{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade.

Page 1

INTER-VAL 1175

LA VIOLENCE CONJUGALE

// GUIDE PRATIQUE POUR COMPRENDRE, RECONNAÎTRE ET COMBATTRE LA VIOLENCE CONJUGALE ET FAMILIALE

ILLUSTRATIONS ET MISE EN PAGE PAR CÉCILE TOUSIGNANT


4

Le cycle de la violence conjugale

18

ReconnaĂŽtre un agresseur

10

Les diffĂŠrents types de violence

20

Aider une victime de violence


14

ReconnaĂŽtre la violence conjugale

22

Quitter le domicile

16

ReconnaĂŽtre une victime de violence


LE CYCLE DE LA VIO

La violence conjugale s Chaque étape renforce le c pouvoir sur Chaque étape renforce au de honte et de culpa


OLENCE CONJUGALE

suit un cycle particulier. contrĂ´le et la recherche de r la femme. ussi les sentiments de peur, abilitĂŠ chez la victime.


LUNE DE MIEL

Agresseur : demande pardon, parle de thĂŠrapie ou de suicide. Victime : lui donne une chance, lui apporte son aide, constate ses efforts, change ses propres habitudes.


TENSION

Agresseur : a des accès de colère, menace l’autre personne du regard... Victime : se sent inquiète, tente d’améliorer le climat, fait attention à ses propres gestes et paroles.


CRISE

Agresseur : violente l’autre personne sur les plans verbal, psychologique, physique, sexuel ou économique. Victime : se sent humiliée, triste, a la sentiment que la situation est in juste.


JUSTIFICATIONS

Agresseur : trouve des excuses pour justifier son comportement. Victime : tente de comprendre ses explications, l’aide à changer, doute de ses propres perceptions, se sent responsable de la situation.


LES DIFFÉRENTS TYPES DE VIOLENCE Nous entendons souvent parler de la violence physique. Cette violence est inadmissible et criminelle. Mais elle n’est pas la seule forme. Et au même titre toutes les formes de violence sont inadmissibles. Aucune violence n’est plus grave que l’autre. Aucune violence ne mérite de dire que ce n’est pas grave. Toutes les formes de violence atteignent le corps et l’esprit, la confiance et l’estime de soi.

La violence verbale

Tous ces mots pour critiquer, humilier, insulter, faire des reproches ou encore menacer de mort sont de la violence verbale. Qu’ils soient prononcés de manière subtile ou directe cette forme de violence provoque une crainte de s’exprimer, de la nervosité ou encore de l’épuisement.

La violence sociale

Cette forme de violence est la plus isolante. En dénigrant et insultant les amis et famille, en contrôlant les sorties ou les fréquentations la

femme se retrouve seule. Isoler a alors pour but d’augmenter le pouvoir sur l’autre. Les conséquences d’une telle violence sont une perte d’estime et de confiance en soi ainsi qu’une augmentation de la vulnérabilité.

La violence spirituelle

Dénigrer ou imposer les orientations spirituelles ou la façon de pratiquer sa religion sont des moyens de manipuler, dominer ou contrôler l'autre par la croyance. Cette violence provoque un sentiment de perte d'identité, de culture, de désespoir et une rupture du lien avec sa communauté spirituelle.

La violence psychologique

Cette forme de violence est subtile et bien souvent difficile à détecter. Elle atteint l’intégrité psychologique de la femme. Le doute, le malaise et la confusion sont des conséquences de la violence psychologique. A quoi cela ressemble-t-il dans la réalité? Utiliser un langage non verbal méprisant. Dénigrer et humilier, bouder,


être indifférent. Prendre des décisions à la place de l’autre. Exercer du chantage.

La violence économique

Bien que répandue cette forme de violence reste méconnue. Les compor tements de contrôle prennent la forme d’interdiction à la conjointe de travailler, privation de ses ressources financières, surveillance des moindres dépenses. Ces compor tements visent à empêcher la femme d’avoir du contrôle sur sa vie économique ou à créer une dépendance envers la personne qui exerce du contrôle.

La violence physique

Il est plus simple d’identifier cette forme de violence mais pas toujours aussi évident de la dénoncer. La violence physique se manifeste par des gestes agressifs tels que pousser, bousculer, donner des coups, lancer des ob jets, brûler, séquestrer, menacer avec des armes, étrangler, commet tre une tentative de meur tre ou tuer.

La violence sexuelle

La sexualité est un sujet tabou. Alors quand celle-ci est violente et non désirée elle le devient d’autant plus

mais il faut savoir que la violence sexuelle est répandue. Cela se traduit par exemple par des attouchements sexuels contre le gré d’une femme, agresser ou forcer une femme à avoir des relations sexuelles, lui imposer des gestes dégradants ou à regarder du matériel pornographique, faire des appels obscènes. La violence sexuelle provoque du dégoût, de la honte, de la peur ou encore une perte d’estime.


" La violence con jugale comprend les agressions psychologiques, verbales, physiques et sexuelles ainsi que les actes de domination sur le plan économique. Elle ne résulte pas d'une per te de contrôle, mais constitue, au contraire, un moyen choisi pour dominer l'autre personne et affirmer son pouvoir sur elle. Elle peut être vécue dans une relation maritale, extramaritale ou amoureuse, à tous les âges de la vie. " Le gouvernement du Québec


RECONNAÎTRE LA VIOLENCE CONJUGALE Malgré ces définitions il peut être parfois difficile de reconnaître une situation de violence conjugale d'une chicane de couple dû à la manipulation exercée. L'intention, l'impact ou encore la reconnaissance du geste sont des indices importants. Chicane/ conflit de couple Repérer l’élément déclencheur du comportement

Violence conjugale

La personne est capable de La violence, un choix utilisé nommer les raisons et émotions pour justifier ses émotions. à l’origine du conflit.

La personne est capable de La violence est utilisée afin Différencier l’intention prendre conscience des consé- d’obtenir ce pouvoir. Il n’y a du comportement quences de son comportement aucune empathie ou culpaet ses conséquences bilité. sur l’autre. Le conflit est ponctuel. Il peut revenir dans le temps mais on Identifier la répétition ne parle pas de cycle. La situadu comportement tion évolue. L’autre s’excuse et admet sa responsabilité. Il y a des changements concrets.

La violence dure dans le temps et suit un cylcle. L’autre ne reconnaît pas sa responsabilité. Il justifie son comportement, se déresponsabilise, ou fait de l’évitement.

Il y a une victime dans cette L’autre pose des gestes concrets Reconnaître situation. La peur, l’impuissance, et change son comportement. les impacts d’une la perte d’estime de soi sont La relation est égalitaire. Chacun telle forme de relation présents. La relation est s’exprime et agit librement. inégalitaire. Tableau inspiré de Diane Chayer Consultation Inc. et de " l’enfant, une éponge, L’enfant exposé à la violence conjugale ".


RECONNAÎTRE UNE VICTIME DE VIOLENCE Aucune donnée sur l’âge, la profession, l’origine, la culture ou encore la religion ne permet d’identifier qui peut être victime de violence conjugale ou familiale. Ce sont des signes liés aux comportements, aux attitudes ou encore au discours qui permettent d’identifier une telle situation. Les éléments ci-dessous sont des exemples. Une femme victime de violence ne réunit pas nécessairement tous ces signes.

Discours possibles

Elle excuse le comportement violent de son conjoint et exprime des regrets. Elle nie qu’il y ait de la violence et n’est pas consciente du danger. Elle se dévalorise.

Comportements

Elle est isolée socialement (famille, amis) et ne peut utiliser un téléphone. Elle semble vous éviter. Elle s’absente du travail, est malade fréquemement. Elle consomme d’alcool et/ou de la drogue. Elle fait tout pour obtenir la garde de ses enfants.

Attitudes personnelles

Elle semble nerveuse lorsqu’elle parle et que son conjoint est présent. Elle essaie de cacher ses blessures physiques. Elle craint pour sa sécurité et celle de ses enfants. Elle vit de la tristesse, de la solitude et de l’insécurité. Elle est colérique et souvent sur la défensive. Elle est en détresse psychologique et a une faible estime d’elle même. Si vous avez des doutes concernant votre propre situation ou celle d’une proche n’hésitez pas à vous confier à une ressource spécialisée.


RECONNAÎTRE UNE VICTIME DE VIOLENCE CHEZ L’ENFANT La violence peut-être dirigée sur l’enfant directement. Les formes de violences existantes sont : la violence verbale (dénigrement, insultes…), la violence psychologique (utiliser la peur, la menace sur lui), la violence physique (donner des coups, pousser…) ou encore la violence sexuelle (attouchements, viol…). Il peut également être exposé à la violence. Dans ce cas il ne subit pas de violence directement contre lui mais subit les conséquences de voir, entendre ou ressentir cette violence au domicile familial. Les deux situations impliquent une vigilance importante de la part des adultes l’entourant. Il faudra être attentif et reconnaître ces indices (souvent subtils), afin de trouver des solutions aux conséquences directement liées à la violence ou à l’exposition à la violence.

Si vous repérez différents signes chez votre enfant ou un enfant de votre entourage il est important de vous référer aux professionnels compétents pour les soutenir.


RECONNAÎTRE UN AGRESSEUR Si les données sociales ne permettent pas d’identifier une victime c’est également vrai pour un homme violent. Il n’existe pas de prototype d’homme violent ou manipulateur. Il existe par contre des signes précurseurs permettant d’être en alerte. Un homme violent ne présente pas nécessairement tout ces signes. Discours possibles Il fait des menaces envers sa conjointe, ses enfants, les animaux domestiques, en leur disant qu’il leur fera du mal. Il menace aussi de détruire les biens matériels. Il menace directement et/ou indirectement avec des armes à feu. Il se déresponsabilise de ses comportements violents et peut même se définir comme la victime. Il utilise le chantage (menace de se suicider) afin d’inciter sa conjointe à revenir. Il utilise l’aliénation parentale (parler contre la mère à l’enfant) dans le but d’amener son enfant à être contre sa mère. Comportements Il ne laisse pas de place à sa conjointe dans une conversation. Il semble avoir un rôle de supériorité vis-à-vis de sa conjointe et la rabaisse. Il éloigne sa conjointe de son entourage (famille, amis). Il peut consommer de l’alcool et/ou de la drogue. Attitudes personnelles Il utilise la violence physique vis-à-vis de sa conjointe. Il surveille sa conjointe dans ses sorties, à l’école et au travail.


AIDER UNE VICTIME DE VIOLENCE Il peut-être difficile de quitter une relation de violence. Il peut l’être tout autant d’être témoin et de ne savoir comment agir. De nombreuses questions peuvent alors venir. Voici de quoi vous soutenir dans vos questionnements. Et n’oubliez pas que vous pouvez également nous joindre à tout moment ou rejoindre toute autre ressource.

AIDER UN ENFANT VICTIME

Si un enfant aborde avec vous un vécu de violence (direct ou exposé) ou vous soupçonnez une telle situation il est impor tant de ne pas le laisser seul face à cela. Plus l’exposition au climat de violence est long, plus les impacts seront grands sur son développement. Vous n’êtes pas seul face à cela. Des professionnels sauront vous écouter et vous guider pour vous soutenir. Mais avant cela il vous faut alors adopter une attitude calme et rassurante face à un enfant partageant avec vous son vécu. Nous vous recommandons quelques conseils pour maintenir une telle attitude. Lui faire part de votre inquiétude L’écouter sans juger et lui permettre de se confier Lui poser des questions sur ce qu’il vit, sans le brusquer, choisir le bon moment Lui dire qu’il n’est pas responsable des comportements violents Lui dire que la violence est inacceptable Lui rappeler que ses parents l’aiment malgré les difficultés L’encourager à se confier à d’autres personnes de confiance Protéger l’enfant/adolescent s’il est en danger (police, DPJ) Lui dire que vous serez toujours là pour l’écouter et l’aider Ne pas avoir peur de se mêler des affaires de la famille, la violence doit concerner tout le monde


VOS HÉSITATIONS

NOS RECOMMANDATIONS

Je crains que sa violence se retourne contre moi et/ou ma famille

En parler avec elle lorsqu’il est absent. Portez plainte à la police en cas de menaces. Mentionnez si Monsieur possède une arme.

J’ai un lien d’amitié avec les deux membres du couple

Votre amie qui vit de la violence a besoin de votre soutien.

Ce n’est pas de mes affaires

La violence dans la société regarde tout le monde. Il s’agit de la sécurité physique de quelqu’un.

J’ai peur qu’elle se fâche contre moi

Peut-être, mais elle saura que vous êtes disponible pour l’aider lorsqu’elle se sentira prête.

Qu’est-ce que je pourrais lui dire?

Vous devez simplement l’écouter, lui dire que vous comprenez, que vous la croyez et que ce n’est pas de sa faute.

Si j’interviens, ça pourrais être pire

Étant donné que la violence augmente avec le temps, c’est votre inaction qui pourrait empirer la situation.

Elle retourne toujours avec lui. Peut-être qu’elle ne souhaite pas partir

C’est peut-être par manque de soutien et de moyens (travail, $, gardienne, pas d’endroit où habiter).

Je ne l’aiderai que si elle le demande

Elle a sûrement peur d’en parler à quelqu’un. Elle doit avoir honte.

Ce n’est pas assez grave pour que j’appelle la police

Les policiers savent comment intervenir et pourront référer la victime aux bons organismes. Laissez-les juger par eux-mêmes.

Ce qui se passe dans cette famille les regarde

Pas dans un cas où quelqu’un est victime de violence. C’est inacceptable et criminel.


QUITTER LE DOMICILE Vous vous sentez prête à quitter le domicile? Si oui, il est important d'organiser ce départ pour une plus grande protection.

Si possible, avoir en main préalablement :

Le numéro de téléphone d’un taxi Le numéro de téléphone du poste de police de votre quartier Un endroit où vous pouvez cacher vos numéros d’urgence Un endroit où vous pouvez cacher de l’argent pour prendre un taxi Un endroit à proximité et sécuritaire pour vous réfugier en cas d’urgence ou pour demander de l’aide.

Lors du départ, si possible, avoir avec vous ces éléments : Portefeuille et pièces d’identité Carte de guichet/cartes de crédit Un peu d’argent (si possible) Carte d’assurance-maladie (de vous et de vos enfants) Papiers d’immigration et Déclaration de revenus Quelques vêtements pour vous et vos enfants Médicaments (prescriptions) Tout autre document jugé important

Si vous devez quitter la maison et que vos enfants sont absents, assurez-vous qu’ils sont en sécurité en attendant que quelqu’un aille les chercher. * Voici un document à imprimer pour vous aider lors de la préparation de votre départ.


Profile for Inter-Val 1175

La Violence Conjugale  

Guide pratique pour comprendre, reconnaître et combattre la violence conjugale et familiale.

La Violence Conjugale  

Guide pratique pour comprendre, reconnaître et combattre la violence conjugale et familiale.

Advertisement