Page 1


1ère enquête - Janvier 2018

Pages 4 & 5

- Introduc on - Quelques sta s ques

Pages 6 & 7

- L’Absence de Vigilance, c’est quoi exactement ?

Page 8

- L’Absence de Vigilance dans tous les secteurs d’ac vité.

Page 9

- Quels sont les signes avant-coureurs ?

Page 10

- A quels moments de la journée peuvent se produire ces Absences de Vigilance ? - D’autres aspects qui favorisent les Absences de Vigilance.

Page 11

- Quelles sont les conséquences pour la sécurité rou ère ?

Page 12 & 13

- Des maladies qui favorisent les Absences de Vigilance.

Page 14 & 15

- Qu’est-ce qui favorise l’hypovigilance ? - Les médicaments

Page 16 & 17

- Que dire des horaires de travail ? - La flexibilité épuise aussi les citoyens !

Page 18

- Nos faux « amis » sur la route.

Page 19

- La de e de sommeil favorise aussi l’Absence de Vigilance.

Page 20

- Pour récupérer, rien de tel qu’une sieste.

Page 21

- Pour que le sommeil soit de bonne qualité. - Les idées préconçues sur l’Absence de Vigilance. - Sensibiliser les citoyens et les entreprises sur l’Absence de Vigilance.

Page 22

- Que faut-il faire pour éviter au maximum les Absence de Vigilance ? - Faire tomber les tabous sur le phénomène….

Page 23

- Pourquoi faut-il garder ses distances de sécurité ?

Pages 24 & 25

- La recherche au service de notre sécurité.

Pages 26 & 27

- Que dit la législa on ? 2


© 2018 SECOP - ITSRE asbl R.C. de Huy 534.757.733 Chaussée de Tirlemont, 11 B-4260 BRAIVES Page 28

- Le SECOP-ITSRE offre le dépistage à ses adhérents... - Faut-il développer un plan de préven on ?

Page 29

- Comment pourrions-nous progresser sur le plan de la préven on ? - Conscien ser tous les professionnels de la santé et les citoyens.

Pages 30 & 31

www.itsre.eu Contact : 0032(0)486/21.18.20 itsre@live.be Tous droits réservés Reproduc on interdite sans autorisa on écrite © 2018 SECOP - ITSRE asbl

- Le manque de sommeil favorise la survenue d’autres maladies !

Éditeur responsable

SECOP - ITSRE asbl Transport Rou er et Sécurité Rou ère Chaussée de Tirlemont, 11 4260 BRAIVES - Belgique www.itsre.eu itsre@live.be

Ce travail a été réalisé avec l’aide précieuse de la SPIN OFF PHASYA

3


Le Livre Blanc sur l’Absence de Vigilance : En guise d’introduc

on, il est important de préciser que « l’absence de vigilance » est le nom que l’on a donné à un phénomène connu par le milieu scien fique et qu’il ne s’agit aucunement du phénomène que tout le monde constate sur nos routes, c’est-à-dire : l’u lisa on d’un téléphone portable au volant et qui engendre simplement de la « distrac on ». « L’absence de vigilance » est un sujet très mal connu de la popula on. Pour notre organisa on qui s’occupe de chauffeurs rou ers, il était important de me re un coup de projecteur sur ce phénomène. Au niveau mondial, il tue entre 260.000 et 390.000 personnes chaque année sur les routes. « L’absence de vigilance » ne concerne pas exclusivement la popula on des chauffeurs rou ers mais bien l’ensemble de la popula on ! (Source : Organisa on Mondiale de la Santé & Na onal Highway Trafic Safety Administra on U.S.A.).

Toujours d’après l’OMS, chaque année, 1,3 millions de personnes meurent dans un accident de la circula on. Le phénomène qui est dénoncé dans ce document est un phénomène qui concerne 20 à 30% du nombre de tués. En une frac on de seconde, votre des n et celui de votre famille tournent au cauchemar. Ce e enquête, réalisée par le SECOP-ITSRE asbl, a pour but de vous faire prendre conscience du réel danger que représente « l’absence de vigilance ». D’un point de vue financier, « l’absence de vigilance » a aussi un coût impressionnant sur le budget de chaque Etat. La mort d’un individu ou les séquelles qu’il gardera est également une source de pertes financières pour l’État, pour la sécurité sociale, pour la famille, etc… Rien que pour l’Allemagne, le coût de « l’absence de vigilance » est es mé à quelque 4,8 milliards d’euros et pour le Royaume-Uni, à 1,8 milliards d’euros. Qu’en est-il au niveau belge ?

Pour réaliser ce livre blanc et le reportage vidéo qui l’accompagne, nous nous sommes servis des sta s ques et des différents rapports venant de l’Organisa on Mondiale de la Santé (OMS), de plusieurs Centre du sommeil, de l’Agence Wallonne pour la Sécurité Rou ère (AWSR) et d’autres organisa ons officiellement reconnues. Nous avons aussi été à la rencontre de différentes personnes qui font autorité sur le sujet tels que le docteur Julien FANIELLE, neurologue et responsable de l’unité des troubles du sommeil au centre hospitalier universitaire de Liège ou encore le Docteur Stéphane NOËL du C.H.R. de Charleroi et de Libramont mais aussi de Monsieur Mehdi EL FASSI, infirmier urgen ste et coordinateur régional chez IDEWE (Médecine du travail). Monsieur EL FASSI est également conseiller en préven on, niveau 1. Nous avons également rencontré les dirigeants de plusieurs sociétés concernées de près ou de loin, par la sécurité rou ère. A ce propos, nous insistons sur le fait que le SECOP-ITSRE est une asbl. Les co sa ons de ses adhérents sont sa seule source de financement. En parfaite transparence, chaque adhérent peut consulter les comptes de notre asbl. Ce fonc onnement nous permet de rester indépendants et transparents par rapport à toute influence publicitaire ou financière. Tout d’abord, nous avons été à la rencontre de la « spin off » PHASYA qui développe des logiciels et du matériel qui perme ent de définir avec précision le degré d’éveil ou de somnolence d’un individu. Ensuite, Sophie GEILENKIRECHEN qui a fondé la société WORK IN JOY, nous parlera de son exper se en ma ère de fa gue.

Et puis, nous avons été à Bruxelles, à la rencontre de Rodolphe KOENTGES, spécialiste de la conduite automobile, ancien pilote et gérant de la société GO FOR SAFE DRIVING. Pour terminer ce pe t tour d’horizon, nous avons pris conseil auprès de Maître Emmanuel LOSSEAU, un avocat du barreau de Charleroi qui s’est spécialisé, entre autre, dans le droit de la circula on. Nous avons également été à la rencontre d’une figure embléma que de la sécurité rou ère en la personne Olivier QUISQUATER de la Police Fédérale ainsi que d’une pharmacienne du nom de Renée BERTRAND de Braives ainsi que d’Arnaud QUINET pharmacien lui aussi. 4


1ère enquête du SECOP-ITSRE asbl Nous souhaiterions remercier les chauffeurs qui se sont prêtés au jeu des interviews face caméra et qui ont eu la franchise de témoigner : Philippe DU PRIEZ, Olivier JANSSEN et Alain DURANT (chauffeur et Président du SECOP-ITSRE asbl) sans oublier l’automobiliste chanceux, Éric MWANABUTE. Ayant vécu lui-même des « absences de vigilance », le Président de notre organisa on en a fait un combat personnel, depuis plus de 25 ans maintenant. Ce livre blanc est l’abou ssement d’autant d’années de ques onnements, d’interroga ons, d’incompréhensions qui, grâce aux apports scien fiques et témoignages des différents intervenants ont enfin pu trouver réponses.

Très régulièrement ou trop régulièrement, nous pouvons entendre aux informa

ons qu’un accident de la circula on s’est produit. Par contre, que ce soit à la télévision, à la radio ou encore dans la presse écrite, à aucun moment, nous ne pouvons entendre ou lire qu’il s’agit d’un accident causé par une « absence de vigilance ». Par contre, nous pouvons lire ou entendre que pour une raison indéterminée, le véhicule s’est rapproché dangereusement de la berme centrale ou que celui-ci a qui é la route sans explica on plausible. Or, « l’absence de vigilance », qui est la conséquence directe de la somnolence, est bien responsable de 20 à 30% du nombre de tués sur nos routes.

Mais au fait, c’est quoi « l’absence de vigilance » ?

Ce livre blanc est là pour me

re ce véritable fléau de société en lumière. Un fléau qui, en fonc on du mode de vie qui nous est imposé, risque fort de s’accentuer dans les prochaines années ! Oui, ce fléau est un problème de sécurité publique qui, sans prise de conscience, va s’amplifier…

Pour ce

e première enquête et afin d’être le plus complet possible, Le SECOP-ITSRE a développé un site internet en èrement dédié à ce qui est révélé dans cet ouvrage. Ce site internet comporte plusieurs par es et plusieurs vidéos : le reportage dans son intégralité, les ques ons et réponses qui ont été posées et l’intégralité des échanges que nous avons réalisés avec les différents intervenants. Vous pourrez voir tout ceci sur le site www.absence-de-vigilance.be

Tous les intervenants, qui restent indépendants par rapport à notre organisa

on, ainsi que toute l’équipe du SECOP - ITSRE asbl vous souhaite une très intéressante lecture et découverte du site.

5


L’absence de vigilance, c’est quoi exactement ? ll s’agit d’un phénomène physiologique naturel et normal qui se produit à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit, plusieurs fois par jour chez tout le monde. Oui, tout être humain, sans excep on, possède en lui ce phénomène. La mère de famille qui va au bureau, le père qui va chercher ses enfants à l’école, le grand-père qui part en vacances, la grand-mère qui fait son tour à vélo… tout le monde est sujet aux absences de vigilance. C’est, en réalité, le nom que l’on donne à un pe t moment de notre cycle naturel qui est situé entre une période d’éveil et une période de sommeil. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le corps humain ne possède pas d’interrupteur « ON/OFF » qu’il suffirait de posi onner suivant nos envies sur : « éveil/sommeil ». On ne change pas d’état d’un coup, on passe par une phase de « transi on ».

Ce

e pe te période de transi on peut se produire alors que nous sommes toujours éveillés ou presque… Le traitement ou la percep on de l’informa on de l’environnement dans lequel nous sommes est alors altéré. C’est un peu comme si nous é ons dans un mode « pilote automa que » ou dans un mode « par défaut ». Ceci réduit fortement le temps de réac on et dans certains cas, l’individu n’a plus aucune possibilité de réagir : il tombe dans la somnolence puis dans l’endormissement et donc, n’a plus aucune possibilité d’agir pour sa sécurité et ni pour celle des autres.

Ce trouble de la vigilance peut aussi être amplifié par d’autres facteurs plus importants dont nous vous parlerons aussi brièvement dans cet ouvrage et qui seront approfondis lors d’un autre travail d’informa on du SECOP-ITSRE asbl.

Notre témoin Olivier JANSSEN, un chauffeur professionnel expérimenté, nous dira qu’il a été surpris plus d’une fois par ce genre de trouble et, à une reprise, il a dû effectuer un freinage d’urgence afin d’immobiliser son camion sur l’autoroute. Le plus troublant, c’est qu’il n’y avait rien de spécial devant lui ! Des témoignages comme celui-ci, nous en avons beaucoup...

6


Philippe DU PRIEZ nous dira qu’il était sur une autoroute en Allemagne et qu’il suivait une voiture à une distance respectable. Lorsqu’il est sor de ce « trou noir », il venait de percuter le véhicule en ques on. Précisons qu’à ce e époque, le téléphone portable n’existait pas… Lors d’un de ses premiers transports, le Président du SECOP-ITSRE asbl a vécu un phénomène semblable. Il a bien vu un panneau à 300 mètres devant lui et dans la seconde suivante, que ce panneau était derrière lui … sans qu’il ne l’ait consciemment vu passer. De même, il lui est arrivé de rater des sor es d’autoroute …

La première fois que nous nous rendons compte que ce phénomène vient de se produire, c’est effrayant et inquiétant ! On sait qu’il s’est produit quelque chose … mais quoi ? On n’arrive pas à me re des mots sur ce phénomène. Il aura fallu 25 ans pour avoir des réponses et pouvoir les partager avec des moyens technologiques modernes.

Mehdi EL FASSI est coordinateur des infirmiers pour l’IDEWE, un centre de médecine du travail. Alors qu’il effectuait un pré-test d’une étude scien fique sur la somnolence au volant, il nous expliqua qu’il roulait en direc on de Ro erdam. Une fois passé Maastricht, il s’est retrouvé sur une belle longue ligne droite et, à ce moment, il avait un score de 7/10 sur les instruments de mesure du pré-test. Sans s’en rendre compte, il était presque endormi au volant de sa voiture… Mehdi essayait un disposi f conçu par une spin off liégeoise qui permet d’analyser le degré d’éveil d’un individu. Sur ce disposi f, un score de « 0 » correspond à une personne parfaitement éveillée et le score de « 10 » correspond à une personne complètement endormie.

Éric MWANABUTE est un automobiliste comme il en existe beaucoup d’autres. Alors qu’il avait passé un excellent weekend en Suisse avec son frère, les deux hommes reprirent la route vers 17 heures en direc on de Bruxelles. Durant leur trajet de 790 kilomètres, les deux frères s’arrêtèrent plusieurs fois afin de souper et de prendre un café. Alors que notre conducteur était à quelques dizaines de kilomètres de Bruxelles, il a voulu faire le plein du véhicule. Arrivé à hauteur de la sta on de Aische-en-Refail sur la E411 (entre Namur et Bruxelles), il vit le panneau annonçant la sta on-service et là, il a connu un « blackout ». Son véhicule s’est déporté de la première bande de circula on à la troisième et il a été « réveillé » par le bruit de l’impact avec des poteaux de signalisa on. Heureusement, l’accident ne fera que des dégâts matériels…

Des témoignages comme ceux-ci nous en avons reçu plusieurs dizaines !

7


L’absence de vigilance dans tous les secteurs d’ac vité ! Comme indiqué plus haut dans ce premier livre blanc, le « trouble » de la vigilance peut se produire chez n’importe quel individu, et donc, dans n’importe quel secteur d’ac vité !

Dans le transport mari me :

L’Exxon Valdez est un super pétrolier qui fit

naufrage le 24 mars 1989 sur la côte en Alaska. Il laissa ainsi derrière lui une marée noire Dans le transport rou er : qui a engendré une pollu on sans Chaque année au niveau mondial et dans tous les impressionnante précédent. Ce super pétrolier venait de charger modes de transports rou ers (voiture, camion, 180.000 tonnes de pétrole brut. Le navire était moto, …), entre 260.000 et 390.000 personnes neuf et comptait juste deux années d’exploita on. décèdent dans un accident de la circula on suite à Dans cet accident, les causes humaines sont une absence de vigilance. Ceci représente plus ou dominantes. Le commandant en second du navire moins 20% du nombre de tués sur les routes. avait dû rester en poste durant 48 heures avec Combien d’accidents se sont produits alors que le moins de 6 heures de sommeil et le commandant chauffeur n’a rien vu venir ? Enfin, quand celui-ci qu’il remplaçait, était ivre… (Source : Na onal est toujours en vie pour témoigner ! Des accidents Transporta on Safety Marine Accident - Report restent « inexpliqués » comme par exemple celui Grounding of the U.S.) de Sierre qui s’est produit le 13 mars 2012 et qui a causé la mort de 28 personnes dont 22 enfants. Nous précisons bien que cet accident reste « inexpliqué » ! Que s’est-il passé ? En regardant Plusieurs études ont également comparé ce les images de l’impact, il est permis de penser que problème de somnolence au volant à la conduite le chauffeur a pu être vic me d’un trouble de la vigilance… sous influence. On remarque que reprendre le volant après une nuit blanche est comparable à Dans l’industrie chimique : reprendre le volant en ayant bu quelques unités Dans ce type d’industrie, l’accident de Bhopal en d’alcool. Ce qui mul plie le risque d’accident de la Inde a fait quelque 360.000 vic mes. (Source: route par quatre ou par cinq. Global Industry Analysts inc. (GIA), A Global Pour l’alcool, il y a une réelle prise de conscience Strategic Business Report, 2013). Pour ce cas, les dans le secteur du transport ainsi qu’au niveau différents rapports d’exper se citent une des entreprises, tous secteurs confondus. Ce e conjoncture favorisant l’accident. Tout d’abord, un sous-financement de l’entre en du matériel qui le prise de conscience a pour effet posi f qu’un rendit assez rapidement vétuste, le manque de chauffeur rou er ne prendra pas le volant de son sécurité et, enfin, la fa gue des opérateurs. camion en état d’ébriété et qu’un travailleur bénéficiera d’un suivi thérapeu que en cas Dans l’industrie nucléaire : d’alcoolisme au travail. Néanmoins, tout L’accident de Three Mile Island en 1979 ne fit travailleur peut être sous l’influence de la aucun mort, direct, … et celui, mieux connu, de somnolence ! Ce n’est pas parce que nous n’avons Tchernobyl en 1986 fit de nombreux morts et en provoque encore aujourd’hui … La vétusté du pas consommé d’alcool que nous sommes à l’abri matériel ainsi que la mauvaise prise de décision d’une perturba on de notre vigilance … et donc, causée par la fa gue des opérateurs, sont à que nous pouvons représenter un danger pour l’origine de ces catastrophes. (Source : Ins tut de nous-même et pour les autres. Radioprotec on et Sûreté Nucléaire (IRSN) -

Alcool, drogues et… fa gue !

France). Les absences de vigilance peuvent se produire n’importe où...

8


Mieux connaître les problèmes liés à la somnolence... Quels sont les signes avant-coureurs de l’absence de vigilance ? Différents pe ts signes peuvent apparaître mais généralement, ils sont sous-es més par le commun des mortels. Parmi ces signes, il y a : la fa gue en journée, des troubles de la concentra on, écouter quelqu’un et ne pas se rappeler de ce qu’il vient de dire, oublier un rendez-vous ou oublier de faire quelque chose. Les trous de mémoires sont généralement un bon indicateur. Les troubles de l’humeur et l’irritabilité de l’individu. Il y a aussi l’endormissement spontané dans des situa ons monotones ou peu s mulantes. Si vous êtes soumis aux apnées du sommeil, nombre de personnes en font mais ne le savent pas, ou si vous vous levez le ma n avec la bouche sèche, si vous salivez sur l’oreiller ou si vous devez vous relever la nuit pour aller uriner. Le ronflement est aussi un bon indicateur. Il y a la sensa on d’impa ences dans les jambes en soirée, il s’agit du syndrome des jambes sans repos. Dans 80% des cas, ce syndrome est associé à des mouvements périodiques des membres durant le sommeil. Ceux-ci se traduisent par une flexion de la jambe ou du pied. Tout ceci fragmente le sommeil et altère sa qualité et donc le caractère reposant de celui-ci. Tous ces signes prédisent qu’il y a de fortes probabilités pour que vous soyez plus somnolent qu’un autre. Si vous vous reconnaissez en lisant ces quelques lignes au sujet des signes avant-coureurs, n’hésitez pas à consulter un spécialiste. Nous vous donnerons quelques indica ons sur la marche à suivre, à la fin de ce document.

Combien de temps peuvent durer ces absences de vigilance ? Ça peut durer d’une frac on de seconde à plusieurs secondes et plusieurs fois par jour ! Durant ces absences, la personne ne voit plus rien. Elle tombe alors dans un « trou noir ». L’expression « trou noir » est celle qui revient le plus souvent auprès des chauffeurs rou ers habitués à rouler des heures en ères. En France, un journaliste avait fait un test avec « une maison du sommeil » située à Paris. Il avait fait un trajet entre Paris et Nice au volant de sa voiture soit une distance de 930 kilomètres et avait « somnolé » durant 11 minutes sur l’ensemble du trajet. Le test révèlera qu’il avait parcouru un total de 24 kilomètres à une vitesse de 130 km/h … sans être réellement éveillé derrière le volant du véhicule ! Combien de temps ? Cela varie d’une personne à l’autre… Une chose est certaine, c’est que ces absences peuvent durer plusieurs secondes. Un camion qui roule à 90 km/h fait également 25 mètres par secondes. Une absence de 4 secondes représente alors une distance parcourue de 100 mètres sans que la personne ne puisse réagir à quoi que ce soit. Notre travail n’a certainement pas le but de vouloir vous faire peur. Notre but est de dénoncer un phénomène qui tue des gens. Hier, c’était lui, aujourd’hui ce sera peut-être moi et demain, peut-être vous !

Nous allons réaliser prochainement un double test sur 1.000 kilomètres. Le premier test se déroulera de jour en Belgique. Le deuxième se déroulera de nuit et toujours sur 1.000 kilomètres. Ces tests nous perme ront d’observer et de comparer les périodes d’absences et leurs durées, en condi ons réelles, de jour et de nuit. Les résultats seront communiqués sur notre site internet, après l’édi on de ce livre.

Pour réaliser ce test, nous u liserons un matériel développé par la Spin Off PHASYA Ce e entreprise est spécialisée dans la recherche sur la somnolence. 9


A quel moment de la journée peuvent se produire ces absences de vigilance ? L’Être humain est un mammifère. Il vit au rythme d’une horloge biologique, appelée aussi : cycle circadien. Ce cycle circadien organise le cycle d’éveil et de sommeil. En réalité, tout le monde va rencontrer des périodes d’éveil et de sommeil et ces périodes vont se produire plusieurs fois par jour à différents moments de la journée, que l’on conduise un véhicule ou pas. Nous sommes tous différents avec une hygiène de vie différente, une de e de sommeil différente... Nous passons tous par des périodes de nuits agitées ou peu reposantes. Tout le monde peut avoir des moments de somnolence plusieurs fois par jour et à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit. Oui nous sommes tous poten ellement dangereux sur la route ! Pour rappel, le phénomène qui est décrit dans cet ouvrage est un phénomène naturel puisqu’il a une origine physiologique.

La personne qui conduit un véhicule en situa

on de fa gue, va vite « oublier » qu’elle est derrière un volant. Elle va enclencher un genre de « pilote automa que », ensuite, la personne commence à s’endormir doucement et sans s’en rendre compte. On entre alors dans la phase de somnolence. Ce cas de figure va varier d’une personne à l’autre. Il est évident que les personnes qui auront mal dormi la veille ou qui auront consommé des boissons à base de caféine ou encore celles qui ronflent, auront le problème plus rapidement que les autres.

D’après les recherches, certaines personnes ne me

ent pas plus de quelques minutes après avoir pris la

route pour être en état de somnolence.

D’autres aspects qui favorisent les absences de vigilance : La charge cogni

ve qui se développe lorsque la personne est fortement sollicitée. Ce e charge cogni ve se produit lorsque la personne a une grosse charge de travail et que celle-ci va influencer sa capacité à réagir, réfléchir, prendre la bonne décision au bon moment. Ce fut le cas dans certains types d’accidents dont celui de Tchernobyl. Ce e charge cogni ve va également influencer les décisions d’un chauffeur lorsqu’il devra conduire son véhicule.

Il y a aussi le « vagabondage » de l’esprit qui se produit lorsque la personne est concentrée sur ses pensées internes. Elle est alors beaucoup moins a en ve à ce qu’il se passe autour d’elle.

Il y a le stress qui joue aussi un rôle non négligeable et qui favorise le phénomène. Le comportement un peu trop agressif verbalement d’un dispatcheur avec un chauffeur peut avoir de lourdes conséquences en ma ère de sécurité rou ère. Un client autoritaire avec un chauffeur peut aussi avoir des conséquences insoupçonnées sur le plan de la sécurité rou ère. Un chauffeur qui n’est pas dans un bon contexte de travail sera aussi « rongé » par des pensées qui l’amèneront, inconsciemment, à devenir poten ellement dangereux sur la route… 10


Quelles sont les conséquences pour la sécurité rou ère ? Plusieurs secondes avant de réagir lorsque l’on conduit un véhicule peuvent provoquer un impact énorme. Un camion qui roule à 90 km/h parcourt aussi 25 mètres par seconde. 4 secondes d’absence de vigilance à la même vitesse impliquent que le véhicule parcourt 100 mètres. A 120 km/h, la situa on est tout aussi catastrophique : le véhicule se déplace à 33 mètres par seconde : 132 mètres en 4 secondes ! Au bas de ce chapitre, nous vous proposons un tableau reprenant quelques vitesses et leurs « équivalent distance ».

Le temps de réac

on, c’est le laps de temps qui sépare le moment à par r duquel on détecte un problème et le moment à par r duquel notre cerveau commande l’ac on pour y remédier. Entre ces deux moments, on n’a pas encore commencé à agir : Vient ensuite le freinage ! Tout ceci ne prend qu’une frac on de seconde et pourtant, c’est déjà de trop dans beaucoup de situa ons… Ensuite, il faut prendre en considéra on la distance de freinage. Bien entendu, en cas d’absence de vigilance au mauvais moment et au mauvais endroit, ce temps de réac on n’existe plus et là, tout peut arriver. Quoi qu’il en soit, le temps de réac on dépendra d’un individu à l’autre et ceci suivant l’âge de la personne. Il est aussi évident que le temps de réac on dépendra de l’état de santé de l’individu, s’il est en forme ou s’il souffre de problèmes de santé. S’il a dormi assez ou s’il est sous l’emprise de drogues, de médicaments ou d’alcool. Les chiffres présentés ici en ma ère de distance de freinage et de temps de réac on sont présentés à tre indica f.

11


Des maladies qui favorisent l’absence de vigilance : Il y a dans la popula

on, toute une série de

personnes souffrant de diverses pathologies. Par conséquent, elles ont un sommeil complètement perturbé, ce qui provoque une somnolence diurne : un danger poten el tant pour elles-mêmes que pour les autres usagers du réseau rou er mais aussi un danger poten el dans bon nombre d’autres secteurs d’ac vités.

Les maladies et les médicaments feront par es d’une prochaine enquête du SECOP-ITRSE. Nous aurons donc l’occasion de développer ces thèmes qui représentent aussi un danger sur nos routes.

Certaines personnes peuvent être vic mes d’une

syncope, due à un malaise vagal ou à une baisse de tension artérielle. Il peut se produire une perfusion inadéquate du cerveau avec pour conséquence, ce « trou noir ». Il est aussi possible que la syncope On es me que 6 à 11% de la popula on provienne d’un trouble du rythme cardiaque. européenne souffre de somnolence diurne excessive, souvent chronique et sévère. Rien qu’en Il existe aussi le problème de l’épilepsie qui reste un Europe, cela représente entre 25 et 55 millions de problème de société. L’épilepsie peut donner des personnes. Ce e par e de la popula on représente altéra ons de la vigilance qui peuvent être brutales lors de la crise d’épilepsie. Il existe aussi des crises un haut risque au volant ou lorsqu’elles sont employées à des tâches qui demandent une grande d’épilepsies par elles qui procurent une altéra on de la vigilance alors que la personne est vigilance. parfaitement éveillée. Dans ce cas, elle ne perçoit On es me que 0,25% de la popula on est pas son environnement correctement. narcolep que mais seulement une personne sur Parmi ce e liste impressionnante de maladies qui cinq est diagnos quée. Ceci représente seulement peuvent provoquer un problème pour votre 0,05% de la popula on européenne. On es me qu’il sécurité et celle des autres, il y a encore la y aurait dans l’Union Européenne, 1.260.000 « paralysie du sommeil ». Un « trouble » du personnes narcolep ques mais seulement 250.000 sommeil qui apparaît à l’endormissement. Le sujet personnes diagnos quées. passe dans un état hypnagogique ou lors de réveil, dans un état hypnopompique. La narcolepsie, également appelée maladie de Gélineau, se traduit par un trouble chronique du sommeil. Une personne narcolep que manifeste un temps de sommeil excessif, une forte fa gue, un besoin de dormir. Une personne souffrant de narcolepsie peut s’endormir soudainement et involontairement. Ces somnolences peuvent se produire à n’importe quel moment : au travail, dans les transports ou dans la rue. Ce trouble du sommeil est souvent peu reconnu et très peu diagnos qué.

Autre trouble : l’apnée du sommeil. Elle commence à être bien connue de la popula on mais reste, malheureusement, sous diagnos quée. 4% de la popula on belge aurait des apnées du sommeil. Ceci représente approxima vement 480.000 personnes… 12


La caractéris que de ce e maladie se traduit par l’impossibilité de bouger ou de parler. Elle est souvent associée à une sensa on de présence inquiétante et à des hallucina ons. L’état de paralysie dure généralement, de quelques secondes à plusieurs minutes.

Des études sur ce phénomène ont été réalisées par le Centre d’Informa on, de la Recherche et de Consulta on sur les Expériences Excep onnelles (CIRCEE). Il représente un trouble rela vement fréquent dans la popula on puisque 20% de la popula on en aurait fait l’expérience, en par culier lors de l’adolescence. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a que ce e frange de la popula on qui est touchée !

L’étude démontre que ce trouble survient lors d’états intermédiaires entre le sommeil et le réveil, à la fin d’une sieste ou au cours de la journée. La paralysie peut se produire quelle que soit la posi on du corps. Le plus fréquemment constaté est quand la personne est détendue et allongée sur le dos.

Parallèlement, il y a le problème du ronflement. Celui-ci procure un mauvais repos tant à la personne qui ronfle qu’à son partenaire de vie. Le ronflement est une maladie sournoise et mortelle. Nous y reviendrons dans notre prochaine enquête.

Notre ami Henry, un chauffeur rou er chevronné passe son test du sommeil dans un laboratoire spécialisé.

Notre site internet reprend 95 pathologies du sommeil qui sont classifiées au niveau interna onale. Si vous êtes professionnel(le) de la santé et que vous êtes spécialisé(e) dans ces pathologies, aideznous à mieux les cerner ! Contactez-nous à itsre@live.be Pour réaliser le test sur l’Absence de Vigilance et ceci sur une distance de 1.000 kilomètres, le Président de l’organisa on du SECOP-ITSRE asbl a fait un pré-test du sommeil afin de vérifier son état santé en ce qui concerne une éventuelle maladie du sommeil. Le test a été néga f... Il pourra donc réaliser ce projet sans qu’on ne lui reproche son état de santé qui pourraient fausser le résultat ! 13


Qu’est-ce qui favorise l’hypovigilance ? Les facteurs qui favorisent la somnolence sont

En ce qui concerne la somnolence, il existe la

mul ples, il y a tout d’abord la de e de sommeil. Beaucoup de gens ne sont pas conscients de leur manque de sommeil. Il y a aussi la prise de certains médicaments. Des études ont démontrées que dans les accidents de la route, il y a 10% des accidents où on retrouve des médicaments. Que ce soit des somnifères, des an dépresseurs, des sirops pour la toux,… Il y a aussi les pathologies du sommeil dont font par e les apnées du sommeil ou la narcolepsie. La fa gue joue aussi un rôle dans la survenue de l’hypovigilance tout comme la distrac on du conducteur. D’autres facteurs, un peu moins connus, sont également favorables au phénomène d’hypovigilance comme c’est le cas avec « le vagabondage de l’esprit », il s’agit d’encombrer l’esprit de quelqu’un pour que celui-ci pense tellement fort à quelque chose qu’il en oublie ce qu’il voit devant lui. Une dispute familiale, un conflit avec un employeur, un dispatcheur un peu trop « dictateur »,…

somnolence « naturelle » qui reste une somnolence physiologique. En fonc on du moment dans lequel nous nous trouvons dans le courant de la journée, nous sommes plus propices à la somnolence. Cet état touche tout le monde ! L’alcool et les drogues jouent également un rôle important dans l’accéléra on du phénomène d’hypovigilance.

Effectuer une tâche monotone, le stress ou encore les condi ons métrologiques peuvent jouer un rôle non-négligeable. On remarque dans certaines études qu’un individu qui conduit lorsqu’il pleut sera moins vigilant…

L’hypovigilance peut donc être causée par différentes choses car il s’agit avant tout d’un déficit de l’a en on. Ce qui reste important à dire, c’est que tout le monde est sujet à un moment ou à un autre, à des moments d’hypovigilance.

14


Les médicaments : Médicaments : Un bon exemple en France pointé du doigt par le SECOP-ITSRE asbl

Un peu plus de 1.000 médicaments qui provoquent de la somnolence ont été recensés chez nos voisins français. Sur les boites de médicaments vendues sur ce territoire, est apposé un logo spécifique signalant le degré du risque d’endormissement. Il existe 3 niveaux qui sont le niveau 1,2 et 3. Plus vous monté dans le niveau, plus le médicament provoque de la somnolence.

La no ce :

La majorité des no

ces qui accompagnent nos médicaments, sont par culièrement longue, difficile à lire car l’écriture est trop pe te pour beaucoup de monde et puis, pas grand monde ne lit ces no ces par manque de temps, parce qu’ils « savent » ou encore parce qu’il faut,… replier ce e no ce…

Ceci est une signalé

que qui a toute son u lité et tout son sens car beaucoup de personnes remisent leurs médicaments dans leur pharmacie personnelle durant plusieurs mois et ressortent un médicament à la première occasion. Lorsque l’on est malade, nous prenons un sirop pour la toux par exemple, et une fois la toux passée, on remet ce sirop dans la pharmacie jusqu’à l’hiver suivant… Dans d’autres cas, il existe des médicaments qui ouvrent l’appé t et dont personne ne se soucie réellement des effets secondaires. Beaucoup de sirop pour la toux provoquent de la somnolence, un effet secondaire qu’oublie beaucoup de gens et ceci malgré les indica ons dites par le pharmacien.

15


Que dire des horaires de travail ? a une plage d’ouverture plus importante qu’en connaissons depuis bien longtemps. On engage un imposant un 9h-17h pour tout le monde, par exemple. chauffeur rou er parce qu’il a un permis de

Aujourd’hui le monde du travail est celui que nous

conduire, parce qu’il est en ordre de forma on con nue obligatoire, parce qu’il a un permis A.D.R. On engage un électricien pour ses compétences en électricité ou encore un maçon parce qu’il sait manier la truelle mais, à aucun moment, on ne va engager un chauffeur ou un autre travailleur en fonc on de la nature et de la charge de travail qu’il va devoir réellement effectuer. C’est un peu comme si le travailleur possédait un interrupteur ON/OFF dans le dos et qu’il suffisait de l’ac onner : posi on ON pour sa journée de travail et posi on OFF à la fin de sa journée de travail. Oui, les travailleurs sont considérés, depuis toujours, comme des « machines à produire » !

La deuxième solu

on est de choisir la bonne

personne ou plutôt la personne ayant le « bon chronotype » en fonc on de la nature et de la charge du travail à réaliser. Si nous prenons une personne qui est « du soir » et qu’on lui fait faire des presta ons qui commencent à 4h du ma n, c’est-à-dire l’heure à laquelle elle se couche habituellement, il est évident que ce e personne ne sera pas dans un état op mal pour effectuer son travail. Ce genre de situa on favorisera l’appari on d’absences de vigilance.

Tout ceci est inscrit dans nos gènes et cons

tue

notre horloge biologique. Pour changer ce e horloge biologique, c’est excessivement Nous devons pouvoir dépasser ces clichés et compliqué. Il est possible de modifier ces imaginer autrement le monde du travail de paramètres en u lisant la lumière et la prise de demain. C’est le cas pour tous les postes de travail mélatonine (une hormone du sommeil). Pour être dits « postés ». Ceux pour lesquels les horaires de efficace, ce processus doit s’étaler sur plusieurs travail varient de jour en jour ou de semaine en semaines. Il est donc impossible à me re en place semaine. lorsque le travailleur doit effectuer des pauses ou s’accommoder d’horaires décalés ! Ceci dit, lorsque Il y a deux solu ons pour résorber ce problème. Et la personne ne sera plus traitée à la mélatonine, une fois que ces deux solu ons sont étudiées dans elle reprendra naturellement le rythme de son les entreprises, des barrières jusque-là cycle biologique. infranchissables deviennent beaucoup plus facile à franchir… La première solu on est d’adapter les horaires de travail en fonc on du chronotype de chacun. Si dans le transport rou er ce genre de situa on parait peu réalisable, dans beaucoup d’autres secteurs, il serait possible d’instaurer une Des chauffeurs effectuent leur pause réglementaire sur la fourche e d’heures d’arrivée. Certaines bande d’arrêt d’urgence lors d’un embouteillage comme il en entreprises, généralement des filiales de groupes existe beaucoup sur les routes… américains ou japonais, laissent le choix de l’heure Quelles est la qualité de leur « repos » ? d’arrivée à leurs employés. Ceux qui commencent C’est ça ou dépasser les heures de conduite maximales plus tard, finissent tout simplement plus tard. Ceci autorisées et risquer de devoir payer un procès-verbal... a aussi des conséquences posi ves car l’entreprise 16


La flexibilité épuise aussi les citoyens ! Pour pouvoir réaliser cet objec

f, les recruteurs

devraient intégrer dans leurs ques onnaires d’engagement l’aspect de l’horloge biologique du travailleur. Deux simples ques ons devraient suffire dans un premier temps. Ces ques ons pourraient être : est-ce que vous vous sentez mieux le ma n ou l’après-midi ? Quand vous êtes en vacances, à quelle heure vous levez-vous habituellement 5-7h, 7-9h ou 9-11h ? Il est certain que ce genre de ques ons sur la vie privée du travailleur soulèveraient un tollé dans les autres syndicats, un peu plus conservateurs que le nôtre. Si nous avons décidé de développer un syndicat plus moderne et certainement axé sur les connaissances scien fiques et les nouvelles technologies, c’est aussi pour faire évoluer le débat. Notre but ul me étant d’éviter des accidents du travail et de la vie privée.

Certaines personnes ont un syndrome de phase.

Cela signifie qu’elles vont pouvoir travailler jusqu’à 4 ou 5 heures du ma n car c’est à ce moment-là qu’elles sont les plus efficaces.

Pour résumer ce chapitre très important, ne demandez pas à un lève-tard d’être à 100% opéra onnel dès 6h du ma n et inversement, ne demandez pas à un lève-tôt d’être efficace lors de presta ons en soirée ou de nuit. Pour ce qui concerne les secteurs d’ac vité qui demandent une grande a en on du personnel, comme c’est le cas dans le secteur du transport de marchandises et de voyageurs, quelqu’un qui prendra son poste de nuit alors que c’est un lèvetôt ou inversement, qui prendra son poste à 6h du ma n alors que c’est un lève-tard, développera plus régulièrement des absences de vigilance. Oui, n’ayons pas peur de dire que les méthodes actuelles de recrutement ont une part de responsabilité dans certains types d’accidents.

Ce e lecture d’une carte tachygraphe, démontre la flexibilité d’un chauffeur rou er. Le premier jour il commence à 7H45, le deuxième jour, il débute sa journée à 9H30, la journée suivante à 13H00. Le jeundi à 12H45 et la dernière journée de cet exemple à 6H30. Ce type de planning dérègle complètement l’horloge biologique des chauffeurs et par ce fait, il peut développer plus de moments de somnolence et donc, d’Absence de Vigilance. Dans bien d’autres cas, ce décalage horaire est encire un peu plus accentué. Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un chauffeur rou er qu’il est cons tué différemment par rapport à un autre individu ! 17


Nos faux « amis » sur la route ! Parmi ces faux amis sur la route, il y a la consomma

on de caféine. Les études démontrent que plus nous allons consommer de la caféine, et moins nous aurons des bons scores en ma ère de somnolence. Beaucoup de chauffeurs rou ers prennent leur thermos de café à côté d’eux et comme les journées sont longues, ils prennent généralement leur thermos pompe d’un grand volume, histoire d’en avoir assez pour la journée de travail. Or la caféine que l’on absorbe va rester dans le sang et celle-ci aura pour conséquence d’agiter la personne durant sa nuit de sommeil. Nous préciserons que la caféine agit dans notre organisme durant 8H00 après en avoir consommé.

Comme nous l’avons déjà précisé, nous ne sommes pas équipés d’un interrupteur ON/OFF. Il en va de même avec les aliments que nous ingurgitons toute la journée, leurs effets ne sont pas simplement instantanés … Il y a aussi les packs de boissons énergisantes qu’on achète par 6 et qui donnent l’impression d’avoir des ailes. On remarque également que la consomma on de ce type de boissons énergisantes va avoir un énorme impact sur l’organisme, au niveau cardiaque, au niveau respiratoire, au niveau de l’hydrata on, ou encore, au niveau de la dépendance et du sommeil. Généralement, les personnes qui « carburent » à ce genre de boissons vont être « sur-boostées » pour de courts instants … alors qu’à long terme, ce type de boissons épuise leur organisme. La conséquence de ce comportement sera l’appari on de problèmes de somnolence.

Rouler la fenêtre ouverte, me

re l’air condi onné, boire des boissons énergisantes, prendre du café, se mouiller la figure à l’eau froide, chanter, monter le son de la radio … sont autant de « faux amis » des conducteurs. Ce sont des idées préconçues, véhiculées par les anciens chauffeurs rou ers qui imaginaient des « stratégies » pour tenir le coup et respecter les délais de livraison ! Quelques-uns d’entre eux ne sont plus là pour nous raconter leurs histoires ! La consomma on de tabac fait aussi par e des faux amis des rou ers…

Mais que faut-il faire alors ? Lorsqu’il est l’or mon Seigneur, il est l’or !

Rien ne peut remplacer le sommeil… Dormir fait par

e de notre cycle biologique. Lorsque vous devez prendre la route, ne mangez pas trop « lourd », buvez de l’eau ou des jus de fruits. N’hésitez pas à vous arrêter régulièrement et plutôt que de vous coller à la porte d’entrée d’une sta on service, n’hésitez pas à sta onner votre véhicule un peu plus loin histoire de marcher un peu. Respecter les consignes de sécurité venant des organisa ons qui travaillent sur les aspects de la sécurité rou ère et qui sont officiellement reconnues par le Gouvernement. N’hésitez pas à vous arrêter afin de faire une pe te sieste...

18


La de e de sommeil favorise aussi l’absence de vigilance ! substance provoque une « pression de sommeil ». bureau à Liège. Elle est spécialisée dans ce domaine Le résultat d’une nuit blanche ou d’une nuit de et peut répondre très aisément sur l’importance de mauvaise qualité sera donc, un « piquage du nez » au premier moment d’inac vité. Bref, la personne la sieste dans nos sociétés. Pour bien comprendre ce e par e, il est important s’endormira… de bien expliquer ce qu’est la de e de sommeil. Il L’interac on de ces deux processus va faire en faut savoir que le main en de la vigilance durant la sorte que n’importe quelle personne peut se sen r journée repose sur l’alternance de notre cycle par moment somnolent puisqu’il s’agit d’un d’éveil et de sommeil. Ce cycle est influencé par processus physiologique. deux processus. Le premier processus est celui du Différentes études démontrent qu’en seulement cycle circadien qui est notre propre horloge

Nous rencontrons Sophie GEILENKIRCHEN dans son

biologique. Oui, nous sommes en quelque sorte programmés biologiquement pour dormir à certaines heures de la journée et être éveillés à d’autres moments.

Le deuxième processus est celui qui régule notre cycle et qui est le processus homéosta que. Ce processus équivaut à une de e de sommeil. Dès qu’on s’éveille le ma n, on a une de e de sommeil qui s’accumule durant la journée. Ce e de e de sommeil va perdurer jusqu’au moment où nous allons aller dormir. Plus nous allons rester éveillé et plus nous accumulons de l’adénosine. Ce e

deux généra ons, l’Être humain a perdu deux heures de sommeil par nuit. Les raisons de ce e perte de sommeil sont mul ples. Tout d’abord, l’inven on de l’éclairage publique et domes que qui a permis aux entreprises de faire travailler leurs personnels le jour et la nuit. Ensuite, la surconnexion que nous connaissons de nos jours, télévision, GSM, jeux vidéo…

ESPACES SIESTE EN ENTREPRISE Voulez-vous parier que vos collaborateurs seront ressourcés et plus efficaces en 20 minutes ?

19


Pour récupérer un peu, rien de tel qu’une pe te sieste ! Si nous dormons en journée, dans nos sociétés,

Il faudrait inverser la tendance en Europe et dire à

c’est mal vu. Or les études démontrent qu’une courte sieste sur le temps de midi peut améliorer les performances tant sur l’a en on de l’individu que sur les capacités d’éveil de celui-ci.

la place de : « Ah regardez ce fainéant dormir », il faudrait plutôt dire « C’est bien, ce travailleur veut travailler de manière plus efficace ». Certains pays l’ont compris et certaines grosses entreprises développent des salles de relaxa on où le travailleur peut s’isoler afin de se reposer.

En Europe, la popula

on n’est généralement pas

favorable à la sieste. Le sujet est même tabou. On culpabilise les personnes qui font la sieste alors que dans d’autres régions du monde, c’est un rituel. De ce côté-ci du monde, lorsqu’un travailleur fait une sieste, on dira de lui que c’est un « fainéant », et pourtant…

Mais quel est la bonne durée pour une sieste

efficace ? Généralement 15 à 30 minutes de sieste suffisent à rendre de l’énergie et des capacités de concentra on aux personnes. Nous ne pouvons que vous conseiller de consulter Aux États-Unis, des entreprises favorisent l’accès à un spécialiste. Il pourra vous expliquer quelles sont les techniques pour faire une sieste réparatrice. la sieste pour leurs employés car les dirigeants savent que le travailleur sera plus efficace, plus performent et plus heureux après une courte sieste.

20


Pour que le sommeil soit de bonne qualité : On sait qu’un sommeil de bonne qualité est un sommeil régulier. Il faut un rythme régulier de couché et de levé et la quan té d’heures nécessaire à une bonne récupéra on d’énergie. Un horaire de travail avec des changements de pauses n’est donc pas idéal. On déstructure notre rythme biologique et dans ce cas, les performances cogni ves et donc tout le traitement des tâches ou des signaux de notre environnement est altéré.

Les idées préconçues sur l’absence de vigilance. On a tous des idées préconçues pour lu

er contre la somnolence. Boire une tasse de café, ouvrir la fenêtre, me re de la musique, téléphoner … or, les recherches ont mis en évidence qu’il s’agissait de faux amis. Rien ne remplace une bonne hygiène de vie, le respect de certaines règles de repos et le fait de ne pas conduire sur de trop longues distances sans s’arrêter. Le fait de boire des boissons à base

de caféine fait qu’on se couchera avec de la caféine dans le sang et engendrera un sommeil de moins bonne qualité et moins réparateur. Il est important de bien comprendre que, finalement, les idées préconçues que nous avons tous, ont un impact important sur les absences de vigilance que nous pourrions avoir, à n’importe quel moment du jour ou de la nuit.

Sensibiliser les citoyens et les entreprises sur l’absence de vigilance... Le phénomène qui est dénoncé dans ce livre blanc touche tout le monde. Il n’y a pas d’Etre humain épargné sur ce point. En revanche, le phénomène est mal connu voir même ignoré par la majorité des citoyens et ce e méconnaissance tue des milliers de personnes chaque année sur les routes. Il est aussi certain que nous pensons toujours que les accidents sont la faute des autres. Mais pour rappel : ne sommes-nous pas nous-même « l’autre » d’un autre ? Et, en conséquence, chacun d’entre nous est un futur « accidenté de la route », un handicapé ou un mort poten el… En étant informé sur ce sujet et en observant quelques consignes de « sécurité », vous pourrez diminuer

considérablement le risque d’avoir des absences de vigilance et toutes les conséquences drama ques qui en découlent.

En ce qui concerne les entreprises, beaucoup de dirigeants d’entreprise ignorent le problème et ceux qui en ont déjà entendu parler, sous-es ment la dangerosité du phénomène. Ils risquent ainsi de me re la vie de leurs travailleurs en danger, « simplement » par manque de prévoyance ! Fort heureusement, doucement mais sûrement, la médecine du travail prend en charge l’informa on des employeurs sur les risques liés à ce problème de sécurité publique. Mais nous encore très loin de ce qu’il faudrait faire...

21


Que faut-il faire pour éviter au maximum les absences de vigilance ? Il faut d’abord une prise de conscience au niveau de la société. Ensuite il faut faire des campagnes de sensibilisa on grand public. Et surtout, au niveau personnel, il y a des conseils simples à appliquer en termes de sommeil. Avoir des horaires de sommeil les plus réguliers possibles avec un nombre d’heures suffisantes de repos. Si possible, il faut bouger, faire du sport ou des ac vités physiques d’une manière régulière et plusieurs fois par semaine. Ceci n’est pas toujours facile à concilier avec de longues journées ou nuits sur les routes, nous en sommes bien conscients ! Quand un chauffeur rou er rentre chez lui, il a souvent juste l’envie de se poser ! Pourtant, bouger et faire du sport sont essen els pour un sommeil de qualité. Il faut éviter les écrans le soir

ou encore tamiser les lumières en soirée. Ne pas avoir une température trop excessive dans la chambre à coucher ou dans la cabine du camion, pour ceux qui dorment dans celle-ci. La température de 20° est idéale. Ne pas aller dormir directement après le repas du soir mais se laisser un temps pour digérer. Éviter de consommer de la caféine et boire plus d’eau. Boire de l’eau mais éviter de boire de grandes quan tés avant d’aller dormir afin de ne pas devoir vous relever la nuit pour aller uriner, ce qui perturberait votre repos. Il faut redéfinir toute une stratégie de sommeil et la me re en place de manière effec ve et permanente !

Faire tomber les tabous sur l’absence de vigilance. Il y a un tabou dans la société actuelle sur le sujet, principalement par crainte de perdre son emploi. Ce e crainte est non fondée puisqu’il s’agit d’un phénomène naturel. Beaucoup de chauffeurs professionnels se confient à leur médecin et c’est ce qu’il faut faire. Mais parfois, certains chauffeurs sont tellement méfiants et ont peur de perdre leur emploi qu’ils n’en parlent pas au médecin. Ils banalisent leurs problèmes de somnolence.

des médias afin de susciter une prise de conscience globale au sein de la société.

Et puis, il faut valoriser le fait de faire la sieste

durant la journée. Dans notre société, la sieste est généralement mal vue et c’est une grave erreur ! Au niveau du transport rou er, on demande généralement au chauffeur de me re son appareil tachygraphe sur la posi on « repos » lorsqu’il est en train d’effectuer le chargement ou déchargement de son camion … mais ce n’est pas Dans un premier temps, pour faire tomber ces une période de repos ! Avec le bruit et les chocs du tabous, il faut informer et communiquer sur base d’informa ons scien fiques. Si possible, me re en transbordement, il lui est impossible de faire une sieste ! place des campagnes de sensibilisa on au niveau

22


Garder ses distances de sécurité sur la route pour préserver sa vie et celle des autres ! reposé. Dans le cas d’un chauffeur qui ne l’est pas, n’ayons pas peur de dire qu’il aura déjà parcouru « celle » n’est pas indiqué avec un « S » car nous n’avons qu’une seule vie, d’où l’importance d’être 50 mètres avant de prendre la décision de freiner bien informé(e) sur ce genre de sujet. Vous éviterez ou d’effectuer une manœuvre d’évitement. Autant ainsi des situa ons dans lesquelles vous risqueriez dire que 50 mètres, ce n’est pas assez ! de perdre la vie. Lorsqu’on a une absence de vigilance qui dure

Vous l’aurez remarqué dans le

tre, le mot

quelques secondes, la situa on peut devenir très rapidement catastrophique. Un camion parcourt 25 régulièrement des distances de sécurité. Pour mètres à la seconde à une vitesse de 90 km/h. Dans l’automobiliste on parlera de laisser deux le cas d’une absence de vigilance de 5 secondes, le « crocodiles » entre chaque véhicule. Bien entendu, véhicule va parcourir 125 mètres sans que le beaucoup d’entre nous ne connaissent pas la chauffeur ne puisse faire quoi que ce soit ! D’où longueur d’un crocodile et ceci explique très l’importance de garder ses distances de sécurité et certainement que la distance de sécurité entre même de les augmenter lorsqu’il y a une forte deux voitures n’excède pas celle d’une feuille de concentra on de véhicules, sur l’autoroute par papier à cigare e (c’est imagé mais pas tellement exemple. Le phénomène que nous observons sur loin de la vérité !). Dans le transport rou er, on les autoroutes est à l’opposé de ce que nous évoque 50 mètres de distance de sécurité entre prônons pour votre sécurité et celle des autres. deux poids lourds. Mais finalement, avez-vous déjà Lors d’une forte concentra on de véhicules, les fait le calcul du temps qui est passé sur 50 mètres conducteurs ont tendances à resserrer les rangs et par un véhicule qui roule à 90 km/h ? Cela à rouler pare-chocs contre pare-chocs ! Un coup de correspond à seulement 2 secondes. Quand on sait frein et c’est l’embardée… que le temps de réac on d’un individu bien reposé varie entre 0.5 et 1 seconde et bien nous avons Faire une absence de vigilance au mauvais déjà fait environ 25 mètres avant de commencer à moment et au mauvais endroit, c’est aussi freiner ! Dans ce cas, il ne reste que 25 mètres pour accentuer les risques de se tuer ou de tuer immobiliser le camion en cas de problème. Bien d’autres personnes… entendu, ceci dans le cas d’un chauffeur bien

Lorsqu’on conduit un véhicule, on entend parler

Sensibilisa on aux risques liés à l’alcool

Le SECOP - ITSRE asbl organise des cessions de sensibilisa on aux risques rou ers et ceci à chaque fois qu’il est possible d’être présent lors d’une manifesta on où se rencontrent des chauffeurs professionnels 23


incontestablement la méthode qui consiste à pierre du Centre Hospitalier Universitaire de Liège, analyser l’ac vité cérébrale au moyen d’électrodes. Ce e méthode reste aussi très compliquée à nous rencontrons les dirigeants de la spin off me re en place dans un milieu opéra onnel. PHASYA. Grace au travail d’une équipe Imaginez-vous les chauffeurs livreurs de demain, mul disciplinaire, ce e société dirigée par équipés de 24 électrodes placées sur le crâne et Clémen ne FRANÇOIS et Jérôme WERTZ, toutes raccordées à un boi er par des câbles… pas développe des logiciels et des équipements innovants en ma ère de préven on des risques liés très pra que ! à l’absence de vigilance.

Non loin du Campus Universitaire et à un jet de

Les solu

ons proposées par PHASYA perme ent de

prévenir l’endormissement d’un individu mais aussi de détecter les personnes à risque. Ceci dans le but de les aider à éviter un accident de la circula on, un accident du travail ou même un accident domes que.

Il existe aussi des méthodes qui consistent à

analyser les mouvements des yeux. L’analyse oculaire nous renseigne d’une manière très précise ITSRE ne commercialise pas les solu ons de ce e et très fiable sur le niveau d’éveil de la personne. entreprise et n’a aucun intérêt par culier dans celle On peut aller rechercher énormément -ci. Tout l’intérêt que nous apporte ce e « spin d’informa ons au niveau de l’œil, comme par off » se situe au niveau de la sécurité rou ère : exemple : les mouvements des paupières et les moins il y aura d’accidents impliquant des camions mouvements du globe oculaire. On peut ensuite et meilleure sera l’image des chauffeurs rou ers ! récolter toute une série de paramètres indicateurs de l’état de somnolence. En d’autres termes, l’œil reflète vraiment l’ac vité du cerveau. Ce e méthode de travail permet de recueillir des données très précises et de placer l’état de somnolence sur une échelle de 0 à 10. Grâce à ce e technique, il est donc devenu possible de prévenir un individu lorsqu’il est en train de

Nous précisons, une fois de plus, que le SECOP-

Il existe plusieurs méthodes pour détecter ou déterminer l’état de somnolence d’une personne. La première, et de loin la plus fiable, reste 24


Il existe aussi des technologies qui perme

ent

d’analyser le rythme cardiaque ou qui fonc onnent sur base de la conductance de la peau comme c’est le cas avec la bague développée par une société toulousaine. Ce e bague est commercialisée sous le nom de « STOP SLEEP ». Nous l’avons testée sur une vingtaine de chauffeurs adhérents au SECOP-ITSRE et nous en avons re ré plusieurs informa ons. Ce disposi f permet juste de savoir si, oui ou non, le conducteur est en état d’éveil. Lors de notre test en situa on réelle, ce e bague a émis plusieurs alertes par jour chez tous les chauffeurs. Mais le plus impressionnant, c’est que l’autoroute E313, que l’on trouve ordinairement monotone, a fait déclencher plus d’alertes que tout le reste du réseau rou er. Le point le plus probléma que en ma ère d’absence de vigilance est indiscutablement la por on d’autoroute située entre l’échangeur de Lummen et les portes d’Anvers.

pour le travailleur que pour les autres usagers du réseau rou er. Bien entendu, il y a des facteurs professionnels et individuels qui peuvent influencer l'état de somnolence et donc d'absence de vigilance qui en découle. On sait, par exemple, qu'un horaire flexible aura plus d'incidence sur l'appari on du phénomène. Une personne qui a des problèmes familiaux, un chauffeur rou er qui vient d'avoir une discussion "animée" avec son dispatcher ou son patron, ne seront pas pleinement concentrées sur la route et entreront dans des pensées dites "cogni ves". Ce genre de situa ons favorise aussi l'absence de vigilance…

Les études qui ont été réalisées avec le matériel de la société PHASYA, démontrent que 10% du trajet effectué par des travailleurs ont été parcourus avec un état de somnolence de 5 sur une échelle de 10. Pour rappel, « 0 » est une personne parfaitement éveillée et « 10 » est une personne totalement endormie. Ce qui veut dire qu’on fait déjà 10% du trajet en étant à moi é somnolent, à moi é endormi. Cet état peut représenter un danger tant 25


Que dit la législa on ? maladie qui aurait pu produire un état de clairement que tout conducteur doit être en état de somnolence. Malgré tout, elle a été condamnée par la jus ce. conduire, il doit présenter les qualités physiques requises et posséder les connaissances et l’habilité Le juge n’a donc pas exonéré la personne de sa nécessaire. Cet ar cle régit le comportement que responsabilité car ce n’est pas quelque chose doit adopter le conducteur et les ap tudes qu’il doit d’ina endu sauf si vous arrivez à prouver que c’est requérir. la première fois et que vous avez pris toutes les

Le code de la route dans son ar

cle 8.3 dit

précau ons en amont à savoir : vous reposer, qui peuvent me re en péril les autres usagers ou lui respecter la législa on sur l’u lisa on du tachygraphe,… -même. Le conducteur doit donc être de manière permanente capable de maintenir le contrôle de Cours d’appel de KORTRIJK (Courtai) 2007 : son véhicule. Si celui-ci est affecté par une maladie Le fait de souffrir depuis un certain temps de qui provoque de la somnolence comme par exemple des apnées du sommeil, soit il sait qu’il sait problèmes psychiques qui rendent impossibles le qu’il est vic me de ce e maladie et dans ce cas, il a contrôle de ses actes, n’est pas une circonstance l’obliga on de ne pas conduire, soit il ne le sait pas imprévisible et inévitable qui pourrait être considéré comme une force majeure. Ceci veut dire et dans ce cas, en cas d’accident, le juge peut qu’une personne qui souffre d’une maladie de ce imposer un contrôle médical s’il ressort de type sait qu’elle pourrait avoir un souci lors de la l’enquête qu’il s’est endormi en conduisant son conduite de son véhicule et donc, ça devient véhicule. prévisible et donc, la personne est condamnable. Dans le cas où la personne savait qu’elle était En ce qui concerne la peine encourue : malade, et qu’il est prouvé que celle-ci ne pouvait pas conduire, le juge serait beaucoup plus sévère et La peine va dépendre du type d’infrac on et des aller jusqu’au retrait du permis de conduire à vie. conséquences que l’accident a occasionné. Soit l’infrac on constatée n’a donnée lieu qu’à des Parmi les jurisprudences en Belgique : dégâts matériels et dans ce cas le montant de la Tribunal correc onnel de VEURNE (Furnes) en peine sera de 1.000 € à 4.000 €. 2007 : Au niveau de la déchéance du droit de conduire : Une perte de conscience due au manque de Dans le premier cas, le juge peut infliger une sommeil n’est pas un cas de force majeur et ceci, déchéance du droit de conduire de 8 jours à 5 ans. même si le conducteur affirme n’avoir jamais eu de malaise en raison d’un manque de sommeil. En effet, il faut savoir qu’un manque de repos conduira nécessairement à une diminu on de l’a en on ou à une perte de l’ap tude de la conduite.

Le conducteur ne peut pas être sujet à des maladies

Ce e décision du tribunal de Veurne (En Flandre) a été rendue uniquement sur l’aspect d’une personne qui était en manque de sommeil et qui s’était endormie au volent. Ce e personne n’avait aucune 26


Si les conséquences ont été beaucoup plus graves, et si une nouvelle infrac on s’ajoute à l’infrac on de roulage, à savoir les ar cles 418 et 420 du code pénal s pulant les coups et blessures involontaires, dans le cas d’un accident de la circula on, le juge pourrait décider de vous infliger une amende pouvant aller jusqu’à 16.000 €. La déchéance pour ce deuxième cas pourra aller de 3 mois à 5 ans.

La déchéance du droit de conduire pourra être défini ve si l’enquête a este que le conducteur savait qu’il était a eint d’une maladie qui provoque de la somnolence, d’apnées du sommeil ou de narcolepsie et qu’il n’a pas aver ni son employeur, ni une quelconque autorité pour veiller à suivre un traitement adéquat qui lui permet de pouvoir con nuer à circuler…

Avocat

Maître Emmanuel LOSSEAU Avocat spécialiste du droit de la circula on et du Droit social Rue du Pont Neuf, 1 6000 Charleroi 041/65.19.73 Site internet : www.avocat-losseau.be

27


Que faudrait-il faire pour résorber ces problèmes dangereux pour notre mobilité ? Ce chapitre ne cons tue qu’une source de réflexions et d’idées qui pourraient améliorer la situa on et ceci dans le but que nos routes soient un peu moins dangereuses. Bien entendu, toutes les idées ne peuvent pas être reprises dans ce livre blanc car nos moyens financiers ne nous perme raient pas d’éditer un livre de 185 pages. C’est pourquoi, le SECOP-ITSRE asbl se rendra disponible afin de rencontrer les personnes qui le souhaiteront et ceci dans le but de développer des ac ons concrètes favorisant la sécurité rou ère.

Nos adhérents savent très bien que notre organisa on milite en faveur du transport en général mais également en faveur d’une sécurité rou ère qui soit plus en adéqua on avec les réalités vécues par les chauffeurs rou ers et les automobilistes. Les Absences de Vigilance font par es de ces réalités,… Afin d’aller au bout de nos idées, notre conseil d’administra on a pris l’ini a ve de faire l’acquisi on d’un appareil de la marque NOMICS et qui permet de tester la qualité de leur sommeil. Après toute ce e enquête menée durant plusieurs mois, des réalités de terrain nous ont confortées dans l’idée qu’il fallait faire quelque chose pour éviter des accidents toujours spectaculaires mais hélas parfois meurtriers.

Faut-il instaurer un plan de préven on dans les entreprises ? Actuellement, il existe une conven on collec ve de travail concernant l’alcool et la drogue sur le lieu du travail. La CCT 100 oblige les employeurs à me re en place un plan de prévoyance et d’accompagnement des travailleurs qui souffrent de ce genre de dépendances. Alors, pourquoi ne pas imaginer la CCT 100 bis (le nom n’a pas d’importance !) qui perme rait de développer une poli que de préven on des risques liés à l’absence de vigilance ? Elle pourrait s’appliquer dans des entreprises où les travailleurs seraient plus exposés que d’autres à ce phénomène. Comme, par exemple, c’est le cas dans les différents secteurs du transport et de l’industrie. En ma ère de préven on, vous aurez compris que l’absence de vigilance provoquée par la somnolence, fait l’objet de toute notre a en on. Parce qu’elle peut survenir n’importe où, n’importe quand, et chez n’importe qui, le dépistage des personnes à risque devrait faire par e d’un processus normal d’accompagnement et non pas d’écartement. d’adhésion au SECOP-ITSRE et qui sont en ordre de co sa ons. Pour les nouveaux membres, une par cipa on de 20 € leur sera demandée et pour les non-adhérents, une par cipa on de 50 €

Cet appareil a été acheté grâce aux co sa ons des affiliés. L’analyse des données du test nous coûtent aussi C’est pourquoi ce test est GRATUIT pour nos de l’argent. Ceci explique ce e demande de par cipa on adhérents ayant au moins une année financière.

28


Comment pourrions-nous progresser sur la ques on de la préven on ?

La médecine du travail, qui est aussi là pour s’assurer que le travailleur ne court aucun risque pour sa santé lors de ses presta ons, pourrait jouer un rôle important. Le médecin pourrait dépister les personnes à risque et le pourquoi du risque. S’agit-il d’une maladie du sommeil ou est-ce la cause d’un autre souci ? A par r du moment où le médecin prend en charge le travailleur, il pourra l’informer et l’accompagner. Les syndicats pourraient aussi jouer un rôle important dans ce e informa on ! C’est ce que vient de faire notre organisa on en réalisant ce travail... Lors de ce e enquête, nous avons eu la chance de rencontrer des personnes très passionnées et très compétentes dans leur domaine. Nous leur faisons confiance pour la suite… Pour conclure ce chapitre, l’employeur est responsable du bien-être de ses travailleurs. Il a l’obliga on d’éviter le développement des maladies professionnelles et des accidents du travail. Dans ce cadre-là, il travaille avec ses services internes et avec des services externes et ensemble, ils vont faire l’analyse des risques auxquels les travailleurs sont exposés. Dans le cas qui nous occupe, ils devraient aborder le risque d’être exposés aux accidents de la route suite à un problème d’hypovigilance par somnolence. A par r du moment où l’employeur a pu iden fier ce e probléma que, dans le cadre de son analyse de risque, il évalue au milieu de l’ensemble des autres risques, si ce risque en par culier apparait comme étant une priorité. Il intègre alors ce risque dans son plan global de préven on qu’il traduit également dans un plan annuel d’ac ons. Dans ce plan d’ac ons, il est tout à fait envisageable de penser qu’il va mesurer l’ampleur du problème et développer des campagnes de sensibilisa on dans son entreprise.

Conscien ser tous les professionnels de la santé et les citoyens. Il est important de conscien ser tous les professionnels de la santé afin de détecter les personnes à risques et ceci dans le but de les prendre en charge au niveau des entreprises. Il est possible de détecter ces personnes à risque avec des moyens simples et de les conscien ser sur les risques qu’elles prennent vu leur état (Ce site internet est une première démarche allant dans ce sens). Détecter les personnes souffrantes de problèmes de sommeil, pourrait très bien se faire dans le cadre de la médecine du travail. Même si certaines structures au niveau de la médecine du travail ont isolées ce phénomène de somnolence comme étant un véritable problème de société qui favorise les accidents du travail, ce e détec on des personnes à risque n’est pas systéma que. Lorsque l’on est malade, nous nous rendons chez le médecin. Ensuite, chez des spécialistes si cela s’avère nécessaire. Mais la personne qui a des problèmes de sommeil, qui fait des insomnies, ou qui a un repos perturbé, n’ira pas obligatoirement consulter un spécialiste car faire des insomnies, mal dormir,… fait par e de la vie de beaucoup de citoyens, de beaucoup de citoyens qui sont poten ellement somnolent régulièrement. La très grande majorité des gens qui ont des problèmes liés à la qualité de leur sommeil peuvent être soigné simplement, facilement, sans médecine invasive, simplement en étant informé ou en changeant certaines choses dans leur alimenta on ou dans leur façon de vivre, de s’endormir,… Pour réaliser ce travail d’informa on, nous avons été à la rencontre de différents docteurs dont quelques -uns se sont équipé d’un pe t matériel perme ant d’analyser la qualité du sommeil des pa ents qui en font la demande. Ceci va aussi dans le bon sens mais la démarche se fait sur base volontaire et à notre avis, quand le pa ents est à bout et se sent somnolent trop régulièrement. Sur une brochure très bien faite, le tre disait « Fa gué(e) d’être fa gué(e) ? » et dire que ces personnes conduisent leur voiture même pour aller à la consulta on du médecin… 29


Les problèmes de sommeil favorise aussi la survenue d’autres pathologies : Outre le problème de sécurité rou ère, les problèmes de sommeil entraînent aussi d’autres pathologies. Parmi ces pathologies : Selon Francesco CAPPUCCIO, qui est responsable d’une étude menée à la WARWICK MEDICAL SCHOOL, « la tendance moderne de se coucher tard et de se lever trop tôt n’est rien de moins qu’une bombe à retardement pour votre santé. Il est impéra f d’agir rapidement afin de réduire vos risques en ce qui concerne ces maladies très graves » Dormir moins de 6 heures une seule nuit provoque : - Une diminu on de la concentra on (perte de la capacité de focaliser) - Une diminu on de la mémoire (Moins de consolida on de la mémoire) - Une diminu on de l’immunité (Risque d’a raper un rhume mul plié par 3) - Une diminu on de la sa été (Sensa on que l’on ressent après avoir bien mangé) - Une augmenta on de l’appé t (Tendance à manger de plus grosses quan tés, à préférer les aliments riches en glucides et en calories, les aliments nocifs pour la santé) - Une augmenta on de l’émo vité (Centre émo fs du cerveau 60% de plus) - Une accéléra on du vieillissement de la peau. - Une augmenta on du risque d’accident (maladresses, mauvaise coordina on œil-volent, risque d’accident de la route mul plié par 3) - Une perte de la masse cérébrale (Effet comparable à une lésion cérébrale) Dormir moins de 6 heures régulièrement provoque : - Une diminu on des spermatozoïdes - Une augmenta on du risque d’obésité (Impact sur les hormones qui régulent l’appé t) - Une augmenta on du risque de diabète de type 2 (Réduc on de la sensibilité à l’insuline) - Une augmenta on du risque de maladies cardiaques (Hypertension artérielle, athérosclérose, insuffisance cardiaque, infarctus) - Une augmenta on du risque d’AVC (Mul plié par 4 par rapport à des nuits de 7 heures de sommeil) - Une augmenta on du risque de cancer colorectal - Une augmenta on du risque de cancer agressif du sein - Une augmenta on du risque de mortalité Maladie d’Alzheimer : Une étude menée en 2013 par des chercheurs de l’Université Johns Hopkins a constaté que le manque de sommeil peut aussi être une cause de la maladie d’Alzheimer et impacte la vitesse de la progression de la maladie. ( Source: Spira AP, Gamaldo AA, An Y, et al. Self-reported Sleep and β-Amyloid Deposi on in Community-Dwelling Older Adults. JAMA Neurology. 2013. ) Diabète et obésité : Le diabète a longtemps été lié à un mauvais sommeil. Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Chicago a révélée comment un mauvais sommeil peut poten ellement causer l’obésité et finalement, conduire au diabète.

30


Maladies cardiovasculaires : Une étude récente, qui a été présentée à EurohEartCare, une réunion européenne annuelle qui rassemble la société des cardiologues, démontre qu’après avoir suivi 657 hommes de na onalité russe et âgés de 25 à 64 ans et ceci sur une durée de 14 ans, les chercheurs ont constaté que près des deux ers de ceux qui ont eu une crise cardiaque, avaient également un trouble du sommeil. AVC : Les hommes qui se plaignent de troubles du sommeil ont également 2.6 fois plus de risques d’infarctus du myocarde, une a aque cardiaque qui survient lorsque le muscle cardiaque meurt, et risque de 1.5 à 4 fois plus d’être vic me d’un AVC Suicide : Cela peut être choquant, mais des recherches récentes menées en 2014 ont trouvé un lien entre l’augmenta on des cas de suicide chez les adultes et les troubles du sommeil. , indépendamment du passé dépressif. Pendant une étude de 10 ans menée par des chercheurs de l’Université de médecine de Stanford, 420 par cipants allant du milieu à la fin de l’âge adulte ont été examinés. Dans ce groupe, 20 par cipants souffrant de troubles du sommeil se sont malheureusement suicidés. Pour ce e raison, les chercheurs ont conclu que ceux qui éprouvaient régulièrement des difficultés à dormir étaient 1,4 fois plus suscep bles de se suicider. Ceux qui étaient plus vulnérables à cet effet d’un mauvais sommeil étaient des hommes blancs de 85 ans ou plus. L’étude a finalement a ribué ce e augmenta on du taux de suicide à la priva on de sommeil associée aux problèmes de santé et au stress qui augmente avec l’âge. Colite ulcéreuse : La colite ulcéreuse est une maladie inflammatoire de l’intes n marquée par des ulcères dans la paroi du tube diges f, ainsi que la maladie de Crohn peuvent être produit à la fois par la priva on de sommeil et l’excès de sommeil. Selon une étude de 2014, des chercheurs du l’hôpital général du Massachuse s ont découvert qu’une bonne quan té de sommeil est nécessaire pour freiner les réponses de l’inflamma on dans le système diges f qui conduisent souvent à ces deux maladies. Le cancer de la prostate : Dans une étude toute récente de 2013, publiée dans la revue Cancer Epidemology Biomarkers and Préven on, les chercheurs ont constaté une augmenta on de l’incidence et de la gravité du cancer de la prostate chez les pa ents ayant un problème de sommeil. Après avoir suivi 2425 hommes islandais âgés de 67 à 96 ans pendant trois à sept ans, les chercheurs ont découvert que le risque de développer un cancer de la prostate a augmenté de 60% chez les hommes qui avaient du mal à s’endormir. Ce nombre a doublé chez les hommes qui ont déclaré avoir de la difficulté à rester endormi. Qui plus est, ceux qui ont connu des problèmes de sommeil étaient également plus suscep bles d’avoir des stades ultérieurs du cancer de la prostate. Les chercheurs de l’étude a ribuent ce lien à la mélatonine, une hormone connue pour réguler le sommeil. Il a été établi précédemment que des niveaux plus élevés de mélatonine supprimaient la croissance tumorale, tandis que les niveaux de mélatonine chez ceux exposés à trop de lumière ar ficielle (une cause connue de la priva on de sommeil ont eu une croissance de la tumeur plus agressive. Source : Medical Daily

31


Un travail de recherches réalisé par

SECOP - ITSRE asbl Transport Rou er et Sécurité Rou ère Chaussée de Tirlemont, 11 4260 BRAIVES - Belgique www.itsre.eu itsre@live.be © 2018 SECOP-ITSRE asbl Toute reproduc on est interdite sans l’accord Préalable par écrit du SECOP-ITSRE

Consultez nos autres rapports sur www.itsre.eu - Les angles morts d’un camion. - La signalisa on des chan ers autorou ers. - L’infrastructure rou ère qui dégrade les pneuma ques. - Les feux lumineux - Et encore bien d’autres...

32

Profile for Alain DURANT

Livre blanc sur l'Absence de Vigilance  

Entre 260.000 et 390.000 personnes décèdent chaque année sur les routes au niveau mondial. Le Syndicat du SECOP-ITSRE asbl vient d'éditer un...

Livre blanc sur l'Absence de Vigilance  

Entre 260.000 et 390.000 personnes décèdent chaque année sur les routes au niveau mondial. Le Syndicat du SECOP-ITSRE asbl vient d'éditer un...

Profile for itsre
Advertisement