Page 25

SECTION FRANÇAISE

À

36 ans, Alana Bonner affiche plus de courses sur la plateforme Sportstats que n’importe quel autre membre au Canada. D’ailleurs, elle est suivie de loin par son rival le plus proche, qui en cumule 193. Comment fait-elle? Quel est son secret? Bonner, qui habite près de Montréal et qui compétitionne depuis août 2009, a répondu aux questions de iRun.

iRUN: Avez-vous des coureurs préférés? BONNER: Ed Whitlock. J’ai une photo de moi avec Ed, en 2014, lors d’une course à Williamstown, en Ontario. Et Mo Farrah. C’est un champion olympique incroyable; et Meb Keflezighi aussi. iRUN: Avez-vous déjà eu un moment où vous pensiez laisser tomber? BONNER: Non. Jamais.

iRUN: Qu’est-ce qui fait de vous une si bonne athlète? BONNER: Quand je m’emballe pour quelque chose, je ne m’arrête plus. iRUN: Votre feuille de route est incroyable. BONNER: J’aime ça, c’est tout. J’adore la perspective de la compétition : visiter différentes villes, rencontrer toute sorte de monde. L’atmosphère qui règne dans cette formidable communauté me plaît beaucoup. Plus je rencontre de gens au Canada et aux États-Unis, plus j’ai envie de participer à des compétitions. C’est comme ça en fait que j’ai commencé à courir chaque week-end. iRUN: Avez-vous le trac avant une course? Bonner : Chaque fois. iRUN: Sans blague? BONNER: C’est toujours comme si c’était la première fois et que je ne l’avais jamais fait auparavant. Je veux faire de mon mieux et je veux que ça se passe bien, mais je ne suis jamais sûre de rien. C’est probablement pourquoi ça m’énerve tant.

COURTESY OF AUTHOR.

iRUN: Avez-vous déjà senti votre motivation baisser, par exemple après la 150e course? BONNER: Je n’ai pas besoin de motivation, c’est juste qui je suis. Je cours, je participe à des compétitions : ça fait partie de moi. Ça fait partie de ma vie quotidienne et de mon identité. Les annonceurs locaux me connaissent tous, parce qu’ils me voient toutes les fins de semaine. iRUN: Que faites-vous pour célébrer, après une course? BONNER: Rien. Ma passion, c’est de trouver des courses dans des villes que je ne connais pas pour les rayer de ma liste. iRUN: Quels sont les faits saillants de votre carrière de coureuse?

iRUN: Jamais? BONNER: Parfois, pendant une course, quand ça va mal, je me dis « jamais plus », mais dès que je franchis la ligne d’arrivée, j’ai hâte de m’inscrire à la prochaine course. Plus la course est difficile, plus j’ai envie de continuer à courir. C’est tout simplement ma façon d’être. Runner’s World Classic 21.1K, à North Andover, Massachusetts.

LE PLUS GRAND NOMBRE DE COURSES SUR SPORTSTATS L’enthousiasme et la passion, deux ingrédients qui ont permis à Alana Bonner d’atteindre 227 courses sur Sportstats BONNER: Depuis deux ans, je suis championne du circuit du grand Montréal pour le groupe d’âge des 30 à 39 ans. Cela me fait plaisir. iRUN: Avez-vous déjà couru par très mauvais temps? BONNER: Je cours à longueur d’année sans me préoccuper du temps qu’il fait. Ma course la plus difficile à cet égard a été le demi-marathon hypothermique, cette année à Montréal. Il faisait moins 30, et avant le début de la course, on nous a dit qu’on nous donnerait le temps à 10 km, mais je suis arrivée au bout des 21 km. Je portais un masque et j’avais l’air d’un bandit, mais j’ai couru jusqu’au bout.

iRun Pour rester saine dans ce monde fou. — Lucie Zimmer, Ottawa

iRUN: Quels sont vos trois grands conseils pour bien courir? BONNER: Respecter le rythme qu’on s’est donné. Quand ça devient difficile, croire que ça va devenir plus facile. Il y a toujours un moment, généralement peu après le coup d’envoi, où ça va très mal, et puis on trouve son rythme. Quand c’est vraiment dur, il suffit de se dire que ça ira mieux. Tout est une question d’efforts. Dans une course, impossible de tricher. Si on n’y met pas le travail qu’il faut, on n’a pas de résultats. iRUN: Nous travaillons pour Sportstats. Donc, pouvez-vous nous donner un commentaire sur les événements chronométrés par Sportstats? BONNER: Mes événements préférés sont toujours ceux qui sont chronométrés par Sportstats. Quand je suis à la recherche d’événements, je visite le site de Sportstats pour voir ce qui est annoncé. C’est une excellente plateforme où je peux inscrire toutes mes courses maintenant que je suis membre. Sportstats a une très bonne réputation à Montréal. Je suis allée à des événements chronométrés par d’autres entreprises, et c’était catastrophique. Sportstats est fiable, et c’est ce dont on a besoin. iRUN: Vous avez 227 événements à votre actif sur Sportstats. Pensez-vous atteindre 500? BONNER: Bien sûr. iRUN: Mille? BONNER: Je ne compte pas m’arrêter. J’ai trop de plaisir pour ça.

iRun.ca

25

iRun ISSUE06 2016  

iRun is a property of Sportstats Media, a website and print magazine that's the gateway to the Canadian running community.

iRun ISSUE06 2016  

iRun is a property of Sportstats Media, a website and print magazine that's the gateway to the Canadian running community.

Advertisement