Page 1

ÉTÉ2O18

Accompagner l’économie luxembourgeoise dans sa transformation digitale

LE GRAND ENTRETIEN

MÁRTON FÜLÖP

CIO OF THE YEAR " Être fier de la technologie que l'on développe "

P.6

GRAND DOSSIER I BLOCKCHAIN, UN MONDE DE POSSIBILITÉS RETOUR D'EXPERIENCE

INNOVATION

PORTRAIT

DIGITAL NATION

À tous les étages pour KBL epb

Post déploie son offre

Du digital à la politique

Finologee rapproche les acteurs

DIGITAL TRANSFORMATION P.18

IOT

P.22

MARCO HOUWEN P.4O

FINTECH P.78


ITNATION | ÉTÉ 2O18

EDITO

EDITO

NOTRE EXPERT CLOUD N’A PAS

DES MACHINES ET DES HOMMES PAR OLIVIER BABEAU

Président Institut Sapiens- Guest speaker de l'édition Golden-i 2018

Si l’on demande à l’homme de la rue ce qui caractérise le mieux ce début de siècle, il est fort probable qu’il évoque l’essor des technologies et leur omniprésence. Il aurait raison, en un sens, mais il manquerait pourtant l’essentiel. Les évolutions technologiques sont l’arbre qui cache la forêt d’un changement plus

LA TÊTE DANS LES NUAGES

stupéfiant encore : c’est bel et bien l’humanité qui est en train d’être transformée.

Pour tous vos besoins ICT, nous sommes à votre disposition.

n’aurions pas pu coloniser toute la surface de la terre. Aujourd’hui, la technologie est en train de nous

L’être humain ne serait pas tel qu’il est sans la technologie. Sans la maîtrise du feu il y a environ 400 000 ans qui nous a permis de digérer plus facilement les aliments cuits, nous n’aurions pas pu développer un cerveau si vorace en ressources (il consomme 25% de notre énergie au repos !). Sans les vêtements, nous changer plus rapidement et radicalement que jamais. Les échanges que j’ai eu le plaisir d’avoir avec les participants de la soirée Golden-i 2018 m’ont montré combien, derrière les mécanismes complexes et raffinés à l’extrême des systèmes d’information, se trouvaient des hommes et des femmes conscients des enjeux et légitimement préoccupés des effets des technologies qu’ils développent.  Notre cerveau, si incroyablement plastique, a très rapidement porté l’empreinte des nouvelles technologies. Nous déléguons à notre portable et à internet une part sans cesse croissante de notre mémoire et de nos raisonnements. Le risque d’abandon à une douce oisiveté cognitive est bien présent, mais l’avenir n’est pas écrit. Notre soumission à la machine, c’est vrai, obéit à une pente naturelle de notre être. Après tout, elle a été précisément inventée pour cela : nous épargner un effort. Mais il y a aussi au plus profond de notre être la capacité de sursaut quand notre survie est menacée. Nous trouverons, j’en suis persuadé, une aide inattendue pour nous permettre de relever ce considérable défi : celle d’entreprises qui, guidées par des humains éclairés, nous accompagneront dans le développement de ce nouvel art de vivre à l’ère numérique dont nous avons besoin pour rester humain. Protégeant nos données, évitant d’aspirer notre attention par des procédés déloyaux, attentives à l’intérêt à long terme de ses clients, ces entreprises nous fourniront les armes pour résister au vertige de l’hyper-connexion et aux faux serviteurs qui ambitionnent en réalité d’être nos geôliers.

Le Manifeste du second humanisme est téléchargeable gratuitement sur : https://www.institutsapiens.fr/manifeste-du-second-humanisme

3


ITNATION | ÉTÉ 2O18

est un magazine MAKANA 5, rue Belle-Vue L-7350 Lorentzweiler Grand-Duché de Luxembourg info@itnation.lu

SOMMAIRE

ITNATION | ÉTÉ 2O18

Sommaire été 2O18

IBAN I LU55 0141 0422 4000 0000 BIC I CELLLULL TVA I LU 30157240 RC Luxembourg B 95210

ACTUALITÉS

DOSSIER I PSD2

14-15 16-17

En bref

56-59

costs with AI and Data

18-21

Retour d'expérience - Transformation digitale à

tous les étages pour KBL epb

22-24 26-27

POST déploie un large éventail de solutions IoT

6O-61 62-63

iKe accompagne le développement de nexten.io

cyber-sécurité

Luxembourg Regtech cutting financial services

PSD2 change les règles du jeu

EXPERTISES I CYBERSÉCURITÉ Transformer son approche de la cyber-sécurité Vers des approches mieux intégrées de la

Publication

GRAND DOSSIER I BLOCKCHAIN

EXPERTISES I DIGITAL RH

Owner emilie.mounier@ITnation.lu T. +352 691 99 11 56

28-3O

Explorer la technologie blockchain

et ses possibilités

32-33

64-65 66-67

Avec la blockchain, envisager le monde

CYRIELLE PINALIE

sous un jour nouveau

34-35 36-38

Avec la blockchain, le contrat fait loi

ÉMILIE MOUNIER

Account Manager cyrielle.pinalie@ITnation.lu T. +352 671 26 10 26

Assurer la compliance by design grâce à la

blockchain

Concept éditorial TALK2U

4O-41

Empêcher la contrefaçon de médicaments pour

sauver un million de vies

PORTRAIT I MARCO HOUWEN

www.talk2u.lu +352 26 30 52 27

42-45

Rédaction

Le regard tourné vers l’action

NSI - Digitaliser la formation pour plus d’efficacité L'enjeu est de créer une forte cohésion d'équipe

EXPERTISES I JOB 69-71

Ils nous disent pourquoi ils ont choisi leur job !

EXPERTISES I DIGITAL EXPERIENCE 72-73

Changement de paradigme requis : de l’importance

de l’expérience utilisateur

74-75

Miser sur l’UX pour maximiser la valeur de vos

développements

SÉBASTIEN LAMBOTTE QUENTIN DEUXANT STEPHEN EVANS

DOSSIER I DIGITALISATION

EXPERTISES I DIGITAL LEGAL

46-47

76-77

Mise en page

DOSSIER I GOLDEN-i

DIGITAL NATION

arnaud@kamoostudio.com www.kamoostudio.com + 352 691 461 806

48-49 5O-51 52-53 54-55

78-81 82

KAMOO STUDIO

Photographie

Firming-up digitalisation strategies for funds

Éclairer une société digitale plus humaine L’excellence récompensée

La big data au secours de la justice

Rapprocher les acteurs pour l’innovation Fintech Moving heads

Retour en images sur Golden-i 2018 Rester humain à l’ère des machines

COVER & Grand entretien par :

GAËL LESURE www.gaellesure.fr Pages intérieures :

VINCENT REMY www.vincentremyphoto.com

4

LE GRAND ENTRETIEN C’EST CAPITAL POUR UN CENTRE COMME LE LUXEMBOURG D’ÊTRE FIER DE LA TECHNOLOGIE QUE L'ON DÉVELOPPE

MAISON D'EDITION I Autorisation d’établissement N°102739 © Toute reproduction, même partielle, est soumise à l’approbation écrite préalable de l’éditeur. Tous droits réservés. ITnation est membre de Luxorr – Luxembourg Organization For Reproduction Rights – info@luxorr.lu

5


GRANDENTRETIEN

GRANDENTRETIEN

GRAND

ENTRETIEN

MÁRTON FÜLÖP Le COO de Docler Holding a été honoré du titre de CIO of The Year 2018. Enthousiaste, il aborde avec nous le Luxembourg et la transformation du secteur ICT, les défis que doit relever son groupe pour innover et poursuivre son ascension internationale. Il évoque également la start-up nation et les enjeux relatifs au recrutement de profils spécialisés en développement. Enthousiaste, atypique, investi, Márton Fülöp nous offre un regard frais et kaléidoscopique, sur le Luxembourg digital d’aujourd’hui et de demain.

C’est capital pour un centre comme le Luxembourg d’être fier de la technologie que l'on développe 6

7


GRANDENTRETIEN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

GRANDENTRETIEN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

WORK HARD

PLAY HARD Que représente à vos yeux ce titre de CIO of The Year 2O18 ?

On parle du titre de CIO of The Year. Or, la dénomination de votre fonction est « COO »…

tant que des applications technologiques, de

tal s’immisce dans toutes les parties de l’orga-

réels produits, puissent voir le jour au Luxem-

nisation et intègre inévitablement la stratégie

bourg et être à l’origine de nouveaux modèles

C’est une belle reconnaissance. Et pour être hon-

Nous n’avons pas de CIO, a proprement par-

business. C’est dans ce contexte que la fonction

d’affaires. C’est capital pour un centre comme

nête, elle était inattendue. Je n’étais au départ pas

lé, chez Docler Holding car cette fonction est

historique de CIO se retrouve diluée à travers

le Luxembourg d’être fier de ce que l’on crée et

candidat au titre. J’ai été invité par Gilles Feith (CIO

partagée par chaque porteur de projets. Ce-

de nombreux autres postes à responsabilité

développe dans le domaine technologique. Le

of The Year 2017 et CIO du Gouvernement, ndlr),

pendant, en tant que COO et responsable de

présents au sein d’un conseil d’administration.

pays compte de nombreuses structures, plus

avec qui j’ai eu l’occasion de mener quelques pro-

l’innovation, ma fonction est sans doute la plus

Les besoins se font aujourd’hui plus précis et

modestes, qui créent des solutions technolo-

jets par le passé, à lui présenter ma vision dans ce

visible. Ce qui explique que le titre m’ait été at-

impliquent des niveaux d’expertise et de spécia-

giques innovantes et prometteuses. Il faut re-

contexte. Mais de là à recevoir le titre… C’est le

tribué personnellement. Mais, comme je l’expo-

lisation plus élevés.

connaître ce travail. Cela contribue au mouve-

genre de reconnaissance dont on rêve mais que

sais, c’est le travail de toute une équipe.

l’on n’attend pas. Le prix vient récompenser le travail de toute une équipe de plus de 280 personnes, dont 150 développeurs. Docler est une société technologique relativement unique, qui a développé sa propre substance au Luxembourg, avec une véritable force de développement et

Chief Information Officer, Chief Operating Officer, Chief Technology Officer, Chief Data Officer… Les fonctions c-level attachées aux enjeux digitaux se multiplient. Comment les voyez-vous évoluer ?

ses propres équipes d’ingénieurs. Cette année,

8

homme ou d’un unique département. Le digi-

ment de transformation qui s’opère à l’échelle

Parmi les trois nominés pour l’award de CIO of The Year, Vincent Eggen et vous avez la particularité d’être à la tête d’organisations dont l’activité est orientée vers le développement. Qu’est-ce que cela dit de la transformation digitale de l’économie luxembourgeoise ?

de la place à la faveur d’un plus haut niveau de création de valeur.

Vis-à-vis de votre société, de vos équipes, quels sont les contours de votre mission en tant que dirigeant ?

l’award met en lumière un acteur qui développe

Les fonctions de CIO ou de CTO existent de-

En somme, je représente la partie innovante de

ses propres solutions et produits technologiques,

puis de nombreuses années. La multiplication

Je pense que cela révèle un changement positif

notre activité. Notre CEO, lui, couvre le cœur de

et non pas un homme ou un département dont

des rôles exécutifs attachés au digital en entre-

pour le Luxembourg. Au-delà des prestataires

notre business actuellement généré par l’utili-

l’objectif est de fournir un service en soutien à un

prise indique toutefois l’importance que revêt

de services et des départements IT, qui ont vo-

sation de la technologie de live streaming. Ma

business qui n’est pas forcément tech. C’est une

aujourd’hui cette dimension pour le business.

cation à soutenir le développement d’autres ac-

fonction appelle à explorer de nouveaux mo-

approche plutôt inédite au Luxembourg.

L’enjeu dépasse la responsabilité d’un seul

tivités institutionnelles, je pense qu’il est impor-

dèles, à déployer des projets innovants ainsi

9


GRANDENTRETIEN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

qu’à identifier les opportunités d’investissement

dans une société américaine spécialisée dans

nement se rapproche fortement de celui de

lières. En attendant, il nous faut aller chercher des

et de diversification. Dans mon rôle, il est né-

l’acquisition de trafic.

ces acteurs, avec la volonté de déployer une

compétences plus loin, un peu partout à travers

technologie qui vise à faciliter l’échange, la

le monde. Beaucoup viennent d’Europe de l’Est,

diffusion de contenu. Il est vrai, toutefois, que

d’Ukraine ou de Russie, car ces régions consti-

l’un de nos principaux enjeux réside dans l’at-

tuent un vivier de jeunes diplômés. Mais nous

traction de talents dans le domaine du déve-

accueillons des collaborateurs venus de France,

Notre structure fédère l’ensemble des entités

loppement. S’il n’est effectivement pas évident

des Etats-Unis, du Brésil. Les sources de talents

et soutient l’activité en rassemblant toutes les

d’attirer des développeurs qui ont entre 20

sont très diversifiées.

fonctions de support, comme la gestion des

et 25 ans, parce qu’ils privilégient des places

ressources humaines, la finance, le legal, les rela-

comme Amsterdam ou Berlin, il est plus fa-

Docler a vu le jour il y 18 ans, en Hongrie. La

tions publiques, ainsi que l’ensemble de l’activité

cile de convaincre des talents confirmés, à la

société est partie de rien. On parle d’un véri-

de développement. Soulignons que chaque pro-

recherche d’un environnement de qualité, de

table projet né dans un garage. Aujourd’hui, le

duit est développé ici. Sur les 280 personnes qui

rejoindre Luxembourg.

groupe compte 1000 collaborateurs à travers le

travaillent pour nous au Luxembourg, 150 sont

monde. Nous sommes une entreprise techno-

actives dans le développement.

cessaire de m’assurer, de concert avec nos collaborateurs, que nos projets les plus innovants se concrétisent afin de servir la diversification ainsi

Quelle est la position de Docler Holding au cœur de ce groupe ?

que la croissance de notre groupe.

L’activité du groupe Docler est largement diversifiée. Comment la résumer ?

logique, construite autour du développement d’une plateforme de streaming en direct à faible latence. Elle est aujourd’hui utilisée dans divers

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous installer au Luxembourg il y a cinq ans ?

contextes, à l’échelle globale, et notamment

Au départ de votre technologie de live streaming, quels sont les enjeux de croissance de Docler ? Pour des entreprises technologiques comme

Quelles sont les clés pour mieux recruter les talents ?

la nôtre, construite autour d’une solution, un des leviers de croissance réside dans l’amélioration de l’expérience utilisateur. La croissance

La problématique de l’attraction des talents

de Streamago dépend beaucoup de cela, avec

n’est pas spécifique au Luxembourg. Au-

le challenge, in fine, de parvenir à monétiser le

par l’un des sites les plus visités au monde. De-

À cette époque, nous ambitionnions de don-

jourd’hui, on cherche des développeurs par-

service d’une manière ou d’une autre. Le cœur

puis 2008, en outre, nous déployons une vaste

ner un caractère plus international à l’entre-

tout. En témoigne le niveau de salaire proposé,

de notre métier, par ailleurs, s’est construit sur un

stratégie de diversification autour de la plate-

prise. Nous avons cherché un environnement

où que l’on aille. Dès lors, je pense qu’il faut

modèle premium, à travers lequel il faut garantir

forme. Docler Holding chapeaute aujourd’hui

propice pour soutenir cette volonté. Nous

travailler sur d’autres facteurs. Avant tout, il faut

un niveau de service et de qualité supérieur. A

17 entités différentes.

avons trouvé au Luxembourg un contexte ré-

pouvoir s’inscrire au cœur de la communauté

nous de rester à la pointe. Ce sont les enjeux que

glementaire et business qui correspondait à

des talents. Un développeur n’est pas sur Lin-

doivent relever nos développeurs.

nos attentes et à notre état d’esprit, avec des

kedIn, ne prend pas le temps de répondre aux

initiatives publiques très intéressantes en sou-

sollicitations des chasseurs de tête. De facto,

tien aux acteurs technologiques. Le Luxem-

nous privilégions des voies alternatives, plus

Nous regardons en priorité les activités qui

bourg est un pays qui agit avec intelligence

informelles. C’est dans cette perspective que

Nous ne comptons pas tant de concurrents

peuvent permettre de créer de la valeur au-

et enthousiasme. Il s’inscrit vraiment dans

nous avons notamment multiplié les initiatives,

capables de déployer une telle technologie à

tour de notre plateforme de live streaming.

l’esprit start-up, en faisant preuve d’une réelle

en organisant au Luxembourg un concours dé-

l’échelle globale. Cependant, partout dans le

C’est dans cette perspective que nous avons

agilité. Il y a beaucoup de similarités entre le

dié aux start-ups, en proposant des hackathons.

monde, de nombreux acteurs se positionnent

investi en 2015 dans la société italienne

Grand-Duché et nous.

Nous pensons que ces démarches sont de na-

localement avec une large diversité de produits.

ture à attirer les personnes que nous souhaitons

Mais nous ne nous confrontons pas à ces solu-

La réputation du Luxembourg s’est principalement construite autour de la finance. Pour une entreprise active dans le divertissement comme la vôtre, des places comme Amsterdam ou Berlin ne sont-elles pas plus attractives ?

engager et à révéler un Luxembourg autre que

tions ciblant des marchés limités. Un de nos prin-

celui de la finance. Il se fait des choses formi-

cipaux concurrents, aujourd’hui, serait un service

dables ici. Il vaut mieux les mettre en évidence,

comme Instagram Live.

compte que cette expérience pouvait en-

C’est pourtant au Luxembourg que l’on trouve

On constate que les universités à proximité ne

core être améliorée avec notre savoir-faire,

le groupe RTL ou encore SES. Ce n’est pas

fournissent pas des talents en suffisance. L’Uni-

notamment en l’équipant de la transmission

rien. Dans le domaine des médias et surtout

versité de Nancy, qui forme des ingénieurs-déve-

vidéo en direct. Nous avons finalement amé-

de la technologie qui supporte une diffusion

loppeurs, diplôme huit à dix jeunes par an. C’est

Il s’agit évidemment d’une évolution technolo-

lioré la technologie derrière l’application.

à large échelle, le Luxembourg compte de

insuffisant. Il y a beaucoup à faire en ce domaine,

gique majeure, qui retient toute notre attention.

Dernier exemple en date : nous avons investi

nombreuses sociétés de poids. Notre position-

pour inviter les jeunes à s’inscrire dans ces fi-

Nous menons d’ailleurs plusieurs projets de R&D

Selon quel axe se construit cette stratégie de diversification ?

Streamago, que nous avons rapatriée au Luxembourg et qui a développé une application de live streaming permettant à chacun d’échanger en vidéo, notamment via les réseaux sociaux. Au moment du rachat, Streamago comptait 3,5 millions d’utilisateurs et nous intéressait pour l’expérience utilisateur

Quels sont vos principaux concurrents ?

pour pouvoir attirer les talents plus facilement.

Où recrutez-vous vos talents aujourd’hui ?

qu’elle proposait. Nous nous sommes rendu

10

GRANDENTRETIEN

Lors du Gala Golden-i, les discussions ont tourné autour de l’intelligence artificielle, entre risques et opportunités. Quel regard portez-vous sur ces évolutions technologiques ?

11


GRANDENTRETIEN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

Un trophée signé

autour de l’intelligence artificielle. Les derniers

sur de nombreux éléments périphériques à la

choses. La maîtrise technologique manque

lauréats, à savoir AIVA et Empath, du concours

technologie phare que nous exploitons. C’est le

souvent à des acteurs qui envisagent une idée

Pitch Your Startup ont construit leur modèle sur

cas dans le domaine du paiement par exemple.

uniquement d’un point de vue du business.

DANIEL MAC LLOYD

l’intelligence artificielle. On peut craindre ces

Dans le contexte de PSD2, notre volonté est de

Le mieux est évidemment de pouvoir allier les

Le trophée remis au CIO of The Year a été réalisé cette année par l’artiste luxem-

évolutions ou les accompagner. Je pense que la

devenir un véritable payment service provider.

deux.

bourgeois Daniel Mac Lloyd. L’œuvre est constituée de morceaux de bombes

deuxième attitude est la bonne. On peut faire de

Aujourd’hui, la gestion des paiements réalisés

grandes et bonnes choses avec l’intelligence ar-

au départ de la plateforme passe par des tiers,

tificielle. Dans notre contexte, nous y recourons

des acteurs bancaires en Allemagne. À l’avenir,

pour les possibilités qu’elle offre notamment

ce nouveau statut nous permettrait de rapatrier

dans le domaine de la reconnaissance d’image.

près de 15 millions de transactions annuelles au

Dans cette perspective, elle nous permet d’envi-

Luxembourg.

sager de nouvelles pistes de développement et de croissance.

Au-delà de l’intelligence artificielle, quelles autres technologies soutiennent votre développement ?

Quelles sont les clés pour nourrir l’innovation selon vous ?

GRANDENTRETIEN

de peinture, celles-là même que l’auteur utilise pour confectionner ses toiles et

Que manque-t-il à l’écosystème luxembourgeois pour permettre aux pays de devenir une véritable start-up nation ?

fresques murales. « Depuis ma jeunesse, je suis fasciné par le graffiti et plus généralement par la culture hip hop qui gravite autour de cette pratique. En grandissant, je me suis éloigné du graffiti pour explorer l’art qui l’accompagne, en découvrant d’autres techniques, d’autres utilisation des couleurs. J’ai alors en-

Je constate que depuis notre arrivée, il y a cinq

trepris une véritable démarche artistique », explique Daniel Mac Lloyd. L’artiste

ans, les initiatives en soutien aux start-ups se

mêle des formes abstraites réalisées à la bombe avec des éléments photo-ré-

sont multipliées. Des plateformes ont vu le

alistes et des figures d’animaux. Il aime jouer avec le mouvement, puisant no-

jour. Des soutiens ont été mis en place. C’est

tamment dans l’environnement naturel. « Je trouve mon inspiration au cœur de

vraiment impressionnant de voir la vitesse avec

mon quotidien, dans la vie, dans la nature. Je rends compte d’abstractions qui

Nous sommes une société technologique. C’est

laquelle les choses peuvent avancer à l’échelle

se révèlent à moi quand je ferme les yeux, confie-t-il. J’apprécie pouvoir jouer

la technologie qui est considérée en premier

du Luxembourg. Je pense toutefois que l’on

avec des formes organiques, telles qu’on les trouve dans la nature, pour pouvoir

lieu chez nous. C’est à partir de ce qu’elle peut

gagnerait encore en efficacité si on parvenait

les intégrer au corps de villes, dans des espaces plus structurés. » L’artiste s’est

Derrière la technologie de live streaming,

nous offrir que nous envisageons de nouveaux

à une meilleure orchestration des actions exis-

fait connaître en réalisant des fresques chatoyantes et des tableaux originaux. Il

beaucoup d’éléments technologiques, tant au

business. Et c’est ce qui nous singularise. Pour

tantes autour d’une réelle vision commune, à

y a quelques mois, il a voulu donner une troisième dimension à son art. « J’ai eu

niveau hardware que software, sont assemblés

innover, il faut avant tout pouvoir s’appuyer sur

travers, par exemple, une initiative qui repré-

l’idée de déstructurer les bombes de peinture que j’utilise pour chacune de mes

pour proposer le meilleur service, un taux de

des personnalités engagées, qui comprennent

senterait largement Luxembourg en tant que

œuvres, de les découper pour les réassembler en sculptures, réelles versions 3D

latence toujours plus faible, des performances

et qui sont passionnées par la technologie,

start-up nation.

de mes dessins. Je leur applique ensuite les mêmes codes de couleurs. La sculp-

toujours plus élevées. Nous travaillons aussi

avec lesquelles on peut envisager de nouvelles

ture constitue pour moi une nouvelle façon d’exprimer mon imaginaire, avec,

Comment résumeriez-vous la contribution de Docler au Luxembourg digital en cinq ans ?

dans la démarche, un acte de recyclage pleinement assumé », explique-t-il.

tions à diverses initiatives, nous contribuons à

ART2CURE

notre mesure à la transformation de la place,

Le prix de CIO of The Year souhaitait aussi mettre en avant Art2Cure. Il s’agit à

vers des activités plus orientées vers le dévelop-

ce jour du plus grand événement de collecte de fonds qui rassemble les artistes

pement et la création de valeur au départ de la

les plus talentueux du Luxembourg pour soutenir la recherche biomédicale au

technologie. L’état d’esprit porté par Docler, qui

Grand-Duché. Depuis 2014, l’association Art2Cure, fondée par Gilles Weidig, Leslie

diffère de celui de nombreux autres acteurs ICT

Barnig, Philippe Lamesch et Fabienne Weidig, organise chaque année des exposi-

sur la place, permet de s’ouvrir à autre chose.

tions uniques. Le 28 mai dernier, l’association inaugurait sa première édition inter-

Je pense que nous sommes un bon exemple de

nationale, à New-York. Pour l’occasion, une douzaine d’artistes de New-York et du

ce qu’il est possible de faire d’exceptionnel au

Luxembourg ont proposé une œuvre avec pour objectif de soutenir la recherche

départ du Luxembourg.

contre les maladies neurodégénératives. Daniel Mac Lloyd, avec d’autres de ses

Je pense que par notre action, nos participa-

homologues, a rejoint la démarche en 2017. Les fonds récoltés à cette occasion

Si vous deviez résumer l’état d’esprit Docler en 3 adjectifs, quels seraient-ils ?

serviront à soutenir un projet de recherche sur la maladie de Parkinson mené par l'Université Columbia en collaboration l'Université du Luxembourg.

Enthousiaste, distinctif, travailleur. Beaucoup de gens ne voient que le côté fun incarné par Docler. Je peux vous garantir que, derrière, il y a beaucoup de travail. On pourrait le résumer à travers la formule : work hard, play hard.

12

When Flexibility Meets Agility Take the liberty to focus on your strategy. Be quick and agile in serving your clients best.

13


ACTUALITÉS

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ACTUALITÉS I EN BREF

ACTUALITÉS I EN BREF

ASSURANCES

FOYER LANCE DEUX PROJETS AVEC LE SNT DANS LE CADRE DE SA STRATÉGIE D’INNOVATION OUVERTE

FORMATION

DEVOTEAM PRÉSENTE UNE FORMATION UX CERTIFIANTE Le UX design et la gestion de projets liés à l’expérience utilisateur sont des disciplines en plein essor. Beaucoup de sociétés se sont rendu compte qu’un projet digital réussi devait être conçu au départ des besoins des utilisateurs, de manière à améliorer leur expérience. Malheureusement, aucune formation dans ce

Pour répondre aux nouveaux besoins de

domaine n’existe dans les institutions de formation traditionnelles. Pour combler ce vide, Devoteam a déci-

sa clientèle dans un contexte marqué par

dé de proposer sur le marché luxembourgeois une formation UX-PM (User Experience for Project Mana-

la transformation digitale et les nouvelles

gers) certifiée par UX Alliance. Elle est proposée par Axance, agence UX design et filiale de Devoteam. Ce

technologies, le Groupe Foyer lance

cursus en trois modules constitue la seule formation UX certifiante reconnue à l’international et soutenue

deux projets en collaboration avec le

par UX Alliance.

EMPATH REMPORTE PITCH YOUR STARTUP

La start-up japonaise a remporté le Grand Prix de la quatrième édition du concours organisé par Docler Holding. Sa technologie, qui détecte l’émotion de la voix, est déjà commercialisée dans 5O pays.

recherche de l’Université de Luxembourg

BIENTÔT UNE NAVETTE AUTONOME SUR LES ROUTES LUXEMBOURGEOISES La société de transports Sales-Lentz va ouvrir une première ligne de navettes autonomes lors de la prochaine Semaine de la mobilité, en septembre. Deux minibus opérés par le transporteur circuleront sans pilote et assureront les liaisons sur un tronçon de 3,5 km aller et retour, entre une gare et une zone d’activité d’une commune dont le nom n’a pas été dévoilé. Le modèle «Autonom Shuttle», construit par l’entreprise lyonnaise Navya, ne comporte pas de volant, pas de pédales de freins, de siège conducteur, ou encore de rétroviseur. Électrique, il peut accueillir 14 personnes à bord. Il est programmé pour effectuer les trajets sans intervention humaine. Afin de se conformer à la législation, un opérateur disposant du permis de conduire un bus sera tout de même à bord, mais il ne conduira pas.

SnT (Interdisciplinary Centre for Security, Reliability and Trust), le centre de

ACTUALITÉS

CLOUD

EBRC RÉCOMPENSÉ À MONACO

BANQUE

et de la communication. Ce partena-

FUJITSU ET NVISION CRÉENT UNE NOUVELLE PLATEFORME DE BANQUE EN LIGNE POUR SEB

riat, signé le 5 juin 2018 à l’occasion du

Fujitsu et SEB Luxembourg, filiale du groupe SEB, une banque privée suédoise active à l’international, ont

nos services, un ‘one-stop-shop’ unique de Services IT de Confiance. Notre but est de construire ensemble,

« Partnership Day 2018 » de l’Université

réalisé en 11 mois seulement un projet de banque en ligne reposant sur la co-création digitale. Fujitsu

avec nos partenaires et clients, un Centre Digital de Confiance basé sur les valeurs européennes », a déclaré

de Luxembourg, s’étend sur une durée

et SEB ont fait équipe avec Nvision afin de concevoir la plateforme. Résultat : une solution efficace et

Yves Reding, CEO d’EBRC.

de quatre ans et porte sur le co-finan-

conviviale, qui comprend des applications mobiles et offre également à SEB la flexibilité nécessaire afin de

cement de deux doctorats, le premier

développer de futurs services de banque en ligne.

dédié aux technologies de l’information

EBRC a remporté l’Award « Excellence in Cloud Service Award with local impact » lors de Datacloud Europe 2018 à Monaco. « Cette distinction est capitale pour la visibilité européenne que nous souhaitons donner à

dans le domaine de la « data  » et le second sur la nouvelle mobilité luxembourgeoise. Ce partenariat avec le SnT

BANQUE

permettra notamment, grâce à l’usage

P’OP ET AGILE PARTNER JOIGNENT LEURS FORCES POUR CRÉER POPEVOL’

du véhicule autonome équipé par l’Uni-

La société P’OP  (Temp’Operandi)  dirigée par Béatrix Charlier et spécialisée dans l’accompagnement de

versité de Luxembourg, de sensibiliser

la mise en œuvre de nouvelles pratiques et outils liés à l’acquisition et au développement des talents en

le public luxembourgeois aux enjeux de

entreprise, et la société Agile Partner, spécialisée dans le développement agile de logiciels, ont collaboré

la conduite autonome et d’anticiper les

pour créer POPEVOL’, un outil innovant d’évaluation en continu des compétences dans l’entreprise.

2OOO nouveaux besoins en la matière.

14

SOCIÉTÉS

LUXEMBOURGEOISES

RECRUTENT À PARIS L’EMPLOI AU SEIN D’AMAZON AU LUXEMBOURG A FRANCHI LE CAP DES 2OOO COLLABORATEURS AU PREMIER SEMESTRE 2018.

Moovijob, acteur incontournable du recrute-

S’IL EXISTE DES DIFFICULTÉS À RECRUTER DES PROFILS IT AU GRAND-DUCHÉ, NOUS RESTONS COMPÉTITIFS AU NIVEAU EUROPÉEN

ment au Luxembourg, a organisé un événement 100% luxembourgeois sur la place Vendôme, située en plein cœur de Paris. 32 sociétés luxembourgeoises  ont ainsi pu rencontrer  450 profils  des métiers de l’informatique, de la finance et du droit.

Eric Busch commente les résultats d’une enquête menée par Nexten.io dont l’objectif était de mesurer l’attractivité de différentes places internationales pour les développeurs. Sur le critère du salaire offert aux talents, Luxembourg se classe en 12e position parmi les 28 villes les plus attractives reprises dans l’enquête.

15


ACTUALITÉS

ITNATION | ÉTÉ 2O18

LUXEMBOURG REGTECH CUTTING FINANCIAL SERVICES COSTS WITH

ITNATION | ÉTÉ 2O18

Globally the punishment can be spectacular.

TRANSACTIONS AND POTENTIAL FRAUD

For example, the California-based subsidia-

Banks must also keep an eye on “suspicious tran-

ry of Coöperatieve Rabobank was hit with a

sactions”. Any bank transfer over €15,000 must be

$368.7 million fine in February this year for

reported immediately to the Luxembourg public

laundering Mexican drug cartel money. Thus

prosecutor’s financial intelligence unit. This can

AI AND DATA

it is no surprise that the industry is willing to

be a one-off transfer, or multiple smaller transac-

throw substantial resources at the problem

tions to the same beneficiary. Failure to comply

short term. However, AI is the long-term ef-

can result in a fine of up to €1.25m. It can be tricky

ficient solution.

to spot these movements using pre-programmed

Ideally financial services would be cheap and quick to use. However this is a complex business, made more so by regulation. Regulatory Technology, or RegTech, focuses on technologies like Artificial Intelligence (AI) and Machine Learning that offer a way forward. Cutting-edge research and development work by LOGOS IT Services integrated into their iDETECT platform is a practical example of progress being made in Luxembourg.

“We conducted experiments in our lab on the

the risk of reputational damage to the country.

3OO% MORE EFFICIENT

systems, so often a safety-first attitude is adopted and this can generate substantial false positives and thus costly human intervention.

Machine Learning KYC solution iDETECT we are perfecting, and saw an improvement in ac-

So far most transaction monitoring system have

curacy by a factor of three,” explained Holger

used a finely tuned set of fixed rules, often which

Pletsch, Head of Research and Development at

the capabilities to manually update these rules.

LOGOS IT Services. “This is significant because

“The AI in iDETECT is able to spot and dyna-

every false positive adds cost as it requires hu-

mically learn transactional patterns of clients

man intervention, and it reduces service quality

and thus can adjust the rules dynamically to

as processing times are slowed,” he added.

massively reduce false alerts” noted Mr Pletsch.

They made this breakthrough by improving the

A common example is when businesses pay sa-

accuracy which fuzzy name matches and non-

laries, with some systems failing repeatedly to

There’s growing consumer dissatisfaction with

client databases in near real time. But the

matches are identified. “We did this by com-

recognise the benign nature of these payments.

the cost and slow response times in the financial

names found in client databases often feature

bining the best features of existing complemen-

The system also keeps an eye out of unusual

services sector. The industry understands these

inaccuracies such as typos, and are often in

tary algorithms with novel features via Machine

activity and conducts AI-enhanced economic

frustrations but they have many constraints. One

non-standardised formats.

Learning, and then making further advances” he

profiling to detect suspicious transactions which

explained. “The great advantage of AI systems is

might be fraudulent.

of the global responses to the September 11th 2001 terrorist attacks was a series of efforts to

A particular challenge is that there are no glo-

that they don’t keep making the same mistakes

exclude terrorists and other criminals from using

bally accepted rules for transscription from

time and time again,” he added.

the financial system. So called “know-your-cus-

words written using Chinese, Cyrillic, Ara-

tomer” (KYC) rules have been successful in pre-

bic, Taiwanese etc. characters. For example,

Until now system designers have typically em-

data scientists. Hence LOGOS’ partnership with

venting criminals using standard banking, invest-

someone with British, Chinese and Egyptian

ployed logics that score the syntactical match

the University of Luxembourg’s internationally

ment and insurance products. But this is a costly

heritage might have their name written “Mo-

between names and hard-coded thresholds for

respected Interdisciplinary Centre for Security,

process. Perfecting solutions is a major challenge

hammed Lee-Smith”, “Li-Smyth, Muhamet”,

above which names are considered as matching

Reliability and Trust (SnT). Working with SnT

for practical data scientists and financial techno-

“Mohammed Leesmith”, and so on. Searching

into the system. What makes iDETECT different

teams helps them make the theoretical and ap-

logy companies.

for company names can be harder still as

is how its AI capabilities scan datasets to spot

plied research breakthroughs that are needed to

there is even less standardisation.

patterns and then automatically learn a model

drive out financial sector inefficiencies.

CREATING CLARITY

This cutting edge research and development work requires the support of motivated, quality

for improved fuzzy name matching. To capture

The fight against money laundering, terror

What’s more, there’s no room for error. Nine

the globally different structures of names, eth-

This is important work, as the sector strives to

financing and sanctioned individuals is based

Luxembourg banks and investment firms

nicity awareness has also been built into the

retain the trust and loyalty of clients in an ever-

on lists of millions of names of individuals

were fined and publically named last year by

system. “It calculates the most probable origin

more competitive market. The new AI capabili-

and companies that financial companies must

the local regulator the CSSF for having failed

of a name, and then applies specific rules for

ties of the iDETECT platform further enhance its

not deal with. Yet even if these extensive,

to apply anti money-laundering rules. The su-

this particularity previously learned from similar

innovation leading position, with the new com-

ever changing lists were accurately com-

pervisor has warned the industry that it will

data,” Mr Pletsch explained. This further boosts

mercial release version due for the fourth quarter

plied it would be tricky to check them against

continue to take a tough line, not least due to

performance and response times.

of this year.

16

ACTUALITÉS

Dr. Holger Pletsch Head of Research and Development I iDETECT

17


RETOUR D'EXPÉRIENCE

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

TRANSFORMATION

DIGITALE À TOUS LES ÉTAGES POUR KBL EPB

Au cours des dernières années, KBL European Private Bankers a franchi un cap fondateur pour assurer sa performance digitale en réalisant plusieurs projets clés. La banque privée a en effet redéfini sa plateforme-métier en déployant la solution BPO du groupe Lombard Odier et en mettant en place, en partenariat avec EBRC, une nouvelle infrastructure technologique dans deux nouveaux Data Centres. Un alignement des enjeux parfaitement réussi pour établir un socle numérique pour demain.

La stratégie menée par KBL European Private

à migrer ses activités vers la nouvelle plateforme

Bankers (KBL epb) est concentrée sur le posi-

de services financiers. Elle a été rejointe la même

tionnement du groupe comme un réseau eu-

année par KBL Richelieu et enfin en juillet dernier,

ropéen de banques, partenaire de confiance

par KBL European Private Bankers à Luxembourg.

de clients privés. Dans un contexte d’inter-

Le déploiement du nouveau système se poursui-

nationalisation des activités de gestion et de

vra auprès des autres filiales du groupe. L’ancre

transmission du patrimoine privé, les banques

est levée.

de gestion de fortune font face à quantité de défis et d’opportunités à saisir. La performance

BARRE À TRIBORD

opérationnelle joue un rôle clé pour libérer les

En parallèle, la banque a entrepris un virage stra-

ambitions soutenues par une proximité toujours

tégique pour se doter également d’une plate-

plus grande avec le client. Ainsi, les plateformes

forme technologique state-of-the-art, dans un

EBRC, LE PARTENAIRE DE VOTRE TRANSFORMATION IT

digitales sont rapidement devenues indispen-

alignement parfait des enjeux et des timings.

Faire du Digital un atout pour relever

sables pour établir cette relation de confiance

« Nous avons repensé complètement la manière

de nouveaux défis business et gagner

entre les banquiers privés et leurs clients.

dont nous organisions notre activité de hub de

en agilité. Renforcer la sécurité IT,

services pour nos filiales », explique Éric Man-

pour atteindre le meilleur niveau de

Cette ambition, le groupe KBL epb l’a mise en

suy, Group Head of IT & Operations de KBL epb.

cyber-résilience avec les experts cer-

oeuvre courant 2017 en franchissant plusieurs

Aujourd’hui, technologie et opération business

tifiés d’EBRC. Accéder à la gamme de

étapes clés. La banque a accéléré son position-

constituent ensemble les solides fondations du

services intégrés EBRC Trusted Services

nement géographique en développant l’activi-

futur de la banque.

Europe disposant des garanties règle-

té de ses filiales, à Luxembourg et ailleurs en

fort, la boutique néerlandaise, rejointe à l’au-

LE DATA CENTRE, AU CŒUR DU DISPOSITIF DE L’AMÉLIORATION CONTINUE

tomne par sa compatriote Theodoor Gilissen

En 2014, un constat s’est imposé à la banque :

Bankiers dans la nouvelle entité InsingerGilissen.

pour maintenir un niveau de fiabilité et de sécu-

Plus tard, un accord préliminaire, soumis à l’ac-

rité élevés, les investissements à réaliser à moyen

cord des autorités de contrôle, a été conclu avec

terme dans ses propres infrastructures de centres

la Société Générale de Banque du Liban pour la

de données étaient conséquents. Appuyé par un

cession de KBL Richelieu (France) et KBL Monaco

audit de situation réalisé par les services experts

Private Bankers.

d’APL, KBL epb consulte le marché afin de conso-

Europe. Début 2017 a ainsi été marqué par l’entrée dans la famille KBL epb d’Insinger de Beau-

18

mentaire (PSF), des certifications métiers (PCI DSS) tout comme des normes internationales ISO27001 et ISO20000 en toute simplicité.

lider son activité Data Centre auprès d’un leader Dans un contexte mouvant pour les affaires,

du marché, tout en bénéficiant d’une large op-

l’industrie financière absorbe quant à elle

timisation de l’espace alloué. Au terme du pro-

toujours autant de bouleversements régle-

cessus de RFP, c’est le spécialiste de la gestion

mentaires, technologiques et générationnels.

des informations sensibles EBRC – European Bu-

Le groupe KBL epb a anticipé une partie de ces

siness Reliance Centre -, expert en exploitation et

étapes importantes, en s’adossant à une nou-

opération de Data Centres certifiés Tier IV, qui est

CERTIFICATION TIER IV FACILITY

velle plateforme informatique, G2, consommée

choisi pour accompagner la banque dans la mise

Depuis 2000, EBRC délivre à ses clients

en tant que service BPO auprès de TBI Europe,

en place de la nouvelle infrastructure de centre

100% de disponibilité dans ses Data

filiale du banquier privé suisse Lombard Odier.

de données. La feuille de route est claire. Pour

Centres certifiés Tier IV Facility & De-

Une première du genre pour un groupe de cette

Yves Reding, CEO d’EBRC : « La transformation

sign. Décernée par l'Uptime Institute,

stature à Luxembourg !

d’une infrastructure digitale d’une banque

cette certification définit la sécurité op-

constitue toujours un exercice particulière-

timale des infrastructures IT et garantit

UNE NOUVELLE ROUTE Eric Mansuy Group Head of IT & Operations I KBL epb

RETOUR D'EXPÉRIENCE

ment délicat et complexe. Car l’activité ban-

99,995% de disponibilité, soit moins de

En janvier 2016, la Banque Puilaetco Dewaay

caire repose entièrement sur l’IT et ne peut

26 minutes d’arrêt cumulé par an.

Luxembourg a été la première filiale du groupe

tolérer aucune interruption de service. Nous

19


RETOUR D'EXPÉRIENCE

ITNATION | ÉTÉ 2O18

sommes très heureux d’avoir pu contribuer,

de son mainframe. Sans place pour Legacy

c’est très certainement le climat de confiance

vergure qui ne se produit souvent qu’une seule

la ligne directrice poursuivie et jamais déviée

avec l’appui de nos partenaires, à la réussite

dans le nouveau Data Centre, le colossal robot

que les équipes ont construit et démontré à

fois dans une carrière.

dans la durée. Même au terme des six phases

de ce projet de transformation IT qui permet

d’archives du passé a dû lui aussi être désenga-

tous les niveaux par leur professionnalisme qui

à notre client KBL de prendre un nouvel élan

gé. Des challenges supplémentaires, qui, mis

a été la clé du succès. « Ce projet a bénéficié

La minutie est un joli défaut dans ce type de

les deux Data Centres de la banque, aucune re-

dans son cœur de métier. »

bout à bout, peuvent créer une situation de

de la motivation de chacun. C’est la constance

projet complexe. Les équipes ont bénéficié

lâche n’était permise et n’a été à déplorer.

conflit d’intérêts entre des projets tous straté-

dans le langage et la maîtrise dans l’exécution

du temps nécessaire en amont afin de parer

giques, pris dans leur individualité.

qui l’ont forgée. Les écueils ont toujours été

à chaque imprévu. « Nous avons trouvé dans

« Le point le plus remarquable de ce projet est

résolus dans une optique de recherche de ré-

nos partenaires une véritable expertise et nous

que nous nous en sommes tenus à la stratégie

TOUTES VOILES DEHORS Plus qu’une relocalisation de centres de don-

Yves Reding CEO I EBRC

RETOUR D'EXPÉRIENCE

ITNATION | ÉTÉ 2O18

de déménagement nécessaires pour relocaliser

nées, la banque veut aussi réaliser un saut tech-

D’une part, c’est le soutien infaillible du Comi-

sultats et je suis persuadé que l’alchimie entre

n’avons jamais été laissés à l’abandon avec

issue de nos réflexions de 2014. Nous n’avons

nologique. Les analyses des équipes KBL epb,

té Exécutif et la transparence du projet qui ont

les équipes y est pour beaucoup », note Éric

une question ouverte. Chaque point a été levé

pas dévié d’un iota sur l’ambition. Nos exi-

EBRC et de leurs partenaires le démontrent : le

permis de donner le rationnel nécessaire à une

Mansuy. Dans les équipes de la banque, on est

et détaillé avec soin. », se félicite Éric Mansuy.

gences étaient connues : aucune perturbation

rajeunissement des systèmes de serveurs, de ré-

telle concordance de projets. Mais d’autre part,

fier d’avoir réalisé avec succès un projet d’en-

ne devait être ressentie sur le projet BPO par le

seaux et de stockage peut prendre ses quartiers

MAINTENIR LE CAP

directement dans les nouveaux Data Centres.

Une des qualités de l’action d’EBRC et de son

« Du neuf dans du neuf  », sourit Éric Mansuy.

partenaire Anidris qui l’a accompagné auprès de

KBL epb dispose bien plus que d’une nouvelle

Il s’agit donc d’implémenter les nouveaux équi-

KBL epb, a été cette constance et cette rigueur

infrastructure de Data Centres à l’issue de ce

pements dans les nouvelles salles dédiées à KBL

essentielles au projet. « Si c’était à refaire, nous

projet. Le groupe est mieux armé encore pour

epb. « À un moment donné, quatre centres

repartirions sans hésiter avec les mêmes parte-

relever les opportunités du digital et faire

de données étaient interconnectés : les deux

naires. », affirme le Group Head of IT & Opera-

rayonner l’image de la banque privée au cœur

centres historiques de KBL epb et les deux

tions de KBL epb. La force démontrée a été dans

de l’Europe.

projet technologique. », se félicite Éric Mansuy.

nouveaux sites Tier IV d’EBRC. », relate Eric Mansuy. Cette solution a offert une latitude bien plus grande dans le projet de relocalisation des

LA TRANSFORMATION D’UNE INFRASTRUCTURE DIGITALE D’UNE BANQUE CONSTITUE TOUJOURS UN EXERCICE PARTICULIÈREMENT DÉLICAT ET COMPLEXE.

infrastructures. Les coûts associés ont été particulièrement maîtrisés puisqu’ils ont été inclus dès le plan-projet et renforcés par la souplesse

KBL EPB, UN SAVOIR-FAIRE MADE IN LUXEMBOURG

du modèle offerte par EBRC.

L’an prochain, la banque célèbrera 70 ans de présence au Grand-Duché. Elue meilleure banque privée au Luxembourg pour la deuxième année consécutive lors des PWM/The Banker Global Private Banking

« Nous avons étudié ensemble plusieurs al-

Awards 2017, KBL epb fait partie des meilleurs groupes de banques privées en Europe récompensés lors

ternatives pour le Tech-Refresh », développe

des derniers Private Banker International Global Wealth Award. Avec le soutien de son actionnaire de ré-

Éric Mansuy. « Nous avons assuré l’équilibre

férence Precision Capital, KBL epb s’inscrit durablement dans le paysage de banques privées de premier

entre notre ambition, les bénéfices inhérents

plan en Europe.

à l’introduction de nouvelles technologies et la volonté de maîtriser les risques du projet.

Brown Shipley (UK), Merck Finck (DE), KBL España (ES), Puilaetco Dewaay Luxembourg (LU), Puilaetco

Nous donc avons adopté une démarche pru-

Dewaay Belgium (BE), InsingerGilissen (NL) et KBL European Private Bankers (LU) sont des filiales du groupe

dente combinant déménagement physique et

KBL European Private Bankers basé au Luxembourg. KBL Monaco et KBL Richelieu devraient rejoindre le

ré-engineering partiel de la plateforme tech-

groupe SGBL en 2018.

nologique. Aujourd’hui, les faits nous donnent raison  : les opportunités technologiques sont

Le Group CEO de KBL epb, Peter Vandekerckhove, le reconnaît : « En cette période de mutation tech-

encore plus riches, notamment avec l’émer-

nologique, de nouvelles tendances sociétales et de consolidation continue, KBL epb se trouve au cœur

gence des services cloud. »

d’une transformation organisationnelle profonde et positive ». Et de confirmer : « Assurer l’adéquation

ADIEU LEGACY Les défis soulevés par le projet de migration de

technologique en priorisant les investissements dans des domaines importants aux yeux des clients pour leur proposer une expérience fluide et hybride, tout en intégrant également le numérique aux activités internes », est l’un des cinq piliers de la croissance à long terme. Voilà KBL epb parée pour l’avenir…

centres de calcul pour KBL epb ont été néanmoins nombreux. Dans son design-cible, la banque a assuré également le désengagement

20

21


ACTUALITÉS

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ACTUALITÉS

ITNATION | ÉTÉ 2O18

POST DÉPLOIE UN LARGE ÉVENTAIL DE

SOLUTIONS

IOT

Faire parler des objets pour offrir à l’entreprise des gains conséquents d’efficacité. C’est la volonté que poursuit POST Luxembourg en investissant depuis deux ans dans le domaine de l’Internet des Objets (IoT). Aujourd’hui, l’entreprise dispose d’un beau portefeuille de solutions et c’est toute une équipe qui se tient à l’écoute des acteurs du marché pour envisager avec eux de nouvelles opportunités.

Opérateur de télécommunications historique d’une part, acteur incontournable de l’IT d’autre part, POST Luxembourg est naturellement devenu un acteur dans l’Internet des objets. Depuis deux ans, le groupe investit dans le développement de solutions innovantes pour connecter et gérer des objets. Peu le savent, mais l’opérateur luxembourgeois équipe en cartes SIM M2M 1,3 millions de voitures, garantissant aux constructeurs la meilleure couverture réseau européenne pour connecter les véhicules.

UN RÉSEAU NATIONAL DÉDIÉ AUX OBJETS CONNECTÉS « Mais la connectivité cellulaire, avec carte SIM, n’est qu’une brique des solutions que nous proposons au marché dans le domaine de l’IoT, commente Laurent Rapin, IoT Evangelist au sein de POST. Il y a 2 ans, nous avons déployé avec notre partenaire RMS.lu le réseau SIGFOX, présent dans plus de 30 pays, à l’échelle du territoire national. Il s’agit d’un réseau radio-fréquence, peu énergivore pour les objets connectés, et donc entièrement dédié à l’IoT. Pour Luxembourg, nous avons installé une quarantaine d’antennes couvrant largement le pays.  ». À partir d’une telle infrastructure, il est possible de faire parler de nombreux objets, comme des capteurs de température ou d’humidité, d’autres capables d’indiquer si une porte est fermée ou ouverte, ou de transmettre des coordonnées GPS.

MIEUX GÉRER L’INFORMATION Les possibilités de faire communiquer les objets – du réseau SIGFOX à la connectivité cellulaire 2G, 3G, 4G bientôt NB-IoT, en passant par des réseaux filaires ou encore la technologie Bluetooth – sont nombreuses. Et il appartient désormais aux entreprises d’en tirer profit. « À cette fin, nous avons complété cette infrastructure il y a un an en mettant en œuvre une plateforme Laurent Rapin IoT Evangelist I POST Telecom Luxembourg

22

IoT, appelée “Cumulocity“, qui permet à nos clients d’agréger les messages reçus des objets,

23


ACTUALITÉS

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

afin d’obtenir une information à valeur ajou-

le recours à des solutions IoT doit permettre

manière d’assurer un conducteur que d’autres

tée, et de pouvoir gérer à distances tous leurs

d’optimiser le ROI. » Autre exemple, le contrôle

acteurs refusent désormais de couvrir.

éléments. Ainsi une organisation peut profiter

de la température dans un rack serveur peut

d’outils de traitement et de visualisation de la

permettre de détecter rapidement si une porte

CRÉER DE L’INTELLIGENCE

donnée, établir des mécanismes d’alerte ou

a été mal fermée avec le risque de surchauffe

Mettre l’IoT au service du business implique

encore mettre en place des processus auto-

que cela entraine. « De cette manière, on évite

de bien comprendre les enjeux du métier. « Le

matisés. » Il est par exemple possible de suivre

des risques de panne. » Dans l’industrie, où les

potentiel derrière la technologie est considé-

la consommation d’une installation, de garder

processus et les produits doivent être contrô-

rable. Tous les métiers sont concernés. L’enjeu,

un œil sur l’évolution des températures d’un

lés avec rigueur au risque d’entrainer une perte

aujourd’hui, est de faire prendre conscience

camion réfrigéré pour garantir le respect de la

de production ou des défauts de fabrication,

aux acteurs du marché des possibilités offertes.

chaîne du froid dans le transport d’aliments, ou

l’IoT prendra de plus en plus de place à l’avenir.

Donner la capacité à des objets d’envoyer de la

encore d’établir des alertes en cas d’évolution

donnée permet d’éviter d’avoir à effectuer des

d’eau que lorsque l’on reçoit la facture avec un

AU SERVICE DE L’ÉCOLOGIE ET DE LA RESPONSABILITÉ SOCIALE DES ENTREPRISES

montant à payer anormalement élevé. Connec-

En parallèle, POST déploie également des cap-

colter. Il appartient aux entreprises d’envisager

ter un compteur en mettant en place une alerte

teurs permettant de surveiller le niveau d’eau des

comment créer de l’intelligence au départ de la

automatique permet, dans ce cas de figure, de

rivières, la pluviométrie, l’infiltration dans le sol,

donnée qui peut désormais être très facilement

détecter le problème sans délais et d’éviter les

afin d’évaluer plus en amont la survenue de crues,

transmise », insiste Laurent Rapin.

mauvaises surprises », poursuit Laurent Rapin.

malheureusement de plus en plus courantes avec

anormale d’un indicateur. « Il arrive que l’on ne se rende compte de l’existence d’une fuite

relevés manuels, c’est une chose. Cependant, la vraie valeur ajoutée se trouve dans l’exploitation des nouvelles données que l’on peut ré-

les changements climatiques. POST va même

« Nous adoptons systématiquement une dé-

jusqu’à équiper ses propres ruches de capteur de

marche de partenariat avec nos clients dans

POST a développé plusieurs solutions répon-

poids et de mouvement afin d’aider ses apiculteurs

tous nos projets IoT car si nous connaissons la

dant aux besoins du marché. Parmi elles, un

à maitriser à quel moment ils doivent récolter le

technologie, ils connaissent leur métier et les

Smart Parking qui permet de détecter, grâce à

miel, et s’assurer que la ruche n’a pas été malen-

bienfaits qu’ils peuvent retirer de l’IoT. Finale-

des capteurs ou des caméras, si les places sont

contreusement percutée par un animal.

ment, nous sommes passés de Telecom Provi-

DES SOLUTIONS DÉDIÉES

occupées ou non. Ou encore une solution d’une salle de réunion, dans la perspective de

VERS DE NOUVEAUX MODÈLES BUSINESS

mieux utiliser l’espace ou de garantir la sécu-

L’IoT, avec une gestion qualitative de l’infor-

rité des bâtiments. « Il existe aussi différentes

mation récoltée, ouvre de nombreuses autres

solutions de comptage outdoor. Dans la me-

perspectives. Avec une intégration des don-

sure où quasiment tout le monde dispose d’un

nées au niveau back-end de l’entreprise, il est

smartphone, on utilise la connectivité des an-

possible de développer des modèles plus so-

tennes GSM pour évaluer la population à un en-

phistiqués. « Un assureur, par exemple, peut ré-

droit donné ou encore rendre compte des flux

colter les données GPS d’un de ses clients auto-

de personnes en rue », explique Laurent Rapin.

mobilistes et développer une analyse fine de sa

La gestion des immeubles peut aussi être amé-

conduite en tenant compte de sa vitesse, ses ac-

liorée grâce à des solutions IoT. « Les objets

célérations et freinages, de l’heure à laquelle il

connectés permettent aussi d’effectuer de l’as-

roule. Il peut coupler ces données avec d’autres

set tracking. En plaçant des émetteurs sur des

informations récoltées par ailleurs, comme les

engins électro-mécaniques, par exemple, on

conditions météorologiques. De cette manière,

s’assure de les retrouver plus rapidement. Une

il est en mesure d’établir un score de conduite

telle fonction permet de gagner beaucoup de

et évaluer un niveau de risque de sinistralité »,

temps sur les chantiers, où les ouvriers peuvent

explique Laurent Rapin. Derrière, il pourra

parfois passer plusieurs minutes à chercher le

proposer des primes plus avantageuses aux

bon outil, poursuit l’expert. Dans l’ensemble,

bons conducteurs ou envisager la meilleure

qui permet de compter les personnes au sein

24

ACTUALITÉS

der à Data Provider. » conclut Laurent Rapin.

25 SEPTEMBRE 2O18

POST Luxembourg proposera un événement exceptionnel dédié à l’IoT et aux possibilités que la technologie offre aux entreprises. Plusieurs cas d’usage y seront notamment proposés et les entreprises pourront y entendre plusieurs speakers qui auront pour mission de les ouvrir sur l’avenir.

25


ACTUALITÉS

ITNATION | ÉTÉ 2O18

iKe ACCOMPAGNE LE DÉVELOPPEMENT DE nexten.io Au printemps dernier était lancée la plateforme Nexten.io, entièrement dédiée au recrutement de talents dans le domaine technologique. La société iKe Solutions, spécialisée dans l’accompagnement de ses clients et la livraison de solutions IT, a largement participé à sa mise en œuvre. Elle contribue de cette manière à relever le défi de l’acquisition des talents digitaux au Luxembourg.

26

périence différente », commente Brice Bernard.

TECHNOLOGIES DE POINTE, APPLICATIONS INNOVANTES

Project Development Leader et Consultant chez

Ludovic Cordier, arrivé sur le projet alors qu’il était

travers desquels il est possible de valider des com-

iKe, ce développeur expérimenté a été invité à

stagiaire chez iKe, est désormais salarié au sein de

pétences sur des technologies particulières, de

prendre part au projet en octobre dernier. « Le

nexten.io. Le développement de la plateforme lui a

manière indépendante. Les utilisateurs peuvent

défi était de concrétiser la vision d’Eric Busch,

permis d’acquérir de nombreuses compétences en

donc s’autoévaluer vis-à-vis de la communauté et

fondateur et CEO de nexten.io, en développant

quelques mois. « J’ai eu la chance de travailler sur

les recruteurs s’appuyer sur des critères de com-

une plateforme d’un genre nouveau, explique-

des technologies parmi les plus récentes, en ap-

paraison communs. Ces formulaires d’évaluation

t-il. Au-delà de l’idée générale, nous avons

prenant chaque jour auprès de consultants seniors

sont appelés à se multiplier.

commencé à envisager le projet en détail, en

eux aussi impliqués sur le projet », commente-t-

travaillant en mode agile. » L’équipe de dévelop-

il. nexten.io a notamment recours à TypeScript,

pement a mis en œuvre une nouvelle approche

qui garantit la qualité du code utilisé et facilite sa

DE NOMBREUSES ÉVOLUTIONS ATTENDUES

et imaginé les fonctionnalités permettant de faci-

manipulation. Au niveau du front, l’équipe de dé-

La plateforme, lancée il y a quelques semaines,

liter la communication entre les candidats déve-

veloppement travaille avec ReactJS, bibliothèque

est appelée à évoluer. « Les sprints se succèdent,

loppeurs et les professionnels désireux de renfor-

JavaScript développée par Facebook et facilitant

assure Brice Bernard. Le premier enjeu est de

cer leurs équipes. « Le défi est de permettre à tous

la création d’applications web. nexten.io s’appuie

fluidifier la communication et la relation entre les

nos utilisateurs d’interagir le plus simplement,

aussi sur la technologie GraphQL, permettant une

utilisateurs, mais aussi d’améliorer le matching

quel que soit le device qu’ils utilisent, où qu’ils

gestion dynamique et souple des données en lien

entre candidats et recruteurs, avec un traite-

soient » poursuit Brice Bernard. A travers la plate-

avec les besoins propres à la solution. « Ces outils,

ment de la donnée toujours plus dynamique. On

forme, les uns et les autres peuvent facilement

méthodes et langages récents nous offrent beau-

pourrait imaginer, demain, avoir des suggestions

échanger par chat. Les coaches de nexten.io,

coup de liberté tout en nous permettant de propo-

de mises en relation tenant compte de divers

quant à eux, veillent à fluidifier les relations.

ser une expérience unique. Pour tout développeur,

critères, comme peuvent le faire les réseaux so-

c’est vraiment intéressant de pouvoir s’impliquer

ciaux. De cette manière, il est possible de faire se

sur un tel projet d’un point de vue technique. La

rencontrer des acteurs qui partagent des intérêts

marché, avec la volonté de leur proposer une ex-

DÉVELOPPER POUR LES DÉVELOPPEURS

disposer », poursuit Brice Bernard.  Par exemple, la plateforme intègre des outils d’évaluation au

plateforme dans son ensemble, ses fonctionnali-

communs. Au-delà des échanges, nous avons

On imagine aisément le défi que représente le

tés, le but qu’elle poursuit nous concernent aussi

notamment pour projet d’offrir à moyen terme

développement d’une plateforme dédiée aux dé-

évidemment. Nous avons la possibilité de concré-

des solutions de communication vidéo entre

Le défi du recrutement des talents dans le digi-

veloppeurs, ceux-ci étant naturellement attentifs

tiser à travers elle des outils dont nous aimerions

candidats et recruteurs. »

tal au Luxembourg, comme partout en Europe,

à la qualité de l’interface. « De manière générale,

est complexe à relever. La plateforme nexten.io

la communauté est bienveillante, tempère Ludo-

s’y emploie pourtant avec enthousiasme en

vic Cordier, Développeur Junior chez nexten.io.

explorant des voies alternatives à celles habi-

« Par leurs compétences et connaissances ap-

tuellement utilisées par les recruteurs. Avec la

profondies, nos utilisateurs nous aident à amélio-

volonté de mieux répondre aux attentes des

rer continuellement la plateforme et le service. »

développeurs et profils techniques, la plate-

Au-delà, toutefois, l’équipe de développement

forme veut directement mettre en relation des

de la solution nexten.io veille à garantir un outil

candidats « Tech » avec des recruteurs « Tech »,

de qualité, mettant en œuvre les technologies les

comme des CTO ou des Leaders Techniques,

plus récentes. « Un tel service implique d’abord

pour permettre d’échanger plus facilement sur

une vigilance importante vis-à-vis de tout ce qui

des sujets qui les concernent.

concerne la sécurité et la protection des don-

CONCRÉTISER LA VISION

Brice BERNARD Tech Lead I nexten.io

ACTUALITÉS

ITNATION | ÉTÉ 2O18

nées, poursuit Ludovic Cordier. L’expérience utilisateur proposée est évidemment importante.

Lancé au printemps dernier, le service s’appuie

Nous sommes soucieux de la convivialité de la

sur une plateforme développée avec le soutien

plateforme et veillons à la faire évoluer en per-

de la société iKe. « Une réflexion a été menée sur

manence pour répondre aux attentes exprimées.

les attentes des candidats développeurs, dont

C’est sur ces éléments que nous travaillons

les compétences sont très recherchées sur le

désormais principalement. »

Ludovic CORDIER Web Developer I nexten.io

27


DOSSIER I BLOCKCHAIN

LE GRAND

DOSSIER

BLOCK chain 28

Explorer la technologie blockchain et ses possibilités On prédit une révolution au moins aussi importante que ne l’a été le déploiement de l’Internet. La blockchain et les possibilités qu’elle offre devrait bousculer nos habitudes et, surtout, les hiérarchies autour desquelles sont actuellement organisées nos sociétés. Cette technologie redéfinit les conditions qui fondent aujourd’hui la confiance, permettant notamment de procéder à des transactions entre parfaits inconnus, avec toutes les garanties requises et sans intermédiaire neutre. En ouvrant la voie à l’exécution automatique des contrats, elle permet aussi à de nombreux acteurs de repenser leur écosystème et même leur business model. Si le Luxembourg veut faire partie du jeu, il est essentiel que les différentes composantes de la société investissent dès à présent dans la technologie, pour contribuer à la création d’un nouveau monde.

29


DOSSIER I BLOCKCHAIN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

DOSSIER I BLOCKCHAIN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

La blockchain a été popularisée avec le bitcoin,

tique d’une transaction une fois les conditions

la première application fondée sur cette tech-

réunies.

nologie nouvelle et particulièrement disruptive. Au cours des derniers mois, l’émergence des

Ce dossier constitue une entrée en matière. Une

crypto-monnaies a suscité beaucoup d’en-

invitation à explorer cette technologie dont on

gouement et de très nombreux commentaires.

parle tant mais dont on peine encore à définir

La blockchain, qui s’apparente à une base de

les contours.

données distribuée entre une multitude d’acteurs et dans laquelle est inscrit l’historique des

La blockchain est de mieux en mieux comprise

transactions effectuées à travers elle, ouvre en

et appréhendée. Et ils sont désormais nom-

effet de nombreuses nouvelles perspectives. Sa

breux, de par le monde, à y investir massivement.

structure et les règles associées à son utilisation,

Le moment est encore à l’exploration des possi-

comme l’immuabilité des informations stockées

bilités offertes par la technologie. Toutefois, les

ou encore le consensus nécessaire pour valider

initiatives se multiplient et le Luxembourg, s’il

toute transaction, sont de nature à rendre obso-

veut ne pas louper ce train – mais peut-il seule-

lètes de nombreuses fonctions aujourd’hui inhé-

ment se le permettre ? –, doit désormais investir

rentes à la bonne marche de nos sociétés.

dans cette technologie. Il est essentiel que les acteurs de l’économie, et plus largement de la

Si une information à l’authenticité garantie peut

société, commencent à envisager de nouvelles

être partagée entre une multitude d’acteurs, la

manières de mener leurs activités au départ de

fonction d’auditeur par exemple, dont l’objet

cette technologie.

est justement de vérifier l’information, peut être

it-sa showcases trends and innovations in the IT security sector and offers expert lectures.

Get your free ticket now!

considérée comme menacée. L’administration

L’industrie des fonds d’investissement, pilier

publique, pour sa part, peut dès à présent ima-

essentiel de l’économie nationale, n’est pas

giner un monde où le contrôle fiscal n’a plus

en reste. Deux initiatives, FundChain et Funds-

lieu d’être et, mieux, où les paiements, une fois

DLT, visent à faire monter tout un écosystème

dus, sont automatiquement exécutés. Dans l’en-

d’acteurs dans la blockchain pour améliorer

semble, des coûts administratifs astronomiques

considérablement la distribution des produits

pourraient être considérablement réduits grâce

d’investissement. Infrachain est une autre ini-

à un usage optimal de cette technologie.

tiative intéressante qui vise la création d’une infrastructure supportant le développement de

Au départ de la blockchain, les relations contrac-

blockchains semi-privées au niveau européen.

tuelles peuvent être intégralement repensées.

De nouvelles formes de gouvernance se des-

Comme nous l’expliquerons dans les pages qui

sinent donc à large échelle.

suivent, impossible de déroger à un accord une fois celui-ci inscrit au cœur de la base de don-

On sait dès à présent que des secteurs entiers,

nées décentralisée. Le smart contract qui lui est

comme la logistique et le commerce, l’assu-

associé permet, quant à lui, l’exécution automa-

rance, la banque, l’immobilier, voire même l’art,

UNE RÉVOLUTION Nuremberg, Germany 30 9 -11 October 2018

it-sa.de/en

seront impactés par l’émergence de cette technologie. Bien sûr, de nombreux défis se posent encore aujourd’hui. Cependant, il n’est jamais trop tôt pour se préparer à un changement d’une telle ampleur.


DOSSIER I BLOCKCHAIN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

DOSSIER I BLOCKCHAIN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

AVEC LA BLOCKCHAIN,

ENVISAGER LE MONDE SOUS UN JOUR NOUVEAU La blockchain est hype, cela ne fait aucun

avec divers partenaires en vue d’explorer les

de confiance envers la donnée ou des procé-

La réflexion que Fujitsu mène avec ses clients

possibilités offertes par la technologie mais aussi

dures partagées entre acteurs, en supprimant

s’inscrit dans une approche pragmatique, en

d’en apprécier les limites, explique Frederik De

le recours à des intermédiaires tiers. Désormais,

partant des problématiques business rencontrées

Breuck, responsable de ce nouveau centre. Cet

l’enjeu est d’identifier des use cases, en travail-

pour envisager très concrètement la mise en

investissement illustre l’engagement de notre

lant avec nos clients. Dans notre démarche, nous

œuvre du proof of concept (POC). « Nous prenons

groupe dans le développement de la blockchain

les invitons à considérer la technologie dans ses

les processus existants, les enjeux rencontrés,

et des autres formes de Distributed Ledger Tech-

différentes formes et voyons comment elle peut

pour passer l’ensemble au crible afin d’évaluer la

nologies. Au-delà des projets de recherche qui y

les aider à relever de nouveaux challenges. »

pertinence des applications envisagées, explique

sont menés, ce centre d’excellence nous permet

Frederik De Breuck. On s’interroge donc sur les

d’envisager avec nos clients européens, et notam-

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les

besoins, en matière de partage de la donnée,

ment ceux établis en Belgique et au Luxembourg,

possibilités sont nombreuses, quel que soit le

horodatée et immuable. On envisage la possibi-

la manière dont ces nouveaux concepts peuvent

secteur dans lequel on évolue. « La technologie

lité de garantir le respect de procédures a priori.

soutenir leur activité. »

permet d’envisager sous un jour nouveau les

Nous considérons les avantages, opérationnels

procédures existantes, la manière dont est par-

ou financiers au regard de l’investissement ou des

tagée l’information entre partenaires ou encore

risques, la pertinence d’une idée vis-à-vis d’un

avec laquelle sont organisés des écosystèmes

marché ou encore l’engagement des parties pre-

persuadés que la Distributed Ledger Techno-

« IDENTIFIER DE NOUVEAUX USE CASES »

logy va révolutionner le business et la société,

L’engouement autour de la blockchain est gran-

d’acteurs dans leur globalité », commente

nantes au cœur de l’entreprise. » Les aspects tech-

la grande majorité des organisations peine

dissant. Ses caractéristiques et atouts sont de

Cédric Jadoul.

niques, en vue de la mise en œuvre d’un projet

encore à l’appréhender. Fujitsu, à travers son

mieux en mieux compris. Toutefois, les dirigeants

tout nouveau EMEIA Blockchain Innovation

peinent encore à percevoir comment placer

Center, invite les entreprises à se poser les

cette technologie au service de leur business.

PARTIR DES PROBLÉMATIQUES BUSINESS

bonnes questions et à mieux envisager com-

Ils ont du mal à se projeter, à identifier les pro-

Les domaines d’applications sont nombreux.

doivent être repensés, explique Cédric Jadoul.

ment la technologie peut contribuer à créer

blématiques qu’une base de données distribuée,

Certains sont déjà connus, comme les mon-

Plus qu’un proof of concept, nous recherchons

de la valeur business.

gérée de manière transparente et dont le conte-

naies virtuelles, les transferts internationaux de

la proof of value. Il y a de nombreux facteurs à

nu ne peut être altéré, leur permettrait de dépas-

devises. Dans beaucoup d’autres secteurs, de

prendre en considération pour évaluer l’oppor-

ser. « Les Distributed Legder Technologies sont

nombreux projets voient le jour : asset mana-

tunité de se lancer dans une telle transformation,

« Comment et pourquoi devrions-nous recourir

différentes de tout ce qui est utilisé sur le marché

gement, contract management, insurance

tant les implications peuvent être nombreuses.

à la blockchain ou, plus largement, à la tech-

aujourd’hui, poursuit Frederik De Breuck. Elles

contract, trade financing, supply chain mana-

Mais l’enjeu premier est de bien apprécier la créa-

nologie de registre distribué dans le cadre de

viennent principalement répondre à des enjeux

gement, IoT, Identity Verification, Smart Grid…

tion de valeur au départ de tels projets. »

doute. Si la plupart des grands acteurs sont

s’appuyant sur la blockchain, ne représentent que 20 % du travail. « La vraie réflexion doit se mener autour des processus et du business model, qui

la transformation digitale de notre business ? C’est à partir de cette question que nous initions avec nos clients une réflexion autour des possibilités offertes par cette technologie disruptive, explique Cédric Jadoul, Head of Digital

DES PREMIÈRES APPLICATIONS TRÈS CONCRÈTES

Business Services au sein de Fujitsu Luxembourg.

Au départ de son nouveau centre d’excellence, Fujitsu a notamment mis au point un projet bap-

Car aujourd’hui, l’enjeu n’est pas d’appréhender

tisé InvoiceChain. Il s’agit d’une nouvelle solution de gestion des factures. « La technologie,

la blockchain d’un point de vue technique, mais

s’appuyant sur la blockchain et recourant à des algorithmes ainsi qu’à des smart contracts, nous

d’envisager comment créer de la valeur business

permet de rassembler les fournisseurs, les clients et les autorités au cœur d’un même écosys-

à travers elle. »

tème. L’objectif est de réduire le risque lié au retard ou au défaut de paiement, de limiter les coûts associés à la production de rapports et à la mise en conformité, vis-à-vis de l’interne comme de

EXPLORER LES POSSIBILITÉS

l’externe, explique Frederik De Breuck. L’outil permet de disposer de données en temps réel pour une meilleure prise de décision. »

Afin d’accompagner ses clients à travers la révolution que va soulever cette technologie, le groupe

Avec la Région bruxelloise, en outre, Fujitsu contribue à un projet de recherche visant à envisager

japonais a récemment ouvert un tout nouveau

les possibilités offertes par la blockchain dans le contexte des villes intelligentes.

centre d’excellence et d’innovation autour de Cédric Jadoul Digital Business Services I Fujitsu Luxembourg

32

la technologie blockchain à Bruxelles. « Notre volonté est de mener des projets de recherche

Frederik De Breuck Presales Director and Business Assurance BeLux I Fujitsu

33


DOSSIER I BLOCKCHAIN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

AVEC LA BLOCKCHAIN,

smart contract, qui fait loi. Un smart contract

LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE L’INDUSTRIE DES FONDS

Beaucoup d’idées reçues, non avérées, sont véhi-

est une fonction qui répond à la règle "If, Then".

Rapidement, Fundchain a démontré que la tech-

culées autour de cette technologie. Il est souvent

Autrement dit, si certaines conditions sont rem-

nologie avait sa place dans cet environnement.

rappelé que la blockchain, pour fonctionner,

plies, une tâche peut être exécutée automati-

Désormais, la volonté est de proposer des ser-

consomme beaucoup d’énergie. « Ce n’est pas

quement. Une fois la fonction inscrite dans la

vices plus efficients, comme du KYC partagé ou

forcément vrai. L’énergie consommée dépend

blockchain, impossible d’y déroger. Quand hier,

encore des fonctions d’agent de transfert, de

du protocole en place pour accepter la transac-

il fallait s’assurer que les réglementations soient

custody ou de distribution. « L’enjeu n’est pas

tion. Or, de nouvelles formes de blockchain, sui-

la blockchain, c’est que c’est le contrat, ou le

LE CONTRAT FAIT LOI

DOSSIER I BLOCKCHAIN PAS FORCÉMENT ÉNERGIVORE

bien respectées, désormais, on peut aujourd'hui

de remplacer les fonctions existantes mais, par

vant divers principes, permettent d’arriver à des

Pour Patrick Hennes, director au sein de PwC Luxembourg, il est important de mieux comprendre la

C’est le propre de toute nouvelle technologie :

avoir la garantie que les obligations des acteurs

exemple, d’automatiser des tâches d’exécution

consensus entre membres du réseau sans forcé-

blockchain pour en retirer tous les avantages. Les applications, à travers la possibilité d’exécution

elle prête à de nombreux amalgames. Trop sou-

parties prenantes à un accord soient respectées

pure, en garantissant un haut niveau de confiance

ment devoir consommer beaucoup d’énergie »,

automatique de contrats, sont nombreuses. Via le projet Fundchain, notamment, PwC et ses parte-

vent, on confond la technologie elle-même et les

préalablement. »

entre acteurs d’un même écosystème », poursuit

poursuit Patrick Hennes.

naires explorent les opportunités offertes par la technologie à l’industrie des fonds.

possibilités qu’elle offre avec les usages qui en sont faits. La blockchain a été popularisée parles

NIVEAU DE CONFIANCE ULTIME

crypto-monnaies et plus singulièrement par le Bitcoin. Elle ne peut toutefois pas se limiter à

Patrick Hennes. Derrière, il faut s’assurer d’une adoption large de ces solutions à l’échelle du

Le principe de proof of work est celui qui sou-

Un exemple vaut souvent mieux qu’un long dis-

marché. « La technologie révèlera tout son

tient le Bitcoin. Dans ce contexte, les nœuds

cours. La compagnie d’assurances AXA a établi

potentiel si une masse critique d’acteurs, en ce

doivent placer leur puissance de calcul au ser-

cette application particulière. « La connaissance

un smart contract sur une police d’assurance

compris le régulateur, y adhèrent. Alors, chacun

vice de la résolution d’une énigme. La transac-

insuffisante de ce que recouvre la blockchain

indemnisant tout retard de vol d’avion de plus

pourra profiter de réels gains de temps et de

tion n’est validée que lorsque 51 % des nœuds

engendre beaucoup d’idées reçues, souvent

de deux heures. La couverture a été traduite

ressources, précise le directeur de PwC. Un des

ont trouvé la solution. Mais d’autres principes,

fausses, reconnait Patrick Hennes, Director au

dans une fonction automatique, inscrite dans

défis, pour garantir une bonne adoption de ces

comme celui de proof of stake ou de proof of

sein de PwC Luxembourg. Il faut donc être pru-

la blockchain. Après analyse des informations

outils, réside dans la standardisation. »

authority, peuvent aussi garantir le fonctionne-

dent lorsque l’on évoque cette technologie à

relatives aux heures d’arrivée des avions, en cas

ment de la blockchain. « Dans le premier cas,

laquelle nous croyons beaucoup. »

de retard avéré (IF), l’indemnité est automatique-

le nœud n’aura pas à effectuer un calcul, mais

ment versée au souscripteur (THEN). « La tech-

devra avancer une mise suffisamment grande

nologie permet de digitaliser des contrats et de

pour participer au minage et être rétribué. Dans

AUTOMATISER L’EXÉCUTION D’UN CONTRAT

garantir leur respect. La confiance est renforcée,

Avant de parler d’une technologie, il est donc

en raison de l’exécution automatique de l’accord

toujours important de se mettre d’accord sur

et du fait que l’on ne peut y déroger », explique

une définition. « La blockchain, c’est un pro-

Patrick Hennes.

A PLUS D'UN NIVEAU, LA BLOCKCHAIN VA CHANGER NOS VIES

tocole informatique qui rassemble plusieurs

Patrick Hennes Director I PwC Luxembourg

34

le second cas, la possibilité de valider la transaction est donnée à des nœuds ayant autorité. Ces deux mécanismes, qui selon l’application peuvent trouver leur légitimité, sont beaucoup moins énergivores que le premier. »

éléments connus depuis plus ou moins long-

Au sein de PwC Luxembourg, cela fait plus de

temps : la base de données distribuée, la cryp-

deux ans que Patrick Hennes travaille sur cette

tographie, la règle du consensus, l’horodatage,

technologie. Dans le domaine de l’asset servi-

Luxembourg est intéressé au premier chef par

La compréhension qu'a la société de cette

poursuit Patrick Hennes. Si l’on considère la

cing, le cabinet est d’ailleurs l’un des participants

les applications de la blockchain au service

technologie évolue et gagne progressivement

cryptographie par exemple, c’est une tech-

du projet Fundchain qui vise à reproduire, à tra-

du secteur financier. Mais les gains d’efficacité

en maturité. Chaque jour, de nouveaux cas

nologie ou technique qui remonte à plusieurs

vers un environnement Distributed Ledger Tech-

que promet la technologie concernent tous les

sont envisagés pour répondre à de nouveaux

siècles avant notre ère. C’est dans la manière

nology, l’écosystème de fonctions permettant la

domaines d’activité. « Demain, en plaçant tout le

enjeux. « Le challenge réside dans l’adoption

dont la blockchain assemble ces éléments que

distribution des fonds. « Les gains sont évidents.

cadastre d’un territoire sur une blockchain, il sera

du marché, l’établissement de nouveaux cas

l’approche est innovante. »

Au cœur de la chaîne de valeur, nous allons

possible de vendre un terrain ou un bien immo-

d’usage. Ils sont nombreux et vont boulever-

regarder ce qui est coûteux, inefficace ou encore

bilier par téléphone, sans recourir à un notaire.

ser la manière dont sont organisées de nom-

La blockchain est avant tout un réseau distri-

redondant, notamment au niveau des données,

En matière de traçabilité des aliments aussi, on

breuses fonctions actuelles, à commencer par

bué. « On ne peut donc pas l’utiliser seul. Son

poursuit Patrick Hennes. L’identification ou la

peut faire d’importants progrès. Une chaîne de

des acteurs en charge de la réconciliation des

succès dépend du nombre de participants »,

reconnaissance de l’investisseur, par exemple,

restaurants américaine, par exemple, retrace le

transferts de liquidité ou encore des missions

précise le directeur. La distribution des don-

peut être inscrite une fois pour toutes à travers

trajet des poissons qu’elle sert, depuis la pêche

de contrôle, comme pour l’audit, précise Patrick

nées, leur immuabilité et la transparence pour

l’écosystème, pour éviter à plusieurs acteurs dis-

jusqu’à l’assiette. Carrefour, en France, a lancé la

Hennes. À plus d’un niveau, en répondant à

tous sont les éléments qui fondent la confiance

tincts d’avoir à effectuer le même travail de KYC

première blockchain alimentaire d’Europe, pour

des problématiques dans des centaines de

entre participants. « La grande nouveauté, avec

le concernant. »

garantir l’origine de ses produits. »

domaines, la blockchain va changer nos vies. »

RELEVER DE NOUVEAUX DÉFIS

35


DOSSIER I BLOCKCHAIN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ASSURER LA COMPLIANCE BY DESIGN

GRÂCE À LA BLOCKCHAIN

DOSSIER I BLOCKCHAIN Protection des Données (RGDP) a popularisé le concept de « privacy by design », la blockchain pourrait nous faire entrer dans l’ère du «  compliant by design  ». Autrement dit, il s’agirait d’utiliser la technologie pour s’assurer à priori que les transactions qui s’y exécutent répondent systématiquement aux prescrits définis par le régulateur. «  Aujourd’hui, le respect des règles édictées est vérifié a posteriori, à travers une série de contrôles et d’audits. Avec la blockchain, tout peut être codé au départ. A travers un écosystème de smart contracts adapté, nous pouvons nous assurer que la transaction sera conforme aux exigences en vigueur. Une fois l’écosystème établi, inscrit définitivement au niveau de la blockchain, il est inaltérable et l’information peut être tracée beaucoup plus facilement. On peut garantir qu’une transaction doive répondre obligatoirement à tous les prescrits pour être validée », précise Fabrice Croiseaux.

La plupart des régulateurs financiers sont encore prudents vis-à-vis des applications s’appuyant sur

contracts spécifique prenant en compte la compliance à la source. Le secteur financier luxembour-

CONSTRUIRE DES ÉCOSYSTÈMES DE CONFIANCE AVEC LE SMART CONTRACT

geois, en définissant des standards d’ecosystème de smart contracts « compliant by design » pour-

L’enjeu est donc de pouvoir construire ces éco-

rait tirer profit des nouvelles opportunités liées à cette technologie tout en renforçant l‘image de la

systèmes de confiance régulés s’appuyant sur la

place en matière de sérieux et de compliance.

technologie blockchain. Pour le Luxembourg, il

la technologie blockchain et notamment envers les ICOs. Pourtant, il est déjà possible de s’assurer à priori d’un total respect des règles de compliance en mettant en œuvre un écosystème de smart

y a des opportunités à saisir, notamment pour accueillir des Initial Coin Offering (ICOs), ces Les discours autour de la technologie blockchain

investisseurs qui ne sont pas protégés du tout . Il

levées de fonds effectuées en tokenisant un asset

et des crypto-monnaies insistent souvent sur

est aujourd’hui essentiel d’apporter des réponses

et en organisant une pré-vente pour financer

les dérives qui y sont associées. Le fait que ces

structurées à ces enjeux. Certaines places finan-

le projet qui permettra d’utiliser les tokens. La

pratiques nouvelles d’échange d’actifs ou d’in-

cières ont démarré les travaux. La place de Paris,

CSSF, récemment, a encore rappelé les règles

vestissement s’effectuent totalement en dehors

par exemple, a pour objectif d’être « The Place to

en vigueur vis-à-vis de ces nouvelles pratiques.

du cadre de la régulation financière est souvent

Be » en matière d’ICO. Une bonne appréhension

En précisant qu’elle était prête à étudier chaque

relevé par leurs détracteurs et par les autori-

des divers éléments qui composent la techno-

projet qui lui était soumis en la matière, elle rap-

tés elles-mêmes. « Et il est vrai que pour beau-

logie blockchain, des possibilités qu’ils offrent,

pelait aussi que dans la mesure où cela pouvait

coup de ces applications, le Bitcoin en premier

doit nous permettre de proposer des solutions

s’apparenter à la commercialisation de produits

lieu, les régulateurs n’avaient pas de marge de

efficientes en phase avec la régulation. Mieux,

d’investissement, selon sa nature, un ICO tombait

manœuvre. Les fonctions de contrôle, comme

la technologie permet pour la première fois de

sous le coup de la réglementation financière. Elle

le KYC, l’AML, la transmission d’informations

mettre en œuvre des environnements compliant

en profitait, en outre et à juste titre, pour mettre

d’ordre fiscal, étaient tout simplement inexis-

by design qui offriront à la première place finan-

en garde les investisseurs tentés, en rappelant

tantes, constate Fabrice Croiseaux, CEO d’InTech,

cière à les mettre en œuvre un avantage crucial. »

que les risques étaient bien réels en l’absence

société de services numériques, impliquée dans en Europe. Cela pose des questions et requiert

LA COMPLIANCE ENVISAGÉE À LA SOURCE

des mises en garde, notamment auprès des

Alors que le nouveau Règlement Général sur la

plusieurs projets blockchain au Luxembourg et

36

de régulation. Face à ces nouvelles pratiques, les régulateurs européens adoptent une attitude plutôt prudente en insistant sur les risques plutôt que sur les opportunités, à raison sans nul doute.

37


DOSSIER I BLOCKCHAIN LA COMPLIANCE GRAVÉE DANS LA BLOCKCHAIN En réalité, la technologie blockchain peut effectivement apporter des garanties plus fortes de

ITNATION | ÉTÉ 2O18

l’Etat sont protégés. Ce seraient de véritable

blockchain, de développer une nouvelle activité

écosystèmes de confiance régulés, impossible

porteuse d’opportunités.

à détourner », assure le CEO d’InTech.

DES APPLICATIONS MULTIPLES

transactions s’effectuant inchain. « Le régula-

ATTIRER LES PROJETS BLOCKCHAIN AU LUXEMBOURG

teur pourrait par exemple accepter un ICO si

L’enjeu n’est pas anodin. « De tels modèles « com-

d’autres. Les possibilités de garantir le respect

le smart contract qui l’implémente prend éga-

pliant by design », s’ils pouvaient être approuvés

des réglementations dans d’autres contextes,

lement en charge certaines vérifications qui

ou seulement supportés par le régulateur par

financiers ou non, sont nombreuses. « L’enjeu,

seraient systématiquement réalisées préalable-

exemple, permettraient de rendre possibles des

aujourd’hui, est de permettre à ces écosystèmes

ment à l’acceptation des transactions d’achat/

ICO compliant depuis le Luxembourg. De cette

de smart contracts s’appuyant sur la blockchain, et

vente de token, commente Fabrice Croiseaux.

manière, nous pourrions renforcer l’attractivité de

derrière à de nouveaux services, de voir le jour. À

Le régulateur, en validant un tel écosystème,

la place pour les acteurs souhaitant développer

travers la plateforme Eddits.io, par exemple, nous

peut s’assurer, pour chaque transaction par

des activités autour de ces pratiques nouvelles »,

permettons à des détenteurs d’une adresse sur la

exemple, que les mesures relatives au KYC et

explique Fabrice Croiseaux. Le dirigeant d’InTech

blockchain Ethereeum d’y associer leur identité

à l’AML ont bien été réalisées par un Tiers de

va même plus loin. « Dans la mesure où de tels

numérique existante via Luxtrust. A partir de là, il

Confiance accrédité. Au niveau de la fiscalité

écosystèmes permettent de garantir de nouvelles

est possible de proposer de nouvelles applica-

des ICO, on peut également inscrire la retenue à

recettes budgétaires, qui tomberaient automa-

tions et services qui s’appuient sur la blockchain,

la source au cœur d’un smart contract intégré à

tiquement dans les caisses de l’Etat, tout en per-

comme des solutions e-commerce, des fonctions

cet écosystème et même imaginer que le paie-

mettant de réaliser des économies au niveau

KYC ou AML, etc. Ces environnements permettent

ment au bénéfice de l’Etat soit automatique-

du contrôle administratif, on pourrait même les

un meilleur contrôle et assurent un niveau de

ment effectué pour chaque plus-value engran-

envisager comme un moyen de proposer une

confiance et de sécurité plus élevé. Alors que cette

gée. » Quasiment tout peut être codé dans un

fiscalité plus attractive sur ces produits financiers

technologie semblait à même de remplacer les

smart contract. «  Une telle démarche permet

particuliers », précise-t-il. Positionner le Luxem-

Tiers de Confiance, nous constatons aujourd’hui

d’éliminer un fastidieux travail de contrôle

bourg comme pays pionnier autour de l’ICO com-

qu’il est possible et nécessaire de les réintégrer

administratif. Il devient impossible de frauder,

pliant permettrait, tout en offrant des garanties

d’une façon différente dans la chaîne de valeur

la blockchain ne le permettant pas. Au final,

de confiance aux régulateurs européens comme

pour assurer une compliance by design, garantie

l’institution financière, l’investisseur et même

aux investisseurs et aux entrepreneurs du monde

et moins chère à mettre en œuvre. »

respect de la régulation en vigueur pour les

Fabrice Croiseaux CEO I Intech

38

#BoardingIn2Min #BackIn24H #PaymentsValidatedIn2Sec #MyAppMyINGPro ITNATION | ÉTÉ 2O18

L’encadrement réglementaire des ICO au départ de la blockchain est une application parmi

DOSSIER I GOLDEN-i

Even If I am away, business still goes on! With My ING Pro, I am always kept informed of important movements and I can even validate transactions that need my signature. It has never been easier to keep an eye on the company’s accounts! #BankingMadeEasy

ing.lu/online ING Luxembourg S.A. - 26, Place de la Gare, L-2965 Luxembourg - R.C.S. Luxembourg B.6041 - TVA LU 11082217 - ing.lu

39


DOSSIER I BLOCKCHAIN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

EMPÊCHER LA CONTREFAÇON DE MÉDICAMENTS POUR

SAUVER UN MILLION

DE VIES

blockchain, via des smart contracts, doit permettre

établies dans un système d’enregistrement. Seule-

Comment vos clients appréhendent-ils cette nouvelle technologie et les possibilités qu’elle offre ?

ment, si les documents étaient amenés à disparaitre,

PGN : Cela dépend des clients. Ils sont de plus en

de manière spécifique pour ce nouveau service, la

médiaires, de sa production à sa commercialisa-

le propriétaire pourrait perdre toute légitimité sur

plus nombreux à en comprendre le vrai poten-

batterie d’un véhicule électrique puisse initier une

tion. Il est tout à fait possible de répliquer dans la

son propre bien. Dans d’autres régions du monde,

tiel. Cependant, la plupart des décideurs ne

revente d’électricité sur le réseau de distribution

blockchain le transfert de propriété, afin de s’as-

touchées par la guerre et la corruption, ce sont de

parviennent pas encore à développer une vision

lorsque son niveau de charge est entre certains

surer de son origine et de garantir son authenti-

véritables problématiques. A travers la blockchain,

claire sur la valeur ajoutée que la blockchain

seuils et ce de façon automatisée, inaltérable, et

cité. Il suffit d’attribuer au produit un identifiant

grâce à son caractère permanent, on peut garan-

peut créer au niveau de leur métier. Il y a encore

sans intermédiaire entre le véhicule et le réseau.

unique, comme un QR code par exemple, et

tir cette légitimité une fois pour toutes. Il est aussi

un important travail d’éducation à mener. Le

d’inscrire tout transfert dans la blockchain.

possible de remonter les transferts de propriété. Si

cas d’usage dans le domaine pharmaceutique

bien que l’on peut imaginer, demain, transférer la

peut paraître évident, et pourtant il faut encore

A quel rythme le marché adoptera-t-il cette technologie ?

propriété d’un bien au moyen d’un smartphone.

convaincre les acteurs du milieu.

PGN : Cela dépendra des industries et du poten-

le cas avec les monnaies virtuelles, mais aussi

notarial. Celui-ci a pour vocation de déterminer la

de produits physiques. Prenons l’exemple d’un

possession d’un bien en remontant les informations

produit, dans une chaîne d’approvisionnement, qui va passer à travers toute une série d’inter-

A quel besoin cela peut-il répondre ? PGN  : À travers le proof of concept que nous

imaginer que, grâce à un smart contract prédéfini

d’elles. Chacun devra trouver comment mettre

valorisation d’un bien, comme les travaux entrepris

N’y a-t-il pas un sentiment de crainte des dirigeants vis-à-vis d’une technologie avec un potentiel révolutionnaire aussi fort ?

ou les vices cachés existants, pour disposer à tout

NDG : Le domaine où l’adoption de la blockchain

d’essais pilotes et sans doute de sa part d’échecs.

tique. Chaque année, on estime qu’un million

moment d’une vision complète d’un bâtiment.

entrainera les perturbations les plus impor-

Si on regarde les prévisions, on estime que

de personnes meurent à travers le monde à

La blockchain est l’application de confiance par

tantes est certainement celui de la finance. Les

l’adoption généralisée de la blockchain se fera

projet et promoteurs de la Distributed Ledger

cause de la contrefaçon qui est faite de certains

excellence. Elle garantit un niveau ultime de sécu-

banques, en effet, jouent principalement ce rôle

dans les cinq à quinze ans. Ce n’est pas tout à fait

Technology, évoquent ce projet et le potentiel

médicaments. On pense en outre que l’industrie

risation de l’information amenée à être échangée.

de tiers de confiance sur les transactions finan-

demain, mais c’est cependant tout proche au vu

disruptif que représente la blockchain.

souffre d’un manque à gagner de 250 milliards

Une fois inscrite dans la blockchain, l’information

cières. Cependant, s’il peut y avoir une crainte,

de la maturité encore à acquérir préalablement

d’euros à cause des faux disséminés sur le mar-

ne peut plus être modifiée ou altérée. Un tel outil

il y a aussi des opportunités à exploiter avec

à son essor. Et cela pourrait aller plus vite, sous

avons mis en œuvre pour l’événement Sopra Ste-

NDG : Mieux encore, on peut inscrire au cœur d’une

blockchain. Récemment, les équipes BeNeLux

ria Innovation Awards, et qui a été récompensé

blockchain tous les éléments qui participent à la

du groupe ont mis au point une solution de

par un prix Microsoft, nous voulions répondre à

traçabilité du transport des médicaments à

un enjeu crucial dans le domaine pharmaceu-

travers l’ensemble de la filière pharmaceutique. Paul Gysen et Nicolas De Groote, à la tête de ce

à profit cette technologie à partir de son métier et cette réflexion doit encore mûrir, faire l’objet

ché. La blockchain, dans ce contexte, peut per-

pourrait très bien permettre de ne pas censurer, fal-

cette technologie dans le monde de la finance,

l’impulsion d’applications qui en accélèreraient

Comment exprimer le potentiel révolutionnaire de la technologie qui soutient la blockchain ?

mettre de garantir l’origine du médicament au

sifier ou effacer a posteriori des messages, comme

notamment dans le conseil aux clients pour qui

l’adoption auprès des citoyens, consommateurs

pharmacien amené à le vendre ou même direc-

des tweets par exemple. S’il est inscrit dans la

cette innovation est plus disruptive et complexe

finaux, et des entreprises, fournisseuses de nou-

tement au client final, le patient. Sans recourir à

blockchain, le message est publié à jamais.

à comprendre encore, Pour nous, la maîtrise de

veaux services.

NDG : Elle va véritablement entrainer une révo-

un tiers, il devient possible de suivre le chemin

lution dans la gestion de nos échanges au quo-

parcouru par un produit. Avec cette technolo-

tidien, en garantissant notamment un niveau de confiance bien supérieur à ce que l’on a connu

cette technologie nous permet d’accompagner les entreprises dans leur réflexion par la facette

gie, le pouvoir de contrôle est donné également

Toutes les données ont-elles vocation à se retrouver un jour sur la blockchain ?

à l’utilisateur final. Il n’y a plus d’autorité tierce

NDG : Toute information qui revêt une dimen-

n’est pas une fin en soi. Il faut amener les diffé-

jusqu’à présent. A travers elle, on peut désormais

unique sur laquelle se fonde la confiance. Sans

sion publique, qui est amenée à être partagée

rents acteurs à s’y intéresser, qu’ils prennent le

garantir la validité d’une information échangée

interface institutionnelle, avec un simple smart-

ou garantie, a un intérêt à se retrouver inscrite

temps d’explorer les opportunités nouvelles pour

sans recourir à des intermédiaires ou à des tiers

phone, un patient au milieu de l’Afrique pourra

dans la blockchain. On peut notamment penser

en tirer des avantages concurrentiels.

de confiance. Tout échange réalisé à travers la

s’assurer que le médicament contre la malaria qui

aux certificats ou diplômes. La technologie per-

blockchain est considéré comme non-répu-

lui a été vendu est certifié authentique.

met de garantir leur authenticité. Pour ce qui est

PGN : C’est vrai pour la finance, mais aussi pour un

de la donnée sensible ou privée, il y a des pré-

tas d’autres domaines. Au niveau de la production

Avez-vous décelé d’autres applications de ce genre ?

cautions à prendre. Il n’est pas nécessaire d’ins-

d’électricité et de sa rémunération, la blockchain

crire toute l’information au cœur du registre dis-

doit permettre une rétribution plus rapide du

L’information, en outre, est accessible par tous et peut donc être vérifiée à tout moment.

40

une meilleure distribution de l’électricité. On peut

tiel disruptif de la technologie pour chacune

SOPRA STERIA investit concrètement dans la

diable, non-falsifiable et facilement traçable.

Paul Gysen Outsourcing Service Delivery Manager I Sopra Steria

DOSSIER I BLOCKCHAIN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

métier plutôt que par l'aspect technologique qui

PGN : Il existe de nombreux autres exemples.

tribué, mais simplement d’y placer des « hash »,

producteur échangeant de l’électricité sur le

Quels sont les échanges concernés par cette technologie ?

On peut, de la même manière, lutter contre les

autrement dit une empreinte unique de la don-

réseau global, mais qui doit aujourd’hui attendre

faussaires dans le domaine des produits de luxe.

née. Elle permet de garantir qu’un document,

un clearing a posteriori qui permet d’ajuster

PGN : Tout transfert de propriété peut être garanti

Plusieurs pays étudient également les possibilités

qui contient des données à caractère privé, n’a

l’offre et la demande. Demain, il pourra être payé

au moyen d’une solution technologique utilisant

de tracer les échanges immobiliers. Aujourd’hui,

pas été altéré entre le moment où le hash a été

immédiatement au moment de l’échange. Dans la

un distributed ledger (journal distribué). On peut

pour garantir la propriété d’un bien, d’un terrain ou

inscrit dans la blockchain et le moment où son

même optique, alors que l’électromobilité offre de

parler de transactions numériques, comme c’est

encore d’un bâtiment, il faut passer par le système

authenticité a été vérifiée.

nouvelles possibilités de stockage de l’énergie, la

Nicolas de Groote Cybersecurity Engineer I Sopra Steria

41


PORTRAIT I MARCO HOUWEN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

PORTRAIT I MARCO HOUWEN

LE REGARD TOURNÉ VERS

L’ACTION Homme au parcours atypique, Marco Houwen a considérablement contribué à l’émergence d’un Luxembourg connecté. Cette figure incontournable de l’ICT semble toujours avoir une longueur d’avance, que ce soit en 2010, quand il investit dans une plateforme cloud innovante, ou aujourd’hui, lorsqu’il se fait l’un des plus fervents défenseurs de la blockchain. 2018 marquera l’année où il choisit de s’engager en politique. Mais qu’est-ce qui fait avancer Marco ?

42

43


PORTRAIT I MARCO HOUWEN

ITNATION | ÉTÉ 2O18

IT IS IN YOUR MOMENTS OF DECISION THAT YOUR DESTINY IS SHAPED.

ITNATION | ÉTÉ 2O18

orgueil,… », confie-t-il. A l’époque, l’IT constitue

business pour le business, mais pouvoir générer

est aussi l’une des principales chevilles ouvrières

anecdotique, est révélatrice de son état d’esprit de

à ses yeux un univers inconnus. Il débutera dans

un impact positif autour de moi avec les moyens

des Luxembourg Internet Days. « Il a toujours su

gagnant. Pour ce qui est de sa source de motivation,

ce secteur, au hasard d’une rencontre, alors qu’il

à ma disposition », confie-t-il. Aussi, quand il

rassembler autour de lui des gens aussi passion-

je pense que comme tous ceux de sa trempe, il a

cherchait à intégrer une photo d’identité à son CV.

est persuadé de l’apport positif d’une technolo-

nés que lui, des figures internationales majeures,

toujours envie de faire mieux, de développer une

C’est une connaissance disposant d’un scanner,

gie, que soit le cloud en 2010 ou la blockchain

toutes plus intéressantes les unes des autres.

nouvelle idée. » Et une fois engagé dans une direc-

outil indispensable pour accomplir cette prouesse

aujourd’hui, il fonce…

Ce trait de caractère a contribué à faire venir

tion, il s’y tient. « Ma contribution actuelle au service

au Luxembourg des acteurs technologiques de

du Gouvernement et de l’industrie du Blockchain

grande ampleur », poursuit Xavier Buck.

européenne à travers Infrachain a notamment pour

technique au cœur des années 90, qui lui met le pied à l’étrier. Sans doute ne pouvait-il pas imagi-

VISIONNAIRE ENGAGÉ

ner la carrière exceptionnelle qui l’attendait, ni qu’il

« Marco a aussi ce côté visionnaire, pas forcé-

contribuerait grandement à façonner le Luxem-

ment pour inventer quelque chose de révolution-

DES HAUTS ET DES BAS

bourg digital que l’on connaît aujourd’hui. « Marco

naire, mais plutôt pour exploiter au maximum le

Sans se départir de la bonhommie qui le caracté-

vu dans la blokchain le futur de notre société, un

fera rapidement la démonstration de sa force de

potentiel d’une nouvelle technologie, d’une ten-

rise, Marco Houwen s’est longtemps donné corps

monde où l’idée de hiérarchie statique disparait », explique-t-il.

origine un livre que j’ai eu l’occasion de lire sur le leadership dans un environnement décentralisé. J’ai

persuasion. Ça a toujours été un excellent vendeur,

dance en vogue », commente Jean-Michel Gau-

et âme à l’accomplissement de ses projets, quitte à

La maxime de Tony Robbins, célèbre chantre du

passionné et amoureux de ce qu’il fait. Et comme

dron. Quitte à être parfois un poil trop en avance,

s’oublier. « À l’époque de LuxCLoud, il n’y avait que

développement personnel, a sans aucun doute

tous les gens qui partagent son caractère, il est à

comme cela fut sans doute le cas avec LuxCloud.

le business qui comptait. Je voulais démontrer, à

résonné dans l’esprit de Marco Houwen quand il

100% dans ce qu’il entreprend et met tout en œuvre

« C’était extrêmement innovant et, peut-être, c’est

tous, et surtout à mon père, que je pouvais être

ENGAGÉ TOTALEMENT, AVEC COHÉRENCE

a accepté de rejoindre Xavier Bettel sur la liste DP

pour atteindre ses objectifs », commente Xavier

vrai, un peu en avance sur son temps, commente

successfull, confie-t-il. J’ai alors atteint un poids

Si Marco Houwen a décidé d’y consacrer son

du Centre pour les prochaines élections législa-

Buck, son comparse de toujours.

Xavier Buck. Mais si le projet n’a pas eu le succès

de 122 kg. Avec la fin de ma vision pour LuxCloud,

énergie, c’est parce qu’il est persuadé que cet

tives. Entrepreneur luxembourgeois au parcours

que Marco espérait, notamment en raison des

c’est tout un monde autour de moi qui s’est écrou-

investissement au service de l’émergence de cette

singulier, cette figure incontournable du secteur

Les deux entrepreneurs se rencontrent alors qu’ils

évolutions du cloud portées par les grands players,

lé. Ma motivation est tombée à un niveau abyssal.

nouvelle technologie aura un impact positif sur

ICT a été profondément marquée par la person-

travaillent dans le giron de Téléphonie Luxem-

ce n’en est pas moins une réussite remarquable.

J’ai cru ne plus pouvoir rien faire. J’avais oublié

la société à court, moyen et long terme. Il vient

nalité de l’auteur américain.

bourg. Un lien d’amitié indéfectible se noue à

Il a notamment contribué, avec d’autres de nos

tous les concepts de développement personnel

d’ailleurs de publier un ouvrage à travers lequel

l’époque. Ensemble, ils fondent Data Center Luxem-

projets, à positionner le Luxembourg sur la map-

qui m’avaient mis en selle. » Celui qui est entre-

il partage sa vision du leadership dans ce nouvel

bourg. « J’étais porté sur la technologie, la vision.

pemonde de l’Internet business. » Le serial entre-

temps devenu un businessman aguerri décide

environnement distribué et connecté (So You’v Got

Au début des années 90, Marco est un jeune

Marco, lui, gérait les enjeux opérationnels de main

preneur, dirigeant d’EuroDNS, ne s’étonne pas de

de revenir à ses fondamentaux. Vingt ans plus

a DAO… par Marco Houwen et Grace (Rebecca)

adulte un peu paumé. « J’ai eu beaucoup de

de maître. En tant que COO de DCL, il a monté et

voir son ami se lancer en politique. « Cette dimen-

tard, il retourne suivre le même stage auprès du

Rachmany – téléchargeable depuis daoleadership.

mal à trouver mon chemin », confie-t-il. Fils d’un

géré des équipes, a développé un modèle com-

sion de sa personnalité a toujours été là, à travers

fameux Tonny Robbins. « Là j’ai compris que, plus

com). « Mon engagement en politique répond à la

agriculteur et d’une institutrice, il entre dans la vie

mercial, est allé à la rencontre des clients à l’inter-

notamment un lobbying intense mené auprès de

que regarder vers l’avant, il fallait aussi apprendre

même logique. Je ne veux pas me retrouver demain

active avec pour seul diplôme un BAC technique

national. Dans ces domaines, il est extrêmement

nos élus pour faire évoluer les choses et satisfaire

à vivre le moment présent, explique-t-il. J’ai pris

à regretter le fait d’avoir laissé passer une occasion

en gestion agricole, sans grande idée de ce qu’il

convaincant », poursuit Xavier Buck.

la vision d’un Luxembourg digital qui nous ani-

conscience de l’importance du respect que l’on a

de contribuer à l’amélioration de mon environne-

mait. » Marco a mis toute sa conviction et sa force

pour soi-même. Aujourd’hui, je pratique la médi-

ment. » Aux yeux du candidat, la démocratie va mal.

de persuasion dans la balance. L’action menée a

tation tous les jours. »

L’élection de leaders comme Viktor Orban et Donald

BAUER MARCO

allait pouvoir faire. « Bauer Marco », comme il se décrit, découvre alors l’univers du développe-

LES DEUX FONT LA PAIRE

ment personnel. Après avoir dévoré un ouvrage

Quand Xavier crée EuroDNS, il invite Marco à son

sans conteste contribué indirectement à la créa-

de Tony Robbins, il décide d’aller rencontrer cette

board. Quand le second développe son bébé,

tion de LuxConnect. Le dirigeant est aussi l’un

REPRISE EN MAIN

personnalité inspirante à Bruxelles. Marco ras-

LuxCloud, le premier n’est pas très loin. « Avec

des piliers du nœud d’échange Internet Lu-Cix. Il

En quelques mois, Marco Houwen relève la tête. Il

notamment à travers une plus grande responsabili-

semble alors toutes ses économies et demande

son compère Xavier Buck, ils ont toujours su

a longtemps plaidé pour la mise en œuvre de la

reprend sa vie en main. Perd plusieurs dizaines de

sation de l’ensemble des acteurs qui la constituent,

de l’aide à ses amis pour pouvoir assister à l’un

porter au plus haut leurs idées, aussi folles pou-

loi cloud, qui empêche tout curateur de débran-

kilos. Il fréquente assidument la salle de sport et

à tous les niveaux. Il faut aussi rendre les citoyens

de ses stages. « Cette expérience a changé ma

vaient-elles paraître, commente Jean-Michel

cher les systèmes en cas de faillite - de quoi don-

privilégie les cocktails aux fruits et légumes. « Nous

fiers de qu’ils peuvent entreprendre, redonner de

vie. A partir de là, j’ai décidé de tourner mon

Gaudron, ancien rédacteur en chef de paperJam,

ner aux hébergeurs luxembourgeois de sérieux

avions la même salle de sport, confie Jean-Michel

cette manière du sens à nos existences », explique-

regard vers l’avenir et non plus vers mon passé »,

témoin privilégié de leur parcours. La réussite

arguments pour attirer du business. Enfin, Marco

Gaudron. Cette reprise en main, si cela peut paraître

t-il. Quand la technologie blockchain constitue un

explique-t-il.

appelle la réussite. Marco a toujours pu surfer

moyen de contribuer à l’émergence de cette socié-

sur une vague porteuse et n’a connu que très

té aux responsabilités mieux partagées, la politique

HEUREUX HASARDS

44

PORTRAIT I MARCO HOUWEN

peu d’échecs. Et s’il en a connu, ils sont en tous

Avec son épouse, Marco décide alors de voyager. Il

les cas peu importants comparés à ses succès. »

lance ici et là diverses activités. Après plusieurs ten-

Marco Houwen, lui, joue la carte de la modestie,

tatives infructueuses, sans le sou, il se voit contraint

semblant vouloir se tenir à distance du qualificatif

de rentrer au Luxembourg. « J’ai alors ravalé mon

d’entrepreneur. « Ce qui m’anime, ce n’est pas le

AVEC SON COMPÈRE XAVIER BUCK, MARCO A TOUJOURS SU PORTER AU PLUS HAUT LEURS IDÉES, AUSSI FOLLES POUVAIENT-ELLES PARAÎTRE. IL A TOUJOURS PU SURFER SUR UNE VAGUE PORTEUSE ET N’A CONNU QUE TRÈS PEU D’ÉCHECS.

Trump constituent les principaux symptômes d’une dérive. « Je pense que la société doit évoluer,

constitue une autre voie pour avancer dans cette direction. C’est donc en totale cohérence avec luimême, sa vision, que Marco Houwen s’engage en politique, sur une liste libérale, sur laquelle il sent qu’il pourra défendre ses idées.

45


DOSSIER I DIGITALISATION

ITNATION | ÉTÉ 2O18

FIRMING-UP DIGITALISATION STRATEGIES FOR FUNDS ALPHA FMC

Fund businesses are emerging from a decade adapting to and digesting a blizzard of regulations. But now rather than being reactive, they must be proactive as they seek to develop new products, streamline process, and boost engagement with clients and partners. Olivia Vinden, head of Fintech & Innovation with the consultancy Alpha FMC, UK gave an overview of the digitalisation challenges for the asset management industry.

CHANGE IN PRIORITIES

ITNATION | ÉTÉ 2O18

CULTURE CHANGE

cial media feeds to gauge how corporate reputa-

And all of a sudden there is a dramatic shift of gear.

tions are being affected, with potential insights for

Now the talk is of adding systems on the cutting

investors. Investment insights, risk management,

edge of technology, working with external Fin-

KYC/AML, customer service, customer insights

Techs and startups, and potentially increasing

and process management improvements are also

complexity. From playing it safe, with the focus

all potentially possible.

being in regulatory compliance, now the drive is towards facilitating fresh thinking and agility, and

However, automation may offer the practical solu-

being a first mover. Yet in Alpha’s survey none of

tions asset managers are seeking. “At the moment,

the respondents identified themselves as being “a

I think APIs [application programming interfaces]

digital innovator”. Also, 80% of asset managers said

are the most exciting force for transformation in

they are not prioritising partnerships with FinTechs,

asset management,” Ms Vinden said. “They en-

despite this move being able to jump-start inno-

able interaction with service providers, vendors

vation. Improving client experience and changing

and clients in an efficient interactive way,” she

the operating model are two key aims.

added. For example, there are APIs which provide connections to avoid the systematic emailing of

Yet this caution about being a technology leader

Excel reports. A practice that is still widespread.

is understandable. Few businesses want to attach themselves to a FinTech and a new way of working

Workflow automation or Low Code applications

which could be here today and gone tomorrow.

create made-to-measure tools to solve specific

“Asset managers will benefit when they work and

problems not catered for by commercially avai-

share risk together, and this is why it is encoura-

lable packages. Alternatively robotics (which Ms

ging to see the growth of FinTech consortia such

Vinden calls the “least exciting” avenue) can be

as #FDC3 or Velocity from the UK’s Investment As-

about facilitating communication between legacy

sociation, as these will help risk to be shared,” Ms

systems at the screen level.

“In the last year we have seen a big increase in

Vinden commented. Rather than businesses going

people diverting money into their digital spend,”

it alone, she is encouraged to see the emergence

TRIAL AND ERROR

Ms Vinden noted. This she explains by the wave

of cross-industry partnerships.

Blockchain, however, has so far failed to cut

of regulations petering out, requirements which

through. This technology could be transformative,

Alpha estimates took four-fifths of the industry’s

POTENTIAL AREAS FOR GAINS

change-budget over the previous ten years. Thus

In the Grand Duchy she highlighted the recent-

effort has been made with little result. “We are

to a large extent it was a question of bandwidth,

ly-created Luxembourg House of Financial Techno-

seeing some interesting blockchain based tools

with teams only having sufficient capacity to

logy startup centre, and the FundsDLT blockchain

emerging, but this is generally on a small scale,”

cope with these challenges, and crowding out

consortium. She also pointed to her firm’s FinTech

she noted. The big projects that could affect major

considerations of strategic challenges.

showcases which every quarter introduce eight

change are some way off in the asset management

firms to audiences of invited asset managers. The-

sector. The problems are not always technologi-

but several years have passed in which substantial

The new requirements also represent a consi-

mes for these events have included data, RegTech,

cal, for example, moving governance from the

While understanding the importance of digital,

derable cultural shift. While IT departments

and FinTech for investment and trading.

current centralised model to a decentralised ar-

yet the level of engagement in the sector is still at

have been focused on finding the most cost

an early stage. A recent survey of industry players

effective, most reliable solution to imposed re-

Artificial intelligence is the buzz term of the mo-

by Alpha pointed to 81% saying digital was either

gulatory challenges, the digitalisation process

ment, a phrase that covers a range of technologies

“one of our top priorities” or that “we have or will

requires imaginative, fresh thinking. “The big

that can already offer a variety of solutions. For

Yet such is the way with new technology, particu-

have multiple digital programmes underway.”

drive over the last 10 years for COOs and CTO

example there are applications which can scan

larly with innovative cutting edge tools coming on

Despite this, around two-thirds said they were

has been to simplify and reduce the number of

data for fraudulent activity or detect investment

stream. The winners from the current innovations

still at the “getting organised” stage with strate-

linked systems and platforms, to reduce run-

risk. Having the right data architecture and data is

will be those who dare to think fresh thoughts, and

gies, initiatives and capability in the process of

ning costs, and to have a single source of truth,”

a prerequisite for the efficacy of these tools. There

they will benefit from working together with peers.

being developed.

noted Ms Vinden.

are some more speculative ideas like reading so-

Revolution is unlikely. Change is assured.

46

DOSSIER I DIGITALISATION

chitecture is a structural question which has yet to be addressed.

Olivia Vinden Head of Fintech & Innovation I Alpha FMC UK

47


DOSSIER I GOLDEN-i

ITNATION | ÉTÉ 2O18

DOSSIER I GOLDEN-i

ITNATION | ÉTÉ 2O18

La soirée de Gala Golden-i, le 31 mai dernier, a une nouvelle fois rassemblé le meilleur de la communauté digitale luxembourgeoise. Chaque année, cette soirée permet aux leaders digitaux de la place de se rencontrer et d’échanger dans un contexte convivial. C’est en permettant aux uns et aux autres de se rencontrer et de tisser des relations que Golden-i espère contribuer à l’émergence d’un Luxembourg toujours plus compétitif au cœur d’une économie numérique. Dans cette perspective, les intervenants de cette édition ont notamment évoqué les impacts de la technologie sur nos sociétés, invitant les convives à envisager sa mise en œuvre de manière responsable. Brian Manusama, de Gartner, et Olivier Babeau, président du think tank français Institut Sapiens, ont partagé deux visions singulières de l’impact de l’intelligence artificielle et du progrès technologique sur l’humanité. Leurs prises de parole ont certai-

GOLDEN-i ÉCLAIRER UNE SOCIÉTÉ DIGITALE PLUS HUMAINE Philippe Pierre Partner I PWC Luxembourg Márton Fülöp CIO of the year 2018 I Docler Holding

48

nement contribué à nourrir les réflexions des convives rassemblés au cœur de l’auditorium de PwC Luxembourg, qui accueillait l’événement. Comme tous les ans, Golden-i a été l’occasion de récompenser les acteurs qui, au Luxembourg, mènent des projets innovants remarquables, comme Márton Fülöp, de Docler Holding, élu CIO of The Year, ou encore la start-up Finologee, récompensée par l’APSI, sans oublier Telindus, qui décroche l’award de Best Cloud Service Provider of the Year décerné par l’association Cloud Community Europe Luxembourg. Nous vous invitons, à travers les quelques pages qui suivent, à revivre l’ambiance de Golden-i 2018.

Emilie Mounier Owner I Makana Pascal Lanser Consultant

49


DOSSIER I GOLDEN-I

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

L’EXCELLENCE RÉCOMPENSÉE

TELINDUS

Le Gala Golden-i est chaque année le cadre d’une

ficative et directe, à travers le digital, au progrès

remise de prix prestigieuse. La soirée révèle le CIO

économique du Luxembourg et à la compétitivité

of The Year, en partenariat avec PwC. Cette année,

des entreprises présentes sur le territoire national.

c’est Márton Fülöp, COO de Docler Holding qui

En 2018, c’est Docler Holding qui s’est vue récom-

s’est vu attribuer le titre honorifique. Ne manquez

pensée. La société a déployé d’importants efforts

pas son interview en ouverture de cette édition

pour attirer des talents IT au Luxembourg ainsi que

d’ITnation Magazine.

des start-ups innovantes.

L’attribution du prix du CIO of The Year s’effectue

En 2018, l’APSI a une nouvelle fois honoré une

à travers un processus de sélection en plusieurs

start-up avec un prix dédié à cette catégorie

étapes. Une short list de prétendants, candidats

d’entreprises. C’est Finologee, société qui met en

au titre ou non, est établi après un vote ouvert à

œuvre une plateforme permettant aux start-ups

la communauté IT via ITnation.lu. Les candidats

et aux professionnels de la finance de mutua-

les plus sollicités sont ensuite invités à proposer

liser des applications agréées par le régulateur,

un projet et à le défendre devant un jury composé

qui a hérité de cet award. Elle entend faciliter

notamment d’anciens lauréats. Cette année, à côté

la collaboration entre acteurs établis et jeunes

de Márton Fülöp, deux autres prétendants étaient

sociétés innovantes en apportant les garanties

nominés : Eric Mansuy, CIO de KBL ebp et Vincent

réglementaires nécessaires. ITnation dresse le

Eggen, Managing Director de Pictet Technologies.

portrait de Finologee dans la section start-up du magazine, à la fin de l’édition.

L’Association des Professionnels de la Société de l’Information profite aussi de cette soirée de Gala pour remettre deux prix à des acteurs du Luxembourg numérique. Le Flagship Award vient récompenser une entreprise pour sa contribution signi-

ÉLU BEST CLOUD SERVICE PROVIDER OF THE YEAR

EBRC, RCube et Telindus étaient les trois nominés pour l’award de Best Cloud Service Provider of the Year, attribué par l’association Cloud Community Europe Luxembourg (CCEL). C’est finalement Telindus qui l’a emporté en présentant sa solution U-flex.

TELINDUS

DE LA FLEXIBILITÉ QUEL QUE SOIT LE BUSINESS

Les acteurs récompensés lors de la cérémonie des awards de l’édition 2018 de Golden-i sont Docler Holding, Finologee et Telindus.

DOSSIER I GOLDEN-i

RCUBE

RCube est une société de Rgroupe. Créée il y a cinq ans, elle met en œuvre des solutions et services IT à destination des grands comptes et des professionnels du secteur financier. « Notre cloud privé, tout en répondant aux exigences du régulateur financier, offre de nouvelles perspectives aux acteurs

C’est avec son offre U-flex que Telindus a pris part à ce prix. Lors de la cérémonie, la société a notamment présenté la manière dont son service cloud répond aux attentes de 2Gears, une entreprise qui déploie sa solution Fintech Governance.io. « Nous proposons une offre extrêmement flexible. Elle répond aux besoins d’acteurs aux profils très variés, de la start-up au grand corporate, commente Christian Haux, Sales & Marketing Director au sein de Telindus Luxembourg. Tout en garantissant un haut niveau de disponibilité, notre solution permet à des petits acteurs d’évoluer selon une approche pay as you grow. » Le cas de 2Gears est remarquable. La société Fintech, avec sa solution d’aide à la gouvernance des acteurs financiers, fait face à des besoins croissants. D’autre part, elle doit satisfaire aux exigences élevées d’un secteur extrêmement réglementé. «  Notre cloud lui permet donc de grandir efficacement mais aussi d’avancer de solides garanties pour l’aider à convaincre ses clients dans le secteur financier. La start-up, à travers notre cloud, s’appuie sur un partenaire solide et pérenne, pour être à la hauteur des attentes de ses interlocuteurs. » Selon Christian Haux, la flexibilité offerte par la solution est un avantage indéniable. « Elle se traduit dans la solution technique mais aussi dans la capacité de nos équipes à s’adapter en fonction des challenges que doit relever chaque client, explique-t-il. L’écoute, la compréhension et la disponibilité de nos collaborateurs constituent des atouts appréciés. Nous partons des besoins réels de chacun et voyons comment il est possible de personnaliser la mise en œuvre de la solution cloud, pour aider le client à relever ses propres challenges. »

du secteur qui souhaitent transformer leur IT. A partir de notre infrastructure établie au Luxembourg, nous mettons en œuvre des solutions Infrastructure as a Service, Platform as a Service et Software as a Service, précise Jean-Guy Roche, administrateur délégué de Rgroupe. Ce cloud flexible et attractif nous permet notamment d’accompagner les professionnels de la finance dans leur transformation, en garantissant le respect des exigences définies au niveau de leur agrément. L’accompagnement se poursuit dans une gestion dynamique du cloud, en mode hybride, à travers une plateforme multi-cloud. » Dernièrement RCube a mis en œuvre une solution SAAS, baptisé R-Sign, à travers laquelle elle se positionne comme hub de confiance digital pour garantir la signature électronique des documents.

EBRC

EBRC a pour sa part présenté son offre cloud à travers la solution mise en œuvre pour la société Conztanz. « Notre client cherchait une solution d’hébergement souveraine pour sa plateforme d’échange de données PNR (Passenger Name Record) entre des compagnies aériennes et la Police grand-ducale, explique Yuri Colombi, Head of Solutions & Innovation. L’aspect sensible des données traitées l’a poussé à sélectionner un hébergeur de confiance. Il lui fallait également une solution qui puisse évoluer dans le temps. » Chaque nouvel accord entre la société et une compagnie aérienne implique en effet de faire immédiatement évoluer les ressources informatiques nécessaires pour assurer le service. « Les données restent hébergées au Luxembourg, dans nos propres datacenters, dont trois sont classifiés Tier IV, la norme la plus haute en terme de sécurité et de disponibilité. Notre solution se distingue aussi par la flexibilité qu’elle offre. Nous ne vendons pas des serveurs de tailles prédéfinies. Nos clients souscrivent à des pools de ressources mémoire, CPU et disque, qu’ils peuvent assembler en VM en fonction de leur besoin. »

50

51


DOSSIER I GOLDEN-i

1.

Yves Reding I CEO I EBRC Jean-Luc Martino I CIO I Banque Raiffeisen

2.

Soirée Networking

3.

Team Telindus Luxembourg I Best Cloud Provider 2018 & Sabrina Lemaire I Présidente du Jury CCEL

4.

Qendresa Alijaj I Takeda Julienne Yanogo I EIB Diane Tea I LBAN

5.

Frédéric Kemp I Avaloq Jean-François Bequevort I SAS

ITNATION | ÉTÉ 2O18

DOSSIER I GOLDEN-i

ITNATION | ÉTÉ 2O18

6

2

7

3

1

52

4

6.

Team Temenos Luxembourg

7.

François Piret I Clearstream Jana Vlacihova I Clearstream Luigi Monacelli I Clearstream

8.

Marc Payal I Managing Director I Fujitsu Technology Solutions Christophe Nardin I Directeur I Luxith G.I.E.

9.

Team System Solutions Luxembourg

8

5

9

53


DOSSIER I GOLDEN-i

ITNATION | ÉTÉ 2O18

DOSSIER I GOLDEN-i

ITNATION | ÉTÉ 2O18

RESTER HUMAIN

À L’ÈRE DES MACHINES Brian Manusama, de Gartner, et Olivier

ce que l’on appelle le peak of inflated expecta-

La technologie derrière l’intelligence artificielle

du choix, pour reprendre l’expression consacrée.

du monde, le plus souvent celle qui nous sied,

Babeau, de l’Institut Sapiens, ont dévoilé les

tion. Tout processus d’adoption d’une techno-

est loin d’être mature. « Il faut donc l’envisa-

« Résultat : le plus souvent on opte pour le choix

créant une bulle de filtrage autour de chacun de

perspectives que nous réservent selon eux

logie s’apparente à une montagne russe. Et le

ger comme un élément tactique, au service du

grégaire, soit ce que l’on connaît, soit le choix des

nous. Nous ne sommes plus renvoyés au-delà de

l’intelligence artificielle et le progrès technolo-

marché, avec un très haut niveau d’attente, va

business, et pas comme un enjeu stratégique,

autres, avec un effet paradoxal d’hyper-standar-

nous-mêmes. On comprend de moins en moins

gique. L’un et l’autre ont partagé deux visions

dévaler la première pente, la plus violente, en se

explique Brian Manusama. L’intelligence artifi-

disation de la société », explique l’économiste.

ce qui nous arrive. »

singulièrement différentes.

rendant compte du niveau de maturité encore

cielle requiert de la patience. Il faut commencer

relativement limité de la technologie. »

doucement, progressivement gagner en maturité

Si l’on s’attache à la dimension du désir, on se

avant d’espérer pouvoir en retirer de la valeur. »

rend compte que l’homme confond plaisir et

LA TECHNOLOGIE NOUS REMPLACE

bonheur, préférant le plaisir goutte à goutte, se

Quand hier, la technologie soutenait l’activité

L’intelligence artificielle (IA). Le sujet est breux fantasmes autant qu’il suscite de craintes.

L’EXIGENCE DE MIEUX COMPRENDRE L’IA

plaçant sous perfusion, à l’accomplissement de

humaine, on a de plus en plus tendance à lui

Lors de Golden-i, deux personnalités avaient

Brian Manusama se veut donc pragmatique. « L’in-

Olivier Babeau, qui partage un tout autre regard

véritables aspirations conduisant au bonheur.

déléguer une partie de nos capacités. « Les outils

été invitées à partager leur vision vis-à-vis des

telligence artificielle peut être inquiétante, dans

sur l’évolution technologique au cœur de notre

C’est ce qui explique la multiplication des com-

technologiques sont des prothèses. Or, une pro-

changements qu’introduisent ces innovations

la nuit, tant qu’on en perçoit mal les contours. Il

société, nous mettait en garde contre le risque de

portements addictifs, au sucre ou aux écrans,

thèse, ça ne prolonge pas, ça remplace », com-

technologiques au cœur de nos organisations

est donc temps d’allumer la lumière, pour mieux

perte d’humanité à l’ère où les machines sont de

entre autres nombreuses choses. « Nos modes

mente Olivier Babeau, qui évoque sans tabou un

et de nos sociétés. Alors que Brian Manusama,

envisager ce qu’il est possible de faire ou non

plus en plus présentes. « L’homme s’est distingué

de vie perturbent la pensée profonde, celle-ci

risque de déshumanisation de la société. Inéluc-

Senior Director au sein de Gartner, peut être

avec cette technologie. » Selon le responsable de

à travers les millénaires par sa capacité d’adapta-

étant sans cesse interrompue par des éléments

table ? Pas forcément. L’économiste libéral et

considéré comme un promoteur pragmatique

Gartner, l’intelligence artificielle ne va pas rempla-

tion à l’environnement qui l’entoure. Cependant,

extérieurs. Il y a aussi un risque que l’intelligence

penseur en appelle à un nouvel humanisme. « Il

de la technologie, Olivier Babeau, écono-

cer les travailleurs, elle va leur permettre d’évoluer

depuis quelques décennies, la donne a changé.

artificielle ne montre avant tout uniquement

nous appartient de nous prendre en main. Nous

miste et président du think tank français Insti-

en les libérant de certaines tâches. La technologie

L’homme ne s’adapte plus au monde. Il adapte

que ce qui nous plaît et laisse le reste hors de

devons cesser de nous demander ce que le futur

tut Sapiens, a invité l’auditoire à une réflexion

sera bien meilleure que l’homme pour mener à

son environnement à ses aspirations. Or, notre

notre portée. La technologie a tendance à ne

a à nous apporter pour mieux envisager ce que

humaniste à l’ère des machines. « On assiste

bien des fonctions précises. Elle est loin de pou-

cerveau n’a pas été préparé à cela. », explique-t-il.

mettre un coup de projecteur que sur une réalité

nous pouvons faire pour lui. »

aujourd’hui à un engouement incroyable autour

voir égaler les capacités humaines dans leur com-

de l’IA, introduisait Brian Manusama. À l’avenir,

plémentarité. « Toutefois, d’ici 10 ans, les com-

Explorant ces trois dimensions fondamentale-

la technologie doit nous permettre de prendre

pétences utiles au développement de l’entreprise

ment humaines que sont l’esprit, le désir et la

des meilleures décisions. Elle nous accompa-

seront différentes de celles d’ aujourd’hui. Et il est

force de décision, Olivier Babeau s’est évertué,

gnera dans notre vie quotidienne. Elle nous

important d’en avoir conscience dès à présent,

non sans une pointe d’ironie, à faire la démons-

offre aussi de nouvelles perspectives d’automa-

pour commencer à faire évoluer vos talents en leur

tration d’une humanité larguée. « Notre cerveau,

tisation. » On en attend beaucoup, peut-être un

expliquant comment et pourquoi l’intelligence

par exemple, peine à effectuer des choix s’il est

peu trop d’ailleurs compte tenu des possibilités

artificielle va changer leur métier, en continuant à

confronté à 7 possibilités ou plus », explique-t-il.

qu’elle offre. « Nous traversons actuellement

travailler avec eux et pour eux. »

Or, l’être humain n’a aujourd’hui que l’embarras

aujourd’hui incontournable. Il nourrit de nom-

54

UNE HUMANITÉ LARGUÉE

ARRÊTONS DE NOUS DEMANDER CE QUE LE FUTUR PEUT NOUS APPORTER POUR MIEUX ENVISAGER CE QUE NOUS POUVONS FAIRE POUR LUI 55


PSD2 DOSSIER I PSD2

ITNATION | ÉTÉ 2O18

CHANGE LES RÈGLES DU

JEU

ITNATION | ÉTÉ 2O18

clients avec des acteurs tiers », explique Marc

plateforme, en embarquant avec elles les ser-

Hemmerling, General Counsel Digital Banking,

vices les plus adaptés aux attentes de leurs clients,

FinTech and Payments et membre du senior

quels que soient les acteurs qui les opèrent. » Le

management de l’ABBL.

membre du senior management de l’ABBL, pour

LES GAFA, VONT POUVOIR SE POSITIONNER PLUS FACILEMENT AVEC DES SERVICES DE PAIEMENTS

illustrer son propos, fait le lien avec l’industrie La PSD2 reconnait des nouveaux acteurs du

automobile. « Aujourd’hui, chaque modèle de voi-

paiement, à savoir les Account Information

ture, quelle que soit la marque, est constitué d’un

sisteront dans l’ancien modèle auront toutes les

possibles gratuitement. « L’Union européenne,

Service Providers (AISP) et les Payment Initia-

assemblage de composants et services proposés

peines du monde à se maintenir. La concurrence,

à travers cette directive, ouvre le jeu, favorise la

tion Service Providers (PISP). Ceux-ci pourront

par une large variété d’acteurs. Le constructeur

sur la qualité de service, s’annonce féroce. « Les

concurrence. Elle libéralise considérablement

accéder aux données de compte de paiement

se contente le plus souvent de bien les agréger

nouveaux entrants, avec d’importants moyens

le marché, avec la volonté que des services plus

des clients des banques, pour peu qu'ils les y

pour satisfaire au mieux les attentes du client

techniques et financiers, comme les GAFA, vont

performants voient le jour, au profit du consom-

autorisent. « Cette réglementation est un réel

final. Le challenge, pour la banque comme pour

pouvoir se positionner avec des services de paie-

mateur », assure Marc Hemmerling.

game changer, précise Jacques Pütz, CEO de

le constructeur automobile, consistera à garder le

ment. Facebook pourrait très bien permettre à

LUXHUB, nouveau prestataire de service qui

lien avec le client final, pour mieux lui proposer

ses utilisateurs d’effectuer des transferts d’argent

Les banques, chacune de leur côté, pourront

veut faciliter la gestion par les banques de leurs

un ensemble de services adaptés à ses attentes et

au départ de leur propre compte. Amazon pour-

aussi accéder aux données de compte de clients

PSD2 oblige les banques retail et privées à s’en-

obligations liées à PSD2 via une plateforme

aspirations », précise-t-il.

rait, sans frais, initier le paiement d’achats depuis

dans d’autres institutions. Tout comme les nou-

gager dans une stratégie d’open banking. Il leur

digitale et un ensemble de services associés.

veaux acteurs, elles ont aussi la possibilité de

Jusqu’alors, les banques géraient l’intégralité

paiement qui coûtent de l’argent au consomma-

proposer de nouveaux services. Si PSD2 est

conformité, ouvrir leur système vers l’extérieur

de la relation avec leurs clients. Demain, ces

NOUVEAUX ACTEURS, NOUVEAUX SERVICES

le compte d’un de ses clients. Les solutions de

reste quelques mois à peine pour se mettre en

teur, comme les cartes de crédit, se retrouvent

vecteur de risque pour les acteurs traditionnels,

et, surtout, repenser leur positionnement stra-

derniers pourront recourir à des services propo-

L’avenir de la banque universelle, qui met en œuvre

court-circuitées », explique Jacques Pütz. En effet,

elle peut aussi être considérée comme source

tégique au cœur d’un paysage bancaire appelé

sés par des tiers et qui s’appuieront directement

et opère elle-même l’ensemble des services tradi-

l’accès aux données des comptes par la banque

d’opportunités, pour peu que l’on parvienne à

à se redessiner intégralement.

sur les informations de la banque. »

tionnels, semble compromis. Les acteurs qui per-

et l’initiation de paiements doivent être rendus

bien négocier ce tournant. Il est évident que les

Dans le secteur financier, les réglementations

UN ENJEU STRATÉGIQUE

se succèdent et occupent considérablement

De nouveaux acteurs disposant d’un agrément

l’ensemble de ses acteurs, sans cesse contraints

d’AISP ou PISP auront la possibilité de désinter-

de se mettre en conformité. Les enjeux régle-

médier la relation existante entre la banque et

mentaires mobilisent des ressources non-né-

son client, en proposant un service innovant,

gligeables, réduisant le plus souvent la capacité

plus alléchant, plus performant, sans avoir à gérer

d’investissement que les banques et autres insti-

toutes les contraintes d’une banque. On s’attend

tutions financières pourraient notamment placer

à ce que ces services tiers cherchent à capter une

dans l’innovation. Cependant, parmi les régula-

part des revenus des banques. C’est le modèle

tions qui déferlent depuis quelques années, PSD2

bancaire traditionnel qui est aujourd’hui remis en

pourrait avoir un impact plus significatif que

question. « Il faut avoir conscience que l’enjeu

beaucoup d’autres. « La nouvelle directive paie-

n’est pas technique, ni réglementaire. Le change-

ment va potentiellement remettre en question le

ment qu’initie PSD2 implique une réflexion et un

fonctionnement des banques elles-mêmes. Elle

repositionnement stratégiques, commente Marc

les contraint à s’engager dans une perspective

Hemmerling. Les banques qui ont les meilleures

d’open banking en les forçant à ouvrir leur sys-

chances de survivre dans ce nouveau monde

tème et à partager les données bancaires de leurs

sont celles qui parviendront à se transformer en

L’ENJEU N’EST PAS TECHNIQUE, NI RÉGLEMENTAIRE. PSD2 IMPLIQUE UNE RÉFLEXION ET UN REPOSITIONNEMENT STRATÉGIQUES

56

DOSSIER I PSD2

Marc Hemmerling General Counsel Digital Banking, FinTech and Payments I ABBL

57


DOSSIER I PSD2

ITNATION | ÉTÉ 2O18

DOSSIER I PSD2

ITNATION | ÉTÉ 2O18

banques actuelles vont devoir se repositionner,

cialisation et à un partage d’expertise à travers

changer d’attitude et apprendre à mieux parta-

des plateformes. » Si PSD2 oblige les banques

L’OCCASION MANQUÉE

ger, tant la donnée que l’expertise et les revenus.

à s’ouvrir, elle ne leur interdit pas de dévelop-

Les Etats membres de l’Union Européenne étaient invités à transposer la directive PSD2

« Ceux qui s’inscriront dans ce mouvement vers

per de nouvelles formes de relations avec des

dans leur droit national pour le 13 janvier 2018. Et l’on peut s’étonner, et même amère-

l’open banking  seront forcément gagnants  »,

commerçants notamment, en mettant en place

ment regretter que le Luxembourg ne figure pas dans les premiers pays à l’avoir fait. A

commente Jacques Pütz.

avec eux des approches plus efficientes pour

ce jour, en effet, la Chambre des Députés n’a pas inscrit ce vote à son agenda, le Conseil

garantir l’octroi d’un crédit à la consommation

d’Etat ne s’étant pas encore prononcé à ce sujet. Les vacances parlementaires suivies

par exemple.

des élections approchant, il est fort probable que la transposition ne soit pas envisagée

SPÉCIALISATION ET PARTAGE D’EXPERTISE

avant que la nouvelle Chambre ne soit constituée, au cœur de l’automne prochain. Le

banque confrontée à ces nouveaux défis ?

VERS L’ÉMERGENCE DE NOUVELLES PLATEFORMES

« Dans la mesure où un acteur bancaire pour-

Le rôle de chacun et la manière dont il crée de

hub du paiement. « Le problème réside dans le fait que tant que la loi n’est pas adoptée,

ra accéder aux données de compte de son

la valeur vont se transformer. Il est probable que

la CSSF ne peut pas accorder d’agréments à des AISP ou à des PISP, commente Marc

client chez un de ses concurrents, il faudra

le monde bancaire de demain sera constitué

Hemmerling. Aussi, les acteurs qui souhaitent dès à présent se positionner se tournent

redéployer des offres et services à forte valeur

de plateformes à travers lesquelles il deviendra

vers d’autres régulateurs. » Jean Diederich, lui, évoque une catastrophe. «  Pour un

ajoutée pour continuer à se développer dans

possible d’agréger divers services. Derrière cette

État qui affirme vouloir être une « fintech nation  », cela soulève des questions de

un environnement toujours plus transparent,

transformation stratégique, le défi technique

réputation. L’Angleterre, la France ou encore l’Allemagne ont transposé la directive.

précise Jean Diederich, partner chez WAVES-

n’est pas des moindres pour ouvrir les systèmes,

Au Luxembourg, rien. La transposition plus rapide outre-Manche a notamment entrai-

TONE et président de l’APSI. À partir des don-

gérer les autorisations, constituer de nouvelles

né, au premier jour d’entrée en vigueur de la directive, l’introduction de plus de 200

nées auxquelles chacun pourra accéder, on

plateformes.

demandes de dossiers de la part d’acteurs désireux de se positionner comme nouveaux

Quelle stratégie adopter quand on est une

peut faire beaucoup : innover, développer des

Luxembourg se laisse ainsi distancer par d’autres places. Une attitude étonnante pour un pays aux fortes ambitions fintech, avec une volonté affichée de se positionner en

acteurs Account Information Service Providers (AISP) et/ou Payment Initiation Service

approches du marché plus personnalisées, etc.

Le monde bancaire va changer. Et le mouvement

Providers (PISP). En recevant l’agrément d’autres régulateurs, ils profitent dès à présent

Les banques, aujourd’hui, ne valorisent que peu

imposé par PSD2, qui concerne aussi bien les

du passeport européen pour servir l’ensemble du marché. » Luxembourg, une fois n’est

ou pas du tout ces données, elles font juste de

banques retail que les banques privées, à partir

pas coutume, semble avoir laissé passer une belle opportunité de faire la différence et

l’archivage de transactions de paiement sans

du moment où un compte de paiement est acti-

de renforcer plus encore sa place financière.

réelle valeur ajoutée. »

vé, n’est qu’un début. « La véritable inconnue, aujourd’hui, réside dans la vitesse à laquelle la

Jacques Putz CEO I LuxHub

Pour s’assurer de dégager des marges suffi-

transformation va s’opérer. Est-ce que dans trois

santes, les acteurs devront se spécialiser et

ans, des centaines de third part providers, AISP

se connecter à un ensemble de partenaires.

ou PISP, se seront positionnés ? Ou faudra-t-il

« C’est tout l’enjeu de l’API Economy, poursuit

encore attendre dix ans ?  », interroge Jacques

Jean Diederich. C’est un nouveau monde qui

Pütz. Il faudra surtout analyser précisément la

s’ouvre. Et chacun doit mettre en œuvre les

manière dont le marché réagit. Si les banques

changements nécessaires pour se garantir une

ont un avantage, dans la mesure où la relation

place de choix en son sein. La banque devra

avec le client existe déjà et qu’elles disposent

créer de nouveaux services et, pour cela, en

d’un certain niveau de confiance, il ne faut pas

abandonner d’autres. Il apparait évident que les

sous-estimer la concurrence. « Un acteur comme

acteurs de demain ne pourront plus prétendre

Amazon entretient déjà un lien commercial avec

rester des généralistes et être bons dans tous les

la plupart des clients des banques universelles,

domaines. On s’attend à un mouvement de spé-

précise Jacques Pütz. Les jeunes générations, aujourd’hui, font autant confiance à Amazon qu’à leur banquier. PSD2 libéralise littéralement le marché de la banque, et tout pourrait se trans-

C’EST UN NOUVEAU MONDE QUI S’OUVRE ET QUI OBLIGERA LES BANQUES À CRÉER DES SERVICES ET À EN ABANDONNER D’AUTRES

former rapidement. » Il reste donc à construire l’environnement bancaire de demain.

58

Jean Diederich Président I APSI

59


EXPERTISES I CYBERSÉCURITÉ

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

TRANSFORMER SON APPROCHE DE LA

CYBER SÉCURITÉ VMWARE

L’évolution des systèmes informatiques, avec la migration vers le cloud et la sophistication des attaques, implique de revoir la manière dont est appréhendée la cybersécurité. Selon Ghaleb Zekri, de VMware, c’est au plus proche de l’environnement applicatif que doivent désormais être mises en œuvre les mesures d’hygiène.

Ghaleb Zekri NSX senior systems engineer EMEA I VMware

60

EXPERTISES I CYBERSÉCURITÉ

du cloud et des besoins en mobilité toujours

chaque composant applicatif. »A travers la mi-

plus grands, tous les acteurs doivent compo-

cro-segmentation de l’environnement IT, deu-

RAPPROCHER LA CYBERSÉCURITÉ DU DÉVELOPPEMENT

ser avec une surface d’exposition à la menace

xième mesure avancée par l’expert de VMware,

Enfin, il est aussi important de garantir un

toujours plus grande. La cybersécurité, selon

l’idée est d’encapsuler chaque élément appli-

patching optimal. « Le problème, c’est que

l’approche traditionnelle, devient de plus en

catif, pour mieux le contrôler et le protéger de

les équipes en charge de l’évolution de l’en-

plus complexe à gérer », précise l’expert.

manière indépendante des autres. Ce principe

vironnement applicatif ne travaillent pas tou-

permet aussi d’éviter toute propagation de la

jours directement avec celles en charge de

menace en cas de compromission. Encore une

la cybersécurité. Souvent, d’ailleurs, leurs

RAPPROCHER LA CYBERSÉCURITÉ DES APPLICATIONS

fois, si une application commence à se com-

intérêts divergent, explique Ghaleb Zekri. Une

D’une part, l’exposition à la menace est plus

porter de manière anormale, on peut plus faci-

application en production peut évoluer sans

grande. D’autre part, les attaques, elles, sont de

lement détecter le problème et réagir.

que la sécurité n’en ait été informée. L’intérêt

plus en plus sophistiquées. Si un cybercriminel

de déployer une plateforme de monitoring

placée en périphérie sans se faire repérer, une

LA SÉCURITÉ AU CŒUR DE L’ENVIRONNEMENT VIRTUALISÉ

fois à l’intérieur de l’environnement applicatif,

Afin d’aider ses clients à transformer leur ap-

ment, l’équipe en charge de la cybersécurité

il peut facilement agir sans être inquiété. « Ces

proche en cybersécurité, VMware a dévelop-

est alertée et peut agir en conséquence, en se

évolutions, avec une décorrélation grandissante

pé une plateforme intégrée directement dans

tournant par exemple vers les équipes de dé-

entre les mécanismes de contrôle et l’usage ef-

l’infrastructure de virtualisation, au plus près

veloppement. Un tel outil permet de travailler

fectivement fait de l’application, qui est pour

de l’environnement applicatif. A travers elle,

en meilleure symbiose, en réduisant les délais

sa part de plus en plus distribuée, rendent le

on peut déterminer exactement ce qui est

de réaction, en rapprochant les équipes. La

modèle de protection périphérique obsolète,

exécuté, ce qui se passe, quelles applications

gestion du patching peut être considérable-

poursuit Ghaleb Zekri. Il est désormais impor-

communiquent avec divers interfaces. « Il est

ment améliorée. »

tant que les enjeux de sécurité tiennent compte

désormais beaucoup plus simple de mettre en

de l’utilisation qui est faite des solutions appli-

œuvre cette micro-segmentation et ce prin-

catives. Il faut lier plus directement la politique

cipe de Least Privilege, sans forcément avoir à

UN SERVICE VECTEUR DE VALEUR BUSINESS

de sécurité aux évolutions de l’environnement

toucher à l’infrastructure physique », explique

En positionnant la gestion de la cybersécuri-

applicatif. »

Ghaleb Zekri.

té au plus proche de l’environnement appli-

parvient à contourner la couche de sécurité

au niveau des machines virtuelles est que, dès qu’une application change de comporte-

catif, pour développer des règles d’hygiène

LEAST PRIVILEGE ET MICROSEGMENTATION

CHIFFRER LA DONNÉE À TOUS LES NIVEAUX

Face à l’évolution de la menace, les inves-

C’est toute l’approche en cybersécurité qui

Un troisième principe d’hygiène à mettre

tout en préservant les ressources. Les équipes

tissements en cybersécurité ont considéra-

doit être repensée autour de quelques grands

en œuvre dans une nouvelle approche de la

en charge de la protection des données et de

blement évolué ces dernières années. On

enjeux : la réduction de la surface d’exposi-

cybersécurité est celui du chiffrement systé-

l’environnement applicatif ont accès à une in-

assiste à une explosion des coûts relatifs à la

tion, la capacité à réagir rapidement en cas de

matique des données, au niveau des applica-

formation de qualité et peuvent mieux analy-

protection des systèmes informatiques. A tel

compromission, le renforcement de la sécurité

tions, à travers le réseau ainsi que là où elles

ser l’activité à travers l’ensemble des systèmes

point que l’on peut légitimement se demander

des données et des applications critiques, le

sont stockées. « Aujourd’hui, nous pouvons

pour agir et réagir en conséquence. « Sans

si les approches de sécurité mises en œuvre

recours à des principes d’automatisation de

garantir ce chiffrement au niveau de chaque

ajouter de complexité, on peut dès lors placer

constituent la meilleure réponse à la menace

la gestion de la sécurité. « Une des premières

machine virtuelle, pour nous assurer qu’en cas

la cybersécurité au service du business, ne

ou si elles participent tout simplement à une

mesures d’hygiène réside dans l’application

de brèche, les données ne pourront pas être

plus la considérer comme un facteur de coût

fuite en avant.

Face à ces interrogations,

du principe de Least Privilege, poursuit Ghaleb

directement exploitées. » La cybersécurité

ou un élément bloquant, mais bien comme

Ghaleb Zekri, Security Architect EMEA au sein

Zekri. Il vise à limiter les accès aux fonctionnali-

peut être renforcée par l’application du prin-

un service qui soutient le bon fonctionne-

de VMware, préconise un changement d’ap-

tés et aux données pour chaque utilisateur, se-

cipe d’authentification à plusieurs facteurs. Se-

ment des applications et des besoins opéra-

proche. « Trop souvent encore, on parle de la

lon le rôle qui lui est octroyé. De telle manière,

lon la sensibilité des données ou applications

tionnels », conclut Ghaleb Zekri. L’approche,

cybersécurité comme d’une couche que l’on

au lieu d’essayer d’identifier des attaques sur

auxquelles un utilisateur veut accéder, et selon

considérant que la gestion se réalise depuis un

ajoute à un écosystème pour le protéger. Elle

l’ensemble d’un écosystème, on peut concen-

les privilèges qui lui sont accordés, il peut être

environnement virtuel et non plus au départ

est souvent considérée comme le dernier mail-

trer l’analyse sur des déviations des compor-

invité à procéder à une simple ou à une double

d’élément physique, facilite et sécurise aussi

lon de la chaine. Cependant, avec l’émergence

tements attendus de chaque utilisateur et de

authentification.

grandement la migration vers le cloud.

évidentes, VMware permet aux organisations d’adopter d’autres approches, plus efficientes,

61


EXPERTISES I CYBERSÉCURITÉ

ITNATION | ÉTÉ 2O18

VERS DES APPROCHES MIEUX INTÉGRÉES

DE LA CYBER

ITNATION | ÉTÉ 2O18

d’assurer avant tout une prévention optimale.

maux au cœur des systèmes et des réseaux »,

« Cela implique tout d’abord de mener des cam-

explique Thomas Koch. A l’heure où les cyber-

pagnes de simulation de brèche, explique Tho-

criminels usent d’astuces pour demeurer sous

mas Koch. C’est aujourd’hui le seul moyen de

les radars afin d’avoir la possibilité d’exploiter

vérifier que les procédures visant à bien réagir

un maximum de ressources, il faut tout mettre

fonctionnent. » Cet exercice dépasse le cadre

en œuvre pour les démasquer le plus rapide-

du simple test de pénétration. « La démarche

ment possible.

ne se contente pas de déceler les failles au ni-

SÉCURITÉ

origine une erreur humaine. Les acteurs mal-

ANALYSER CHAQUE ATTAQUE POUR AMÉLIORER LES PROCÉDURES

veillants parviennent à contourner les mesures

Chaque faille détectée doit faire l’objet d’une

de protection à travers les collaborateurs de

analyse approfondie. Une analyse forensique,

l’entreprise, poursuit Thomas Koch. À mes yeux,

au-delà de la détection, permet de mieux

notamment, la sensibilisation des collaborateurs

comprendre ce qui n’a pas fonctionné. Il per-

au risque constitue désormais la mesure de pré-

met d’identifier les dégâts, mais aussi d’en

vention la plus critique pour sécuriser un envi-

savoir plus sur la manière dont l’attaque a été

ronnement. » La prévention doit donc s’inscrire

orchestrée. « À partir d’une telle analyse, on

dans une approche plus large. « Il faut mettre

peut tirer des leçons précieuses, explique Tho-

EY

à l’épreuve les mesures existantes à travers des

mas Koch. Une meilleure compréhension de

scénarios, en simulant une attaque pour voir

chaque brèche effectivement constatée, dans

comment s’organise la réaction. L’idée est de

une approche intégrée, permet d’améliorer

qu’il ne faut pas négliger. « La problématique

vérifier que les procédures d’urgence sont bien

considérablement la maturité de l’entreprise à

encore trop souvent constatée aujourd’hui est

établies et que les acteurs impliqués peuvent ef-

l’égard des enjeux de cybersécurité. »

que ces fonctions, si elles sont mieux comprises

fectivement être mobilisés. » Est-ce que l’on dis-

des acteurs, sont la plupart du temps envisagées

pose des informations nécessaires pour joindre

Pour améliorer en continu la protection de

séparément. Elles sont menées par différentes

les équipes capables de répondre à la menace

l’entreprise vis-à-vis de la menace, il faut donc

personnes ou prestataires de service, sans qu’un

et effectuer l’analyse ? A-t-on bien tout prévu

s’inscrire dans une approche intégrée, envisa-

regard d’ensemble ne soit forcément apporté,

pour répondre aux obligations réglementaires en

ger la cybersécurité sous tous ces aspects, du

commente Thomas Koch, Associate Partner,

cas de brèche ? « En partant de la faille, on peut

début à la fin. « Les acteurs doivent se préparer

responsable de la practice cybersecurity d’EY

mieux constater où les contrôles ont échoué,

au pire. Cela n’est possible que si les équipes

Luxembourg. Lutter efficacement contre la me-

pour améliorer la protection et agir plus efficace-

communiquent mieux entre elles et que l’en-

nace implique de mobiliser une réelle expertise,

ment », conclut Thomas Koch.

semble de l’entreprise, à commencer par la

La sécurisation de ses systèmes informatiques implique aujourd’hui de mettre en place une démarche globale, intégrant plus de prévention, de contrôle et d’analyse des incidents. Pour Thomas Koch, Associate Partner au sein d’EY Luxembourg, en charge du service dédié à la cybersécurité, aucune de ces dimensions ne doit être négligée. Les défis que doivent relever les entreprises en

mais aussi de développer une approche intégrée,

matière de cybersécurité exigent désormais de

dans une dynamique d’amélioration continue. »

recourir à une variété de compétences. Pour se se contenter de protéger ses systèmes avec des

LA BONNE PRÉVENTION AU DÉPART D’UNE VRAIE SIMULATION

solutions techniques. La prévention, le contrôle et l’analyse des incidents sont des dimensions

protéger de manière optimale, on ne peut plus

Aujourd’hui, la plupart des brèches ont pour

SE DOTER D’UNE CAPACITÉ DE RÉAGIR

direction, est conscient des enjeux », assure Thomas Koch. La prévention, avec l’évocation des scénarios, doit pouvoir être menée à tous

Quelle que soit l’entreprise, personne n’est à

les niveaux de l’organisation. « Trop souvent,

l’abri d’une faille. Le risque zéro n’existe pas

si des mesures de protection raisonnables ont

La première dimension visant à garantir une pro-

et tout système est susceptible d’être un jour

été mises en œuvre, les organisations n’ont

tection optimale des systèmes informatiques est

compromis. Sans qu’elles en aient conscience,

pas pris le temps de vérifier si tout fonctionnait

de nombreuses organisations sont actuelle-

comme prévu », poursuit-il. L’exercice permet

ment infectées. « Au-delà de la prévention et

de passer en revue chaque élément, étape par

de la préparation, il est important de se doter

étape. «  Les organisations, quel que soit leur

d’une réelle capacité de détection des failles.

niveau de maturité, comprennent alors rapi-

Des outils performants, comme un Security

dement que la cybersécurité n’est pas un enjeu

Operations Center, permettent de détecter

technique ou IT, mais une question d’attitude,

plus efficacement des comportements anor-

de comportement à adopter », conclut l’expert.

LA CYBERSÉCURITÉ N’EST PAS UN ENJEU IT, MAIS UNE QUESTION D’ATTITUDE À ADOPTER 62

veau technique du périmètre technologique.

EXPERTISES I CYBERSÉCURITÉ

Thomas Koch Associate Partner I EY

63


EXPERTISES I DIGITAL RH

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

DIGITALISER

LA FORMATION POUR PLUS D’EFFICACITE

Proposer des formations de qualité à ses employés est devenu un atout considérable pour le recrutement. Conscients qu’ils devront faire face à des défis changeants tout au long de leur carrière, les candidats y sont en effet de plus en plus sensibles. Dans ce contexte, les outils digitaux permettent à la fois de faciliter le travail de gestion des responsables RH et de rendre les formations plus efficaces.

en charge des tâches répétitives à faible valeur ajoutée… et impliquera une forte évolution des fonctions au sein des organisations.

UN ATOUT TRÈS CHRONOPHAGE Dans un contexte où la recherche de talents, particulièrement dans le domaine de l’IT, se complique au Luxembourg, l’offre de formations constitue dès lors un appât nouveau

LE DIGITAL PEUT PERMETTRE À LA FORMATION DE GAGNER EN EFFICACITÉ, QU'IL S'AGISSE DE FACILITER SA GESTION EN ENTREPRISE OU DE PROPOSER UN MODE D'APPRENTISSAGE PLUS PERFORMANT

pour attirer les candidats les plus recherchés, qui sont eux-mêmes bien conscients que leur bagage de connaissances n’a qu’une durée de vie limitée. Toutefois, dans des entreprises

main, mais des logiciels de plus en plus perfec-

le personnel plus efficacement, en mettant en

qui comptent plusieurs dizaines de salariés et

tionnés arrivent sur le marché et allègent

œuvre notamment un mode d’apprentissage

dont l’activité principale nécessite des forma-

considérablement le travail du responsable

plus axé sur la pratique, sur le concret.

tions régulières – comme c’est le cas dans

RH. Ils permettent de voir quelles formations

l’IT – la gestion des différentes formations des

ont été suivies par quel employé, où ces

employés peut vite demander beaucoup de

formations ont eu lieu, ce qu’elles ont coûté,

DÉJÀ DE NOMBREUX EXEMPLES AU LUXEMBOURG

temps au responsable RH.

comment elles ont été évaluées, etc. En outre,

Au Luxembourg, des initiatives de ce genre

elles prennent parfois en charge la création

existent déjà, notamment au sein des CFL, où

C’est dans ce contexte que le recours à des solu-

des documents légaux permettant d’obtenir

des simulateurs permettent par exemple aux

tions digitales de gestion des formations prend

des primes de l’Etat.

chauffeurs de train de revivre un événement

tout son sens. Le développement de nombreuses plateformes de ce genre ne doit d’ailleurs rien au

SE FORMER DE MANIÈRE DIGITALE

hasard : les développeurs de ces solutions ont

Au-delà de la gestion digitalisée du pôle forma-

tion, on peut ensuite tirer des enseignements

vergure moyenne, ne néglige la formation de ses

bien compris l’intérêt conjoncturel de la chose.

tion, qui permet de débarrasser le responsable

sur les bonnes et les moins bonnes pratiques

RH d’une série de tâches à faible valeur ajou-

constatées. L’apprentissage sur ce mode plus

tée, l’apprentissage en lui-même se digitalise

participatif semble faire ses preuves. En outre,

de plus en plus. Le « digital learning », puisque

la « gamification » ou apprentissage par le jeu

dont ils y ont réagi. De cette mise en situa-

catalogue d’organismes extérieurs à l’entreprise,

GÉRER LES FORMATIONS PLUS FACILEMENT

la formation n’est plus ce bonus anecdotique

Lorsque des centaines d’heures de formation

c’est le nom qui lui est donné, permettrait, selon

n’est pas non plus en reste avec, notamment,

qu’on réservait jadis aux quelques employés qui

sont dispensées chaque année à des dizaines de

ses promoteurs, de considérablement gagner

l’initiative Room 42 développée par le Centre

s’y intéressaient.

salariés, le responsable RH finit par consacrer un

en efficacité.

national de compétence en cybersécurité.

en interne ou de modules sélectionnés dans le

Prenant la forme d’une pièce fermée où diffé-

temps important à la gestion de ces formations :

64

survenu sur les voies et d’analyser la manière

Aujourd’hui, plus aucune entreprise, même d’enemployés. Qu’il s’agisse de formations assurées

LE DIGITAL LEARNING DONNE LA POSSIBILITÉ DE MIEUX PERSONNALISER LA FORMATION DISPENSÉE À CHACUN

EXPERTISES I DIGITAL RH

Ce changement de mentalité est dû à une trans-

trouver et réserver les formations adéquates,

En utilisant des ressources pédagogiques

rents professionnels d’une même société sont

formation du monde du travail en lui-même.

introduire les documents légaux permettant

digitales prenant différentes formes (vidéos,

rassemblés, la Room 42 permet de jauger la

Rares sont aujourd’hui les salariés qui passent

d’obtenir des primes de l’Etat, évaluer l’efficaci-

blogs, apps, modules en ligne, etc.), le digital

réactivité de ces équipes lorsque survient une

l’ensemble de leur carrière dans une même

té de la formation, réserver éventuellement une

learning donne en effet la possibilité de mieux

(fausse) attaque informatique…

entreprise, à exercer les mêmes compétences.

salle ou même un avion ou un hôtel lorsque la

personnaliser la formation dispensée à chacun

Sur l’ensemble de sa vie professionnelle, le

formation a lieu à l’étranger…

à travers une meilleure analyse des données.

Ces exemples, parmi tant d’autres, montrent

Le recours à la réalité virtuelle, par exemple,

bien comment le digital peut permettre à

nombreuses fonctions différentes, qui l’oblige-

Une partie de cette masse de travail peut

permet de plonger l’employé dans une situa-

la formation de gagner en efficacité, qu’il

ront à continuer à se former. C’est d’autant plus

aujourd’hui être prise en charge par des logi-

tion de travail concrète. Dans le même ordre

s’agisse de faciliter sa gestion en entreprise

vrai avec le développement de la robotique et de

ciels ou applications. Évidemment, certaines

d’idées, l’apprentissage par le jeu à travers les

ou de fournir un mode d’apprentissage plus

l’intelligence artificielle, qui permettra la prise

actions devront toujours être gérées par l’hu-

outils digitaux offre des possibilités de former

performant aux salariés.

salarié actuel pourra au contraire occuper de

65


EXPERTISES I DIGITAL RH

ITNATION | ÉTÉ 2O18

EXPERTISES I DIGITAL RH

ITNATION | ÉTÉ 2O18

L’ENJEU ?

CRÉER UNE FORTE COHÉSION D’ÉQUIPE AVEC DES COLLABORATEURS PASSIONNÉS

Jenna Gadreau a pris en main la gestion des ressources humaines de NSI Luxembourg en mars dernier. Sa mission : la création d’un département comprenant la consolidation de l’équipe et le renforcement de la cohésion des collaborateurs autour de valeurs fortes.

Pourquoi avoir choisi de rejoindre NSI Luxembourg ?

Nous évoluons encore dans une approche

Cette opportunité constituait un défi enthou-

part au développement des activités de NSI

siasmant à relever. NSI est un jeune acteur au

au Luxembourg, en partageant ses idées et ses

Luxembourg. Tout est à construire, même si

desiderata. Avec PIXELIXIR et Multidata, NSI re-

nous évoluons au cœur d’un groupe consé-

présente 75 emplois au Luxembourg. Créer des

quent. On nous a donné carte blanche pour

liens solides entre les entités et départements

mettre tous les éléments en place au Luxem-

implique une bonne communication et une

bourg : définir l’ADN de la structure, travailler

grande transparence.

start-up. Chacun a la possibilité de prendre

sur la marque employeur, mettre en place la maines tout en définissant le cadre dans lequel

Quelles sont les attentes des candidats aujourd’hui ?

vont devoir évoluer les équipes. En ce qui me

La pénurie de talents, vécue par tout le monde,

concerne, cette opportunité est aussi l’occa-

implique d’être réactif. D’autre part, les at-

sion de découvrir un nouvel univers. L’IT est un

tentes des candidats ont beaucoup évolué. Le

milieu en constante évolution, cela implique

salaire n’est plus l’unique facteur déterminant.

une remise en question permanente.

Ils sont aussi soucieux de l’équilibre entre vie

gestion administrative des ressources hu-

privée et professionnelle. Ils souhaitent éga-

Quel est votre parcours ?

lement s’investir dans un réel projet d’entre-

Je viens du milieu du recrutement. J’ai en effet

prise, participer à des activités variées dans

travaillé plusieurs années au sein de cabinets

le contexte professionnel. L’enjeu, pour nous,

de recrutement. Le contexte est bien différent.

est de créer une réelle cohésion au niveau de

Désormais, je suis au plus près des équipes. Je

l’équipe, autour de nos valeurs, pour nous dé-

peux mieux comprendre leurs besoins comme

marquer et aller de l’avant.

les enjeux techniques, afin d’accompagner au mieux leur développement et celui de la

Une enquête interne au sein du Groupe NSI

société. J’ai aussi occupé des responsabilités

a fait ressortir les 6 valeurs suivantes, qui

dans le domaine du Retail au Luxembourg. Je

constituent le véritable ADN de l’entreprise et

gérais autant les aspects commerciaux que les

influencent sa culture et ses résultats depuis

ressources humaines, avec des enjeux de for-

25 ans :

mations et d’évolution des compétences sur

+ Ecoute & Compréhension

plusieurs entités à Luxembourg.

+ Service de proximité Quels sont les enjeux en matière de développement des équipes ?

Jenna Gadreau Team Leader - Consultancy & Talent Acquisition I NSI Luxembourg

66

+ Engagement & Responsabilité

Au-delà du développement des compétences,

+ Fiabilité

la volonté est de rassembler autour de la phi-

+ Satisfaction du client

losophie de l’entreprise et de nous assurer de leur adhésion au projet que nous construisons.

+ Respect

67


DOSSIER I GOLDEN-i

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

EXPERTISES I JOB

ILS NOUS DISENT POURQUOI ILS ONT CHOISI LEUR JOB !

68

69


EXPERTISES I JOB

BENJAMIN NICOLAS

ACCOUNT MANAGER – FINANCE & ASSURANCES I SOPRA-STERIA

70

ITNATION | ÉTÉ 2O18

EXPERTISES I JOB

ITNATION | ÉTÉ 2O18

VIRGILE PETRINI

ACCOUNT MANAGER – INDUSTRIE & SERVICES SECTEUR PUBLIC I SOPRA-STERIA

FRANCK CHALAUX

DIRECTEUR DES OPÉRATIONS I AGILE PARTNER

NICOLAS VARDAVAS

CO-FONDATEUR I SWIPE

J’ai démarré mon activité professionnelle dans

Avec plus de 13 années passées dans la concep-

Virgile Petrini et Benjamin Nicolas ont

mission de porter l’ensemble du porte-

savoir-faire technologique », précise-t-il.

le domaine du développement de logiciels avant

tion d’interfaces homme-machine, j’ai pu me

rejoint SOPRA-STERIA Luxembourg au

feuille de services. » Virgile et Benjamin

« Nous avons la chance de pouvoir nous

d’assumer différents rôles de management. J’ai

rendre compte à quel point l’expérience utilisa-

début du mois de mai en tant qu’Ac-

valorisent une approche end-to-end que

appuyer sur la force du groupe et d’of-

rejoint Agile Partner en 2010 pour son projet

teur se devait d’être au cœur de toute stratégie

count manager. L’un et l’autre travaillent

permet la diversité des activités menées

frir à nos clients de réelles opportunités

d’entreprise et sa culture. Aujourd’hui, mon rôle

digitale. De ce constat est né Swipe, une entité

en parfaite complémentarité. Benjamin

au sein du groupe, de la gestion intégrée

d’innovation dans tous les domaines,

est d’identifier et de réunir les conditions de

d’Agile Partner entièrement dédiée à l’expé-

est actif sur le segment Finance et Assu-

de l’infrastructure au développement de

pour mieux les accompagner dans des

succès pour permettre aux équipes d’atteindre

rience utilisateur et la conception d’interfaces.

rances et Virgile s’adresse à l’Industrie,

solutions, dans une optique de transfor-

projets d’envergure », poursuit Virgile.

les objectifs de leurs missions. J’aime apporter

Aujourd’hui, nous aidons nos clients à définir

aux Services et au Secteur public. Tous

mation digitale des clients. « Je suis entré

« Si le groupe est important, nous appré-

des solutions aux défis que doivent relever nos

leurs visions, concrétiser leurs idées, amélio-

les deux connaissent bien l’environne-

dans le groupe SOPRA en 2014, à Paris,

cions beaucoup l’esprit start-up qui s’y

clients et nos équipes. Quand on évolue dans

rer leurs services et produits en proposant des

ment du groupe SOPRA-STERIA pour y

au sein de la structure SOPRA Banking

déploie. À travers le Digilab, par exemple,

la technologie, atteindre des objectifs implique

expériences utilisateurs efficaces. En tant que

avoir évolué dans d’autres fonctions. « Le

Software et plus spécifiquement de l’unité

nous mettons en place des approches de

d’investir dans l’humain et la collaboration. Notre

co-fondateur, mon rôle est assez transversal et

management est très attentif aux aspi-

compliance. Je travaillais sur des missions

co-design et d’exploration des possibilités

réussite dépend autant du savoir-être de nos col-

mélange gestion, suivi commercial et conseil.

rations de ses collaborateurs, en offrant

d’intégration d’une solution de reporting

offertes par la technologie impliquant le

laborateurs que de leur savoir-faire. Parce que

Ce qui reste pour moi le plus important est de

de nombreuses possibilités d’évolution

bancaire. J’ai ensuite pu m’impliquer dans

client, pour rapidement mettre en œuvre

tout bouge rapidement, il faut avoir cette envie

pouvoir fournir à nos collaborateurs un cadre

de carrière, explique Virgile Petrini. J’ai

des fonctions de gestionnaire de projet et

des projets », ajoute Benjamin. «  C’est

d’apprendre, cette curiosité qui permet de mieux

de travail sain où chacun peut s’exprimer,

rejoint SOPRA-STERIA dans le métier de

de pre-sales », raconte Benjamin Nicolas.

vraiment exaltant de pouvoir évoluer dans

envisager les nouvelles possibilités. Pour cela,

échanger et faire évoluer ses compétences.

l’ingénierie, en tant que consultant en

Après être passé par un cabinet de conseil

un environnement comme le nôtre, au

nous avons créé un environnement qui permet à

2013. J’ai ensuite bougé vers une fonc-

au Luxembourg, il est revenu dans le giron

cœur d’un secteur en pleine expansion,

chacun de s’exprimer, de révéler sa vraie nature.

tion plus commerciale au sein de la filiale

du groupe SOPRA-STERIA au printemps

avec de réels défis de digitalisation pour

De cela résulte un réel engagement de chacun au

SOPRA Software RH, entre la Belgique

dernier. « J’aime être au plus près des

nos clients », confirme Virgile.

service des projets de nos clients.

et le Luxembourg. Puis je suis revenu au

attentes du client, développer une com-

Luxembourg, dont j’apprécie le multicul-

préhension globale de son business et de

Découvrez la société :

Découvrez la société :

turalisme, en rejoignant SOPRA-STERIA

ses enjeux, pour mieux envisager les amé-

dans mes nouvelles fonctions, avec pour

liorations à apporter au regard de notre

www.soprasteria.com

www.agilepartner.net

Swipe recherche plusieurs profils tel que : UX Designer, UI Designer ou Frontend Developer. Découvrez la société :

www.swipe.lu

71


EXPERTISES I DIGITAL EXPERIENCE

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

CHANGEMENT DE PARADIGME REQUIS :

DE L’IMPORTANCE DE L’EXPÉRIENCE UTILISATEUR AVALOQ

PAS DE DIGITALISATION SANS STRATÉGIE Néanmoins, nombreux acteurs bancaires, dans leur course effrénée à la digitalisation, manquent leur but premier en intégrant de nouvelles fonctions qui n’apportent finalement que peu de valeur ajoutée aux clients. Au lieu de s’inscrire dans une semblent en effet uniquement motivés par leur caractère novateur. Mentionnons par exemple les

tils en mode « self-service » sont effets de plus

de la valeur ajoutée pour leur clientèle et d’exter-

« Robo advisors » qui, s’ils sont volontiers sollici-

en plus appréciés, mais uniquement lorsque

naliser le reste. D’autres secteurs d’activité l’ont

tés par certains clients pour la préparation de leur

l’utilisateur n’a pas le sentiment de réaliser le

bien compris et montrent qu’une autre approche

entretien personnel avec leur conseiller, attirent

travail pour compte de la banque. Son input doit

est viable. Les acteurs de l’industrie automobile

timidement de nouveaux assets en Europe, les

générer un confort d’utilisation qui lui est direc-

externalisent depuis des dizaines d’année la plus

clients étant réticents à s’y fier entièrement. Le

tement destiné engendrant une plus grande fa-

grande partie de leurs chaines de valeur pour se

succès d’un projet de digitalisation repose donc

cilité, pertinence et transparence.

concentrer sur leurs atouts de différentiation. Le même principe s’applique au secteur financier.

Aucun autre secteur d’activité n’est plus exposé

tants. Les besoins et attentes des clients doivent

RENFORCER LA DIFFÉRENTIATION, EXTERNALISER LE RESTE

à des changements massifs que le secteur finan-

rester au centre de la décision et non pas la simple

Enfin, bien que l’environnement compétitif des

comprennent le fonctionnement d’une banque -

cier. La digitalisation du dernier maillon entre le

faisabilité technique.

banques se renforce, cela n’implique pas pour

peuvent réaliser ces tâches à moindre coût, grâce

autant que celles-ci se retrouvent livrées à elles-

aux économies d’échelle, permettant aux banques

stratégie métier de la banque et des systèmes exis-

conseiller et le client final ne représente qu’un

Par ce biais, des partenaires spécialisés - qui

des nombreux défis à relever. En parallèle, les

PLUS D’ÉCOSYSTÈMES

mêmes dans cette course à la transformation. Si

de se concentrer sur leur cœur d’activité comme

attentes des clients en termes d’expérience uti-

Au vu des fulgurants développements technolo-

de nombreuses institutions financières tentent

le conseil client.

lisateur ne cessent de croître dans la mesure où

giques récents, il est malheureusement parfois

encore de vouloir gérer elles-mêmes chaque

le frontend digital ne doit pas seulement se révé-

difficile pour les banques de conserver une vi-

étape de la chaine de valeur, Il importe selon nous

LE CHEMIN VERS LE FUTUR

ler fonctionnel et mobile mais également facile

sion globale de toutes les nouveautés. Par consé-

d’identifier et de se concentrer sur leurs compé-

La « commodité  » va imprégner les opéra-

et confortable d’utilisation. Partant de là il n’est

quent, afin de proposer des services financiers

tences clés, à savoir où elles génèrent vraiment

tions bancaires du futur, comme le montre par

guère utile de se lancer dans une course immo-

innovants, la participation à un écosystème de

exemple déjà l’application du leader suédois en

dérée vers les tendances présagées mais bien de

partenaires est recommandée afin de permettre

ameublement qui permet aux clients de placer

comprendre les attentes et exigences des clients.

une plus grande agilité et capacité d’innovation.

virtuellement le meuble de leur choix au sein de

Au-delà de l’accès aux nouvelles technologies et

leur intérieur. Transposé au domaine bancaire,

L’expérience bancaire du futur conjuguera ren-

produits financiers (crowdfunding, bitcoins…), la

l’octroi d’un crédit ou d’une hypothèque serait

contre digitale et personnelle entre le client et

capacité d’intégration aisée avec les systèmes

ainsi simplifiée par des informations digitales

son conseiller. Le challenge pour les banques

bancaires existants constitue un enjeu majeur.

complémentaires sur l’objet rêvé et la réalité aug-

consiste donc à automatiser au maximum les

Heureusement, la mise à disposition de catalo-

mentée pourrait alors conférer une dimension

« contacts  » clients au moyen des données

gues d’API métiers facilite cette nécessaire colla-

émotionnelle au process de financement.

pertinentes, que ce soit pour l’ouverture d’un

boration qui, in fine, servira tant les intérêts des

compte client, la souscription d’un crédit hy-

acteurs du marché que des consommateurs.

pothécaire ou la réalisation d’opérations de

72

LA SATISFACTION CLIENT NÉE DE L'EXPÉRIENCE D’UTILISATION RESTE LE CRITÈRE DÉTERMINANT LE SUCCÈS D’UNE STRATÉGIE DE DIGITALISATION.

stratégie business définie, certains projets digitaux

en grande partie sur son intégration au cœur de la

Frédéric Kemp Managing Director Benelux I Avaloq

EXPERTISES I DIGITAL EXPERIENCE

Sur le smartphone du client, l’application de la banque pourrait être démarrée tout en im-

bourse. Comme on estime que d’ici la pro-

UNE VALEUR-AJOUTÉE RESSENTIE

chaine décennie près de deux tiers de la popu-

Les institutions financières peuvent notamment

adaptées au client en fonction sa localisation, ou

lation active appartiendra aux « digital natives »,

s’inspirer du secteur des biens de consomma-

de ses recherches web récentes.

les banques doivent se transformer rapidement

tion où les clients plébiscitent confort, rapidité

pour faire face aux nombreuses innovations

et intuitivité adaptés à leurs besoins. Partant de

annoncées quotidiennement par leurs concur-

là, il est primordial que les banques intègrent

rents, les GAFA et les fintechs.

leur clientèle dans leur chaine de valeur. Les ou-

briquant en arrière-plan des offres financières

La satisfaction client née de cette expérience Uwe Krakau General Manager & Chief Market Officer Allemagne I Avaloq

d’utilisation reste le critère déterminant pour mesurer le succès d’une stratégie de digitalisation.

73


EXPERTISES I DIGITAL EXPERIENCE

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

MISER SUR L’UX

POUR MAXIMISER LA VALEUR DE VOS DÉVELOPPEMENTS

s’intègre en amont et tout au long du cycle de développement, explique Christophe Cypers. Cela nécessite des compétences (UX/UI Desi-

ON N’ATTEND DÉSORMAIS PLUS LA FIN D’UN PROJET POUR PROCÉDER AUX TESTS RELATIFS À L’EXPÉRIENCE UTILISATEUR

gner, Ergonome...) et une approche dédiée »

CONFRONTER SANS DÉLAIS L’UTILISATEUR À L’INTERFACE

gine n’est pas forcément réaliste. Si le métier

d’accompagner ses clients en amont des projets

parvient à exprimer des attentes, il ne parvient

de développement, à travers des démarches de

pas toujours à penser au-delà de ses habitudes.

design thinking et d’innovation. « Satisfaire les

Enfin, il faut tenir compte d’un budget global. La

attentes des utilisateurs implique le plus sou-

de wireframes, de la réalisation d’interviews

démarche doit partir du besoin, de l’utilisateur,

vent de penser en dehors du cadre, d’aller voir

d’utilisateurs, on peut mieux composer ce

intégrer ces nouveaux enjeux en tenant compte

ce qui se fait ailleurs. Nous voulons accompa-

qu’on appelle une user story. L’utilisateur est

des limites et contraintes », assure Christophe

gner nos clients dans des démarches d’idéation,

donc directement confronté à la nouvelle in-

Cypers. « De plus en plus, les organisations

en explorant de nouveaux horizons, explique

« La mise en œuvre d’interfaces utilisateur de

terface et le sera régulièrement tout au long

qui mènent des projets de développement

Annabelle Buffart. À ce niveau, nous voulons

qualité constitue un levier d’amélioration de la

du développement. Les outils disponibles lui

prennent conscience que la démarche est cru-

être un véritable moteur d’innovation au service

productivité mais également un facteur de diffé-

permettent de jouer rapidement avec elle, de

ciale, qu’elle vient sécuriser leur investissement

des entreprises, pour permettre à de nouvelles

renciation commerciale. Aujourd’hui l’adoption

voir les écrans s’enchainer. « Pour garantir la

et, plus encore, qu’elle crée de la valeur », com-

idées d’être placées au service de la croissance

d’un produit ou d’une application doit se faire

meilleure adoption de l’interface, des analyses

mente Annabelle Buffart.

de nos clients et de mieux aller à la rencontre de

très rapidement. Les interfaces doivent donc

et des tests utilisateurs sont réalisés entre la

être accessibles et intuitives », assure Annabelle

conception et la livraison. Ils permettent de

Buffart, Responsable Communication et Marke-

s’assurer que le travail engagé s’inscrit dans

ENVISAGER DE NOUVELLES EXPÉRIENCES

ting au sein d’Inspiiro.me.

la bonne direction, poursuit Annabelle Buffart.

Dans l’optique de proposer des expériences uti-

On peut ensuite adapter l’application en fonc-

lisateur optimales, Inspiiro.me ambitionne aussi

« L’ergonomie a longtemps été vue comme un

UN ENJEU CRUCIAL POUR L’ENTREPRISE

sujet de second plan, pratiquée sans réelle proxi-

À notre époque, les utilisateurs sont devenus

d’un projet pour procéder, à côté de tests

mité avec les utilisateurs. Nous avons pu l’expéri-

exigeants. Ils ont l’habitude de jongler avec

fonctionnels, à ceux relatifs à l’expérience

menter dès 2008 lorsque nous avons créé C-Ser-

des interfaces extrêmement qualitatives au

utilisateur. » Ils permettent de détecter très

vices avec une offre centrée sur l’expérience

quotidien, quand ils font des achats en ligne,

rapidement les problématiques : un bouton

utilisateur. Aujourd’hui, la maturité du marché

cherchent des informations, échangent avec

peu visible, un problème de fonctionnalité,

s’est accrue sur le sujet et l’expérience utilisa-

leurs proches, effectuent toutes sortes de

une erreur dans l’enchainement des écrans...

teur fait désormais partie intégrante des enjeux

transactions… Désormais, tous souhaitent

« Travailler sur l’expérience utilisateur de cette

d’une stratégie digitale » commente Christophe

pouvoir profiter d’expériences similaires au

manière permet aussi d’identifier d’autres le-

Cypers, Partner de C-Services, entité du groupe

travail. Sur un plan commercial, l’expérience

viers d’optimisation. Dans une perspective de

Cronos au Luxembourg spécialisée, entre autres,

utilisateur proposée sur le web ou à travers

digitalisation, on peut envisager d’automatiser

dans le développement applicatif. C’est dans ce

tout autre outil digital est un différenciateur

certaines fonctions ou de simplifier certaines

contexte qu’une nouvelle structure baptisée Ins-

fort. Elle permet de capter et de fidéliser un

procédures », assure Christophe Cypers.

piiro.me a été créée afin de compléter l’offre de

client. D’autre part, confronté à un bug, l’uti-

développement, avec la volonté de se spécialiser

lisateur se détourne rapidement de l’outil ou

autour des enjeux liés à l’expérience utilisateurs.

de l’application au profit d’une autre. « On

SÉCURISER L’INVESTISSEMENT ET CRÉER DE LA VALEUR

comprend donc pourquoi il est important

Proposer une expérience utilisateur optimale

d’adjoindre une expertise UX aux équipes de

implique des échanges permanents entre le

développement IT afin de mieux intégrer cette

métier, les responsables du design et de l’er-

approche interface au projet », poursuit An-

gonomie de l’interface et les techniciens en

nabelle Buffart. C’est précisément là que se

charge du développement. « C’est une ques-

positionne Inspiiro.me, à côté des équipes de

tion d’équilibre. Tout ce qu’un designer ima-

LA DÉMARCHE DOIT PARTIR DU BESOIN, DE L’UTILISATEUR, INTÉGRER CES NOUVEAUX ENJEUX EN TENANT COMPTE DES LIMITES ET CONTRAINTES 74

« Le travail sur les interfaces et l’ergonomie

À travers des maquettes, de l’établissement

INSPIIRO.ME A travers Inspiiro.me, le groupe Cronos au Luxembourg développe une expertise unique autour de l’expérience utilisateur, pour garantir des développements qui répondent aux attentes réelles. En travaillant sur les interfaces, l’organisation peut considérablement améliorer ses processus et sécuriser ses investissements.

développement, afin d’enrichir leur démarche.

EXPERTISES I DIGITAL EXPERIENCE

leurs futurs utilisateurs. »

tion des retours des utilisateurs. L’important, c’est que l’on n’attend désormais plus la fin

Annabelle Buffart Responsable Communication & Marketing I Inspiiro.me

Christophe Cypers Partner I C-Services

75


EXPERTISES I DIGITAL LEGAL

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

LA BIG DATA AU SECOURS DE LA

DES MILLIONS DE DÉCISIONS DE JUSTICE ANALYSÉES

JUSTICE On l’appelle justice prédictive. Elle affirme pouvoir prédire l’issue d’un procès en analysant la jurisprudence existante. Aux États-Unis, elle évalue aussi, à la place du juge, le risque de récidive présenté par un prévenu. Cette pénétration du big data et de l’IA dans l’univers judiciaire pourrait avoir des conséquences profondes. Mais est-ce finalement une bonne idée ?

76

être tenté d’aller dans le sens de la majorité de

tion, expliquait Jean-Marc Sauvé. En réduisant

ses confrères : il pourrait avoir tendance – même

Cet outil français permet, selon ses concep-

le temps passé aux recherches fines fondées sur

inconsciemment – à suivre la décision la plus

teurs, de prédire le résultat probable d’une

des éléments de fait et de droit comparables,

courante pour le type de dossier qu’il doit traiter.

action en justice. Pour ce faire, le logiciel

l’utilisation des algorithmes permettrait égale-

La question du dévoilement ou non de l’identité

analyse des millions de décisions judiciaires

ment aux juges de se décharger des tâches les

des juges dans le flot de data traité par ces appli-

passées, sélectionne celles qui sont proches

plus chronophages au profit de l’examen des

cations de justice prédictive pose aussi question.

de l’affaire en cours et évalue le taux de succès

questions nouvelles ou complexes. »

Si c’était le cas, certains petits malins auraient

potentiel d’un plaignant. L’algorithme qui

tendance à introduire leur dossier dans la juridic-

soutient cette application réalise ce travail en

Pour l’un des créateurs de Predictice, Louis

tion où opèrent les magistrats les plus favorables

l’espace de quelques secondes.

Larret-Chahine, l’algorithme a toutefois plus

à leur type de dossier…

d’utilité pour l’avocat que pour le juge. En effet, il Si ce genre d’outil suscite un intérêt marqué dans

vient répondre à une question souvent posée par

Enfin, les statuts de l’avocat – un conseiller mais

les sytèmes judiciaires anglo-saxons, où la juris-

les clients : quelles sont mes chances de gagner

plus vraiment un plaideur – et du juge – qui se

prudence a une grande importance dans la déci-

ce procès ? En utilisant un logiciel de justice

concentrerait sur les « gros  » dossiers délicats

sion prise par les juges, les tests de ces derniers

prédictive, l’avocat pourra répondre en utilisant

– seraient profondément transformés par l’utili-

mois n’ont pas suscité un grand enthousiasme

une base « objective ». En outre, il pourra aussi

sation généralisée de ces solutions de « prédic-

auprès des magistrats français. Selon le minis-

choisir d’orienter son client vers un règlement

tion ». Dans leur sillage, c’est l’institution judi-

tère de la Justice, « il est apparu que le logiciel

à l’amiable ou, si celui-ci s’entête, refuser de le

ciaire elle-même qui changerait de visage.

(…) méritait d’être sensiblement amélioré » et

défendre en estimant que ses chances de succès

qu’il « ne présentait pas en l’état de plus-value

sont à peu près nulles…

loppent depuis quelques années, les solutions de

pour les magistrats qui disposent déjà d’outils de

justice prédictive font dernièrement beaucoup

grande qualité pour analyser la jurisprudence de

DES FAIBLESSES À CORRIGER

parler d’elles. Cette expression recouvre toute-

la Cour de cassation et des cours d’appel. »

Comme de nombreux programmes utilisant

La question se pose alors : est-ce vraiment souhaitable ?

l’intelligence artificielle, il reste toutefois encore

des Etats-Unis ou en Angleterre : la prédiction

UN INTÉRÊT SURTOUT POUR LES AVOCATS

des risques de récidive d’un prévenu. Grâce

Cet avis n’est toutefois pas partagé par l’ensemble

prédictive des solutions réellement efficaces et

à un logiciel qui se base sur toute une série de

des autorités françaises. Ainsi, en février dernier,

sans « danger ».

facteurs, le juge peut être aiguillé dans sa déci-

le vice-président du Conseil d’État français, Jean-

sion sans devoir lui-même analyser chacun de

Marc Sauvé, reconnaissait lors d’un colloque l’in-

Au niveau technique tout d’abord, la plupart des

ces éléments.

térêt d’une solution de justice prédictive, tout en

logiciels de justice prédictive mettent aujourd’hui

rappelant que « l’accès au juge et les principes

sur le même pied les caractéristiques premières

Mais depuis quelques années, l’utilisation de logi-

du procès équitable doivent rester la règle ».

du litige et les éléments de contexte pour réali-

ciels reposant sur l’exploitation de données par

« Le recours à des algorithmes pour le traite-

ser leur analyse. Aucune distinction n’est opérée

une intelligence artificielle n’est plus cantonnée

ment des dossiers les plus répétitifs et les plus

entre ces différentes données. Certaines doivent

au monde judiciaire anglo-saxon et à l’analyse

simples, ceux par exemple qui ne nécessitent

pourtant être regardées avec une certaine forme

du risque de récidive. En Europe continentale

que l’évaluation d’un dommage, l’application

de sensibilité pour être bien comprises.

aussi, de premiers tests ont été menés ces dernier

d’un barème ou d’une trame prédéterminée,

mois, notamment dans une série de Cours d’Ap-

encouragerait aussi le règlement de nombreux

Ensuite, le principe en lui-même reste, pour

pel françaises, où le logiciel « Predictice » a été

litiges en amont même du recours au juge, par

beaucoup d’analystes, sujet à caution. En effet,

utilisé de janvier à avril.

le développements des modes alternatifs de

le juge qui utiliserait ce genre d’outil pourrait

une pratique déjà courante dans plusieurs états

LA DÉMARCHE DOIT PARTIR DU BESOIN DE L’UTILISATEUR, INTÉGRER CES NOUVEAUX ENJEUX EN TENANT COMPTE DES LIMITES ET CONTRAINTES

règlement, comme la médiation ou la concilia-

Dans l’arsenal des « legal techs  » qui se déve-

fois plusieurs réalités. D’abord, elle renvoie à

EXPERTISES I DIGITAL LEGAL

beaucoup de réglages à opérer et de précautions à prendre pour faire des outils de justice

77


DIGITALNATION

ITNATION | ÉTÉ 2O18

DIGITALNATION

ITNATION | ÉTÉ 2O18

Rapprocher les acteurs pour

l'innova tion Fintech

Raoul Mulheims Co-Founder & CEO I Finologee S.A. Jonathan Prince Co-Founder, Sales & Partnership I Finologee S.A. et l'équipe Finologee

78

Les co-fondateurs de la start-up Finologee, récompensée du prix de l’APSI lors du dernier Gala Golden-i, n’en sont pas à leur coup d’essai. Avant de mettre en place cette nouvelle plateforme technique qui vise à rapprocher les institutions financières des acteurs de la Fintech, ils ont d’abord déployé Mpulse, la plus ancienne plateforme de paiement mobile au Luxembourg, puis Digicash, qui suit désormais sa propre voie.

Le 31 mai dernier, l’APSI accordait son Start-

3 EUROS PAR SMS ENVOYÉ

de téléphone qui reprenait la mélodie du dernier

assurer que la livraison du contenu soit effec-

up Award à Finologee, dont l’ambition est de

Digicash n’est toutefois pas leur premier fait

tube de l’été. Pour un ou deux euros, on pouvait

tuée dans le meilleur délai. » Aujourd’hui encore,

rapprocher les acteurs de la Fintech ainsi que

d’armes. Bien avant que le smartphone n’enva-

aussi obtenir les derniers résultats sportifs, son

près de la totalité des transactions effectuées au

les institutions traditionnelles pour accélérer

hisse le marché, ils offraient déjà la possibilité

horoscope ou encore participer à un concours.

Luxembourg via le réseau mobile passe par la

la transformation digitale des métiers de la

aux acteurs nationaux d’effectuer des transac-

Mpulse permet toujours de pousser des conte-

plateforme Mpulse.

finance. Ses fondateurs, Georges Berscheid,

tions mobiles. Si le premier iPhone a été dévoi-

nus à valeur ajoutée vers des clients divers. De

Raoul Mulheims et Jonathan Prince sont loin

lé en 2007, un an plus tôt, Raoul Mulheims

nombreux concours passent encore par ce canal.

FINTECH AVANT L’HEURE !

d’être des inconnus dans l’univers Fintech

et Georges Berscheid, accompagnés de Mike

« À l’époque, notre position était déjà de mettre

« Quand, en 2014, le Gouvernement luxem-

luxembourgeois. Ce sont eux qui ont créé et

Sergonne (aujourd’hui à la tête de Nvision, qu’il

en œuvre des solutions techniques existantes

bourgeois confie à Luxembourg for Finance le

développé Digicash, une des plus belles réus-

avait co-fondée avec Raoul Mulheims en 1999),

pour permettre à des acteurs de se rapprocher

soin d’établir une cartographie des acteurs de la

sites de ces dernières années dans le domaine

créaient Mpulse. Ils sont rejoints un peu plus tard

et de créer de la valeur ensemble. La plateforme

Fintech au Grand-Duché, nous n’étions pas éton-

du paiement. Les trois entrepreneurs peuvent

par Jonathan Prince. L’outil transactionnel utilisé

rassemble les opérateurs en télécommunications

nés de nous y retrouver avec notre solution Digi-

d’ailleurs être considérés comme les pion-

n’est autre que le SMS. Oui, souvenez-vous de

et divers acteurs qui ont du contenu à valeur

cash, mais le fait d’y voir figurer Mpulse nous a

niers incontestés du paiement mobile au

ces SMS envoyés vers un numéro à 5 chiffres (3 €

ajoutée à proposer, explique Jonathan Prince. Au

amusés. Nous étions une Fintech avant l’heure »,

Luxembourg.

par SMS envoyé) pour télécharger une sonnerie

centre de cette relation, notre rôle est de nous

commente Raoul Mulheims. L’expérience Mpul-

79


DIGITALNATION

ITNATION | ÉTÉ 2O18

ITNATION | ÉTÉ 2O18

se a en effet préfiguré l’aventure Digicash. « La

service sur le marché. Les banques s’occupaient

RÉINVENTER LES INTERACTIONS

exposer ses API à travers la plateforme pour

volonté a été de proposer un véritable service de

de pousser la solution auprès de leurs clients.

Georges Berscheid, Raoul Mulheims et Jona-

permettre à des acteurs tiers de plus facile-

paiement. Avec Mpulse, nous étions limités à des

Nos efforts, d’autre part, visaient à convaincre les

than Prince n’ont pas attendu bien longtemps

ment se connecter à ses services. Elle pour-

transactions d’un montant maximal de 3 euros,

commerçants de l’adopter. Pour réussir, il fallait

avant de se lancer dans un nouveau projet. Le

rait notamment offrir la possibilité à des

uniquement pour des services immatériels.

travailler sur les deux aspects en même temps, ce

1 août, ils cédaient Digicash. Le 30 août, ils

concessionnaires de se connecter directe-

Impossible d’acheter une canette de Coca avec

qui est conséquent pour une start-up seule. »

constituaient une nouvelle structure devant

ment à ses systèmes afin de faciliter l’ob-

un SMS », poursuit Raoul Mulheims.

er

notaire. Finologee est née de leur expérience.

tention d’un financement pour son client,

La relation que les banques entretenaient déjà

« Nous voulons réinventer la manière dont

explique Raoul Mulheims. Notre volonté,

La première directive sur les services de paiement

avec leurs clients constituait un avantage. Rapi-

les banques et les sociétés de la Fintech inte-

comme cela l’a toujours été, n’est autre

(PSD) avait alors ouvert de nouvelles opportuni-

dement, Digicash est aussi parvenu à convaincre

ragissent, pour permettre une accélération

que de rapprocher les intérêts des clients.

tés. A travers Digicash, les dirigeants de Mpulse

des grands acteurs du commerce au Luxem-

du déploiement d’innovations au cœur d’un

Finologee se présente comme l’espace où

obtiennent l’agrément d’institution de paiement.

bourg : Cora et Auchan ou encore TOTAL. « Plus

environnement financier en pleine mutation »,

tout est possible, un lieu où pourront se

Ils investissent dans une plateforme technique,

qu’un moyen de paiement supplémentaire,

assure Jonathan Prince. « Tous nos projets

construire et se partager les solutions et

profitant des nouvelles aides à l’innovation mises

nous avons offert à ces commerçants un moyen

passés contribuaient à faire se rencontrer des

applications de la finance de demain. »

en place par l’Etat. En 2012, année où est fondée

de maintenir la relation avec le client, en leur

acteurs partageant des intérêts communs pour

la start-up, plusieurs acteurs se positionnent sur

proposant d’intégrer leur programme de fidélisa-

permettre à de nouveaux services de voir le

le segment du paiement mobile en recourant à

tion directement au cœur de l’application de la

jour. Finologee, c’est à la fois une marketplace

une technologie similaire. Tous se distinguent par

banque, précise Raoul Mulheims. C’est tout l’en-

et une plateforme technique proposant à diffé-

le modèle économique mis en œuvre. « Contrai-

jeu. Il faut pouvoir convaincre toutes les parties

rents membres d’un même écosystème de s’ac-

rement à d’autres, nous ne nous sommes pas

prenantes de l’intérêt qu’elles ont à opter pour la

corder pour proposer des solutions innovantes

positionnés comme un portefeuille indépendant.

solution. » La BIL, POST, la BGL et ING ont rapide-

au marché », précise Raoul Mulheims. Une

Avec un côté candide, nous sommes allés voir

ment suivi la Spuerkeess.

première application permet par exemple aux

les banques, pour leur montrer notre solution et

institutions financières d’externaliser le proces-

les convaincre de l’adopter », évoque Jonathan

UN MODÈLE QUI GAGNE

Prince. Si aujourd’hui, les institutions financières

Digicash permet d’effectuer des transactions

récolte des informations indispensables, en

sont plus ouvertes que jamais aux idées portées

dans le contexte d’un achat en ligne ainsi que

permettant l’authentification forte selon diffé-

par de jeunes structures innovantes, à l’époque

dans les magasins physiques. Le QR Code a aussi

rentes techniques et en intégrant la signature

cela n’avait rien d’évident. « On ne connaissait

intégré les factures de nombreuses institutions et

électronique. « Différentes solutions techno-

pas les codes. Certains, en nous voyant arri-

offre la possibilité de réaliser un transfert rapide.

logiques, comme le vidéo-chat pour permettre

ver, nous ont pris pour des aliens », poursuit le

Aujourd’hui, le taux de distribution de l’application

l’authentification, peuvent être assemblées à

co-fondateur de Digicash.

au sein de la population atteint les 20%.

travers la plateforme pour être poussées beau-

CONSTRUIRE LA SOLUTION AVEC LES BANQUES

sus d’on-boarding des clients, en facilitant la

coup plus facilement vers le marché, précise En août dernier, la start-up était rachetée par le

Raoul Mulheims. Avec une telle plateforme,

belgo-néerlandais Payconiq, les co-fondateurs

il est possible d’accélérer la digitalisation des

Digicash a donc choisi de s’allier aux banques pour

gardant uniquement les droits sur la propriété

processus tout en garantissant le respect des

permettre à leurs clients d’initier à l’aide de leur

intellectuelle associée à la solution. Payconiq

exigences légales. » Le contexte réglementaire

mobile des paiements au départ de leur compte.

investit dans le déploiement de la solution à l’in-

oblige en effet de nombreux acteurs à procéder

Le premier enjeu a donc été de convaincre une

ternational. « À l’exclusion de la Suède et du Dane-

à d’importants investissements. « A travers la

institution financière. C’est la Banque et Caisse

mark, Digicash est la seule initiative de paiement

plateforme, les acteurs peuvent externaliser la

d’Epargne de l’Etat qui a, en premier lieu, soute-

mobile qui a eu du succès en Europe, commente

gestion des mandats dans le cadre SEPA Direct

nu l’initiative. « Dans le contexte d’une start-up,

Jonathan Prince. La plupart des autres solutions

Debit ou gérer les accès aux comptes dans le

comme dans toute aventure entrepreneuriale,

qui ont vu le jour à l’époque a échoué, avec des

contexte de la réglementation PSD2 », explique

il ne faut pas perdre de vue qu’il faut vendre un

sommes colossales parties en fumée. A l’échelle

Jonathan Prince.

produit ou une prestation à la fin de la journée,

luxembourgeoise, cinq banques ont accepté de

rappelle Raoul Mulheims. Dans ce contexte,

développer un partenariat avec nous. C’est remar-

Au-delà des enjeux réglementaires, la

travailler en partenariat avec les banques consti-

quable. Nous sommes très fiers d’avoir pu contri-

volonté est de permettre à des acteurs

tuait à nos yeux le meilleur moyen de déployer le

buer, avec nos partenaires, à un tel succès. »

d’innover. « La banque peut par exemple

80

DIGITALNATION

Avec, de gauche à droite Raoul Mulheims Co-Founder & CEO I Finologee S.A. Jonathan Prince Co-Founder, Sales & Partnership I Finologee S.A.

81


DIGITALNATION

ITNATION | PRINTEMPS 2O18

MOVING HEADS

SASHA BAILLIE

JEAN-LUC BRACH

Luxinnovation

KPMG

Avant de rejoindre le ministère de

L’ancien CIO et membre du comité

l’Économie en 2014 en tant que chef

exécutif de KNEIP,  Jean-Luc Brach

de cabinet adjoint et conseillère diplo-

a été récemment nommé directeur

matique, Sasha Baillie  était Directeur

exécutif chez KPMG. Jean-Luc mettra

des relations économiques internatio-

ses vastes connaissances dans la mise

nales et des affaires européennes au

en forme des transactions, du déve-

ministère des Affaires étrangères. Au sein du ministère de l’Economie, elle a

loppement complexe, de l’architecture technique, des projets d’infrastruc-

mené, entre autres, les travaux de réforme de la promotion et de la prospec-

ture, des opérations IT et de la prestation de services au profit de KPMG.

tion économiques du Luxembourg. Le 1er mai, Sasha prend les fonctions de

C’est fort de ses nombreuses années d’expérience dans le monde de l’IT que

CEO de Luxinnovation auparavant assurées par M. Jean-Paul Schuler.

Jean-Luc Brach s’apprête à relever de nouveaux défis.

DENIS STOZ

ROGER WAGNER

onepoint PSF

POST Telecom

Denis Stoz, précédemment Mana-

Roger Wagner a plus de 20 ans d’expé-

ging Director chez DXC Technology,

rience dans les domaines de la gestion

a rejoint onepoint PSF Luxembourg

commerciale et opérationnelle au sein

en qualité de Partner. La motivation

de sociétés se trouvant dans diffé-

de son changement ? Une synergie

rents stades de maturité (de start-up

totale entre ses valeurs et celles de

à groupes multinationaux). Manager

onepoint : l'engagement, l'agilité et le métissage. onepoint place l'agilité

expérimenté dans l’IT et la vente, il a mis en place Sun Microsystems au

au coeur d'une société créatrice de solutions de transformation numérique

Luxembourg puis occupé des postes de direction dans différentes struc-

afin de proposer les solutions les plus adaptées à ses clients dans un monde

tures dont Faber Print Solutions, Schindler ou Systemat Luxembourg PSF

en perpetuel mouvement. Alors que onepoint luxembourg est déjà recon-

dont il était le General Manager (2015 – 2016). En mai 2018, Roger Wagner

nu en développement, sourcing strategies, analystes métier et fonctionnel,

a rejoint POST Telecom en tant que Chef de département Entreprise Sales.

notamment en private equity, Denis accompagnera son développement sur l'ensemble des aspects de transformation (numérique, digitale, organisationnelle, RH). Il apporte son expérience acquise dans de grandes organisations internationales ainsi que sa profonde connaissance du tissu économique luxembourgeois.

82


ITnation Magazine Eté 2018  
ITnation Magazine Eté 2018  
Advertisement