Page 1

LUXEMBOURG

JUILLET - AOÛT 2008 / N°12

CASE CHOICE

IT FINANCE

ACTUAL-IT

SIGI

ABBL

IDS Scheer

Objectif Apsal.Net p.21

SEPA en marche p.40

Processworld 2008 p.47

LE GUIDE SPÉCIAL TÉLÉCOM ‡ Fiches entreprises et annuaire

À la croisée des chemins LE GRAND ENTRETIEN

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE BANK&TRUST HABIB SAGHBINI, Director of Organisation and IT LUC DOSQUET, Deputy Manager IT & Organisation, Head of IT Department

EN KIOSQUE - LUXEMBOURG Eur 7.50

: Les meilleures offres d’emploi IT au Luxembourg - P23 ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 1

17/07/08 18:16:55


ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 2

17/07/08 18:17:00


© Photography Raoul Somers

est un magazine 83 rue de Hollerich L-1741 Luxembourg Grand-Duché de Luxembourg T. +352 26 10 86 26 F. +352 26 10 86 27 E. info@itnews.lu Internet: www.itnews.lu Eric Busch Directeur de la publication eric.busch@itnews.lu Raphaël Henry Rédacteur M. +352 691 99 11 57 raphael.henry@itnews.lu Delphine Reuter Journaliste M. +352 691 99 78 87 delphine.reuter@itnews.lu Émilie Mounier Project Manager M. +352 691 99 11 56 emilie.mounier@itnews.lu

La valeur des années Les banques sont prêtes, aujourd'hui, à céder des pans applicatifs entiers à des tiers de prestation. Une étape majeure, après avoir rationalisé timidement, intégré largement, urbanisé et orchestré posément. La voie du BPO est royale et les derniers événements, revers et soubresauts du secteur poussent à la réflexion. «Client-centric», clament les stakeholders. Et le métier de presser l'IT à avancer plus rapidement, à se débarrasser des contraintes technologiques et de faire table rase des efforts sur les logiques de beauté informatique.

Géraldine Barbaut Project Manager M. +352 691 99 78 61 geraldine.barbaut@itnews.lu

Il est question partout de se concentrer non pas sur le métier, comme c'était le cas en 2003, mais sur la valeur des choses.

Aurélie Rebel Assistante de production aurelie.rebel@itnews.lu

Dans ce scénario, il apparaît souvent que la différence se fait au bout de la relation avec le client. Que les avantages compétitifs ne se trouvent pas dans les outils, dans les services, dans l'opérationnel, mais simplement dans les processus en place. Lorsqu'on en revient à de telles considérations, la valeur n'est pas toujours là où on le croit.

Photography Raoul Somers www.raoulsomers.lu Merci à Jean-Jacques Knaff Luxembourg Congress info@luxcongress.lu Photos ITnews 2.0 www.itnews-photos.com Layout Piranha et Petits Poissons Rouges itnews@piranha.lu Abonnements Luxembourg 75,- ` - Europe 85,- ` www.itnews.lu ITnews 2.0, anciennement LuxBox IBAN LU53 0030 7526 7288 1000 BIC BGL: BGLLLULL TVA LU 19730379 RC Luxembourg B 95210 Maison d’éditions Autorisation d’établissement N° 102739 © Toute reproduction, même partielle, est soumise à l’approbation écrite préalable de l’éditeur. Tous droits réservés. ITnews2.0 est membre de Luxorr - Luxembourg Organization For Reproduction Rights - info@ luxorr.lu

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 3

Lorsqu'on choisit l'outsourcing, on veut aller plus loin. Laisser la responsabilité de l'autre côté du miroir est alors possible. Souvent, cette externalisation métier s'accomplit dans le cadre d'une migration ou refonte importante, qui met au grand jour les briques inutiles à la création de valeur. Ainsi, trois banques cantonales suisses viennent de désigner, selon les termes de l'annoncement, un BSP, un Business Service Provider indépendant pour traiter la gestion du fichier valeurs des banques. Tout le monde aura noté que cette sous-traitance concerne des «éléments essentiels de l'activité bancaire», «décisifs pour la qualité des traitements» constituant «l'épine dorsale du travail réalisé par les back-offices des banques». On est donc bien dans une prestation core-centric, qui est assez neuve. Simplement, les banques ne veulent plus s'arracher sur les exigences posées à une gestion professionnelle du fichier valeurs qui sont «pratiquement les mêmes dans toutes les banques». «Ces fichiers se ressemblent fortement et les établissements en question ont jusqu'à 90% de données communes.» Question de valeur, disait-on ! Raphaël Henry

17/07/08 18:17:05


The IT Service Management Forum in Luxembourg

we aim to make a difference Annual conference 12H30 -18H00

October, Thursday 09TH 2008

Service Management: Mission (im)Possible? Casino 2000 Mondorf

More information and upcoming events on www.itsmf.lu info@itsmf.lu

2008 Sponsors

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 4

17/07/08 18:17:08


///////// LE GRAND ENTRETIEN

///////// ACTUAL IT Conférence : l’infrastructure Du green au gold

44

Dimension Data

Habib Saghbini et Luc Dosquet SGBT, la logique d’une société de services

///////// CASE CHOICE Banque Raiffeisen

6

SIGI

Live sur Temenos

18 ///////// ITJOBS

Annonces Carrières Agenda

24 28 29

Passage au .Net

ABBL

Philippe Houssier, SITS

Les banques face à SEPA

L'invité

MOND Technologies

Itelco

Vers l’interopérabilité

32

IDS Scheer Processworld 2008

47

LAB & MailInBlack La fin des pourriels

48

Verizon Business Computer Forensics

49

Zoom sur Dynamics NAV

50

Telindus Chasse sur le web

52

CASES

34

Clearstream Services

Portrait

30

21

Victor Buck Services

Plateforme tout-terrain

46

Orgavision

///////// IT FINANCE

L’ère de l’e-invoicing

15 ans au compteur

Le WiFi sous contrôle

52

M-PLIFY

37

Steinsel on watch

52

Pragmaconsult

40

L’ECM Open Source

54

Gestion de projet

42

Nom de code Hermès

56

EN SEPTEMBRE 2008… LE GUIDE SERA CONSACRÉ AUX FUNDS Conférence Fund Management : Le 18 septembre 2008 – Espace Entreprise de la Confiserie Namur – Luxembourg Hamm Clôture: 29 AOÛT 2008 / Rédaction : raphael.henry@itnews.lu / Régie publicitaire et infos conférence: emilie.mounier@itnews.lu

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 5

17/07/08 18:17:18


Deputy Manager IT & Organisation Head of IT department J’ai rejoint la Sogenal en 93, cela fait donc quinze ans à la SGBT. Je suis arrivé à la banque en tant qu’ex BGL, pour la refonte de la comptabilité. Puis j’ai évolué vers le poste de responsable de l’informatique à une époque où l’informatique faisait partie d’une direction commune regroupant les back-offices et les services de support. J’ai succédé à Philippe Thibaut en tant que responsable informatique fin 2000. Fin 2006, l’arrivée d’Habib Saghbini a coïncidé avec la création d’une direction regroupant l’informatique, l’organisation et QIDD (Qualité Innovation et Développement Durable).

6

© Photography Raoul Somers

Luc Dosquet

///////////////

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 6

17/07/08 18:17:24

L


Habib Saghbini

LE GRAND ENTRETIEN

Director of Organisations and IT Je suis Directeur de l’Organisation et de l’Informatique au sein de la Société Générale Bank & Trust, la SGBT, depuis à peu près deux ans et dans le groupe depuis 16 ans. Mon parcours était plus orienté «informatique de salle des marchés». Les dix dernières années, j’ai occupé des postes de direction, aussi bien à dimension locale qu’internationale. J’ai fait un saut de trois ans en dehors du groupe, à la Caisse des Dépôts en France, en qualité de directeur informatique à ICDC et DSI d’Ixis Capital Markets. Depuis quatre ans, je suis à SGBT Luxembourg, et depuis deux ans à la Direction d’OPTI, Organisation des Process et Technologies d’Information.

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 7

7

17/07/08 18:17:28


Quelle est l’organisation IT de la SGBT Luxembourg? Habib Saghbini : Elle est plus ou moins classique en termes d’organisation informatique. On a une répartition entre différents services : deux services techniques et supports, l’exploitation et l’infrastructure, des services d’études alignés avec nos directions métiers et un service transverse pour les fonctions informatiques communes. Sont rattachés également à la direction OPTI, le service d’organisation et le service de qualité, innovation et développement durable. Une cellule de contrôle interne au sein d’OPTI nous permet d’assurer la gestion de la direction elle-même. Voilà l’organisation qui est en place depuis maintenant un an et demi. Luc Dosquet : Sur le plan informatique, dans la répartition des profils informatiques stricto sensu, nous sommes aussi assez classiques : un tiers de l’effectif est affecté au support de l’infrastructure technique et à l’exploitation tandis que les deux tiers restants se consacrent aux nouveaux développements et aux supports applicatifs.

Ce qui représente combien de personnes ? Habib Saghbini : Un peu plus d’une centaine au total. On est à peu près dans une proportion aussi de deux tiers d’internes et un tiers d’externes. Ce qui veut dire que nous comptons aussi sur une trentaine de renforts extérieurs.

Qui est Société Générale, ici à Luxembourg ?

© Photography Raoul Somers

Habib Saghbini : SGBT est un groupe qui est composé d’une vingtaine de succursales et de filiales, multi-métiers au Luxembourg. SGBT développe une activité de clientèle privée, une activité sur les métiers titres, aussi bien en tant que conservateur que valorisateur, une activité pour les corporate (montage, financement, cash management…), et une activité salle de marchés. Ce sont donc des activités diversifiées qui couvrent une grande partie du domaine bancaire.

8

Luc Dosquet : Toutes ces activités contribuent à parts égales dans les résultats de la banque, c’est équilibré. Une autre caractéristique importante - et il y a un rapport direct avec l’informatique - c’est, par exemple, le fait que l’on sous-traite l’informatique de Monaco et de plusieurs autres entités apparentées au groupe, filiales ou succursales.

Ces entités sous-traitées ici sont plutôt métiers ou plutôt géographiques ? Habib Saghbini : Le Luxembourg sert de hub pour un certain nombre de services. Il y a pratiquement une dizaine d’entités qui sont servies ici, à des niveaux différents. Pour certaines, on est simplement hébergeurs techniques, on offre en gros l’infrastructure du poste de travail et des lignes téléphoniques ; pour d’autres, on fournit tout le Système d’Information, toutes tailles d’entreprises confondues. Luc Dosquet : Tout à l’heure, vous parliez des métiers ; par exemple, nous hébergeons le site internet d’une bancassurance. Donc, pour le moment, nous n’avons pas une politique systématique de hub. Le hub s’est constitué au gré des opportunités qui se sont présentées. On peut servir de support technique pour la mise en œuvre d’une entité à distance, ou simplement participer à un effort de rationalisation lorsque cela fait du sens.

Quelle est votre voix dans un groupe de 150.000 personnes ? Habib Saghbini : L’informatique du hub luxembourgeois s’est constituée dans le temps. La création de lignes métiers dans le groupe et les doubles rattachements (fonctionnel et hiérarchique) sont venus après. Notre informatique a suivi ces évolutions en s’adaptant aux contraintes engendrées dans l’intérêt de nos clients, de nos utilisateurs et de la banque. La particularité de SGBT et les expertises qu’on y a développées nous ont valu d’être systématiquement consultés.

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 8

17/07/08 18:17:32


Luc Dosquet : Cela remonte assez loin car quand je suis rentré à la Sogenal Luxembourg, qui était une succursale de la Sogenal alsacienne, il y avait une filiale qui s’appelait Luxbanque. Et l’informatique était déjà unifiée pour traiter les deux institutions. Donc, le fait que l’informatique traite plusieurs entités remonte déjà à plus de vingt ans. En 1995, le groupe Société Générale a pris le contrôle total de la Sogenal. Cet événement a déclenché la fusion de la filiale et de la succursale à Luxembourg pour aboutir à la création de l’entité SGBT. Le système informatique ne traitait dès lors plus qu’une seule entité, alors qu’il était capable d’en traiter deux. C’est cette situation qui a fait qu’au départ, on a pensé qu’on pourrait sous-traiter l’informatique de Monaco à Luxembourg. Comme on avait l’expertise de traiter plusieurs entités, et que le groupe créait la filiale de Monaco, on nous a demandé naturellement d’héberger l’IT monégasque en nos murs. De fil en aiguille, la sous-traitance a pris forme. Habib Saghbini : En termes de poids, notre Système d’Information a commencé à se constituer depuis plus de vingt ans et s’est enrichi de fonctionnalités dans la durée. C’est le cas de toutes les banques qui ont fait du titre : le Système d’Information date des années 80 même si, techniquement, des améliorations ont pu y être apportées. C’est un métier qui est très vieux, qui évolue en croissance par ajout de fonctionnalités sans changement radical d’année en année. C’est pour ça que la plupart des entreprises bancaires ont gardé leur système des années 80 et l’ont fait évoluer, parce qu’il y avait une richesse fonctionnelle qu’il serait très cher de transposer, de changer en faisant table rase des outils du passé en regard du gain technologique que cela pourrait apporter.

Vous n’avez donc pas connu de big bang IT ? Luc Dosquet : (Rires) Je n’irais pas jusque-là! Je ne connais guère d’autre banque qui soit aujourd’hui basée sur un système comptable entièrement refondu (‘from scratch’ et ‘in house’) y compris la comptabilité clients.

Je pense que cela veut dire que c’était probablement la dernière fois qu’on le faisait à Luxembourg. Par contre, des établissements qui l’ont fait au travers de l’intégration d’un ERP comme Olympic ou Temenos, ça, il y en a eu plusieurs. Mais on pense que c’était assez courageux, à cette époque-là, de faire ce développement. Toutes les autres banques ne se lancent pas non plus à corps perdu dans le développement maison, c’est normal. C’est ce qui est le plus valable aujourd’hui: un système mixte.

se préoccuper systématiquement de se caler sur un Système d’Information modèle. Cette année, nous avons senti le besoin de faire une actualisation de notre architecture fonctionnelle. Cette opération vient de se terminer et on a dégagé une dizaine de pistes d’amélioration pour les trois ou quatre années à venir.

Habib Saghbini : Tout à fait. Même ces outils, Olympic ou Temenos, ont leur origine qui remonte au moins à cette époque. Notre Système d’Information n’a pas été remis en cause, avec l’évolution de la banque, pour s’en faire imposer un et casser ce qui a été fait. Il y a une richesse et un service rendu par nos systèmes avec un coefficient d’exploitation très compétitif.

Habib Saghbini : Il y avait une notion de multi-entités qui avait été mise en évidence en 2004. Toutes les actions n’avaient pas été terminées. Il y a aussi la notion de virtualisation de l’architecture qui s’est beaucoup développée et qu’on est en train de pousser de plus en plus. Il y a évidemment la volonté d’alignement des systèmes référentiels par rapport à l’ensemble du groupe pour une question de cohérence.

Luc Dosquet : Il y a aussi la maîtrise face à de grands systèmes. Lorsque vous êtes confronté à des échéances comme on en a eu ces dernières années - réglementaires et autres - qui impactent vraiment le coeur du système, et lorsque vous avez bien la main dessus, vous pouvez entreprendre des évolutions significatives à coûts raisonnables.

Aujourd’hui, ce coeur de banque, c’est un atout dans le modèle hub, selon vous ? Habib Saghbini : C’est certainement un atout et nous le faisons évoluer en permanence en fonction des impératifs du moment pour être à jour et répondre à tous les besoins. Là, par exemple, en 2004, il y a eu une mission de réorganisation du Système d’Information qui avait donné des axes d’amélioration et un plan d’actions qui a été honoré pratiquement à 70%. Et entre 2004 et 2008, la banque a doublé de taille; son chiffre d’affaires a été multiplié par 3 ou 4 et l’activité a beaucoup changé. L’effectif n’a pas nécessairement augmenté dans les mêmes proportions et donc les gens ont travaillé ‘comme des malades’ pendant cette période, sans pouvoir

Quelles sont les grandes conclusions de cette veille sur votre Système d’Information ?

Luc Dosquet : Il faut bien comprendre aussi que c’est presque obligatoire pour nous. Le fait d’être multi-métiers fait qu’au niveau du groupe, plusieurs grandes directions ont leur mot à dire par rapport à Luxembourg, même si l’entité est estampillée Private Banking. Ces différents courants, ces différents business, siègent au conseil d’administration. Les conclusions de cette étude sur l’architecture y sont présentées pour validation, ce qui nous permet, à nous, d’agir par rapport à ces décisions de façon transparente par rapport aux business lines.

Quel est votre degré d’autonomie ou de flexibilité dans cette transparence ? Habib Saghbini : Selon les fondamentaux du groupe, on est prié de suivre la règle. Ceci dit, on suit les règles de façon simple: c’est les contraintes du groupe en premier, sauf lorsque les contraintes locales sont plus fortes. Par exemple, la centralisation d’une fonction qui se heurte à une contrainte de confidentialité réglementaire (secret bancaire) du Luxembourg est abandonnée au profit d’une gestion locale... Elle sera implémentée

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 9

9

17/07/08 18:17:35


à l’image de ce que le siège a décidé mais elle restera chez nous. Donc on garde la cohérence globale tout en respectant les décisions ou les contraintes locales. De ce côté-là, le groupe a toujours eu l’intelligence de se servir du Luxembourg, entre autres, comme base avancée pour le développement d’activités «de niche». Luc Dosquet : C’est vraiment cette particularité du métier qui confère ces caractéristiques à l’entité luxembourgeoise. Dans une entité qui serait purement Private Banking, la ligne métier maîtresse déclinerait sa politique de façon beaucoup plus forte. Ici, nous sommes obligés quand même de préserver l’intérêt de l’entité en elle-même. Forcément, ça se décline sur la structure des systèmes en validation.

Ces différentes lignes participent autant l’une que l’autre au résultat local... Luc Dosquet : Les lignes métiers se sont développées à leur rythme mais avec la même intensité, profitant de telles ou telles opportunités, par à-coups, par projet, selon les décisions du business. Actuellement, leurs contributions au résultat local sont bien équilibrées. La partie fonds à Luxembourg a beaucoup grossi, c’est vrai. Mais contrairement aux années précédentes où c’était plutôt localisé sur une ligne métier, la croissance est aujourd’hui partout. La salle des marchés a doublé de taille en trois ans. Le Private Banking s’est étoffé, dans des

10

proportions équivalentes. Le corporate, lui, a beaucoup développé ses activités, notamment l’agio et les titres, dont on a parlé. Habib Saghbini : Les équipes du métier Titre ont doublé de taille suite à l’acquisition des métiers Titre d’Unicredito par la SG et la migration des fonds gérés par Citibank pour Pioneer vers la SG. Ce projet a mobilisé beaucoup de ressources sur ces derniers mois. La dimension IT de ce projet était importante. En effet, ceci passait par la centralisation de la gestion à partir du Luxembourg sur les outils parisiens dans l’optique d’une industrialisation de la production. Mais on se rend compte que sur un projet comme celui-ci, la partie automatisable représente 2/3 du projet et 1/3 pour les interfaces, ou la customisation locale. Le challenge était de faire aboutir ce

projet réalisé à des endroits différents avec des équipes qui évoluent à des vitesses et des contraintes différentes sur des dates de rendez-vous contractuellement fixes. Si les apports des lignes métier sont peu ou prou équivalents, les résultats peuvent différer sensiblement selon les investissements consentis et les projets en cours. Luc Dosquet : Vous combinez cela avec des exigences réglementaires comme MiFid et vous voyez ce que cela peut donner... Habib Saghbini : Du côté du Private Banking, les projets ambitieux ne manquent pas. La ligne métier a lancé un programme qui vise à doubler le ROI à l’horizon 2010.

Nous apportons notre soutien à cette ligne métier dans sa dimension mondiale sur les secteurs de notre compétence. Le développement de cette activité contribue également pour une grande part dans nos résultats. Luc Dosquet : Même si on parle de hub en matière de centre de traitement de l’information ; il faut savoir aussi que cela se fait en préservant les intérêts de l’entité. Le hub n’est pas forcément Informatique. Ainsi, SGBT Luxembourg héberge la salle des marchés pour l’ensemble de l’activité de la ligne métier Private banking. Cette démarche conduit petit à petit à la notion de centre de compétence sur des périmètres bien définis. Ainsi, récemment, l’informatique de SGBT a été désignée centre de compétences pour la sécurité internet dans la ligne métier Private Banking.

Habib Saghbini : Sur la partie corporate, les services proposés à la clientèle se basent principalement sur une compétence et une expertise métier. L’accompagnement technique est moins lourd que pour les autres activités, bien que le niveau d’exigence soit le même en termes de qualité et de service au client. La contribution de cette ligne métier à notre résultat est équivalente à celle des autres. Luc Dosquet : Aussi depuis fin 2001, on fait le choix de s’orienter vers la rationalisation de l’infrastructure, notamment par la virtualisation avec VMware. Avant 2001, alors que peu de monde y pensait, nous nous sommes orientés vers ce choix de manière prudente. Nous sommes d’abord restés sur les environnements

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 10

17/07/08 18:17:44


ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 11

17/07/08 18:17:44


BUSINESS DECISION MAKER

de test pour progressivement monter en charge sur la production (actuellement plus de 160 serveurs virtuels sont en activité). C’est un outil qui nous a permis, dans le contexte qu’on a connu ces dernières années, d’affecter les ressources aux bons besoins et de manière assez rapide. Au lancement du projet de virtualisation des serveurs, l’objectif principal de la démarche était de réaliser des économies de matériels et de support. A l’arrivée, je pense que le principal gain ne se réalise pas à ce niveau. Le principal intérêt réside dans le facteur d’accélération que cela amène au niveau de la mise à disposition de l’infrastructure pour le métier. Ce qui influence directement le ‘time to business’ du projet supporté par une telle infrastructure.

La flexibilité par la virtualisation, c’est quelque chose que vous avez découvert en chemin ? Luc Dosquet : Oui, franchement oui! Les lignes métier au niveau Groupe souhaitent maintenant vraiment mener ce genre de choses à très grande échelle. Pour eux, on est un peu un laboratoire puisque l’on découvre

des choses aussi. Et on voit qu’ils sont dans la même logique que celle dans laquelle nous étions au moment où nous avons commencé à nous intéresser à la virtualisation. Quand on leur donne nos conclusions, elles peuvent leur paraître inattendues. Habib Saghbini : C’est un exemple où SGBT est leader sur ce champ d’activité qui n’avait pas été aussi approfondi par le groupe. Cette expérience est mise à sa disposition. Luc Dosquet : On parlait d’indépendance ; il est sûr que si vous êtes engagé sur des voies qui ont un intérêt pour la banque tant sur le plan de l’IT que du business, forcément, vous êtes moins exposé à subir des directives. Ça donne une certaine liberté, dans le respect des lignes directrices qui émanent de la maison mère.

Il y a le degré d’autonomie, mais il y a aussi le degré d’influence dans le groupe ? Habib Saghbini : Exact. Pour avoir de l’influence, il faut avoir quelque chose à vendre

et communiquer autour. Nous avons de la matière. Nous faisons un effort sur la communication vers l’ensemble du groupe. Ce point était quelque peu négligé par le passé. Nous avons cité la virtualisation mais il y a aussi la sécurité. Typiquement, sur la partie internet où, Luxembourg et CSSF obligent, nous avons monté une infrastructure extrêmement secure pour tout ce qui est accès client. L’ensemble du métier a trouvé un intérêt à exporter cela. Luc Dosquet : On revient à la logique du centre de compétences ; on est devenu un fournisseur pour les autres entités, à tel point qu’on fait venir les machines ici, on les configure et on les renvoie sur place. On a vraiment une logique de société de services.

Et cela, dans tous les métiers, y compris le site assurance ? Luc Dosquet : Là, c’est de l’infrastructure technique qui est mise à disposition et aussi notre expertise en matière de monitoring où au final, on fait là aussi de la mutualisation de contrats.

C

M

Y

CM

MY

CY

12

JUILLET - AOÛT 08

CMY

K

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 12

17/07/08 18:17:51


BUSINESS DECISION MAKER

Habib Saghbini : Nous avons été autorisés par la CSSF à héberger l’informatique de notre filiale assurance, un secteur extrêmement réglementé. Pour cela, il a fallu démontrer notre capacité à respecter l’étanchéité totale entre les systèmes de la banque et de l’assurance. On a également pu bénéficier de notre statut de PSF que notre département technique avait obtenu. Luc Dosquet : Le statut PSF a été obtenu justement quand EuroVL a été mis en place au Luxembourg, pour lequel on preste encore. Même si une grande partie des traitements informatiques a été centralisée à Paris, il reste toute l’infrastructure postes de travail et réseau local. Par ailleurs, certaines fonctionnalités subsistent et sont hébergées à Luxembourg. On est donc prestataires pour EuroVL avec qui un SLA informatique a été contracté.

Comment est-ce que vous voyez votre stratégie ? Habib Saghbini : Notre stratégie est obligatoirement réactive et proactive. Réactive pour respecter les évolutions réglementaires (nombreuses ces dernières années) et proactives pour accompagner les idées innovantes du business et avoir une offre concurrentielle sur le marché. Nous pouvons ainsi faire valoir nos compétences pour les différentes lignes métiers dans leur développement futur. Le service au client final fait partie également de notre stratégie. Pour cela, la mise en place de dispositifs à l’écoute du client dotés de moyens d’analyse et d’une organisation adéquate est opérationnelle. Le client de l’informaticien n’est plus seulement son utilisateur interne. Luc Dosquet : Cette évolution se fait davantage sentir car le client final de la banque est de plus en plus directement en contact L'Annonce_Avaloq_2007_210x45mm-left-hand-page.pdf avec le Système Informatique de la banque.

Le plus évident, c’est le site internet, les outils CRM qui vont chez les clients. L’image que la banque va laisser au client va dépendre de l’efficacité de ces outils. Habib Saghbini : Exactement. Nous avons affaire à des clients eux-mêmes spécialistes des dernières innovations techniques qui deviennent de plus en plus exigeants dans ce domaine. Luc Dosquet : Le client est de plus en plus au fait de ces nouvelles technologies et il va très vite percevoir si la banque investit correctement dans son Système d’Information. Habib Saghbini : Sur le plan organisationnel, notre stratégie s’inscrit de plus en plus dans le souci du livrable. Les évolutions rapides du marché amènent nos utilisateurs à modifier leurs besoins en cours de projet. Se laisser entraîner dans cette mouvance est préjudiciable à l’aboutissement d’un projet dans les conditions de son initialisation. Le rôle de l’informaticien ne s’arrête pas à subir les demandes mais à les challenger et à conseiller son commanditaire. Désormais, il faut proposer des actions qui permettent de prendre en compte au mieux des changements en cours de projet sans pour autant perturber les livraisons, quitte à lotir et différer certaines demandes. C’est une façon de faire aboutir les projets et garder motivées les équipes qui les réalisent. Nous sommes plus que des acteurs techniques. Luc Dosquet : Parmi les phénomènes qui conditionnent ces priorités, il en est un qui s’avère capital, c’est de digérer cette croissance rapide : le fait d’avoir passé la barre des 1000 personnes ici à Luxembourg. Un établissement de 200 personnes ne fonctionne pas comme un établissement de 500 personnes, ni comme un de 1000. Et en matière de gouvernance de projet, il faut s’organiser dif30.11.2007 13:39:05 féremment, s’appuyer sur des outils qui sont

différents. Tout cela, en plus des évolutions métiers, cela conditionne notre évolution.

Est-ce que les événements que le groupe a connus vous ont particulièrement touchés ici ? Habib Saghbini : Tout dépend de ce qu’on appelle événement. Le cas Kerviel a déclenché des contrôles pour s’assurer de la non existence d’un cas Kerviel chez nous. Ceci a été l’occasion de passer en revue tous nos process et nous assurer que les procédures et les contrôles mis en place sont suffisants. Cela a été plutôt rassurant de notre côté. Il est vrai que ce genre de perturbation est rarement apprécié car jamais planifié mais on est plus rassuré quand les conclusions sont bonnes. La production intempestive d’un certain nombre de reporting a perturbé quelques plannings,… Mais en termes d’impact, on n’en a pas eu beaucoup plus. Il faut dire que les exigences du système sécuritaire luxembourgeois nous mettent dans une situation meilleure que d’autres sur ces aspects-là. Certes, quelques tours de vis ont dû être donnés, mais leur dimension reste marginale. On respecte rigoureusement les consignes du groupe et, jusque-là, pas de souci.

Si on faisait un scanner de votre infrastructure, quels éléments forts verrait-on selon vous ? Luc Dosquet : Au travers de la démarche de virtualisation et de centralisation, on a mené une politique qui a eu pour effet de tirer l’ensemble des fonctionnalités techniques vers le haut. Un autre exemple, tout ce qui est backup des systèmes. On a uniformisé la qualité de cette fonction technique en procédant et à la virtualisation du storage et à la centralisation des devices de back-up. Donc c’est un axe fort ; il faut voir qu’en 2001 déjà, nous avons remis un schéma au directeur technique qui est maintenant arrivé à la cible complète.

C

M

Y

CM

MY

CY

MY

K

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 13

17/07/08 18:17:52


BUSINESS DECISION MAKER

Donc, c’est un processus de longue haleine. Il y a tout ce qui est projets de migration en euxmêmes mais il ne faut pas négliger les aspects financiers qu’il faut arriver à maîtriser et à faire valider. Ceci dit, le travail ne se fait pas seul.

//// FOCUS SUR LES TÉLÉCOM ////

Et d’un autre côté, c’est aussi se préparer à l’avenir...

Habib Saghbini : On s’appuie aussi sur des entreprises spécialisées locales.

Habib Saghbini : Absolument. Il est clair que dans toute opération de rapprochement, le Système d’Information est un facteur-clé. Et on a vu certaines fusions échouer, dû au fait que les SI étaient incompatibles.

Luc Dosquet : Donc, on est partenaire historique de FSC, Siemens Business Services,... Iris a beaucoup aidé dans la virtualisation ; EMC, IBM, ainsi que quelques SSII.

Luc Dosquet : Tout à l’heure, on a abordé l’infrastructure... Au niveau des applications, une des caractéristiques essentielles, c’est le fait d’avoir cette conscience du multi-entités

On a vu cette volonté d’harmonisation au niveau groupe...

tant au niveau des opérationnels que des informaticiens. Quand on parle des compétences du back-office de Luxembourg, cette notion de technicité métier et cette conscience de devoir faire des opérations pour des tiers existe depuis longtemps. Déjà, quand on avait les deux banques sur la place (Sogenal et Luxbanque), on avait déjà sous les yeux un modèle de système multibancaire.

Habib Saghbini : La télécommunication prend beaucoup plus de place dans l’assistance aux différents métiers, on l’a constaté dans beaucoup de cas. On va en citer deux : la mise à disposition de la messagerie interne pour les collaborateurs en déplacement ainsi que l’accès à leur poste de travail et la mise à disposition d’un outil à l’usage des clients pour une communication interactive et secure avec la banque. Pour le premier, on a mis en place une solution qui répond aux critères de confidentialité exigés par la CSSF tout en fournissant les moyens nécessaires à tout CRM d’exercer son métier à quelque endroit qu’il soit. Pour le deuxième, le site internet a été totalement refondu et au-delà de la mise en place d’une authentification forte, des fonctionnalités de personnalisation du site pour le client ont été développées. Luc Dosquet : Dans la même logique de modes de traitement, l’évolution des bandes passantes et de la virtualisation facilite l’outsourcing à distance. Donc, les progrès de la communication en la matière supportent cette évolution. Habib Saghbini : En parallèle, la télécom devient aussi critique puisque les outils qu’on a cités précédemment nous permettent, dans la mesure où les télécoms sont là, d’assurer le plan de continuité d’activité. En effet, la sécurisation du système d’information dans le cadre d’un plan de secours est suffisante, les utilisateurs n’ont pas besoin d’être physiquement sur le site de secours. Elle nous permet également d’équiper dans des délais record des implantations distantes sans coûts excessifs.

14

Habib Saghbini : C’est l’approche structurée adoptée : le groupe définit les axes de développement et les supports associés. Des initiatives locales liées à des opportunités (business ou autres) peuvent s’avérer intéressantes pour l’ensemble et être intégrées dans les solutions globales. Toutefois, certains optimums locaux ne sont pas forcément globaux et les décisions se prennent au cas par cas. L’objectif est d’avoir une structure générale facilement déployable mais supportant des spécificités locales. C’est un peu la politique que la banque a suivie dans son expansion à l’international.

Au niveau de la comptabilité, vous l’avez développée en propre ! Luc Dosquet : Oui, à l’époque, on l’a développée pour plusieurs entités du groupe. En matière de Système d’Information, c’est très structurant, parce que vous êtes obligé

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 14

17/07/08 18:18:03


BUSINESS DECISION MAKER

d’être rigoureux pour le client. Quand il n’y a qu’un seul système, un seul client, qui donne ses spécifications, c’est plus simple. Là, on se retrouve dans le rôle d’un éditeur de logiciel. Quand le système va arriver chez le client, ça doit marcher. Dans notre cas, on a livré les modules sources développés à Luxembourg, mais on n’a pas été sur place. Avec le calcul des agios un peu plus tard, on est allés encore plus loin dans le degré de ‘progicialisation’ ; seuls les exécutables ont été livrés, comme le fait un fournisseur de progiciel. Mais ce type de mutualisation

pas notre cœur de métier, c’est le reporting fiscal pour les clients. On a préféré regarder un logiciel du marché et l’intégrer correctement au Système d’Information, plutôt que de le développer en propre. Luc Dosquet : Notre ligne de conduite en la matière, c’est d’avoir un système qui est modulaire, sécable à un moment donné, car les métiers vont évoluer et il faudra la granularité appropriée. L’autre axe, c’est de porter nos efforts de développement sur ce qui nous différencie. C’est une question de bon sens.

Luc Dosquet : C’est une logique SOA en amont, mais plus macroscopique. Habib Saghbini : C’est aussi une façon de gérer l’efficacité et d’exploiter la réactivité dans un esprit de rationalisation. Luc Dosquet : Avec un bon degré de pragmatisme.

Au niveau des compétences, comment voyez-vous le futur ? Luc Dosquet : L’IT change aussi. Les développements objets, la technologie Java, c’est quelque chose qui va prendre de plus en plus de place aux applicatifs, surtout pour la partie du Front transactionnel. Je pense néanmoins qu’on va toujours avoir des outils plus classiques pour développer certaines applications, couvrir certains processus... Il faut absolument la combinaison des deux. Donc là aussi, en marge de l’architecture fonctionnelle, on fait évoluer nos outils de travail, de manière à faire travailler les équipes sur un environnement plus intégré, à même de traiter les différentes technologies. C’est donc l’unification au travers de l’environnement de travail. On s’engage sur cette voie.

se raréfie. On s’oriente de plus en plus vers des progiciels spécialisés. Habib Saghbini : Notre système d’information se base sur un cœur développé en interne couplé à un ensemble de fonctionnalités assurées par des logiciels pris sur le marché. Triple A, K+, OPICS, QUERTAL,… des outils dédiés à certaines fonctions qui sont intégrés à notre système interne. Nous faisons appel également à des outils périphériques pour les contrôles, la surveillance déontologique, les rapprochements ou l’automatisation de liens avec l’extérieur. De façon générale, on évite de développer en interne ce qui ne relève pas de notre différenciation sur le marché ou de notre cœur de métier. A titre d’exemple : un des services, qui n’est

Par exemple, nous avons développé un outil de gestion de produits structurés qui n’existe pas tel quel sur le marché. Dans ce cas, cela supporte une activité qui est devenue un de nos points forts. Habib Saghbini : Le point essentiel est de mettre en place des architectures fonctionnelle et technique capables de supporter cette politique d’intégration focalisée sur la notion de services.

Cela permet aussi une plus grande transparence, plus d’adéquation ? Habib Saghbini : Forcément car on se concentre sur les vrais objectifs et les traitons exclusivement.

Habib Saghbini : Il est clair que toute évolution du Système d’Information doit s’accompagner d’une politique RH ad hoc. Nous avons construit notre système dans la durée en cumulant les strates et donc les compétences. En plus du mainframe, nous avons intégré des systèmes et des langages plus modernes. Des formations sont proposées aux collaborateurs désireux d’accompagner ces évolutions. Luc Dosquet : Il faut tenir compte de ce patrimoine, c’est une richesse car ils connaissent forcément la banque. C’est un état d’esprit.

Est-ce que les sociétés de services adhèrent également à cela ? Luc Dosquet : L’une de nos caractéristiques qui nous remontent, et que les consultants apprécient, c’est qu’on les intègre comme s’ils faisaient partie de la banque. Donc, on ne les considère pas comme une pièce rapportée.

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 15

15

17/07/08 18:18:11


© Photography Raoul Somers

A partir du moment où on leur affecte un rôle de rouage de l’organisation, ils assument ce rôle-là en plein. Ils sont traités comme tels et apprécient cela. Ils ne sont pas cantonnés à l’exécution de tâches subalternes. Habib Saghbini : Ils participent aux mêmes activités que leurs collègues internes et ont en même temps une autonomie vis-à-vis de l’entreprise puisqu’ils dépendent officiellement d’une autre société.

Il nous appartient d’adapter, voire de changer certaines habitudes pour que l’informatique reste le support indispensable et la force de proposition qu’elle a toujours été. Les critères d’évaluation changent. L’appréciateur n’est plus seulement l’utilisateur mais le client final qui nous «benche» par rapport à nos concurrents. Ce changement va consacrer le rôle de l’informaticien dans le produit fini de la banque. Il faut qu’il soit présent à l’esprit de toutes les équipes : développeurs, chefs de projet, maîtres d’ouvrage…

Qu’en est-il de votre CRM ? Habib Saghbini : On l’a développé en interne.

Vos reporting tools, la BI ? Habib Saghbini : Au niveau BI, c’est principalement Cognos qui est utilisé. Luc Dosquet : Durant les derniers mois, nous avons modernisé de manière significative la chaîne d’éditique de documents au sens large. Cela va jusqu’à l’archivage mais aussi le flux d’alimentation, la qualité, la présentation… C’était la plus ancienne chaîne qui restait en activité.

Que faut-il retenir? Habib Saghbini : Ce qu’il faut retenir, c’est que l’informatique vit une dynamique comparable à celle des métiers de la banque.

16

Pourrait-on imaginer que vous soyez rémunérés pour ce résultat final ? Luc Dosquet : On n’en est pas encore là, mais tout va vers cela. In fine, le fait que le système soit de plus en plus exposé, le fait qu’on est prestataires pour de nombreuses entités, qu’il y a des SLA en place,... ces éléments interviendront, même indirectement, dans la façon dont nos prestations sont évaluées. Habib Saghbini : Pourquoi pas pour une certaine part. Ce système poussé à l’extrême, peut devenir pervers donc mauvais. Mais comme l’a dit Luc, la généralisation des SLA et des KPI est une façon de mettre en place progressivement cette politique. Combiner les indicateurs externes, avec des indicateurs de qualité en interne mettra le challenge très haut, certainement, pour nos informaticiens mais au final les grandira aussi beaucoup.

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 16

17/07/08 18:18:19


/////////////////////// CASE CHOICE > Banque Raiffeisen choisit T24 de Temenos pour soutenir l’innovation et optimiser les processus p18 > Banque de Luxembourg dealing room met à jour sa plateforme Etrali Voice p20 > Le SIGI soutient la migration des organisations publiques vers Apsal.Net p21

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 17

17

17/07/08 18:18:25


BUSINESS DECISION MAKER

Temenos au Cœur de Banque Raiffeisen En janvier 2008, Banque Raiffeisen a lancé son projet d’implémentation de Temenos T24 afin de fournir une plateforme de core banking pour le front et le back office de ses opérations bancaires. La banque veut acquérir une position plus forte sur les marchés du Commerce, du Retail et du Private Banking au Luxembourg en offrant des services mieux adaptés aux besoins des clients. En 2009, le système supportera 220.000 comptes clients dans les 55 agences de la banque au Luxembourg.

Ernest Cravatte, Président du Comité de Direction de Banque Raiffeisen

Etablie il y a plus de 80 ans, la banque Raiffeisen s’adresse à une clientèle privée et professionnelle vivant et travaillant au Luxembourg et dans la Grande Région. Elle est très active dans le domaine du Private Banking mais a aussi une offre dédiée aux PME. Banque Raiffeisen a sélectionné la méthodologie d’implémentation T24 Model Bank de Temenos. Celle-ci comprend des produits ainsi que des processus pré-configurés selon les best practices bancaires, afin de réduire les délais d’implémentation et les coûts, de faciliter la personnalisation et de diminuer les risques.

CONFORME À SEPA

SERVICES 24H/24

«Nous étions à la recherche d'une plateforme unique de core banking, qui nous permettrait de lancer de nouveaux produits innovants de manière rapide sur nos marchés de commerce et de Retail, qui nous assisterait dans le développement plus avancé de notre offre de Private Banking et optimiserait nos processus internes», explique Ernest Cravatte, Président du Comité de Direction de Banque Raiffeisen. La solution inclut aussi la suite Temenos ARC, intégrée à T24, qui fournit un workflow de processus CRM analytique et opérationnel, avec un support multi-channel. «Nous pensons que T24 peut s’intégrer en douceur avec notre internet banking existant et nos systèmes de gestion de l’information (MIS), dit Ernest Cravatte. Cela réduirait notre TCO et nous aiderait à être conformes à la directive SEPA. De plus, nous avons choisi T24 Model Bank pour assurer le processus d’implémentation et placer le client au centre en apportant plus de fonctionnalités. ARC mettra en valeur nos services à la clientèle et assurera un operating system front-to-back tout à fait intégré.»

T24 de Temenos remplacera le mainframe de la banque, en place depuis plus de 20 ans. La solution sera déployée sur du hardware IBM et sera live pour la mi 2009. Des personnalisations régionales seront conduites sur le marché luxembourgeois. T24 est un système modulaire integré, adaptable, qui repose sur une architecture orientée services (SOA) et des standards technologiques tels XML et des web services Simple Object Access Protocol (SOAP). Le système se caractérise surtout par l’absence de batch processing à la fin de la journée, fournissant ainsi des services en temps réel, 24h/24.

:"8]V^cBVcV\ZbZci! ^hgZVYnidbZZii]ZcZZYh[gdbhbVaa idb^Yh^oZWjh^cZhhidYVn# :"X]V^cBVcV\ZbZci!GdjiZYÉ6gadc!-&™A"-(&&8VeZaaZc!AjmZbWdjg\™lll#Z"X]V^c#Zj™BV^a/^c[d5Z"X]V^c#aj

18

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 18

17/07/08 18:18:30


Et si nous étions cette pointe d’audace qui aide votre entreprise à faire la différence ?

G U N I L Oe n t d e v i CA LOGI

Logica Management Consulting : 3 000 consultants en Europe analysent vos enjeux, stimulent vos idées et mobilisent vos ressources pour valoriser vos différences. Logica, des racines européennes, 39 000 consultants et ingénieurs dans le monde. www.logica.com/france CONSEIL - INTÉGRATION DE SYSTÈMES - OUTSOURCING

*libérer votre potentiel

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 19

17/07/08 18:18:30


CASE CHOICE

VOIP

BUSINESS DECISION MAKER

Banque de Luxembourg live sur Etrali Mach 3D Banque de Luxembourg a mis à jour la plateforme Etrali Voice d’Orange Business Services – Trading Solutions pour sa nouvelle trading room et son site de disaster recovery. Après avoir utilisé les Mach 2 turrets pour quelques années, Banque de Luxembourg a opté pour un passage à Mach 3D. La transition a correspondu au déménagement de la banque vers un nouveau site et à la mise à jour des facilités de disaster recovery. La turret Etrali Mach 3D et la plateforme de Voice Trading seront utilisées entre autres pour le foreign exchange (forex), le fixed income, les produits structurés, et le repository.

Banque de Luxembourg a choisi les turrets Etrali Mach 3D principalement pour leur facilité de configuration. Elles peuvent fonctionner aussi bien sur mode TDM qu’IP, avec un passage facile de l’un à l’autre. Tant l’interface intuitive et ergonomique, le niveau de sécurité fourni et la qualité de la voix ont décidé Banque de Luxembourg à poursuivre le partenariat avec Orange Business Services. «Lorsque nous avons décidé de faire passer nos turrets au niveau supérieur, il était évident qu’Etrali Mach 3D offrait toutes les fonctionnalités dont nous avions besoin, dit Théo Meder, Head of the Banque de Luxembourg dealing room. Cela nous donne une migration facilitée vers l’IP, nous fait bénéficier d’une interface facile d’utilisation et l’assurance d’une bonne qualité de voix.»

DOCUMENT, MAINTENANCE & FACILITY MANAGEMENT

L’installation des turrets dans la nouvelle trading room et sur le site de disaster recovery permet à la banque d’être conforme à Bâle II, Sarbanes-Oxley (SOX) et auprès de la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF).

WWW.MAPS-SUITE.COM

, BASÉE À LUXEMBOURG, EST UN LEADER EUROPÉEN DANS LA CONCEPTION ET LE DEVELOPPEMENT DE LOGICIELS DE GESTION DE L'INFORMATION DE VOTRE ENTREPRISE.

20

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 20

17/07/08 18:18:31


BUSINESS DECISION MAKER

Le SIGI franchit le .Net pour Apsal Le Syndicat Intercommunal de Gestion Informatique soutient la migration de 160 sites vers Apsal.Net, un logiciel de calcul des traitements et salaires. Développé par Telindus, Apsal fut tout d’abord dédié aux clients du secteur privé. Suite à la collaboration avec le SIGI qui permit d’identifier des besoins spécifiques au secteur public, Apsal fut installé dans de nombreuses administrations communales, syndicats et établissements publics luxembourgeois pour le calcul des traitements et salaires. La solution a ensuite évolué jusqu’à cette nouvelle version qui profite des avancées technologiques de l’outil Microsoft VisualStudio.Net. En s’appuyant sur une base de données SQL Server, la nouvelle version .Net d’Apsal présente plus de souplesse d’utilisation.

La collaboration entre Telindus et le SIGI se poursuit aujourd’hui. Alors que l’intégrateur prend en charge le développement, le SIGI centralise les demandes des administrations et établissements publics et veille au respect des délais. Créé en 1982, le SIGI regroupe 103 des 116 communes luxembourgeoises. «Nous sommes la fenêtre des clients du secteur public», explique Michel Krier, Chief Financial Officer du SIGI. Le SIGI a pu ainsi apporter sa connaissance du secteur public, notamment le calcul du salaire en nombre de points et en fonction du grade de l’employé, des critères qui n’ont pas lieu d’être dans le secteur privé.

des données est à présent possible vers Excel ou Access. En parallèle, les documents peuvent à présent être visualisés, alors que précédemment l’impression était un passage obligé. Enfin, les possibilités de recherche ont été elles aussi améliorées avec l’ajout de filtres paramétrables. Plus intuitive, la nouvelle version est donc plus souple, plus rapide et plus précise.

RÔLE DE MODÈLE Apsal est installée sur 160 sites, dont une petite centaine de communes luxembourgeoises. L’ancienne version laisse peu à peu sa place à la version .Net, avec 60 sites qui ont déjà totalement procédé à la migration, notamment les communes d’Esch-sur-Alzette et de Kayl. Plus ergonomique que la version précédente, Apsal. Net présente plus de facilité dans le paramétrage via l’affichage d’un assistant qui guide l’utilisateur. De plus, l’exportation

Michel Krier, CFO du Sigi

En tant qu’interlocuteur central des communes, le SIGI partage aussi le rôle du helpdesk avec Telindus et organise des formations sur Apsal et Apsal.Net. Pour le Syndicat intercommunal de gestion informatique, la migration a débuté dès janvier 2007 avec une utilisation simultanée des deux logiciels. Alors que la plupart des sites partagent leurs données entre l’ancienne et la nouvelle version d’Apsal, le SIGI est le seul à posséder l’ensemble de ses données en double. «Nous voulons ainsi découvrir les éventuelles erreurs, explique Michel Krier. Mais 2008 sera la dernière année où nous entrerons les données dans les deux solutions. Même si Telindus avait initialement prévu que les migrations seraient terminées pour fin 2008 et a finalement reporté la date à fin 2009, nous devons être prêts.»

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 21

21

17/07/08 18:18:33


Personnalisez votre communication d’entreprise : optez pour du Marketing Mobile !

Proches de vos clients. Partout. A tout moment. En toute mobilité. Cassez le dilemme des médias de masse et rapprochez-vous de votre marché, tout en optimisant vos investissements marketing. Avec des stratégies de communication personnalisées qui parlent à vos clients et qui créent des relations individuelles solides et durables. Les applications du marketing sont multiples. Les solutions interactives, infinies. Avec Interact Mobile, première agence de Marketing Mobile au Luxembourg, vos produits et services n’auront jamais été aussi proches de vos clients.

www.interactmobile.com

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 22

Mobile Marketing Solutions.

17/07/08 18:18:39


Déposez votre CV, présentez votre entreprise et découvrez les dernières offres sur www.itjobs.lu

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 23

17/07/08 18:18:39


L’ENTREPRISE DU MOIS

www.itjobs.lu/agile

t$0..&3$*"-."3,&5*/( )'

www.itjobs.lu/cvce

t%*(*5"--*#3"3:*5%&7&-01.&/5

Whether you are looking to work with a dynamic international IT organisation, or interested in developing a career in IT, please contact our Luxembourg office.

Si vous êtes à la recherche d’une solution clÊ en main, rapide et efficace avec des rÊsultats immÊdiats et à des conditions Êconomiques concurrentielles, ne cherchez plus ! ‌ e-Kenz S.A. vous propose la solution SAP en mode SaaS. Nous vous proposons un service complet, Êvolutif et adaptÊ à vos besoins de gestion. Allant du conseil à l’implÊmentation de fonctionnalitÊs, la solution SAP (Systems , Applications and Products) en mode SaaS (SOFTWARE AS A SERVICE).

www.itjobs.lu/bcee

www.itjobs.lu/crptudor

t6/*/'03."5*$*&/ .' 106340/  4&37*$&130%6$5*0/*/'03."5*26& t6/*/(²/*&63  %&4²$63*5²3²4&"6 .'

t26"-*5:&/(*/&&3

t6/*/'03."5*$*&/ .'   106340/*/'0$&/53&'*/"/$*&3

www.itjobs.lu/b&d

t&#64*/&44$0/46-5"/54 t#64*/&44*/5&--*(&/$&  $0/46-5"/54 t"/"-:45& 4 %&7&-011&63 4  e-Kenz S.A. Rue des Chaux L-5324 Contern TĂŠl : +352.621.228.467 http ://www.e-kenz.lu Email : info@e-kenz.lu

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 24

 #64*/&44*/5&--*(&/$& )'

www.itjobs.lu/ctg

t"/"-:45&%&7&-011&63+&& t"(&/5)&-1%&4,'-6&/5  */'3&/$)"/%&/(-*4) t4&/*035&45&3

17/07/08 18:18:44


Déposez votre CV, présentez votre entreprise et découvrez les dernières offres sur www.itjobs.lu Devenez annonceur ! Contactez Emilie Mounier au: +352 26 10 86 26 - emilie.mounier@itnews.lu Toutes les offres d’emploi sont autant accessibles aux femmes qu’aux hommes.

www.itjobs.lu/deloitte

t"7"-02$0/46-5"/5 .'

t5&$)/*$"-#64*/&44  */5&--*(&/$&$0/46-5"/5 t"7"-02%&7&-01&3 .'

www.itjobs.lu/kbl

www.itjobs.lu/schneider

t+6/*03130+&$5."/"(&3o.&("

t4&/*03130+&$5."/"(&3  130+&$5."/"(&3

t"6%*5&63*/'03."5*26& .'

t"$$06/5."/"(&3

t*/(&/*&634:45&.&03"$-&

t4&/*034"-&4$0/46-5"/5  40-65*0/%&7&-01.&/5

www.itjobs.lu/fdm

www.itjobs.lu/lancelot

t*/5&3'"$&%&7&-01&3

t#"/,*/($0/46-5"/5

t/&5803,41&$*"-*45

t$0/46-5"/5'0/$5*0//&-

t%&7&-011&634."--5"-,#*-*/(6&

t4&37*$&%&-*7&3:."/"(&3

www.itjobs.lu/teamtrade

t#64*/&44"/"-:45.63&9  "$$06/5*/(.0%6-& t$0/46-5"/5."·53*4&  %0673"(&+6/*03 t4&/*03®$"-:140%&7&-01&3

www.itjobs.lu/ids

t$0/46-5"/54&/*03  $0/46-5"/54"13$4

www.itjobs.lu/scs

t"/"-:45&4103(3"..&634

t$0/46-5"/54&/*03  $0/46-5"/54"131.

 ."*/'3".&

t$0/46-5"/54&/*03  $0/46-5"/54"13$3.

t#64*/&44"/"-:45#"/$"*3&4

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 25

t"/"-:45&4130(3"..&634"4

www.itjobs.lu/telindus

t13*."3:4:45&.  &/(*/&&3$*53*9 )'

t4&$63*5:4"-&4$0/46-5"/5 t#64*/&4440-65*0/4  4"-&4$0/46-5"/5

17/07/08 18:18:48


Lancelot IT Consulting & Resourcing Services

INTÉRESSÉ(E) ? POUR POSTULER : Si vous souhaitez postuler pour ce poste, merci de nous faire parvenir votre candidature à Claude Rodisio à l’adresse suivante : crodisio@elancelot.com en ajoutant le texte suivant dans l’objet de l’email : Ref : 1089 : Database Architect Votre CV doit être de prÊfÊrence en format MS WORD ou RTF

Lancelot Consulting 83, rue de Hollerich L-1741 Luxembourg TĂŠl. +(352) 26 38 93 57 apply@elancelot.com www.elancelot.com

DATABASE ARCHITECT LUXEMBOURG *OBDPOUFYUPGHMPCBMFYQBOTJPOPGJUTBDUJWJUJFT PVSDMJFOU BUPQýOBODJBMJOTUJUVUJPOSBOLJOHBNPOHUIFXPSMEhTUPQ HMPCBMDVTUPEJBOT JTDVSSFOUMZMPPLJOHGPS

MISSION: t Deliver the foundation of the Architecture by defining the global and local solutions / tooling for clustering, ETL / ELT, Replication mechanisms, Business Intelligence t Establish patterns, best practices and recommendations of product and technology usage t Implies during new initiatives about new business and IT requirements projects, Architects give advices and evaluate the best architecture definition in respect of the strategy and patterns t Support development and integration teams to implement requirements t Approval of target solution according to standards t Promote best practices: Data model validation, architecture of solutions to implement locally or globally

PROFIL: t Bac + 5 in IT with a minimum of 7 years experience in Database (Oracle, Progress, etc) t You have extensive track record regarding Database administration (Oracle or Progress) / Certification is a plus t Good knowledge of ETL Oracle Warehouse Builder or IBM WebSphere Data Stage t knowledge of Database modeling (Mega, Aris, iGraphx, Oracle Designer), Oracle Application Server ,BPM and Database replication is a must t English is required / French is a plus t you are pro-active, structured, approchable SPECIFICATIONS DU POSTE t DĂŠbut : ASAP t Lieu : Luxembourg

Ref 32–IT Account Manager 0VSDMJFOUJT-VYFNCPVSHTMFBEJOHQSPWJEFSPG*5TFSWJDFT5IFZPGGFS$POTVMUJOH .BOBHFE4FSWJDFT *OGSBTUSVDUVSF*OUFHSB UJPOBOE5FDIOPMPHZ4PVSDJOH1BSUPGBOFYQBOEJOHJOUFSOBUJPOBMHSPVQ UIFZQSPWJEFUIFJSTFSWJDFTCBTFEPOUIFTPMVUJPOT PGUIFNBJONBSLFUQMBZFSTTVDIBT.JDSPTPGUBOE$JTDP 8FBSFMPPLJOHGPSBO*5"DDPVOU.BOBHFSUPFYQBOEUIFQPXFSPGUIFDPNNFSDJBMUFBNJO-VYFNCPVSH

MISSION: t Management and development of a client database. t Business development in accordance with the sales strategy which is defined on a European and national level. t Coordination of Pre Sales meeting with high qualified engineer people from the company. t Presentation of managed services, migration and integration projects.

Schneider CONSULTING S.A. 119, avenue Gaston Diderich L-1420 Luxembourg TĂŠl. +352 40 67 30-1 Fax +352 40 67 60 info@schneiderconsulting.lu www.schneiderconsulting.lu

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 26

PROFIL: t Very good knowledge of the local market. t Strong sales capabilities and excellent relationships skills with both clients and professional counterparts (partners). t Good presentation and communication skills. t Entrepreneurial skills and ability to work within a team. t Fluent French, good level of English is an advantage. t Good general knowledge of IT technologies, knowledge of Microsoft and Cisco considered an advantage. t A first significant experience in the same sector is a plus.

Our client offers a competitive fixed salary plus a variable part based on the performance, car, GSM, Laptop. For a first confidential discussion about this position, please contact Lucie Remy – Schneider CONSULTING, via telephone +352-40.67.30 or email to lre@schneiderconsulting.lu

17/07/08 18:18:52


Vous recrutez ? Votre annonce ici pour seulement 450E !

VOS AVANTAGES: t Plus de 7000 lecteurs spÊcialisÊs en IT t La solution pour à la fois recruter et renforcer votre image t Une parution de l’annonce couplÊe dans le magazine ITnews 2.0 et sur le site www.itjobs.lu t Aucun frais de graphisme

SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES: Vous nous transmettez: t Votre logo t Votre annonce Nous faisons la mise en page...

VOTRE TARIF: t 450â‚Ź seulement pour une parution Ă la fois dans le magazine ITnews 2.0 et sur le site www.itjobs.lu

MAKANA - Emilie Mounier 83, rue de Hollerich L-1741 Luxembourg T +352 26 10 86 26 F +352 26 10 86 27 emilie.mounier@makana.lu www.makana.lu

PLUS D’INFORMATIONS: MAKANA - Emilie Mounier - 83, rue de Hollerich - L-1741 Luxembourg - T +352 26 10 86 26 - F +352 26 10 86 27 emilie.mounier@makana.lu

Lancelot IT Consulting & Resourcing Services

INTÉRESSÉ(E) ? POUR POSTULER : Si vous souhaitez postuler pour ce poste, merci de nous faire parvenir votre candidature à Claude Rodisio à l’adresse suivante : crodisio@elancelot.com en ajoutant le texte suivant dans l’objet de l’email : Ref : 1083 : BI Project Manager Votre CV doit être de prÊfÊrence en format MS WORD ou RTF

Lancelot Consulting 83, rue de Hollerich L-1741 Luxembourg TĂŠl. +(352) 26 38 93 57 apply@elancelot.com www.elancelot.com

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 27

BI PROJECT MANAGER LUXEMBOURG *OBDPOUFYUPGHMPCBMFYQBOTJPOPGJUTBDUJWJUJFT PVSDMJFOU BUPQýOBODJBMJOTUJUVUJPOSBOLJOH BNPOHUIFXPSMEhTUPQHMPCBMDVTUPEJBOT JTDVSSFOUMZMPPLJOHGPS

MISSION: t Having an experience as a project manager in Business Intelligence, you will be in charge of the implementation of an Enterprise Data Management solution fed by a new custody application t Analysis of the business requirements t Design of the target solution. t Workload estimation and proposition of planning including all the involved teams and stakeholders. t Organization and follow up of the solution development t Preparation and execution of the test scenario t Preparation of the production migration and set up with the integration team and the users t Ensuring the application support (third level) and maintenance More specifically, you will be in charge of : t Design and development of the process to extract business data from the core system t Feeding of the Datawarehouse t Architecture design of the EDM solution t Connectivity with other tools (Scheduling, broadcasting, reporting tools, ‌).

Analysis of reporting needs. Reverse engineering of the current reports and migration on the new datamodel t Training, parameterization, knowledge transfer from package editor to permanent staff‌ t

PROFIL: t Bac +5 in IT or scientific study with experience in data processing and Business Intelligence t Strong experience in project management t You are able to synchronize the different companies and teams who will work on the project: software editor, offshore consultants, internal staff from different countries. t Perfectly fluent in French and English t Banking knowledge with specific experience in fund administration is a must t Proactive, Well organized and structured SPECIFICATIONS DU POSTE t DĂŠbut : ASAP t Lieu : Luxembourg

17/07/08 18:18:56


VINCENT ULENS

MARC ARDIZIO

nommé Sales Manager de HP Technology Solutions au Luxembourg

nouveau Managing Director chez euroscript Luxembourg

rejoint IDS Scheer en tant que Sales Manager

Il sera chargé de développer

Vincent Ulens remplacera

Il est responsable du

les activités de HP TSG au

Brigitte Hennemann et

développement commercial

Luxembourg et de mettre

sera responsable des

de l'activité conseil et

en œuvre le plan stratégique

secteurs des ventes, de

produits et est également

de HP avec les revendeurs

la gestion des partenaires

en charge de la gestion

et partenaires, les PME et

et du marketing pour le

des partenaires pour

les grandes entreprises.

Luxembourg. Il travaillera

l'activité Business Process

Il rapportera directement

de près avec Franz-Josef

Management.

à Marie Del Marmol, TSG

Hirsch, également Managing

Country Sales Manager

Director avec un focus sur

pour HP Belgium and

l’administration et le delivery

Luxembourg.

management.

HUGO DETREMMERIE

CHANTAL DE VRIEZE

MARC WANTZ

CHARIF MOUTTAKI

devient head of unified channels chez Cisco Belux

à la tête d’Econocom Belux

est le nouveau Country Manager de Manpower Luxembourg

nommé New Business Development Executive d’Avaya Luxembourg

Il succède à Dominique

Chantal De Vrieze a pris les

Il succède à Liliane Adam.

Il est désormais responsable

Vanhamme qui est

rênes d’Econocom Belgique

Son expérience significative

des activités commerciales

aujourd'hui en charge

et Luxembourg. En tant

du marché luxembourgeois,

directes et indirectes au

du canal européen des

que Country Manager, elle

son charisme et sa capacité

Luxembourg. Il veillera

distributeurs et revendeurs.

succède à Patrik Vandewalle.

commerciale sont autant

notamment à développer

Hugo Detremmerie, qui

Chantal De Vrieze combinera

d’atouts pour mettre en

le réseau des partenaires

était récemment encore

sa nouvelle fonction avec son

œuvre le nouveau projet

professionnels d'Avaya

le country director Belux

poste actuel de directrice de

d’entreprise du groupe.

afin de stimuler la vente de

d'Alcatel-Lucent, dirigera

l’activité IT Financial Services

solutions de communications

une équipe spécialisée de

d’Econocom Belux. Elle sera

unifiées et de téléphonie IP

channel account managers

responsable d’un société de

ainsi que les autres produits

et dépendra directement de

services informatiques en

d'Avaya au Luxembourg.

Pol Vanbiervliet, directeur

pleine expansion, qui compte

général de Cisco Belux.

plus de 800 employés.

IT JOBS

Carrières

PIERRE PAREL

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 28

Envoyez votre nomination à press@itnews.lu

17/07/08 18:19:02


PARTICIPEZ À NOS CONFÉRENCES

Informations: www.itnews.lu Inscriptions: www.msdpa.eu

ORGANISATEUR: ITnews 2.0 LIEU : Confiserie Namur Espace Entreprises 2, rue de Bitbourg 1273 Luxembourg-Hamm

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 29

Informations et inscriptions: www.itnews.lu/eventfunds

09/10/2008

Conférence d’ITnews : Funds

ORGANISATEUR: MSD Partners LIEU : Sofitel Luxembourg Europe 6 rue du Fort Niedergruenewald Plateau de Kirchberg L-2015 Luxembourg

ITSMF: conférence annuelle

28/10/2008

26/08/2008

Formation MSDPA ITIL V3 Foundation Bridge

18/09/2008

plus d'infos sur www.itnews.lu

2nd Luxinnovation Forum : «Business meets Research»

ORGANISATEUR: ITSMF LIEU : Casino 2000 rue Théodore Flammang L-5618 Mondorf-les-Bains

Informations: www.itnews.lu Inscriptions: www.itsmf.lu

ORGANISATEUR: Luxinnovation LIEU : Conference Center of the Chamber of Commerce 7, Rue Alcide de Gasperi L-2981 Luxembourg - Kirchberg

Informations: www.itnews.lu Inscriptions: www.business-meets-research.lu

17/07/08 18:19:06


ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 30

17/07/08 18:19:12

Portrait

Perso

Touver le juste équilibre

Souriant, créatif, dynamique, disponible, pragmatique et «finisseur»

Signes particuliers (ou traits de caractère) :

Loisirs : Jogging, voyages

Société : Siemens IT Solutions and Services Finance

Fonction : Chief Executive Officer

Nationalité : Belge

Age : 45

Nom : Houssier

Prénom : Philippe

Carte d’identité :


ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 31

17/07/08 18:19:20

© Photography Raoul Somers

Les tracasseries administratives de plus en plus consommatrices de temps. Mais quand l’objectif est clair, il faut faire fi des obstacles.

Qu’est-ce qui vaut la peine d’être challengé ?

Les femmes et les hommes qui doivent travailler de manière efficace en communautés virtuelles, en équipes internationales dans une économie de plus en plus mondiale. De manière plus générale, toute réflexion, idée ou concept vaut la peine d’être challengé. Il faut savoir toujours se remettre en question.

Je suis toujours à l’écoute des idées nouvelles et garde l’esprit ouvert à des approches originales. Les nouvelles méthodologies éveillent toujours mon intérêt.

Quel est votre sens de l’innovation ?

Je la vois comme un juste équilibre entre innovation et prudence. Elle me marque également par son aspect international, la taille du secteur financier, et la multitude d’acteurs dans le secteur IT. Un endroit où il est bien agréable de travailler.

Comment considérez-vous la place luxembourgeoise ?

Ce que vous aimez le moins dans votre métier ?

Par le biais des besoins réels et de l’amélioration de l’efficacité, j’apprécie également quand la disponibilité doit être garantie. Les nouveautés technologiques et le design de certains objets me séduisent souvent.

Comment aimez-vous aborder l’IT ?

Pour le professionnalisme de nos équipes locales et pour le support qu’elles reçoivent à travers l’accès aux compétences globales et internationales du groupe. Parce que Siemens est un partenaire de confiance qui a toujours mis le client au devant de ses préoccupations. Parce que nous sommes le bon partenaire en matière de gestion des infrastructures, de mise en place et de réalisation de solutions. Et enfin, parce que l’expertise que nous avons acquise en mettant en œuvre nombre de solutions pour les différentes entités du groupe, nous rend particulièrement efficaces dans la maîtrise des processus métiers de nos clients.

Ma famille, les voyages, le jogging, la photo.

Quels sont vos passions et hobbies ?

Bloc-notes pour les notes, et PDA pour l’agenda et les contacts.

Bloc-notes ou PDA ?

Je voudrais dire conseil, mais le développement a toujours pris le dessus.

Développements ou conseils ?

Il n’y a pas de schéma standard. Mes journées sont souvent rythmées par des rendez-vous et des réunions qui se succèdent avec, de temps à autre, une journée pour faire le point et remettre de l’ordre dans mes dossiers. Le yoga décompresseur, c’est pendant les trajets en voiture ou lors d’un jogging.

Le produit : l’iPhone La solution : tous les concepts qui tournent autour des services à la demande (SaaS)

t-BQPTTJCJMJUÏEFHÏSFSEFNVMUJQMFTBDUJWJUÏT souvent très différentes en parallèle tout en ayant la possibilité de faire profiter de mon expérience à d’autres. t-BEJWFSTJUÏEFTUFDIOPMPHJFT*5NJTFTFO œuvre. t-F GBJU EF GPODUJPOOFS FU EBHJS EBOT un contexte international, et, par-dessus tout, les contacts humains, que ce soit par le travail en équipe ou par les nombreux échanges avec les clients et partenaires.

Pourquoi choisir Siemens IT Solutions and Services ?

À quoi ressemble votre journée type ?

Pour vous, quel est le produit ou solution professionnel de l’année ?

Un ensemble complexe de techniques qui suscite l’admiration, génère parfois des frustrations, mais qui est le média de base des évolutions technologiques, culturelles et politiques de notre société actuelle. L’IT est devenu une commodité indispensable.

Ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

Pour vous l’IT c’est…


L'invité

IT JOBS

Recrutement ad hoc Au-delà de la recherche de profils adéquats, le recrutement comporte aussi une large dose de conseil aux entreprises, notamment en matière de fidélisation des employés. Dans un contexte fort concurrentiel, il est difficile pour les sociétés de fidéliser leurs employés. Alors que l’éclatement de la bulle internet avait amené, dès 2002, des périodes de disette sur le marché de l’IT, il y a aujourd’hui, de commun accord, une pénurie importante de profils. «Nous sommes dans un marché mené par les candidats où la demande est telle que ceux-ci peuvent souvent poser leurs conditions», explique Michael Cookson, Managing Director d’Itelco.

La société de recrutement Itelco, d’origine britannique, a failli disparaître en Belgique lorsque le marché a ralenti en 2002. Mais depuis lors, Itelco s’est développée en Belgique et aux Pays-Bas, avant de venir au Luxembourg. «Beaucoup de sociétés tentent de recruter à distance, dit Michael Cooskon. Mais pour comprendre tant les clients que les candidats, il faut une présence locale. Nous devons seulement créer les conditions pour rencontrer les candidats.» Et, aujourd’hui, ces conditions peuvent être posées par ceux-là mêmes qui cherchent un travail. Face au nombre croissant de freelances, Itelco a d’ailleurs racheté la société Focus Finance pour, entre autres, seconder ceux-ci dans leur comptabilité.

SORTIR POUR CONSTRUIRE Pour mieux répondre à ces défis, Itelco met l’accent sur la présence physique au niveau local. «Internet a rendu les recruteurs paresseux. Trouver des profils n’est pas qu’une affaire de recherche dans une base de données. Au lieu d’être réactifs, il faut creuser plus loin. 50% des profils trouvés proviennent de notre réseau.» Pour cela, Itelco travaille avec des consultants et des chercheurs qui étudient le marché. «Nous demandons à nos

consultants de sortir, participer aux salons, rencontrer les candidats, suivre des formations. Ils sont ravis du changement et cela amène de nouvelles idées.» Et dans le petit monde que forme le Luxembourg, trouver de nouveaux talents pour les sociétés se révèle être un challenge. «Les managers peuvent connaître une grande partie de nos candidats, dit Michael Cookson. Pour éviter cet effet carrousel, nous trouvons les talents ailleurs. D’où notre stratégie de réseau.»

Mais le talent n’est pas qu’une question d’argent. «Les gens veulent se sentir reconnus par leur employeur, dit Michael Cookson. Certains ont aussi peur de se voir bloqués au même poste pour plusieurs années. Les sociétés doivent être conscientes qu’il s’agit non plus de proposer du travail mais des opportunités.» Les formations, par exemple, sont une source de motivation, tout comme la perspective d’un équilibre où le travail n’empiète pas trop sur la vie de famille et le sentiment de faire partie d’une équipe. «Motiver les gens demande de l’organisation. Certains quittent leur job en évoquant un conflit avec leur patron qui aurait pu être réglé bien avant.»

32

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 32

17/07/08 18:19:23

Tem


/////////////////////// IT FINANCE SEPA & E-INVOICING > Victor Buck Services p34 > UnifiedPost p36 > Clearstream Services p37 > Isabel p38 > Certipost p38 > L’ABBL p40 > MOND Technologies p42

Temenos Banner ad.indd 1 ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 33

24/6/08 18:19:24 18:05:01 17/07/08


Premières factures électroniques chez Victor Buck Services Victor Buck Services déploie son offre e-invoicing avec une plateforme conçue pour les futures évolutions de la facture électronique. Créée en 2000, Victor Buck Services (VBS) est née d’une concertation sur la gestion documentaire (output management). «Toute banque envoie ses documents transactionnels vers ses clients, retail et institutionnel, en utilisant des moyens tels le fax ou l’email», constate Nicolas Buck, co-fondateur de Victor Buck Services. Devenue PSF en 2003, l’entreprise prend une nouvelle dimension en 2006 suite à l’arrivée des P&T dans le capital (à hauteur de 49%) et étend rapidement sa palette de services via le nouveau département eInvoice.

© Photography Raoul Somers

Comme toute offre d’e-invoicing, celle de VBS repose sur une plateforme de consolidation qui lui permet de diversifier et d’enrichir ses services. Ceux-ci comprennent la dématérialisation des factures papiers entrantes, ou documentto-data, qui se focalise sur le B2B. Ensuite, le data-to-data, c’est-à-dire l’envoi des factures d’un fournisseur sous format électronique vers ses clients, à travers la plateforme de consolidation. Non seulement la plateforme se charge des transformations de format nécessaires (mapping) mais elle assure l’intégrité et l’authenticité des documents grâce à la signature électronique fournie par Luxtrust. Enfin, la plateforme est aussi active dans le B2C, puisqu’elle permet l’envoi de factures électroniques vers les portails web des banques, où les clients peuvent les consulter en toute sécurité et procéder à leur paiement.

Patrick Lodomez, responsable du développement de la plateforme e-invoicing chez Victor Buck Services

34

Cette prise en charge est indépendante des programmes informatiques installés chez le fournisseur et le client ainsi que des formats de données à manipuler. «L’objectif majeur est d’avoir un single point of entry, explique Patrick Lodomez, responsable du développement de la plateforme e-invoicing chez Victor Buck Services. Le client ne se tracasse de rien.» Celui-ci doit donc seulement approuver

le procédé en précisant quelle facture, de quel fournisseur et quel format il désire recevoir. «La plateforme joue plus le rôle de facteur électronique intelligent que de banquier», dit Patrick Lodomez. La solution est extrêmement flexible et pourra également s’adapter aux futures recommandations de l’Etat luxembourgeois en matière d’eTVA et d’archivage légal. A ce niveau, des synergies sont aussi possibles avec d’autres acteurs du secteur.

SOUPLESSE POUR LE FUTUR Cœur de la solution, la plate-forme de consolidation est un produit SAP fiable qui tourne déjà depuis plusieurs années en Suisse et en Allemagne. VBS a ainsi bénéficié de l’expérience des modèles développés précédemment pour optimiser sa mise en place au Luxembourg. «La mise en place chez nous n’a mis que 7 à 8 mois, contre plus d’un an ailleurs», dit Patrick Lodomez. En tant qu’interface entre consolidateurs, euxmêmes basés sur des normes européennes, la plateforme est aussi résolument tournée vers l’international. VBS compte d’ailleurs développer des partenariats tant au niveau national qu’à l’étranger.

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 34

17/07/08 18:19:32


ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 35

17/07/08 18:19:37


BUSINESS DECISION MAKER

La facturation n’est que le début La plupart des sociétés préfèrent gérer leurs factures sous format papier, pourtant la facturation électronique représente de fameux avantages, selon UnifiedPost. L’e-invoicing permet de réduire les coûts liés à l’impression, la mise sous pli et l’envoi des factures. Mais en plus des économies réalisées et des aspects écologiques, la facturation électronique permet aussi aux sociétés de centraliser leurs données et de simplifier la gestion de leurs factures. Elles peuvent donc dédier plus de temps à leur core business...

SOLUTION DE A À Z

© Photography Raoul Somers

«S’affranchir du papier représente d’énormes économies, dit Alain Dujardin, Country Manager d’UnifiedPost. En 2000, on pensait que le papier était fini. Mais aujourd’hui, bien que les volumes électroniques augmentent sans cesse, la grande majorité des factures demeure sous format papier.» Présente depuis 2004 au Grand-Duché, la société belge UnifiedPost se développe rapidement, preuve de l’intérêt grandissant des entreprises, administrations et des particuliers pour l’e-invoicing... bien que la disparition de la facture papier ne soit pas pour demain.

Alain Dujardin, Country Manager d’UnifiedPost

«Pourtant, choisir la facturation électronique permet d’avoir de plus grands avantages, dont la gestion du document en fonction des desiderata du client», dit Alain Dujardin. Il est déjà possible, en Belgique, de signer les factures non seulement avec une carte spéciale mais aussi, de manière tout aussi sécurisée, à l’aide de la carte d’identité électronique. Au Luxembourg la signature électronique et les certificats de Luxtrust facilitent les échanges électroniques, dont l’e-invoicing. Toutefois, les plateformes doivent impérativement se trouver au Luxembourg pour traiter des données bancaires. UnifiedPost pourrait donc envisager d’établir une seconde plateforme, au Luxembourg cette fois, pour favoriser l’adoption de la solution par les établissements bancaires. «Cela dépendra des opportunités mais pas dans les prochains mois», dit Alain Dujardin.

////UNIFIEDPOST//// La société basée à Genval (B) se spécialise tant dans l’électronique que dans le papier et propose aussi l’archivage des documents. La plateforme est assez complète pour mettre à disposition un environnement d’émission pour le client et de réception pour le destinataire. Chaque facture peut aussi passer par un canal de communication différent. Par exemple, le client reçoit la facture sous format papier ou électronique (accessible via un lien cliquable dans un email), selon ce qu’il a choisi. Il est alors possible de faire le suivi du reçu de la facture. Soit le client peut recevoir un email d’avertissement afin de lui rappeler de consulter sa facture, soit, s’il est non domicilié, il peut aussi être alerté par SMS. D’où la souplesse de la solution.

36

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 36

17/07/08 18:19:48


BUSINESS DECISION MAKER

La facture comme tremplin La plateforme en SaaS de Clearstream Services s’enrichit d’une offre e-invoicing, en partenariat avec la société belge Advalvas. Clearstream Services a mis au point une offre de gestion de la facturation électronique qui s’appuie sur l’infrastructure existante. Bâtie sur des outils conçus pour le secteur bancaire, la plateforme de software-as-a-service développée par la société, avec notamment l’application Thaler de Callataÿ&Wouters, va aussi servir de tremplin à la facturation électronique. Cette solution s’appuie sur les capacités d’archivage électronique des données qui n’étaient pas encore complètement intégrées à la plateforme. En abordant l’e-invoicing, Clearstream Services a pour ambition de continuer à mutualiser l’existant…

Ainsi, la facturation électronique tire pleinement avantage des managed services qui supportent déjà la plateforme. «Clearstream Services rencontre les mêmes problèmes de gestion des flux de facturation que ses propres clients, dit Michel Rodriguez, Head of IT External Business pour Clearstream Services. Nous avons pu rapidement voir qu’intégrer l’e-invoicing dans notre offre globale SaaS avait du potentiel.» En particulier, ce sont les besoins liés à l’archivage électronique qui ont servi de détonateurs. «On s’appuie sur la plateforme existante pour diversifier nos services, explique Michel Rodriguez. Les entreprises qui génèrent entre 50.000, et plus, de factures par an, sont typiquement nos cibles.» Clearstream Services a débuté un partenariat avec la société belge Advalvas, arrivée il y a six mois sur le marché luxembourgeois.

SAP, FIRST STEP

VERS L’INTERNATIONAL

Tout en gardant le focus sur le secteur financier, la société s’ouvre aussi à d’autres industries. «Aujourd’hui, on s’interface avec SAP et SAP est un des leaders, dit Michel Rodriguez. ’Thaler on SAP’ de Callataÿ&Wouters nous a ouvert la porte vers l’ERP de SAP, qui naturellement nous fait sortir du cadre de la finance.» En effet, la facture électronique est un document standard et il est donc très simple par la suite d’étendre l’offre à d’autres types de documents. «La plateforme est ouverte et donc facilement adaptable», dit Michel Gilis, Managing Director chez Advalvas. «Le principe d’archivage/ affichage peut être appliqué à énormément d’autres choses, tels que les rapports clients, les rapports aux autorités, les messages Swift ou des documents internes», dit Michel Rodriguez. Clearstream Services pourra donc envisager un e-Thaler et un e-Swift, basés sur les mêmes principes que l’e-invoicing.

«On vise des groupes qui ont des systèmes intégrés dans tous les pays, explique Michel Rodriguez. Par exemple, un client, au travers de notre hub à Paris, peut très bien se connecter sur notre plateforme luxembourgeoise. Pour nous, ce n’est pas un investissement supplémentaire et pour lui, le gain est immédiat.» Clearstream Services évalue aussi une extension de sa collaboration avec Luxtrust, puisque la signature électronique est liée de manière logique à la facturation électronique et à tout document archivé. «Cette synergie est idéale car la signature de Luxtrust est reconnue bien au-delà des frontières», dit Michel Rodriguez.

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 37

37

17/07/08 18:19:51


BUSINESS DECISION MAKER

Isabel vise la simplification En Belgique, la facturation électronique n’a pas connu d’évolution majeure ces quatre dernières années. Une impasse que la société Isabel a évitée en créant Zoomit.

Selon Isabel, la facturation électronique n’a pas décollé mais était possible, dit Christian Luyten, Corporate Communications Officer chez Isabel. Légalement, pour recourir à ce genre de services, il fallait une dérogation spécifique de l’administration de la TVA. La facturation était décrite comme un accord entre client et fournisseur.» Les années 20012004 ont été le reflet d’un certain engouement suscité par la transposition en droit national d’une directive de la Commission Européenne. «Mais la facturation n’a pas décollé», regrette Christian Luyten. Suite à cet échec, la Commission a donc créé un groupe d’experts, et Isabel a, de son côté, lancé Zoomit. «Le cadre légal n’était pas assez spécifique, dit Christian Luyten. En Belgique, les arrêtés royaux autorisent la facture électronique mais sans détailler ce qui est acceptable. En cinq ans, il n’y a pas eu de suivi.» Dans le même sens, le manque de standards est aussi un obstacle pour décrire les méthodes d’échange. «On parle beaucoup de technologie et peu de factures. Il faut simplifier la partie technique.» Enfin, en termes de business requirements, la facture elle-même n’a pas été décrite assez précisément.

«On rajoute beaucoup de besoins annexes mais on oublie l’objectif premier de la facturation électronique : la simplification.» La circulaire émise par l’administration de la TVA a permis de déterminer des principes clairs pour l’archivage de la facture électronique. Mais pas assez pour l’échange et l’émission de la facture. «Le consommateur n’en sait rien.» Depuis 2004, la facturation électronique est dans l’impasse en Belgique.

L’E-BANKING, OUTIL FAMILIER Isabel joue donc un rôle d’opérateur. «Notre objectif est de simplifier les flux financiers des organisations, dit Christian Luyten. On s’adresse aux comptables, aux managers mais pas à l’IT. On tente donc de rendre la technologie plus humaine. L’utilisateur doit pouvoir comprendre l’intérêt de la facturation électronique.» C’est pourquoi Isabel utilise l’internet banking, outil familier pour la plupart des utilisateurs, pour montrer comment les documents électroniques peuvent leur simplifier la vie. «La facture et le paiement sont deux étapes d’une même chose.» La centralisation des données facilite à la fois les transactions

et l’accès aux archives. «Avec Zoomit, l’utilisateur voit simplement la facture à payer, et le fait en un clic. La banque renforce ainsi sa relation avec le client. La complexité des transactions est effacée, les délais raccourcis et la qualité des paiements augmentée.» L’Isabel Business Suite est une plateforme Java développée from scratch et adaptée aux logiciels des clients. Isabel est passée à une plateforme web accessible en Saas via le browser. Seule installation, l’interface qui permet d’identifier l’utilisateur via une carte pour la signature électronique. La flexibilité d’utilisation soutient les besoins de mobilité des utilisateurs, tandis que la plateforme adaptable est déjà réutilisée par des banques en inhouse, sous un autre nom. Le prochain défi pour Zoomit sera la conquête des PME. «Leurs besoins sont plus complexes que ceux des consommateurs, pour moins de ressources que les grandes sociétés car moins de volume à traiter. Il leur faut des solutions clé sur porte, avec des ROI rapides.»

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Vers les 100.000 clients Certipost Née d’une joint venture entre la Poste Belge et Belgacom en 2002, Certipost a déjà une expérience de 10 ans dans l’e-invoicing.

Certipost s’est fixé deux objectifs : d’une part, atteindre 100 000 clients sur la plateforme Start, solution d’e-invoicing pour petites entreprises. D’autre part, élaborer un partenariat avec les fournisseurs de logiciels de comptabilité pour soutenir le passage à la facturation électronique. «Les petites entreprises veulent avancer dans le domaine de la facturation électronique», dit Michel Demaeyer, directeur commercial de Certipost. Start a été conçue

38

pour les sociétés qui n’ont pas de système intégré et qui ne dépassent pas de 500 à 1000 factures par an. «On veut apporter l’e-invoicing jusqu’aux plus petits segments du secteur professionnel.» La législation belge de l’e-invoicing a accéléré l’adoption par les utilisateurs. «En B2B, on est passé de 1200 utilisateurs en janvier 2005 à 42000 utilisateurs fin mai 2008.

Notre objectif : la barre des 100 000 clients B2B pour 2009.» Bien que Certipost compte déjà 430 000 utilisateurs B2C, les volumes à traiter dans le B2B sont plus importants, d’autant plus que les entreprises doivent parfois gérer des systèmes différents en fonction des pays où leurs filiales sont implantées. «On doit pouvoir garantir que notre solution est compatible à la fois avec les systèmes et avec les lois des pays.»

JUILLET 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 38

17/07/08 18:19:53

SAS


Goldfish have a memory span of 3 seconds. They can’t even see the past, much less the future. But you can. With proven business intelligence and analytic software from SAS. www.sas.com/goldfish

SAS and all other SAS Institute Inc. product or service names are registered trademarks or trademarks of SAS Institute Inc. in the USA and other countries. ® indicates USA registration. Other brand and product names are trademarks of their respective companies. © 2007 SAS Institute Inc. All rights reserved. 00000US.0407

SAS14112-AdvertITNews (goudvis).1 ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 39 1

10/1/07 10:40:27 AM 17/07/08 18:19:54


IT FINANCE

SEPA

BUSINESS DECISION MAKER

La fin des barrières bancaires Si l’initiative SEPA crée un espace propice aux échanges économiques et à la promotion de l’UE comme région compétitive, c’est aussi un défi pour les banques… SEPA (Single Euro Payments Area) est une initiative du secteur bancaire européen qui vise à instaurer un espace unique de paiements en euros qui contribue ainsi à atteindre les objectifs politiques et économiques de la Commission Européenne, supportés par la Banque Centrale Européenne. Le projet SEPA, initié en 2002 par l’EPC (European Payments Council), a franchi une première étape le 28 janvier 2008 avec le lancement du schéma de paiement SCT (SEPA Credit Transfer) par quelque 4000 banques européennes. Mais la réalisation de SEPA est loi d’être terminée…

Bien au contraire, la mise en œuvre de SEPA demande le déroulement d’un projet de grande envergure qui ne sera finalisé qu’en 2012, le temps pour les consommateurs, les administrations et les banques de s’adapter au niveau des systèmes de paiement actuels. Cette initiative fait partie de la stratégie adoptée par l’UE au Sommet européen de Lisbonne de mars 2000, qui vise à faire de l’Union européenne la région la plus compétitive au monde avant 2010. Une transformation graduelle qui passe par la création d’un espace unique de paiements : avec SEPA, un client de la Zone euro peut faire un paiement en euros pour un bénéficiaire situé lui aussi dans la Zone euro, en utilisant un ensemble d’instruments de paiements définis et harmonisés (virements, domiciliations de factures, cartes de débit). Dans cette zone, il n’y aura donc plus de différence entre un paiement national et «cross-border». Cet ambitieux projet est piloté par le secteur bancaire des 27 membres de l’Union européenne, de l’Islande, du Liechtenstein, de la Norvège et de la Suisse.

COMMUNAUTÉ SEPA Marc Hemmerling, Head of Organisation, Technology and Payment Systems

40

Au Luxembourg, le secteur bancaire s’est associé dès le début aux multiples travaux de standardisation nécessaire à la réalisation de

SEPA, qui sont coordonnés par l’European Payments Council (EPC) au niveau international et par l’ABBL au niveau national. Lors de la phase de lancement le 28 janvier 2008, pas moins de 39 établissements financiers de la place avaient déjà souscrit aux nouvelles normes (ils sont maintenant 51) permettant à leurs clients d’initier ou de recevoir des virements SCT conformes aux normes SEPA. Le cercle des participants s’élargira au fil des mois, alors que se poursuivra l’adoption des nouveaux standards SEPA aux niveaux des domiciliations de créances et des cartes de paiement.

SIMPLE POUR TOUS Parallèlement aux banques, les particuliers, les commerçants et les administrations verront leurs opérations simplifiées grâce à une standardisation poussée. Par exemple, pour un particulier, les virements SEPA seront identiques qu’ils soient destinés à un bénéficiaire national ou international. Au Luxembourg, l’utilisation de l’IBAN et du BIC était déjà entrée dans les habitudes en 2002. Désormais, depuis janvier 2008, le SEPA-CT (SEPA Credit Transfer) est transparent pour le particulier. Ultérieurement, les règles relatives aux domiciliations de créances, ou débits directs, seront les mêmes dans tous les pays de la zone SEPA, permettant de réaliser des débits

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 40

17/07/08 18:19:58


directs cross-border. Cela signifie que le particulier paiera ses factures auprès d’entreprises situÊes dans l’espace SEPA sans avoir besoin d’Êtablir une relation bancaire dans chacun de ces pays.

INSTRUMENTS FIABLES Enfin, les normes communes diminuent les coÝts de fonctionnement: en plus de l’utilisation accrue de l’IBAN et du BIC, les entreprises peuvent rationaliser leurs relations bancaires grâce à des formats de donnÊes standardisÊs (XML) et l’e-banking. Un avantage qu’apprÊcieront Êgalement les administrations publiques, qui ont besoin d’instruments fiables, simples et standardisÊs leur permettant de recevoir des paiements des citoyens et entreprises, mais aussi de rÊaliser des paiements vers ces mêmes citoyens et entreprises oÚ qu’ils soient situÊs au sein de l’espace SEPA.

//// VIREMENT SCT //// tVUJMJTBUJPOPCMJHBUPJSFEFM*#"/ et du BIC pour l’identification du compte du bÊnÊficiaire tE�MBJNBYJNVNEFY�DVUJPOKPVST ouvrÊs (rÊduit à 1 jour ouvrÊ à partir de 2012 suivant les dispositions de la Directive sur les Services de Paiement dès novembre 2009) tMFDPNQUFEVC�O�ýDJBJSFFTUDS�EJU� du montant total de la transaction; transmettre un libellÊ d’opÊration au bÊnÊficiaire; tVUJMJTBUJPOEFTUBOEBSET9.- règles uniformes europÊennes concernant les rejets, renvois et remboursements de transactions

Š Photography Raoul Somers

tDIBNQEFDBSBDUĂ’SFTQPVS

Jean-Pierre Borsa, Analyst Organisation, Technology & Standards – Payment Systems

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 41

41

17/07/08 18:20:04


SEPA

IT FINANCE

Les chances de SEPA Face à l’arrivée de SEPA, les entreprises ont souvent adopté une position attentiste, alors que les opportunités créées par cette zone seront rapidement tangibles. les débuts du virement SEPA sont plutôt mitigés selon Arnaud Dolignon, co-fondateur et General Manager de MOND Technologies. «Fin avril 2008, moins de 1% des virements interbancaires de la zone SEPA (Union Européenne, Suisse, Norvège, Islande et Liechtenstein) utilisaient cette nouvelle norme. D’après l’European Payment Council, près de la moitié des 9000 banques de la zone sont pourtant capables d’effectuer des virements SEPA. Nous avons donc l’espoir d’une montée en charge rapide afin de préparer les chantiers bien plus complexes du prélèvement SEPA (SDD), prévus pour fin 2009.»

Pour les entreprises, le passage au SEPA est néanmoins inévitable car réglementaire. «Cependant, aucun agenda n’a été défini au niveau de son adoption, dit Arnaud Dolignon. Ainsi ont-elles adopté une attitude attentiste ou parfois une attitude opportuniste. La grande majorité d’entre elles adoptent des solutions de conversion qui évitent les changements structurels de leurs systèmes de paiement et d’encaissement.»

RÉDUCTION DES COÛTS

//// MOND TECHNOLOGIES //// Edite un logiciel d’intégration s’appuyant sur une technologie innovante de sémantique qui pré-package les transformations et mises en conformité des normes nationales ou vendeurs (systèmes de paiement) pour les grands chantiers d’harmonisation européenne, dont le SEPA.

42

Mais les entreprises ne doivent pas perdre de vue que, sur le long terme, SEPA constitue une opportunité de réduction des coûts bancaires. «Ainsi, des grands groupes européens pourront bénéficier du même environnement que leurs concurrents installés aux Etats-Unis. En effet, SEPA va accélérer le mouvement de centralisation des départements de trésoreries de groupes multinationaux et par conséquent l’automatisation des flux de paiements.» Et les PME ne devraient pas être en reste puisque SEPA leur permettra d’aborder les marchés de l’Union Européenne sans avoir à recourir à un partenaire financier local. Progressivement, le nombre de partenaires bancaires et de comptes devrait être sensiblement réduit. «SEPA offre donc une possibilité de standardiser les moyens de paiement et donc d’accroître le contrôle sur ce type de transactions», conclut Arnaud Dolignon.

LES PAYS INÉGAUX Le Luxembourg est incontestablement «un premier de la classe» et représente près de 30% des volumes du SEPA en Europe pour les virements. Les travaux en cours sur le prélèvement SEPA semblent suivre la même voie. En France, les particularités territoriales et le fait que seule la France Métropolitaine soit incluse dans SEPA soumettent à rude épreuve les systèmes d’information; ainsi Monaco ne peut pas encore effectuer de virement SEPA. La taille du marché et l’historique d’une approche nationale forte ne favorisent également pas la migration. Par exemple, la décision sur le remplacement des protocoles de communication national ETEBAC doit être bientôt prise en faveur d’un protocole propriétaire franco-allemand ou SWIFT… On mesure le chemin à faire pour arriver à une interopérabilité paneuropéenne.

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 42

17/07/08 18:20:04


/////////////////////////// ACTUAL IT > Conférence ITnews : les défis de la Green IT p44 > Dimension Data Luxembourg fête ses 15 ans p46 > Processworld d’IDS Scheer placé sous le signe de la créativité p47 > Petit-déjeuner ITnews : LAB et MailInBlack contrent les spams p48 > Verizon Business présente son approche Forensics p49 > Orgavision place Dynamics NAV de Microsoft sous la loupe p50 > M-PLIFY conquit Steinsel : la commune adopte AlarmTILT p52 > Un nouveau label pour mieux sécuriser les bornes wifi p52 > LISA Stopline : les internautes oeuvrent pour un internet plus sûr p52 > Le desktop, prochaine étape de la virtualisation, selon VMware p53 > L’ECM version Open Source a de l’avenir p54 > Un nouveau groupe de travail soutient la méthode Hermès p56

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 43

43

17/07/08 18:20:04


BUSINESS DECISION MAKER

Conférence : les pierres philosophales de l’infrastructure Comment transformer le «green» en «gold», tel était le sujet de la conférence d’ITnews sur le thème de Datacenter, Infrastructure et Green IT, ce jeudi 12 juin. En introduction, Fortis Banque Luxembourg a détaillé la structuration de son IT et les défis à relever suite à la fusion avec la banque néerlandaise ABN-Amro. Fortis a aussi développé une stratégie Green, à laquelle ont fait écho les deux speakers suivants, Jürgen Heidegger de Fujitsu Siemens Computers et Alfred Carrara de Luxconnect.

«Nous sommes un partenaire informatique de la banque, avec un accent mis sur le professionnalisme», a expliqué Pascal Kayser, Coordinator IST Luxembourg chez Fortis Banque Luxembourg. Le partenariat est donc un concept central pour les départements IT de Fortis Banque Luxembourg, ‘Information Systems’, ‘Information Technology’ et ‘IST local services’. «Les informaticiens doivent le comprendre, a dit Pascal Kayser. Il s’agit plus que de traduire un cahier des charges en code. Il faut participer à l’écriture du cahier, et concevoir les solutions dès le départ.» Pour une bonne gouvernance, chaque projet bénéficie ainsi d’un duo métier/IT. Par exemple, pour mettre en oeuvre les projets globaux au niveau local, Fortis Banque Luxembourg fait appel au ‘local deployment board’. A l’heure de l’acquisition de la banque ABNAmro, Fortis doit en effet pouvoir compter sur l’expertise de ses entités... et Fortis Luxembourg développe parfois des projets en local, qui ont une portée au-delà des frontières luxembourgeoises.

OBJECTIFS GREEN En termes de Green IT, Pascal Kayser a évoqué le changement d’approche dans l’esprit des managers comme des employés, tout en rappelant que la Green IT est une stratégie à long terme. «Il faut que le business case soit positif», a-t-il soutenu. Dans ce cadre, Fortis Banque

44

Luxembourg a mis en place une révision de ses salles informatiques. La banque consolide ainsi des serveurs Wintel pour passer de 240 à 15 serveurs virtuels, installe des imprimantes en duplex (avec l’option recto/verso par défaut) pour générer des économies de papier importantes et accompagne les utilisateurs pour prendre de nouvelles habitudes plus vertes. Des mesures aussi simples qu’éteindre son PC en absence sont aussi économes qu’elles révèlent une véritable nouvelle façon de penser...

Par la suite, Juergen Heidegger, Directeur Marketing Infrastructure Products chez Fujitsu Siemens Computers, a démontré comment les entreprises pouvaient devenir des consommatrices d’énergie responsables. «La Green IT protège l’environnement autant que votre budget, a résumé Juergen Heidegger. Nous devons changer la manière de faire du business pour utiliser moins d’énergie et faire plus.» Selon FSC, la combinaison de la virtualisation et de la consolidation des serveurs permet d’économiser jusqu’à 87% de consommation énergétique. Une banque à Munich est ainsi passée de 650 à 45 serveurs…

Enfin, Alfred Carrara, Datacenter site manager chez Luxconnect, a présenté le futur datacenter dont la première pierre a été posée il y a quelques mois à Bettembourg. «L’équipement IT n’est pas le focus principal, a avancé Alfred Carrara. Les managers de datacenters doivent se concentrer sur les autres composants, tels le chiller, le cooling, l’UPS, les switchs ou transformateurs et enfin, de moindre importance, l’éclairage.» Luxconnect a ainsi montré que les nouveaux datacenters peuvent contribuer de manière significative à l’avancée de l’Infrastructure en termes de responsabilité écologique... et économique.

retrouvez les photos de la conférence

sur www.itnews.lu

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 44

17/07/08 18:20:13


La signature de vos projets informatiques

!                

SFEIR BENELUX S.A.

!             

32A RUE ZENON BERNARD

!                   !            !               

L-4031 ESCH-SUR-ALZETTE LUXEMBOURG T + 3 5 2 2 6 54 47- 1 F + 3 5 2 2 6 5 4 47 99 in fo @ sfeir.lu

              

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 45

www.s feir.lu

17/07/08 18:20:14


Didata souffle ses quinze bougies grand-ducales Dimension Data a célébré sa quinzième année de présence au Grand-Duché de Luxembourg qui coïncide avec les 25 ans de la création du groupe en Afrique du Sud. «Nous avons conservé notre passion et notre volonté d’engagement, déclare Patrick Ittah, Managing Director de Dimension Data Luxembourg. Bien que nous ne soyons pas une société du cru car nous n’avons pas de partenariat avec la Ville ou avec le gouvernement luxembourgeois, nous avons basé notre succès sur le professionnalisme.» Néanmoins, Didata bénéficie aujourd’hui d’un fort ancrage local.

Créée en mai 1993 au Luxembourg, la société Communication and Technology rejoint le groupe Dimension Data en 2000. La société s’impose rapidement comme le partenaire stratégique pour les infrastructures informatiques des plus grandes entreprises de la place, aussi bien dans le monde bancaire, l’industrie, les services, et plus récemment le secteur public et les Institutions Européennes. Au fil des ans, Dimension Data Luxembourg se développe et obtient le statut de PSF en août 2005. En septembre 2007, la société franchit le seuil symbolique des 100 collaborateurs.

© Photography Raoul Somers

DÉFIS FUTURS A quoi ressemblera le Didata de 2023 ? A l’heure actuelle, la société a choisi la voie de la consolidation et de l’intégration. Face à la maturité des technologies actuelles, la société doit pouvoir garder son focus et ne pas disperser ses services. «Nous devons avoir les ressources adaptées, c’est-à-dire faire des choix en matière de technologies, de partenariats et de solutions», dit Patrick Ittah. Par exemple, le refus net de l’offshoring. «Nous préférons le modèle du multi-sourcing, qui est plus dynamique, plus stable et plus flexible. Nous sommes une société de services managés et devons, en cela, relever des défis humains, au niveau des processus et au niveau technologique. Cela change la relation avec le client car il faut se positionner dès le début, pour une longue période. Cela implique certainement plus de rigueur et de méthodologie.» Patrick Ittah, Managing Director de Dimension Data Luxembourg

46

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 46

17/07/08 18:20:20


BUSINESS DECISION MAKER

Sous le signe de la créativité //// POURQUOI ÊTESVOUS VENU ? ////

«Processworld», la grand-messe annuelle d’IDS Scheer, avait pour thème la performance du business comme clé de la productivité et de la créativité.

«On s’intéresse à l’approche novatrice d’IDS Scheer, ainsi qu’aux nouvelles tendances, dit Yves Delsart, membre de l’équipe SOA chez Deloitte Luxembourg. Le SOA monte en puissance dans les produits d’IDS Scheer. Mais il manque

Au cours de ces dernières années, IDS Scheer a développé la plateforme Aris et a renforcé les possibilités offertes par le Business Process Management. «Pour qu’un business soit compétitif, il lui faut être créatif, explique Dr Wolfram Jost, membre du comité exécutif d’IDS Scheer. Le BPM peut soutenir cela mais demeure une simple technologie s’il n’est pas correctement utilisé.»

encore une méthodologie fédératrice. Les solutions sont très étendues et le support manque encore, une fois la solution implémentée.» «Ici, on retrouve les développeurs des produits, ajoute Jocelyne Bart, de Deloitte Luxembourg. On peut ainsi pousser la discussion plus loin.» «Souvent, l’IT pense que le BPM est chasse gardée alors que le business est aussi concerné, dit Sébastien Cuvelier, Manager chez PricewaterhouseCoopers. La gouvernance corporate est ainsi extrêmement intéressante.»

de l’entreprise et en développer le potentiel.» Dès lors, le BPM n’est plus seulement une question de documentation de processus mais aussi un point de départ pour contrôler et diriger le changement. La démarche BPM est donc avant tout une méthodologie, propre à chaque entreprise, avec un langage différent à chaque fois. «Avant les outils et l’expérience, c’est l’analyse des fondations de l’entreprise qui importe. Une entreprise qui gère des fonds a réduit ses processus de 700 à 140 et a ainsi augmenté sa productivité de 40%.» Une évolution d’autant plus spectaculaire que la société n’y avait jamais pensé auparavant…

version améliorée du Business Publisher qui intègre des technologies web 2.0. Enfin, la société travaille sur le développement d’une base de données virtuelle qui devrait augmenter la performance de 10 ou 20 fois, et dont les résultats seront dévoilés au Cebit 2009.

NOUVEAUTÉS ARIS Une opinion partagée par le fondateur de la société. «Nous avons passé pas mal d’étapes mais il reste beaucoup à faire avant que le BPM devienne une ‘killer application’», dit Prof Dr August-Wilhelm Scheer, fondateur et président d’IDS Scheer. Bien que le BPM ne soit pas une nouveauté, le concept demeure au centre des préoccupations des entreprises… Face aux défis nombreux que les entreprises doivent relever, un environnement concurrentiel, et les prix des ressources de première nécessité qui ne cessent d’augmenter, il faut repenser la façon de faire le business. «Le modelling est à la base de tout projet BPM, explique Marc Kerremans, chercheur au Gartner group. Il consiste à rechercher la valeur

«Il faut pouvoir faire la différence, explique Dr Wolfram Jost. Le BPM est trop souvent vu comme une simple démarche d’automatisation, alors qu’il faut gérer les processus de façon constante. Le travail ne commence que quand le projet est ‘live’.» L’idée récurrente chez IDS Scheer est de fournir toujours plus d’outils pour correspondre aux approches des entreprises. Pour fin 2008, la plateforme Aris sera intégrée avec l’Enterprise Services Repository de SAP Netweaver, afin de combiner une vision orientée service à une vision plus ‘process’. Aris est aussi déjà intégrée avec Microsoft BizTalk Server. IDS Scheer a aussi annoncé la venue prochaine de nouvelles solutions, parmi lesquelles le Governance Engine, le Performance Dashboard, et une

Dr August-Wilhelm Scheer, fondateur et président d'IDS Scheer

//// AWARDS //// La performance fut aussi récompensée à Processworld avec la remise de sept récompenses à des entreprises. La banque allemande LRI Landesbank Rheinland-Pfalz a ainsi été nominée dans la catégorie ‘Enterprise BPM’ pour un projet réalisé au Luxembourg.

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 47

47

17/07/08 18:20:25


Sécurité

Petit-déjeuner

BUSINESS DECISION MAKER

LAB déroute définitivement les spams Fléau de l’internet, le spam est difficile à contrecarrer. Avec MailInBlack, solution antispam basée sur l’authentification de l’expéditeur, on peut dire adieu aux pourriels... Fondée en 2003 autour du développement d’une solution anti-spam basée sur le principe d’authentification, MailInBlack est déjà à l’œuvre auprès de plus de 750 clients à ce jour. D’après l’éditeur et diverses enquêtes, 94% du flux de messagerie mondiale en décembre 2006 était généré par ces messages nonsollicités. En effet, les filtres basés sur la réputation, le contenu, les blacklists, etc. n’atteignent pas un response rate de 100%. Pour les entreprises, le spam représenterait entre 50 et 85% des messages entrants...

Or, ce malware n’est pas innocent : il encombre les boîtes mail, il engorge les réseaux, il sollicite de l’administration, des coûts directs et rend les utilisateurs mécontents. Comme il est très difficile de lutter contre cet envahissement quotidien sur base de règles, il est aussi trop risqué de perdre un faux positif, un message attendu, qui tomberait alors dans le junk folder.

CAPTCHA, SPAM OUT «Il n’existe pas une définition universelle de ce qu’est un spam, dit Philippe Maury, Responsable des ventes de MailInBlack, la solution antispam retenue par le prestataire LAB pour la lutte contre les pourriels. C’est pour cette raison que nous avons développé une technologie différente, qui se base sur un principe de pré-autorisation et d’authentification.»

48

Le processus est d’une simplicité absolue. Lorsqu’un nouvel expéditeur, non connu de l’entreprise, tente d’envoyer un mail à la société, une fenêtre web intermédiaire lui demande de reporter l’image antispam (un captcha). Du coup, seuls des expéditeurs réels peuvent se préauthentifier et le message pourra être libéré. MailInBlack a prévu une importation des contacts d’entreprise, domaniale, et même un espace privatif par utilisateur pour permettre de gérer les white senders. Les messages web sur la page du captcha sont personnalisables, multilingues, etc. «Les avantages sont certains, dit Philippe Maury. Les utilisateurs ne sont plus dérangés par les messages intempestifs et 100% des spams stoppés, y compris le «spoofing», la récupération d’adresse IP. Grâce à cette technique, il n’y a plus de perte de message

(faux positif) et l’outil antispam est simple d’usage tant pour l’administrateur que pour les utilisateurs.» La société française propose, par l’intermédiaire de son revendeur et intégrateur luxembourgeois LAB, trois versions de la solution : MailInBlack-ASP, le produit hébergé ; MailInBlack-Mibox, une appliance sur une boîte IBM et MailInBlack-Virtual, une appliance virtuelle. Pour la solution ASP, disponible à l’été chez LAB, il n’y a pas de frais d’installation, mais juste un fee à la mise en service et une licence. Ces produits reposent sur MailInBlack Pro, disponible aussi à l’acquisition comme solution dédiée qui se place directement dans la DMZ de l’entreprise. «Nous avons mis en place MailInBlack pour nos propres besoins et depuis lors, nous ne recevons plus de spam dans notre entreprise», dit Bernard Moreau, Managing Director de LAB Group.

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 48

17/07/08 18:20:32


Le NCIS de l’IT L’entreprise étendue n’a jamais autant été soumise à des tiraillements différents en matière de sécurité. C’est ce qui est ressorti du premier Rendez-vous Sécurité d’ITnews autour de la Forensic Analysis. C’est Verizon Business, un expert en matière de Forensics, qui a ouvert les Rendezvous Sécurité. «L’entreprise est passée d’un mode château-fort à celui d’un hôtel de facilités», dit Christophe Bianco, Security Solution Sales Manager de Verizon Business. Et de plus en plus, il est devenu indispensable de pouvoir remonter le fil des incidents, et de le tracer dans des millions de logs, tant pour réagir que pour agir proactivement.

«Or, avec des drivers aussi importants que le respect de la conformité, on voit que nous sommes tous touchés, en direct ou par effet de rebond, à la pression réglementaire. Prenons le cas de la PCI-DSS, pour l’industrie des cartes de paiement, cela touche les intervenants jusqu’aux commerçants eux-mêmes.» Pour Verizon, dans cette entreprise étendue, il faut pouvoir contenir le flux de l’information dans un terrain où ce sont les utilisateurs et les consommateurs eux-mêmes qui manipulent les critères de sensibilité. Verizon Business recommande une sagesse et une attention particulières sur l’accessibilité de l’information, sur le design des protections, sur l’implémentation des solutions et sur le monitoring des flux. Pour Olivier Gillet, Sales Director d’Imperva Belux, la fuite ou la perte de données n’a jamais autant touché les entreprises. «Une data governance nous impose une sécurisation des accès tant internes qu’externes à l’information. PCI, Sox, Hipaa, les directives sur les données privées, etc. demandent une visibilité totale de l’accessibilité à l’information, une traçabilité efficiente et une granularité de la sécurité des données. La solution ne peut pas passer par un boîtier. Il faut savoir écouter les DB, le web, etc. et reporter l’état de l’art de ce qui se passe sur le réseau. C’est une question de modélisation et de compréhension.»

DON’T TOUCH THE KNIFE

«Est-ce qu’un système IT a été une cible ? Pour en faire quoi ? Et qui ?» Trouver une «digital evidence» n’est pas une mince affaire car dans la plupart des cas, on peut avoir une forte indication. «Trop souvent, les gens n’ont pas compris qu’en aucun cas, il ne faut toucher au couteau… C’est un principe fondateur. Sinon, on peut simplement détruire les données qui sont laissées sur les scènes de crime.» Or, pour Verizon Business, il est d’autant plus difficile en sécurité IT de faire comprendre les choses simplement. «Tu devrais pouvoir expliquer à ta mère ce que tu fais…» Bryan Sartin, Director Investigative Response de Verizon Business confirme par l’exemple. «Il y a des milliers de cas possibles et de sources possibles de piratage. Allez sur l’internet et vous trouverez des milliers de vendeurs de données de base de cartes de crédit… Pour un réseau de 1200 stations services de produits pétroliers, nous avons été mandatés par le HQ pour vérifier la menace qui pèse sur une telle organisation décentralisée. On a découvert que dans deux magasins, le terminal de paiement était simplement back-upé sur un serveur dans l’arrière-boutique… Sur un PC connecté à l’internet, sans aucune sécurisation. N’importe qui aurait pu s’emparer de ces données sans le moindre effort.» Le danger est partout. Avertir, c’est prendre conscience des risques que l’on fait encourir. Corriger est connaître. Garantir est prévenir…

Pour Matthijs van der Wel, Principal Forensics EMEA de Verizon Business, la réponse d’investigation doit être ferme et précise.

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 49

49

17/07/08 18:20:47


ACTUAL IT

Enterprise Resource Planning

BUSINESS DECISION MAKER

Un ERP à la loupe Véritable outil de pilotage de l’activité de l’entreprise et de prise de décisions, un progiciel de gestion ne doit pas être choisi à la légère. Les entreprises doivent y trouver le support nécessaire pour y stocker et partager leurs informations clients, fournisseurs, articles, etc. et assurer le suivi de leur activité. L’intérêt est d’ainsi pouvoir structurer les données en évitant la redondance et d’obtenir les données en temps réel. Un bon ERP permet une prise en main rapide par les utilisateurs et une augmentation de la productivité. Il doit aussi permettre de gérer les processus critiques de l’entreprise, c’està-dire ceux qui la distinguent de la concurrence. Ceci est d’ailleurs un critère primordial dans le choix d’un ERP. En une matinée, Orgavision, société luxembourgeoise spécialisée dans la gestion de projets d’ERP, s’est penchée sur les nouvelles fonctionnalités de la dernière version de la solution Dynamics NAV (précédemment Navision) de Microsoft.

Lors du développement et de la mise en place de la solution, Orgavision peut apporter son appui pour le paramétrage, la personnalisation du progiciel et assurer aussi un suivi du changement. Il faut remarquer que les PME ont souvent des besoins plus complexes que les grandes sociétés. «Nous savons que les PME ont besoin d’un intégrateur avec de l’expérience, a expliqué Isabelle Reichert, Senior Consultant et Business Analyst chez Orgavision. Ayant travaillé plus de 10 ans en entreprise en tant qu’utilisateur de NAV, nous posons les questions cruciales pour bien identifier les besoins auxquels la solution doit répondre. Si ceux-ci ne sont pas clairement définis, la mise en route de l’ERP en tant qu’outil stratégique d’aide à la décision risque d’échouer.»

50

NOUVELLES FONCTIONNALITÉS Dans la famille des ERP de Microsoft, Dynamics NAV est une solution intégrée qui cible les besoins des PME. NAV regroupe la gestion des achats, des ventes, des stocks, la comptabilité générale, comptabilité clients et fournisseurs et intègre même un module de CRM (gestion de la relation commerciale), de service après-vente et de comptabilité analytique. «NAV a une bonne ergonomie et s’intègre avec les autres produits de Microsoft, notamment avec Office et en particulier Outlook, Word et Excel», précise Isabelle Reichert. Les utilisateurs s’habituent vite à la manipulation qui est la même quelle que soit la fonctionnalité utilisée. Dynamics NAV version 5.0 a aussi des fonctionnalités qui dépassent

le simple attrait pour le ‘made in Microsoft’. Le progiciel est multi-sociétés, multi-devises et multilingue. Il suffit de cliquer sur le choix d’une autre langue pour que la navigation soit dans cette autre langue mais aussi les documents à imprimer tels commande, bon de livraison, facture, relance, etc, ce qui est un atout majeur au Luxembourg. Concernant les spécificités luxembourgeoises, Orgavision a développé un add-on à Dynamics NAV afin de répondre aux besoins du marché: intégration d’un plan comptable luxembourgeois, d’un bilan et compte de résultat selon Lux GAAP, déclaration de TVA, interface avec le STATEC pour les déclarations intrastat, interface Multiline pour les paiements fournisseurs, etc.

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 50

17/07/08 18:20:54


leasing made smarter

Leasing privĂŠ Leasing operationnel Leasing professionnel Gestion personnalisĂŠe de flottes Le sur mesure de la gestion de parc

leasing made smarter

leasing made smarter

leasing made smarter

leasing made smarter

leasing made smarter

CARTRUST SA 11, RUE DE BITBOURG L-1273 Luxembourg-HAMM Tel : (+352) 26 34 35 - 1 E-Mail : info@cartrust.lu www.cartrust.lu

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 51

17/07/08 18:20:59


BUSINESS DECISION MAKER

Steinsel on watch La Commune de Steinsel a adopté le système d’alerte AlarmTilt développé par la société M-PLIFY.

Ayant développé sa maîtrise des logiciels de gestion de crise, M-PLIFY dote, pour la première fois, une commune luxembourgeoise de son système d’alerte. Sensibilisé aux problèmes de coupure d’eau courante, de pollution, et de logistique, le bourgmestre de Steinsel voit dans AlarmTilt un moyen efficace et moderne de tenir ses citoyens informés.

«Il était important pour nous de collaborer avec des spécialistes qui apportent de l’expérience et un savoir-faire technique sur ce sujet sensible», dit Jean-Pierre Klein, bourgmestre de Steinsel. Pour accéder à ce service gratuit, les habitants de Steinsel doivent s’inscrire via le site web de la commune. M-PLIFY y a placé une interface en lien direct avec sa plateforme, où les

habitants choisissent le type d’alerte qu’ils veulent recevoir, en quelle langue et sur quel numéro. En cas de crise majeure, les habitants qui se sont inscrits recevront tous une alerte sur leur téléphone fixe ou mobile. L’alerte est diffusée depuis le système central mis en place par AlarmTilt et auquel le bourgmestre a accès. Le système se veut donc simple et flexible.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Création d’un label pour sécuriser le wifi Alors que l’utilisation des réseaux wifi se normalise, le CASES a conçu un label pour reconnaître les réseaux wifi sécurisés.

Le CASES (Cyberworld Awareness and Security Enhancement Structure), mis en place par le Ministère de l’Economie et du Commerce extérieur, a pour mission de veiller à la sécurité des communications internet en collaborant avec d’autres structures au niveau européen et, surtout, en communiquant auprès des utilisateurs.

spécifiques permet de réduire les risques, de même que l’automatisation de certains réflexes de sécurité. Afin de sécuriser les communications et de permettre aux utilisateurs d’avoir confiance en les outils wifi mis à leur disposition, le CASES a conçu un label sécurisé.

Dans ce cadre, l’internet comporte de nombreux risques : vol de données, utilisation du réseau pour lancer des attaques, etc. La mise en place de mesures de protection

En adoptant le label CASES, les organisations rendent visibles leurs investissements dans la qualité et la sécurité des services liés au monde virtuel. De même, l’utilisateur est

PLUS DE VISIBILITÉ

ainsi assuré de disposer d’un accès sécurisé à Internet. En effet, aux points d’accès internet identifiables par le label, l’utilisateur est informé des risques concernant la connexion sur internet et les réflexes de sécurité nécessaires lui sont communiqués. Avec l’acquisition, gratuite, du label ‘WiFi sécurisé suivant les réflexes CASES’, toute entreprise ou organisation non commerciale dispose d’un outil de qualité pour assurer la sécurité dans le domaine de l’information et de la communication.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Naissance de LISA Stopline En cas de contenus illégaux sur internet, les internautes peuvent alerter les autorités compétentes via la hotline ou le site web de LISA Stopline.

LISA Stopline (Luxembourg Internet Safety Alert) est un projet financé par la Commission Européenne et qui regroupe Telindus et 12345 Kanner Jugend Telefon, un service d’aide et d’écoute téléphonique à la jeunesse. Le projet a permis de mettre en place une structure d’alerte à disposition des internautes pour signaler de manière anonyme tout contenu présumé illégal. LISA Stopline collabore notamment, à ce niveau, avec la

52

police grand-ducale, le Ministère de l’Economie (CASES), le Ministère de la Famille et de l’Intégration, le Parquet de Luxembourg et le Service National de la Jeunesse. Il s’agit tant d’obtenir l’aide des internautes pour rendre l’internet plus sûr que de sensibiliser ceux-ci au type de contenu illégal. En effet, la multiplication des médias sur internet (vidéos, photos) et la simplicité d’accès

Hotline: 8002-6767 Web: www.lisa-stopline.lu

rendent les jeunes utilisateurs particulièrement vulnérables aux messages délivrés sur internet. Afin d’être plus efficace encore, le projet est en lien direct avec les autres structures de sensibilisation mises en place en Europe, dont le correspondant au Luxembourg est le projet LuSI, Luxembourg Safer Internet. LISA Stopline va également rejoindre l’association INHOPE qui regroupe les hotlines internet et coordonne leurs actions.

JUILLET 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 52

17/07/08 18:20:59


Prochaine étape : le desktop virtuel Lors du roadshow qui s’est déroulé en juin 2008 à Luxembourg, VMware a mis l’accent sur le potentiel de la virtualisation du desktop.

Secaron becomes dartalis. Information Security is our business.

Secaron Luxembourg has now become a 100% independent and privately held Luxembourgish entity named dartalis.

Alors que de plus en plus d’entreprises font appel aux technologies de virtualisation pour consolider et rentabiliser leur infrastructure, VMware veut démontrer que la virtualisation du desktop permet d’aller plus loin, sans dérouter l’utilisateur.

«Les avantages traditionnels de la virtualisation sont le costsaving, la disponibilité de l’information et l’augmentation de la performance, détaille Anne-Mie Foucart, Regional Director de VMware Benelux. Avec VMware Virtual Desktop Infrastructure (VDI), les PC sont remplacés par des machines virtuelles qui peuvent être gérées depuis le datacenter. La solution permet d’étendre la business continuity et le disaster recovery aux desktops, de renforcer le contrôle de leur gestion et de fournir des environnements familiers pour les utilisateurs. De plus, puisque la centralisation est faite dans le datacenter, on peut améliorer la compatibilité des applications.» Pour gérer les desktops virtuels, les administrateurs utilisent Virtual Desktop Manager (VDM). Si la solution exige plus de capacité de stockage au niveau du datacenter, les desktops sont en revanche plus légers. De plus, les applications étant disponibles via le VPN de l’entreprise, l’utilisateur peut y accéder depuis n’importe quelle machine. Enfin, la virtualisation et la centralisation des desktops renforce la sécurité des données, un aspect non négligeable au Luxembourg.

0.25

0.50

0.75

1.0

Anne-Mie Foucart, Regional Director de VMware Benelux

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 53

17/07/08 18:21:09


ACTUAL IT

Open Source

BUSINESS DECISION MAKER

L’ECM «ouvert» a de l’avenir L’Open Source gagne peu à peu des points auprès des sociétés, grandes et petites. Selon une étude du Standish group, si l’Open Source générait un chiffre d’affaires, à proportions égales avec les produits commerciaux, celui-ci dépasserait Microsoft, Oracle et CA réunis. Mais l’Open Source est encore peu utilisé au Luxembourg. La société de services Pragmaconsult a initié, pour la troisième année consécutive, l’événement ‘Meet the Communities’ au Luxembourg, sur le thème de l’ECM. L’objectif avoué est de démystifier un monde méconnu, où la créativité et la collaboration sont les clés de la réussite.

L’Entreprise Content Management a fortement évolué ces derniers temps avec l’utilisation d’outils web 2.0 par les sociétés, tels les blogs. Même si l’implication des utilisateurs est plus conséquente, le partage de l’information par des canaux multiples augmente la réactivité des utilisateurs. De plus, le contenu peut être intégré aux outils de l’entreprise via une plateforme web. Pour la fondation Apache, la collaboration est le nœud du problème. A elle seule, la communauté Apache compte 1765 committers qui contribuent à développer les logiciels, 300 membres qui prennent les décisions sur les projets et représente 3 tera-octets de trafic internet par jour. Les librairies de la fondation ont été utilisées des millions de fois. Selon Bertrand Delacretaz, l’un des neufs directeurs de la fondation Apache au niveau mondial, la capacité d’Apache à développer des briques logicielles de qualité, utilisables par tous, repose sur des fondements de communication clairs : inutile de se voir pour réussir.

54

RICHESSE PARTAGÉE Pour collaborer, les committers partagent une vision commune. Les décisions sont toujours rendues publiques. Les committers peuvent toujours revenir sur une réflexion en communiquant via une mailing list publique et archivée. Second axe : la réussite de tout projet est basée sur une mise à jour constante de son état grâce à un feedback des utilisateurs finaux. Cela passe par l’utilisation d’un outil de suivi de demandes, comme Jira par exemple. Troisième axe : le traitement des demandes d’aide en temps réel. Un problème mentionné le soir peut avoir été résolu le lendemain par une personne aux Etats-Unis ou en Australie. Dernier axe : une documentation complète et accessible en permanence, mise à jour par des committers approuvés par la communauté.

FUTUR PLUS CERTAIN La société Alfresco, quant à elle, a été créée par des anciens managers et développeurs

de Documentum d’EMC. Convaincus que le modèle payant s’essouffle, ils veulent s’affranchir des couches intermédiaires entre le client et le développeur. «L’Open Source permet à l’utilisateur de faire une autodécouverte», explique Denis Dorval, VP EMEA d’Alfresco. Ainsi, seuls perdurent les produits Open Source les plus adaptés au marché. Les clients qui adoptent des logiciels Open Source sont principalement des grands comptes. Mais il existe aussi des PME/PMI qui ont identifié une opportunité tactique pour un déploiement. Le logiciel est mis en production, sans support commercial, mais avec des garanties suffisantes. Par exemple, la société Pragmaconsult a combiné des composants d’Alfresco avec ceux de la technologie Flex pour créer de la valeur ajoutée en termes d’interactivité et d’ergonomie. L’Open Source n’est en cela pas un monde où les développeurs tâtonnent mais où les outils de communication et de partage permettent d’identifier les vrais besoins des entreprises pour créer des solutions adaptées.

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 54

17/07/08 18:21:19

C

ww inf Té Fa

anno


Your Ànancial advisor in Luxembourg

PROPERTY INVESTMENT ADVICE Acquisition and sale - Due Diligence Financial Feasibility Analysis FIDUCIARY SERVICES Company Formation - Domiciliation - Accounting Taxation - Financial Engineering Payroll Administration - Merger and acquisition www.boa.lu info@boa.lu Tél :(352) 276 217 771 Fax : (352) 276 217 78

annoncaA4_juin_210X297.indd ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd1 55

Your real estate advisor in Luxembourg

RESIDENTIAL, COMMERCIAL AND OFFICE Letting - Buy/Sell and Developments Property valuations

COMPANIES HOUSE - 42a Place Guillaume II - L-1648 Luxembourg

www.opava.lu info@opava.lu Tél :(352) 276 217 777 Fax : (352) 276 217 78

29/05/2008 12:16:28 17/07/08 18:21:20


ACTUAL IT

Gestion de projet

BUSINESS DECISION MAKER

Hermès a son groupe de travail Le groupe de travail Hermès est dédié à la mise en place d’outils afin de faire connaître la méthodologie de gestion de projet du même nom, au Luxembourg. Hermès est une méthodologie de gestion de projets IT développée il y a 30 ans par l’administration fédérale suisse. En tant que norme ouverte et publique, elle se caractérise par une grande souplesse d’utilisation. Alors qu’une dizaine de communautés Hermès se sont déjà constituées en Suisse, le groupe de travail (GT) Hermès luxembourgeois, né au sein du CRP Henri Tudor, s’est réuni pour la première fois en juin 2008. Venus de tous horizons, les membres sont unanimes : l’intérêt du groupe, c’est avant tout de pouvoir échanger…

Conçue pour être utilisée par de nombreux métiers et pour tous types de projets, Hermès permet aussi une prise en main rapide et d’être adapté à la taille de l’entreprise. «Avec une méthode de gestion de projet comme Prince2, il est difficile de ne pas tout garder, dit Pascal Lhoas, Project Manager au CRP Henri Tudor. Hermès se révèle plus souple à ce niveau. De plus, Prince2 n’est disponible qu’en anglais, alors qu’Hermès l’est en français, allemand, anglais et italien.»

ses projets IT. Mais Hermès peut être utilisée tant par le secteur public que privé. «L’avantage, c’est que des prestataires externes aussi peuvent l’utiliser», explique Marc Blau, responsable du Project Management Office au service eLuxembourg. «Les fournisseurs utilisent souvent une approche différente, ajoute Pascal Lhoas. Une administration doit parfois gérer 10 projets en cours avec 10 méthodes différentes. Il faut donc une couche intermédiaire pour pouvoir communiquer.»

QUAPITAL HERMÈS

MÉTHODE TAILORISÉE

Au Luxembourg, les sociétés connaissent Hermès suite à son utilisation par l’Administration luxembourgeoise pour ses projets informatiques. En effet, dans le cadre de l’initiative Quapital, eLuxembourg doit notamment harmoniser les méthodes utilisées pour gérer

Les PME sont une cible importante du groupe de travail, qui veut développer un package dédié spécifiquement à leurs besoins. «Sur le marché du Luxembourg, la culture de gestion de projet est absente chez les PME/ PMI, déclare Boris Modestus, Administrateur

56

délégué d’Ulysses Consulting. Mais les gens peuvent comprendre facilement Hermès, d’un point de vue conceptuel.» Et ainsi mieux s’approprier la méthode. «Nous sommes passés de 7 à 15 personnes en un an, dit Benoît Collin, Associate Partner chez Metrum. Notre croissance doit s’accompagner d’une amélioration de nos pratiques.» Puisqu’il s’agit d’une norme ouverte, les membres du GT Hermès pourront l’enrichir et échanger sur leurs avancées. «Depuis 2003, je suis de près les évolutions en la matière, dit Bernward Haberer, Project Coordinator chez Infeurope. Ce qui me plaît, c’est d’avoir les outils et les templates en main pour les adapter aux besoins.» Le groupe veut également promouvoir la méthode à l’extérieur. «L’esprit Open Source doit s’ouvrir à d’autres sociétés et ne pas être limité au groupe de travail», estime Pascal Lhoas.

JUILLET - AOÛT 08

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 56

17/07/08 18:21:33


M

E

M

B

E

R

S

Proposez vos articles, carrières et photos à press@itnews.lu Nouveaux membres

Les membres d'ITnews 2.0 ont été informés en premier de ces news sur www.itnation.eu :

Yves Steinbusch Callataÿ&Wouters

Andreas Weinberger Landesbank Rheinland Pfalz International

Benedicate Dachaud

t Delta Lloyd Bank opte pour Thaler on SAP

Vanksen Group

t Landsbanki Luxembourg Live With Eximius as Wealth Management Platform

David Duterre

t Les banques cantonales de Lucerne, Saint-Gall et Thurgovie externalisent la gestion du fichier valeurs

Delphine Giltay

t La Commission européenne signe un contrat de 4 ans avec Fujitsu Services pour la fourniture de services IT

Lena Wittbjer

t Clearstream remporte le Banker Technology Award 2008 pour CFF

Dell

CRP Henri Tudor

Modesty

Marcel Hoffmann

t Bull Further Strengthens its Presence in Belgium and Luxembourg by Acquiring CSB Consulting

Bourse de Luxembourg

t DekaBank Implements UCITS III Rules for Germany and Luxembourg with SunGard's Asset Arena Compliance

Agile Partner

t SimCorp Dimension intègre la technologie LexiFi

HSH Nordbank

t HP drives desktop virtualization with Citrix, VMware and expand its Remote Graphics Software

Stefanie Zutter

t CBP Luxembourg Selects Thomson eXimius As Private Client Wealth Management Solution

Jean Hilger

t Interactive Data Provides Bond Evaluations to Pictet & Cie Through Avaloq and GAIN

Jean-Louis Ringlet

t Misys Prévoit d'Obtenir 100 % de ROI sur les Capitaux Investis dans Salesforce Service & Support en seulement 12 mois

Sergio Daniel Pinto Teixeira

t Computersystems, premier VMware Authorized Consultant (VAC) Silver au Luxembourg t La Banque centrale du Luxembourg (BCL) has implemented a new flexible network solution with Netcore PSF t Ikano choisit SharePoint Server

Pierre Neis Romain Fettes

euroscript Delt

BCEE

Callataÿ&Wouters

European Fund Services

Mohammed Alkass SITS

Danny Vanhove Verizon Business

Philippe Raynaud easySolutions

Frank Kremer

Centre informatique de l'Etat

Yves Van Seters

Rejoignez les thèmes qui vous intéressent

IBM

Ali Belcaid Deloitte

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 57

17/07/08 18:21:38


C

M

J

CM

En septembre 2008 Fund Management

Solutions métiers pour les fonds Retrouvez également le dossier ITfinance consacré au BPO et IT HUB for BANKING INDUSTRY

Dans le Guide Spécial Funds

à paraître en supplément d'ITnews,

MJ

CJ

CMJ

N

retrouvez la liste et les fiches descriptives des éditeurs de solutions

pour gestionnaires et administrateurs de fonds, conservateurs, agents de transfert, et financial services providers for corporate,… Solutions for Fund Accounting Funds Hedge Funds Custodians TA's Derivatives FIX Market Référentiels et base valeurs Measurement and monitoring

ITnews 2.0 Spécial Funds Contacts: Rédaction: raphael.henry@itnews.lu Publicité: emilie.mounier@itnews.lu

Asset management Portfolio Management and Analytics

Clôtures: Manifestation à intérêt : 20 août 2008 Contribution: 29 août 2008 Parution et conférence: 18 août 2008

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 58

17/07/08 18:21:43


C

M

J

CM

MJ

CJ

MJ

IL Y A DES PUBLIVORES DANS LE GRAND-BOCAL

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 59

AGENCE DE PUBLICITÉ / 00(352) 26 10 81 12 / WWW.PIRANHA.LU

N

17/07/08 18:21:46


3URƊWH]HQƊQGHYRVYDFDQFHV Votre Informatique est HQWUHGHERQQHVPDLQV

Siemens IT Solutions and Services Outsourcing Solutions for IT

www.siemens.lu/it-solutions

ITN_023_ITnews_11_juin_08.indd 60

17/07/08 18:21:46

ITnation #12 - juillet 2008  

ITnation Magazine Luxembourg juillet 2008 GRAND ENTRETIEN Habib Saghbini et Luc Dosquet: à la croisée des chemins

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you