Issuu on Google+

Irene Casado L贸pez

P O R T F O L I O


Curriculum Vitae Projets d’architecture Projet de cinÊma

I N D E X

Photographies


Irene CASADO LÓPEZ irene.casado.lopez@gmail.com

17 Rue des Fossés Saint Marcel, 1er por te face,75005 Paris telephone: 0627583905 naissance: 20 Octobre 1990 nationalité: Espagnole


E D U C AT I O N 2012-2013 2011- 2012 2008-2011

Master II à L’ENSA Paris-Val de Seine Erasmus à l’ETSA de Madrid Architecture à l’ENSA Paris-Val de Seine M.2 Groupe de projets de Brigit de Kosmi L.3 Groupe de projets de Ber nard Desmoulin L.2 Groupe de projets de Jean Mas L.1 Groupe de projets de Nathalie Reigner -Kagan

2008 2008

1993-2008

Obtention du diplôme du Baccalauréat: mention Bien Obtention de l’examen Espagnol d’accès à l’enseignement universitaire: “Selectividad”

EXPERIENCE

PROFESIONNELLE

2012 Aoû.

Stage de for mation pratique: Ensamble Studio (Madrid, Espagne)

2011 Feb. 2011 Oct.

Stage Sancho-Madridejos Architecture Office S-M.A .O (Madrid, Espagne)

2010 Jul.

Stage de première practique: Sancho-Madridejos Architecture Office, S-M.A .O (Madrid, Espagne)

2009 Jul.

Stage ouvrier : Maîtres ver riers Vetraria Muñoz de Pablos (Segovie, Espagne)

Primaire/Collège/Lycée au Lycée Français de Madrid

LANGUES - Bilingue Espagnol- Français - Anglais (Niveau C1) Obtention du Cambridge University Advanced Exam 2010 - Italien (Nivau B1) - Allemand(Niveau A2)

LOGICIELS - AUTOCAD - RHINOCEROS

- ARCHICAD - A RT L A N T I S

- ADOBE MASTER SUITE:

- PHOTOSHOP - I L L U S T R AT O R - INDESIGN


PROJETS

MASTER 2

PROJET URBAIN A SEVILLE GROUPE DE PROJET B.DE KOSMI Premier semestre de Master 2

PROJETS

MASTER 1

INSTITUT CERVANTES A SÃO PAULO ETSAM UNIDAD J.SANCHO (ERASMUS) Deuxième semestre de Master 1 ECOLE D’ART ET ARCHITECTURE ETSAM UNIDAD J.SANCHO (ERASMUS) Premier semestre de Master 1

PROJETS DE LICENCE

LO G E M E N T S S O C I A U X GROUPE DE PROJET B. DESMOULIN Deuxième semestre de licence 3


PROJET

URBAIN

A

SEVILLE

GROUPE DE PROJET B.DE KOSMI

Plan Masse

Le site s’inscrit au nord de la ville de Seville dans un terrain occupée par le «quar tier de La Bachillera» et des entrepôts de trains abandonnés. L’ i d é e d u p r o j e t e s t d e c o n n e c t e r t r a n v e r s a l e m e n t l e cimetière qui se trouve à l’est avec les berges du fleuve Guadalquivir qui se trouvent à l’ouest. Le projet crée alors des couloirs ver ts qui connectent urbainement ces deux éléments .


PROJET

URBAIN

A

SEVILLE

GROUPE DE PROJET B.DE KOSMI

Coupe longitudinale sur les berges

L’ i d é e e s t l a c r é a t i o n d ’ u n q u a r t i e r a u t o n o m e o r i e n t é sur les programmes culinaires. Le programme qui se situe sur les berges est une t r a n s f o r m a t i o n d e s a n c i e n s e n t r e p ô t s d e t r a i n s e n m a rché culinaire, plus la création d’une place publique donnant sur le fleuve. De même, un programme de potagers en terrasses complétent le marché.


PROJET

URBAIN

A

SEVILLE

GROUPE DE PROJET B.DE KOSMI

Coupe tranversale sur le projet

Visuellement, il s’agit de faire une gradation des hauteurs en fonction de la distance au fleuve. L’ i d é e e s t d e p e r m e t t r e l a v u e s u r l e s b e r g e s d u « q u a r tier La Bachillera» et de créer un nouveau programme mixte (logements et bureau) qui puissent avoir aussi une vue sur l’horizon du fleuve.


PROJET

URBAIN

A

SEVILLE

GROUPE DE PROJET B.DE KOSMI

Vues du projet dans le site


PROJET

URBAIN

A

SEVILLE

GROUPE DE PROJET B.DE KOSMI

Images perspectives


INSTITUT

CERVANTES

A

SÃO

PAULO

ETSAM UNIDAD J.SANCHO (ERASMUS)

Plan Masse

Le terrain est situé au bout de la plus grande avenue de Sao Paulo, l’avenida Paulista. L’ i d é e d u p r o j e t e s t d e c o n n e c t e r c e t t e a x e f i n a n c i e r e t commercial avec les quar tiers résidentiels qui l’entourent. Le projet se base sur une couver ture structurelle qui se pli et enveloppe le programme.


INSTITUT

CERVANTES

A

SÃO

PAULO

ETSAM UNIDAD J.SANCHO (ERASMUS)

Coupe longitudinale

La coupe longitudinale devient le document explicatif le plus impor tant dans ce projet. Le concept se base sur une enveloppe structurelle qui par t du sol et s’élève en accueillant le programme à l’intérieur de ses plis. Le programme devient de plus en plus privé au fur et à mesure que l’enveloppe s’élève. Structurellement, ce projet m’a permis de faire une recherche sur les enveloppes en acier et leur fonctionnement.


INSTITUT

CERVANTES

A

Sテグ

ETSAM UNIDAD J.SANCHO (ERASMUS)

Details constructifs

PAULO


Appuis de l’enveloppe en acier


INSTITUT

CERVANTES

A

Sテグ

ETSAM UNIDAD J.SANCHO (ERASMUS)

Images perspectives

PAULO


ECOLE

D’ART

ET

ARCHITECTURE

ETSAM UNIDAD J.SANCHO (ERASMUS)

Plan Masse

Le terrain s’inscrit dans le projet urbain de MadridRio, proche des anciens abattoirs de la ville. L’ i d é e d u p r o j e t e s t d e c o n n e c t e r v i s u e l l e m e n t l e s d e u x berges du fleuve Manzanares. Le projet se base sur un élément qui s’ouvre vers le fleuve et se ferme du côté de la rue bruyante.


ECOLE

D’ART

ET

ARCHITECTURE

ETSAM UNIDAD J.SANCHO (ERASMUS)

Plans

Le projet intègre une par tie espace d’expositions et cafétéria, plus publique que le reste de l’école d’ar t et architecture. Le programme se divise entre deux types d’espaces différents. Le premier est plus rigide et contient le programme théorique (salles de cours, bureaux, bibliothèque), il se situe à l’opposé de l’espace d’expositions. Le deuxième est totalement libre et acceuille les ateliers de travail, il se situe le long du fleuve.


Plan rdc

Plan premier étage

Plan deuxième étage


ECOLE

D’ART

ET

ARCHITECTURE

ETSAM UNIDAD J.SANCHO (ERASMUS)

Image perspective

Le concept se base sur le pliage d’un seul élément qui crée ainsi les différents espaces. Les coupes succesives transversales révélent des espaces qui s’agrandissent en fonction de leurs usages.


P6

(ERASMUS)

//

UNIDAD_SANCHO_ETSAM

//

ESCUELA_DE_ARTE_Y_ARQUITECTURA_+_FUNDACION

IRENE_CASADO_LOPEZ

P6

(ERASMUS)

//

UNIDAD_SANCHO_ETSAM

//

ESCUELA_DE_ARTE_Y_ARQUITECTURA_+_FUNDACION

IRENE_CASADO_LOPEZ


ECOLE

D’ART

ET

ARCHITECTURE

ETSAM UNIDAD J.SANCHO (ERASMUS)

Coupe détaillée

Le concept du pli peut se lire dans cette coupe détaillée. Les matériaux sont employés en fonction de leur lecture dans l’ensemble du projet. Le béton est utilisé pour exprimer la continuité du pli. Graphiquement, constructivement et conceptuellement il existe une raison pour l’épaisseur des planchers en béton. Celle-ci nous permet de conserver le concept et de cacher les énormes poutres structurelles.


ECOLE

D’ART

ET

ARCHITECTURE

ETSAM UNIDAD J.SANCHO (ERASMUS)

Maquette, échelle 1/500


LO G E M E N T S

S O C I A U X

GROUPE DE PROJET B. DESMOULIN

Plan Masse

Le terrain se situe dans la ville d’Ivry au niveau du périphérique parisien. Le site es un quar tier industriel, où la parcelle se situe entre la Seine et une usine de grande dimension.


LO G E M E N T S

S O C I A U X

GROUPE DE PROJET B. DESMOULIN

Plan d’organisation d’un étage type

Le programme urbain où s’insère le projet impose de construire 200 logements sociaux avec des qualités spatiales. Le concept commun à tous les logements par t de l ’ i d é e d ’ u n m u r d i r e c t e u r d e l ’ e s p a c e . To u t e s l e s pièces sont disposées autour de ce mur qui sépare le côté jour du côté nuit. L’ a g e n c e m e n t d e s l o g e m e n t s s u r u n é t a g e t y p e se fait de façon à créer des espaces communs lumineux et acceuillants, ainsi que respectant les normes de sécurité incendie.


LO G E M E N T S

S O C I A U X

GROUPE DE PROJET B. DESMOULIN

Façade est

La façade est, tranversale à la Seine, se divise en deux modules. Le premier module, le plus élevé de tout l’ens e m b l e , r e p r é s e n t e « l ’ é l é m e n t s i g n a l » q u i v a c h e rcher la vue sur Paris. Le deuxième module est une barre de 100 mètres d e l o n g u e u r. L e d e s s i n d e l a f a ç a d e p e r m e t d e c r é e r une unité graphique, alors que fonctionnellement cette unité est fragmentée.


LO G E M E N T S

S O C I A U X

GROUPE DE PROJET B. DESMOULIN

Images perspectives


C I N É M A LICENCE 3

Film noir


Séquence de la poursuite

1

Place de la contrescarpe

Un plan d’ensemble en contre-plongée rend l’escalier Un en plongée de l’ascension duque personnage plusplan imposant et souligne l’obstacle rencontreperle met de voir aussi à l’arrière-plan la progression de l’hompersonnage. me de main qui le poursuit. Le cadrage est bas pour se de la scène d’ouverture l’absence de La démarquer vue en diagonale dynamise l’actionpar et les barreaux 1 ciel. rythment l’ascension, comme dans The Night and the Un d’ensemble souligne l’étroitesse rue. La City.plan La caméra change souvent d’angle de de la vue pour Place de la hauteur et ledoit manque de le perspective sur montrer des les bâtiments tournants que prendre personnage. le la rendest étouffante. Leciel montage heurté, chaque plan est très rapide. On contrescarpe Un travelling suit lade course rythmée n’entend queavant les bruits fond du de personnage la rue, le souffle du par les plots,eten à A bout personnage le clin bruitd’oeil très rapide de de sessouffle. pas. Un mur ferme la peresctive au fond. Une musique commence à Un plan d’ensemble en contre-plongée rend l’escalier rythmer l’ action, en soulignant surtout le moment où il plus imposant et souligne l’obstacle que rencontre passe le l’angle de la rue. personnage.

R RU UE E M M O O U U F F F F E E T T A A R R D D

11

22

33

Un travelling travellinglatéral latéralde delalacourse courselelelong longd’un d’unmur murde de R Un La dynamise l’action et les barreaux Un vue planen endiagonale plongée de l’ascension du personnage per- UE graffitisest estleletemps tempsfort fortde delalapoursuite. poursuite.Le Lechangement changement graffitis rythment l’ascension, comme dans The Nightde and the 1 met de voir aussi à l’arrière-plan la progression l’homM dedécor décorlelemontre. montre. Un plan en plongée de l’ascension du personnage perde City. Lamain caméra souvent d’angle est de vue me de qui change le poursuit. Le cadrage bas pour pour OU Lascène scèneest estfilmé filmélalacaméra caméraààl’épaule l’épaulepour pouravoir avoir plus met de voir aussi à l’arrière-plan la progression de l’homLa plus montrer les tournants que d’ouverture doit prendrepar le personnage. se démarquer de la scène l’absence de FF de réalisme. réalisme. Le Lepersonnage personnagedépasse dépasselalacaméra caméra pour me pour de main qui le poursuit. Le cadrage est bas pour de E Le ciel.montage est heurté, chaque plan est très rapide. On T suggérersa sarapidité. rapidité. se démarquer de la scène d’ouverture par l’absence de A suggérer n’entend que les bruits de fond de la rue, le souffle du Un plan d’ensemble souligne l’étroitesse de la rue. La RD La musique s’emballe et couvre tous les bruits, avec un ciel. La musique s’emballe et couvre tous les bruits, avec un personnage le bruit très de ses pas. hauteur des et bâtiments et lerapide manque de perspective sur 2 rythme rapidede dejazz jazzaussi aussiexubérant exubérantque queles lesUn graffitis. plan d’ensemble souligne l’étroitesse de la rue. La rythme rapide graffitis. le ciel la rend étouffante. Cemoment moment estest inspiré dela lascène scène depousuite pousuite deK.K. par Ce plan américain inspiré des westerns. La caméra va-et-vient entre les directions. hauteur des bâtiments etdeux le manque de perspective sur Ce est inspiré de de de par Un travelling avant suit la course du personnage rythmée 3 Le personnage choisit le passage couvert de gauche, un immeuble isolé et de travers qui les petitesfilles fillesdans dans LeProcès, Procès, lorsque film glisse le ciel la rend étouffante. les petites Le lorsque lelefilm glisse par les plots, en clin d’oeil à A bout de souffle. Un mur rappelle tableaux expressionnistes. dansles fantastique. Un travelling avant suit la course du personnage rythmée dans lelefantastique. ferme la peresctive au fond. Une musique commence à par les plots, en clin d’oeil à A bout de souffle. Un mur rythmer l’ action, en soulignant surtout le moment où il plan sur le mur renforce l’identification du specUn gros ferme la peresctive au fond. Une musique commence à R Un travelling latéral de la course le long d’un mur de passe l’angle de la rue. La perspective en valeur les stries mur pour U tateur au personnage en montrant ce qu’il voit. rythmer l’ action,met en soulignant surtout le du moment où il E graffitis est le temps fort de la poursuite. Le changement 1 rythmer la course, le plan du sol semble se replier à la passe l’angle de la rue. M de décor le montre. O verticale. Un plan en plongée de l’ascension du personnage perU La scène est filmé la caméra à l’épaule pour avoir plus F Lel’hompersonnage aperçoit à contre-jour un deuxième F met de voir aussi à l’arrière-plan la progression de de réalisme. Le personnage dépasse la caméra pour E homme T me de main qui le poursuit. Le cadrage est bas pour de main, encadré par le passage couvert. La A suggérer sa rapidité. diagonale R se démarquer de la scène d’ouverture par l’absence de dirige le regard vers lui. La musique laisse D 3 La musique s’emballe et couvre tous les bruits, avec un brusquement place aux seuls bruits de la scène. Dans 2 rythme rapide de aussi lesciel. graffitis. Ce plan américain estjazz inspiré desexubérant westerns.que La caméra va-et-vient entre les deux directions. ce silence Un plan d’ensemble souligne l’étroitesse de la rue. La calme, on n’entend que le bruit des bottes Ce moment choisit est inspiré de la scène de pousuite de K. Le personnage le passage couvert de gauche, unpar immeuble isolé et de travers qui de l’homme de main qui attend le personnage sans lui hauteur sur 3 les petites filles dans Le Procès, lorsque le film glissedes bâtiments et le manque de perspective rappelle les tableaux expressionnistes. laisser d’échappatoire. L’homme de main sifflote alors le ciel la rend étouffante. dans le fantastique. le même air que dans la scène d’ouverture. Ce leitmotiv Un travelling avant suit la course du personnage rythmée Un gros plan sur le mur renforce l’identification du specsignale par plots, en met clin d’oeil à A bout de souffle. Unpour muren fait sa présence hors-champs dans la pretateur au personnage enlamontrant qu’il voit. La les perspective en valeur les stries du mur Un travelling latéral de course ce le long d’un mur de mière scène et lui donne un sens sinistre. ferme la peresctive auplan fond.duUne commence rythmer la course, le sol musique semble se replier àune laà ellipse, le personnage se retrouve soudain graffitis est le temps fort de la poursuite. Le changement Par rythmer l’ action, en soulignant surtout le moment où il verticale. de décor le montre. encadré par les deux hommes de main. la sousface passe l’angle de la rue. Le personnage aperçoit à contre-jour un deuxième La scène est filmé la caméra à l’épaule pour avoir plus noire et basse du passage couvert rend la scène plus homme de main, encadré par le passage couvert. La de réalisme. Le personnage dépasse la caméra pour étouffante. Cette séquence est en rupture totale avec diagonale dirige le regard vers lui. La musiquel’atmosphère laisse suggérer sa rapidité. détendue et la perspective dégagée de brusquement place aux seuls bruits de la scène. La musique s’emballe et couvre tous les bruits, avec un la Dans scène d’ouverture. Ce plan rapproché est une réféce silence calme, on n’entend que le bruit des bottes rythme rapide de jazz aussi exubérant que les graffitis. rence directe aux premières scènes très angoissantes de l’homme de main qui attend le personnage du sans lui Ce moment est inspiré de la scène de pousuite de K. par Procès, lorsque K. est interpellés par deux policiers 3 laisser d’échappatoire. L’homme de main sifflote alors les petites filles dans Le Procès, lorsque le film glisse sans raison apparante. 44 le même air que dans la scène d’ouverture. Ce leitmotiv dans le fantastique. signale en fait sa présence hors-champs dans la preCe plan plan américain américain est est inspiré inspiré des des westerns. westerns. La La caméra caméra va-et-vient va-et-vient entre entre les les deux deux directions. directions. Ce mière scène et lui donne un sens sinistre. Le personnage personnage choisit choisit le le passage passage couvert couvert de de gauche, gauche, un un immeuble immeuble isolé isolé et et de de travers travers qui qui Le Par une ellipse, le personnage se retrouve soudain rappelle les les tableaux tableaux expressionnistes. expressionnistes. rappelle encadré par les deux hommes de main. la sousface noire et basse du passage couvert rend la scène plus étouffante. Cette séquence est en rupture totale avec La perspective perspective met met en en valeur valeur les les stries stries du du mur mur pour pour La l’atmosphère détendue et la perspective dégagée de rythmer la la course, course, le le plan plan du du sol sol semble semble se se replier replier àà la la rythmer la scène d’ouverture. Ce plan rapproché est une réféverticale. verticale. rence directe aux premières scènes très angoissantes Le personnage personnage aperçoit aperçoit àà contre-jour contre-jour un un deuxième deuxième Le du Procès, lorsque K. est interpellés par deux policiers homme de de main, main, encadré encadré par par le le passage passage couvert. couvert. La La homme sans raison apparante. diagonale dirige dirige le le regard regard vers vers lui. lui. La La musique musique laisse laisse diagonale 4 brusquement place place aux aux seuls seuls bruits bruits de de la la scène. scène. Dans Dans brusquement Le procès, Orson Welles, 1962 3 ce silence silence calme, calme, on on n’entend n’entend que que le le bruit bruit des des bottes bottes ce de l’homme l’homme de de main main qui qui attend attend le le personnage personnage sans sans lui lui de laisser d’échappatoire. d’échappatoire. L’homme L’homme de de main main sifflote sifflote alors alors laisser le même même air air que que dans dans la la scène scène d’ouverture. d’ouverture. Ce Ce leitmotiv leitmotiv le signale en en fait fait sa sa présence présence hors-champs hors-champs dans dans la la prepresignale mière scène scène et et lui lui donne donne un un sens sens sinistre. sinistre. mière Par une une ellipse, ellipse, le le personnage personnage se se retrouve retrouve soudain soudain Par


PHOTOGRAPHIES D’ARCHITECTURE V O YA G E S D E D É C O U V E R T E

Irene Casado Lopez

De gauche à droite, de haut en bas M u s e u m o f c o n t e m p o r a n y a r t , N Y, S a n a a Musée d’art contemporain, Brasilia, Niemeyer El Matadero, Madrid, Antón García Abril Musée d’art contemporain, Niterói, Niemeyer Musée Juif, Berlin, Daniel Liberskind


I r e n e

C A S A D O

LO P E Z

17 Rue des fossĂŠs St Marcel, 75005 Paris i r e n e . c a s a d o . l o p e z @ g m a i l . c o m


Irene Casado Lopez