Page 1

Automne/ Hiver 2010-2011 12e Biennale de Venise – Rénovation durable – éclairage – carvalhoarchitects

Magazine d’architecture luxembourg Numéro 1 ‒ Automne/Hiver 2010-2011

035 – Grand sujet : 12e biennale internationale d’architecture de venise 052 – Dossier habitat : la rénovation durable | 076 – Dossier entreprise: éclairage 091 – Portrait : Carvalhoarchitects

1

www.archiduc.lu Luxembourg 7,50€

5 453000 010008

01


cropmark.lu

7 A ru e d e bit bou rg I Z i HAmm I L- 1273 Lux emb ourg I teL + 352 27 04 30- 1 I FAx + 3 52 27 04 30 30 reed ANd S im oN.com I i NFo@r eedANdSi moN .com


édito Archiduc est né de la volonté d’un éditeur, Mike Koedinger, de s’impliquer dans la réflexion sur notre patrimoine bâti, notre environnement architectural et urbanistique, notre quotidien. Car l’architecture concerne tout le monde. Les rues que nous traversons, les maisons que nous habitons, les parcs dans lesquels nos enfants jouent, les bureaux où nous travaillons sont tous pensés, dessinés, construits par des professionnels. Et ils sont nombreux au Luxembourg, au regard de sa taille et de sa population, puisque l’Ordre des Architectes et Ingénieurs-Conseils ne recense pas moins de 596 membres inscrits. Sans compter toutes les autres sociétés liées à la construction. Pourtant, la culture architecturale a du mal à percer. La Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, qui existe depuis 1992 et se bat au quotidien pour valoriser une certaine pratique et vision de l’architecture, s’est rapidement imposée comme un partenaire de choix. Nous partageons la même envie de faire évoluer les choses, de montrer les démarches et réalisations architecturales de qualité, de susciter le débat, pas pour le simple plaisir de créer la polémique, mais pour que les idées soient discutées et toujours améliorées. Car je le répète, l’architecture est l’affaire de tous. Archiduc a donc l’ambition de mettre en valeur l’architecture du Grand-Duché à travers la présentation de réalisations de qualité, sur le territoire du Luxembourg, mais aussi hors des frontières par des cabinets établis au Grand-Duché. Dans chaque édition du magazine, plusieurs pages sont consacrées à l’actualité, que ce soit sous forme de brefs articles ou de dossiers plus développés, comme pour la Biennale de Venise dans ce premier numéro. Des thématiques plus larges sont également abordées, certaines pour un public de particuliers, comme c’est le cas avec notre dossier sur la rénovation durable, d’autres pour les entreprises et les collectivités (dossier sur l’éclairage). Au cœur du magazine, nous avons choisi de donner une carte blanche à un invité, qui nous fera partager ses réflexions, ses visions en lien avec l’architecture. Une surprise dans chaque édition! Pour ce premier numéro, c’est Marc Colbach qui nous fait l’honneur et le plaisir de partager sa vision d’un quartier de Pékin. Dans chaque numéro, un architecte luxembourgeois sera mis à l’honneur, à travers un portrait et la publication d’un large portfolio. Pour ce numéro, nous partons à la rencontre de Carvalhoarchitects. Enfin, les dernières pages du magazine sont réservées à l’actualité de la Fondation de l’architecture et de l’ingénierie. En parallèle du magazine, il existe un site internet, www.archiduc.lu, qui permet de suivre au jour le jour l’actualité de l’architecture et de découvrir des portfolios d’architectes. Nous espérons sincèrement que vous apprécierez ce nouveau magazine d’architecture. Céline Coubray, Rédactrice en chef

003


99, rte de Longwy L-8080 Bertrange T 44 55 12 路 F 44 55 05 www.maisondulit.lu


006

www.archiduc.lu

008-033 actualité Concours, dernières livraisons, Villa Vauban, Centre Guillaume II, bâtiment OAI, les news…

035-050 grand sujet

Venise 2010 | 036 Impressions vénitiennes | 046 People meet in Architecture

052-065 habitat

La rénovation durable, le nouveau défi | 053 L’importance de la performance énergétique | 056 Plusieurs scénarios sont possibles | 060 Produits

076-089 entreprises

L’éclairage, une dimension architecturale | 077 Ingo Maurer rallume le feu

091-106 portrait

Architecture Luso-Luxembourgeoise | 092 Jean-Paul Carvalho | 104 Regards à Luxembourg


007

064 Maison en bande des années 1960

SOMMAIRE

067-074 carte blanche Central Palace by Marc Colbach: une incursion dans le quartier de Nanluoguxiang à Pékin

080 Architecte éclairagiste, un métier méconnu | 084 Produits | 087 Passerelle piétonne à Esch-sur-Alzette

107-113 partenariat Les pages de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie


Actualité

www.archiduc.lu

008 1

À venir

HSA-Heisbourg Strotz Architectes sont actuel­ lement en phase de réalisation du bâtiment SICMA à Wellenstein, qui comprend un bâtiment pour le service d’incendie, les cours de musique et l’atelier communal. La livraison des 1 230 m² est prévue pour 2011.

Un tour d’horizon des projets conçus par des bureaux luxembourgeois qui devraient sortir de terre dans les mois à venir ou des projets primés dans des concours internationaux.

2

La Ville de Lüneburg a lancé en 2010 une consultation européenne avec 10 participants, dont fait partie le bureau Christian Bauer & associés architectes, pour la restructuration et l’extension du «Naturmuseum und Museum für das Fürstentum Lüneburg» avec un agrandissement de 3 000 m2 de surface utile. Ce projet définit l’entrée ouest du centre-ville. 3

Le bureau Christian Bauer & associés architectes, en collaboration avec Meurer Architekten de Francfort, fait actuellement partie des trois derniers concurrents (sur 30 participants) pour le concours européen lancé en 2009 visant la construction d’un musée dans le centre historique de Francfort en intégrant des vestiges archéologiques et la reconstruction des anciennes maisons de ville. 4 5

1

2

3

Bohdan Paczowski, Paul Fritsch et Mathias Fritsch ont remporté le concours international pour le Musée de l’Histoire de la Pologne à Varsovie, passant devant 324 projets déposés. Le futur musée, qui reprend l’idée d’un bâtiment pont, prendra place à côté du Château Ujazdowski situé dans une vaste zone boisée et sera d’une grande retenue d’expression pour ne pas troubler l’harmonie de cet ensemble historique et naturel.

5

4


009

6 7 8

Arlette Schneiders Architectes et KCAP architects&planners sont lauréats du concours organisé par le Fonds de compensation au Kirchberg pour un bâtiment administratif. Les quatre entités distinctes, mais dotées d’une même expression architecturale, créeront un dialogue entre le bâti et l’espace public et répondront à une haute exigence environnementale. Construction prévue pour 2012-2014. 9 10

6

Une liaison mécanique à destination des cyclistes entre le Pfaffenthal et la Ville Haute à Luxembourg va être réalisée par STEINMETZ­DEMEYER, INCA et Jean Schmit Engineering. Ce sera la seconde liaison mécanique entre la Ville Basse et la Ville Haute qui entre dans le programme «Concept-vélo» de la Ville de Luxembourg. Le trajet complet se fera sur une hauteur de 60 mètres en une trentaine de secondes.

7

STEINMETZDEMEYER

8

9

10


010

www.archiduc.lu

actualité

1 2

L’Atelier d’Architecture et de Design Jim Clemes a réalisé pour la CFL la nouvelle Gare Belval-Université. Le mouvement, sujet principal du projet, se retrouve dans l’architecture puisque le bâtiment a l’apparence d’une chenille. À l’intérieur, la coque en béton s’ouvre sur de grandes surfaces vitrées. Le toit est recouvert d’une membrane translucide qui peut être illuminée dans différentes couleurs.

Juste sorti de terre

3 4

Une sélection des dernières livraisons de chantier réalisées par des bureaux d’architecture basés au Grand-Duché.

Maison privée réalisée par Metaform. Bien qu’étant à basse énergie, elle bénéficie d’une grande baie coulissante (3,50 x 3m) pour une surface vitrée de 10,50m au total dans le salon. Le plan d’eau apporte un autre profondeur à l’habitation et crée des jeux de lumière à tout moment de la journée. 5

Le Kiosk du parc central au Kirchberg accueille désormais une terrasse dessinée et réalisée sur mesure par Polaris Architects, également auteur du Kiosk. 6 1

L’Hôtel de la Source à Spa Francorchamps (Belgique) est réalisé par Moreno Architecture & associés, en collaboration avec AUPA Verviers et SchemelWitz Luxembourg. 7

Le Centre des Sports et des Loisirs Belair est réalisé pour le compte de la Ville de Luxembourg par le bureau allemand Auer + Weber + Assoziierte en collaboration avec Georges Reuter Architectes. Le bassin de natation et le hall de sport accueilleront principalement les élèves des écoles primaires.

2

8

Witry & Witry a livré en juin l’extension du Centre intégré pour personnes âgées à Berbourg. Trois pavillons à deux étages et deux autres ailes se regroupent autour d’une cour intérieure. L’inauguration officielle est prévue pour l’automne. 9 10

Nouvelle piscine intercom­munale Syrdall Schwemm à Niederanven réalisée par 4a Architekten (Stuttgart, Allemagne). Ouverture fin octobre.

8

11

Une nouvelle liaison piétonne et cycliste a été réalisée entre la rue de la Vallée et l’aire de jeux Pétrusse à Luxembourg. C’est le bureau d’études TR-Engineering s.a. en collaboration avec Aurélio Galfetti (Lugano) qui a été en charge de ce projet.

7

9


3 4

6

5

10

11

Bel-Air: David Laurent/Wide; Berbourg: Witry & Witry; Belval: Atelier d’Architecture et de Design Jim Clemes; Kiosk: Polaris Architects; Hôtel de la Source: Moreno Architecture & associés; Pont Pétrusse: David Laurent/Wide; Metaform: Steve Troes Fotodesign

011


www.archiduc.lu

actualité

EFAP-FEPA

La Belle Étoile s’agrandit

Proposé dans le cadre de la présidence belge de l’Union européenne, le prochain Forum Européen des Politiques Architecturales (FEPA-EFAP) est organisé du 18 au 20 novembre 2010 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Le thème est «l’architecture comme vecteur de cohésion sociale». www.efap-fepa.eu

Pavillon de Shanghai, le livre

13e Semaine Nationale du Logement

Deux nouveaux associés

Hermann & Valentiny and Partners a sorti, en collaboration avec les éditions Jovis, Luxembourg Expo Pavillon Shanghai 2010, livre présentant le pavillon luxembourgeois en images, avec des textes d’Ingeborg Flagge et Matthias Alexander.

La Semaine Nationale du Logement se déroule du 1er au 4 octobre 2010. Ce salon présente au grand public l’offre du marché en matière de logement, aussi bien en termes de produits, de services que de conseils. L’OAI y présente l’exposition «Habitat durable: Bauen im Bestand/Construire dans l’existant». www.semainenationaledulogement.lu

Le rang des associés de l’atelier d’architecture et d’urbanisme Decker, Lammar & Associés S.A. vient de se renforcer de deux collaborateurs de longue date et comprend dorénavant: Petros Katsas, Edmond Decker, Martin Lammar et Maurizio Sguazzin.

Campus à Capellen

L’Atelier d’Architecture et de Design Jim Clemes vient de réaliser, en collaboration avec Simon & Christiansen Ingénieurs-Conseils (génie civil) et Jean Schmit Engineering (génie technique), un nouveau complexe scolaire à Capellen comprenant l’enseignement précoce, préscolaire et primaire, ainsi qu’une maison relais et un centre sportif. L’un des aspects importants est la sécurité des enfants, d’où le choix de la forme en U. L’aspect énergétique a également été largement développé.

Le groupe Cactus investit 50 millions d’euros dans son plus ancien centre commercial, la Belle Étoile à Bertrange, créé en 1974. Dans la partie sud, une extension de 20 000 m2 sur deux niveaux est prévue pour 2013, faisant ainsi passer les surfaces commerciales à 65 000 m2, avec 3 niveaux de parking supplémen­ taires pour un total de 3 500 places, 30 nouvelles enseignes et 500 nouveaux emplois. Les parties existantes quant à elles vont faire l’objet d’un réaménagement intérieur avec un relookage de l’entrée principale et des galeries de circulation. Les travaux sont confiés à Köchel + Partner.

Happy Birthday Polaris !

Le bureau d’architecture Polaris Architects, dirigé par Carole Schmit et François Thiry, a fêté ses 5 ans le 17 septembre au CarréRotondes. À cette occasion, ils ont lancé leur blog energiepositive.lu qui porte sur les villes, quartiers, bâtiments à énergie positive, sur fond de changement climatique, de nouveaux modes de vie et d’utopies. Lieu d’échange d’information sur l’urbanisme écologique, le public est invité à y participer. Leur site internet fait également peau neuve et leur présence sur les réseaux sociaux ne cesse de croître (Facebook, Architizer).

W

plus d’infos: www.polaris-architects.com http://energiepositive.lu

Photos : EFAP - FEPA: Alain Janssens, Hermann & Valentiny and Partners / Jovis: Mireille Scheid (INgrid.eu)

012


Canapé d’angle composable Canapé d’angle composable Lagune en cuir Lagune en cuir Design Roberto Tapinassi Design Roberto Tapinassi et Maurizio ManzoniLagune Canapé composable et Maurizio Manzoni design Roberto Tapinassi Collection Les Contemporains et MaurizioLes Manzoni Collection Contemporains

Tables basses Tea For Two design Sacha Lakic

Photo Michel Gibert. Remerciements : urchin softlight – ww.molodesign.com

Collection Les Contemporains

Catalogues, actualités et magasins www.roche-bobois.lu

BERTRANGE en face du shopping center La Belle Etoile 126A, rue de Mamer Tél. : 31 95 57-1 info@roche-bobois.lu

Conçu Conçu pour pour vous vous Conçu pour vous


014

La profession d’architecte d’intérieur est maintenant officiellement reconnue. L’inscription auprès de l’Ordre des Architectes et des IngénieursConseils (OAI) des indépendants exerçant cette profession devient donc possible. Cette reconnaissance s’accompagne de directives précises qui cadrent l’exercice de la profession, permettant ainsi d’arrêter les abus et de mieux déterminer les actions et les compétences attendues de la part des architectes d’intérieur. Le bureau Hermann & Valentiny and Partners s’agrandit et crée la société valentinyengineering qui prend désormais en charge les dossiers exclusivement liés à l’ingénierie. L’Ordre des Architectes et des IngénieursConseils (OAI) organise du 6 au 17 octobre 2010 un voyage d’étude à l’Exposition universelle de Shanghai. Du 16 au 24 octobre se déroule la Foire d’Automne à LuxExpo. L’OAI y tient un stand qui reprend l’exposition de la Semaine Nationale du Logement «Habitat durable» et propose le Guide OAI 2010, 596 Références Architectes et Ingénieurs-Conseils. Le 28 octobre 2010, à partir de 17h30, se tient l’assemblée générale de l’OAI. L’OAI tiendra à la Foire de l’Étudiant (11 et 12 novembre 2010) un stand d’information sur ses activités et les professions d’architecte et d’ingénieur-conseil.

Bâtiment administratif rue Érasme

1

Le Fonds d’Urbanisation et d’Aménagement du Plateau de Kirchberg a confié à Paul Bretz Architectes la réalisation d’un bâtiment administratif. L’apparence de l’immeuble s’aligne sur celle de son voisin sur le boulevard, soit la Centrale de cogénération avec son bâtiment administratif, en gardant le même matériau de construction, à savoir le béton architectonique. Le concept architectural du monolithe en béton conserve l’aspect urbain de l’avenue. La différence manifeste avec la Centrale de cogénération, qui a une fonction industrielle, est le caractère d’utilité publique de cette nouvelle construction et, plus précisément, l’intégration d’un restaurant.

CBA, le livre Pour la première fois, les travaux du cabinet luxembourgeois christian bauer & associés architectes font l’objet d’une publication monographique aux éditions Jovis, accompagnée de textes d’Ulf Meyer et illustrée par des photographies de Lukas Roth. Musées, écoles, banques, maisons d’habitation, bâtiments tertiaires ou encore projets d’urbanisme représentent quelques exemples de l’activité du cabinet, dont les réalisations s’étendent également au-delà des frontières du Grand-Duché.

SolarWind, une première mondiale

Le catalogue du Festival des Cabanes 2010 (OAI en collaboration avec le Service National de la Jeunesse) est à paraître courant décembre.

W

plus de news: www.archiduc.lu

Shanghai, Top & Flop

PROgroup est actuellement en train de construire un nouveau siège de 10 000 m2 confié à l’atelier d’architecture Dariusz Pawlowski dans l’EcoParc à Windhof. L’ambition écologique de ce bâtiment est conséquente, puisque le groupe souhaite obtenir la triple certification environnementale, à savoir la certification anglaise BREEAM, la certification française HQE et la certification allemande DGNB, ce qui serait une première mondiale. www.solarwind.lu

2

3

GG Kirchner a passé plusieurs mois à Shanghai pour l’installation du pavillon luxembourgeois dans l’exposition universelle. Pour Archiduc, il nous révèle ses trois TOP et trois FLOP de l’exposition. «Tout le monde sait que les expositions universelles sont des affaires dispendieuses qui engouffrent des sommes colossales dans des constructions temporaires. Les pavillons du Parc des Nations ne sont pas conçus pour l’éternité et ne durent qu’un été, mais ils voient passer des visiteurs du monde entier. Marqueurs de présent, les pavillons doivent aussi être porteurs de perspectives d’avenir. Visions, expériences, voire innovations pionnières: voilà ce que le visiteur attend des concepteurs, voilà ce qui peut générer une architecture remarquable. Seuls quelques pavillons répondent à ces attentes. Les trois meilleures réalisations, indépendamment du pavillon du Luxembourg, sont les pavillons anglais 1 , suisse 2 et danois 3 . Tous trois marient magnifiquement architecture et exposition. Les pavillons américain, irlandais et italien sont les trois «bides» de l’Expo : des volumes imposants mais une capacité réduite et peu d’architecture à proprement parler. Mais de nombreux pavillons présentent un travail architectonique sérieux. Sur les 5,28 km² de l’Expo, de part et d’autre du fleuve Huangpu qui traverse Shanghai, mégapole de plusieurs millions d’habitants, le visiteur découvre une grande diversité de propositions architecturales de très haute qualité.»

Photo Shangai: GG Kirchner, Katarina Stuebe

express

www.archiduc.lu

actualité


www.bgl.lu

Artisans, commerçants, chefs d’entreprise,

prenez de la valeur

BGL BNP Paribas S.A. (50, avenue JF Kennedy, L-2951 Luxembourg, R.C.S. Luxembourg : B 6481) Communication Marketing Octobre 2010

avec BGL BNP Paribas.

CONSEIL

ACCOMPAGNEMENT

FINANCEMENT PROTECTION

NE FAITES PLUS UN PROJET SANS NOUS EN PARLER Contactez-nous au (+352) 42 42-40 04 ou par e-mail à entreprises@bgl.lu


016

actualité

www.archiduc.lu

Relations entre intérieur et extérieur: un tableau d’ombres chinoises se mouvant au rythme du vent et selon les heures de la journée.

Auteur: Philippe Schmit Photo: Éric Chenal/Blitz Agency W

plus d’infos: www.philippeschmit.com www.villavauban.lu

L’imaginaire du projet Philippe Schmit, architecte associé en charge du projet de l’extension et de la rénovation de la Villa Vauban à Luxembourg pour le bureau Diane Heirend et Philippe Schmit architectes, signe un texte sur le discours architectural sensible de la Villa.

«Le projet invente une histoire nouvelle à partir d’objets trouvés d’architecture ou de paysage dans un champ de tension entre intimité et abstraction. Son cœur bat au rythme de la vie imaginée des gens qui, au fil des années, passeront dans ces espaces pour y rester quelques instants de leur vie. Il se met en place selon un scénario original qui n’existe que pendant un laps de temps déterminé, qui est celui de la construction et de la réalisation du projet.

Le projet règle une spatialité à l’origine vertigineuse. Elle oscille mentalement sans cesse et à grande vitesse entre la toute petite échelle (celle d’un grain de béton ou du trou oblong d’une tôle de laiton rouge) et l’échelle du paysage, puis du ciel. L’espace architectural du projet naît entre les cellules de son corps, dans l’épaisseur de sa peau. Son rythme s’établit dans un mouvement de décélération de l’oscillation originelle, le projet invite à découvrir l’espace lentement.»


018 Conférences au Skip

actualité

Luxembourg-sur-Seine

www.archiduc.lu

3 Questions à Nico Steinmetz et Arnaud De Meyer STEINMETZDEMEYER architectes urbanistes

1

Moreno Architecture & Associés signe, avenue de la Liberté, la nouvelle entrée du parking d’ArcelorMittal. Le concept architectural fait référence aux sorties historiques de métro, sous une version contemporaine, pour la plus parisienne des avenues luxembourgeoises. 2

3

Le Fonds Belval organise, en collaboration avec la Fondation de l’Architecture, trois conférences au Skip à Esch d’ici la fin de l’année. Mercredi 27 octobre 2010, Laurent Coudroy de Lille, maître de conférences à l’Institut d’urbanisme de Paris, Université de Paris Est-Créteil présentera «L’urbanisme européen entre trois siècles: retour sur 1910» 1 . Mercredi 17 novembre 2010, ce sera au tour de Franziska Bollerey, historienne de l’architecture et directrice de l’Institute of History of Art, Architecture and Urbanism (IHAAU) au TU Delft, de présenter sa conférence intitulée«Der Einfluss von Ebenezer Howards Gartenstadt­ konzept» 2 . Enfin, la conférence du mercredi 1er décembre 2010 sera consacrée à la Cité radieuse de Le Corbusier 3 avec une intervention de Dominique Koessler, architecte, professeur en histoire de l’architecture à la faculté de Metz, suivie de Radu Medrea & Marc Ferauge, architectes.

W

Plus d’infos: www.fonds-belval.lu

La Banque de Luxembourg agrandit son siège et se lance dans la construction d’un nouvel immeuble sur le terrain contigu au siège de la banque, à l’angle du boulevard Royal et de l’avenue Émile Reuter à Luxembourg. L’essentiel des équipes commerciales sera regroupé dans ce nouvel immeuble haut de 7 étages en surface et 4 en sous-sol pour une surface totale de 7 000 m2 hors sol. La conception de l’extension a été confiée à l’association Arquitectonica (Miami) – Christian Bauer & Associés (Luxembourg) pour un budget global de 75 millions d’euros. Bernardo Fort-Brescia, fondateur d’Arquitectonica, fut déjà l’auteur en 1994 du siège de la banque. La livraison du bâtiment est prévue pour la fin de l’année 2011.

De quels projets êtes-vous fiers? «Nous voulons être fiers de tous les projets qui sortent de l’atelier, et cette fierté est renforcée par les retours que nous font les maîtres d’ouvrage. Il n’y a pas chez nous une production de tête et une production de fond. Nous assumons toutes nos créations. Les projets se complètent réciproquement pour construire nos expériences d’espaces construits. Nos défis actuels sont entre autres les projets du Centre Guillaume II et de l’ascenseur public du Pfaffenthal. Ils seront très visibles et très symboliques, et donc importants dans le quotidien de beaucoup de personnes. C’est une grande preuve de confiance que l’on nous fait de nous confier ces projets audacieux. De ce fait, nous avons encore moins que d’habitude le droit à l’erreur. Quand ils seront terminés, nous pourrons vraiment en être fiers! Que peut-on vous souhaiter? «Que cela continue de plus belle avec des projets toujours différents! Que nous puissions toujours conserver un regard neuf pour aborder les défis que nous rencontrerons et les questions qui nous seront posées. Mais plus concrètement: des démarches administratives allégées pour permettre aux projets atypiques de voir le jour.»

© Banque de Luxembourg

Encore plus grand

Vous fêtez cette année les 20 ans du bureau et 10 ans d’association STEINMETZDEMEYER. Quel bilan portez-vous sur votre activité? «C’est un parcours pas à pas, une progression calme mais assurée de nos réflexions architecturales et de notre maîtrise de l’art de construire. Les 20 ans ont été marqués de paliers, de franchissements d’échelles, de structures de travail, de changements de paradigmes et d’attentes, tant au sein du bureau qu’au niveau des techniques de construction et des projets. Des constantes relient nos projets: le travail sur la lumière, sur les limites spatiales, l’exploitation des caractéristiques intrinsèques au contexte pour concevoir une architecture, un lieu, une expérience unique. Cette famille de projets est une base précieuse et solide.


bulthaup

Outre ses compétences démontrées, bulthaup vous propose pour vos projets, la même capacité d'innovation et précision de la marque que pour les cuisines individuelles. Selon vos besoins, nous imaginons des solutions superbes pour plusieurs dizaines d'espaces cuisines dans le cadre de projets à grande échelle ou bien équipons quelques appartements "haut de gamme" uniquement de systèmes exclusifs. Profitez de notre maîtrise de la gestion de projets, depuis les prestations de conseil jusqu'à la réalisation avec nos propres équipes à Luxembourg et à l'étranger (Berlin, Bruxelles, Courchevel, Croatie, Côte D'azur, Corse, Knokke, Metz, Milan, Nancy, Paris, Rome, Toscane, Montenegro, Vienne…).

projects Espace bulthaup Luxembourg. 123, route d'Arlon L-8009 Strassen. Tél.: +352 45 45 04. bulthaup@anc.lu


actualité

Éco-quartier à Ettelbruck

Moreno Architecture & Associés et Rodolphe Mertens Architectes travaillent actuel­lement, en collaboration avec l’agence Neveux-Rouyer (architectepaysagiste) et PROgroup GEIE, au développement et à la réalisation d’un éco-quartier à Ettelbruck. 25 unités d’habitation, principalement destinées à de jeunes ménages, sont envisagées.

appartement urbain

W

PLus de news: www.archiduc.lu

Situé dans le quartier de la gare, cet appartement n’était plus utilisé comme habitation depuis de nombreuses années. Les travaux étaient donc conséquents. L’espace à vivre est largement ouvert, marqué par un ensemble de rangements formant un geste graphique continu et délimitant l’espace cuisine. Cet espace contraste avec le couloir, peint en noir et desservant les chambres. Quant à la salle de bains, dont le mobilier est aussi pensé comme un geste continu, elle est ouverte sur la chambre pour bénéficier de la lumière naturelle. L’ensemble de ce réaménagement est signé deFact studio.

www.archiduc.lu

Nouvelle école à Beggen

L’école primaire de Beggen à Luxembourg fait actuellement l’objet d’un agrandissement et de transformations réalisés par HSA – Heisbourg Strotz Architectes, Flos und K (Saarbrücken), en collaboration avec IC-Lux (ingénierie génie civil) et Bevilacqua et associés (ingénierie génie technique). Le nouveau bâtiment, qui volontairement ne s’aligne pas au bâtiment existant, accueillera la nouvelle entrée principale. Cette avancée du bâtiment dans la cour permet à la fois d’accentuer la nouvelle «tête du bâtiment» et de créer un espace couvert dans la cour de l’école. Au total, le bâtiment regroupera 16 salles de classe et diverses salles modulables. Toutes les salles de classe seront accessibles aux personnes à mobilité réduite. La nouvelle partie de l’école primaire, ainsi que le bâtiment rénové, seront conçus en tant que bâtiments à «basse consommation d’énergie» suivant les prescriptions de la Ville de Luxembourg. La fin des travaux est envisagée en 2012.

Beggen: HSA - Heisbourg Strotz Architectes; Appartement urbain: Éric Chenal/Blitz Agency; Éco-quartier: Moreno-Mertens-Neveux&Rouyer

020


Fabrication au Luxembourg


022

www.archiduc.lu

actualité

La passerelle et le pavillon permettent de relier l’Hôtel de Ville au Bierger-Center.

La nouvelle salle des mariages

L’architecture contemporaine dialogue respectueusement avec l’existant.

W

plus d’infos: www.steinmetzdemeyer.com www.vdl.lu

Centre Guillaume II Le projet lauréat du concours d’architecture organisé par la Ville de Luxembourg pour le bâtiment administratif «Centre Guillaume II» est celui du bureau STEINMETZ­ DEMEYER. Il comprend l’aménagement du nouveau Bierger-Center et de l’État civil, un nouveau pavillon relié à une passerelle vitrée, et des logements donnant sur la place Guillaume. Le «Centre Guillaume II» sera aménagé dans les bâtiments formant l’îlot situé entre la place Guillaume et la rue Notre-Dame (à l’exception de la Maison Lassner). Le projet vise à transmettre à travers l’archi­ tecture des notions d’ouverture, d’accueil, de service, de communication, de proximité ou encore de dynamisme. Les architectes ont pensé le projet comme une intervention contemporaine dialo­guant respectu­ eusement avec l’existant. Alors que les bâtiments anciens sont caractérisés par leur caractère massif et orthogonal, une architecture classique de pierres, la construction du pavillon et de la pas­serelle utilise un vocabulaire résolument contemporain, aux formes souples et avec une importante entrée de lumière. Le «Centre Guillaume II» abritera plusieurs fonctions. Dans les bâtiments situés le long de la rue Notre-Dame, on trouvera le

Bierger-Center et l’État civil. Le rez-de-chaussée et le premier étage seront accessibles au public. Les étages supérieurs seront réservés à l’adminis­tra­ tion. Dans le bâtiment donnant sur la place Guillaume, on trouvera des logements (cinq appartements) qui jouiront d’une entrée propre. À proximité de l’actuel jardin, un nouveau pavillon au caractère précieux abritera la nouvelle salle des mariages et fera la connexion avec l’Hôtel de Ville, grâce à la passerelle qui accueillera une galerie d’exposition. Le projet se veut aussi rassembleur. Toutes les fonctions se développent lisiblement le long d’un axe parallèle à la rue NotreDame. Une nouvelle entrée sera réalisée place Guillaume, entre le pavillon et les bâtiments existants. Un parvis invitera les usagers à entrer jusqu’à l’accueil. Côté rue Notre-Dame, l’entrée se fera par la porte originelle, face à la cathédrale. L’espace d’attente se trouvera au centre, dans un patio baigné de lumière naturelle, car couvert par une nouvelle verrière. Les circulations principales dans les étages se feront par l’intermédiaire de coursives variables et superposées, placées dans la continuité des couloirs existants. Les guichets du rez-de-chaussée bénéficieront d’un aménagement ouvert et irrégulier,

cassant le caractère solennel de l’espace au profit d’une ambiance plus conviviale. Dans les bâtiments existants, les aménagements se font dans le respect des éléments historiques. Le nouveau pavillon, quant à lui, sera à la fois léger visuellement et lumineux, un écrin posé au pied de l’arbre dans le jardin, paré de verre sérigraphié d’intensités variables et à géométrie prismatique irrégulière, comme un clin d’œil aux lustres qui ornent les salles de l’Hôtel de Ville ou au diamant des fiançailles. La finesse des détails et l’attention portée aux finitions et au choix des matériaux prolongeront de manière contemporaine le prestige hérité du décorum de l’Hôtel de Ville. Le concept technique et énergétique du projet vise des solutions réduisant les coûts de fonctionnement et d’entretien, tout en augmentant la pérennité des constructions existantes. Il favorise des interventions douces sur les bâtiments classés, respectueuses de l’existant, permettant la conservation du patrimoine tout en optimisant les espaces existants. Ce nouveau «Centre Guillaume II» est un projet qui dégage une image forte et attractive, contemporaine sans nier le patrimoine, à l’image de ce qui a pu se faire récemment à la Villa Vauban.

STEINMETZDEMEYER architectes urbanistes

Auteur: Céline Coubray


Cityman Echternach

Nos prestations pour Nos prestations... vos projets pour vos projets

Créations, fabrications, réparations et montage de portes intérieures et extérieures, escaliers, rampes d’escaliers, meubles et cuisines de tous genres, pose de toutes constructions isolantes comme revêtements de murs et plafonds contre le bruit, le froid ou comme protection acoustique. Livraison et pose de parquets en bois ou laminats. Créations et fabrications de tous genres d’agencements pour magasins, bureaux, stations de service, magasins à tabac, bistros et hôtels. Créations, dessins en 3D et fabrication d’aménagements de chambres à coucher, -enfants, -travail, livings et cuisines, ainsi meubles uniques, meubles de bureaux et d’écoles, meubles spéciaux pour des besoins professionnels, labos et cabinets médicaux. Surfaces et traitements avec des huiles naturelles, cires, laques à base d’eau, laques à 2 composants, teintes et patines. Laques colorées en RAL et NCS de mat à brillant. Les matériels sont: bois massif, plaquages en bois précieux, toutes sortes de panneaux, Corian, Granit, verre, inox, linoléum …

Menuiserie HILGER Sàrl 12, Iechternacherstrooss • L-6850 Manternach Tél: 71 06 011 • Fax: 71 90 63 • EMail: j.hilger@mhm.lu

Photo: © Gilles Rod

Nos prestations

Réception-Acceuil / Mike Koedinger Editions SA

Maison Relais à Berbourg


024

www.archiduc.lu

actualité

ACTIVE.LU Active.lu est un concept novateur au Luxembourg, qui vise l’excellence dans la construction durable et reçoit d’ailleurs le soutien du CRP Henri Tudor. Quatre maisons jumelées, situées en périphérie d’Ettelbruck, vont être construites à partir d’octobre par Rodolphe Mertens architecture. Elles atteindront le niveau énergétique A+ et une attention toute particu­­lière sera portée au bilan d’énergie grise. Les maisons seront construites, pour les toits, murs et plafonds, en bois massif couplé à l’argile; aucun métal ni colle ne sera utilisé. Ce procédé permet d’améliorer l’isolation thermique, le classement au feu et la protection contre les radiations de haute fréquence. La production de ces espaces assurera un mélange de matériaux traditionnels et de techniques contemporaines.

Drosbach, nouvel aménagement Accueil

Boardingroom

Vestiaire

Restaurant

Restaurant 1 niveau

Restaurant 2 niveau

Restaurant 3 niveau

Cuisine

Le 1er sous-sol de l’aile D du bâtiment Drosbach (rue Guillaume Kroll à Luxembourg) fait l’objet d’un réaménagement intérieur pris en charge par Moreno architecture & Associés. En plus de la salle de conférence déjà exis­tante, de nouvelles zones viennent s’ajouter: un accueil avec desk d’orientation et vestiaire, une salle de réception/ restaurant délimitée en trois parties et dont le mobilier pourra être totalement personnalisé pour chaque client-occupant, un boardingroom qui, soit permettra d’agrandir la zone de restaurant, soit servira de salle d’appoint à la salle de conférence existante, et des parties plus techniques (sanitaires, cuisine et stocks).


Remplacez-les facilement par une solution actuelle : le panneau WC « Monolith ».

Geberit a inventé le panneau WC qui s’installe en utilisant l’alimentation et l’évacuation existantes. Pas besoin d’autres travaux de finition : Geberit Monolith s’installe facilement et séduit par son design élégant,compact et actuel. www.geberit.lu

Y&R GRUPPE

C’est facile à retirer des anciens WC, l’évacuation reste – et ensuite?


026 EXPRESS

actualité

Collaboration fructueuse

Selon BNP Paribas Real Estate, le taux de vacance de bureaux au Luxembourg a atteint 7,2% au premier semestre 2010, contre 3,8% sur la même période de 2009. Un sommet historique qui représente 210 000 m2 de bureaux vides sur un total de 3,15 millions m2. Des chiffres qui doivent être relativisés par le faible nombre de mises en chantier.

www.archiduc.lu

Une ferme pour adolescents

Récemment ouvert en centre-ville, l’hôtel 5 étoiles Le Place d’Armes a été l’occasion d’un vaste chantier de rénovation supervisé par le Bureau d’architecture et d’urbanisme Jean Beck, en collaboration avec le service des Sites et Monuments. Le design intérieur des chambres a été confié à l’équipe du magasin de décoration d’intérieur Création d’Ambiances.

Le Légère Premium Hotel a ouvert ses portes à Munsbach au printemps dernier. Le bureau d’architecture ayant réalisé ce projet est @vantage. L’architecture d’intérieur a été prise en charge par RKW (Rohde, Kellermann et Wawrowsky). Le Musée européen Schengen a été inauguré le 13 juin dernier. Il est signé Hermann & Valentiny and Partners.

Le Luxembourg bénéficie de bons savoir-faire, comme en témoigne la colla­ boration fructueuse qui s’est mise en place entre le Mudam et Préfalux pour la production des œuvres de Vincent Lamouroux, David Richiuso et Simone Decker. L’installation de cette dernière, haute de 18 mètres et réalisée en collaboration avec Secher, a nécessité la mise en place de 10 tonnes de matériel et 230 heures de montage.

Ville et verdure

Le parc Ouerbett à Kayl a été réaménagé par Terra Nova Landschafts architektur et complété par la construction d’un pavillon réalisé par WW+ architektur + management qui accueille le restaurant Madeleine by Lea Linster. La maquette du projet d’aménagement particulier de la place de l’Étoile sera exposée à la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie jusqu’au 31 octobre.

W

PLus DE NEWS: www.archiduc.lu

Nonnewisen est un des derniers grands projets menés par la Ville d’Eschsur-Alzette. Quartier mixte qui s’étend sur 30 ha, on y trouve une école, des bureaux, des logements, et surtout de nombreuses zones vertes, point d’attraction principal du projet. Certains logements sont réalisés avec le fonds du logement qui a travaillé avec michelpetitarchitecte et Arlette Schneiders Architecte. En cours de vente.

Alzingen accueille un foyer thérapeutique pour adolescents difficiles, «Schneider Haff». Une ancienne ferme a été réhabilitée par Arend + Thill pour accueillir d’une part, dans une nouvelle construction, le foyer thérapeutique avec 10 chambres, un grand espace ouvert multifonc­ tionnel, une salle de séjour avec terrasse, un espace thérapie et un espace administration, et d’autre part, dans l’ancienne maison de la ferme, quatre studios et un studio pour visiteurs, logements séparés du foyer qui ont comme objectif thérapeutique de préparer les jeunes à une vie autonome. Au fond du terrain, un espace avec des animaux est aménagé servant à des fins thérapeutiques, puisque les enfants en difficulté doivent s’occuper des animaux qui ont besoin de soins. Sur le parvis devant le foyer, un bâtiment annexe sert d’abri pour le matériel d’entretien de l’espace animaux. On trouve aussi sur le parvis des îlots verts pour des aires de repos et un jardin.

Foyer: Boshua sàrl; Nonnewisen: michelpetitarchitecte; Mudam: Préfalux

Energieagence, l’OAI et la Chambre des Métiers organisent le 12 novembre Passivhaustag 2010 à la Chambre des Métiers.


www.fondsdulogement.lu


028

Glacis by Moreno

Parce que les planifications urbanistiques et environnementales sont de plus en plus complexes et demandent des solutions interdisciplinaires et stratégiques, un nouveau groupement vient de voir le jour: URBEN4 – Urbanism & Environment Network. Il rassemble le bureau d’architecture Witry & Witry, les bureaux d’études Eneco et Icone et le bureau Grüne Pläne. L’objectif est le développement de stratégies durables pour l’aménagement de terrains et l’élaboration intégrale de plans directeurs et plans d’aménagement général et particulier. Ce groupement permet ainsi de répondre de manière interdisciplinaire (architecture et urbanisme, planification paysagiste et environnementale, expertise du sol et analyse de polluants, planification de voiries et infrastructures) aux projets. Agora, la société de développement en charge du site de Belval, a annoncé qu’en 2010, 6 100 m2 supplémentaires de bureaux, 23 600 m2 de logements et 22 000 m2 de surfaces commerciales et hôtelières seront terminés. D’ici la fin de l’année, les travaux de gros œuvre du premier bâtiment administratif de l’État sur la Terrasse des Hauts Fourneaux seront achevés. Belvalplaza II et la résidence Feiersteppler seront finis. Les premiers bâtiments de la Cité des Sciences sont entrés en phase de réalisation, tout comme le bâtiment Biotec. Dans le quartier de Belval Nord apparaissent progressivement le Centre Intégré pour Personnes Âgées, ainsi que des résidences. Dans la partie sud du Parc Belval, le lycée technique Belvaux devrait accueillir ses premiers élèves à la rentrée scolaire 2011. Le premier programme de bureaux du quartier Square Mile est lancé. Le projet Southlane a obtenu son permis de construire. Au total, 173 000 m2 sont mis en chantier, ce qui représente le plus gros volume de construction depuis le début de la valorisation de l’ancien site industriel.

W

PLus DE NEWS: www.archiduc.lu

www.archiduc.lu

express La passerelle piétonne qui permet de relier la gare au quartier de Bonnevoie à Luxembourg en passant au-dessus des voies de chemin de fer va être démontée pour être remplacée par la passerelle de Belval Université. L’installation de cette nouvelle liaison implique la mise en place d’une déviation du 30 septembre au 15 octobre. A partir de novembre, les quais seront accessibles directement depuis la passerelle. L’OAI et le Centre de Recherche Public Henri Tudor propose le cycle de formation «Constructions & Energies 2010-2011 – La construction durable, l’utilisation rationnelle de l’énergie et des énergies renouvelables». Cette 7e édition de formation qui s’adresse aux architectes, ingénieurs-conseils, ingénieurstechniciens, urbanistes et aménageurs du territoire est composés de 13 modules de 3h30 suivis d’une phase de conclusion consacrée aux questions et à l’échange d’information. Début de la formation le 8 octobre.

Pascal Brasseur a fait appel au bureau Moreno Architecture & Associés pour réaliser l’ensemble de l’aménagement du Glacis by Wengé qui comprend un bar, un restaurant et un espace traiteur-pâtisserie. Un aménagement intérieur très contemporain, à la fois sobre et spectaculaire.

Bâtiment administratif à Grevenmacher

Superette Un nouveau bâtiment administratif verra le jour à Grevenmacher d’ici 2011. Il répond au nouveau système d’organisation interne des services administratifs. Il est réalisé par HSA – Heisbourg Strotz Architectes, Flos und K – Saarbrücken / D (architectes), Milestone (ingénierie génie civil) et Bétic sa (ingénierie génie technique).

Une nouvelle maison d’édition de design, menée par Stéphanie Rollin, vient de voir le jour à Luxembourg: Superette. La première production, le fauteuil Cocon dessiné par Les M, sera présentée au salon Intérieur à Courtrai (15-24 octobre).

Grevenmacher: HSA - Heisbourg Strotz Architectes; Superette: Éric Chenal/Blitz Agency; Glacis: Olivier Minaire

express

actualité


030

www.archiduc.lu

actualité

Vue du futur bâtiment depuis le boulevard Grande-Duchesse Charlotte. Les différentes façades du futur bâtiment.

Fin des travaux imminente Auteur: Céline Coubray, en collaboration avec l’OAI W

plus d’infos: www.aliai.lu www.oai.lu www.ali.lu www.tema.lu www.tetra-kayser.lu

La Fondation luxembourgeoise des Ingénieurs, Architectes et Industriels (FIAI) et l’Ordre des Architectes et des Ingénieurs-Conseils du Luxembourg (OAI) avaient lancé un concours d’architectes ouvert, anonyme à deux degrés, pour la construction d’un bâtiment en copropriété destiné au nouveau siège de l’ALIAI, de l’ALI, de Tema.lu et de l’OAI, au 6, boulevard Grande-Duchesse Charlotte à Luxembourg. Remporté par le bureau Tetra, Kayser Paul et associés, le bâtiment est actuellement en construction et doit être inauguré au premier semestre 2011. L’objectif de cette nouvelle construction est de créer un lieu de travail administratif et de rencontre pour les membres affiliés à l’ALIAI, tels que l’ALI, Tema.lu, l’Association Nationale des Étudiants Ingénieurs Luxembourgeois (ANEIL), l’Association des Coordinateurs de Sécurité et de Santé Luxembourg, l’Association des Travailleurs Désignés Luxembourg, Luxembourg Senior Consultants, ainsi que de l’OAI. Au rez-de-chaussée se trouvent l’accueil

ainsi qu’une grande salle polyvalente de la FIAI pouvant accueillir diverses manifestations, telles que des assemblées, formations, conférences, expositions, etc. Le premier étage est dédié aux locaux de l’ALIAI et de ses organisations associées disposant, entre autres, d’une salle de réunion. Les locaux de l’OAI se déploient aux deuxième et troisième étages avec les bureaux du secrétariat, un centre de documentation et une salle de réunion pouvant accueillir, par exemple, les formations de l’OAI. Ainsi, ce nouveau siège pourra assurer la fonction essentielle d’un lieu de rencontres et d’échanges entre professionnels et de ceux-ci avec le grand public. L’ensemble du programme représente une surface brute maximale de +/- 1 500 m², dont environ 950 m² hors sol. Les copropriétaires ont désigné Martin Lammar, architecte, comme maître d’ouvrage délégué. 44 membres de l’OAI avaient participé au concours d’architectes, lors duquel le projet du bureau Tetra, Kayser Paul et associés a été désigné lauréat. Ce projet a su convaincre, d’une manière

unanime, les membres du jury par son architecture durable alliant esthétique et fonctionnalité, son caractère lumineux et généreux, son intégration réussie au site et son identité assez marquante. T.R. Engineering et SPI Consulting sont les bureaux d’ingénieurs-conseils participant à la conception de ce projet. Le nouvel immeuble aura une identité claire et facilement identifiable, par son architecture, sa forme et son expression. La construction «low-tech» sera très soucieuse de l’environnement, en respectant largement toutes les exigences actuelles en matière d’énergie. Ce nouveau lieu devrait donner encore un coup de pouce aux nombreuses activités des organisations affiliées et constituer une bonne occasion d’approfondir les relations interdisciplinaires et d’accroître l’assise des professions de l’architecture et de l’ingénierie au profit d’un cadre de vie de qualité et d’un développement durable du patrimoine. L’inauguration de ce nouveau siège est prévue pour le premier semestre 2011.


032 Nouvel immeuble au Kirchberg

www.archiduc.lu

actualité

château de beggen

SUITE HÔTEL

Christian Bauer & Associés Architectes réalise actuellement, pour le compte des groupes Immobel, CLI et Wagner, le lotissement Green Hill rassemblant 170 appartements de haut standing (répondant aux classes énergétiques A et B) à Luxembourg-Beggen. Le coût de construction est estimé à 32 millions d’euros pour une surface de vente totale de 16 910 m2.

Cité talks / Stadgespréich Un nouvel immeuble résidentiel est en phase de planification dans le quartier de Grünewald à Luxembourg. Construit pour Stugalux Construction sa par HSA – Heisbourg Strotz Architectes, cet immeuble bénéficiera des espaces verts publics et privatifs environnants. 31 unités de logement sont réparties sur un rez-de-jardin et 5 niveaux. La cinquième façade de l’immeuble est traitée en toiture extensivement végétale, contribuant à la continuité visuelle de l’espace paysager vu des bâtiments élevés du plateau du Kirchberg, ainsi qu’à la rétention des eaux pluviales et à la régulation du climat à l’intérieur des logements.

Inauguré le 1er juillet, le bâtiment du Suite Novotel Luxembourg, situé au 13 avenue JF Kennedy au Kirchberg, a été réalisé par m3 architectes. L’hôtel est équipé uniquement de suites modulables de 30 m2, avec des services innovants en matière de restauration, détente et multimédia. Les façades révèlent un relief particulier des bandeaux de fenêtre, créant un jeu d’ombre et de lumière. Les bureaux voisins sont encore en cours de construction.

Daniel Buren est invité par le Mudam Luxembourg et le Centre Pompidou-Metz à réaliser une installation pour chacune des institutions et ce, en réponse à leurs architectures signées par de grands noms (Ieoh Ming Pei pour le Mudam et Shigeru Ban et Jean de Gastines pour le CPM). À Luxembourg, Daniel Buren investit avec ironie le Grand Hall, puisque son installation reprend à l’échelle 1:1 la forme du pavillon, qui partage avec le Grand Hall le même type de verrière, et lui adjoint la couleur pour obtenir une sorte de peinture tridimensionnelle.

La Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie organise, en collaboration avec la Ville de Luxembourg et le Cercle-Cité, un cycle de conférences-débats sur l’actualité urbanistique à Luxembourg. Pour chaque rencontre, qui se déroule à l’auditorium du Cité (3, rue Génistre à Luxembourg), un lieu spécifique sera pointé et appellera à débattre d’une thématique spécifique, avec la participation du public. Prochaines rencontres: jeudi 18 novembre, jeudi 20 janvier, jeudi 17 mars et jeudi 16 juin. Pour plus de détails: www.archiduc.lu, www.cercle-cite.lu, www.fondarch.lu.

W

PLus d’infos: Daniel Buren Architecture, contre-architecture: Transposition. Travail in situ, du 9 octobre au 22 mai. www.mudam.lu

Cercle-Cité: Andrés Lejona, 2009; Kirchberg: HSA - Heisbourg Strotz Architectes; Buren: D. B. - ADAGP

L’architecture dans l’architecture


033

ESPACE et lumière

Centre de musique

Cette maison unifamiliale à Walferdange, réalisée par morph-4, est située sur un terrain en pente. Elle offre un grand espace de vie ouvert et lumineux. En contrepoint de cet espace se cachent, derrière une façade réflectrice en mosaïque blanche, des parties privées au premier étage et dans la zone abaissée du séjour. La communication entre les différents niveaux est garantie par des espaces en duplex qui s’imbriquent entre eux. Le positionnement des bandeaux de fenêtre dans le toit fait naître des jeux de lumière et d’ombre dans tout le bâtiment.

Centre Bonnevoie: Beiler & François architectes, image: In-visible; Walferdange: morph-4

20 ans pour Laangwiss

La zone artisanale et commerciale «Laangwiss» à Junglinster fête, le 18 octobre, 20 ans d’implan­ tation et d’activité. Aujourd’hui, la ZAC compte 51 entreprises et 3 cabinets médicaux. Ce qui au départ était prévu pour attirer une clientèle locale est devenu un pôle d’attraction régional, avec même un rayonnement national pour certaines enseignes spécialisées. L’extension de la zone est toujours d’actualité et pose des questions de développement urbain. Sont en cours la construction d’un lycée et d’une route de contournement ainsi que le réamé­ nagement du centre-ville de Junglinster pour lequel les bureaux Wich architectes (Munich) et WW+ ont remporté le concours d’idées.

Un centre de musique est en construction à Bonnevoie par Beiler & François architectes. Sont prévus un local de répétition pour la fanfare de Bonnevoie et une école de musique. Les locaux pour la fanfare se composent d’un hall d’accueil, d’une grande salle de répétition, d’un local de réunion, d’un petit secrétariat, d’un espace de stockage et de locaux techniques. L’école dispose de cinq classes de solfège (une grande, une moyenne et trois petites) et d’une petite cour de récréation de 120 m2. Le projet reprend une des particularités du quartier de Bonnevoie, à savoir l’implantation en «seconde position». Le bâtiment est donc implanté en fond de parcelle, ce qui permet de créer sur l’avant un parvis, espace de communication entre la fanfare, l’école de musique et le quartier. Le parement de façade sera en cuivre pré-oxydé et les surfaces extérieures en béton architectonique. Les volumes ont des toitures plates végétales. La livraison de chantier est prévue pour le printemps 2011.

W

Plus de news: www.archiduc.lu


COOL GREEN AFFORDABLE ARCHITECTURE HAUSING.LU


035 12e Biennale internationale d’architecture de Venise Géographie: Venise

Croatie Bosnie

Italie

12e Biennale d’Architecture de Venise

venise 2010

La 12e Biennale inter­ nationale d’Archi­tec­ture de Venise, qui se déroule jusqu’au 21 novembre 2010, a pour thème « People meet in architecture » et est placée sous le commissariat de l’architecte japonaise Kazuyo Sejima, récem­­ment récompensée dans le cadre de son travail avec Ryue Nishizawa pour le bureau d’architecture SANAA par le Pritzker Prize. Luxembourg y participe avec son propre pavillon dont le contenu a été confié à KadapaK and guests.

Venise, Italie 412 km2 270 835 habitants 657 hab./km2 45°26’04’’ N 12°20’20’’E 3 m d’altitude

036 impressions vénitiennes

046 people meet in architecture


036

Pavillon Luxembourgeois

Impressions vénitiennes Le collectif KadapaK and guests a été choisi pour représenter le GrandDuché de Luxembourg à la 12e Biennale d’architecture de Venise avec l’exposition rock-paper-scissors, présentée jusqu’au 21 novembre 2010.

Auteur: Céline Coubray Photographe: Éric Chenal/Blitz Agency infos Ouverture de l’exposition: du mercredi au lundi de 11 h à 19 h fermée les mardis Adresse du Pavillon du Luxembourg: Ca’ del Duca Corte del Duca Sforza San Marco 3052 Venezia, Italia T & F: +39 41 520 75 34 Vaporetto (ligne 82) San Samuele (ligne 2) Accademia Commissaire: Christian Bauer, président Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, Luxembourg Co-commissaires: Tatiana Fabeck Bohdan Paczowski Commissionné et soutenu par: ministère de la Culture, Luxembourg Curateurs: KadapaK and guests Pierre-Yves Étienne, Joëlle Tanson Jean-Paul Tournay, Alice Verlaine

VENISE 2010

Pour la quatrième fois consécutive, le GrandDuché de Luxembourg participe à la Biennale d’architecture de Venise, événement international incontournable, grand-messe pour les professionnels et les amateurs d’architecture. Y participer est un gage d’existence sur un plan international et le Luxembourg l’a bien compris. Aussi, le ministère de la Culture a confié à la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie la mission d’occuper le pavillon luxembourgeois à Venise. Ce dernier, contrairement à nos voisins belges, hollandais, français ou allemands, ne se situe pas dans les Giardini, grand parc dans lequel sont construits les pavillons nationaux, mais au cœur même de la ville, dans une ancienne maison particulière appelée Ca’ del Duca, située le long du Grand Canal, propriété de la famille Le Gallais qui a des relations historiques avec le Luxembourg.

d’architecture Marc Tanson, à Luxembourg, où travaille aussi comme architecte Joëlle Tanson. «Cette formation permet de réunir des professionnels de l’architecture, de l’urbanisme, du paysage, des arts, c’est un collectif de personnes avec des qualités, des orientations, des points de vue différents.» Bien que chacun ait un parcours différent, leur point de rencontre est La Cambre à Bruxelles. Jean-Paul Tournay, le plus expérimenté du groupe, est architecte et urbaniste. Enseignant à ses heures, il a dirigé un bureau d’architecture jusqu’en 1992 avant de créer une nouvelle agence en 2009. Il intervient également en tant que conseil pour différents espaces culturels et théâtres. Alice Verlaine, quant à elle, vient de finir ses études à La Cambre et s’implique dans des recherches pour la qualification de l’espace public et la ville. Le collectif tire son nom du carton-mousse ou cartonplume fréquemment utilisé en architecture Un appel à participation pour les maquettes. «Ce matériau, rigide et léger ouvert à la fois, peut être facilement découpé, collé, épinglé, assemblé, échancré, taillé, recollé… Il traduit Jusqu’à la dernière édition en 2008, la Fon- bien cette idée du projet en évolution permanente», dation de l’Architecture et de l’Ingénierie avait précise Pierre-Yves Étienne. conçu et coordonné les participations nationales. Pour la première fois cette année, la Rock-Paper-Scissors Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie a Le pavillon luxembourgeois est occupé par décidé d’organiser un appel à projets ouvert pour désigner le curateur qui réaliserait l’expo- une succession de salles en enfilade qui réponsition en réponse au thème général de la mani- dent à un parcours. Les visiteurs entrent festation. Ce concours était ouvert à tous, d’abord dans un espace qui invite à la méditaarchitectes ou non, Luxembourgeois ou non, tion, au calme, à la réflexion. Au mur, une dans l’objectif d’ouvrir le débat architectural vidéoprojection occupe tout l’espace, du sol au au-delà de cette discipline à d’autres appro- plafond. On y voit un homme, de dos, certaiches et d’autres questionnements. Au total, nement un architecte, déambuler dans les 12 projets ont été remis sous forme de trois rues, à une table de travail, dans un intérieur panneaux formulant le concept et les grandes bourgeois, observer la ville depuis des berges. lignes. Après délibération, le jury (voir page Les lieux sont difficilement identifiables, mais 39) a retenu le projet de KadapaK and guests, tous sont reconnaissables. Au sol, un vaste collectif formé pour l’occasion. Leur projet, plan liquide légèrement visqueux, comme une illustré alors par des esquisses à main levée, flaque de pétrole, reflète l’image de la pro­ plaçait de manière assez poétique l’humain au jection et impose une certaine distance avec cœur de la réflexion, répondant ainsi au thème » Suite page 38 général de la Biennale décidé par la commissaire japonaise Kazuyo Sejima, «People meet in Architecture». «Plutôt que d’exposer des maquettes ou des textes expliquant des plans, KadapaK St Lucia Railstation and guests a choisi de confronter les visiteurs à des installations qui sont autant de réflexions sur Campo S. Polo les problèmes de notre société et l’environnement bâti dans lequel nous vivons», remarque Tatiana Ca’ del Duca Fabeck, co-commissaire du pavillon et memSan Marco Le pavillon luxembourAccademia bre du jury. geois bénéficie d’un emplacement assez KadapaK and guests, central, non loin de la place Saint-Marc. un collectif à géométrie

variable W

photos du vernissage du pavillon: www.archiduc.lu W

Plus d’infos: www.rockpaperscissors.lu www.fondarch.lu www.labiennale.org

www.archiduc.lu

«KadapaK and guests est une forme molle et évolutive en fonction des projets. Pour le projet du pavillon luxembourgeois à la 12e Biennale de Venise, le collectif est composé de quatre personnes: Joëlle Tanson, Jean-Paul Tournay, Alice Verlaine et moi-même», explique Pierre-Yves Étienne, par ailleurs architecte et urbaniste indépendant collaborant régulièrement pour le bureau

Ne bénéficiant pas, comme certains pays, d’un pavillon national permanent dans les Giardini, à proximité de l’Arsenale, le Grand-Duché de Luxembourg a choisi, pour assurer sa présence à la Biennale, de louer une ancienne maison particulière située le long du Canal Grande. Cet emplacement, bien qu’un peu excentré, bénéficie d’un bel atout qui est la cour extérieure dans laquelle s’est déroulé le vernissage du pavillon. Il est également facile d’y accéder depuis le vaporetto en descendant à l’arrêt San Samuele ou Accademia.

1


037

0

0,5

1/400

A

1

1

Les visiteurs du pavillon luxembourgeois peuvent profiter d’une vue dégagée sur le Canal Grande.

N

A

B

Le quotidien est interrogé à travers cette installation composée de tasses à café et de sucres suspendus par de très fins fils légèrement perceptibles dans la lumière.

B

L’accès à la Ca’ del Duca se fait par une petite cour très agréable.

2

Le visuel de l’exposition rock-paper-scissors utilise des éléments graphiques basiques et élémentaires que sont la croix, le carré et le cercle.

C

Les salles du pavillon reprennent la typologie de l’ancien appartement. C

2


038

www.archiduc.lu

VENISE 2010

celle-ci. C’est une réflexion sur la consommation (le plan de pétrole prend beaucoup de place dans la salle et contraint l’occupation de la pièce), la temporalité, la vitesse, le mouvement, la présence et l’absence. La vidéo incite à une attitude contemplative voire méditative, le spectateur pouvant s’asseoir sur un petit banc d’église. D’une esthétique assez minimaliste, la vidéo n’a ni début ni fin et ne diffuse aucun son. Comme si la réalité était trop assourdissante. Les idées vaquent, l’esprit vagabonde, on se laisse imprégner par l’environnement. L’approche est sensorielle, les constructions restent intellectuelles. La salle suivante est plus lumineuse. On est tout de suite happé par la vue de la fenêtre joliment fleurie, donnant sur le Grand Canal. Mais l’installation rappelle vite les visiteurs: une boule de démolition est suspendue au centre de la pièce à une structure métallique temporaire. À proximité, trône sur son haut socle un fragile vase en porcelaine. Choc des esthétiques, contraste des potentialités de résistance. Vient alors l’évocation du cycle des choses, l’opposition entre la fragilité et la force, le massif et le délicat, l’éphémère et le permanent, le rude et le délicat. Cette salle pose assez lisiblement la question de la durée en architecture, tout comme celle de la consommation, mais d’un autre point de vue que dans la salle précédente. L’ensemble est mis en lumière de façon dramatique par l’ajout d’un spot directionnel et, si la visite se fait en fin d’aprèsmidi, les visiteurs auront peut-être l’occasion d’observer des jeux d’ombres et de lumières très révélateurs de cette juxtaposition de contrastes. La troisième pièce joue sur la notion d’inconfort. En traversant cet espace, on ressent immédiatement l’effet écrasant du faux plafond volontairement placé trop bas. L’esthétique est dissonante: la lampe est trop métallique, la table ni haute ni basse et il n’y a aucun siège pour s’asseoir. On entend les voisins, les bruits de canalisation. Et il fait chaud, très chaud même. Mais impossible d’ouvrir complètement la fenêtre: celle-ci est bloquée par le faux plafond qui obstrue l’ouverture et au-dessus duquel on peut encore admirer l’ancien beau plafond mouluré. Quelle est la valeur d’un tel espace? Souhaite-t-on réellement vivre dans des architectures si peu qualitatives? Quelle est l’échelle de l’homme? Telles semblent être les questions que KadapaK and guests pose aux visiteurs qui n’ont qu’une hâte, celle de sortir de cette pièce pour découvrir la suivante. Surprenant. C’est la première impression que l’on a en découvrant les quelque 650 tasses blanches remplies de café très noir audessus desquelles flottent autant de petits morceaux de sucre suspendus à des filins à peine perceptibles. Deux ans de café quotidien. Car c’est bien de la répétition et du quotidien dont il est question ici. Une fois encore,

» Suite page 42

1

Le contraste entre la boule du démolisseur et le vase fragile crée une tension forte qui invite à réfléchir sur la notion de durée en architecture. 2

L’exposition s’ouvre avec une vidéo qui incite le visiteur à avoir une attitude contemplative voire méditative. 3 4

Une pièce inconfortable, à l’esthétique dissonante, dans laquelle on entend les voisins et où on ne peut pas ouvrir complètement la fenêtre à cause du faux plafond placé trop bas.

1

Pour la première fois cette année, la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie a décidé d’organiser un appel à projets ouvert pour désigner le curateur qui réaliserait l’exposition


039

Le jury pour le projet du pavillon luxembourgeois

Pour la première fois, la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie a décidé de faire un appel à projets pour l’exposition du pavillon luxembourgeois à la Biennale d’architecture de Venise. Un jury de 7 personnes a été constitué. Il était composé de Dr. Rena Wandel-Hoefer, présidente du jury, architecte, Christian Bauer, président de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, architecte, Mike Koedinger, éditeur, Hans Fellner, libraire et historien de l’art, Tatiana Fabeck, architecte, Bohdan Paczowski, architecte, Andrea Rumpf, directrice de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie. 3 questions à Bohdan Paczowski pour comprendre le choix du jury Pourquoi le jury a-t-il choisi ce projet? «Ce projet a attiré l’attention du jury dès le début. Ce qui nous a frappés, c’est le traitement des espaces de la Ca’ del Duca, les contenus qui y ont été intégrés, ainsi que la forme de sa présentation. Ces trois aspects le détachaient du contexte des projets des autres candidats. Quels sont les points forts de ce projet? «Le Luxembourg moderne se développe aujourd’hui sur deux rails. D’un côté, il protège son identité linguistique et culturelle vis-à-vis de ses puissants voisins et, de l’autre, il s’ouvre à la culture et à la créativité artistique de l’Europe et du monde entier. Dans ce contexte, donner à l’exposition un caractère fermé sur soi-même n’aurait pas correspondu à la réalité des choses et aurait été une erreur que la presque totalité des participants à la Biennale ont su éviter. Mais les allusions à l’aura du pays n’y manquent pas. La grande flaque de pétrole à l’entrée ne fait-elle pas penser aux gloires industrielles du pays? Ne réfléchit-elle pas, en même temps, la richesse, cette valeur de plus en plus vulnérable et dont les problèmes occupent aujourd’hui les économistes, les sociologues, les hommes politiques luxembourgeois et mondiaux? ‘La boule du démolisseur’ n’évoque-t-elle pas les dilemmes d’un pays en développement, qui souvent, pour bâtir, doit aussi démolir? Et que dire de ‘La Remise’ – cet espace où l’on trouve une profusion d’objets, une accumulation de traces, d’empreintes, des pièces qui racontent des histoires? Là, je crois me retrouver entre les brocanteurs de la place Guillaume, de la place d’Armes ou au Glacis, où les objets disent beaucoup du temps passé, de la vie des familles, aujourd’hui disparues, de leurs conditions d’autant plus touchantes que souvent modestes, de leurs petits rêves.

2

3

4

Qu’est-ce qui a fait la différence avec les autres candidats? «D’abord la forte ‘matérialité’ du projet, qui l’a situé à l’opposé d’un grand nombre de propositions reçues, dont les messages passaient surtout par l’écran électronique. Or, nous vivons aujourd’hui l’inflation croissante de l’image virtuelle. La masse d’informations transmises par les vidéos crée une entropie à l’envers – plus celle du manque, mais celle de l’excès de communication. Dans ce bruit ennuyeux, tout se confond et on a de plus en plus de mal à communiquer. En transformant l’intérieur de la Ca’ del Duca en une espèce de ‘maison des miracles’, les concepteurs y créent un parcours qui offre aux visiteurs différentes sensations et qui suscite en eux des réflexions poétiques diverses. L’exposition luxembourgeoise, en devenant un lieu de rencontre dans des espaces architecturaux articulés et manipulés, répond ainsi au thème de la Biennale – ‘People meet in Architecture’.»


040

VENISE 2010

www.archiduc.lu


041

Une pièce à vivre, à expérimenter, à partager, répondant directement au thème général de la Biennale «People meet in Architecture».


042

KadapaK and guests ont rendu des dessins à main levée pour présenter leur projet au concours organisé par la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie.

www.archiduc.lu

VENISE 2010

les images qui arrivent en tête sont contrastées. Fragilité de la porcelaine blanche, du balancement des sucres, mais aussi agressivité du café noir, de la répétition aliénante. Les tasses sont posées directement au sol et on circule à travers elles comme on passerait dans une rue. Une évocation de l’urbanisme et de la construction des villes à l’image des villes américaines? L’interprétation est libre. En tout cas, il semblerait que le quotidien se marie ici avec la notion de vulnérabilité, d’urgence, d’équilibre, de gravité et de légèreté, tout comme de fragilité et de menace. La plus vaste des pièces a été transformée en pièce à vivre. Une plongée au cœur d’un appartement privé, un clin d’œil à la fonction initiale des lieux dans lesquels les visiteurs se trouvent. C’est ici que le collectif souhaite qu’ils s’emparent du lieu. Tout est fait pour qu’ils s’y sentent à l’aise: on y trouve un canapé, des fauteuils, la presse, une bibliothèque, de vieux vinyles avec un tourne-disque, une machine à café, une table de travail, un appareil photo, des plantes vertes, un piano avec des partitions, des poissons rouges. Tous les éléments de cette installation ont été minutieusement choisis par KadapaK. Dans la bibliothèque, c’est un mélange de livres d’architecture luxembourgeoise, belge, de romans, de livres de philosophie. Sur le piano, les partitions vont de Venise à I’m so pretty. Pour les vinyles, Brel, Coltrane, Bowie… Un jeu d’accumulation pour mieux raconter des histoires, laisser libre cours à l’improvisation, aux échanges, à la transformation, à l’interaction, aux envies, à l’usage. C’est une pièce pour échanger, se reposer aussi, faire une pause dans ce parcours marathon de la Biennale. Le dernier espace est en fait un couloir, un tunnel vers la sortie, mais un tunnel sans mur, sans réelle limite puisque les murs sont recouverts de miroirs, démultipliant à l’infini l’image de celui qui le traverse. Une ouverture infinie, une fin qui est une multitude de possibles. L’exposition propose une approche assez immédiate des choses, reprenant une typologie «habitée» avec un aspect domestique très marqué, loin de la typologie habituelle du musée. L’instinct et le ressenti prennent le pas sur un discours qui serait trop intellectualisant. L’ensemble est cohérent, les installations habitent totalement les pièces, l’interprétation reste ouverte et chacun peut y voir différentes choses, s’approprier les installations à sa manière en les traversant. Les curateurs parlent bien d’architecture, mais plutôt que de la montrer directement, elle est évoquée, suggérée. Elle est abordée d’un point de vue culturel. Chacun peut se sentir concerné, les thématiques abordées sont larges tout en étant concrètes. L’espace vécu prend le pas sur la création et la pratique professionnelle, quoique ces dernières soient quand même présentes. Les rapports de force annoncés dans le titre de l’exposition sous-tendent effectivement toute l’exposition.

KadapaK and guests

KadapaK and guests est une forme molle et évolutive qui réunit des professionnels de l’architecture, de l’urbanisme, du paysage et des arts. Pour l’exposition organisée dans le cadre de la 12e Biennale d’architecture de Venise, ce collectif est composé de Pierre-Yves Étienne, Joëlle Tanson, Jean-Paul Tournay et Alice Verlaine. Pierre-Yves Étienne Architecte et urbaniste. Né à Liège (Belgique). Diplômé de l’ISACF-La Cambre, Bruxelles en 2003, au sein duquel il a exercé comme assistant en projet d’architecture. Il a complété sa formation par un cycle de formation européenne à la coordination sécurité santé sur les chantiers temporaires et mobiles, puis a obtenu un diplôme d’études spécialisées en urbanisme et architecture à l’Université Libre de Bruxelles en 2007. Il a réalisé, en collaboration avec Jean-Paul Tournay, plusieurs expositions de photos retraçant les activités périphériques de La Cambre. Il est aujourd’hui architecte indépendant et collabore régulièrement au bureau d’architecture Marc Tanson, à Luxembourg. Joëlle Tanson Architecte. Née en 1978 à Esch-sur-Alzette (Luxembourg). Diplômée de La Cambre, Bruxelles en 2003, elle s’est fait remarquer pour ses recherches sur les représentations en maquettes et s’est vue récompensée du premier prix du concours de la Fédération de l’industrie du verre avec son projet final. Actuellement architecte indépendante, certifiée pour l’établissement du passeport énergétique au Luxembourg, elle collabore au bureau d’architecture Marc Tanson, à Luxembourg. Elle met l’accent et oriente ses projets vers une association étonnante de rigueur, poésie et humour tranquille. Jean-Paul Tournay Architecte et urbaniste. Diplômé de La Cambre, Bruxelles en 1966. Il est enseignant en architecture depuis 1969 au sein de La Cambre. Il est un acteur très actif de la vie de l’ISACF-La Cambre (membre du conseil d’administration, de l’asbl Recherche et Développement, de la Commission du Jury d’Etat en architecture…). Il a monté des expositions de peinture et d’architecture, publié divers articles. Parallèlement à cela, il a constitué en 1966 un bureau indépendant qu’il a dirigé jusqu’en 1992 et il s’associe aussi régulièrement à des bureaux inter­nationaux (le CERAU, l’Atelier B4, etc.). En 2009, il a créé une nouvelle agence et il intervient actuellement en tant que conseil pour différents espaces culturels et théâtres, dont l’Espace Magh à Bruxelles. Alice Verlaine Architecte. Née en 1984 à Bruxelles. Récemment diplômée de La Cambre, Bruxelles. Elle a obtenu la plus grande distinction pour son projet d’architecture de fin d’études et remporté plusieurs prix, dont le second prix du Concours européen d’Architecture Vizzion Europe pour le «Projet pour la maîtrise de l’étalement de la ville». Elle travaille avec des plasticiens, photographes et monte des expositions. Elle s’implique dans des recherches pour la qualification de l’espace public et de la ville, le sujet de son projet de fin d’études étant une réflexion sur ce que pourrait être un Grand Bruxelles.


L’exposition se termine par un couloir de miroirs, comme autant d’ouvertures et de possibles interprétations.


046

Exposition

People meet in Architecture Alors que cela n’était pas arrivé depuis longtemps, la 12e Biennale d’architecture de Venise est dirigée par une femme, l’architecte japonaise Kazuyo Sejima qui a choisi comme fil directeur le thème «People meet in Architecture», suggérant ainsi la place centrale de l’homme au sein de l’architecture.

Auteur: Céline Coubray Photographe: Éric Chenal/Blitz Agency infos Date jusqu’au 21 novembre Horaires de 10h à 18h Fermeture les lundis (sauf lundi 15 novembre) Commissaire Kazuyo Sejima

W

Plus d’infos: www.labiennale.org www.archiduc.lu

www.archiduc.lu

venise 2010

La Biennale de Venise est sans conteste un des événements d’architecture les plus importants au monde, ne serait-ce que par la profusion de projets présentés. «Faire la Biennale» est un passage obligé, aussi bien pour les amateurs d’architecture que pour les pays qui veulent avoir une existence sur le grand plateau mondial de l’architecture. Pour chaque édition, un commissaire général énonce une thématique qui est développée dans une vaste exposition présentée au Palais des expositions de la Biennale (dans les Giardini) et à l’Arsenal. La thématique de cette année, «People meet in Architecture», met au cœur de la discussion un aspect qui a été oublié ces dernières années au profit d’une architecture spectacle, à savoir l’art de construire des espaces dans lesquels l’homme, individuellement ou en communauté, peut s’épanouir, réaliser ses idéaux, communiquer avec les autres. Au total, 46 participants ont été sélectionnés par la commissaire Kazuyo Sejima, qu’ils soient architectes, ingénieurs, entreprises ou artistes pour réaliser une exposition qui soit «une expérience des possibilités architecturales». L’Arsenal est un magnifique bâtiment ancien, tout en longueur, qui offre de très vastes salles, hautes sous plafond, avec des poutres apparentes. Plutôt que de réaliser une surenchère de noms et de participations, Kazuyo Sejima a préféré dédier un espace à chaque invité, agence ou personnalité. Il en résulte une visite aérée, sans effet de trop-plein, laissant aux visiteurs la possibilité de profiter pleinement des espaces et des installations, privilégiant le ressenti plutôt que l’effet. Ce qui frappe tout de suite, c’est une certaine forme d’évacuation de l’architecture et de l’urba­ nisme au profit d’une installation plus proche du monde des arts plastiques et de l’art contemporain. On retrouve d’ailleurs des noms que les visiteurs ont plutôt l’habitude de voir entre les murs des centres d’art ou des musées (Hans Ulrich Obrist, Olafur Eliasson, Janet Cardiff et George Bures Miller, Cerith Wyn Evans, Fiona Tan, Thomas Demand…). Dès les premières salles, la présence physique de l’architecture est interrogée par l’instal­ lation d’Antón Garcia-Abril & Ensamble Studio, composée de gigantesques poutres de béton qui barrent littéralement l’espace, mais restent en même temps d’une légèreté déstabilisante. Deux salles plus loin, Cloud Space de Transsolar & Tetsuo Kondo Architects offre une expérience sensorielle forte. Les visiteurs sont invités à monter sur une rampe continue jusque sous le toit et à traverser physiquement un nuage. À chaque pas, le corps perçoit le changement de température et de condensation en vapeur, tout comme il prend conscience de l’espace qui l’entoure. Autre salle, autre installation. La magnifique et très sensible installation Work Place du Studio Mumbai architects (récompensée par une mention spéciale du jury) offre une plongée, presque intime, au cœur d’un atelier dans lequel on déambule parmi des éléments signi-

fiant de manière très subtile les origines de la création. Dans une ambiance de camaïeu ocre, matériaux divers, outils patinés, squelettes d’assises, dessins à main levée, venti­ lateurs qui tournent au plafond plongent les visiteurs dans une atmosphère à la fois laborieuse et créative, silencieuse et pourtant bavarde. On ressent fortement la question de l’apprentissage par l’expérience, l’idée de mettre en pratique l’architecture, l’importance de perpétuer les savoir-faire et les traditions locales. Mais l’ensemble est très esthé­ti­ sant, invitant généreusement le visiteur à prendre un peu de temps pour une rencontre personnelle. Dans un tout autre style, l’artiste Olafur Eliasson a réalisé une installation strobo­ scopique fascinante, Split Second House. Des jets d’eau tombent du plafond et la pression de l’eau fait tourner les tuyaux sur eux-mêmes, de manière aléatoire, créant une danse immatérielle et spontanée, oscillant entre lumière et obscurité. C’est certainement une des installations les plus marquantes du parcours. Decay of a Dome d’Amateur Architecture Studio est une structure en bois qui semble assez anodine au premier abord, et on aurait vite fait de passer à côté sans vraiment la regarder. Mais en y prêtant plus attention, on découvre que l’ensemble est réalisé presque sans attache, la stabilité étant surtout assurée par la compression des éléments les uns sur les autres, créant ainsi une architecture d’urgence, fragile et forte à la fois. Un dernier coup de cœur revient à l’installation sonore de Janet Cardiff et George Bures Miller, The Forty Part Motet. Formel­le­ ment réduite à l’essentiel, l’instal­lation consiste en des haut-parleurs individuels sur pied positionnés dans l’espace, chacun diffusant la voix d’un chœur qui interprète une œuvre du 16e siècle, Spem in alium nunquam habui, de Thomas Tallis. Une prise de conscience intense et de toute beauté de la spatialisation du son, d’une construction imma­térielle. Par contre, on reste assez perplexe devant l’installation

»  Suite page 48 1

Plutôt que de réaliser une surenchère de noms et de participations, Kazuyo Sejima a préféré dédier un espace à chaque invité, agence ou personnalité


047

1

Split Second House d’Olafur Eliasson 2

The Forty Part Motet de Janet Cardiff et George Bures Miller 3

Work Place du Studio Mumbai architects

2

3


048

Directrice de la 12e édition de l’exposition interna­ tionale d’architecture – Biennale de Venise

Kazuyo Sejima (née en 1956)

Alors que la Biennale d’architecture avait depuis quelques éditions été confiée à des critiques et des historiens de l’architecture, le commissariat de cette 12e édition revient à l’architecte japonaise Kazuyo Sejima. Elle a reçu récemment le prestigieux Pritzker Architecture Prize 2010, conjointement avec Ryue Nishizawa avec qui elle dirige le bureau SANAA. Le président du jury du Pritzker Prize 2010, Lord Palumbo, a qualifié leur architecture de «délicate et puissante, précise et fluide, ingénieuse sans être trop intelli­gente». Parmi les récentes réalisations du bureau, on peut citer le 21st Century Museum of Contemporary Art, Kanazawa, Ishikawa, Japon (2004), le Terminal ferry à Naoshima, Kagawa, Japon (2006), l’École de mana­gement et design Zollverein à Essen, Allemagne (2006), le Nouveau musée d’art contemporain, New York, États-Unis (2007) et le Pavillon d’été de la Serpentine Gallery, Londres, Grande-Bretagne (2009). Parmi les projets en cours, on retiendra le Musée du Louvre à Lens, France, le Vitra Factory Building à Weil-am-Rhein, Allemagne, un bâtiment multifonctionnel pour la fondation Serralves à Porto, Portugal, et une usine Hyundai Card à Séoul, Corée du Sud.

Sejima: Giorgio Zucchiatti. Courtesy: La Biennale di Venezia

futuriste de R&Sie(n), sorte de grande table blanche sur multi-pieds, aux formes organiques et éclairée par des lumières vertes vives. Quant à la performance d’Hans Ulrich Obrist et de ses interviews marathon en 24h présentées sur moniteurs, elle nous fait plutôt penser à un délire mégalomaniaque qu’à une réelle envie de rencontrer l’autre, le temps de quelques questions. Quelques centaines de mètres plus loin, au Palais des expositions, le visiteur est immédiatement interpellé par l’œuvre conceptuelle de l’artiste londonien Cerith Wyn Evans, joanna (chapter one), immense néon blanc suspendu au-dessus des visiteurs qui reprend un extrait du poème The changing light at sandover de James Merrill. Puis est présentée, juste après, la maison de Caruso St John et Thomas Demand, qui est en fait celle de Wu Ping et Yang Wu de Chongquing (Chine), résistant contre la démolition de leur maison à la place de laquelle devait s’ériger un centre commercial. Une maison devenue une icône. Mais au bout de trois ans de lutte acharnée, les propriétaires se sont avoués vaincus, et la maison fut détruite. L’histoire ne s’arrête pas là: elle continue en Suisse, à Zurich, où Caruso St John et Thomas Demand ont gagné le concours pour redessiner une place en 2008 et cherchent à reconstruire la maison pour y installer un restaurant ouvert 24/24h, reprenant avec beaucoup d’humour et de critique la tradition du «Pavillon chinois». Mais ce projet est freiné par l’obtention d’autorisations que les architectes doivent avoir suite à un référendum. D’un extrême à l’autre, de la Chine muselante à la démocratique Suisse, cette maison peine à exister… Toutefois, malgré cette entrée très artistique, c’est dans ce lieu d’exposition qu’on trouve le plus de maquettes et d’éléments rappelant les expositions «traditionnelles» d’architecture (Atelier Bow-Wow, Aldo Cibic…). Parmi les interventions réalisées par des architectes, on notera Cronocaos Preservation tour de OMA – Office for Metropolitan Architecture, fondé par Rem Koolhas qui a reçu un Lion d’or cette année pour récompenser l’ensemble de son œuvre. Véritable manifeste déployé dans l’espace, mêlant politique, économie et préoccupations sociales, cette installation plonge le visiteur au cœur de plusieurs histoires qui tournent toutes autour de la notion de conservation, comme moyen de penser et d’intervenir en architecture. Une réflexion radicale, dense, teintée d’ironie et d’humour. Cette exposition a comme grande qualité de «reconsidérer le potentiel de l’architecture dans la société contemporaine», et permet ainsi de questionner aussi bien l’architecture que l’urbanisme, la construction d’une maison individuelle que le développement de mégacités en passant par des projets de tailles intermédiaires, qu’ils soient publics ou privés, et ce de manière fluide et aisée.

www.archiduc.lu

venise 2010

1

2


049

4

3

Il en résulte une visite aérée, sans effet de trop-plein, laissant aux visiteurs la possibilité de profiter pleinement des espaces et des installations, privilégiant le ressenti plutôt que l’effet

5

1

Decay of a Dome d’Amateur Architecture Studio 2 3

Cloud Space de Transsolar & Tetsuo Kondo Architects est une occasion unique de pouvoir traverser un nuage.

4

joanna (chapter one) de Cerith Wyn Evans 5

L’installation d’Antón Garcia-Abril & Ensamble Studio est une association subtile de pesanteur et d’équilibre, de légèreté et de lourdeur.


050

Les prix de la Biennale: Sur proposition de Kazuyo Sejima, le Lion d’or a été décerné à l’architecte néerlandais Rem Koolhaas pour l’ensemble de son œuvre. Un autre Lion d’or a été décerné à l’architecte japonais Kazuo Shinohara à titre posthume. Le Lion d’or pour la meilleure participation nationale est revenu au pavillon du Royaume de Bahreïn, qui participait à la Biennale pour la première fois. Leur projet Reclaim est présenté à l’Artiglierie dell’Arsenale. Le Lion d’or pour le meilleur projet de l’exposition «People meet in Architecture» a été décerné à junya.ishigami+associates pour Architecture as air: Study for château la coste (à la Corderie dell’Arsenale). Le Lion d’argent pour le jeune architecte le plus prometteur dans l’exposition «People meet in Architecture» a été attribué à OFFICE Kersten Geers David Van Severen + Bas Princen pour leur projet 7 rooms 21 Perspectives présenté au Giardino delle Vergini, Arsenale. En plus de ces prix officiels, le jury a décidé d’attribué trois autres Mentions spéciales à Amateur Architecture Studio pour le projet Decay of a Dome, au Studio Mumbai pour l’installation Work Place et à Piet Oudolf pour Il Giardino delle Vergini. Trois autres prix seront décernés par des votes en ligne (www.labiennalechannel.org): le prix de la meilleure photographie de l’exposition (réservé aux photographes accrédités), le prix de la meilleure critique de l’exposition et le prix de la meilleure vidéo sur le thème de l’exposition.

1

2

Photo: Vacant NL- photographer Rob’t Har

Le jury: Il était composé de Beatriz Colomina (Espagne), Francesco Dal Co (Italie), Joseph Grima (Italie), Arata Isozaki (Japon), Moritz Küng (Suisse) et Trinh T. Minh-ha (Vietnam). Ce jury décerne le Lion d’or pour la meilleure participation nationale, le Lion d’or pour le meilleur projet présenté dans l’exposition «People meet in Architecture», le Lion d’argent pour la jeune participation la plus prometteuse à l’exposition «People meet in Architecture».

www.archiduc.lu

3

4

Participations nationales, les coups de cœur de la rédaction Cette année, 53 participations nationales ont pu être présentées privées meublées à une échelle comparable à une maison de poupée dans les pavillons historiques des Giardini ou dans différents pour adultes. espaces en ville. Certains pays ont participé pour la première Pavillon néerlandais 3 5 Vacant NL, where architecture meets ideas fois à la Biennale avec une représentation nationale. C’est le est une exposition engagée politiquement puisqu’elle pose directement cas de l’Albanie, du Royaume de Bahreïn, de l’Iran, la Malaisie, la question des bâtiments inoccupés pour un temps plus ou moins long la République du Rwanda et la Thaïlande. sur un territoire donné. Cette exposition, organisée par le Netherlands Architecture Institute (NAI) et Rietveld Land­scape, est non seulement un appel aux talents créatifs pour une réutilisation intelligente de ces Alors qu’il s’agit d’une première participation à la Biennale de Venise, espaces, mais aussi une mise en garde à l’égard des nations qui veulent le pavillon bahreïni 1 a remporté le Lion d’or pour la meilleure avancer sur l’échiquier de l’économie globale, sans reconnaître ces participation nationale. Reclaim rapporte le déclin d’une culture de forces cachées. la mer au profit d’une culture urbaine, ce qui, au-delà des impacts Pavillon belge 4 Usus/Usures est présentée par le collectif ROTOR. écologiques, a aussi des conséquences sociales. Trois baraques de pêcheurs ont été installées dans l’exposition et le témoignage de Cette exposition, très plastique visuellement, met en évidence l’usure leur habitant y est diffusé sur moniteur. comme un processus inévitable en architecture, qui permet d’ouvrir la L’exposition du pavillon japonais 2 présente une réflexion sur la réflexion sur les usages et la pratique des constructions. Les matériaux maison, l’espace vital et l’évolution de la ville à travers de courtes vidéos sont prélevés de leur situation originelle pour être isolés dans le pavillon et soumis aux regards. très concrètes et pédagogiques, ainsi que des maquettes de maisons

5


Fournisseur de bétons: Bétons Feidt

Mudam Luxembourg - Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean

Centre Opérationnel Soludec - Parc d’Activité Gadderscheier - B.P. 132 L-4902 Bascharage Tél: 26 599-1 - Fax: 26 599-599 - E-mail: info@soludec.lu - Web: www.soludec.com


habitat

www.archiduc.lu

052 Dossier habitat Ce dossier s’adresse aux particuliers qui souhaitent être informés sur des thématiques en lien avec l’espace domestique.

La rénovation durable, nouveau défi Notre siècle est marqué par le besoin de réduire notre consommation énergétique et d’agir pour un développement durable. L’habitat n’échappe pas à ce constat et les architectes trouvent des solutions pour améliorer l’empreinte écologique des bâtiments, notamment dans le cadre des rénovations destinées au logement privé.


053

L’impor­tance de la performance énergétique La rénovation durable repose sur quatre piliers principaux que sont l’énergie, l’économie, le social et la culture. Pour les particuliers, un des points essentiels est la question de la performance énergétique.

Auteur: Céline Coubray

Lorsqu’il s’agit d’habitat, les particuliers se trouvent généralement face à un double choix : soit décider de faire construire une nouvelle bâtisse, soit habiter un logement ancien. L’habitat ancien peut présenter de nombreux avantages, comme une bonne situation en centre-ville, à proximité des commerces et des transports en commun, dégager un charme particulier, avoir un intérêt esthétique, mais il peut aussi présenter d’importants désagréments, comme avoir été construit avec des produits nocifs ou ne pas répondre convenablement aux normes actuelles de confort thermique et de consommation d’énergie. Toutefois, il faut savoir que les constructions anciennes peuvent bénéficier de nombreuses possibilités d’amélioration, notamment d’un point de vue énergétique. Mais transformer un bâtiment existant selon les règles du développement durable peut se révéler un véritable défi. C’est pour cela que les travaux doivent se faire avec les conseils d’un ingénieur et/ou d’un architecte. La performance énergétique, qu’est-ce que c’est? La performance énergétique du bâtiment est une partie importante de la rénovation durable. Elle a un impact immédiat sur le confort d’utilisation du logement. Par performance énergétique d’un bâtiment, on entend «la quantité d’énergie effectivement consommée ou estimée pour répondre aux différents besoins liés à une utilisation standardisée du bâtiment et incluant l’énergie consommée pour le chauffage, l’eau chaude, la ventilation et l’énergie pour les installations périphériques» (extrait du règlement grand-ducal du 30 novembre 2007). Une rénovation énergétique permet de réduire très sensiblement la consommation d’énergie de chauffage et les coûts d’énergie puisque cette réduction peut aller jusqu’à 70% (source: www.myenergy.lu). On considère que dans une maison ancienne non rénovée, environ 85% de l’énergie est utilisée pour le chauffage et la production d’eau chaude. En réalisant des travaux de rénovation complets, cette consommation peut être réduite jusqu’au niveau d’une maison à basse consommation

d’énergie. Pour améliorer la qualité énergétique d’un logement, deux leviers peuvent être actionnés: l’amélioration de l’enveloppe du bâtiment (isolation, ventilation) et l’amélioration des équipements techniques mettant en œuvre des sources d’énergie renouvelables (installation de chauffage performante, chauffe-eau solaire…). Plus on aborde le bâtiment dans son ensemble, meilleure sera la performance énergétique. Le Certificat de Performance Énergétique ou Passeport Énergétique Le Certificat de Performance Énergétique renseigne de manière claire et précise sur les performances énergétiques d’une habitation et informe sur les possibilités d’amélioration de l’habitation concernant son isolation thermique et les équipements techniques (panneaux solaires, pompe à chaleur, etc.). Depuis le 1er janvier 2010, un Certificat de Performance Énergétique doit être établi pour tout changement de propriétaire ou de locataire et dans le cas d’une transformation ou rénovation d’une habitation existante. D’une validité de 10 ans à partir de la date de son établissement, il est réalisé par des architectes et ingé-

Nombre et primes accordées par type d’installation (en 2001-2004, situation au 24/01/2005)

472 Capteur solaire photovoltaïque 8 Éolienne 19 Installation au biogaz 16 Centrale hydroélectrique

Nombre d’installations (Total: 515)

114 769,20 € Centrale hydroeléctrique 173 585,87 € Éolienne 385 923,97 € € Installation au biogaz

Plus on aborde le bâtiment dans son ensemble, meilleure sera la performance énergétique

nieurs-conseils inscrits à l’OAI (Ordre des Architectes et Ingénieurs-Conseils), ainsi que par des personnes agréées par le ministère du Logement. Toutefois, certains se sont déclarés particulièrement intéressés par la fourniture des prestations de Certificat de Performance Énergétique surtout pour les immeubles existants et de conseil en énergie. Cette liste de professionnels est disponible sur le site de l’OAI (www.oai.lu). Les résultats sont présentés de manière simple et intelligible, sous forme de diagrammes, comme ceux qui sont déjà utilisés pour classer les performances des appareils électroménagers. Les valeurs énergétiques s’échelonnent de A pour les plus performantes à I pour les moins performantes. Aucun minimum n’est imposé pour les rénovations (contrairement aux nouvelles constructions qui doivent répondre au minimum à la classe D). Il peut se composer de cinq feuilles qui, en plus des données du propriétaire, de l’habi­ tation concernée et de l’expert ayant établi le certificat, présentent: la classification de l’ouvrage (de A à I) suivant son efficacité énergétique et ses propriétés isolantes (page 1), des diagrammes des valeurs de l’efficacité énergétique, des propriétés isolantes et des

»  Suite page 54

1 157 335,49 € Capteur solaire photovoltaïque

Prime accordée par installation (Total: 1 831 614,53 €)

15 436 957 Installation au biogaz

4 590 767 Centrale hydroélectrique

6 943 434 Éolienne

2 241 023 Capteur solaire photovoltaïque

Énergie produite par installation en kWh (Total: 29 212 181)

Source: ministère de l’Environnement

Rénovation durable


054

www.archiduc.lu

habitat

émissions de CO2 (page 2), la description de l’installation de chauffage et de la production d’eau chaude avec les besoins en énergie respectifs (page 3). La page 4 est à compléter après trois ans d’utilisation pour vérifier les valeurs initialement calculées et documenter les consommations et besoins en énergie réels. La feuille 5 concerne les habitations existantes et renseigne sur les possibles mesures à prendre pour optimiser l’habitation du point de vue de la consommation énergétique.

1

Répartition des zones de déperdition thermique dans une maison anicenne non rénovée

Chaudière 20-35%

Toiture 15-20%

Déperditions de ventilation 10-20%

3

Exemple d’amélioration du confort thermique à l’intérieur d’une pièce après isolation d’un mur extérieur

Sol et cave 5-15%

Fenêtres 10-25%

Source: www.myenergy.lu

Murs extérieurs 20-35%

La politique gouvernementale et les aides financières étatiques

bâtiment économe

Température de rayonnement mur extérieur 15°C

B

Température de rayonnement mur intérieur 20,5°C

C D

21°C

A

-15°C

Bâtiment neuf

1

E F Bâtiment ancien

Pour inciter les particuliers à réaliser des rénovations répondant aux normes du développement durable, le gouvernement, qui a une démarche volontaire dans le domaine de la performance énergétique, a mis en place des règlements pour promouvoir l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments d’habitation, dont ceux qui font l’objet de travaux de modification. D’après le règlement grand-ducal du 21 décembre 2007, un régime d’aides a été institué pour «la réalisation de projets d’investissement sur le territoire du Grand-Duché de Luxembourg qui ont pour but l’utilisation rationnelle de l’énergie et la mise en valeur des sources d’énergie renouvelables». Ces aides financières prennent la forme de subventions en capital. Elles peuvent être attribuées pour l’assainissement énergétique d’une maison d’habitation existante, c’est-à-dire une maison âgée de plus de 10 ans lors de l’introduction de la demande d’aide

2

Diagramme des différentes classes de performance énergétique

G

I

H Classe de performance énergétique

Température de rayonnement mur extérieur: 19°C

bâtiment énergivore

Température de rayonnement mur intérieur: 20,5°C

financière. Cette aide peut se rapporter aux éléments de construction de l’enveloppe thermique de la maison et à la ventilation contrôlée. Pour ces éléments de construction de l’enveloppe thermique, les montants alloués sont calculés sur base des surfaces assainies. Les mesures d’assainissement peuvent concerner la façade, la toiture, la cave, les fenêtres. Si les travaux concernent toutes ces parties, alors une prime supplémentaire de 20% est accordée par rapport aux taux indiqués. Pour la mise en œuvre d’une ventilation contrôlée, les aides s’élèvent à 50% avec des seuils maximaux suivant le type d’habitation et le type de ventilation mis en place. Des aides financières peuvent également être sollicitées pour un investissement concernant l’ins­

W

Plus d’infos: www.myenergy.lu www.oai.lu www.environnement.public.lu www.emwelt.lu www.crtib.lu/leitfaden www.mayago.lu www.akut.lu

Source: www.myenergy.lu

tallation solaire thermique, l’installation photovoltaïque, la pompe à chaleur, la chaudière au bois, la micro-cogénération domestique et le raccordement à un réseau de chaleur. Il est également possible de solliciter des aides pour le service du conseil en énergie (sous certaines conditions). Pour le conseil en énergie visant à améliorer la performance énergétique d’une maison existante, une aide de 50 euros par heure est accordée, sans dépasser certains seuils calculés en fonction du type de logement. Une aide est aussi accordée pour le conseil en énergie visant à améliorer la performance énergétique des installations techniques (installation solaire thermique, photovoltaïque, pompe à chaleur…).

-15°C

Le Certificat de Performance Éner­ gétique renseigne de manière claire et précise sur les performances énergétiques d’une habitation

21°C

2

3

Quelques trucs et astuces pour une rénovation réussie: - Privilégier des matériaux de construction respectueux de l’environnement, ayant une bonne capacité de recyclage et issus de la région où se trouve le bâtiment à restaurer. - Prendre conseil auprès de professionnels du secteur. - Privilégier les énergies renouvelables pour la production d’énergie. - Pour améliorer sensiblement la qualité énergétique d’une maison, il faut isoler conjointement les murs extérieurs, les fenêtres, la toiture et le plafond de la cave.


056

Parole d’expert

« Plusieurs scénarios sont possibles »

Laurent Rouach est à la tête de PROgroup GEIE, un bureau d’ingénieurs-conseils actif de manière globale dans le domaine du bâtiment, doté d’une approche durable innovante. Il nous présente des exemples de rénovation durable.

Interview: France Clarinval Photographe: David Laurent/Wide

www.archiduc.lu

HABITAT

Laurent Rouach est investi dans le domaine de la construction durable depuis longtemps. Le premier bureau d’ingénieurs du groupe a été fondé en 1996 et ce sont désormais 12 sociétés dans quatre pays qui se partagent différentes missions: projets de construction, développement durable, énergie, certification environnementale, sécurité et santé… Le groupe compte aujourd’hui 90 ingénieurs et architectes.

ponts thermiques, les moisissures, etc. On effectue également une série de relevés techniques sur les parois, les fenêtres, le toit et, plus généralement, l’isolation dans son entièreté, le taux d’humidité, la condensation, etc. Le propriétaire des lieux est-il impliqué dans cet audit? «Nous faisons toujours en sorte d’impliquer l’occupant parce que c’est lui qui ‘vit’ la maison et sait comment elle se comporte au quotidien: dans telle pièce il y a des courants d’air ou telle autre est humide… Une information précieuse est bien entendu la consommation d’énergie et nous étudions donc les factures, les photos éventuelles du chantier ou plus récentes… Plus nous obtenons d’informations, mieux c’est. Cela dit, les gens ont souvent des a priori sur leur maison, parfois invalidés par le calcul.

Comment vous êtes-vous intéressé aux questions énergétiques et environnementales, en particulier dans la construction? «La construction est le deuxième émetteur de gaz à effet de serre, deuxième consommateur d’énergie, premier producteur de déchets et première cause d’accidents du travail. On n’ignore plus ces faits. Il a fallu s’attaquer à ces problèmes. L’énergie est un des domaines sur lesquels il a été décidé d’agir, d’abord le législateur européen, puis les États dans leurs décli- Quels sont les endroits particulièrement naisons nationales et enfin nos bureaux dans critiques? «Il y a différents pièges dans une maison: les la ‘mise en musique’. fenêtres, le toit, la cave. Mais on mésestime l’imCette prise de conscience est-elle récente? portance de la porte d’entrée. Les gens veulent à la «Oui, jusqu’il y a une dizaine d’années, les thè- fois qu’elle apporte de la lumière et de la robusmes du changement climatique et des émissions tesse et selon les matériaux utilisés et la qualité de de GES (gaz à effet de serre) induits par la la porte, elle protège plus ou moins bien du froid, consommation d’énergie fossile, le prix de l’éner- de l’humidité et de la condensation. C’est un élégie ne préoccupaient que certains. Désormais, ment assez cher auquel il faut faire attention. personne ne peut ignorer l’impact que cela génère (coût, environnement, image…). La législation a évolué. Comme vous le savez, le passe“Le public est sensibilisé à ces port énergétique est désormais obligatoire; cela questions et réalise l’importance donne une indication précise de la performance que peut revêtir la performance énergétique du bâtiment. Le public est sensibiénergétique pour une maison” lisé à ces questions et réalise l’importance que Laurent Rouach peut revêtir la performance énergétique pour une maison. Une maison classée I (énergivore) a désormais beaucoup plus de mal à se vendre. En parallèle, quelques opérateurs arrivent sur le Comment concevez-vous les conseils de réno- 1 marché pour ne construire que du B (basse vation? Laurent Rouach est administrateur «Nous faisons en sorte d’inscrire nos clients délégué de PROgroup au consommation) voire du A (passif). dans une perspective où non seulement les sub- Luxembourg. Que préconisez-vous en matière de construc- sides de l’État leur sont acquis (nous établissons tion et de rénovation? d’ailleurs les dossiers de demande), mais égale«L’architecture bioclimatique est d’abord une ment où leur propriété atteint une performance question de bon sens. C’est comme ça que l’on élevée et durable. Pour cela, il y a trois paramèconstruisait dans le temps. Il s’agit d’optimi- tres à prendre en compte, selon les principes de ser les gains solaires en hiver et de s’en proté- la ‘trias energetica’. Il s’agit d’abord de réduire et ger en été: orientation, forme, matériaux… de limiter les besoins énergétiques (principaleTout joue un rôle. Nos interventions se font ment en chauffage) par des interventions plus aussi bien sur les constructions neuves que ou moins lourdes en termes de renforcement de sur les rénovations. l’isolation. Deuxièmement, il faut utiliser au maximum des sources d’énergie renouvelables. Concrètement, comment ça se passe pour une Enfin, pour la demande d’énergie rémanente, il rénovation? s’agit d’utiliser la meilleure technologie disponi«Nous faisons d’abord un audit de l’objet ble et la plus abordable. pour identifier ses points critiques. Nous réalisons une série de mesures: un ‘blower door En quoi consistent donc concrètement ces test’ (test d’infiltrométrie), qui est une mise conseils? «Notre démarche fait l’objet d’un Rapport de en dépression des locaux afin de mesurer l’étanchéité à l’air de l’enveloppe et de détecter Conseil en Énergie qui comprend une descriples infiltrations; la thermographie, qui est une tion de la maison avec une analyse de la situaimage infrarouge de l’objet permettant de tion: l’identification des besoins en chauffage détecter les défauts d’isolation thermique. On » Suite page 58 observe les points faibles du bâtiment, les


057

Coûts exploitation cumulés (€) 450 000

400 000

350 000

300 000

250 000

200 000

150 000

100 000

50 000

0 0 Années

1

A

10

20

30

40

Exemple de calcul de coûtS d’exploitation sur 50 ans pour une maison type et l’impact de différentes interventions Variante 0 Pas de modifications Variante 1 Nouvelle chaudière performante Variante 2 Variante 1 + isolation toiture Variante 3 Variante 2 + isolation façade Variante 4 Variante 3 + double vitrage et eau chaude solaire Variante 5 Variante 4 + isolation renforcée

B

C

Les caméras thermiques Les caméras thermiques captent les rayon­ nements électromagnétiques émis dans le spectre infrarouge. Elles permettent de découvrir des défauts d’isolation, les ponts thermiques. Avec l’aide de la thermographie infrarouge, il est facile de localiser la répartition de chaleur sur la façade d’un bâtiment A et B et il est possible de

localiser précisément les pertes de chaleur dues à un défaut d’isolation. C’est la méthode la plus rapide et la plus efficace pour détecter les pertes de chaleur, les défauts d’étanchéité, les défauts d’isolation, les ponts thermiques. Sur la photo C on identifie un pont thermique au niveau d’un raccord de la toiture avec un mur extérieur.

50


058

et de la consommation, la localisation des faiblesses. Nous présentons ensuite les pistes d’assainissement énergétique réalisables et réalistes. Dans cette optique, ce rapport présente une comparaison entre différents scénarios d’assainissement énergétique, essentiel­lement sur base de leur rentabilité. Pour chaque variante, nous indiquons la diminution du besoin, le changement de classe et surtout les coûts d’investissement induits.

www.archiduc.lu

HABITAT

des travaux d’assainissement dans le cadre de notre association enerGplan.

Évolution de la température et du degré hygrométrique dans les parois d’uN mur de façade avant ET APRÈS UNE ISOLATION PAR L’EXTÉRIEUR

Quelle est l’ampleur de votre travail? «On réalise beaucoup de certifications de neuf et d’ancien, de résidences ou de maisons, pour des particuliers, des entreprises, des banques dans le cadre de reprises de crédits, des notaires. Cela a représenté pour nous environ 170 certifications en deux ans.

Comment le client choisit-il parmi ces variantes? «Il y a essentiellement deux voies: soit il s’agit d’un investissement financier où le client ne va pas vouloir aller trop loin (intervention lourde), soit il s’agit d’un investissement à long terme, peut-être avec une revente, où les travaux peuvent être plus conséquents. Il faut toujours garder à l’esprit l’équilibre entre investissement et rentabilité. Le but est forcément de passer dans une classe supérieure sur le passeport énergétique, mais tout n’est pas réalisable.

De quelles réalisations êtes-vous particulièrement fier? «Un projet conséquent était la certification de la classe énergétique après rénovation pour le compte d’une société nationale d’habitations à prix modérés: six résidences construites à Bonnevoie en 1954. Nous avons réalisé un audit et une assistance au maître d’ouvrage quant aux objectifs à atteindre en termes de classification énergétique. L’ensemble était classé I et grâce à une ventilation mécanique à double flux avec récupération de chaleur et à une isolation poussée, l’ensemble est passé à une De combien de classes peut-on espérer monter? classe D. Une importante opération qui a net­ «En rénovation, on peut aisément améliorer tement amélioré la qualité de vie. les choses pour gagner deux voire trois classes, mais viser une classe A ou B peut vraiment Et pour un particulier? «Nous avons fait un audit d’un bâtiment induire des interventions considérables. Cela nécessite notamment un système de ventila- ancien, classe H, construit sur différentes tion mécanique contrôlée avec récupération périodes, du 14e à la fin du 18e siècle, et les de chaleur, des travaux d’isolation des façades, actuels propriétaires avaient déjà effectué une série de rénovations, notamment d’isolation et des planchers… Nous proposons toujours une série de de remplacement des fenêtres. Nous avons prorecommandations avec une hiérarchie des posé jusqu’à neuf variantes, allant du simple interventions, allant des plus importantes aux remplacement de la chaudière à l’isolation des plus légères avec des solutions cumulatives. façades, du toit, en passant par le triple vitrage, Par exemple, changer une chaudière est un l’installation d’une ventilation mécanique investissement sur 20 ans qui peut être renta- contrôlée (VMC) double flux avec récupération ble en 5 ans. Changer des fenêtres nécessite et l’installation de panneaux solaires. Selon les un investissement sur 25 ans et peut être ren- variantes proposées, la réduction de la consomtabilisé en 10 ans. L’isolation de la façade et mation allait de 32 à 67% et les besoins spécifide la toiture est aussi un investissement de ques en chaleur diminuaient de 17 à 56% avec 25 ans, mais qui n’est pas toujours rentabilisé un passage progressif à la classe E. (hors revente, bien sûr, et hors amélioration du confort). Il faut donc mener une réflexion à Et au point de vue financier? «Le coût des différentes variantes, en tenant long terme. L’ordonnancement des interventions a également son importance. L’améliora- compte des aides de l’État, allait de 9 600 à tion globale de la performance peut modifier 102 500 euros, que nous avons rapportés aux l’équilibre et rendre une chaudière surdimen- économies réalisables sur 20 ans. La variante la sionnée: elle se mettrait en marche et s’arrête- plus rentable nécessitait 55 000 euros et faisait rait plus fréquemment, entraînant des pertes économiser 117 000 euros sur la période.» et une usure plus importantes. W Vous proposez plusieurs options? «Pour chacun des postes de l’assainissement plus d’infos: énergétique, nous proposons plusieurs possi- www.progroup.eu bilités offrant ainsi un grand nombre de combinaisons en termes de coût d’investissement, de durabilité des produits et de facilité de mise en œuvre. Par exemple, la différence de prix entre deux solutions, comme le polystyrène expansé et la fibre de bois, est souvent minime, mais l’impact sur le cycle de vie est tout autre. Ce qui est important, c’est aussi d’orienter vers des artisans compétents et nous proposons d’ailleurs de prendre en charge le pilotage

Enduit intérieur Pierre calcaire

%) tive (

ité rela

Humid 100 90 80

Enduit extérieur

70 60 ) re (C° ératu 0 Temp 2

50 40

18

30

16

20

14

10

12

0

10 8 6 4 2 0

0

0,1

0,2

0,3

0,4

0,9 0,8 r (cm) 0,7 l’extérieu 0,6 tir de par 0,5 nce à a t is D

1,0

1,1

Situation avant isolation Humidité (%)

Température (C°)

Pierre calcaire

ité rela Humid 100 90

Enduit extérieur

80

Isolation

70 60

°)

re (C ératu 0 Temp 2

50 40

18

30

16

20

14

10

12

0

10 8 6 4 2 0

0

0,1

0,2

0,3

0,4

%)

tive (

Enduit intérieur

0,9 0,8 r (cm) 0,7 l’extérieu 0,6 tir de par 0,5 ce à n a t Dis

1,0

Situation après isolation

Le Blower-door Test Alors que toutes les portes et les fenêtres du local testé sont fermées, un ventilateur est disposé dans une porte extérieure ou dans une fenêtre. Ce ventilateur permet d’aspirer continuellement l’air et ainsi de créer une dépression à l’intérieur du local. En cas de fuite dans l’enveloppe du bâtiment, l’air pénètre à l’intérieur. Ce test permet de quantifier précisément les infiltrations d’air non désirées à travers l’enveloppe de la maison (trous dans les murs, passage dans les menuiseries, défauts d’étanchéité de toiture...).

1,1


Norbert BRAKONIER S.A. 20, place du Parc L-2313 Luxembourg Tel +352 27 36 53 43 Fax +352 27 36 53 46 Mail info@nbr.lu Web www.nbr.lu


060

www.archiduc.lu

habitat

Produits

Équipement technique Qu’il s’agisse de capteurs solaires, de chaudières à granulés ou à bûches, ou encore de chauffe-eau, ces équipements techniques répondent aux exigences du développement durable et peuvent être installés au moment d’une rénovation de logement, permettant de conjuguer technologie et environnement.

Sélection : Céline Coubray

Chaudière à granulés

Pour les bûches

La chaudière P4 Pellet à granulés, entièrement automatique pour une plage de puissance de 8 à 60 kW, a été distinguée par l’écolabel autrichien (Umweltzeichen). Répondant au système «Plug and Play», son installation est très simple et elle est aussi très silencieuse. www.froeling.com

La S4 Turbo est une chaudière à bûches. Pour une puissance de 15 kW seulement, la S4 Turbo permet la combustion de bûches de 50 cm. La géométrie cylindrique de la chambre de combustion a été développée pour gagner en efficacité de combustion et réduire les émissions. www.froeling.com

Pour toit pentu

Toujours chaud

Héliotoiture est un système d’intégration toiture photovoltaïque, avec des fixations conçues pour s’adapter aux toitures inclinées, en prenant en compte les critères d’étanchéité, de résistance mécanique et de ventilation. Il est équipé en face arrière d’un revêtement spécifique anti-condensation. www.giordano.fr

Grâce à son unité pompe à chaleur (PAC), le chauffe-eau thermodynamique monobloc Odyssée utilise les calories de l’air ambiant pour chauffer l’eau sanitaire. D’une capacité de 270 litres, il répond aux besoins d’une famille de 2 à 6 personnes. Son COP est 3,7. Régulation à trois modes (Auto, Eco, Boost). www.atlantic.fr

Air chaud

Invisible

Prêt-à-poser

En bande

Universelle

Tuile en verre

Eaux grises

Collectif ou piscine

Capsolair est un capteur solaire thermique à air qui permet en plus un apport d’air chaud dans l’habitat. Sans entretien, de fabrication écologique et à haut rendement thermique, il peut être utilisé comme chauffage par air pulsé régulé, avec apport partiel d’air neuf, ou couplé avec un système de VMC double-flux. www.danialu.com

Turbomatic est une chaudière entièrement automatisée qui permet aussi bien la combustion de bois déchiqueté que de copeaux ou encore de granulés, sur une plage de puissance comprise entre 28 kW et 100 kW. www.froeling.com

Soleil mon amour

L’esthétique soignée de ces capteurs solaires thermiques permet une meilleure intégration architecturale. Ils ont un fort coefficient d’absorption (0,95 +/- 0,01) et d’émissivité (0,05 +/- 0,02 à 100°C). Le verre trempé a une épaisseur de 4 mm pour un coefficient de transmission de 91 %. Adaptable à tous types de toitures. www.giordano.fr

Quick Step Thermo-Solaire est un collecteur solaire invisible. Les éléments de toiture en profilé zinc-titane sont à surface absorbante et conductrice et en face inférieure sont disposés des tubes capillaires absorbants. Il est recommandé comme source de pompe à chaleur, préchauffage d’eau ou chauffage des piscines. www.rheinzink.be

Le système Soltech est un système exclusif de toiture de tuiles en verre qui transforment l’énergie solaire en chaleur, et ce, en complément d’un équipement de chauffage. Il permet de générer jusqu’à 500 kWh/m2/an. www.soltechenergy.com

Le système solaire SLS de e.l.m. leblanc se compose de deux modules prêts à poser: un module capteur bénéficiant d’un raccordement sans outil et un module système comprenant le ballon, le régulateur solaire et les éléments hydrauliques (livrés pré-assemblés). www.elmleblanc.fr

Le principe de l ’E.R.S (Energy Recycling System) consiste à recycler la chaleur perdue dans les eaux usées, au profit des installations de chauffage, d’ECS ou de ventilation. Installation à l’intérieur des bâtiments dans le prolongement de l’écoulement des eaux usées. www.biofluides.com

Les collecteurs solaires SKC de Fakro peuvent être installés en assemblage où la distance entre les panneaux n’est que de 3 mm. La surface homogène ainsi obtenue s’adapte parfaitement à la couverture de toit. Uniquement possible dans les assemblages horizontaux côte à côte. www.fakro.fr

Prévu pour ECS des collectivités ou pour le chauffage de l’eau d’une piscine intérieure, Solar Pump associe capteurs aérosolaires non vitrés et pompe à chaleur. Ce système hybride a une capacité de production d’eau chaude sanitaire qui peut atteindre 20 000 litres à 55°C/jour. www.giordano.fr

Capteurs intégrés Dans le sol et l’eau Soleil optimisé Les capteurs solaires CLI 4000 sont des capteurs intégrés sur les toits avec un principe de pose identique à celui de la fenêtre de toit permettant une intégration dans la plupart des matériaux (tuiles mécaniques, ardoises…) et sur une pente à partir de 15°. Cette installation peut être couplée avec divers types de ballons solaires. www.velux.com

Aquatop T est une pompe à chaleur qui transforme l’énergie «gratuite» présente dans le sol ou la nappe phréatique pour le chauffage. Elle peut être utilisée aussi bien pour les installations avec chauffage de sol que pour les nouvelles et les anciennes installations à radiateurs (sous certaines conditions). www.elcobelgium.be

Le chauffe-eau solaire individuel Solerio Optimum est composé d’une station et de capteurs solaires. Les capteurs à haut rendement et les ballons à échangeurs optimisés permettent un réchauffage rapide du ballon et une meilleure stratification. www.atlantic.fr


1 2

Simplement complémentaires.

Eames Plastic Side Chair (1) et Eames Plastic Arm Chair (2) - VITRA et Fernando, menuisier

Proposer des objets, des idées et fabriquer du mobilier avec maîtrise. Réunir le beau et l’intemporel, l’insolite et le savoir-faire. C’est le sens que Firstfloor et Prefalux donnent au design.

www.firstfloor.lu


062

www.archiduc.lu

habitat

Produits

Isolation

Dans les rénovations de logement, l’isolation occupe une place très importante. C’est pour cela que nous avons sélectionné une large gamme de produits pouvant servir d’isolant thermique ou acoustique, pour les murs, les plafonds, les sols, les toits. En choisissant bien son isolation, on s’assure d’un confort optimal et de moins de perte de chaleur, donc d’un gain d’énergie.

Sélection: Céline Coubray

Ouate de cellulose Cellulose souple

Univercell, isolant thermique et acoustique en panneau semi-rigide, est réalisé à base de ouate de cellulose adjuvantée (60 %), fibres de coton effilochées issues du recyclage (20 %) et fibres polyester thermofusibles. Pose murale, en rampants de toiture ou sur cloison en neuf ou en rénovation. www.soprema.fr

Le panneau isolant souple flex CL est réalisé en cellulose. Il épouse avec précision la forme de sections asymétriques. Sa résilience réagit même au retrait du bois, de sorte que tout pont phonique et thermique ultérieur est exclu. www.homatherm.com

Plaquettes de bois

Carton plâtre

Panneau rigide d’isolation constitué de cellulose recyclée et de fibre végétale, ana de lin, contrecollé à une dalle de plaquettes de bois orientées OSB/3 poncé de 15 ou 18 mm d’épaisseur. La portée maximale de l’OSB de 15 mm est de 450 mm, elle peut être de 600 mm pour l’OSB de 18 mm. www.acoustix.be

Panneau rigide d’isolation acoustique constitué de cellulose recyclée et de fibre végétale, ana de lin contrecollé à une plaque de carton plâtre de 12,5 mm d’épaisseur. www.acoustix.be

Thermique et acoustique

Fibre de kenaf

En liège

Fibres de lin

Sous-toiture

Cellulose en flocons

Isolation double

Simple et efficace

Pour couper les ponts

Isolant en plumes Coton majoritaire

Granomural de la société Granofibre a été développé pour répondre à des besoins d’amélioration acoustique (absorbe 43 % des fréquences de 1 000 Hz) et thermique (2°C plus chaud sur une pièce traitée) dans des locaux existants. Ce produit est classé E1 selon la norme EN120 relative aux formaldéhydes.

Le panneau de sous-toiture UD-Q11, en plus de protéger du vent et de la pluie, permet aussi de faire des économies d’énergie en améliorant la protection thermique et acoustique grâce à sa faible conductivité thermique et des épaisseurs allant jusqu´à 120 mm. Il peut faire office de toiture provisoire jusqu’à 10 semaines. www.homatherm.com

Insensible à l’humidité

L’isolant thermique en verre cellulaire FOAMGLAS W+F® isole les façades par l’extérieur ou l’intérieur. Il est insensible à l’hu­midité qui ne peut condenser. Cette caractéristique propre au FOAMGLAS® conserve le pouvoir isolant de manière infinie et sans pare-vapeur. Conductivité thermique de 0,038 W/mK. www.foamglas.lu

Les plaques isolantes Isolgreen sont réalisées en fibres de kenaf associées à un liant vert qui assure la liaison et le maintien de la structure fibreuse. Convient pour les constructions ou les rénovations. Il ne contient aucun ingrédient dangereux et peut être composté. Disponible en rouleaux et en panneaux. www.green-ingenierie.fr

fineFLOC sont des flocons isolants en cellulose mis en œuvre par insufflation pour isoler des combles dans les murs et les coins de toiture. Ce produit protège les greniers de perte d’énergie et offre une meilleure protection contre la chaleur estivale. Sa conductibilité thermique est de 0.040 W/(mK). www.homatherm.com

L’isolant thermique en verre cellulaire FOAMGLAS® PERINSUL® permet de couper les ponts thermiques. Inerte et résistant à une compression allant jusqu’à 160 tonnes/m2 sans aucune déformation, il peut être placé à la base d’un mur porteur ou d’une dalle sans risque de détérioration dans le temps. www.foamglas.lu

Ces plaques de liège aggloméré à la vapeur surchauffée sont destinées à l’isolation thermique et acoustique des sols et des murs. Compactes et imputrescibles, elles sont disponibles à bord franc ou rainuré de 100 x 50 cm en 2 à 10 cm d’épaisseur. www.agglolux-cbl.com

Le panneau rigide Pan-terre Fibro-plâtre est un mélange de deux matières d’origine cellulosique: le papier et l’ana de lin contrecollé à une plaque de fibroplâtre de 12,5 mm d’épaisseur. La colle utilisée est à base d’acétate de polyvinyle ne contenant pas de formaldéhyde. www.acoustix.be

Batiplum est un isolant thermique et acoustique qui existe en deux densités et convient pour les murs ou la toiture. Il est composé à 70 % de plumes de canard, de fibres de laine de mouton à 10 % en poids, et à 20 % de polyester thermofusible. Les fibres polyester réalisent le liage. www.naptural.com

Natilin Ouate est un isolant en rouleaux à base de fibres végétales de lin. C’est un matériau poreux qui s’adapte à l’hygrométrie ambiante pour l’isolation thermique et acoustique en sous-toitures, planchers, plafonds et cloisons sèches. Existe en quatre épaisseurs de 4 à 10 cm. Disponible aussi en panneaux semi-rigides ou en vrac. www.naturlin.fr

Le panneau rigide Pan-terre est un mélange de deux matières d’origine cellulosique: le papier et l’ana de lin. C’est un matériau naturel issu à 100 % du recyclage et 100 % recyclable. www.acoustix.be

Baticoton est un isolant thermique en panneaux semi-rigides ou rouleaux. Sa composition mixte est constituée de fibres textiles recyclées (60 %), de laine de mouton de mégisserie (20 %) et de fibres polyester thermofusibles assurant la liaison et la tenue mécanique du complexe (20 %). Convient pour planchers, combles, murs. www.naptural.com


ACERBIS BELL ATO dESALTO

fLE xfORm fLOU fSm

POLIfORm POLTRONA fRAU PORAdA

RImAdESIO WIT TmANN z ANOT TA

L’harmonie intérieure selon Casa Nova Au cœur de notre espace de présentation, venez découvrir les dernières tendances et collections de mobilier contemporain. Dans une ambiance empreinte de sérénité, composez le décor qui reflètera fidèlement votre personnalité: un environnement en parfaite harmonie avec vos goûts et votre style de vie.

Mobilier, décoration et luminaires 26, avenue de la Porte-Neuve L - 2227 Luxembourg Tél. 22 26 27 info @casanova.lu www.casanova.lu


064

www.archiduc.lu

habitat

Témoignage

Maison en bande des années 1960

michelpetitarchitecte vient de livrer l’extension et la rénovation d’une maison unifamiliale avec la collaboration d’INCA ingénieurs-conseils associés.

Interview: Céline Coubray

Michel Petit Michel Petit est architecte depuis 1981. Il dirige l’agence michelpetitarchitecte depuis 2002.

W

PLus d’infos: Ce projet est également présenté dans l’expo­sition organisée par l’OAI en collaboration avec le ministère du Logement pendant la Semaine du Logement. www.michelpetitarchitecte.com www.oai.lu www.semainenationaledu logement.lu

Quelle a été votre intervention dans cette maison en bande des années 1960? «Le hall d’entrée, la cuisine et le séjour sont nouvellement agencés pour gagner en fluidité et fonctionnalité. Le séjour et les étages supérieurs bénéficient de nouvelles baies vitrées. La salle de bain a été reconfigurée pour servir les chambres existantes conservées dans leur caractère originel. Les pièces du deuxième étage et la bibliothèque qui coiffe la maison remplacent les pièces disposées sous l’ancienne toiture supprimée. L’unité spatiale des deux derniers étages s’articule autour d’une cage d’escalier ouverte, offrant des espaces généreux par lesquels on accède aux terrasses du dernier étage. Sur quels éléments le bureau INCA est-il intervenu? «La création d’un espace unique pour le séjour au rez-de-chaussée, d’une façade postérieure transparente et l’aménagement des deux derniers étages requièrent l’intervention vigoureuse de l’ingénieur pour définir un nouvel équilibre statique. Une collaboration dynamique s’installe entre l’architecte et les ingénieurs permettant d’infirmer ou de confirmer certains choix, tout en ouvrant de nouveaux horizons.

accepté et réutilisé, sans que l’exode vers la périphérie ne soit renforcé. Cette maison a-t-elle été l’occasion d’utiliser une nouvelle technique, un nouveau matériau? «La façade postérieure et le rehaussement en toiture sont exécutés en des matériaux connus, mis au service d’une architecture contemporaine. Les profilés en aluminium sont aussi fins que possible pour accentuer la transparence des surfaces vitrées et les panneaux en fibre-ciment facilitent, par leur finesse, l’habillage des corps saillants et balcons en façade postérieure. En façade principale, seul le vitrage devant les lamelles de la protection solaire est inhabituel sur des maisons d’habitation, mais nécessaire pour prévenir les dommages qu’une tempête pourrait occasionner. Ni les techniques emplo­ yées ni les matériaux ne sont inhabituels, sauf pour le soin de la mise en œuvre qui est particulier et requiert un effort de précision pour des détails d’exécution au service de la simplicité visuelle qui s’exprime à travers le nécessaire en évitant le superflu.

« En maintenant le passé construit aussi largement que possible pour s’en servir dans le nouveau bâtiment, les bases d’une construction durable sont jetées»

Pourquoi la toiture à pans inclinés a-t-elle été modifiée au profit d’une toiture plate? «La nouvelle relation créée entre la maison et son environnement urbain est sensible au niveau des derniers étages ouverts sur le paysage urbain. La recherche d’une transparence nouvelle, en relation avec des espaces extérieurs exposés au sud, nécessite l’abandon de la toiture à pans inclinés.

Michel Petit

En quoi ce projet répond-il aux exigences de la rénovation durable? «En maintenant le passé construit aussi largement que possible pour s’en servir dans le nouveau bâtiment, les bases d’une construction durable sont jetées. Par la revalorisation de l’immeuble, le contexte urbain donné est 2 1

Les volumes supplémentaires en toiture n’altèrent pas le paysage urbain. 2

Le dernier étage bénéficie désormais d’une toiture plate 3

La façade arrière présente de nombreuses nouvelles baies vitrées permettant une forte transparence. 4

Le travail de l’architecte s’exprime aussi par la création d’atmosphères intérieures spécifiques à chaque étage, comme ici dans la bibliothèque qui coiffe la maison. 1

3


Photos: Boshua - Bohumil Kostohryz

065

4

La maison a-t-elle changé de classe énergétique après la rénovation? «L’amélioration des valeurs énergétiques est un des sujets primordiaux traités lors de cette rénovation. Grâce aux différentes mesures induites comme le triple vitrage, l’apport d’une façade isolante pour la façade sur rue et une isolation importante (22 cm) de la toiture plate, la consommation d’énergie primaire se situe à 105 kWh/ m2a. Cette valeur est soumise aux impératifs de l’orientation au nord existante de la façade sur jardin. L’ouverture vers cet espace jugé important pour la vie des utilisateurs conditionne une dépense énergétique justifiée par la prolongation des espaces intérieurs vers l’espace vert extérieur. Avez-vous tenu compte de l’environnement culturel de la bâtisse avant de concevoir la rénovation et l’extension? «L’évolution du règlement sur les bâtisses au cours des dernières années donne l’occasion à

ce développement décisif du volume construit. Si l’alignement de la façade sur rue reste figé, les évolutions du règlement importantes en toiture sont mises à profit. Jusqu’à la corniche de la façade principale, l’architecture nouvelle n’induit que de légers changements afin de conserver l’équilibre actuel avec les façades voisines. L’expression retenue des volumes à géométrie simple réduit l’impact des volumes supplémentaires en toiture. L’animation supplémentaire n’altère pas le paysage des toitures qui, par ses pans inclinés, ses mansardes et lucarnes, est par essence mouvementé. Des aides de l’État ont-elles été sollicitées pour la rénovation? Avez-vous aidé le maître d’ou­­ vrage dans le montage de ses dossiers? «Les aides des pouvoirs publics sont un apport non négligeable, encourageant les interventions de réduction des dépenses en énergie. La réduction des dépenses en TVA constitue

aussi un apport important. L’assistance donnée au maître de l’ouvrage dans la gestion de ces démarches est faite en même temps que la gestion générale des dépenses et délais qui découlent des commandes passées aux différents corps de métier.»


C

• Toitures • Constructions en bois

o r ol l

nc

re s

anné es e

ger

100

arc

in

• d’ xpéri e

nouveau n° téléphone nouvelle adresse nouveau site web nouvelle enseigne

m

• Rehaussements

u e en toit

70, rue des Prés Tél.: 33 33 66 1 L-7333 Steinsel Fax: 33 27 62 i n f o @ m a r c o - r o l l i n g e r. l u • w w w. m a r c o - r o l l i n g e r. l u


Central 067

*******************************************

*******************************************

by marc colbach

palace


068 Located in the center of Beijing, Nanluoguxiang gradually came into existence some 740 years ago, during the Yuan Dynasty of China. Originally built in the Yuan Dynasty, it is the only “fish bone-like” hutong network, which still survives today. It is a residential area resembling a checkerboard. It has maintained the original structure and appearance of Beijing’s hutongs and courtyard houses. Many visitors both Chinese and foreign, as well as tourists from all around the world throng the little by-lanes of Nanluoguxiang, attracted by the ancient past of this network of hutongs and their myriad courtyard houses. Once in the area you come in direct contact with the local residents living there and gain a first-hand experience of life in these hutongs. The place is filled with bars and cafes, and a plethora of shops selling myriad things. You see all kinds of people, either reading by themselves in a quaint little café or catching up with friends in a bar. Some others walk the streets visiting the various shops that line the streets selling all kinds of ware – from the latest fashion to the most traditional of Beijing’s handicraft. This is the place where Old Beijing, new fashion, youth culture and a Western way of life all come together and blend in most harmoniously.

Nanluoguxiang south view

*******************************************

*******************************************

Different living spaces

*******************************************

*******************************************

As per tradition, only one family lives in one courtyard. Nowadays only business men, foreigners or government related people can afford to live in a courtyard.


069

Traditional courtyard houses got divided into several independent units; from the number of electrical boxes one can guess how many families live together in a courtyard.

I have lived in the Nanluoguxiang area for more than five years now. I was attracted by the multicultural nature of the place. It transcends all forms spatial and temporal boundaries at every corner. Over the years I’ve been drawn into it more and more because of the highly intriguing socio-cultural fabric of this less than 2 square kilometer area. In many of the large cities of the world including Beijing, people choose to live in particular residential areas based on their socioeconomic status. The Chinese saying, “xxxxxxxxxxxxxxxxxxx�, which roughly translates into birds of a feather flock together describes the phenomenon well. So it is easy to spot the middleclass government official and the businessman, the young white-collar professional and the working-class laborer, the local resident and the migrant worker. Through my years of observation, what I found most interesting in Nanluoguxiang was not its historical and cultural heritage, or the visible prosperity of the neighborhood, but actually the social environment I inhabited and grew very fond of. Unlike other places, here in Nanluoguxiang, the foreign immigrant is not excluded as an alien, but rather gets weaved into the social fabric and becomes very much a part of it, cohabiting with the other residents on equal terms. Nanluoguxiang is situated in a densely populated part of Beijing, and is composed of complex group of people from Old Beijing local residents and migrant workers to foreigners, government officials and businessmen, with completely diverse socio-economic backgrounds. Whether one lives in a 500 square meter luxury courtyard of five square meter dormitory everyone gets along. The elderly living here for many generations maintain their decades-old traditions, while the young who have moved in recently have opened tattoo shops and punk music venues. But the undercurrent is one of social harmony. Westerners have also beautifully integrated themselves into the larger social fabric of the place, many of whom have opened little shops, cafes or bars. People living in this area have one thing in common, which binds them together and this is the human spirit. This is what makes Nanluoguxiang such a unique place.

********************************************

********************************************

Migrant workers live in a 6 square meter space.


070

www.archiduc.lu

Mid-range traditional courtyard hotel

Different accommodation conditions

******************************************* ******************************************* ***************

******************************************* ******************************************* ***************

High end emperor hotel

Cheap hostel


071

******************************************************************************************************

******************************************************************************************************

Mainly low-income workers live in the basement, middle class Chinese citizen live on the ground floor, foreigners and Chinese business men live on the upper floors because of the roof terraces.

Landmark architecture juer hutong new courtyard building *******************************************************************************************************

*******************************************************************************************************

Juer Hutong is now world famous. The architect who designed it, worked on the renovation of dilapidated buildings. The Builders’ Association of Asia in 1992 awarded it the “Gold Prize”. In 1993 it was awarded the “World Habitat Award.” The residential units of Juer Hutong maintained the existing architectural style of the traditional quadrangular courtyard house and then elevated it to several floors. This way the architect was able to marry the best of both traditional and modern architecture, to create a uniquely innovative solution. It is a beautiful example of the organic unity of the traditional and the modern, which is a sound design both aesthetically and practically.


072

www.archiduc.lu

Penghao theater

Central academy of drama

Art gallery

Traditional shops

Foreign designer shop, the owner lives with his family in a courtyard behind the shop.

Beijing creative market

CafĂŠ&bar

Multicultural coexistence *****************************************************

*****************************************************

Young trendy shops


073 ************************************************************************************ ************************************************************************************

Different generations live in a same space

Middle aged women wearing a red arm band and assure security in the neighborhood.

********************************

Young punk kids lives in hutong.

Children are playing with their neighbor friends.

********************************

Beijing’s urban redevelopment plan is protecting 25 historic districts, other traditional courtyard houses are gradually disappearing, as the government judges subdivided courtyard houses do not fit for human habitations. The new large-scale courtyard house replications look spectacular, but have no longer the charm and cultural feel of traditional old courtyard houses. Beijing is said to be on its way to become one of the world’s biggest cities, and starts forcing the urban population to migrate to the suburbs. The government’s 25 protected districts are also facing massive demolition. Majority of people living in the subdivided courtyards will be forced to move to the outskirts, but they get a lot of governmental compensation. No wonder the demolitions of the courtyards, lead many Beijingers to joked: china = demolish (chai) + which ?(na)


074

www.archiduc.lu

Marc Colbach is Design Director of HBO+EMTB Beijing studio. Over the last decade he has designed environments in Luxembourg, Paris, Tokyo and Beijing. His recent work in Beijing includes MSJ (Mallesons Stephen Jaques) Office, the Nespresso Corporate Office Building and the Sino Ocean residential building. From 1999 to 2003, Marc Colbach worked in Luxembourg with Atelier Nico Steinmetz, OVO architects and for his own. HBO+EMTB is an Australian based architectural-and interior design company with 120 years history and over 400 staff in Australia & South East Asia. Marc Colbach has been invited by Mike Koedinger Photography: Ivy Hu, Marc Colbach English text editing: Atish Ghosh Chinese translation and editing: Ivy Hu Thanks to: Xiao Pang Design & layout produced by Maxime Pintadu / INgrid.eu

**********************************************************************************************


Lumière sur l’habitat durable

Situation: Aarhus, Danemark Projet: maison unifamiliale

HABITAT DURABLE lumière naturelle + ventilation naturelle + isolation = consommation énergétique contrôlée et climat intérieur sain

Découvrez tous les détails de ce projet à Aarhus (Danemark) et de nombreux autres projets VELUX concernant ‘l’habitat durable’ sur

www.velux.lu, section ‘Professionnels’

© 2010 VELUX GROUP ® VELUX, VELUX LOGO, CABRIO, INTEGRA, io-homecontrol ET Pick&Click! SONT DES MARQUES DÉPOSÉES ET UTILISÉES SOUS LICENCE PAR LE GROUPE VELUX.

Production énergétique supérieure à la consommation énergétique


entreprises & collectivités

www.archiduc.lu

076 Dossier entreprises et collectivités Ce dossier s’adresse aux entreprises et collectivités qui souhaitent être informées sur des thématiques en lien avec les espaces collectifs.

l’éclairage, une dimension architecturale

L’éclairage, tant intérieur qu’extérieur, est une dimension à part entière d’un projet architectural. Parfois un peu mis à l’écart dans le cahier des charges des maîtres d’ouvrage, le concept d’éclairage d’un bâtiment mérite pourtant toute l’attention et permet de conférer une qualité supplémentaire au projet.


077

« Je pense aux films en noir et blanc des années 20, à l‘esthétique de la lumière et de l’ombre»

Photos: Tom Vack, Munich

Ingo Maurer

L‘installation lumineuse proposée par Ingo Maurer comprend une projection de fumées qui rappelle l‘industrie lourde, tout en offrant un écran de cinéma.

Idée lumineuse

Ingo Maurer rallume le feu Le célèbre créateur de luminaires et d’éclairages spectaculaires a conçu divers programmes d’illumination du site d’EschBelval. Une mise en lumière comme une œuvre d’art.

Auteur: France Clarinval

Après un siècle d’activité, le haut fourneau de Belval a craché sa dernière coulée le 31 août 1997. La préservation, la conservation et la mise en valeur du site n’ont pas été immédiatement acceptées et bien considérées. Mais la persévérance a payé et sur proposition de la Commission des Sites et Monuments, les deux hauts fourneaux de Belval ont été inscrits à l’Inventaire supplémentaire des Sites et Monuments nationaux en date du 18 juillet 2000. Le vaste projet de reconversion et reconstruction de Belval intègre le site des hauts fourneaux comme un lieu ouvert pour le public, qui accueillera le futur Centre National de la Culture Industrielle (CNCI). Les deux hauts fourneaux seront l’articulation centrale de la Cité des Sciences, non seulement sur le plan urbain, mais également sur les plans conceptuel, culturel et sémantique. En effet, le concept de conservation «Monuments dans la Cité» qui a été choisi prévoit une conservation différenciée des deux hauts fourneaux ayant pour objectif de documenter le fonctionnement de l’un et de conserver des éléments de silhouette du deuxième. Le haut fourneau A, conservé dans ses principaux éléments, est destiné à accueillir le CNCI. Le volume extérieur de la Möllerei est préservé dans son ensemble en tant qu’élément caractéristique du site, les huit premières travées sont maintenues intégralement avec l’équipement pour documenter la charge de minerai. Par ailleurs, le bâtiment sera transformé en bibliothèque universitaire.

Dans le concept de mise en valeur des hauts fourneaux, il a été fait appel à Ingo Maurer pour son savoir-faire et son expérience en matière d’éclairage de bâtiments et monuments. Depuis 1966, en effet, ce designer crée des luminaires et des systèmes lumineux qui sont fabriqués au sein de sa propre société et vendus dans le monde entier. Aucun autre designer ne s’est consacré avec tant d’ardeur et de passion à la mise en forme de la lumière. À ce jour, il a créé plus de 120 luminaires et systèmes lumineux différents, plongé de nombreuses expositions dans une atmosphère féerique grâce à ses installations, et il a mis en lumière avec grand art nombre de bâtiments officiels et de maisons privées.

Une vision en noir et blanc Tout le monde connaît son grand lustre arachnéen où sont accrochés des poèmes (Zettel’Z, 1997) ou ses lampes de table en forme de cœur (One from the heart, 1989). Mais on sait moins qu’il a réalisé plusieurs projets urbains publics et privés (les murs de Valkenburg aux Pays-Bas, le métro de Munich, l’opéra de TelAviv, diverses maisons en Suisse ou en Autriche…). Il a également déjà réalisé deux grands projets à Belval. En 2006, il a équipé l’atrium du nouveau bâtiment Dexia avec les Satellites (de grands lampadaires géants) et une installation lumineuse colorée. Et l’année suivante, il a créé

»  Suite page78


078

Des projections feront apparaître les travailleurs de temps en temps, comme des fantômes. La fumée qui se diffuse entre les hauts fourneaux et qui sort aussi des cheminées augmente le mystère des vestiges industriels abandonnés et se prête comme surface de réflexion, elle donne vie et rend le monument visible de loin. Des scintillements, comme des étincelles d’acier liquide brûlant, seront visibles grâce à la réflexion de lumière. La belle couleur patinée de la rouille sera accentuée par une lumière nuancée de rouge. On pourra ainsi utiliser des phares d’une forte lumière scrutant le ciel. C’est lors d’une présentation publique que le projet a été dévoilé avec un éclairage grandeur nature du haut fourneau A, qui a donné aux participants un premier aperçu de ce projet grandiose en brillant toute la nuit. Un avantgoût de ce qui sera réalisé prochainement puisque la loi relative aux travaux de mise en valeur des hauts fourneaux A et B a été votée par la Chambre des députés le 29 juin 2010. Cette nouvelle loi couvre les travaux de traitement des surfaces et de restauration des hauts fourneaux ainsi que leur intégration dans le site urbain. W

Plus d’infos: www.ingo-maurer.com www.fonds-belval.lu

1

L´installation lumineuse qu’Ingo Maurer a créée pour la Dexia de Belval reprend le rythme de la structure du bâtiment pour mieux l’interrompre. Des tubes lumineux colorés de LED dessinent des lignes en zigzag. L’Atrium est aussi décoré de sept lampadaires géants d’environ 5 m de long. 2

Suspendue à 15 m du sol au-dessus du Foyer de la Rockhal, la sculpture lumineuse Abgefahren rappelle l’environnement musical et industriel du lieu, en utilisant des pièces métalliques et des morceaux d’instruments de musique. Se rappelant sa découverte du Rock comme une explosion, Ingo Maurer a conçu ce luminaire comme étant en train d’exploser.

Photos: Tom Vack, Munich

une sculpture de lumière Abgefahren qui a été installée au Foyer de la Rockhal et évoque, telle une prise de vue instantanée, des voitures en explosion. Derniers témoins d’une époque révolue et représentant les éléments identificateurs les plus significatifs du site de Belval, les hauts fourneaux se devaient de bénéficier d’une mise en lumière hors norme. Ils sont les traces du passé industriel de la région et redeviendront donc un phare dans l’agglomération d’Esch-sur-Alzette. Situés en plein centre de la nouvelle ville, les hauts fourneaux apparaîtront telle une cathédrale. L’illumination des hauts fourneaux de Belval, c’est un peu comme si on rallumait le feu et que l’acier coulait à nouveau. Le concept développé par Ingo Maurer pour Belval se démarque volontairement des illuminations des autres lieux industriels de la Grande Région, que ce soient Völklingen, Duisburg ou encore celles réalisées dernièrement à Uckange. Il a choisi une lumière blanche, de températures variables, qui met en valeur les couleurs et nuances des hauts fourneaux, sans les altérer. La lumière souligne la complexité des structures et fait apparaître leur esthétique hors du temps. Ainsi, les hauts fourneaux resteront l’élément prédominant du nouveau quartier urbain. Il veillera aussi à ce que les éclairages des espaces publics n’altèrent pas l’impact de sa propre installation.

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

1

3

Ingo Maurer n‘a pas voulu masquer le passé industriel sous des éclairages décoratifs ou colorés. Il a opté pour une lumière blanche qui, projetée sur les hauts fourneaux, révèle la couleur rouille et vert de gris des structures métalliques. 4

Jeu d‘ombres et de lumières, l‘installation met en évidence des aspects méconnus de l‘architecture industrielle.

2

«Je veux payer un tribut aux hommes qui ont sué jour et nuit dans des conditions très difficiles»

Le travail proposé par Ingo Maurer fait référence à l’histoire du lieu. Il souhaite que la lumière évoque des souvenirs – surtout ceux des hommes qui ont travaillé jusqu’à épuisement pour faire couler la fonte. Une lumière «cool», légère ou décorative n’aurait donc pas été la bonne solution. «Mon but est de capter tout simplement l’esprit de ce lieu remarquable. Je veux payer un tribut aux hommes qui ont sué jour et nuit dans des conditions très difficiles, explique-t-il. À l’inverse de l’illumination fréquente de monuments, je préfère travailler surtout avec la lumière blanche afin de créer un jeu de contrastes entre ombres et lumières. Je pense aux films en noir et blanc des années 20, à l’esthétique de la lumière et de l’ombre de Sergej Eisenstein et de Friedrich Wilhelm Murnau ou encore à la présentation de l’homme dans l’univers industriel, comme Fritz Lang l’a montré d’une manière géniale dans Metropolis.»

Photos: Le Fonds Belval/André Weisgerber

Ingo Maurer

4

3


SPOCK design by Couvreur-Devos

SPOCKŠ. TECHNOLOGY | ECOLOGY | FLEXIBILITY | DESIGN Equipped with a revolutionary flat LED disc, the nicely shaped Modular SPOCK is the first fully fledged eco-friendly substitute for the classic halogen spot. From now on, design and ecology go hand in hand.

www.supermodular.com


080

entreprises & collectivités

Parole de professionnel

Architecte éclairagiste, un métier méconnu Maria-Luisa Guerrieri Gonzaga est architecte éclairagiste au sein du bureau NJOY, un métier encore peu connu au Grand-Duché et qui nécessite de nombreuses connaissances techniques et une réelle sensibilité esthétique.

Interview: Céline Coubray Photographe: David Laurent/Wide

Madame Guerrieri Gonzaga, pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre travail d’architecte éclairagiste? «C’est un métier très spécialisé, comme peut l’être un acousticien, un ergonome ou un paysagiste. Nous travaillons comme indépendants ou au sein d’une équipe pluridisciplinaire pour définir et mettre au point la mise en lumière de réalisations architecturales. En ce qui concerne ma pratique d’éclairagiste, je m’intéresse à un état émotif, j’essaie de créer une atmosphère et de générer une interprétation plastique de l’espace. Cependant, il ne s’agit pas seulement de poésie et d’émotions. Les connaissances techniques sont très importantes afin d’obtenir les effets désirés. Pour être éclairagiste, ou concepteur lumière, il n’est pas obligatoire d’être architecte. Bien que la discipline existe dans l’enseignement universitaire, elle n’est pas encore référencée par l’Ordre des Architectes et des Ingénieurs-Conseils. C’est aussi une appellation qui recouvre plusieurs réalités: à l’origine, les éclairagistes sont issus du monde du spectacle, de l’événementiel, répondant alors à des besoins de mise en scène. Au sein même du domaine architectural, on distingue les concep­teurs lumière pour l’espace public et ceux qui interviennent à l’intérieur des bâtiments. Il n’existe pas de formation type, les parcours sont très hétéroclites et l’expérience de terrain compte beaucoup. De nombreuses associations essaient de regrouper ces professions, mais les critères sont variables d’un pays à l’autre. Est-ce que beaucoup de personnes exercent ce métier au Grand-Duché? «Au Grand-Duché, je n’ai pas encore identifié d’autres confrères. À Milan, où je travaillais auparavant, il n’y avait que quatre bureaux spécialisés en éclairage, alors que la demande y est beaucoup plus importante, notamment pour les boutiques de luxe qui ont bien compris l’intérêt commercial de travailler la lumière. Il faut savoir que beaucoup de reven  Suite page 38 deurs offrent des services de mise lumière, Sen

services qui sont parfois utilisés par les architectes eux-mêmes. Mais il faut faire attention, car le choix peut être orienté par le pourcentage que touche le revendeur sur le prix des produits fournis. À quel moment intervenez-vous dans l’élaboration des projets? «Cela dépend des projets, mais dans la mesure du possible, il faut que l’éclairagiste intervienne tôt. Idéalement, il doit travailler en collaboration avec l’architecte au moment de la définition esthétique et conceptuelle du bâtiment, avant le travail des ingénieurs. Toutefois, l’étude de l’éclairage doit être consi­dérée comme un processus cyclique, constamment réadaptée en fonction des exigences. C’est pour cela que mon apport commence généralement entre l’avantprojet som­­maire et l’avant-projet développé pour se terminer avec le suivi du chantier, qui est aussi important que la conception pour une bonne réussite du projet.

»  Suite page 82

« Je m'intéresse à un état émotif, j'essaie de créer une atmosphère et de générer une interprétation plastique de l'espace » Maria-Luisa Guerrieri Gonzaga

www.archiduc.lu


Photos: NJOY

081

5

1

3

1

Maria Luisa Guerrieri Gonzaga est née à Mantoue (Italie) en 1971. Elle habite et travaille au Luxembourg depuis 2005. Elle a une expérience internationale, acquise sur le terrain: ses premières expériences d’éclairagiste remontent à 1998 lorsqu’elle travaille à Londres pour SKK lighting où elle apprend à visualiser la lumière. Par la suite, on la retrouve à Milan avec Metis Lighting (qu’elle considère comme ses mentors dans le domaine). Elle poursuit son expérience, toujours dans le domaine spécifique de l’éclairage, avec des bureaux d’études tels que ACP (Antonio Citterio and Partners), et récemment RMP (Richard Meyer and Partners). Depuis 2008, elle collabore au sein du secteur éclairage du bureau NJOY et est inscrite à l’OAI. 2 5

Pour la salle de réunion de Molitor, l’éclairage est utilisé pour les tâches visuelles ainsi que pour renforcer la Brand Identity et souligner les couleurs du logo (aubergine et orange). La gorge lumineuse continue souligne l’asymétrie constructive du mur-plafond acoustique et permet d’éclaircir l’escalier qui monte derrière cet élément. 3

Dans la bibliothèque de l’école primaire de Strassen, les lumi­ naires apparents sont regroupés. 4

Pour cet escalier de l’école primaire de Strassen, l’éclairage est intégré directement dans le revêtement mural. 2

4


082

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

Les entreprises ont-elles conscience des avantages que peut apporter un bon éclairage? «La prise de conscience de la nécessité d’un bon éclairage est de plus en plus importante. De nombreuses études ont démontré par exemple que le confort visuel peut avoir un impact sur la productivité des salariés. De plus, les besoins en lumière ne sont pas les mêmes d’un espace à l’autre. Les besoins en éclairage pour un espace où les employés travaillent sur écran ne seront pas les mêmes que pour une zone de détente, un espace de circulation ou une salle de réunion. Pour les espaces de commerce, le travail de la lumière a un impact direct sur la mise en valeur des produits et donc la potentialité de vente. Pour vous donner un exemple, les lumières à couleur froide mettent très bien en valeur des matières comme le diamant ou l’argent. Travailler la lumière peut aussi être une manière de travailler l’image de marque. Tout comme une entreprise fait appel à un graphiste

pour l’image de ses documents imprimés, l’entreprise peut faire appel à un éclairagiste pour son identité lumineuse. Les marques de luxe ont tout à fait saisi les atouts que peut produire un bon éclairage dans une boutique. Même si l’objectif reste le même pour tous, à savoir éclairer des produits, la façon de l’interpréter est très différente d’une marque à l’autre.

Pour l’InfoLab du Casino Luxembourg, une version customisée d’une applique murale combine un éclairage diffus obtenu par une source fluorescente en couleur froide (mais avec un indice de rendu des couleurs très élevé qui permet d’apprécier les couleurs de la pièce) et une source à couleur chaude dirigée sur les livres.

Photos: NJOY

Comment un projet d’éclairage se construit-il? «Quand on commence un projet d’éclairage, on ne pense pas directement à une lampe. On cherche d’abord à définir les attentes en matière d’ambiance, d’effet. Ensuite, il faut prendre en compte les contraintes liées au bâtiment, comme les matériaux utilisés, le budget, les questions d’entretien… Les projets d’éclairage s’élaborent aussi sur des paramètres propres à la lumière, à savoir la luminosité, le contraste, la couleur et la direction. La luminosité, importante pour le confort visuel, est utilisée pour créer une hiérarchie et améliorer la compréhension de l’espace. Elle peut aussi guider l’œil et attirer le regard sur un objet précis. Le contraste joue un rôle important dans la composition du projet d’éclairage. La couleur est une caractéristique de la lumière, mais aussi de l’objet touché par elle. C’est pour cela que le concepteur lumière doit connaître les principes physiques de la lumière et de la perception, ainsi que les caractéristiques techniques des différentes sources lumineuses. La direction de la lumière est étroitement liée aux ombres portées des volumes constituant l’espace, ainsi qu’aux angles d’émission des appareils d’éclairage. D’autre part, j’aime travailler avec différentes sources de lumière, porter une grande attention à leurs propres couleurs, ainsi que le rendu de couleurs de l’espace et des surfaces touchées par la lumière, avoir différentes directions, éviter le plus possible l’uniformité.

Photo: Jessica Theis – Blue Box Design

Quelles sont les différences entre votre métier et celui de l’ingénieur électricien? «Je pense que les ingénieurs ont une approche qui n’est pas engagée dans une démarche d’interprétation émotionnelle. Ils sont dans une démarche d’application stricte des règles, excluant l’interprétation. L’éclairagiste respecte bien entendu les règles et les normes, mais il cherche également à créer une identité lumineuse. Toutefois, je ne pense pas que l’éclairage soit un art. C’est une technique qui met en œuvre une approche sensible et émotionnelle du réel.

Lumière et économie d’énergie, cela représentet-il un nouveau défi pour votre profession? «Le respect de l’environnement et tout ce qui est lié au développement durable font maintenant totalement partie de notre culture et pratiquement de notre déontologie! Un éclairagiste responsable doit être en mesure de proposer les meilleures solutions en matière de performance photométrique, de qualité d’appareil, ainsi que de rendement lumineux et de qualité de lampe, en portant attention par exemple au rendement lumen/watt ou à la recyclabilité des matériaux. Parfois, cela semble encore un peu onéreux à l’achat, mais en faisant un petit calcul pour le client, il s’aperçoit que l’investissement est de plus en plus vite amorti. Cela devient vraiment intéressant avec les nouveaux produits LED qui, aujourd’hui, peuvent avoir de bons rendus de couleurs et rendements lumineux, de plus en plus comparables avec d’autres sources.»

W

Plus d’infos: www.njoy.lu www.pld-a.org www.afe-eclairage.com.fr

Dans la salle des séances de la mairie de Mondercange, l’éclairage peut varier du chaud au froid en fonction de l’utilisation de la salle.


Des solutions bien vues

Néon Muller, spécialiste de l’enseigne et de la signalétique, vous propose toute une gamme de solutions innovantes et durables. Un service d’entretien et de dépannage proche, réactif et performant. Avec Néon Muller, vous avez la garantie d’un travail basé sur l’expérience et le savoir-faire.

T : +352 44 38 34  F : +352 44 38 28 

www.neonmuller.lu


084

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

Produits

Éclairage intérieur

Pendants, sur pied, plafonniers encastrés ou visibles, appliques murales ou systèmes dissimulés, la gamme des luminaires intérieurs est très étendue et permet aussi bien de jouer avec les formes, les couleurs qu'avec les ambiances et les styles pour habiller spécifiquement les espaces et mettre en valeur les volumes, tout en assurant un confort visuel optimal. Sélection: Céline Coubray

Doucement graphique

Bois (é)clair Troag, dessinée par Luca Nichetto, Ses grandes dimensions donnent est une suspension en bois. Elle est disponible en trois finitions à Bahia un caractère décoratif et en trois dimensions, dont une tout en restant très doux. L’utilisation de la lampe en composition, grande qui dépasse les 2 m de même avec des orientations dif- long. férentes, permet d’obtenir un jeu www.foscarini.com graphique original sur le mur www.foscarini.com

Caméléon

Cette lampe Invisible a la parti­ cularité de n’avoir aucune forme fixe pour s’adapter parfaitement à l’espace. L’éclairage peut se faire dans différentes directions et couleurs, en lumière directe ou indirecte. Le corps de la lampe permet l’application de la même finition que le mur. www.fontanaarte.itm

Petit mais puissant

Compact grâce aux LED, Primopiano consomme très peu. Sa forme rappelle les premiers appareils photo. Il répond efficacement aux exigences de divers espaces allant des musées aux commerces. Orientation possible grâce à une tige articulée. www.iguzzini.com

Lumière acidulée

Espion haut de gamme

Perspective Big cuboid, dessiné par Laurinda

Placé en retrait dans le plafond, Ultra Spy se distingue par sa forme cylindrique unique qui peut être encastrée ou sortir dans son intégralité et pivoter à 360°. Il convient particulièrement aux environnements professionnels et utilise des lampes à décharge. www.deltalight.com

Spear, s’applique sur les murs ou les plafonds. Grâce à la lumière, un effet de perspective se crée. Existe aussi en forme circulaire. Personnalisation possible sur demande. www.fontanaarte.it

Architectonique et décoratif PLUS recrée l’impression de la

Suspension sculpturale Aeros de R. Lovegrove est un

Dynamisme XXL Lumière XXL présente un diffu-

lumière naturelle. Disponible en 35, 60, 90 et 120 cm, en version symétrique ou asymétrique, ainsi qu’intégrée, semi-intégrée ou en surface. Existe aussi en modèle carré. www.vibia.es

objet éthéré à la surface finement ajourée, inspirée des tissus osseux. Se prêtant aux segments privé et professionnel, il est conçu pour recevoir des sources lumineuses ponctuelles (halogènes de 230 V et à basse tension). www.louispoulsen.com

Sobriété économique Backspace est une lampe écono-

Grande allure

Avec sa forme en quartiers de citron, Citrus éclaire de vastes espaces de façon homogène grâce à un diffuseur concave qui cache la source lumineuse. Extérieur en aluminium laqué blanc, rouge ou noir. Existe en deux tailles. www.vibia.es

mique au design attrayant avec une bonne qualité lumineuse. À appliquer contre le mur, l’éclairage se fait vers le haut et le bas. Le boîtier en aluminium est sobre, complété par un polycarbonate sablé pour éviter l’éblouissement. www.deltalight.com

Dessinée par Ludovica et Roberto Palomba, la lampe sur pied Gregg est disponible en deux hauteurs et avec deux tailles de diffuseur. www.foscarini.com

seur en verre soufflé, caractérisé par un aspect dynamique donné par l’orientation de la superficie supérieure du diffuseur. Existe en applique et en plafonnier. www.foscarini.com

Vision de simplicité

Par la réduction radicale des éléments inutiles, Erubo pose une empreinte architecturale. Précis et puissant, il convient particulièrement aux espaces d’accueil, de vente et d’exposition. www.kreon.com

Disque flottant

Ce très léger F+P 550 a été dessiné par Foster+Partners. Sa lumière directe convient aussi bien aux espaces de réunion qu’au-dessus d’un bureau. Utilise une LED 33 W. www.louispoulsen.com

Venu du ciel

Aussi beau qu’efficace, Supernova garantit un effet lumineux diffus très agréable. Il peut être suspendu ou monté sur la surface du plafond. Disponible en deux tailles (diamètre de 950 mm ou 1 250 mm). Utilise les ampoules écologiques T16. www.deltalight.com

Microprismes

Les formes fluides de Lens dissimulent la technologie novatrice des optiques microprismes qui assure une lumière brillante et bien diffusée, parfaite pour l’éclairage de bureaux et un confort visuel optimal. Disponible en suspension simple ou en ligne continue, encastré et plafonnier. www.iguzzini.com


Pour une réalisation archi-léchée de vos projets… Travaillez avec un partenaire fiable et attentif au moindre détail de votre projet, et qui ne laisse rien au hasard. Pour passer sans accroc du plan à la réalisation, nous vous proposons une gamme étendue de carrelages et des partenariats avec des fournisseurs prestigieux.

Carrelages De Cillia vous pose tout - sauf des limites. Expo & Siège 68, rue des Prés L-7333 Steinsel Tél. (+352) 33 23 27 www.decillia.lu Première entreprise de carrelage certifiée ISO 9001:2000


086

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

Produits

Éclairage extérieur Discrets, imposants, décoratifs ou techniques, les luminaires pour l’éclairage extérieur offrent maintenant de multiples approches et une assez grande variété de produits répondant aux goûts et attentes de chacun. Sélection: Céline Coubray

Au cordeau Cordolo est un luminaire linéaire fait pour éclairer une zone de passage directement au niveau du sol. Le module de base fait 1 m de long et s’assemble facilement avec d’autres modules. www.fontanaarte.it

Branchage de lumière

Dessiné par Bystrup Architects, LP Nest est inspiré des branches d’arbre dénudées en hiver. Aussi bien éteint qu’allumé, le lampadaire garde ses caractéristiques esthétiques et quand il est allumé, il assure un éclairage sécurisant pour les passants. www.louispoulsen.com

Lumière urbaine

Modernité traditionnelle PA, dont le design est réalisé par

Du mur vers le sol Walled est une lampe ajustable

Ferrara Palladino e Associati, utilise la technologie LED. Son allure rappelle celle des lampadaires traditionnels, mais revue d’un point de vue plus moderne. www.ewo.com

pour éclairer le sol grâce aux 12 LED et aux 18 W de ton chaud, assurant une durée de vie de 50 000 heures et une performance lumineuse de 1 100 lumens, sans émission d’infrarouges ni de rayons UV. www.fontanaarte.it

Articulée

En gomme

Ce luminaire fait partie de la collection UP, récompensée par un IF Public Design Award 2010. Cette collection, qui comprend des éclairages publics, une poubelle, un banc, un accroche-vélo, participe à une réflexion sur l’esthétique du mobilier urbain développée par «Norways says». www.ewo.com

La tête articulée de la lampe Piek, dessinée par Sebastian David Büscher, permet une variation de positions très importante, aussi bien vers le haut que vers le bas ou encore en biais. Produit récompensé par un Red dot design award en 2010. www.IP44.de

Telle une comète

En suspension Argo est un appareil d'éclairage en suspension à lumière directe, pour une utilisation avec des sour­ ces lumineuses à LED avec opti­ques routières (6 000 K, 4 000 K ou 3 500 K). Une version a été spécifiquement développée pour les températures très basses (-40 °C). www.vibia.es

La lumière qui provient de la lampe Halley crée comme un rayon lumineux qui déchire la nuit pour laisser place à une lumière chaleureuse et confortable. Le montage des trois pièces de la lampe est aisé, ce qui la rend aussi facilement déplaçable. www.vibia.es

Un brin de poésie

Récompensé d’un Design Plus lors de Light+Building2010, como IvyLight associe design, technologie et écologie. Réalisé en aluminium, le corps de la lampe distribue une lumière claire et directionnelle. Nouveau coloris bronze noir www.IP44.de

Buisson lumineux

Réverbère de proximité Kipp, d’expression classique

La particularité de Rubbie réside dans son matériau de revêtement qui est la gomme. D’inspiration maritime, ce luminaire utilise la technologie LED et assure une lumière plutôt verticale, permettant un bon éclairage du haut du corps et des visages. www.louispoulsen.com

Avec ses différentes inclinaisons possibles, Bobush peut créer l’impression de buissons irréguliers. Les LED offrent une consommation énergétique maîtrisée (7,7 W) sans lésiner sur la puissance lumineuse (440 lumens). Existe en vert et en rouge. www.fontanaarte.it

Iconique The Second Light est une lampe

A, B, C... The Alphabet est réalisé par Julien de Smedt/JDS Architects pour ewoLAB. Cette ligne de lumi­naires est développée sur le prin­cipe d’un alphabet, où chaque configuration est une nouvelle lettre qui éclaire un contexte singulier. www.ewo.com

basse consommation qui peut être blanche ou de couleur. La version LED RGB s’accompagne d’une télécommande avec programmateur de couleurs (7 coloris disponibles). Existe en deux tailles. www.vondom.com

Distingué

Le modèle Zyl, système pour parcours piétonnier, est composé d’un écran en polycarbonate transparent, qui se fond dans un corps en acier inoxydable abritant un cylindre diffuseur en méthacrylate. Quand la lumière rencontre la texture du cylindre, les lignes se dessinent. www.iguzzini.com

et minimaliste, est conçu pour les routes et les parcs de faible superficie. Son éclairage est symétrique, sans éblouissement, la lumière dirigée vers le bas, uniforme et à large distribution www.louispoulsen.com

Frais comme le vent Wind se démarque par son allure légère et ses coloris denses (vert, orange, blanc, noir). La fibre de verre modifiée confère à la lampe une allure à la fois esthétique et technique qui convient parfaitement aux terrasses. www.vibia.es


Design Biennale since 1968

Professional day: 15 October 2010 10am – 9pm Public days: 16 – 24 October 2010 10am – 6pm

Organisation: Interieur Foundation Venue: Kortrijk Xpo Doorniksesteenweg 216 8500 Kortrijk, Belgium T +32 (0)56 22 95 22 interieur@interieur.be www.interieur.be

The cultural programme of INTERIEUR 2010 has been granted the support of the Belgian Presidency of the Council of the European Union. / La Présidence Belge du Conseil de l’Union Européenne a accordé son soutien aux activités culturelles d’INTERIEUR 2010. / Het Belgische EU-Voorzitterschap van de Raad van de Europese Unie heeft zijn steun verleend aan het cultureel programma van INTERIEUR 2010.


088

www.archiduc.lu

entreprises & collectivités

Témoignage

Passerelle piétonne à Esch-surAlzette L’atelier d’architecture METAFORM a réalisé pour la Ville d’Esch-surAlzette une nouvelle passerelle piétonne qui fait la connexion entre le cœur de la ville et le Parc du Galgenberg. Son concept d’éclairage est un des points forts du projet.

Interview: Céline Coubray Infos: Maître d’ouvrage: Ville d’Esch Entreprise de construction: CDC Architecture: Metaform atelier d’architecture Ingénieur: Ney & Partners Mise en lumière: Speirs & Major/Metaform Ingénieur technique: Betic Project management: WW+ Shahram Agaajani Shahram Agaajani est architecte, cofondateur de Metaform atelier d’architecture, créé en 2003. De 2006 à 2009, il a été membre du jury de fin d’études Unité 25 à la Cambre à Bruxelles. Il est également membre du comité de direction (depuis 2009) et membre du conseil (2010) à la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie.

Pourriez-vous nous expliquer le principe du plan lumière de la passerelle piétonne à Eschsur-Alzette? Quelles sont les idées directrices de l’illumination de la passerelle? «La philosophie du concept d’éclairage est de marquer la présence de la passerelle en soirée sans pour autant imposer sa forme de manière brutale. Cette mise en lumière du pont se fait essentiellement de l’intérieur vers l’extérieur. L’éclairage ambiant généré par les lampadaires du boulevard, l’éclairage des quais et les passages répétés des voitures suffit à faire ressortir le volume de la passerelle. Y a-t-il une corrélation entre la lumière et la forme de la passerelle? «Qu’est-ce qu’un projet? Est-ce une mise en pensée? Une aventure temporaire entreprise dans un but précis? Un projet n’est pas une fiction, mais une projection concrète à imaginer et à bâtir à partir d’un réel établi, répondant à des circonstances multiples liées au client, au programme, au budget, au terrain, aux délais. Dans cette optique, la mise en lumière de cette passerelle n’était qu’une contrainte parmi d’autres. Les contraintes contribuent à enrichir et alimenter la base de réflexion de notre discipline qu’est l’architecture. Donc pour répondre à votre question, je dis bien sûr! La lumière peut servir à raconter des histoires, à créer une nouvelle poésie au bâtiment, à ouvrir vers un nouvel imaginaire. Est-ce que cela a été le cas pour cette réalisation? «La lumière joue un rôle de plus en plus important sur la scène architecturale, malheureusement, souvent, son importance n’est pas perçue de la même façon aux yeux de tout le monde et beaucoup considèrent la mise en lumière d’un projet comme un simple jeu d’ornementation, qui plus est le fruit d’une conception séparée du projet. Ce type de réflexion ne tient pas compte du concept architectural et contribue à mettre en évidence un système d’éclairage par rapport

1

2

3

“Cette mise en lumière du pont se fait essentiellement de l’intérieur vers l’extérieur” Shahram Agaajani

1

Formes et lumière se combinent pour créer un spectaculaire passage. 2

Le travail lumineux permet de rendre plus chaleureuse cette passerelle métallique. 3

La passerelle dessert un jardin public. 4

La passerelle est éclairée de l’intérieur, jouant avec les lumières de la ville. 5

Le rouge de la lumière rappelle l’histoire de cette ville marquée par la sidérurgie. 43

4


Photos : Steve Troes Fotodesign

089

5

à un autre. La passerelle d’Esch est d’autant plus intéressante que la Ville d’Esch a eu la présence d’esprit d’intégrer le concept de la mise en lumière de l’édifice dans le concept architectural. C’est l’une des principales conditions d’aboutissement d’un concept architectural. Y a-t-il eu des défis à relever pour la mise en place de ce projet d’illumination? «Un grand problème auquel nous avons été confrontés par rapport aux autorités, c’est qu’au Grand-Duché, l’usage de la lumière de couleur pour l’espace public est interdit. Par ailleurs, les appareils photométriques à leur disposition ne sont pas conçus pour mesurer la grandeur photométrique (lux) de la lumière rouge perçue au sol. C’est pourquoi nous avons proposé deux types de lumières: blanche lorsque l’édifice est accessible au public, et rouge pour reprendre le concept initial, et ce lorsque l’édifice n’est plus accessible. Ceci est devenu

un signe distinctif, visible de très loin, de l’ouverture de l’édifice au public ou non. Un autre défi concernait le choix du type d’éclairage à mettre en place. De nos jours, on entend souvent parler des LED et de leurs avantages, et la Ville d’Esch a même été enthousiaste à l’idée d’en faire usage. Le problème est que malgré de nombreux moyens techniques et informatiques disponibles, on ne peut se rendre compte d’un effet lumineux recherché qu’en faisant des tests grandeur nature in situ. C’est après ces différents tests que nos choix se sont portés sur les tubes lumineux (TL) avec une lumière beaucoup plus diffuse, comparée aux LED qui sont des lumières trop directionnelles.

péenne. Dans ce cas, le plus difficile n’est pas de faire un projet, mais bien d’avoir l’opportunité d’y prendre part. Un bureau tel que Speirs & Major Associates avec ses références et son prestige a assuré la sélection de notre groupement. Pendant la phase de conception, Jonathan Speirs nous a rendu visite deux fois et nous avons eu des discussions très constructives. Malheureusement, leurs propositions d’éclairage ne tenaient pas compte des souhaits de la Ville d’Esch en termes de budget, mais aussi d’aspect et de sécurité. Leurs bureaux étant à Dublin, nous avons dès lors repris en charge la suite de l’évolution du projet, ce qui était un peu dommage.»

Quel a été le rôle de Speirs & Major Asso­ W Plus d’infos: ciates? «Le bureau Speirs & Major Associates a joué un www.metaform.lu www.speirsandmajor.com rôle très important dès le départ. Rappelons que ce projet est issu d’un concours à l’échelle euro-


What do occupiers want from Real Estate ? Ask a firm with an outstanding reputation for understanding your financial and occupational needs.

www.joneslanglasalle.lu

a t l l b g


091

archi tecture luso luxem bour geoise Portrait d’architecte: CarvalhoArchitects

La Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie organise Identités archi­tecturales/Identidades arquiteturais par des architectes luso-luxembourgeois du 7 au 31 octobre 2010. À cette occasion, nous avons réalisé le portrait du bureau carvalhoarchitects et vous présentons l’ensemble de la manifestation.

Auteur: Céline Coubray


092

www.archiduc.lu

portrait

Interview

Jean-Paul Carvalho carvalhoarchitects est une très jeune agence. Pouvez-vous nous raconter votre parcours ? «D’origine portugaise, je suis arrivé enfant au Luxembourg. J’ai ensuite fait mes études à Liège et j’ai travaillé pour Paul Bretz de 1999 à 2005. Pourquoi avoir décidé d’ouvrir votre propre bureau? «L’idée m’a été suggérée par Paul Bretz et a fait son chemin. Le bureau carvalhoarchitects est né, progressivement, entre 2005 et 2006, pour aider des amis dans un premier temps. Puis l’équipe s’est peu à peu construite avec les projets. Nous avons commencé très modestement, avec des locaux mis à disposition, du matériel prêté, sans moyens financiers, seulement avec la confiance de nos clients. Par la suite, j’ai récupéré cet ancien atelier dans lequel nous sommes installés maintenant. Quel est le profil de votre équipe? «L’équipe est plutôt jeune et tous sont architectes. Certains ont un savoir complémentaire en urbanisme, menuiserie, infographie ou encore en pragmatisme et ergonomie grâce à leur expérience familiale. Nous avons aussi tous client envisage de dépenser beaucoup d’argent sur un poste des talents linguistiques et de communication. pour lequel il pourrait obtenir le même résultat avec d’autres Quelle est la philosophie de votre bureau? éléments moins coûteux. Nous lui proposons des solutions «J’ai toujours privilégié une relation de confiance, que adaptées à ses besoins, ses attentes et son budget. ce soit entre les collaborateurs, les clients ou les entreprises avec lesquelles nous travaillons. L’équipe vient de Vous travaillez également avec des collaborateurs extécultures et de milieux différents, mais nous avons tous un rieurs pour l’élaboration de vos projets. «Effectivement, mais plutôt qu’une entreprise spécifipoint commun: le souci du détail. que, nous cherchons le bon ouvrier, celui qui saura réponQuels sont votre sensibilité esthétique, votre environne- dre avec un très haut niveau d’exécution à notre besoin. ment intellectuel? Nous travaillons aussi avec des artistes, des designers «Ce sont surtout les ambiances qui me stimulent, plus industriels, des informaticiens, des graphistes. que des personnes en particulier. Cela peut être des fruits au supermarché ou un détail de monastère. Je suis aussi Comment votre clientèle se constitue-t-elle? sensible au toucher, au ressenti de la matière, à l’esthéti«Par le bouche à oreille, uniquement, à la fois de la part que du monolithe. La trame est aussi importante. Il y a des clients avec qui nous avons déjà travaillé et par les quelques grandes figures que j’apprécie comme John entreprises collaboratrices. Nous n’avons jusqu’à présent Pawson, Alzaro Siza, Eduardo Souto de Moura, David que peu diffusé nos projets. Adjaye, B.I.G., etc. J’aime aussi le travail de construction et de mise en scène pour le théâtre de Joao Mendes Sur la dizaine de projets actuellement réalisés par votre bureau, il s’agit surtout de commandes de particuliers. Ribeiro, les ambiances de Miguel Cancio Martins. Qu’en est-il des collectivités, des participations à des Toutefois, vous n’imposez jamais votre style et n’avez pas concours? une esthétique «signée». «Jusqu’à présent, nous n’avons eu que peu de contacts «Nous n’avons pas au premier abord d’empreinte esthé- avec les collectivités, mais cela commence à se faire. Nous tique évidente puisque nous nous appuyons sur l’identité apprenons à nous connaître. Quant aux concours, c’est de notre client. Je crois qu’il faut trouver le ton juste pour plus difficile, car ce type de participation demande beauun espace donné, un client en particulier. Pour cela, nous coup d’implication de la part des équipes et ce n’est pas rencontrons le client à plusieurs reprises, précisons le toujours compatible avec le quotidien du bureau et l’avanprogramme avec un vocabulaire commun, puis dessinons cée des projets commandés. Mais c’est quelque chose que le projet, par paliers: le plan d’aménagement particulier, nous souhaiterions développer. l’architecture, l’architecture d’intérieur, le product design, le service design. Tout ceci nous sert d’outils pour analyser Mis à part l’architecture, vous développez avec Philippe Schlesser d’autres projets. Pouvez-vous nous en dire quelles demandes de nos clients. ques mots? Car une de vos spécificités est en effet votre capacité à «Il s’agit de service design ou de product design pour les prendre en charge toutes les couches d’un projet, du plan pays en voie de développement, notamment avec Design d’urbanisme à la planche à découper ou l’aménagement Aid. J’aime aider les gens, aussi bien dans les endroits où du jardin si le client le souhaite. il y a de l’argent que là où il n’y en a pas. «Oui, et cette étude permet de mieux répartir les dépenses, car les aménagements peuvent se faire en mélangeant des Quelle est la prochaine grande étape pour le bureau? pièces standard et des meubles créés sur mesure. Parfois, le «Trouver une stabilité financière!»

«J’ai toujours privilégié une relation de confiance, que ce soit entre les collaborateurs, les clients ou les entreprises avec lesquelles nous travaillons» Jean-Paul Carvalho

Carvalho Architects sàrl

xx xxxxx xx xxxx xxx xx xxxxxx Bureau d’architectes luxembourgeois dont les projets sont reconnus pour leur rigueur conceptuelle et la qualité de leur design. L’art de bâtir autant que la recherche théorique sont au cœur du processus de conception. Le bureau investit toutes les échelles de l’espace, de l’urbanisme au product design. implantation: Esch-sur-Alzette, Luxembourg effectif: 8 personnes Créée en: février 2005 directeur: Jean-Paul Carvalho Website: www.carvalhoarchitects.com


093

Projet 1: Architecture

Fiche technique

UNKI

Année de construction: en attente d’autorisations – début du chantier en 2010

Minimal est le mot qui résume ce projet. Petit volume, petite consommation d’énergie et minimum d’impact sur l’environnement. Cette maison dans les bois est le repère d’un amoureux de la nature.

Lieu de construction: Grand-Duché de Luxembourg Maître d’ouvrage: Particuliers

Identité chromatique:

1

2 1 2 3

Infographiste : Carvalhoarchitects s.à.r.l.-Dinis Pires

Il n’y a pas d’esthétique propre à l’architecture soucieuse d’écologie. L’esthétique minimaliste développée par le bureau trouve donc également sa place dans ce type de programme. La petite taille de la maison contraste cependant avec la grande taille du terrain. Celui-ci est aménagé en parcours artistique pour les jeunes artistes de la région. Ceux-ci peuvent implanter leurs œuvres sur des terre-pleins aménagés dans la forêt. 3


094

Année de construction: 2008-2009, projet en cours Lieu de construction: Grand-Duché de Luxembourg Maître d’ouvrage: Particuliers

Projet 2: Architecture

SCHLASS Ce projet en cours de réalisation explore les possibilités du «béton vu architectonique», technique qui ne doit pas seulement répondre à des exigences structurelles, mais aussi à des critères esthétiques très stricts.

1

2

3

1 2 3

À l’intérieur, les espaces et détails de finition ont été développés sur base d’esquisses en trois dimensions. La technique consiste à présenter des croquis à la main exprimant la vision de ce qui doit être mis en œuvre. Le client peut ainsi très facilement se projeter dans sa future maison et participer au processus de développement du projet. 4

La technique du béton vu est ici utilisée pour les façades des extensions. Les nouveaux volumes sont accolés de part et d’autre du bâtiment existant. Ces volumes sont sculptés. Les plans coupés et inclinés donnent l’illusion de mouvement. Le «calepinage» du béton est le dessin qui structure sa surface, obtenu par les planches du coffrage utilisé pour le bétonnage des voiles. Le développement de celui-ci est l’occasion d’un exercice de géométrie où l’architecture se parle à elle-même. La continuité des lignes horizontales du dessin accentue la dynamique tout en conservant l’équilibre du bâtiment. Cette réalisation «sur mesure» en béton n’est réalisable que moyennant la mise en commun d’un très grand savoir-faire. L’ingéniosité des ingénieurs et de l’entreprise de construction est mise à contribution pour obtenir un résultat optimum. 4

Infovision

Fiche technique

www.archiduc.lu

portrait


095

Projet 3: Architecture

Fiche technique

B&B

Année de construction: 2010, projet en cours

Ce projet consiste en la transformation en loft d’un grenier de maison existante en centre-ville.

Lieu de construction: Trèves

L’intervention en centre-ville est toujours délicate. La concentration du bâti existant et l’existence de règlements très stricts ne favorisent pas toujours l’élaboration d’une architecture résolument moderne. Dans ce projet, le temps nécessaire a été pris avec les autorités communales pour développer une architecture sobre, mais exigeante, et relativement «osée» compte tenu du contexte. La transformation vise plus précisément l’aménagement du grenier inutilisé de l’habitation existante en loft. Pour ce faire, le toit est pourvu de deux lucarnes de forme cubique. Celles-ci transforment radicalement le caractère du bâtiment, ainsi que les possibilités d’aménagement.

Maître d’ouvrage: Particuliers Superficie: 130 m2

Géographie

Trèves Allemagne Rhénanie-Palatinat 104 650 habitants

1

Vue transversale 1 2

Vue extérieure 3

Vue transversale 2

Carvalhoarchitects s.à.r.l. – Dinis Pires

1

3

2


096

Fiche technique Année de construction: 2008-2009 Lieu de construction: Grand-Duché de Luxembourg Maître d’ouvrage: Particuliers

www.archiduc.lu

portrait

Projet 4: Architecture

JACK Avec ce projet, le bureau a pu établir une continuité entre l’architecture, l’architecture d’intérieur et le mobilier. Une attitude sobre dans l’expression permet de réaliser l’intégration des éléments entre eux. La vision de base de ce projet est celle d’une maison de culture méditerranéenne avec des terrasses à chaque niveau. Celles-ci sont maintenues à l’extérieur, mais également transposées à l’intérieur  afin d’enrichir le volume de vues croisées et d’ouvertures. L’espace intérieur joue ainsi avec lui-même et le propriétaire devient le témoin amusé des jeux de lumière naturelle et des saisons. En rupture par rapport à une esthétique sobre et minimale, le bureau aime également introduire des éléments ludiques. L’envie des clients de personnaliser la cage d’escalier a permis le développement d’une solution originale. Ainsi, un arbre en contreplaqué finition chêne rustique a «poussé» dans cette cage d’escalier. Celui-ci sert partiellement de garde-corps.

1

2

3

4


097

1

Vue extérieure de la maison 2

Entrée de l’habitation 3

Ce projet a été l’occasion de développer l’architecture d’intérieur et la création de mobilier. 4

Salle de bain des parents 5

Carvalhoarchitects s.à.r.l. – Christina Dixius

Un arbre sert partiellement de garde-corps à l’escalier.

5


098

Année de construction: 2010, projet en cours Lieu de construction: Grand-Duché de Luxembourg Maître d’ouvrage: Particuliers

Projet 5: Architecture

LISA Ce projet en préparation explore la richesse de la disposition des espaces autour d’un patio. Dans certaines régions, les différents volumes d’une ferme traditionnelle s’organisent autour d’une cour, ou patio, celle-ci servant à la fois d’espace de distribution et de lieu où prendre la lumière pour les différents bâtiments. Cette richesse spatiale est réinterprétée, concentrée et adaptée au contexte de cette maison unifamiliale. D’un côté, l’articulation autour de la petite cour permet de multiplier les effets de lumière naturelle. De l’autre, le patio recrée un espace extérieur au cœur même de l’espace intérieur. Il accentue la profondeur visuelle et installe un jeu de distances et de regards au sein d’un même volume.

1

x

2 1

Face avant 2

Vue extérieure 3

Face latérale droite

Carvalhoarchitects s.à.r.l. – Dinis Pires

Fiche technique

www.archiduc.lu

portrait

3


099

Projet 6: Architecture d’intérieur

Fiche technique

eskada

Année de construction: 2007

L’esthétique d’ESKADA est sobre, voire brute. Il est composé d’éléments en acier brut qui se répètent pour former l’escalier. Chaque élément reprend deux marches.

Lieu de construction: Grand-Duché de Luxembourg Maître d’ouvrage: Particuliers

L’élégance de l’escalier naît de l’impression de léger flottement du dispositif. Cette impression est notamment obtenue par ces vides laissés entre les éléments. Le recours à l’acier permet d’affiner au maximum la section des éléments, ce qui contribue également largement à cette impression de légèreté.

1

L’acier brut confère une esthétique minimaliste et sobre. 2

La répétition de modules fait naître l’escalier. 3

L’escalier donne une forte impression de flottement.

Carvalhoarchitects s.à.r.l. – Christina Dixius

1

2

3


100

Fiche technique Nom: Taboa Année de création: 2007

www.archiduc.lu

portrait

Projet 7: Product design

TABOA Cette planche à découper qui, par la suite, a été déclinée en d’autres objets, tire son nom de la phonétique portugaise qui signifie plaque.

Dimensions: 45,5 cm x 30 cm Épaisseur: 4 cm Poids: 3 kg Mode d’emploi: Rincer à l’eau claire avant la première utilisation. Laver la planche après chaque utilisation. Ne jamais mettre la planche au lave-vaisselle. Laisser sécher dans un endroit à température ambiante et protéger du soleil, ne pas faire sécher sur un radiateur. Entretien: Lorsque le bois est sec, frotter la surface de travail avec de l’huile d’olive (huile végétale).

Identité chromatique:

1

1

La sobriété du terme TABOA ne reflète pas la complexité des tests et des recherches qui ont conduit à la mise au point de cette planche à découper. Sa production fait appel aux dernières technologies pour le travail du bois. 2

TABOA est disponible en chêne, hêtre, noyer, wengé, bambou fumé, érable. Carvalhoarchitects s.à.r.l. – Christina Dixius

3 4

Son ergonomie, étudiée pour être utilisée tant par les droitiers que par les gauchers, permet de la saisir sans devoir l’incliner et de la transporter aisément. L’utilisateur peut également faire passer facilement les ingrédients découpés sur TABOA dans le récipient, glissé sous la plaque.

2


101

3

4


102

portrait

www.archiduc.lu

taboammm & TABOINHa 5 6

TABOAMMM est l’évolution du concept TABOA. La planche à découper a évolué vers un objet de présentation et de dégustation. Le matériau est passé du bois à la pierre naturelle, les proportions se sont affinées. L’objet est dessiné pour accueillir le pain, l’huile d’olive et le sel pour l’apéritif ou pour le repas. Suivant l’envie, il servira également à présenter les combinaisons sushis/wasabi, tacos/sauce ainsi que différents fromages. La planche est utilisable sur ses deux faces. La première face présente trois cavités fraisées dans la pierre naturelle. Celles-ci recueillent l’huile ou d’autres liquides, tandis que le reste de la surface accueille le pain, le sel ou d’autres aliments. La deuxième face est plane. Sur chacune de ses faces, le long côté est fraisé en biais pour faciliter la prise en main de l’objet. Cette bande fraisée achève la composition de TABOAMM et lui confère son caractère singulier.

5

7

TABOINHA est la version plus petite de TABOA et peut servir à la fois de planche à découper et de planche à déguster.

«La sobriété du terme ne reflète pas la complexité des tests et des recherches qui ont conduit à la mise au point de cette planche à découper»

Carvalhoarchitects s.à.r.l. – Christina Dixius

6

7


103

Projet 8: Product design

COPO Cet objet dessiné pour la dégustation exprime les piliers esthétiques du bureau carvalhoarchitects.

KD Theis

Carvalhoarchitects s.à.r.l. – Christina Dixius

L’objet est dessiné pour accueillir de l’huile d’olive ou d’autres sauces pour l’apéritif, pour le repas ou toute autre occasion. Autour de l’huile, du sel, un peu de pain ou d’autres accompagnements peuvent être disposés. Cet objet est à nouveau l’occasion d’exprimer  les «canons» esthétiques du bureau, soit le choix d’un matériau noble, la pierre naturelle, le recours à des formes simples, mais légèrement «perverties», l’ergonomie du produit et l’utilisation utile, mais ludique de l’objet. COPO est constitué d’une demi-sphère légèrement inclinée dont la base est tronquée, afin d’assurer sa stabilité.

Année de construction: 2010 Lieu de construction: Grand-Duché de Luxembourg Infos techniques: encore en phase d’études

Projet 9: Product design

Fiche technique tenofom

TENOFOM

Année de construction: 2006

Cet ensemble est un espace modulable qui peut devenir, selon le choix de l’utilisateur, une cuisine, un espace de travail ou un lieu de vie.

Lieu de construction: Grand-Duché de Luxembourg

TENOFOM, qui signifie «j’ai faim» en phonétique portugaise, révèle un ensemble dont le dessin est ludique, clair et simple. Conçues sur une trame de 60 centimètres, les proportions résultent d’une formule mathématique conjointe à l’ergonomie humaine. Un monolithe en avant-plan contraste avec l’élément mural. Selon la disposition de l’espace, TENOFOM se décline en trois modèles de base. Les matières sont sélectionnées en fonction du design souhaité. TENOFOM L s’ouvre en longueur, TENOFOM Q s’ouvre en largeur, TENOFOM R s’ouvre en rotation, idéal pour un droitier ou un gaucher.

Maître d’œuvre: Particuliers

Projet 10: architecture d’intérieur

Fiche technique shanti

Shanti

Année de construction: 2007

Pour ce salon de coiffure, le bureau a réalisé le réaménagement intérieur et la création du comptoir d’accueil. Le parti pris esthétique de ce salon de coiffure traduit une conception urbaine du programme. Dans les programmes commerciaux, l’identité est exprimée plus fortement sans être tapageuse. Le mobilier participe à cette construction de l’identité. Celui du  salon est noir et réduit à l’essentiel. La combinaison de ces quelques éléments de mobilier avec le jeu des lumières directes et indirectes donne son cachet définitif au lieu.

Georges Marinho

Fiche technique COPO

Lieu de construction: Luxembourg Maître d’ouvrage: Shanti - Salon de coiffure Superficie: 60 m2


104

www.archiduc.lu

portrait

Échanges culturels

Regards à Luxembourg Identités architecturales/Identidades arquitectónicas a été mis en place par un groupe d’architectes luso-luxembourgeois mené par Jean-Paul Carvalho de carvalhoarchitects et regroupe un programme pluridisciplinaire. Dans le cadre du programme Identités mis en place par la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, un groupement d’architectes portugais a décidé de réaliser un ensemble d’événements pour présenter au public leurs réalisations et des réflexions sur cette caractéristique qu’est l’échange culturel entre le Portugal et le Luxembourg. Ce programme pluridisciplinaire met en exergue l’identité luso-luxembourgeoise descendante à Luxembourg par l’architecture à travers une exposition, des conférences, des reportages photographiques et des workshops.

1

Une exposition L’exposition, qui se tient à la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie du 7 au 31 octobre, regroupe des architectes d’origine portugaise qui exercent leur métier au Luxembourg. Elle présente, comme une toile de fond, des projets et réalisations d’architectes luso-luxembourgeois. Les architectes présentés sont Araujo Architecte, Besch da Costa, Carloscorreiaarchitecte sa, carvalhoarchitects sàrl, Lurdes Nunes Architecte, Manuel Rocas Architecte, NextStep Architecture, Nuno Marques Architectes, Valente Architecte.

3

2

4

5

6

7

8


105

1

Une des maisons réalisées par carvalhoarchitects 2

Projet de RM architectes Manuel Rocas pour le pavillon luxembourgeois à l’exposition universelle de Shanghai (Chine) 3

La maison Cos par Besch da Costa a été récompensée lors du Prix de l’Architecture en 2007. 4

Simulation de projet réalisée par NextStep architecture et urbanisme 5

Simulation rendue par Nuno Marques pour le concours restreint de l’aménagement de la place de la Mairie de Koerich 6 7 9

carlsocorreiaarchitecte s.a. a réalisé la rénovation et l’extension de ce bâtiment administratif situé à la Cloche d’Or. 8

Projet de RM architectes Manuel Rocas pour les maisons des sciences de la vie et des matériaux à Belval

9


106

www.archiduc.lu

portrait

Des workshops

Des workshop se sont déroulés entre le mois de juillet et le mois d’octobre 2010. Ils avaient pour thème: le pliage, le dessin d’architecture à main levée et le réaménagement de locaux de la Maison des Jeunes de Differdange.

1

Jean-Paul Carvalho a animé le workshop sur le dessin d’architecture à main levée, comme ce dessin du Palais Grand-Ducal. 2

Extension d’une maison à Sennigerberg par Valente Architecte

Des conférences

Des conférences sont aussi organisées dans le cadre de ce programme. Les architectes participant à l’exposition disposeront chacun de 5 minutes et de 10 images pour présenter leurs projets. Par la suite, l’architecte Miguel Cancio Martins, fondateur de l’agence MCM Design à Paris, présentera son travail. Suivront deux interventions de sociologues, l’une par Dr Rachel Reckinger (UNI Luxembourg) sur le concept pluriel d’identités, constructions individuelles et collectives, l’autre par la sociologue Aline Schiltz sur les «maisons des émigrés» au Portugal. Mercredi 20 octobre, à 19h00, au CarréRotondes à Luxembourg.

1

2

Des commandes photographiques

Des commandes photographiques ont été passées à Paulo Lobo et Ricardo Vaz Palma de VIEWS qui ont eu comme mission de dénicher des empreintes de l’identité portugaise dans le cadre luxembourgeois, dont certaines sont teintées d’humour.

3

4

W

Plus d’infos: Vernissage de l’exposition: jeudi 7 octobre à 19h00, suivi d’une introduction sociologique sur le thème de l’architecture. Le carnet de l’exposition est distribué aux visiteurs de l’exposition. www.fondarch.lu www.rotondes.lu www.beschdacosta.com www.carvalhoarchitects.com www.lunarch.lu http://nextstep-architecture.net www.r-m.lu www.valente.lu

5

3

Résidence à quatre appartements à Luxembourg par Lurdes Nunes Architecte 4

Araujo Architecte 5

Maison Del par Besch da Costa


Elle est née en 1992 dans un pays qui souffrait d’un décalage entre ses résultats économiques et son manque d’ambitions dans la culture de l’architecture et de l’aménagement du territoire. N’ayant pas de faculté d’architecture, pas de critiques en architecture et de toute façon pas de culture architecturale bien ancrée, le paysage luxembourgeois était ballotté au gré des spéculations immobilières et ambitions politiques. La destruction du boulevard Royal et son ignoble remplacement par de la quantité était (et est toujours) une leçon à ne plus renouveler. Malgré la sauvegarde de quelques villages par Georges Calteux et son Service des Sites et Monuments, l’enlaidissement de nos villages et de notre paysage se poursuivait dans l’indifférence. L’Ordre des Architectes et des Ingénieurs-Conseils et un nombre d’individus engagés, tels Bohdan Paczowski, Michel Petit, Alain Linster, Francy Valentiny, ont participé à l’éclosion d’une scène architecturale active qui a abouti à la constitution de la Fondation. C’est dans ce contexte que la Fondation a commencé avec un dialogue sur l’architecture, avec ses conférenciers internationaux et locaux, ses prix d’architecture, ses colloques, ses publications. Au fil du temps, la Fondation est devenue une institution qui a déjà porté ses fruits. Les prix d’architecture ont sensibilisé les maîtres d’ouvrage publics et privés. La Fondation est devenue au fil du temps quasi un bras

droit (en architecture) du Ministère de la Culture. La participation régulière à la Biennale d’Architecture à Venise est maintenant acquise. Un master en architecture à l’Université du Luxembourg est en voie de constitution. Le contexte international devenu plus sensible au design et l’architecture aidant, les revues architecturales comme a-dato et maintenant en plus Archiduc font partie d’un nouveau paysage médiatique spécialisé. Malgré ces succès, une Fondation est plus nécessaire que jamais. Si pendant les premières quinze années la mouvance architecturale était plutôt dans les mains des professionnels et certains secteurs liés à la construction, il y a une évolution des ambitions de la Fondation au-delà de l’architecture du bâtiment vers l’environnement construit. Celui-ci détermine de plus en plus, au détriment du paysage naturel, notre espace de vie. C’est pourquoi la Fondation s’est lancée en 2009 autour du sujet général: visions pour notre territoire avec ses 4 thèmes: l’espace public, identités des villes et communes, habitat et patrimoine. Afin de démocratiser ces thèmes, la Fondation s’ouvre davantage au public. Notre environnement bâti n’est pas seulement l’affaire des spécialistes et décideurs mais de tout le monde. Aussi la sensibilisation du jeune public fait maintenant partie de la base de notre programme. Le Luxembourg a hérité de beaux paysages, la ville, un site exceptionnel devenu site Unesco, qu’allons-nous léguer à notre descendance? • Christian Bauer, Président.

Pourquoi une Fondation dE L’Architecture et de l’Ingénierie?

FONDATION DE L’ARCHITECTURE ET DE L’INGÉNIERIE

107


Quoi „Neue Konzepte für städtisches Wohnen” Quand du 21 au 24 octobre 2010

voyage d’étude

Quoi conférence collective «Regard à Luxembourg. Identités architecturales/Identidades arquitecturais par des architectes lusoluxembourgeois» Qui Araujo Architectes, Besch da Costa, Carloscorreiaarchitecte, Carvalhoarchitects, Lurdes Nunes Architecte, Manuel Rocas Architecte, NextStep Architecture, Nuno Marques, Valente Architecte, MCD design, Aline Schilz Quand mercredi 20 octobre 2010, 19:00 Où auditorium CarréRotondes, Hollerich Web www.fondarch.lu Cette conférence a lieu dans le cadre de l’exposition homonyme. Plusieurs architectes d’origine portugaise s’exprimeront sur le thème d’«Identités/Identidades».

conférence

Quoi "Shaping forces" Qui Laurent Ney, ingénieur Quand jeudi 17 février 2011, 19:00 Où auditorium Banque de Luxembourg, bd Royal Web www.fondarch.lu Conférence organisée dans le cadre de l’exposition monographique homonyme du BOZAR Bruxelles, présentée à la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie. En quelques années, cet ingénieur est devenu une référence en matière de génie civil, par la manière de poser les problèmes, d’interroger les lieux, les contextes et les matériaux et de trouver des solutions originales.

conférence

Quoi «Cities for people» Qui Jan Gehl, architecte Quand jeudi 11 novembre 2010, 19:00 Où auditorium Banque de Luxembourg, bd Royal Web www.fondarch.lu Au sein de sa cellule de recherche à la School of Architecture of Copenhagen, Gehl a développé une méthode de travail unique basée sur un principe de priorité aux habitants, points de départ du processus de planification urbaine.

conférence

infos: Informations supplémentaires sur www.fondarch.lu

w

L’institution culturelle est administrée par un conseil d’administration qui établit les politiques et définit les stratégies de l’organisme. Un comité de direction veille à l’application de la politique générale et des orientations stratégiques définies par le conseil d’administration et assure le suivi de ses décisions. La collégialité de la gestion au niveau de ce comité permet de suivre l’actualité, de débattre et de prendre des décisions en commun. À part celui du directeur de l’institution, les mandats des membres du conseil d’administration et du comité de direction s’exercent à titre bénévole. Une équipe professionnelle est en charge de la mise en œuvre de la stratégie et du programme des différents domaines d’activités de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie et assure le suivi des actions engagées. Présidents honoraires Alain LINSTER, partenaire M3 architectes Bohdan PACZOWSKI, architecte Michel PETIT, architecte

Conseil d’administration Président Christian BAUER, architecte Vice-président Stefano MORENO, architecte Trésorier Mathias FRITSCH, architecte

Membres administrateurs Shahram AGAJAANI, architecte Pierre AHLBORN, administrateur délégué de la Banque de Luxembourg Jacques BRAUCH, ingénieur Jim CLEMES, architecte Marc EWEN, ingénieur Tatiana FABECK, architecte Claudine HEMMER, représentante Ministère de la Culture André LAVANDIER, ingénieur, représentant de l’OAI Alain LINSTER, partenaire M3 architectes Bohdan PACZOWSKI, architecte Nico STEINMETZ, architecte Bob STROTZ, architecte, représentant de l’OAI John VONCKEN, architecte auprès du Service des Sites et Monuments nationaux

Comité de direction Tatiana FABECK, architecte, membre du Conseil d’administration Mathias FRITSCH, architecte, trésorier du Conseil d’administration Stefano MORENO, architecte, viceprésident du conseil d’administration Andrea RUMPF, directrice de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie

équipe professionnelle Andrea RUMPF, directrice Anouk BERNARD, coordinatrice/ responsable presse Anne STAUDER, chargée de mission

Créée en 1992 en tant qu’organisation non gouvernementale à but non lucratif, la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie au Luxembourg est une institution culturelle ouverte au public, principalement financée par des moyens privés. La Fondation vise à introduire la qualité de l’environnement bâti comme valeur essentielle de notre société. Plateforme d’échange et de rencontre, elle organise e.a. expo­ sitions, conférences, publications et débats. Par son action, la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie au Luxembourg éveille la responsabilité des citoyens, des décideurs et des professionnels. De par sa situation internationale géopolitique, elle s’adresse à son pays au sein de la Grande Région.

Où Berlin Web www.fondarch.lu À l’affiche seront des projets d’habitation contemporains, exemplaires et innovateurs, mettant l’accent sur la l’utilité, la durabilité et la rentabilité de façon exemplaire.

Quoi «Open houses», portes ouvertes habitat et patrimoine Quand samedi 9 et dimanche 10 octobre 2010 Où à travers le pays web www.fondarch.lu Les Journées «Open houses» invitent à reconsidérer, à parcourir et à vivre l’architecture actuelle au plus près. L’objectif est de rendre accessible, compréhen­ sible et intelligible à tous une architecture d’habitation contemporaine qui vise une exigence exemplaire de qualité et d’innovation.

action

Qui sommes-nous?

agenda

108 www.archiduc.lu


3

2

1

Véhiculer le thème de l’identité luso-descendante à Luxembourg par l’architecture, tel est le défi de cette exposition lancée par un groupe d’architectes d’origine portugaise exerçant leur métier au Luxembourg. Le thème se développe autour d’un programme multidisciplinaire comprenant l’analyse sociologique, le reportage photographique, des workshops et en toile de fond une exposition de projets et réalisations des architectes impliqués. Cette exposition s’intègre dans un vaste programme organisé par la Fondation de l’Architecture portant sur le thème d’ «Identités/Identidades». Le catalogue de l’exposition sera distribué aux visiteurs lors du vernissage. Participants: Araujo Architectes, Besch da Costa, Carloscorreiaarchitecte, Carvalhoarchitects, Lurdes Nunes Architecte, Manuel Rocas Architecte, NextStep Architecture, Nuno Marques, Valente Architecte.

«Identités architecturales/ Identidades arquitecturais» Quand vernissage jeudi 7 octobre 2010, 19:00, exposition du 8 au 31 octobre 2010 Où Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, Hollerich Qui des architectes d’origine portugaise exerçant au Luxem­bourg Web www.fondarch.lu

La Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie présente l’exposition monographique «Laurent Ney. Shaping Forces», conçue par le Palais des BeauxArts de Bruxelles et consacrée à cet ingénieur luxembourgeois qui, en quelques années, est devenu une référence en matière de génie civil, par la manière de poser les problèmes, d’interroger les lieux, les contextes et les matériaux, et de trouver des solutions originales. En une douzaine d’années à peine, cet ingénieur a acquis une place singulière et fédératrice au sein du paysage belge. Il a mené un nombre très important de collaborations avec des architectes belges et internationaux mais a aussi lui-même conçu et construit une série d’ouvrages d’art qui marquent çà et là le paysage belge, luxembourgeois

27 janvier 2011, exposition du 28 janvier 2011 au 27 mars 2011 Où Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, Hollerich Qui Laurent Ney, ingénieur Web www.ney.be

Quoi «Shaping forces» Quand vernissage jeudi

3

Le pavillon du Luxembourg y présente l’exposition «rockpaper-scissors» conçue par le collectif KadapaK and guests à la Ca’ del Duca.

d’Architecture de Venise 2010 – Pavillon du Luxembourg «rock-paper-scissors» Quand exposition jusqu’au 21 novembre 2010 Où Ca’ del Duca, Venise Qui KadapaK and guests Web www.rockpaperscissors.lu, www. fondarch.lu

2

Quoi Biennale

1

Quoi Regards à Luxembourg

Laurent Ney créera notamment la passerelle d’Esch-sur-Alzette (2009), la passerelle de Knokke (2007) et (avec Agwa) la toiture du Carré des Arts à Mons comme celle du stade d’Anderlecht. Un homme qui pratique de manière novatrice l’art de l’ingénieur.

et hollandais. Dans sa quête de la forme optimale, Laurent Ney considère les forces comme le terreau à partir duquel l’ingénieur fait naître une sculpture de sa structure. La forme et les forces en présence sont intrinsèquement liées. «Shaping Forces» présente le regard d’un ingénieur sur son propre travail à partir de thèmes comme la géométrie, la topologie et l’échelle. L’exposition présente maquettes et plans et se focalise sur la méthode de conception singulière de l’ingénieur Laurent Ney: utiliser les forces comme réelle matière première de la recherche structurelle et formelle. Cette démarche, qui associe le design au calcul, est traversée par plusieurs préoccupations récurrentes: la connexion des éléments structurels, la hiérarchisation des problèmes, le rapport au contexte dans lequel s’implantent les projets, les stratégies de conception à mettre en œuvre, les notions de géométrie, de matérialité et, bien sûr, de forme.

expositions

Disponibles à la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie: Carnet d’opinions n°1: La Cité judiciaire Carnet d’opinions n°2: Baukultur Carnet d’opinions n°3: Habitat

Rédacteur en chef Shahram Agaajani 22 pages avec illustrations 21x14,5 cm En langue française

Auteurs Ben Fayot, Urban living Stéphanie Laruade, La ville sauvage José Hansen, La ville condamnée (d’Lëtzebuerger Land, architecture/ urbanisme, 4 janvier 2002) Shahram Agaajani, Place de l’Étoile ou la poche de vide urbain Bohumil Kostohryz (photographies)

L’urbanisme commercial est une préoccupation importante des pouvoirs publics car le commerce est encore aujourd’hui une des conditions essentielles du développement des villes. Comme l’histoire et la morphologie de chaque ville diffèrent l’une de l’autre, ce nouveau schéma d’urbanisation doit impérativement tenir compte des divers facteurs qui la composent et rester un processus de développement équilibré. Créant un caléidoscope d’interprétations, la série de publications «carnets d’opinions» cherche à traiter de sujets d’actualité et à animer le débat sur l’environnement bâti, à promouvoir la critique architecturale et à stimuler les réflexions sur les constructions qui nous entourent et qui constitueront le cadre de vie des générations futures.

«Une urbanisation qui implante ses centres commerciaux là où les églises les occupaient jadis…»

urbanisme

Carnet d’opinion N°4

109


Horaires d’ouverture ma-ve 9h00-13h00 je 14h00-18h00 sa 11h00-15h00 et sur rendez-vous

1996 1997 1997 1997 1998 1998 1998 1998 1998 1998 2000 2001 2001 2002 2002 2003 2004 2004 2004 2005 2005 2005 2006 2006 2006 2007 2007 2007 2008 2008 2009 2009 2010

Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie 1, rue de l’Aciérie, L-1112 Luxembourg T + 352- 42 75 55 F + 352- 42 75 56 E office@fondarch.lu

Publications de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie 1/ Jean Petit architecte 2/ Nico Steinmetz architecte 3/ Architecture et Bois 4/ Paczowski-Fritsch architectes 5/ Jean Prouvé au Luxembourg 6/ Paul Bretz architecte 7/ Architecture et Photographie 8/ Architectures luxembourgeoises 9/ Prix Luxembourgeois d’Architecture 1998 10/ Christian Bauer & Associés architectes 11/ Maisons modernes 12/ 1992-2002 13/ Prix Luxembourgeois d’Architecture 2001 14/ Witry & Witry architectes 15/ Dewey Muller architects et urbanistes 16/ Moreno architecture 17/ Jim Clemes architecte 18/ Bruck + Weckerle Architekten 19/ Prix Luxembourgeois d’Architecture 2004 20/ ney & partners 21/ BSS Bourguignon Siebenaler Strasser 22/ Besch da Costa architectes 23/ Arlette Schneiders architectes 24/ Diane Heirend et Philippe Schmit architectes 25/ Polaris architects 26/ Georges Reuter architecte 27/ Prix Luxembourgeois d’Architecture 2007 28/ Tatiana Fabeck architectes 29/ Metaform architectes 30/ Teisen-Giesler architectes 31/ Points-of-view/4 questions/44 answers/ 32/ BENG architectes 33/ Catalogue SinCityPics

La bibliothèque de la Fondation est riche de plus de 5 800 ouvrages, anciens et récents, concernant l’architecture et l’ingénierie, l’urbanisme, l’histoire des villes, des techniques de la construction et d’autres sujets autour de l’environnement bâti. La bibliothèque compte aussi quelques recueils rares luxembourgeois et étrangers. Livres, articles de journaux et publications diverses sont rassemblés et classés par thèmes, par architectes ou par pays. Une salle de lecture et une machine à copier sont à disposition du lecteur. Consultation sur place uniquement. Libre accès aux ouvrages. Catalogue en ligne: wwww.fondarch.lu

publique d’architecture

Bibliothèque

110 www.archiduc.lu

Photos: INgrid.eu


29/

28/

27/

33/

31/

30/

Éditeur: Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie Auteurs: Ulf Meyer/Alain Linster DOM publishers, Novembre 2008 3 numéros distincts • allemand, français, anglais

LX Architecture: au cœur de l’Europe – Architecture contemporaine au Luxembourg

34/

34/

111


Membres actuels: François Biver Hans Fellner Jo Nei Thomas Nougaret Maria Spada Anne Stauder Manuel Vico Christian Wilmes

ESPACE PUBLIC Membres actuels: Arno Frising Michel Gretsch Françoise Meier Cristina Picco Robert Philippart Philippe Steiner André Wildschutz

IDENTITÉ DES VILLES ET COMMUNES Membres actuels: Aly Barthel Isabelle Carret Tanja Lahoda Tom Schmit Isabelle Yegles

PATRIMOINE

Membres actuels: Lynn Ansay Corentin Emprou Noéline Maas Charlotte Sauer Françoise Seiwerath

JEUNE PUBLIC

Actuellement les groupes sont rassemblés sous le leitmotiv de 2010 «Visions pour notre territoire» en 5 sous-thèmes:

Ils ont pour objectif d’apporter une contribution à l’élaboration et à la mise en œuvre du programme de la Fondation. Tous les membres des groupes de travail s’engagent à titre bénévole.

Les groupes de travail de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie associent des bénévoles d’horizons divers – architectes, ingénieurs, journalistes, historiens, amateurs de l’architecture et autres – autour de thèmes d’intérêt stratégique pour la Fondation.

Membres actuels: Jean-François Beaulieu Michael Feisthauer Stéphanie LaruadeKostohryz

HABITAT

«VISIONS POUR NOTRE TERRITOIRE»

Groupes de travail

L’architecture fait partie de notre quotidien et constitue un pilier culturel dans toute société. La Fondation convainc par ses manifestations et publications d’actualité et de qualité. Elle constitue une véritable plateforme critique sur l’architecture et l’urbanisme local ainsi que sur divers projets internationaux.

Max Heldenstein Reedandsimon

La Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie fait un travail inestimable pour la promotion de l’architecture contemporaine et la protection du patrimoine architectural historique à travers des conférences, expositions, visites guidées et ateliers pour enfants, mais aussi à travers son centre de documentation. Nombreux sont les architectes de renommée internationale qui ont ainsi défilé au Luxembourg pour présenter leurs œuvres et qui ont laissé une trace dans la façon de voir et de concevoir l’architecture au Luxembourg. La bonne entente avec les membres et les collaboratrices professionnelles de la Fondation m’aide par ailleurs beaucoup dans mon propre travail.

Antoinette Lorang, historienne de l’art, Le Fonds Belval

Témoignages des AMis

112 www.archiduc.lu


w

Si vous êtes intéressé à rejoindre un des 5 groupes de travail, n’hésitez pas à vous adresser à la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie T 42 75 55 ou office@fondarch.lu

Pour plus de renseignements: www.fondarch.lu rubrique «architecture au Luxembourg» et «forum»

Un des sujets phares du groupe Patrimoine est comment rendre possible la conciliation des bâtiments à valeur historique et du passeport énergétique. Tanja Lahoda, ingénieur, explique «qu’il faudrait que le patrimoine de valeur historique et le passeport énergétique puissent être conciliables afin de garantir à la fois une qualité de vie confortable à un coût abordable et la protection de l’inventaire historique. Le facteur décisif est l’interaction des deux résolutions: la préservation du matériel historique et de la récupération d’énergie propre, en précisant évidemment qu’on ne pourra jamais transformer un bien ayant une valeur historique d’un point culturel et financier en une maison à basse énergie.» Ces réflexions seront complétées par des expositions, des conférences données par des architectes et des concours avec les étudiants.

Le groupe de travail Identités des villes et communes saisit l’opportunité de la crise actuelle pour développer des visions du développement du territoire valables pour 20 à 30 ans, une analyse interne sur la longue durée et analyse externe permettant de développer ces visions. Cette analyse, en cours, a permis d’identifier plusieurs identités en mutation permanente. Certains traits communs ont été distingués: la dualité culturelle qui favorise un esprit ouvert, le multiculturalisme, le cosmopolitisme. Une politique foncière centenaire qui sert l’accès à la propriété individuelle comme source de cohésion sociale, d’économie stable, de stabilité politique. L’échelle du pays et la proximité des décideurs garantissent une grande flexibilité. La grande présence de la nature garantit une qualité de vie élevée. Selon les membres du groupe: «Les défis actuels consistent à diversifier l’économie, à développer la société du savoir, à fixer la population par des logements et à soumettre toute action d’aménagement et de construction à une logique écologique.» Les visions à élaborer seront discutées notamment lors de débats publics.

Ainsi, le groupe Espace Public a résolument l’intention d’intensifier le débat autour de l’environnement non bâti que nous partageons tous au Luxembourg. C’est à l’ensemble des utilisateurs de l’espace public aussi bien qu’aux preneurs de décisions que s’adresse ce groupe de travail en posant ses valises et ses paper-boards dans les rues et sur les places de la ville. Conférences, débats et interventions in situ seront programmés selon le calendrier-parcours qui se développera tout au long de l’année en continu dans les espaces publics de la ville et du pays. Selon Thomas Nougaret, architecte, «c’est en attirant l’attention sur l’espace public qu’il sera considéré comme enjeu principal dans l’amélioration de la qualité de nos cadres de vie». Le groupe de travail Habitat constate que, dans le contexte de la crise économique et des enjeux écologiques actuels, une remise en cause des modes d’habiter est en cours. Des exemples d’habitats denses, économes en énergie, souvent à coûts modérés matérialisent ce changement. L’essence même de ces projets rend possibles les relations de voisinage, l’appropriation de l’espace ou encore l’adaptation aux besoins familiaux. Par une prise en compte des paramètres urbains, sociaux et économiques, ils participent à la création de véritables quartiers et offrent aux habitants un haut niveau de qualité de vie. Jardins de ville, logements évolutifs, maisons à patios, jardins d’hiver, terrasses plantées, mobilité, la liste de ces plus qui permettent d’habiter autrement est longue. Au delà de l’image d’un bâtiment achevé, et de la seule discussion autour de la qualité architecturale, le groupe de travail Habitat étudie les mécanismes qui ont permis l’élaboration de tels projets; de l’acquisition du terrain jusqu’à la remise des clés aux habitants. À travers des visites et des débats publics, le groupe souhaite développer l’analyse des «making of» (processus d’élaboration) de différents projets au Grand-Duché de Luxembourg et à l’étranger, en en soulignant les moments clés, afin d’ouvrir un peu plus la brèche vers de nouvelles formes de conception.

Partant du constat qu’une sensibilisation à l’environnement construit et à l’architecture fait défaut comme matière dans l’enseignement luxembourgeois, le groupe Jeune public précise que: «Notre objectif majeur est de développer et d’encourager la curiosité envers l’architecture et l’urbanisme par une démarche pédagogique. Il s’agit d’apprendre aux jeunes à se situer dans l’espace et à explorer leur propre environnement construit de leur quotidien.»

Cercle des partenaires:

Ordre des Architectes et des Ingénieurs Conseils

Ministère de la culture

Avec le soutien de:

Partenaire principal

À la sortie d’une conférence ou d’une exposition organisée par la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, je suis toujours inspirée et motivée à bloc. J’apprécie ses choix éclectiques. Par ses diverses activités et publications, elle dresse un état des lieux complet et intelligent de notre environnement bâti. Bref, être ami de la Fondation va de soi pour tous ceux qui sont sensibles à leur cadre de vie ou qui veulent le devenir.

Nathalie Jacoby, NJOY architectes d’intérieur muséographes éclairagistes

113


114

MENTS ne ussi u st a

’e iduc, c itre ABONNE à Arch exister un t onner S’ab

e faire esse. de pr

d façon

Luxembourg 1 an = 2 numéros 15€ (frais d’envoi inclus) 2 années = 4 numéros 25€ (frais d’envoi inclus) Europe 1 an = 2 numéros 20€ (frais d’envoi inclus) 2 années = 4 numéros 35€ (frais d’envoi inclus) Virement sur le compte IBAN: LU87 0019 1655 8851 4000, BIC CODE: BCEELULL de Mike Koedinger Editions SA en précisant vos coordonnées et, si vous désirez recevoir une facture acquittée, une adresse e-mail.

Appel à participation pour le prochain magazine Architectes, ingénieurs, urbanistes, votre actualité nous intéresse! Faites-nous parvenir vos derniers projets, participations à des concours, les changements dans votre bureau, vos publications… Nous avons besoin d’un texte explicatif et de visuels (photo, perspectives, simulations 3D, croquis…) en 300 dpi, 10x15 cm minimum. Contact: Céline Coubray Mike Koedinger Éditions BP 728, L-2017 Luxembourg celine@mikekoedinger.com

www.archiduc.lu Le site internet d’Archiduc, c’est: des news régulières sur l’actualité de l’architecture au Grand-Duché, un calendrier des événements, conférences, rencontres à ne pas rater, le magazine à feuilleter on-line, des portfolios d’architectes. Pour avoir son portfolio sur www.archiduc.lu, il suffit d’envoyer à la rédaction 10 à 30 images par bureau (plusieurs images par projet sont possibles) avec légendes et crédits photo.

OURS Directeur de la publication: Mike Koedinger Comité de rédaction: Mike Koedinger, Céline Coubray, Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie. Rédactrice en chef: Céline Coubray (celine@mikekoedinger.com)

Magazine d’architecture Luxembourg Numéro 1 - Automne/Hiver 2010-2011

Please Recycle

Vous avez fini de lire ce magazine ? Archivez-le, transmettez-le ou bien faites-le recycler ! Finished reading this publication? Archive it, pass it on or recycle it.

Ont collaboré à ce numéro: France Clarinval, Marc Colbach, GG Kirchner, Philippe Schmit

Impression: Imprimerie Centrale Distribution: Valora Services Luxembourg

Photographie: Éric Chenal/Blitz Agency, David Laurent/Wide

© Mike Koedinger Éditions S.A.

Édité en collaboration avec la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie

Correction: Cynthia Schreiber

Publication du prochain numéro: 6 mai 2011

DESIGN INgrid - StudioForEditorialDesign S.A. www.INgrid.eu Direction artistique: Maxime Pintadu Mise en page: Nathalie Petit, Stéphanie Poras, Mireille Scheid

Numéro ISSN: En cours Ce magazine a été édité le 1er octobre 2010 à 5 000 exemplaires.

ÉDITEUR Tél. +352 26 88 18-1 Bureaux: 10, rue des Gaulois, Luxembourg-Bonnevoie Courrier: BP 728, L-2017 Luxembourg www.mikekoedinger.com

régie publicitaire Directeur associé: Aurélio Angius Directeur commercial associé: Francis Gasparotto Contact: Tél. +352 27 17 27 27 www.tempo.lu


Objet de valeur La longévité est une qualité rare – Les systèmes d’aménagement USM vous accompagnent au fil du temps.

Demandez-nous une documentation détaillée ou visitez nos distributeurs.

Distribution Luxembourg: BUROtrend S.A., 5, rue de l’Eglise B.P. 1067, L-1010 Luxembourg Showroom USM: 103, Grand-Rue, L-1661 Luxembourg Tél. +352 48 25 68 1, Fax +352 48 29 66, info@burotrend.lu, www.buro.lu Headquarter: USM U. Schärer Söhne AG, Münsingen Suisse www.usm.com

ARCHIDUC Numéro 1  

Magazine d'architecture au Luxembourg Automne/Hiver 2010 - 2011

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you