Page 1

Le docteur Belgacem Haba, inventeur dans la microélectronique, à IT Mag

« La 3D est un moyen naturel de réduire le volume des systèmes »

(Lire en pages 7, 8 et 9)

Sonelgaz - université de Chlef

un accord pour la conception d’un compteur intelligent

M. Bouterfa a insisté sur le rôle des pouvoirs publics dans le financement de ces projets, avançant le chiffre de 250 millions DA qui représente le budget alloué par le groupe pour le développement et la recherche. (Lire en page 3)

Compétitivité et IT à la cinquième session du Forum d’Alger

Internet

Bande passante internationale

80 000 Gbit/s pour 2011

p. 5

service public

Le lobbying comme culture d’Etat

(Lire en page 5)

Moussa Benhamadi :

« La 3G pour le 2e semestre » et « un MNVO pour Algérie Poste »p. 6 3g

Les opéraeurs sont tenus de s’y conformer p. 4

Publicité

Le délai de dépôt des offres fixé au 31 mars

H e b d o m a d a i r e N AT IO N A L DE S T I C E T DE L’ É C O N OMIE N U M É RI Q U E - I S S N : 111 2 - 4 1 2 1 - N ° 2 4 3 - D u 1 8 a u 2 4 j a n v i e r 2 0 1 2 - P r i x : 2 0 DA


actunet

it mag / N°243 - Du 18 au 24 janvier 2012

L’Editorial

Epiméthée ?

C

Par Abderrafiq KHENIFSA

ISSN : 1112-4121

omment calculer ? Comment savoir  ? Telles sont les questions que se pose tout un chacun qui veut savoir si une chose est bonne ou mauvaise. Nous l’avons vu à travers l’entrée du quatrième opérateur télécoms Free dans le marché français. Immédiatement après le lancement, c’était la ruée  ! On parle du million avant la fin du mois de janvier. C’est du jamais-vu ou presque. Dans un marché hyper-bloqué, l’Arcep a permis le lancement d’un quatrième opérateur qui a complètement bouleversé le monde de la téléphonie mobile et il lance l’illimité dans les SMS. L’offre est indéniablement très compétitive non seulement à cause de la structure tarifaire plus simple et  plus transparente mais évidemment en raison du tarif très agressif. Cela me rappelle l’entrée de Djezzy sur le marché algérien avec des chaines et bousculades incroyables alors que le réseau n’était pas encore en fonction. Par analogie, nous nous disons qu’un quatrième opérateur mobile en Algérie pourrait un peu «  casser  » le marché et changer la donne car la performance n’est pas le nombre d’opérateurs mobiles mais la capacité à interpréter les demandes des clients et surtout évoluer dans le sens d’un mieux. Un mieux pour les clients qui doivent être satisfaits et surtout avoir le meilleur service possible. La solution gouvernementale proposée est le MVNO qu’Algérie Poste va lancer très prochainement selon Moussa Benhamadi, ministre des PTIC, lors de l’inauguration du siège d’Algérie Poste. Si l’on suit ce raisonnement sur le court terme, Mobilis va devoir investir beaucoup sur son réseau et Algérie Poste sur la distribution mais aussi proposer des services innovants. La où les réponses des opérateurs mobiles sur le terrain vont venir dans les semaines qui viennent et cela va donner le ton et démontrer ou non qu’un MVNO est viable. Après tout, ils ont eu le temps de se préparer...

Journal spécialisé, édité par Omnium Presse Scientifique SARL au capital de 2.100.000,00 DA

R.C. n° 21308B02-16/00  NIF : 000216219064442

N° article : 16480102601 Dépot légal : 2003-964

BP 849 - 16035 Hydra Cyber Parc de Sidi Abdellah, Immeuble multi-locataires, CA-E1-15, Rahmania - Alger.

Tél./fax : 021 66 29 92 / 021 65 03 28

Gérant-directeur de la publication

Abderrafiq Khenifsa Rédacteur en chef

Samir Tazaïrt Publicité : ANEP & OPS

Impression : SIA Alger

www.itmag-dz.com

e-mail : info@itmag-dz.com

Oracle va publier 78 correctifs cette semaine Dans un communiqué, Oracle annonce la sortie d’un CPU (Critical Patch Update) cette semaine, proposant pas moins de 78 correctifs qui concernent les bases de données, les applications, ainsi que le middleware. 27 patchs concernent la base de données MySQL, 2 s’adressent à Oracle Database Server, 11 à Fusion Middleware. On comptera également 3 mises à jour dédiées à la technologie de virtualisation d’Oracle, 6 concernent GlassFish Enterprise Server, Oracle Communications Unified, Oracle OpenSSO et le système d’exploitation Solaris. Enfin, 3 mises à jour seront destinées à E-Business Suite, 1 à Supply Chain, 6 à People Soft et 8 à JD Edwards.

Google s’attaque au secteur « Gaming de proximité » avec Maps Game Google est actuellement sur tous les fronts si l’on croit l’information selon laquelle le géant du web serait sur le point de s’attaquer au marché du « Gaming de proximité ». Cette application sociale de géolocalisation aurait pour principale objective de contrer l’actuel leader Foursquare. Faut dire que le secteur connaît une forte évolution, pour Google serait judicieux de se lancer dans ce marché du gaming. Depuis quelque temps, Google intensifie sa présence sur le secteur très lucratif des jeux en ajoutant par exemple le gaming sur Google+ sans doute pour concurrencer Facebook. Google aurait décidé de créer son propre contenu Gaming pour éviter de sous-traiter avec des éditeurs avec qui il est parfois difficile d’avoir l’exclusivité sur les contenus.

Chrome OS : Acer et Samsung dévoilent leurs Chromebooks

Ce qui suit n’est que la confirmation de ce qui était depuis quelque temps dans les tuyaux du web. Suite à la conférence Google I/O s’étant déroulé il y a peu à San Francisco et ayant été pleine de rebondissements (notamment pour Android et Chrome, NDLR), le géant voit deux de ses fidèles constructeurs, à savoir Acer et Samsung, annoncer leurs prochains netbooks fonctionnant sous le premier système d’exploitation Google : Chrome OS. Ces Google Chromebooks seront mis en vente à la mi-juin sur Internet pour un nombre très restreint de pays (Amazon et BestBuy ont d’ores et déjà assuré la mise en vente des produits sous Chrome OS pour les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne et les Pays-Bas).

Le Touch Pack gratuit pour Windows Seven sera bientôt disponible

Le Touch Pack Microsoft est une collection de jeux et de programmes avec lesquels vous devez interagir avec vos doigts (sur votre écran). Microsoft le mettra bientôt à votre disposition, gratuitement. Il faut évidemment que Windows Seven soit installé sur votre machine, et que votre matériel, et plus particulièrement votre écran, soit compatible Windows Touch. Au programme donc, des jeux (Blackboard, Garden Pond, Rebound), des programmes (Surface Globe, Surface Collage) ou encore un fond d’écran (Surface Lagoon). Tout cela vous permettra de tirer parti de votre matériel, puisqu’il faudra user de vos doigts sur votre écran pour jouer avec tout ça.

Vente de PC : HP en tête pour 2011

Avec un peu moins de 353 millions de PC vendus dans le monde, le marché reste stable malgré un quatrième trimestre en baisse guère réjouissant pour 2012. Lenovo en profite pour se rapprocher du numéro 1 HP.

2

Des terminaux mobiles 4G à foison

Le Consumer Electronics Show de Las Vegas qui s’est déroulé la semaine dernière a été inondé de nouveaux smartphones de Samsung, Motorola, Sony et Nokia, conçus pour fonctionner sur les nouveaux réseaux mobiles 4G. Les plus grands opérateurs américains de téléphonie mobile tels que Verizon Wireless, AT & T Mobility et Sprint Nextel sont en plein déploiement.

Pensée Cela fait 9 ans que nous a quittés à jamais notre cher et regretté Khenifsa Ahmed Laissant derrière lui un vide immense. En ce douloureux souvenir, sa femme et ses enfants demandent à tous ceux qui l’ont connu et aimé d’avoir une pensée à sa mémoire. Son sourire, sa gentillesse, son humour seront notre souvenir. Que Dieu le Tout-Puissant l’accueille en Son vaste paradis « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons »


Du 18 au 24 janvier 2012 - N°243 / it mag

L’Essentiel

Energie électrique

Sonelgaz - université de Chlef : un accord pour la conception d’un compteur intelligent La 3G et la 3D au Par Kamel Bouyoucef

coude-à-coude

n Par Karima A. M. Bouterfa a insisté sur le rôle des pouvoirs publics dans le financement de ces projets, avançant le chiffre de 250 millions DA qui représente le budget alloué par le groupe pour le développement et la recherche

L

’implication de l’université dans le monde de l’industrie serait certainement bien plus qu’utile. Cette question a été matérialisée à travers la signature d’une convention, au siège de l’Ecole de formation de Ben Aknoun, entre le Centre de recherche et de développement Electricité et gaz (CREDEG), filiale du groupe Sonelgaz, et l’université Hassiba-Benbouali de Chlef (UMBB). Deuxième après celle signée en 2010 avec l’université de Boumerdès, cette convention cadre porte sur la conception d’un compteur de gaz intelligent. « Cette convention nous permettra d’apprécier les besoins en matière d’études relatives aux métiers des filiales de Sonelgaz », a déclaré dans son allocution M. Nourdine Bouterfa, président-directeur général de Sonelgaz.Venant en complément au système de comptage électrique qui est en cours de réalisation, cette convention a pour but d’assurer une relation de travail entre les filiales du groupe Sonelagz et le monde de la recherche, a souligné par ailleurs le P-DG de Sonelgaz. Conscient de l’apport de ces partenariats aussi bien pour le monde de l’industrie que celui du savoir et l’innovation, M. Bouterfa dira que « ces relations font partie de notre politique qui vise à mettre en

place un réseau de compétences nationales pour répondre aux besoins spécifiques du groupe ». Cela permettra, d’une part, d’augmenter la performance de l’entreprise et, d’autre part, de pérenniser le savoir-faire algérien. Affichant son optimisme quant à la contribution des compétences nationales dans le développement technologique, M. Bouterfa parle d’un nouvel élan de construction d’une industrie nationale autour de ces grands projets. Pour sa part, M. Mustapha Bessadik, vice-recteur de l’université de Chlef, a indiqué en marge de la cérémonie que l’association du groupe Sonelgaz à un pôle universitaire constitue une belle initiative de coopération concrète entre les deux mondes du savoir et de l’industrie. Pour conclure, M. Bouterfa a insisté sur le rôle des pouvoirs publics dans le financement de ces projets, avançant le chiffre de 250 millions DA qui représente le budget alloué par le groupe pour le développement et la recherche. Pour en revenir à la conception de ce compteur intelligent, il faut savoir que sa mise en œuvre est prévue pour 2013.Une enveloppe de 50 millions DA a déjà été allouée pour la réalisation du système de comptage électrique. Outre sa fonction de comptage, ce compteur intelligent fera passer le client usager à celui de client acteur, faisant partie du système de communication, particulièrement avec l’introduction des énergies renouvelables. Il convient de rappeler enfin qu’un système national de compagne d’énergie électrique avait été lancé en 2009.Ce dernier, qui s’appuie sur une multitude de technologies de communication multiréseaux, devra permettre une « bonne gestion », en maîtrisant sa qualification par abonné.

Entrée en Bourse

Est-ce que Facebook est prêt ?

n Par Sid Ali Dehimi Beaucoup plus que ce qui s’est passé pour l’introduction de Google en Bourse, l’opération Facebook est ce qui est attendu pour être l’une des introductions en Bourse la plus importante jamais vu pour une entreprise Internet. Facebook Inc. se prépare pour être l’une des plus importantes IPO pour une entreprise qui ne travaille que sur le Web mais qui est le leader des réseaux sociaux dans le monde. Alors IPO, on y va ou pas ? Facebook est une application web développée par Mark Mark Zuckerberg, qui a maintenant 27 ans, dans sa chambre du dortoir de Harvard College en 2004. Ce dernier avait toujours affirmé qu’il n’était pas pressé d’entrer en Bourse. Pendant ce temps -et il faut quand même travailler- les recettes publicitaires de Facebook ont atteint la coquette somme de 3,8 milliards de dollars en 2011 contre 264 millions de dollars en 2008, selon les estimations du cabinet d’études eMarketer. De plus, à la fin de l’année 2012, eMarketer estime que les recettes annuelles de Facebook atteindront près de

6 milliards de dollars. Mark Zuckerberg disait, il y a quelques mois, au Wall Street Journal : «  J’ai construit Facebook en tant que produit et non comme une entreprise. » Il a pris et il a fait une croissance inouïe contrairement à Amazon qui a dû attendre longtemps avant d’exploser. D’ailleurs, les prévisions affirment que le réseau social sera adopté par un être humain sur sept car il atteindra d’ici à août-septembre le milliard d’utilisateurs. Tout le monde attend cette entrée en Bourse qui va certainement bouleverser l’ensemble des connaissances boursières. Tous les spécialistes s’attendent à une ruée lors de l’ouverture  ; entre-temps Mark Zuckerberg dit : « Notre mission est d’amener les gens à se connecter. Nous avons besoin pour bâtir une entreprise très forte de construire des produits bons pour eux.  » Est-ce une nouvelle façon de voir les choses qui fait que les revenus augmentent sans pour cela s’aliéner les utilisateurs. Pour notre part, nous autres Algériens, nous allons regarder cette opération comme si nous habitions la planète Mars et sans que cela nous concerne. Dommage !

3

L’année 2012 commence comme l’année 2011 s’est terminée : avec les promesses de la 3G. Après avoir donné plusieurs dates, Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, affirme que la téléphonie mobile de 3e génération pourrait être lancée avant le 5 juillet prochain. Le ministre reste quand même dans le vague en utilisant le verbe «  pourrait  » car jusqu’à cette échéance imprécise, beaucoup d’eau coulera sous les ponts. En prenant des gants, il cherche surtout à se mettre à l’abri des critiques auprès de l’opinion publique. La 3 G est scrutée en Algérie par les opérateurs comme le hilal du ramadhan. Paraîtra ? Paraîtra pas cette nuit  ? Et si ils insistent beaucoup, c’est parce qu’elle représente « un marché dépassant les 30 millions de téléphones mobiles, exploités par plus de 25 millions d’Algériens  », dixit le ministre. C’est aussi une occasion en or d’augmenter les profits et soigner l’APRU. Le marché a besoin d’un coup d’accélérateur pour scintiller de nouveau. Apparemment le chiffre 3 est à l’honneur puisque les constructeurs présents en Algérie (Samsung, Sony, LG, Panasonic, Panasonic, Condor…) ont décidé de surfer sur la vague de la 3D avec des téléviseurs de nouvelle génération. Et ce n’est pas les arguments marketing qui manquent. Chacun promet aux potentiels clients une expérience inédite. Une autre manière de voir les feuilletons turcs qui ont un succès retentissant auprès des femmes, une version plus tonique de la série française «  Plus belle la vie  ». Pour les fous du foot, c’est aussi une occasion d’être plus près du déroulement du match. Le téléspectateur est plongé en immersion dans l’ambiance du stade, impression renforcée par le fait que les commentateurs n’ont pas encore pris l’antenne. De quoi vivre de nouvelles sensations fortes en images. Les téléviseurs en 3D, un pari risqué mais sans doute nécessaire pour offrir toujours plus de contenu à des spectateurs qui se détournent de plus en plus de la télévision au profit des sirènes du Web et l’Internet. Le discours des «  commerciaux  » dans les rayons des magasins est de plus en plus rôdé  et chacun vous donnera ses astuces pour mieux choisir un téléviseur de ce genre ? Mais certains n’ont pas attendu leurs explications, cette nouvelle technologie est déjà dans leurs salons ! C’est devenu un effet de mode et on a tendance à lui attribuer tout et n’importe quoi… Autre information à retenir : Algérie Poste veut devenir un opérateur de téléphonie mobile virtuelle (MVNO). Celle-ci a déjà opté pour l’opérateur public Mobilis pour l’accompagner dans son projet. Il a calqué sur le modèle de Virgin Mobile, entre autres. En gros, il va procéder à l’achat et la vente de minutes ! Après le partenariat public-privé, voici venu le partenariat public-public qu’on est tenté de qualifier « Entre nous ». Le projet permettra à Algérie Poste de réaliser des revenus supplémentaires, et s’affranchir de sa dépendance aux subventions de l’Etat dans les projets d’investissements. Il s’agit aussi de compenser la baisse des volumes de courrier. Si l’idée parait généreuse, d’aucuns ne peuvent pas s’empêcher de critiquer. Algérie Poste devra songer à améliorer l’acheminement du courrier avant d’aller vers la téléphonie. Si sous d’autres cieux, des sociétés dans les secteurs des médias, télécoms, distribution et banque se sont déjà lancées et ont commercialisées leur offre, Algérie Poste est-elle prête à faire le grand saut dans l’inconnu  ? La mentalité de ses employés est-elle à même de réussir cette opération car la MVNO exige une organisation et d’autres réflexes de travail. Au-delà du pessimisme des uns et des réserves des autres, Algérie Poste a un bon coup à jouer. Alors puisons dans le jargon footballistique  : balle au centre…


L’Essentiel

it mag / N°243 - Du 18 au 24 janvier 2012

Les opéraeurs sont tenus de s’y conformer

Le délai de dépôt des offres fixé au 31 mars n Par Mourad H.

Le premier responsable du secteur des TIC n’a pas donné de précisions relatives à la nature des difficultés qui ont entravé le processus du projet

L

a téléphonie mobile de troisième génération (3G) pourrait être lancée avant le 5 juillet prochain, a indiqué dimanche dernier le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Moussa Benhamadi. « Nous avons maîtrisé certaines difficultés et problèmes techniques pour le lancement de la téléphonie mobile de troisième génération. Nous espérons qu’elle sera à la portée des citoyens avant la fête de l’indépendance  », a déclaré le ministre, à l’occasion du lancement de la nouvelle chaîne de radio dédiée aux jeunes «  Jil FM  ». Récemment, le même responsable avait indiqué que le dernier délai offert aux trois opérateurs (Djezzy, Nedjma et Mobilis) serait le 31 mars 2012 pour lancer la 3G. L’exploitation de la 3G concerne un marché de 30 millions de téléphones portables, exploités par plus de 25 millions d’Algériens. L’ouverture de ce service pour chacun des opérateurs «  visait à ne pas exclure une partie des citoyens de cette technologie avancée », a expliqué le ministre. Toutefois, le premier responsable du secteur des TIC n’a pas donné de précisions relatives à la nature des difficultés qui ont entravé le processus du projet. Aucune information n’a d’ailleurs été donnée sur les facteurs à l’origine de ce retard qui ne cesse, vraisemblablement, de s’accentuer. Pour leur part, les trois opérateurs de la téléphonie mobile ont toujours affirmé qu’ils étaient prêts à s’impliquer dans le lancement de la 3G. Au-delà de la complexité du processus, les

citoyens souhaitent la réalisation de ce projet dans les meilleurs délais afin de se mettre à la page de toute récente technologie de l’information et de la communication. Les Algériens, notamment les jeunes accrocs des NTIC, s’impatientent à acquérir la 3G, avec laquelle on peut avoir accès à la télévision, la visiophonie et le signal audiovisuel, s’appuyant sur la norme Universal Mobile Telecommunications System (UMTS). Il est à rappeler que le dernier délai pour le dépôt des soumissions relatives à la licence de la troisième génération de téléphonie mobile auprès de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommuni-

cations (ARPT), fixé préalablement du 26 au 29 septembre, avait été déjà prolongé au 2 octobre. Par ailleurs, Hatem Hocini, responsable au même département ministériel, a souligné, pour sa part, la nécessité de créer les conditions adéquates pour le développement intensif de l’industrie des TIC. Selon lui, la mise en place d’un mécanisme de partenariat durable entre les secteurs public et privé et la création de conditions de valorisation des compétences scientifique et technique dans la recherche et le développement pour les grands pôles industriels constituent les priorités du secteur.

Vente et achat à travers le Net

Laakiba, Oued Kniss, D’lala… ces « bons coins » qu’on aime

n Par Hassan M. Les gens se ruent autant sur les vieux marchés de la capitale que sur ces sites électroniques, mettant en vente téléphones portables, appareils photo, caméscopes, flash-disk, ordinateurs, consoles de jeux, vêtements et voitures ! Ils sont célèbres et de bons coins aussi bien pour les acheteurs que pour les vendeurs. On l’aura deviné, ce sont les sites électroniques (vente et achat) qui poussent comme des champignons. Ces sites ont tendance à se généraliser en Algérie. Baptisés des noms de sites très célèbres, à l’instar de Laakiba, Oued Kniss, Bach Djarrah ou encore

D’lala, ces sites électroniques sont en passe de devenir des destinations par excellence pour les acheteurs et vendeurs. Grâce aux nouvelles technologies, notamment l’Internet, les sites de ventes online attirent les plus curieux et démarcheurs de bonnes affaires et d’objets de bonne « occase ». De jour en jour, les sites de ventes en ligne explosent sur la Toile. Si, par le passé, se débarrasser d’appareils électroménagers (télévision, fer à repasser ou autre) suscite des agaceries, de nos jours, vendre un ou des objets neufs ou utilisés ne pose plus problème. Il suffit de surfer sur ces sites et de publier son annonce d’achat ou de vente et le

4

tour est joué. Après avoir présenté les caractéristiques (fiche technique) de ce que l’on veut vendre, le propriétaire (vendeur) est invité à mentionner, outre le prix, son numéro de téléphone ou adresse électronique pour permettre aux prétendants (acheteurs) d’établir un contact. En visitant ces sites, l’internaute peut trouver toute sorte d’objets et appareils en vente. Des téléphones portables, appareils photo, caméscopes, flash-disk, ordinateurs (PC de bureau ou portables), consoles de jeux, vêtements et même des voitures ! Les Algérois, qui autrefois pour faire leurs bonnes affaires devaient se rendre à Laakiba, D’lala ou Oued Kiniss, n’ont plus besoin de faire le tour du marché pour se saisir d’une bonne « occasion ». Fini le déplacement, il suffit juste d’avoir une ligne Internet et de « fouiner » dans la Toile. Toutefois, tout ce qui brille n’est pas d’or… Car derrière les écrans se planquent des pirates et escrocs redoutables. Malgré des avantages que procurent d’une part l’Internet, et de l’autre part la vente en ligne, les dangers et l’arnaque qui en découlent ne sont pas à minimiser. Bon nombre d’acheteurs « naïfs » se sont fait avoir par des arnaqueurs qui, sans scrupules, tendent leurs pièges sur la Toile. A vos risques et périls, Internet est une arme à double tranchant !

Entièrement numérisée et présente sur les réseaux sociaux

« Jil FM », la radio des jeunes, lancée « Jil FM » (génération FM), une nouvelle chaîne musicale de l’Entreprise nationale de radiodiffusion sonore (ENRS) destinée à la jeunesse, a commencé à émettre dimanche à 9h00. « Jil Morning » était la première émission diffusée sur les ondes de cette nouvelle chaîne de radio. Emettant le souhait de voir cette chaîne de radio répondre aux attentes des jeunes, le ministre de la Communication, Nacer Mehal, a souligné que « Jil FM » jouera un rôle important dans le domaine de la culture, 65% du temps d’antenne étant consacré à la musique (algérienne et étrangère). « Jil FM » pourra être captée sur 94.7 en modulation de fréquence (FM) dans le centre et dans le centre-sud du pays, et en ondes moyennes (OM) sur 531 kHz dans l’est et dans le sud-est du pays et sur 549 kHz (OM) pour les régions de l’ouest et le sud-ouest. Entièrement numérisée, « Jil FM » émettra en h24, 7 jours sur 7, et sera présente sur l’ensemble des réseaux sociaux. Les programmes de la nouvelle chaîne comportent de la musique, des reportages, des émissions-débats et de l’information. Les émissions liées aux questions socioprofessionnelles de la jeunesse représenteront 20% du temps d’antenne, la culture 10% et l’information 5%.  M. H.


Du 18 au 24 janvier 2012 - N°243 / it mag

L’Essentiel

Compétitivité et IT à la cinquième session du Forum d’Alger

Le lobbying comme culture d’Etat n Par Samir Tazaïrt

La pratique consiste à aider les entreprises à décrocher des marchés, où qu’ils se trouvent, les informer, les protéger et les soutenir dans une logique de « complicité de survie », où l’Etat assure son indépendance économique et technologique et les entreprises leur pérennité

A

la cinquième session du Forum d’Alger ; conjointement organisé par le quotidien Liberté et le cabinet d’expertise-conseils Emergy; il était question de technologies nouvelles et de compétitivité économique. Un rendez-vous lors duquel les réponses aux questions posées devaient servir à alimenter un document de synthèse des travaux destiné à inspirer nos décideurs dans leur prise de décisions liés au secteur des IT. Et justement, le rôle de nos politiques dans leur façon de penser et de réfléchir l’avenir numérique est primordial dans un contexte qui a trop changé pour rester impassibles. Ce n’est pas nouveau depuis ces dix dernières années, les modèles économiques ont brutalement changé et transformé les interactions et la relation qu’entretient l’Etat avec ses entreprises. Sur la question, Mourad Preure, modérateur du forum, est catégorique. « Au même titre qu’une politique de santé publique, une véritable politique d’intelligence économique doit être instaurée. » Les entreprises émergentes dans l’environnement actuel doivent bénéficier de toute l’attention de l’Etat, lui-même appelé à construire une nouvelle relation avec ces dernières et être à leurs côtés. L’objectif étant de créer ce que M. Preure a appelé des «  champions nationaux  », à travers lesquels reposera l’indépendance technologique. La « souveraineté » aussi -économique et technologique- est liée à la vision politique et à la maîtrise de la complexité des modus operandi actuels dans la sphère économique mondiale. Un environnement fait d’accélérations et de ruptures brutales, au point de réduire à l’éphémère les opportunités d’affaires. Pourtant, il n’est pas impossible de s’en prémunir. Comment  ? L’Etat doit recouvrer sa position de «  stratège » et participer à protéger l’entreprise et à se maintenir derrière elle. De toutes les façons, la tendance au retour de l’«  Etatnation  », donc au protectionnisme, est en vogue en ce moment quoique sous un autre visage; celui du « lobbying ». Non que les entreprises IT naissantes ne soient pas soutenues par les pouvoirs publics mais il existe encore beaucoup de pistes que ces derniers doivent explorer. Encore une fois, la première d’entre elles, c’est bel et bien le lobbying. Aider les entreprises à décrocher des marchés, où qu’ils se trouvent, les informer, les protéger et les soutenir dans une logique de  «  complicité de survie  », où l’Etat assure son indépendance et les entreprises leur pérennité. Evidemment, cela ne va pas sans une interaction et une

interdépendance utile entre l’entreprise, les collectivités locales et les universités. Laisser faire l’entreprise, la laisser innover ; à charge pour l’Etat d’offrir la régulation nécessaire pour qu’elle évolue dans un environnement concurrentiel sain. La configuration actuelle de l’économie numérique nationale est mauvaise dans la mesure où les 700 millions de dollars de chiffres qu’elle a réalisés (statistiques de 2009), à peine une faible part revient aux services, et le reste, tout le reste, est généré par la revente des équipements. D’ailleurs, Hatem Hocini, en présentant l’état des lieux, le reconnaît : « On réussit plus souvent dans l’infrastructure plutôt que dans les services. » Aujourd’hui que les vulnérabilités sont identifiées, il faut, selon l’expertise de M. Preure, « donner à l’information un sens ». A vrai dire, il est inutile d’avoir une information, dont le cycle de vie est très réduit, si on est incapable de la traiter et de la transformer à son avantage. Bien sûr, c’est surtout en « connaissance » que l’information doit devenir car « il ne suffit pas -ou plus- d’être relié aux réseaux du savoir ».

Bande passante internationale

80 000 Gbit/s pour 2011 La bande passante Internet internationale a atteint des records de croissance au niveau mondial. Dans son habituel rapport de fin d’année sur les « ICT, Facts and Figures », l’Union internationale des télécommunications (ITU), a écrit dans la section dédiée à la bande passante  que «  le nombre croissant des usagers d’Internet a augmenté de façon exponentielle la bande passante au cours des cinq dernières années, la faisant passer de 11 000 Gbit/s en 2006, à près de 80 000 Gbit/s en 2011  ». Malheureusement, de rapport en rapport, seules les disparités entre régions en termes de bande passante Internet disponible par utilisateur Internet n’ont pas changé, avec une moyenne de près de 90 000 bit/s de bande passante par utilisateur en Europe contre seulement 2 000 bits/s par utilisateur en Afrique. S. T.

Il opte pour Tizen d’Intel

Samsung abandonne Bada

Le système d’exploitation maison de Samsung va fusionner avec Tizen, l’OS mobile Open Source d’Intel, basé sur le défunt Meego. On connaît Bada grâce à la gamme de smartphones Samsung Wave qui a connu un énorme succès. Il va disparaître progressivement des modèles d’entrée et de milieu de gamme du constructeur, pour être remplacé par Tizen, la plate-forme mobile Open Source soutenue par Samsung et Intel. Ce virage stratégique a été révélé par Tae-Jin Kang, vice-président des stratégies du

coréen lors d’une interview réalisée par le magazine Forbes lors du CES de Las Vegas. Plutôt qu’une disparation brutale, Bada serait remplacé progressivement tout en fusionnant avec la plate-forme Tizen. « Si un développeur sait comment programmer pour Bada, il saura également concevoir des applications pour Tizen », rapporte Forbes. Tizen est un projet de système d’exploitation Open Source pour les architectures de processeur ARM et x86. Reprenant des éléments du défunt Meego (soutenu par Intel), Tizen

5

est porté par Intel et LiMo, un groupement de constructeurs (Samsung, Nec, Casio…) et d’opérateurs télécoms (NTT Docomo, Telefonica, Vodafone…). Samsung pourrait sortir dès cette année un ou deux smartphones fonctionnant avec Tizen. Pour autant, dans son interview, M. Kang a ajouté que Tizen « n’est pas prêt à devenir le principal système d’exploitation de Samsung ». On comprend bien le point de vue de la marque coréenne vu le succès de ses modèles Android en 2011. In 01net


L’Essentiel

it mag / N°243 - Du 18 au 24 janvier 2012

Moussa Benhamadi lors de l’inauguration du siège d’Algérie Poste

« La 3G pour le 2 semestre » et « un MNVO pour Algérie Poste » e

n Par Abderrafiq Khenifsa 10 ans déjà ! Algérie Poste célèbre cette année ces dix années en Epic après la promulgation de la loi 2000-03 qui a été votée à l’unanimité en août 2000. Dix ans après, Algérie Poste, forte de ses presque 29 000 employés, veut passer à une autre vitesse. En ligne de mire : les services

A

lgérie Poste vient de fêter officiellement ses dix années en procédant à l’inauguration de son beau siège social à Bab Ezzouar, en présence du ministre des PTIC, représentant du propriétaire, ainsi qu’il se présente en disant lors de la conférence de presse : « Je ne suis pas la tutelle, je suis le représentant du propriétaire. » Au cours de la cérémonie d’inauguration du siège social situé à la zone «  entreprise  » de Bab Ezzouar, au cours de laquelle ont été également récompensés les meilleurs employés, une conférence de presse a été organisée. « Banque postale », «  MVNO  », «  Services  » ont été les thèmes principaux concernant Algérie Poste. Il faut savoir que le ministre des PTIC avait déjà donné un aperçu lors de sa visite à Sétif mais aussi à Tlemcen. Les propriétaires veulent qu’Algérie Poste change de statut et devienne un établissement bancaire, on parle d’un groupe, qui semble concrétiser finalement ce projet dont on parle depuis des années. En effet, d’après le ministre des PTIC, « le projet de banque postale est actuellement à l’étude au niveau du gouvernement et sera soumis au Conseil des ministres prochainement ».  L’entreprise a réalisé en 2010 un chiffre d’affaires de 26,4 milliards de dinars et a payé et donc décaissé en 2011 plus de 2 500 milliards de dinars. Le tout en cash. Avec la transformation de la carte de paiement qui a été distribuée à 7 millions de comptes sur plus de 14 millions. Forte d’un réseau étoffé et bien informatisé (Interconnexion de l’ensemble des établissements postaux via l’IP, GPRS et VSAT) et répartis sur l’ensemble du territoire, le Groupe Algérie Poste peut, en effet, s’avérer un véritable concurrent pour le réseau bancaire actuel, pour peu qu’il s’organise et forme son personnel. D’ailleurs, dans ce cadre, Moussa Benhamadi parle de «formation » et « d’intégrer les

DAIP, qui sont en général de formation universitaire », ce qui va permettre de renforcer et d’augmenter le taux très bas d’universitaires au sein de cette entreprise. D’après les chiffres donnés lors de la présentation, le chiffre d’affaires d’Algérie Poste a augmenté de 153% entre 2003 et 2010 pour atteindre les 26,4 milliards de dinars et ce n’est pas tout. Algérie Poste est passée de 300 000 porteurs de cartes CCP à 6 millions entre 2003 et 2010, soit une progression à 4 chiffres. De plus, c’est une entreprise qui se déploie pour entrer dans le e-commerce avec les premiers 1000 TPE – terminal pour entreprise- en attendant les 4 000 pour 2012 et les 760 GAB  ; sans omettre le site internet e-CCP qui permet aux titulaires de comptes CCP de pouvoir voir leur solde et commander un carnet de cheque CCP. « Il y a deux choses que nous avons faites. La première est le changement l’établissement vers le groupe Algérie

6

Poste et la mise en place d’une filiale EMS », nous dit le ministre des PTIC, ajoutant qu’« on attend la promulgation de la nouvelle loi 2000-03 pour mettre en place un MVNO ». Pour 2012, Algérie Poste veut lancer le m-paiement, le porte-monnaie électronique et un site marchand philatélique. Avec la concrétisation de ces projets, la «  vieille  » Algérie Poste deviendra la première entreprise algérienne qui utilise Internet pour se développer et aller conquérir de nouveaux marchés. Avec ces 7 millions de cartes de paiement qui offrent à son détenteur le pouvoir de payer par carte électronique ses achats au moins au niveau de certaines entreprises  publiques telles Sonelgaz, Naftal, Algérie Télécom et l’Algérienne des eaux ainsi que certains centres commerciaux. Ce qui fera en sorte d’atténuer la forte demande en cash. L’autre gros projet du groupe Algérie Poste est le MVNO en partenariat avec Mobilis qui permettra de proposer « des offres packagées et bien ciblées  », dira encore le ministre sans oublier, ajoute-t-il, « les 3 630 agences postales » qui permettront de se rapprocher du client. L’autre volet qu’a abordé le ministre des PTIC lors de cette conférence de presse a trait à la cession d’OTA. Moussa Benhamadi ne parle plus d’OTA mais de l’hollandais Vimpelcom qui est de facto le propriétaire d’OTA suite à la vente de l’italien Wind. «L’Algérie négocie la cession de 51% et peut-être plus », dira le ministre des PTIC tout en précisant que « les discussions sont pilotées par un comité spécialisé composé de représentants du ministère des Finances et de l’opérateur » suite à la signature du MoU – Memorandum of Undertanding-  entre le ministère des Finances et l’opérateur hollandais à capitaux russes Vimpelcom. Tout en brossant un tableau positif dans le sens, dira-t-il, où OTA a permis aux « compétences algériennes de s’exprimer  » en ajoutant que «  l’Algérie a pu avoir une carte de visite dans le monde des télécoms et des compétences de haut niveau». Ce dernier, qui révèle que « 99% des cadres d’OTA sont des Algériens », a précisé que « l’effectif de Djezzy sera maintenu après la cession car il n’est pas question de remettre en cause ses travailleurs ». L’autre dossier qu’aborde le ministre a trait à la 3G. Il dira que « la 3G sera disponible en Algérie à partir du deuxième semestre 2012 » même si un opérateur n’est pas prêt. En effet, le ministre précise que pour «  pouvoir prétendre à l’avis d’appel d’offres, tout demandeur doit présenter des documents et des quitus » de banques, impôts et autres. Il ajoutera qu’« OTA a plus de 50% des abonnés au mobile », ce qui ferait que plus de la moitié des abonnés n’aura pas la 3G s’il venait à être écarté du processus.


Du 18 au 24 janvier 2012 - N°243 / it mag

technologie

Microprocesseur, mémoire flash, circuits intégrés, DRAM…

Le futur de la microélectronique sera en 3D La communication, Internet et les produits de divertissements vont continuer à dominer les marchés de grande consommation dans le monde entier, et chaque génération offrant des fonctionnalités et des capacités de plus en plus grandes. L’être humain a su créer des immeubles constitués de plusieurs appartements en hauteur, les composants électroniques commencent à titiller la valeur Z. L’intégration de nouvelles fonctionnalités, la demande « du plus en plus petit » font en sorte que la miniaturisation devient une nécessité.  (Suite en page 8 ) Lire également entretien en pages 8 et 9 7


entretien (Suite de la page 7) Et même si les applications et les fonctionnalités du nouveau produit sont meilleures que le précédent, le client attend chaque génération à ce que ses produits deviennent de plus en plus petits et de plus en plus légers. Et ce qui montre cela visiblement est le terminal mobile qui est un excellent exemple de comment les nouvelles technologies et les techniques peuvent être appliquées pour maintenir l’amélioration des performances au fil du temps. Cela avait commencé avec le micro-ordinateur où chaque composant était une carte électronique et maintenant, une carte mère est composée de l’ensemble des éléments pour un micro-ordinateur. Mais cela n’a pas été plus loin. L’explosion du marché du terminal mobile au cours des dernières années est une preuve de l’augmentation de la fonctionnalité et la complexité de la miniaturisation. Le terminal mobile ne sert plus uniquement à parler mais aussi à lire, voir où nous nous trouvons mais aussi filmer et pouvoir communiquer à travers le réseau des réseaux. Le tout dans un boîtier pas plus grand que le « vieux Nokia 3310  ». Par contre, cette révolution du terminal mobile a conduit à de sérieux problèmes, notamment thermiques, mécaniques et de blindage. Toutes les entreprises de conception de SoC –System on Chipmais aussi de puces ont mis en place des équipes de R&D pour essayer de dépasser la loi de Moore. « Quand j’habitais dans mon village natal, il n’y a avait que des petites maisons avec, au maximum, pour les plus riches, un étage ; et il a fallu aller à la ville pour voir ses immenses bâtiments qui pouvaient faire habiter plusieurs familles. Les gens de la ville utilisent la 3D pour habiter  », nous avait dit Belgacem Haba lors de l’une de ses rencontres avec nous, tout en ajoutant : « Pourquoi ne pas utiliser les mêmes principes pour une puce. La 3D est un moyen naturel de réduire le volume des systèmes.  » Cette discussion remonte à 2008. En 2012, on ne parle plus que de composants 3D essentiellement pour que la révolution du terminal portable continue. Nous avons contacté une nouvelle fois M. Belgacem Haba pour nous expliquer un peu la 3D dans l’électronique. Et voici ce qu’il nous a dit, quand bien même il était alité. A. K.

it mag / N°243 - Du 18 au 24 janvier 2012

Le docteur Belgacem Haba, inv

« La 3D est un de réduire le vol

n Propos recueillis par Abderrafiq Khenifsa IT Mag : Monsieur Belgacem Haba, en tant que docteur mais aussi inventeur dans la microélectronique, pourriez-vous nous expliquer ce qu’est la 3D dans la microélectronique ? Belgacem Haba  : En effet, ces derniers temps, la 3D devient à la mode dans le secteur des semi-conducteurs. Toutefois, il est important de noter que depuis la naissance de l’électronique CMOS et l’utilisation des transistors, le processus a toujours été un processus bidimensionnel ou planaire. Et c’est de cette façon que nous l’avons toujours fait. La loi de Moore est passée par là et conséquence immédiate  : les composants sont de plus en plus petits et de plus en plus condensés, et les nœuds sont en diminution. L’industrie est passée du 90 nm (nanomètre) au 22 nm et on parle aujourd’hui de 11 nm en passant par 65 nm, 45 nm et 32 nm. Conséquence financière immédiate, ces fonctionnalités deviennent très petites rendant le matériel de lithographie et le processus de fabrication des CMOS très cher, ce qui fait que les fabs (unité de fabrication) passent aux milliards de dollars. En plus de cela, la quantité d’électrons qui peuvent être piégés dans la grille du transistor à 22 nm est de quelques centaines dans le cas de flash. Vous pouvez voir alors que l’électronique devient de plus en plus dure et difficile en même temps. Il faut donc trouver autre chose. Il n’y a pas longtemps, il était moins cher de faire de bits même si on devait diminuer les dimensions, mais plus maintenant avec du 22 nm. Maintenant, il nous semble que rester dans la 2D tout en rétrécissant la taille est un processus qui devient de plus en plus cher que partir vers la 3e dimension. Ce qui est normal pour l’humain qui voit et vis en 3D, de plus les ingénieurs dans l’industrie électronique ne sont pas différents des maçons quand il s’agit de la construction. Avant, toutes les maisons avaient un rez-de-chaussée et comme la densité de la population a augmenté, les maçons ont appris à construire

8

en hauteur, d’abord avec un étage puis un second et ainsi de suite. Les appropriée la 3D et c’est ce que font à l’heure actuelle les ingénieurs pement des composants électroniques.

L’ingénieur devient un maçon pour construire des puces de plus e mais tout aussi fonctionnelles. Comment cela peut-il être fait ? Il y a donc un apprentissage à faire car aujourd’hui, il y a 3 façons d dans l’électronique. Le premier cas est entièrement fait d’empilement d relier. Le deuxième cas est entièrement fait d’empilage puis elles so ensuite testées, et à la fin on les relie. Troisième cas, c’est la constructio en 3D. Le troisième cas, c’est comme empiler les lits des enfants dans u 1 et 2 sont comme empiler un appartement sur l’autre. Pour la 3D, comme je l’ai mentionné précédemment, la taille de la grille de trans petite en 2D que la création de transistors en 3D serait virtuellement pl avoir un meilleur contrôle sans oublier une meilleure visibilité de la ten

Mais que fait-on de la loi de Moore ? La loi de Moore stipule que le nombre de transistors par unité de surfa tous les 18 mois à 2 ans. Ceci est important car il permet d’acheter la la même capacité à un prix moindre et c’est cela qui a fait l’explosion d là même de l’industrie de l’électronique. Cependant, le coût des proce phie et d’équipements ainsi que les matériaux à faible « k » pour rendre l nent trop coûteuses. Un fabs de nos jours peut coûter très cher, voire dollars sans oublier les personnes hautement qualifiées dont vous avez b tourner votre fabs. Malheureusement, cela créerait un grand fossé entr et les autres. L’autre problème est la chaleur générée par le grand nomb


Du 18 au 24 janvier 2012 - N°243 / it mag

entretien

venteur dans la microélectronique, à IT Mag

n moyen naturel lume des systèmes »

s maçons se sont dans le dévelop-

en plus petites

de faire de la 3D de puces, puis les ont emballées et on des transistors une pièce. Les cas pour la puce et sistors devient si lus grand et ainsi nsion.

ace allait doubler même puce avec des gadgets et par essus de lithograles puces deviene des milliards de besoin pour faire re les pays nantis bre de transistors

qui est en augmentation et peu de techniques sont utilisées aujourd’hui dans la division dans le cas des processus. De plus, les puces, qu’elles aient un petit nombre de transistors ou un grand nombre, doivent se parler et communiquer. Et cela est un grand problème. Les communications entre les processeurs deviennent un enjeu crucial. Revenons-en à la chaleur dégagée, certaines puces aujourd’hui deviennent tellement chaudes que l’enjeu majeur est de savoir comment leur fournir une puissance électrique et comment faire pour diminuer la chaleur. De nombreuses solutions ont été proposées parmi lesquelles un énorme dissipateur thermique que l’on voit sur certains systèmes. Dans d’autres cas, c’est un liquide de refroidissement qui passe à travers des canaux qui ont été forés dans le silicium lui-même pour fournir un refroidissement direct. Dans d’autres cas où la densité de chaleur est extrême ou cela peut atteindre des kilowatts par puce, on utilise le refroidissement qui se fait directement par pulvérisation liquide de refroidissement à l’arrière de la puce. Et pour cette raison spécifique, ne vous attendez pas à voir les processeurs être empilés. Mais pour la mémoire, elle ne chauffe pas ? Dans le cas de la mémoire (flash, DRAM), l’histoire est différente. La chaleur est moindre surtout pour le flash et le besoin de plus grandes capacités est illimité. Alors l’empilage de mémoire surtout pour la mémoire DRAM est déjà sur le marché et vous pouvez les trouver dans tous les téléphones haut de gamme et tous les iPads. C’est la seule façon pour avoir de grandes mémoires et de grandes fonctionnalités dans un si petit espace et à petit prix. Quelles sont les nouvelles technologies pour l’empilage de puces qui existent ? L’empilage de la mémoire flash ou DRAM a été accompli par ce qu’on appelle l’empilage « Wirebond » où les puces sont amincies à 25 microns, puis reliées par un fil collé.

9

Dans les laboratoires, on arrive à mettre une pile de 24 puces mais seulement un maximum de 16 puces empilées peuvent être trouvées sur le marché. Mais l’empilement le plus courant est de 2 ou 4 puces. Une nouvelle technologie est appelée TSV (par l’intermédiaire des vias de silicium), où les puces sont empilées et forées. Les trous ainsi obtenus permettent, quand les puces seront empilées, d’établir des connexions entre les transistors verticaux. Cette technique n’est pas encore sur le marché. Elle est uniquement dans les laboratoires mais cela rendra la technologie électronique un peu moins cher et la loi de Moore pourra continuer sauf que cette fois-ci, la densité de transistors par unité de surface aura une hauteur. Par contre, la chaleur va être un gros problème. Le docteur Belgacem Haba en quelques mots… Le docteur Belgacem Haba est chargé de superviser les activités de la prochaine génération de recherche et de développement (Tessera Fellow and CTO) pour la compagnie californienne Tessera Inc. Diplômé en physique de l’université de Bab Ezzouar, il quitte l’Algérie pour poursuivre ses études aux Etats-Unis en 1980. Dans ce pays, il obtient deux magisters en physique en plus d’un doctorat dans le domaine l’énergie solaire à Stanford University. Ce qui ne l’a pas empêché de travailler au Watson Research Center à New York pour IBM TJ. Il revient en Algérie et il occupera, durant trois mois seulement, le poste d’enseignant à l’université de Biskra. Il sera contacté par le centre de recherche de la compagnie NEC, à Tokyo, au Japon avec lequel il travaillera pendant six ans dans le domaine des applications du laser en microélectronique. Il revient aux EtatsUnis et intègre la société Rambus. Il y participera dans la division développement à la mise au point des Playstation 2 et 3. En 2002, il se lance dans une entreprise spécialisée dans le domaine de la microélectronique : SilliconPipe dont il a été l’un des fondateurs. Il est aussi détenteur de plus de 130 brevets d’invention dans le domaine de la microélectronique.


A la recherche de l’actualité des TIC en Algérie ? Allez-y…

Plus de 4 millions de visites.

Des analyses et des informations,

Un site dynamique et agréable,

publicité it mag / N°243 - Du 18 au 24 janvier 2012

10


Du 18 au 24 janvier 2012 - N°243 / it mag

ontheweb

Pour Rupert Murdoch

Google « chef de file des pirates » en ligne Le magnat des médias s’en est pris à Google pour son soutien supposé au piratage de films et de musiques. Une manière pour Rupert Murdoch, converti récemment aux médias sociaux, de prendre position pour une loi controversée sur les droits d’auteurs

Q

uelle mouche a donc piqué Rupert Murdoch ? Le magnat des médias déverse depuis deux jours sa bile numérique sur Google. Le tout en 140 caractères. Samedi, le patron du groupe News Corps s’est, en effet, servi de son tout nouveau fil twitter pour accuser le géant d’Internet d’être « le chef de file des pirates » sur le Web. Rupert Murdoch a par la suite tempéré son accusation, gazouillant que Google faisait par ailleurs «  des choses formidables  ». Mais l’homme d’affaires n’a pas pu s’empêcher de rajouter dimanche qu’il avait pu trouver, sur le célèbre moteur de recherches, des liens pour télécharger gratuitement certains films - ce qui relevait, selon lui, du « vol pur et simple ». Une attaque qui n’a pas été du goût de Google. « Cela n’a aucun sens de nous accuser de favoriser le piratage », a répondu dimanche le géant de Mountain View (Californie) au site américain spécialisé dans les nouvelles technologies, Cnet. « L’année dernière, nous avons contribué à faire fermer 5 millions de pages qui violaient la législation sur les droits d’auteurs et la contrefaçon », a précisé Google. Ce week-end, le moteur de recherches n’a pas été la seule cible du patron de Fox, du Wall Street Journal ou encore du Sun britannique. Rupert Murdoch, aux sympathies politiques assumées pour les conservateurs, s’en est également pris à Barack Obama, qu’il a accusé de servir les intérêts de ceux qui, à la Silicon Valley, « l’arrosent d’argent  ». Si l’opposition de Rupert Murdoch au président des Etats-Unis n’est pas nouvelle, les dernières prises de position de la Maison-Blanche ont fourni au magnat de la

presse un nouveau cheval de bataille. L’administration Obama a, en effet, pris publiquement ses distances avec deux propositions de loi - Stop online piracy act (SOPA) et Protect IP act (PIPA) - qui sont soutenues par Rupert Murdoch et par la majorité des groupes de médias aux Etats-Unis. L’Exécutif américain craint que ces textes ne « deviennent des obstacles à l’innovation » et « fassent peser un risque de cyber-censure  ». Actuellement débattus au Congrès, SOPA et PIPA visent à instaurer une législation plus répressive à l’égard de sites accusés de favoriser le téléchargement illégal et autres infractions aux droits d’auteurs en ligne (comme le streaming). Mais les opposants à cette nouvelle législation - en cours d’élaboration - assurent que les moyens prévus par ces textes donnent un droit de vie

et de mort sur n’importe quel site qui déplairait aux majors du disque et du cinéma. Une campagne très active, menée par plusieurs grands noms du Web comme Google, Facebook ou Wikipedia, s’est organisée ces dernières semaines pour bloquer l’adoption de SOPA/PIPA. Jusqu’à présent, les pro-SOPA n’avaient pas investi la Toile - un espace qui apparaissaient comme globalement hostile à leur cause. Rupert Murdoch est donc devenu, ce week-end, le chef de file en ligne des défenseurs de ces deux textes controversés. Un exploit pour un homme qui a commencé à utiliser Twitter le 31 décembre 2011 et qui qualifiait, encore récemment, le Web et les réseaux sociaux de « repère pour les pirates et les pornographes ». In France24.fr

Machine-to-Machine (M2M)

L’ITU renforce ses réflexions relatives à l’internet des objets

A l’occasion d’une réunion du comité consultatif chargé des standards de télécommunications, l’agence des Nations Unies en charge du secteur (ITU – International Telecommunication Union) a annoncé la formation d’un groupe de travail dédié au M2M. L’Union internationale des télécommunications (ITU) a confirmé lundi la formation d’un groupe de réflexions dédié au segment stratégique du M2M : le Focus Group on Machine-to-Machine. Celui-ci est chargé d’étudier et d’évaluer l’écosystème M2M, ainsi que les travaux entrepris dans ce domaine par les organismes de normalisation nationaux et régionaux (SDO). Il doit, par ailleurs, identifier les principaux besoins du marché. Le M2M « désigne la capacité d’une machine à détecter et à repérer certaines variables, et à communiquer ces informations à d’autres machines connectées à un même réseau », selon les termes de l’ITU. En outre, le M2M est une composante de l’internet des objets (IoT – Internet of Things), un concept initié au début des années 2000 dans le cadre des recherches internationales relatives à la technologie d’identification par radiofréquence ou RFID. Bien que les technologies M2M puissent être utilisées par différents segments industriels tels que la gestion de flottes, des ventes et des paiements, la sécurité ou encore les systèmes de transport intelligents (STI ou ITS en anglais), le groupe nouvellement

constitué s’intéressera, dans un premier temps, à l’e-santé, ses protocoles et ses interfaces de programmation d’applications (API). Enfin, pour tous les marchés verticaux étudiés par le Focus Group on M2M, trois sous-groupes de discussions devraient être créés, l’un sur « les usages et les modèles du M2M », l’autre concernant « les couches de services du M2M » et le troisième consacré « aux API et aux protocoles du M2M ». Ce Focus Group travaillera en étroite collaboration avec différentes organisations, dont l’IoT-GSI (the Internet of Things Global Standards Initiative) au sein de l’ITU. Il sera également appelé à coopérer avec d’autres agences des Nations Unies, ainsi que des organismes de normalisation, des régulateurs, des universités et des industriels. Enfin, les missions du groupe pourront faire l’objet d’une consultation dans les quatre semaines à venir. Selon le cabinet IMS Research, plus de 5 milliards de dispositifs étaient connectés à internet en 2010 et 22 milliards devraient l’être d’ici 2020. Par ailleurs, la Commission européenne a déclaré avoir investi 30 millions d’euros dans l’IoT sur la période 2009-2010 et engagé 30 millions d’euros sur l’exercice en cours au titre du 7e programme-cadre de recherche et de développement doté d’un budget global de 53,2 milliards d’euros (20072013).

11

Les microblogs s’y développent massivement

513 millions d’internautes en Chine La Chine comptait 513 millions d’internautes à la fin 2011, soit 55,8 millions de plus (+12,2%) en un an, tandis que les microblogs ont connu un développement spectaculaire, a rapporté lundi le Centre d’information sur l’internet en Chine (CNNIC). « En 2011, les microblogs ont connu un développement rapide et près de la moitié des internautes (48,7%) les utilisent », soit 250 millions de personnes, a précisé le CNNIC dans un rapport. Fin 2010, ils n’étaient que 63 millions (13,8%). Ces microblogs, appelés weibo en Chine, « sont devenus un canal important des internautes pour obtenir des informations », souligne cet organisme. Le développement des microblogs pose un problème de contrôle de l’information au gouvernement, qui parvient à censurer les sites internet assez efficacement mais ne peut empêcher la diffusion rapide de nouvelles sensibles à travers les weibo. D’une manière générale, le nombre de personnes s’informant grâce à internet en Chine n’a que peu augmenté l’an dernier, atteignant tout de même 367 millions. La proportion d’internautes cherchant des informations sur la toile a reculé, passant de 77,2% à 71,2%. Le taux de pénétration de l’internet en Chine s’élève à 38,3%, en progression de quatre points de pourcentage sur un an. Une augmentation à comparer aux six points de pourcentage de hausse enregistrés en moyenne depuis 2007, qui fait dire au CNNIC que le développement de la toile en Chine a atteint un « palier ». Les différences régionales sont très marquées: le taux de pénétration varie entre 70,3% à Pékin et 24,2% dans la province du Guizhou (sud-ouest). Les internautes chinois sont 73,4% à utiliser un ordinateur de bureau pour se connecter à internet, tandis que 69,3% se servent de leur téléphone portable et 46,8% d’un ordinateur portable. Plus de quatre internautes sur cinq sont âgés de 10 à 39 ans. Si plus de 30% des élèves et étudiants surfent sur la toile, seuls 0,7% des cadres dirigeants des entités gouvernementales et du Parti communiste le font. APS


trucs&astuces

it mag / N°243 - Du 18 au 24 janvier 2012

Windows 7

Tous les navigateurs

La touche Windows située entre Ctrl et Alt est pratique puisqu’elle permet d’accéder au menu Démarrer et à diverses fonctions de Windows. Mais si vous êtes un joueur, vous maudissez probablement cette touche car le fait d’appuyez dessus par erreur peut vous faire sortir temporairement de votre jeu. Voici donc comment désactiver cette touche. 1. Cliquez ici pour télécharger l’outil Microsoft de désactivation de la touche Windows. 2. Enregistrez le fichier.

Vous cherchez des films similaires à des films que vous aimez. Avec le service gratuit de recommandations de films Movie Like, c’est facile. 1. Dans votre navigateur Web, rendez-vous à l’adresse http:// www.movielike.fr

Désactiver la touche Windows

Trouver un film à son goût

3. Une fois le téléchargement terminé, exécutez le fichier téléchargé.

2. Saisissez le titre d’un film que vous appréciez et cliquez sur son nom.

4. Dans l’assistant qui s’ouvre, cochez la case J’accepte et cliquez sur Suivant.

5.

Une fois la solution appliquée, cliquez sur le bouton Fermer. 3. Le service vous propose alors des films similaires. Cliquez sur un titre pour afficher un résumé et accéder à sa bande annonce.

6.

Cliquez sur Oui pour redémarrer votre ordinateur.

7. Désormais, lorsque vous appuierez sur la touche Windows, rien ne se passera. Pour la réactiver, téléchargez et exécutez cet outil Microsoft qui effectue l’opération inverse du précédent.

12


Du 18 au 24 janvier 2012 - N°243 / it mag

trucs&astuces

Windows 7

Tous les navigateurs Web

Windows Media Center est une interface qui vous permet d’accéder facilement et de manière visuelle à vos images, musiques et vidéos depuis Windows 7. Si vous servez principalement de votre ordinateur comme une station multimédia, vous pouvez faire de Windows Media Center votre interface par défaut à la place du Bureau de Windows. 1. Cliquez sur le bouton Démarrer. Saisissez windows media dans le champ de recherche.

Lorsque vous insérez une signature dans vos messages Gmail, celle-ci est placée en bas du message en cours de rédaction, y compris lorsque vous répondez à un message et que ce dernier est inséré dans votre email. Voici comment afficher votre signature au dessus des réponses et pas en dessous. 1. Connectez-vous à votre messagerie Gmail. 2. Cliquez sur le menu Options puis sur Paramètres de messagerie.

Démarrer automatiquement Placer la signature Gmail au dessus des réponses windows media center

2. Dans la zone Programmes, cliquez sur Windows Media Center.

3.

3.

Cliquez sur Labos.

Allez dans la rubrique Tâches et cliquez sur Paramètres. 4. Descendez dans la page et localisez l’option Options supplémentaires pour votre messagerie.

4.

5.

Cliquez sur Général.

5.

Sélectionnez l’option Activer.

6.

Cliquez sur Enregistrer les modifications.

Cliquez sur Démarrage et comportement de la fenêtre.

6. Cochez la case Démarrer Windows Media en même temps que Windows. 7. Désormais, lorsque vous répondrez à un message, votre signature sera affichée sous votre texte et au dessus des réponses précédentes. 7.

Cliquez enfin sur Enregistrer.

13


commentçamarche

it mag / N°243 - Du 18 au 24 janvier 2012

Exécuter un ancien logiciel sous Windows 7 Une grande nouveauté de Windows 7 est le mode Windows XP. Pour rappel, ce mode permet de lancer toutes les applications Windows 16 et 32 bits et de disposer gratuitement d’une licence de Windows XP SP3 exploitable au sein d’une machine virtuelle. L’intégration de XP dans Windows 7 est particulièrement réussie. On peut installer des raccourcis vers des applications Windows XP directement dans le menu Programmes de Windows 7. Ces applications s’exécutent alors dans leur propre fenêtre comme si elles étaient pilotées par Windows 7. Si l’on dispose de deux écrans, on peut également faire tourner Windows XP sur un écran et Windows 7 sur le second. Attention toutefois, certaines restrictions s’appliquent à ce mode. D’une part, il s’appuie sur les fonctions matérielles des processeurs, par exemple les fonctions Intel Virtualisation Technology pour les processeurs Intel et AMD-V pour les processeurs AMD. Or tous les processeurs (surtout du côté de chez Intel), ne disposent pas de ces fonctions. Vous devrez donc aller faire un tour dans le BIOS de votre ordinateur pour vérifier la présence de ces fonctionnalités et pour les activer. D’autre part, le mode Windows XP est uniquement disponible dans les éditions Professionnelle et Intégrale de Windows 7. Pour les autres, il faudra vous tourner vers le mode de compatibilité de Windows, toujours d’actualité et qui résout bon nombre de problèmes. Un mode qui dans Windows 7 a été étendu à Windows XP et à Windows Vista, dans toutes leurs déclinaisons (XP et Vista SP1, XP et Vista SP2, XP SP3).

2. Dans la fenêtre qui s’ouvre, cochez la case J’accepte les termes du contrat de licence et cliquez sur Suivant. 3. Modifiez si besoin le dossier d’enregistrement de la machine virtuelle (avec Parcourir)

3. Choisissez ensuite la langue de votre système, French pour le français.

Activer l’accélération de la virtualisation par le processeur N’hésitez pas à vous référer à la documentation de votre ordinateur ou de votre carte mère pour savoir comment accéder au BIOS et activer la virtualisation assistée par le processeur. 1. Pour un BIOS AMI par exemple, redémarrez votre ordinateur puis accédez au BIOS en pressant sur la touche Suppr.

4. Choisissez un mot de passe pour protéger ce Windows XP et confirmez-le. Cliquez sur Suivant.

4. 5. 6.

Cliquez sur le bouton Windows XP Mode. Téléchargez le fichier (il pèse 500 Mo environ). Une fois le téléchargement terminé, exécutez-le.

2. A l’aide des flèches de direction du clavier, allez dans la rubrique Advanced puis dans CPU Configuration.

5. Sélectionnez l’option Protéger mon ordinateur en activant les mises à jour automatiques et cliquez Suivant. 7. 8.

Cliquez deux fois sur Suivant. Une fois la copie des fichiers finie, cliquez sur Terminer.

Télécharger et installer Virtual PC Le logiciel Virtual PC est nécessaire pour faire fonctionner le mode Windows XP. Vous pouvez le télécharger sur le site de Microsoft. 1. Retournez sur la page indiquée précédemment et sélectionnez de nouveau votre système et votre langue.

3. Placez-vous sur l’option Virtualization Tech. Appuyez sur Entrée, sélectionnez l’option Enabled et validez par Entrée 4. Pressez alors la touche F10 puis sur Y pour enregistrer la modification et redémarrer votre ordinateur. 2. Cliquez sur Windows Virtual PC. 3. Téléchargez le fichier. 4. Exécutez-le en cliquant sur Ouvrir. 5. Cliquez sur Oui. 6. Cliquez sur J’accepte. 7. Une fois l’installation terminée, cliquez sur Redémarrer maintenant pour redémarrer votre ordinateur.

6. 7.

Cliquez enfin sur Démarrer l’installation. L’ordinateur virtuel sous Windows est alors mis en place.

Configurer Windows XP Mode Dans un premier temps, vous devez configurer le mode Windows XP Mode en choisissant un mot de passe administrateur, en configurant les mises à jour automatiques, etc. 1. Cliquez sur le bouton Démarrer, sur Tous les programmes, sur Windows Virtual PC puis sur Windows XP Mode. Télécharger et installer Windows XP Mode Vous pouvez télécharger gratuitement Windows XP Mode sur le site de Microsoft. 1. Rendez-vous sur cette page : http://www.microsoft.com/windows/virtual-pc/download.aspx.

8. Une fenêtre Windows XP Mode est ouverte : vous êtes sous Windows XP.

2. Sélectionnez votre version de Windows, Ultimate 64 bits par exemple dans la liste Select system.

Vous pouvez alors utiliser Windows comme si vous étiez devant, la différence étant qu’il se trouve dans une fenêtre.

Utiliser Windows XP Mode

14


Du 18 au 24 janvier 2012 - N°243 / it mag

commentçamarche

7. Par défaut, Windows XP est mis en veille lorsque vous fermez sa fenêtre. Vous pouvez modifier ce comportement dans la rubrique Fermer.

Vous pouvez installer les mises à jour Windows Update, installer les logiciels de votre choix : la connexion Internet est active. Vous avez accès au lecteur CD, à votre clé USB ainsi qu’à vos disques durs dans l’Explorateur. Lorsque vous avez terminé, fermez Windows XP Mode en fermant simplement sa fenêtre pour le mettre en veille.

Pour l’arrêter complètement, cliquez sur le menu Ctrl + Alt + Suppr puis sur Arrêter le système. Cliquez sur OK.

8. Pour choisir les éléments à intégrer à Windows XP (votre imprimante, vos disques durs, etc), cliquez sur Fonctionnalités d’intégration. Cochez les cases devant les éléments à activer et décochez les cases devant ceux à désactiver. 9. Cliquez enfin sur OK pour appliquer les modifications. Elles seront effectives dès le prochain lancement de Windows XP. Activer les réglages avancés

Pour ouvrir de nouveau une fenêtre Windows XP, cliquez sur le bouton Démarrer, sur Tous les programmes, sur Windows Virtual PC puis sur Windows XP Mode.

Par défaut, le mode Windows XP utilise 512 Mo de RAM. Vous pouvez lui attribuer plus de mémoire vive, mais également le configurer pour utiliser une image disque ISO à la place du lecteur CD, ne pas enregistrer les modifications effectuées au système avec les disques d’annulations, configurer la fermeture de la machine virtuelle, etc. 1. Eteignez complètement le mode Windows XP (menu Ctrl + Alt + Suppr puis cliquez sur Arrêter le système).

Exécuter un programme récalcitrant Un programme ou un jeu conçu pour une version précédente de Windows ne fonctionne pas ou pas bien sous Windows 7 ? Avec l’assistant de compatibilité, vous pouvez essayer de le lancer comme s’il était sous une autre version de Windows. et assistant est présent dans toutes les éditions de Windows 7. 1. Cliquez avec le bouton droit de la souris sur le raccourci ou l’exécutable du programme récalcitrant et cliquez sur Propriétés.

Ajouter un logiciel XP au menu de Windows 7

2. Cliquez sur le bouton Démarrer, sur Tous les programmes, sur Windows Virtual PC puis sur Windows Virtual PC.

Lorsque vous installez un logiciel dans la machine virtuelle sous Windows XP, son raccourci est automatiquement ajouté au menu Démarrer de Windows 7 lorsque vous fermez Windows XP Mode. 1. Ce raccourci vous permet donc de lancer directement le logiciel dans une fenêtre Windows XP Mode depuis le menu Démarrer de Windows 7.

2.

Ouvrez l’onglet Compatibilité.

3. Cliquez sur la machine virtuelle Windows XP Mode et cliquez sur le bouton Paramètres. 3. Cochez la case Exécuter ce programme en mode de compatibilité et choisissez le système pour lequel le logiciel a été créé.

2. Dans certains cas, le raccourci n’est pas ajouté. Pour corriger cela, dans la fenêtre de Windows XP Mode, cliquez sur le bouton Démarrer, sur Tous les programmes, cliquez avec le bouton droit de la souris sur le dossier contenant les raccourcis à récupérer sous Windows et cliquez sur Explorer. 3. Coupez le dossier via le menu Edition, Couper.

4. Cliquez sur Mémoire et modifiez si besoin la quantité de mémoire vive allouée à la Windows XP. 5. Cliquez sur Lecteur de DVD. Vous pouvez choisir d’utiliser un autre lecteur physique, ou bien d’utiliser une image ISO.

4. Ajustez si besoin les paramètres de ce mode suivant les recommandations du logiciel et cliquez sur OK.

4. Ouvrez le dossier C:\Documents and Settings, All Users, Menu Démarrer et Programmes. 5. Collez alors vos raccourcis via le menu Edition, Coller. 6. Fermez la fenêtre Windows XP Mode. Votre raccourci est alors ajouté au menu Démarrer de Windows 7. Déroulez le menu Démarrer, Tous les programmes, Windows Virtual PC, Windows XP Mode Applications et cliquez sur le logiciel à lancer. 7. Le logiciel est alors lancé sous Windows XP dans une fenêtre de Windows 7. C’est totalement transparent !

6. Cliquez sur Disques d’annulations puis cochez la case Activer les disques d’annulations. Les modifications que vous ferez sous Windows XP seront enregistrées à part. A tout moment, vous pourrez intégrer ces modifications à Windows XP et les rendre permanentes ou bien les annuler et retrouver votre système comme il était avant le disque d’annulations.

15


publicité

it mag / N°243 - Du 18 au 24 janvier 2012

itmag_243_min  

« La 3G pour le 2 e semestre » et « un MnVO pour Algérie Poste » Le docteur Belgacem Haba, inventeur dans la microélectronique, à IT Mag InT...