Issuu on Google+

A la mémoire de ABDELLAH I MBOUMAHRA SITT

AG . N° 4 . Février/Mars 2014

1


ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

2


EDITORIAL

par BOUIZAKARNE

Hajar

Le Mag, de retour !

A

près le succès qu’ont connu les trois premiers numéros publiés en 2010, et faute de passation, l’édition de l’ISITT MAG s’est arrêtée. C’est dans ce contexte-là que nous avons décidé de reprendre l’idée en lui donnant un nouveau souffle.

ment, mais plutôt une construction qui nous a mené à gravir les échelles et à collaborer dans la bonne voie, à tel point que nous avons eu l’impression de faire un seul et unique corps.

Comme dirait Henry FORD : « Se réunir est un Nous ne cacherons pas qu’au début, la tâche début, rester ensemble est un progrès, tras’est avérée assez difficile à accomplir. Or, vailler ensemble est la réussite. » notre volonté de voir mirer l’ISITT a pris le dessus, et nous nous sommes décidés à Grâce à tous ces efforts fournis, nous avons poursuivre le travail entamé naguère par enfin pu comprendre le vrai sens de l’équipe l’équipe du Club ISITT Partage. et nous sommes parvenus à mieux nous connaître. Après la fixation de nos objectifs, il a fallu à tout prix distinguer les tâches de chacun Cependant, figurez-vous, chers lecteurs, que pour rendre le travail plus efficace. Après chaque mot, chaque phrase, chaque texte tout, travailler en équipe c’est un peu comme écrit est le fruit d’un long et dur travail. faire partie d’un orchestre. Il faut que chacun connaisse sa place et joue sa partition. Ainsi, à travers notre reprise de l’ISITT MAG, nous essayons de refléter l’image de notre Être soi-même pour connaitre ses forces afin institut et de rapprocher de plus en plus le de bien les investir auprès des autres, et re- lecteur du monde du tourisme, ainsi que ceconnaitre le besoin des autres pour réussir lui de l’ISITT, à travers une multitude de ruautant ce que l’on vise que ce que l’on est. briques. Ces deux points furent les clés de la réussite et les piliers sur les lesquels nous nous L’ISITT Mag est le vôtre chers ISITIENS. C’est sommes focalisés pour acquérir l’esprit vous qui le faites et c’est seulement à vous d’équipe et travailler ensemble, ce qui veut qu’il appartient. dire tout simplement « être ensemble ». Le résultat de notre travail est entre vos Malgré nos craintes, malgré nos différences, mains à présent. Alors, préparez-vous et atmalgré nos tensions, et malgré nos opinions tachez vos ceintures, car ce que vous vous contradictoires, nous sommes arrivés à re- apprêtez à lire enflammera sans faute votre jeter toute sorte d’écart pour laisser place sentiment d’appartenance à l’ISITT. Du à une affinité qui semble grandir de jour en moins, nous l’espérons. jour. Nous nous sommes rendu compte que tra- Finalement, nous espérons que le contenu vailler ensemble n’a jamais été considéré du magazine vous enchantera et sera au nicomme affaire de bonnes volontés seule- veau de vos attentes.

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

3


ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

4


ISITT MAG’ Email: info@iic-isitt.com Adresse: ISITT INNOVATION CLUB, BP : 1651, Baie de Tanger, TANGER ISITT Magazine, est une publication mensuelle éditée par ISITT Innovation club.

Rédactrice en chef : BOUIZAKARNE Hajar

Assistant de rédaction : ETTAHIRI Mouna

Conception graphique : EL ABBASSI Yahya

Rédacteurs :

ALOUTE Yousra BENJELLOUN Kenza SLIMANE Inass MHARZI Oumaïma

Photographie :

DOUKKALI Rania

Caricatures :

EL OTMANI Imane

Relations publiques : TANJALI Othman NACIR Soukaïna

© 2014, Isitt Innovation Club. Toutes reproduction, représentation, traduction, ou adaptation, qu’elles soient intégrales ou partielles, quels qu’en soient le procédé, le support, ou le média, sont strictement in-

SOMMAIRE 03 03

ÉDITORIAL

06

À LA MÉMOIRE DE ABDELLAH BOUMAHRA

08 08 09

ACTUALITÉS

Le MAG, de retour!

Actualités du tourisme Actualités de l’ISITT

10 10 11

DÉCOUVERTE D'UNE VILLE

12 12

PARCOURS D'UN ISITIEN

16 16

Asilah, la charmante Les lieux à visiter

Abderrahman Errihi

MÉTIER L’agent de voyages

18 IL ÉTAIT UNE FOIS 18 Khatri Ould Said Joumani 20 DIVERS 20 Choofouny 22 Les chroniques de Hammouda : La bourse 24 Nos coups de cœur 25 Citations à thème : Le bonheur 26 Zapping 28 Carte Blanche 29 Annonces 30 Les mots de l’équipe

P.10

Découverte d’une ville

P.12

Parcours d’un isitien

P.16

Métier : agent de voyages


A la mémoire de Abdellah BOUMEHRA C’est dans la logique des choses qu’une partie de ce présent numéro est consacrée à la mémoire de Abdellah, puisqu’il est avant tout le président du club qui a initié l’ISITT MAGAZINE, en 2010. C’est aussi quelqu’un qui a énormément donné à l’ISITT et qui n’a pas manqué de marquer son passage à L’ISITT. Et finalement, car sans lui, nous ne serons probablement pas là où nous sommes au moment où j’écris ces lignes. J’ai fait la connaissance de Abdellah pendant l’été 2013, quand l’IIC et le MAG’ n’étaient que des idées dont le mode d’exécution n’était pas encore clair. En cette période-là, je me suis trouvé en tant que président de ce club qui faisait ses premiers pas, en besoin de conseils et c’est là que je me suis tourné vers Abdellah qui a répondu favorablement à toutes mes requêtes et qui n’a pas hésité une seule seconde à m’offrir tout ce qu’il avait à offrir : son temps, son énergie, son expérience. Nous lui devons énormément, et parmi ce que nous lui devons, il y a le logo même de notre club. Ainsi, le souvenir de Abdellah perdurera avec nous, et bien après nous, parce que son travail, à lui et à son équipe, nous a poussés, 4 ans après, à continuer sur le même chemin qu’ils ont arpenté jadis : celui de la création et de la créativité. Il savait que les ISITIENS des quatre coins du globe comptaient sur nous, c’est pourquoi il n’a cessé de me le rappeler. Vous portez le flambeau d’une noble lettre, me disait-il. Je suis content de voir cette noble lettre arriver à destination, grâce aux efforts ardus de l’équipe de l’IIC. La progéniture de Abdellah et de tous les autres membres du CIP renaît de ses cendres, et en cette renaissance réside la concrétisation de l’espoir de Abdellah qui croyait en nous et en notre capacité de faire un travail plus que respectable. En l’espace de quelques mois, tu as pu me marquer indéfiniment. Malgré la maladie, tu t’es toujours montré disponible et encourageant. Nous te dédions ce numéro et tous les numéros à venir de l’ISITT MAG, et nous te promettons d’y mettre cœur et âme. Repose en paix, cher ami. Merci pour tout. Ton ami virtuel, Yahya EL ABBASSI

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

6


Je n’ai jamais pensé qu’on me demandera d’écrire un hommage pour Abdellah après sa mort... j’ai peut-être pensé qu’on lui rendra hommage en sa présence pour tout ce qu’il a apporté à l’ISITT, pour tout ce qu’il a partagé avec ses amis et camarades... Sa mort était un choc, surtout que j’avais cru à sa guérison après l’avoir vu « pour une dernière fois » quelques mois avant son décès à Agadir. Il était, comme nous l’avons toujours connu : ambitieux, plein de vie avec plein de projets en tête ; il pensait à faire un master en parallèle avec son travail... on ne s’ennuyait jamais à ses côtés. Il nous a quittés très tôt, mais je sais qu’il sera bien là où il se trouve... Sa présence manquera à tous ceux qui l’ont côtoyé et connu, mais il restera présent à travers ses exploits, entre autres « ISITT MAG »... Merci à vous pour cette initiative et très bon courage. Raja FOURA, ancienne rédactrice à l’ISITT MAG Nous sommes extrêmement affectés par le décès de notre collègue BOUMEHRA. Le choc est tellement inattendu que nous restons sidérés et terriblement tristes. Sa disparition brutale laisse un grand vide. Nous gardons le souvenir d’une personne sincère, disponible, dévouée et passionnée que caractérisait son intelligence d’esprit et de coeur. J’ai partagé plein de moments avec Abdellah, lors des réunions, des activités de rédaction des 3 éditions de l’ISITT MAG, et je suis vraiment triste de son départ. Pour moi Boumehara est lié à jamais aux éditions spéciales de l’ISIT Magazine qu’on avait orchestrées ensemble sans jamais perdre son calme même dans les moments de grand stress. Pour avoir vécu tant de moments privilégiés sur ISITT MAG avec lui, avec vous, j’exprime et à l’adresse de notre équipe fondatrice et à la nouvelle équipe mes très profondes condoléances. J’implore le Tout Puissant de rétribuer amplement le défunt, de l’agréer parmi ses serviteurs vertueux et de l’accueillir dans son vaste paradis. Nous sommes à dieu et à lui nous retournons. Lamiae CHIBANI, ancienne rédactrice à l’ISITT MAG ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

7


ACTUALITÉS Tourisme 10,46 millions : nouveau record de touristes au Maroc en 2013 :

L

’activité touristique a enregistré sur l’ensemble de l’année 2013 une hausse de 7%, ce qui a fait monter le nombre de visiteurs au Maroc à 10,46 millions, un record. Rien qu’en décembre, l’activité a affiché une progression de 12% des arrivées aux postes frontières. Le volume des arrivées des Touristes Etrangers de Séjours (TES) aux postes de frontières a affiché une hausse de 15% comparé à décembre 2012. Ainsi, les principaux marchés qui ont connu des hausses niveau arrivées sont l’Allemagne, l’Italie, la Grande Bretagne, la France, et l’Espagne avec respectivement +22% , +21%, +17%, +9% , et +5%. Sur l’ensemble de l’année, les marchés allemand, anglais et italien ont enregistré respectivement des progressions cumulées de +13%, +12%, et +15%, alors que les arrivées côtés français et espagnol ont progressé de +4% par rapport à 2012. Quant au taux d’occupation pour l’année 2013, il a été de 43% à fin 2013, soit une croissance de trois points par rapport à fin 2012. En ce qui concerne les rentrées d’argent, les chiffres provisoires montrent que l’activité a généré 57,5 milliards de dirhams en 2013, soit un léger recul de -0,5% par rapport à 2012. Source : Yabiladi

La nouvelle taxe aErienne :

L

a taxe sur les billets d’avion a été définitivement adoptée au Maroc. Elle entrera en vigueur au 1er avril prochain, soit à l’ouverture de la saison d’été. Contre l’avis des compagnies aériennes, le gouvernement marocain a définitivement adopté la taxe sur les billets d’avion réclamée par les professionnels du tourisme. La taxe aérienne pour la solidarité et la promotion touristique s’élèvera à 100 dirham pour la classe économique et à 400 dirham pour les classes Affaires et Première sur les vols internationaux. Cette taxe a pour but de promouvoir la destination qu’est le Maroc via « l’élargissement de l’assiette de la taxe de promotion touristique à l’ensemble des acteurs », et donc dès 2014 aux compagnies aériennes.

LES NOUVEAUX HÔTELS AU MAROC :

F

OUR SEASON RENFORCE SA PRÉSENCE AU MAROC Après Marrakech et Casablanca, le groupe canadien annonce l’ouverture d’un troisième hôtel à Agadir, prévu pour 2016, après le Four Seasons Resort Marrakech, ouvert depuis juin 2011, et le Four Seasons Hôtel Casablanca, prévu pour 2014. L’établissement sera doté de 132 chambres et suites, et de 56 Four Seasons Private Residences.

L

E ROYAL PALM DE MARRAKECH OUVRE SES PORTES Le tout dernier né du groupe Beachcomber a ouvert ses portes le 11 décembre 2013, non loin de Marrakech. Le Domaine Royal Palm se situe sur la route d’Amizmiz, à 12 km au sud de Marrakech. Dans un immense domaine de 213 hectares, le Domaine Royal Palm comprendra un hôtel de luxe avec 135 chambres et suites ainsi que des villas (107 lots) vendues à des particuliers à partir de 450.000 euros. Le site dispose aussi d’un golf de 18 trous et d’un spa qui sera achevé en avril 2014, tout comme le restaurant gastronomique. La première année, le groupe vise 50% de taux de remplissage et propose une offre de lancement jusqu’en avril 2014 avec des réductions allant jusqu’à 30%. Côté clientèle, le Royal Palm vise le marché européen francophone, mais ne s’interdit pas l’Europe du Nord.

Source : Air-Journal.fr

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

8


ACTUALITÉS ISITT Séminaire inaugural du cycle supérieur : Pour mieux former les futurs managers de l’ISITT :

L

’année universitaire 2013-2014 accueille la troisième édition du « Séminaire Inaugural de Cycle supérieur de l’ISTT », qui s’est tenu sur trois jours, du 23 au 25 octobre 2013. Le lancement a été fait par le directeur de l’institut, M. Mouhtaj, qui a fait une présentation du séminaire inaugural et de ses objectifs. Par ailleurs, en plus des professeurs de l’ISITT, plusieurs professionnels ont été invités au séminaire pour y participer et partager leur expertise avec les futurs managers de l’ISITT. Les principaux thèmes de cette édition du séminaire inaugural ont été : • Tourisme, société et loisirs • Le Marketing Sensorial et son application en hôtellerie • Le démarrage et le repositionnement d’un établissement hôtelier • Tourisme, culture et territoire

Les formations

Le Mandarin fait des émules :

D

ans le cadre de la promotion de l’image de l’ISITT, et le renforcement de la relation Maroc-Chine, notre institut a accueilli une délégation chinoise composée d’étudiants, professeurs et de responsables du centre Confucius à Rabat, inauguré au Maroc le 3 décembre 2009. La conférence a débuté par une présentation de la délégation faite par le directeur de l’ISITT, Monsieur Abdelhak Mouhtaj, puis la mission du centre et ses ambitions qui ont été encore plus éclaircies par l’accompagnant de la délégation. Ensuite, la directrice du centre a profité de l’occasion pour nous faire découvrir la culture chinoise, tâche dans laquelle elle s’est faite aider par les professeurs qui ont eu l’amabilité de donner aux présents une leçon en mandarin. Ceci dit, les étudiants se sont montrés tellement enthousiastes envers cette culture, la meilleure preuve est le pont qui s’est tissé entre les étudiants de l’ISITT et l’institut Confucius, ce qui a dissipé toutes les différences et les stéréotypes.

L'ISITT a accueilli aussi plusieurs autres formations comme la YES GREEN et la formation «Finding a job is a job» Soirée miss Mister La soirée serait pour fin très bientôt. On savait déjà que sa préparation a commencé très tôt pendant le premier semestre. Ça promet! Soirées thématiques

Il est prévu que les soirées thématiques des MOHR2 commenceront le 22 mars. Nous serons là pour les couvrir, pour que vous soyez à jour avec un deuxième semestre mouvementé

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

9


DÉCOUVERTE D’UNE VILLE

par BENJELLOUN

Kenza

Asilah, la charmante Au sud de Tanger, sur la côte atlantique, Asilah est une ville d’artistes réputée pour sa médina, ses remparts et sa vie culturelle très animée. Ce n’est pas un hasard si la médina d’Asilah a obtenu le prix Agha Khan d’architecture. Ses ruelles restaurées délimitées par des maisons blanches aux volets verts ou bleus sont une pure merveille. Il était une fois Zeli :

A

silah a un passé historique mouvementé: d’origine carthaginoise sous le nom de Zêli, elle passe sous domination romaine et s’appelle ensuite Zélis. En 1471, elle est envahie par les Portugais qui la transforment en un comptoir commercial et stratégique important et l’entourent de remparts; Ils la nomment Arzila qui devient Arcila sous la domination espagnole qui s’ensuit. En 1589, libérée par le sultan saadien Ahmed

el-Mansour, elle est reprise par les Espagnols, puis à nouveau reconquise en 1691 par Moulay Ismaïl. Elle fut le fief du brigand Raïssouni jusqu’à la Première Guerre mondiale. Elle passe ensuite sous Protectorat espagnol avant de redevenir marocaine à l’Indépendance en 1956 et prendre son nom actuel de Asilah.

La médina :

Celle-ci est calme et d’une propreté admirable, La vieille ville hispano-mauresque est entourée de

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

10


DÉCOUVERTE D’UNE VILLE Asilah remparts datant de l’époque portugaise (fin XVe siècle) dont une partie donne sur les rochers surplombant la mer et une l’autre sur la cité. Trois portes magnifiques et monumentales permettent d’y entrer. Ces portes vous ouvrent le chemin pour aller visiter le cœur de la ville avec ses boutiques traditionnelles et plonger dans l’univers socioculturel de cette localité :

cès aux espaces culturels de la médina. • Bourj El Kamra Un des monuments le plus important de la médina. Cette tour carrée représente le symbole de l’architecture portugaise, un donjon du XVe siècle. • Bourj El Krekiya Autre monument repère à Asilah, en haut de cette tour, vous pourrez appréciez la vue panoramique sur l’océan. • La porte Bab El Houmar (porte de la terre) • Le grand palais de Raïssouni conduit à un dédale de ruelles bordées de rangées Date du début du XXème siècle de conception de maisons blanches aux soubassements colorés. arabe et andalouse, construit par le fameux bri• La porte Bab El Bahr (porte de la mer) donne gand Moulay Ahmed Raïssouni. Ce palais abrite un accès aux remparts. centre culturel avec des décorations internes éton• La porte Bab El Kasba, porte construite sous la nantes. domination espagnole appelée aussi « porte culturelle » car c’est par elle que vous pourrez avoir ac-

Aux alentours :

•Rmilat : A quatre kilomètres d’Asilah, immense plage au milieu de la nature sauvage. •La plage d’Asilah : Asilah est aussi réputée pour ses immenses plages de sable fin. Les promenades au bord de la corniche sont très agréables et restent assez tranquilles, même en plein été. •Vous trouverez également des activités sportives: pêche, balades à cheval ou à dromadaire.

rocains. Début août, des spectacles de rue envahissent toute la médina. Cet évènement célèbre les arts plastiques et les cultures du monde. Le palais Raïssouni et le centre Hassan II accueillent alors des conférences et des expositions. Des artistes marocains et internationaux couvrent de leurs œuvres les façades de l’ancienne médina qui ressemble alors à une galerie d’art «à ciel ouvert». Ces œuvres peuvent être admirées jusqu’au prochain festival.

La ville s’anime : le Moussem d’Asilah

Depuis les années 70, le cachet de l’endroit attire beaucoup d’artistes dont plusieurs peintres ma- RESTAURANT MIRAMAR : Spécialités de poissons et de cuisines marocaine et espagnole. - RESTAURANT AHIBAK : Une très belle terrasse, juste en face de la grande tour carrée « Al Kamra «, et à quelques mètres du Centre Culturel d’Hassan II.
 Vous offre tout un choix satisfaisant d’une cuisine variée, moderne et traditionnelle.

- HOTEL AL KHAIMA***
 RTE DE TANGER BP 101
 TEL : 05 39 41 74 28
 - HOTEL MANSOUR **
 56, AV MOHAMED V
 TEL : 05 39 41 73 90

HOTEL OUAD AL MAKHAZINE **
 RUE MELILA
 TEL : 05 39 41 70 90


ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

11


PARCOURS D’UN ISITIEN

par SLIMANE

Inass

Abderrahman ERRIHI je suis gardien de but en football et distributeur en basketball, je passe également beaucoup de temps devant mon écran afin de développer mes capacités informatiques.

Age : 23 ans Série Bac : Sciences économiques Promotion : 2008/2013 Filière : MOHR-SMOH Commençons par une petite présentation pour nos chers lecteurs. Qui est Abderrahman Errihi? Abderrahman ERRIHI est un jeune lauréat Marrakchi de l’ISITT, qui vient de commencer sa carrière au sein du groupe Accor. Agé de 23 ans, j’ai grandi dans un quartier populaire à Marrakech. J’ai eu mon Bac en 2008, filière sciences économiques, ensuite j’ai rejoint les bancs de l’ISITT pour y passer cinq agréables années. En parallèle de mes études en primaire et collège, mes parents m’ont orienté vers le Msied pour apprendre le Coran. Mon parcours scolaire allait être squelettique sans ce passage. Côté loisirs, j’avoue que je ne suis pas un chef cuisinier, mais cela n’empêche ma passion envers ce métier. J’aime aussi faire du sport :

Comment avez-vous découvert l’ISITT ? J’ai appris l’existence de l’ISITT grâce à l’association « Al jisr ». Cette dernière présente aux nouveaux bacheliers les écoles supérieures et universités marocaines, ensuite elle les assiste et les accompagne pour intégrer l’école qui leur convient le mieux. L’ISITT, était pour vous un choix, ou une issue ? Bon, après avoir postulé à plusieurs écoles de différents domaines, j’ai été sélectionné pour passer le concours de l’ISITT, et j’ai été admis en même temps à L’ISTA Marrakech et l’EST Essaouira, le choix s’est donc limité à ces trois écoles. J’ai choisi en fin de compte l’ISITT pour sa bonne formation, mais aussi parce que le tourisme est le secteur dominant dans ma ville natale. J’avais également envie de sortir du cocon familial en poursuivant mes études supérieures dans une ville différente, mener un nouveau mode de vie, découvrir le monde et entamer une nouvelle aventure.

Marrakech-Tanger. On a presque oublié qu’on voyageait pour passer le concours écrit puisque l’association (AlJisr) a programmé pour notre séjour des visites de la ville et de ses environs : plages, grotte d’Hercules, Cap Spartel.... Ce n’est que la veille du jour J qu’on s’est rendu compte qu’il fallait repasser sa chemise et son pantalon, étant donné que le but du voyage était tout d’abord l’épreuve du concours à passer (rires). Je ne me rappelle pas très bien du jour de l’écrit, mais je me souviens que pendant la pause entre deux épreuves on s’est allongé sur le gazon, et on s’est demandé si l’on pouvait cueillir les fruits de l’avocatier situé près de l’administration (rires). Pendant vos premières années, étiez-vous satisfait de l’Institut ? À vrai dire, j’étais satisfait depuis mes premières semaines à l’ISITT. Les espaces verts, l’ambiance au foyer, les étudiants qui jouaient au foot et au basket, d’autres qui

Je me disais toujours que j’étais dans la bonne place

jouaient de la guitare… ça me paraissait tellement plaisant que j’ai cru être dans une université canadienne (rires). J’ai été aussi Avez-vous toujours en mémoire agréablement surpris par les trades souvenirs du concours d’ac- vaux pratiques des MOHR. Chez moi, j’avais l’habitude d’aider ma cès ? Bien sûr ! Je m’en souviens comme mère au ménage, en cuisine… ci cela datait d’hier : l’ambiance mais à l’ISITT, tout est appris seformidable tout au long du trajet lon les règles de l’art.

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

12


PARCOURS D’UN ISITIEN Errihi Abderrahman Je trouvais beaucoup de plaisir lors de ces périodes de travaux pratiques, vu que c’était un moyen qui nous permettait de changer de cadre et de se retrouver entre camarades en dehors de la classe. À cette époque, le restaurant et la cuisine pédagogique de l’ISITT n’étaient pas encore prêts, alors on faisait nos TP à l’école hôtelière Ain Ktiouet. On prenait le minibus à 15 h00 munis du matériel, des tenues et de la marchandise. Après le bon déroulement du service restaurant et cuisine, on revenait à l’Institut pleins d’énergie débordante tout en écoutant des morceaux de musique et en dansant tout au long du trajet. On revenait KO. Je me disais toujours que j’étais dans la bonne place, je m’amusais tout le temps, mais je n’oubliais pas d’étudier aussi. Je peux vous dire que durant tout mon parcours à l’ISITT, je ne me suis pas absenté plus de 5 fois sans justificatif (rires). Racontez-nous votre bizutage Avant d’intégrer l’ISITT, j’avais déjà une idée de ce qui m’attendait. On nous a prévenus que c’était un moyen pour faciliter l’intégration des nouveaux et leur souhaiter la bienvenue d’une manière bien particulière. J’ai fait pendant mon bizutage des dizaines de déclarations d’amour, raconté des centaines de blagues, j’ai chanté, j’ai dansé… Je me rappelle qu’un jour après l’inscription j’étais au Mnar Park en compagnie de ma mère et des amis de l’association, un étudiant « Excellence » m’a reconnu et s’est dirigé vers moi pour s’assurer que je me rappelais toujours de son prénom, ce n’était pas le cas, il m’ordonna alors de faire des pompes. J’ai regardé ma mère pour voir sa réaction, et quelle fut ma surprise quand elle

me dit : « Iwa ach kat tsenna ? » (rires).

après à partir du J-2 c’est le premier coup de feu qui commençait en cuisine et à l’économat : travaux préliminaires…on travaillait de 22h jusqu’à 7h du matin vu que les locaux étaient occupés par les autres classes d’autres niveaux toute la journée. Ensuite venait le vrai coup de feu du jour J, où l’ensemble de la classe avait certes plusieurs tâches à accomplir mais un seul objectif : réussir ! Autre chose à ajouter, c’est qu’on ne faisait pas uniquement de la cuisine et un service au restaurant, mais c’est bien plus que cela ; on se convertissait en menuisiers, forgerons, animateurs, créateurs, neggafat (rires)… Les projets thématiques étaient aussi marqués par l’aide précieuse que nous donnaient les étudiants des classes concurrentes ou de branches différentes, ceci traduisait en claire la solidarité dont faisaient preuve les étudiants ainsi que l’ambiance agréable qui régnait à l’ISITT.

Quel est le professeur qui vous a marqué le plus ? Chaque professeur m’a offert un petit plus pendant mon passage à l’ISITT. Je me suis inspiré de tous mes professeurs pour forger ma personnalité. M. Sebti m’avait marqué par son savoir-être, son calme et son professionnalisme... Après lui vient M. Mahmoudi, et c’était très différent avec lui. Grâce à lui, j’ai pu élargir mon champ de réflexion, son ton ainsi que sa manière d’expliquer me plaisaient. En Master, M. Moufid. C’est une personne stricte, sérieuse, avec un certain prestige. Sa séance était la seule, ou presque, durant laquelle aucun des étudiants de ma classe ne s’absentait. Sans oublier M. Nacer, M. Afquir, M. Chagdali... chaque professeur a sa touche. Je profite de cette occasion pour remercier tous les professeurs de l’ISITT qui m’ont ouvert les horizons et devant qui j’ai grandi. Lors de votre passage à l’ISITT, vous étiez un étudiant très actif, racontez-nous A l’ISITT, je ne me Pendant mes deux premières suis pas absenté plus de années, je trouvais toujours le moyen pour m’impliquer dans 5 fois sans justificatif les activités en tant que collaborateur. Ce n’est qu’en troisième et en quatrième année que mon Et la matière ? champ d’action s’est élargit. Je Je dirais que l’élément de mo- suis devenu membre fondateur dule qui m’a marqué le plus était de l’ISITT Manager’s Club, l’asrelatif aux projets thématiques. sociation des étudiants qui a orOn faisait les mains et les pieds ganisé le premier forum de l’empour réussir notre soirée et riva- ploi en tourisme, hôtellerie et liser ou plutôt défier les autres restauration à l’échelle nationale classes. On se sentait vraiment sous sa première et deuxième dans le métier, puisqu’il fallait ré- édition. Je faisais partie aussi des aliser une soirée sous un thème membres de l’amicale New Geprécis. On se répartissait selon neration (NG’s) dont la vocation un organigramme imposé par la consistait à la conception, l’exédirection et on passait à l’action cution et l’animation des activi: choix du menu, choix du décor, tés para universitaire au sein de des tenues, de l’animation… l’Institut. Avec une équipe d’élite,

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

13


PARCOURS D’UN ISITIEN Errihi Abderrahman

on a organisé des séminaires, des journées sportives, des soirées, on a redonné naissance à l’atelier ciné-club, à l’invité spécial … etc. les activités à l’intérieur et à l’extérieur de l’ISITT sont tellement nombreuses qu’il me serait difficile de les énumérer toutes. A titre anecdotique, lorsque le foyer des étudiants était en plein chantier, on faisait la diffusion des matches dans le restaurant qu’on aménageait pour cette fin. En cuisine, on préparait des quiches, des tartes et des chaussons qu’on vendait pour rembourser les frais des installations techniques et logistique … C’était la finale de la copa del Rey qui opposait le Barça au Real Madrid. Le match s’est conclu par la victoire du Real Madrid. Alors que les supporters du Real attendaient le moment glorieux de la remise du trophée, M. Adnane (fan du Barça) a zappé brusquement vers la chaine Mohammed VI du saint Coran (rires). Les fans du real étaient fous de rage, alors

que les supporters du Barça, se tordaient de rire malgré leur défaite. Si vous pouviez changer une chose à l’Institut? Ce que je souhaiterais améliorer à l’ISITT, c’est le respect des deadlines. Je voudrais qu’il n’y est plus de retard lors de l’affichage des notes chaque semestre, qu’il n’y est plus de retard pour que les étudiants passent les rattrapages, et que les étudiants en terminal aient leur diplôme à temps pour qu’ils puissent s’introduire dans le marché du travail arme en main. Je pense que la direction est consciente du souci, et qu’elle n’hésitera pas à agir une fois la bonne formule trouvée. Après l’ISITT, c’est le tour d’Accor. Comment est-ce que vous avez atterri dans ce groupe? IBIS c’était vraiment un coup de chance. Comme dit le vieil adage, le travail sérieux paye. En fait, je venais de passer ma soutenance

le 19 juillet pour laquelle j’ai tout préparé, en la présence de ma famille et mes amis. C’était M. Nacer qui m’avait encadré. Tout s’est bien passé. Je suis resté à l’internat de l’ISITT pour faire les dernières modifications sur mon travail avant de déposer la version finale. Une fois le travail finalisé, je suis allé le déposer au bureau de la direction des études, et c’est là où tout s’est passé. En ma présence, M. AFQUIR a reçu un appel de la part du directeur de l’hôtel Ibis TCC, qui cherchait un profil commercial. Il voulait en urgence un profil de confiance, prêt à travailler sur Tanger tout en ayant une bonne connaissance des outils de travail du groupe Accor. M. AFQUIR lui a répondu, tout en me regardant, qu’il avait bien le profil qui lui convenait. Tout s’est passé très vite, j’avais du mal à y croire. Je me suis vite ressaisi, j’ai imprimé mon CV, sans me préparer à l’entretien, et je me suis rendu au bureau de M. Heissam GHUSSEIN,

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

14


PARCOURS D’UN ISITIEN Errihi Abderrahman directeur de l’hôtel IBIS. Mon expérience acquise grâce aux différents stages dans le groupe Accor m’a été d’une énorme utilité. Je peux dire que la formation au sein de l’ISITT m’a permis de me plier aisément aux exigences du marché du travail. Une semaine après, je fus rappelé par l’hôtel pour m’informer que j’étais retenu et que je commencerais le travail le 02 septembre.

Mon conseil, c’est

de vivre l’ISITT

Dans 10 ans, je me vois à la tête d’un groupe hôtelier, ayant en parallèle un projet personnel, cela pourrait être un restaurant, une structure hôtelière, ou tout simplement un site web marchand... et du côté personnel : marié avec mon oiseau rare, ayant des enfants, et menant une vie heureuse et stable. Un dernier conseil aux ISITIENS Ne vous absentez pas et soyez sérieux, parce qu’en fin de compte, vous allez mener le même mode de vie au futur : réveil à 7h du matin, se raser, mettre son uniforme professionnel et partir au travail. Je leur conseille également de profiter de leur passage à l’ISITT pour découvrir le monde, sans commettre de gaffes, de profiter de chaque minute pour développer leur connaissance et forger une forte personnalité que ce soit au niveau personnel ou professionnel. La clé du succès, pour moi, est d’entreprendre des projets, prendre du plaisir à participer aux activités, vivre des expériences en tous genres, dépasser les situations difficiles, s’amuser à volonté, et d’être l’acteur de sa vie estudiantine. Mon conseil, c’est de vivre l’ISITT.

Maintenant que vous êtes un professionnel, nous voudrions savoir ce que vous pensez du système LMD ? Je trouve que le système LMD est un système très enrichissant, qui forme des étudiants polyvalents, professionnels, ouverts d’esprit, et pouvant relever les défis de haut niveau. Je suis satisfait de ma formation, elle m’a offert tous les outils nécessaires pour embrasser ma carrière. Faisant partie de la première promotion du système LMD, on a rencontré plusieurs obstacles lors du lancement, ce qui est normale pour une première expérience, mais qu’on a pu dépasser grâce à la souplesse du staff Un dernier mot : administratif et à la flexibilité des Je tiens à remercier chaleureuseétudiants. ment ma famille qui m’a encadré, encouragé et soutenu durant Abderrahman ERRIHI dans 10 tout mon parcours scolaire et ans? universitaire.

Je dois m’estimer heureux, car j’ai eu la chance de rencontrer et d’être entouré de bons amis, de vrais amis. J’aurais souhaité les citer un par un, mais je crains que le MAG entier ne me soit pas suffisant. Nous étions toujours une équipe soudée, et c’est grâce à eux que j’ai mené à bien mon passage à l’ISITT. Chaleureuses salutation à la promotion SMOH 2008-2013. Je suis aussi reconnaissant au staff administratif et professoral, ainsi qu’à la personne qui a mérité son prénom Bba Hamid. Ils n’épargnent aucun effort pour que les étudiants passent leurs années d’études dans les meilleures conditions, et pour que l’ISITT mérite sa place en tant que centre d’excellence.

Si vous etiez... • • • • • • • • • • • • • •

Un métier : «Sbaa Snayaa» Un animal : Le caméléon Une saison : Le printemps Un prénom fém. : Malika Un prénom mas. : Abdeltif Une citation : «Saraha raha, ou madirech matkhafch» Un pays : Maroc Un film : Abdou Inda Lmourabitine Une série : Prison Break Une langue : Darija Un vêtement : La cravate Un dessin animé : Captain Majid Une boisson : Thé b’Tkhalet Un parfum : Angel By Thierry Mugler

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

15


MÉTIER

par ALOUTE

Yousra

Image : Global Travel / Shutterstock

L’AGENT DE VOYAGES : LE METTEUR EN SCÈNE L’agent de voyages ou encore agent de tourisme, connu aussi sous des appellations spécifiques  : agent de réservation ou forfaitiste, est le responsable de la mise en scène d’un produit touristique afin de le rendre adapté aux désirs de la clientèle. Au sein d’une agence de voyages ou d’un tour opérateur, l’agent de voyages a pour mission de conquérir et de conseiller le client pour le retenir à choisir le plus convenable des voyages.

“J

’aimerais passer un séjour de rêves au Maroc avec ma famille ”, c’est ainsi que du bureau d’un agent de voyages, le voyage même prend naissance.

Si l’offre proposée séduit le client, la réservation est effectuée auprès du ou des prestataires après confirmation. Une fois le règlement fait, la tâche de l’agent de voyages ne s’arrête pas ici.

Entre demandes, exigences du client, offres spécifiques négociées auprès des prestataires, l’agent de tourisme doit relever le défi pour répondre au mieux à des demandes particulières (séjours sur mesure, incentive, séminaire…) en fonctions du budget et des attentes.

En tant que metteur en scène, il doit organiser, planifier et suivre l’assistance interne et les transferts éventuels. De plus, il doit veiller à ce que le séjour se passe dans les meilleures conditions possibles. Ainsi, le client n’hésitera pas à revenir une autre fois.

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

16


MÉTIER Agent de voyages Ce poste requiert une formation adaptée et des compétences précises qu’il faut maîtriser à la perfection  : après une formation touristique de niveau bac+3, une expérience professionnelle confirmée et une pratique courante du français, de l’anglais et une troisième langue étrangère peut toujours être utile, l’agent de voyages pourra ainsi mieux mener sa mission. PLUS QUE DES COMPÉTENCES, UN SAVOIR-FAIRE : L’agent de voyages doit connaître les itinéraires de ses circuits comme les traits de sa main, il doit être doté de connaissances sur les richesses touristiques marocaines ou étrangères, selon son produit, et établir une veille sur toutes les nouveautés qui peuvent toucher de près ou de loin l’amélioration de son produit touristique. En plus, l’agent de voyages doit avoir une aisance relationnelle, un pouvoir d’anticipation et une forte capacité d’intégration : c’est à travers ce bouquet de qualités qu’on qualifiera un agent de voyages par expert dans la matière. UN MÉTIER ET UNE PASSION : Faire rêver les clients d’un voyage quelque part dans le monde : il faut être un passionné pour y réussir. Le contact avec le client reste avant tout une chose très importante, avoir une forte connexion avec lui, détecter ses motivations afin qu’il puisse croire en vous et aux produits que vous lui vendez. ACTIVITÉS SPÉCIFIQUES : • Suivre sur le terrain le bon déroulement des séjours spécifiques (séminaires, incentive…) • Représenter l’agence lors de salons,

workshops… • Participer à la conception des nouveaux produits et la réalisation des supports d’information (Brochures, CD… ) CONDITIONS DE TRAVAIL : Le travail s’effectue principalement sur ordinateur en back-office pour la mise au point des séjours, en relation avec les clients et les prestataires, via téléphone et Internet. En réceptif, le rythme d’activité est particulièrement élevé pendant les périodes de hautes saisons. Des déplacements occasionnels au Maroc et surtout à l’étranger sont possibles pour assurer des actions commerciales (forfaitiste), ou dans le cadre de la mise au point de nouveaux produits (chef de produit). LIEU D'EXERCICE : L’agent de tourisme exerce son métier dans trois catégories d’entreprises : les agences de voyages distributrices (indépendantes ou affiliées à des réseaux), les agences de voyages réceptives (accueil des touristes étrangers) et les tours opérateurs (producteurs de séjours). On trouve également des agents de tourisme chez les transporteurs (compagnies aériennes, maritimes, autocaristes pratiquant une activité touristique). ÉVOLUTION PROFESSIONNELLE : Après avoir exercé l’emploi d’agent de voyages, le titulaire peut faire du « sur mesure » ou mettre au point de nouveaux produits. Il peut évoluer vers un emploi d’animation d’une équipe d’agents puis devenir chef de produit, responsable d’exploitation ou responsable d’agence.

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

17


IL ÉTAIT UNE FOIS

Khatri ould said joumani ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

18


IL ÉTAIT UNE FOIS

Joumani le fou, Jomani le sage

Une des légendes marocaines qui nous ont accompagnés pendant notre enfance, occupant une grande place dans nos blagues. Connu pour être futé et intelligent, chacun l’a imaginé à sa propre façon, chacun a ri de ses blagues. Le mystère se manifeste, non pas dans son apparence, ou dans l’exactitude de ses gaffes et ses mésaventures, mais plutôt dans son existence. Une infinité de blagues, toutes axées autour d’un seul et unique personnage. Un homme que peu ont connu, dont certains ont entendu parler et que beaucoup ont érigé en véritable légende. C’est le fameux Khatri Ould Said Joumani. Oui, Joumani a existé, il a été un des plus grands notables de sa tribu. Indépendamment de ce qui est connu et ce qui est raconté dans les blagues, il était responsable et grand cheikh du Sahara, un statut qu’il a hérité de son père. Il a pris la relève pendant la période de la colonisation française, plus précisément 5 ans avant l’indépendance. Grâce à son tact et sa diplomatie dont il a dû faire preuve pour maintenir la stabilité dans la région, il est devenu un symbole de fierté. Il a été reçu par le roi Hassan II tel un chef d’État, comme le lui avait exprimé le défunt roi lui-même. «Je n’ai jamais reçu un Marocain comme je te reçois aujourd’hui», aurait-il lâché. En contrepartie, l’homme du Sud déclare au monarque que désormais, il lui remettait le «Sahara tel une ‘amana’ dont il avait pris soin jusqu’alors». Hassan II, très porté sur la symbolique, le couvre de son propre burnous. Khatri se baisse vers Hassan II et lui chuchote à l’oreille «ma kayench chi sriwil l’walida ?». Une première blague. Et la légende naquit…

par MHARZI

Oumaima

Sagesse ou Tromperie ?

Joumani est devenu fameux, à chaque fois affiché aux côtés du roi Hassan II. Chacune de ses apparitions en public est sujette à une nouvelle blague…Peu à peu, il devient l’icône même de l’humour marocain. Chaque «bonne» blague commence forcément par «gallek hada Joumani» ou «gallek hada Said Joumani». Dans ces blagues, il campe souvent le rôle du bédouin fruste, naïf, impulsif et aux manières peu ou pas raffinées. Il donne l’impression de ne jamais savoir pourquoi il est là. Image qui n’illustre pas la réalité de Said Joumani qui, à vrai dire, était doté d’une rare intelligence et d’une subtilité sans égale pour faire passer des messages au monarque sans craindre sa colère. Autrement dit, il se présente comme la meilleure courroie de transmission pour des messages politiques émanant d’un peuple qui était opprimé. Comme le jour où Joumani va voir Hassan II et lui demande de lui confier le poste de ministre du Pétrole. Hassan II répond : «Mais enfin, on n’a pas de pétrole au Maroc ! » Alors Joumani poursuit : «Et alors quoi ? On a bien un ministre de la justice, non ? » Gaucherie ou malice ?

L’oubli

Comme toutes les légendes, celle de Joumani a une fin. On croyait le bonhomme éternel. Et que ses blagues lui survivraient. Elles sont pourtant mortes avant lui. Bien avant 1993, date de son décès. Depuis la fin des années 80, Joumani ne faisait plus rire… ou du moins, nos noukates le sollicitaient de moins en moins. À cause de l’âge (l’homme avait plus de 70 ans et était malade), mais aussi de la lassitude. On le voyait de moins en moins. Pour les nouvelles générations, il n’est plus qu’un nom. Rigolo, mais inconnu. Source : TelQuel

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

19


présentation de l’institut confucius de rabat

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

20


Séminaire inaugural du cycle supérieur

Conference animée par Dr Najib AKESBI sur la caisse de la compensation

Formation «YES GREEN»

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

21


LES CHRONIQUES DE HAMMOUDA

par EL

ABBASSI Yahya

Les chroniques de Hammouda

LA Bourse

C

e mardi, Hammouda est content, très content. Il a eu sa bourse, et une journée en avance! C’était le tour aux «SMOZ», mais l’intelligent «SMOX» qu’il est a su passer sans problème et le voilà, pognon dans la poche. Sifflotant comme un taleb rassasié (il faut voir si ça existe), Hammouda se rend à sa chambre et recompta l’argent à répétition. Il n’aimait pas ces nouveaux billets de 200 DH, mais il adorait les possibilités qu’ils lui offraient. Il était là à fantasmer en les tenant entre les mains, souhaitant par un bon miracle qu’ils commencent à se reproduire devant ses yeux, et dans sa tête de sot (seau?) se laissaient aller mille fantasmagories de toute la richesse qu’il se ferait si ses billets de 200 DH commençaient à s’accoupler. Réalisant sa niaiserie, il reporta son rêve à une date ultérieure. Peut-être que l’année prochaine ça se réalisera, on ne sait jamais avec ces nouveaux billets que nous avons chaque année.

tout le tralala du bon sens. Mais résonner n’était jamais le point fort de Hammouda. La preuve: sa copine. Enfin, pas seulement sa copine, mais aussi ce qu’il décide de faire vraiment de son argent quand sa raison cède (et dieu sait qu’elle ne fait que céder) : Acheter le dernier téléphone Yajoura XT2033, descendant direct du légendaire Nokia 3310. Avec toutes les fonctionnalités et les applications qu’il a, ce téléphone lui servira énormément pour...être à la mode. C’est tout. C’est la frime avant tout, et la frime après tout!

Repenti de la raison et du chemin qui le menait vers sa banque, il maudit le diable et rebroussa chemin vers l’institut. Très méfiant, les mains dans les poches, il s’est promis qu’il n’allait pas se faire avoir son argent, c’est pourquoi il en a mis une moitié dans chaque poche. Il est maintenant riche et il compte le rester aussi longtemps qu’il le peut. Cette sensation que lui procurent ces billets bleus frôle la jouissance, c’est pourquoi il a décidé de rester riche, jusqu’à ce qu’il soit l’heureux détenteur du petit fils du Que va-t-il faire de cet argent? Il résonna Nokia 3310, le Yajoura XT2033. pour quelques minutes (et pas plus), et se décida de déposer son argent en banque. Du moins, c’est ce que le malheureux HamIl pourra en faire bon usage par la suite et mouda a cru.

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

22


LES CHRONIQUES DE HAMMOUDA La bourse D’en ne sait où, deux voleurs atterrissairent devant lui. L’un, maigre et les yeux grands avait le visage plein de cicatrices, on dirait un tableau de Kandinsky (Il faut savoir que Kandinsky n’est pas un café, c’est un peintre). L’autre avait l’air de faire ses débuts. Il tremblait légèrement, mais compensait par les mille et une insultes avec lesquelles il accablait Hammouda. Mais Hammouda, lui, n’écoutait plus. Il ne voyait que les lèvres du voleur qui se rencontraient et se détachaient machinalement et la salive qui le bombardait un peu partout sur son visage. Il n’avait pas besoin d’écouter pour comprendre, il savait ce qu’on lui voulait. Il s’est trempé son pantalon de ce constat, mais rien n’y fait. Il se serait trempé tous les pantalons qu’il avait, rien n’allait changer. Il allait leur donner ce qu’ils voulaient, ou ils allaient lui dessiner à lui aussi un chef-d’oeuvre de l’abstraction sur son visage.

volent, c’est pourquoi on les appelle ainsi, se morfondit Hammouda, qui s’exécuta de peur d’être exécuté. Visage à la Kindinsky et son ami récoltèrent leur butin et disparurent avec le vent, laissant Hammouda plié par terre du poing qu’il a reçu plein dans le ventre. Finie la richesse, fini le XT2033. Adieu l’heure de triomphe.

Hammouda, de retour à l’internat, se nettoya et se reposa dans la chambre de ses amis, puisqu’il n’avait plus les clés de la sienne. Il fût réveillé quelques heures plus tard par les cris de sa copine qui l’appelait d’en bas de l’internat, réveillant par la même occasion les centaines d’âmes qui dormaient à cette heure-ci. Mais bon, quand on aime (l’argent), on s’en fou. Arrivé en bas, il lui demanda ce qu’elle voulait, en essayant de rester le plus calme du monde, et c’est Hammouda a mis la main dans la poche pour là qu’elle lui dit : «Chirey, tu m’invites où ce faire sortir la moitié de son argent. Même soir? T’as obtenu ta bourse, il faut fêter ça! » dans cet état, il peut jouer un tour de passe- «Bourse...fêter...bourse...fêter» se répéta passe le maudit. Mais Hammouda. Il sentit une affreuse les voleurs, aussi gentils chaleur qui lui montait des pieds, qu’ils sont, lui ont desa respiration devenait de plus mandé de remettre le en plus audible et il commençait pognon à sa place. Hamà transpirer...Il voulait répondre, mouda s’en réjouissait mais il a préféré quelque chose de presque. Des voleurs plus dramatique, il fallait bien qu’il qui ne volent pas! Mais se défoule. Et l’explosion FUT! non, enfaite, ce qu’ils voulaient c’est toute En ce mardi noir, Hammouda perla veste. Avec l’argent, dit et son argent et sa copine. On son portable, ses cartes peut lui compter au moins une et ses clés. Les voleurs bonne décision.

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

23


DIVERS Nos coups de cœur

Nos Coups de Cœur Livre français

Le roman met en scène un personnage-narrateur nommé Meursault, vivant à Alger en Algérie française. Le roman est découpé en deux parties.

BLOG

LifeHacker est là pour vous guider, dans le but de ‘pirater’ votre vie. Il se propose comme un blog qui, en plus de traiter des sujets relatifs à la technologie, aide le lecteur à tirer le meilleur parti de sa vie. Le blog est classé 496 site au monde en terme de visiteurs

Livre Anglais

Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche.

Série

Sherlock est une série télévisée policière britannique adaptée d’après l’œuvre de Sir Arthur Conan Doyle. Elle est une adaptation moderne des aventures de Sherlock Holmes

Application

Duolingo est une application pour mobiles et tablettes (iOS et Android) destinée à l’apprentissage gratuit des langues.

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

24


DIVERS Citations à thème

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

25


ZAPPING

par ETTAHIRI

Mouna

Les hôtels plein de défauts des JO de Sotchi Les JO d’hiver de Sotchi sont les plus chers de l’histoire de l’olympisme moderne. Construction de nouvelles routes, gares ferroviaires, ponts et tunnels, d’un aéroport ou d’une station de ski... Au total, 36 milliards d’euros investis pour transformer cette station balnéaire sans infrastructures sportives en un temple du sport mondial. Des travaux pharaoniques, comparables à ceux qu’a connu Pékin avant les JO de 2012, mais qui sont éclipsés, deux jours avant l’ouverture des Jeux, par la situation des journalistes déjà arrivés sur place, qui découvrent les mauvaises surprises que leur réservent leurs hôtels. Travaux non finis dans les chambres, les couloirs ou la réception, absence d’eau potable (voire pas d’eau du tout !), portes sans poignées, toilettes défectueuses, absence de Wi-Fi ou chambres réservées mais non disponibles... La qualité du service hôtelier laisse visiblement à désirer. Mieux vaut en rire. vanityfair.fr

Barack Obama offensif sur les classes moyennes Espérant une année 2014 sous le signe de la «percée» économique, Barack Obama a prévenu mardi le Congrès qu’il se passerait au besoin de son feu vert pour œuvrer à la réduction des inégalités aux ÉtatsUnis. Lors de son discours annuel sur l’état de l’Union, le président des États-Unis a souhaité «faire accélérer la croissance, renforcer la classe moyenne et créer des nouvelles passerelles vers la classe moyenne». Certaines de ces mesures «vont requérir une action du Congrès, et j’ai hâte de travailler avec vous tous», a affirmé Barack Obama, d’un ton volontaire et combatif, après trois ans pendant lesquels son programme économique et social a été contrecarré par les républicains majoritaires à la Chambre des représentants. «Mais les Etats-Unis ne restent pas immobiles, et moi non plus. Donc, quand je pourrai prendre des mesures sans passer par la voie législative pour améliorer les chances pour davantage de familles américaines, c’est ce que je ferai», a-t-il martelé, même si sa marge de manœuvre est très limitée. europe1.fr

Leur musique sert de torture à Guantanamo, ils réclament des royalties Après avoir appris que leur musique était utilisée pour torturer les prisonniers à Guantanamo, le groupe d’électro-rock canadien Skinny Puppy réclame 666 000 dollars (environ 500 000 euros) d’indemnités au département de la défense américain, rapportent le Guardian et la BBC. Les Skinny Puppy ne sont pas le seul groupe dont la musique a été utilisée durant les interrogatoires des terroristes présumés et «ennemis» des Etats-Unis dans la base cubaine. Les musiques de Metallica, Rage Against the Machine, Queen, Eminem et David Gray, diffusées à un volume sonore maximal, auraient servi aux mêmes fins, rapporte le Guardian. lemonde.fr

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

26


ZAPPING

par ETTAHIRI

Mouna

La Tunisie scelle sa nouvelle Constitution Inwi recycle les vieux téléphones C’est aujourd’hui, vendredi 7 février, que le pays initiateur du printemps arabe adopte sa nouvelle Constitution. Plus de trois années se sont écoulées, avant de tourner la page de la profonde crise politique qui a succédé aux soulévements populaires qu’a connu la Tunisie. Pour l’occasion, plusieurs personnalités politiques ont été conviées à la célébration de cet événement majeur, parmi elles, le prince Moulay Rachid qui a représenté le roi Mohammed VI. Le prince, accompagné de Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, a été accueilli jeudi soir à Tunis par le président tunisien, Moncef Marzouki.

Seul chef d’Etat européen présent, François Hollande, a encensé cette transition démocratique, en déclarant que la nouvelle constitution faisait honneur à la révolution du Jasmin. Le chanteur turc, Mesut Kurtis, était également, l’invité d’honneur du parti Ennahda. L’artiste animera, samedi, un concert en plein air pour célébrer la nouvelle Constitution. le360.ma

Inwi confirme son statut d’entreprise citoyenne. Après l’opération «Dir Iddik», l’opérateur télécoms annonce le lancement de l’opération de recyclage de téléphones usagés. Une première au Maroc, initiée en partenariat avec l’Association Al Jisr et le groupe Managem. Concrètement, Inwi prévoit de mettre en place, au sein de ses agences, des collecteurs au profit des utilisateurs souhaitant se débarrasser de leurs téléphones et batteries usagés. Les appareils récupérés seront ensuite acheminés vers les ateliers de l’Association Al Jisr pour être traités. Les téléphones récupérés seront recyclés par Managem selon les normes internationales en vigueur. L’association Al Jisr prévoit de développer les capacités humaines de ses ateliers en fonction de l’importance du nombre de téléphones récupérés. Au menu de cette opération, une campagne de sensibilisation sur l’importance économique et écologique du démantèlement et du recyclage des produits électroniques. le360.ma

Fifa: Blatter prêt pour un nouveau mandat L’absence de WiFi, nouSepp Blatter a laissé entendre sur une radio suisse qu’il ne dirait pas non à un nouveau mandat de 5 ans à la tête de la Fédération internationale de football association (Fifa). . «Si les associations membres me demandent d’être candidat, je ne dirai pas non. Je suis en bonne santé, je ne vois pas pourquoi je devrais arrêter. La Fifa a besoin de consolidation, il ne faut pas s’arrêter maintenant», a-t-il annoncé sur les ondes de RTS La Première. Sepp Blatter a été élu à la tête de l’instance internationale en 1998. Pour l’heure, seul le Français Jérôme Champagne s’est officiellement déclaré candidat. H24info.ma

velle bête noire des touristes Le WiFi défaillant est un motif d’insatisfaction pour plus d’un tiers des touristes, selon une enquête. On débranche de moins en moins pendant les vacances. Selon une enquête menée par la chaîne Thistle Hotels auprès de 2.000 touristes, 38% des vacanciers se disent mécontents s’ils ne bénéficient pas en vacances d’un accès WiFi satisfaisant et gratuit. Europe1.fr

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

27


CARTE BLANCHE

par EL

OTMANI Imane

ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

28


ANNONCES

Retrouvez-nous sur notre page : FB.COM/IIC-ISITT A PARTIR DU NUMERO PROCHAIN De nouvelles rubriques

• «Libre Avis», où vous pourrez partager avec nous vos points de vue, vos remarques et vos suggestions. • «Espace de différence», où vous pourrez partager avec nous et nos lecteurs toutes vos créations. • «A bâtons rompus» : A partir du prochain numéro, retrouvez des interviews faits avec le corps administratif et professoral de l’ISITT. • Et bien d’autres surprises...

POUR TOUTES VOS ANNONCES • Contactez Soukaïna Nacir (MT2B) ou Othman Tanjali (MT2A) • Ou envoyez nous un e-mail sur notre boîte : info@iic-isitt.com

CLUB LECTURE • Soyez au rendez-vous début Avril pour la discussion du livre français du mois, «L’étranger» d’Albert Camus • «To Kill A Mockingbird» de Harper Lee sera l’objet de la discussion du livre anglais, et ce début Mai

WWW.IIC-ISITT.COM ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

29


Yahya EL ABBASSI

Mouna ETTAHIRI

Hajar BOUIZAKARNE

Vice-Président, IIC

Rédactrice en chef

«Là où il y a de la lumière, il y a nécessairement de l’ombre, là où il y a de l’ombre, il y a nécessairement de la lumière.» Haruki Murakami

Never, never doubt the power of a small group of thoughtful, committed students. They can change the world. Indeed, it is the only thing we aspire to.

Si un jour nous parvenons à chasser la peur de nos esprits, nous saurons enfin percer ce silence infrangible qui se cache en nous, et ainsi faire jaillir notre liberté qui cherche depuis longtemps à sortir des ténèbres de l’injustice.

Othman T ANJALI

Soukaïna N ACIR

Yousra A LOUTE

Président, IIC

Relations Publiques

Relations publiques

Si l’on veut vraiment changer notre entourage nous devons arrêter nos critiques et commencer par relever le premier défi qui est de changer nous même.

La saveur d’un travail en équipe se déguste à l’achèvement de chaque exploit.

Une touche personnelle fait toujours la différence. D’un simple geste on se procure une fierté.

Inass S LIMANE

Oumaïma M HARZI

Rédactrice

Kenza B ENJELLOUN

Rédactrice

Rédactrice

Ce magazine est fait pour vous, grâce à vous et n’aurait jamais existé sans vous. Vous êtes notre inspiration et j’espère que ce travail modeste vous plaira. Amusez vous à le lire, à le découvrir.

« Ce qui importe, c’est de travailler avec quelques rares bons amis, des gens que vous respectez, dont vous savez que, si les choses tournaient mal, vous vous tiendriez les coudes. » Richard Branson

Life is constant ups and downs, consecutive decisions to make, new people to meet, and new lessons to learn. All this make what we are, and it draws the right path for us.

Imane E L OTMANI

Rania D OUKKALI

Caricaturiste

L’intérêt de l’art dépend de sa perception par les autres. C’est pourquoi le partage.

Photographe

« Il y a dans chaque être humain une faculté qui dort, développée ou non, qui permet à chacun de réussir, à condition que le désir de réussite se trouve dans l’esprit conscient». Erna Ferrel Grabe

Rédactrice

Envoyez-nous vos observations, critiques, suggestions et questions sur notre boîte e-mail :

info@iic-isitt.com


ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

31


ISITT MAG . N° 4 . Février/Mars 2014

32


ISITT MAG' N°4 - Mars 2014