Issuu on Google+

Le Tokyoïte 東京人

1re année - n° 2 - gratuit - Japon

Mercredi 15 décembre 2010

Directeur : Cédric Riveau

NOUVELLES TENDANCES Le style d’Edo「粋」

Être « iki » était une des meilleures éloges pour les « edokkos ». On pensait qu’il valait mieux mourir que d’être appelé « yabo » qui signifie « plouc », « peu raffiné » ou « grossier ». Aujourd’hui, il est de plus en plus rare d’entendre ce mot. Iki désigne-t-il une esthétique qui est en voie d’extinction ? Mais d’abord qu’est-ce que c’est IKI ? 粋という言葉は江戸 っ子にとって最大のほめ言葉。野暮と言われるくらいなら 死んだほうがまし、 と言う人もいたくらい。 でも最近、粋な人 がいなくなったね。 という声もちらほら聞こえてきます。本当 にそうなのでしょうか。そもそも粋ってなんだろう、 と考えて みました。

N : As tu remarqué quelqu’un que tu trouves iki dans les rues de Tokyo ? K : Oui. Hier, J’ai vu une femme en Kimono. Il semblait qu’elle le portait pour une sortie habituelle, pas pour la fête. Sa chevelure n’était pas trop peignée. Elle s’était noué simplement les cheveux avec un chouchou. Elle n’était pas habillée parfaitement. Mais elle était habillée naturellement Je trouve que la simplicité est le style d’iki. N : Moi, je n’ai pas vu des gens prodigieusement chics ou iki ces joursci. Mais j’ai un ami très iki. Il est un Edokko qui ne peut pas distingué la prononciation “hi” de “shi”. Il a l’air plutôt cool mais quand on a besoin de lui, il donne la main de façon naturelle et jamais empiète sur le domaine d’autrui. Ce n’est pas son apparence mais son comportement que je trouve iki. K : Et puis, la résistance (ijippa-

ri). Moi aussi, j’ai une amie d’Edokko. Elle parle logiquement et paraît résolue. Un jour, en pleurant comme veau, elle m’a dit « Je suis résistante. » À ce momentlà, elle aimait son supérieur, mais son travail a dû l’éloigner d’elle. Elle m’a raconté : « Lors de la réunion d’adieu, j’étais triste au fond de mon cœur. J’ai senti les larmes me monter aux yeux, je les ai retenues, parce que devant mes collègues et les jeunes, je ne voulais pas être peu raffinée. » Même si elle était triste au fond, elle a gardé tout son esprit. J’ai trouvé cette amie iki. N : Je suis d’accord à toi. Ijippari est vraiment un des éléments d’iki. iki est une esthétique tellement subtile qu’il y en a beaucoup d’autres. Comme Shuzo Kuki l’analyse dans son essai « La Structure d’iki », le mot iki a une connotation sexuelle. En plus, dans la relation amoureuse, s’il n’y a pas de tension, ce n’est plus être iki. Puis, il dit que l’esprit iki est situé entre élégance (jyo-hin) et grossièreté (ge-hin), entre voyant (hade) et discret (jimi). Par exemple, la couleur. On appréciait la nuance de brun et gris comme iki. K : Ensuite, je trouve le style d’Edo

dans les soins. À Kiyokawa, un restaurant d’anguille grillée à Nihonbashi Koamicho, on voit des brochettes nettoyées et séchées devant ce restaurant après l’heure du déjeuner. Ces brochettes ne sont pas jetables. Je crois qu’on travaille soigneusement à Kiyokawa. Ainsi leurs anguilles sont tendre et délicieuces. N : On a la fierté de son métier, n’estce pas  ? Enfin, on pourrait trouver quelque chose d’iki à Kagurazaka parce que c’est une ville iki ! N.S. & K.O.

SOMMAIRE Page 2 «Danshari » Le secret des sous-sols des grands magasins Page 3 Une finale sans surprise L’avenue des Ginkgos Page 4 Akihabara, un quartier avec beaucoup de visages


Le Tokyoïte - édtion du 15 décembre 2010

社会 SOCIÉTÉ Danshari

page 2

断・捨・離

Au Japon il y a de danshari dans l’air. Qu’est-ce que ça veut dire ? Dan(断)refuser - Sha(捨)jeter - Ri(離)séparer

L

’origine est une philosophie de vraiment nécessaire en ce moment, 入ってくるという現象があります。 Yoga. C’est la façon de penser notre stress de vivre avec trop d’effets 例えば、 コンビニのお箸やおしぼり、 d’être heureux en jettant des personnels sera réduit et nous nous ダイレクトメール、 ちらし、景品、 ・・・ objets inutiles en conséquence on peut sentirons heureux. こういう大量のモノを捨てられない enlever le stress et la stagnation dans L’obsession matérielle abîme notre la vie. santé mentale. Les articles ne sont pas 人々がいます。大別すると以下の3タ Ce mot danshari attire l’attention du maîtres de notre vie. C’est important イプがあります。 public à cause de trop de choses autour de se tenir à l’écart de la société maté- 1 現実逃避型・・・忙しさを理由に家 de nous. C’est ce que nous achetons rielle. En ayant encore des places dis- の掃除をしない人 ou sélectionnons nous-mêmes mais ponibles dans nos maisons, nous pour- 2 過去執着方・・・アルバムやトロフ aussi les choses qui pénètrent automa- rons sentir la libération de l’âme grâce ィーなど過去の幸せな思い出にこだ tiquement dans la vie quotidienne, par à une focalisation sur nous-même. わって捨てられない人 exemple le waribashi, l’oshibori, le 最近「断捨離」 という言葉が流行っ 3 未来不安型・・・トイレットペーパ mailing, le prospectus, le prime… ているが、これは一体どういう意味 ーなど日常品を大量にストックし、い Il y a des gens qui ne peuvent pas jeter なのでしょう。 つかなくなるかもしれないと不安に des objets inutiles. On divise en trois 元々はヨガの哲学からきている言葉 思う人。 groupes suivants. 「断」は入ってくる不要な物を断 自分の周りの環境を今必要なもの 1) Type la fuite de réel : c’est une sorte で、 ち、 「 捨」は家にある不要な物を捨て、 や、自分にふさわしい、好きなものだ de ne pas nettoyer avec une excuse d’être occupé. 「離」は物への執着から離れるとい けに限定して置くことによって 2) Type l’attachement au passé : c’est う意味。 une sorte de ne pas jeter des objets de 不要な物を捨てることによって、停 物に囲まれた生活からのストレスが bon souvenir comme l’album ou le tro- 滞を取り除き、人生を快適に幸せに 軽減されることにより、心の開放を得 ることができる。 phée. 3) Type l’inquiétude au futur : C’est していく考え方です。 物にしばられないことで、自分の内 une sorte d’avoir un stock des objets この言葉が、世間の注目を浴びて 面に焦点をあてることができる。 d’usage courant comme le papier toi- いる原因に、私達の周りには物が溢 物質社会から距離を置くことによっ lettes. れているからではないしょうか。私達 て、心が自由になる。 Si nous trions nos objets pour ranger が自ら選んで消費しているからです T.O. & M.K. nos maisons seulement avec ce qui est が、それだけではなくモノが勝手に

Le secret des sous-sols des grands magasins Dans les sites touristiques populaires de Tokyo comme Asaku- デパ地下の秘密 sa, Tsukiji, Akihabara... les sous-sols des grands magasins sont à nouveaux très en vue.

Pourquoi attirent-ils l’attention des touristes à ce point ? Nous avons recueillie des informations à Shinjuku où la lutte est la plus serrée. 浅草、築地、秋葉原…、東京の人気スポット と並んで、今、観光客の注目を集めているのは、デパ 地下だとか。なぜそんなに熱いのか。激戦区、新宿で 取材した。

R

egarderons les sous-sols ensemble ! Lorsquve nous sommes entrées dans « depachika », les "wagashi" (les gâteaux japonais) aux couleurs variées dans des petites vitrines se sont offerts à nous. Le charme des fleurs, des fruits et des agréments de la nature de saison est saisi dans une petite forme. Des gâteaux avec une assiette bien assortie offrent un aspect tranquille. Le rayon suivant est celui des « bento » (casse-croûte) et de la nourriture quotidienne. Il y a des échantillons de « osechi » (la cuisine traditionnelle

pour fêter le nouvel an) aussi en cette saison. La combinaison de couleurs et de formes ainsi que la bonne manière de présenter la cuisine en la mettant dans une boite fait sentir la beauté caractéristique du Japon. Au coin suivant, des fruits picturaux sont exposés à l’étalage avec des étiquettes de prix incroyables. Ils ne sont pas pour manger à la maison, mais pour en faire cadeau à quelqu’un. Le japonais montre sa reconnaissance en offrant des produits frais de forme par-

faite. On entrevoit la sollicitude japonaise là ? On dirait que des touristes profitent de dégustations par-ci par-la dans les sous-sols. Nous pensons qu’ils sont contents d'y faire un tour. À la fin du tour, ils achètent des souvenirs. Généralement du thé vert qui est très populaire auprès des touristes. C’est savoureux et léger, en plus, dans un paquet


Le Tokyoïte - édtion du 15 décembre 2010

page 3

très japonais. « Depa-chika » (les sous-sols des grands magasins), c’est l’espace où les gens trouvent le sens du beau au Japon facilement. Le secret qu’ils attirent l’attention des touristes est là. デパ地下を覗いてみよう。入ってま ず目についたのは、ショウケースの 中の色とりどりの和菓子たち。花や 果物、季節の風物を、その小さな形 に留め、菓器とともに静かな佇まい を見せている。次の売り場には、お弁 当や、お惣菜。 この時季には、お節料 理の見本も。箱の中に詰められた料 理の色、形、盛り付けは、日本らしい 美しさを感じさせる。次のコーナーに

は、絵のように立派な果物。目を疑う Keio 10 à 5. Ça fait 50 ans que les deux ような値札を添えられて陳列されて universités se qualifient pour la finale いる。贈答用だ。先方への気持を込 mais Keio a de nouveau perdu. めて生鮮食品を細心の注意を払っ Parce que 5000 personnes ont fait la queue, la porte d’entrée du stade a été て完璧な形のまま贈る。そこにも独 ouverte une heure plus tôt que d’habi特の心遣いを垣間見るのだろうか。 tude. Il y avait plus de 36.000 spectaそして、あちこちにある試食。一回り teurs et la télévision a fait 12% d’audiすれば、お腹も満足だろう。お土産で mat avec ce match. 人気があるのは、緑茶。風味が佳い Yuuki Saito, héros de l’équipe うえ、軽く、日本的な容器に入ってい Koshien, il y a 4 ans, a toujours atる。デパ地下、それは、手軽に日本の tiré les regards, pendant ses 4 années de carrière à Waseda. Il a finalement 美意識出会える空間だ。観光客を惹 joué à la fin du match et a décroché la きつける秘密は、そこにあるのでは victoire de son bras droit. Cette année, ないだろうか。 Saito, Oischi et Fukui, trois lanceurs de S.K. & A.I. Waseda ont été choisis par trois équipes professionnelles de premier rang. Dans son discours, Saito a insisté sur l’importance qu’il accorde à ses caUNE FINALE SANS marades de jeu. Il y a ceux qui portent chance, ceux qui nous encouragent SURPRISE mais il y a aussi les rivaux, a-t-il dée 3 novembre, c’était la finale claré. de baseball des universités au stade de Jingu. Waseda a gagné H.K.

スポーツ SPORT

L

TOKYO 東京 L’avenue des ginkgos

銀杏(イチョウ)並木

L’automne est arrivé. Les Tokyoïtes penseront à l’avenue des ginkgos à Meiji Jingu Gaien. En se promenant le long de l’avenue, on peut apprécier 146 grands ginkgos qui jaunissent d’une couleur éclatante sous le ciel bleu automnal. Nous serons entourés de la splendeur de la nature. Allons-y ! 秋です。 この季節に東京 に住む人々の頭に浮かぶのは、明治神宮外苑の銀杏並木でしょう。 紺碧の秋の空の下、14 6本の鮮やかに色付いた、堂々とした銀杏の街路樹の下を散策すると、 自然の素晴らしさを感 じさせてくれます。

C

’est le bon moment pour aller admirer l’avenue des ginkgos à Meiji Jingu Gaien. Les 146 arbres y jaunissent d’une couleur éclatante et les Tokyoïtes jouissent pleinement de cette promenade sous les arbres. L’avenue porte le nom de Meiji Jingu. Le sanctuaire shinto est Jingu en Japonais. Dans ce sanctuaire sont révérés l’empereur Meiji et son épouse, l’impératrice Shoken. Il y a un parc du domaine extérieur qui s’appelle Gaien. Ce Meiji Jingu Gaien a été fondé en mémoire de l’empereur Meiji par les citoyens en 1926. L’allée de ginkgos de 300 mètres d’Aoyama-dori à Kaigakan a été achevé en 1923. On y a planté des graines de ginkgoen en 1908. Ces arbres de 102 ans ont grandi et le plus haut fait 28 mètres. Cette avenue est bien aimée par les Tokyoïtes pour sa beauté et son lieu très proche du métro. Le long de

l’avenue, les branches jaunes des ginkgos forment un tunnel, dans lequel le trottoir est couvert d’un épais tapis de feuilles mortes. Des promeneurs, des familles et des amoureux se croisent. S’ils lèvent leurs yeux, en flânant sur le tapis jaune, ils entrevoient le ciel bleu derrière des feuilles jaunies. Nous sommes tout entourés de la nature automnal. L’atmosphère agréable nous pousse à prendre des photo-souvenir. Chaque année, « la fête de Jingu Gaien Ginkgo » est organisée autour du jet d’eau de l’avenue. Pendant la période du 13 novembre au 12 décembre de cette année, il se trouve des boutiques en plein air et on peut regarder les jeux des jongleurs à la fin de semaine. Les feuilles colorés nous évoquent l’automne déjà avancé. Les ginkgos commenceront à nous offrir leur ca- bientôt. deau : des fruits, Ginnan, délicieux. Allez les ramasser ! L’hiver arrivera

M.O. & M.I.


Le Tokyoïte - édtion du 15 décembrepage 20104

CULTURE 文化 Akihabara, un quartier avec beaucoup de visages 多彩な表情を持つ街秋葉原

On trouvait des magasins sur la rue central d’Akihabara lesquels vendaient de l’électroménagers au rabais. L’avènement de la technologie numérique a changé Akihabara. Les bureaux des industries se sont installés dans les grand bâtiments autour de la gare. En même temps beaucoup de magasins de BD, science fiction, modèles réduits, cosplay sont apparus. Les maid cafés sont caractéristiques. Akihabara offre aussi AKB48 et son théâtre dans le bâtiment de Don Quichotte. 秋葉原は電気街として知られている。 中央通りに面した 店では家庭電化製品の安売りが行われてきた。電子機器の出現により秋葉原は変化の波にさ らされ、駅周辺のビルには企業の事務所や大学の研究室が居を構え、産官学の連携が可能に なった。同時にアニメ、SF、模型、漫画やSFの衣装を扱う店などが出現し、 メード喫茶は秋葉原 の名物になった。秋葉原はドンキホーテビルの専用劇場でAKB48のショウも提供している。

Q

uand on remonte l’histoire d’Akihabara, on découvre que ce quartier était des grands champs qui ont créé une zone tampon contre le grand incendie de l’époque d’Edo. En 1870, un temple shintô contre l’incendie a été construit dans ces champs. La plupart des gens le regardaient comme le temple Akiha qui était bien connu comme celui contre l’incendie. C’est l’origine du quartier Akihabara. La gare Akihabara était construite au même endroit, lorsque le temple Akiha a été transféré à l’endroit près de la gare Ueno. Akihabara est redevenu le centre du transport des marchandises par le chemin de fer et les canaux, puis beaucoup de maisons de gros sont apparues. En ce temps-là Akihabara était le quartier le plus fréquentée dans Tokyo. Après la seconde guerre mondiale, les gens ouvraient des baraques foraines dans les rues. Ils vendaient des pièces détachées de radios et de machines électriques. Il s’agit de la naissance du quartier électrique. Les baraques sont devenues les petits magasins sous le chemin de fer où on pouvait acheter des pièces de machines électriques lorsque les grands magasins sur la grande rue vendaient de l’électroménagers au rabais. L’avènement de la technologie numérique a amené les industries à produire des machines électroniques, comme l’ordinateur, le téléphone portable, la télévision digitale etc. L’ouverture de la chaîne de magasins pour les produits électroniques dans chaque grande ville a accéléré le déclin d’Akihabara. Cette situation a imposé le quartier à changer

ses affaires. Il y a des magasins qui faisaient leurs affaires en se spécialisant pour les touristes, les jeux vidéos, les ordinateurs, les CD et DVD faits dans pays étrangers etc. Les pièces détachées des machines électroniques comme les transistors et les circuits intégrés sont vendus encore dans les petits magasins pour les fans qui construisent des appareils électroniques eux-mêmes. Après que le grand marché aux légumes et fruits a déménagé, quelques grands bâtiments ont été construits autour de la gare. Des bureaux d’industries informatiques, des salles de conférence, des laboratoires d’universités se sont installés dans ces bâtiments. Cela indique que la cooperation parmi les secteurs privés, publiques et scientifiques redevenait possible. Ce serait un exemple de haute culture. En même temps beaucoup de magasins de bande dessinée, de science fiction, de modèles réduits, de cosplay apparaissent. Les maid cafés seraient une des caractéristique d’Akihabara. Ils seraient une sousculture typique. Akihabara offre aussi le divertissement comme AKB48 à son théâtre dans le bâtiment de Don Quichotte. Voilà un mélange de haute culture, de culture populaire et de sous culture au même endroit. Peut-être ne peuton pas arrêter la diversification d’Akihabara. Quo vadis Akihabara ? T.F. & U.S. Le Tokyoïte - décembre 2010 Rédacteurs en chef : Cédric Riveau & Laurence Levy Journalistes : Takako, Fujita, Masayuki Ikeda, Akiko Iwamura, Michie Kato, Seiko Kobashi, Hideko Kurita, Toshiko Ohyama, Michie Okuyama, Keiko Ogura, Nobuko Sakata, Ushio Sankawa Photographie : www, Ushio Sankawa Mise en page & design : Cédric Riveau


Tokyoïte n°2