Page 1

Mai 2013

Bulletin de la Direction Madame, Monsieur, Chers parents,

Cette année, nous avons décidé de réserver une thématique spécifique à chacun de nos bulletins afin de souligner quelques unes des activités les plus caractéristiques de l’école. Ce furent d’abord les voyages qui ont confronté nos élèves à d’autres langues et à des cultures et usages différends, puis la journée des Sciences illustra les nombreuses

facettes contenues dans les disciplines du département en question. Il y eut ensuite le bulletin consacré à la semaine des Droits Humains avec, enfin, ce dernier numéro qui en est le prolongement, puisqu’il expose ici les activités qui ont été mises en œuvre par nos élèves dans le domaine de l’action humanitaire. Faire vivre les « Orientations pour Florimont », confronter nos élèves au monde et à ses difficultés est une des missions de notre

école et, par extension, celle de Flo’Solidaire. J’espère que les initiatives présentées ci-dessous vous permettront de réaliser à quel point est fécond l’engagement de nos élèves. En vous remerciant de la confiance et du soutien que vous accordez à l’Institut Florimont, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, chers Parents, en l’assurance de notre dévouement. Sean Power Directeur Général

à venir en aide à celui qui est dans le besoin ». Pour le littré, la miséricorde est le « sentiment par lequel la misère d’autrui touche notre cœur ». Encourager, construire et renforcer chez tous les membres de la communauté florimontaine ce sentiment et cette disposition, c’est à ce projet que veut œuvrer Flo’Solidaire. Quand beaucoup cèdent à la tentation du cynisme et du renoncement, quel signe plus encourageant que de voir nos jeunes, accompagnés par leurs enseignants, leurs préfets, leurs parents, dès leur premières années à Florimont, agir dans le sens des orientations de Florimont ? Dans un monde dont les bouleversements créent, à juste titre, des inquiétudes sur l’avenir, l’Institut Florimont veut fonder les bases d’un espoir d’avenir positif. Avec Flo’Solidaire, « il s’agit d’éveiller les jeunes à des projets qui les gardent ouverts à l’espérance d’un monde

meilleur et qui les rendent capables de choix et d’adhésion personnelles donnant sens à leur vie » 1 Un grand bravo à tous les élèves qui se sont mobilisés ces derniers mois et un grand merci à tous ceux qui, à Florimont, permettent à nos jeunes de donner corps à leur engagement : les membres de la communauté pédagogique, de l’aumônerie, de la congrégation bien sûr et, à leur coté, les membres de l’administration, en particulier les équipes de M. Zuccone et de la comptabilité. Elèves, parents, collaborateurs de Florimont : vous avez un projet de solidarité qui vous tient à cœur, vous souhaitez prendre part aux travaux de la commission d’attribution de Flo’Solidaire ? Une seule adresse : www.florimont.ch/flosolidaire

« Miséricorde »… « Paix au monde entier, encore si divisé par l’avidité de ceux qui cherchent des gains faciles, blessé par l’égoïsme qui menace la vie humaine et la famille, égoïsme qui continue la traite de personnes, l’esclavage le plus répandu en ce vingt-et-unième siècle. Paix au monde entier, déchiré par la violence liée au trafic de drogue et par l’exploitation inéquitable des ressources naturelles ! Paix à notre Terre ! ». Dimanche 31 mars, pour sa première messe de Pâques, le Pape François invite les hommes à être « instruments de la miséricorde », se disant convaincu que « la miséricorde » vainc le mal et «redonne vie aux ossements desséchés». Croyants, agnostiques, athées, tous peuvent recevoir ce message, un message à la portée de tous. Suivons le Larousse. La miséricorde, « pitié qui pousse à pardonner à un coupable, à un vaincu ; pardon accordé par pure bonté », est aussi une « disposition

Le Don du Chœur enflamme le Victoria Hall ! Depuis maintenant 10 ans, l’association du Don du Chœur réunit tous les deux à trois ans les élèves d’une dizaine d’écoles privées genevoises pour un grand concert choral. Il s’agit de donner à nos enfants l’occasion de chanter en grand groupe, mais aussi de penser à d’autres enfants moins favorisés dans le monde. Ainsi, les concerts précédents ont permis de soutenir des établissements scolaires ou d’accueil de Suisse, de Russie, d’Inde, du Cambodge ou, comme cette année, du Kenya.

Les élèves de l’institut Florimont ont participé à toutes les éditions des spectacles du Don du Chœur. Cette année, les 25 membres des chorales du primaire et du secondaire ont volontiers répondu présent à l’appel. La première approche Dès le mois de novembre, les partitions ont été distribuées et travaillées au sein de chaque école. C’est pour chacun l’occasion de découvrir une douzaine de chants d’origines et de styles très variés. Il n’est pas toujours facile de s’approprier des musiques,

1 Missionnaires de Saint François de Sales, 2003, Orientations pour Florimont, Genève, p.6.

Pour Flo’Solidaire, Sébastien Montessuit


surtout lorsqu’on a treize ans et qu’on doit apprendre une chanson destinée aux enfants de huit ans ou inversement. Les répétitions en groupe moyen Tout cela est très vite oublié lorsque les élèves se retrouvent mêlés à une bonne centaine de chanteurs au sein de la Geneva English School où ont eu lieu quatre répétitions d’ensemble. Quelle émotion déjà d’entendre nos voix mêlées à celle de nombreux autres enfants  ! D’entrée, les chefs de chœur se sont montrés très contents du résultat et ont félicité les élèves. Nos artistes furent immédiatement emportés par une puissante vague d’enthousiasme qui les emporta jusqu’à la fin du projet. La journée du 30 avril, au Victoria Hall. Quel bonheur de pouvoir se produire dans une salle aussi prestigieuse, qui a vu passer les plus grands artistes du XXe siècle ! Dès leur arrivée sur place, enfants et adultes sont très impressionnés par les lieux. Si certains ont déjà pu visiter les lieux pour avoir assisté à quelques concerts, rares sont ceux qui ont eu l’occasion de découvrir les coulisses. Pas facile de trouver son chemin dans les nombreux couloirs et escaliers qui se trouvent derrière la salle. Un système de vidéo permet de voir la scène depuis les coulisses et les enfants sont très intrigués par ce système. – « Monsieur, allons-nous passer à la télévision ? » Puis c’est l’arrivée sur la scène, très impressionnante, et la découverte du grand nombre d’enfants qui y seront réunis. Devant nous se trouve un orchestre composé d’enfants du même âge que nos chanteurs, à quelques exceptions près. Pour la première

fois, nos artistes en herbe découvrent comment résonnent leurs voix dans l’acoustique si particulière de ce lieu mythique. Une foule de techniciens se déplace autour de nous, plaçant des micros, des caméras, prenant des photos, réglant le son et les éclairages. Difficile dans de pareilles conditions de rester concentré sur sa musique ! Et pourtant, le résultat est encourageant. Les chants sonnent relativement bien et les directeurs félicitent tout le groupe. Épuisés mais ravis, les enfants rentrent à l’école pour le repas et consigne leur a été donnée de se reposer avant le grand soir. A 18h30, les élèves se rassemblent derrière le Bâtiment du Victoria-Hall et prennent place dans les loges. L’excitation est à son comble et les futures stars demandent régulièrement : « à quelle heure commençonsnous ? ». Enfin, chacun prend place sur l’estrade et, cette fois, l’étonnement provient

du public nombreux (on joue à guichet fermé !). Cette surprise a l’effet d’un puissant stimulant sur chacun, adulte comme enfant ! Comme lors de chaque édition de ce spectacle, le miracle se produit, les chants sonnent juste, les accidents musicaux du matin sont oubliés et la prestation frise la perfection. Comme c’est souvent le cas également, le temps passe terriblement vite, on a l’impression que l’on vient de commencer et déjà le concert se termine, avec une impressionnante standing ovation. On bisse le dernier chant à la lumière de petits lumignons de couleur qui ont été distribués au public et aux artistes, ce qui donne un résultat du plus bel effet. Gageons que ces moments resteront longtemps gravés dans les mémoires des artistes, mais également dans celles de leurs parents ! Daniel Darbellay, professeur de musique

Nous les élèves de 6e5 avons choisi d’organiser une vente de pâtisseries aux récréations de 10 h et de 14 h 35. Nous nous sommes sérieusement pris en main pour mener à bien un tel projet. Au début, cela nous faisait étrange de manier de l’argent et de se prendre en main ce qui est utile dans la société actuelle. Chaque élève a préparé des pâtisseries, nous avons tous tout vendu avec énergie, engagement, et récolté un total de : CHF 1059.–. Nous n’avions point le sentiment d’avoir sauvé la planète mais celui d’avoir apporté un petit plus à une organisation caritative et humanitaire et d’avoir donné le goût d’accomplir un geste solidaire envers les pays dans le besoin.

Mathias Tassel avec la collaboration de toute la 6e5.

Les puits du désert… Cette année l’association Flo solidaire a permis à la classe de 6e5 de participer au projet humanitaire et culturel nommé « Puits du Désert ». Cette association consiste à récolter un maximum d’argent pour construire des puits dans le désert du Niger. Des scientifiques ont trouvé et prouvé qu’il y avait une grande quantité d’eau sous le désert du Niger et que les locaux n’ont pas les moyens de se procurer les matériaux nécessaires pour puiser l’eau. Nous avons accepté de participer avec enthousiasme, nous nous sommes entièrement engagés. Nous y avons consacré beaucoup de temps, avons fait preuve d’une grande autonomie.


Mai 2013

En début d’année scolaire, avec d’autres classes, la 5e2 a assisté à une conférence organisée par Flo’Solidaire en présence de la responsable de l’association Puits du désert. Une conférence qui nous a touchés et qui nous a incités à nous mobiliser. Nous avons alors décidé d’organiser une tombola – une première à Florimont ! Notre camarade et délégué Antoine a proposé de créer un site internet : www.tombola5e2.com. Durant de plusieurs mois, tous les mercredis, nous nous sommes réunis afin de peaufiner ce projet et de sélectionner progressivement des lots. Le 27 février, tout était prêt : le site avait été mis en ligne. Suivirent les ventes de billets – un succès ! Plus de mille vendus ! Le 19 mars eut lieu le grand tirage. Une expérience mémorable ! Voici quelques témoignages de notre périple… « Grâce à cette expérience, j’ai appris le partage et la générosité. Créer un projet, c’est offrir son aide à des personnes plus défavorisées. » « Pendant une longue période, il nous a fallu donner de notre temps et de notre énergie afin de trouver des lots intéressants pour tous. Certains ont contacté des con­

naissances – jusqu’à David Guetta, en passant par le FC Servette et GSHC – d’autres ont cédé ce qui leur appartenait – même une console Playstation 2 ! » « J’ai appris à prendre des initiatives et à gérer les difficultés qui se présentaient et parfois s’accumulaient. Trouverions-nous un huissier ? Les élèves nous achèteraient-ils des billets sans recevoir immédiatement quelque chose en retour ? Où pourrions-nous placer les lots en attendant le jour du tirage ? A quel prix devrions-nous idéalement vendre les billets ? » « J’ai pu constater que de nombreux élèves auraient souhaité participer à notre projet. Le plus dur est peut-être de commencer à agir. Une fois l’idée proposée et acceptée, tous semblent suivre. » Nous aurions souhaité remercier toutes les personnes qui nous ont aidés à mener à bien ce projet : tous ceux qui ont eu la gentillesse d’acheter nos billets, le secrétariat de l’Institut, les personnes travaillant dans l’ombre pour la mise en place des tables notamment, l’Imprimerie des Bergues et tant d’autres ! Sabine Chevalier et la classe de 5e2

L’ O N U à F lo r i mon t Le mercredi 17 avril, Mme Corinne Momal-Vanian, Directrice auprès du Service de l’Information à L’ONU est venue présenter les Nations Unies comme acteur crédible de la mondialisation à différentes échelles. Cette rencontre se fait dans le cadre du cours: Clefs pour comprendre le monde, une option d’Histoire-Géo. Les élèves de terminale S de la section Bac ont pu discuter et débattre sur une thématique actuelle et pourtant difficile à comprendre dans son intégralité et discuter de l’utilité et la pertinence d’un organisme souvent controversé. Mme Momal-Vanian a été ravie de sa visite et de l’attitude des élèves, montrant curiosité et esprit critique. Nous espérons pouvoir rééditer ces rencontres afin d’intégrer au mieux cette école dans l’environnement international de Genève.

Clowns sans frontière : les élèves créent un livre. Le cirque est le thème principal des classes de 10e pour cette année 2012-2013. Il permet de Rêver, de s’Evader, de stimuler l’Imaginaire des enfants et des grands, grâce aux personnages et animaux extraordinaires qu’ils n’ont pas l’habitude de rencontrer. C’est un espace d’enfance, de magie, de rires, de liberté, de sauts vers les étoiles… Le cirque comme moyen pour aider les autres a beaucoup touché les élèves de 10e. Ils ont eu envie de travailler ensemble et créer un objet à vendre, afin de pouvoir offrir

des moments de bonheur aux enfants à qui la vie ne fait pas de cadeau. Tous les enfants ont le droit de rêver, de s’amuser et rigoler. C’est pourquoi nous avons choisi d’aider l’association Clowns sans frontières, et en particulier un de leurs projets, aux Philippines. Cette organisation artistique de solidarité internationale intervient auprès des enfants en détresse dans le monde. Clowns, musiciens, acrobates, danseurs, marionnettistes, comédiens : ces artistes proposent des spectacles pour les enfants des rues (bidon-

villes, orphelinats, camps de réfugiés). Ce sont des moments de rassemblement, de rire, d’émotion, de liberté et de poésie qui aident les enfants et leurs parents à se reconstruire et à échapper à leur quotidien. Les 10e1 ont donc écrit une histoire mettant en scène un « clown-jouet » à qui il arrive une série de péripéties. Il va finalement atterrir dans la vie d’une famille dans le besoin, et leur apporter joie et bonheur. Les 10e2 se sont initiés à l’écriture de poèmes sur le thème du cirque, des roulottes aux animaux en passant par les trapézistes et autres artistes fascinants. Les élèves ont beaucoup aimé s’investir dans un tel projet, créer des textes et poésies, jouer avec les rimes. Ils ont travaillé dur sans en avoir l’impression, en classe ou à la bibliothèque, en groupes ou seuls. L’entraide a été au rendez-vous tout au long de cette activité. Les enfants ont informatisé leurs textes, et les ont illustrés. La vente des livres a permis de récolter plus de CHF 2900.–. Clara Darques, enseignante classe de 10e2


Flo’Solidaire aux cotés d’Enfance et Cancer. Nous sommes actuellement en classe de 5e et de 4e et nous avons décidé de nous mobiliser pour des enfants ayant moins de chance que la majorité d’entre nous. L’idée de récolter de l’argent pour l’Association « Enfance et Cancer » était très importante pour nous à la suite du décès de jeunes enfants ou adolescents au sein de notre famille, de nos amis, de notre école. Nous avons rencontré Madame Gouin, présidente de cette association créée en Suisse en 2004 qui nous a expliqué en quoi consiste son action. – approfondir les récentes découvertes sur la genèse de ces cancers – aider les généticiens en mettant à leur disposition des fonds pour financer leurs recherches – stimuler la mise en place de nouveaux protocoles de traitements Il nous fallait donc trouver une manière de récolter de l’argent qui soit à notre por-

tée. Nous avons alors décidé d’organiser une vente de pâtisseries, avec le soutien de l’Institut Florimont, de nos parents, de nos amis et de Flo’Solidaire. Certaines que cela en vaut la peine, nous avons bien sûr consacré du temps à la réalisation de ce projet. La vente de pâtisseries au profit de « Enfance et Cancer » a rapporté 1750 CHF. Nous ne nous attendions pas à récolter une telle somme et avons été agréablement surprises! Nos camarades d’école ont été très généreux pour cette belle cause et nous ont vraiment soutenus pendant cette vente. Pour arriver a récolter cette somme, nous avons dû nous organiser entre nous et avons beaucoup communiqué avant la vente. Nos parents nous ont bien évidement aidé, mais toutes les pâtisseries ont été confectionnées par nos soins. Il en fallait pour tous les goûts et nous espérons avoir satisfait tout le monde. Le 18 avril au soir, Emma, Carla et moi (Sarah) avons participé à un événement

pour l’association (une pièce de théâtre). Nous avons vendu aider à collecter des fonds pendant le cocktail. Nous avons pu parler a Madame Gouin qui nous a fortement félicité pour notre action a l’école. Avant que la pièce de théâtre commence, un présentateur nous a fait monté sur scène et a parle de notre vente a Florimont. Nous avons été beaucoup applaudies! Nous espérons dans l’avenir refaire une vente pour l’association Enfance et Cancer à l’école. Un grand merci à nos camarades de Florimont ! Sarah Guigui classe de 4e5 PS : Bravo à toutes celles qui se sont ­mobilisées pour cette action : Sarah Guigui, Nadine Hayderi, ­ arla Guigui, Emme Sills de 4e5, C Adélaïde Waymel, Shiraz Haghdoust, Alix Oberson et Natacha Dupuy de 5e4.

Le projet de « Habitat For Humanity » pour 2013. Habitat for Humanity est une organisation internationale non gouvernementale et sans but lucratif fondée aux États-Unis. Cette association humanitaire est dédiée à la construction bénévole de logements simples et décents pour des familles nécessiteuses. Le voyage humanitaire nous a porté cette année en Roumanie. Durant neuf jours, les participants ont appris à se connaitre et à faire d’un projet une réalité. Leur dévouement sans faille a illustré une fois de plus la désormais célèbre citation de Gandhi : « Be the change you want to see in this world ». L’esprit d’entreprise du groupe a été remarquable durant tout le séjour. Non seulement chacun s’est fortement investi dans toutes les tâches requises : préparation et pose de peinture, ponçage des murs, nettoyage de matériel, préparation d’apprêt, coffrage de plafonds et de murs, manipulation de laine de verre, découpe de bois de coffrage, transport de matériaux, mise en place du chantier mais chaque participant a aussi pris beaucoup d’initiatives et n’est jamais resté les mains libres. Le climat, quoiqu’hivernal voire glacial n’a pas entravé la volonté d’aider, la plupart des élèves s’étonnant même de devoir prendre des pauses de temps en temps. Nous avons été accueillis durant notre séjour

par Sorina, la représentante roumaine d’Habitat for Humanity ainsi qu’Emmanuel dont la jovialité a embelli nos journées enneigées. Au delà d’un sens d’abnégation et de partage, ces neuf jours passés en Roumanie ont aussi été l’occasion pour chacun des participants de se découvrir un peu plus, de tester ses limites mais aussi d’appréhender un nouvel environnement culturel, de par sa langue, ses habitants, son climat, sa nourriture, ses villes, ses us et coutumes. Une soi-

rée roumaine a d’ailleurs été organisée pour le groupe : tous ont apprécié les danses folkloriques ! L’ensemble des élèves souhaitent remercier madame Singh pour son dévouement sans limites tout au long du voyage ! Sa bonne humeur et ses bons conseils ont aussi participé à la réussite du voyage. Franck Nicoulaud, responsable « Habitat for Humanity »


Mai 2013

International Awards. Toute l’équipe des International Awards est rentrée dans l’après-midi du 20 mai, fatiguée, mais satisfaite. Le weekend s’est bien passé : malgré une météo très variable (pluie, neige, soleil, brouillard), les élèves ont pu accomplir leur programme. Le groupe argent a validé le niveau bronze et l’entraînement argent en réalisant une belle randonnée raquettes de plus de 6 heures sur les sommets, accompagnés de deux guides vraiment adorables et passionnés. Le groupe or a validé le niveau argent en montrant un esprit d’équipe remarquable : ils

se sont soutenus dans les moments difficiles (montée du col au dessus de Flaine en raquettes) et peuvent être fiers d’eux. Le groupe bronze a appris beaucoup sur les techniques de camping et l’orientation avec la boussole. Tous ont appris que le temps change vite en montagne et qu’on peut monter la tente sous le soleil et se réveiller dans une flaque d’eau quelques heures plus tard... Ils ont aussi bénéficié d’une formation aux premiers secours vendredi. Le groupe bronze a même eu le temps de faire de l’acrobranche!

Les niveaux vont donc pouvoir être validés et la prochaine expédition préparée : Vallorcine en septembre 2013. Je tiens à remercier l’équipe de professeurs qui m’a accompagnée et soutenue toute cette année dans ce projet : sans Malte Stock, Vincent Combe, Etienne Pionnier et Grégory Ode, ce week-end n’aurait pas été possible. Merci également à Christelle Baraffe pour son soutien et son aide. Aurélie Stefann, responsable des International Awards

Bulletin de la direction mai 2013  

newsletter

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you