Issuu on Google+

DOSSIER COGÉNÉRATION

Problèmes liés à l’usage du bois

pour la cogénération Vincenzo Gerardi – ICQ Srl

Quels problèmes peuvent se poser suite à un usage énergétique de la biomasse ? Les caractéristiques intrinsèques de la biomasse peuvent impliquer des difficultés qui en réduisent la disponibilité effective pour un usage énergétique intensif.

Italie

L’un des tout premiers problèmes de l’utilisation de la ressource dans le territoire italien est sa répartition dans des zones mal desservies sur le plan routier et désavantagées du point de vue morphologique. Sur la photo, un paysage classique de l’Ombrie.

Les principales difficultés sont majoritairement dues à :  La large dispersion de la ressource sur le territoire, souvent dans des zones géographiquement défavorables et desservies par une infrastructure routière insuffisante ;  Le caractère saisonnier de la production de la biomasse (sauf pour les bois issus de l’activité industrielle), la difficulté du stockage et de la conservation du combustible végétal sur une longue période, lorsqu’une une teneur en humidité supérieure à 15% se manifeste (problèmes de fermentation, olfactifs et de sécurité du travail) ;  La faible densité énergétique

(environ 10 fois moins que celle du pétrole), et la variabilité de la granulométrie (de la sciure aux bûches), qui rendent nécessaires différents dispositifs de transport ;  La concurrence avec d’autres filières de production (coût d’achat majoré), comme par exemple pour la paille requise par le secteur de l’élevage intensif d’animaux (avicole, des cochons, des bovins) et par certaines cultures en serre ou bien pour les résidus du travail du bois qui intéressent aussi le secteur de la production de panneaux, et de l’isolement thermique dans le bâtiment ;  La faible prédisposition de la population et des administrations locales à

voir s’installer sur leur territoire des implantations de grande taille. Ce comportement peut être dû au fait, pour le moins dans le contexte méditerranéen, que dans ces installations soient utilisées non seulement des biomasses non traitées, mais aussi des déchets plus dangereux de différentes natures, et à la crainte que la nécessité de repérer une grande quantité de biomasse puissent provoquer des déséquilibres territoriaux locaux ou bien encore que les retours économiques directs aillent au profit d’opérateurs extérieurs, face à des inconvénients strictement locaux pour l’environnement ;  La difficulté de structurer économiquement les installations énergétiques à biomasse pour qu’elles maintiennent leur solidité financière même après l’échéance des aides économiques relatives à l’énergie produite ;  La difficulté de garantir les requis économiques et d’organisation exigés par les banques pour instruire des procédures de financement des coûts d’investissement très élevés.

M. TERRADURA

Pour mieux évaluer les problèmes ultérieurs qui pourraient surgir suite à l’adoption du bois comme source de production de d'énergie électrique, il est opportun de rappeler les objectifs que l’on se pose au moment de la réalisation d’une installation de cogénération. Celle-ci ne doit pas être conçue simplement comme une installation en mesure de produire simultanément de l’énergie thermique et électrique, mais il faut qu’il y ait effectivement un besoin des deux formes d’énergie audelà du contexte productif de l’installation énergétique même. En d’autres termes il ne faut pas parler d’usage cogénératif d’une installation si une des deux formes d’énergie est totalement utilisée dans le cadre de l’installation énergétique ou si seulement une petite partie est effectivement utilisée par une clientèle extérieure. Il est nécessaire et indispensable d’identifier les usagers de l’énergie qui puissent avoir besoin d’acquérir

BOIS ENERGIE N°1/2003 22


l’énergie pour une quantité congrue pendant un temps convenable, pour ne pas courir le risque de rendre vain tout effort de projet d’optimisation énergétique et économique du cycle productif de l’installation. Il est très important que le type de clientèle soit approprié aussi du point de vue de la qualité, de façon à pouvoir faire rencontrer les exigences techniques propres de la technologie de production énergétique avec les exigences de la clientèle de l’énergie : le niveau thermique, la puissance et la typologie du vecteur thermique peuvent être déterminants pour le choix de la technologie de production d’énergie électrique. Du point de vue technologique, il est important de signaler que toutes les installations à cogénération ne sont pas adaptées quand le combustible choisi est la biomasse de bois. Les typologies d’installations énergétiques qui ont atteint un niveau de garantie acceptable se basent sur deux procédés de conversion :

KARKAN

DOSSIER COGÉNÉRATION



combustion de la biomasse avec une production de vapeur d’eau et une relative expansion dans des turbo-alternateurs ou chauffage d’huile diathermique pour le chauffage des systèmes fonctionnant avec

des turbines à vapeur avec des fluides organiques en cycles fermés;  gazéification de la biomasse et son utilisation dans des générateurs de vapeur ou dans des moteurs à combustion interne.

Un problème dérive du fait que la population et les administrations locales italiennes sont peu enclines à implanter des installations de grande taille sur leur territoire. Ci-contre, un composant d’une turbine pour installation de cogénération à vapeur aux ÉtatsUnis.


BE01/03