Page 1


Portraitiste - Maître Pastelliste Sculpteur Peintre des lumières océanes Diplômée de l’Ecole du Louvre Bénézit 1999-2012 Membre de la Maison des Artistes de MENSA et de la Fondation Taylor


« Britt Le Bret cherche à retrouver l’impalpable : cette vibration de la lumière, ce quelque chose qui se cache derrière le visible et qui ne se trouve ni dans la forme ni dans la matière. La pensée s’allie à l’oeil. La lumière, soutenue par un graphisme nerveux, libère le tableau et lui donne sa densité, toute sa capacité de vibration et d’émotion. Cette lumière si intense et si légère, donne un autre sens aux modulations du ciel, à sa profondeur. La ligne est vivante, sensible dans l’espace ; le trait, aigu, anime la matière, fait renaître l’élan de la vie. Ses oeuvres pressentent le non palpable avec une gravité qui tend vers l’absolu. Nous percevons un au-delà presque mystique, et une volonté pour ce peintre d’ouvrir le ciel, et de se pencher avec acuité dans l’ombre de l’inconnu. Ce ciel, ces paysages, ces portraits, ces dessins, se chargent d’un mystère et vibrent de lumière. Nous sentons la force du silence et de l’infini. » François Perche - LA REVUE D’ART MODERNE

En 1999, Britt Le Bret entre dans le dictionnaire du Bénézit. En 2003, le titre de « Maître Pastelliste  » lui est décerné par la Société Nationale des Pastellistes de France «  en reconnaissance de son talent personnel et de sa maîtrise technique qui font honneur à l’art du pastel »


« A Britt Le Bret qui sait mettre tant de force intérieure dans la forme, en respectueux hommages » Dédicace de René Huyghe, de l’Académie Française, Historien d’Art, auteur de nombreux ouvrages d’Art de référence, ancien directeur du Louvre, dans FORMES ET FORCE (Flammarion 1971)


« Il y a chez Britt Le Bret une unité d’écriture et de sentiment dans les passages de couleurs et la beauté des blancs. Une main très sûre au service d’une belle sensibilité. Elle saisit la vie. » Marianne Bourges, ancien Conservateur de l’Atelier Cézanne Aix-en-Provence - Mai 1998


Freedom of the eye by Britt Le Bret

I like the freedom with wich nature joins geometry and fancy. I don’t want to distort her but understand her and when I rush her it’s in the way an actor puts his make up on ; exacerbating the caracter. Reality is subjectif as eyes or brain are thus ; but réality is the best support to express an emotion. I’d like to communicate this enthousiasm little daily happiness can procure, but are so often negleted. It’s so easy : take time, offer yourself time to observe : a flower : beautifull or pecular… a smile, the curve of a neck, an astonishing pecular colour ; a light cathing your attention and making you stare at it, a striking opposition that makes you react… I invite you to look at things, to consider them, to observe. It must be a pleasure, your pleasure, you ought to forget, an instant, the stressing present, the terrible things of life. A picture can merge observation and memory giving a new, unexpected certitude, shaping a decision. Dare look without préjudice and think what you want. Observing a picture is a brake in every’s day life. I invite my visitors to stop a moment and follow the reality I propose to them.


« Britt Le Bret a sa place dans l’art moderne. En respectueux hommages » René Huyghe 19 XI 90 Dédicace de René Huyghe dans : « Les signes du temps et l’art moderne » (Flammarion 1985)


BLOIS été 2007

EXPOSITION

La Nouvelle République L’art du portrait au Pastel Par Jacques Henri. 19 Juillet 2007

Depuis le 28 juin dernier, Britt Le Bret, maître pastelliste, présente une centaine d’œuvres réparties entre la Maison du Loir-et-Cher et l’Hôtel de ville. Des dessins à l’encre, des huiles, des aquarelles, et surtout de sublimes portraits au pastel sec qui à eux seuls valent le voyage. « Le pastel permet de laisser les choses en l’état et de les reprendre  », indique l’artiste qui travaille toujours d’après modèles vivants. «  Ce qui m’intéresse, c’est le choc de la chose, l’émotion, l’enthousiasme. Je propose une vision. A partir de là, je choisis l’outil qui me convient sur le moment. Ce qui m’intéresse dans le portrait, c’est la trace laissée par la vie dans l’attitude, le regard, la façon de se tenir. Je m’adapte à la personnalité du sujet. »

Outre ses pastels de fleurs (au 1er étage de la Maison du Loir-et-Cher) et ses portraits, Britt Le Bret expose également plusieurs aquarelles et huiles dédiées aux grands espaces où « l’air, l’eau, le ciel, tout se mêle », ainsi que des bustes en bronze, résine et terre. Ancienne élève de l’Ecole du Louvre, des Arts Décoratifs et de plusieurs ateliers parisiens, Britt Le Bret a participé à de nombreux salons et présenté une dizaine d’expositions personnelles. Lauréate de très nombreux prix, elle a reçu en 2003, le titre de «  Maître pastelliste  », décerné par la Société Internationale des Pastellistes de France. Une liberté d’expression où «  ce qui compte, c’est l’émotion ».

Jacques Henri


La Provence 19 Juillet 2004 Par Tanguy Scoazec, journaliste

Pastels émus par le réel Visages inconnus mais f a m i l i e r s, b o u q u e t s fl o u s m a i s parfaits, paysages sombres mais flamboyants… Tout l’art de Britt Le Bret ne peut être réduit à une technique ni à un support. Pastel, aquarelle ou gouache, toile ou papier, rien d’autre ne lui importe que l’émotion qu’elle souhaite transmettre, transfigurer aussi. « Il y a des gens qui se promènent en blue-jean en toute occasion, et d’autres qui aiment s’habiller en fonction de ce qu’ils ont à faire, s’amuse l’artiste. Moi j’aime utiliser la matière qui convient.  » Voilà peut être la clé de sa diversité. Ce désintérêt apparent de la technique cache en fait une grande

« La fantaisie de la nature »   René Huyghe, de l’Académie Française, a dit de Britt Le Bret qu’elle  «  sait trouver l’âme des autres et traduire la sienne  ». Personne ne peut rester indifférent devant ses portraits qui transcendent les simples traits du visage pour nous emmener sur les terres de la personnalité, du caractère et de l’émotion. «  Je suis émerveillée par la fantaisie de la nature, mais je n’oublie pas sa géométrie profonde…  » On trouve cette géométrie structurelle dans la composition de ses bouquets et dans ses ciels posés sur des lignes d’horizon vaporeuses, toujours au service de la beauté. Un travail admirable.»

maîtrise de la part de cette ancienne élève du Louvre et des Arts Décoratifs

Tanguy Scoazec

de Paris et lauréate en l’An 2000 du concours de l’Autoportrait du magazine « Artiste». Violoniste. Pastel. Médaille Or Salon Naphtachimie BP Martigues 2001.


« J’ai aimé infiniment ces visages emplis de mystère, en même temps de douceur. Des évocations du meilleur Helleu, et également de Vuillard. Les fleurs, également, par leur perfection atteignent au poétique. Bravo. J’ai trouvé l’ensemble remarquable. » Maurice Rheims, de l’Académie Française, Commissaire Priseur, Ecrivain d’Art et romancier, lors d’une exposition personnelle de Britt Le Bret à la Fondation Chaillot. Paris mai 1986


L’attente Huile sur toile 20P

« A Britt Le Bret qui dans son art sait trouver l’âme des autres, et traduire la sienne En respectueux hommages » Dédicace de René Huyghe dans : « L’ART ET L’ÂME » (Flammarion)


Double portrait au pastel

LA COTE DES ARTS

LE NOUVEAU JOURNAL

Mars 1986 Par Georges Giraudon

Avril 1978

« Chaque tableau de Britt Le Bret permet d’imaginer la vie, la vie idéale. Dans ses portraits de femmes, les yeux vous fixent et vous devinez que les confidences vont suivre. Ses fleurs dispensent généreusement les couleurs que vous aimez et ses paysages suscitent des rêveries, des souvenirs, des orages lointains, ou proches... »

« Britt Le Bret ne se contente pas de copier seulement la nature. Ses peintures sont un acte de volonté et de réflexion. Nous percevons un au-delà, un mystère qui vibre de lumière, une force de l’infini. Devant ses paysages, ses portraits, ses dessins, on voit renaître l’élan de la vie, de la matière. Cette artiste est tout à fait maîtresse de son métier et sait surmonter le réel après l’avoir possédé, elle le hisse au niveau de la poésie grâce à sa sensibilité. Elle est ennemie de la facilité. C’est pourquoi ses œuvres sont de qualité.» 


Dédicace de Katia Granoff, galeriste parisienne, femme de Lettres et poète. Prix Georges Dupau de l’Académie Française pour son anthologie de la poésie russe (1961)


« Je vous ai sans doute mal exprimé l’admiration pour un art aussi évocateur, synthétique et sensible que le votre.»  Comment vous dire, surtout, mon admiration pour vos dernières fleurs tellement sensibles, d’une composition si habile qu’elle semble naturelle et d’un coloris si rare et si harmonieux. Je ne puis les comparer, en leur souplesse, qu’à celles de Dürer.» Fred Bérence

Extraits des lettres de Fred Bérence, de l’Académie des Beaux-Arts, Historien d’Art, Spécialiste de la Renaissance Italienne


Magazine L’amateur d’art

GALERIE MARCEL BERNHEIM Henri Héraut Paris 1977

Parmi un excellent groupe à la Galerie Marcel Bernheim, nous avons eu la joie de découvrir les dessins au fusain et pastels de Britt Le Bret. De simples « têtes d'enfants  » et de femmes, mais traitées avec une force précise dans les traits et surtout emplies d'une vie intérieure si intense que les évocations d'apparences sommaires, de véritables tableaux complets, valent bien telles grandes présentations, effigies, officielles à l'huile ! »


PRESSE OCÉAN

LE PROVENÇAL

Janvier 1994 Par Lionel Aubry

André Raphaël, artiste peintre et Critique d ’ A r t . E x p o s i t i o n à L o u r m a r i n ave c l’association Relations Culturelles et Artistiques du Roy René d’Aix-en-Provence Juillet 1995

«Elle a cependant la gaieté de ces femmes «... Avec Britt Le Bret, le dessin est toujours inspirées pour qui aller à l’essentiel est une présent, mais il se propose comme une règle de vie. Son œuvre est faite ainsi, passion désinvolture, un brio qui donne en particulier y compris. Le peintre devient alors le médium dans les bouquets, une légèreté, une allégresse dans l’exécution, tout à fait qui perçoit son modèle comme une onde et inimitable. donne ainsi du pastel à son œuvre  : ça vous traverse et cette aura est ce que l’on retient.

Britt Le Bret, c’est la virtuosité du dessin Sa façon de rythmer ses portraits est intense deviné, bien plus que perçu, sous le savant et va encore une fois à l’essentiel. désordre des taches ensoleillées, ce que les Chinois appellent : la peinture sans os. » Voyez pour cela ce portrait intitulé «  Violon  » où le trait sonne comme une symphonie. C’est remarquable de faire à ce point vibrer un instrument d’un coup de crayon, d’un seul.  Mais sa galerie de portraits ne s’arrête pas à ce point d’orgue. On y rencontre bien d’autres regards que l’on aimerait croiser pour de vrai… Un talent plein de feu. 


VISAGE DU XXe SIECLE Britt Le Bret par André-Charles Rousseau Reportage et Une du Magazine « VISAGE DU XXe SIECLE » - Septembre 1983. « Les Japonais ont la spécialité des bouquets savants : de la même manière, Britt Le Bret a le secret des agencements qui nous laissent à penser que certains messages ne peuvent être confiés qu’aux artistes touchés d’une grâce particulière. Il n’est pas si fréquent que la peinture renferme un tel pouvoir d’évocation que nous puissions nous permettre de passer aujourd’hui sous silence un bel exemple de ce que la technique et le talent, joints à une féminine finesse de conception, peuvent créer de rare, d’apaisant, voire de tonifiant pour les jeunes artistes assaillis de doute. L’art, au moment où notre siècle s’achève, recouvre bien des trouvailles ingénieuses, beaucoup d’efforts d’originalité, d’innombrables tentatives de renouvellement dans la modernité, de louables recherches dans le désir d’adapter les arts plastiques aux évolutions de la société contemporaine, d’habiles exploitations de formules décoratives en vue de procurer un indispensable rajeunissement à des systèmes éculés... Mais combien d’esthètes se soucient vraiment de procurer le discret pincement au coeur qu’espèrent tous ceux qui ne demandent à la vie qu’un supplément d’âme qui leur fasse oublier les soucis quotidiens ?   Britt Le Bret n’en respecte pas moins les valeurs ancestrales qui ont permis de conduire jusqu’à nous les moyens de créer des oeuvres valables, dans une période de délirante aventure artistique. En parfaite logique avec son comportement, sa peinture correspond parfaitement à l’une des tendances de notre époque, tout en faisant appel aux traditions de métier que d’aucuns considèrent d’un autre âge. Un bouquet de fleurs classique est toujours un peu banal, rarement digne d’orner la couverture d’une revue d’art... Or, il s’agit là de tout autre chose. Nous sommes en face d’un tableau qui nous impose avec élégance le charme d’une quiétude intimiste dans un intérieur heureux. Là, point d’éclat inutile, on a seulement voulu exprimer, avec pudeur, des sentiments de bonheur simple et profond. En outre, sachez que Britt Le Bret possède un remarquable talent de portraitiste ; elle y fait montre d’une psychologie pénétrante et souriante. Enfin, nous ne pouvons pas ne pas signaler qu’elle écrit à ses moments perdus de très beaux poèmes, dans lesquels s’exprime un autre aspect de son moi sensible : la générosité. » André-Charles Rousseau


Britt Le Bret par

Henri Feyt Ecrivain d’Art et poète Aixois Mai 2000

Depuis qu’il y a des peintres et qui - Dans ce que j’aime en elle, Britt Le Bret peignent, tout ou presque a été dit et le dernier venu vient trop tard, le regard a beau se vouloir disponible, il en a tant vu, il a tant engrangé d’images dans le souvenir qu’il se sent sinon blasé, du moins infiniment vieux. J’en étais là, au point mort de l’indifférence existentielle, lorsque par hasard je suis tombé sur une collection d’une vingtaine de pastels, aquarelles et huiles d’une certaine Britt Le Bret. Je me suis surpris à les dévisager - c’était à deux ou trois exceptions près, de modestes formats. Britt Le Bret cette rencontre muette me mit plutôt en sympathie avec la sensibilité très particulière dont je me trouvais le témoin. Fine, délicate à l’extrême, soignée et dans le même mouvement, grave et expressive, elle avait trouvé le moyen de toucher en moi une fibre dont je ne me savais même pas pourvu... Britt Le Bret sort assurément du moule de l’ordinaire. C’est un peintre féminin plus que délicat, distingué. Elle apporte :

apporte avec une aisance naturelle une présence d’âme assez extraordinaire, cette spiritualité contenue mais forte et de qualité, étonne et presque détone. La singularité tient ici dans l’union de la délicatesse mise à dire les choses, de la précision et de la fermeté du trait, de la gravité enfin du sentiment intérieur qui tend l’œuvre comme un ressort vif en cette ère de bruit et de déballage des appétits sur la place publique.

Ceci dit, ne cherchez pas le bonheur dans cette œuvre, il n’y a que du courage et de la dignité à vivre. L’art de Britt Le Bret est à la fois si discret, si humble, si dépouillé à la source en même temps que si ardemment authentique dans sa retenue,  si rare aussi par sa qualité d’âme qui y est investie, qu’il faut faire très attention quand on a la chance de l’approcher. On peut tout aussi bien passer à côté sans l’apercevoir, comme il arrive à une - Un air très frais à respirer, un air qui, sans porcelaine précieuse et d’un temps révolu de doute, a déjà enchanté par le passé - peut être n’être point remarquée dans le bric-à-brac aux années 1925 - mais un air qu’on ne contemporain. connaîtra probablement plus. Cette artiste n’est sage qu’en apparence. Ici, il y a de la retenue et pourtant de la Elle n’aime pas les cris de la fête foraine non ferveur en chaque être et, tout aussi bien, en plus que les sonos qu’on absorbe aux injustes c h a q u e c h o s e . C h a q u e fl e u r d e s e s noces de l’an 2000. Son énergie et son drame bouquets,  on dirait, frissonne d’avoir été potentiels, comme pour le grain d’uranium, choisie et sacrifiée pour le seul spectacle du sont à l’intérieur. tableau. « Aimer ce que jamais on ne verra deux fois », conseille Alfred de Vigny.

Henri Feyt


Ouvrir le ciel

Lever de jour sur l’océan - Huile sur toile 20P. 1993 ( Collection Particulière )


La Revue d’Art Moderne Par François Perche Journaliste et Critique d’Art - 1980

« Cette artiste aime particulièrement peindre les paysages de mer, au ciel travaillé en profondeur, derrière une enveloppe aérienne dans une sorte de présence affective que semble prolonger la rêverie et qu’imprègne une vérité vivante. Elle rend sensible le paysage, le portrait - qui est le paysage de l’âme - avec un sens dynamique. Nous la sentons maître de son métier, dans ses compositions où se découvre l’évanescence de la nature, les mouvements d’un subtil abandon… Elle ne fuit pas le réel, mais le surmonte après l’avoir possédé et lui donne une âme. Elle le hisse au niveau de la poésie, et nous la sentons prête à recevoir toute sensibilité, toute émotion, et à la transposer dans la création picturale ».

Britt Le Bret cherche à retrouver l’impalpable : cette vibration de la lumière, ce quelque chose qui se cache derrière le visible et qui ne se trouve ni dans la forme ni dans la matière. La pensée s’allie à l’œil. La lumière, soutenue par un graphisme nerveux, libère le tableau et lui donne sa densité, toute sa capacité de vibration et d’émotion. Cette lumière si intense et si l é g è r e, d o n n e u n a u t r e s e n s a u x modulations du ciel, à sa profondeur. La ligne est vivante, sensible dans l’espace  ; le trait, aigu, anime la matière, fait renaître l’élan de la vie. »

François Perche


La Revue d’Art Moderne Par François Perche Journaliste et Critique d’Art. 1981

« C’est chaque fois un réel plaisir pour nous d’aller à une nouvelle exposition de Britt Le Bret mais, ses œuvres ne se laissent découvrir que lentement. Il faut longuement les regarder pour que nous sentions des mouvements secrets, un certain frémissement de la matière.

Ses œuvres pressentent le non palpable avec une gravité qui tend vers l’absolu. Nous percevons un au-delà presque mystique, et une volonté pour ce peintre d’ouvrir le ciel et de se pencher avec acuité dans l’ombre de l’inconnu. Ce ciel, ces paysages, ces portraits, ces dessins se chargent d’un mystère et Lorsque nous regardons un tableau de vibrent de lumière. Nous sentons la force Britt Le Bret, nous sommes devant une de silence et de l’infini. » interrogation de l’artiste en face de la nature. Il s’agit d’un acte de volonté et de l’esprit, d’un choix aussi bien de la réflexion que des sens, et non seulement François Perche d’une servile soumission à la nature.


« Pour moi, un paysage est la lutte entre les bleus froids et les bruns chauds ; Les gris-bleu et les bruns-rouges »

« Ciels atlantiques » - Huile sur toile 20P ( Collection Particulière )


Exposition personnelle au Palais des Congrès Aix-en-Provence, Janvier 1992


Le Courrier d’Aix Par Charles Brémond, critique et historien d’Art Président fondateur du Salon Sainte Victoire à Puyloubier 1992

« Portraits et Ciels »: c’est le titre symbolique de cette exposition du Palais des Congrès. Le regard monte vers le ciel dans les pastels de Britt Le Bret : c’est un élan vital qui anime toute sa création artistique. Une quête d’absolu. Elégance, harmonie, hardiesse et sûreté du trait, éclairage intense, lumière choisie… Pour traduire avec autant de réussite la lumière, il faut la porter en soi. Etre une âme de lumière. Une artiste admirable. De telles œuvres éclairent une pièce. Du grand Art. Une longue méditation pour les jeunes artistes.»  Charles Brémond


1. Balade sur le traict au Croisic - Aquarelle 2. Le cimetère marin - Pastel


1. Alizés - Pastel 2. Ciel d’embruns - Techniques mixtes


Still life Ă la chaise bleue. Pastel


La Revue d’Art Moderne

Vents du large - Huile sur toile 1998 55 cm x 38 cm 20P

Par Renée Carvalho, Critique d’Art.1980

« Cette transposition cristallisée,

bleus des flots s’assombrissant à l’horizon sublimée du sujet par la personnalité du et du ciel modulant de l’aigue marine au peintre, ne retient que les taches colorées saphir. et leur orchestration, le fait surgir sur un

Aussi heureuse dans le paysage, l’artiste l’est également dans le portrait. semblent chanter le bonheur, des natures D’une écriture large, se référant à la mortes où les objets sont prétextes à des réalité, mais la dominant, elle suggère, recherches picturales en même temps affirme le modelé des visages, accuse le qu’ils acquièrent un certain mystère. c a r a c t è r e d e c h a c u n , d é fi n i t l a personnalité, la psychologie de ceux Cette tendance à l’abstraction est qu’elle évoque. » encore plus marquée dans certains paysages et marines comme les évocations du Pouliguen ou, par la Renée Carvalho décantation du souvenir, l’auteur exalte la grande poésie de ces symphonies de fond satiné et ce sont des bouquets qui


Exposition personnelle Hôtel de Ville d’Aix-en-Provence, Juillet 2004


La Marseillaise Par Alain Chatanay, journaliste Juillet 2004

Britt Le Bret a consacré toute sa vie à l’amour passionné de son art. Son œuvre est exceptionnelle et magnifique. Elle débute tôt sa carrière et, toutes ces années passées, l’ar tiste a su étonner les admirateurs de sa peinture. Peintre reconnu par les critiques d’art, les journalistes, les personnalités et le public, Britt Le Bret fascine. Cette ancienne élève de l’Ecole du Louvre et des Arts Décoratifs de Paris a fréquenté de nombreuses galeries et salons de Peintures et reçu de nombreuses distinctions. Aujourd’hui elle expose à Aixen-Provence à l’Hôtel de Ville.

Cette exposition d’œuvres réjouit les visiteurs et ses amis Aixois. Point de critiques mais des félicitations sur le travail accompli, sur un ouvrage fait de sensibilité.

Il y a de l’amour quand Britt Le Bret porte son regard sur son environnement et le restitue si bien. Elle a une connaissance parfaite de son sujet qu’elle peut ainsi le reporter si intensément sur la toile et rendre le portrait si vrai, si vivant. Elle est si magnifiquement douée qu’elle sait rendre aux décors de la mer, une beauté insoupçonnée. Mais, ce qu’elle affectionne tout particulièrement ce sont les fleurs, ses Les œuvres sont là aux yeux de tous. bouquets qu’elle sait si bien nous restituer. Là se déploie son chemin de vie avec des Alain Chatanay arrêts sur des décors, des visages, des sujets qui ont marqué son existence.


Le GĂŠnie du vent, huile sur toile 80P


Magazine Echos de Provence Par Monique Barrat-Manuel Journaliste, concertiste et musicologue Juillet 2004

« Superbe exposition de Britt Le Bret autour de ses pastels, présentée dans un lieu privilégié de l’Hôtel de Ville d’Aix-enProvence. Cette très grande artiste de classe internationale aux nombreuses distinctions a saisi de main de maître les états d’âme les plus subtils de ses personnages et en dégage une émotion maîtrisée. Elle exprime avec autant de talent les forces de la nature sereines ou violentes. Son ultime poésie se modèle dans la douceur silencieuse des compositions florales identifiant avec précision la qualité et le parfum déjà absorbé au bout de sa craie ou pinceau. Peut-être, concrétise-t-elle ici, dans ses tableaux « Ciels et mer » l’histoire des joies et souffrances humaines dont dispose la nature, et résonne aux influences des

saisons qui sont aussi les nôtres, étroitement liées. Dans son œuvre magistrale, tout est amour, sagesse et profondeur, écrit dans un contrepoint musical savamment construit. Et puis, un fait rare s’ajoute à cette exposition exceptionnelle, celui des effluves harmoniques, chants et sons multicolores du Festival d’Art Lyrique lors des concerts de Radio France dans la cour de l’Hôtel de Ville. Dirait-on que ces ondes magiques venant s’imprégner sur les toiles telle une vérité qui passe laissaient un message intemporel. »

Monique Barrat-Manuel


50


Le Courrier d’Aix Juillet 2004

Peintre inscrite au Bénézit, maître Pastelliste, Britt Le Bret a reçu, tout au long de son importante carrière, de nombreux prix et médailles. Cette ancienne élève de l’Ecole du Louvre et des Arts Déco confirme avec cette exposition la maîtrise de son art.

La sensibilité de l’artiste, à l’écoute des âmes par le portrait, du langage des fleurs par le bouquet, du dialogue ciel mer par le paysage, a, pour l’accompagner, une technique parfaite qui s’accommode aussi bien du pastel et de l’aquarelle que de l’huile ou du fusain.

Second volet de cette exposition, les portraits. Féminins pour la plupart, mais aussi portraits d’hommes à tous les âges de leur vie. Dans le regard du modèle, l’artiste a saisi la personnalité profonde et le sentiment qui prévaut au moment de la pose est décisif : elles sont sereines ou angoissées, soucieuses ou mélancoliques ou encore, se projettent tant dans l’objet qu’elles tiennent à la main, verre ou archet, qu’elles racontent sans le vouloir la passion ou l’attente. Dans ces visages où le trait fait la part de l’ombre et de la lumière, la couleur est discrète, elle rôde autour d’une ride ou d’une pommette qu’elle dissimule ou met en valeur.

Un fil conducteur aérien et insaisissable maintient ensemble ces fleurs en un harmonieux bouquet, dans un mouvement d’ascension où elles ont acquis une spiritualité que transcende le monde végétal. Peut-on ainsi expliquer leur transparence, leur fluidité, leur évanescence ? Les couleurs ainsi atténuées établissent entre elles des correspondances secrètes, tel le jaune et le blanc, le rose et les différentes gradations du bleu violet.

Le même émerveillement saisit le regard face aux paysages dans « l’enthousiasme que j’ai ressenti en les réalisant, l’étonnement que j’éprouve toujours à observer la nature, marier sa fantaisie surprenante à sa géométrie profonde » dit l’artiste, livrant ainsi la clé de son œuvre. Un enthousiasme et un étonnement qu’elle a en tout cas fait partager aux visiteurs nombreux de son exposition. Christiane Kaspar

EXPOSITION À l’Hôtel de Ville d’Aix-en-Provence

Par Christiane Kaspar Ecrivain et Journaliste

51


« J’aime la liberté avec laquelle la nature marie sa fantaisie à sa géométrie profonde ; je ne cherche pas à la dénaturer mais à la comprendre et lorsque je la violente, c’est à la façon dont se grime un acteur : en en exacerbant le caractère.»

« Ciels atlantiques » - Pastel


Salon d’Automne de La Baule 2008 2008 à la Chapelle Sainte Anne, organisé par la Société Littéraire et Artistique


M.Yves Métaireaux, Maire de La Baule, Michel Chelet, Président de la Société Littéraire et Artistique de La Baule et Britt Le Bret


« Ses toiles frémissent, nous sentons la délivrance de l’espace, la transparence de la nature. Nous sommes touchés par la sincérité du langage, par cette impression de calme, par la nervosité du trait… Sa personnalité éclate avec force. Il s’agit d’un acte de volonté et de l’esprit, d’un choix aussi bien de réflexion que de sens, et non d’une servile soumission à la nature. Ces œuvres pressentent le nonpalpable avec une gravité qui tend vers l’absolu. Nous percevons un au-delà presque mystique, une

volonté pour ce peintre d’ouvrir le ciel et se pencher avec acuité dans l’ombre de l’inconnu. Ce ciel, ces paysages, ces portraits, ces dessins, se chargent d’un mystère et vibrent de lumière. Nous sentons la force de silence et de l’infini »

François Perche La Revue d’Art Moderne 1982


1. Pêcheurs de coques sur le traict au Croisic - Aquarelle 2. Régate sur la Pointe de Penchâteau - Aquarelle


Les vagues - Huile sur toile 40P 2005 ( Collection Particulière )


Vents du large - Huile sur toile 20P


LA REVUE D’ART MODERNE Par François Perche 1982

« Une profonde vie intérieure donne à ses toiles des résonances de silence, d’infini, et un sens à la réflexion picturale, à la lucidité, sobre, nuancée et vibrante d’émotion. Une lumière, presque intérieure, pourrait-on dire, les imprègnent et impose une présence. Ses toiles frémissent, nous sentons la délivrance de l’espace, la transparence de la nature. Nous sommes touchés par la sincérité du langage, par cette impression de calme, par la nervosité du trait. Sa personnalité éclate avec force. »


Magazine CÔTÉ ARTS Par Christiane Kaspar 2001

«... Le même émerveillement saisit le regard face aux paysages. Est-ce bien ma Bretagne et ses ciels tumultueux que l’artiste peint aux différents moments de la journée ou bien une contrée connue d’elle seule où orages et tempêtes s’emparent du ciel jusqu’à faire oublier la mer grise et mouvante réduite au prétexte de raconter l’aventure des nuages ? Les ailes de l’oiseau fantastique qui les traverse, poussé par le vent et de cette trouée de lumière qui les déchire pour retomber en faisceaux de commencement du monde, révèle la fascination de Britt Le Bret pour le symbole caché des métamorphoses de la nature. »


« Ciel d’embruns » - Huile sur toile 10P Collection Particulière.


Lumières océanes - Huile sur toile 20P.


«... Dans l’art du paysage, la recherche de l’essentiel passe par l’économie du trait. Un dépouillement abouti avec “Ciel de Bretagne” où le point d’orgue est ce nuage blanc respecté des cumulus. Une synthèse qui évoque musicalement le monde des harmonies limpides, cher à Debussy. » Christiane Kaspar - La Cote des Arts


« Je peins avec ma liberté, la vie dans son élan. Elle passe, toujours renouvelée. Chaque tableau devrait être l’aboutissement d’une quête.»

« Ciels atlantiques » - La Côte sauvage - Huile sur toile 20P


« Ici, il y a de la retenue et pourtant de la ferveur en chaque être et, tout aussi bien, en chaque chose.» Henri Feyt, écrivain d’art


Ciel atlantique - Huile sur toile - 20P


Le Nouveau Journal 1981 Par François Perche Critique d’Art

« C'est chaque fois un réel

Une profonde vie intérieure

plaisir pour nous d'aller à une

donne à ses toiles des

nouvelle exposition de Britt Le résonances de silence, d’infini, Bret. Cette artiste présente ici

et un sens à la réflexion

des portraits, des fleurs, des

picturale, à la fois lucide,

paysages d’une belle vigueur

sobre, nuancée et vibrante

où éclatent un rythme

d’émotion. Une lumière

plastique, un mouvement, un

presque intérieure les

équilibre, un dynamisme aussi. imprègne et impose une Mais ses œuvres ne se laissent

présence. »

découvrir que lentement. Il faut longuement les regarder pour que nous sentions des mouvements secrets, un certain frémissement de la matière.

François Perche


1. Balade sur le traict au Croisic - Aquarelle 2. Le cimetière marin au Croisic - Pastel

73


Amoureux sur la Côte sauvage. Huile sur toile 10P. Collection particulière.

« J’aime communiquer une certaine joie de vivre qu’offrent les petites choses du quotidien qui sont à la portée de tous, trop souvent ignorées, méprisées : la beauté d’un ciel, une lumière inattendue, la surprise d’une fleur sauvage qui vient de s’épanouir en bordure de route ; sur un talus ! Un couple qui, un moment, prend le temps de vivre ce présent, ensemble, tout tranquillement, admirant un paysage, s’abritant sous un même parapluie ; simplement silencieux. Ce bonheur très simple et trop rare d’être heureux d’être ensemble ; d’être. Avec des thèmes simples j’aimerais inviter mes visiteurs à sortir un instant de leur quotidien, débrayer de leurs obligtions, prendre conscience de la vie. J’aime la liberté avec laquelle la nature marie sa fantaisie à sa géométrie profonde. Je ne cherche pas la réalité qui est multiple ; mais aimerais vous communiquer mon enthousiasme.» Britt le Bret - Février 2009

74


Le traict au Croisic

1. Promeneurs sur le traict - Aquarelle - Carnet d’artiste 2. Pêcheurs de coquillages sur le traict - Mine noire et aquarelle


Paysage entre Batz-sur-Mer et GuĂŠrande - Huile sur toile 15P


La revue d’art Moderne Salon d’hiver Février 1967

« Britt Le Bret dont l’envoi l’an dernier avait déjà retenu notre attention, présente aujourd’hui un paysage : « Bords de Seine ». Traitée dans un empâtement dense, soulignant une écriture résolue, cette toile réserve une large place au ciel, dont les nuages blancs se reflètent dans le fleuve et l’ampleur de la vision crée une saisissante atmosphère d’une sérénité teintée d’une mélancolie infiniment poétique. Aussi heureuse dans le paysage, l’artiste l’est également dans le portrait. Elle dégage hardiment la personnalité du modèle par un dessin acéré qui retient les réactions de l’individu devant la vie. Mais, dans l’un comme dans l’autre, elle affirme sa grande réceptivité. »


La Revue d’art Moderne Salon d’hiver Paris 1966

Le Bois de Boulogne - Huile sur toile - 15P -1966

« Britt Le Bret a le coup de crayon incisif : elle capte un regard, un sourire, une expression et nous communique l’émotion, le sentiment de la connaissance du sujet, dont chaque portrait doit, normalement nous livrer l’évidence. Les paysages sont traités d’une façon à la fois large et resserrée, et nous font entrevoir un calme et une réalité non point simplifiée, mais ordonnée, isolée dans une liberté chargée des sentiments du sensible et de la plénitude. Cette artiste a rarement exposé, mais a toujours été très remarquée.»


Ouest France « Britt Le Bret peint l’émotion »

« Britt Le Bret au gré de ses fantaisies et du hasard, compose ses bouquets. L’agencement floral très féminin ne bascule jamais vers un romantisme exagéré. Les couleurs sont éclatantes, le trait est décidé et le résultat étonnant. « Les bouquets nous débrayent du quotidien », précise très justement le peintre. L’enthousiasme et l’émotion sont des mots qui reviennent souvent dans la conversation de Britt Le Bret qui conclut : « en fait, faire le portrait de quelqu’un, c’est très indiscret. »

Rose et orchidée. huile sur toile 2003 20P


Provence, huile sur toile 20P


Magazine LE PEINTRE L’Officiel des Peintres et Graveurs

Iris et pavots - Huile sur toile -15P

Jean Chabanon, Critique d’Art, Décembre 1977

«… D’abord des dessins dirigés avec sûreté qui soulèvent la réalité, de brèves (mais non vides) aquarelles et lavis qui situent en peu de notes des paysages et surtout des peintures à l’huile : larges bouquets qui ne doivent rien aux fleuristes, des bouquets de peintre en masses amples d’une lecture saisissable qui anime chaque élément et que des accents de la pâte stimulent encore. Des paysages nettoyés de toute anecdote, vastes toiles de beaucoup d’éclat sous une lumière de rêve. Tout cela est d’un beau peintre. »


Co nt act

E- ma i l . b rit t le b re t @ g m a i l . c o m Te l . (41 +) 227 88 28 88 M ob. (4 1 + ) 7 9 8 8 9 9 4 5 6 1 6 , C h e m in d u Po m m i e r 1 218 - L e Gr an d S a co n n ex SUISSE

S i t e. h t t p : //b rit t-le-b ret.c om a tta ché e de p r es s e : i s a b e l l e d e M é r é E-m a i l . pre sse id e m @ h o tm a i l .f r Te l . (+ 3 3 ) 0 6 6 2 4 2 1 7 2 1


1 catalogue britt le bret number one  

Britt Le Bret Portraitiste, Maître Pastelliste Peintre et Sculpteur

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you