray, could you explain us how you discovered Techno. What was your feeling ?

Jacker / Hey Ray, explique-nous comment tu as découvert la Techno.

Ray Okpara / Hey Guys! I just felt right into Techno and House as I began to play less Basketball and I began to party with my boys. At that time, I was going too Hip Hop / Rap parties / clubs. And one time, we went to the Love Parade and that’s how we got dragged into Electronic Music. We went also a bit to Drum and Bass parties but in general, it was more about Hip Hop. West Coast Hip Hop to be exact. Hip Hop Clubs would close early at weekends so we started going to house clubs afterwards. It was so good that we began to stop going to the Hip Hop Clubs. After that, we went to Ibiza and the thing was sold.

Ray Okpara / Hey les gars! Je suis tombé dans la Techno et la House lorsque j’ai commencé à moins jouer au basket et à faire la teuf avec mes potes. À ce moment là, j’allais plus à des soirées Hip-Hop et dans des clubs branchés rap. Et un jour on s’est égarés à la Loveparade et c’est de là que tout est parti avec la musique électronique. On allait un peu à des soirées D’N’B, mais en général c’était plus du Hip-Hop, West Coast plus précisément. J / Quelles sont tes influences ? Penses-tu que tes racines furent un avantage ?

J / What are your influences? Do you think your roots are an advantage ?

R / Je pense que mes racines sont importantes, je veux dire, je n’ai aucun problème avec le groove je pense. Déjà enfant, j’étais beaucoup en contact avec la musique et j’écoutais les vieux vinyles de mes parents. Lorsque j’étais au Nigeria dans les années 80, Michael Jackson c’était mon kiff.

R / I think my roots were very important, I mean, I have no problems with the groove I think. As a child I was already in contact with music and I was listening to my parent’s old vinyls. As I was in Nigeria in the 80’s, Michael Jackson was my absolute favorite.

J / Qu’est-ce que tu peux dire sur AMA recordings ?

J / What can you tell us about AMA recordings ?

R / Ama vient de mon nom nigerian “Amaefule”, qui veut dire “Ton Nom ne va jamais être oublié”. Je voulais créer une plateforme d’artistes qui pourrait les aider à sortir leur musique. Et j’en étais demandeur parce que je recevais beaucoup de bons sons. Donc c’est comme ça que j’en suis arrivé là, créant un mix allant de la techno à la deephouse. Tout ce que je veux jouer ou que je pense être bon sort sur le label. Le prochain est de Rick Sanders “Rush Hours EP” avec un remix de Christian Nielsen. Ça va être publié début Mars.

R / Ama comes from my Nigerian name, “Amaefule”, which means, “Your Name will never be forgotten”. I wanted to create a platform for artists to release their music with it. It was influenced by good music and I was getting loads of new tunes in my inbox all the time. So that’s how I got there, creating a good mix of genres from techno to deep house. Everything I want to play or I think it’s good, it’s then released. The next one is from Rick Sanders “Rush Hours EP” with a remix from Christian Nielsen. It will be published beginning of March.

38


J / Qu’est que tu utilises pour tes productions ? Hardware ou software ?

J / What do you use for your productions? Hardware or software ?

R /Je n’ai jamais été un gros fan de Hardware. J’ai toujours été plus digital , mais dans les 2-3 dernières années, je me suis habitué à des trucs plus analogues, des instruments et des hardware pour les effets. J’adore les effets de Moog. Je me suis fait construire une pédale wahwah également. La TB303 est une tuerie, ma machine préférée est la 999 Jomox ? mais j’aime beaucoup travailler sur le Minitaurus de Moog. Je peux juste conseiller à tout le monde d’utiliser de l’analogique.

R / I never have been a big hardware fan. I’ve always been more of a digital guy, but in the last 2-3 years, I have been getting more in touch with analog stuff, instruments and hardware effects. I love the moog effects. And I got somebody to build a WahWah Pedal for me. TB 303 is a killer, my favorite is the 999 Jomox but I also love the Minitaurus from Moog. I just advise everybody to use analog elements in their sets.

J / Qu’en est-il de tes gigs ? Comment fut Inox Montpellier ?

J / What about your gigs? How was Inox Montpellier ?

R / Ce dernier week-end a été assez cool pour moi, je n’ai pas joué. Je suis impatient du week-end prochain, je vais jouer à Airport Würzburg, ainsi qu’à Friedas Büxe à Zürich. L’Inox à Montpellier a été mortel et le public était très réceptif.

R / Last weekend was quite cool, I didn’t play at any gigs. I can’t wait for next weekend though, I’m going to be in Wurzburg Airport as well as in Zürich at Friedas Büxe. Inox Montpellier was the absolute killer and the crowd was really engaged.

J / Tu travailles actuellement sur un projet. Peux-tu nous en parler ?

J / You are currently working on a project. Can you tell us more about it ?

R / Je travaille actuellement sur un projet, comme toujours en fait. Mais www.itsours.net c’est mon nouveau bébé qui va venir au monde cette année. De plus, je prépare quelques teufs à Mannheim et à Berlin. Tout est à ses débuts, mais j’ai un très bon feeling.

R / I’m currently working on a project, actually I’m always working on one. But www.itsours.net is my new baby, which should come to life this year. Also, I’m launching some parties in Mannheim and in Berlin too. Everything is at its early beginnings but I have a good feeling about it.

J / Quel est ton meilleur souvenir de gig ?

J / What is your best memory in a gig ?

R / Mes soirées le mardi à Berlin sont monstrueuses: les “Loony Tuesdays”, qui vont prendre place également cet été. Les meilleures soirées de mon point de vue !

R / My parties on Tuesdays in Berlin last summer were bonkers. The “Loony Tuesdays” and they will be back this summer too. Those were my best parties from my point of view.

J / Un message à nos lecteur ?

J / A message to our readers ?

R / «Do good get good. Karma is Karma baby <3»

R / «Do good get good. Karma is Karma baby <3»


Motorcycle

naughty ride

RACCIA MOTORCYCLES Honda CB 550 www.racciamotorcycles.com

46


ZADIG MOTORCYCLES BMW R65 “Johnny Cash” www.zadigmotorcycles.com

47


MACCO MOTORS Triumph Bonneville T100 www.maccomotors.com

48


Street Art

BRUSK Texte : ARNAUD CATAYée

T

P

oo bad for the real ones who had no choice but spending nights walking in the streets and through bridges in order to find their own style. Because today, if the rookies entering the game managed to reach a great level earlier in life, it is mostly due to the work achieved in the past by references such as the artist BRUSK. Even if it is not an easy task to present a paternalist point of view to free thinkers all the way to rebel such as our readers, the choice has been made to pick up a strong figure to properly illustrate the way things go in the world of street art. BRUSK’s work has been based on drips and rips for 20 years. From the steep slopes of La Croix Rousse in Lyon to the Berlin art galleries, any type of geometric surface seems to be suitable to keep alive the authentic work BRUSK has started years ago. Let’s take a look back on a particular artistic movement, but also on pieces of life and get to know a man who has been doing nothing but brutalizing street-art and still pays attention to respect the demands and the meanings required by the fundamental symbols of the discipline.

as de chance pour les vrais qui ont arpenté ponts et ruelles des nuits durant pour se forger un style. Si les jeunes poulains du milieu arrivent de plus en plus tôt à atteindre un niveau aussi dingue, c’est en grande partie grâce au travail que des tôliers comme BRUSK ont pondu avant eux. S’il est délicat de se la jouer paternaliste auprès de librespensants aussi révoltés que vous, on a quand même choisi un costaud pour rendre l’ordre des choses ... BRUSK œuvre entre coulures et déchirures depuis vingt ans maintenant. Des pentes de la Croix Rousse à Lyon, aux galeries berlinoises, n’importe quelle surface géométriquement adaptée est l’occasion de perpétuer l’authenticité qui l’a impulsé jadis. Retour sur l’ascension d’un mouvement, bribes de vécu, et rencontre d’un vrai monsieur qui brutalise le street art et veille à entretenir les vibes premières de la discipline... Jacker / On a appris que ta rencontre avec le graff et le HipHop s’était faite en 91, tu peux nous en dire plus ?

Jacker / We got to know that you initially discovered graffiti and Hip-Hop back in 1991, can you tell us a bit more about that ?

Brusk / J’ai fait des rencontres dans les années 90, avec notamment ORGA, (HPC ), et DUB, avec qui ont a créé le crew PSH. Perso, j’avais déjà des compétences en dessin et plusieurs personnes m’ont ouvert les yeux sur ce qu’était le tag et le graff à l’époque. En plus du reste, quand l’album de NTM, Authentik, sort en 91, je découvre tout un univers, une nouvelle manière de m’exprimer qui me correspondait tout à fait. Et j’ai aussi, par la suite, rencontré OSH à Lyon, et c’est son travail qui m’a réellement permis de plonger dans le graffiti. Il avait déjà un style bien précis, propre à lui, qui m’a révélé ce que j’avais vraiment envie de faire.

BRUSK / I met different people in the 1990’s, particularly ORGA (HPC), DUB, who are the people I co-founded the PHC crew with. Concerning my personal skills, I already knew how to draw and several people opened my eyes to the true essence of tags & graffiti back then. Besides from that, when the AUTHENTIK album signed by NTM came out in 1991, I discovered a whole new thing, a new way of express myself that actually suited my expectations. And then, I also got to meet OSH in Lyon and his work really dived me into graffiti, especially because he already had his own particular signature, which helped me to find what I really wanted to do.

J / Ta première pièce, une œuvre de maître ou un «nik lé keufs», sur la boîte aux lettres des voisins, (il faut bien se lancer un jour), tu peux nous la décrire ?

J / Your very first piece of work was a masterpiece as you wrote «nik lé keufs» (fuck the cops) on the mailbox of your neighboors, can you describe it ?

B / J’ai, forcément, d’abord fait beaucoup de dessin dans ma vie avant de me mettre au graffiti. Les premières fois où je suis sorti c’était pour faire des tags: ambiance gros marqueurs. Ensuite, pour ma première pièce, ça s’est fait au bord des voies ferrées avec DUB. Cachés sous un pont, dans le noir, avec la pression de se faire gauler... C’est quelque chose de très fort quand on est encore ado : en nage au bout de trois minutes, c’est TA première fois ! Tu sais que tu vas faire une croûte, que personne ne va la voir mais peu importe, ce qui compte c’est de le faire, de vivre ce moment là ! C’est puissant au niveau de la symbolique, c’est un ressenti ancré en moi. Mais quand j’y repense , c’était une sacrée merde pondue sur ce mur ...

B / I initially drew a lot before getting into graffiti. The first few times I left my place was to do tags ... marker-pens atmosphere. Then, concerning my first piece of work, I got it done with DUB next to some railways. We had to hide ourselves under a bridge in the complete darkness, all in under pressure, ‘cause we could get busted ... it is a very intense thing to feel if you are still a teenager: you start sweating after 3 minutes, it is basically your first time, you know it is gonna get messy and even if no one would notice it, that does not matter, what matters is to simply do the work, live that particular instant! It got such a strong symbolic meaning to me that I can still feel it deep inside of me... but when I think about what I actually drew on that wall: it was clearly shitty.

www.mynameisbrusk.com 50


J / La rue est ton terrain de jeu, avant les salles d’exposition. L’anecdote qui t’as le plus marqué pendant une session vandale, ce serait laquelle ?

J / The streets are your playground, after them come the galleries. Can you tell us your strongest memory of your graffiti night-sessions ?

B / Une sortie vandale avec OZEY, en 95/2000 . On était sur l’autoroute, en haut d’un pont à 12/13 mètres de hauteur, en train de faire un petit mur. Mon pote fini sa pièce et commence à vouloir faire un pas en arrière pour prendre du recul sur son taf, mais on n’avait absolument pas de place pour... Je l’ai vu aller en arrière, je l’ai retenu, je l’ai collé au grillage et lui ai, de fait, « sauvé la vie». C’est vrai que cet instant nous a vraiment marqué et est resté gravé en nous.

B / I went on a night-out with OZEY (between 1995 and 2000). We were on the highway on the top of a bridge of 12 – 13 meters high, working on a small wall. My buddy, while finishing his piece of work, started to walk one step back to take an overview on his work but we actually had not enough space to do so ... As I saw him falling I hold him back and put him against the safety grids and “saved his life”. No doubt that this particular moment meant a lot to both of us and it’s still there deep inside us...

J / On te retrouve sur tous les fronts (pochette d’album, expos, design d’objets, et j’en passe), qu’est-ce qui te pousse à t’ouvrir à tous ces supports ?

J / Your work is used in many ways (album covers, exhibitions, design of objects, etc.), what is the driving force pushing your work in all these directions ?

B / Vaste question ! Tout d’abord, ce sont les rencontres que j’ai faites au fil des années avec tout un tas de personnes, issues de milieux différents, en lien de près ou de loin avec mon travail. Une envie d’expérimenter des choses avec de belles personnes qui méritaient un intérêt créatif. Je suis un touche-à-tout et, c’est d’ailleurs essentiel pour mon équilibre artistique. Entre 1997 et 2000, j’étais à l’école des Beaux-Arts de Saint-Étienne, années durant lesquelles j’ai pu essayé pas mal de médiums différents. En plus de ça, depuis quinze ans, j’ai la chance de travailler dans des lieux différents, ce qui fait que tout ce que j’ai pu récupérer, à droite et à gauche, a été utile pour tester plein de choses. J’ai vraiment toujours aimé travailler sur plein de supports à la fois pour pouvoir essayer des choses. Être curieux, se renouveler, trouver des possibilités pour travailler sur d’autres supports tout en conservant son style... Concernant le lettrage, j’ai toujours adoré travailler la lettre en elle-même et la faire vivre. À l’instar du rap, l’important réside dans le flow. L’enchaînement des lettres, la gestion du plein, du vide et du volume en font un art à part entière. Ma curiosité m’a toujours poussée à remettre en question mes lettres.

B / Big question! First of all, there are all the people I’ve met through the years, people actually having various backgrounds more or less related to my work. I had a desire to experiment things with nice people deserving a creative interest. I am a polyvalent person, which is essential to my artistic balance. Between 1997 and 2000 I studied at the «Beaux-Arts» in Saint-Etienne for a couple of years which gave me the time and opportunity to try different techniques. Besides that, it has been 15 years being lucky enough to work in various places and consequently things I did in one place where transposable and helped to try lots of other different things. I have always liked working with multiple supports at the same time and try new things ... I get curious about it ... The question is to reshape your work, find possibilities to use unusual supports whilst keeping the same style. Concerning the use of letters, I have always loved working the letter in itself, bringing it to life and making it speak. Like in rap music, it’s the flow that matters, the combination of the letters, the arrangement of the full and empty spaces as well as the volume. It’s the composition of these elements that make it an art in itself. My curiosity has always pushed me to question the use of my letters.

52


53


J / L’évolution du paysage artistique, entre tes débuts il y a vingt ans, et l’hyper-popularisation actuelle du street art, comment tu l’as vécu ?

J / Regarding the change in the artistic area since you started 20 years ago until the popular street-art : how did you handle that switch ?

B / Il est vrai qu’en vingt ans, tout s’est métamorphosé, les bases ne sont plus les mêmes, la démarche n’est plus pareille... On est dans une ère totalement différente sur le fond. Nous, on s’est mis au graffiti, de par la sphère Hip-Hop, et c’est cet univers-là qui nous faisait kiffer et, qui nous a donné des ailes en nous poussant vers le haut. L’atmosphère du moment, cette fraîcheur, n’a malheureusement pas perduré, c’est parti dans tous les sens, au niveau du Hip-Hop perso, j’étais moins dedans. Tout a changé, tout a évolué, dans le graff comme ailleurs, et en fait, c’est plus la fusion de plein d’univers différents aujourd’hui, d’ailleurs en perpétuelle évolution, qui a changé la donne. Aujourd’hui, il y a plein d’artistes qui se sont mis au graffiti ou à peindre sur des murs sans réellement se sentir dans le Hip-Hop, sans avoir de démarche «authentique». Il y a un gros effet de mode, il ne faut pas se leurrer, c’est le street art. La génération actuelle, a contrario de la mienne, a grandi dans un milieu urbain ultra chargé niveau graffiti. Perso, quand j’avais 15-20 ans, les murs étaient quasi vierges. Il fallait chercher pour trouver, fouiner, se renseigner, monter sur Paris pour trouver LE seul magazine dédié: «Intox». Il n’y avait rien, il fallait travailler son style et on n’avait pas Internet pour se rendre compte de ce qui se faisait. C’était vraiment beaucoup plus difficile, ça paraissait beaucoup plus mérité à l’époque: il fallait, de fait, avoir la niaque pour y arriver ! En 2015 !? Tout est devenu trop simple ! Avec Internet, les mecs déboulent de nulle part, ils prennent trois styles, ils en font un, ils ont trois gros murs, ils font trois photos et hop ! Facebook, Instagram, Pinterest, Flickr et compagnie...! Buzz ! Comment surfer sur une vague, celle du street art... Définitivement, on n’est plus du tout sur la même démarche.

B / It is true that within 20 years, everything totally changed as the basics are no longer the same and also the point of doing street art is now different. We are facing a whole new area where the content is the main concern. My people and I, got into graffiti through the Hip-Hop scene and that was the particular universe that we loved, that managed to push us up while making us think we could fly. Regarding the current scene in the world of graffiti: unfortunately that fresh spirit is dead. It went in all kind of directions among which about Hip-Hop, I personally wasn’t that much into it. Everything changed and evolved, in graffiti as well as everywhere else. In fact, today, it’s more about melting the different universes that are permanently changing and help changing the whole thing. Today, there are plenty of artists who got into graffiti or started to paint on the walls without really feeling comfortable with Hip-Hop and suffering from the lack of an «authentic» way of working... There is no doubt that nowadays there is a «trendy» thing about street art. The current generation has grown up seeing graffiti everyday, and that was not the case for my generation. When I was 15 to 20 years old, the walls were almost completely clean. It was necessary to struggle and really look for information before finding anything, the only specialized magazine back then was INTOX. There wasn’t anything else, it was necessary to develop a particular way of being... we did not have any Internet that could had helped us being aware of what was going on… it was really tough, it felt like something you deserve once you reach it: it would take a lot to make it happen! In 2015!? Everything has become too easy! Using the Internet, people come out from nowhere, they gather three different styles, make it one single, they get three big walls, they make three photos and ... that’s it! Facebook, Instagram, Pinterest, Flickr...etc... Buzz! How to follow the street-art wave? We definitely not have anything in common.

54


J / Les spots ou le projet sur lequel tu t’es le plus éclaté ?

J / What are the places or the projects you enjoyed the most ?

B / Ce qui m’a le plus marqué c’est quand je suis allé à NewYork, à deux reprises, une fois seul et une seconde avec mon crew: KMF. Les deux fois, ce fut très fort de peindre dans cette ville. New-York incarne l’essence même du graffiti et, c’est vrai que c’était particulier de rencontrer des anciens, respectueux de mon travail, tout autant que moi du leur et, avec qui j’ai de très bons souvenirs. C’est assez fou de peindre là-bas, très fort... Il y avait une sorte de magie, je vivais en vrai tout ce que j’avais pu contempler dans «Spray Can Art» pendant des heures.

B / The most important place to me is New York where I went twice: once on my own and the second time with my crew KMF. Both times I went there, painting on the walls of this city was a strong feeling. NYC is all about the true essence of graffiti and it is true that it was not a common-thing to meet the pioneers who did show some respect about my work as much as I show about theirs and with whom I have fond memories. It is quite crazy to get to spray over there, very strong feeling ... It was magic and I was actually living it all with widely opened eyes. J / You certainly have resolutions for the new year but what do you plan for the coming years, in terms of solo-projects, with DMV or at home ?

J / Tu as sûrement de bonnes résolutions pour cette année, mais que vois-tu dans les prochaines années, en matière de projets avec DMV, en solo ou à la maison ?

B / Regarding the upcoming years, I want to develop my workshop as I love to let my spontaneous side develop any kind of idea: both on paper and volume. My priority for now is to work on big walls because I miss that a lot. With the DMV people, nothing in particular is officially planed yet in terms of proper collective project, but it happens quite often that three or four of us meet up on different projects. It’s sometimes really complicated to gather the all 9 of us on a regular basis considering that we all live far from each other and we are also busy with our family lives... besides from creating of course.

B / Pour les années à venir, je vais développer encore davantage mon travail en atelier parce que j’adore me laisser aller vers n’importe quelle idée : a priori sur toile mais pas que, en volume aussi. Et puis, je mets en priorité aussi la réalisation de gros murs parce que ça me manque énormément. Avec les DMV, rien à signaler officiellement pour ce qui est d’un gros travail collectif, mais, nous sommes souvent amenés à nous retrouver à trois ou à quatre sur des projets différents. Il est compliqué, de nous rassembler tous les neuf, régulièrement, sachant que nous sommes tous éloignés géographiquement et aussi, bien occupés par nos vies de famille respectives, en plus de notre création.

56


Illustration

FREAK CITY TEXTE : ARTHUR CHAMBON

S

S

ee your leather jacket? Your old bike chain? Pick ‘em up right now and get the feeling. Freak city brings you back to his childhood’s deepest traumas with the mixture of Cartoons and 90’s punk rock that forged the soul of this 30 years old artist from Bordeaux. His focus runs on the recreation of the revolutionary atmosphere of a movement that appeared with blood, sweat and beers. No wonder why our jaw dropped when we discovered Freak City’s artwork for the first time. Feel that retro shit for which any illustration tells good old memories about a pretty hardcore scene plunged deep in the streets we love so much. Get ready to encounter various creatures you might only be able to meet on a severe shroom trip or just by looking at Freak City’s frescos. Admiring his work is like getting smashed by a two-meters high Mohawk punk on the rhythms of a heavy guitar riff during a bloody gig in the darkest caves of London. It’s good right?

ortez vos cuirs et vos chaînes de vélo, Freak City nous embarque dans les traumatismes de son enfance. Dessins animés et punk-rock des années 90, voici les thèmes qui ont marqué au fer rouge l’âme de ce bordelais de 30 ans. Son taff ? Recréer cette impulsion révolutionnaire, ce mouvement souillé par le sang et la bière, qui a soulevé bien des pavés dans la rue et mit le feu à plus d’un fourgon de police. Laissez vous embrigader dans ce style rétro, où chaque illustration vous raconte une scène bien hardcore, entre monstres suintants, rats rockeurs -le surin à la main-, et hot dog dealers; le tout mixé dans un décor urbain et gras comme on les aime. C’est limite si on entend pas un riff de gratte bien lourd s’échapper de la feuille. De quoi donner du travail à maître Splinter, et ses acolytes, pour quelques semaines. Jacker / Salut Mathieu, pour commencer, raconte nous ton parcours, de tes premiers coups de crayons à aujourd’hui.

Jacker / What’s up Mathieu? Can you tell us about your background ?

Mathieu / J’ai commencé super tôt car enfant j’étais membre du fan-club officiel des Tortues Ninja. J’ai donc appris à dessiner des mutants et autres joyeuseries, et ensuite je suis tombé dans le rock. Du haut de mes 9 ans, Iron Maiden ne m’avaient jamais contacté pour faire leurs pochettes, j’en dessinais donc de fausses pour les groupes que j’aimais bien, comme Queen ou AC/DC. Et finalement, bien des années plus tard, après les mobylettes et les boutons, des groupes de potes m’ont demandé de dessiner leurs pochettes, donc tout était assez logique. Evidemment, les groupes étaient moins populaires que ceux que j’ai cité plus haut, mais bizarrement ils voulaient des trucs qui me ramenaient à mes 8 ans. Avec des briques, des chaînes, des mutants... La boucle était bouclée!

Mathieu / I started at a young age when I signed for the official Ninja-Turtles fan-club. Sketching mutants and all kind of creepy monsters got me introduced to the art of drawing, then Rock’N’Roll music kicked off and rocked my world upside down. Iron Maiden wouldn’t give their cover illustration to a 9 years old kid so I just decided to draw for other rock bands I listened to: Queen, AC/DC… Years later, passed the period of scooters and puberty, groups of friends began to ask me for illustrations for their own albums which I obviously accepted. These bands were not as famous as my idols, however, they were seeking ideas that carried back inspiring memories from the time I was a child, containing lot of bricks, chains and weird-ass mutants. At that point, I closed the loop and I kept running the same direction.

J / Tu as un univers très street et rock’n’roll, d’où te viennent tes inspirations et quels sont les artistes qui t’ont influencé ?

J / Your world can be described as street and rock’n’roll, from what and where do you get inspired ? Are there any artists who truly had an impact on your work ?

M / Essentiellement de mon enfance et de mon parcours dans la scène punk rock depuis l’adolescence, entre pochettes de disques, skates fluos et Tortues Ninja à gogo... Je n’ai jamais cessé d’aimer ces influences, et elles se sont juste précisées avec le temps, tout en s’élargissant au fur et à mesure de mes découvertes. S’il faut des noms, alors bien sûr: Jim Phillips, Jano, Pushead, Jaime Hernandez, Charles Burns ou encore Joost Swarte... Des gaziers qui dessinent des dessins où il y a forcément un skate, un crâne, du rock ou des briques...

M/ My inspiration essentially comes from my childhood and the Punk-Rock culture when I was slowly becoming a grown-up. As I have always been fond of Flashy skateboard colors, CD’s cover and obviously Ninja Turtles were strong influence on my style and I gradually narrowed down to these themes. Of course, my inspiration landscape naturally continued widening. Now that names are needed, I surely think about Jim Phillips, Jano, Pushead, Jaime Hernandez, Charles Burns or Joost Swarte. people who got us used to the punk-ass feeling of snapped skateboard, broken skulls, rock music and wall bricks.

www.freakcitydesigns.com

58


J / Si tu pouvais être un personnage de comics une journée, lequel serais-tu ?

J / If you could be a comics character for one day, which one would you be ?

M / Hopey de Love & Rockets, comme ça je pourrai aller zoner dans les concerts de Black Flag à L.A en 82, et chiller avec mes homies dans le barrio.

M/ Hopey from “Love & Rockets”, so I could hit live concerts of Black Flag in LA in 1982, chillin’ with the homies in the Barrios. J / Which project has inspired you the most, and which one was the most amusing to work on ?

J / Quel est le projet qui t’as le plus inspiré, sur lequel tu t’es le plus éclaté ? M / Les fresques en live sont toujours géniales car il y a un échange avec le public, ce qui amène le facteur humain au premier plan, et ça me sort la tête de l’atelier. Là il se passe un truc, ça provoque une réaction instantanée, qu’on aime ou pas. Tandis que le boulot en atelier, que j’adore aussi, est un labeur dont le public ne voit que le résultat. Or, dans la chose artistique, le processus de création est aussi important que le résultat final. C’est ce qui permet de comprendre et d’appréhender une œuvre. Se confronter à ça c’est se sortir de son confort, dialoguer, et permettre aux autres de mieux comprendre notre boulot.

M/ Live frescos are always sick as it creates the opportunity of truly exchanging words and experiences with the public. That obviously brings the human aspect of my job, which allows myself to get the fuck out of the workshop. Shit really happens there, instantly provoking reactions, whether you love it or hate it. Hitting the workshop is cool as well, I love it, but it is an exhausting work for which the audience will only see the final results. If you think about it, in this kind of environment, the creation process is as important as what you get at the end, it helps understanding and approaching a piece of art. Facing this issue means getting out of my comfort zone, expressing myself and help better understand my work.

J / Parle nous de l’expo BDX-LAX.

J / Give us a few words about the BDX-LAX expo.

M / En 2014 a eu lieu la seconde édition à Bordeaux, basée sur un partenariat avec L.A. L’idée était de réunir des artistes bordelais et californiens autour d’une même expo, bosser une semaine ensemble dans cette chouette église réhabilitée en galerie. Les ricains étaient vraiment cools et très pros, avec le même fond de culture que nous, pour l’illustration et la musique du moins. On a beaucoup appris, il y a eu une grande affluence pendant un mois, beaucoup d’échanges et d’ateliers, bref, du tout bon ! Un évènement avec un potentiel énorme qui demande énormément d’efforts en terme de comm’, de gestion et d’orga, et qui ouvre la porte à pas mal de possibilités sur le plan humain et artistique. Ce genre de projets est vraiment un challenge excitant.

M/ Back in 2014, the second edition took place in Bordeaux, based on a collaboration with L.A. The idea was to gather French artist from Bordeaux along with Californian dudes around one same expo, work our shit together in an old church restored into an art gallery. Pretty damn sick. As far as Music and Illustration were concerned, Yankees were pretty close to our mentality, rocking a similar culture through their arts. What clearly hits me is how cool and professional they are. We learned a lot. The cooperation flow increased as we were working together in workshops, exchanging techniques and influences, which was awesome. An event like that carries an enormous potential offering multiple opportunities on the human and artistic side, but also requires a lot of efforts in terms of organization and communication. It is a truly exciting challenge.

J / Ton univers est parfois très proche du tattoo, as-tu déjà piqué ou expérimenté ce medium ?

J / Your universe sometimes gets close to the art of tattooing, have you ever experienced that domain ?

M / Pas encore, mais ça devrait venir très bientôt. On me demande régulièrement des flashs ou l’autorisation de se faire piquer mes dessins, donc autant que je les grave moi-même dans la peau non ?

M / Not yet, but that should go down soon. I often get asked for a sketch and/or steal some of my drawings for a tattoo. Therefore, better ink them by myself, right ?

J /Je suppose que tu es un gros fan de Rock, pour quel groupe rêverais-tu de faire un poster ?

J / I’m pretty sure you are a big Rock fan, which band would you love to make a poster for ?

M / Pour des groupes punk/ rock de légende que j’écoute depuis l’adolescence, genre Suicidal Tendencies, Cro-Mags, ou Nofx... Des groupes dont les posters, pochettes ou t-shirts m’ont donné envie de dessiner quoi !

M / For Punk-Rock legends I have been listening since my teenage years, such as Suicidal Tendencies, Cro-Mags or NOFX. Those bands which posters, album covers or t-shirts inspired me to draw.

J / J’ai pu voir sur ton site que tu as réalisé une fresque pour la ville de Bordeaux. Est-ce que le graffiti ou le street art font partie des disciplines que tu comptes développer dans le futur ?

J / I saw on your website you made a mural for the town of Bordeaux. Is Graffiti or street art part of what you would like to develop in a near future ?

M / J’ai développé cette pratique vraiment récemment, qui est pour ma part de l’illustration murale, pas du graffiti. J’aime bien composer mes murs comme des planches de flash tattoos, avec plein de détails marrants, en m’adaptant au contexte. J’ai vraiment envie d’approfondir, de développer et d’expérimenter ce médium, en solo ou en team. C’est ce que je suis en train de faire avec mon pote Duch, car c’est plus drôle à deux! Bosser avec des gamins est toujours une super expérience par exemple, tout autant que poser des trucs perso en friche.

M / That is something I recently started working on, which to my eyes belongs more to illustrating walls than real Graffiti. I have love for decorating walls as much as drawing board of flash tattoos, with a lot of funny details, while adapting myself to the context. I’m really into deepening, developing and experiencing that medium, as a lone wolf or with other dawgs. I am currently driving a project with my man Duch, twice more entertaining, right? Working with kids has always been a great experience for instance, as much as doing solo stuff.

60


75


J / Parle-nous du collectif Skinjackin, c’est quoi exactement, qui en sont les membres ?

J / Tell us some about “SkinJackin Collective”. What is it exactly ?And who forms part of the crew ?

M / C’est un collectif bordelais de body painting éphémère, fun et débile, qui a maintenant des teams à Montréal, Paris, Helsinki et Taïwan. L’idée est venue de trois potes qui passaient leurs soirées à dessiner des cochonneries sur les meufs, prétexte coquin pour se marrer ! Le concept a fait son chemin, et depuis le crew s’est solidifié, pour performer sur plein de festivals différents, toujours dans un esprit relax et gratos pour tous. Résultat : on se retrouve aussi bien au Hellfest qu’à faire des plans caritatifs, en clubs ou en soirées pyjama, tout est bon pour déconner ! Allez sur www.skinjackin.com pour avoir des images plein la tête !

M / It is a Body painting collective from Bordeaux, amusing and stupid at the same time. Nowadays, it has spread to the world, represented by several crews in Montreal, Paris, Helsinki and Taiwan. Basically, the idea came from three homies who spent their nights out drawing shit on girl’s bodies, silly argument to crack a good laugh. The concept made its way out and since the crew became stronger and we performed in numerous festivals always in the relaxed spirit and free for everyone. Result: we had the chance to go to Hellfest for charity, clubs or pyjama parties, everything works out just for the banter ! Go on www.skinjackin.com to see more about it.

J / Pour finir, quels sont tes projets en cours et à venir ?

J / Finally, what are your upcoming projects ?

M / Continuer sur ma lancée, m’acharner à dessiner toujours plus et mieux, et me marrer en faisant ça si possible ! Des expos, des collab’ pour de la presse et des marques de sapes, de skate et autres, des fresques à gogo avec mon pote, de la sérigraphie etc... Pour l’instant, je prends les choses comme elles viennent, à un rythme assez effréné en général ! Pas trop le temps de souffler mais j’adore ça ! Contactez-moi donc si vous voulez qu’on bosse ensemble, ou allez visiter mes portfolios pour vous tenir au jus !

M / Full throttle in the same direction, strive to improve my drawing skills, and have fun all the way through. I would also like to take part in more expos and collabs with press medias, clothes and skateboard brands, screen printing and a whole lotta frescos with the bros ! For the moment, I just hop on what is available, and usually, it is going pretty fast ! So fast that I sometimes can’t breathe out, but fuck it, I love this shit. Call, write or send your damn pigeon, this dude is ready to collaborate. Take a look at his portfolio to stay updated.

62


Lifestyle

TODD MCCORMICK Texte : ROMAN SOLER - PHOTOS : courtesy of todd mccormick

H

I

Jacker / Peux-tu nous parler de ton cancer durant ton enfance et de la manière dont tu t’en es sorti grâce au cannabis ?

Jacker / Can you tell us about your cancer as a child and how you got through thanks to marijuana.

Todd / Lorsque j’étais enfant, j’ai été diagnostiqué à l’âge de deux ans d’une maladie rare appelée Histiocyscitosis X. Je l’ai eu, tout d’abord, dans ma colonne vertébrale. Trois fois dans mon squelette, deux fois dans mes hanches, puis ça a migré plus tard entre mes poumons et mon cœur. Et ma mère a lu un article dans un magazine anglais, écrit par des médecins, qui disait que le cannabis médical aidait à traiter les effets secondaires de la chimiothérapie. Elle a été vraiment fascinée par ça. Elle en a donc parlé à mon docteur, qui était aussi mon pédiatre depuis tout petit. Il nous a répondu que ce n’était pas la pire option. Parce que j’avais toujours ces maux dans ma colonne, mon squelette, et au niveau de mes cheveux… Absolument de partout! Et lorsque la tumeur a bougé entre mes poumons et mon cœur, ils pensaient vraiment que je n’allais pas m’en sortir! Lorsqu’on est rentré de chez le toubib avec ma mère, elle m’a tout simplement filé un joint et m’a dit: “Fume-le” . Et donc sur le retour, moi et ma maman avons fumé un joint. Lorsque je suis rentré, je n’avais pas de nausée ni de maux. J’avais faim. J’ai demandé à ma mère si elle pouvait me faire des épinards. Elle n’y croyait pas et a directement appelé mon pédiatre en pensant “Putain de merde, qu’est ce que j’ai fait?” et lui a dit : “Oh mon Dieu, Todd a l’air normal et veut manger!”. Il lui a répondu, “Ne fumez pas avec lui demain, restez à la maison et regardez son évolution, et s’il se sent comme d’habitude, fumez un joint avec lui!”. Le lendemain on a pas fumé, et j’étais à nouveau mal. Elle l’a rappelé en lui disant que j’étais mal. Elle est venue à l’étage avec deux joints, un pour moi, un pour elle. Donc je me sentais mieux et elle a dû me refaire des épinards. C’est comme ça que j’ai commencé à fumer.

Todd / When I was a little boy, I was two years old I was diagnosed of a rare disease called Histiocyscitosis X. I had it first in my spine, three times in my skull, twice in my left hips, it moved also later between my lung and my heart. My mom was reading in an English magazine an article written by doctors that people using medical marijuana to threat the side effects of Chemotherapy. So she was really amazed by this. So she went to talk to my doctor who had been my pediatrician since I was a little child. He said to my mom and I that it’s not the worst option. Because I had always had this disease in my spine, in the areas around my hair, in my skull, fucking everywhere! And when it came to my lungs and my heart, they honestly thought I was on my way to death. My mom on the way home then decided to give me joint as she simply sat me in the car. Then she said to me “Just smoke it”, and we did. When I was back home, I wasn’t nauseous, I wasn’t dizzy and I was hungry. I asked my mom if she would make me spinach. She was honestly stoned and thought “Holy Shit, What did I do”, so she called my doctor and said just “Oh my God, Todd looks normal and wants to eat food!” to which he replied “ Don’t smoke with him tomorrow, wait a bit at home, look how he feels, and if he feels like yesterday then have a joint with him!”. The next day we didn’t smoke, I was sick again. So she recalled him back again and said I was awful. So she came upstairs with a joint for me and another one for her, and she left me have my own joint. So I felt good and she had to make me spinach again. That’s how I started smoking.

f Dark Vador had a cousin, he would probably be called Histiocyscitosis. Unfortunately this awkard word is the name of a cancer that our man Todd McCormick contracted when he was only a two years old toddle. Far from being the unique cancer he had to deal with, Todd faced 9 more cancers until he reached the age of nine years old, his future was getting darker. Out of the blue, after a chemio session, Todd’s mum took it a step further. Without realizing it, her mother made Todd’s future life take a completely different path, by providing him a joint of Weed. This path led Todd to live a life between activism and illegality, which naturally attracted our sight. Far from encouraging Marijuana consumption, this interview is a note with the hope of changing perspectives for people who suffer. This is the story of a miracle whose story became the fight of a lifetime.

istiocyscitosis X, n’est malheureusement pas un cousin de Dark Vador, mais bien le nom macabre du premier cancer diagnostiqué chez Todd McCormick à l’âge de deux ans. S’en sont suivi huit autres jusqu’à ses 10 ans, laissant planer un avenir douteux pour le jeune garçon. Face aux chimios et autres thérapies, aux radiations qu’il doit affronter régulièrement, c’est à la sortie d’une séance, que sa mère, désespérée, aurait franchi un pas. Sans s’en rendre compte, Madame McCormick fit prendre à la vie de Todd une toute autre allure, ce, en lui tendant le premier joint de sa vie. Une existence, partagée entre activisme et illégalité, dont le parcours atypique n’a pu qu’attirer notre attention. Loin de l’incitation à la consommation, cette interview est un constat ayant pour espoir de faire changer les choses pour les personnes souffrantes. Récit d’un rescapé qui a su faire de son histoire le combat de sa vie.

64


J / Ta première prescription était à Amsterdam c’est ça ?

J / Your first prescription was in Amsterdam, right ?

T / Oui, c’était à Amsterdam en 94, j’avais 24 ans, et j’avais absolument besoin de cette prescription. À cette époque, je ne pensais pas que ça me mettrait dans la légalité. Donc je suis rentré des Pays-Bas sans le moindre gramme d’herbe et j’ai effectué des recherches. Grâce à de multiples accords et conventions internationales, même aux USA, les lois douanières font une exception pour le cannabis s’il vient d’un pays où il a été légalement prescrit. Il en est de même pour les opiacés. Je connais une fille, que j’ai rencontré à Miami en 94, qui recevait du cannabis médical des Etats-Unis pour son Glaucome. Elle reçoit trois cents joints par mois, depuis 1988, envoyés par le gouvernement des EtatsUnis dans une boîte de conserves…

T / Yeah, it was in Amsterdam in 94. I was 24 years old. I needed to have this prescription for medical cannabis. At this time, I didn’t think it could be legal. So I came back from Holland without Cannabis and did some research. I figured out that under multiple international agreements, conventions, even in America, there are customs laws exceptions for medical cannabis if it comes from a country where it’s legal. The same thing happens with opium, if you have a prescription for it. I know a girl I met in Miami in 94 she was getting her medical cannabis from the United States of America for Glaucoma. She has had 300 joints a month since 1988 from the US Government shipped in a can.

J / Mais non…

J / No Fucking Way...

T / Si ! Je t’assure ! Ca montre à quel point ils étaient bons! L’herbe, c’était de la tuerie! Ils faisaient pousser de la beuh pour cette petite vieille ! Alors pourquoi ils se la ferment pas un peu et nous laissent voir de nous même si c’est bon, ou pas, pour nous. Je pensais qu’ils allaient m’arrêter, mais pourquoi aurait-elle le droit de s’en servir et pas moi? J’utilise ma médecine, juste comme elle. Je voulais profiter moi aussi de mes pleins droits. En 1995, je suis retourné à Miami. Et lorsque j’ai réservé mon vol, ils m’ont demandé si je voulais être dans la section fumeur. Je me suis dit “On peut fumer dans l’avion??” et la nana m’a répondu “ Oui, tous les vols internationaux dépassant 9 heures sont fumeurs.” Je lui ai donc répondu que j’avais une prescription pour fumer de l’herbe médicinale et que j’étais censé m’en servir toutes les deux heures. Donc, que si elle n’y voyait, pas d’inconvénient: «Ouais, j’aimerais être installé dans la section fumeur.» Et il se trouve que c’était KLM, qui appartenait à Dutch Airlines, donc ils étaient sous leur propre drapeau. Elle m’a répondu: “Je ne vois aucun problème si vous pouvez me fournir une copie de votre prescription afin qu’il n’y ait aucune confusion possible”. Et je lui ai dit : “Oh Yeaaaah !!!”

T / Yes ! I swear ! That was an example of how good they were ! The grass was awesome ! They were growing marijuana for this little old lady! So why don’t they want to shut up and wait and see if it makes good to you ? I thought they would bust me but she was able to do so why not me? I’m using medicine just like her! I wanted to have my rights too! In 1995 I came back to Miami and when I called to get a flight, they asked me “Do you want to sit in the smoking area? – I couldn’t believe it – can you smoke in a plane ? – she said yes, all international flights over 9 hours are smoking. I said I had a Dutch prescription to smoke cannabis and I’m supposed to use it every two hours. So if you don’t mind, Yeah! I would like to sit in the smoker area if I can use my medicine! It was KLM, which is owned by Dutch Airlines. So they are under their own flag. She said to me “I don’t see any problem if you just could us a copy of your prescription for the stewardess so there is no confusion.” - “Oh Yeaaaah !!!”

66


J / Quelle est, de ton point de vue, la meilleure banque de graines pour le cannabis médicinal ?

J / What is from your point of view, the best Seed Bank for medical Marijuana ?

T / Lorsque j’ai écrit mon livre, j’ai principalement recommandé Sensi Seeds. Beaucoup de compagnies mixent tout simplement des graines et les vendent , il n’y a pas de tests, pas de consistance, pas de qualité, pas de contrôles. Donc, en ce sens, je pense qu’il y a eu beaucoup de changements à ce niveau-là. Des banques comme Sensi Seeds sont composées de gens très sérieux dans le game depuis les débuts, et encore à ce jour. Ils ont vraiment le meilleur de la qualité, et honnêtement, je les respecte beaucoup. La preuve est dans la fumée. Laisse moi te dire un truc: Sensi Seeds c’est les putain de plus vieux, plus établis, mieux organisés et plus honnêtes compagnies de graines au monde que j’ai jamais connues. Ils sont au centre depuis le premier jour, tu sais ce que ça veut dire ? J’ai vu Ben Dronkers pour son anniversaire. Le mec a trois musées, il investit du fric dans l’éducation, et en perd depuis vingt ans, à cause de Hempflax et des recherches. Ce qu’il fait a une importance incroyable. J’espère que les gens d’autres compagnies vont marcher dans ses pas. Les autres entreprises actuelles devraient changer leur manière de gérer leur business. Arjan de Greenhouse diversifie ses activités, c’est ça le chemin à suivre. Quoi qu’il en soit, nous avons besoin de plus de gens comme Ben Dronkers. Vous aussi, vous devriez être pro actifs.

T / When I wrote my book, I only recommended Sensi Seeds. Lots of companies are just mixing seeds together and selling them, there is no testing, no consistency, no quality and no control. In that sense, I think that there have been lots of changes right now. Banks like Sensi Seeds are very serious in the game since the very beginnings and it’s still holding the crown. They have really top quality, and I honestly respect them a lot. The proof is in the smoke. Let me tell you! Sensi Seeds ? ! They are the fucking oldest, most established, best organized, and honest seed company in the world I have ever seen. True. They’ve been here since fucking day 1, you know what I mean ? I saw Ben Dronkers for his birthday and in an industry where people take so much, and give such less back, Ben is the one exception. He has three museums, he puts money in Education, and he looses money since 20 years due to Hempflax due to researches. What he does has an incredible importance. I hope people from other companies will follow his steps. The current players in the industry should change their way of running their business. Arjan from the Greenhouse diversifies his activities. This is the path that should be followed. We need more people like Ben Dronkers. Also you gotta be proactive !

J / À tes yeux, quelles sont les enjeux majeurs de la légalisation totale ?

J / To your eyes, what are the major stakes of the full legalization ?

T / Disons qu’ici, en Californie, on a une présence policière très faible. Il n’y a pas beaucoup de flics, ils sont tolérants, mais c’est tellement grand que ça change d’un endroit à l’autre. Sur la côte, il n’y a aucun sentiment de peur face à la police. Cela va d’autant plus changer, compte tenu de la légalisation totale qui va prendre place en 2016. Ce qui change, à travers les Etats-Unis, c’est l’avidité qui grimpe.

T / Well, here in California we have very little police presence. There aren’t many cops around and they are tolerant. It’s so big it’s different from place to place. On the coastline, there’s no feeling of insecurity towards cops. That’s gonna change even more right now because it will be legal in 2016. What’s changing all over America is greed.

67


Même des gens qui ne font pas partie de ce business regardent vers nous parce qu’ils aimeraient obtenir 20 à 30 % de l’industrie. Ils n’arrivent à rien pour le moment, et ces gens-là, qui font partie des conservateurs, vont se tourner vers les bénéfices des taxes. Imaginez, juste une seconde, 20 millions de dollars de taxes en un mois au Colorado. Prenez ça en perspective, et dîtes vous qu’il y a six fois plus de personnes en Californie. Donc, si la weed est totalement légale et qu’on suit le chemin du Colorado, cela va provoquer une industrie générant plus de 100 millions de dollars par mois. Puis, prenons le cas de Jack Daniels qui est passé de bandit à CEO d’une distillerie; il ne pouvait plus être arrêté parce que les temps avaient changés.

Even people out of business are looking to us because they would like to get 20-30 percent of the industry. They are not getting anything right now, it’s not paying off for them so we’re gonna see these conservative people showing up for tax benefits. Just imagine 20 millions dollars of taxations in a month in Colorado. Put that in perspective, we have six times more people in California so, if weed is legal in here and follows Colorado path, that will get out an industry of over a 100 millions every months. If you look at it, Jack Daniel’s went from being a Bandit to the CEO of a distillery, and he couldn’t be busted anymore because times changed.

J / Du coup, pourquoi Barcelone et Amsterdam?

J / So what about Barcelona and Amsterdam ?

T / La majeure différence, entre la plupart des endroits où la weed est distribuée, est le niveau de liberté dont les acteurs industriels et clients bénéficient. À Barcelone, ils ont leur propre liberté. Les propriétaires de coffeeshops avaient l’habitude de nous rire au nez parce qu’on était des activistes, ils disaient qu’on était des putain de politiques, mais vous savez quoi? Aux Pays-Bas, ils n’ont même pas de putain de liberté. Ils ont juste une expo où ils montrent leurs meilleures variétés. Mais vous savez quelle est la nouvelle place to be? Barcelone! Ils ont leurs social clubs, le nouveau musée, le smokers club. En comparaison, Amsterdam s’est complètement éteint. Il arrivera un moment où il n’y aura plus de touristes du Cannabis à Amsterdam. Tout d’abord, parce que le temps est pourri, qu’est-ce que vous préférez entre ça et la météo méditerranéenne? Barcelone bien sûr. Au sujet d’Amsterdam, lorsque j’ai bougé là-bas au début, en 1994, je m’y suis senti comme dans le futur. Je l’ai ressenti comme la liberté que tout le monde aimerait ressentir.

T / The main difference between places where weed is distributed is the level of freedom and regulation, and this impacts customers. In Barcelona, they have that freedom. The coffee shop owners used to laugh at our face because we were activists, they said we were politicians but you know what ? In Holland they don’t have any fucking freedom, there’s just a cannabis expo where we show our best strains. But where’s the real place where it’s happening right now ? Barcelona ! They have the social clubs, the new museums, they’ve got real smokers club. Amsterdam in comparison has shut itself down. There will be a time when there won’t be any cannabis tourists in Amsterdam. First of all, because the weather is nasty, what would you choose between that and the Mediterranean weather ? Yeah right, Barcelona ! About Amsterdam, when I first moved there, it was in 1994 and to be honest it felt like the future. It actually felt like the freedom everyone wanted to feel.

68


Tattoo

TOMA PEGAZ Texte : LEA DE CAZO

P

O

aris born where he got a degree in Graphic Design and 3D animation, Tomas has been living there forever. Free-lance artist first, the sharp rules and constraints of that industry quickly led him to use ink as his main material. As Tomas has been tattooing professionally since June 2013 along with illustrating for Landscape RockShop, you certainly saw part of his work spreading on platforms such as Instagram and Facebook. His graphical universe can be described as slender and devoid of colored artifices which makes his work unique and truly contrasted, mostly caused by the strong influence of using the « Dot » technique that can be easily noticed when wandering through his artwork. Tomas Pegaz is a self-educated inker who earned his place with his creativity and amazing personality, which will certainly make him rise in the industry as a super-talented prodigy. Toma’s artwork is shown during several events - release of The Tattoorialist, launching of the “Nordic Pack” for Starrow – it wouldn’t surprise us if you need to wait months to get inked by that dude in a very near future.

riginaire de la capitale, Toma y a toujours vécu, pour effectuer ses études de graphisme et d’animation 3D. D’abord artiste freelance, les règles et contraintes du milieu l’ont définitivement conduit vers la peau. Actuellement tatoueur, depuis juin 2013, et illustrateur au sein du Landscape Rockshop, vous avez certainement dû voir ses flashs se répandre sur Instagram ou Facebook. Son univers graphique, fin et dépourvu d’artifices colorés, rend son travail unique et très contrasté, notamment par la forte influence du « dot », que l’on remarque dans ses œuvres. Autodidacte, Toma Pegaz s’est affirmé par sa créativité et sa personnalité, qui vont sûrement faire de lui un jeune prodige de l’aiguille. Présent sur de nombreux évènements parisiens, (parution de The Tattoorialist, lancement du Nordic Pack chez Starcow), nous vous conseillons de profiter de son accessibilité : un tattoo de sa main ne nécessite pas –encore- des mois d’attente… Jacker / Tu as fait des études de graphisme, pourquoi t’être orienté vers le tatouage ?

Jacker / You did Illustration studies, why did you start a career in tattooing ?

Toma Pegaz / Mes études artistiques m’ont permis d’acquérir beaucoup de technique, et une vision plus aiguisée dans la composition d’une image. Plusieurs personnes me disaient: « tu devrais vraiment te mettre à tatouer ! ». Mais l’idée de dessiner sur des gens ne me disait pas vraiment. Dans le dessin tout est plus simple, tu as un crayon à papier, une gomme, et pleins de feuilles blanches (rires). Avant cela, je bossais pas mal en tant que graphiste free-lance, mais je ne m’éclatais pas vraiment: il y a trop de contraintes, trop de directives. Du coup, j’ai délaissé l’ordinateur pour me remettre assidûment au dessin. Puis, au fur et à mesure, je me suis senti prêt. J’ai donc commencé à me faire un book et je suis allé voir quelques shops sur Paris. Je me suis pris quelques râteaux, (rires), et au final ça ne l’a pas fait pour plein de raisons. Bref, je n’ai pas lâché l’affaire. Et pile à ce moment, mes potes de Landscape ont ouvert un espace tattoo. J’ai acheté le matériel nécessaire, et j’ai appris tout seul en gribouillant sur les potes -ils sont toujours là pour ce genre de trucs bizarrement!-. J’ai tout de suite proposé mes flashs, ce qui m’a permis de pratiquer et de progresser relativement vite. Il n’y a pas de meilleure façon pour apprendre je pense, et je suis content au final de ne pas être passé par la case apprenti/larbin (rires). Dans le tattoo, j’ai vraiment mon mot à dire, les gens me font confiance et viennent pour moi: c’est gratifiant. J’ai déjà des clients qui viennent d’un peu partout en France. Je pense avoir énormément de chance, surtout en venant de nulle part.

Toma Pegaz / The artistic orientation of my education allowed me to acquire many techniques, and a sharpened view on the image composition. In the past, I was often told that I should start tattooing although I was not a fan of carving human skins at the time. Hand drawing is way simpler, it’s just you, a pen, an eraser and a shitload of white papers. Before that, I used to work as a graphic designer as a freelancer, but it was not my cup of tea. It’s tiring and overwhelmingly controlled. Therefore, I dropped my computer to seriously get back to paper drawings. Then, step-by-step I felt ready. So I started gathering my work in a book and went to visit several shops in Paris. I got dumped a few times (he laughs), however, for some reasons it did not work out that well. But I never gave up Surprisingly, my friends opened a tattoo shop right at that time. It was the perfect opportunity for me to buy all the tools that were necessary and jump right back to drawing tattoos, and so I did. Homies are always down for helping in that kind of situation (he laughs), carving my friends skins was a funny experience that allowed myself to improve and get to know new techniques. There is no better way of learning, I actually enjoyed going through the rookie stage. In this domain, I am able to raise my voice, people trust me and come to me. It is truly gratifying. These days, my customers come from all around France. That is a blessing, knowing the fact I come from nowhere.

www.tomapegaz.bigcartel.com

70


J / Tu balances régulièrement tes flashs sur les réseaux sociaux, on remarque un trait fin et beaucoup de pointillisme, c’est ce que tu préfères tatouer ?

J / You share a lot of your sketches on your social medias, we can see thin lines and a lot of dotting, is that what you like to tattoo ?

T / J’ai toujours aimé le détail. Lorsque je me suis lancé dans le tatouage, j’ai tout de suite pensé qu’il fallait me spécialiser dans un truc. Du coup, sans réfléchir, je me suis dirigé dans ce que je savais faire de mieux. Il n’y a que comme ça que l’on se forge un nom. Et puis, la finesse me force à être très rigoureux, c’est ce qui me pousse à m’améliorer constamment. En ce qui concerne le pointillisme, (on appelle ça le « dot »), c’est une technique que j’ai apprise il y a un moment déjà, et que j’ai tout de suite associée au tattoo. Mais je n’ai pas spécialement envie de rester dans ce traité graphique, je prends simplement mon temps pour passer d’une technique à une autre. J’aime aussi le traité gravure, ou les effets de trame.

T / Details have always been my thing. When I got introduced to the art of tattooing, specializing in one domain seemed like the best direction to take. Therefore, without really thinking, I headed to what I could do best. To my eyes, it is the only way to make yourself name in this game. Fineness is what drives me and it helps acquiring rigor, which is capital. I learned the dot technique a while ago and directly associated it to tattooing. Although, staying on this graphic path does not fit my need at the moment, I simply enjoy taking my time going through various techniques. J / Why did you choose not to use colours ?

J / Pourquoi ce choix de ne pas utiliser la couleur ?

T / Everybody does that… And I do not like being a sheep (he laughs). Nah, actually it is purely aesthetic. The least colour there is, the more harmonious. Moreover, I am not a huge fan of using colours either, it looks messed up. Going to the essential is what I love doing. No need for useless elements.

T / Tout le monde en fait. Et je n’aime pas faire comme tout le monde...! Non, c’est aussi purement esthétique, je trouve que moins il y a de couleurs, et plus c’est harmonieux avec le corps. De plus, je n’en suis pas spécialement fan, je trouve ça vite bordélique. J’aime aller à l’essentiel, que mon travail se suffise à lui même, et qu’il n’ait pas besoin de fioritures.

J /You said that colour makes it messy as colours fade with time? Japanese style tattoos are beautiful though…

J / Tu dis de la couleur que ça fait «bordélique», parce que les couleurs ternissent avec le temps ? Les tatouages d’inspirations japonaises sont pourtant magnifiques...

T / When there is too much color, a tattoo cannot breathe. I might think it is pretty but it is a question of taste. I love Japanese art, Wendy Pham’s artwork is amazing by the way. However, this is not what I am personally looking for. I love it harmoniously drawn with the core, and to my eyes that goes through including little color in the sketch.

T / Non, je trouve que ça étouffe le tattoo quand il y en a trop. Je peux trouver ça joli mais ce ne sont pas mes goûts. J’adore le tatouage japonais et j’adore le travail de Wendy Pham d’ailleurs. Mais, dans mon approche du tattoo ce n’est pas ce que je recherche; j’aime que ça se mélange harmonieusement avec le corps, et pour moi cela passe avant tout par peu de couleurs.

J / And how would you define your style ?

J / Et ton style, comment le définis-tu ?

T / I would define it as truly graphic, sometimes comics or illustration oriented. As I draw every day, tattooing helps defining myself as an artist.

T / Je dirais qu’il est très graphique, parfois orienté bd/illustration. Le tattoo m’aide aussi beaucoup à me définir en tant qu’artiste car je dessine constamment.

J / You certainly have tattoos? Have you tattooed yourself ?

J / Tu as certainement fait passer ta peau sous une aiguille ? Peut-être même sous la tienne ?

T / Tattoos are all over my body, it started off in 2009 with Sacha from Mistery Tattoo Club, then I got my own pieces tattooed by an artist and friend who works for Horror Tattoo in the French city “Ermont Eaubonne”. I have never been into tattooing myself, it does not get me tripping. I would rather trust another artist.

T / Oui, je suis tatoué un peu partout. J’ai commencé avec Sacha, au Mystery Tattoo Club en 2009, puis je me suis fait tatoué mes propres pièces par une amie tatoueuse: Horror Tattoo à Ermont Eaubonne. Non, ça ne m’a jamais amusé ce genre de délire de se tatouer soi même, je préfère confier ça à quelqu’un.

J /Your inspirations, artists, admired tattoo artists ?

J / Tes sources d’inspirations, artistes, tatoueurs admirés ?

T / My sources of inspiration come from whatever gets in my sight. That could be a movie, a song, a souvenir or something I noticed in the street, on the web or in magazines. As a toddler I learn how to draw by tracing Dragon Ball stuff and Saint Seiya. I am a big fan of Japanese culture and I admire Akira Toriyama and also Miyazaki. In what concerns my favourite tattoo artists, you can check it out by stalking my instagram account [Tomapegaz, ndlr], (laughs) there aren’t that many.

T / Je m’inspire un peu de tout ce qui me tombe sous les yeux. Ça peut être un film, une musique, un souvenir, un truc que j’ai vu dans la rue, sur le net ou dans un magazine. Petit, j’ai appris à dessiner en décalquant du Dragon Ball et du Saint Seiya, je suis un grand fan de culture nippone et j’admire beaucoup Akira Toriyama ou encore Miyazaki. En ce qui concerne mes tatoueurs favoris, il vous suffit tout simplement de fouiner sur mon Instagram, [ Tomapegaz, ndlr ], il n’y en a pas beaucoup.

72


73


J / A quelle occasion s’est faite ta collab’ avec la célèbre marque parisienne Wasted ?

J / After which occasion did you and the Parisian brand ‘Wasted’ decided to make a collab ?

T / C’est mon pote Fab de Landscape qui leur a parlé de moi. Ils ont eu la curiosité de jeter un œil à mon travail et m’ont contacté par la suite. Nous nous sommes vus très rapidement et vite mis au travail. C’est très cool de travailler avec eux, j’ai pas mal de liberté artistique et puis il n’y a pas de pression. Nous prenons le temps de bien réfléchir et de faire les choses proprement.

T / My man Fab from Landscape told them about me. They were enough curious to take a look at my artwork and got in touch with me later on. We met and started collaborating pretty quickly. Working with them is dope, I got quite a wide artistic freedom which made it a relaxed environment. We try to relax and reflect on the ideas we have in order to properly do our things. That is how we roll. J / Talk to us about your online website where we can buy your artwork ?

J / Parle-nous de ton site internet sur lequel on peut acheter tes œuvres ?

T / It’s been ages since I first thought about developing a website showing my artwork and the different ideas I had in mind. Unfortunately, BigCartel was mainly created because there was no other support allowing people to check up my artwork. But I had nothing to make it accessible to everyone. And thus I decided to make a Bigcartel website.

T / Ca faisait un moment que j’avais hâte de développer mon art sur différents supports, de trouver des idées originales, etc … Mais je n’avais rien pour le rendre accessible à tous, c’est pour ça que j’ai décidé de créer un Bigcartel. J / Quels sont tes futurs projets/collab’ ?

J / Tell us what are your future projects/collabs ?

T / Je vais sortir deux collab’, dont une avec Wasted, début octobre. Cette fois, cela va être très différent de ce que j’ai fait pour eux car ça tournera uniquement autour de mon univers. Il y a déjà longtemps que je veux sortir mes propres visuels, mais, créer une marque demande beaucoup d’investissement et je n’ai pas le temps pour ça. Sinon, je teste un nouveau support pour mes illustrations, je pense que les gens ne s’y attendront pas. Je m’y mets bientôt d’ailleurs...!

T / Two collaborations are going to be released soon, one of them is a cooperation with Wasted and will be out in October. This time, the project is different from my previous collaboration with those guys as the scope is on my work. I was waiting for my visuals to come out for a long time now, however, creating a brand requires an important involvement which is at the moment, impossible. Other than that, I am testing out a new way of supporting my illustrations. People will be surprised, I’m starting it soon actually !

J / Un conseil à donner à nos lecteurs avides d’aiguilles ?

J / Any tips for our readers aspiring to be tattoo artists ?

T / Je ne suis pas pour le fait de se faire tatouer sur un coup de tête, sauf si l’idée est vraiment, vraiment cool (rires). Alors, comme beaucoup, je conseillerais de réfléchir avant de passer à l’acte, et surtout, de ne pas confier sa peau à n’importe qui.

T / I do not stand for impulsive decisions when it comes to tattoos, except if the idea is truly dope. Therefore, like many artists, I would advise to reflect before acting. Finally, what is capital to me is not to lend your skin to whoever considers himself a tattooist.

74


Lifestyle

STAY FREE KOLLEKTIV Texte : ROUFLAQUETtes GANG - PHOTOS : OLIVER RATH

Je me rappelle encore du jour où Jeremy m’a parlé de StayFree et du QG qu’ils étaient en train de monter. Le ciel était bas sur Berlin, gris et sombre en cette journée d’été. On était sur l‘ancien aéroport de Tempelhof, qui date encore du 3ème Reich, sombre époque de l’histoire allemande...

I still recall the day when Jeremy first told us about StayFree and the headquarters they were building. The sky was grey and dark during tha day in middle of summer. We were in the old Tempelhof airport from the third Reich, a dark period of german history.

Nous sirotions une délicieuse bouteille de vin qu’il avait su, comme à son habitude, se mettre sous le coude, en bon lascar qu’il est, car sachez-le, je n’ai guère connu de personnage plus accueillant. Nous étions abrités sous l’aile d’un Candy Bomber, (ou Rosinen Bomber, surnom des avions américains de ravitaillement qui parachutaient des vivres à Berlin durant le blocus de 1948). Sur le tarmac de la base aérienne, c’est une clope au bec et un verre à la main que Jeremy me parlait de ce rêve qu’il avait depuis que certaines opportunités s’étaient présentées à lui.

Here is he situation. Jeremy is one of the most welcoming person I’ve ever had the chance to meet and he proved it once again by hitting a fabulous bottle of wine just for us, isn’t that beautiful ? We were chilling out under a Candy Bomber plane – formerly used by American forces to drop food over Berlin during the 1948 era – enjoying a smoke on one hand and that tasty wine on the other, Jeremy started talking about a dream he’s had for a while since some opportunities appeared.

StayFree Kollektiv est une bande organisée qui n’a, ni Roi, ni Chef, seulement des leaders qui veillent au bon déroulement des opérations. C’est également un des derniers regroupements hippies digne de ce nom. Aussi bien spirituellement qu’artistiquement parlant, indépendance et liberté sont les maîtres mots de Jessy et Jeremy. Ces deux frères jumeaux, à la tête de l’équipe, ont su transmettre toute leur ferveur auprès de leurs frères et sœurs de cœur. Le Berlin le plus underground est à vivre lors de leurs célébrations où la musique se joue des heures durant et, où l’on distribue des fruits au public lorsque le soleil commence à montrer ses premiers rayons... Jessy était déjà sur Berlin avant que Jeremy ne débarque par hasard. Le hasard fait bien les choses, et il avait choisi qu’ils découvrent la scène techno berlinoise à ce moment donné. Les deux frangins allaient prendre conscience de l’importance de l’animation et de la déco d’un événement. En rappelant que l’Univers les a guidé, malgré eux, dans tout ça, ils nous déclarent :

StayFree Kollektiv is organized around a few leaders, without entering in the usual hierarchical model where someone else controls someone. No, here we talk about a few guys chilling together while paying attention to the well being of their organization. Also, they represent one of the last true hippie movements that are worth the name. Both more spiritually than artistically, Independence and Freedom are the true pillars of Jessy and Jeremy’s mentality. Those guys are actually twins, along with being responsible of managing their crew. The least we can say is that they have the real ability to transfer their passion. Music playing during hours, people being offered fruits as soon as the sun rises, the most underground Berlin can be is fully appreciated when the Kollektiv is at the origin of the celebrations. Before Jeremy settled in Berlin for good, Jessy was already there for quite some time. It might have been pure luck but it happened when the Berlin techno scene was booming, encouraging our two guys to be more aware of the impact animation and deco could have on different kind of events. And while telling us how, without real intentions, this universe brought ‘em into this whole shit, they state:

«On a toujours voulu un peu changer le monde, y mettre notre couleur et notre inspiration, pour les jeunes et les gens en général. On aime toucher les gens et ça, ça se fait à travers la musique, l’art et les animations quoi.»

« Being able to bring change to the world has always been important to us as much as stick up our colors and inspiration to young and older people : Old school, New school, No school rules. We love reaching people through music, animations and art in general ».

Le collectif a surtout la particularité d’être un groupe d’amis venus d’horizons divers et variés. On y retrouve des Djs, organisateurs, écrivains, bricoleurs, et bien sûr, des fumeurs de tarpés; tous rassemblés tout naturellement autour d’un idéal commun : celui du Stay Free. Une belle histoire partagée...

The Kollektiv is made of friends with very diverse backgrounds and that is why it’s so special. Indeed, the organization is composed by all kind of individuals: Dj’s, writers, managers and of course Ganja smokers! All gathered around one same way of seeing the world: Stay Free. An amazing story we’d like to see more often.

76


«On s’est mis tous ensembles une fois, on avait construit deux bateaux sur un lac et on avait un drapeau sur lequel on avait marqué « Stay Free »… C’est à partir de cette réunion qu’on est devenus un collectif.»

« There is this one time when we decided to get together, we actually built a boat on which a flag was planted. It was written Stay Free on it. That’s the exact moment we became a collective ».

Après avoir brillé lors d’un premier rassemblement, encouragés par l’unanimité, la machine était lancée. Ce point d’ancrage s’est étendu par la suite à un skateshop provisoire, la création d’un label et le rayonnement de ses Djs. L’ouverture du club* a permis davantage d’impact, en comparaison avec le shop/galerie qui demandait trop d’énergie. Berlin reste semblable à elle même - en constante évolution- et le contexte actuel veut que la commission de sécurité de la Mairie dépose son veto pour que des lieux extraordinaires comme celui-ci reprennent leur activité. Située dans le Prenzlauer Berg, cette «dream factory», le « Place 123 », situé au 123 de la Storkower Strasse, attend patiemment de se réveiller. L’objet de toute l’aventure :

After seeing their first event shine, strengthened by a unanimous opinion, the collective was able to shift the next gear. That was quickly followed by the opening of a provisory skate shop, the creation of a label along with the rise of the DJ’s notoriety. Nevertheless, the opening of a club allowed more impact in comparison with the skate shop requiring a lot of energy and time. Berlin is a place of constant evolution. Indeed, the context has made the people in charge of the safety institutions take a decision that goes towards the re-opening of extraordinary places like “Place 123”. So for now, this amazing place located in the Prenzlauer Berg is waiting big time for the place to wake up. Why ?

«Un endroit où l’on réalise ses rêves, un endroit où l’on peut réaliser des choses, mélanger des idées, avec un village street de goût. On va avoir un petit skatepark dans le club.»

« We want a place where dreams come true, a place where things can be created, ideas shared along with a stylish street village ».

A noter que cette joyeuse équipe bosse aussi à l’étranger, sur des showcases et des festivals en Pologne, ou même à Montpellier. L’an passé, nos chers party-goers Montpellierains se sont vus régalés d’un Open Air complètement fou, durant trois jours, et en toute illégalité. Merci qui ? Pour répondre à cette question, il faut s’adresser directement aux artistes, Oliver Rath, Mein Lieber Prost, tous les «combattants de la liberté», comme ils se définissent eux-mêmes. Ce sont des «pirates qui veulent créer leur propre système».

Quick note: the crew is also operating abroad, on showcases and festivals in Poland and even in Montpellier. The past year, party shredders from Montpellier enjoyed an Open Air during three entire days, organized illegally. That’s all we love. Who you gotta thank for that ? To answer that question, talking to the artists themselves might be wiser. Oliver Rath, Mein Lieber Prost and all the people they name « Freedom Fighters », all considered as Pirates hunting their own golden system.

80


Lifestyle

FLAVOURED MEDECINE TEXTE : ARTHUR CHAMBON & THOMAS KHENNOUCHE - PHOTO : SENSI SEEDS

Terpenes is the scientific word for the molecule building taste, smell and medicinal properties of our favorite Marijuana. These molecules belong to the class of hydrocarbons, they contribute to the plant’s equilibrium, roll predators away, attract pollinators and protect plants from heat. Essential oils are almost uniquely composed with terpenes, pine oils for instance, that allow cold and cough to be healed by bronchieactis, are built around Alpha-Pinene.

Les terpènes sont les molécules qui composent la majorité du goût, de l’odeur et des propriétés curatives d’une plante. Appartenant à la classe des hydrocarbures, ils contribuent à l’équilibre de la plante, éloignent certains prédateurs, attirent les pollinisateurs et protègent les plantes de la chaleur. Les huiles essentielles sont presque uniquement composées de terpènes, par exemple les huiles de pins qui permettent de soigner un rhume ou une toux, par dilatation des bronches, (ce bon vieux Vicks Vaporub), sont composées du terpène Pinène.

One must know that Cannabinoids (THC, THC-V, CDN, CBD..) do not carry taste nor smell. It is the terpenes that compose a major part of marijuana’s organoleptic properties. Briefly, more than a hundred different types of terpenes have been censed in Cannabis, without taking into consideration diverse variations, which offers infinite flavours and smells according to the chosen strain.

Il faut savoir que les cannabinoïdes, (THC, THC-V, CDN, CBD...), n’ont ni goût, ni odeur. Ce sont donc les terpènes qui composent une majeure partie des propriétés organoleptiques du cannabis. Grossièrement, il y en a plus d’une centaine identifiée dans le cannabis, (sans prendre en compte leurs différentes variations), ce qui offre une infinité de saveurs et d’odeurs suivant les variétés consommées.

As an example, here is a selection of genetics provided by Sensi Seeds, in which you are able to retrieve the great terpenic families :

Pour vous donner un exemple, voici une sélection de génétiques provenant de la firme SensiSeeds où vous pourrez retrouver les grandes familles terpéniques :

The Jamaican Pearl, mostly built by a terpene called « Limonene », has several characteristics : antidepressant, antioxidant, anti carcinogenic, antifungal and is used to regulate one’s body acidity.

La Jamaican Pearl, composée majoritairement du terpène Limonène, étant à la fois antidépresseur, antioxydant, utile pour réguler l’acidité du corps, anti-cancérigène, antifongique… Il est à la base du goût citronné.

Alpha-Pinene is what primarily compose the Skunk#1 strain. It is recognized for its bronchieactis, antibacterial and antiinflammatory functions. This scent is particularly retrieved in pine resin. Moreover, the Alpha-Pinene is an enhancing factor for memory able to counter-balance THC’s negative effect usually impacting this capital ability.

La Skunk#1 et son terpène Pinène, reconnu pour sa fonction broncho-dilatatrice, antibactérienne, anti-inflammatoire. On retrouve particulièrement cette odeur dans la résine de pin. Il a une fonction bénéfique pour la mémoire et peu contrebalancer l’effet négatif du THC vis-à-vis de cette dernière. La Black Domina et son goût épicé, poivré, provenant du terpène Béta-Caryophyllène. Il a des effets bénéfiques en tant qu’anti-inflammatoire et facilite le transit intestinal. Il a également un effet analgésique local et antifongique.

With a spicy, peppery taste, the cannabis strain Black Domina is essentially composed by the terpene Beta-Carryophyllene .It provides a positive effect as an anti-inflammatory medicine and facilitates your intestinal transit. Equally, an analgesic and antifungal can be found in this terpene.

Enfin, la California Indica et son terpène Myrcène, présent dans la grande majorité des variétés de cannabis et dans des fruits comme la mangue. Il a des propriétés analgésiques, antiinflammatoires, anti-cancérigènes, relaxantes et antispasmodiques. De plus, il agit en synergie avec le THC, qui accroît les effets de ce dernier. Une rumeur tend à dire qu’en mangeant une mangue avant de fumer, les effets psychoactifs sont décuplés par la forte concentration des terpènes Myrcène dans le fruit.

Finally, the California Indica and its terpene Myrcene that can be retrieved in a large majority of cannabis strains together with fruits, for instance, mango. Its properties are numerous and can be described as anti-carcenogenic, relaxing and antispasmodic. Furthermore, it acts synergistically with the THC molecules, which effect are thus increased. Also, rumors tend to say that eating mango before blazing weed will decuple the psychoactive effects because a focused concentration of Myrcenes can be found in the fruit.

Pour conclure, les effets du cannabis ne se limitent donc pas aux cannabinoïdes, mais également à la présence des terpènes et aux caractéristiques physiologiques de chaque consommateur. C’est pourquoi un médicament synthétique contenant du THC, CBD, et cetera, ne ferait pas l’effet global que procure la consommation du cannabis à l’état brut.

As a conclusion, cannabis effects do not constrain to cannabinoids, but also to terpenes and the consumer’s physiological capacities. This is the reason why synthetics medicines containing THC, CBD, et cetera, do not bring similar global effects on your body in comparison to gross Cannabis.

82


Shopping

- Benny Gold -

- DC Shoes -

- Grand Scheme -

- Huf -

- Vieux Tox -

- Vicius -

- Djinnâ&#x20AC;&#x2122;s-

- Chmpgn -

84

- Gumball 3000 -


Shopping

- Shutter Clothing -

- Rains -

- Starter -

- Mitchell & Ness -

- The Hundreds -

- Carhartt -

- Cayler & Sons -

- Wasted -

85

- Vegetal 00 -


Shopping

- Supra -

- Emerica-

- Vans -

- Etnies -

- DC Shoes -

- C1rca -

- Lakai -

- Puma -

86


Shopping

- New Era -

- Benny Gold -

- Grand Scheme -

- Djinnâ&#x20AC;&#x2122;s -

- RVCA -

- Cayler & Sons -

- Obey -

- Wrung -

87


Shopping

- Cheapo -

- Nixon -

- Sweet pants -

-Wrung -

- Vans -

- Cayler & Sons -

- Cheapo -

- Akasha Board -

88


Shopping

- Von Zipper -

- Rezin -

- Electric -

- Cheapo -

- Beats -

- Skullcandy -

- Sonos -

- Bose -

89


Jacker Authentic Dope

- Paint Logo -

- Lucifer -

- Golden Eye -

- Jacker X Vegetal Black Indica Sweat

- Green Colomb -

- La dĂŠfonce -

- Jacker X Vegetal 00 Woman Crop Top - Jacker X Vegetal 00 Black Indica Jersey

- Jacker X Vegetal 00 Illicit Jersey

Les produits de la marque Jacker Authentic Dope sont disponibles sur notre shop en ligne et dans nos shops distributeurs. Our clothing Brand Jacker Authentic Dope is available on our online shop and our distributing stores. www.shop.jackermag.com

90


Subscribe Vous avez raté le dernier numéro, vous êtes trop défoncé pour aller le chercher ou vous avez tout simplement envie de nous soutenir ? Abonnez-vous ou commandez nos anciens numéros sur notre shop en ligne.

You missed our last issue, were you too red-eye jedi to fight against the sofa and pick it up or simply you wanted to support us ? Subscribe or buy our previous issues online.

ABONNEMENT

1an / 4 numéros : 15€

MAGAZINES

92

4€

www.shop.jackermag.com


Jacker Magazine #11  

A magazine about the street culture. Graffiti, Street Art, Extreme Sports, music and more.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you