Issuu on Google+

LE MAGAZINE OFFICIEL DE L’ISHARES CUP 2008

www.iSharesCup.com

COUP D’ENVOI DE LA SAISON Guide complet du circuit iShares Cup Extreme 40

€7,00


PHOTO: STEVEN TEE / LAT

Bienvenue iShares, filiale de Barclays Global Investors, leader

La première de ces nouveautés est la présence au

mondial des ETF (Exchange Traded Funds – fonds de

calendrier 2008 de trois nouvelles villes (Lugano,

placement), est ravi de poursuivre son partenariat avec

Hyères et Kiel). Nous pourrons ainsi, alors que nous

le circuit iShares Cup Extreme 40 pour la saison 2008.

développons notre activité en Europe, mettre en avant ce partenariat inédit dans un total de cinq pays.

Le type de régate auquel vous allez assister est

Cette année iShares aura également son propre bateau

révolutionnaire, et ce n’est qu’après avoir observé de

sur le circuit et nous sommes impatients de soutenir

près les Extreme 40 et les avoir vus s’affronter, que vous

cette équipe qui fait son entrée dans la compétition.

comprendrez les qualités, la rapidité et l’expérience requises pour participer à cet événement passionnant.

Au nom d’iShares, je voudrais en profiter pour vous souhaiter la bienvenue sur le circuit iShares Cup

Nous sommes fiers d’être le Sponsor Principal de la

2008, mais aussi pour souhaiter à toutes les équipes

iShares Cup. Ce circuit repose sur des caractéristiques

participantes bonne chance pour cette nouvelle

essentielles qui reflètent les valeurs d’iShares et

saison. Les bateaux ont à leur bord des marins

notre conception de l’entreprise : capacité à repousser

extrêmement talentueux et nous devrions assister à

les limites de la technologie et de l’innovation, prise de

des régates palpitantes.

risques calculée, travail d’équipe, dévouement et intégrité. Après une première saison 2007 très réussie, nous

Rick Andrews

avons hâte d’assister pour la deuxième année à

Directeur Marketing d’iShares Europe

un événement encore plus grand avec plusieurs nouveautés passionnantes.

3


4

Le circuit iShares Cup Extreme 40 est de retour, plus grand et plus intense que jamais. En 2007, la première iShares Cup avait déjà offert des régates à couper le souffle, mais cette saison s’annonce encore plus époustouflante à terre comme l’eau. La deuxième édition de l’iShares Cup réunira une fois de plus tous les ingrédients pour une compétition passionnante et très disputée avec cette année plus d’équipes, plus d’épreuves et encore plus d’action. Le circuit iShares Cup Extreme 40 consiste en plusieurs événements répartis dans cinq villes d’Europe sélectionnées pour leur cadre exceptionnel, idéal pour la pratique de la voile et pour l’accès des spectateurs aux régates. Les équipages de l’iShares Cup courent à bord de catamarans Extreme 40 et olympiques, de l’America’s Cup et de la course au large. Les épreuves ont cela d’unique qu’elles permettent à des invités VIP ou à des journalistes d’embarquer pour les régates en tant que ‘cinquième homme’. Grâce à son format court et proche de la côte, l’iShares Cup est une plateforme idéale pour organiser des opérations de relations publiques et offrir un spectacle ahurissant. L’année dernière, sept équipe ont participé aux épreuves de l’iShares Cup et pour cette saison 2008 le circuit attend encore plus de bateaux. “L’édition inaugurale en 2007 fut une formidable première étape, mais nous pensons que le circuit se démarquera vraiment en 2008”, explique Gilles Chiorri, Directeur d’OC Events qui organise l’iShares Cup. “Nous voulons rebondir sur le succès de parcours parfois restreints et peu conventionnels que nous avons pu voir dans des villes comme Amsterdam. Régater dans le chenal a permis d’offrir un des plus beaux spectacles de voile jamais observés et en faisant naviguer les bateaux si près des rivages, les spectateurs et les VIP ont vraiment pu échanger avec les équipiers et vivre le meilleur de l’événement.” “Pour les marins, ce fut également une expérience très intense car ils ont dû compter sur leur forme physique, sur leur travail d’équipe et sur leur capacité à réagir au plus vite pour obtenir les meilleurs résultats. Cette année, nous cherchons à organiser le même type de régate et nous avons sélectionné pour cela des villes exceptionnelles.” Alors poursuivez la lecture de ce guide indispensable pour tout savoir de l’événement, des villes d’accueil, des bateaux, des équipes et de ce qui vous attend !

- GILLES CHIORRI

regroupent quelques-uns des meilleurs marins du monde issus des classes

L’édition inaugurale en 2007 fut une formidable première étape, mais nous pensons que le circuit se démarquera vraiment en 2008.

Présentation de

De l’iShares Cup 2008

EXTREME | VOILE


PHOTO: THIERRY SERAY / DPPI /OC EVENTS

SOMMAIRE 6 Première expérience Ils ont testé l’iShares Cup

8 Quoi de neuf ?

Qu’est ce qui fait la spécificité de l’iShares Cup

10 Suivre les régates

Guide indispensable pour suivre les Extreme 40 sur le plan d’eau

12 Circuit 2008

Présentation des cinq villes européennes

16 Face aux garçons

La double médaillée d’or olympique Shirley Robertson revient sur le circuit

19 Repousser les limites Un équipier révèle pourquoi les Extreme 40 sont si difficiles à naviguer

22 Aux premières loges

Une journée à bord comme ‘cinquième homme’ : une expérience inoubliable

24 Gros plan

Les grands moments de l’iShares Cup en images

30 Des bêtes de vitesse Tous les dessous des catamarans Extreme 40

33 Les équipes

Dix équipes prêtes à en découdre

42 Adoptez le style Vêtements techniques et style nautique

44 iShares

Regard sur le sponsor titre

46 Partenaires

Les sponsors qui apportent leur soutien à l’iShares Cup

48 Suivre l’iShares Cup Suivez toute l’actualité du circuit

Pour toute l’actualité du circuit : www.iSharesCup.com Pour nous envoyer vos commentaires sur ce magazine : extreme@isharescup.com Photo couverture : Thierry Seray / DPPI / OC Events Publié par : OC Events

Rédaction : Helen Fretter Ont contribué à ce numéro : James Boyd, Edward Gorman, David Carr, Rob Hodgetts, Louay Habib Maquette et production : Wez Maynard - OC Vision Copyright : OC Events Tous droits réservés. Mai 2008

5


EXTREME | VOILE

Première

Expérience Ils ont testé l’iShares Cup...

Ça va vite, c’est fun et c’est palpitant, autant pour les marins que pour les spectateurs. – DAME ELLEN MACARTHUR

Quand on navigue en Extreme 40, on régate d’égal à égal. C’est de la course au contact sur des petits parcours, et s’il y a du vent, c’est spectaculaire ! – FRANCK CAMMAS, SKIPPER DE GROUPAMA 2007


“Imaginez-vous à la fois dans un château gonflable, sur le dos d’un cheval faisant du rodéo à 5 mètres de haut et sur des bûches aquatiques. Bienvenue en Extreme 40. C’était l’expérience la plus palpitante de ma vie!” – Rob Hodgetts, journaliste “Qu’est ce que l’iShares Cup ? Pour moi c’est un retour aux sources : de la régate au contact, très intense... En participant aux épreuves iShares j’ai l’occasion d’affronter les marins les plus respectés du monde, de mettre mes nerfs à l’épreuve et de tester mon instinct dans des arènes très réduites.” – Nick Moloney, skipper de BT 2007 & 2008 “C’est comme un sprint, comme la course des 100 mètres aux Jeux Olympiques. Je suis impressionnée de les voir régater sur ces incroyables bateaux très high-tech dans des espaces si petits. Je pourrais rester là à les regarder courir toute la journée. C’est vraiment formidable !” – Diana Vermeer, spectatrice, Amsterdam

Soulevés à 4 mètres dans les airs, on a l’impression d’être accrochés à l’aile d’un oiseau qui plane au-dessus de l’eau. La montée d’adrénaline lorsqu’on navigue au portant à bord d’un Extreme 40 est une sacrée expérience. C’est assez bizarre de foncer à une telle vitesse dans un silence pesant. – LOUAY HABIB, JOURNALISTE

“Quelle journée ! Une expérience incroyable. On oublierait presque que c’était une journée de travail.” – Jurian Rademaker, invité VIP Holmatro

“Ces bateaux sont géniaux. La course est si intense que vous franchissez la ligne d’arrivée en pensant “Ouahou, qu’est ce qui vient de se passer?” – Carolijn Brouwer, double championne du monde “Quelle expérience incroyable. Je me sens vraiment privilégié d’avoir eu l’opportunité de régater avec ces types.” – iShares VIP guest

“Cette saison s’annonce fabuleuse. Le nombre de bonnes équipes qui vont y participer est impressionnant. Les parcours sont petits mais la pression sera à son comble !” – Hugh Styles, skipper iShares 2008

7 PHOTO: MARK LLOYD / DPPI / OC EVENTS


EXTREME | RÉGATE

Quoi de neuf JAMES BOYD

PHOTO: MARK LLOYD / DPPI / OC EVENTS

L’iShares Cup est unique en son genre et cette année, le circuit est encore plus grand et plus rapide que jamais. James Boyd, rédacteur en chef de thedailysail. com, attend avec impatience l’épreuve de voile spectaculaire par excellence.

Sur une échelle de Richter du divertissement et du spectacle, suivre des bateaux

Les parcours sont eux aussi très caractéristiques. Habituellement les régates sont

identiques naviguer au ralenti entre des bouées reviendrait à regarder de la peinture

organisées sur des plans d’eau ouverts où le vent est plus stable et où les risques de

sécher ou de l’herbe pousser. C’est particulièrement le cas sur des régates dont seuls

collision sont plus réduits. Avec l’iShares Cup, les organisateurs ont choisi des sites où

quelques mortels comprennent les règles, lorsque le vent tombe et que les bateaux sont

les spectateurs peuvent suivre les courses sans avoir besoin de jumelles. Les parcours

empétolés. Mais ceux qui espèrent ternir l’image des courses à la voile avec ce genre de

seront souvent mouillés si près du rivage que les personnes assises dans les tribunes

tableau peuvent s’attendre à un choc. Le spectacle offert par les épreuves iShares n’a

pourront distinguer le blanc des yeux des concurrents. “Je ne connais aucun autre

absolument rien à voir. On est ici en présence du meilleur exemple d’action à couper le

circuit où c’est le cas, où les gens sont si proches de l’action”, a confie Mark Turner,

souffle et pas besoin d’être un grand amateur de voile pour être immédiatement dans

patron d’OC Events.

le bain. Souvent, comme ce fut le cas à Amsterdam l’année dernière, régater près du rivage Le principal objectif de l’organisateur du circuit iShares Cup, OC Events, est de créer le

signifie également en bassin fermé. Selon Mark Turner, il s’agit d’”espaces extrêmement

spectacle. C’est d’ores et déjà pari gagné.

exigus”. Mais une fois encore, les organisateurs assument parfaitement. Voir ces catamarans de 40 pieds s’éviter de justesse à l’intérieur même du port ajoute encore

Tout d’abord, ces épreuves se courent sur des catamarans Extreme 40 ultra-légers qui

plus de piment au spectacle.

n’ont besoin que de très peu de vent pour être lancés à vive allure. Finies les manches annulées faute de vent. Dans 8 noeuds de vent, ces bateaux lèvent déjà une coque. Ils

Cette année, le circuit passe de quatre à cinq événements. En plus de la Skandia

vont ainsi encore plus vite et alimentent le spectacle. Dans 15-20 noeuds, ils foncent

Cowes Week et d’Amsterdam, l’iShares Cup se rendra à Hyères, dans le sud de la France,

comme des flèches sur le plan d’eau à des vitesses que seuls des bateaux à moteur

à Kiel en Allemagne, et à Lugano, à la frontière suisse italienne pour la première épreuve

peuvent généralement atteindre, sans les gaz d’échappement et le bruit évidemment

de la saison.

8


PHOTO: THIERRY SERAY / DPPI / OC EVENTS

Du spectacle et de l’émotion

Gros calibres

Pour compliquer le jeu cette année, la taille de la flotte a littéralement explosé, avec

La flotte est non seulement plus importante que lors de la première saison, mais elle

deux fois plus de participants, ce qui ne va pas faciliter la tâche du Directeur de Course,

est aussi composée d’équipages de très haut niveau. La Britannique Shirley Robertson,

Alan Hillman. “Voir autant de bateaux régater dans un espace si restreint sera vraiment

double médaillée d’or olympique, sera une nouvelle fois à la barre du catamaran

spectaculaire, mais le plus important, c’est d’assurer la sécurité. Si vous avez 20

JPMorgan Asset Management, tandis que de nombreux autres olympistes, tels que Hugh

noeuds de vent, cela limite le nombre de bateaux, mais si le vent est plus faible, on peut

Styles et Herbert Dercksen, navigueront sur d’autres bateaux. Le plateau comprend

être beaucoup plus nombreux”.

également plusieurs tourdumondistes comme Nick Moloney, Gert Jan Poortman et

Comparativement à d’autres sports basés sur des équipements coûteux, comme la Formule 1, la voile a l’avantage de pouvoir embarquer des invités à bord des ‘engins’ pendant les courses.

Fraser Brown. Suite à l’interruption des projets pour la 33e America’s Cup, la flotte de l’iShares Cup voit également venir cette année un nouveau type de compétiteurs. L’America’s Cup, qui est l’une des plus célèbres épreuves de voile au monde, se tient habituellement tous les quatre ans, mais les querelles juridiques ont remis en question l’organisation

L’iShares Cup est également unique en son genre par sa capacité à emmener les invités

de la prochaine édition. Il est même envisagé que la prochaine Coupe soit courue

d’entreprises naviguer, grâce à l’excellente plateforme que constituent les catamarans

en multicoque. Un changement assez radical pour une épreuve vieille de 157 ans !

Extreme 40 avec leur large trampoline. C’est un peu comme être assis aux côtés de

Plusieurs équipes de la Coupe ont donc rejoint l’iShares Cup en 2008, notamment

Lewis Hamilton pour quelques tours de circuit en plein Grand Prix. Les matinées sont

l’actuel vainqueur, Ernesto Bertarelli d’Alinghi, et l’équipe britannique de TEAMORIGIN.

généralement consacrées aux sorties d’entreprise et pendant les régates de l’iShares

Pour tous les marins inscrits, l’heure est venue de rejoindre une épreuve qui n’est ni plus

Cup, un invité VIP peut même embarquer à bord de chaque bateau pour goûter aux

ni moins qu’une zone de guerre nautique où le champ de bataille est à peine plus grand

frissons de la course.

qu’une piscine olympique ! Que les jeux commencent...

9


EXTREME | RÉGATE

Suivre les régates Un guide indispensable pour suivre les Extreme 40 sur le plan d’eau. Le départ

Top départ ! Affalé du Pavillon de Classe et coup de canon.

Le départ est un des moments les plus palpitants d’une épreuve de voile et avec des

Si le Comité de Course voit un bateau au-dessus de la ligne au moment du départ,

parcours si courts, les équipages devront faire le maximum pour s’élancer en bonne

un signal sonore retentira avec l’envoi du Pavillon X. Dans ce cas, le bateau en question

position. Le départ et l’arrivée sont des lignes imaginaires entre des pavillons orange

devra faire demi-tour et franchir une nouvelle fois la ligne de départ sans gêner les

sur le bateau du comité de course et une bouée cylindrique gonflable noire iShares. Il

autres équipes. Un gros handicap. Mieux vaut donc éviter les erreurs !

est généralement plus avantageux de partir d’une extrémité ou de l’autre de la ligne (soit côté comité, soit côté bouée), en fonction de la direction du vent, du courant et des

Le parcours

priorités. Les équipages les plus agressifs se battront sans doute pour prendre le départ

En fonction du nombre de bateaux, de la ville d’accueil et des conditions de vent, les

du côté favorable, tandis que d’autres plus conservateurs partiront un peu en retrait

organisateurs pourront décider de lancer la course autour de différents parcours.

pour espérer bénéficier d’un vent moins perturbé.

Les équipes connaîtront le type de parcours en fonction des pavillons envoyés sur le bateau comité. Flamme numérique 1 Parcours 1 Partir au près, passer la première bouée, revenir au portant, repartir au près, repasser la

À vos marques, prêts, partez ! Les courses ne sont pas lancées sur le traditionnel ‘à vos marques, prêts, partez’, mais après une série de coups de canon et d’envois de pavillons. À 5 minutes du départ, vous verrez se lever le Pavillon de Classe et entendrez un grand ‘boum’ : le Signal d’Avertissement. À 4 minutes du départ, vous verrez le Pavillon P (Signal Préparatoire) avec un autre coup de canon. À 1 minute, affalé du Pavillon P, avec un coup de corne de brume


Pavillons du bateau comité Flamme numérique 1 Parcours 1

Flamme numérique 2 Parcours 2

Flamme numérique 3 Parcours 3

Flamme numérique 4 Parcours 4

Pavillon de Classe

Pavillon P (‘Signal Préparatoire’)

Pavillon X (Rappel Individuel)

Rappel Général (Tous les bateaux reviennent)

Umpire flags Pavillon Vert : aucune pénalité

Pavillon Rouge : pénalité

PHOTO: VINCENT CURUTCHET / DPPI / OC EVENTS

Pavillon Noir : disqualifié

première bouée, puis terminer au

Pendant la course

portant.

Les équipiers crieront peut-être sur les autres bateaux pour essayer de faire jouer les Flamme numérique 2

règles de course, notamment aux passages de bouées. Si un skipper pense qu’un autre

Parcours 2 —

bateau a enfreint les règles, il peut envoyer le pavillon rouge et crier ‘je réclame’ ou

même parcours mais avec trois tours

‘réclamation’. Pendant les épreuves de l’iShares Cup, les arbitres seront sur l’eau (cherchez

Flamme numérique 3

les bateaux avec les grands drapeaux iShares ‘UMPIRE’). Comme au football, ils décident

Parcours 3 —

si un bateau a commis une faute et peuvent donner des pénalités (les bateaux doivent

même parcours mais avec quatre

effectuer un 360). L’arbitre annonce une pénalité en sifflant et en pointant le pavillon

tours. Lorsque les bateaux sont

rouge vers le bateau qui a commis la faute. Si l’arbitre pense qu’il n’y a pas eu faute, il siffle

au près, il naviguent en zig-zag en

et envoie un pavillon vert qui signifie ‘aucune pénalité’. Si une faute grave a été commise,

tirant des bords vers la première

les arbitres peuvent envoyer le pavillon noir et disqualifier le bateau responsable.

bouée, puis ils repartent vent arrière en envoyant leur immense gennaker

...et à l’arrivée

à l’avant du bateau.

Le premier à franchir la ligne d’arrivée l’emporte !

Flamme numérique 4 Parcours 4 — Il s’agit d’un parcours triangulaire avec deux bords de ‘reaching’, en vent de

L’iShares Cup fonctionne sur un système de points maximal, donc si la flotte comprend

travers. Vous verrez alors les bateaux lever une coque et atteindre des vitesses

10 bateaux, le vainqueur remporte 10 points, le second 9 points, le troisième 8 points

impressionnantes!

etc. Si un bateau est disqualifié, il obtient 0. La dernière manche de chaque épreuve

Pour éviter les collisions, tous les bateaux doivent passer les bouées dans le même sens:

compte double.

Pavillon Vert : toutes les bouées doivent être laissées à tribord (du côté droit du bateau) Pavillon Rouge : toutes les bouées doivent être laissées à bâbord (du côté gauche du bateau)


EXTREME | ÉPREUVES

Tournée nautique 12 PHOTO: MARK LLOYD / DPPI / OC EVENTS


Le circuit iShares Cup se déroulera cette année dans cinq villes d’Europe. Présentation des sites exceptionnels qui accueilleront les épreuves.

épreuve se déroule sur trois jours, avec un maximum de 18 manches à courir de 15 à 20 minutes chacune. La journée commence par des régates ‘invités’ qui permettent aux VIP et aux journalistes de sortir

L’iShares Cup 2008 regroupe cinq événements dans pas

naviguer sur le plan d’eau à bord des Extreme 40.

moins de six pays européens. Le circuit s’arrête dans

Ensuite, place aux choses sérieuses. Les après-midi

des métropoles animées, dans de magnifiques cités

sont consacrées aux manches de l’iShares Cup où un

côtières et dans des villes lacustres, toutes choisies

invité peut embarquer comme ‘cinquième homme’ à

avec attention pour offrir non seulement les plus belles

bord de chaque bateau. La compétition monte alors

régates mais aussi pour leur capacité à placer les

en puissance jusqu’à la dernière manche de chaque

spectateurs au plus près de l’action. Chaque

épreuve qui compte double !

13


EXTREME | ÉPREUVES

Sailing on tour (cont)

PHOTO: SERVICE COM - VILLE D’HYERES

PHOTO: MARK LLOYD / DPPI / OC EVENTS

Voici où le circuit se rendra cette année...

Lugano, SUISSE

Hyères, FRANCE

Du 30 mai au 1er juin

Du 13 au 15 juin

La première épreuve de l’iShares Cup se déroulera du

La deuxième nouvelle ville à recevoir cette année

30 mai au 1er juin dans un nouveau site au paysage

l’iShares Cup n’est autre que Hyères dans le sud de la

montagneux impressionnant : le Lac Lugano, dans le

France. Grâce à l’association du fameux Mistral et des

sud-est de la Suisse, à la frontière italienne.

eaux chaudes de la Méditerranée, Hyères est réputée pour des conditions de navigation idéales.

PHOTO: LUGANO TOURISM

La ville cosmopolite de Lugano est nichée sur les

Photo du haut / Nouvelle ville d’accueil de l’iShares Cup, Hyères est réputée pour ses conditions de navigation idéales. Ci-dessus / La première épreuve se tiendra sur l’élégant Lac Lugano à la frontière suisse italienne.

contreforts des Alpes Suisses, au bord du lac. Cette jolie

Cette ville de Provence reçoit également chaque année

commune fait face à l’Italie, de l’autre côté du lac, et

La Semaine Olympique Française de Voile ainsi que

bénéficie d’un climat presque méditerranéen.

plusieurs autres grandes épreuves. Cet été, Hyères

Lugano est un important centre bancaire (le troisième

recevra également la dernière étape du Tour de France

en Suisse, après Zürich et Genève) mais également

à la Voile.

une cité historique aux places de style vénitien et aux ruelles médiévales.

Les concurrents de l’iShares Cup peuvent s’attendre à une superbe course de vitesse à Hyères. Quant aux

La course aura lieu à proximité des rives du lac et de

spectateurs, ils pourront suivre la course depuis le très

la ville et sera accueillie par le yacht club Circolo Velico

beau front de mer bordé de palmiers.

Lago di Lugano.

14


PHOTO: VINCENT CURUTCHET / DPPI / OC EVENTS PHOTO: LANDESHAUPTSTADT KIEL/MICHAEL DIETRICH

Ci-dessus / La saison se terminera au coeur même de la ville d’Amsterdam. Photo de gauche / Kiel au nord de l’Allemagne accueille chaque année la plus grande manifestation nautique d’Europe. Photo à l’extrémité gauche / Les concurrents de l’iShares Cup rejoindront les quelque 1000 bateaux rassemblées sur le Solent pour la Skandia Cowes Week.

Skandia Cowes Week, UK

Kiel, ALLEMAGNE

Amsterdam, PAYS-BAS

Du 2 au 4 août

Du 29 au 31 août

Du 19 au 21 septembre

L’iShares Cup revient à Cowes en Angleterre dans le

La ville de Kiel, sur la Mer Baltique au nord de l’Allemagne,

Pour la dernière épreuve de la saison, l’iShares Cup

cadre de la Skandia Cowes Week, un des plus grands

fait partie des nouveaux sites qui accueillent cette

reviendra à Amsterdam du 19 au 21 septembre avec

événements nautiques au monde avec sa célèbre

année l’iShares Cup. Kiel s’est construite sur son histoire

une finale captivante au coeur même de la ville, sur le

brise de mer et ses courants. Lors de cette semaine

maritime, des Vikings aux pirates du 16e siècle, et

canal de l’Ij.

exceptionnelle, plus de 1000 voiliers sont rassemblés

repose aujourd’hui sur la voie d’eau non naturelle la plus

sur le Solent et l’événement permet aux VIP de vivre une

fréquentée au monde : le canal de Kiel.

formidable expérience, avec comme cerise sur le gâteau cette année encore les régates en Extreme 40 !

Amsterdam, capitale des Pays-Bas, est une des villes les plus sympas du monde. De son architecture du

Tous les ans au mois de juin se tient la célèbre Semaine

17e siècle à ses rues pavées et ses canneaux bordés

de Kiel, qui est la plus grande épreuve de voile en Europe

d’arbres, en passant par ses cafés contemporains, ses

Large d’à peine plus de 40 kilomètres, l’Ile de Wight

et qui propose en plus des régates un rassemblement de

galleries d’art, ses beaux magasins et sa vie nocturne

compte des dizaines de plages somptueuses et

vieux gréements, un festival de musique et un grand feu

animée, il y en a vraiment pour tous les goûts.

elle est réputée pour ses fameuses falaises des

d’artifice.

Needles et ses collines verdoyantes. Située en face de

La course se tiendra sur le canal de l’Ij où les Extreme

Southampton (à 25 minutes de bateau), Cowes est une

Chaque année, l’événement attire 5000 marins, 2000

40 régateront autour d’un parcours très court et donc

petite ville côtière regorgeant de jolies boutiques, de

bateaux et environ trois millions de visiteurs.

très rapide. Pour l’ultime épreuve du circuit, on peut

shipchandlers, de restaurants et de pubs animés, avec

Avec ses trois universités, Kiel accueille une population

s’attendre à une compétition passionnante avec des

des traces de son patrimoine nautique à chaque coin

jeune et bénéficie d’une scène musicale et artistique

spectateurs installés aux premières loges sur les

de rue.

très active. La ville est également propice au secteur

digues.

des affaires et du commerce avec plus de la moitié des entreprises allemandes d’informatique et de multimédia basées dans la région. Au centre, ses imposants bâtiments administratifs sont entourés de parcs et de lacs, tandis que ses nombreux quais regroupent cafés et restaurants.

15


EXTREME | SKIPPERS


Face Aux Garçons

EDWARD GORMAN

Avec deux médailles d’or à son palmarès, Shirley Robertson est la Britannique la plus titrée en voile olympique féminine. Edward Gorman, correspondant sportif du Times, se demande ce qui l’a poussée à revenir sur l’iShares Cup en 2008. Shirley Robertson a un planning particulièrement

Shirley Robertson dit avoir hâte d’entamer cette

chargé en ce moment. Avec des jumeaux de 19 mois

nouvelle saison et de lancer son bateau sur le circuit.

et son travail de présentatrice sur la BBC et sur CNN,

“J’ai un travail très prenant et une vie bien remplie

la double médaillée d’or olympique britannique en

avec deux enfants en bas âge, mais les Extreme 40 ont

Yngling et en Europe est très occupée. Jusqu’à la fin de

parfaitement leur place. Je ne me suis jamais autant

l’année dernière, elle menait également une campagne

éclaté à la voile. J’ai navigué sur des bateaux très

olympique pour les prochains JO en Chine. Peu de temps

sympas, mais ceux-là sont vraiment incroyables. Je

pour se consacrer aux Extreme 40 pensez-vous ?

suis complètement sous le charme des catas. À côté de cela, les Yngling sont terriblement ennuyeux. Le

Mais Shirley Robertson n’est pas arrivée là - et elle

contraste est énorme. J’ai emmené des invités sur tous

compte parmi les championnes de voile olympique

types de bateaux, mais il n’y a rien de comparable à ce

féminine les plus titrées – sans un appétit insatiable

qu’ils peuvent vivre sur un Extreme 40”.

pour la course et la compétition. Les Extreme 40 se sont révélés le ‘plat’ idéal pour satisfaire cet appétit. Et

D’une à deux coques

c’est une évidence lorsque vous lui parlez de la saison

Ces multicoques de 40 pieds constituent un

iShares Cup 2008 à venir. Shirley Robertson adore

changement radical pour Shirley Robertson qui a passé

cette classe et avoue d’ailleurs ne s’être jamais autant

une grande partie de sa vie à naviguer sur des supports

amusée que sur ces catamarans dessinés par Yves

relativement lents à la recherche de la gloire olympique.

Loday et construits par TornadoSport.

Après le lourd Yngling, sur lequel Shirley a décroché l’or aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004, le poid plume

C’est pour cette raison que la navigatrice britannique

des Extreme 40 a été un choc. Elle a dû apprendre de

revient sur le circuit iShares Cup Extreme 40 après

nouvelles techniques et accepter de relever toute une

une première saison l’année dernière où elle avait

série de défis. Elle se souvient que pour sa première

pris la barre de JP Morgan Asset Management pour

sortie à bord de ce bateau, elle était particulièrement

les épreuves de Cowes et d’Amsterdam. L’occasion de

nerveuse. “J’étais terrifiée, absolument terrifiée”,

revivre cette expérience décoiffante était trop belle

plaisante t’elle. “Mais c’est assez revigorant de se lancer

pour passer à côté. Elle est donc de retour à la barre de

et de faire quelque chose de totalement différent. C’était

JP Morgan Asset Management où elle retrouve deux de

de la voile clef-en-main sans aucune des difficultés

ses équipiers, Fraser Brown (grand voile) et Nick Hutton

liées à la gestion d’une campagne pour les Jeux

(numéro 1), et accueille un nouveau venu, Chris Main,

Olympiques et j’ai vraiment apprécié”.

à la tactique.

17 PHOTO: MARK LLOYD / DPPI / OC EVENTS


EXTREME | SKIPPERS

Face Aux Garçons (suit) Elle reconnaît qu’en dépit de son immense expérience, les catamarans de 40 pieds l’ont obligée à repartir de zéro. Mais comme elle le précise, tous les marins qui ont navigué sur ces bateaux ont eu beaucoup à apprendre. “Ce sont des machines très complexes, mais je pense qu’elles le sont pour tout le monde, même pour les

Je compare toujours cela à certains jeux vidéo, quand vous réussissez à éviter un énorme crash et que quelque chose d’autre vous attend au tournant.

spécialistes du multicoque. Quand le bateau est au

- SHIRLEY ROBERTSON

ralenti, il se comporte comme un quillard. Et quand il avance, il file vraiment comme un train. Donc même les marins habitués au Tornado avaient des difficultés

laissait toute la place pour s’écarter en cas de problème.

Roberston a du réagir à l’instinct sans avoir le temps

à évaluer les croisements. Ce n’est pas évident. Les

L’équipe a ainsi terminé à une incroyable troisième

de peser ses décisions. “Normalement vous pouvez

angles sont délicats. Parfois ça marche et parfois vous

place au général, à tout juste un point du second.

voir des vagues, mais là on n’y voyait rien. Il fallait juste réagir. Et vite”, explique t’elle.

vous plantez complètement”. Mais, lorsque Shirley Robertson et son équipe se sont “L’intérêt c’est qu’en Extreme 40, ce qui vous attend

retrouvés dans le cadre plus restreint d’Amsterdam, ça

Cette année, Shirley s’attend à du beau spectacle sur

est devant vous”, poursuit-elle, “alors qu’en Yngling,

a bardé. L’équipage de JPMorgan Asset Management a

le circuit iShares, mais elle sait que la compétition sera

les choses arrivent et vous ne pouvez rien y faire. Cela

été impliqué dans plusieurs accrochages avec d’autres

rude avec l’arrivée d’équipages très expérimentés.

demande donc un temps d’adaptation, pour savoir où

concurrents et dans des collisions avec des bateaux

“L’année dernière, la victoire de Team Basilica était

regarder. Mais une fois de plus, les qualités requises

au mouillage à la limite du parcours et avec un zodiac.

prévisible car c’était sans doute l’équipage le mieux

sont les mêmes. Il faut travailler avec votre équipe

C’était très sympa à regarder pour les spectateurs,

préparé, mais je crois que la barre est placée plus haute

et jouer avec vos atouts. J’étais sans doute la plus

mais particulièrement rude pour les nerfs du skipper

cette année et le terrain de jeu sur le circuit 2008 est de

inexpérimentée sur notre bateau et c’était une bonne

de JPMorgan Asset Management qui a découvert à quel

plus en plus petit, donc ce sera différent”.

chose. J’avais d’autant plus soif d’apprendre et j’ai pris

point il était difficile d’apprivoiser et de maîtriser la

d’autant plus de plaisir. J’avais toujours le sourire. J’ai

puissance des Extreme 40 dans une espace confiné.

Même si l’équipe de JPMorgan Asset Management va régater sérieusement, Shirley Robertson ne cache

vraiment adoré”. “Je compare toujours cela à certains jeux vidéo, quand

qu’elle est aussi là pour passer de bons moments avec

Shirley l’intrépide

vous réussisez à éviter un énorme crash et que quelque

son équipage et les invités qu’elle embarquera. L’année

C’est en participant à sa première épreuve d’Extreme

chose d’autre vous attend au tournant. Tout s’enchaîne

dernière, elle avait apprécié les plaisanteries de Fraser

40 chez elle à Cowes que Shirley Robertson a gagné

et cela ne s’arrête jamais. Il y a beaucoup de ratés et

Brown et Nick Hutton et on peut s’attendre à retrouver

sa réputation d’intrépide, car elle s’est lancée dans la

d’incertitudes, mais c’est ce qui fait tout le charme”.

la même ambiance dans l’équipe. “Ça rigole bien à bord” avoue t’elle. “Ils m’appellent ‘maman’ ou ‘La Reine de

bataille avec l’innocence des débutants. Les coques de Régater au coeur de la ville n’a rien d’évident pour les

Cowes’, mais c’est vraiment sympa de naviguer avec

que celles des autres concurrents et Shirley a navigué

marins car la proximité des grands bâtiments rend

ces gars-là”.

sans complexe sur le large plan d’eau du Solent qui lui

le vent plus difficile à lire sur le plan d’eau. Shirley

PHOTOS: MARK LLOYD / DPPI / OC EVENTS

JPMorgan Asset Management se sont levées plus haut

18


Repousser les DAVID CARR

limites

PHOTO: MARK LLOYD / DPPI / OC EVENTS

Vous vous demandez ce que ressent un équipier à bord d’un Extreme 40? David Carr était sur une de ces machines à adrénaline lors d’une épreuve décoiffante de l’iShares Cup. Il nous livre ses impressions.

BOUM! Le signal d’avertissement des 5 minutes retentit et à bord de l’Extreme 40, notre équipe de quatre marins passe aussitôt en mode course. Nous avons cinq minutes pour nous préparer à prendre le départ. Cette manche devrait durer environ 15 minutes et nous allons devoir repousser les limites de notre force physique et de notre sens tactique face aux meilleurs marins du monde.


EXTREME | ÉQUIPAGES

Repousser les limites (suit) Il faut maintenant se concentrer. Chaque équipier à

BOUM! Le départ est donné et notre bateau s’élance.

envoie !”. Nous sommes trois à nous activer pour

bord a un rôle bien défini pendant l’épreuve, mais le

La sensation d’accélération sur ces bateaux est

tirer sur la drisse de gennaker le plus vite possible.

travail d’équipe est indispensable. Tous les bateaux sont

impressionnante. Si vous êtes debout, vous devez vous

En quelques secondes, l’immense voile est gonflée

identiques. Pour aller plus vite que nos concurrents, le

accrocher pour éviter de tomber quand le bateau décolle

et propulse le bateau vers la bouée suivante. Il faut

but est donc de repérer la moindre risée et d’en tirer

sous vos pieds.

une sacrée coordination et beaucoup d’énergie pour

profit. Il faut également établir une stratégie de course avant le départ pour que tous les équipiers agissent ensemble dans un même objectif. Une fois lancés nous n’aurons plus le temps de réfléchir.

Une des coques se lève audessus de l’eau et notre bateau passe à l’action.

envoyer le gennaker et le régler correctement. Si la manœuvre est bien maîtrisée, elle peut nous faire gagner des places. Le bateau fonce vers le bas du parcours et nous ne

Tout le monde à bord regarde sa montre pour suivre le

Tout le monde à bord s’arrête progressivement de

cessons de régler le gennaker pour donner au bateau

compte à rebours. Certaines manches se gagnent ou se

discuter pour que le barreur puisse parler aux régleurs

toute sa puissance et optimiser notre vitesse. L’écoute

perdent avant même le départ, selon le positionnement

de la vitesse du bateau et des performances. Sur des

de gennaker est tendue à bloc. Elle doit être bordée

du bateau, et nos concurrents vont tenter de se glisser

épreuves si courtes et si intenses, les premières

au winch en un temps minimum. À la fin du bord de

devant nous pour enlever le meilleur départ. Le coup

minutes suivant le départ sont déterminantes et elles

portant, notre Numéro 1 a les avant-bras raides et

de canon approche et tous les Extreme 40 sont bord à

auront une influence sur notre position à l’arrivée.

douloureux d’avoir trop winché.

et cherchent à utiliser les règles de course pour prendre

Dans le bord de près, le Numéro 1 essaie de lire le vent

Pour atteindre la bouée, nous devons empanner

l’avantage. Les voiles fasseyent et les winches grincent.

sur le plan d’eau et de se faire une idée de la situation en

plusieurs fois. Cette manoeuvre demande énormément

bord. C’est la bousculade. Les marins se hurlent dessus

haut du parcours, pendant que le régleur de grand voile

Compte à rebours final

surveille en permanence les autres bateaux. Régater en

BOUM! Une minute avant le départ. Notre barreur

Extreme 40 est tactiquement très difficile car tout va

doit manoeuvrer pour rejoindre la ligne. Il veut être

très vite et il faut prendre des décisions sans la moindre

pile dessus au moment du coup de canon, lancé à la

hésitation.

vitesse maximale. C’est un véritable test pour notre capacité à estimer le temps et la distance, mais aussi

“On vire !” crie le barreur alors que l’Extreme 40 tourne

pour la communication au sein de l’équipe. Le barreur

face au vent. Les deux régleurs se précipitent de l’autre

doit demander au régleur de border ou non les voiles

côté du bateau et s’activent aux winches pour border les

pour accélerer ou ralentir et couper la ligne de départ

voiles et reprendre de la vitesse. Le catamaran ralentit

au meilleur moment. Si c’est trop tôt, il faudra faire

un moment quand les deux coques sont sur l’eau, puis

demi-tour !

repart à toute allure dans une nouvelle direction.

À 10 secondes du départ, la tension est à son comble.

Au coude à coude

Tout le monde aide à border les voiles pour que le

Les bateaux arrivent en même temps à la première

catamaran prenne le maximum de vitesse. Les voiles

bouée et risquent à tout moment de se heurter. Nous

sont le moteur du bateau et les régleurs tirent sur

sommes au coude à coude avec deux autres équipes et

les écoutes comme on passe les vitesses en voiture.

le résultat à l’arrivée repose maintenant sur notre envoi

Le barreur, qui tient la barre franche en carbone, se

de gennaker. Le barreur tourne le bateau dos au vent

concentre sur la ligne de départ et sur les autres bateaux

pendant que le reste de l’équipe court vers l’arrière en

autour de lui. Le régleur de grand voile pompe quant à

se penchant au maximum pour empêcher les étraves

lui sur la poignée hydraulique pour trouver l’accélération

de plonger sous l’eau, ce qui risquerait de nous faire

parfaite. Le Numéro 1 est debout penché sur le winch du

chavirer !

chariot et tourne frénétiquement la manivelle tandis que le régleur de voile avant tire sur l’écoute de foc.

20

Une fois le bateau sous contrôle, le barreur crie : “on


d’énergie. Il faut tout d’abord enrouler le gennaker en

et se fait rincé par quelques vagues en essayant de

même temps que le bateau tourne. Une fois que le

contrôler la voile.

vent arrive sur l’autre bord, nous tirons sur l’écoute de gennaker le plus vite possible pour dérouler la voile de

Nous entamons maintenant le second bord de près et

l’autre côté. L’équipage attrape les bouts et passe sur

les équipiers sont tellement à bout de souffle qu’ils ont

la coque au vent. Tout le monde s’agite et court dans

du mal à parler pour évoquer la tactique dans ce dernier

tous les sens. Parfois un équipier s’écroule à plat sur

tour. Nous sommes toujours au coude à coude avec

le trampoline après avoir reçu un coup de coude dans

les autres bateaux. Notre endurance et notre aptitude

la figure. Dans la cohue, il est même arrivé que des

à naviguer sont plus que jamais mises à l’épreuve.

équipiers passent par-dessus bord tellement le bateau

Dans le dernier bord de portant, le catamaran fonce à

se dérobe rapidement sous leurs pieds !

30 nœuds vers l’arrivée. Les bateaux se succèdent l’un après l’autre sur la ligne. À peine 30 secondes séparent

Notre Extreme 40 arrive à la deuxième bouée.

le premier du dernier. Aussitôt la ligne franchie, nos

L’équipage enroule le gennaker. Le barreur et le régleur

équipiers s’écroulent sur le trampoline et tentent de

de grand voile se concentrent sur la vitesse du bateau

récuperer quelques minutes avant la manche suivante.

et sur le positionnement, tandis que le Numéro 1 et le

Le prochain signal d’avertissement des 5 minutes ne

second régleur se battent sur le pont avec l’immense

va pas tarder. Nous sommes peut-être fatigués mais la

gennaker de 78m2. Lorsque le catamaran passe la

journée n’est pas terminée. Ce n’était que la première

bouée, Le Numéro 1 est sous le vent, au ras de l’eau

manche, et il y en a cinq à courir !

PHOTOS: MARK LLOYD / DPPI / OC EVENTS


EXTREME | EXPÉRIENCE

Aux premières loges ROB HODGETTS

22


Les Extreme 40 embarquent quatre équipiers et un chanceux “cinquième homme.” Rob Hodgetts, journaliste pour BBC Sport Online, a eu l’occasion de vivre cette expérience.

Imaginez. Vous êtes à la fois dans

Nick lance alors le terrible “un homme à la mer !” Nous

un château gonflable, sur le dos

nous couchons tous par-dessus la coque pour tenter

d’un cheval faisant des bonds de 5

de récupérer Charlie qui s’accroche désespérément.

mètres en rodéo et sur des bûches

Il crachote un peu mais par miracle, ses lunettes sont

aquatiques. Bienvenue en

toujours sur le nez. Malheureusement, le bateau va

Extreme 40!

encore trop vite pour le sortir de l’eau. Nous sommes obligés de le lâcher pour qu’il soit rattrapé par un zodiac

J’embarque avec l’Australien Nick

derrière nous puis ramené à bord. “Désolé”, dit-il “J’ai

Moloney, triple tourdumondiste et

décollé et quand je suis redescendu le bateau n’était

skipper de l’Extreme 40 BT cette

plus là !”

saison. “Vous n’avez pas peur des gros mots ?” me demande-t’il dans son accent australien alors qu’on

Nous hissons le gennaker pour accélerer sur la houle.

s’éloigne du quai.

La sensation de vitesse au surf est extraordinnaire. Mais cela ne va pas sans les embruns. On a l’impression

Je me tiens à l’écart pendant que les équipiers, Charles

d’être assis face à une lance à incendie géante. Notre

Darbyshire, Dave “Freddie” Carr et Alec Fraser préparent

vitesse atteint les 26 nœuds. Largement suffisant pour

le bateau. L’atmophère à bord est calme, mais studieuse.

tirer quelqu’un en ski nautique. Même les habitués s’éclatent.

Ellen MacArthur est à la barre d’un autre Extreme 40 pour la journée. Je lui lance : “Prête à terminer deuxième

Mais les cris de joie sont calmés par le langage ‘fleuri’

?” “Certainement pas” réplique t’elle.

de Nick. Il a du mal à contrôler la barre. À cette vitesse et avec une surface de toile aussi importante, nous

“Dix minutes avant le départ” annonce Charlie. La

sommes en mauvaise posture. “Freddie, aide moi, je ne

tension monte. “Cinq minutes”. On se dirige vers la ligne

peux pas la tenir” hurle-t’il.

mais avec un peu de retard. “On y va les gars” crie Nick à l’arrière. Nous accélérons avec une apparente douceur

Le bateau dévale la houle et le danger serait de voir la

et la coque au vent se lève, nous perchant tous les cinq

coque sous le vent plonger dans une vague et entraîner

dans les airs. “Ellen est devant” dit Charlie. “On ne peut

le chavirage du bateau par l’avant, un peu comme on

pas laisser faire ça !” s’exclame Nick en retour.

passerait par-dessus le guidon à vélo. Un des deux safrans s’est relevé. Deux équipiers sautent alors sur la

Un homme à la mer !

barre franche pour aider à tenir. C’est la quatrième fois

Le bateau ronfle et grince et l’équipage maintient

que ça arrive, et cette fois, quelque chose a cassé. Il faut

un échange permanent : où est le meilleur vent ?

tous s’y mettre pour remonter le safran.

Où faut-il virer ? Où sont les autres concurrents ? La communication, l’esprit d’équipe, la gestion du groupe

Les premiers Extreme 40 sont trop loin pour les

et la solidarité fonctionnent à merveille et sont des

rattraper, mais nous poursuivons jusqu’à l’arrivée.

modèles du genre.

Même pour un skipper professionnel comme Nick, c’était une dure journée. “Je me suis parfois demandé

“Nous avons une bonne vitesse les gars. Nous sommes

où était la limite”, avoue-t’il après la course. “Et désolé

en train de semer Basilica” dit Alec. Nous semblons

si on n’a pas pu s’empêcher de dire des gros mots”.

gagner du terrain sur les premiers quand trois vilaines vagues viennent secouer le bateau au moment où nous

Pas de souci les gars, vous m’avez fait vivre une sacrée

PHOTO TOP: JEAN-MARIE LIOT / DPPI / OC EVENTS

virons. Tout le monde est balloté et le temps de se

expérience en mer !

PHOTO ABOVE: PHILIPPE MILLEREAU / DPPI / OC EVENTS

dépatouiller, on se rend compte que Charlie n’est plus là.

PHOTO: MARK LLOYD / DPPI / OC EVENTS Cet article est paru sur le site Internet de BBC Sport le 24 juin 2007 suite à la participation de Rob au Tour de l’Ile de Wight JPMorgan Asset Management 2007.

23


EXTREME | ACTION

GROS PLAN

L’iShares Cup en images

PHOTO: PHILIPPE MILLEREAU / DPPI / OC EVENTS


25


EXTREME | ACTION

Ci-dessus / Les étraves de Volvo Ocean Race se soulèvent dans la houle de Marseille.

26


PHOTO: THIERRY SERAY / DPPI / OC EVENTS

PHOTO: VINCENT CURUTCHET / DPPI / OC EVENTS Ci-dessus / L’équipage de BT s’efforce de garder son Extreme 40 debout.

27


EXTREME | ACTION

PHOTO: VINCENT CURUTCHET / DPPI / OC EVENTS

En haut à gauche / L’équipage de Basilica célèbre sa victoire dans l’iShares Cup 2007. À gauche / Régate au coeur même de la ville pour la dernière épreuve du circuit à Amsterdam. PHOTO: VINCENT CURUTCHET / OC EVENTS / DPPI

28


PHOTO: PAUL WYETH / WWW.PWPICTURES.COM Ci-dessus / Des invités VIP à bord de JPMorgan Asset Management.

29


EXTREME | BATEAUX

L’EQUIPAGE

Au près

1. BARREUR: Dirige le bateau à l’aide d’une barre franche prolongée par un stick 2. REGLEUR GRAND VOILE: Contrôle la plus grande voile du bateau et la puissance qu’il peut supporter 3. REGLEUR VOILE AVANT: Contrôle la petite voile triangulaire (le foc) pour trouver l’équilibre et augmenter la vitesse 4. NUMERO 1: Équipier super agile qui déploie et récupère les voiles à l’avant du bateau 5. CINQUIEME HOMME: Une place supplémentaire pour un invité VIP

GRAND VOILE : C’est la locomotive du bateau. Sa surface est équivalente à celle d’une suite dans un hôtel 5 étoiles!

FOC: Utilisé pour naviguer au près. Conçu à partir d’une fibre appelé 3DL, mélange de carbone et de Kevlar (fibre extrêmement solide et légère utilisée pour les gilets pare-balles)

BOME: Espar horizontal qui s’étend du mât sous la grand-voile et aide à régler la voile

5 4 3 2 1

SAFRANS: Partie du gouvernail constitué d’un panneau vertical et rattaché à la barre. Les Extreme 40 ont deux safrans, un à l’arrière de chaque coque

DERIVES: Panneau vertical au milieu de chaque coque. Elles empêchent le catamaran de dériver sur le côté


Des Bêtes

de course

Les créateurs des Extreme 40 ont pris le bateau le plus grand et le plus rapide des classes Olympiques et ont doublé sa taille pour encore plus de vitesse. Le journaliste nautique Louay Habib nous dévoile ce qui rend ces bêtes de course si exaltantes. “Le concept des Extreme 40 est de faire venir la

solide et résistant mais également très léger. Le bateau

voile vers le public, et non pas l’inverse”, explique

– avec les voiles – pèse environ le même poids qu’une

Herbert Dercksen, PDG de TornadoSport qui a conçu

Mini Cooper. Une fois démonté, le catamaran tient dans

le catamaran de 40 pieds en 2005 et construit les

un container standard de 12 mètres et l’équipage peut

bateaux. “Les Extreme 40 sont incroyablement

l’assembler en quelques heures à peine.

fascinants à regarder et nous attachons beaucoup d’importance au spectacle que nous pouvons offrir au

Plus rapides que le vent

public, pour essayer de leur transmettre les frissons de

Il n’existe aucune flotte de bateaux de course capable

la régate en Extreme 40.

d’égaler les Extreme 40 en termes de vitesse et de spectacle. Dépourvus de quille, ces catamarans peuvent

VERIN HYDRAULIQUE : Utilisé pour descendre la

“C’est le Tornado, catamaran olympique, qui est à

naviguer sur des eaux peu profondes et offrir aux

bôme et augmenter les performances de la grand voile.

l’origine des Extreme 40. L’architecte Yves Loday est

spectateurs des scènes d’action explosives. Les règles

médaillé olympique de Tornado. Quant à Mitch Booth et

de course permettent en outre à un invité d’embarquer

à moi-même, qui avons participé à l’aventure depuis

pour une expérience inoubliable. “Les Extreme 40

le départ, nous avons également beaucoup navigué

peuvent atteindre les 40 nœuds de vitesse, explique

dans cette classe. En fait, l’Extreme 40 est une version

Herbert Dercksen. C’est un peu comme passer sa tête

agrandie du Tornado. Il est deux fois plus grand et il est

par la fenêtre d’une voiture roulant à 73 km/h ! Ils lèvent

incroyablement rapide”.

souvent une coque dans les airs, parfois jusqu’à trois

Ce système peut supporter des charges de 8 tonnes.

mètres au-dessus de l’eau, ce qui donne la sensation de

Formule 1 des mers

planer comme un oiseau”.

L’Extreme 40 est presqu’entièrement conçu de deux

CHARIOT DE GRAND VOILE : Rail relié àl’extrêmité de la grand voile et s’étend entre les deux coques pour ajuster l’angle de la grand voile par rapport au vent.

Winch: Pièce fixée sur le pont capable de supporter de lourdes charges pendant le réglage des voiles.

couches de fibre carbone posées de part et d’autre d’un

Par ailleurs, les voiles peuvent supporter d’énormes

cœur en nid d’abeille appelé Nomex. Cette méthode de

tensions. Avec du vent et peu de résistance sur l’eau,

construction est très proche de celle utilisée en Formule

les Extreme 40 décollent litéralement comme des

1, à la différence près que les Formule 1 ne mesurent

avions. Dans à peine 15 nœuds de vent, ils peuvent

pas 12 mètres de long et 19 de haut !

atteindre plus de 25 nœuds. Cela paraît peut-être

Les coques, le mât et les autres structures de carbone

impossible, mais Herbert Dercksen argumente : “vous

sont assemblés à l’aide d’un type de fibres carbone

montez sur votre vélo par une journée sans vent et vous

appelé pre-preg, qui sont pré-imprégnées d’une résine

commencez à pédaler. Plus vous irez vite, plus vous

spéciale. Au moment de l’assemblage, les différentes

sentirez de vent sur le visage. C’est votre vitesse qui

parties sont chauffées dans un immense four à haute

crée ce vent. Les marins appellent cela le vent apparent.

pression, l’autoclave. La très forte chaleur et la pression

Les voiles sont conçues et ajustées par l’équipage pour

agissent comme catalyseur et durcissent la résine,

retenir ce vent et faire grimper la vitesse du bateau”.

ce qui rend l’ensemble de la structure incroyablement

Plus le vent souffle, plus les bateaux vont vite!

CARACTÉRISTIQUES LONGUEUR: 12.19m (40 pieds)

SURFACE DE VOILE :

LARGEUR: 7.92m (26 pieds)

Grand voile 75m2

HAUTEUR: 18.9m (62 pieds)

Foc 25m2 Gennaker 78m2

PHOTOS (INC OVER PAGE): VINCENT CURUTCHET / DPPI / OC EVENTS

VITESSE MAXI : 40 nœuds


EXTREME | BATEAUX GENNAKER: Cette voile est enroulée lorsqu’elle n’est pas utilisée sur le bord de près. Mais au portant, elle devient le moteur du bateau et permet d’atteindre des vitesses exceptionnelles. Elle est encore plus grande que la grand voile !

Au portant Mat: 18.9 mètres de haut, conçu en deux parties. Sa rigidité et sa forme sont variables pour de meilleurs résultats. Il peut également pivoter pour améliorer les performances de la grand-voile

Trampoline: Filet tendu entre les deux coques, conçu en nylon léger et résistant. Il permet à l’équipage de se déplacer d’un bord à l’autre du bateau

COQUES: 4 Elles mesurent 40 pieds (12 mètres) de long pour être facilement transportées dans un container standard

32


EXTRÊME | ÉQUIPES

Les concurrents en lice Dix équipes s’aligneront sur les épreuves de l’iShares Cup 2008. Quels sont les favoris ? Suivez le guide. Les catamarans Extreme 40 n’ont rien de comparable avec d’autres supports et les régates de l’iShares Cup sont uniques en leur genre. Pour se distinguer, les équipes participantes devront donc faire preuve de qualités exceptionnelles. Parmi les 40 équipiers cette saison, des médaillés olympiques, des champions du monde, des vainqueurs de l’America’s Cup, des recordmen autour du monde et des stars de la course au large en solitaire. Ce sont souvent des skippers chevronnés avec des années de compétition de haut

Alinghi Team Aqua BT Holmatro iShares JPMorgan Asset Management Oman Sail TEAMORIGIN Tommy Hilfiger Volvo Ocean Race

niveau derrière eux, mais aussi de jeunes talents de la voile tout juste sortis de l’adolescence. Certains viennent du match-racing, d’autres du Skiff, d’autres encore ont parcouru des milliers de milles sur les plus puissants voiliers du monde, mais tous ont en commun une chose : l’envie de remporter le circuit iShares Cup.

Les marins de l’iShares Cup en chiffres

Un “cinquième homme” viendra rejoindre ces marins professionnels lors

29 champions du monde

de chaque course. Un invité VIP qui aura la chance de vivre une expérience mémorable aux côtés d’un équipage de haut niveau, comme on pourrait dribler avec Ronaldo, faire un swing avec Tiger Woods ou embarquer comme passager de Lewis Hamilton pour quelques tours de Grand Prix.

18 participations à l’America’s Cup 8 olympistes, dont 4 médaillés 17 records du monde 9 nationalités

PHOTO: JEAN-MARIE LIOT / DPPI / OC EVENTS

PHOTO: PHILIPPE MILLEREAU / DPPI / OC EVENTS

PHOTO: THIERRY SERAY / DPPI / OC EVENTS

33


EXTREME | ÉQUIPES

Alinghi Avec une prochaine America’s Cup bien partie pour se courir en multicoque, le Defender suisse Alinghi vient tester ses compétences en matière de catamaran sur le circuit iShares Cup. Ed Baird, barreur d’Alinghi lors de la dernière Coupe, est skipper de l’Extreme 40 cette saison aux côtés d’un casting de stars. L’équipe:

Sponsor : Alinghi

Le CV nautique d’Ed Baird est pour le moins impressionnant. Outre ses nombreux titres en match-racing, l’Americain

Classement 2007 : Première

a également participé à deux tours du monde en équipage et compte huit titres de champion de monde à son actif.

participation en 2008

Lorsqu’il remporte l’America’s Cup avec Alinghi en 2007, Ed Baird en est à sa quatrième campagne pour l’Aiguière

Nationalité de l’équipe : Suisse

d’Argent.

Couleur : Blanc Mise à l’eau du bateau : 2005

Au poste de Numéro 1 sur le catamaran Alinghi, on retrouve Pieter Van Nieuwenhuyzen, double vainqueur de

Skipper : Ed Baird (USA)

l’America’s Cup ayant lui aussi participé deux fois à la Whitbread autour du monde. A la grand-voile, un autre double

Équipage : Pieter Van Nieuwenhuyzen

vainqueur de la Coupe, Rodney Ardern, qui en plus des épreuves de voile s’est engagé plusieurs fois dans des

(NED), Rodney Ardern (NZL), Lorenzo

compétitions multisports telles que le Swedish Classic, un mélange de ski nordique, de course à pied, de vélo et de

Mazza (ITA)

natation. Et enfin aux réglages, l’Italien Lorenzo Mazza, qui dénombre pas moins de six campagnes pour l’America’s

Site Internet : www.alinghi.com

Cup et qui est un grand amateur de sports extrêmes, notamment de parapente.

Team Aqua

PHOTO: CARLO BORLENGHI/ALINGHI

Team Aqua apporte un nouveau bateau et une nouvelle équipe sur l’iShares Cup 2008. Ce sailing team professionnel international a été créé en 2007 pour participer à différents projets de course. Cameron Appleton est à la barre, accompagné de membres du Team Aqua et d’un spécialiste de l’Extreme 40.

L’équipe : Ancien équipier de Team New Zealand pour l’America’s Cup, Cameron Appleton est le skipper de Team Aqua. Il est entouré de son compatriote Andrew Estcourt, vainqueur de plusieurs championnats notamment en Skiff et en Melges, et d’un Britannique vivant à Auckland, Jim

Sponsor : Team Aqua

Turner qui a participé à deux America’s Cup et qui est double champion d’Europe et du Monde de

Classement 2007 : Première participation en 2008

Fireball.

Nationalité de l’équipe : Internationale Couleur : Noir

Autour de ce noyau kiwi, on note la présence de l’Anglais Alister Richardson, champion

Mise à l’eau du bateau : 2008

international de Skiff 14 et 49, qui était à la barre d’un Extreme 40 lors des deux toutes premières

Skipper : Cameron Appleton (NZL)

épreuves il y a deux ans.

Équipage : Alister Richardson (GBR), Jim Turner (GBR), Andrew Estcourt (NZL), Dan Johnson (GBR),

Après sa victoire en 2007 dans le championnat RC44, circuit de régates en monotype, le Team

Jonathon Taylor (GBR)

Aqua tentera de remporter l’iShares Cup pour ajouter un titre à son palmarès.

Site Internet : www.teamaqua.org


BT Sponsor : BT Classement 2007 : 3e Nationalité de l’équipe : Européenne Couleur : Indigo Mise à l’eau : 2007 Skipper : Nick Moloney (AUS) Équipage : Andrew Walsh (GBR), Ed Barney (GBR), Steve Mitchell (GBR) Site Internet : www.btteamellen.com/btextreme40

BT est le sponsor titre de l’équipe BT Team Ellen, qui regroupe Ellen MacArthur et Sébastien Josse. Le fournisseur en télécommunications a donné son nom à leur Extreme 40 pour la saison iShares Cup 2008. Après une première expérience sur le circuit l’année dernière où il a terminé troisième, l’Australien Nick Moloney est de retour à bord de BT pour tenter de remporter l’iShares Cup. Il est entouré d’un équipage britannique de qualité. L’équipe : Régates, courses au large, en solitaire, en équipage... Nick Moloney a une expérience de la voile extrêmement riche. Il a notamment participé à deux America’s Cup et à trois tours du monde, le premier lors de la Whitbread 1997-1998, le second dans le cadre du Trophée Jules Verne en 2002 et le troisième en 20042005 lors du Vendée Globe en solitaire. Andrew Walsh, ancien champion d’Europe junior de Laser et champion britannique de Tornado, est à la barre de BT. Il est accompagné de son équipier tornadiste Ed Barney aux réglages. Le quatrième membre de l’équipe n’est autre que Steve Mitchell, double champion du monde de Star qui a également représenté le Royaume-Uni aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004. Steve occupe le poste de Numéro 1 et pied de mât à bord de l’Extreme 40 BT.

35 PHOTO: THMARTINEZ / SEA&CO / BT TEAM ELLEN


EXTREME | ÉQUIPES

Holmatro Après une saison 2007 très réussie, l’équipe néerlandaise d’Holmatro revient sur le circuit. L’Autrichien Andreas Hagara, multiple champion de catamaran, est à la barre du bateau orange avec un équipage néerlandoautrichien de talent.

L’équipe : Avec cinq titres de champion d’Europe en catamaran (Tornado, Hobie 18 et Hobie 16) et un titre de champion du monde de Tornado, Andreas Hagara a le CV idéal pour prendre la barre d’un Extreme 40. Il participe ici à sa deuxième iShares Cup mais court déjà en catamaran de 40 pieds depuis 2006. Au poste de régleur de grand voile figure le Hollandais Mischa Heemskerk, qui a remporté deux fois la Round Texel, la plus grande course de catamarans au monde. Sander Speet est quant à lui régleur avant et apporte à l’équipe une expérience variée avec une participation à la Commodores’ Cup, au Spi Ouest France et à la Skandia Cowes Week pour le team Holmatro. L’Autrichien Gerd Habermuller est au pied de mât et au winch. Un rôle qui demande une grande forme physique et qui lui va comme un gant puisque Gerd a été entraîneur pour les Jeux Olympiques et a participé aux JO d’hiver 1998 et 2002 en bobsleigh. Gare aux accélérations !

Sponsor : N.V. Holmatro Classement 2007 : 2e Nationalité de l’équipe : Néerlandaise Couleurs : Orange (et gris foncé) Mise à l’eau du bateau : 2005 Skipper : Andreas Hagara (AUT) Équipage : Sander Speet (NED), Gerd Habermuller (AUT), Mischa Heemskerk (NED) Site Internet : www.teamholmatro.com

36 PHOTO: MARK LLOYD / DPPI / OC EVENTS


Sponsor : iShares Classement 2007 : Première participation en 2008 Nationalité de l’équipe : Européenne Couleur : Noir Mise à l’eau du bateau : 2005 Skipper : Hugh Styles (GBR) Équipage : Hugh Fletcher (GBR), Adam Piggot (GBR), Gerhard Van Geest (NED) Site Internet : www.iSharesCup.com, www.iShares.eu

PHOTO: JAN PEHRSON / ISHARES

iShares L’équipe : Lors des Jeux Olympiques de 2000 à Sydney, Hugh Styles a représenté le Royaume-Uni en Tornado. Depuis il a entraîné plusieurs marins olympiques et a beaucoup navigué en Extreme 40. Sur le circuit iShares l’année dernière, il était notamment responsable de deux bateaux et a embarqué comme équipier sur l’un d’eux pour toute la saison.

Cette année et pour la première fois, le partenaire de l’événement iShares sponsorise également une équipe. L’Extreme 40 iShares est mené par l’ancien tornadiste britannique Hugh Styles. À chaque étape du circuit, l’équipage sera rejoint par des stars locales de la voile ou par des personnalités embarquant au poste de ‘cinquième homme’.

Deux Anglais et un Néerlandais complètent l’équipe d’iShares. Hugh Fletcher était lui aussi équipier et responsable d’un bateau lors de l’iShares Cup 2007. Adam Piggot, au poste de Numéro 1, n’a que 19 ans mais déjà une expérience impressionnante en catamaran. Il a notamment participé aux championnats britanniques junior de Tornado et fut le plus jeune concurrent de la Texel Race. Avec une victoire sur la Round Texel et dans les championnats du monde de Nacra, Gerhard Van Geest a déjà un beau palmarès en multicoque. Il pratique également le kite-surf et a même tenté un record de la traversée de la Mer du Nord en kite en neuf heures.


EXTREME | ÉQUIPES Sponsor : JPMorgan Asset Management Classement 2007 : 8e Nationalité de l’équipe :
Britannique Couleur : Noir Mise à l’eau du bateau : 2008 Skipper : Shirley Robertson (GBR) Équipage : Fraser Brown (NZL), Nick Hutton (GBR), Chris Main (NZL) Site Internet : www.jpmorganassetmanagement.co.uk

PHOTO: VINCENT CURUTCHET / DPPI / OC EVENTS

Team Origin TEAMORIGIN, Challenger britannique pour la prochaine America’s Cup multi-challenges, participe cette année au circuit iShares Cup. À la tête de cette équipe, on retrouve le tenant du titre, Robert Greenhalgh, skipper du bateau vainqueur de l’iShares Cup l’année dernière. Il est entouré cette saison de membres clés de l’écurie anglaise. L’équipe : Lors de l’iShares Cup 2007, Rob Greenhalgh était le

Au poste de régleur avant se trouve le Français Julien

skipper et barreur de Basilica, grand vainqueur de

Cressant, qui fut équipier sur le circuit ORMA des

chacune des épreuves et de l’ensemble du circuit. Rob

multicoques et membre du team BMW Oracle lors de la

Sponsor : TEAMORIGIN

est un mordu de vitesse. Son palmarès le confirme. Il

dernière America’s Cup.

Classement 2007 :
 Première participation

a remporté le championnat du monde de Skiff 18 en

en 2008

2004 et la Volvo Ocean Race 2005-06 à bord d’ABN

Autre équipier issu de la Coupe, Matt Cornwell est

Nationalité de l’équipe :
Britannique

AMRO One, deux compétitions qui ont en commun

Numéro 1 à bord de l’Extreme 40. Matt a participé à

Couleur :
Bleu foncé

puissance et vitesse !

deux America’s Cup et a notamment remporté la Course

Mise à l’eau du bateau :
2005

du Fastnet et la Sydney Hobart.

Skipper :
Rob Greenhalgh

Le frère aîné de Rob, Peter Greenhalgh, était également

Équipage : Peter Greenhalgh (GBR), Julian

à bord de Basilica l’année dernière et a couru en 49er

Mike Heffer s’occupe quant à lui de tout l’aspect

Cressant (FRA), Matt Cornwell (GBR)

sur le circuit olympique. Il revient cette année à la

logistique de la campagne TEAMORIGIN Extreme 40.

Site Internet : www.teamorigin.com

grand voile et à la tactique de l’Extreme 40 Team Origin.

PHOTO: IAN ROMAN / TEAMORIGIN


JPMorgan Asset Management L’Extreme 40 JPMorgan Asset Management se distingue des autres participants de l’iShares Cup 2008, puisqu’il est le seul bateau mené par une femme. La double médaillée d’or olympique Shirley Robertson revient à la barre du catamaran après une première expérience l’année dernière sur deux épreuves du circuit. Elle court aux côtés de deux de ses anciens équipiers et d’un nouveau venu. L’équipe : Avec deux médailles d’or remportées aux JO de

Fraser Brown reprend également du service à

Nick Hutton était lui aussi à bord de JPMorgan

Sydney 2000 (en Europe) et d’Athènes 2004

bord de JPMorgan Asset Management en tant

l’année dernière et revient au poste de Numéro

(Yngling), Shirley Robertson est sans conteste

que régleur de grand voile et chariot. Fraser

1 et régleur. Lorsqu’il n’est pas à l’avant d’un

la plus grande championne de voile olympique

est un spécialiste du maxi catamaran. Il a

bateau, Nick navigue souvent en kite-surf.

britannique. L’Écossaise a aujourd’hui un

notamment remporté l’Oryx Quest 2005 et

emploi du temps bien chargé puisqu’elle est

établi un record autour du monde dans le cadre

Le quatrième équipier, à la tactique, est le

mère de jeunes jumeaux et travaille comme

du Trophée Jules Verne à bord de Cheyenne

Néo-zélandais et ancien de l’America’s Cup

présentatrice TV. Elle revient néanmoins sur le

en 2004, ainsi que quatre records à bord de

Chris Main

circuit iShares Cup à la barre de JPMorgan Asset

Maiden. Il court en Extreme 40 depuis 2006.

Management, après une première participation

Oman Sail

aux épreuves de Cowes et Amsterdam en 2007.

Une toute nouvelle équipe intègre cette année le circuit, celle d’Oman Sail. Elle est soutenue par le Sultanat d’Oman et fait partie intégrante d’un projet à plus grande échelle destiné à raviver l’héritage maritime du pays. L’équipage sera d’abord composé de marins professionnels internationaux, puis renforcé au fil des épreuves par des Omanis. Le Challenge Oman Sail débute avec Pete

de sélection et un entraînement intensif,

Cumming au poste de skipper et régleur. Chris

rejoindront le circuit.

Draper, médaillé de bronze olympique en 49e, est à la barre, accompagné à la grand voile et

L’équipe fera la promotion du Sultanat d’Oman

à la tactique de Mark Bulkeley, représentant

comme destination nautique de premier ordre

britannique en Tornado aux JO d’Athènes.

- le pays organisera un spectaculaire Festival

David ‘Freddie’ Carr apportera quant à lui son

International de la Mer à Muscat en 2010 – et

expérience des Extreme 40 à l’avant du bateau.

comme centre d’affaires, d’investissements et de loisirs.

triés sur le volet après de minutieux tests

Classement 2007 :
 Première participation en 2008 Nationalité de l’équipe : Omani Couleurs : Blanc, Rouge & Vert Mise à l’eau du bateau : 2005 Skipper : Pete Cumming (GBR) Équipage : Chris Draper (GBR), Mark Bulkeley (GBR), David Carr (GBR), rejoint par des équipiers

L’équipe :

Plus tard dans la saison, des équipiers Omanis

Sponsor : Le Sultanat d’Oman

d’Oman Site Internet : www.omansail.com


EXTREME | ÉQUIPES

Tommy Hilfiger

Sponsor : Tommy Hilfiger Classement 2007 :
4e Nationalités de l’équipe :
Américaine et Néerlandaise Couleur :
 Gris métalisé Mise à l’eau du bateau :
2007 Skipper : Randy Smyth (USA) Équipage : Stan Schreyer (USA),

Après une saison 2007 très disputée, Tommy Hilfiger fait son retour dans l’iShares Cup 2008. Le team réunira trois anciens membres de l’équipage autour du skipper Randy Smyth.

Jonathan Farrar (USA), Mark van Gelderen (NED) Site Internet : www.tommy.com

L’équipe : L’Américain Randy Smyth revient sur le circuit après

Le tacticien et régleur de grand voile n’est autre que

avoir participé à l’épreuve iShares d’Amsterdam

Jonathan Farrar qui navigue pour le team américain

l’année dernière et avoir couru en tête de la flotte

depuis 11 ans et qui est un grand amateur de baseball

Extreme 40 l’année précédente. Randy Smyth compte

et de Nascar. Son compatriote Stan Schreyer est aux

à son actif pas moins de 58 victoires en championnat

réglages avant, tandis que le Néerlandais Mark van

national et mondial de multicoque, une médaille

Gelderen, au poste de Numéro 1, apporte une touche

d’argent aux Jeux Olympiques de 1984 et une victoire

européenne à ce trio transatlantique.

dans l’America’s Cup en 1988. PHOTOS: THIERRY SERAY / DPPI / OC EVENTS

Volvo Ocean Race L’équipage 100% néerlandais de l’Extreme 40 Volvo Ocean Race cherchera à terminer le circuit en beauté lors de la finale à Amsterdam. Le skipper Herbert Dercksen est triple champion du monde de catamaran et il est entouré cette année d’équipiers expérimentés issus de la course au large. Ils représentent la Volvo Ocean Race 200809, épreuve autour du monde en équipage avec escales. L’équipe : Herbert Derksen a remporté trois titres de champion du monde en catamaran et a participé deux fois aux Jeux Olympiques en Tornado, terminant neuvième à Atlanta et cinquième à Athènes. Ses trois équipiers Gerd-Jan Poortman, Simeon Tienpont et Arend van Bergeijk ont tous participé à la Volvo Ocean Race ou à la Whitbread. Arend van Bergeijk est à la grand voile et au chariot, Gerd-Jan Poortman aux réglages du foc et du gennaker, et Simeon Tienpont au winch.

Sponsor : Volvo Ocean Race Classement 2007 :
5e Nationalités de l’équipe :
 Néerlandaise Couleur :
 Bleu métalisé Mise à l’eau du bateau :
 2008 Skipper : Herbert Dercksen (NED) Équipage : Simeon Tienpont (NED), Gerd-Jan Poortman (NED), Arend van Bergeijk (NED) Site Internet : www.volvooceanrace.org


EXTREME | MODE À gauche / La gamme Musto Evolution utilise les toutes dernières technologies textiles pour des vêtements légers, imperméables et respirants. Ici la veste polaire Evolution pour hommes et la veste Soft Shell pour femmes. Ci-dessous / Polo Needles et short Cargo Black Rock de Musto.

Ci-dessus / Tricot Asymmetric Fairwind et pantalon en lin Atlantis de la gamme casual 2008 de Musto. À droite / Chemise bleu marine et short blanc en lin Atlantis.

PHOTOS: MUSTO LTD

42


Adoptez Une gamme d’accessoires et de vêtements nautiques à porter en mer comme sur terre.

le style

Ne ratez pas une minute de l’événement. La montre pour femmes Seamaster Aqua Terra d’Omega comporte un cadran en nacre décoré de lignes verticales “Teack Concept” rappelant

Les équipiers des Extreme 40 sont en permanence

le pont des voiliers de luxe, le tout serti de 55 diamants. £4,850 (Disponible début 2009)

confrontés à l’humidité. Les chaussures Match Trainers de

www.omegawatches.com

Musto ont un chausson en néoprène ainsi que des parties latérales en maille filet pour évacuer l’eau. £60 www.musto.com

Protégez vos mains avec les Gants complets Musto Performance, disposant de renforts antidérapants sur les paumes et les doigts. £22 www.musto.com

Conservez votre Champagne G.H. Mumm en toute sécurité quelles que

Emportez vos indispensables pour suivre les régates

soient les conditions grâce

avec ce sac pour femmes Musto Evolution dont la base

à cette boîte en aluminium

est en caoutchouc pour ne pas abîmer le pont.

brossé. £23.99

£25 www.musto.com

www.mumm.com

43


EXTREME | PARTENAIRES

44 PHOTO: JAN PEHRSON / ISHARES


A propos d’iShares Les fonds iShares ouvrent la porte à de nouvelles opportunités d’investissements Chez Barclays Global Investors (BGI), nous mettons notre longue tradition d’innovation et d’expérience en gestion d’investissements au service de nos investisseurs. Dans les années 70 nous avons créé la première stratégie indicielle et depuis, grâce à une innovation constante et à notre souci du client nous sommes devenus le leader mondial des fonds indiciels côtés*. Nous avons actuellement plus de 321 fonds iShares côtés sur les principales places boursières du monde, représentant plus de 400 milliards $ d’actifs sous gestion à travers notre gamme de fonds indiciels côtés (ETF). 50,5% du total des actifs sous gestion des ETF dans le monde sont investis dans des fonds iShares. L’extension de la gamme de fonds iShares répond à la demande des investisseurs pour un accès immédiat et abordable à de nouvelles solutions d’investissement à travers le monde. Nous ajoutons continuellement de nouveaux fonds à notre gamme et prouvons ainsi notre engagement à élargir les choix de placements de nos clients vers des moyens d’investissement rentables tout en axant nos activités

PHOTO: LORIS VON SIEBENTHAL / DPPI / OC EVENTS

iShares mondiales sur des besoins à l’échelle locale. En tant que leader mondial des fonds indiciels côtés et gestionnaire d’actifs expérimenté, nous conseillons aux investisseurs de vérifier les conséquences fiscales et les risques spécifiques avant d’investir dans des ETF et d’avoir conscience que la valeur de leur placement peut aussi bien grimper que chuter. Les fonds iShares fonctionnent comme toute autre action côtée en bourse. Ils s’achètent et se vendent sur les places boursières locales et leurs résultats visent à refléter celui de l’indice. La très grande variété d’ETF iShares et leur portée mondiale séduisent tout type d’investisseurs et leur permettent d’accéder à des actions régionales et nationales, aux obligations, aux marchés immobiliers et émergents, le

Fléxibilité, polyvalence et rentabilité... Voilà pourquoi les investisseurs institutionnels et privés choisissent les fonds iShares

tout en suivant l’évolution des prix en temps réel et pendant les heures d’ouverture des marchés. Avec les ETF iShares, les investisseurs peuvent mettre en oeuvre de nombreuses stratégies de placement, comme l’allocation d’actifs ou les utiliser comme substituts pour d’autres instruments d’investissement.

www.iShares.eu * Morgan Stanley report, Janvier 2008 Ce document a été publié par Barclays Global Investors Limited (‘BGIL’), établissement agréé et placé sous la tutelle de la Financial Services Authority (‘FSA’) au Royaume-Uni. ‘iShares’ est une marque déposée de Barclays Global Investors. Toutes les autres marques ou marques déposées sont la propriété de leurs propriétaires respectifs. © 2008 Barclays Global Investors Limited. Société enregistrée sous le No. 00796793. Tous droits réservés.


EXTREME | PARTENAIRES

Omega

Chronométreur officiel En tant que Chronométreur Officiel de l’iShares Cup, la marque suisse de montres de prestige écrit une nouvelle page exaltante de son histoire maritime. La montrebracelet chronomètre Marine d’Omega a gagné sa place dans les livres de records en contribuant à la victoire d’Éric Tabarly dans la Transat Anglaise OSTAR en 1964 puis en 1976. Depuis, Omega a conservé des liens étroits avec le milieu de la voile en devenant Chronométreur Officiel de The Transat 2004 et sponsor de l’équipe Emirates Team New Zealand pour l’America’s Cup 2007. Omega est représenté par des marins d’exception tels que Ellen MacArthur, Dean Barker et Mateusz Kusznierewicz, tout trois ambassadeurs de la marque. La montre Omega Seamaster reste un choix très apprécié des marins en quête de précision, de robustesse et de fiabilité. Omega est également Chronométreur Officiel des Jeux Olympiques depuis 1932 et partenaire d’un grand nombre de compétitions sportives de haut niveau dans des disciplines aussi variées que le golf, l’athlétisme, la natation et le bobsleigh. Depuis de nombreuses années, Omega cultive activement un idéal de perfection et de précision, personnifié par des ambassadeurs de la marque tels que Michael Schumacher, Michael Phelps et Ernie Els. www.omegawatches.com

46 PHOTO: THIERRY SERAY / DPPI / OC EVENTS


Musto Partenaire officiel vêtements

Célèbre pour sa contribution à la voile de haut niveau, des Jeux Olympiques aux courses autour du monde, Musto apporte avec lui un patrimoine unique dans l’iShares Cup 2008 et il est fier de mettre son savoir–faire au service de palpitantes régates en catamaran qui ont conquis un large public international. Avec la présence d’équipes de l’America’s Cup en lice pour affûter leur vivacité - et leurs griffes - en Extreme 40, tous les coups sont permis et les concurrents devront réunir talent et matériel exceptionnels. À chaque épreuve, nombre d’entre eux porteront l’équipement MPX Race. C’est notamment le choix de Nick Moloney à bord de BT et de Hugh Styles, skipper d’iShares. Étanches, très respirants et conçus pour limiter le poids et la résistance au vent, les vêtements MPX Race offrent une protection idéale tout en s’adaptant parfaitement aux mouvements des équipiers quelles que soient les conditions de navigation. La gamme Musto MPX Race comprend une veste, une vareuse, une vareuse voile légère, une salopette et un short “Musto: achievement through adventure” www.musto.com

Champagne G.H. Mumm Partenaire officiel Champagne Le Champagne G.H. Mumm associe son nom à la voile et à l’aventure depuis 180 ans. Georges Mumm, fondateur de la Maison, sponsorisait déjà un événement nautique en 1904 lorsque son ami le Capitaine Charcot devint le premier Français à atteindre l’Antarctique, où l’exploit fut fêté avec une coupe de Champagne G.H Mumm. Depuis, nous nous sommes engagés en tant que marque à célébrer des exploits remarquables de détermination, d’audace, de courage et de passion, et c’est exactement ce dont font preuve les concurrents de l’iShares Cup. C’est pourquoi G.H Mumm est heureux de s’impliquer dans ce circuit. Depuis les années 70, le Champagne G.H Mumm s’associe de près à quelques unes des plus prestigieuses épreuves de voile telles que la G.H Mumm Admirals Cup, le Vendée Globe, l’Hermes G.H. Mumm Regatta ou encore la Skandia Cowes Week. La navigatrice Ellen MacArthur perpétue l’esprit de G.H Mumm en se lançant à la quête de prouesses extraordinaires. Elle l’a prouvé en fêtant son record autour du monde en solitaire et sa seconde place dans le Vendée Globe 2001 avec du Champagne G.H Mumm. Ellen et Nick Moloney font partie de l’équipe G.H Mumm d’explorateurs et d’aventuriers toujours plus nombreux qui contribuent à promouvoir la marque comme Champagne à l’esprit d’aventure. D’autres ‘Amis de de G.H. Mumm’ ont fêté leurs exploits avec du Champagne G.H Mumm. C’est le cas de Bear Grylls, David Hempleman-Adams, Ewan MacGregor, Gordon Ramsay – et bien sûr tous les vainqueurs des Grand Prix de Formule 1 depuis 2000 ! www.mumm.com PHOTO: MARK LLOYD / DPPI / OC EVENTS


EXTREME | ONLINE

Media Les journalistes peuvent s’inscrire pour recevoir les communiqués de presse et télécharger tout le contenu numérique sur le Media Centre en ligne http://media.iSharesCup.com Organisation :

OC Events OC Events, filiale de la société OC Group d’Ellen MacArthur et de Mark Turner, est responsable de l’organisation du circuit Extreme 40. OC Events organise également The Artemis Transat, la plus ancienne course transatlantique en solitaire remportée pour la première fois en 1960 par Sir Francis Chichester. En 2005, OC Events a lancé un nouveau concept de course au large : la Barcelona World Race. Une épreuve autour

Suivre l’iShares Cup

du monde en double et sans escale dont le départ a été donné le 11 novembre 2007 et a vu neuf IMOCA 60 s’affronter sur les océans de la planète. OC Events a en outre introduit un circuit de records en Extrême-Orient, l’Asian Record Circuit, avec huit nouveaux temps établis dans huit pays par Ellen Mac Arthur en trimaran. www.ocevents.org Organisation de classe

TornadoSport TornadoSport est à l’origine du concept Extreme 40 et

Suivez l’événement, apprenez à connaître vos équipes préférées, découvrez les résultats et l’actualité minute par minute et regardez les vidéos des régates sur le site Internet de l’iShares Cup. Vous pourrez vous inscrire à la mailing liste et recevoir les dernières nouvelles par email et sur votre mobile. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.iSharesCup.com

produit les bateaux. Depuis le lancement de la classe en 2005, la flotte n’a cessé de s’étendre pour compter aujourd’hui 14 Extrême40 construits par TornadoSport. www.tornadosport.com www.extreme40.org

Contacts OC Events t: +44 (0)970 063 0218 e: info@ocevents.org Communication Helen Fretter helenf@ocevents.org Relations Presse Emily Caroe emily@ocevents.org Directrice de l’Événement Louise Close louise@ocevents.org

48 PHOTO: CARLO BORLENGHI/ALINGHI



Exreme magazine (fr)