Issuu on Google+

la Rose de

(n°10)

Charenton Décembre 2012

Avec la fin de notre congrès de Toulouse et l’élection d’Harlem DESIR à la tête du Parti socialiste, la séquence de débats internes s’est achevée par l’élection, le 15 novembre dernier, du secrétaire de la section de Charenton-le-Pont et du premier secrétaire de la fédération du Val-de-Marne. Cette période a été riche et a permis de mettre en perspectives nos idées et de renouveler nos instances. La rénovation de la vie politique voulue par Martine AUBRY et les militants est en route et doit conti-

Rénovation nuer. Tant au niveau national, qu’au niveau départemental la parité hommes-femmes a été respectée et 60% des responsables accèdent pour la première fois à ces fonctions. Ainsi, au sein de la section PS de Charenton, et après quelques années de militantisme très actif, j’ai été élu secrétaire de section. Nous allons dans les mois qui viennent vous inviter à débattre pour continuer à porter un projet politique commun. Pour cela nous avons besoin de vous rencontrer, d’échanger avec les associations, les syndicats, les groupements, les organisations,… afin d’enrichir notre réflexion, de faire connaitre nos projets et aussi les décisions du gouvernement. La rénovation de la vie politique est notre volonté, elle doit passer par plus d’implication des citoyens. Pour cela, rejoignez-nous, venez nous rencontrer. Ce n’est qu’ensemble que nous ferons évoluer notre société. Christophe Gouyer secrétaire de la section PS de Charenton pscharenton@gmail.com

p. 23

Nos impôts paient la propagande du Maire-candidat ! p.7 Perspectives : La Région Île-de-France de demain p.4-5


L’actu à Charenton / Spécial Patrimoine

Charenton, ville à vendre ! Notre ville subit de grandes transformations, plus ou moins heureuses, nous avons laissé la parole aux citoyens de Charenton afin qu’ils exposent leurs visions des projets en cours. Tous les articles qui suivent sont l’œuvre de Charentonnais-es à qui, faute de pouvoir s’exprimer dans le journal de notre ville, « La Rose de Charenton » a ouvert ses colonnes.

Monsieur le Maire, ce que vous faites avec le patrimoine scolaire de Charenton est inadmissible ! L’école Anatole France Lorsqu’en 1881, Jules Ferry normalisa l’école républicaine, Alphonse Marvillet, Maire de Charenton, lançait le projet de la première école maternelle de la ville et confiait sa conception à G. L. Gravereaux, l’architecte à qui l’on doit la réhabilitation de l’actuel Pavillon de la Mairie. Construite en 1887, cette maternelle, dont la façade Art Déco actuelle est achevée en 1935, a fonctionné sous divers statuts scolaires, jusqu’en 2009. Située au 8, avenue AnatoleFrance, c’est cette école, médaillée lors de l’Exposition Universelle de Paris de 1889 que Monsieur le Maire et ses adjoints ont décidé de démolir intégralement dans le but d’en construire une autre ! De toute évidence, ni la mémoire collective, ni la valeur historique et symbolique, ni l’importante empreinte écologique d’une destruction n’ont été prises en compte par le Maire ! Doit-on imputer cette décision à un défaut de connaissance ou plutôt, à une allégeance aux promoteurs ? Ce n’est malheureusement pas le premier précédent.

L’école des Quatre-Vents Pour satisfaire des promoteurs, qui négocient partout les meilleurs terrains au profit d’opérations commerciales de prestige, très rentables, Monsieur Brétillon a laissé

(2)

Lycée Jean Jaurès (1936-2012)

École maternelle du centre (1887-2012)

démolir l’école maternelle des Quatre-Vents au lieu de la conserver sur son site et d’organiser son extension. À la COGEDIM qui projetait 190 nouveaux logements haut de gamme, il a cédé l’école, son terrain protégé en cœur d’îlot et toute l’impasse des Quatre-Vents pour reconstruire une nouvelle maternelle sur un terrain exigu et mal situé sur l’avenue de Lattre de Tassigny et qui s’étalerait sur quatre voire cinq niveaux !

Le lycée Jean Jaurès A présent, le Maire prépare la vente du Lycée Jean Jaurès et sa parcelle, idéalement située face au bois de Vincennes, au 50-51, avenue de Gravelle. Alors que ce patrimoine

la Rose de Charenton /n°10/décembre 2012

École maternelle des quatre-vents (1976-2010)

scolaire, conçut en 1936 par Henry Guyon, est répertorié dans la Base Mérimée du Ministère de la Culture et que le règlement d’urbanisme impose la conservation de sa façade d’angle, Monsieur Brétillon avait autorisé, dans le cahier des charges du concours, la démolition de tout le bâtiment ! Comment expliquer de telles décisions iniques ? […] Enfin, grâce à la mobilisation du groupe Réunir pour Changer, de l’Association pour la Sauvegarde et la Reconversion du Groupe Scolaire JeanJaurès de Charenton et aux informations relayées par le journal Le Parisien, le Maire a renoncé à la démolition totale du Lycée ! En février 2012, dans le cadre de l’opération dite

Gravelle-Jean-Jaurès-AnatoleFrance dont l’objectif principal devait être l’aménagement d’une nouvelle école primaire, la Mairie rendait public le projet du promoteur NEXITY choisi parmi onze propositions. L’exposition présentait le projet des 77 logements luxueux et une altération très claire de toute la façade de l’ancien Lycée… mais le Maire prétend qu’il l’a « intégralement sauvegardée » ! […] Nos Collectifs l’ont pourtant alerté sur les enjeux du respect du patrimoine et de la mémoire collective pour l’identité de notre ville. Le patrimoine communal est notre bien commun. Nous sommes collectivement responsables de sa préservation, de sa protection, de son entretien, de son usage et de son utilisation. Monsieur le Maire nous doit des explications claires quant aux motivations qui le conduisent à démolir des pans entiers de notre histoire communale ! Il nous doit une étude de faisabilité complète, une réunion publique spécifique et un débat digne ! les.collectifs.charenton .ecoles@gmail.com Blog : http://les-collectifs-charenton-ecoles.blogspot.fr/ Michel LEVI, Charles PENNE, Jean-Pierre LEVI, Nadine DAOU, Monique GEORGES, Agnès BONJEAN, Lucile JOUVIN


Spécial Patrimoine / L’actu à Charenton Massacre sournois, à la bétonneuse, de l’ancien séminaire de Conflans TRIBUNE

Quel patrimoine restera-t-il à Charenton ? par Frédéric LEONZI Charenton est une ville ancienne au passé très riche. Pourtant, l'actuelle Municipalité réalise systématiquement le développement économique et social de la ville aux dépens de son patrimoine, voué à la vente aux promoteurs immobiliers ou à la destruction. Je citerai pour exemples les projets récemment adoptés par le Conseil municipal :

Après

Avant

a commune de Conflans, avant d'être rattachée à la ville de Charenton était un lieu hautement historique doté d'un château, avec des jardins à la française descendant jusqu'aux rives de la Seine, (devenu le quartier «Bobillot»). A ce jour, il ne nous reste presque plus rien de ce passé unique, à part un ancien portail et un escalier monumental tous deux noyés dans notre tissu urbain actuel. Pourtant, pour faire place à une nouvelle structure moderniste faite de béton et de verre, la toiture d'un très beau site historique de notre ville est en cours de démolition. Celle-ci fait suite à une décision prise en 2009, par l'ancien Ministre de la Culture entraînant le déménagement de la médiathèque du Patrimoine Historique national sur le site de l’ancien séminaire de Conflans, répertorié sur la «base Mérimée» (inventaire général du patrimoine culturel national).

L

Depuis cette date, la Municipalité s'est clairement montrée absente pour défendre auprès du ministère cet ensemble architectural. Circonstance aggravante, en dissimulant le panneau d'affichage du permis de construire de la façade nord de l'édifice, les opérateurs ont pu, «en douce», créer une façade arrière dans le nouveau projet, sans en informer le public. Le Maire aurait du communiquer avec les habitants du quartier il y a bien longtemps. Proposer le dialogue avec les charentonnais, comme cela a été fait, au moment ou les riverains sont en vacances d'été, est un procédé bien connu et assez peu honnête. Face à ce manque de considération, nous saurons nous souvenir, dès 2014, d’un tel mépris à la fois envers notre patrimoine et les habitantsélecteurs-payeurs d’impôts que nous sommes. le collectif de riverains "PATRIMOINEDÉMOLITION"

Pour la protection de notre environnement et de notre patrimoine historique…signez notre pétition en ligne : http://www.petitionenligne.fr/petition/non-a-la-destruction-du-patrimoine-historique-charentonnais/2761 Page facebook : patrimoinedemolition

• La destruction de l'école maternelle des 4 vents au profit d’un complexe immobilier ; • Le projet, voté malgré l'opposition de plus de 500 citoyens, de destruction du superbe lycée Jean Jaurès des années 1930 au profit, pour l'essentiel, d'appartements de haut standing ; • Le vote de la destruction du très élégant bâtiment de l'école industrielle rue Anatole France ; • Enfin, lors du même Conseil municipal, la municipalité fait semblant de s'intéresser au patrimoine proposant un coup de peinture au kiosque à journaux de la place Aristide Briand ! En eux-mêmes, les projets de la Mairie, dès lors qu'ils consistent à doter la commune de nouveaux services notamment scolaires ou en salles municipales, sont peu critiquables. Le problème tient dans le fait qu'ils sont conduits aux dépens du patrimoine communal. Les générations actuelles et futures de charentonnais risquent de résider dans une ville sans âme dont les éléments originaux du passé auront disparu, voués aux affaires immobilières; seuls subsisteront de rares monuments protégés par leur statut (bâtiment de la Mairie, églises, restes de Conflans-Bercy, etc...) au milieu d'une cité dépourvue d'originalité. Vous et nous pouvons encore refuser les projets les plus emblématiques en nous mobilisant en demandant des rendez-vous aux élus de la majorité, en écrivant au Maire pour exiger d'arrêter le massacre !! Il est grand temps de changer de politique municipale pour en mener une qui ne soit pas, bien sûr, axée que sur le seul conservatisme patrimonial mais bien sur l'animation de ses biens au profit de la collectivité. Nous voulons assurer le développement d'une ville avec et par son patrimoine et pas contre lui. Oui, une ville a une âme, et ses élus n'en sont que les « animateurs temporaires», non les propriétaires ; ils doivent faire vivre son patrimoine par le biais de projets en lien avec les citoyens et non le dissiper au profit de quelques uns. C'est aussi cela le développement durable d'une ville, savoir la faire aller de l'avant, tout en sachant conserver son âme.

la Rose de Charenton /n°10/décembre 2012

(3)


L’actu à Charenton /

l’actu à la Région / l’actu nationale

Protections phoniques le long de l’Autoroute A4 : Un an après le vote des crédits par le Conseil régional, où en est la Mairie ? appelons nous, c’était le 30 septembre 2011, il y a plus d’un an, notre Conseiller régional, Gilles-Maurice BELLAÏCHE faisait adopter un rapport historique par le Conseil régional d’Île-deFrance et inscrivait notre ville de Charenton dans les dix plus gros points noirs du bruit (voir la vidéo de l’adoption de ce rapport sur gillesmauricebellaiche.net). Dans le même temps, notre Maire nous annonçait qu’il avait rencontré la Ministre de l’environnement du Gouvernement de François Fillon, Nathalie KozuskoMorizet et que l’Etat allait débloquer les fonds nécessaires. Tout allait bien dans le meilleur des mondes ! Où en est-on ? Qu’a fait la majorité municipale pour faire avancer le dossier ? : RIEN !

R

Le Gouvernement Fillon avant de partir a « oublié » de respecter sa promesse (une de plus) et la Région Île-de-

France attend toujours que le Maire de Charenton la sollicite. Bien souvent les charentonnais nous disent :

« arrêtez de vous quereller entre gauche et droite, occupez vous de faire avancer les dossiers »… et comme ils ont raison! C’est la raison pour laquelle Gilles-Maurice BELLAÏCHE ne s’est pas préoccupé de savoir si la majorité de la ville de Charenton était de gauche ou droite pour faire adopter les mesures indispensables à la qualité de vie des charentonnais. Devant l’inertie des dirigeants de la ville, notre Conseiller régional a décidé de saisir lui-même la nouvelle ministre de l’environnement pour tenter de faire avancer ce dossier. Il est vrai que s’il était mieux aidé par le Maire de Charenton, les choses pourraient prendre plus vite tournure. Mais comme il s’en moque depuis trente ans, pouvons-nous vraiment attendre qu’il se réveille ?

La remise de trophées ou de ballons, un moment fort pour Le dynamisme de notre Région repose, aussi, sur l'engagement qu'elle met à permettre à sa jeunesse d'évoluer dans de bonnes conditions. Depuis le début de son mandat, Gilles-Maurice BELLAÏCHE, représentant de la Région Île-de-France sur notre territoire, rencontre régulièrement les jeunes publics lors d'inauguration, de commémorations officielles, de visites de lycées, ... C'est aussi le cas lors des cérémonies sportives où il remet aux jeunes pratiquant d’une discipline sportive des trophées, tels que coupes et médailles. Ces moments sont également l'occasion de mettre à l'honneur leurs animateurs, éducateurs ou professeurs qui ne ménagent ni leurs efforts ni leur temps.

(4)

la Rose de Charenton /n°10/décembre 2012

Envol Gym

Paris Charenton XIII

Tournoi Paris Charenton XIII. Ce club est le plus ancien club de rugby à XIII de la capitale.


L’actu à Charenton /

l’actu à la Région / l’actu nationale

La Région Île-de-France :une Région prête à relever de nouveaux défis ment de dynamique garantissant une offre de transports moins saturés plus confortables et multiples. Dans un souci de cohérence, le schéma a choisi aussi de densifier les zones urbaines, notamment autour des gares, afin de «lutter contre l'étalement urbain et le gaspillage du foncier». L'enjeu c'est aussi de bien préparer la transition économique et de faire face au défi alimentaire, une préoccupation majeure des politiques d’aménagement et de développement de notre territoire.

Le Conseil régional d'Île-de-France a adopté jeudi 25 octobre, à une large majorité, le nouveau schéma directeur de la région d’Ile-de-France (SDRIF). Objectif : Île-de-France 2030 Restée fidèle à son modèle de gouvernance, la Région Île-de-France a rassemblé, écouté et associé au schéma les différents acteurs concernés (élus locaux, citoyens,…). Le Sdrif 2013 s'est donné des défis très ambitieux qui invitent à l'action. Différents scenarii ont été étudiés afin de définir pour les prochaines années les moyens à mettre en œuvre. Il en va ainsi de ses orientations en faveur d'une Îlede-France plus solidaire, notamment en corrigeant toutes les formes de disparités spatiales (sociales et économiques) de la région. De même, dans une perspective de mieux coordonner les déplacements, notre région propose un change-

Le Sdrif en chiffres Le Sdrif n'est pas seulement un document d'urbanisme et d'aménagement. Il se fixe aussi des objectif chiffrés d’ici 2030, dont : • 70.000 logements (dont 30% sociaux) seront construits en Îlede-France chaque année pour que chacun puisse se loger • 28.000 emplois seront créés chaque année dans la région • Plus de 60 gares sortiront de terre et 900 gares connecteront les transports en Île-de-France

En bref L'EHPAD, entre partage et solidarité Le 23 octobre a été posée la première pierre du futur établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de Charenton. Gilles-Maurice BELLAÏCHE, en

compagnie de la population, du Directeur de la fondation des Caisses d'Epargne, de la Vice-présidente du Conseil général du Valde-Marne, du Directeur de Valophis Habitat, du Sous préfet et d'autres personnalités a eu l’honneur de posr la première pierre de cet édifice en sa qualité de Conseiller régional. Le Conseil régional d'Île-de-France est, en effet, l'un d'un principaux financeur de cette opération.

les jeunes sportifs RCMASM, Rugby Charenton Maisons-Alfort Saint-Maurice

Le collège la Cerisaie

Remise de ballons le 10 octobre 2012 au stade Charentonneau par le Conseiller régional

Championnat départemental des 5 et 6 février 2011

la Rose de Charenton /n°10/décembre 2012

(5)


l’actu à Charenton / l’actu à la Région /

l’actu politique

Alternance politique

Le PS charentonnais se renouvelle VOUS SOUHAITEZ REJOINDRE LE PARTI SOCIALISTE DE CHARENTON, N’HÉSITEZ PAS :

Contactez-nous 35, rue de Verdun 94220 Charenton www.ps-charenton.fr pscharenton@gmail.com 09 51 29 23 97 la Rose de Charenton est le Journal de la section du Parti socialiste de Charenton-le-Pont et du conseiller régional GillesMaurice Bellaïhe Christophe Gouyer - Secrétaire de section Loïc Rambaud - Responsable de la communication Nos élu-e-s au Conseil Municipal : Gilles-Maurice Bellaïche Jeanne Stefani et Sylvie Poulain Imprimé sur papier PEFC Ne pas jeter sur la voie publique Photos : DR Conception graphique : Ivan Rodolphe

La «Rose de Charenton» est entièrement financée par les cotisations des adhérents de la formation politique et du Conseiller régional

De gauche à droite Jeanne Stefani, Jacques Leportois, Alison Uddin, Frédéric Galven, Christophe Gouyer, Sally Cheik, Loïc Rambaud et Just Karsenty Les militants de la section du Parti socialiste de Charenton-le-Pont ont désigné, ce 15 novembre, leurs nouvelles instances. Christophe Gouyer, 53 ans, déjà bien connu des Charentonnais pour avoir notamment animé les dernières campagnes électorales comme

Aliaj (Suite)

Les responsables sont-ils ceux qui agissent ou ceux qui dénoncent ? es élus du groupe «Réunir pour Changer à Charen ton» s’élèvent vigoureusement contre toutes formes de violence urbaine. C'est donc avec la plus grande fermeté, qu'ils dénoncent l'acte de vandalisme perpétré contre l’espace jeunesse de Charenton-le-Pont, survenu dans la nuit du 12 au 13 octobre. Gilles-Maurice BELLAÏCHE et Jeanne STEFANI avaient pourtant attiré l’attention du maire de Charenton, lors des deux derniers conseils municipaux, sur les conditions du retrait de toutes les subventions municipales accordées à l’Association ALIAJ (Accueil Loisirs Information Animation Jeunesse) qui gérait la politique jeunesse de la ville

L

(6)

secrétaire à l'organisation, a été désigné comme nouveau premier secrétaire de la section. Christophe succède à Ivan Rodolphe, à qui nous adressons tous nos remerciements pour les années qu'il a passées, avec brio, à la tête de notre groupe local.

la Rose de Charenton /n°10/décembre 2012

depuis 1988. En effet, les élus du groupe «Réunir pour Changer à Charenton» ont regretté que la majorité municipale n'ait jamais cherché à créer les conditions d'un dialogue apaisé entre les différents acteurs, parmi lesquels les jeunes, premiers bénéficiaires de ce service. 24 ans de lien social entre tous les jeunes de la ville La seule réponse apportée par la mairie à sa jeunesse a été de mobiliser huit personnels de la police municipale et d’une société privée de vigiles lors d’une séance du Conseil municipal où elle était venue exprimer son désarroi quant à la fin de « leur » association. Depuis 24 ans, L'ALIAJ avait su créer un lien social entre

tous les jeunes de la ville. Elle offrait également, en plus des activités culturelles, un espace ouvert permettant aux jeunes de se retrouver, de partager et d’échanger, ce qui n'est malheureusement plus le cas avec la nouvelle structure. Une partie des jeunes de Charenton s’est alors sentie abandonnée. Gilles-Maurice BELLAÏCHE le rappelle : « je souhaite que les jeunes s’engagent dans la vie citoyenne de la commune et qu’ils soient considérés comme de véritables interlocuteurs. J’invite, une nouvelle fois, le Maire de Charenton à élaborer sa politique de la jeunesse dans le dialogue avec les intéressés et en direction de tous les publics constituant les jeunes de Charenton-le-Pont ».


l’actu à Charenton / l’actu à la Région /

l’actu politique L’humeur

Les impôts des charentonnais paient la propagande du Maire-candidat

>>Vous avez dit apolitique ?

juin 2 012

11 Mars 20

uand les groupes politiques s’expriment sur leurs propres supports, comme « la Rose de Charenton», ils écrivent ce qu’ils veulent et financent eux-mêmes leur publication*. Mais quand il s’agit de l’argent de nos impôts, la loi est très stricte et le Maire de Charenton la viole en toute impunité ! La loi est pourtant claire le bulletin municipal d’une ville, payé par l’ensemble des contribuables, doit être le reflet objectif de la vie municipale. Qu’il s’agisse des élections cantonales ou des élections législatives, voilà que nos impôts sont dévoyés pour vanter les succès électoraux de notre maire-candidat. Ainsi, en mars 2011, c’est un supplément spécial de « Charenton magazine » que les charentonnais ont du payer pour « saluer » la victoire du Maire réélu Con -

Q

seiller général. Cette parution est en violation complète de la loi, parce que ne traitant d’aucun sujet municipal et ne faisant état que de la seule victoire d’un candidat sans permettre aux autres de s’y exprimer. Coût pour le contribuable Charentonnais environ 10.000 €. Idem en juin 2012, quand le même magazine vante la victoire électorale de notre Maire-candidat en première page. Coût pour le contribuable charentonnais : le prix d'une page, sur 50 000 euros engagés pour cette publication. À l’inverse quand en mars 2010, c’est par une toute petite ligne qu'il annonce l’élection de Gilles-Maurice BELLAÏCHE au Conseil régional d’Île-de-France ! (Coût pour le contribuable environ 100 € !). Correspondance des élus Il est à noter par contre, quand le Maire écrit direc-

tement aux charentonnais sur les affaires municipales, il est normal qu’il affranchisse le courrier par la Mairie. Il en va de même pour le Conseiller régional. Lorsqu’il écrit aux franciliens ou aux charentonnais (par exemple aux parents de l’association ALIAJ dont le bâtiment d’accueil a été largement subventionné par la région Îlede-France) il est normal qu’il le fasse à partir de la Région. * « La Rose de Charenton » est entièrement financée par Gilles-Maurice BELLAÏCHE et sa formation politique P.S. : nous n’avons pas pour habitude de saisir les tribunaux dans le cadre des débats politiques de la ville. Nous souhaitons que les électeurs se fassent leur point de vue. Toutefois, si nous y étions contraints, nous serions prêts à répondre devant la justice de ce que nous avançons.

Souvent lors de nos activités militantes, avons-nous l’occasion de croiser la droite locale actuellement majoritaire au Conseil municipal. Souvent tel ou telle élu-e nous adresse le reproche d’être bien trop partisan alors qu’eux, au contraire, ne font pas de politique et sont là dans l’intérêt général. Pourtant, il n’échappe à personne que les élus de la majorité municipale sont membres de l’UMP, même s’ils se gardent de l’afficher en ne faisant pas figurer le logo de leur couleur politique sur tous leurs documents de campagne. Il est piquant de constater que lorsque la droite est au pouvoir à l’Assemblée nationale, cette majorité locale n’assume pas sa couleur. À moins que ce ne soient des oublis ? La nouveauté depuis mai dernier, c’est que la gauche est au pouvoir, aussi je m’étonne de lire, dans la lettre et la tribune du groupe soit disant apolitique « Charenton-demain » autant d’attaques partisanes contre la majorité présidentielle actuelle et François HOLLANDE ! C’est comme si un retour dans l’opposition leur permettait de retrouver la mémoire… Je ne saurai trop conseiller aux charentonnais de les aider dans ce travail de recherche de leurs souvenirs en leur offrant une cure d’opposition lors des prochaines échéances municipales. Pour celles et ceux qui en doutaient encore, cette majorité municipale est bel et bien de l’UMP. Apolitique disaient-ils ! Ivan Rodolphe

la Rose de Charenton /n°10/décembre 2012

(7)


À NOTER

Vendredi 18 janvier 2013 Venez participer aux vœux du Conseiller régional

à 19h30 Espace Toffoli, 12, rue du Cadran à Charenton (ouverture des portes à 19h00)

Permanence territoriale : 35, rue de Verdun - 94220 Charenton-le-Pont

http://www.gillesmauricebellaiche.net


La Rose de Charenton n°10