Page 1


Team Ivorian Travelers Aamlorie Vi Jackie Clovis DJIREBO Abdel-Kader TRAORE Nadia-Ines AVI Edvin SICA

Contributeurs

Flore BOSSOMA Danielle MANDA Gildas DOBA

Photographes

Jackie Pierre-Michel PANGO Aymard LEROUX

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018

03


EDI T O Comme l’aurore, elle s’avance, tout doucement et fermement. Ses pas sont emplis de sérénité et de paix. En effet, malgré les pas de bottes, les bruits d’armes et le sang versé de ses fils, elle a été victorieuse face à la mort et aux ténèbres. Aucune personne, qui a posé son regard sur elle, ne peut nier l’effet qu’elle a sur son cœur. Belle et immortelle, rien ne pourra la faire oublier. Certains ont bien essayé de l’éteindre et même de la rabaisser, cependant ils ont récolté un échec cuisant. Vivante, forte et courageuse, rien ne pourra la vaincre car elle porte en son sein la vie, l’amour, la victoire, la joie, la passion. Mais aussi la détermination, la force, la sagesse. Les rides sur son corps gardent le secret et la mémoire de ses plus belles batailles et aventures. Elle est de tout âge, de toute couleur, de toute nationalité, elle est terre, ciel, mer et sable. Elle ne demande pas la vie car c’est elle qui la donne. Elle demande juste que tout être humain reconnaisse la vérité: elle est bien plus forte et capable de réaliser des merveilles, bien loin de ce à quoi on voudrait la réduire. Elle est courageuse et reconnue partout dans le monde pour sa passion. Elle parcoure le monde à la rencontre des autres pour donner et aussi recevoir. Mais comme tous la savent généreuse, elle donne toujours plus qu’elle ne reçoit. Elle, c’est une femme. Elle, c’est une ville : Grand-Bassam.

V ive la Femme ! V ive Bassam ! Aamlorie Vi

Fondatrice de Ivorian Travelers

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018

05


SOMMAIRE

05

Edito Culture

08 10 14

Le POPO Carnaval à Bonoua Voyage & Vie, l’Interview

Rita Dro, Une Voyageuse Engagée Voyage & Vie, Le Portrait

Danye Keedee, Dans les pas d’une Griotte La Rubrique Verte

17 18 19 20

06

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018

Le Désert d’Agafay BackPack with...

Jackie : Grand-Bassam Jumia Travel Awards TimeTravel

Al Ateneo Gran Splendid

21

Viens, je t’emmène...

22

Annonces

à Lisbonne


Culture Le POPO Carnaval à Bonoua Bonoua est une ville située au sud-est de la Côte d’Ivoire, à environ 50km de la capital Abidjan. Elle fait partie de notre classement des 12 villes à visiter cette année. Ville fière et riche de ses fils et filles, elle sait séduire avec attention et grandeur. Pour les passionnés de culture, elle réserve une belle surprise. En effet, elle célèbre chaque année pendant près de deux semaines, et avec faste, le Popo Carnaval. Cette celebration est aujourd’hui l’une des fêtes culturelles les plus populaires de la Côte d’Ivoire. Cette annee, il aura lieu du 02 au 15 Avril 2018.

Comme chez tous les akans, la fête des ignames est la plus importante de toutes les cérémonies traditionnelles annuelles. Pour qu’elle soit donc plus singulière, en pays Abouré, elle s’est déclinée en Popo Carnaval avec l’introduction vers 1946 d’un grand défilé de chars et d’hommes masqués (Popo signifiant « masque » en langue Abouré) à travers la ville. Mais un autre spectacle anime cette cérémonie de reconnaissance. Il s’agit de l’élection du plus bel homme (Êbè) et de la plus belle femme (Awoulaba) au sens africain du terme. Tout au long de la semaine, les rues de la ville sont colorées, animées, et la joie se lit sur tous les visages. N’hésitez pas à vivre cette expérience culturelle et touristique qui vous marquera certainement. 08

par Aamlorie Vi Photographe : Gildas BODA

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018


Rita Dro Une Voyageuse Engagée De son vrai nom, Dro Déamon Rita, elle est plus connue sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme de Rita Hora. Journaliste de formation depuis 2005, elle est à la fois Community Manager et Blogueuse à temps plein. Cette passionnée au grand coeur sillonne la Côte d’Ivoire afin de découvrir et montrer au monde la beauté de notre cher pays.

10

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018


Voyage & Vie

L’Interview

D’où t’es venue cette passion du voyage ?

Rita : Ma passion est née d’une frustration dans mon enfance. Toute petite j’avais envie de voyager, mais j’en avais rarement l’occasion. Je vivais avec mes parents à l’intérieur du pays et nous n’allions dans des grandes villes comme Abidjan, que pour des raisons exceptionnelles comme des soins de santé. J’avais ce profond manque en moi. Par la suite, je suis tombée sous le charme de la lecture et c’est à travers les livres que j’ai commencé à m’évader. En grandissant, j’ai gagné en autonomie, j’ai commencé à travailler et grâce à mon métier de journaliste, j’ai pu commencer à vivre mon rêve. Je profite de mes missions de reportage pour visiter de nouveaux lieux. Nous avons un pays tellement beau et riche que c’est une joie immense à chaque départ en mission.

Combien de villes ivoiriennes as-tu parcouru à ce jour ?

Rita : J’ai parcouru environ 20 villes et villages en tout. J’ai visité des villes comme Korhogo, Ferké, Man et Danané qui est mon village paternelle et que je n’avais jamais eu l’occasion de connaitre jusqu’à il y a quelques semaines. Etant petits, mon père voulait nous protéger, mes frères et sœurs et moi, de beaucoup de choses, vous connaissez les superstitions africaines… mais j’y suis allée par moi-même, je suis revenue vivante et je me suis dit que mon père a eu tort de nous priver de cette découverte. Le défi que je me suis lancée est de visiter toutes les villes de Côte d’Ivoire sans exception, afin de partager la fierté que j’éprouve pour mon pays, montrer aux jeunes la beauté de nos paysages et les richesses que nous avons. Je voudrais qu’à leur tour, ils en soient fiers et n’aient pas envie de se diriger vers d’autres horizons. L’eldorado c’est ici, nous avons déjà un paradis chez nous.

Quelles sont les deux villes qui t’ont le plus marqué ?

Rita : A environ 26 kilomètres de Guiglo, il y a un petit village qu’on appelle Béwé. Ce qui m’a marqué, c’est une grotte à l’entrée du village. C’est un pur chef d’œuvre ! Cette grotte est naturelle et pourtant, elle donne l’impression d’avoir été conçue par des architectes. A un endroit, l’on retrouve des pierres disposées de façon à laisser croire que la Vierge Marie y a été sculptée. C’est impressionnant ! Il y a un autre endroit de cette grotte qui laisse pénétrer à la lumière, c’est tellement beau qu’on se croirait presque dans un studio photo en pleine nature. Selon la légende Béwé, la grotte aurait servie de refuge aux habitants du village lorsqu’ils furent pourchassés par des ennemis. Une fois dans cette grotte, ils auraient demandé protection au génie de la grotte qui les transforma en pierres, empêchant ainsi leurs ennemis de les retrouver. La deuxième ville c’est naturellement Danané. J’ai découvert Lieupleu à 25 km de la ville et je suis tombée sous le charme. Je n’avais jamais vu un pont de lianes, j’ai vaincu ma peur du vide et j’ai traversé le pont. J’ai pêché à la nasse, j’ai gravi une montagne appelée le Glo et j’ai découvert une population accueillante et chaleureuse.

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018

11


Comment se passe ton intégration dans les villes et villages que tu visites ?

Rita : Il faut dire que l’ivoirien est hospitalier de nature. Par exemple, je me suis rendue à Béwé pour un mariage. En dehors du mariage, je voulais découvrir la zone, j’ai donc laissé mes copines et je suis partie seule en exploration. J’ai demandé à rencontrer le chef du village. Je me suis présentée comme une fille de la région et, tout de suite, il a été compréhensif, il a mis des gens à ma disposition, j’ai dormi et mangé chez des habitants. J’ai été rapidement adoptée. Et c’était pareil dans les autres villes, ce qui m’a fait réaliser que c’est dans la nature des ivoiriens.

Quels sont tes indispensables, les éléments que tu emportes nécessairement avec toi en voyage ?

Rita : Vu que je n’ai pas encore d’appareil photo numérique, je dois toujours avoir mon smartphone, mon powerbank et mon ordinateur. A côté de ça, il me faut mon sac à dos, un jean et des baskets, c’est tout ce dont j’ai besoin. Je peux dormir à la belle étoile, je peux dormir dans une case, sans problème.

Parlons maintenant de tes projets sociaux ! Peux-tu nous présenter Droville.com ?

Rita : Droville, au départ, était un blog qui traitait de faits de société, et récemment je l’ai redirigé vers le social. Droville aujourd’hui parle de personnes atypiques, ces personnes ordinaires qui font des choses extraordinaires avec le peu qu’elles ont. Nous parlons par exemple de Zadi, un hémiplégique, paralysé de la moitié du corps, qui a refusé de faire la manche. En dépit de son handicap, il travaille, se lève tous les matins à 6 heures, fais le tour du quartier Akouedo Village, pour collecter les ordures. L’effort qu’il fournit est admirable. Droville par également de ces petites filles, entre 5 et 10 ans, qui portent les courses des dames dans les marchés moyennant une petite rémunération. C’est un sujet qui me touche car pendant qu’elles sont au marché à faire ça, d’autres enfants du même âge vont à l’école. Droville parle de la femme excisée, de la galère des malades mentaux, des rôtisseurs dans les abattoirs. J’ai passé 3 weekends successifs avec ces derniers et j’ai pu observer les conditions difficiles dans lesquelles ils travaillent. Aspirer cette fumée à longueur de journée, c’est horrible et pourtant ils le font tous les jours. Ce sont toutes ces personnes, ces héros de la société dont on ne parle pas dans les médias classiques, que je présente sur Droville.com. C’est une sorte de vitrine pour eux. 12

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018


En dehors de Droville, y a-t-il un projet sur lequel tu travailles en ce moment ? Rita : Oui effectivement. Il y a 2 ans, j’allais en reportage à Guiglo quand j’ai été victime d’un grave accident de la circulation. J’ai eu une fracture du fémur et j’ai séjourné au CHU de cocody. C’est un moment de ma vie qui m’a marqué, j’ai pris conscience de la galère que vivent les fracturés. Un an après l’accident, j’y suis retourné pour un contrôle et en observant ces gens blessés étalés dans les couloirs, j’ai été frappée. Je me suis revue au moment de mon accident, ayant les mêmes craintes. J’avais tout au plus 2900 FCFA dans mon porte-monnaie, pour des soins qui avoisinaient les 3 000 000 de FCFA. Et c’est grâce à ma communauté Web, l’UMBCI que je remercie, que j’ai pu m’en sortir. Elle a mobilisé des fonds pour financer tous mes soins et j’ai été prise en charge à la PISAM. C’est donc ce message d’espoir que je souhaite transmettre à tous ceux qui vivent le même calvaire. Même étant assuré, un accident bouleverse une vie et personne n’est à l’abri d’une surprise. Les finances sont au plus bas, et le moral aussi. Mais c’est le soutien, ne serait-ce que moral, qui est apporté à un malade qui accélère son processus de guérison. Par ailleurs, j’ai sollicité le Ministère de la Santé pour des fonds d’aide à ces personnes. Elles ont besoin de matériel de première nécessité comme des gants, de la bétadine, des béquilles… des éléments basiques qui manquent au CHU. J’ai des fonds propres que je mets de coté, mais j’ai besoin de l’aide d’une organisation.

Quelle est la prochaine étape pour toi ?

Rita : Grâce à Droville, j’ai été invitée à une formation en Allemagne au mois d’Avril, ce sera mon premier voyage hors du pays. Mais avant cela, il y a un projet qui me tient à cœur, le « Droville Tour en Gbonhi », dont le démarrage est prévu pour fin Mars. J’irai avec 20 adultes, passer un weekend à Lieupleu. Ce sera une immersion dans le quotidien des villageois, nous dormirons dans des cases, les villageois nous conterons des légendes et histoires de la région, nous irons à la pêche, nous traverserons le pont de lianes, nous pourrons aussi nous baigner. Nous irons même à Danané pour gravir le Glo, visiter des grottes et à la fin de cette excursion, chaque participant nous fera un petit retour d’expérience afin d’apporter des améliorations aux excursions futures.

par Jackie

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018

13


Danye Keedee

Dans les pas d’une Griotte

14

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018


Voyage & Vie

Le Portrait

La vie de voyageur qu’elle mène nous voulons tous la vivre tant elle est riche en couleurs, rencontres et émotions. Nous voulons donc vous la présenter afin qu’elle vous inspire. Elle vous fera peut-être voyager par procuration, mais elle vous donnera sûrement le courage de partir découvrir le monde. Danielle est originaire de la Côte d’Ivoire et vit actuellement à Paris. BusinessDeveloper pour une ESN à Paris, elle voyage la plupart du temps seule ou avec son compagnon. Sa passion pour le voyage est tellement grande qu’il lui arrive souvent de tomber malade après deux mois sans voyager.

Mais comment est-ce que tout cela a commencé ? Sa passion pour le voyage a commencé étant très jeune. Elle prenait un malin plaisir à connaître par cœur les différents pays et leurs capitales et elle adorait les langues étrangères. Avec le temps, découvrir de nouvelles cultures, de nouvelles régions, de nouvelles manières de vivre est devenu et reste une réelle passion pour elle. Ce feu brulant en elle donc, l’a conduit à visiter pour l’instant environ 13 pays : France, Italie, Espagne, Portugal, Allemagne, Belgique, Pays Bas, République tchèque, Suisse, Maroc, Cuba, Pérou... sur 3 continents : Afrique, Europe et Amérique (Latine et centrale). elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Même si elle a des millions de rêves et souvent souhaiterait avoir les 9 vies d’un chat pour tout pouvoir les réaliser, celui qui prédomine le plus serait de prendre une année sabbatique et de faire le tour du monde. Cliché pour un globe-trotter selon vous? En attendant de vivre cette belle aventure avec elle, vous pouvez la suivre sur son nouveau blog : Un Air de Griot. Elle y partage tout ce que ses voyages lui ont permis d’apprendre, des astuces et des conseils. par Aamlorie Vi

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018

15


La Rubrique Verte Le Désert d’Agafay A environ 30 Km au Sud de Marrakech, se trouve un magnifique désert de pierres et de rocailles appelé le Désert d’Agafay. Ce patrimoine marrakchi est un vrai bijou de la nature, car il offre un panorama immense de dunes blanches et de vallées, propice à des activités telles que de la randonnée ou de la course à pied.

Afin de profiter au mieux de ce lieu surprenant, l’on peut s’installer dans l’un des sompteux oasis de la zone Ces chambres d’hôtes et bivouacs, installés au milieu d’oliviers et d’eucalyptus, ont été créés dans le plein respect de la nature. Zero électricité! Zéro pollution urbaine!

Le désert d’Agafay, avec son cadre idyllique et son ambiance hors du temps, est l’endroit idéal pour se ressourcer et évacuer le stress du quotidien. Se réveiller le matin avec le chants des oiseaux, prendre un bon petit déjeuner en profitant du calme apaisant de cette nature, tels sont les privilèges qui vous y attendent.

par Jackie

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018

17


BackPack With.. e i k c Ja En hommage à cette ville historique au charme indéfectible, célèbre par-delà les frontières... Grand-Bassam, première capitale de la Côte d’Ivoire, ville qui porte encore les vestiges de l’époque coloniale. Elle est connue pour ses belles plages, ses presqu’îles et ses restaurants exotiques. Classée patrimoine historique de l’UNESCO, on y retrouve encore des vieux bâtiments datant de l’époque coloniale, certains transformés en musées ou maisons d’art, et d’autres abandonnés et investis par les habitants. L’ambiance décontractée et chaleureuse qui y règne en fait une destination privilégiée pour une échappée hors du tourbillon abidjanais. Grand-Bassam a connu de nombreux retournements au cours de son histoire, mais elle en ressort toujours plus forte et plus belle. Elle n’oubliera jamais cette journée du 13 Mars 2016, mais elle n’arrêtera jamais de fleurir. Comme on dit chez nous « Découragement n’est pas ivoirien ! ». La vie continue ! Grand-Bassam, belle et immortelle, elle ne cessera jamais de nous séduire.

18

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018


www.ivoriantravelers.net - MARS 2018

19


TimeTravel El Ateneo Gran Splendid Théâtre, radio, cinéma et librairie... Qu’est-ce que ces mots ont en commun selon vous ? C’est en Mai 1919 que le « Teatro Gran Splendid » ouvre ses portes. Situé à Barrio Norto (Buenos aires en Argentine), ce théâtre à capacité de 1500 places a été conçu par les architectes Peró & Torres Armengo. En 1924, le théâtre émettait depuis sa propre chaine de radio (Radio Spendid). Une dizaine d’années plus tard (1929), le théâtre est rénové pour laisser place à un cinéma qui propose à l’Argentine ses premiers films sonores (en opposition aux films silencieux). En 2000, le bâtiment est une fois de plus rénové pour accueillir une librairie et une boutique de musique, sur une surface de 2000 m². Avec son record de plus de 700 000 livres vendus en 2007 et son nombre de visites égalant les 1 000 000 à l’année (environ 3000 par jour), El Ateneo Grand Splendid fait aujourd’hui partie du top des plus beaux monuments du monde.

En plus de pouvoir acheter un livre, un DVD ou encore un CD de musique, on peut également prendre un café ou manger un morceau dans le café indépendant de la librairie pour profiter du décor de théâtre et admirer les magnifiques fresques sur les murs. Alors, ca vous tente l’Amérique du Sud ? 20

Cap sur l’Argentine !

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018

par Danielle MANDA


Viens, je t’emmene.. e n n o b à Lis par Flore BOSSOMA Elle est ensoleillée, elle est vivante, elle est colorée, elle est épicée, elle est cosmopolite, dynamique et depuis très longtemps ouverte sur le monde. Elle est l’une des métropoles européennes les plus en vogue. Elle, c’est Lisboa ! Viens, je t’emmène à Lisbonne. Je t’emmène en escapade, dans l’un de ses tramways jaunes glissant à travers les rues étroites et abruptes, en frôlant le linge étalé aux fenêtres. La journée, nous errons dans les rues pittoresques du quartier Maure de l’Alfama, puis nous allons nous remémorer la gloire passée du pays sur Praça do Comercio à Baixa. En quête de culture, je t’emmène au freguesias de Chiado ou à Parque das Nacoes, où nous allons visiter des musées, faire du shopping dans un centre commercial, ou papoter dans un café. La nuit tombée, je t’emmène faire la fête à Bairro Alto. Nous écouterons du Fadou et danserons aux rythmes de musiques diverses.

Viens on prend un Elevador, je t’emmène sur la magnifique terrasse du belvédère de Sao Pedro de Alcântara, où nous profiterons d’une vue panoramique de la ville en sirotant.

Allons faire un tour à Bélem, quartier des explorateurs, nous nous émerveillerons devant la beauté impressionnante du Monastère des Hiéronymites.

En parcourant ce quartier, nous nous arrêterons à la Pasteleria pour déguster des Pastéis De Nata, ces douceurs qui ont un succès fou chez les touristes du monde entier.Je te ferai aussi découvrir mon coup de cœur: les empadas, des chaussons fourrés un peu comme les « pastels » de chez nous.

De Lisbonne, tu garderas le souvenir d’une ville charmeuse qui sait être aussi mélancolique que son Fado et rester digne et fière comme son château de Saint-Georges. A Lisbonne, tu auras envie de revenir. Je te dis donc

Ate logo!

www.ivoriantravelers.net - MARS 2018

21


qui sommes nous ?

notre mission

le but?

Suivez nous DEVENEZ BÉNÉVOLE contact


IVORIAN TRAVELERS Le Mag - Numéro Spécial - Mars 2018  
IVORIAN TRAVELERS Le Mag - Numéro Spécial - Mars 2018