Issuu on Google+

TEST ordis premiers prix contre seconde main

p. 27

SANTé

Ces ondes qui nous rendent malades p. 29

Spécial

numérique

Ses avancées, ses fractures, ses limites l Les espoirs qu’il suscite l Les dangers qui l’entourent

Internet Les accrocs et les antis p. 8

JEUX VIDéos L’attractivité du pôle lyonnais p. 12


Édito 47, rue Sergent Michel Berthet CP 606 69258 Lyon cedex 09 Tél. : 04.72.85.71.73 Fax : 04.72.85.71.99 http://www.iscpa-lyon.com iscpalyon@groupe-igs.fr Directeur de la rédaction Alexandre BUISINE Rédacteur en chef Sébastien TRANCHAND Rédactrice en chef adjoint Anne-Sophie FONTANET Secrétaires de rédaction Florent CORDA Adrien PAREDES- VANHEULE Journalistes Jessica BISSAY Florent CORDA Florian FAYOLLE Anne-Sophie FONTANET Bastien GOULY Gaétan MATHIEU Adrien PAREDES-VANHEULE Antoine PERRET Benoît SOILLY Sébastien TRANCHAND Paul TURENNE Distribution magazine Patrick GIRARD 04.72.85.71.73 Publicité Master 2 Communication ISCPA Dépôt légal : ISCPA Lyon © Photos de couverture  Sebastien TRANCHAND pour Science @ Venir

SEBASTIEN TRANCHAND

Plus dur est le réveil dans la jungle du numérique

V

ous venez de vous réveiller. Dix ans que vous étiez endormi. Nous sommes en 2009 et les enfants ne jurent plus que par la Wii ou les jeux de société tactiles. Leurs parents, armés d’un I-phone, débattent des derniers formats de télévision Haute Définition et des GPS « new-generation ». Pendant ce temps, les publicités encombrent vos boîtes de messagerie, ou autres rustres boîtes à lettres, de nouveautés technologiques révolutionnaires, de vocabulaire technique dont on ignore souvent la réelle signification. Bienvenue dans l’ère du tout numérique. De la surenchère technologique et sémantique. Exit l’époque où les fournisseurs d’Internet vendaient à prix d’or des connexions 56kb, et où les ados s’extasiaient devant les premiers jeux vidéos en trois dimensions. La révolution a bel et bien eu lieu. Dans cette jungle du digital, combien sont ceux qui peuvent affirmer naviguer sans soucis entre les « pixels », « processeurs quadri-cœurs », « forfaits 3G+ » ou autre « Tuner TNT » sans se tromper de direction ? Probablement très peu… Pourtant, à l’heure où je vous parle, des milliers d’hommes s’affairent à tirer des kilomètres de câbles aux quatre coins de la planète pour raccorder les endroits les plus reculés au réseau mondial. Des millions d’internautes échangent grâce aux réseaux sociaux. Des milliers d’autres en profitent pour se faire soigner à distance. Des centaines de milliers en font leur leur business. Des milliards n’y ont pas encore accès. Que cela nous touche de près ou de loin, que l’on se sente concerné ou pas, le numérique a un impact indéniable sur notre société. Ce numéro est là pour essayer de le déchiffrer. Qui des retraités occidentaux -étrangers au monde digital- ou des jeunes Africains –mis à l’écart des nouvelles technologies- arriveront le mieux à s’adapter ? Quelles sont les solutions développées dans les pays riches pour permettre l’accès de tous au numérique ? Et comment résorber les disparités de développement entre un Nord connecté et un Sud en transit qui a pris le train à mi-chemin. Autant de questions posées par l’arrivée du numérique, notion d’une complexité et d’une étendue rare. Chaque jour, quelque part dans la Silicon Valley, une nouvelle start-up, un concept détonnant est créé. Sans prétendre être exhaustif, ce magazine essaiera de vous donner des clefs pour comprendre où les nouvelles technologies nous emmènent. Alors, qui que vous soyez, anti ou accroc, jeune ou vieux, il est temps de se réveiller et de ne pas laisser passer le wagon du numérique, passeport pour l’avenir.  sebastien tranchand, rédacteur en chef


Sommaire

Innovations 5 L’e-book fait déjà polémique

En bref 6 Lyon vue du crayon

Société 8 Portrait d’un «no life » : sa vie est un jeu virtuel

Sébastien tranchand

10 Ceux qui rejettent la technologie

D

Les visages de la fracture numérique p. 18

11 Google se paie la bibliothèque municipale de Lyon

économie 12 Lyon, pôle mondial du jeu vidéo 14 Très haut débit : avoir la fibre... ou pas 15 La radio numérique fait son entrée

D.R.

montage: adrien paredes

Dossier

Google a la main sur la bibliothèque municipale

18 Les visages de la fracture 19 Les promesses de la conférence pour la solidarité numérique 20 Ordis seconde main pour l’Afrique

p. 11

Radio numérique : pas reçue 5 sur 5 p. 15

21 Gabriel Cohn-Bendit s’engage pour l’éducation en Afrique 22 L’informatique enseignée aux seniors

Politique ENVIE RHône

24 Lyon ne joue plus la carte à « fonds » 25 Pierre-Alain Muet fait le bilan de sa politique

Des ordinateurs reconditionnés p. 28

D.R.

27 TEST Premier prix contre seconde main

SEBASTIEN TRANCHAND

Téléviseurs ultra-plats p. 5

Il n’y a pas d’âge pour se connecter p. 22

écologie/Santé 28 Recycler pour mieux aider 29 Les ondes, pires ennemies de Cécile 30 points de vue Avec Marlène Nowacki et Arno Barbe Décembre 2008 l SCIENCE @ VENIR l 3


a la maison ou au travail, le numérique nous accompagne dans notre vie de tous les jours.

Quelques chiffres témoignent de notre relation privilégiée avec ce nouvel outil.

Chiffres

51 millions d’Africains sont connectés à

Internet pour une population de 955 millions de personnes.

68%

des Français ont prévu de faire leurs achats de Noël sur Internet, contre 53% l’an dernier (Médiamétrie/ NetRatings).

230 écrans numériques équipent les cinémas en France, sur un total de 5398, soit 4% du parc. Ces salles ont en parallèle toutes conservé leur matériel de projection 35 mm (Fédération Nationale des Cinemas Français). 18% des Français déclarent avoir déjà téléchargé illégalement des films ou de la musique sur Internet (Ifop).

27,3 % des foyers étaient équipés d’un écran

plat en France en 2007, soit près de 10 points de plus en un an (Médiamétrie).

500 grammes c’est le poids du nouveau vidéo-projecteur Acer k10, destiné avant tout aux professionnels. Il tient même dans une sacoche ! (Le Monde Numérique) 1 milliard,c’est le nombre de souris fabriquées par Logitech. Sa toute première souris informatique a été créée en 1985.

20%

6e : C’est la place de la

ville de Lyon sur le marché international du jeu vidéo (Région Rhône-Alpes) . 89 % de la France métropolitaine

bénéficie de la couverture HauteDéfinition avec un minimum de couverture de 75% par département fin 2008 (Source CSA).

3.0

c’est le nouveau format USB officialisé par Jeff Ravencraft, président de l’organisation USB-IF. La principale fonction du 3.0 est une plus grande rapidité d’échange d’information, 10 fois plus que l’actuel format USB 2.0.

50%

de la population mondiale risque de devenir électro-hypersensible d’ici à 2017. C’est ce que révèle l’étude du chercheur suédois Orjan Hallberg, publiée sur le site du CRIIREM (Centre de Recherche et d’Informations Indépendantes sur les

63,8% des Français âgés de 6 ans et plus sont allés au cinéma lors du premier semestre 2008. Une telle proportion de spectateurs n’a jamais été atteinte au cours des 10 dernières années, même lors du raz-de-marée Titanic de 1998 (Médiamétrie).

26

: c’est le nombre d’heures que passent, chaque semaine, les Français sur Internet. C’est davantage de temps que pour la télévision. 55% des foyers français sont équipés d’ordinateurs, et 48% sont connectés à Internet.

25%

des Français sont prêts à davantage faire leurs courses sur Internet pour gagner du temps et de l’essence (Ifop).

50% des PME de Rhône-Alpes ont un site web .

(Région Rhône-Alpes)

2,8 millions

d’unités vendues de l’extension de World of Warcraft : « Wrath of the Lich King » le 13 novembre. C’est 400 000 de plus que la précédente édition en janvier 2007 (20 minutes).

Rayonnements Electromagnétiques).

de la population française est membre d’un réseau social sur Internet (Ifop).

4 l science @ venir l décembre 2008


Innovations

Le fin du fin… c’est Sony

TENDANCES HIVERNALES

esque, puisqu’il est annoncé à 495 euros. Cette année, il fau-

dra donc choisir entre la paire de gants et le matériel de glisse.

COIN LECTURE

A peine arrivé, l’e-book fait déjà polémique droits de leurs livres ». Le livre possède encore de beaux jours devant lui. * Directeur du Service Universitaire d’Enseignement en Ligne à Lyon 3. D.R.

services. Pouvoir construire son propre e-book, ce serait intéressant et utile », explique le directeur du SUEL*, Yann Bergheaud. L’arrivée du e-book pose aussi un problème juridique quant à l’acquisition des droits d’auteur pour les ouvrages concernés. A ce jour, la position des maisons d’édition sur l’e-book demeure floue voire inexistante. Selon Yann Bergheaud, « les maisons d’édition ne sont pas prêtes à brader les xxxxxx

Le livre électronique ou e-book débarquera dans nos rayons au printemps 2009. Un marché innovant dont les trois grands opérateurs de téléphonie mobile Orange, SFR et Bouygues Telecom se sont déjà emparés. Moyennant un forfait souscrit auprès de l’opérateur choisi, l’e-book permettra de télécharger plusieurs ouvrages dont l’affichage sera optimisé sur un petit écran portable. Si le concept plaît, l’outil ne suscite toutefois pas l’unanimité. « L’outil semble assez réducteur. Il faudrait l’enrichir de

Un écran de 3 mm d’épaisseur dans votre salon, c’est bientôt possible ! Dans la course au gain de place des appareils numériques, Sony commercialisera début 2009 en Europe un téléviseur aux dimensions et aux performances incroyables. Grâce à la technologie OLED, l’écran de 11 pouces (27 cm) n’est large que de 3 mm et offre un contraste d’image impressionnant (1 000 000:1). Seul défaut, sa résolution qui ne dépasse pas les 960 x 540 pixels. Un bijou précurseur d’une nouvelle génération de téléviseurs. Qui ne devrait en revanche pas plaire au portefeuille puisque son prix est annoncé à 3 000€. D.R.

Inspirée par les dernières technologies, la société Swany G-cell a créé cet hiver une paire de gants plutôt « branchés ». Connectée par Bluetooth au mobile, elle permet de téléphoner ou de répondre aux appels grâce au microphone et au haut-parleur intégrés. Mais ce n’est pas tout ! Il sera également possible d’écouter de la musique, le tout sans sortir les mains de ses poches. En réalité, plus encore que pour frimer, ces gants ont surtout été créés pour l’utilisation lors des sports d’hiver. Finies les frayeurs sur les télésièges, où les portables sont à deux doigts de tomber au milieu des pistes. Le système de numérotation vocale permet même de ne plus avoir besoin de le sortir du tout. Le risque étant de ne plus quitter son gant. Question tarif, le prix de vente est lui aussi gi-gant-

D.R.

Le téléphone qui vous va comme un gant

Les mobiles bientôt en haute définition ! A vos téléphones ! La révolution haute définition (HD) arrive également sur les mobiles. La société Renesas Technology a conçu une puce capable d’assurer le décodage de flux vidéo haute définition sur téléphones portables. En clair, elle permettra de visionner sur son mobile des vidéos en HD, jusqu’à 1080p à 30 images par seconde. Pas encore commercialisée, elle devrait être présentée en février prochain à San Francisco. Une innovation prometteuse et audacieuse sur un support –le téléphone- qui est en passe de devenir une vraie machine à D.R. tout faire.

Décembre 2008 l SCIENCE @ VENIR l 5


En bref

Un amour en papier

ESCAPADE VIRTUELLE

Il l’aime et il veut se marier avec elle. Tout parait normal pour ce Japonais qui souhaite s’unir avec… un personnage de manga. Cet homme voudrait mettre en place une loi autorisant le mariage entre un humain et un personnage de bande dessinée japonaise. Mille personnes ont déjà signé sa pétition au pays des jeux virtuels les plus poussés. « Je ne suis plus intéressé par la vie en trois dimensions. J’aimerai moi-même devenir un résident du monde en 2D. Cependant, cela semble aujourd’hui impossible avec la technologie dont nous disposons. Il serait donc bénéfique de pouvoir au moins se marier légalement avec des personnages en deux dimensions », a déclaré le prétendant au mariage.

Regarder Lyon vue du crayon

Les mots les plus recherchés sur Yahoo

EN IMAGE

Des chercheurs ont mis au point une télécommande qui pourrait annoncer la fin de la zappette. Le système inventé: un écran de contrôle projeté sur la paume de la main. Le zappeur n’aura plus qu’à tapoter sur les boutons virtuels avec les doigts de l’autre main. Au stade de simple prototype, il pourrait être commercialisé dès 2013.

6 l SCIENCE @ venir l décembre 2008

D.R.

Comme chaque année en décembre, le moteur de recherche Yahoo vient de révéler son « Topsearch 2008 » : palmarès des mots les plus recherchés sur le site. Le classement français se révèle très surprenant : en tête « Secret story », devant « Olympique de Marseille » et « Plus Belle la Vie ». De l’autre côté de l’Atlantique, « Britney Spears » arrive en tête du Topsearch américain, devant la WWE (la ligue de catch) et Barack Obama. Souvent controversés, ces résultats établis par Yahoo se basent sur les progressions enregistrées entre 2007 et 2008.

La mort de la zappette pour 2013

GEAND LYON

Vous avez toujours rêvé de contempler Lyon vue du sommet du Crayon ? Le Grand Lyon l’a fait. Pour cela, il suffit de se rendre sur le site internet du grand Lyon. Vous pourrez alors, en temps réel, contrôler pendant une minute une webcam située sur la mine du crayon, à 165 mètres d’altitude. Zoom sur la basilique de Fourvière, travelling le long du quartier Saint-Jean, la vue est imprenable et à coup sûr inédite. Site internet : www.grandlyon.org

La fessée pour You Tube

Y

outube vient d’être condamné par le le tribunal de Grande Instance de Paris à verser 60 000 euros à Jean-Yves Lafesse pour droit de diffusion et 25 000 euros pour remboursement de frais de justice. La plateforme vidéo avait en effet hébergé et refusé de retirer des vidéos de l’humoriste. Cette fois, Lafesse n’a pas commis d’erreurs dans la procédure. En 2007, il avait en effet perdu son procès contre Dailymotion et Myspace, oubliant de prouver que les vidéos contrefaites étaient bien les siennes. Depuis, Lafesse multiplie les plaintes contre ces deux hébergeurs de vidéos et a réussi à faire condamner MySpace à 61 000 euros de dommages et intérêts. MySpace hébergeait une page d’un fan qui compilait des vidéos de l’humoriste. Ces plateformes ne sont finalement pas punies pour l’hébergement des vidéos mais parce qu’elles ont tardé à retirer des vidéos, soumises à des droits d’auteur après signalement. Un avertissement qui devrait freiner les ardeurs de ces plateformes, car Lafesse n’est pas tendre…


Web: un numéro pour

D.R.

aider les parents

L’association E-enfance a lancé un nouveau numéro d’accueil téléphonique pour la protection des mineurs sur Internet. Son but : répondre concrètement aux interrogations des parents et des jeunes grâce à des conseils et des explications. Par exemple, ce qu’on peut faire en cas de contact avec un pédophile, ce que l’on ne doit pas mettre sur un blog ou encore trouver des solutions pour les problèmes d’addiction aux jeux. Deux psychologues apportent une réponse dans les 24h. 0 820 200 000 ou www.e-enfance.org

INSOLITE

Elle divorce à cause d’infidélités virtuelles Un mari infidèle, une épouse qui demande le divorce, l’histoire ordinaire d’un couple comme il en existe des miliers dans le monde. Pourtant, tout ne tourne pas forcément très rond chez Amy Taylor, 28 ans et David Pollard, 40 ans. Rencontrés sur le net en mai 2003, en ménage six mois plus tard, ces deux fans de jeux de rôle virtuels, se sont chacun créés

un personnage imaginaire sur le site Second Life, sorte de monde virtuel ou chacun peut créer son avatar et ainsi devenir rock star, mannequin ou homme d’affaires. Amy Taylor devient Laura Skype et David Pollard devient Dave Barmy. Problème, Dave est surpris une première fois par sa compagne avec une prostituée virtuelle. L’épouse bafouée passe l’éponge. Le

De gauche à droite les avatars Second life du couple et de la maîtresse virtuelle.

couple se marie dans la vraie vie et sur Second Life en 2005. Seulement Laura a des doutes et engage une détective privé qui ne tarde pas à coincer Dave le tombeur, dans les bras d’une autre demoiselle. « Cela avait l’air vraiment tendre », a observé Amy qui a entamé une procédure de divorce… dans la vraie vie. Mais quelle vraie vie ?

Nintendo se donne un coup de vieux

La Wii fait des ravages chez la population du troisième âge. Une percée que Nintendo tente bien de concrétiser avec un accord passé avec le groupe Médica France pour équiper 89 maisons de retraite en consoles Wii. Particulièrement aimées par les « aînés», la gymnastique douce et les petites activités physiques proposées par la firme nippone. 7313 résidents pourront ainsi s’affronter virtuellement lors de des compétitions de bowling ou de tennis sans risque majeur de tendinite au poignet ou au genou.

Décembre 2008 l Science @ venir l 7


Société

Sa vie est un jeu virtuel

BASTIEN GOULY

Accro aux jeux vidéo, Nicolas tente tant bien que mal d’agencer sa vie entre le virtuel et le réel. Un joueur noyé sur la Toile parmi les 800 000 cyber-dépendants. Portrait.

«  Tout faire sur l’ordi serait le rêve entre travailler et acheter les courses sur le net.» Nicolas, accro de jeux en réseau sur Internet

V

éritable passionné, Nicolas alias Zoko01 se donne un pseudo unique pour tous les jeux auxquels il participe : association d’un héros de manga et du numéro de son département, l’Ain. Vous pouvez croiser Zoko01 actuellement sur trois jeux FPS (First Personal Shooter) : Wolfenstein, Counter-strike et Swat. Dernièrement, Nicolas s’est mis à un jeu par navigateur, Tribal Wars. Pas besoin de CD d’installation, l’inscription est gratuite et se fait sur Internet. Le but étant de développer son village afin de conquérir ceux de ses voisins. Nicolas a aujourd’hui 24 ans, il s’est mis aux jeux video en ligne à 18 ans, lorsqu’il était apprenti. En effet, c’est avec son argent de poche qu’il s’est enfin acheté son ordinateur. « Je me suis mis au jeu en ligne

8 l SCIENCE @ VENIR l décembre 2008

parce que c’est un moyen de discussion avec mes collègues ou mes amis. On parle de nos « perfs » et de nos résultats de la veille. On veut être les meilleurs. C’est une gloire de faire évoluer mon village sur Tribal Wars et d’en conquérir d’autres. »

Copinage sur Internet et clashs sentimentaux Quand Nicolas avait 18 ans, il jouait presque neuf heures par jour. Aujourd’hui, il n’en passe que sept mais uniquement parce qu’il a trouvé un emploi, à temps plein, comme ouvrier. « Parfois, il m’arrive de revenir chez moi pendant la pause déjeuner, uniquement pour jouer. Même accepter des heures supplémentaires me fait parfois « ch.. », même si c’est dans le but de gagner un meilleur salaire,

parce que c’est du temps que je ne peux pas consacrer à mes parties. » Les relations sociales ? Pour lui rien ne vaut le jeu sur Internet. « J’ai un micro où lorsque je joue à des FPS, je communique avec mon clan. Il n’y a pas de répit. Alors que lorsque je suis en face à face avec un collègue au travail, parfois il y a des silences et des blancs, parce qu’hormis le jeu vidéo, on ne sait pas quoi se dire. » Grâce aux jeux vidéos, Nicolas a participé à deux réunions chez un copain de jeu réunissant tous les membres de son clan, de 12 à 40 ans. Il a même réussi à conquérir une fille qui voulait entrer dans le clan. Mais qu’à cela ne tienne ! Nicolas a aussi eu des problèmes à cause de sa dépendance, qu’il avoue au détour d’une phrase. «  J’avais une copine, ça créait des clashs car elle voulait


INTERVIEW

Bernard Chouvier, professeur de psychopathologie à l’université Lyon 2

« Ce comportement est un refuge » Comment définir le terme de dépendance ? Il y a dépendance lorsque le sujet n’est plus capable de décider lui-même d’avoir une activité. Il ne peut faire autrement, il est sous l’emprise de celle-ci. La dépendance traduit également un manque à être, un manque de confiance en soi, synonyme de frustration. Et cette frustration est d’autant plus forte lorsque le sujet ne peut se réfugier dans l’activité en question. Quels sont les facteurs qui entraînent des comportements «  no

life » ? A mon sens, le sujet est d’abord en proie à une difficulté psychique et c’est ceci qui le pousse vers ce type de comportement. Cette dépendance est une manière indirecte de s’évader d’une réalité angoissante. Ce comportement est un refuge. Quelles sont les conséquences de ce type de comportement ? Je pense qu’il faut distinguer deux cas. Cela dépend avant tout de l’insertion sociale des sujets, les jeunes adultes étant les premières cibles de ce genre de comportement. Les consé-

que je reste chez elle mais moi, je préférais rentrer pour mettre à jour mes parties. J’ai su, depuis, que je préférais être avec mon ordi qu’avec ma copine. Si, un jour, une fille me demande de lâcher l’ordinateur... ce ne sera pas possible. » Nicolas a depuis acheté un autre ordinateur, l’un étant consacré uniquement à Internet, l’autre aux jeux vidéos.

Pas no life, simplement accro Avec ses deux PC, sa passion, maintenant, il la vit chaque semaine, avec un « pote » qu’il a réussi à « brancher » sur le jeu Tribal Wars. Nicolas l’invite chez lui pour de longues soirées et Yoann est devenu tout aussi accro, si ce n’est plus que son ami. « Je me réveille une heure plus tôt, à 6 heures, simplement pour jouer. Parfois, je zappe la pause déjeuner pour jouer. Au travail, je profite de l’ordinateur pour voir ma partie, et quand je rentre je finis souvent à minuit devant mon écran. » Yoann compare le jeu vidéo au fait de fumer : « au début c’est à petite dose et puis on se prend au jeu jusqu’à en devenir dépendant.  En plus, comme la cigarette, j’ai perdu du poids car je saute parfois le dîner. » Pour autant, les deux compères refusent catégoriquement le terme de no life. Il leur arrive de sortir en discothèque, même s’ils préfèrent les soirées jeux vidéos. En souriant, les deux fanas du jeu avoueront tout de même : « Tout faire sur l’ordi serait le rêve entre travailler et acheter les courses sur le net. Mais on n’a pas encore les moyens de quitter notre travail. » Bastien gouly

quences sont légères lorsque le sujet a, dans son entourage, une personne capable de le ramener vers une relation authentique. Les sujets, qui eux ne disposent pas de ce cadre affectif, notamment chez les adolescents, sont en proie à une véritable addiction qui les pousse à se refermer sur eux-mêmes. Des conséquences positives subsistent tout de même dans le sens où Internet peut mener certains sujets à se socialiser. Et cela peut constituer une porte de sortie sociale si les échanges se concrétisent. propos recueillis par f.c.

EN SAVOIR PLUS Selon le rapport sur la cyberdépendance, présenté à la presse le mercredi 19 novembre par Arlette Grosskost et Paul Jeanneteau (députés UMP), 20 millions de français jouent en ligne (MMO) via Internet. 800 000 d’entre eux seraient victimes de cyberdépendance. Deux ouvrages traitent du sujet.

Mes enfants sont accros aux jeux vidéo, Jean-Michel Oullion, Carnets De L’info, janvier 2008

> NO LIFE : signifie littéralement « sans vie » ou « pas de vie » et définit une personne qui joue la plupart, voire l’exclusivité, du temps à des jeux vidéos. Ce type de notion est souvent lié à la cyberdépendance car elle pousse l’individu à délaisser sa vie sociale, sentimentale et/ou professionnelle. MMO (massively multiplayer online game) : genre de jeu vidéo. Il se caractérise par une communauté de joueurs se rassemblant sur une plateforme de jeu grâce à un accès Internet. Les jeux les plus populaires sont World Of Warcraft, Guild Wars, ou encore Dofus. PSEUDO : Dans tous les jeux en

ligne, le « pseudo » est utilisé par le joueur pour identifier son personnage. Il permet d’impliquer totalement le joueur dans un univers virtuel.

fps (jeu de tir subjectif en français): désigne un type de jeu dans lequel le joueur incarne un personnage avec souvent, dans les mains, un Magnum ou une Kalachnikov. L’angle de vue du jeu simule le champ visuel du personnage. CLAN : alliance de joueurs rassemblés à l’image d’une communauté. Pour certains jeux, on parle plutôt de «guilde» ou de «tribu».

Qui a peur des jeux vidéo ?, Serge Tisseron, Albin Michel, octobre 2008

Le conseil de la rédaction

Etendez votre réseau social sur Lyon !

I

nternet permet d’enrichir son réseau, ce n’est pas une nouvelle. Ce qui est plutôt amusant, c’est que vous pouvez rencontrer des personnes facilement grâce aux Apéros Facebook de Lyon organisés depuis janvier. Il suffit simplement de créer son profil sur Facebook, d’appartenir au groupe « Apéro Facebook Lyon » et le tour est joué... Vous recevrez chaque mois des invitations gratuites pour participer à des événements, dans des bars ou des pubs,

dans le but de rencontrer d’autres Facebookers, pour la plupart originaires de Lyon. L’initiative créée par Philippe Dorier et poursuivie par Benjamin sert avant tout « à passer un moment convivial et festif et pourquoi pas faire de nouvelles rencontres. » Le nombre de participants aux soirées ne cesse d’augmenter pour atteindre dernièrement près de 350 « facebookers ». Il reste encore de la marge puisqu’on estime à près de 30 000 le nombre de Lyonnais inscrits sur

Facebook. Autre initiative apparue en février 2008 grâce à des étudiants d’EM Lyon, « Voisineo » vous permet de rencontrer facilement vos voisins pour partager des hobbies (parties de poker entre autres) ou rendre des services malins (comme nourrir le poisson). Quelques exemples ? Dans le 2e arrondissement, Linoa offre des cours de cuisine, Sandrine prête sa machine à laver, Sergio propose des travaux de bricolage, etc. B.g.

Décembre 2008 l SCIENCE @ VENIR l 9


Société

« Refuser l’aliénation de la technologie »  Alain Pierre a 47 ans. Pianiste émérite, ce « saltimbanque » est plus à la peine lorsqu’il s’agit d’un autre type de clavier. En ces temps de tout technologique, rencontre avec un anti, pas extrémiste. cette crainte viscérale « de ceux qui veulent me simplifier la vie ! Je ne sais pas ce que c’est la vie et vous voulez me la faciliter ? », lâchet-il dans un rire. Et de poursuivre en montrant son installation musicale : « J’ai de la technologie, mais elle fait ce que je lui dis, et rien de plus. L’objet a tendance à prendre le pas sur l’Homme, mais il doit rester à sa place. Combien disent « Moi, sans mon portable je suis mort » ? » Si d’aventure il doit téléphoner ou envoyer un mail, il veut que ses filles, « qui utilisent tout ça », fassent le numéro, ou qu’elles préparent l’ordinateur pour qu’il

« Pas de portable, pas d’ordinateur, une télé «juste pour les DVD» et pas d’interphone. » contre la technologie elle-même », lance-t-il. « Je peine à comprendre comment on peut se dire cela: ça faisait défaut à ma vie ! Comment faisaient nos grands parents ? » Souvent ses yeux se perdent dans le néant, la fumée de sa cigarette roulée comblant le vide méditatif. Racontant un repas avec trois amis pendus à leur téléphone, il analyse : « La technologie crée une capacité à élever des murs, à s’enfermer directement, dès qu’un portable sonne. Tu deviens prisonnier. Combien de temps tu perds à trier tes mails par exemple ? Elle est là, l’aliénation. L’humain, avec le progrès, n’accepte plus de se perdre. Mais les grandes découvertes se sont faites comme ça, par erreur. Avec le GPS, tu prends directement la bonne route et tu ne découvres pas ces petits endroits que tu ne soupçonnais pas ! » Une attitude qui se retrouve dans

10 l SCIENCE @ VENIR l décembre 2008

n’ait plus qu’à taper. Resservant du café, il raconte une histoire entendue sur France Culture. « Une grand-mère américaine au début d’Internet : « Avant, j’allais chez ma fille trois fois par semaine. Maintenant, je l’ai tous les jours et je n’ai plus besoin d’y aller. Désolé, mais cela m’interroge. J’estime manquer de recul, c’est pour ça que je n’y entre pas ». Mais de reconnaitre, dans un mouvement de bras : « je sens que si je me laisse convaincre par un ordi ou un portable, je m’y plongerais corps et âme ». Pas d’extrémisme donc, mais une simple envie de comprendre comment « l’Humain, qui est si imparfait, peut espérer du parfait dans le progrès qu’il a lui-même engagé ? Je pense que c’est juste une question d’illusion. Il est plus facile de se rassurer que de comprendre ».  Antoine perret

AUDREY NOIROT

P

as de portable, pas d’ordinateur, une télé « juste pour les DVD » et pas…d’interphone. Une fois récupérée la clé dans le gant qu’Alain jette par la fenêtre, on pénètre dans un intérieur sympathique, plongé dans une obscurité bienveillante, où trône un splendide piano. Assis à un petit bureau, pantalon blanc, polo bleu et veste en mouton, Alain parle avec emphase, d’une verve passionnante, se levant soudain quand une métaphore ou une réflexion l’emporte. « Je suis contre la forme d’aliénation qui accompagne la technologie, pas

CONTREPIED

Pouvons-nous tout faire grâce à Internet ? Utile notamment pour concilier vie familiale et activité professionnelle, il existe aujourd’hui le télétravail -travail via le net à partir de chez soi-. Par exemple, des maisons d’édition freelance proposent un travail de lecture, de réécriture (le « rewriting »), de correction ou de traductions de romans depuis chez vous. Il existe également des cours en vidéoconférence ou par chat, souvent destinés à apprendre une langue étrangère. Internet vous

permet aussi de se nourrir sans avoir besoin de sortir la voiture de son garage, et même de se nourrir bio ! C’est ce qu’offre actuellement le site « Bioségur » ou encore des produits de la ferme sur « paysan. org », qui veulent profiter de l’Internet pour développer « une nourriture saine, fraîche et savoureuse à l’inverse de la malbouffe.» Si vous commandez depuis Lyon, ces deux sites vous proposent la livraison le jeudi aprèsmidi et le samedi matin.


En obtenant en juillet dernier la numérisation d’une partie du fonds ancien de la bibliothèque municipale de Lyon, qui débutera à la mi-2009, le moteur de recherche Google suscite la polémique.

Google/ Bibliothèque de Lyon

Fonds privés pour fonds public

L’imbroglio Google

ADRIEN PAREDES

Mais ce qui pose problème, c’est

l

“ Point de vue 

MONTAGE : ADRIEN PAREDES

2

9 ème bibliothèque à s’allier avec Google pour la numérisation de son fonds ancien, la Bibliothèque Municipale de la Part-Dieu ouvre, en France, la voie à un marché encore fragilisé par l’échec du projet Gallica*. Lyon fait figure de ville pionnière dans ce domaine. Depuis 1995, une infime partie des documents de la BM a déjà été scannée et mise en ligne. En manque de fonds, elle s’est alliée à Google, seul prestataire à avoir répondu à l’appel d’offres de la Ville, pour numériser 20% de son fonds ancien soit 500 000 ouvrages tombés dans le domaine public. Le contrat porte sur une durée de dix ans. « Notre but est de valoriser et de faire connaître la bibliothèque municipale de Lyon. En nous associant au programme Google Recherche de Livres, nous nous faisons une place parmi les bibliothèques les plus prestigieuses au monde », explique le directeur de la BM, Patrick Bazin. Les fichiers numériques du fonds ancien, dont Google possèdera les droits pendant 25 ans, seront consultables dans leur intégralité.

Contre 60 millions d’euros, Google a acquis une partie du fonds ancien de la Bibliothèque Municipale de Lyon.

justement le prestataire de cette numérisation. L’omniprésent Google et plus particulièrement, son service Google Recherche de Livres qui compte à ce jour près de sept millions d’ouvrages en ligne. Dans son Monopoly des bibliothèques, Google s’est offert la BM de Lyon pour 60 millions d’euros, le coût évalué de la numérisation. Les enjeux de l’opération pour le moteur de recherche sont purement commerciaux : un accroissement de ses gains

publicitaires et un afflux massif d’internautes passionnés d’histoire. En faisant ainsi commerce du domaine public, cela lui permettra de distancer son récent concurrent européen : Europeana, que Google « accueille comme une initiative complémentaire » et qui « n’était pas une réponse à la demande de la BM », d’après Patrick Bazin. Noyau dur de la Bibliothèque de la Part-Dieu, Patrick Bazin réfute pourtant l’idée d’un pillage de son fonds ancien et

Yann Bergheaud, directeur du Service Universitaire d’Enseignement en Ligne à l’université Lyon 3 et enseignant en droit et nouvelles technologies

« La Ville de Lyon s’est mariée à Google »

a mission de numériser ce fonds est indispensable, même si cela se fait avec Google. Il faut assurer la présence et le rayonnement de la culture française. Plus les ouvrages seront diffusés, plus ils seront valorisés. Si on attend trop, on disparaît. Aujourd’hui, l’Etat n’a pas l’argent pour subvenir au coût faramineux que représente la numérisation. Il se désinvestit complétement des activités culturelles. Sur la durée des droits d’exploitation, 25 ans, cela me paraît beaucoup car dans cinq ans, Internet ne ressemblera pas à ce qu’il est aujourd’hui. Les fonds numériques ne se consulteront déjà plus de la même façon. Cela va poser problème si la ville tente de casser son contrat avec Google. La ville de Lyon est en quelque sorte mariée à Google. D’autant plus que le coût de la numérisation va forcement être ressenti quelque part par la Ville de Lyon car il ne s’agit pas là d’une oeuvre caritative ou philanthropique de Google. Il s’agit d’un marché innovant. Il n’y a pas de modèle de base. Il va donc falloir être vigilant. Le risque majeur serait une situation monopolistique de Google sur le domaine de la culture. Il lui faut des concurrents.

rappelle qu’il s’agit d’oeuvres du domaine public. Le procédé de la numérisation suscite également la polémique. Habituellement, les livres sont envoyés à Google qui les scanne dans un centre près d’Oxford. Une règle à laquelle déroge Lyon. « Un centre de numérisation sera implanté dans la région. Nous pourrons la contrôler », affirme le directeur de la BM. Aucun lieu n’a été retenu pour l’instant et le financement de sa construction reste flou. Quant au subventionnement de l’opération, il a été lui aussi vivement critiqué. En juillet dernier, les élus du MoDem s’interrogeaient sur la gratuité du marché. Une clause dans le contrat indiquait que Google ne fournissait que 25 000 métadonnées ** gratuites, laissant penser que le reste des métadonnées était à la charge de la Ville. Patrick Bazin regrette un amalgame. «  La production de métadonnées est indépendante de la numérisation. C’est à la bibliothèque de les produire. Pour une raison de timing, Google nous en fournit 25 000 gratuitement.» Au delà de la polémique, la BM de Lyon s’approche avec cette numérisation de son objectif : créer sa propre bibliothèque virtuelle. Reste à savoir si Google s’offrira une autre bibliothèque en France. ADRIEN PAREDES-VANHEULE * La Bibliothèque Nationale de France avait lancé en 1994 ce vaste projet de numérisation, se soldant par un échec, faute de moyens. ** Le terme métadonnées désigne les fichiers qui permettent d’identifier et d’indexer les ouvrages numérisés.

Décembre 2008 l SCIENCE @ VENIR l 11


Economie Seconde en France et sixième au niveau mondial, la région Rhône-Alpes peut se targuer d’une importance considérable dans le domaine des jeux vidéos.

Lyon, plate-forme mondiale du jeu vidéo

P

lus de 300 millions d’euros, c’est le chiffre d’affaires colossal réalisé par les entreprises du secteur du jeu vidéo en Rhône-Alpes depuis trois ans*. Pour comprendre les nombreuses créations de sociétés lyonnaises spécialisées dans le domaine du jeu vidéo et l’implantation des géants Electronics Arts, Atari et Ubi Soft à Lyon, il faut remonter en 1983 et la fondation d’Infogrames. À l’origine de cette entreprise de développement de jeu vidéo, deux Lyonnais, Bruno Bonnell et Christophe Sapet. Le siège est alors à Villeurbanne. C’est en 1992, avec la sortie du jeu d’aventures Alone in the dark, que la marque deviendra mondialement célèbre. S’ensuit alors une vague d’acquisitions du groupe Infogrames, qui rachète de nombreux studios de développement, dont Eden studios, toujours présent à Lyon aujourd’hui.

B2B GAME

Des licenciements profitables au développement du secteur

Le jeu Velo’v permet de se balader virtuellement dans les rues de Lyon. Ici, la place Bellecour.

12 l SCIENCE @ VENIR l décembre 2008

En 2003, la société, en proie à des difficultés financières depuis quelques années, rachète le groupe Atari, qui devient par la même occasion, le nouveau nom du groupe. Voilà pourquoi le siège mondial d’Atari se situe encore aujourd’hui à Vaise. Autre conséquence des difficultés financières du groupe Infogrames, de nombreux postes sont supprimés. « Tous ces développeurs lyonnais, plein d’expérience mais sans travail, voulaient rester sur Lyon pour les nombreuses aides allouées au secteur du jeu vidéo, et pour la compétence du personnel » , explique Hélène Vega, chef de projet de Lyon Games. Une multitude de sociétés indépendantes, telle Widescreen va alors émerger. Cette dernière est un exemple de réussite lyonnaise dans le secteur du jeu vidéo. Fondé en 1999 par trois anciens employés d’Infogrames, ce studio, qui emploie aujourd’hui plus de 90 collaborateurs,


Cinéma numérique : un système à double vitesse

Zoom

La start-up Widescreen veut révolutionner l’univers du jeu en ligne

C

réée en 1999 par trois anciens d’Infogrames, et un  diplômé de l’ENS Lyon, la société Widescreen, basée dans le troisième arrondissement, emploie aujourd’hui plus de 90 salariés à plein temps. Spécialisée dans le développement de jeu d’aventures pour les consoles nouvelles générations (PS3 et X-Box 360), cette entreprise a déjà travaillé pour les plus grands éditeurs

mondiaux, dont Electronics Arts et Namco. Ils sont notamment à l’origine des jeux Dead To Rights II et Dune. Preuve de cette réussite, le chiffre d’affaires de la société atteignait les 3,61 millions d’euros en 2005. Mais Widescreen voit aujourd’hui beaucoup plus grand. « On veut maintenant créer nos propres jeux vidéos, ne plus avoir toutes les contraintes que nous imposent les éditeurs. On va

a travaillé avec plusieurs grands éditeurs internationaux comme le géant japonais Namco. Autre exemple avec Eden, l’un des plus importants studios de développement interne du groupe Infogrames il y a dix ans. En 1998, Eden décide de voler de ses propres ailes et devient indépendant. Dès l’année suivante, les studios signent un contrat avec Elecronics Arts, le plus grand producteur de jeux vidéo au monde. Aujourd’hui à nouveau rallié à Atari, Eden Games est un studio majeur dans l’industrie du jeu vidéo.

La sous-traitance : la force de Lyon Ce nombre important d’éditeurs et de développeurs de renom dans la région lyonnaise a également permis l’éclosion de petites entreprises car aujourd’hui, la plupart des grands groupes préfèrent sous-traiter certaines tâches très particulières. C’est donc tout naturellement que des entreprises très spécialisées ont fleuri à Lyon. Les studios Anatole, qui s’occupent par exemple de réaliser le doublage français de nombreux jeux vidéo. Pirana, qui se consacre uniquement de la communication des jeux vidéo, ou encore Gamr7, qui se concentre uniquement sur la construction de ville virtuelle  ! Dans une région historiquement marquée par Infogrames, ce sont ces multiples sociétés qui font de Lyon une ville majeure dans le secteur des jeux vidéo.

lancer début 2009, un concept jamais fait en France: une série interactive on-line, à mi-chemin entre Lost et un jeu vidéo. » Le principe est simple et devrait rendre accroc de nombreux gamers. Toutes les semaines, l’internaute pourra interagir sur une série, qui évoluera selon les choix des joueurs. L’histoire : des naufragés qui s’écrasent sur une planète qui n’est pas la Terre. G. M.

jeu vidéo : Lyon Game. Selon Hélène Vega, chef de projet de Lyon Game, l’association a pour but « de permettre aux sociétés de créer une synergie, de les aider à appréhender de nouveaux marchés, de les promouvoir et de les représenter, notamment lors des salons.» Financé notamment par la ville de Lyon, le Grand Lyon, la Drire**, le conseil général du Rhône, et le conseil régional, Lyon Game regroupe aujourd’hui 176 entreprises. Depuis 2002, Lyon Game organise la Game Connection : une convention d’affaires pour les acteurs mondiaux de l’industrie du jeu vidéo dont l’objectif est de mettre en relation éditeurs, développeurs, et sous-traitants. Autre signe d’un bel avenir pour le secteur du jeu vidéo en Rhône-Alpes, la création en 2007 de Gamagora, l’école du jeu vidéo. Cette formation aux métiers du jeu vidéo, rattachée à l’université Lumière Lyon 2, est unique en France. Son implantation est notamment due à la volonté des collectivités territoriales de contribuer au développement de l’industrie des jeux vidéo en Rhône-Alpes. S’ajoute à cette formation, la présence dans la région de 15 grandes écoles, qui conduisent aux métiers du multimédia. Le quartier de Vaise est aujourd’hui emblématique du rayonnement du jeu vidéo à Lyon. Un secteur qui, pour le moment, ne connaît pas la crise. GAéTAN MATHIEU

Une filière en pleine expansion Si certaines entreprises présentes en RhôneAlpes sont en concurrence, elles constituent néanmoins un réseau, symbolisé par la création il y a dix ans de Lyon Infocité. Dès 1999, Lyon Infocité crée un club des entreprises de

* Chiffre tiré de : États de lieux et perspectives du

secteur du jeu vidéo en région Rhône-Alpes, réalisé par Lyon Game. * * Direction Régionale de l’Industrie, de la

Depuis une dizaine d’années, le numérique s’impose dans les salles de projection, et chasse peu à peu les copies analogiques en 35 mm. Mais cette avancée technique a un coût, et sur le marché lyonnais, toutes les salles ne sont pas logées à la même enseigne. Avec 8 salles équipées en numérique sur 14, le Pathé Vaise fait figure de précurseur. Pour Joël Luraine, son directeur, il s’agit d’un pari sur l’avenir:  « On espère avoir 12 salles en numérique dès 2009. A terme, ce sera tout le complexe. » Une perspective financièrement alléchante : « le gain de temps sera énorme. Il faudra deux fois moins de personnel. » Pour financer ces équipements, le Pathé a sa petite idée : « comme les distributeurs font de gros bénéfices grâce au numérique, explique M.Luraine, on est en train de négocier pour qu’ils participent à nos frais. On peut se permettre de faire pression puisque nous sommes l’un des géants du secteur.» Dans les petites structures comme au Ciné Duchère, l’heure n’est pas à l’optimisme : « si on doit s’équiper, on aura besoin de l’aide des collectivités locales. Je ne pense pas que les distributeurs participent, ils se fichent de nous voir disparaître », regrette Emmanuelle Bureau, la gérante. Le numérique, un virage également difficile à négocier pour les CNP -Cinémas Nationaux Populaires-. Financés par des fonds de soutien privés, la plupart ne pourront pas se payer ces projecteurs numériques et craignent de subir les dommages collatéraux : « Les distributeurs risquent de prendre cet alibi pour ne plus nous fournir. Mais la vérité c’est qu’ils préfèrent travailler avec les grands complexes, et ça, ce n’est pas nouveau », explique Marc Artigau, directeur des CNP de Lyon. Les grands gagnants sont les distributeurs : une copie analogique coûte environ 1300 euros, sa version numérique seulement 300. Jackpot également pour les fournisseurs « Il y a un marché énorme autour du numérique. Imaginez les bénéfices s’il faut ré-équiper les 5000 salles de France », constate Emmanuelle Bureau. JESSICA BISSAY

Recherche et de l’Environnement.

Décembre 2008 l SCIENCE @ VENIR l 13


Economie

Très haut débit : avoir la fibre... Le développement de la fibre optique annonce une révolution technologique pour les particuliers. Mais son déploiement a pris du retard et peu de Français peuvent pour le moment en bénéficier.

C

a y’est, la fibre c’est parti ! » Le secrétaire d’Etat chargé du Développement de l’Economie numérique, Eric Besson, a confirmé que le mouvement pour un déploiement rapide de la fibre optique dans l’hexagone était bien lancé. L’objectif du gouvernement est ambitieux  : desservir quatre millions d’abonnés en très haut débit d’ici 2012. Pour l’heure, l’offre fibre reste encore réservée à une poignée de privilégiés. Selon les derniers chiffres, Orange compte seulement 14 200 abonnés sur Paris, l’Ile de France et dix villes françaises. Bien loin du million de clients raccordables sur lesquels tablait le groupe pour la fin de cette année! Free en revendique seulement « un petit nombre », quant à SFR, il ne fournit plus de chiffres… Seul Numéricable dont 40 % du réseau est déjà en fibre optique tire un peu son épingle du jeu avec 100 000 abonnés « puissance fibre » (de la fibre jusqu’au bas de l’immeuble relayé par un câble coaxial). Mais le débit sortant est bridé à 5 mégas, contre au moins 10 pour ses concurrents... Principale raison de ce retard, un cadre juridique flou et de nombreuses incertitudes techniques concernant les fibrages dans les copropriétés, concernées en premier

La fibre : quels intérêts pour les particuliers ? Simple fil de verre ou de plastique souple de l’épaisseur d’un cheveu, entouré d’une gaine de protection, la fibre a pour propriété de pouvoir conduire une onde sur des distances équivalant à plusieurs milliers de kilomètres. Elle bat ainsi à plates coutures l’actuel fil de cuivre, en terme de débit (5 fois plus rapide), avec une quasi-absence de déperdition du signal. Une révolution technologique pour les particuliers, comparable au passage du bas débit à l’ADSL et qui ouvre la voie à de nouvelles utilisations : télévision haut débit par Internet, envois et téléchargements de fichiers ultrarapides, visio-conférence…

14 l SCIENCE @ VENIR l décembre 2008

SOURCE : TACTIS

lieu. En effet, fibrer un logement représente un investissement important qui ne peut être généralement rentabilisé que dans un immeuble et non dans une simple maison

voire une zone pavillonnaire. Jusqu’à présent, les conseils syndicaux de copropriétés sollicités par des opérateurs qui souhaitaient installer un réseau de fibre optique

Télévision HD : pour quelques pixels

D

isponible depuis novembre 2008 sur l’agglomération lyonnaise, la HD (Haute définition) semble devenue un argument incontournable dans les magasins d’électroménager. Si elle apporte des améliorations sensibles par rapport à une image standard, l’achat d’une télévision HD comporte quelques pièges. « La prochaine étape, ce sera la télé en relief. Pour l’instant, c’est la HD. C’est le moment d’acheter », dégaine-t-on à la FNAC. Même son de colt chez Darty. « La HD, c’est la télé d’aujourd’hui et de demain. » Les vendeurs d’électroménager sortent leurs meilleures armes pour convaincre. A les entendre, la Haute Définition ne serait qu’une banale histoire de résolution. Sur l’écran, l’image semble bien plus fluide qu’une image standard et procure une sensation de réel lors des

émissions télévisées ou des pages publicitaires. Les contrastes sont en revanche beaucoup plus marqués que sur une télévision standard, rendant la vision de films assez pénible. Pour les événements sportifs, il faudra repasser. Difficile d’y voir clair avec les nombreux labels proposés: HD Ready, Full HD, HDTV, Compatible HD. Depuis le 1er décembre 2008, les revendeurs ont obligation de ne retenir qu’un seul label: le HDTV afin de clarifier l’offre pour le consommateur. Mais ils n’hésitent pas à recycler leurs téléviseurs issus d’autres labels HD et devenus invendables en les estampillant HDTV. Une méthode crapuleuse qui piège l’acheteur. Par exemple, le Compatible HD est à éviter car il ne fait que retranscrire le signal HD en signal standard comme un téléviseur


étaient donc bien souvent tentés de freiner des quatre fers, en l’absence de garanties.

Plus de monopoles locaux dans les copropriétés Depuis cet été, la situation a bien changé avec le vote de la Loi de Modernisation de l’Economie qui impose la mutualisation des réseaux de fibre à tous les opérateurs. Rien n’obligeait jusqu’alors un opérateur qui avait fibré une copropriété à partager ses fourreaux. Les copropriétaires pouvaient ainsi être liés à un opérateur sans pouvoir bénéficier d’une offre concurrente. Des situations potentielles de monopoles locaux particulièrement gênantes pour Edouard Barreiro, chargé de mission nouvelles technologies à l’UFC-Que choisir : « Avant chaque fois qu’un opérateur demandait à fibrer, nous avions systématiquement des appels de personnes inquiètes. Maintenant, le cadre législatif rassure. » En revanche, rien n’oblige un opérateur à fibrer un immeuble, même si plusieurs propriétaires en font la demande. On peut donc légitimement craindre que les zones les moins rentables restent les grandes oubliées du très haut débit, à l’image des actuels exclus de l’ADSL... PAUL TURENNE

de plus classique. Pourtant, ce label se retrouve dans certains magasins sous l’appellation officielle HDTV. Quant au label TNT HD, il permet d’attester la présence d’un tuner TNT dans les téléviseurs HD en vente. La loi stipule que tous les téléviseurs HD doivent être équipés d’un tuner TNT HD. Selon l’institut GfK, en octobre 2008, seul un téléviseur HD sur quatre intégrait un tuner TNT HD. Il est encore trop tôt pour faire l’acquisition d’une télévision HD car seulement cinq chaînes ont été sélectionnées jusqu’à présent pour émettre en haute-définition: TF1, M6, France 2, Canal + et Arte. Côté prix, l’entrée de gamme pour un téléviseur HD s’élève à 500 euros. Un coût onéreux pour une poignée de chaînes HD. D’ici novembre 2011, date du basculement complet de l’analogique au numérique, la HD devra proposer une autre image... moins pixelisée. ADRIEN PAREDES-VANHEULE

Radio numérique : pas reçue 5 sur 5

I

l s’était maintenu jusque là à l’écart, mais l’heure est venue pour le média le plus populaire en France de rentrer dans l’ère numérique. Après la TNT, le gouvernement s’attaque à la radio numérique. Une volonté qui répond à une directive européenne obligeant les pays de l’UE à passer au numérique d’ici 2012. Cette évolution, signifie, à terme, la fin de la bande FM. Les stations de radio seront rassemblées par groupe de neuf sur une même fréquence numérique et non plus analogique. Mais avant tout, la radio numérique, c’est un nouveau poste, avec un petit écran similaire à celui d’un I-pod. Sur cet écran, les nouveaux télé-auditeurs pourront voir défiler deux choses : le nom de la chanson ou du programme écouté, mais aussi des informations complémentaires. L’arrivée de l’écran est donc synonyme de nouvel espace publicitaire pour les radios et inévitablement de nouvelles rentrées d’argent. A moyen terme, le « time shifting », nouveau mode d’écoute, permettra aux auditeurs de mettre en pause leur émission favorite, le temps de répondre à un coup de fil, pour ensuite reprendre l’émission là où ils l’avaient laissé.

Vers la fin de la bande FM?

passant au numérique », explique Olivier Minot, animateur et membre du bureau de Radio Canut. Mais le refus du passage au numérique porte également sur la qualité. « Le son numérique ne passe pas partout. Soit il passe, soit il ne passe pas. Il y a des zones d’ombre comme dans les endroits un peu pentus. Il n’y aura pas une meilleure couverture qu’avec la FM, ni une meilleure qualité d’écoute. » Radio associative à l’idéologie anticapitaliste, Radio Canut n’accepte pas de pousser ses auditeurs à acheter un nouveau poste à écran couteux -autour de 100 euros pour le momentpour pouvoir continuer à les écouter. Curieusement, la France est le seul pays d’Europe à avoir choisi la norme de diffusion DMB. Une norme correspondant à des postes numériques essentiellement coréens. 2012 ne marquera donc pas la fin de la bande FM. La radio analogique a encore une dizaine d’années devant elle, selon le CSA lui-même. En attendant la fin de la FM, les petites radios comme Canut misent sur l’apparition d’un nouveau mode de diffusion d’ici là, par Internet par exemple. En France, les premières diffusions en numérique ne devraient pas être effectives avant fin 2009. BENOît soilly

Au premier abord, aucune raison de ne pas sauter dans le train du numérique. Pour preuve, 358 radios ont répondu au premier appel d’offre du gouvernement concernant les grandes agglomérations comme Lyon pour décerner les nouvelles fréquences numériques. Radio Canut n’en faisait pas partie. Loin d’être opposée à un changement de mode de diffusion, la radio associative aux plus de 30 ans d’existence rejette le passage au numérique et conteste son progrès.   Le premier refus est financier : « On ne pourra pas à la fois continuer d’émettre en FM tout en

. D.R

ou pas

Le gouvernement va bientôt décerner les nouvelles fréquences pour le passage à la radio numérique, certaines voix s’élèvent.

Décembre 2008 l SCIENCE @ VENIR l 15


DOSSIER

Numérique

16 l SCIENCE @ VENIR l décembre 2008

sébastien tranchand

Qui paie


la f(r)acture ? Au sens médical du terme, une fracture évoque une lésion, une cassure entraînant un mal, une douleur. Numériquement parlant, c’est presque la même chose. Il existe une fracture nette entre les pays du Nord et du Sud. Celle-ci engendre aussi un mal : le retard en terme de développement, de santé et d’éducation. Coup de projecteur sur ces disparités numériques et sur les différentes solutions apportées pour la réduire, du Sénégal jusqu’en Rhône-Alpes.

Gabriel Cohn-Bendit s’engage pour l’éducation numérique en Afrique. p.21

Les seniors en session de rattrapage. p.22

SEBASTIEN TRANCHAND

ANTOINE PERRET

SEBASTIEN TRANCHAND

Dossier réalisé par Antoine Perret, Benoît Soilly et Florian Fayolle.

Le numérique au chevet des atteints de dialyse à Lyon. p.23 Décembre 2008 l SCIENCE @ VENIR l 17


Aujourd’hui, seul 5% des Africains sont connectés à Internet. Une situation de mise à l’écart que l’on retrouve dans quelques campagnes françaises, et dans certaines catégories de notre société. Tour d’horizon et explication de ce nouveau syndrome que l’on appelle la fracture numérique.

Les visages de la fracture numérique

Q

ue ce soit sur les côtes d’Afrique occidentale ou dans les hameaux les plus reculés des monts du Lyonnais, ordinateurs et Internet se sont immiscés dans nos vies quotidiennes. De l’accès à l’information via la toile, aux services divers et variés en ligne, l’utilisation de la technologie est une donnée intrinsèquement liée au développement des sociétés modernes. Pourtant, une frange de la population mondiale y est encore tenue à distance. Ce nouveau mal possède désormais un nom : la fracture numérique. Une fracture qui revêt différents masques en fonction des régions où elle se trouve. Une disparité entre les régions du monde Depuis plus de deux décennies, les écarts de développement ne cessent de croître entre un Nord, riche industrialisé, berceau des avancées technologiques, et un Sud aux prises avec une pauvreté extrême,

18 l SCIENCE @ VENIR l décembre 2008

des épidémies ravageuses, et des régimes politiques instables, corrompus et voués à l’enrichissement d’une minorité. Dans ce contexte, résoudre les abyssales disparités de développement entre le Nord et le Sud via le numérique peut paraître un brin utopique, voire carrément frivole. Pourtant, là où les NationsUnies ne font que piétiner depuis 30 ans, le numérique représente peutêtre une brèche pour rompre à ce cercle infernal. Télémédecine, éducation, essor de l’économie locale, sont les grands enjeux du développement du numérique en Afrique. Reste à trouver des financements… De l’autre côté de la méditerranée, les rebus du numérique se comptent également par milliers. Dans le plan Besson présenté mi octobre, le gouvernement français entend étendre la couverture d’Internet haut débit à l’ensemble du territoire d’ici à 2012. Une promesse qui rassurera peut-être les milliers de français privés de la toile pour tisser une communication vers le monde extérieur. Entreprises ou particu-

liers, oubliés des villes ou délaissés des zones rurales, ils sont encore nombreux à attendre d’être connectés au réseau mondial. Si des solutions existent bel et bien (fibre optique, WiMax…), le coût élevé du financement fait souvent reculer fournisseurs d’accès et collectivités locales, qui ont déjà beaucoup investi dans ce que l’on dénomme désormais la « facture numérique ». Un fossé également économique et générationnel Economiquement, la course au numérique opère également des lésions chez le citoyen français. Dans un contexte économique difficile où le moindre denier se compte précieusement, tous ne pourront pas acheter les dernières nouveautés numériques. Mensuellement, un abonnement Internet haut-débit, malgré des tarifs revus à la baisse, représente une dépense non négligeable.Côté entreprises, même constat. Alors que n’importe quel numéro de PME est trouvable


Dossier

Conférence pour la solidarité numérique

sébastien tranchand

F

lou, vague, incertaine, ce sont les adjectifs qui reviennent le plus pour qualifier la conférence pour la solidarité numérique organisée à Lyon le 24 novembre dernier. Après des années de tractations entre pays du Nord et pays du Sud pour réduire la fracture numérique, les projets sont pour la plupart inapplicables ou inappliqués. Et l’Afrique attend toujours. Plus de 300 experts étaient réunis à l’Hôtel de Ville de Lyon le 24 novembre dernier. Pas pour rechercher le coupable comme dans la série à succès mais plutôt pour trouver des solutions, prendre des décisions concrètes contre la fracture numérique, attendues depuis trop longtemps par les pays au Sud de l’Espagne. Invité d’honneur, le président Sénégalais, Abdoulaye Wade, à l’initiative depuis 2003 de la solidarité numérique, a résumé la situation par une seule phrase qui

sur le web, l’outil de demain, indispensable pour promouvoir une entreprise est le site internet. Là encore, la différence entre gros et petits est notable. Quand des entreprises à la pointe de la technologie numérique profitent de l’aubaine pour développer divers services en ligne, d’autres rament pour construire un site, peinent financièrement à engager des informaticiens ou à payer des structures qui font le boulot à leur place. Un autre aspect de la fracture numérique est le fossé qui se creuse entre les générations. Il n’est pas rare de voir dans des familles françaises, les petits enfants apprendre à leurs aïeux à se servir de leurs nouvelles sources de cauchemars : un ordinateur et ses applications. Admis au rattrapage, les quinquagénaires, sexagénaires et même plus, se voient proposés des cours du soir pour combler leurs lacunes. Florian Fayolle

en dit long : « Il faut brancher l’Afrique ». Amer après une journée remplie de belles paroles, le chef d’Etat sénégalais s’est lâché au lendemain de la conférence dans les colonnes de Libération, exprimant tout haut ce que le monde africain pense tout bas : « Nous avons perdu 5 ans. Ce Fonds s’est égaré dans la recherche de financements hypothétiques alors qu’il fallait chercher des ordinateurs (…) Tout reste encore à faire ». Pour mémoire, le Fonds de solidarité numérique a récolté jusqu’ici six millions d’euros. Seuls 900 000 euros ont été utilisés pour financer des projets.

Inapplicable et inappliqué Mais alors pourquoi un tel gâchis ? Le Fonds de solidarité Numérique basé à Genève et l’Agence de Solidarité Numérique basée à Lyon se marchent dessus. Chargé

Le président sénégalais, Abdoulaye Wade, veut faire du numérique son cheval de bataille .

du financement, le FSN a appuyé sa recherche de fonds sur le 1% numérique. Appelé mécanisme du 1 % numérique ou principe de Genève, ce système s’appuie sur les entreprises. Lorsqu’elles répondent à un appel d’offre et passent un marché avec l’Etat ou une collectivité locale, elles peuvent ainsi s’acquitter d’une taxe volontaire de 1 % sur ce marché relatif aux technologies numériques. Le premier souci est que ce système est basé sur le volontariat. Le second est que le droit français et européen n’autorisent pas cette opération sans modifier le code des marchés publics. Seuls la Suisse et le Sénégal ont adopté le

antoine perret

La stratégie de la promesse

principe de Genève. Sans compter que dans le contexte de crise actuelle, aucune entreprise n’a comme priorité la solidarité numérique. Concrètement, le système de 1 % numérique n’est pas appliqué car inapplicable aujourd’hui en Europe. En 2006 et 2007, la taxe numérique n’a rapporté que 160.000 euros au FSN. Aujourd’hui, les transactions numériques représentent trois mille milliards de dollars… Bernard Kouchner est resté réaliste lors de son apparition éclaire à la conférence : « Il ne faut pas s’attendre à des changements conséquents dès 2009 ». Merci d’être venu. Benoit soilly

Des ordinateurs pour le développement

L

es organismes internationaux comme l’ONU, le FSN (Fonds de solidarité numérique) veulent lutter concrètement contre la fracture numérique. Ils espèrent que le nombre d’internautes atteindra 1,5 milliard d’ici à 2011. Les pays du Sud entendent profiter de la propagation du numérique pour résoudre leurs problèmes socio-économiques. De son côté le Nord espère trouver de nouveaux marchés. Le numérique, nouveau moteur de la croissance économique Des études montrent un lien évident entre le développement des TIC (technologies de l’information et de la communication) et la croissance économique. L’exemple de la Mauritanie le prouve : d’une croissance de 1,85% en 2000, ce pays subsaharien est passé à 11,70% en 2007. Sur cette même période, la télédensité, nombre d’habitants possédant un téléphone portable, est passée de 1% à 49%. Plus au nord, et toujours grâce aux TIC, la Tunisie enregistrait en 2005 le plus fort taux de croissance jamais connu par un pays africain, soit 24%. « Le numérique est capital pour nos pays. Si on résorbe notre déficit numérique, on résoudra d’autant mieux l’ensemble

de nos fractures » expliquait Abdoulaye Wade, président de la République du Sénégal, à la conférence sur le numérique organisée à Lyon, le 24 novembre dernier. Corrélation entre TIC et développement humain Dans le domaine de la santé (avec la télémédecine), de l’éducation (avec les échanges entre écoles européennes et africaines) ou encore de l’agriculture, les technologies numériques semblent impulser une nouvelle dynamique aux pays africains, tant sur le plan de l’acquisition de savoir et de formation que le développement des infrastructures. Sur le plan politique, l’émancipation des individus par les TIC favoriserait l’émergence de processus démocratiques plus lisibles, plus limpides. Et si les occidentaux hésitent encore, d’autres pays ont compris l’intérêt de réduire la fracture, comme le rappelle le président sénégalais « L’Inde vient de mettre à notre disposition un satellite de télécommunication. La Chine est très présente, et les pays islamiques ne demandent qu’à investir en Afrique. Dans quinze ans, l’Europe ne vendra même plus une bicyclette sur notre continent... » A méditer en somme… FF

décembre 2008 l SCIENCE @ VENIR l 19


Dossier Depuis six ans, le Club de Solidarité numérique de Villeurbanne déploie son réseau pour aider numériquement l’Afrique. Ordinateurs d’occasion, logiciels libres… le tout bénévolement.

Seconde main pour l’Afrique

Vénissieux au chevet du Congo Parmi ses réalisations récentes, le Club a mené, en collaboration étroite avec la mairie de Vénissieux, une opération ordinateurs de seconde main. « Lors du renouvellement de son parc informatique, qui datait de trois ans, Vénissieux a souhaité en faire profiter les autres, explique Morad Hanafi, mais elle n’avait aucune expérience du terrain ». Ayant pris connaissance des travaux du Club, la ville décide

20 l SCIENCE @ VENIR l décembre 2008

sébastien tranchand

N

on loin de la station de métro Laurent Bonnevay, dans un fatras d’immeubles et de bureaux, se lovent les locaux du CSN. Cette association loi 1901 se situe dans les locaux d’un expert en formation JAVA, l’OBJIS, qui finançait le Club, au début. D’où parfois, une certaine confusion entre deux entités, aux visées bien différentes. « Au commencement, nous nous présentions sous l’étiquette de l’OBJIS (Une SAS, Ndr), mais les partenaires étaient réticents. Du coup, nous avons créé cette association, pour bien différencier les choses. Nous souhaitons réaliser des actions solidaires en Afrique, et pas faire du commerce », précise Morad Hanafi, trésorier de l’association et employé de l’entreprise. « Souvent on nous disait : soit vous êtes des fous, soit vous nous prenez pour des cons ! ». Fort d’un réseau international, « regroupant entreprises, collectivités territoriales, ONG, experts divers et particuliers », le Club dirige divers projets « concrets et de terrain » en direction de l’Afrique.

Morad Hanafi, le trésorier de l’association, prépare des ordinateurs usagés à destination du Congo.

Besançon, le précurseur D epuis 2005, et la visite du chantre de la fracture numérique, le président sénégalais Abdoulaye Wade, la ville de Besançon est à la pointe du recyclage informatique. Sous l’impulsion de son maire, Jean-Louis Fousseret, la ville a engagé une politique d’étroite collaboration avec ce pays d’Afrique de l’Ouest. La poursuite logique d’une volonté déjà exprimée dans les écoles de la ville. « L’initiative, nommée Sénéclic, est le fruit d’un partenariat entre la ville de Besançon, la société AXA assurance et l’Etat du Sénégal », résume Ababacar Diop, conseiller du président et chargé du projet. Cette collaboration consiste en la livraison de « 30 000 ordinateurs à raison de 10 000 par an » à destination, pour le moment, de trois écoles différentes, avec l’installation de salles multimédia fonctionnelles et d’un futur centre de reconditionnement du matériel informatique, implanté en terre sénégalaise. Celui-ci

fonctionnera de la même manière que celui de Besançon, c’est-à-dire que le reconditionnement des ordinateurs sera confié à des handicapés. Une manière de poursuivre, dans l’emploi, cette démarche solidaire. Pour Jean-Louis Fousseret, cette opération est l’occasion de faire du transfert de technologies « une réalité ». Un avis partagé par le Président Wade, pour qui « ce partenariat est à la fois utile, réel et efficace », en plus d’être « une belle illustration du partenariat Nord/Sud ». Actuellement, selon Ababacar Diop, « 560 ordinateurs ont été réceptionnés dont 60 ont été installés, soit 20 par salle multimédia dans les trois écoles ». Mais comme le rappelle le responsable du projet, il ne faut pas oublier que cette opération est de « dimension nationale ». L’aventure ne fait que commencer, comme on dit dans les mauvais films américains. ANTOINE PERRET


formateurs. « Il s’agit de rendre les bénéficiaires autonomes. Si nous livrons les ordinateurs tels quel, dans trois mois ils seront hors service. Il ne faut pas créer une dépendance, bien que l’université puisse nous joindre à tout moment en cas de problème ». Si cette action n’est qu’une parmi toutes celles menées par le club,

Les ordinateurs usagés de la ville iront à l’université de Brazzaville elle illustre sa façon de travailler. « Nous sommes tous bénévoles, et prenons de notre temps pour réaliser ces projets qui nous tiennent à cœur depuis que nous sommes étudiants. Nous restons solidaires dans la démarche en rendant concrètes de bonnes idées » conclue Morad. ANTOINE PERRET

Le coin du spécialiste

PC reconditionnés... et lyonnais !

Marre de la course à la puissance des constructeurs informatiques qui rend votre ordinateur dernier cri périmé au bout de deux à trois ans ? Il existe pourtant une alternative économique et écologique : le reconditionnement. En clair, la réutilisation d’un ordinateur d’occasion, formaté, vérifié et prêt à repartir pour de nouvelles aventures. Une solution particulièrement appréciée par les petits budgets et pour ceux dont les utilisations informatiques ne nécessitent pas les performances d’une bête de course. Un ordinateur équipé d’une mémoire vive de 512 Mo et d’un processeur cadencé à 800 Mhz ou 1 Ghz suffit en

effet largement aux applications bureautiques et multimédia : traitement de texte, tableur, lecture de films en format DVD ou Divx, ou bien encore téléchargement. Sur Lyon, certains revendeurs ont acqui un savoir-faire en reconditionnement et proposent des produits garantis, un plus appréciable. Leader sur ce créneau, Coach Ordi propose à la Croix Rousse des PC évolutifs et compatibles avec l’ADSL haut débit. Ils sont disponibles avec Windows 98 préinstallé, à partir de 75 euros et avec Windows XP à partir de 200 euros, mais rien ne vous empêche de préférer un autre

système d’application libre et donc gratuit, comme Linux Ubuntu, facile d’accès. Et pour faire encore baisser les prix, à partir de 30 euros, vous pourrez repartir avec un écran CRT 17 pouces, certes plus encombrant qu’un écran plat, mais à la qualité d’image parfois meilleure que des écrans plats premiers prix. Autre moyen de faire des économies, les enchères ! Lyon sud enchères organise régulièrement des ventes de PC et Mac déstockés. Remplacement d’anciens parcs d’entreprise, saisie judiciaire... autant d’ordinateurs disponibles à des prix inférieurs d’au moins 20% à ceux du marché. PAUL TURENNE

“ Interview 

Gabriel Cohn-Bendit

« Promouvoir le numérique collectif » Fondateur du Réseau Education Pour Tous en Afrique (REPTA), Gabriel Cohn-Bendit a passé 37 ans à enseigner. Frère ainé de Daniel CohnBendit, ce Vannetais de 70 ans milite pour l’éducation alternative et la mise en place de tableaux blancs interactifs dans les classes en Afrique.

antoine perret

d’y adhérer et de profiter de son « expérience du terrain ». Les ordinateurs usagés iront donc à l’université de Brazzaville, et notamment à sa bibliothèque. Dans une grande pièce jouxtant le bureau où Morad nous reçoit, une unité centrale, des pièces d’ordinateurs, des câbles, des routeurs ou des barrettes de mémoires jonchent une table. « Nous vérifions que chaque machine peut répondre à la demande de l’université. Une sorte de diagnostic. Au besoin nous ajoutons, ici de la mémoire, là un logiciel. Cela assure une fiabilité égale des ordinateurs de seconde main ». Au menu de la première phase de livraison, 30 machines, gracieusement offertes par la mairie, auxquelles s’ajoutent 6 000 euros de subventions pour l’achat des composants. Le transport est également aux frais de la mairie. Charge est donnée au Club de remanier les ordinateurs, d’y installer des logiciels libres, tels Linux ou Open office, « pour limiter les coups » mais aussi d’envoyer sur place des

Que peut apporter le numérique dans une classe en Afrique ? Le numérique n’est pas quelque chose de forcément individuel. Il faut promouvoir le numérique collectif. Il n’y a pas besoin d’un ordinateur pour chaque élève. Un seul ordinateur permettrait à toute une classe de se documenter même sans connexion à internet. Aujourd’hui avec une clef USB, on peut lire des tas de documents. Lorsqu’une personne du village va dans une grande ville où il existe une connexion Internet, elle peut récupérer un grand nombre de fichiers et d’informations sur sa clef et le faire partager aux siens. Même le village le plus reculé pourra être connecté au monde. Pourquoi est-ce si important ? Parce qu’avant, seulement 4% de la population africaine était scolarisée. Aujourd’hui, il y en a environ 30%. Tous ne partent plus dans des pays industrialisés, certains restent au village et il faut les accompagner pour qu’ils restent connectés au monde par le numérique. Le tableau interactif présenté à la conférence n’arrive-t-il pas trop vite lorsqu’on sait que certains petits Africains manquent tout simplement de crayons de couleurs ? Il ne faut pas voir le problème comme cela. Comment les Africains ont-ils faits avec le portable ? Regardez aujourd’hui, ils s’en servent pour tout. En Angleterre, il y a 450 000 tableaux interactifs. La formation des enseignants est rapide. C’est un outil fantastique. Il permet au professeur de diffuser le savoir sans pour autant être obligé de sortir ce savoir lui-même. C’est un outil qui libère le professeur. On me dit parfois que je vais trop vite. Mais je suis un passionné et je crois en cet outil. Il faut y aller, se jeter à l’eau. Aujourd’hui, ce projecteur ne marche pas à l’énergie solaire mais bientôt cela va évoluer. Il pourra remplacer la télévision mais il ne fera pas que projeter, il permet aussi d’écrire. C’est vraiment un outil fantastique. PROPOS RECUEILLIS PAR BENOIT SOILLY ET ANTOINE PERRET

Décembre 2008 l SCIENCE @ VENIR l 21


Dossier Depuis deux ans, le Centre de Ressource Multimédia propose à Vaise, dans le 9e arrondissement de Lyon, des « sessions d’initiation » au numérique pour les seniors. Une nouvelle manière de combler le fossé.

C

’est l’avenir, il faut le prendre à bras le corps » lance joyeusement Marcel, l’un des quatre séniors qui prend part à la deuxième des quatre sessions d’initiation, consacrée à la recherche sur le web et proposées par le CRMS. Coût : 20 euros. Devant lui, un ordinateur dernier cri, avec webcam et écran tactile. « On évite de l’utiliser, explique Delphine, la formatrice, car il faut les familiariser avec l’utilisation de la souris. C’est l’une de leur principale difficulté avec le vocabulaire employé et la mémorisation ! ». Pointant son stylo comme un chef d’orchestre, elle dirige ces apprentis surfeurs, assénant conseils et rectifications. Les doigts s’attaquent, aussi fébrilement que verticalement, au clavier pour rentrer une adresse internet. La souris n’est pas forcément au bon endroit, mais la motivation est là. « Il faut être assidu si l’on veut progresser, estime Marcel. à notre âge, c’est plus long d’apprendre ». Cet ancien chauffeur à la retraite a cessé son activité professionnelle juste avant l’explosion du tout Internet, et n’a pu découvrir le monde du numérique durant sa vie active. Il se dit « attiré par tout ce que l’on peut trouver sur le net ». « à la

22 l SCIENCE @ VENIR l décembre 2008

Sébastien tranchand

Il n’y a pas d’âge pour se connecter

Marcel: « Il faut être assidu pour progresser. A notre âge, c’est plus long d’apprendre.»

fin de leur carrière, les gens se sentent exclus de la société, analyse Delphine, et ils cherchent ici une manière de s’y réinvestir ». Selon cette étudiante en psychologie, ce « nouveau défi » pour les séniors vise essentiellement à « maintenir le lien avec les proches, réduire l’éloignement avec la famille, pour ne pas se sentir esseulé ». Pas de souci, la quatrième session traite du mail ! Un « Ouhlala c’est dur » retentit. « Les seniors ne sont pas réfractaires à la technologie. S’ils sont ici ce n’est pas pour rien, ils sont ouverts d’esprit, explique Delphine. Mais souvent la difficulté prend le pas sur tout ce qu’on peut faire ». Pas facile, quand on n’est pas né souris en pogne, d’aborder cet univers particulier. « Ils ne relient pas toujours ce qu’ils apprennent avec ce qu’ils peuvent faire » poursuit la formatrice. D’où cette impression de « voyage » qu’évoque un « copain » de Marcel. Pourtant, beaucoup des élèves ont un ordinateur, que ce soit un cadeau pour leur retraite ou un achat spontané. « Les seniors ont envie d’y arriver tout seul sans les petits enfants. Ils sont même fiers d’y arriver. Parfois certains reviennent pour se perfectionner ou revoir certains points » raconte Delphine. C’est

le cas d’Emile, qui de l’autre bout de la pièce explique avoir « déjà fait de l’informatique. Que ce soit pour les photos ou pour des recherches sur l’Histoire et le bricolage ». Il vient ici « découvrir certaines choses. Internet est merveilleux à condition de savoir s’en servir intelligemment ! ». Et de conclure dans un sourire vers son copain Faustin : « Mais c’est pas de la tarte ! » ANTOINE PERRET

Les seniors et le numérique en chiffres 1. Selon l’Ipsos, 22 % des plus de 50 ans surfent sur le net.

2. Selon une étude de Delphine Liverset, sur les cours du CRMS, 72 % des élèves possèdent un ordinateur et 60 % de ceux n’en possédant pas n’ont aucun accès à un ordinateur mais projettent d’en acheter un.

3. Selon la même étude, 66,7 % des élèves cherchent à ne plus se sentir exclus d’une société tournée vers l’informatique. Seuls 16,7 % ne se sentent pas du tout contraints par la société.


T endance s télémédecine – Allo docteur, bobo…

A l’aube de l’année 2009, la France commence enfin à s’intéresser à la télémédecine. Très en retard dans le domaine comparé aux autres pays européens notamment scandinaves, l’hexagone espère rattraper son retard d’ici à 2012. Mais qu’est-ce-que la télémédecine ? Elle se compose de plusieurs aspects : le télésuivi, la téléconsultation et la téléexpertise. La téléconsultation permet à un patient de consulter son médecin à distance. La téléexpertise consiste à ce qu’un médecin demande à distance l’examen de données médicales d’un patient par un autre médecin, plus à même de livrer un diagnostic par exemple. Enfin, le télésuivi ou la télésurveillance permet une remontée d’informations du domicile du patient jusqu’à l’établissement qui traite sa maladie. On est loin des opérations robotisées par visioconférence. Pourtant, la télémédecine est un véritable progrès notamment lorsqu’on s’attaque aux maladies chroniques tels que le

diabète ou les insuffisances rénales.

Le cahier magique A Lyon, un établissement pratique la télémédecine, Calydial. Ce centre de dialyse traite les insuffisances rénales de centaines de patients. Ici, la télémédecine se pratique par le télésuivi. Depuis deux ans, les patients bénéficiant de dialyse péritonéale disposent d’un cahier, d’un stylo, et d’un téléphone portable. Rien de bien technologique au premier abord mais lorsqu’on regarde de plus près c’est une vraie avancée. Chaque page du cahier est imprimée avec une encre sans carbone et tramée et le stylo numérique est muni d’une caméra. Après avoir rempli les cases sur son poids ou sa tension, le patient coche la case envoi. Le stylo est alors synchronisé par Bluetooth avec le téléphone portable et lui transmet les données écrites du patient. Le téléphone GSM renvoie les données à l’opérateur Orange. Ce dernier les traite et transmet ces informations à Calydial. Ainsi, le centre possède des données quotidiennes sur ses patients. Ainsi, Calydial peut mieux traiter la maladie et anticiper de futurs problèmes. « Au début, on avait envisagé de fonctionner avec des PDA ou des ordinateurs. Mais ce

Sébastien tranchand

La France est en retard en matière de télémédecine. Pourtant, les nouvelles technologies permettent une réelle avancée dans le traitement des patients. A Lyon, un centre de dialyse en a fait l’expérience.

Le stylo envoie par Bluetooth les données du patient au téléphone portable.

système est plus simple car il fonctionne par l’écrit ce qui est important pour des patients âgés en moyenne de 75 ans. En plus, il préserve la vie privée comparé à une webcam et si un patient va chez un autre médecin, l’écrit permettra au professionnel de traiter notre patient sans passer par notre système » explique Jean Pierre Grangier, cadre infirmier chez Calydial. Le télésuivi coûte 35 euros par patient au centre de soins. Environ 45 personnes bénéficiant de dialyse péritonéale ont accès à cette surveillance. Chacun y trouve son intérêt même Orange qui, passé l’aspect financier, se place dans le secteur de la santé. Benoît SOILLY

Le numérique, nouveau cheval de bataille des entreprises Le numérique s’est imposé depuis une petite décennie dans le monde de l’entreprise. Mais les inégalités de développement entre petites et grosses structures sont de plus en plus visibles.

L

’entreprise « Aquarelle» est installée à Roman, à mi-chemin entre Vienne et Valence, et pourtant elle exporte aux quatre coins de la France et de l’Europe. Les commandes par Internet, une activité particulièrement rentable pour cette PME. « Depuis que l’on a développé notre site Internet, en 2005, nos bénéfices augmentent de 30% par an » se félicite Françoise Jacob, la directrice. Comme cette petite entreprise, des dizaines de sociétés réalisent une partie de leur bénéfice grâce au numérique. Michel Lalande, conseiller en nouvelles technologies pour les entreprises rhônalpines analyse l’évolution des pratiques : « Aujourd’hui, les entreprises sont obligées de s’équiper, quelle que soit leur taille. Le

numérique est un outil indispensable en terme de communication et de gestion. Un site web apporte une plus grande visibilité. La recherche de fournisseurs ou de prestataires se fait aujourd’hui à plus de 70% sur le net. Imaginez le manque à gagner pour une entreprise qui n’est pas référencée dans les pages de Google.»

Un outil de performance indispensable en terme de communication et de gestion Le numérique s’est donc installé rapidement, non sans créer des inégalités entre petits et grands : « Une entreprise comme GL Event, qui officie dans l’événementiel, emploie une vingtaine de personnes pour

gérer son site Internet. Elle a les moyens de dégager des budgets et des équipes, ce qui est plus difficile pour les PME. Certaines sont obligées de faire appel à des structures spécialisées. » En matière de sécurisation des sites internet, toutes les entreprises ne sont pas égales. « Les PME sont plus vulnérables car elles n’ont pas nécessairement de spécialistes ou de personnes initiées pour protéger au mieux leurs intérêts sur le web. Elles ont également peu de temps pour s’occuper des dangers liés aux nouvelles technologies » commente Yannick Bouchet, président du Clusir RhôneAlpes, lieu de réflexion sur la sécurité des systèmes informatiques. florian fayolle

décembre 2008 l SCIENCE @ VENIR l 23


Politique Précurseur en matière de politique numérique, Lyon est un bon élève mais semble se reposer sur ses acquis. La ville risque de perdre beaucoup plus qu’elle ne croit.

sébastien tranchand

Numérique : Lyon ne joue plus la carte à « fonds »

Malgré ses 4@ au label Villes Internet, Lyon doit passer la vitesse supérieure si elle veut tenir à distance de grandes agglomérations européennes comme Amsterdam ou Bologne.

A

l’origine de l’impulsion, un homme  : Pierre-Alain Muet. Aujourd’hui député de la deuxième circonscription du Rhône, il était, lors du premier mandat de Gérard Collomb, adjoint au maire en charge du développement économique. Il n’est dorénavant plus que conseiller délégué aux technologies de l’information auprès du Grand Lyon et de la Ville de Lyon. Convaincu par l’intérêt d’un tel projet, il a lancé le Programme Lyonnais pour la Société de l’Information (PLSI). Basé sur plusieurs axes, ce plan visait avant tout à réduire la fracture numérique et permettre le développement économique de la ville. Pour cela,

24 l SCIENCE @ VENIR l décembre 2008

des choses concrètes ont été mises en place comme l’installation de 2069 ordinateurs dans les écoles de la commune ou encore le projet Comecole qui permet aux enfants hospitalisés de se connecter à Internet dans les hôpitaux où ils sont soignés. Outre ces exemples, les projets menés pendant le premier mandat de Gérard Collomb se comptent par centaines.

4@ au label Villes Internet Ville peu reconnue avant le PLSI, Lyon a été largement récompensée pour ses nombreuses initiatives en matière de développement du numérique. Dès 2003, elle reçoit son premier label Villes Internet avec le privilège de

recevoir 4@ dès sa première candidature. Un exploit pour une grande ville. Elle réitérera l’exploit en 2004 et 2005. Ce label, créé en 1998, a pour objet de valoriser les politiques locales pour le déploiement des usages de l’Internet par les citoyens. « Lyon est la seule ville française à avoir mis sur pied un programme détaillé, un site dédié et des initiatives significatives, parmi les plus riches en France », expliquait à l’époque Florence Durand-Tornare, fondatrice du label. En octobre 2006, la ville est une nouvelle fois plébiscitée aux trophés du web public avec une note moyenne de 17,7/ 20 devenant ainsi première du palmarès des agglomérations fran- 


“ Interview 

Pierre-Alain Muet

« La ville s’est impliquée tant au niveau local qu’au niveau international » Quel bilan pouvez-vous dresser de votre travail concernant la politique numérique de Lyon ? J’ai lancé en 2001 le Programme Lyonnais pour la Société de l’Information (PLSI). A l’époque, Lyon était une ville inconnue dans ce domaine. Puis en 2003 est arrivée une première réelle reconnaissance puisque la ville a décroché son premier label Villes Internet (NDLR : Lyon a obtenu 4@ au label Villes Internet en 2003, 2004 et 2005). Ce qui a fait la réussite du projet, c’est avant tout la réelle concertation qui a existé entre les différentes équipes qui travaillaient sur ce plan. Mais aussi les moyens financiers que le maire, Gérard Collomb, a mis à notre disposition. Lyon s’est impliqué tant au niveau local qu’au niveau international en impulsant une solidarité numérique. En effet, un sommet destiné à réduire la fracture numérique se tient chaque année à Lyon en présence de chefs d’états du monde entier depuis 2003. Concrètement quel était votre rôle ? J’avais pour mission d’encourager des actions en faveur du développement du numérique sur Lyon. Le PLSI a une composante éducative. De ce fait, nous avons équipé l’ensemble des écoles primaires de la ville d’une classe informatique liée à l’internet. Un autre but du projet consistait en le développement des services publics en ligne. Et nous avons aussi contribué à développer des espaces multimédia dans plus de 40 lieux associatifs ou institutionnels. Pourquoi avez-vous décidé de lancer un tel projet à Lyon ? Avant d’être adjoint au maire de

Assemblée nationale

Pierre-Alain Muet fait le bilan de sa politique en matière de numérique. L’avenir de son programme reste incertain en raison du manque de financement mais ses convictions demeurent intactes.

« Le numérique constitue une révolution importante pour une ville » Lyon, j’étais l’un des conseillers de l’ancien Premier ministre Lionel Jospin. Avec lui, nous avions lancé un programme comparable au PLSI au niveau national. Je pensais qu’il serait plus concret de voir ce que cela pourrait donner à l’échelle d’une ville. De plus, j’ai des attaches familiales à Lyon c’est pour cela que le choix s’est fait naturellement en plus de l’opportunité que me proposait le maire de Lyon. Pour moi, c’était très important car j’étais convaincu que le numérique constituait une révolution extrêmement importante pour une ville. Encore une fois, une ville est encore mieux placée qu’un état. L’échelle étant plus petite, on peut se rendre compte de toutes les composantes. On touche à du concret. Dans ce second mandat de Gérard Collomb, vous n’êtes plus adjoint aux questions numériques. Conservez-vous tout de même un rôle

dans le programme que vous avez porté ? En effet, j’ai été élu en juin 2007 député de la deuxième circonscription du Rhône. Mais Gérard Collomb, au début de son second mandat dès mars 2008, m’a demandé de continuer à impulser l’innovation en matière numérique. Je suis conseiller délégué au technique de l’information auprès du Grand Lyon et de la Ville de Lyon. En cette période de restriction des budgets, quels sont les projets sur lesquels vous pourrez travailler ? Il est clair que je ne ferais les choses que si on me donne des moyens car les heures que je passe sur ce sujet sont des heures perdues sur mon temps de mandat de député. Je le fais car c’est un sujet auquel je tiens. Nous sommes dorénavant dans un projet à l’échelle du Grand Lyon qui constitue une continuité par rapport à ce qui a été fait sur la

ville de Lyon comme par exemple le wifi que je voudrais développer. Actuellement, après une période d’expérimentation sur la ville de Lyon, nous travaillons sur un audit à propos des conséquences du wifi sur la santé et quel modèle économique adopté pour ce sujet. En attendant de savoir quel sera notre budget (NDLR : le conseil municipal qui vote le budget se déroule à la mi-décembre), nous pouvons mettre au point des méthodes mais pas des projets à proprement parler. Il faut surtout être très réactif en mettant au point des dispositifs qui permettent de jouer notre rôle. Une des missions du PLSI est axée sur la solidarité numérique. Quel est l’intérêt de la mettre en place ? La fracture numérique est un phénomène flagrant de notre époque. L’accès à l’internet se révèle profondément injuste à travers le monde. C’est pour cela que l’on doit contribuer au développement du numérique, notamment en Afrique. J’ai ainsi incité à l’instauration d’un fonds mondial à Genève et d’une agence mondiale à Lyon consacrés uniquement au numérique. On peut voir, par exemple, l’apport que peut engendrer le système de télémédecine. C’est une avancée énorme de pouvoir émettre un diagnostic à distance. Ce que je regrette simplement, c’est que cette idée de fonds n’ait pas pris corps plutôt.  

Propos recueillis par ANNE-sophie fontanet

* Ancien adjoint de Gérard Collomb chargé du développement économique et des relations internationales. Il s’occupe plus particulièrement de développer le secteur du numérique sur Lyon.

décembre 2008 l SCIENCE @ VENIR l 25


Politique

Conseils régional et général sur le même créneau : réduire la fracture

B

ien qu’ayant des méthodes différentes en matière de numérique, la région Rhône-Alpes et le département du Rhône se rejoignent sur un point. Mettre tout en œuvre pour modérer la fracture numérique. Sur ce point, les deux collectivités se sont révélées plutôt précurseurs puisqu’elles ont compris avant d’autres qu’il était de leur responsabilité de permettre l’accès au haut débit des zones un peu plus à l’écart. Une démarche que n’auraient certainement pas entrepris spontanément les opérateurs pour des questions de rentabilité.

Le plan câble du département « Dès le début des années 90, le conseil général a réalisé que le département avait besoin d’un réseau haut débit » explique Patrick Mostefaoui, directeur de l’Epari, le syndicat mixte mandaté

par le département pour s’occuper du haut débit. Un appel d’offre a alors été lancé pour mettre en place les infrastructures nécessaires à ce chantier. C’est la société Numéricâble qui s’est vue confier le projet. Dès 1995 la convention est signée, les travaux de fibrage débutent en 1996. Le projet s’avère alors ambitieux et novateur puisqu’à cette époque, le département du Rhône est le seul en France à aménager un tel procédé. Il faudra sept ans et 220 millions d’euros pour installer la fibre optique. Dont 75 apportés par le conseil général et plus de 145 par la société Numéricâble. Le succès du département réside surtout dans le taux d’investissement de 70% des frais qu’ils ont réussi à faire prendre en charge à Numéricâble. « Ce qui serait difficile à faire maintenant » souligne Patrick Mostefaoui. On estime que, pour

 domaine de l’administration et de la démocratie électronique. « A l’issue du premier mandat, 30 000 emplois ont été créés dans ce secteur sur l’agglomération lyonnaise », rappelle également Stéphane Sacquépée, directeur de la mission PLSI.

Des moyens insuffisants En août 2006, Gérard Collomb déclarait vouloir passer à la vitesse supérieure en matière de numérique. Il avait alors depuis le départ donné les moyens financiers à Pierre-Alain Muet pour mettre en forme les projets. Neuf millions d’euros ont ainsi été investis. Mais les effectifs semblaient dérisoires pour arriver à quelque chose. « Nous allons augmenter les moyens humains, je suis en train de définir des projets dans ce sens », affirmait dans les colonnes du Progrès Gérard Collomb le

26 l SCIENCE @ VENIR l décembre 2008

le moment, 80% de la population rhodanienne profite d’un accès au haut débit qui atteint 30 mégabits. Mais 4000 foyers n’ont toujours accès à rien. C’est pour cela que les travaux ont repris pour trouver des solutions au cas par cas.

La région développe les infrastructures Un plan qui a peut-être inspiré la région et plus particulièrement l’action qu’elle soutient actuellement en Ardèche et dans la Drôme. Nommé projet ADN (Ardèche Drôme Numérique) il vise à équiper ces deux départements d’un réseau efficace de haut débit dès 2011. « Nous avons la mission d’impulser sur le territoire une démarche sur les nouvelles technologies, aujourd’hui on a besoin d’être connecté avec le monde » analyse Barnabé Louche, chargé de mission

19 novembre 2006. Deux ans plus tard, le calcul est vite fait. Le PLSI n’est toujours composé que d’une seule personne, son directeur Stéphane Sacquépée, depuis février 2004. A titre de comparaison, des villes comme Amsterdam ou Bologne ont des équipes de 10 à 25 personnes. En France, Pau ou Toulouse fonctionnent avec 5 ou 6 personnes.

« Le souci avec le numérique c’est que tout va très vite » Un problème de volonté politique ? «  Le souci avec le numérique c’est que tout va très vite, Lyon a un bon niveau mais risque de se retrouver en milieu de tableau si elle ne continue pas sur cette voie  », explique

délégué à l’Energie et aux TIC (Technologies de l’Information et de la Communication). Et contrairement au département du Rhône, le ratio d’investissement n’est plus le même. Il se chiffre à hauteur de 60% pour l’opérateur. Créative et perfectionnée, la région est en avance sur plusieurs points. Rhône-Alpes reste, en effet, la seule région qui bénéficie en France d’un baromètre qui mesure le développement et la place qu’occupent les TIC dans notre quotidien. Enfin, elle encourage l’innovation et la compétitivité à travers la création de deux clusters. Ils ont pour but d’associer des entreprises, des universités et des laboratoires de recherche travaillant dans des filières complémentaires afin de conquérir de nouveaux marchés.

A-S. F.

Jean-Philippe Vigouroux, journaliste au Progrès. En effet, on a l’impression qu’après avoir bien lancé la machine, elle n’a désormais plus d’essence. Les moyens humains et financiers ne tiennent plus la route. L’argent, le nerf de la guerre. En la matière c’est une évidence. Voté à la mi-décembre, le budget pour la mission PLSI, risque d’être serré et ne pas laisser beaucoup de marge de manœuvre pour les acteurs de la politique numérique. En tout cas, Pierre-Alain Muet, désormais simple conseiller, l’a bien dit « Si on ne me donne pas les moyens nécessaires, je ne perdrais pas du temps sur mon mandat de député pour rien ». C’est dit, reste qu’il constitue le noyau central et l’impulsion même de cette politique. Les prochaines semaines devraient donc se révéler décisives pour le classement de Lyon.  ANNE-SOPHIE FONTANET


Test

Premier prix contre seconde main : la guerre des tours

Système d’exploitation Mémoire vive (RAM) Processeur Disque dur Prix

fabiware.com

cdiscount.com

Expert en informatique, Florent Deligia a testé pour nous deux prototypes d’ordinateurs à bas prix. Propos recueillis par Gaétan Mathieu.

Ordinateur premier prix

Ordinateur seconde main

DUST A3200BM4

COMPAQ Workstation AP550

Windows XP 1024 Mo 2 GHz 80 Go 199 e

L’AVIS : Ce genre d’ordinateur est clairement limité à l’usage familial, c’est-à-dire Internet et le traitement de texte type Word. Il a une mémoire vive deux fois supérieur à l’autre donc l’utilisation d’internet sera plus fluide, sans être exceptionnelle. En revanche, il n’est pas suffisant pour les jeux ou même le traitement de photos. L’autre avantage est la garantie d’un an. Il ne faut pas non plus se faire d’illusions. Au bout de deux ou trois ans, l’ordinateur commencera à s’user. Plus généralement, il est important de regarder si l’ordinateur est à monter. Si on a un minimum de connaissances, ce n’est pas très compliqué, et ça peut permettre de le payer moins cher. Enfin, toujours s’assurer qu’il y a un bien un système d’exploitation type Windows ou Linux et ne pas s’imaginer qu’on peut installer les systèmes récents comme Vista sur ce genre de machine.

Système d’exploitation Mémoire vive (RAM) Processeur Disque dur Prix

Windows 2000 512 Mo 1 GHz 18,2 Go 89 e

L’AVIS : Je ne crois pas que le seconde main soit un bon investissement. On ne sait pas comment l’ordinateur a été traité et il n’y a quasiment jamais de garantie, comme c’est le cas ici. Ce sont souvent des ordinateurs qui ont été utilisés par des entreprises, qui les laissent allumés 24h/24. La plupart du temps, le disque dur et la carte graphique, qui sont des pièces essentielles qui vieillissent mal, ont été poussés à bout. Ce que je vais dire est horrible voire un peu cynique, mais ce n’est pas pour rien si on les donne aux pays du tiers-monde. Même si la personne a besoin d’un ordinateur juste pour Internet, le seconde main n’est pas la solution. La mémoire vive est tellement faible et les sites tellement sophistiqués qu’elle n’aura pas accès à de nombreux sites. Pour ce qui est de MSN ou Facebook, aucun problème, mais pour un site de vidéo comme Youtube, la page ne se chargera jamais.

CONCLUSION : Il ne faut pas chercher à tout prix à économiser sur un ordinateur, et plus généralement sur le matériel informatique. Je conseillerai quand même le premier prix plus que le seconde main si on veut être sûr de ne pas avoir de mauvaise surprise. Si on a un budget limité, le mieux, aujourd’hui, est de négocier l’ordinateur avec un forfait internet. On s’engage sur deux ans, et en contrepartie, on obtient d’importantes réductions sur l’ordinateur. Mais cela se fait surtout avec les portables pour l’instant. Décembre 2008 l SCIENCE @ VENIR l 27


Ecologie/Santé L’association Envie Sud-Est s’est lancée depuis deux ans dans la réhabilitation du matériel informatique. Explications.

Envie Sud-Est : Recycler pour mieux aider

Envie rhône

I

ssue de l’association Envie Rhône, l’entreprise sociale Envie Sud Est, créée en 2006, emploie quinze personnes qui traitent notamment des écrans usagés d’ordinateur. Ces salariés réparent, reconditionnent et vendent également de l’électroménager de seconde main. Une véritable alternative au « tout jetable ». Si vous ramenez votre vieil écran d’ordinateur chez un revendeur ou une déchèterie dans le Rhône, il y a de fortes chances qu’il soit recyclé grâce au réseau Envie. Récupération des DEEE (déchets électriques et électroniques), vente d’électroménager d’occasion à bas prix et insertion de travailleurs en difficulté. Envie peut en effet se targuer d’avoir réussi à concilier trois activités à première vue bien différentes. «  Nous traitons actuellement environ 500 tonnes de déchets par mois, sur les quatre flux, à savoir, le froid, les gros appareils hors froid, les écrans et le petit électroménager », explique Eric Pelletier, responsable d’exploitation d’Envie

L’association Envie Rhône traite 500 tonnes de déchets électroménagers par mois.

Sud Est. L’entreprise collecte ainsi une importante partie des DEEE provenant des déchèteries du Grand Lyon et de la grande distribution sur l’ensemble du département du Rhône, via deux écoorganismes. « Nous nous sommes spé-

Les deee, des déchets bien particuliers Les déchets électriques ou électroniques (DEEE) sont des équipements hors d’usage ou obsolètes qui fonctionnent grâce à des courants électriques ou à des champs électromagnétiques, c’est-àdire tous les équipements fonctionnant avec une prise électrique, une pile ou un accumulateur (rechargeable). En clair, une grande partie des objets numériques que nous renouvelons régulièrement! Or, ces déchets demandent

des traitements spécifiques du fait de leur toxicité (présence de mercure, de retardateurs de flamme halogénés ou autres produits cancérigènes...). Si la quantité de DEEE issue des ménages et assimilée varie entre 16 et 20 kg/an/ hab, soit environ 5% des ordures ménagères, ils sont en forte croissance. D’où l’intérêt de ne pas céder systématiquement aux sirènes de la consommation, en réutilisant, et, le cas

échéant, en ne jetant pas ces déchets n’importe où. Le plus simple reste de ramener vos DEEE dans une des déchèteries habilitées du Grand Lyon, ou bien encore chez le distributeur chez qui vous renouvelez votre équipement comme la Fnac, Darty ou bien d’autres encore, obligés de les reprendre gratuitement.

Plus d’infos et liste des points de collecte dans le Rhône : www.ademe.fr www.collectons.fr

cialisés dans le traitement des écrans, déchets qui demandent des compétences bien particulières en terme de récupération des polluants. A l’issue du recyclage, nous sommes en mesure de fournir un certificat de recyclage et de destruction dans les normes. » Détenue par l’association Envie Rhône en tant que personne morale, Emmaüs et Notre Dame des Sans-Abris sur Lyon, Envie Sud Est reste avant tout une entreprise d’insertion. « Les bénéfices sont intégralement réinvestis dans la formation et l’amélioration des outils de travail », précise Eric Pelletier. Outre cette activité de démantèlement et de recyclage, Envie possède un magasin dans le 7e arrondissement de Lyon où sont vendus à bas prix des produits réparés, reconditionnés, avec une garantie de un an pièces et main d’œuvre. Lave linges, réfrigérateurs, cuisinières à gaz, fours micro-ondes… Autant de produits recyclés et donc peu chers qui font le bonheur des étudiants ou d’une clientèle souhaitant renouveler ou acheter du matériel d’appoint. PAUL TURENNE

28 l SCIENCE @ VENIR l décembre 2008


Les ondes, pires ennemies de Cécile

Trois questions à

“ Dr Alexandre Rafalovitch *

« Notre santé contre la santé de l’économie »

Cécile, secrétaire médicale, souffre de l’électro-hypersensibilité. Une maladie qui se propage via les ondes à la vitesse d’un virus.

A

LES CONSEILS DU dr rafaLOVICH - Débrancher sa « box » de connexion wifi dès que l’on ne s’en sert pas (attention, même en veille l’appareil continue d’emmetre des ondes). - Eteindre son portable la nuit. Ne pas laisser l’appareil en charge à moins de 50 cm de la tête. - Privilégier les téléphones et les connexions filaires. - Pour les enfants et femmes enceintes : éviter au maximum de côtoyer des sources électromagnétiques. - Consulter un médecin au moindre doute.

Les ondes électromagnétiques peuvent-elles être dangereuses pour l’homme ? J’en suis convaincu. Des tests en laboratoire ont montré que les champs électromagnétiques ont des conséquences directes sur les cellules : ils cassent les molécules, déforment l’ADN et révèlent les protéines de stress. Pour l’instant, il n’y a aucun test sur l’homme, mais ces ondes traversent nos corps, nos cerveaux en permanence. Le danger est évident! Jessica bissay

première vue, Cécile est une femme en pleine santé, souriante et dynamique. Pourtant, depuis quatre ans, elle souffre d’un mal invisible de plus en plus répandu : l’électrohypersensibilité (EHS). Ses bourreaux ? Toutes les ondes électromagnétiques présentes autour de nous, qui déclenchent chez elle diverses douleurs. De l’extérieur, aucun moyen de deviner la souffrance de cette Lyonnaise, même si certains détails, comme ces rideaux blindés dans son bureau, ou encore cet écriteau à la porte « Pour des raisons de santé, merci d’éteindre votre portable », ne trompent pas. Electro-hypersensible, un grand mot peu connu, un mot qui fait peur et qui cache bien des maux. Vertiges, rougeurs sur la peau, difficulté de concentration, angoisses... les symptômes sont multiples. Visibles ou non, ils hantent son quotidien depuis maintenant quatre ans. Pourtant pendant des années, Cécile a vécu sans se soucier de ces ondes, jusqu’à ce que les premières gênes appa-

« On peut tous devenir électro-hypersensible. Notre corps supporte les rayonnements jusqu’à un certain seuil. »

raissent : « J’avais mal à la tête en permanence, je n’arrivais plus à me concentrer et j’enchaînais les arrêts maladies.»

« C’est une maladie qui vous coupe du monde» Secrétaire médicale, elle décide alors de se renseigner. Elle met tout d’abord en cause l’antenne relais, installée à quelques rues de son bureau, et demande l’avis d’un expert. « Il est venu mesurer le niveau de radiation. Il était très élevé, mais cela ne venait pas de l’antenne. En fait, l’entreprise voisine venait de s’équiper de téléphones sans fil, c’est ce qui me rendait malade. » Une source électromagnétique de plus, une source de trop pour Cécile, qui doit alors s’isoler pour se soigner. « C’était une torture, je ne pouvais plus sortir dans la rue, la douleur était insoutenable.» Aujourd’hui, Cécile a apprivoisé sa maladie et tente de prévenir son entourage « On peut tous devenir électro-hypersensible. Notre corps supporte les rayon-

nements jusqu’à un certain seuil. Plus on est exposé, plus on risque de dépasser ce seuil. Certaines personnes sont plus résistantes que d’autres, mais personne n’est à l’abri. » A 35 ans, Cécile vit seule et ne s’imagine pas construire une vie de famille. « Avoir des enfants? Pour qu’ils connaissent les mêmes souffrances que moi, non merci! » Sa maladie, non-reconnue par la sécurité sociale, l’handicape au quotidien. Chez elle, pas de portable, pas de téléphone sans fil ou de wifi. Elle n’a également plus aucun loisir. «Je ne peux plus partir en vacances, car je dois être sûre qu’il n’y a aucun rayonnement autour de la zone ou je dors.» On ne guérit pas de l’électrohypersensibilité, Cécile s’est habituée à cette idée. En guise de traitement, elle souhaiterait déjà être mieux comprise. «Les gens me prennent pour une folle, ils pensent que j’exagère, c’est une maladie qui vous coupe du monde. » Jessica bissay

Quelles sont les conséquences sur la santé ? Ca commence par des maux de têtes, des vertiges, des difficultés à se concentrer... Ce sont les premiers symptômes de l’électrohypersensibilité, une maladie qui touche de plus en plus de personnes. J’aimerais que tous mes collègues s’y intéressent réellement. C’est une vraie maladie, une vraie souffrance pour les patients. Et avec la propagation du wifi, il y a encore plus de raisons d’être inquiet. Pourquoi n’existe-il aucune preuve scientifique du danger des ondes wifi? Tout simplement parce qu’il n’y a aucune étude. L’étude « Interphone » a prouvé les dangers du portable, mais pour le wifi et les antennes relais, il n’y a aucune étude en cours, donc forcément on ne risque pas d’avoir des preuves. Les pouvoirs publics ferment les yeux parce que ça les arrange: c’est notre santé contre la santé de l’économie. Qu’on le veuille ou non, la santé publique est liée à la politique. Jessica bissay * Médecin généraliste à Bron, membre du bureau de la CNMSE (Coordination Nationale Médicale de la Santé et de l’Environnement)

Décembre 2008 l SCIENCE @ VENIR l 29


Sébastien tranchand

Points de vue

Passionnés du rétro mais pas hors du temps, ils sont des conservateurs de talent.

marlène nowaCki, étudiante en photographie

A la lueur d’une lampe rouge, je peins les images d’ombres et de lumières

pages réalisées par ANTOINE PERRET ET SéBASTIEN TRANCHANd

Dans une société où la technologie n’en finit plus de produire ; des objets numériques de plus en plus performants aux objets « jetables », car si rapidement dépassés, je me sens étouffée, impuissante et cela me fait peur. Je rêve de pouvoir arrêter le temps, reprendre mon souffle, trouver un moyen d’expression qui me correspond. Je suis donc allée frapper à la porte d’un atelier de photographie qui utilise des procédés anciens, capables de révéler des images noires et blanches, préalablement capturées sur pellicule, par d’étranges boites à lumière. Les professeurs m’ont transmis leur savoir-faire, leur passion de la photographie argentique. Entre mathématique et chimie, j’ai appris à peindre avec la lumière. J’ai tout d’abord fabriqué un sténopé. Je suis alors partie dans les rues avec cet étrange appareil. Et lorsque je proposais à un jeune homme de poser devant la boite, il me demanda alors si je n’allais pas lui voler son âme… Par la suite, je suis allée dans une boutique parisienne m’offrir un troisième œil. Un appareil qui fonctionne mécaniquement avec son objectif de 50 mm : le Nikormat. A travers lui j’ai trouvé un nouveau regard, un œil attentif à la composition et à la poésie des images qui m’en-

30 l SCIENCE @ VENIR l décembre 2008

tourent. Un œil sensible à la luminosité extérieure, vif et prêt à figer chaque instant décisif. Je forme avec ce troisième oeil un duo assez décalé dans notre société, et j’avoue que cela me plait. J’observe le monde sous différents angles, je prends du temps pour réfléchir sur chacune des 36 poses de la pellicule. Je n’utilise pas de flash, j’essaie de comprendre la lumière ambiante, ses ombres et ses contrastes. Je me sers d’un objectif 50 mm, qui correspond à la vision de l’œil humain et, puisque que je ne peux pas zoomer, je me déplace afin de trouver le bon cadrage, et la composition qui me plait. Il y a autre chose qui me fait craquer avec mon appareil, ce sont ses petits rires mécaniques qu’il fait lorsque j’avance d’une pose la pellicule pour déclencher. Et puis, lorsque je rentre chez moi, je suis impatiente et curieuse de découvrir mes clichés. Avec mon vieil agrandisseur, à la lueur d’une lampe rouge, je peins les images d’ombres et de lumières. Elles se révèlent les unes après les autres. Ressurgissent alors des regards troublants, des personnages atypiques et des paysages lointains… J’ai enfin le sentiment de suspendre le temps.

« Il y a autre chose qui me fait craquer avec mon appareil, ce sont ses petits rires mécaniques »


Regards croisés sur deux gardiens de l’authenticité.

ARNO BARBE, journaliste musical

Le vinyle, chéri des esthètes Pourquoi le vinyle  ? Parce que l’objet. Majestueux. Inoxydable. Il est le dominant au royaume des supports musicaux. Le roi de la jungle. L’indomptable qui traverse les époques sans jamais fléchir devant les assauts répétés des éléments extérieurs. Tour à tour cassettes, CD, Mp3 se sont évertués à détrôner le vinyle. En vain. Il demeure imperturbable. Chéri des

« C’est un rapport quasi sensuel, érotique, avec la musique »

antoine perret

esthètes. Demander à n’importe quel dj ou amateur d’électro, de reggae ou de dub si le vinyle ne rend pas à merveille toute l’amplitude du son, rendant accessible des tonalités effacées sur les supports virtuels. Le Mp3 est un rouleau compresseur, emportant sur son passage les infrabasses et tout ce qui fait la profondeur d’une musique, son grain. Crépitement délicieux du diamant sur la face A. Au-delà du vinyle en lui-même, j’aime la quête qui précède son achat. Les heures passées dans les bacs poussiéreux de petites boutiques approximatives. Regard aiguisé. Main leste faisant défiler prestement, sous des yeux avides, les précieux acétates. Ses pochettes somptueuses, érigées en œuvre d’art par les Jeff Jank et consorts. Ou encore ces pochettes vierges, anonymes, « white label ou blank » aiguisant la curiosité maladive du Vinyl addict, toujours en quête de la pépite ultime. Le vinyle, c’est un rapport quasi sensuel, érotique, avec la musique. Il représente ce qui fait la différence entre l’amour charnel et l’amour virtuel… Question de sens !



Science@venir