Issuu on Google+

L’agenda de l’iMA

EXPOSITION-DOSSIER : Lumière de la sagesse, écoles médiévales d’Orient et d’Occident LES MUSICALES ET LES RENDEZ-VOUS DE LA DANSE maghreb des films rencontres-débats ACTIONS ÉDUCATIVES


2

3

SOMMAIRE 03 image 04 expositions 04 Musée 06 Exposition-dossier Lumières de la sagesse 07 Expositions à venir 08 Itinérances 09 AGENDA 10 Les Musicales 16 La collection de disques de l’IMA 17 Les Rencontres du Maghreb des films 18 Les Rendez-vous de la danse 20 Une Œuvre un destin 21 La Chaire de l’IMA 21 Les Jeudis de l’IMA

28 Librairie-boutique 29 Bibliothèque 30 Activités éducatives 32 Ateliers et visites adultes 34 Centre de Langue 36 Publications 37 L’antenne de l’IMA en région NordPas-de-Calais 38 Nos espaces

PLAN de L’IMA Président Jack Lang Directrice générale Mona Khazindar

Terrasse Restaurant Salle du Haut-Conseil Self-service Toilettes

Secrétaire général David Bruckert

9 8

Directeur de la communication Philippe Cardinal

7

Musée (Entrée) Administration

6

Administration

5 4

Administration

3 2

Bibliothèque (entrée + sortie)

1

Salle d’exposition Librairie Accueil général Café littéraire Salle d’exposition Billetterie Vestiaire Salle d’actualités

Infomag

Chargée de publication Aïcha Idir-Ouagouni Faustine Pelloux, stagiaire Conception graphique Polysémique, design graphique www.polysemique.fr Impression Groupe Assistance Printing Les crédits photographiques et les droits afférents sont soumis à la connaissance des auteurs et des propriétaires. Que ceux que nous n’avons pas nommés trouvent ici nos excuses et veuillent bien se faire connaitre. Ce magazine est imprimé sur du papier 100 % recyclé. Vous pouvez aussi retrouver en ligne sa version pdf.

0 -1 -2

Administration

Musée (Sortie)

Salle d’exposition

Centre de langue Espace Ateliers Salle Hypostyle Centre de langue Espace jeune Auditorium Accueil des groupes Toilettes

Rejoignez l’IMA sur les réseaux sociaux

Pour en savoir plus : www.imarabe.org

INFOS PRATIQUES

Institut du monde arabe 1, rue des Fossés-Saint-Bernard Place Mohammed V 75236 Paris Cedex 05 Tél. 01 40 51 38 38 Fax 01 43 54 76 45 www.imarabe.org

Accès Métro : Jussieu, Cardinal-Lemoine, Sully-Morland Bus : 24, 63, 67, 86, 87, 89 Accès handicapés facilité Parking : Maubert-Saint-Germain 39, bd Saint-Germain, 75005 Paris Bibliothèque Tous les jours de 13 h à 20 h sauf dimanche, lundi et jours fériés Librairie Tous les jours de 10 h à 19 h sauf le lundi

L’Antenne de l’Institut du monde arabe en Région Nord-Pas de Calais 65 rue de l’Union 59200 TOURCOING 03 28 35 04 00

les jeudis de l’IMA du 14 novembre, « La Marche pour l’égalité et contre le racisme : quels héritages ? » (P. 24) revient sur les conséquences sociales, politiques et culturelles du succès de la Marche pour l’égalité et contre le racisme, organisée en France en 1983. Et vendredi 4 octobre, dans le cadre d’« Une œuvre, un destin », (P. 20) Plantu se livre dans une conférence-performance.


4

5

musée

Le musée

Espaces : ÉTAGES +7, +6, +5, +4 horaires Mardi, mercredi, et jeudi de 10h à 18h. Vendredi de 10h à 21h30, week-ends et jours fériés de 10h à 19h.

Une vingtaine d’années après l’inauguration de l’Institut, la question de la raison d’être de son musée s’est posée. Alors qu’en Europe et aux États-Unis les collections que l’on dit « d’art islamique » faisaient l’objet d’une nouvelle mise en valeur, il était nécessaire de repositionner le musée de l’IMA et de l’inscrire pleinement dans la mission de l’institution : faire mieux connaître le monde arabe en dehors de tout préjugé.

© Pierre Olivier Deschamps/Vu

tarifs : 8 € plein / 6 € réduit / 4€ (-26 ans HORS UE) Tarif réduit : enseignants, demandeurs d’emploi / Entrée libre : -26ans (UE, PAYS ARABES), maison des artistes et RSA, enseignants (Pass éducation), Amis de l’IMA, adhérents de l’IMA, handicapés, carte ICOM / ICOMOS, moins de 18 ans, conférenciers, guides touristiques, corps diplomatique arabe et ministère des Affaires étrangères / Visite guidée individuelle : Du mardi au vendredi : 15h. Week-end et jours fériés : 15h et 16h30 / Visite guidée groupe : droit de conférence 140€ + 10€ de frais de dossier + droit d’entrée. Réservations : 01 40 51 39 54 / 38 45

LE MONDE ARABE N’EST PAS UN TOUT IMMUABLE ;

il est au contraire complexe et le résultat d’une longue histoire. Comment donner cette diversité à découvrir dans le contexte d’un musée ? En construisant un parcours qui repose moins sur la chronologie et d’avantage sur des thèmes qui permettent de mieux l’appréhender. Après un préambule qui met le visiteur dans la perspective de la diversité humaine, linguistique et géographique du monde aujourd’hui constitué par les États réunis au sein de la Ligue arabe, ce visiteur est ensuite convié à un cheminement en cinq étapes.

La première introduit la péninsule Arabique, avec ses populations nomades et sédentaires, qui agit tel un creuset dans lequel va se forger, tout au long du Ier millénaire av. J.-C., une identité et une culture arabes. L’Arabie antique n’est pas qu’un désert ; des royaumes prospèrent grâce au commerce caravanier en liaison avec le monopole de la production des résines aroma­ tiques. Statues, graffitis rupestres, stèles épigraphiques, échantillons des marchandises échangées, objets du quotidien nomade témoignent d’un patrimoine partagé, sans oublier celui de la langue, restituée par des extraits des Mu’allaqât, ces poésies antéislamiques

qui véhiculent les valeurs tribales et l’imaginaire des Arabes. La deuxième étape considère le rapport que les hommes entretiennent avec le sacré en examinant les mythes et les symboles qui ont été élaborés dès la plus haute antiquité afin de se concilier les forces cosmiques. Ce sont également des gestes et des pratiques – la prière, le sacrifice, les libations, le pèlerinage – que l’on rencontre encore dans les religions monothéistes – judaïsme, christianisme et islam – qui toutes les trois sont nées dans ce qui est aujourd’hui le monde arabe. Le parcours invite ensuite le visiteur à déambuler au sein d’une ville métaphorique pour qu’il prenne

conscience des multiples héritages sur lesquels s’est construite la société musulmane à partir du VIIe siècle. Des monuments emblématiques des fonctions remplies par la ville, al-madîna, ponctuent cette déambulation : le palais comme lieu d’exercice du pouvoir et atelier des arts ; les lieux de culte où se réunissent les communautés qui cohabitent dans la cité – la mosquée, l’église, la synagogue - ; la bibliothèque et la madrasa, vecteurs de la transmission des savoirs élaborés par des hommes de science de toutes ethnies et confessions ; le caravansérail et le souk, lieux des échanges marchands et de la pratique des artisanats ; enfin la demeure, écrin de la vie de famille. Dans le prolongement de la ville et de ses ateliers, la question de ce qui fait beauté dans le monde arabe est posée. Et le parcours se conclut sur la relation que l’individu entretient avec son corps – son hygiène, sa parure, ce que l’on en montre ou pas en public – et avec l’Autre : le principe immuable de l’hospitalité pratiquée d’une manière constante dans les sociétés arabes, qui amène à partager le repas et les divertissements. À l’issue de deux années de travaux (2010-2012), les collections – celles de l’Institut augmentées des dépôts de musées français et arabes, ainsi que des prêts de collections particulières – sont désormais exposées dans une muséographie signée Roberto Ostinelli Studio di Archittetura. Une ambiance volontairement lumineuse exploite la transparence des vitrines afin que s’instaure, tout au long du parcours, un dialogue entre des œuvres et des objets appartenant à des domaines rarement mis en regard : archéologie, art et artisanat, ethnographie, art moderne et contemporain. Cette cohabitation a pour ambition de souligner tout ce qui, du passé au présent, fait la richesse du monde arabe.


6

7

exposition – dossier   musée musée niveau 5, ENTRÉE AU 7 e ETAGE

expositions à venir  er

En bas : Vue du sanctuaire de La Mecque,

La Mecque, XVIIe siècle ou XVIIIe siècle Christopher Phillips © Nour Foundation Courtesy of the Khalili Family Trust

DU 25 septembre 2013 AU 5 janvier 2014

du 1 avril AU 27 juillet 2014

Lumières de la sagesse Écoles médiévales d’Orient et d’Occident

Orient-express

transmet d’âge en âge, au-delà des barrières de la culture et de la langue. Cette image, qui fit florès au Moyen Âge, accompagna l’essor des écoles médiévales, à l’origine des grandes universités de notre monde contemporain. À l’occasion de la réouverture de la bibliothèque de la Sorbonne, l’exposition « Lumières de la sagesse » propose de se replonger dans l’univers de l’enseigne­ ment médiéval, et d’explorer son rôle dans la circulation des savoirs entre Orient et Occident. À travers un parcours de près de 80 œuvres, « Lumières de la sagesse » invite à redécouvrir un enseignement qui était loin d’être figé. Fondé sur la relation personnelle et étroite entre maître et élève, à la base de tout apprentissage, l’enseignement laissait une grande place à l’autorité du livre. En se mettant à l’école d’Aristote ou d’Avicenne, de Galien ou d’Averroès, le visiteur rencontrera ainsi des « maîtres » capables de parler à tous à travers l’espace et le temps. Il découvrira, enfin, la lente apparition d’édifices consacrés exclusivement aux tâches d’enseignement : c’est au cours des derniers siècles du Moyen Âge que l’école, la madrasa ou le collège commencent à fixer le prestige du savoir dans la pierre.

Un patrimoine méconnu

Proposée par la Chaire de dialogue des cultures de l’université Panthéon-Sorbonne, en collaboration avec l’université al-Imam de Riyad et le ministère saoudien de l’Enseignement supérieur, « Lumières de la sagesse » permettra de découvrir des collections patrimoniales universitaires trop souvent méconnues, grâce au partenariat privilégié de la bibliothèque de la Sorbonne et au concours exceptionnel des principales bibliothèques saoudiennes, ainsi qu’à la contribution des bibliothèques de Leyde (Pays-Bas), de Bologne (Italie), de la Bulac à Paris, du rectorat de Paris, ou encore de l’Institut de Papyrologie de l’université Paris-Sorbonne. L’exposition réunira également un fonds important de pièces prêtées par la Bibliothèque nationale de France, ou provenant des musées de Cluny, Jacquemart-André, musée du Louvre, ou encore de la David Collection de Copenhague.

© Cliché Bibliothèque nationale de France

Le savoir est lumière. Comme un flambeau, il se

Livre des herbes et des plantes,

de Manfred de Monte Imperiali (Liber de herbis et plantis), Italie, première moitié du XIVe siècle Parchemin, 34,5 x 25 cm Paris, Bibliothèque nationale de France, Latin 6823 (f. , -2)

Exposition réalisée avec le concours exceptionnel de la Bibliothèque Nationale de France.

Conférences / En marge de l’exposition se tiendra une série de conférences sur les enjeux de la politique éducative en Orient et en Occident, à l’Institut du monde arabe. Le colloque Europe-Arabis s’intéressera à la circulation des savoirs entre l’Europe et l’Arabie, les 27 et 28 novembre 2013 (Université Panthéon-Sorbonne / IMA). Catalogue / Le catalogue de l’exposition propose pour la première fois une histoire de l’enseignement médiéval couvrant les mondes arabe, latin et grec, à travers 28 articles de synthèse, 23 encarts, et toutes les notices des objets présentés durant l’exposition. Catalogue Lumières de la sagesse. Écoles médiévales d’Orient et d’Occident, sous la direction d’Éric Vallet, Sandra Aube et Thierry Kouamé, Publications de la Sorbonne /  Institut du monde arabe, 39€. Visite en Famille «Un manuscrit a disparu», voir page 30

L’accent est mis sur l’aventure de ce train mythique dont on propose de découvrir les ressorts intimes, les images-clichés et les illustrations les plus rares, les grandes et les petites histoires, à travers une mise

en scène de caractère cinématographique, faisant largement appel à l’image fixe et mobile, dans laquelle le spectateur se trouve immergé. On a recours également à des objets d’art et documents d’archives, et à des reconstitutions de situations relevant aussi bien de l’écrit, du cinéma, du décor, de la peinture, du texte parlé... Le visiteur se trouve embarqué dans un « voyage de rêve », en compagnie de personnes et de personnalités rares, écrivains et artistes, diplomates et explorateurs, archéologues et collectionneurs, aventuriers et marchands, grandes coquettes et demi-mondaines, comédiens et musiciens… La présence réelle du train, sur le parvis même de l’Institut, donne à l’exposition un caractère particulier, le visiteur étant placé d’emblée dans la situation du voyageur d’autrefois…

du 22 avril AU 10 août 2014

Hajj – le pèlerinage à La Mecque

L’exposition Hajj – Le pèlerinage à la Mecque,

organisée avec la Bibliothèque nationale du Roi Abdulaziz, revisite le projet du British Museum, présenté en 2012. L’exposition témoigne de l’importance de la pratique du pèlerinage à La Mecque – cinquième pilier de l’islam – pour la communauté des croyants musulmans. Depuis plus de 1350 ans et de toutes les parties de l’aire musulmane, des pèlerins entreprennent ce voyage de dévotion vers La Mecque, la ville sainte de l’islam. De nos jours, avec environ 3 millions de pèlerins chaque année, le hajj est un événement mondial qui questionne et suscite l’intérêt au delà de la sphère des pratiquants et croyants. L’exposition tend à mettre en regard les rites et les pratiques du hajj, à expliquer, dans une perspective transtemporelle, l’importance de cette dévotion dans la vie du croyant, pour lequel elle se trouve inscrite dans une dimension extatique et esthétique, tant personnelle que collective. Un choix très méticuleux d’œuvres et la présentation de documentaires-témoignages, permettent de traduire l’aspect essen­tiellement humain et vivant de cette pratique à travers ses différentes facettes religieuses, sociales et politiques. L’IMA met en place, à cette occasion une programmation riche en relation avec l’exposition : débats, conférences, cycle cinéma…


8

 itinérances 

Itinérances

Les expositions pédagogiques itinérantes

Pédagogiques et ludiques, ces expositions sont destinées au grand et au jeune public. Elles peuvent être louées par des associations, des collectivités locales, des établissements scolaires, des bibliothèques…

Exposition-atelier « Contes des Mille et Une Nuits »

L e blé et l’olivier, agriculture et alimentation en Méditerranée L a Méditerranée, périples d’une civilisation Pays et aires régionales Images et paysages L’or bleu dans le monde du monde arabe arabe Le Maghreb : l’Occident arabe Imazighen Berbères Le Maroc, une créativité L ’immigration arabe millénaire en France L’Algérie, histoire et culture Arabica, la culture arabe en Europe Tunisie, la rive verte La péninsule Arabique Parcours de femmes et le Golfe en Nomadie. Des chemins de migration. P alestine, histoire d’un peuple arts du livre L’Irak de Babylone à Bagdad Arts, C  alligraphie Égypte, terre de civilisations et enluminure de Cordoue à Samarcande Histoire et civilisation Les sciences arabes Les grandes dames de la chanson arabe L’islam L e soufisme, La musique arabe « cœur de l’islam » dans tous ses éclats Jérusalem al - Quds Les arts traditionnels L’Orient merveilleux Beyrouth, forum des arts. 1950-1975 Un chameau qui s’appelle dromadaire I llustrateurs arabes de livres pour enfants J udaïsme, christianisme, islam : proches… lointains La bande dessinée dans le monde arabe Al - Andalus L es Ottomans, La littérature arabe l’empire des trois mers Les voix de la langue et des trois continents française dans le monde arabe Les croisades Cités arabes d’hier et d’aujourd’hui expositionS-atelier Le goût des jardins arabes Un chameau qui s’appelle dromadaire Elégance et dentelle, le costume en Méditerranée C ontes des Mille et Une Nuits Expositions pédagogiques itinérantes disponibles

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

Contes des Mille et Une Nuits Une exposition-atelier pour explorer, découvrir, manipuler et réinventer Mille et une images. Elle s’articule autour d’une carte géante qui évoque l’univers des Mille et Une Nuits et de trois modules ludiques et interactifs repris des contes : « Envol et voyage », « Étrange et merveilleux », « Trésors ». 31 août-26 décembre 2013 / IMA NPDC Tourcoing. Animations : réservation obligatoire : 03 28 35 04 00.

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆   ◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

écouter, regarder, comprendre, découvrir

◆◆  

L’exposition-atelier Contes des Mille et Une Nuits a été réalisée avec le soutien de la Fondation d’entreprise Total

◆◆  

◆◆  

◆◆   ◆◆  

L’Âge d’Or des Sciences Arabes

L’exposition itinérante L’Âge d’Or des Sciences Arabes fait à nouveau escale dans le Golfe, aux Émirats Arabes Unis. Présentée dans l’atrium de la Sorbonne Abu Dhabi, du 25 septembre 2013 au 14 janvier 2014.

◆◆   ◆◆  

◆◆   ◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

◆◆  

Réservation Tél. 01 40 51 39 12 / jterzian@imarabe.org Les expositions itinérantes en ligne Une quarantaine d’expositions itinérantes conçues par l’IMA, soit plus de 2 000 pages, sont en libre consultation sur www.imarabe.org rubrique « admirez ».

les musicales : Samedi 16 novembre à 20h30 à l’auditorium Rafik Hariri, Le Chemin du soleil, un concert de la syrienne Lena Chamamyan.


10

11

les musicales

Les Musicales Tarif A

Tarif B

Tarif C

Tarif plein

26 €

22 €

20 €

-10%

23,40 €

19,80 €

18 €

-20%

20,80 €

17,60 €

16 €

Strapontin

14€

14 €

14 €

Jeunes -26 ans 12 €

12 €

12 €

Vendredi 11 octobre 20h30

Vendredi 8 novembre 20h30

Caravan(e)

Chœurs de Cordoue

Les notes bleues

MAROC / France avec L’ORCHESTRE NATIONAL DE JAZZ

Algérie/France avec Souad Massi et Éric Fernandez

SYRIE avec Samih Choukaer

photo : Samih Choukeir

tarifs auditorium

SAMEDI 28 SEPTEMBRE 20h30

Poète, chanteur et musicien,

Une production originale de l’Institut français du Maroc pour la Saison culturelle France-Maroc 2013, avec le soutien de l’Institut français de Paris L’Institut du monde arabe accueille « Caravan(e) », une création de l’Orchestre National de Jazz, initiée

et produite par l’Institut français du Maroc. Au printemps 2013, l’Orchestre National de Jazz (ONJ) s’est trans­ formé en « Caravane », passant par Tanger et Tétouan, Fès, Oujda et la région de l’Oriental, Agadir et Assa aux portes du Sahara… autant d’étapes d’un voyage à travers les musiques, les images et les sons du Maroc. À chaque étape du parcours, des rencontres ont eu lieu avec des musiciens marocains et le projet a abouti à la création d’un répertoire original et inédit, présenté en première mondiale au Maroc, en juin dernier, pour une série de 5 concerts-événements à Fès, Rabat, Agadir, Marrakech et Tanger. Créé il y a plus de 25 ans à l’initiative de Jack Lang, alors ministre de la Culture, l’Orchestre National de Jazz est un « objet musical » unique au monde. Il regroupe actuellement,

auditorium / TARIF C

dans un ensemble dynamique et original, dix jeunes talents – pour la plupart poly-instrumentistes et/ou compositeurs – qui ont élaboré, un répertoire contemporain innovant en réinterprétant une musique que l’on pensait connaître. Direction artistique de l’ONJ : Daniel Yvinec ; Avec les musiciens de l’ONJ :

Eve Risser (piano, piano préparé, flûte alto), Vincent Lafont (clavier électronique), Antonin-Tri Hoang (saxophone alto, clarinette), Rémi Dumoulin (saxophone ténor, clarinette), Matthieu Metzger (saxophone électronique), Joce Mienniel (flûte, électronique), Sylvain Bardiau (trompette, bugle, trombone), Pierre Perchaud (guitare, banjo), Sylvain Daniel (basse électrique), Yoann Serra (batterie). Et les musiciens marocains : Les Hamadcha de Fès, Zouhair Affaifal, Abderrahman El-Khammal, Taoufik Chuikh, Abdelhakim Gagou et Abdellah Haddou. Pour aller plus loin : www.onj.org

et www.if-maroc.org

Avec le soutien de la Région Champagne-Ardenne

Ils ont en commun la passion de la musique et le goût du métissage.

Elle, chanteuse à la voix d’or et au talent étincelant, lui, guitariste à la virtuosité rare et aux compositions éclectiques. Ensemble, ils forment un duo exceptionnel. Aujourd’hui artiste phare de la nouvelle génération algérienne, ayant réussi le parfait cross over, Souad Massi s’inspire de son vécu et notamment de l’exil, pour écrire sur la nostalgie, la liberté et l’espoir. Avec justesse et lucidité, elle propose des textes humanistes, sensibles et poétiques. Sa voix douce et pure explore avec la même aisance la pop, le folk-rock, le chaâbi ou encore la musique arabo-andalouse. Soit un éclectisme qui fait écho au parcours artistique d’Éric Fernandez, reconnu pour sa musique andalouse inspirée du monde entier. Guitariste de génie, il honore et perpétue l’âme flamenca, déjà riche des multiples influences culturelles rencontrées par les gitans pendant leurs voyages.

auditorium / TARIF A

Sa virtuosité est comme une offrande à la musique du monde et à ses origines gitanes andalouses. Accompagnés de trois musiciens, dont le percussionniste Rabah Khalfa, et d’une danseuse, Sabrina Romero, Souad Massi et Éric Fernandez conjuguent leur talent pour une soirée généreuse, sensible, ouvrant grand les stores et ravivant le souvenir de Cordoue la tolérante.

Samih Choukaer a débuté sa carrière musicale en 1982, année où l’armée israélienne envahit le Liban pour en chasser les combattants de l’Organisation de la Libération de la Palestine, risquant de mettre le feu à tout le Moyen-Orient. Ce n’est pas pour rien que Samih chante souvent le plus grand poète palestinien contemporain, voire du monde arabe, Mahmoud Darwish (1941-2008), à travers sa dizaine d’albums réalisés après ses études au Conservatoire national d’Ukraine. Un itinéraire qui lui a permis de s’affranchir du cadre de la musique traditionnelle orientale, de créer librement, mais en restant viscéralement attaché à la poésie arabe moderne. Horizons, la création de Samih, est un jazz oriental. C’est-à-dire une attitude de rigueur et de liberté commune à la note bleue et au maqâm. Sa poésie parle des petites choses du quotidien, de la beauté de la vie et de l’amour, de thèmes philosophiques, politiques, de soufisme. Sans oublier l’humour et l’innocence des enfants pour qui il a écrit plusieurs chansons.

auditorium / TARIF C


12

13

les musicales

Vendredi 15 novembre 20h30

Samedi 16 novembrE 20h30

Dimanche 17 novembre 17h

Vendredi 29 novembre 20h30

Samedi 30 novembre 20h30

L’Ouzbékistan au cœur

Le chemin du soleil

Section d’assauts cuivrés

Virtuosité en partage

Les sultans du swing

Égypte – avec Mohamed Abozekry & HeeJaz Extended

et Rodolphe Burger, chanteur guitariste, leader de l’ancien groupe de rock, Kat Onoma, ont inventé en 2003 le projet Planétarium. Une création initiée à la Cité des Sciences de Paris et qui s’est transformée en voyage musical et terrestre au cœur de quelques cultures, le long de quelques routes du monde, comme celles de l’Asie, passant par l’Ouzbékistan, le pays des mosquées bleues de Samarkand, Boukhara ou Khiva, et du shashmaqom, la musique partagée avec le Tadjikistan. Un spectacle rock donc, avec jazz et programmation électronique, du blues aussi et shashmaqom multiséculaire imprègnent cette aventure franco-ouzbèk, à cheval sur le passé et le futur, c’est-àdire actuelle, parce qu’elle parle d’universalité, de métissage, le meilleur antidote face l’uniformisation culturelle, la mondialisation. Voir aussi http://www.flight-deck.fr

auditorium / TARIF B

Après les albums Asmar

Ellon et Shamat, basés sur des chansons folkloriques réarrangées, Lena a donné de nombreux concerts à travers le monde et a eu la chance de rencontrer différents musiciens et un public diversifié. En 2011, secouée par la souffrance du peuple dans son pays, la Syrie, et le monde arabe, elle a développé un nouvel espace musical, qui transpose ces sentiments d’affliction, et à travers lequel Lena souhaite partager avec le public une énergie nouvelle et positive. Ce projet est le reflet des dernières années d’expérience de Lena, fondé sur un esprit jazz oriental. Un rôle plus important est accordé pour le chant, qui nous invite à découvrir l’harmonie naturelle et mutuelle entre la voix humaine et les instruments acoustiques. La vie, la dignité, l’espoir et l’anti­ violence sont les thèmes dominants des nouvelles chansons, dont la majeure partie a été écrite et composée par la chanteuse. Avec ces titres et certains des morceaux précédents, la performance se voudra un message artistique qui s’adresse à l’être humain, loin de toutes les formes politiques.

auditorium / TARIF B

photo : Arbf Hmadcha

Yves Dormoy, saxophoniste et clarinettiste venant du jazz libre,

En 2009, à 18 ans à peine, l’Égyptien

C’est une « drôle » de fabrique que

cette Anti-Rubber Brain Factory (ARBF), un collectif dirigé par Yoram Rosilio rassemblant jusqu’à une vingtaine d’expérimentateurs qui sillonnent les scènes parisiennes depuis 2008 et usinent de multiples rythmes. Ils sont essentiellement souffleurs (saxophone, trompette, tuba, clarinette, bugle) et frappeurs, épaulés par une contrebasse et un vibraphone, et vagabondent en des territoires musicaux apparemment éloignés, free jazz, noise music, musique contemporaine, traditions. Les Hmadcha, eux, pratiquent un répertoire mystique, riche de quatre siècles d’existence. Celui de l’ordre des Hmadcha, fondé par Sidi Ali Ben Hamdouch au Maroc à la fin du XVIIe siècle et depuis répandu dans tout le Maghreb. À Essaouira, débouché maritime de Marrakech, leur confrérie regroupe une cinquantaine de membres actifs dans ce sanctuaire. Les Hmadcha sont aussi souffleurs (hautbois ghaïta, flûte layra) et percussionnistes (t’bal, herraz,

auditorium / TARIF C

taârija, bendir), soutenus par un oud ou un gumbri. Entre voyages d’étude, tournées et résidences au Maroc, l’ARBF a trouvé chez la confrérie des Hmadcha d’Essaouira la troupe traditionnelle qui partage un même esprit d’ouverture et d’expérimentation. Bref, une créativité où l’extase divine, la transe multiséculaire qui rapproche de Dieu se fond avec les improvisations profanes, une communion déjà futuriste

Mohamed Abozekry a été lauréat du concours de Damas du meilleur joueur de luth du monde arabe. C’est dans la capitale égyptienne, sa ville natale, que le prodige du Nil rencontre en 2007 Guillaume Hogan, un jeune guitariste français. Une rencontre décisive entre le oud et la guitare qui s’élargit aux percussions (derbouka, tabla, dôf, cajón) d’Anne-Laure Bourget et à la contrebasse d’Hugo Reydet. C’est la création du HeeJaz, formation affichant vingt-six ans de moyenne d’âge actuellement. Les répertoires habituels de Mohamed Abozekry et du trio français en sont transformés. Les quatre jeunes gens inventent leur fusion où la musique arabe, et plus largement orientale, croise jazz, blues, musiques gitanes de l’Europe de l’est comme de l’ouest, et autres rythmes du monde. Après avoir enchanté l’Institut du monde arabe en septembre 2011, le quartet y revient dans une nouvelle formation, une orchestration élargie à un pianiste, un saxophoniste et le petit frère de Mohamed, Abdallah Abozekry.

auditorium / TARIF B

Zanzibar – avec Kithara de Zanzibar / première partie : Origines avec AhamadaSmis (Comores)

photo : Werner Graebner

Maroc/France – avec Anti-Rubber Brain Factory & Hmadcha

photo : JM Coureau

SYRIe ­ avec Lena Chamamyan

photo : Maher Sabra

photo : studio Cuicui

Ouzbékistan/France ­ avec Rodolphe Burger et Yves Dormoy

Dans le cadre du Festival Africolor Il y a là l’as du qanoûn, Rajab Suleiman, la somptueuse chanteuse Saada Nassor, le prestigieux chantre Makame Faki… Ils sont, au total, une dizaine de musiciens à former Kithara, dont une bonne partie est issue du Culture Musical Club, l’orchestre le plus célèbre de Zanzibar, riche de plus d’un demi-siècle d’existence et dédié au tarab. Ce genre entre mélopée orientale et de rythme noir africain, est né à la fin du XIXe siècle au sein de la bonne société de l’île tanzanienne, quand son sultan y faisait venir des orchestres et des enseignants de musique du Caire et d’Istanbul. Kithara porte cet esprit de société solidaire qui aime les descriptions de l’amour courtois, les joutes de séduction, les ornementations poétiques sur des musiques sur fond d’orchestration inspirée des comédies musicales égyptiennes. Mêlant langueur océane et frénésie continentale, le tarab de Kithara est un brin modernisé avec des arrangements incisifs, moins méditatifs et plus prenants.

auditorium / TARIF A


14

15

les musicales

Vendredi samedi 16 6 Vendredi 13 et hsjhqsjq samedi 7 décembre décembre 20h30 20h30

Samedi 14 décembre 20h30

Vendredi 20 décembre 20h30

De Séville à Tunis

Musiques sans frontières

SamSa, entre jazz, pop et latino

LIBAN – avec Gilbert Yammine & Elie Maalouf

TUNISIE – avec Sana Sassi et Skander GuetarI

Palestine/France – avec Kamilya Jubran & Sarah Murcia

Une Palestinienne et une Française. Originaire de Testour, un des bastions tunisiens du malouf,

style hérité de la communauté juive et musulmane de Séville, Syrine Ben Moussa renoue à sa manière ce lien musical qui a rattaché pendant des siècles l’Ibérie et le Maghreb. Syrine créé aussi une passerelle à la fois robuste et délicate entre l’art de l’Andalousie arabe et le flamenco. Le timbre velouté, le chant habité par l’histoire, entre qanoûn, guitare, percussions, contrebasse, violon, Syrine réussit à introduire judicieusement dans les noubas mauresques, le plus souvent contemplatives, les déchirements de la douleur du cante jondo et le chant profond gitan de Rosa Ángeles García Clavijo, alors que les gestes résolus et les pas énergiques de la danseuse de Cordoue, Melisa Calero Caro, leur impriment une chorégraphie impressionnante.

auditorium / TARIF B

Fondamentalement, Gilbert Yammine

est joueur de qanoûn, Elie Maalouf, pianiste. Ces deux amis libanais de Paris, partenaires dans plusieurs créations musicales, présentent un projet où se rencontrent leur héritage arabe et le jazz, mais aussi quelques amours d’autres musiques savantes européennes et populaires latino-américaines. Leurs qanoûn et piano sont entourés de violon, violoncelle, bouzouk et percussions pour des mélodies échevelées, reconnaissables et indéfinies à la fois. On peut appeler musiques du monde, ou plutôt de leur monde, leurs improvisations hybrides et charmeuses. Étudiant le qanoûn dès ses dix ans, Gilbert Yammine devient, en 2000, musicien de l’Orchestre national du Liban pour la musique arabe, puis, dès 2003, professeur de son instrument de prédilection au Conservatoire de Beyrouth, fortement influencé par la méthode turque, le jeu à dix doigts pour les initiés. Elie Maalouf, lui, a commencé comme pianiste autodidacte, avant de sentir le besoin de se former techniquement de Beyrouth jusqu’à Paris, à l’American School of Modern Music, en passant par

auditorium / TARIF B

les conservatoires de Toulouse et d’Etampes, depuis son installation en 1989 en France. Avec Gilbert Yammine, il forme un duo de haute volée où il conjugue avec une facilité déconcertante son savoir subtil et sa soif de liberté, c’est-à-dire l’improvisation.

La première chante et joue du luth, la seconde de la contrebasse. Ces deux remarquables musiciennes forment, actuellement, un duo de récital, soutenu par Catherine Debroucker au violon, Marion Brizemur à l’alto et Christine Krauz au violoncelle. Elles présentent des compositions intimistes, oniriques, des rêves qui s’affran­ chissent des frontières musicales. Leurs arrangements musicaux croisent la musique arabe et occidentale contemporaine et invitent à un dialogue musical entre le maqâm arabe, jazz, art savant occidental et improvisation populaire. Un style qu’elles appellent « Nhaoulou » (métier à tisser en arabe). Une musique qui se nourrit de la complicité exceptionnelle ainsi que des parcours tout aussi rares des deux artistes. Avec Kamilya, Sarah joue une musique acoustique qui appartient à la fois à différents styles et à aucun en particulier, comme si les deux complices souhaitaient se nourrir de leurs héritages personnels pour créer un répertoire commun.

auditorium / TARIF B

photo : Zied Ben Cheikh

photo : Wissem Triki

photo : Emanuel Rioufol

TUNISIE/ESPAGNE avec Syrine Ben Moussa

Partition oriental jazz

Née en France, ayant grandi à Sousse,

Tunisie, Sana Sassi est marquée par le double signe des cultures orientale et occidentale. Elle chante Oum Kalsoum et s’attache au jazz, vient de soutenir une thèse de doctorat sur la littérature française du Moyen Âge et reprend une grande figure de la chanson populaire tunisienne du XXe siècle, le modernisateur Hédi Jouini (1909-1990). Bref, Sana ignore les frontières, sensible à la seule beauté où qu’elle se trouve. Docteur en informatique, Skander Guetari, lui, est d’abord fou de rock et de pop, formant très jeune des groupes en la matière, se produisant sur diverses scènes parisiennes, avant d’être captivé par la musique traditionnelle tunisienne. Un patrimoine qu’il marie au jazz dans un album, Heyma, qu’il réalise pour l’Institut du monde arabe. Pour lui aussi, seul compte le charme d’un art, d’où qu’il vienne. Sana et Skander devaient fatalement, naturellement, croiser leurs parcours. Ils forment leur duo en 2005. Sana y écrit et interprète ses propres textes, d’une voix émouvante. Skander compose et arrange des mélodies à la fois nomades, indéfinies mais discernables.

auditorium / TARIF C

SamSa est un voyage hors des sentiers battus, un univers où s’entrelacent mystérieusement les sentiments musicaux de ses auteurs. Des chants et des rythmes mosaïques qui vont au cœur du raffinement latino et de celui de la pop anglaise, par exemple. Quelle que soit la culture inspirée, SamSa trouve toujours, entre des musiques apparemment éloignées, des passages secrets. SamSa vous invite à un voyage coloré avec sa formation rencontre entre pop occidentale (batteur, bassiste et guitariste) et takht oriental (qanun, violon, percussion orientales et oud) . L’album est en vente sur

samsaworld.bandcamp.com avec Sana Sassi (chant) et Skander Guetari (chant et guitares) accompagnés de Khalil Chekir (kanoun), Kais Melliti (piano, accordéon, oud), Nicolas Derolin (percussions), Iyadh Labbene (violon), Emrah Keptan (basse), Benjamin Farrugia (batterie)


16

17

cinéma

musicales / la collection de disques de l’IMA

DU mercredi 20 au dimanche 24 novembre

Musicales, nouveautés La musique joue un rôle social et culturel prépondérant dans le monde arabe en transgressant tant les frontières de la géographie que celles de l’imaginaire… Constitué d’un formidable florilège de styles et de genres – musique traditionnelle, savante, populaire, sacrée, profane : chant courtois, chant soufi, malhûn, chant andalou, chant berbère, chaabi, raï… et toutes les formes actuelles des musiques urbaines et des musiques de variété – disparate en apparence, le patrimoine musical arabe témoigne d’une authentique pratique d’ouverture et d’un métissage culturel avant l’heure. NOUVEAUTÉ

DANS LE CATALOGUE

Lila derdeba, au-delà du rituel, par Alwane

Les Gnawa forment une confrérie

du soufisme populaire qui s’exprime par la musique et la danse. Au cours des lila derdeba (nuits de transe), les Gnawa manifestent leurs dons exceptionnels d’exorcistes et de guérisseurs, auprès de patients en souffrance physique ou psychologique. La troupe Alwane est issue de la rencontre du Mad Nomad Quartet et du groupe Dar Gnawa. Un DVD documentaire est offert avec le CD.

L’Œil du cœur, À la fois récital et concert,

L’Œil du cœur, construit autour de l’univers poétique d’Abdellatif Laâbi, voit se déployer les créations musicales de Driss El Maloumi, ainsi que l’éventail de l’art lyrique de Naziha Meftah. Parole nue du poète, textes portés par le chant et performances musicales se prêtent attention, dialoguent, s’aimantent jusqu’à s’unir dans un même élan de plénitude créatrice. Né d’une vraie complicité entre des artistes appartenant à trois générations différentes, L’Œil du cœur est une création unique en son genre, ancrée dans la culture marocaine vivante et participant de l’universel.

par Khaled Aljaramani Khaled Aljaramani a voulu mener l’auditeur vers une ambiance

tantôt onirique, tantôt dramatique. Parfois le oud murmure, parfois l’artiste le fais crier. Parfois encore, ce sont les notes ou les rythmes qui suscitent les rires ou les larmes…

Du Maroc encore, un coup de chapeau sera donné au cinéma amazigh qui fête cette année le 20e anniversaire de sa naissance. Ce sera l’occasion de découvrir notamment L’Enfant Cheikh, dernier long métrage du grand Hamid Bennani.

Les aventures du Prince Ahmed

Die Abenteuer des Prinzen Achmed, de Lotte Reiniger, 1926

il s’agit de l’un des premier longmétrages d’animation de l’histoire

du cinéma inspiré des contes des Mille et Une Nuits. En découvrant ce film muet avec la nouvelle musique des frères Khoury, une évidence s’impose au spectateur, comme si ces deux univers étaient voués à se rencontrer. Ces frères jordaniens d’origine palestinienne n’ont cessé de voyager comme le prince Ahmed, et leur musique n’a pas de frontières. Nourries de la tradition de la musique arabe. Leurs notes se teintent de flamenco, de swing, de musique classique, de jazz, soutenues par un quintet. Le CD audio du coffret permettra d’écouter seule la musique. À À paraître

Athar,

Les rencontres du Maghreb des films

Muhammad Aman, La voix du Hedjaz

La voix suave du saoudien Muhammad Aman, qui s’accompagne au luth, nous enchante de poèmes d’amour sur les rythmes et modes musicaux de la Péninsule arabique. Un grand classique qui n’a rien à envier à la modernité.

La passion d’Ibn Arabi

construit autour de l’univers poétique d’Ibn Arabi, avec le chanteur de flamenco l’espagnol Curro Piñana et de la luthiste syrienne Waed Bouhassoun.

En vente à la librairie de l’Institut du monde arabe (tél. 01 40 51 39 30) http://www.imarabe.org/page-sous-section/la-collection-de-cd-en-vente-la-librairie. Diffusion assurée par Harmonia Mundi distribution.

Né en 2009 pour promouvoir les cinémas maghrébins, Le Maghreb

des Films aide à la distribution et à la diffusion des films de cette partie du monde arabe en France, et à la reconnaissance de leurs auteurs. Au cours des quatre éditions précédentes, en partenariat avec une quarantaine de salles de cinéma et d’associations à Paris, en banlieue et en région, quelque quatre cents films auront été présentés à plus de vingt mille spectateurs. Pour l’édition 2013, plusieurs films en provenance d’Algérie ou de sa diaspora, ménageront au public d’intéressantes surprises et notamment ceux des cinéastes Merzak Allouache (Terrasses), Mahmoud Zemmouri (Certifié Halal), Tariq Teguia (Ibn Battuta). Un hommage sera rendu au cinéaste et acteur Mohamed Chouikh, lequel effectue son retour après sept années d’absence, avec un nouveau film, L’Andalou. Bonne occasion de voir ou revoir Douar de femmes (2006),

auditorium

La Citadelle (2008), L’Arche du désert (1993) ou encore Rupture (1982). Par ailleurs, la section « Cinéma algérien, un souffle nouveau » mettra à l’affiche les longs et courts métrages d’une véritable nouvelle vague de talents indépendants tels que Djamil Beloucif, Lamine Amar Khodja, Amin Sidi-Boumédiène, Hassen Ferhani, Yanis Koussim... Révélés au public après Tariq Teguia et Rabah Ameur Zaïmèche, ils font désormais les beaux jours des festivals les plus exigeants. Du Maroc, qui, avec son centre du cinéma exemplaire, le CCM, défie les lois de l’économie en produisant plus de 20 longs métrages et quelque 120 courts métrages par an, les Rencontres présenteront quelques-unes des dernières productions et notamment, en clôture de la manifestation à l’IMA, Zéro, le dernier film de Nour-Eddine Lakhmari, dont le film Casanegra, en 2007, avait caracolé en tête du box-office de son pays.

Le documentaire, qui s’impose dans l’ensemble du monde arabe depuis une dizaine d’années et, tout particulièrement, depuis l’éclosion des différents printemps arabes, aborde de plus en plus frontalement certaines réalités. Ainsi, Mon ami, mon double de l’Algérien Ali Mouzaoui, consacré à l’écrivain kabyle Mouloud Feraoun assassiné en 1962, devrait séduire une partie du public désormais fidèle à la section « Portraits d’Artistes et Intellectuels, orgueil du Maghreb ». Il en sera de même avec le film Matoub Lounès, L’Éternel combat de Tahar Yami, à la mémoire d’une des idoles de la chanson algérienne, lui aussi assassiné (en 1998) pour son engagement vis-à-vis de la cause identitaire amazigh. Dance of Outlaws du Marocain Mohamed El Aboudi, brûlot dénonciateur d’une certaine condition de la femme, s’inscrira magistralement dans cette lignée du documentaire engagé socialement. C’est, au total, à une soixantaine de films qu’est convié le public de ces nouvelles Rencontres.


18

19

les rendez-vous de la danse

Samedi 5 octobre à 20h30

& Dimanche 6 octobre à 17h

Samedi 19 octobre 20h30

Samedi 9 novembre 20h30

Les Rendez-vous de la danse Transe

Je saoule la tristesse de mes chants

une création contemporaine en hommage au poète Abou El Kacem Chebbi Compagnie METAtarses avec Sandra Abouav et Mounir Troudi

avec la Compagnie Massala et Fouad Boussouf Création 2013 pour 7 danseurs Danse hip hop et contemporaine, Chorégraphie : Fouad Boussouf

À Corps et à Cris

À Corps et à Cris est une pièce chorégraphique de Lamia Safieddine

dans laquelle elle nous invite à cheminer à travers le parcours d’un groupe d’individus, hommes et femmes, issus d’horizons divers et différents. Ils se rencontrent dans un espace urbain, lieu moderne par excellence, où ces êtres vont se juxtaposer et s’entrechoquer, avant de se révéler sous une autre dimension qui leur permettra de s’accorder, de trouver la voie de l’harmonie et de découvrir que la beauté de soi est souvent révélée par l’autre. Il s’agit là, sur fond de musiques d’Oum Kalsoum, Janis Joplin, Angélique Ionatos, Toufik Farroukh, Steve Reich ou Tuxedemoon, d’un condensé de scènes de vies dans une Cité mère, mère de toutes les migrations. Une célébration joyeuse de la vie, des couleurs.

auditorium / TARIF A (Voir page 10)

Lamia Safieddine, chorégraphe et danseuse, est considérée, dans l’univers de la gestuelle inventive, comme une des artistes les plus importantes du monde arabe contemporain. Elle a su promouvoir une danse arabe du présent, libérée et loin des stéréotypes, réussissant de cette façon un pari, et pas des moindres, celui de réconcilier la danse arabe avec son histoire et avec le monde, donc le présent.

photo : Sylvain Lefeuvre

photo : Charlie Abad

photo : Smejdi Bekri

Une création arabo-afro-jazzy-contemporaine et hip hop de Lamia Safieddine

Dans cette création, les principaux

protagonistes viennent de l’univers du hip hop et du contemporain afin, souligne le chorégraphe Fouad Boussouf, « de mieux cerner le propos ». Le tout rehaussé par des sonorités orientales pour lui octroyer une dimension plus tribale. Sur l’ensemble du spectacle, Fouad fournit une explication des plus convaincantes : « Toute mon enfance, j’ai été baigné par les grands classiques de la musique arabe du siècle dernier, du Maghreb au Moyen Orient. Teintée de nostalgie, cette musique me renvoie à un imaginaire construit de souvenirs aussi doux qu’innocents, en total contraste avec mon adolescence, rythmée par la musique et la danse hip hop. Aujourd’hui, j’ai envie de questionner cette double culture, un héritage à la

auditorium / TARIF B (Voir page 10)

Née d’une rencontre entre Sandra Abouav, formée au classique dès l’enfance, et Mounir Troudi, chanteur populaire tunisien et compagnon de route musicale d’Erik Truffaz, cette création se veut d’abord un hommage au majestueux poète tunisien fois sociétal, linguistique et musical, Abou El Kacem Chebbi (1909-1934). Le titre du spectacle est d’ailleurs en confrontant sur scène deux tiré d’un de ses poèmes les plus identités qui me constituent, prémonitoires où il dit, notamment : à travers mon écriture chorégra­ « Je sens bouillonner dans mon phique. Les événements récents regroupés sous le nom de « printemps cœur / Le sang de la jeunesse /  Des vents nouveaux se lèvent arabe » ont été déclencheurs dans ce choix. Il s’agit d’aborder la question en moi / Je me mets à écouter leur chant… » de la métamorphose sans parler Au cours d’un dialogue immémorial, nécessairement de révolution ». la danse de Sandra et la musique Cette Transe « lancinante, envoutante et la voix entêtante de Mounir et ronde par essence, emmène se voient et s’entendent comme les danseurs vers un état de corps une invitation à l’extase poussé à son extrême, ancré au sol de se tenir simplement debout, mais si proche des cieux ». Le texte, à une époque où se dresser, faire face, à travers un poème de Mahmoud Darwich, Le lanceur de dés, déclamé s’apparente de plus en plus à un acte de résistance. en arabe, prend toute sa place Troudi convie le spectateur à un dans cette pièce. périple, mélodique et vocal, jalonné de motifs traditionnels et d’explorations électroniques,

auditorium / TARIF B (Voir page 10)

tandis qu’Abouav propose une danse résolument contemporaine, mais comme jaillissant du fond des âges.


20

21

NOUVEAU UNE ŒUVRE UN DESTIN

NOUVEAU la chaire de l’IMA

vendredi 4 octobre 19H

vendredi 22 novembre 19H

Une œuvre un destin

vendredi 6 DÉCEMBRE 19H

La Chaire

Les sciences arabes en Andalus et Maghreb : André Miquel, au Des héritages grécoindiens à leur passeur de diffusion en Europe savoirs et de (IXe-XVe s.) cultures

Éclairer le parcours et l’œuvre d’une grande figure arabe ou occidentale issue du monde de la politique, de l’université, de la création artistique ou romanesque, engager un débat de fond sur les questions d’actualité, saisir le pouls de notre époque : tel est le pari que se donne le nouveau rendez-vous culturel de l’IMA.

Conférenceperformance de Plantu

« Latinité et Orient, histoires croisées »

21

LES JEUDIS DE L’IMA

jeudi 26 septembre 18h30

Les Jeudis de l’IMA

Les jeunesses arabes dans la dynamique des révolutions

Créée par l’IMA et l’Académie de la latinité, la Chaire accueillera chaque année trois ou quatre spécialistes qui animeront des conférences publiques, des tables rondes et des colloques. Elle se veut un lieu de réflexion et d’échange sur les relations passées, présentes et futures entre l’Occident dans sa face latine au sens large et l’Orient arabe et islamique. En partenariat avec les Éditions de La Découverte Partout dans le monde arabe,

Plantu publie son premier dessin

dans Le Monde en octobre 1972, sur la guerre du Vietnam. Il en illustre quotidiennement la une à partir de 1985. De 1980 à 1986, il collabore avec le journal Phosphore et publie dès 1991, une page hebdomadaire dans L’Express. La même année, il obtient le « Prix du document rare » au Festival du Scoop d’Angers, pour avoir fait apposer sur le même dessin les signatures de Yasser Arafat et Shimon Peres, un an avant les accords d’Oslo. En 2006, Plantu et le Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan (prix Nobel de la Paix en 2001) organisent à New York un colloque qui sera à l’origine de Cartooning for Peace, qui regroupe à ce jour, 130 dessinateurs. Pour plus d’informations : www.plantu.net ;

www.cartooningforpeace.org

Salle du haut Conseil

André Miquel est historien, arabisant français, spécialiste de la langue et de la littérature arabes. Il a été de 1976 à 1997 titulaire de la chaire de langue et littérature arabes classiques au Collège de France, dont il a été l’administrateur général de 1991 à 1997, après avoir été celui de la Bibliothèque nationale de 1984 à 1987. On lui doit des travaux importants sur la géographie du monde arabe et sur les Mille et Une Nuits. Son intérêt pour le monde arabe remonte à un voyage au Maghreb qu’il avait gagné après son succès au concours général de géographie en 1946, ainsi qu’à sa découverte du Coran. Dans la veine érudite d’un Jacques Berque ou d’un Louis Massignon, il a joué un rôle déterminant de médiateur et de passeur des cultures arabes. Cette rencontre se veut un éclairage du parcours de l’homme et de son œuvre.

Salle du haut Conseil

Mathématicien, chercheur en histoire des sciences au CNRS et professeur d’histoire des mathématiques à l’Université de Lille, Ahmed Djebbar est l’auteur de nombreux ouvrages. Il a également été commissaire de l’exposition L’Age d’or des sciences arabes à l’IMA. Conseiller du président algérien Mohamed Boudiaf, assassiné en 1992, il est ensuite ministre de l’Education et de la Recherche dans les gouvernements de Bélaïd Abdessalam et de Redha Malek.

Candido Mendes L’Islam et l’autre Occident : la médiation latine

Conférences de septembre 2013 de18h30 à 20h

12 septembre : Latinité et hellénistique occidentale ; 17 septembre  : De l’universel à la différence ;  24 septembre : L’impasse du pluralisme culturel ; 1er octobre : Vers la globalisation non-hégémonique

Candido Mendes est recteur de l’Université Candido Mendes (Rio de Janeiro), membre de l’Académie Brésilienne des Lettres, fondateur et Secrétaire général de l’Académie de la Latinité. Il est l’auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels, en français : Le Défi de la différence, Albin Michel, 2006.

Salle du haut Conseil

Salle du haut Conseil

les jeunesses ont été à la pointe des processus révolutionnaires enclenchés depuis le soulèvement tunisien de décembre 2010. Il y a le salafi, la révolutionnaire féministe, le milicien, le fan de foot, la chômeuse ou le rappeur ; chacun incarne à sa manière la génération des quinze-trente ans dans sa diversité, ses espoirs et ses difficultés. Que les protestations aient abouti ou non, ou qu’elles soient encore en cours, la figure de la « jeunesse révolutionnaire » a partout été érigée en symbole. Les jeunesses arabes, jadis ignorées ou dénigrées, incarnent aujourd’hui une référence positive dans les imaginaires locaux et internationaux. Le débat engagé par cette séance vient faire écho aux travaux entrepris par des chercheurs issus des deux rives de la Méditerranée et publiés par de La Découverte sous le titre : Jeunesses arabes, loisirs, culture et politique.

Salle du haut Conseil

Avec : Amin Allal, doctorant en science politique à l’IEP d’Aix-en-Provence. Il a co-dirigé, avec Thomas Pierret, Au cœur des révoltes arabes. Devenirs révolutionnaires (Armand Colin, 2013) ; Laurent Bonnefoy, chargé de recherche CNRS au CERI est l’auteur de Salafism in Yemen. Transnationalism and Religious Identity (Hurst, New York, 2011) ; François Burgat, directeur de recherche CNRS à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM – Aix-en-Provence), auteur de L’Islamisme à l’heure d’Al-Qaïda (La Découverte, 2005) ; Myriam Catusse, chargée de recherche CNRS, auteur de Le Temps des entrepreneurs. Politique et transformations du capitalisme au Maroc (Maisonneuve et Larose, 2008) ; Yves Gonzalez-Quijano, maître de conférence à l’Université Lyon-2, il a publié Arabités numériques (Sindbad, 2012). Débat animé par : Thomas Deltombe,

éditeur aux Éditions de La Découverte.


22

23

LES JEUDIS DE L’IMA

jeudi 3 octobre 18h30

DOCUMENTAIRE DU JEUDI

JEUDI 10 OCTOBRE 18H30

Quel avenir La France arabo-orientale politique 13 siècles de présences pour la Syrie de la communauté de demain ? arabo-musulmane

En partenariat avec les Éditions de La Découverte

En partenariat avec l’association Ilasouria.01

La France arabo-orientale a une longue

Dans le cadre du colloque Ilasouria.01, la 5e et dernière session

histoire, qui commence au VIIe siècle au moment des conquêtes arabes et traverse treize siècles d’histoire de France, avec les présences de populations maghrébines, procheorientales et ottomanes dans l’Hexagone.

de ce colloque multidisciplinaire sur la « reconstruction » immatérielle et matérielle de la Syrie propose un état des lieux, plus politique, de la situation du pays et de ses perspectives possibles, en les replaçant également Avec : Naïma Yahi, historienne, chercheure dans le contexte des événements associée a` l’URMIS ; Yvan Gastaut, du monde arabe (Égypte, Tunisie, historien, maître de conférences à l’Université Lybie...). Chaque conférencier exprimera de Nice Sophia Antipolis ; Benjamin Stora, brièvement, dans ce contexte, sa vision professeur à l’Université Paris-XIII et à personnelle de cette actualité et de l’INALCO, auteur récemment de Les Trois l’avenir à court, moyen et long terme. exils des juifs d’Algérie (Stock, 2006) ; Yasrine Mouaatarif, journaliste, auteur du Paris Oriental paru en 2013 aux Éditions Parigramme ; Salah Amokrane, responsable de Tactikollectif et du festival « Origines contrôlées ». Pascal Blanchard, historien, chercheur au (CNRS), spécialiste du fait colonial et des immigrations.

Débat animé par :

Parallèlement à cette rencontre, une exposition de 16 panneaux photographiques retraçant les moments forts de la présence arabomusulmane en France est organisée sur l’esplanade de l’IMA. Exposition réalisée par le Groupe de recherche Achac avec le concours de l’Acsé et de la Ville de Paris.

Avec : Thierry Boissière, maître de conférences, Université Lumière Lyon 2, Faculté d’anthropologie et de sociologie ; François Burgat, directeur de recherches au CNRS, IRENAM, Aix-en-Provence ; Père Paolo Dall’Oglio, jésuite (sous réserve) ; Bassma Kodmani, politologue, universitaire, chercheur, directrice de Arab Reform Initiative ; Ziad Majed, politologue, professeur à The American University of Paris ; Leïla Vignal, maître de conférences, Université Rennes 2. Débat animé par : Salam Kawakibi,

directeur adjoint, directeur de recherche, Arab Reform Initiative. > Cf colloque du 8, 9 et 10 octobre 2013 P. 26

JEUDI 17 OCTOBRE 18H30

JEUDI 24 OCTOBRE 18H30

Les voix poétiques vives de la Palestine

Histoire Juifs et Musulmans : des relations si loin, si proches Épisode 3 : La Séparation, 1789-1945 entre Juifs et Musulmans,

En partenariat avec l’Institut Culturel Franco-Palestinien

En partenariat avec Albin Michel

Parce que la poésie palestinienne

est un miroir de la vitalité, de la créativité et de la sensibilité humaine, cette soirée tentera de mettre en lumière des auteurs inédits en France, placés sous la figure poétique tutélaire de Mahmoud Darwish, et sous le parrainage d’Etel Adnan, Breyten Breytenbach et de Bernard Noël, illustres représentants de la poésie internationale. Les Interludes poétiques (organisées dans le cadre de la 7e édition du Festival international de la poésie de Poètes à Paris), proposent pour cette première édition co-organisée par l’IMA et l’Institut Culturel Franco-Palestinien créé en juillet 2012, de donner la parole à ces cinq poètes exceptionnels. Avec : Asma Azayzeh, Maya Abu

El-Hayat, Basem Nabres, Anas Alaili, Ibrahim Nasrallah.

La lecture des textes en

français est assurée par des comédiens. Accompagnement au piano par le compositeur Patrick Lama.

des origines jusqu’à nos jours

les tribus juives d’Arabie et le Prophète Muhammad jusqu’aux récents conflits du Proche-Orient, en passant par les civilisations de Bagdad et de Cordoue – sans oublier l’Empire ottoman, le monde perse et même l’espace européen –, les relations tour à tour fécondes ou tumultueuses entre juifs et musulmans sont ici exposées et analysées en toute impartialité par les coordinateurs de cette encyclopédie – Histoire des relations entre Juifs et Musulmans, des origines jusqu’à nos jours (Albin Michel) – qui réunit quelque cent vingt auteurs de tous pays.

Avec : Abdelwahab Meddeb poète, romancier et essayiste. Auteur récemment de Pari de civilisation (Le Seuil, 2009), il produit et anime également l’émission « Cultures d’islam » sur France-Culture ; Benjamin Stora, professeur à l’Université Paris-XIII et à l’INALCO. Auteur notamment de La Gangrène et l’Oubli. Mémoire de la guerre d’Algérie (La Découverte, 1991) et de Les Trois exils des juifs d’Algérie (Stock, 2006).

philosophe.

Salle du haut Conseil

AUDITORIUM

Réalisé par Karim Miské / Auteurs : Karim Miské, Emmanuel Blanchard et Nathalie Mars

Depuis les premiers liens entre

Débat animé par François l’Yvonnet,

Salle du haut Conseil

JEUDI 31 OCTOBRE 18H30

Salle du haut Conseil

En partenariat avec ARTE e

De la naissance de l’Islam, au 7 siècle, en péninsule arabique en passant par l’Empire Ottoman, l’Andalousie, le Maghreb et bien sûr Jérusalem, le film raconte 1 400 ans d’une relation unique, tissée au fil des siècles, entre les juifs et les musulmans. Le récit est nourri de la parole de spécialistes inter­ nationaux et d’illustrations animées. Pour la période contemporaine, le choix s’est porté sur le 3e épisode intitulé « La Séparation » : sionisme d’un côté, nationalisme arabe de l’autre, la Palestine appelée Syrie méridionale par les Ottomans, devient un enjeu religieux mais aussi politique. Projection suivie d’un débat avec :

Karim Miské, écrivain et réalisateur de films documentaires ; Henry Laurens, titulaire de la chaire d’Histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France ; Alex Szalat, chargé de programme de la chaîne Arte. Direction éditoriale : Sylvie Jézéquel Réalisateur de l’animation : Jean-Jacques

auditorium

Prunès ; Musique originale : Mathias Duplessy.  Production : Compagnie des Phares et Balises, en co-production avec Arte France, France Télévisions Corse ViaStella et Vivement Lundi ! Diffusion sur Arte les 22 et 29 octobre prochains. Sortie du coffret dvd, le 30 octobre 2013 (Édition Cie des Phares & Balises).


24

25

LES JEUDIS DE L’IMA

l’Invité du trimestre

documentaire du jeudi

JEUDI 21 NOVEMBRE 18H30

JEUDI 28 NOVEMBRE 18H30

JEUDI 5 DÉCEMBRE 18H30

JEUDI 12 DÉCEMBRE 18H30

Marchons, Marchons…

Le modèle islamiste en question

Des musulmans dans l’histoire de l’Europe : repenser l’Europe et la Méditerranée

JEUDI 7 NOVEMBRE 18H30

JEUDI 14 NOVEMBRE 18H30

Abdelmalek Sayad, une trajectoire singulière

La Marche Alain Badiou Le mot « révolution » pour l’égalité convient-il pour et contre le décrire et pour penser racisme : quels les récents soulèvements dans un certain héritages ? nombre de pays

Film de Samia Chala, Thierry Leclère, et Naïma Yahi, 52’. Jem Productions/ Public Sénat

© Yanat Mahfoud

arabes ?

En partenariat avec Pangée Network

Au tournant des années 1960,

Pierre Bourdieu, Abdelmalek Sayad (1933-1998) et les équipes d’enquêteurs réunies autour d’eux découvrent « en marchant » la sociologie. En articulant enquêtes par sondage et monographies, leur objectif est double : comprendre les mécanismes sociaux de la domination mis en œuvre par le système colonial et témoigner des conditions de vie des Algériens. Avec les armes de la science, ils s’engagent aux côtés des anti­ colonialistes. Ces années d’apprentissage et d’expérimentation éclairent la trajectoire intellectuelle de Sayad. La parution de La Découverte de la sociologie en temps de guerre (éditions Cécile Defaut, 2013), est l’occasion de revenir sur le parcours de l’homme et sur les impacts de son travail sur toute une génération de sociologues. Hassan Arfaoui, directeur du magazine Réalités et l’un des fins connaisseurs du travail de Sayad ; Tassadit Yacine, directrice d’études à l’EHESS ; Yves Jammet, ingénieur formation ; Christian de Montlibert, professeur émérite de sociologie à l’Université de Strasbourg et Président de l’Association des amis d’Abdelmalek Sayad.

Avec :

Salle du haut Conseil

En partenariat avec Pangée Network et Remembreur Cette rencontre reviendra sur les conséquences sociales, politiques et culturelles du succès de la Marche pour l’égalité et contre le racisme, organisée en 1983 à l’initiative de militants – en majorité d’origine maghrébine –, habitants des Minguettes, à Vénissieux. Trente ans après, reprise du débat avec quelques-uns des acteurs de la Marche ainsi que des militants qui perpétuent ces luttes en faveur des droits et contre le racisme, notamment au sein des quartiers populaires. Avec, entre autres : Farid Taalba,

du Forum Social des Quartiers Populaires ; Souad Amidou, comédienne ; Kaïssa Titous, de la Coordination anti-démolition des quartiers populaires.

Débat animé par l’historienne Naïma Yahi.

Salle du haut Conseil

Les soulèvements populaires, les

chutes de pouvoirs d’État qui avaient l’apparence de la solidité dictatoriale la plus confirmée, les procédures électorales multiformes, incertaines, voire annulées, les coups d’État inattendus, l’apparition de forces politiques qui expriment un vive division des sociétés, de féroces et obscures guerres civiles : tout cela compose, dans le monde arabe de ces deux dernières années, une séquence historique exceptionnelle, sur la signification de laquelle le monde entier s’interroge. S’agit-il de soulèvements populaires ? De l’émergence d’une petite bourgeoisie revendiquant un statut et une vie personnelle de type occidental ? D’une consolidation opportuniste du vieux courant de l’Islam politique ? De l’invention confuse d’un chemin nouveau, qui ne soit ni le nationalisme d’antan, ni le socialisme importé, ni la « démocratie » du capitalisme occidental ? Dans tous les cas, on se demandera si le mot « révolution », qui implique une rupture franche et durable, est approprié.

Salle du haut Conseil

1983 : De Marseille à Paris en passant par le plateau des Minguettes près de Lyon, ceux qu’on appelle alors les « immigrés de la deuxième génération » entament une Marche pour l’égalité et contre le racisme à travers toute la France, accueillie par près de 100 000 personnes à Paris, et saluée par l’obtention de la carte de résidence de 10 ans renouvelable pour tous les étrangers. Roman de la « génération beur », ce documentaire revient sur la genèse de ce mouvement, dans un contexte violent à l’encontre des jeunes Maghrébins, et encore empreint du poids de l’histoire coloniale.

Revisitant son histoire et son héritage, ce film donne la parole aux principaux acteurs du mouvement et permet de cerner le long processus d’enracinement des Maghrébins en France qui, même s’ils continuent encore aujourd’hui de faire l’objet de stéréotypes et d’amalgames, appartiennent définitivement à la communauté nationale. En présence des auteurs et de la réalisatrice.

Auditorium

« Échec de l’Islam politique », « faillite du modèle islamiste », « panne du projet islamiste », etc. Après les manifestations place Taksim et la destitution de Mohammed Morsi, sans parler des convulsions que connaissent les autres pays arabes dirigés par des islamistes, les verdicts sont tranchés et tranchants à l’égard d’un modèle qui se revendique comme l’unique solution (« L’Islam est la solution » assène le slogan), mais qui a fait preuve de ses limites et de ses échecs, tant économique que social et politique. Avec : Olivier Roy, politologue, spécialiste

de l’islam. Professeur à l’Institut universitaire européen de Florence (Italie) où il dirige le Programme méditerranéen. Auteur de nombreux travaux dont L’Islam mondialisé (Le Seuil, 2002) ; Mohamed Ali Adraoui, enseignant chercheur à Sciences Po Paris, il enseigne également à l’Institut Universitaire Européen de Florence (Programme Max Weber) et est notamment l’auteur de Du Golfe aux banlieues. Le salafisme mondialisé (PUF) ; Samir Amghar, de l’Université du Québec à Montréal, spécialiste du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, il est l’auteur de L’Islam militant en Europe (Éditions Infolio) ; Béligh Nabli, directeur de recherches à l’IRIS. Depuis 2011, il est particulièrement intéressé par les phénomènes liés au « réveil arabe » et dirige l’Observatoire des mutations politiques dans le monde arabe. Il est l’auteur en 2013 de Comprendre le monde arabe (Armand Colin).

Auditorium

La Méditerranée retrouve une présence nouvelle dans le débat civique et dans les perspectives géopolitiques. Que l’on invoque ou que l’on récuse un « choc des civilisations », elle figure par excellence tantôt le lieu d’une confrontation heurtée, tantôt celui d’une rencontre de l’Occident et de l’Islam. Plutôt que de continuer d’opposer deux thèses sur cette base, celle du socle écologique et culturel d’une Méditerranée unifiée, d’une part, et celle de la Méditerranée frontière, d’autre part, au cœur d’une fracture irréductible entre l’Europe chrétienne ou judéochrétienne et l’Islam, les intervenants proposent de repenser de bout en bout la question même des contacts, et donc des interrelations entre les sociétés européennes et islamiques.

Jocelyne Dakhlia, directrice d’études à l’EHESS, historienne, spécialiste du Maghreb ; Bernard Vincent, directeur d’études à l’EHESS, historien, ancien directeur du Centre de recherches historiques ; Annliese Nef est Maître de Conférences en histoire médiévale à l’Université de Paris IV Sorbonne ; Vincent Denis est maître de conférences en histoire moderne à l’Université Paris-I-Panthéon-Sorbonne.

Avec :

AUDITORIUM


26

27

LES JEUDIS DE L’IMA

café littéraire

COLLOQUES

JEUDI 19 DÉCEMBRE 18H30

le mercredi à 18h30

MARDI, mercredi et jeudi 8, 9 et 10 octobre

jeudi et vendredi 24 et 25 octobre

mercredi et jeudi 13 et 14 novembre

Ilasouria.01 « Syrie : reconstructions, immatérielles et matérielles ? »

Ismaÿl Urbain, les saint-simoniens et le monde arabo-musulman

La nouvelle dynamique kurde

Le Maroc, Le Café regards croisés littéraire sur un Royaume du mercredi en transformation

Colloque international pour le bicentenaire de la naissance d’Ismaÿl Urbain

Organisé par L’Institut français des relations internationales, et l’IMA

Le Maroc a manifesté une résilience spécifique aux mouvements du

« Printemps arabe », confirmant, par sa réforme constitutionnelle de juillet 2011, sa volonté d’inscrire une dynamique réformatrice dans une voie démocratique. La publication d’un livre faisant le point sur la situation du royaume incite à poser la question suivante : le Maroc peut-il devenir le moteur d’une Méditerranée du Sud plus démocratique, équitable et performante ? Abdelmalek Alaoui, président exécutif de l’Association marocaine d’intelligence économique (AMIE CENTER) ; Andre Azoulay, président de la Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh pour le dialogue entre les cultures et administrateur du Forum Méditerranéen ; Fathallah Sijilmassi, secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée ; Bouchra Rahmouni Benhida, dirige l’Institut de recherche en géopolitique et géo-économie (IRGG) à l’École de management de Casablanca (ESCA). Elle est l’auteure de divers ouvrages et articles consacrés aux questions géopolitiques et géoéconomiques ; Alexandre Kateb, directeur du cabinet de conseil et d’analyse Compétence-Finance. Avec :

Débat animé par : François l’Yvonnet,

philosophe.

Salle du haut Conseil

© François Zabbal

1er Colloque international et multidisciplinaire de ILA : archéologie, arts, architecture, droit, économie, informationcommunication, journalisme, littérature, sciences politiques, urbanisme.

Tourné entièrement vers l’actualité

éditoriale, le Café littéraire reçoit, le mercredi, un auteur ou des auteurs pour un entretien à bâtons rompus sur le thème de leur ouvrage. Romans, récits de voyage, essais politiques ou livres d’art seront accueillis au rythme de deux rencontres par mois environ. Dans une ambiance cordiale, l’auditoire pourra entendre l’auteur exposer ses idées et sa démarche et aura le loisir de dialoguer directement avec lui.

Le 11 septembre : Abdelkader Djemaï est venu y parler de ses deux derniers récits : La Dernière nuit de l’émir (Seuil, 2012) et Une ville en temps de guerre (Seuil, 2013). Le 18 septembre, Mercedes Volait, sur Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Picard, 2013. niveau 0 - entrée libre dans la mesure des places disponibles Pour la programmation d’octobre à décembre 2013 se reporter au site www.imarabe.org. Renseignements également au 01 40 51 38 59

Les Jeudis en Écoute Si vous avez raté un Jeudi de l’IMA, vous pouvez désormais l’écouter en ligne, le télécharger ou le podcaster. Mieux encore, abonnez-vous au flux pour recevoir automatiquement chaque nouveau contenu audio mis en ligne : http:/www.imarabe.org/podcast

La « question kurde » occupe aujourd’hui le devant de la scène

À l’occasion du bicentenaire

La Syrie vit des jours tragiques, dont l’issue est encore incertaine. Même s’il est probable qu’elle débouche sur une longue période de confusion et de désordres, il est nécessaire d’aborder dès maintenant la question de la reconstitution et de la reconstruction de ce pays millénaire et de réfléchir avec modestie et prudence. S’attacher autant à « réparer » les dégâts matériels qu’immatériels. Ceux d’aspect tangible, qui touchent aux nécessités de la vie quotidienne et aux moyens d’existence ; et ceux, intangibles, comme la désagrégation des tissus sociaux et économiques, qu’il importe de traiter sur le long terme pour retisser des liens psychiques, physiques et sociaux. Mardi 8 octobre : 9h30-13h / 14h30-18h Mercredi 9 octobre : 9h30-13h / 14h30-18h Jeudi 10 octobre : 18h30-20h30

de la naissance d’Ismaÿl Urbain (1813-1884), la Société des études saint-simoniennes et le laboratoire LIRE, (CNRS–Lyon 2) organisent un colloque international consacré à cette personnalité métisse et aux Saint-Simoniens qui ont contesté au nom de la civilisation les rapports de domination entre les peuples et qui ont milité pour les remplacer par l’association. Les communications montreront, au-delà de la place qu’Urbain a occupée dans le mouvement saint-simonien et du rôle qu’il a joué en Égypte et surtout en Algérie, la permanence et l’actualité d’un courant de pensée original sur les relations interethniques, interculturelles ou interreligieuses que la France entretient avec le monde arabo-musulman.        Elles seront l’occasion d’une interrogation sur la relation Orient vs Occident, monde arabe vs monde occidental, Islam vs monde séculier, sur ses modalités,

ses succès et ses échecs – sans omettre les questions liées à la langue et à la culture arabes, à la francophonie et à la littérature francophone.

moyen-orientale. Quelles sont les options ouvertes par l’instabilité des Etats de la région et comment les Kurdes se projettent-il dans l’avenir ? Telles sont les thèmes que traitera le colloque en deux temps. 1re journée, 13 novembre :

La première journée du colloque, le 24 octobre, aura lieu à la Bibliothèque de l’Arsenal (BNF) et la seconde le vendredi 25 de 9h à 18h à l’IMA, Salle du Haut Conseil.  

Les Kurdes. Rêves et projets Lieu : IFRI, 27 rue de la Procession ♦ 75740 Paris Cedex 15 Entrée libre sur inscription

Renseignements et inscriptions :

Les nouveaux Kurdes Lieu : Salle du Haut-Conseil, IMA Entrée libre dans la limite des places disponibles

2e journée, 14 novembre :

bicentenaire-ismayl-urbain@bbox.fr

organisé par Dorothée Schmid (IFRI)

et François Zabbal (IMA). Le programme sera publié sur le site des deux organismes à partir de début octobre.

programme consultable sur www.ilasouria.org/programmes/ ilasouria-01-paris/

Salle du haut Conseil

IMA et bibliothèque de l’arsenal

IMA (Salle du haut Conseil) et IFRI


28

29

Librairie-boutique La Librairie-boutique accueille le visiteur dans son espace donnant sur l’esplanade de l’IMA et lui offre de prolonger son périple dans le monde arabe. rez-de chausséE / NIVEAU 0 Tous les jours (sauf lundi) de 10h à 18h45. Renseignements 01 40 51 39 30

Une librairie de référence et une boutique

Librairie de référence sur le monde arabe, où sont accessibles une grande diversité d’ouvrages en langue française, arabe ou anglaise ainsi que toutes les publications de l’IMA et sa riche collection de disques. De la publication universitaire au roman grand public, les domaines représentés sont nombreux : littérature contemporaine et ancienne, poésie, littérature jeunesse, apprentissage de la langue arabe, histoire, philosophie, sciences, arts, tourisme, bande dessinée, etc.

Musique et cinéma sont également à l’honneur à travers une sélection de CD et de DVD. Un espace consacré à l’artisanat enchantera les amateurs de beaux objets, bijoux et tissus.

Des créations originales

De très élégants carnets IMA découpe-laser à l’effigie du bâtiment, des cartes de vœux calli­graphiées à offrir en toutes occasions ou encore des coupe-papiers originaux… L’IMA aussi recycle ses bâches ! En collaboration avec «Lumière du Monde» une besace Institut du monde arabe a été réalisée à partir de la bâche de l’exposition « 25 de créativité arabe ». Ce produit unique s’inscrit dans le respect de la charte du commerce équitable.

Des tables thématiques

À l’occasion de chaque nouvelle exposition, pour un évènement particulier ou en rapport avec l’actualité du moment, la librairie Boutique sélectionne ouvrages et objets incontournables. Les thématiques de la saison sont : « Jeunes auteurs » et « Tapis et tissus du monde arabo-islamique ». À l’occasion des fêtes de fin d’année, une sélection de cadeaux est présentée. RenseignementS bookshop @imarabe.org ou 01 40 51 38 98 / 34 84

Des coups de cœur

Des ouvrages, CD, DVD et objets d’artisanat présentés sur la page de la librairie :

http://www.imarabe.org/librairie/ nos-coup-de-coeur

Des rencontres et des dédicaces

Des rencontres et des signatures avec des auteurs sont organisées à raison de deux ou trois rendez-vous par mois. Parmi les auteurs attendus Halima Hamdane (auteur) et Nathalie Novi (illustratrice) de Mahboul le sage et autres contes marocains, et bien d’autres. Toutes informations concernant le programme des signatures sur la page de la librairie : www.imarabe.org/librairie/dedicaces

Un service de vente par correspondance

Vous souhaitez commander et vous faire expédier des ouvrages ? C’est possible. Le service de vente par correspondance est à votre disposition pour vous conseiller. Nous proposons également aux collectivités des conseils bibliographiques personnalisés sur place, par téléphone ou par mail. Vente par correspondance bookshop@imarabe.org ou 01 40 51 38 98 / 34 84 du lundi au vendredi de 10h à 18h

Bibliothèque La Bibliothèque de l’Institut de monde arabe a pour mission de présenter la culture et la civilisation du monde arabe. Elle tend à se tourner vers la période contemporaine, mais rassemble également des sources plus classiques, afin de satisfaire les besoins de tous les types de public.

Une bibliothèque de référence sur le monde arabe contemporain

La Bibliothèque de l’IMA offre ainsi la possibilité de consulter plus de 85 000 monographies, essentiellement en français et en arabe mais aussi dans d’autres langues, 1 300 revues, 35 000 articles indexés.

3 salles de lectures reliées entre elles par la tour des livres, 150 places assises. Collections en accès libre. Horaires De 13h à 20h du mardi au samedi inclus. La Bibliothèque est ouverte durant les vacances scolaires ; fermeture dimanche, lundi et jours fériés. Entrée libre et gratuite, niveau 3

Une bibliothèque Un vaste numérique chantier de Fruit d’un partenariat avec la modernisation Bibliotheca Alexandrina, la bibliothèque numérique propose en ligne une sélection de titres libres de droit. Le moteur de recherche permet d’effectuer des requêtes en arabe et en français. http://www.imarabe.org/page-soussection/bibliotheque-numerique

Nouveau ! La BIMA sur Delicious Retrouvez notre sélection de ressources accessibles gratuitement : environ 300 sites arabes, français et européens couvrant la culture et l’actualité du monde arabe. Abonnezvous à notre fil RSS ou enregistrez les ressources qui vous intéressent dans votre propre site delicious.

http://delicious.com/imabibli.

Un Espace Un service de questions-réponses actualités Le Printemps arabe à distance Présentation continue et en accès Vous recherchez des informations ou des documents, vous avez besoin d’une orientation pour vos recherches ou de renseignements ponctuels relatifs au monde arabe ? Vous pouvez désormais poser votre question à partir du formulaire en ligne disponible sur le site Internet de l’IMA ou en vous connectant directement sur www.bibliosesame.org.

Pour poursuivre sa mission et mieux servir son public, la bibliothèque s’est engagée depuis 2012 dans un vaste projet de moderni­ sation axé sur les objectifs suivants :

libre d’un large choix d’ouvrages et de revues, publiés au lendemain du déclenchement des révolutions arabes et régulièrement enrichi.

Ré-informatiser la gestion de la bibliothèque avec un changement du logiciel documentaire ; Rejoindre des catalogues collectifs nationaux pour une meilleure visibilité des collections notamment le Sudoc (adhésion effective depuis janvier 2013) ; Fédérer au sein d’un même portail plusieurs ressources documentaires de l’IMA ; Le catalogue sera désormais accessible en ligne ; Enrichir l’offre documentaire pour donner une large place au multimédia et aux ressources numériques ; Mettre en place une bibliothèque en ligne, complémentaire de la bibliothèque physique, offrant des contenus numériques et des E-services ; Rénover les espaces et les services pour apporter plus de confort et une plus grande variété dans les aménagements intérieurs.

Ce vaste chantier de modernisation nécessitera la fermeture de la bibliothèque au public pendant plusieurs mois en 2014. Pour être informés de l’avancement des travaux, n’hésitez pas à vous rendre sur le site : http://www.imarabe.org/ bibliotheque/la-une


30

31

Activités éducatives Concerts découverte Tous publics

© Emanuel Rioufol

Musée de l’IMA. Panneau de zellige. Maroc XVIIIe siècle

familles, enfants à partir de 6 ans

Magiques tablettes

« Nhaoul’ »

Les samedis du 28 septembre au 30 novembre (sauf le 19 octobre) de 15h à 17h

Dimanche 15 décembre, de 15h à 16h

En lien avec l’exposition Lumières de la sagesse > cf p. 6

Avec la chanteuse et oudiste Kamiliya Jubran et la contrebassiste Sarah Murcia

Spécialement conçu pour découvrir la musique de manière ludique.

L’exposition propose de se replonger dans l’univers de l’enseignement médiéval, et d’explorer son rôle dans la circulation des savoirs entre Orient et Occident. Les participants fabriquent une tablette en bois puis munis d’un calame, ils la décorent et font des exercices de calligraphie.

TARIFS Moins de 26 ans : 5 € (3,50 € Adhérents de l’IMA) Adultes : 8 € (6,50 € Adhérents de l’IMA)

Danse De 13 à 16 ans Hip-Hop avec la compagnie Massala

De bleu et de blanc. L’art des décors géométriques Les samedis du 7 décembre 2013 au 18 janvier 2014, de 15h à 17h Au fil d’un parcours dans le musée, les participants observent la richesse des décors géométriques qu’offrent les collections. Sur les pas des artisans céramistes, chacun, en atelier, réalise une frise de zellige (mosaïque), en alternant le bleu et le blanc.

© Sylvain Lefeuvre

En lien avec les collections du musée

de Fouad Boussouf

Samedi 19 octobre, de 15h à 17h Cet atelier est l’occasion, pour les adolescents, de découvrir pendant deux heures, la danse contemporaine et les techniques hip-hop par la pratique. 15 participants maximum TARIFS 10 € (8 € Adhérents de l’IMA)

Parcours en famille

Enfants à partir de 8 ans, accompagnés d’un adulte

© DR IMA

Ateliers de création

Un manuscrit a disparu !

Parcours-enquête dans le Paris médiéval, du Marais à la Rive Gauche de la Seine. À l’occasion de l’exposition Lumières de la Sagesse > cf. p. 6. En partenariat avec le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme et le Collège des Bernardins.

Dimanches 27 octobre, 17 novembre et 8 décembre Paris, 1240 : dans un Paris devenu le plus grand centre intellectuel de la chrétienté, un traité de médecine arabe a disparu de la bibliothèque d’un illustre savant juif ! Partez à sa recherche et retrouvez le fabuleux secret que ce dernier contient. À l’aide de nombreux indices, les enfants accompagnés de leurs parents mènent l’enquête qui les conduira au trésor. 11h-12h : MAHJ / 13h30 -14h30 : IMA / 15h - 16h : Bernardins / Une « collation médiévale » attendra les participants en fin de parcours.

inscriptions, TARIFS www.collegedesbernardins.fr Enfant : 8 € / Adulte accompagnateur : 12 €

Médiathèque jeunesse

Jusqu’à 12 ans Espace ludique et éducatif unique en France, la Médiathèque jeunesse de l’IMA possède un fonds de livres jeunesse en français, en arabe et en bilingue français-arabe, de plus de 4 500 ouvrages que complète une belle sélection de musique, d’images et de jeux. En accès libre De 14h à 18h, les mercredis et samedis et du mardi au samedi pendant les vacances scolaires (zone C). Réservation obligatoire pour les groupes par téléphone au 01 40 51 38 14.

Bibliothèque itinérante

La Médiathèque jeunesse de l’IMA met en location une malle itinérante de livres pour les bibliothèques, médiathèques, CDI des établissements scolaires, collectivités et associations. tarifs : 1 € par livre / mois, 40 livres minimum, transport non compris. Informations et location   01 40 51 38 35 / 38 85, mweiss@imarabe.org

Enseignants, médiateurs

Heure du conte

en famille, Dès 4 ans L’Heure du conte offre aux petits et aux grands un fabuleux voyage sur les pas de Shéhérazade et Shahriyâr, Sindbâd et Aladin, sans oublier les contes pleins de malice de Joha, les fables de Kalila et Dimna et bien d’autres surprises... en Accès libre Médiathèque jeunesse, niveau -2 (au fond à droite de la salle hypostyle), les mercredis et samedis et du mardi au samedi pendant les vacances scolaires (zone C). Sous réserve de 5 inscrits minimum. Réservation obligatoire par téléphone au 01 40 51 38 14.

Scolaires, jeunes en groupes

Pour les scolaires et les jeunes en groupes, ateliers, parcours-découverte, classes IMA, visites guidées et activités inter-musées sont proposées tout au long de l’année scolaire, en lien avec les programmes de l’Éducation nationale, dans les collections permanentes et les expositions temporaires. Programme, tarifs Toute l’offre éducative et les tarifs des activités sur www.imarabe.org rubrique « comprendre » entrée « Actions éducatives ». Tarif : 90 € pour toute la classe, accompagnateurs compris. Réservation : 01 40 51 38 45 ou 01 40 51 39 54.

Retrouvez les Actions éducatives au : Culture au quai

21-22 septembre Quai de la Loire Des formations payantes d’une journée sont mises en place à desti­ nation des enseignants, médiateurs et personnels de santé en groupes constitués. Elles proposent des pistes d’exploitation pédagogique. Parallèlement des sessions de formation sont organisées aves les Académies ou les CRDP dans le cadre des PAF (Plans Académiques de Formation). Les projets éducatifs spécifiques sont étudiés à la demande. Actions en direction des établissements pénitentiaires et des publics empêchés : 01 40 51 39 03 ou imostefai@imarabe.org Actions en direction des relais et publics du champ social : 01 40 51 34 86 ou fsaadi@imarabe.org

Forum de la visite scolaire 25 septembre

Cité des sciences et de l’Industrie

Les Rendez-vous de l’histoire Le 11 octobre de 14h à 15h30

IUFM, Blois Rencontres pédagogiques et les actions scolaires « Mille et un ailleurs » www.rdv-histoire.com. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Festival du film arabe de Fameck 17-19 octobre

Salon « Kidexpo » 19-23 octobre

Porte de Versailles


32

33

Activités et visites pour adultes Les promenades

Musée et expositions

Itinérance colorée, Pigments et teinture dans la main des peuples

Cette conférence permet de découvrir et de poser un regard original sur la civilisation arabo-musulmane à travers le langage des couleurs. Ce parcours coloré s’accompagne de l’histoire des pigments et des plantes tinctoriales complétée par des récits et anecdotes à ce sujet.

Paris arabe historique

Les liens entre le monde arabe et la France – et plus particulièrement, sa capitale –, pour être très anciens, se sont surtout instaurés à partir du début du XIXe siècle et concernent, plus précisément, la rive gauche de la Seine. La promenade-conférence, organisée par l’Institut, permet de prendre la mesure de cette présence arabe et d’évoquer les destins des personnages qui ont joué un rôle important dans cette relation privilégiée. Prolongation exceptionnelle jusqu'au 19 octobre. Les samedis 5, 12 et 19 octobre Départ à 15h face du Collège de France (rue des Ecoles). Durée 2h30. Infos et réservations au 01 40 51 38 14 ou 01 40 51 38 45 / 39 54.

Les Chrétiens d’Orient

L'occasion de découvrir quelle réalité plurielle se cache derrière le terme de « Chrétiens d’Orient » au cours des visites de l’Église Saint-Julien-le-Pauvre, plus ancienne église de la capitale La réservation est obligatoire (Ve siècle) attribuée à la Communauté pour toutes les visites de groupes : grecque-catholique melkite en 1889, au minimum 15 jours à l'avance, au de l’Église Saint-Ephrem attribuée 01 40 51 38 45 ou 39 54, du lundi au jeudi à la Communauté syriaque araméenne de 10h à 17h. Billetterie prévente pour en 1925 et enfin de l’Église Notreles Collectivités : 01 40 51 39 50. Dame du Liban attribuée à la Pour plus d'informations sur ces activités communauté maronite en 1915… veuillez consulter l'ensemble du programme sur : www.imarabe.org/ collectivites

Les déjeunersconférences

Le bâtiment de l’Institut du monde arabe

Autour d’objets-phare du musée de l’IMA

Durée 2h. Horaires fixes : 10h30 ou 14h30 du mardi au samedi.

Découverte du zellige et de ses règles traditionnelles au cours d’une visite du musée de l’IMA. Elle est suivie par un atelier de manipulation de tesselles en céramique afin de retrouver la continuité des lignes, l’alternance des couleurs, les jeux de symétrie. Durée 2h

L’aventure des sciences arabes, manipulation d’astrolabes 

À travers les savants qui ont laissé une empreinte durable dans l’histoire de l’Orient et de l’Occident, tels Avicenne, al Kwarizmi, Averroès, les sciences arabes sont contées… À l’issue de cette conférence, est proposée une manipulation d’astrolabe, instrument scientifique qui illustre à merveille cette fabuleuse aventure. Durée 2h

Saveurs et senteurs d’Orient

Cette séance mène sur les traces de plantes en provenance de Chine, d’Asie Centrale, d’Inde, de Perse, d’Afrique et d’Océanie, acclimatées avec succès par les Arabes en terre d’Islam. Durée 2h

© Fessy

Ce parcours propose une approche comparée des mythes et religions qui ont vu le jour en Orient tels que, entre autres, l’épopée mésopotamienne de Gilgamesh ou la Reine de Saba.

Les visites architecturales

Statuette de Lamgi-mari, 3e millénaire av. JC.

L’art du zellige

© DR

L’Orient, berceau des grands mythes et religions

La mosquée de Paris

Les ateliers et visites thématiques pour adultes se déroulent en deux parties : une conférence suivie d’un atelier.

Pour les visites de groupes du musée et des expositions > cf. pp. 4 à 10.

Ateliers et visites thématiques

Érigée au lendemain de la Première Guerre mondiale en reconnaissance aux combattants musulmans morts pour la France, la Mosquée de Paris dresse, au cœur du Ve arrondissement, son minaret de 33 mètres. Son architecture et son décor résument les thèmes constants de l’art arabo-musulman : géométrie, composition florale et calligraphie. La visite de ce monument permet aussi d’aborder les fondements de la religion musulmane, sa diffusion et son lien avec la langue arabe.

Construit entre 1981 et 1987 par un collectif d’architectes (Jean Nouvel, Pierre Soria, Gilbert Lezenes et Architecture Studio) le bâtiment de l’IMA a immédiatement, par sa présence en bord de Seine et au coeur de Paris, constitué un signal architectural fort. La visite du bâtiment, révélateur d’une architecture moderne, permet de prendre la mesure des intentions des architectes et d’identifier les nombreuses références à la civilisation araboislamique et au monde oriental.

DURÉE 1h30 Tous les jours sauf le lundi et le vendredi.

Le Paris de Jean Nouvel (prochainement)

En partenariat avec la Fondation Cartier et le Musée du Quai Branly, est proposée la découverte de trois créations phares de l’architecte Jean Nouvel, artiste contemporain de renommée internationale et lauréat du Prix Pritzker en 2008. Durée 1h30

© Nabil Boutros

Les visites guidées

Cet objet a permis l’identification d’un site archéologique majeur, Mari. Il est le support idéal pour évoquer cette cité mésopotamienne.

Astrolabe dit « carolingien », X-XIe s. Si l’astrolabe est sans conteste le symbole de la connaissance astronomique arabe, on n’en connaît que très peu d’exemplaires en latin. Celui de l’IMA est donc le prétexte parfait à l’évocation de la transmission des savoirs du monde arabe vers l’Occident.

Feuillet de Coran bleu,e Kairouan, début du X s. La calligraphie est la composante majeure de l’art arabo-musulman car c’est en langue arabe qu'a été révélé l’Islam. Cette sourate en calligraphie coufique permet l’évocation de l’art de l’écriture, au-delà l’émergence d’une culture du livre et de centres intellectuels tel Kairouan.

Bouteille syrienne, XIIIe s. Étonnamment bien conservée, cette bouteille émaillée résume à elle seule la maîtrise technique du verre et plus généralement des arts du feu acquise par les artisans arabes. TARIFS nous consulter / DURÉE 2h


34

35

Centre de Langue et de Civilisation arabes

La langue arabe, un outil d’avenir

La connaissance de la langue arabe est une clé pour comprendre le monde arabo-islamique d’aujourd’hui ainsi qu’un atout professionnel porteur de réussite. Quel arabe ? L’arabe littéral moderne est la langue officielle de l’ensemble des pays arabes. Langue de la littérature et des médias, elle est parlée par plus de deux cent cinquante millions de personnes à travers le monde et couvre un domaine très étendu qui va du Moyen-Orient à l’Afrique et à une partie de l’Asie. L’arabe est également l’une des langues les plus parlées en Europe.

Apprendre l’arabe au Centre de Langue et de Civilisation Le Centre de Langue a pour mission de développer l’apprentissage de la langue arabe pour adultes et enfants, individuellement ou en groupes de 10 à 12 personnes, ce qui permet de réserver une part importante à la communication. Les cours du Centre de Langue s’inscrivent également dans le cadre de la formation continue et du Droit individuel à la formation.

Cours de langue arabe Adultes

Dans un cadre privilégié et des groupes constitués de 12 participants maximum, les stagiaires suivent une formation qu’ils modulent selon leurs disponibilités entre sessions semestrielles et sessions intensives de 30 heures.

Ateliers de perfectionnement

Ils sont accessibles au public de niveau avancé désireux de parfaire ses compétences de communication à l’oral ou de mieux comprendre le monde arabe à travers les médias ou encore d’en découvrir les variétés littéraires.

Tests de positionnement

Tests de positionnement

Jeunes

Le public enfant et adolescent peut évaluer le niveau de ses connaissances et s’inscrire au cours qui lui convient en effectuant l’un des deux tests de positionnement disponibles sur le site Apprendre l’arabe.

Enfants et adolescents

Renseignements 01 40 51 34 80 / schouikh@imarabe.org

Prochaine rentrée 2-5 octobre 2013 Le jeune apprenant est amené à pouvoir s’exprimer librement et à développer ses compétences de communication en arabe littéral dans un nombre de situations adaptées à son âge. 3 et 4 niveaux proposés. Durée et rythme : session annuelle du 2 octobre 2013 au 28 juin 2014

30 séances de 1h30, mercredi ou samedi de 10h30 à 12h, de 14h15 à 15h45 ou de 16h à 17h30

Deux tests de positionnement sont disponibles sur le site Internet de l’IMA. L’apprenant peut ainsi évaluer ses connaissances en langue arabe et déterminer le cours qui lui correspond. Test 1 : Du niveau débutant au niveau moyen. Test 2 : Niveaux avancés

Les formations entreprises Séminaires Entreprises « Comprendre le monde arabe aujourd’hui »

Une formation pour acquérir les codes de communication et comprendre les enjeux liés à la conduite de projets économiques, sociaux ou culturels avec le monde arabe. Modules : ◆ Le monde arabe : des identités plurielles ◆  Les enjeux de la modernité ◆ Créer un espace de communication et nouer des relations solides avec le monde arabe.

Du 16 septembre 2013 au 27 janvier 2014

Les sessions intensives

De lundi à vendredi, de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h Du 21 au 25 octobre 2013 Du 28 octobre au 2 novembre 2013 (pas de cours le 1er novembre) Renseignements 

01 40 51 38 67 / itery@imarabe.org

Éveil à la langue et la culture arabes de 4 à 6 ans

Une approche ludique de la langue arabe (chansons, comptines, jeux, contes,...) basée sur la communication orale suivant un programme pédagogique adapté à leur âge. Les enfants sont accueillis en petits groupes dans un cadre agréable et privilégié. Durée et rythme : 30 séances de 1h30, mercredi ou samedi de 10h30 à 12h

Des programmes établis en fonction des attentes et des priorités des entreprises Communication orale et écrite Terminologie et exercices pratiques liés au secteur d’activité de l’entreprise et aux responsabilités exercées par les différents participants Possibilité d’organiser des formations de mini-groupes réservées à l’entreprise

Public : Cadres et dirigeants d'entreprises, journalistes, médecins, ingénieurs, cadres et dirigeants de l'industrie touristique et hôtelière, responsables d'ONG, diplomates et futurs expatriés… Renseignements : 01 40 51 39 86 / hfindakly@imarabe.org

Cours de calligraphie

Du 20 au 29 septembre 2013

À l’occasion de la semaine des cultures étrangères à Paris du organisée par le Forum des Instituts Culturels Étrangers à Paris (FICEP) et le Ministère de la culture, le Centre de Langue et de Civilisation ouvrira ses portes au public, il présentera ses parutions pédagogiques et assurera des cours d’initiation à la langue arabe et un speak-dating.

Cours de découverte

Mardi 24 septembre de 11h à 12h Jeudi 26 septembre de 15h à 16h Vendredi 27 septembre de 16h à 17h

Soirée du speak-dating linguistique

Jeudi 26 septembre de 18h30 à 20h30

Cours à la carte en langue arabe

Les sessions semestrielles

2 heures par semaine, en journée de lundi à samedi ou le soir de 18h30 à 20h30.

FICEP Passeport pour les langues

Ce module de conférences et ateliers animés par un grand calligraphe permet aux stagiaires d’aborder l’art de la belle écriture arabe sous les angles historique, linguistique et artistique. L’occasion est donnée aux participants de découvrir une discipline dynamique, à la fois ancrée dans la tradition arabomusulmane et présente dans le paysage arabe contemporain. Cette formation adaptée à tous les niveaux, permet de s’initier au métier et aux outils du calligraphe, de s’exercer à la technique de la calligraphie, de choisir un style et de le développer. Un volume 16h de cours (8 séances de 2h), le mercredi de 18h30 à 20h30 Renseignements 01 40 51 38 67 / itery@imarabe.org

Dans le cadre de la Journée pour les langues organisée par le FICEP cette rencontre, placée sous le signe de la convivialité permet une nouvelle approche des langues et de la découverte des cultures. Les participants sont invités à former toutes les 10 minutes des tandems de conversation pour échanger sur des thèmes variés. Pour en savoir plus sur ces manifestations : www.ficep.fr


36

37

Publications

L’antenne de l’IMA en région Nord-Pas de Calais

Qantara

Al-Moukhtarat

Qantara signifie en arabe le pont, l’arche, la passerelle. Magazine trimestriel à vocation culturelle, Qantara présente chaque trimestre un dossier central de trente pages ainsi que l’actualité du monde arabe.

Revue pédagogique pour l’apprentissage de la langue arabe

Actuellement en kiosque Qantara 88 – été 2013

Les Kurdes. Un peuple sans État

monde musulman arabe. Au fil d'une œuvre... revient sur le parcours original du calligraphe d’origine irakienne Ghani Alani. Invitation au voyage fait découvrir les rives de la Mer morte, menacée de disparition. Dans la rubrique Arts, le metteur en scène tunisien Fadhel Jaïbi confie ses craintes sur l’avenir de son pays à l’occasion de la création de sa dernière pièce, Tsunami. à paraître le 25 octobre Qantara 89 – automne 2013

Régulièrement, Qantara a consacré son dossier central à l'une ou l'autre des grandes communautés ethniques ou religieuses qui composent le monde arabe : les coptes, les Arméniens, les Berbères, ou encore les chrétiens du monde arabe pris dans leur ensemble (n°s35, 63, 66, 21 et 74). Il était donc normal de s’arrêter sur une communauté dont l'histoire, la présence et le poids, sont à la fois singuliers et importants, celle des Kurdes. Pour la deuxième fois en moins de dix ans – la première en Irak, la seconde en Syrie –, ce peuple sans État est placé sur le devant de la scène géopolitique. Ailleurs dans le magazine, la rubrique Une page d’histoire présente les étonnantes écritures talismaniques d’Afrique de l’Ouest qui puisent leur origine dans le

Le déclin du nationalisme arabe (titre provisoire)

Dossier spécial : le nationalisme arabe aura déterminé, pour le meilleur et pour le pire, le destin de tous les pays arabes à un moment crucial de leur histoire : avant et après les indépendances. Son déclin et sa chute n’ont pas été sans dégâts, parfois incommensurables. Qantara s’attache à décrire le legs de ce nationalisme dans les structures politiques, la société et la culture en éclairant plus particulièrement ses années fastes et son déclin. La rubrique Une page d’histoire nous plonge dans le milieu artistique d’Alger à l’époque où Albert Camus faisait ses premiers pas d’écrivain. Invitation au voyage vous convie à la découverte de la Sardaigne…

Prix au numéro 7,50 € / Abonnement : 25 € (quatre numéros par an) Renseignements : 01 40 94 22 22 / qantara@imarabe.org http://www.imarabe.org/magazine-qantara/a-la-une/ En vente en kiosques et en librairies dont celle de l’Institut du monde arabe Pour trouver Qantara près de chez vous : http://www.trouverlapresse.com/

Al-Moukhtarat 77

Numéro spécial autour de la ville de La Mecque Des villes symboles du monde arabe, porteuses de culture et chargées d’histoire, ont déjà été à l’honneur dans Moukhtarat : Kairouan, Jérusalem… Nous avons voulu dans ce numéro nous arrêter au cœur même de l’espace sacré du monde arabo-musulman et consacrer ses pages à la capitale religieuse et spirituelle qu’est La Mecque. Le dossier culturel présentera la ville comme ont pu la découvrir les voyageurs arabes à travers les siècles, pour évoquer ensuite la ville d’aujourd’hui et ses défis propres. Dans le supplément littéraire, nous présentons l’œuvre d’une romancière saoudienne, Rajae Alem, primée par le prix Booker 2011 : Tawq al-Hamâm, le Collier de la colombe, dont l’intrigue se déroule dans La Mecque de nos jours : une enquête menée sur un crime commis dans la ville, lève le voile sur la spéculation immobilière qui fait rage autour des lieux saints…

En vente à la librairie-boutique de l’IMA ou par correspondance : bookshop@imarabe.org Informations et abonnements 01 40 51 34 80 / schouikh@imarabe.org

Dans le cadre de la politique de décentralisation des activités culturelles de l’Institut du monde arabe, le Nord-Pas de Calais accueille depuis 2011 le premier détachement de l’IMA en région. Implanté dans l’ancienne usine de peignage de la Tossée, dans la zone de l’Union à Tourcoing, l’Antenne de l’IMA en Nord-Pas de Calais a vocation à rayonner dans toute la région à travers une programmation culturelle variée se déployant dans divers lieux du territoire et s’associant aux événements culturels régionaux à l’instar de Dunkerque, Capitale régionale de la culture 2013. Exposition-atelier

Les Mille et Une Nuits

concertS

Souad Massi & Eric Fernandez Chœurs de Cordoue samedi 12 octobre à 20h Dans le cadre du Tourcoing Jazz Festival Entrée gratuite ; billets à retirer du mardi au dimanche de 10h à 18h. Le Grand mix, Tourcoing

The stars of Culture musical club of Zanzibar – Kithara vendredi 29 novembre Entrée gratuite

Public enfant à partir de 5 ans Du 31 août au 26 décembre Entrée gratuite Du mardi au dimanche de 10h à 18h. Animations sur réservation. Plus d’informations : 03 28 35 04 00 ou antennennpdc@imarabe.org

Shéhérazade dans Les Mille et Une Nuits

Racontée par Halima Hamdane

mardi 24 septembre à 18h Entrée gratuite sur réservation : antennenpdc@imarabe.org ou 03 28 35 04 00

Institut du monde arabe en Nord-Pas de Calais 65 rue de l’Union / 59200 Tourcoing Plus d’informations sur imarabe.org/antenne-npdc

Cours de langue et de civilisation arabes L’antenne de l’Institut du monde arabe en Nord-Pas de Calais propose tout au long de l’année des séminaires de civilisation et des cours de langue arabe à destination des entreprises et des associations. Le contenu de ces formations est totalement modu­lable et adaptable selon les envies et besoins des apprenants. Ces cours et séminaires sont pris en charge par des experts reconnus dans leur domaine intervenant pour le Centre de Langue et de Civilisation arabes de l’IMA. Toute l’année. Gratuit (selon places disponibles)

Cours de langue Réservés aux entreprises et aux associations

L’accent peut-être mis sur l’oral ou sur l’écrit que ce soit en arabe dialectal ou en arabe classique. Des groupes de discussion peuvent aussi être proposés.

Séminaires de civilisation Réservés aux entreprises et aux associations

Ces séminaires peuvent aborder tous les aspects de civilisation : historique, géopolitique, économique, culturel, etc.


38

Au cœur du Paris historique, l’Institut du monde arabe, lieu unique et prestigieux, offre aux institutions, entreprises et particuliers, la possibilité d’organiser des manifestations privées dans une audacieuse architecture alliant le verre et le métal. Au 9e et dernier étage de l’Institut, la Salle du Haut Conseil et son fumoir offrent une vue panoramique sur la Seine et les principaux monuments de Paris. Ce cadre extraordinaire en fait un lieu unique pour recevoir de 50 à 400 personnes en séminaires, réunions, réceptions et cocktails. Ensuite cette superbe salle peut être agréablement complétée par la terrasse, un espace à ciel ouvert de 300 m2 offrant une vue imprenable sur Notre-Dame. Dotée de 364 sièges confortables, l’auditorium permet, quant à lui, d’organiser des manifestations diverses : conférences, séminaires, colloques, conventions, projections cinématographiques, spectacles de théâtre… Il est prolongé par la salle hypostyle : un vaste espace ponctué de 140 colonnes susceptibles d’accueillir expositions, cocktails ou défilés de mode. Renseignements www.imarabe.org Visites sur rendez-vous 01 40 51 39 78 ou espaces@imarabe.org

Restaurants Avec Noura, retrouvez l’excellence de la cuisine libanaise à l’Institut du monde arabe !... Un décor raffiné, une atmosphère chaleureuse, une carte savoureuse, vous attendent au rez-de-chaussée et au 9e étage de l’Institut.

Le Zyriab by Noura

Restaurant gastronomique et panoramique au 9e étage. Une cuisine élaborée aux mille et une saveurs avec une vue unique sur Paris.

Le Moucharabieh by Noura Une restauration rapide et équilibrée au 9e étage.

Tous les jours sauf lundi Réservation 01 55 42 55 42

Le Café littéraire by Noura Un espace contemporain au rez-de-chaussée. Nouveau : ouverture du Café littéraire jusqu'à 21h les vendredis et samedis soir. Des formules pour les groupes sont également proposées. N'hésitez pas à nous demander un devis.

© Jean-Pierre Delagarde

Location d’espaces

© Jean-Pierre Delagarde

© photos Jean-Pierre Delagarde

Les espaces de l’IMA


L’agenda de l’iMA

EXPOSITION-DOSSIER : Lumière de la sagesse, écoles médiévales d’Orient et d’Occident LES MUSICALES ET LES RENDEZ-VOUS DE LA DANSE maghreb des films rencontres-débats ACTIONS ÉDUCATIVES


AGENDA DES ACTIVITES DE L'IMA OCTOBRE/DECEMBRE 2013