Page 1


ÉQUIPE RÉDACTRICE EN CHEF Stéphanie Lavoie

RESPONSABLES DE LA PUBLICITÉ Roxanne Flibotte-Rousseau Ann-Catherine Fortin

CONCEPTRICE GRAPHIQUE Mayli-Anne Hébert

PHOTOGRAPHES Jonathan Girard Félix Rhéaume

RÉDACTEURS Laurence Belzile-Rioux Maude Bernier-Ouellet Léa Boucher-Telmosse Catherine Duchesne Lara Émond Jonathan Girard Élisabeth Jean Mathieu Montégiani Félix Rhéaume Laurie Salvail Jean-François Simard Éloïse St-Maurice

04 06 MOT DE LA RÉDAC

RADIO

Tout nouveau,

La radio étudiante

tout beau.

RLJC est de retour.

17 14 JEUX DE LA COM

CAFÉ ÉTUDIANT

Découvrez une

c’est votre café

compétition autant amicale

Le café Chez Henri, étudiant.

que féroce.

20 22 POLITIQUE

VOYAGES

Retour sur

Vous désirez partir

les faits saillants

en voyage ? Voyage

de la Charte des

Transit est votre

dernières semaines.

solution.


08 10 SALON DES COM

GALA DE LA RELÈVE

Une entrevue

Des directrices

avec Alexandra

prêtes à passer

SOMMAIRE

16 18 Morin.

à l’action.

PRÉAMBULE

SORTIES

L’agence

Les sorties de

Préambule

novembre à ajouter

vous épatera.

à votre agenda.

23 COURRIER DU CŒUR

Faites part de vos

LE PUB UNIVERSITAIRE

A l'achat d'un pichet de biere recevez une surprise !

problèmes de cœur à Mademoiselle S.

la com, otion, redis de rc e m s utre prom a le s e n n a u d e e ns : Valid changeable contr Conditio t. non é t s e re e l'argen ff cette o contre d le b a e g n non écha


Mot de la rédac

TOUT NOUVEAU, TOUT BEAU

Vous tenez présentement dans vos mains une version rafraichie de L’Intercom Magazine. Une version qui se veut plus jeune, plus dynamique. Un grand travail d’équipe a été fait pour vous présenter un magazine de qualité qui reflète les divers intérêts des étudiants du bac. STÉPHANIE LAVOIE stephanie.lavoie.14@ulaval.ca

StephLavoie218

J’ai eu le plaisir d’orchestrer

Du choix des nouveaux membres

une équipe motivée et presque

à l’impression finale en passant par

complète­ment renouvelée. D’abord,

l’écriture des articles et la mise en

les rédacteurs que vous découvrirez

page, deux mois se sont écoulés

tout au long de ces pages sont

rapidement. Nous sommes mainte-

à l’origi­ne du contenu de L’Intercom.

nant fiers de présenter le fruit de

Ceux-ci vous parlerons des implica-

notre travail acharné.

tions du baccalauréat, de culture, de sport, de politique et bien plus. Dans l’ombre se trouve la graphiste, Mayli-Anne Hébert, qui a eu l’audace de présenter un format renouvelé du magazine. Il y a aussi notre merveilleuse équipe de promotion composée de Ann-Catherine Fortin et Roxanne Flibotte-Rousseau. Elles ont travaillé d’arrache-pied sur la publicité, le lancement et les réseaux sociaux. L’Intercom Magazine accueille également deux photographes (qui sont aussi ré-

04

dacteurs) : Jonathan Girard et Félix Rhéaume. Vous pourrez voir leurs photos dans les pages du magazine et sur le blogue.

L'Intercom Magazine • Novembre 2013

Allez également jeter un coup d’œil à notre blogue qui a reçu toute une métamorphose. Comme le magazine, il est plus actuel et plus facile à consulter. Vous y trouverez nos arti­ cles, des liens vers nos réseaux sociaux et une version Web de L’Intercom. C’est aussi l’endroit où vous pouvez partager votre opinion sur nos divers sujets.

Bonne lecture !


Sorties

QUOI FAIRE À QUÉBEC EN NOVEMBRE Le mois de novembre est un mois gris, froid, morose et, avouons-le, plate. Le lit et le divan sont souvent les options favorites quand vient le temps de se divertir. Je vous suggère ici quelques sorties à mettre à votre agenda qui vous feront mettre le pied hors de votre cocon et qui égayeront votre mois. LAURIE SALVAIL laurie.salvail.1@ulaval.ca

salvaillaurie

Tout d’abord, une bonne dose de

Festival d’Été de Québec. À 20 h,

rires n’est jamais de trop. Le Club d’Impro

au Cercle, le groupe de Montréal, en nomi-

vous propose le lundi 18 novembre

nation pour l’album de l’année au Gala

à 20 h, au Cercle, une soirée de plaisir

de l’ADISQ, revient nous présenter sa

assuré. Pour seulement 10 $, quatre

musique de style pop indie. La légèreté

impro­visateurs hors pairs se démèneront

et la mélancolie de la musique orchestrale

sur scène pour vous faire rire sur

du sextuple et leurs invités vous feront

des thèmes d’improvisation imposés par

oublier pour quelques heures la réalité

l’animateur ou le public. Le Club d’Impro

de novembre.

est une équipe d’improvisation peu conventionnelle qui vous garantit une soirée de rires. Le 20 novembre à 19 h, le groupe Bodh’aktan sera en spectacle à l’Impérial. L’univers de ce groupe musical est assez difficile à décrire. Le seul mot qui me vient à l’esprit : party. Les sept musiciens d’expé­rience, venant des Îles-de-la-Madeleine, de la Gaspésie, du Saguenay, de Québec et d’Angleterre, ont des bagages musicaux des plus variés. Une soirée avec ces dénommés pirates de la musique pourrait aussi se résumer à un mélange de musique folklorique, de rock, de bière et d’hommes en kilts. Le 29 novembre, c’est le groupe Grœnland qui revient à Québec après le grand succès de leur prestation au

Finalement, pourquoi ne pas retomber en enfance en allant au musée. Oui, au musée. Jusqu’au 16 mars prochain, le Musée de la civilisation présente l’exposition : Une histoire de jeux vidéo. Cette exposition fait un récapitulatif de l’histoire des jeux vidéo. De Pong à Assassin’s Creed, en passant par Mario Bros, tous les jeux auxquels vous pouvez pensez s’y trouvent. Le Musée de la civili­ sation vous offre d’essayer et de jouer avec la plupart des jeux qui y sont présentés. Revenir en enfance et oublier la fin de session qui approche en jouant à Mario

05

Kart me semble une bien meilleure option

que de rester à me morfondre dans mon petit 3 et demi.


Le Bac

LA VOIX DES ÉLÈVES EN COMMUNICATION Vous dînez au Cafcom et vous entendez soudainement de la musique, des voix dominant le bruit et le chaos ambiant. Ce n’est pas un étudiant du département de musique caché dans le plafond. Rassurez-vous, vous ne souffrez pas de schizophrénie. Les bruits que vous percevez ont plutôt pour origine les locaux de la Radio Louis-Jacques-Casault au troisième étage du pavillon du même nom. JEAN-FRANÇOIS SIMARD jean-francois.simard.12@ulaval.ca

Jeanfransim

De leur quartier général, au local

radio­diffusion, la Radio Louis-Jacques-

3790, une douzaine de jeunes

Casault vient combler un besoin chez

étudiants pilotent, cette année, la

certains élèves de communication.

Radio Louis-Jacques-Casault (RLJC).

Besoin que les cours pratiques

Cette tribune, ouverte à tous les élèves

ne peuvent pas nécessairement satis-

en communication, est un espace

faire. La radio offre une expérience

d’apprentissage et de création permet­

concrète et permet l’apprentissage

tant aux participants de se familiariser

des bases de la technique et de l’anima­

et d’expérimenter le médium radio­

tion radiophonique, par le biais

phonique. Disposant d’un studio neuf

de forma­tions et d’apprentissage dit

à la fine pointe de la technologie,

« sur le tas ». Le tout se fait sans

la RLJC propose à ses animateurs

perdre de vue l’objectif principal

une atmosphère stimulante et profes-

de cette implication : le plaisir.

sionnelle pour la mise sur pied

Comme le souligne Mélissa Dumont,

de leur propre émission hebdoma-

directrice de programmation de la

daire de radio.

RLJC cette année : « L’heure hebdoma-

06

En plus de permettre aux étu-

diants de s’initier à l’univers de la

L'Intercom Magazine • Novembre 2013

daire de radio, c’est le moment bonbon de la semaine des participants ».


UNE PROGRAMMATION ÉCLATÉE

1 h pour Reid animée par Mathieu

Plusieurs étudiants aux intérêts divers

Leblanc-Laberge et Jean-Philippe Reid.

ont manifesté le désir de faire partie de la RLJC

Toutes ces émissions sont diffusées

pour la session d’automne. Cette hétérogé-

en direct au Cafcom, mais également

néité des participants se reflète sur la diver-

sur Internet via la page Facebook

sité du contenu offert par la radio. C’est donc

de la RLJC.

sans prétention que Mélissa Dumont promet une programmation diversifiée. Les mardis de 10 h à 13 h, trois émissions au contenu varié se succèdent. La journée commence avec Musico 101, une émission musicale aux accents métal animée par Jonathan Bédard et Elizabeth Fortin. Elle est suivie dans l’ordre par High Five Radio et En Vrac, deux émissions de variétés à caractère informationnel, musical et humoristique. Les mercredis, l’émission musicale Rave On, animée par Marie-Pier O'Neil-Fortin, prend l’antenne de 15 h 00 à 16 h 30. La semaine se termine les jeudis de 15 h 30 à 16 h 30 avec la mise en onde de l’émission de sport et de variété

À LA RECHERCHE D’ANIMATEURS ET D’AUDITEURS Les étudiants intéressés à faire de la radio peuvent toujours s’inscrire à la RLJC. Pour en savoir plus sur la radio, il est possible de contacter la directrice de programmation, Mélissa Dumont, au rljc2014@hotmail.com. Photo : Félix Rhéaume

07


Entrevue / Le Bac

LE SALON DES COMMUNICATIONS, UNE EXPÉRIENCE STIMULANTE Pour cette première édition de L’Intercom Magazine, r u s j’ai eu la chance d’inters u l P  ! e viewer Alexandra Morin, u g le blo étudiante de deuxième année en communication dans le profil relations publiques. Cette jeune femme dynamique, originaire du Saguenay, nous parle de son expérience dans le comité organisateur du Salon des communications l’année dernière, ainsi que de ses attentes pour son mandat qui sera renouvelé cette année. LAURENCE BELZILE-RIOUX laurence.belzile-rioux.1@ulaval.ca laubrioux

Le Salon des communications (SDC) est un évènement qui attire annuellement près de 600 visiteurs. On y présente des conférences et des kiosques sur les enjeux du monde des communications. Pour l’édition 2012 – 2013 du SDC, Alexandra faisait partie de l’équipe logistique, dont l’objectif

08

est surtout de veiller à ce que tout se déroule bien le jour de l’évènement. Elle m’explique que ce fut le moment fort de son implication : « On doit veiller à ce qu’il ne manque rien, autant pour les invités que pour les

L'Intercom Magazine • Novembre 2013


conférenciers, que tout se passe comme

logistique, un domaine dans lequel elle

planifier. J’ai aimé la frénésie de la jour-

pourrait se diriger dans le futur. « J’ai vrai-

née. » Bien sûr, ses tâches consistaient

ment adoré mon expérience. J’ai appris

aussi à effectuer la location de salles,

à être organisée et structurée, en plus

inviter les étudiants de notre baccalauréat,

de confirmer mon plaisir à travailler en

les professionnels, les cégépiens, etc.

équipe. Le baccalauréat en communica-

L’organisation du SDC s’établit sur une période d’environ six mois, soit d’octobre à mars. Alexandra confirme que les deux dernières semaines amènent plus de défis : « Nous devons nous assurer de transmettre l’information afin que le plus de gens assistent à l’expérience enrichissante qu’est le Salon des communications. Dans ce genre d’activité, on ne peut pas se pratiquer, on n’a pas de générale, cela demande énormément de travail. » L’année dernière, un des conférenciers les plus connus pour sa carrière prolifique en journalisme et en animation était Herby Moreau. Alexandra considère que ce fut un entretien pertinent et marquant, présenté par un homme d’une grande classe et près des gens, possédant un bagage professionnel impressionnant. « Sa conférence a donné le goût aux gens de revenir cette année. » De son côté, Alexandra a aussi décidé de perdurer son implication pour un second mandat, toujours dans le comité

tion nous apporte un lot de connaissances théoriques, mais le Salon me permet d’acquérir une expérience sur le terrain. » Cette année, les présidents sont Véronique Fortin et Pierre Alexandre Guernon, qui faisaient tous deux partis du comité l’an dernier. Alexandra nous confie : « Je crois que le Salon sera différent cette année. Les présidents ont beaucoup d’expérience et sont de bons mentors. Nous avons de bonnes idées et on peut s’attendre à plusieurs changements et surprises. » Finalement, lorsque je lui ai demandé quelles sont ses attentes pour l’année, elle me répond avec enthousiasme qu’elle veut se surpasser : « Nous ne voulons pas faire les choses à moitié, on veut offrir le meilleur Salon des communications possible, que l’activité soit flamboyante. Le mot d’ordre est : organisation. » Plus personnellement, Alexandra souhaite faire de nouvelles rencontres et en apprendre encore plus dans le domaine. Des indices sur la thématique 20132014 ? « Nous en avons discuté, mais on ne peut pas la dévoiler tout de suite. » Photo : Production 360

09


Le Bac

UNE VAGUE DE FRAÎCHEUR POUR LE GALA DE LA RELÈVE EN COMMUNICATION Des bases solides saupoudrées d’une pincée d’innovations et de nouveautés, c’est ce à quoi on peut s’attendre du Gala de la relève en communication 2014. Les directrices Mélissa Parent et Joëlle Berthier, qui m’ont accordé un agréable entretien il y a quelques semaines, ont affirmé que les entrevues se sont très bien déroulées et qu’elles ont même été surprises de la motivation et du dévouement que les candidats prévoyaient investir dans le projet. Elles sont très satisfaites de la constitution de leur équipe. LÉA BOUCHER-TELMOSSE lea.boucher-telmosse.1@ulaval.ca

L'Intercom Magazine • Novembre 2013

LaBoucherTelmos


Les directrices ont voulu que le

cation dès qu’ils sont confirmés par les

concept du Gala soit mieux compris dès

entreprises question de laisser une plus

le début, surtout par les élèves de première

grande marge de manœuvre aux étudiants

année. Elles veulent également mettre

pour postuler et ainsi tenter d’atteindre

plus l’accent sur le but ultime du Gala :

un plus haut taux de participation.

remettre des stages d’envergure aux étudiants ayant le mieux performés dans leurs applications pour ces stages ; qui se voit parfois tasser et être mis de côté par l’aspect glamour et superficiel de l’évènement. L’attribution de stages internationaux ainsi qu’un partenariat solide avec des professeurs experts en marketing, rédaction et publicité sont les deux principales nouveautés intégrées par Mélissa et Joëlle cette année. Le comité « stages » travaillera en collaboration avec l’Université et certains organismes à but non lucratif pour aller chercher d’intéressants stages internationaux. Pour ce qui est des professeurs approchés par les directrices pour le partenariat, Christian Desîlets, Marie Dufour et Caroline Girard seront présents tout au long du processus de préparation du Gala pour aider et répondre aux questions des différents comités dans le but d’atteindre un niveau de professionnalisme plus élevé encore que dans les années précédentes. En ce qui a trait au budget, les filles visent la clarté, que tout le monde soit au courant de combien d’argent il peut dépenser pour telles ou telles choses, pour éviter les confusions de toutes sortes. Elles veulent garder un suivi des dépenses très rigoureux. Un peu dans la même lancée, on veut donner plus de visibilité aux différents stages, les rendre disponibles pour l’appli-

Les filles étaient fières de me présenter leur présidente d’honneur : Marie Morneau de Marie Morneau Communication, agence québécoise se spécialisant en évènementiel et en relations publiques, référée par Jean Brouillard, président d’honneur du Gala 2013. C’est donc le 24 mars prochain que les directrices et leur belle équipe vous attendront pour

une

soirée

mémorable dans le Grand Hall du Musée de la Civilisation.

Plus sguure ! le blo

Photo : Les directrices Joëlle Berthier et Mélissa Parent avec la présidente d’honneur Marie Morneau (photo gracieuseté du Gala de la Relève)


Le Bac

LES JEUX DE LA COM, C’EST QUOI ÇA ?  

Les Jeux de la communication, c’est une compé­ tition parfois amicale, parfois féroce dans le but de développer des compétences dans le domaine des communications et de prouver aux autres universités francophones et bilingues de l’Est du Canada que… c’est nous les meilleurs. Grand vainqueur depuis déjà deux ans, la délégation lavalloise se prépare cette année à une lutte féroce pour conserver son titre. CATHERINE DUCHESNE catherine.duchesne.2@ulaval.ca

Les jeux franco-canadiens de la communication, plus communément appelée Jeux de la com, sont une rencon­tre annuelle dans les différentes universités de l’Est du Canada permettant aux futurs communicateurs de s’affronter dans diverses épreuves en liens avec le monde professionnel du journalisme, des relations publiques et de la publicité. Cette année, pour la 18 e édition, les Jeux de la communication auront

L'Intercom Magazine • Novembre 2013

Catherinee023

lieu à l’Université Concordia, du 19 au 23 février. C’est en 1997 que l’Université Laval a créé l’évènement, et depuis, les délégations se succèdent et participent année après année aux jeux. Il a fallu attendre 16 années pour enfin remporter la grande victoire aux diverses épreuves en lien avec la communication. La délégation lavalloise reprend les devants et remporte la victoire pour la 17e année.


La délégation met beaucoup d’effort pour

en gestion de communauté et finalement

s’améliorer constamment et ainsi créer

la capsule sportive. Seule la capsule spor-

des communicateurs de talent. L’expé-

tive a déjà trouvé un partenaire. Cette année

rience acquise lors de la préparation

c’est en partenariat avec l’Armada Blainville-

aux Jeux ainsi que lors de la compétition

Boisbrillant que deux délégués par déléga-

est un vrai atout pour l’avenir professionnel

tion devront résumer et analyser un de

des étudiants.

leur match contre l’Océanic de Rimouski.

Bien qu’il s’agisse d’une compétition

Les trois chefs élus cette année, Guil-

assez féroce, le côté social prend une

laume Arsenault, Guillaume Piedboeuf

place très importante, il s’agit aussi

et Sacha Lauzier-Bonnette annonçaient

de se créer un grand réseau de contacts

au début octobre la liste officielle des 32

en communication un peu partout au

membres choisis lors des entrevues, ils se

Québec. De plus, bien à leurs habitudes,

battront pour une troisième victoire consé-

les étudiants de l’Université Laval ne

cutive. Félicitations à tous les membres.

passent pas outre l’aspect festif de la

Go Laval, on est avec vous !

compétition qui réunit chaque année un grand nombre de participants. La compétition se divise en treize épreuves, soit la production radio, le « pitch » publicitaire, la gestion de crise, la joute oratoire, le bulletin de nouvelles, la production cinématographique, la création évènementielle, le journalisme en presse écrite, l’émission culturelle, le sport, le « show » culturel, la stratégie

Photo : La délégation lavaloise au Jeux de la communication 2013


Le Bac

CAFÉINE ÉQUITABLE, ÉCONOME ET SYMPATHIQUE Vous y avez peut-être déjà acheté un café ou bien une galette et vous êtes sûrement déjà passé devant… Le Café Chez Henri, situé au local 1250 du pavillon Louis-Jacques-Casault, vous offre des produits de qualité à faible prix ainsi qu’un endroit agréable où passer du temps lors de vos études. FÉLIX RHÉAUME felix.rheaume.2@ulaval.ca

felixrheau

Ce café fait partie, avec de nom-

de mettre fin au monopole de la multi-

breux autres, de La Coop des cafés

nationale Sodexo qui contrôlait

étudiants de l’Université Laval. Cette

presqu’exclusivement les services

dernière a vu le jour officiellement en

alimentaires de l’Université depuis

janvier 2007, bien que des démarches

1995. En effet, dans le contrat octroyé

avaient déjà eu lieues dès 2004 pour

à l’entreprise, il était stipulé qu’aucun

instaurer des cafés étudiants à travers

nouveau café étudiant ne pouvait voir

le campus universitaire. Le but était

le jour. Des étudiants se sont indignés

L'Intercom Magazine • Novembre 2013


face à ce constat et en 2004, il y eut une mobilisation qui s’est mise en branle. Après plusieurs actions, dont un boycott des services offerts par Sodexo, la CADEUL s’est occupé de créer de nouveaux cafés ainsi que de mettre en valeur ceux qui sont déjà existants. C’est par la suite que La Coop des cafés étudiants est née. Le Café Chez Henri est géré par une équipe d’une douzaine de bénévoles qui donnent de leur temps pour rendre le Café dynamique et ouvert le plus souvent possible. Ils permettent au Café de poursuivre sa mission :

Plus sguure ! le blo

offrir aux étudiants des produits de qualité à faible prix. À titre d’exemple, remplir votre tasse de café à la cafétéria coûte 2,25$. Tandis qu’il vous en coûte seulement 0,75$ au Café Chez Henri… soit le tiers du prix. Audrey-Ann Guay, étudiante de 2e année en communication publique, est bénévole au café depuis plus d’un an déjà. Elle a décidé de s’impliquer parce qu’elle n’avait pas le temps d’aller dans d’autres comités et que puisque le Café Chez Henri donne l’opportunité à ses bénévoles de choisir leur horaire. Ce qu’elle aime le plus ? L’équipe de travail qui est dynamique ainsi que l’ambiance qui règne dans le café. De plus, elle peut même faire ses

devoirs lorsqu’elle donne du temps. Elle encourage toutes personnes intéressées à s’impliquer puisque

c’est une implication agréable qui s’agence bien à n’importe quel horaire. Bref, vous trouverez des produits abordables, équitables, bios et recyclables dans votre propre pavillon. Pour le futur, vous pouvez vous attendre à une nouvelle salle pour le café : plus grande et avec plus de produits. Une chose est donc sûre : Le Café Chez Henri est là pour rester. L’horaire est disponible sur leur page Facebook. Photo : Félix Rhéaume


Le Bac

OBJECTIF : PROFESSIONNALISME Chez Préambule Communication, les années se suivent, mais ne se ressemblent pas. L’agence de communication étudiante, mise sur pieds en 1986, entame la présente saison avec une équipe composée de nombreux nouveaux visages. Gabrielle Caron, directrice exécutive du comité, est confiante : « Avec autant de personnalités différentes, Préambule n’a pas fini d’épater la galerie. » JONATHAN GIRARD jonathan.girard.10@ulaval.ca

comité d’importance au pavillon LouisJacques-Casault, a attiré, au fil des années, de nombreux étudiants du baccalauréat en communication publique. L’entreprise, entièrement constituée d’étudiants, agit de manière concrète aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des murs du pavillon. En plus d’offrir ses services en ce qui a trait aux domaines de la publicité, des rela-

[

rigoureux dans leur travail et à exploiter leur créativité au maximum. C’est toujours lors du mois de septembre que Préambule recrute. Cette année, ils ont été une quarantaine à postuler pour se tailler une place au sein de l’équipe. L’agence, chapeautée par le Groupe Cossette

« ÇA PARAIT

[

Préambule Communication,

JoGirard93

SUR UN CV ! »

– GABRIELLE CARON

tions publiques et même de la conception de sites web, Préambule propose du travail de qualité à quiconque désirant obtenir visibilité pour son projet. Faisant affaire avec de véritables clients, les membres de Préambule sont effectivement appelés à être

L'Intercom Magazine • Novembre 2013

Communication et par un groupe de p r o fe s s e u r s

de

l’Université Laval, n’a toutefois pu retenir qu’une dizaine de noms afin de

combler les besoins de l’organisation. C’est avec une équipe de 28 membres que Préambule amorce ses activités cette année. Bien entendu, pour assurer la survie et la continuité de l’agence, la plupart des nouveaux arrivants n’en sont qu’à une première année univer-


sitaire. Pour eux, il s’agit donc d’une véri-

sances. Un tel roulement au sein du comi-

table chance d’apprendre rapidement les

té assure donc un apprentissage efficace

dessous du monde de la communication

des bases du métier tout en favorisant

tout en apportant leur propre couleur

le développement des nombreux talents

à une équipe déjà épatante.

potentiels présents à l’agence.

Interrogée sur les avantages d’œuvrer

Bien que trop tôt pour évoquer les

dans un comité tel que Préambule,

projets de Préambule, on sait par contre

Gabrielle Caron explique qu’à la sortie de

que l’avenir ne sera pas de tout repos pour

l’université, l’expérience acquise grâce

l’agence de communication.

à l’agence donne, sans aucun doute, une longueur d’avance pour l’obtention d’un poste en lien avec la communication. « Ça parait sur un CV ! », a-t-elle dit avec un sourire. Étant donné l’aspect surtout théorique du baccalauréat, le côté pratique du comité n’apporte que du bon à ses membres. La directrice exécutive de Préambule Communication ajoute même que le travail d’équipe, pratique largement utilisée pour mener à bien les divers contrats, permet aux plus jeunes d’acquérir rapidement de nombreuses connais-

Photo : Gabrielle Garon, Camille Gagnon et Maxime Laurin, membres de l'agence Préambule (photo de Félix Rhéaume)


Sport

BOUGER À L’UNIVERSITÉ LAVAL, C’EST SI SIMPLE ! « Le sport est école de vie ». Malheureusement, beaucoup de gens tardent à l’intégrer dans leur quotidien, bien que les bienfaits soient infinis. Étudiants de l’Université Laval, vous ne pouvez désormais plus vous trouver de raisons pour ne pas faire de l’activité physique. Avec le nouveau PEPS fraichement rénové, la diversité des activités offertes saura en combler plus d’un. ÉLOÏSE SAINT-MAURICE eloise.saint-maurice.1@ulaval.ca

IntercomMag

La nouvelle salle d’entrainement

mément prisée par les jeunes univer-

du PEPS a de quoi en faire rêver plus

sitaires. Le prix y est également pour

d’un : 75 appareils de musculation,

quelque chose : pour une session,

100 machines cardiovasculaires,

seulement 60 $ si vous êtes étudiants

une section pour les femmes,

à temps plein.

les services d’un entraineur ou d’un nutritionniste offerts gratuitement. Les gyms étant de plus en plus populaires auprès des gens, il va sans dire que cette salle est maintenant énor-

L'Intercom Magazine • Novembre 2013

Quant à la nouvelles piscine, elle est tout simplement impressionnante. Le bassin est de dimension olympique, ce qui permettra à l’Université d’accueillir une multitude de compéti-


tions internationales. Tous les étudiants

De plus, le PEPS

peuvent aussi y nager, il suffit de se pré-

offre la possibilité aux

senter lors des nombreux bains libres de

étudiants de louer du

la semaine.

matériel sportif de tout

Le gymnase est également une installation des plus grandioses. Le design est magnifique et plus de 3000 sièges sont disponibles pour assister aux compétitions. De plus, les estrades sont rétrac-

Plus sguure ! le blo

genre. On peut aussi réserver gratuitement des installations telles qu’un gymnase, une patinoire, un terrain de tennis. Alors pourquoi ne pas en profiter pour bouger entre amis ?

tables, ce qui permet de changer l’aména-

Une liste infinie de cours est égale-

gement de l’espace. Les équipes

ment offerte par le PEPS. Que ce soit

du Rouge et Or n’ont clairement pas

le trampoline, les arts martiaux ou

de quoi rougir, leur amphithéâtre-gymnase

la danse. Toute personne désirant suivre

est incroyable.

un cours n’a qu’à s’inscrire. La diversité

AUTRES PRIVILÈGES En plus des nouvelles installations, le PEPS offre une multitude d’activités pour tous les goûts. Il y a en effet beaucoup de diversité dans les activités libres. On y trouve la natation, le yoga, la salle de kinfit, le patinage, le hockey, l’escalade, le cardio-vélo et bien plus encore. Certaines de ces activités sont gratuites alors qu’un petit montant doit être déboursé pour les autres.

des activités permet de rejoindre tout le monde, sportif ou moins sportif. La program­mation pour les cours offerts en hiver 2014 sera mise en ligne vers la mi-novembre et la période d’inscription débutera le mercredi 4 décembre. Photo : Stade Telus (architizer.com)


Politique

UNE CHARTE QUI BOUSCULE

Le 10 septembre dernier, M . B e r n a rd D r a i n v i l l e présentait la Charte des valeurs québécoises. Cette dernière a coloré le paysage médiatique automnal, et la conclusion de cette affaire ne se laisse pas deviner facilement. Voici donc les faits saillants des dernières semaines. MATHIEU MONTÉGIANI mathieu.montegiani.1@ulaval.ca math_montegiani

10 SEPTEMBRE : RÉACTION DE L’OPPOSITION La présentation de la Charte des valeurs québécoises a fait découvrir un nouveau mot aux Québécois : ostentatoire. Les partis de l’opposition réagissent fortement en notant que les mesures présentées seraient difficiles à appliquer, en plus de considérer comme exagéré le fait que les mesures s’appliquent à tous les fonctionnaires. La remise en doute du droit de retrait, qui ne semble pas avoir sa place selon certains, est aussi une autre préoccupation de l’opposition.

14 SEPTEMBRE : MANIFESTATIONS DANS LES RUES Première manifestation contre le projet du Parti québécois : elle sera suivie de plusieurs autres manifestations, dont quelquesunes en faveur de la Charte. On commence à comprendre la complexité de l’enjeu ; dans des groupes habituellement unis, il y a des séparations. Même au sein des groupes religieux il y a des discordes.

L'Intercom Magazine • Novembre 2013


19 SEPTEMBRE : COUP DE THÉÂTRE ! Le Devoir nous apprend le 19 septembre qu’Agnès Maltais aurait sélectionné quatre nouvelles femmes au Conseil du statut de la femme (CSF) sans en informer la présidente au préalable. Ce qui cause l’émoi est le fait que ces femmes sont toutes ouvertement pro-charte. La position sur la Charte de cette instance, défendant l’égalité homme/femme, n’était pas encore votée à ce moment. Par contre, avec les déclarations publiques des membres, on s’attendait à un vote très serré. S’en est suivi un débat médiatique pendant une dizaine de jours sur l’honnêteté des nominations de Mme Maltais et sur l’indépendance du CSF par rapport au gouvernement.

1 ER OCTOBRE : DES SEINS NUS AU PARLEMENT Le dixième mois a amené avec lui une manifestation jamais vue. Trois femmes se sont dénudé le torse et ont scandé un slogan assez explicite : « Crucifix décalisse ! » Ça a été l’entrée de l’organisme international Femen sur la scène médiatique québécoise. L’apparition dérangeante n’a pas eu comme seul effet de promouvoir leur mouvement, mais

10 OCTOBRE : QUÉBEC SOLIDAIRE À LA RESCOUSSE Un mois après le dévoilement du projet péquiste, Québec Solidaire, présente sa Charte sur la laïcité. Une réponse à la Charte du parti au pouvoir. Les principales différences sont : d’interdire des ornements religieux à l’Assemblée nationale, d’interdire la lecture de texte religieux dans les conseils municipaux et de ne pas autoriser le port de signe religieux à ceux ayant un pouvoir cœrcitif (policier, juge, garde de prison, etc.). Photo : photo-libre.fr

aussi de relever un problème, selon certains, de cohérence dans le projet de Charte des valeurs québécoises. Le crucifix, ostentatoirement placé à l’Assemblée nationale au-dessus de la chaise du président, est préservé, malgré le projet de laïcisation. Le projet gouvernemental prévoyait maintenir le crucifix pour conserver le patrimoine historique.

21


Voyage

VOUS DÉSIREZ PARTIR EN VOYAGE ? Le Bureau Voyage le Transit est une association étudiante bénévole qui se spécialise dans le conseil et la vente de voyages. Tout au long de l’année, il propose aux étudiants de l’Université Laval de faire le tour du monde à un prix abordable. MAUDE BERNIER-OUELLET maude.bernier-ouellet.1@ulaval.ca

MaudeBernier1

Depuis plus de 15 ans, l’associa-

bilité de voir un match de hockey

tion est présente pour vous aider

en Floride à partir de 585 $ ou un

à planifier un itinéraire sac à dos,

match Islanders – Canadiens à New

un stage à l’étranger ou pour trouver

York à partir de 219 $.

un voyage organisé qui correspond à vos besoins et à votre budget.

Afin d’augmenter la visibilité du Bureau Voyage le Transit, les

En partenariat avec l’agence

membres organisent quelques événe-

Voyages Tour Étudiant (VTE), le Bureau

ments durant l’année. Leur but se

Voyage vous offre des destinations

résume à faire découvrir certaines

telles que New York, Boston, Chicago

fêtes provenant des quatre coins

et même la Grèce. Qui n’a jamais

du monde. D’abord, l’Oktoberfest,

rêvé de vivre le Nouvel An à New York

qui constitue traditionnellement une

à partir de seulement 250 $ ? Ou

fête célébrant le mois d’octobre en

de passer un week-end de magasi-

Allemagne, s’est déroulé le 26 septembre

nage entre filles pour environ 230 $ ?

dernier sur le campus, à guichet

Quant à l’agence Go Trip Tour, elle

fermé. Quant à la soirée « Les bières

propose des voyages mettant l’accent sur le party à Virginia Beach, Cuba ou Cancún à partir de 975 $. En collaboration avec l’agence Beach Travellers, le Bureau Voyage offre aux étudiants de visiter des pays à l’extérieur de l’Amérique du Nord comme le Nicaragua, les Bahamas et la Chine. Vous désirez plutôt encourager votre équipe sportive préférée ? Le Bureau Voyage vous offre la possi-

L'Intercom Magazine • Novembre 2013

du monde », elle se déroulera prochainement au Grand Salon. Pour plus d’information, contactez le Bureau Voyage le Transit au 418 656-5157, accédez au site officiel au www.letransit.asso.ulaval.ca ou venez au bureau au local 2225 du pavillon Maurice Pollack de l’Université Laval.


Courrier du cœur

LE COURRIER DU CŒUR

Dépassé en 2013, le courrier du cœur ? Aucunement ! À l’époque où nous vivons, ces lettres ouvertes sont même plus importantes que jamais. En effet, avec les déboires amoureux des dernières générations et les relations interpersonnelles désormais terriblement compliquées, une majorité de gens auraient avantage à prendre conseil auprès d’une courriériste ayant du vécu. Vous hésitez encore ? Pensez-y quelques minutes…

Texte : Mademoiselle S

histoire hors de l’ordinaire peut avoir

N’êtes-vous pas un bon gars, mais

un dénouement heureux. Mademoiselle S

jamais le bon gars ? Votre belle-mère ne vous rend-elle pas complètement fou ? Votre copain de longue date ne vous a-t-il pas appris dernièrement qu’il était pansexuel ? Ne vous cachez plus la vérité : vous avez besoin des conseils d’une experte en relations amoureuses en tout genre. Rassurez-vous, Mademoiselle S est là pour ça ! Spécialiste des histoires compli­quées et farfelues, elle saura sans difficulté vous aider à vous en sortir. Avec elle, rien n’est improbable et toute

s’engage à vous aider de son mieux à vous sortir de situations périlleuses, le tout, avec panache. Faites-lui part dès maintenant de vos angoisses, interrogations, expériences éprouvantes, problèmes familiaux et déboi­ res amoureux en envoyant un message sur notre blogue. http://lintercom.wordpress.com/ courrierducoeur

23

Photo : photo-libre.fr


L'Intercom Magazine - Novembre 2013  

Mensuel des étudiants de Communication Publique de l'Université Laval.

Advertisement