Issuu on Google+

www.infosmobiles.fr

infosmobiles 10/2011 numéro 01

Le magazine des professionnels de la mobilité

Ouvrir sa boutique

seul ou en réseau ? Franchise, partenariat commercial, indépendant... Les avantages et inconvénients des différentes formules.

Focus Interview Asus

Tour d’horizon des ambitions de la marque avec Cécile Brenier, responsable marketing Asus France.

Spécial salon ifa 2011

Tablettes, smartphones… En avant-première, le meilleur des nouveaux produits de cette fin d’année.

test Xperia Ray Le smartphone Sony Ericsson ultra design qui réveille la galaxie Android.

infosmobiles

1


Sommaire

édito

Il fallait bien cela ! Un nouveau magazine pour accompagner chaque mois tous les professionnels de la mobilité et vous tenir au courant de toute l’actualité des smartphones, des tablettes, des accessoires, des opérateurs... Dire que les mobiles sont définitivement entrés dans notre quotidien, c’est une évidence. Aussi essentiels que nos clés en partant le matin, rechargés pour résister à tous les usages multimédia et connectés que l’on en fait, les smartphones sont tout simplement devenus indispensables, qu’ils tournent sous iOS, Android, ou tout autre système nomade. Enrichis de dizaines d’applications, constamment connectés au Web, aux emails, ils se plient à tous les désirs. Ils constituent aussi, de plus en plus, un élément clé dans une stratégie multicanal, de triple voire de quadruple play. Que faut-il pour faire le bonheur d’un client nomade et connecté ? Des forfaits plus conséquents, des modèles de plus en plus performants, des accessoires pour les accompagner. Sans oublier un nouveau compagnon, appelé, dit-on, à remplacer le PC portable, mais aussi à vivre en bonne intelligence avec les smartphones : la tablette tactile. Une tablette qui pourrait bientôt ne plus se contenter de se servir de son cousin smartphone comme point d’accès, pour faire désormais forfait et puce commune avec eux. Décidément, si chacun en France, ou presque, possède un voire plusieurs mobiles, tout change vite dans le petit monde de la mobilité. Et il fallait bien un nouveau magazine pour vous en parler tous les mois ! Bonne lecture. Judikael Hirel jhirel@infosmobiles.fr

22 IFA, un salon

très connecté.

14 Ouvrir

32 Xperia Ray :

sa boutique Télécoms, seul ou en réseau ?

Sony Ericsson réveille la galaxie Android.

infosmobiles

Adresse : 158, rue Diderot - 93500 PANTIN Téléphone : 01.48.45.01.55 - Fax : 01.41.50.49.61 E-mail : redaction@infosmobiles.fr - Site : www.infosmobiles.fr Directeur de la publication : Albert ELBAZ Dépôt légal à parution - N° ISSN : en cours Imprimé en Union Européenne Rédacteur en chef délégué : Judikael HIREL Directeur Artistique : David BENAMOU Ont collaboré à ce numéro : Ophélie Colas des Francs, Françoise Juquin (agence Hubandco), Sofian Nouira, Anne Poirier  Publicité : Albert ELBAZ 01 48 45 01 55 – elbaz@infosmobiles.fr Thierry Lellouche 09 66 93 01 55 – lellouche@infosmobiles.fr

mobipresse

Cette publication est éditée par MOBI PRESSE, SARL au capital de 10 000 euros © Copyright 2011

04 événement Moins de mobiles, plus de smartphones

30 interview Cécile Brenier, responsable marketing

06 ACTUalitéS

32 tests Sony Ericsson Xperia Ray

14 dossier Ouvrir sa boutique Télécoms :

Asus France

22 reportage IFA : un salon très connecté

28 observatoire Android à la conquête du monde

46 techno futur Sans mobile apparent

seul ou en réseau ?

Motorola Pro Nokia E6 LG Optimus 3D HTC Radar Samsung Galaxy Tab 10.1 BlackBerry Bold 9900 HTC Evo 3D Emporia Elegance

infosmobiles

3


L’événement Tendances marché

au féminin

Les smartphones ne sont plus réservés à une clientèle masculine, comme le prouve ce Sony Ericsson Xperia Ray fin et design.

Moins de mobiles, plus de smartphones

première place

Samsung est désormais n°1 en France sur le marché des smartphones.

Serait-ce la fin d’une époque ? Les ventes de téléphones mobiles ont encore baissé au second trimestre 2011. Moins de mobiles vendus, oui, mais aussi de plus en plus de smartphones, pour le plus grand bonheur des fabricants et des opérateurs.

C

lairement, c’est un tournant : une décennie après sa vulgarisation dans notre vie quotidienne, le téléphone mobile semble passer définitivement à la phase suivante de son évolution naturelle : le smartphone. Plus de puissance, de connectivité, de potentiel, des applications pour tous les moments de la vie personnelle et professionnelle... Et de plus en plus de temps passé sur son combiné, connecté à Internet, sur les réseaux sociaux, à surfer, relever ses emails et, toujours, téléphoner ! Cet été, pour le second trimestre consécutif, les ventes de téléphones mobiles ont poursuivi leur tendance à la baisse en Europe de l’Ouest, selon les chiffres dévoilés par le cabinet IDC. S’il s’est tout de même vendu 20,4 millions de combinés en un trimestre, ce résultat représente une baisse impressionnante de 29 % par rapport au trimestre équivalent de l’année précédente. Mais, en parallèle, les ventes de

4

infosmobiles

smartphones progressaient quant à elles de 48 %, à 21,8 millions d’unités. Tournant historique sur le marché de la téléphonie mobile, c’est la première fois que les ventes de smartphones dépassent celles des téléphones mobiles dits “classiques”, pour représenter désormais 52 % des ventes. Il faut dire que les smartphones ont de moins en moins de choses à envier aux ordinateurs portables en termes de puissance et de connectivité, voire de productivité. En l’absence de nouvel iPhone d’Apple, ce sont les nouveaux modèles design dévoilés par Samsung, HTC et Sony Ericsson qui ont ainsi entraîné le marché, tandis que Nokia et les modèles sous Windows et Symbian poursuivaient leur déclin face à Android. Un OS gratuit plus que conquérant puisqu’il progresse de... 352 % en un an ! Au total, les 10,5 millions de smartphones sous Android représentent 48,5 % des modèles livrés sur le marché durant le trimestre.

Samsung, nouveau n°1 des smartphones en France Autre virage historique : l’arrivée de Samsung en tête des ventes, avec le succès de ses modèles sous Android, dont l’excellent Galaxy SII. Avec 4,8 millions d’unités vendues, Samsung décroche 22 %


forte croissance Pour Mathieu Drida, PDG du site Internet Meilleurmobile.com, le boom des achats en ligne s’applique aussi au secteur de la téléphonie mobile.

Il devrait se vendre 12 millions de smartphones en France en 2011, pour un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros. de parts de marché, juste devant Apple (4,6 millions, 21 %), HTC venant compléter le podium, avec 3,1 millions d’unités vendues et 14 % de parts de marché, juste devant RIM (3 millions) et Nokia (2,3 millions). Véritable exploit : en élargissant les ventes aux mobiles en général, smartphones et modèles classiques, Samsung culmine à 33 % des ventes au 2e trimestre 2011, avec 42,2 millions de combinés, soit une hausse de 7 % par rapport à la même période de l’année précédente. Selon le même calcul, Nokia passe en 2e position, avec 21 % de parts de marché, en baisse de 16 %, suivi par Apple (11 % contre 6 % l’année précédente). HTC a plus que doublé ses parts de marché, passant de 3 % à 7 % du marché, devant RIM, passé de 6 % à 7 % des ventes, avec 3 millions de Blackberry vendus contre 2,6 millions à période équivalente. Sur l’année 2011, le cabinet IDC s’attend à une poursuite de la progression des ventes de smartphones, à hauteur de 12 millions de produits vendus pour un chiffre d’affaires estimé à 4 milliards d’euros sur 2011. Les ventes de smartphones devraient elles aussi continuer à progresser, pour atteindre 4 milliards d’euros, soit une hausse de 33 %, à fin 2011. Quelque 12 millions de terminaux seront vendus en France cette année. “Cette augmentation répond au besoin de mobilité des consommateurs”, explique Kirk Campbell, du cabinet IDC, pour qui la principale bataille se déroule du côté des systèmes opérationnels. Si pour le moment le paysage est dominé par iOS (Apple) et Android (Google), “il y a de la place pour cinq ou six acteurs, selon Kirk Campbell. Il y aura des solutions régionales. N’oubliez pas que les chinois ne sont toujours pas entrés dans cette course”. En France, c’est Bada, le système opérationnel de Samsung qui joue les faiseurs de roi. Le coréen est d’ailleurs passé devant Apple en juillet. Android détient désormais plus de 50 % du marché français des ventes de smartphones, contre

Les mobiles se vendent aussi en ligne Alors que sur tous les segments de marché, la vente en ligne ne cesse de progresser, le secteur de la téléphonie mobile ne pouvait qu’être lui aussi concerné. Alors que les ventes de mobiles stagnaient globalement, voire baissaient légèrement, elles progressaient en revanche sur le Web. “Si certains affirment que les ventes de mobiles en France plongent, sur la “toile”, le constat démontre au contraire un marché pérenne, voire en plein essor, affirme ainsi Mathieu Drida, PDG de Meilleurmobile.com. L’achat de forfaits et téléphones mobiles sur Internet se démocratise de plus en plus. Ce phénomène s’explique par la croissance générale du e-commerce, les avantages d’Internet étant multiples : le choix, la facilité de comparer, et bien sûr le prix. Certains sites de commerce en ligne de téléphones mobiles vont même plus loin en proposant désormais des services “plus”, comme la livraison gratuite, le débit à l’expédition et des forums d’entraides pour répondre aux questions des consommateurs. Autant d’avantages qui favorisent l’acte d’achat via Internet”, souligne Mathieu Drida.

17,7 % pour Bada (qui équipe les Samsung Wave) et 17 % pour iOS d’Apple.

Les tablettes, un marché encore en devenir Reste à voir désormais, dans la catégorie sans cesse plus large des objets nomades connectés, quand le marché des tablettes tactiles va attendre la maturité. Créé par Apple avec l’iPad, il reste plus que majoritairement phagocyté par le modèle phare de la firme de Cupertino, loin devant les modèles sous Android qui ne peuvent que se partager les miettes du marché. Néanmoins, le potentiel est là, avec une prévision de croissance des ventes de tablettes de 183 % en France en 2011, selon le cabinet IDC, qui devrait frôler le milliard d’euros de chiffre d’affaires ! Et ceci alors que les nouvelles offres des opérateurs, associant smartphone et tablette sur un seul et même abonnement, n’ont pas encore été dévoilés.

grand public

Les grands noms de l’électronique grand public, comme Acer, sont très présents sur le marché des smartphones et des tablettes tactiles.

infosmobiles

5


actualités Mobiles

en bref Du nouveau dans les petits commerces

Afone Mobile refond entièrement son offre de recharges prépayées pour mobiles, Afone MAX. Ces cartes prépayées seront distribuées dans 2 200 points de vente de proximité du réseau Ingenico Prepaid services à travers la France : bureaux de tabac, maisons de la presse, épiceries, boulangeries, bars... Cet accord pourrait s’étendre à plus de 5 000 distributeurs avant la fin de l’année 2011.

And à la roid voi On p e com ut déso x

rm m son s ander vo ais m sous artphon calemen t A peut ndroid. e ou sa ta Ains b appe lette i, un un m ler u m n e et eff ssage, n contact obinaute a , e sans ctuer d’a viguer su envoyer utilis r le W utres e en p arlan r le clavi tâches c eb er oura t à so ntes n tél , juste épho ne.


Gingerbread dans le Kyno V

Le tout dernier smartphone signé Sony Ericsson, disponible au 4e trimestre 2011, embarquera la nouvelle version d’Android, 2.3.4, surnommée Gingerbread. Premier smartphone Sony Ericsson à embarquer la capture photo 3D, il est aussi le premier à bénéficier directement (sans mise à jour) des nouvelles fonctionnalités de la gamme Xperia : Google Talk avec chat vidéo, panorama 360° 3D et Facebook inside Xperia. “Les utilisateurs veulent toujours plus de contenu, d’interactivité et de connectivité, indique David Mignot, Directeur Général de Sony Ericsson France. Nous embarquons sur notre gamme de smartphones le meilleur des dernières innovations Sony qui, combinées à notre savoir-faire, nous permet de proposer la gamme de smartphones la plus complète et la plus performante du marché.” Sony Ericsson Kyno V, sortie fin 2011

6

infosmobiles

Un logiciel de gestion pour les magasins Win Gsm demeure le logiciel de référence pour la gestion commerciale des magasins de téléphonie mobile.

E

n dix ans d’existence, Win GSM, le logiciel de gestion commerciale des magasins de téléphonie mobile, a conquis plus de 1800 points de vente à travers France. Ses atouts ? Le fait de proposer un produit ultra complet, mais à un prix abordable, décliné en version mono ou multi-points de ventes. Conçu pour répondre parfaitement aux besoins très particuliers des magasins de téléphonie mobile, ce logiciel se retrouve du coup préconisé auprès des enseignes par la plupart des intervenants, opérateurs et grossistes en lignes. Cet outil à la fois ergonomique et intuitif permet aussi bien de booster l’activité commerciale que de gérer les stocks, le service après-vente. Mais il permet aussi d’optimiser le suivi des rémunérations opérateurs, élément fondamental de la bonne gestion d’un magasin ou d’un réseau de magasins de téléphonie. Win Gsm intègre aussi des outils avancés de suivi statistique afin d’analyser les ventes, de trouver le mix produit idéal, de coacher l’équipe de vente, d’élaborer les pay-plan vendeurs... Le logiciel propose une mise à jour automatique des packs

opérateurs. Les prix de vente des mobiles, les rémunérations des abonnements et les options sont ainsi mis à jour automatiquement, et ce pour tous les opérateurs. Autre atout : une passerelle relie la caisse de Win Gsm au système de création de lignes de certains opérateurs, pour générer les factures automatiquement, à partir des données saisies dans le système opérateur. De même, une passerelle assurance permet de créer automatiquement les contrats d’assurance des mobiles à partir des données saisies en caisse. Enfin, idée simple et bienvenue, les propriétaires de magasins peuvent recevoir automatiquement les résultats journaliers de leurs magasins sur leur smartphone.

focus Un kit mains libres vocal Parrot propose un tout nouveau kit mains-libres, permettant de gérer simultanément deux téléphones, et qui se contrôle vocalement ! Ce Minikit + est capable de gérer simultanément deux téléphones Bluetooth et de mémoriser jusqu’à 2 000 contacts par téléphone. Il est compatible avec tous les téléphones mobiles et smartphones Bluetooth du marché. Ce Parrot Minikit + permet également d’écouter directement les playlists de son smartphone tout en conduisant. Côté pratique, le détecteur de vibration s’active et se connecte automatiquement au(x) téléphone(s) mobile(s) dès l’ouverture de la portière du véhicule. Ce Parrot Minikit + sera disponible dès le mois d’octobre.


Branchez... ...Parlez !

Une gamme riche en couleurs de combinés pour smartphones et tablettes. Réduit jusqu'à 99% des ondes absorbées Chez vous ou au bureau, plus de confort pour vos conversations téléphoniques Meilleur confort acoustique

Haut-parleur et microphone de haute qualité

Distributeur exclusif de périphériques et d’accessoires pour smartphones et tablettes www.comtrade.fr - Tél: 01 56 470 470 - Fax: 01 56 470 471 300 rue du Président Salvador Allende - 92700 Colombes


actualités Mobilité

en bref Jamais sans mon mobile

Selon les derniers chiffres de l’Arcep, 99,7 % des Français possèdent un mobile. Les Français possédaient 64,4 millions de terminaux nomades en 2010, en progression de 4,6 % par rapport à 2009. Sur ce nombre, 14 millions sont des smartphones, pour un taux de pénétration de 27 %, ce qui place la France en 9e position mondiale. Mais le chiffre le plus impressionnant concerne les SMS : on en a envoyé près de 100 milliards en 2010 depuis l’Hexagone, soit une moyenne de 164 par mois et par client !

25 0 00 breve En s ’offra ts ce n

t Mo t ét que é, Goog torola M des le n’a obil m Il a s urto obiles pas ach ity e u de 2 eté t des t acq 5 de la 000 bre uis pas tablette moi vets s. télép ns lié hon ie m s au sec obile teur .

Un accessoire 3-en-1 pour l’iPhone 4 Le smartphone star signé Apple a fait naître tout un écosystème qui lui est exclusivement consacré. Parmi cette pléthore d’accessoires, Bacata a notamment choisi d’importer un accessoire 3-en-1 malin.

B

acata propose en France un accessoire imaginé par le constructeur Auzentech, conçu tout spécialement pour l’Apple iPhone 4. L’i-Fuzen HP-1 est d’abord une coque protectrice dans laquelle glisser son smartphone Apple pour le protéger. Cette coque permet aussi de le recharger et d’en doper l’autonomie : en effet, cet i-Fuzen HP-1 intègre aussi une batterie Lithium, capable de pousser l’iPhone 4 à 44 heures d’autonomie en mode musique ou 8 heures en communication.

Un Doro simple et pratique « Je veux juste un téléphone simple pour passer des coups de fil et prendre des photos ! » Qui n’a pas entendu cette phrase en boutique ? Doro, spécialiste des téléphones mobiles simples d’emploi, vient de lancer le mobile avec appareil photo le plus simple du marché. “Nous savons que beaucoup d’utilisateurs de téléphones portables, et notamment les seniors, trouvent qu’il est difficile de prendre des photos avec un mobile et de les envoyer à quelqu’un, surtout à cause des menus dans lesquels ils ont du mal à naviguer, explique Camilla Nilsson, responsable Marketing de Doro. C’est pourquoi seulement 18 % des seniors qui possèdent un mobile ont déjà envoyé un MMS.” Du coup, ce mobile possède trois touches A, B, C d’accès direct aux trois correspondants principaux et une touche SMS pour rédiger un SMS sans passer par un menu. Ce premier mobile 3G de la marque a été développé en collaboration avec le cabinet suédois Ergonomidesign et testé avec les seniors pour répondre à leurs besoins spécifiques. Il intègre un appareil photo de 3,2 Mégapixels avec flash et zoom 8X, très facile à utiliser grâce à une touche d’accès direct à la fonction.

8

infosmobiles

Cette batterie est annoncée comme pouvant résister à 500 recharges. Plus original encore, l’i-Fuzen HP-1 fait aussi office d’amplificateur audio pour partager les pistes de son iPhone 4. De quoi doper la puissance du haut-parleur intégré voire personnaliser le rendu sonique, notamment dans le style chaleureux d’un ampli à lampes. Enfin, ce kit complet intègre également, sens du partage oblige, une double sortie audio jack 3,5 mm, pour pouvoir relier deux casques à un seul et même iPhone 4.

focus Un smartphone design Alcatel, 3G+ et Android

Alcatel vient de dévoiler trois nouveaux smartphones dont ce modèle 3G+ fonctionnant sous Android Froyo 2.2, à la fois design et à la portée du commun des mobinautes. Doté d’un écran tactile capacitif QVGA 2,8 pouces 240 x 320 pixels, il embarque également un appareil photo 2 Mégapixels et un baladeur audio. Au-delà de ses 150 Mo de mémoire, une carte SD permet de doper ses capacités de stockage. Son autonomie annoncée est de 6 h en conversation et jusqu’à 550 h en veille.


actualités Opérateurs

en bref Darty passe au quadriplay

Internet, téléphone, télévision, et désormais mobile... Darty propose une gamme de forfaits et d’options à la carte, de la solution la plus simple (Darty Mobile 2 h) à l’illimité. Cette nouvelle offre propose de choisir ses options selon ses besoins : SMS illimités, surf & mails jusqu’à 500 Mo, avec carte Sim seule ou avec mobile... À noter que les abonnés DartyBox bénéficient de tarifs préférentiels : le forfait 2 h est proposé à 9,90 € par mois avec carte Sim et sans téléphone mobile. Le forfait avec appels et SMS illimités en France métropolitaine et surf & mails jusqu’à 500 Mo avec débit réduit au-delà, est proposé à 29,90 € par mois.

un

NRJ mill M plus obile a ion n d avec ’un mil nonce lion u n chiff de c en h lie re a à 20 usse de d’affair nts acti 10. 7 es fs, 70 % offre 5 % ont par rap s ave s p forfa o it to c abonn uscrit d ort ut ill e imit ement, d s éà5 0 € p ont le ar m ois.

Orange lance Sosh pour les 18-35 ans

Orange vient de dévoiler Sosh, sa nouvelle marque dédiée aux 18-35 ultra-connectés, avec une offre atypique : sans engagement, 2 h pour 19,90 €, 5 h pour 29,90 € et 24/7 pour 39,90 €. Profil de cette cible de jeunes amateurs de Web : ils sortent beaucoup, sont aussi actifs et sociaux dans la vie que sur Internet et les réseaux sociaux. Passant plus de 1 h 30 par jour sur Internet, près de 2 sur 3 utilisent une messagerie instantanée et sont régulièrement connectés à Facebook. Ils sont également presque deux fois plus nombreux que la moyenne nationale à utiliser leur mobile pour accéder à Internet, tandis que 57 % écoutent de la musique en ligne. Ces ultra-connectés achètent malin, aiment les bons plans et sont à l’affût des nouveautés. Ils achètent donc sur des sites de e-commerce, commentent les offres, échangent et partagent avec leur communauté. Cette cible dite de “smart shoppers” choisit davantage le Web comme lieu d’achat de son forfait (+30 %) et contacte plus fréquemment son opérateur (4 sur 5, contre 2 sur 3 en moyenne), le plus souvent par e-mail.

SFR démocratise la Femto Cell SFR propose désormais gratuitement à ses abonnés mobiles son service de Femto Cell. Une solution pour recréer un réseau 3G de qualité à domicile, où que l’on se trouve.

Q

u’est-ce que SFR Femto ? Il s’agit d’un service destiné aux abonnés mobile SFR et permettant d’améliorer la couverture mobile à leur domicile, quand elle est dégradée, quelle qu’en soit la raison : maison isolée, murs trop épais, matériaux très isolants… Via un boîtier SFR Femto, les abonnés retrouvent un signal optimal et peuvent profiter des services haut débit mobile chez eux dans les meilleures conditions. Mais si ce nouveau boîtier SFR Femto est particulièrement adapté à la neufbox Evolution, et s’y encastre d’un simple clic, il est aussi compatible avec la majorité des autres box ADSL du marché, quel que soit le fournisseur d’accès à Internet. Ce service utilise la convergence des réseaux fixe et mobile de SFR pour proposer la meilleure qualité de réseau 3G+ à domicile. Le principe est simple : toutes les communications (voix et Internet) des mobiles du foyer transitent par le réseau fixe grâce à l’accès Internet haut débit de l’abonné, assurant ainsi une couverture optimale et une performance des communications, avec un débit allant jusqu’à 7,2 Mbit/s. SFR Femto se présente sous la forme d’un petit boîtier relayant le signal 3G+ à domicile. Il se branche simplement à la plupart des boxes Internet du marché, quel que soit le fournisseur d’accès à Internet. Une fois installé, jusqu’à cinq abonnés mobile SFR peuvent

bénéficier du service pour passer et recevoir des appels, échanger des mails et SMS ou surfer sur Internet depuis leur mobile. Les communications (voix et Internet) transitant ainsi par SFR Femto sont décomptés des abonnements mobiles de chaque utilisateur. SFR Femto est disponible auprès du Service Client (1023), sur la boutique en ligne (www.sfr.fr) au tarif de 49 €, remboursés dès la connexion du boîtier. Il sera disponible dès la mi-octobre dans tous les espaces SFR.

focus Bouygues Télécom s’associe à Archos Archos et Bouygues Telecom s’associent pour proposer aux utilisateurs des tablettes ARCHOS G9 une solution prête à l’emploi, sans engagement, pour accéder à Internet partout en France depuis sa tablette. Le coffret comprend une clé Internet 3G+ Archos, qui s’insère entièrement dans la tablette Archos G9 et une carte Sim prépayée Bouygues Telecom.

10

infosmobiles


MON ACCESSOIRE. UNE QUESTION DE STYLE.

iPlate Aluminium Duo • Coque bi matière recouverte d’aluminium pur • Design unique et original (en 2 parties) • Epouse parfaitement la forme de l’iPhone

iPlate Silicone Duo • Coque silicone haute qualité • Créez votre style : 2 contours flexibles inclus • Ultra fine

WWW.STRAX.FR

STRAX (France) | 2/4 Rue Jean-Baptiste Huet | 78350 Jouy-en-Josas | Tel : 01 39 46 37 07 | info.france@strax.com


Actualités Accessoires

Au service des smartphones Que seraient les smartphones s’ils ne disposaient pas d’un véritable éco-système d’accessoires pour aider les utilisateurs à s’en servir pleinement ? Inventaire des dernières nouveautés en la matière.

iBureau

Le son sans fil

Pour prendre le relais des minuscules haut-parleurs intégrés aux smartphones, le mieux est de s’équiper d’une micro enceinte sans fil. Cette enceinte Bluetooth ultra compacte, disponible chez Orange depuis cet été, propose une qualité de son impressionnante, grâce à une membrane passive et à deux haut-parleurs 35 mm pour mieux restituer les graves. Son micro intégré permet également de s’en servir comme d’un kit mains-libres. Strax xqBeat Box

12

infosmobiles

La mutation smartphone vient, enfin, d’atteindre les entreprises : ce téléphone de bureau design permet de fusionner ses vies et ses mobiles en y enchâssant son iPhone une fois arrivé à son bureau. Dôté de 8 haut-parleurs et de 8 micros numériques pour passer en mode conférence, ce combiné intègre également deux touches tactiles “secret”, tandis que l’iPhone fait office d’interface, via l’application gratuite Invoxia à télécharger sur l’Apple Store. Ce combiné duo devrait prochainement être décliné en version “domicile”. Invoxia NVX 610


C’est qui le Boss ?

Prise en main

En matières de mobiles, on parle toujours de prise en main. C’est bien le cas avec la gamme Moshi-Mishi, au nom emprunté au “Allo” japonais. Magnifiquement vintage, ce pop phone importé par Comtrade est doté d’un haut-parleur et d’un micro haut-de-gamme. Il se connecte directement sur la prise jack du smartphone, pour prendre ses appels comme au temps des téléphones à cadran de jadis. à chacun d’en choisir la couleur, tel un accessoire de mode. Moshi Moshi pop phone

Les consommateurs vont désormais pouvoir habiller leur smartphone ou tablettes en Hugo Boss avec cette cette nouvelle collection d’accessoires. La gamme Construction propose des lignes épurées mariant cuir véritable et métal. Highlands associe laine pure, chevrons et cuir souple. Explorer s’adresse aux aventuriers urbains, entre pur coton tissé et cuir. Enfin, la gamme Métropolis se veut classique et intemporelle, entre cuir véritable et pièces de métal. Strax Hugo Boss

Plus de jus

Le problème des smartphones, de tous les smartphones, c’est leur aptitude à dévorer l’énergie de leur batterie en une journée, à force d’usages multimédia. D’où l’utilité d’une batterie externe pour gagner en autonomie. Il suffit d’une simple pression sur le bouton central de cette batterie externe pour en connaître le niveau de charge. Petite astuce : sa béquille articulée la transforme aussi en accessoire pour regarder une petite vidéo ! Brainwizz Power EZ Konnet PowerEZPlus 1000 mAh

Haut débit à la clé

Quand on ne veut pas dépendre des réseaux Wi-Fi du moment, mieux vaut s’équiper d’une clé pour rester connecté toujours et partout. Cette clé 3G+ est capable d’établir une connexion en 15 secondes chrono, sans même utiliser les ressources matérielles ou logicielles du mobile ou du PC. Ceci grâce à la technologie innovante CWID, alliant la capacité CPC (Continuous Packet Connectivity) à une interface utilisateur Web. Elle a été développée par ZTE pour les cartes de données se connectant à des réseaux mobiles haut débit HSPA+. En outre, l’interface utilisateur Web permet aux utilisateurs de gérer le dispositif, ainsi que des services en ligne, tels que sa messagerie et ses listes de contacts. ZTE MF190

Haut en couleur

ModeLabs vient de dévoiler sa nouvelle marque d’accessoires nomades. Aux côtés d’une gamme de casques et de protections, Color Block propose également une gamme de packs énergie colorés pour connecter et recharger son smartphone, ainsi qu’une mini enceinte nomade. Color Block, Colorspeaker infosmobiles

13


dossier

Stratégie business

Ouvrir sa boutique Télécoms seul ou en réseau ? à l’heure de créer ou de reprendre une boutique Télécoms, deux options s’offrent au porteur de projet : se lancer en totale indépendance ou rejoindre un réseau. Alors, seul ou au sein d’un réseau ? Tour d’horizon des avantages et inconvénients des différentes formules.

14

infosmobiles


MVNO (les opérateurs virtuels) avec leurs offres illimitées voix et SMS, à destination des jeunes hyper connectés, maintient le marché français en effervescence. Et à n’en pas douter, l’arrivée de Free comme quatrième opérateur dans ce jeu déjà hautement concurrentiel va encore rebattre les cartes. Orange vient d’ailleurs d’ouvrir les hostilités avec le lancement de son offre low cost, Sosh. Dans ce contexte, les boutiques de téléphonie ont toute leur place. Les consommateurs, désorientés face à une offre pléthorique et à des forfaits complexes, sont en attente de conseils et préfèrent généralement voir les produits plutôt que de les acheter via Internet. Reste à savoir si le créateur – ou le repreneur- d’une boutique a intérêt à se lancer seul dans la mêlée ou à s’adosser à une enseigne. Depuis quelques années, la tendance est au développement des réseaux d’opérateurs (SFR et Bouygues) et de multiopérateurs (The Phone house, Téléphone store) au détriment des indépendants. Faut-il pour autant systématiquement rejoindre le giron d’une enseigne ? Certains indépendants tirent très bien leur épingle du jeu tandis que des franchisés et partenaires commerciaux mettent la clé sous la porte. à chacun de trouver la formule qui lui convient le mieux.

D

epuis la démocratisation des GSM, les boutiques Télécoms ont fleuri dans tous les centres-villes de l’Hexagone. Aujourd’hui, bien que le taux d’équipement des Français dépasse les 80 %, le dynamisme du marché de la téléphonie ne se dément pas pour autant, grâce au lancement régulier de nouveaux produits et services. Smartphones, tablettes tactiles, netbooks... Les consommateurs sont à l’affut des dernières innovations. Côté opérateurs, la pression des

Monter son projet D’abord, il faut garder à l’esprit que, quel que soit le statut, le créateur ou repreneur est avant tout un chef d’entreprise, responsable de la bonne santé de son affaire. Il doit, pour développer son business, avoir des compétences de commercial, gestionnaire, manager. Reste ensuite à trancher : indépendant ou franchisé ? La réponse réside en grande partie dans la personnalité du porteur de projet. Le premier aura les mains libres sur tous les plans, le second bénéficiera de l’appui de l’enseigne sur de nombreux

Côté finances, l’appui d’un réseau est précieux en vue d’obtenir un prêt.

aspects. Et ce dès la mise en route du projet. Premier avantage de la franchise : un concept clés en main. Avant de lancer son réseau, le franchiseur a testé et validé un business model dans des unités pilotes. Le franchiseur se chargera d’adapter son concept aux évolutions des modes de consommation. Enfin, intégrer un réseau permet de bénéficier de sa notoriété et donc d’un flux de client. Les multiples services d’une franchise ne sont, évidemment pas, gratuits. Pour entrer dans un réseau, un candidat doit montrer patte blanche et s’acquitter d’un droit d’entrée. Chez The Phone House, il s’élève à 10 000 € HT. Pour échapper à cette dépense, il faut se tourner vers les formules moins contraignantes que sont les contrats de partenariat commercial, tels que les proposent les multi-opérateurs Téléphone store et Vivre Mobile ou les opérateurs SFR et Bouygues Telecom. Côté finances, l’appui d’une enseigne est précieux lors des négociations en vue de l’obtention d’un prêt. Les banquiers sont particulièrement frileux en ces temps d’incertitude économique. Or les chiffres sont imparables. Le taux de réussite en franchise est largement plus élevé qu’en création pure : 85 % contre 50 %. Certaines enseignes, comme The Phone house, passent des partenariats avec des banques. Elles présentent elles même les dossiers des candidats et signifient ainsi leur confiance en la solidité du projet.

Franchise et partenariat commercial, quelles différences ? La franchise (The Phone House) est la forme de contrat la plus contraignante.

L’enseigne fournit au franchisé un savoir-faire, sa notoriété de marque et une assistance en échange d’un droit d’entrée et de redevances (royalties sur les ventes et, parfois, participation aux frais de publicité).

Le partenariat commercial (SFR, Bouygues Telecom) ne prévoit pas de droit d’entrée. Certains contrats prévoient une redevance (Téléphone Store). D’autres en dispensent mais imposent un mobilier (Vivre Mobile). Parfois, seule la signalétique est obligatoire (Phoneo).

infosmobiles

15


Les réseaux gagnent du terrain Le marché très concurrentiel de la distribution est dominé par des enseignes de deux types : les opérateurs et les multimarques. Tour d’horizon...

Orange L’opérateur historique est propriétaire de son réseau qui compte plus de 900 magasins dont 800 boutiques. SFR La filiale de Vivendi a choisi le partenariat pour se développer rapidement sur tout le territoire. Avec 830 points de vente, l’opérateur estime avoir « maillé » l’ensemble du territoire. Bouygues Telecom

Comme SFR, l’opérateur a opté pour le partenariat commercial, mais garde des boutiques en propre. Il regroupe aujourd’hui 280 points de vente en succursales et 350 en franchise.

The Phone House Ce réseau, filiale du groupe britannique The Carphone Warehouse, compte plus de 350 boutiques. Premier réseau multi-opérateur, il est implanté depuis 1996 dans l’Hexagone. Il recrute de nouveaux franchisés dans les villes de taille moyenne.

Trouver et aménager sa boutique Le soutien des réseaux passe aussi par la recherche du local. Il ne faut évidemment pas attendre d’elles qu’elles fassent tout le travail. Le créateur connaît mieux le tissu économique local. Elles fournissent néanmoins des conseils pour choisir un emplacement favorable. “Nous accompagnons également le franchisé lors des négociations avec l’agent immobilier”, indique Cédric Hélias, directeur réseau The Phone House. En matière d’aménagement du point de vente, les chefs d’entreprise affiliés à un réseau sont soumis à des contraintes que n’ont pas les indépendants. Ils doivent équiper la boutique avec le mobilier fourni par l’enseigne. Pas question d’espérer se dispenser des normes d’agencement et de la signalétique. Une obligation sans conséquence, d’après Jean-Paul Debeuret, créateur de la caravane des entrepreneurs : “Dans certains secteurs d’activité, il est bien d’avoir un magasin à son image. En téléphonie, c’est inutile car il s’agit de négoce pur”. Mais le montant de la facture peut se révéler plus salé que si l’entrepreneur avait aménagé seul son point de vente. David, indépendant et propriétaire de trois boutiques dans une même rue à Paris, en sait quelque chose. “J’ai été approché pour passer sous enseigne Téléphone Store. Cela impliquait un investissement de 20 000 € HT rien que pour

I

Téléphone store Fondée

en 1996 par Coriolis, cette enseigne fédère aujourd’hui plus de 320 boutiques, dont 9 sur 10 sont en partenariat commercial. Elle revendique une offre exhaustive : multi produits, multi opérateurs et multi solutions.

Vivre mobile Née en 2003, ce jeune réseau, adossé à SFR, compte plus de 200 points de vente. Outre Bouygues Telecom, Orange et SFR, il commercialise les forfaits de NRJ Mobile. Ni droits d’entrée, ni redevance ne sont prévus dans les contrats. La signalétique et le mobilier sont imposés par l’enseigne. Phoneo Enseigne du grossiste

Extenso (filiale de Bouygues Telecom), Phoneo regroupe 215 indépendants multimarques. C’est le réseau le moins contraignant pour ses adhérents.

16

infosmobiles

Pierre Mentigazzi, patron sous bannière The Phone House

« J’ai perdu en sécurité mais j’ai gagné en autonomie. Et récolté les fruits de mon travail. »

le mobilier ”. Trop cher pour cet entrepreneur dont le business est assez florissant pour pouvoir se passer de la tutelle d’une tête de réseau. à noter que SFR finance la quasi intégralité du mobilier et des travaux. La participation de ses partenaires est de l’ordre de 1 000 €.

Bâtir son offre Si les membres d’un réseau bénéficient de l’appui de leur enseigne, les nouvelles boutiques d’indépendants peuvent, elles, être confrontées à un véritable problème : le refus de certains opérateurs de les référencer. “Quand j’ai lancé mon premier magasin, il y a treize ans, il n’était pas difficile de devenir distributeur. Aujourd’hui, le marché a évolué et les opérateurs deviennent de plus en plus exigeants”, constate David, commerçant indépendant. Sa solution ? Reprendre une boutique plutôt que de la créer de toutes pièces. à l’heure de constituer son stock, être intégré à un réseau procure là encore un confort non négligeable. L’entrepreneur, sous enseigne d’opérateur, ne paie pas les produits. Il ne règle la facture à la maison mère que s’il les vend. Les indépendants, eux, doivent prévoir une importante trésorerie pour faire face à cet investissement initial. “De plus, il est difficile pour les indépendants de négocier les prix avec les fournisseurs car ils ont de petits

l a été successivement chef de Rayon chez Casino et Carrefour, chef de Secteur chez Eldorauto, responsable agence Euromaster et directeur de magasin chez Norauto. Puis, à 36 ans, Pierre Mentigazzi s’est lancé dans la création d’entreprise. “J’ai senti que j’avais acquis suffisamment de compétences en gestion et commerce pour me mettre à mon compte. J’ai perdu en sécurité mais j’ai gagné en autonomie. Et récolté les fruits de mon travail”, explique-t-il. Après une étude de marché, il opte sans hésitation pour la téléphonie. Il ouvre sa boutique en 1999 à Annonay, en Ardèche. Trois ans plus tard, il rejoint The Phone House. “En tant que professionnel de la distribution, je connais l’importance d’appartenir à une enseigne qui tienne la route, qui ait une vraie puissance d’achat.” Il concentre dès lors ses efforts sur la relation client. “L’avantage avec une franchise est qu’on oublie la logistique, l’informatique. Tout est mis à disposition par l’enseigne”. évidemment, le coût du mobilier, de la labellisation représente un investissement de taille. Mais Pierre Mentigazzi enregistre dans les mois qui suivent une hausse de 30 % du nombre de clients. “J’ai fait partie des premiers franchisés. Alors au départ, le rapport de force n’était pas en notre faveur. Puis, peu à peu, la tête de réseau a reconnu la pertinence de nos projets et nous avons gagné nos lettres de noblesse.” En 2005, il ouvre un second point de vente à Romans, en Isère. Puis, un troisième, l’an passé à Salaise-sur-Sanne, dans le même département. Sans exclure d’en ouvrir un quatrième, si une opportunité se présente…


3 questions à Olivier Magnan, auteur de Les règles d’or pour réussir les financements de votre entreprise (éditions Dunod)

Les banques se montrent-

elles plus prêteuses qu’en 2008, lorsqu’a commencé la crise ? Il reste très difficile de trouver un interlocuteur car les banques sont par nature allergiques au risque. Elles décortiquent les projets des créateurs d’entreprise avec l’idée de dire non. Il règne, pour ainsi dire, une mésentente cordiale entre banquiers et entrepreneurs. Peut-on s’en passer ? Non, le passage par la banque est indispensable. Mais il faut auparavant se tourner vers les réseaux d’accompagnement, c’est-à-dire les financeurs extrabancaires. Ils proposent des fonds pour garantir les prêts souscrits par les porteurs de projet et proposent des financements. En somme, ils subventionnent, parrainent, conseillent et prêtent sur l’honneur. Ces réseaux sont très nombreux : Oseo, France initiative, France active, CCI... Il faut consulter le site de l’APCE qui les recense et oriente l’entrepreneur en fonction de la nature de son projet. Comment obtenir l’aide de ces réseaux ? D’abord, il faut monter un dossier solide avec un business plan qui tienne la route : chiffrer son potentiel, faire des études de marché poussées. La présentation, évidemment, importe. Il faut soigner le document dans sa présentation et se montrer vigilant sur l’orthographe. Pas question de jeter trois ou quatre chiffres sur une feuille. Enfin, il faut rôder son discours et soigner son apparence.

18

infosmobiles

volumes d’achat”, souligne Jean-Paul Debeuret, créateur de la caravane des entrepreneurs. Pour David, indépendant parisien, la difficulté ne tient pas tant dans le rapport de force en matière de prix que dans l’accès à certains produits. “Nous n’avons pas le droit de commercialiser d’iPhone et d’iPad, déploret-il. Noël approche. Il est certain que nous allons perdre des ventes. S’il est une raison pour laquelle je serai disposé à rejoindre un réseau, c’est bien la possibilité de distribuer les produits Apple”. La pénurie des produits de la marque à la pomme est également un problème pour Cyril Greco, propriétaire de sept magasins, dont deux Club Bouygues et 4 Phoneo. “Dans la boutique opérateur, nous avons autant d’iPhones blancs que nous le souhaitons. Par contre, chez Phoneo, nous sommes limités.” S’il reconnaît être parfois en rupture sur certains produits, Cyril Caracci, patron de deux magasins indépendants en partenariat commercial Phoneo, voit dans ce réseau peu intégré un vrai plus. “Parfois des opérateurs font des offres avec des téléphones dont je sais qu’ils sont mauvais. En tant qu’indépendant, je ne suis pas obligé de les proposer à mes clients.”

Calculer ses marges Les enseignes mènent des politiques variées en terme de redevance et de rémunération. The Phone House et Téléphone Store font payer à leurs partenaires le droit d’utiliser leur marque sous forme de royalties s’élevant à 2 ou 3 € en fonction des forfaits. Les autres enseignes comme Vivre Mobile, Phoneo, SFR ou Bouygues Telecom ne ponctionnent pas les entrepreneurs. De leur côté, les indépendants dégagent moins de marge sur la vente de produits

mais jouent sur un autre levier pour générer du profit. Tandis qu’un Club Bouygues ou un Espace SFR doit accepter le commissionnement fixé par l’enseigne, les multi-opérateurs peuvent profiter des conditions commerciales avantageuses que proposent les MVNO. “Je joue le jeu des nouveaux opérateurs, explique Cyril Caracci. Si NRJ mobile applique une politique de rémunération plus avantageuse que SFR, je n’hésite pas à le choisir.” Cyril Greco soulève un autre point en faveur de l’indépendance : “Le commissionnement versé aux indépendant par Bouygues Telecom est supérieur à celui qu’il verse dans les Clubs Bouygues. Le rendement est donc plus important sous enseigne Phoneo.” Tout en précisant qu’être sous enseigne de l’opérateur met le client plus en confiance. Bref, les deux formules ont du bon et l’entrepreneur tient à conserver son appartenance au deux réseaux. Car “cela permet aussi de ne pas être trop lié à une seule enseigne. Je n’aime pas mettre tous mes œufs dans le même panier.” Comment tranche-t-il en faveur de l’un ou l’autre ? Tout dépend de la zone de chalandise. à Aubagne, par exemple, il n’est pas passé sous enseigne Bouygues Telecom car il existait déjà une boutique de l’opérateur dans la ville.

Ils no

Bénéficier d’un appui Certaines enseignes proposent une formation initiale en vente, gestion ou encore management pour aider l’entrepreneur à se lancer. “Les franchisés suivent quatre semaines de formation au siège et en succursale”, explique Cédric Hélias, fondateur de The Phone House. Une possibilité qu’offrent aussi SFR et Bouygues Télécom. De plus, des animateurs sont généralement présents les premiers

Logicie Cyril Caracci,

indépendant et heureux de l’être

« Dans une petite boutique, on a un relationnel différent avec les clients. C’est très agréable. »

L

a téléphonie n’a aucun secret pour Cyril Caracci. Voilà 15 ans qu’il y travaille, d’abord en Espace SFR, puis dans un groupe indépendant d’une vingtaine de points de vente, racheté par la suite par Bouygues Telecom. Cette acquisition lui permet de poursuivre sa carrière chez l’opérateur pour finalement accéder à la fonction de directeur commercial. Ce poste salarié, il finit par le quitter pour voler de ses propres ailes. Il profite de la cession de

deux boutiques à Mandelieu et Beausoleil pour se mettre à son compte, en 2010. “La prise de risque est énorme, reconnaît-il. Constituer un stock de téléphones coûte très cher. Et il faut prévoir un fond de roulement de deux mois.” Pour exister face aux magasins sous enseigne implantés à Beausoleil et Mandelieu, il joue la carte de la qualité du service. “Dans une petite boutique, on a un relationnel différent avec les clients. C’est très agréable. On leur consacre du temps, on les oriente bien dans le choix des forfaits. Le but est de les fidéliser”. Pari réussi. En l’espace d’un an, il a vu son chiffre d’affaires progresser de 25 %. Mais Cyril Caracci ne crie pas victoire et reste à l’affût des évolutions du marché. “L’arrivée de Free va casser les prix. Résultat, les opérateurs pourraient baisser notre rémunération. S’il faut davantage compter sur les téléphones pour dégager des profits, les indépendants seront en difficulté, car nous n’avons pas le même pouvoir de négociation lors des achats”.

Mise à Factur Pay-pl Tablea Pointa Créatio Gestio Envoi Conso


Coachez vos vendeurs, Analysez vos résultats, grâce à WIN GSM

Magasins de téléphonie mobile : Magasins de téléphonie mobile : ous font confiance Boostez vos ventes, Magasins de téléphonie mobile : Boostez vos ventes, Coachez Boostezvos vosvendeurs, ventes, Coachez vos vendeurs, AnalysezCoachez vos résultats, grâce à WIN GSM vos vendeurs, Analysez vos résultats, grâce à WIN GSM Analysez vos résultats, grâce à WIN GSM Ils nous font confiance Ils nous font confiance Ils nous font confiance

el de gestion commerciale, leader auprès des magasins de téléphonie m Logiciel de gestion commerciale, leader auprès des magasins de téléphonie mobile Logiciel de gestion commerciale, leader auprès des magasins de téléphonie mobile Logiciel de gestion commerciale, leader auprès des magasins de téléphonie mobile

à jour automatique des packs opérateurs Mise à jour automatique des packs opérateurs rationMise automatique à jour automatique Facturation automatiquedes packs opérateurs Facturation automatiquedes packs opérateurs Mise à jour automatique lan vendeurs Pay-plan vendeurs Pay-plan Tableaux deautomatique bord aux deFacturation bord vendeurs Tableauxvendeurs de bord Pay-plan Pointage des rémunérations opérateurs age des rémunérations opérateurs Pointage des rémunérations opérateurs Tableaux de bord Création automatique des contrats d’assurance de mobile Création automatique des contrats d’assurance de de mobile Pointage desstocks rémunérations opérateurs on automatique des avec contrats d’assurance mobile Gestion des N°IMEI Gestion des stocks avecdes N°IMEI Création automatique contrats d’assurance de mobile Envoi de sms pour campagnes de communication on des stocks avec N°IMEI Envoi dedes smsstocks pour campagnes Gestion avec N°IMEIde communication Consolidation multi magasins de sms pour de communication Consolidation multi magasins Envoi de campagnes sms pour campagnes de communication Consolidation multi magasins olidation multi magasins

ER

1 1 1 R E R E ER

site : www.avenir-concept.mc - tel: 0897 760 760 - Mail : com@avenir-concept.mc site : www.avenir-concept.mc - tel: 0897 760 760 - Mail : com@avenir-concept.mc site : www.avenir-concept.mc - tel: 0897 760 760 - Mail : com@avenir-concept.mc

site : www.avenir-concept.mc - tel: 0897 760 760 - Mail : com@avenir-concept.mc


jours d’ouverture. Car le lancement est un moment critique pour l’entrepreneur. Il doit gérer la logistique et l’administratif tout en développant au plus vite ses ventes pour renflouer sa trésorerie. Face à l’ampleur de la tâche, l’isolement peut peser. Appartenir à un réseau permet de partager au quotidien ses difficultés avec ses homologues. Ainsi, SFR organise chaque année deux semaines de rencontres entre ses franchisés pour favoriser le partage d’expériences. “Il existe un véritable solidarité dans le réseau, affirme Michel Fisher, entrepreneur à la tête d’Espaces SFR dans le grand Est. En dehors de petites rivalités qui peuvent exister entre membres implantés dans une même ville, nous n’hésitons pas à parler des idées qui marchent.” The Phone House, de son côté, a constitué une équipe de huit personnes dédiée à l’activité franchise. Les membres du réseau bénéficient aussi de l’aide du service juridique, s’ils en ressentent le besoin. Parallèlement, les enseignes proposent des formations continues. Cyril Caracci, professionnel de la téléphonie depuis 20 ans, souligne l’intérêt de ces sessions organisées par Bouygues Telecom : “Me former sur les nouvelles technologies et me reformer sur les techniques de vente me permet d’être encore plus performant.” Les équipes commerciales bénéficient elles aussi de ces stages.

20

manœuvre. Ainsi, les partenaires Vivre Mobile doivent effectuer la majorité de leurs ventes pour le compte de SFR. Et les partenaires Phoneo ont la même obligation vis-à-vis de Bouygues Telecom. Mais ces deux réseaux laissent plus de latitude à leurs membres que les opérateurs. Ainsi, les affiliés Phoneo agencent leur boutique comme ils l’entendent et peuvent garder la raison sociale de l’entreprise sur leur enseigne. “Nous fournissons une newsletter, les PLV (publicités lieu de vente) et les catalogues mais ils ont la possibilité de faire leur propre communication s’ils le souhaitent. Par exemple s’ils obtiennent des avantages tarifaires en presse locale”, précise Fabien Sachy, directeur du réseau. De même, les membres de cette enseigne fixent librement leurs

prix. Pour les structures plus contraignantes comme The Phone House, le franchisé est tenu contractuellement de suivre la ligne de l’enseigne. Il doit renouveler tout son mobilier – et donc de le payer – si l’enseigne décide de le changer. Et peu importe s’il n’adhère pas aux orientations stratégiques ou s’il n’approuve pas une campagne de publicité. Mais Michel Fisher, distributeur SFR en Alsace et Meurthe-et-Moselle, ne considère pas ces obligations comme des contraintes. Au contraire :“Ne pas avoir gérer la communication, comme l’impression de nos PLV, nous permet de nous consacrer à notre vrai métier : la vente.” Et Michel Fisher se révèle être un excellent commerçant : en 15 ans, il a lancé pas moins de dix boutiques.

Définir sa stratégie

SFR prend ses quartiers à la FNAC

Seul maître à bord, l’indépendant mène sa barque comme il l’entend. Il choisit ses fournisseurs, les opérateurs avec lesquels travailler. Les membres d’un réseau lié à un opérateur ont nettement moins de marge de

La FNAC en a assez de jouer les petits poucets de la téléphonie. Pour booster

infosmobiles

cette activité aujourd’hui marginale (80 000 forfaits vendus en 2010 malgré une offre de 1 200 forfaits différents), l’ “agitateur culturel” a passé un accord avec SFR. Dès la fin de l’année, la filiale de Vivendi va devenir distributeur exclusif des produits mobiles dans des rayons de téléphonie transformés en espace SFR de 25 à 40 m2. Exit Orange, Bouygues Telecom et les autres ! “Nos clients ne veulent pas avoir l’offre de la totalité des opérateurs, mais l’accompagnement d’un spécialiste qui les guide”, justifiait Alexandre Bompard, patron de la FNAC, dans une interview au Figaro. Le partenariat ne s’arrête pas là. L’opérateur et le distributeur de produits culturels prévoient de créer des synergies sur les contenus numériques. “Il s’agira des plates-formes musicales, livres et services”, détaille Philippe Bachman, directeur commercial chez SFR. Renvoi d’ascenseur, les boutiques SFR commercialiseront le Fnacbook, tablette concurrente du Kindle d’Amazon. Et le site sfr.fr proposer des livres numériques. De son côté, SFR complète ainsi son réseau de 830 unités avec 80 corners en emplacement n° 1. “Les magasins FNAC drainent un trafic très important, des clients à profil professionnel qui ne se rendent pas forcément dans les Espace SFR”, se réjouit Philippe Bachman. Même si elle reste loin derrière Orange, la filiale de Vivendi distance ainsi les autres réseaux de téléphonie et fait un pied de nez à Free qui avait répondu, lui aussi, à l’appel d’offres.


reportage IFA BERLIN 2011

Un salon très connecté Pas de démesure, cette année, sur le salon IFA, à Berlin, l’un des plus grands salons high-tech de la planète. Pas de tendance claire, non plus, sur un marché qui peine à trouver ses marques, mais une belle livraison de nouveautés connectées appelées à débarquer en boutiques dans les semaines et mois à venir.

O

n a déjà vu mieux... Certes, le salon IFA, début septembre à Berlin, demeure l’un des plus grands rendez-vous technophiles de la planète, avec le Consumer Electronic Show de Las Vegas, début janvier, et le Mobile World Congress, courant février, à Barcelone. Mais le millésime 2011 ne restera pas dans les annales. Le marché de la photo numérique est en recul, tandis que celui des TV 3D et des TV connectées peine à décoller, en partie épuisé par la baisse du pouvoir d’achat en pleine crise, et par un rythme de progression des écrans à même de décourager le plus ardent amateur de changement d’écran plat. Heureusement,

22

infosmobiles

un secteur affiche une santé étonnante : la téléphonie. Quant à son demi-frère, celui des tablettes tactiles, il semble se mettre peu à peu en ordre de bataille pour s’apprêter à affronter l’hégémonie d’Apple. Et si, après s’être attaqué au roi iPhone, c’était au tour de l’iPad de se voir réellement concurrencé ?

Samsung, prince de l’IFA Le vrai seigneur de cet IFA 2011 aura tout de même été Samsung, dont le stand occupait comme à son habitude un hall entier, consacré pour moitié à ses TV connectées et pour moitié à ses smartphones,


Le vrai prince de cette édition 2011 de l’IFA : Samsung, désormais leader sur le marché des smartphones. un secteur où Samsung est leader depuis cet été dans l’Hexagone. Bien que la guerre des brevets fasse rage avec Apple (qui fait pourtant également partie des meilleurs clients de Samsung), au point qu’un jugement ait interdit à Samsung de présenter sur son stand durant l’IFA ses nouvelles tablettes tactiles, le géant sudcoréen n’a pas été avare en annonces de nouveautés produits. Sur le segment encore jeune des tablettes tactiles, créé et phagocyté par Apple avec son iPad, Samsung a annoncé

la sortie de deux nouvelles tablettes. La première, dotée d’un écran de 11,6 pouces et d’un clavier, fonctionne sous Windows 7. La plus petite, la plus attendue, est dotée d’un écran de 7,7 pouces et fonctionne sous Android. Dotée d’un processeur double cœur cadencé à 1,4 GHz, elle sera disponible en différentes versions, de 16 à 64 Go, pour une autonomie de dix heures. Enfin, à mi-chemin entre la très petite tablette et le gros smartphone, Samsung a surtout dévoilé un concept assez étonnant fonctionnant sous Android, le Galaxy Note, doté d’un écran de 5,3 pouces, de technologie super-Amoled. Doté d’un stylet permettant d’écrire directement sur l’écran ou bien d’annoter pages Web et document, ce Galaxy Note viendra agrandir la famille des modèles Galaxy en fin d’année. Il devrait être intégré à différentes offres opérateurs.

Expérimental

Il suffit de faire pivoter ce dock rotatif design pour apprécier le contenu de son iPad. Compatible Bluetooth, il permet aussi d’apprécier ses contenus audio sans fil. Une appli OnBeat Xtreme est par ailleurs disponible sur l’AppStore. JBL Onbeat Extreme

infosmobiles

23


Bada en ordre de bataille Dans le combat planétaire que se livrent les systèmes d’exploitation faisant fonctionner les produits nomades, Samsung ne baisse pas les bras. Sons sytème maison, Bada, est d’ailleurs récemment passé devant le Windows Mobile de Microsoft avec 1,9 % de parts de marché contre 1,6 % pour Microsoft. Fort du succès de son Galaxy SII, la marque a profité de l’IFA pour dévoiler trois nouveaux smartphones fonctionnant sous son OS propriétaire. Tous trois (Wave 3, Wave M, et Wave Y) embarquent le nouveau service de messagerie instantanée planétaire développé par Samsung, ChatOn. Venant succéder au Wave 2, le Wave 3 embarque un écran 4 pouces Super Amoled en définition WVGA. Son boîtier de 9 mm d’épaisseur recèle un processeur cadencé à 1,4 Ghz, 3 Go de mémoire interne (extensible jusqu’à 32 Go via le port pour carte SD), et un capteur photo 5 Mégapixels capable de saisir des vidéos HD en 720p et un petit capteur facial pour les appels vidéo. Le Galaxy Pro vise quant à lui les amateurs de messagerie nomade (et les possesseurs de Blackberry) avec son clavier complet Azerty, associé à un écran tactile 2,6 pouces et à un trackpad optique. Il embarque un processeur simple coeur 1 Ghz, un capteur 5 Mégapixels un port USB 2.0 et le Bluetooth 3.0. Enfin, le Galaxy

Wave Y vise l’entrée de gamme avec son écran TFT 3 pouces 320 x 240 pixels, un processeur 832 Mhz et un capteur photo 2 mégapixels. Dans un esprit stratégique clairement inspiré d’Apple, Samsung propose aussi son Galaxy SII (déjà vendu à plus de 5 millions d’exemplaires à travers le monde) en version blanche, d’ores et déjà référencée par Bouygues Telecom en France. Fort de sa première place sur le marché des smartphones en France, Samsung compte bien pousser l’avantage et faire encore monter en puissance sa division téléphonie, la seule actuellement en croissance, en ventes comme en profits, par ces temps de crise.

HTC soutient Mango Dans un éco-système nomade où désormais le système nomade gratuit Android a doublé celui d’Apple iOS, il était peut-être temps que le géant de Redmond fasse sa réapparition. Microsoft vient donc de dévoiler Mango, la nouvelle incarnation de son OS nomade, présent sur deux nouveaux modèles HTC tout récemment annoncés et commercialisés courant octobre. Le Titan et le Radar embarquent donc la dernière version de Windows Phone 7. Le Titan embarque un écran 4,7 pouces 800 x 480 pixels. un capteur photo 8 Mégapixels situé au dos, un capteur frontal 1,3 Mégapixel. S’ajoutent à cela un processeur Snapdragon Qualcomm 1,5 GHz et 16 Go de mémoire interne (extensibles via une carte microSD). Son petit frère, le Radar, possède un écran 3,8 pouces, un processeur Qualcomm Snapdragon 1 GHz, 8 Go de mémoire, et des appareils photo plus basiques, de 0,3 et 5 millions de pixels. Tous deux sont compatibles 3G HSPA, pour un débit théorique de 14,4 Mb/s. Avec 25 millions de smartphone produits en 2010, HTC a déjà dépassé ce cap rien que sur le premier semestre 2011. Au total, ce sont désormais sept modèles HTC qui fonctionneront sous

Monumentale

Jean-Michel Jarre avait fait le déplacement à Berlin pour présenter une station d’accueil pour iPad monumentale, l’AeroDream one, haute de 3,40 m pour 395 kg. D’une puissance cumulée de 10 000 Watts, elle sera vendue 399 000 € et servira surtout à porter l’image des autres modèles, plus abordables, tel l’Aeropad.

24

infosmobiles


▼ www.agence-talisman.com

Démarquez-vous avec une gamme téléphonie originale et dif férenciante… Inspirés des dernières tendances design et technologiques, tous les accessoires T’nB sont développés pour répondre intelligemment aux besoins des utilisateurs de smartphones. Son, charge, protection, rangement, connectique… découvrez l’intégralité de notre gamme d’accessoires dédiés et universels sur www.t-nb.com.

w w w . t - n b . c o m


Windows, alors qu’une dizaine embarquent le nouvel OS dominant, Android. Reste à voir dans les mois à venir si le rachat de Motorola par Google viendra changer la donne et les alliances, et inciter HTC à se consacrer plus à Windows Phone et moins à Android.

Sony voit double On les attendait depuis longtemps, les voici enfin. Sony a dévoilé sur l’IFA ses deux premières tablettes, cherchant à se différencier de l’offre existante tant par leur design que par leur éco-système. Comme l’a déclaré le président de Sony, Howard Stringer, “le plus important n’est pas qui sort le premier produit, mais qui sort le meilleur !” La Tablet S ressemble à un magazine replié, son centre de gravité ainsi déporté améliorant la prise en mains et diminuant la fatigue de la main à l’usage. Cette Tablet S, compatible Wi-Fi ou 3G selon les modèles et les capacités, est disponible depuis début octobre pour un prix de 489 à 599 €. La plus remarquable des deux, la Tablet P, fait penser à une console de jeu Nintendo, et propose deux écrans 5,5 pouces, à utiliser associés comme un grand écran, ou indépendamment, avec un contenu différent sur chacun. Pesant moins de 400 grammes et fonctionnant sous Android, elle se glisse facilement dans une poche. À noter que cette Tablet S intègre également un port infrarouge pour faire office de télécommande universelle, et propose la fonction Throw pour partager ses contenus multimédia avec tout périphérique compatible DLNA (chaîne Hi-Fi, ordinateur, baladeur...). Reste à voir si son prix ne va pas décourager les amateurs, malgré la richesse de l’offre proposée par Sony : compatibilité avec les jeux Playstation, contenus audio et vidéo, et même stockage distant sur un “nuage” des pistes de votre discothèque numérique. On la retrouvera en vente en novembre, à 599 €.

Colériques

Ils étaient déjà en colère et leur capacité de destruction aveugle a gâché bien des heures de travail ou de sommeil. Les oiseaux en colère, et leurs adversaires les cochons casqués, vont bientôt débarquer sous forme d’enceintes pour s’associer à nos smartphones préférés, via une simple connexion filaire. Gear 4 Angry birds, sortie en novembre

Ludique

Les amateurs de vintage ont pu découvrir cette mini borne d’arcade dans laquelle enchâsser un iPad pour retrouver le plaisir suranné des vieilles consoles Atari de jadis. Ion icade

Asiatique

Les docks pour smartphones comme pour tablettes peuvent parfois prendre des formes étonnantes, comme ce modèle présenté lors de l’IFA sur le stand d’un revendeur chinois.

Sonique

Le son à 360° nest plus réservé aux enceintes haut-de-gamme et aux home cinéma de luxe, quand on voit cette mini enceinte pour smartphone distribuant le son tout autour d’elle. Sony RDP-V20iP

26

infosmobiles

Pratique

Excellente idée que ces housses pour smartphone intégrant une petite poche dans laquelle glisser sa carte de crédit. Reste à ne pas perdre son téléphone, bien sûr... Tnb, housse pour smartphone


BOSS Black HUGO BOSS AG Phone +49 7123 940 www.hugoboss.com

HUGO BOSS Consumer Electronic Accessories en partenariat avec Telecom Lifestyle Fashion B.V., disponible chez STRAX France, 2 rue Jean-Baptiste Huet, 78350 Jouy-en-Josas, France, TĂŠl: 01-39-46-37-07, E-mail: info.france@strax.com, www.strax.fr


observatoire Marché Zoom sur Android un marché

Android à la conquête du monde Apple, son iPhone et son iPad n’ont qu’à bien se tenir... En à peine quelques mois d’existence, la déferlante Android a tout emporté sur son passage pour représenter désormais la moitié du marché des smartphones à travers le monde. Prochaine étape : s’attaquer au tout jeune marché des tablettes tactiles. Focus sur les parts de marché et les particularités de l’OS nomade gratuit proposé par Google...

43 %

C’est, selon l’institut Nielsen, le temps passé par les utilisateurs d’Android avec le Top 10 des applications installées sur leur smartphone. Alors que les utilisateurs du système Android se servent de leur mobile une heure par jour, 40 minutes sont consacrées à leurs applications. Moralité : pas besoin de beaucoup d’applications, les meilleures suffisent pour répondre à tous les besoins quotidiens des nomades connectés. Voilà de quoi compliquer la vie aux concepteur d’applis pour faire ressortir la leur d’un market de 250 000 applications.

76 %

Serait-ce la rançon du succès ? Rien qu’au cours du second trimestre 2011, le nombre de malwares, ces logiciels et applications nuisibles, visant les smartphones et tablettes sous Android a augmenté de 76 %, selon McAfee. Pire : l’OS nomade de Google représente déjà 44 % des attaques globales dans le monde de l’informatique. Dissimulés sous la forme de SMS, de jeux ou d’applications apparemment utiles, ils cachent des virus ou des outils permettant de voler les informations personnelles stockées dans la mémoire du smartphone. Les appareils sous iOS (le système signé Apple installé sur iPhone et iPad) sont la cible de bien moins de virus, malgré leurs parts de marché conséquentes.

Apple devant Google

Selon une récente étude Mediamétrie, réalisée cet été auprès de 57 sites Internet, le trafic venu des terminaux mobiles ne cesse de croître. Mais c’est iOS qui représente à lui seul 70 % de la fréquentation, bien loin devant Android, avec 22,5 %. Moralité : si de plus en plus de terminaux fonctionnent sous Android, en revanche, les utilisateurs d’iPhone ou d’iPad passent bien plus de temps sur Internet. Quant aux Windows Phones, ils ne représentent pour l’instant que 1 % du trafic Internet mobile. 28

infosmobiles

Les applis avant le Web

Miracle de l’Internet mobile : le centre de gravité des loisirs nomades, ce ne sont plus les sites Web, mais les applis : alors que les possesseurs de smartphones passent en moyenne 56 minutes par jour sur le Web et leurs applis mobiles. Mais 67 % de ce temps est consacré aux applis, contre seulement 33 % pour le Web.


Android n° 1 en France devant iOS Android :

28,5 %

iOS :

26,4 %

Symbian :

22,3 %

Objectif 2015

BlackBerry OS : 9,7 % Windows :

6,2 %

Palm :

0,1 %

Android : 28,5 %

Source : ComScore

Symbian : 22,3 %

iOS : 26,4 %

Android n° 1 aux USA

Android : 40 % BlackBerry : 19 %

La moitié du temps sur 10 applis

Android pour les jeunes

Autres apps : 39 % Top 10 : 43 %

iOS : 28 %

Ce n’est pas encore le cas de ce côté de l’Atlantique, mais depuis cet été, le système gratuit signé Google, Android, a doublé celui d’Apple. Selon une récente étude du cabinet Nielsen, le système Android équipe 40 % des smartphones aux USA, le système iOS d’Apple arrivant en seconde position avec 28 % des appareils nomades, smartphones et tablettes, devant Blackberry OS et ses 19 %, puis Windows Phone et ses 7 % de parts de marché. Source : Nielsen

Il faudra encore qu’Android soit patient : sur le tout jeune marché des tablettes tactiles, il faudra, selon les prévisions d’Informa Telecoms, attendre 2015 pour voir les engins fonctionnant sous Android rejoindre ceux signés Apple. Les terminaux sous Android devraient détenir 38 % de parts de marché dans quatre ans, contre 39 % pour sa majesté l’iPad. à cette date, 230 millions de tablettes devraient être vendues dans le monde, contre seulement 20 millions en 2010. La tendance est d’ailleurs claire puisqu’au 2e trimestre 2011, selon les chiffres de Strategy Analytics, la part de marché de l’iPad atteint désormais 61,3 % contre 94,3  % un an plus tôt, et ce malgré des ventes quasi triplées : 9,3 millions de tablettes contre 3,3 millions en 2010. L’OS nomade de Google revendique pour sa part 30,1 % du marché (4,6 millions d’unités) contre 2,9 % au deuxième trimestre 2010. C’est ce que l’on appelle une progression exponentielle…

Selon Nielsen, le Top 10 Top 10 : 43 % des applis Android chargées 11-20 : 4 % sur un smartphone 31-40 : 3 % ou une tablette représente 41-50 : 3 % 43% du temps passé Autres sur son terminal nomade. apps : 39 % Mais quelles sont ces dix applications qui plaisent tant aux consommateurs ? Ce sont Youtube, Facebook, Skype, Google Maps, Twitter, Adobe Reader/Flash, Angry Birds, Dragon Fly, Source : Nielsen Kindle et Barcode scanner.

Selon une vaste étude réalisée par les Américains de Hutch auprès de 15818 utilisateurs, les amateurs de smartphones sous Android sont plutôt âgés de 18 à 24 ans, quand les possesseurs d’iPhone ont plus facilement plus de 35 ans !

... et pour les garçons ! Et Blackberry pour les filles  ! Car les smartphones ont bel et bien un sexe, celui de leur possesseur  : alors que les Blackberry de RIM séduisent les clientes, il semble qu’Android soit en fait le nom d’un club privé réservé aux garçons… En ce qui concerne les produits Apple, en revanche, la balle est au centre, les acheteurs des produits à la pomme étant aussi bien des hommes que des femmes. infosmobiles

29


interview Constructeur

Cécile Brenier,

La responsable marketing d’Asus France a confiance dans la capacité d’Asus à proposer des produits toujours plus innovants et fiables.

Asus dans le Top 3 en France Quatre ans après le lancement des EeePC

Cécile Brenier, Asus

Entre design et innovation, Asus s’est taillé une place à part dans le petit monde de la high-tech. Rencontre avec Cécile Brenier, responsable marketing Asus France. Quelle est votre vision du marché des smartphones et des tablettes en France ? Cécile Brenier : C’est un marché très intéressant, et ultra concurrentiel, puisque les tablettes constituent le maillon entre smartphones et ordinateurs portables. Du coup, on y retrouve à la fois les acteurs de la téléphonie et de l’informatique. La bataille est donc rude, sachant qu’Apple, en tant que pionnier, représente un gros volume des tablettes vendues. Cependant, les tablettes Android possèdent de vrais atouts, notamment en matière de convergence. Pour réussir sur ce marché, il faut répondre à un vrai besoin du consommateur et innover, ce qu’Asus sait faire ! Justement, comment conquérir le jeune marché des tablettes ? C.B. : Asus a de grandes ambitions sur le marché des tablettes : nous souhaitons être n° 1 des tablettes Android. à ce jour, nous ne sommes pas présents en France sur le segment de la téléphonie mobile, bien que nous l’ayons été auparavant. Mais cette année, lors du Computex, nous avons présenté une tablette dénommée Padfone, qui est en réalité une tablette combinée avec un smartphone. Par ce biais, nous allons revenir sur le marché des smartphones. Il faut innover pour émerger sur ce marché, mais l’innovation n’est rien si elle ne vient pas répondre à un besoin utilisateur. C’est ainsi que nous avons pensé l’Eee Pad Transformer : à chaque utilisateur son usage et à chaque usage sa tablette. Forts de notre expérience sur le marché de la mobilité, grâce aux EeePC, nous avons 30

infosmobiles

compris que, pour améliorer l’expérience tablette il fallait leur apporter quelque chose de plus. Nous avons ainsi doté le Transformer d’un dock clavier confortable pour écrire des mails, rédiger des documents, intégrant une batterie supplémentaire qui lui confère jusqu’à 16 h d’autonomie. De même, l’EeePad Slider propose un clavier coulissant pour celles et ceux qui cherchent une tablette plus légère équipée d’un clavier en permanence. Selon vous, les utilisateurs restent attachés aux clavier physiques, malgré l’essor des écrans tactiles ? C.B. : Les utilisateurs sont de plus en plus friands de vidéo, de jeux. Les tablettes répondent donc à cette consommation croissante. Les écrans tactiles sont parfaits pour la consommation multimédia : regarder des vidéos, jouer à des jeux simples, écouter de la musique… Mais rédiger un mail, communiquer sur son blog, sur les réseaux sociaux, fait aussi partie des usages d’une tablette. Et avec un écran tactile ce n’est pas toujours approprié. Le design demeure-t-il un facteur clé d’achat en matière de high-tech ? C.B. : Bien entendu, surtout sur des produits de mobilité, que l’on emporte partout avec soi et que l’on montre. Les smartphones, les netbooks, les tablettes ou encore les PC portables revêtent une dimension statutaire. Du coup, la marque et le design prennent une importance croissante. C’est pourquoi nous soignons particulièrement le design et la finition de nos produits, cherchant à être toujours avant-gardistes, notamment

Asus pionnier du marché des netbooks, n’a cessé de consolider sa position dans le top 3 du marché Français et demeure n° 1 sur les PC portables dans le retail. Arrivée tôt sur le marché des tablettes, Asus a lancé dès janvier 2011, la EeeSlate EP121, suivie en mai par la EeePAD Transformer, rapidement devenue l’une des tablettes Android les plus vendues et les plus récompensées du marché. via les partenariats établis avec des designers tels que David Lewis ou Karim Rashid… Le rachat de Motorola par Google pourraitil changer la volonté d’Asus de proposer des produits fonctionnant sous Android ? C.B. : Nous avons confiance dans notre capacité à proposer des produits toujours plus innovants et fiables. Pour le moment, le rachat de Motorola par Google n’a aucun impact sur le marché des tablettes. Qui plus est, si le système d’exploitation est important, le produit en soi l’est également. Quelle est votre vision de l’évolution du marché de la mobilité ? C.B. : C’est un marché de multi-équipement. Autrefois, on possédait un PC pour toute la maison. Puis est venu le smartphone. Désormais, chacun possède son propre PC au sein du foyer : un ordinateur pour travailler, la tablette en mobilité, le smartphone pour téléphoner... C’est un marché où les produits communiqueront de plus en plus les uns avec les autres. Et Asus s’est déjà penché sur la question. Ainsi, notre concept de PadFone répond clairement au besoin de convergence de l’utilisateur, entre tablette et smartphone. Le smartphone vient s’insérer à l’arrière de la tablette, dans l’emplacement prévu à cet effet. Les deux produits communiquent totalement, partagent toutes leurs données pour profiter pleinement des données du smartphone sur grand écran. La batterie se mutualise pour doubler l’autonomie de la tablette, et une seule carte SIM suffit pour les deux appareils.


Vu à la Forfait

Vous souhaitez commercialiser l’offre TOP 6 et l’ensemble des offres mobiles de l’opérateur Coriolis ?

TOP 6 6 numéros

ILLIMITÉS (2)

24h/24 à partir de

19

d 80

TV

(1)

/mois

Contactez-nous au

01 41 45 54 35

Tarif en vigueur au 27/09/11 TVA 19,6%. Voir conditions en point de vente. Offre d’abonnement commercialisée sans mobile subventionnée. (1) Prix en euros TTC pour le Forfait Top 6 Eco avec un engagement 24 mois. Disponible avec un engagement 12 mois à partir de 24,80€/mois. (2) Appels voix métropolitains hors visio, numéros spéciaux, courts et services. Appels réservés exclusivement entre deux personnes physiques. 3h maximum par appel (au-delà 0,37€TTC/min). L’utilisation des appels à des fins autres que personnelles notamment aux fins d’en faire commerce, ainsi que les appels depuis les boitiers radio sont interdits. Document non contractuel. Coriolis Télécom, SAS au capital de 27.221.250€, 419 735 741 RCS Nanterre, siège social : Immeuble Le Guillaumet – 60, avenue du Général de Gaulle – 92800 Paris-la-Défense, TVA intracommunautaire FR86 419 735 741 Coriolis Télécom Service Client - TSA 20827 - 92919 La Défense Cedex. 0969 32 10 40 (Prix d’un appel local depuis un poste fixe en France métropolitaine)


test

Smartphone

Sony Ericsson Xperia Ray La nouvelle star

Après une inquiétante période de déclin, Sony Ericsson revient bien depuis deux ans. Le Xperia Ray illustre à merveille ce net regain de forme.

Fiche technique DAS 0,96 W/kg Dimensions 111 x 53 x 9,4 mm Poids 100 g Taille écran 3,3 pouces Résolution 854 x 480 pixels 3G/3G+ Oui/Oui Bluetooth/Wi-Fi/GPS Oui/Oui/Oui Capture Photo 8 Mégapixels (3 264 x 2 448 pixels) Capture vidéo 720p (1 280 x 720 pixels) Mémoire interne 1 Go OS Android 2.3 Batterie 1520mAh Autonomie en appel /en veille 6 h 50 / 430 h

32

infosmobiles

D

epuis l’avènement des smartphones, tous les mobiles haut de gamme se doivent d’afficher un écran toujours plus grand, avec toujours plus de puissance de calcul dans les tripes. Sony Ericsson prend cette tendance à contrepied en miniaturisant son Xperia Arc. On retrouve en effet les mêmes caractéristiques techniques dans le nouveau Xperia Ray. Il propose lui aussi un capteur photo de 8 Mégapixels et un écran tactile doté de la technologie Bravia Engine. La différence la plus notable tient évidemment au format. Les deux modèles sont très fins, mais le Ray rend un centimètre sur la longueur et un autre sur la largeur à son grand frère. De fait, il semble échappé d’une époque révolue où les mobiles les plus prisés étaient également les plus petits et les plus fins. Le Ray est le petit frère

du Arc, sans en être une version miniature. Il y a certes un air de famille dans les lignes minimalistes, très épurées. Mais son design est plus abouti. C’est une belle leçon de Sony Ericsson qui prouve ainsi que même après des années de mobiles tactiles, certains designers arrivent encore à séduire. Le constructeur n’a pas utilisé de matériaux nobles pour usiner ce smartphone. Toutefois, la qualité des plastiques employés est excellente, de même que l’assemblage et les finitions du produit.

Mini écran, maxi performance Pour arriver à proposer un smartphone aussi compact, Sony Ericsson a évidemment dû accepter quelques petits compromis, mais aucun sacrifice. Le plus visible est l’écran. Loin d’être ridicule, l’afficheur tactile du Ray fait


en détail...

Contrôles mixtes Sous l’écran, on trouve trois boutons : “retour”, “home” et “menu”. La touche centrale est mécanique alors que les deux près des bords sont sensitives. Cet agencement est particulièrement ingénieux pour deux raisons. Il permet, d’une part de repérer le bouton “home” même dans l’obscurité. Ce bouton “home” est aussi le plus utilisé, il était donc important qu’il soit simple à mettre en œuvre. Or les touches sensitives sont moins précises que les touches mécaniques.

Chiche en formats vidéos L’écran est un peu petit pour les férus de vidéos. Toutefois, sa résolution est tellement fine que les plus motivés pourront envisager de regarder un épisode de série avec des sous-titres sans souci. Toutefois, le peu de formats vidéo reconnus par le Ray posera alors problème. Heureusement, l’Android Market propose plusieurs lecteurs gratuits et de qualité, comme mVideoPlayer, pour lire les “.avi ” et les “.mkv”.

« Un smartphone compact, au prix de quelques compromis, mais sans sacrifice. »

tout de même 3,3 pouces. Une taille qui ne permet pas de regarder confortablement un film en entier, mais qui suffit pour un clip ou une vidéo sur YouTube, par exemple. Surtout que cet écran est loin d’être anodin. Le constructeur l’a en effet doté d’une résolution très élevée pour une telle diagonale, avec 854 x 480 pixels. Le résultat est superbe avec une grande finesse d’affichage. Le rendu des couleurs, des contrastes et la luminosité sont également très bons. Sans surprise, c’est le système d’exploitation Android que l’on retrouve aux commandes du smartphone, Sony Ericsson ayant aussi ajouté son interface utilisateur maison. Elle se révèle très réussie, mais ne change fondamentalement rien à Android. Elle apporte tout de même quelques widgets spécifiques et un agencement modulable du menu des applications. Le Ray propose la même dotation matérielle que le Xperia Arc, le Xperia Play et le Xperia Kino. Il embarque un processeur cadencé à 1 GHz épaulé par 512 Mo de mémoire vive. Une configuration amplement suffisante pour faire tourner l’ensemble du système de manière fluide. De fait, la réactivité du Ray est rarement prise en défaut.

Un vrai photophone La vie en couleurs Sony Ericsson compte jouer à fond la carte de la couleur avec ce Xperia Ray. Le smartphone est disponible en noir, en rouge et en champagne. Ces trois coloris sont tous aussi réussis les uns que les autres et vont permettre au constructeur de toucher un public plus large. La face avant reste majoritairement noire dans tous les cas, avec un léger rappel de la couleur autour du bouton “Home”. En revanche, la face arrière est, pour sa part, entièrement colorée.

Le multimédia est également à l’honneur. Le Ray embarque un capteur photo autofocus Exmor R de 8 Mégapixels. Ce capteur a déjà fait ses preuves dans le Xperia Arc. Il affiche ici le même niveau de performances. Les photos capturées offrent un rendu aux couleurs fidèles, aux contours nets et aux contrastes réussis, même lorsque la luminosité n’est pas optimale. Les vidéos filmées en résolution HD 720p (1 280 x 720 pixels) sont tout aussi réussies. Le Ray se pose donc comme l’un des meilleurs photophones du marché. Le lecteur

musical se signale par la qualité de son rendu audio. Quant au lecteur vidéo, il ne supporte que les formats classiques (mp4, 3gp), mais profite d’une jolie interface. Enfin, la visionneuse de photos est celle que l’on trouve habituellement dans tous les smartphones Android. Elle réserve tout de même une petite surprise en affichant aussi les photos venant des réseaux sociaux. Enfin, les fiches des contacts permettent elles aussi de consulter leurs photos en ligne.

POUR ›› Le design du smartphone. ›› Sa finesse et sa compacité. ›› L’association d’Android et de l’interface utilisateur de Sony Ericsson. ›› La fluidité de l’ensemble du système. ›› La superbe définition de l’écran. ›› La qualité des photos et des vidéos capturées.

Contre ›› Pas de sortie HDMI. ›› Peu de formats vidéo supportés de base.

Verdict Le Ray tranche avec les habitudes des smartphones. Dans ce segment de marché, les mobiles doivent être dotés d’un grand écran pour afficher une fiche technique rutilante. Le Ray s’affranchit de ces codes. Fin, élégant et puissant, il offre une superbe alternative à celles et ceux qui veulent profiter d’un vrai smartphone moderne dans un format très compact. Ses formidables fonctions multimédias finiront de séduire les plus sceptiques.

infosmobiles

33


test

Smartphone développées pour fonctionner en mode portrait dans l’écrasante majorité des cas. Vous l’aurez compris, le coup de maître du Motorola Pro est de profiter à la fois d’un clavier AZERTY complet et de toutes les applications de l’Android Market grâce au positionnement vertical de son écran !

Un clavier bien pensé

Motorola Pro Petit, mais costaud

Motorola s’est taillé une belle réputation en matière de smartphone à clavier AZERTY coulissant, grâce aux deux premiers Milestone. Le constructeur s’essaie cette fois à un autre exercice avec ce Motorola Pro.

C Fiche technique DAS 0,71 W/kg Dimensions 119 x 61 x 11,7 mm Poids 134 g Taille écran 3,1 pouces Résolution 320 x 480 pixels 3G/3G+ Oui/Oui Bluetooth/Wi-Fi/GPS Oui/Oui/Oui Capture Photo 5 Mégapixels (2 560 х 1 920 pixels) Capture vidéo D1 Vidéo (720 x 480 pixels) Mémoire interne 8 Go OS Android 2.2 + Motoblur Batterie 1 420 mAh Auto appel/veille 8 h / 330 h 34

infosmobiles

ela fait plus de dix ans que RIM et ses concurrents nous proposent des modèles de type BlackBerry, c’est-à-dire avec un clavier AZERTY en façade. Plutôt que de simplement copier le concept, Motorola a changé un petit quelque chose : au lieu de disposer l’écran de manière horizontale (paysage), le constructeur américain a décidé de le placer à la verticale (portrait). Un petit changement qui entraîne de grandes conséquences. Le Mototola Pro fonctionne en effet grâce au système d’exploitation Android. Outre ses nombreuses qualités, l’une des principales attractions de l’OS de Google est l’Android Market, sa boutique d’applications en ligne. Forte de plusieurs centaines de milliers d’applications, elle est la seule à pouvoir tenir la dragée haute à l’AppStore d’Apple. Or, les rares constructeurs, comme Acer, qui se sont aventurés à proposer des smartphones Android au format BlackBerry ont doté leurs produits d’écrans en mode paysage. Cela les prive d’un grand nombre d’applications, étant donné qu’elles sont

Le clavier est sans conteste l’un des principaux points forts du smartphone. Il dispose de 35 petites touches, biseautées et souples à la manière d’un clavier de BlackBerry. Après un court temps d’adaptation, on tape sur ce clavier rapidement en sans faute de frappe. Juste au dessus, l’écran tactile dispose d’une diagonale de 3,1 pouces. Ce n’est pas tant sa taille que sa résolution qui pose problème. Elle affiche 320 x 480 pixels. Si cela suffit la plupart du temps, c’est en revanche assez limitée pour les excellentes capacités Internet du smartphone. Heureusement, le rendu des couleurs et la luminosité sont très corrects. Comme ses concurrents, Motorola ne propose pas une version “pure” d’Android. Le constructeur américain a rajouté sa propre surcouche, baptisée Motoblur. Elle unifie les données personnelles (e-mails, réseaux sociaux, répertoire, etc.) au sein d’une interface claire. Le résultat est assez plaisant, mais Motoblur manque de raffinement visuel. Enfin, un mot sur le design de l’appareil : le Pro fait dans la sobriété avec des lignes très classiques. Trop même puisqu’il manque sérieusement de piquant dans son dessin. Les matériaux utilisés sont heureusement de bonne facture.

POUR ›› Les dimensions relativement compactes. ›› Le clavier AZERTY ergonomique. ›› La compatibilité avec quasiment toutes les applications Android. ›› Le processeur assez puissant cadencé à 1 GHz. ›› Les photos capturées offrent un bon rendu.

Contre ›› Le design trop sobre. ›› Quelques ralentissements quand trop d’applis sont ouvertes. ›› La résolution un peu juste de l’écran. ›› Les touches sensitives sous l’écran ne répondent pas toujours correctement.

Verdict Pour ceux qui veulent à la fois profiter d’un clavier azerty et de toutes les applications Android sans se promener avec une brique, le Motorola Pro représente un bon choix. Il est certes loin d’être exempt de défauts, mais aucun n’est rédhibitoire.


SMART PRODUCT 4, avenue Sainte-Foy 92220 Gagny Tel : 01 41 53 15 36 contact@smartproducts.fr


test

Smartphone que celle que l’on trouve sur les smartphones entièrement tactiles du constructeur. Curieusement, alors que cet OS est à l’agonie dans les modèles 100 % tactiles, il se révèle parfaitement à son aise sur ce E6. Très plaisant à utiliser, il garde aussi les points forts traditionnels de la marque comme le panachage réussi entre fonctions multimédia et professionnelles : il embarque tous les outils nécessaires à la création de documents Office (Word, Excel, PowerPoint) et à la gestion de tous les types de comptes email. Côté multimédia, le capteur photo de 8 Mégapixels permet de prendre des clichés très corrects si la luminosité ambiante est bonne. Seul vrai reproche : l’absence d’autofocus. La focale fixe ne permet pas de prendre des photos de près, sous peine d’obtenir un cliché flou. Les vidéos sont, quant à elles, saisies en résolution HD 720p.

De bien beaux atours

Nokia E6

Un clavier pour tous

Nokia est une marque paradoxale. à la peine pour les smartphones tactiles, il propose les meilleurs "BlackBerry killers". La preuve avec ce E6 ?

L

Fiche technique DAS 1,14 W/kg Dimensions 115,5 x 59 x 10,5 mm Poids 133 g Taille écran 2,46 pouces Résolution 640 x 480 pixels 3G/3G+ Oui/Oui Bluetooth/Wi-Fi/GPS Oui/Oui/Oui Capture Photo 8 Mégapixels (3 264 x 2 448 pixels) Capture vidéo 720p (1 280 x 720 pixels) Mémoire interne 8 Go OS Symbian Anna Batterie 1 500 mAh Auto appel/veille 7 h 30/ 681 h 36

infosmobiles

es Blackberry du Canadien RIM auront fait office de précurseurs en matière de smartphones dotés d’un clavier Azerty en façade. De nombreux constructeurs s’y sont ensuite essayés, avec plus ou moins de bonheur. Parmi les “copieurs”, Nokia est certainement celui qui a le mieux tiré son épingle du jeu. On en veut pour preuve les E71 et E72, deux smartphones qui ont rencontré un grand succès et qui continuent de bien se vendre encore. Pour pérenniser cette prestigieuse lignée, le constructeur finlandais propose aujourd’hui le E6. Ce smartphone représente un véritable tournant dans la gamme puisqu’il est le tout premier à disposer d’un écran tactile. Sa sensibilité est excellente du fait de la technologie capacitive employée. La finesse de l’affichage est également digne d’éloges. Mais il pouvait difficilement en être autrement avec une résolution de 640 x 480 pixels pour 2,46 pouces.

Au nom d’Anna

Nokia profite de ce nouveau modèle pour intégrer le système Symbian Anna à cette gamme. Il s’agit là de la même version

Enfin, et pour ne rien gâcher, le E6 arbore un design fin, élégant et vraiment craquant. La qualité de finition est remarquable. Le cerclage d’aluminium et le verre trempé utilisé pour la face avant donnent une touche solide et luxueuse à l’ensemble. Le résultat est vraiment superbe. La coque arrière en plastique est un peu moins flatteuse. Sous l’écran, on trouve le clavier Azerty complet, avec ses 37 touches, l’un des meilleurs disponibles sur un mobile à l’heure actuelle grâce à ses touches souples et légèrement bombées. Le seul petit souci que nous avons relevé, dans la conception du smartphone, se situe au niveau de la touche latérale crantée de déverrouillage, qui est vraiment raide.

POUR ›› Le clavier Azerty, parmi les meilleurs. ›› Le design et la qualité de fabrication, au top. ›› Nombreuses fonctions professionnelles et multimédia très réussies.

Contre ›› L’absence d’autofocus ne permet pas de photographier à moins d’un mètre. ›› La touche latérale de déverrouillage est raide. ›› Peu d’applications sur l’OVI Store, la boutique d’applications en ligne de Nokia.

Verdict Que l’on recherche un smartphone à clavier pour un usage professionnel ou plus personnel, ce Nokia E6 constitue un très bon choix. Il condense de nombreuses fonctions réussies dans une silhouette de rêve.


test

Tablette fonction, ce qui n’est nullement le cas. Même constat pour l’absence de prise USB Host, qui aurait permis de brancher des périphériques USB (clés, souris, claviers, manettes de jeu, etc.) directement sur sa tablette. C’est d’autant plus dommageable que le système d’exploitation Android HoneyComb disponible, ici dans sa version 3.1, gère parfaitement de tels périphériques.

Chiche en ports

Samsung Galaxy Tab 10.1 Enfin une alternative à l’iPad ?

Dire que la Samsung Galaxy Tab 10.1 est une tablette attendue tient du doux euphémisme. Elle est, en effet, la seule semblant pouvoir rivaliser avec le phénomène iPad. Mais en a-t-elle vraiment les moyens ?

L

Fiche technique Dimensions 256,7 x 175,3 x 8,6 mm Poids 565 g Taille écran 10,1 pouces Résolution 1 280 x 800 pixels 3G/3G+ Oui/Oui (selon les modèles) Bluetooth/Wi-Fi/GPS Oui/Oui/Oui Capture Photo 2/3 Mégapixels Capture vidéo 720p (1 280 x 720 pixels) Mémoire interne 16 ou 32 Go (selon les modèles) OS Android 3.1 HoneyComb Batterie 7 000 mAh Autonomie 9 h

38

infosmobiles

a première chose que l’on remarque en prenant en main pour la première fois la nouvelle Galaxy Tab de Samsung, c’est son extrême finesse. Avec 8,6 mm d’épaisseur, la petite dernière de Samsung en remontre à Apple sur son propre terrain, l’iPad 2 mesurant 8,8 mm d’épaisseur. Il s’agit de la seule tablette Android à pouvoir lutter sur un pied d’égalité avec celle d’Apple dans ce domaine. Son format général est en revanche un peu différent, Samsung ayant opté pour un écran 10,1 pouces, contre 9,7 pouces pour l’iPad. Son poids est également un véritable tour de force, avec seulement 565 grammes sur la balance, un peu moins que la star d’Apple et ses 601 grammes. La Galaxy Tab fait donc mieux que sa concurrente de chez Apple, mais elle supplante aussi assez largement toutes ses concurrentes sous Android. Hélas, il apparaît vite que pour atteindre de telles mensurations de rêve, Samsung a dû en payer le prix. Une inspection rapide des flancs de la machine révèle l’absence de port microHDMI. C’eut été pardonnable si le constructeur avait fourni un quelconque adaptateur ou un dock qui offre cette

Heureusement, Samsung se rattrape en proposant une dotation matérielle haut de gamnme. Équipée d’un processeur double cœur NVidia Tegra 2 cadencé à 1 GHz et épaulé d’1 Go de RAM, elle se révèle fluide et réactive en toutes circonstances, ou presque. Sur une telle bête de course, Android tourne à merveille. Qui plus est, Samsung y a ajouté une légère interface TouchWiz et ses raccourcis supplémentaires. La Galaxy Tab propose aussi deux capteurs photo, l’un de 2 Mégapixels en façade et l’autre de 3 Mégapixels au dos de l’appareil. Ces capteurs permettent d’enregistrer des vidéos en résolution HD 720p (1 280 x 720 pixels). Toutefois, malgré ces caractéristiques techniques correctes, la qualité des photos et des vidéos capturées n’a rien d’inoubliable. De même, les incroyables capacités du smartphone Samsung Galaxy S II en matière de lecture de vidéos laissaient augurer de bien belles choses pour cette tablette. Hélas, la Galaxy Tab 10.1 se contente de lire les formats habituels, le fameux .mkv mauquant à l’appel. Pourtant, quasiment toutes les vidéos HD sont aujourd’hui encodées dans ce format. Dommage...

POUR ›› La finesse et le poids. ›› La qualité de fabrication. ›› La parfaite gestion du Flash par le navigateur. ›› La fluidité de l’ensemble du système. ›› Les fonctions supplémentaires apportées par l’interface TouchWiz. ›› La batterie de 7000 mAh offre une autonomie très correcte.

Contre ›› Pas de connecteurs microHDMI et USB Host. ›› Absence de compatibilité avec le format vidéo .mkv.

Verdict Svelte, surpuissante et autonome, la Samsung Galaxy Tab 10.1 se pose en alternative sérieuse à l’iPad d’Apple. Même si certains manques sont à déplorer, elle reste la tablette Android la plus aboutie à ce jour.


Votre grossiste spécialiste & prestataire logistique

www.medion.fr

*

Retrouvez nos catalogues sur votre Smartphone ! 



      



http://business.info.produits.banquemagnetique.fr


test

Smartphone Le Radar se démarque aussi en proposant une connectivité revue au goût du jour : il propose ce qui se fait de mieux à l’heure actuelle avec une 3G+ de pointe (HSDPA à 14,4 Mbps et HSUPA à 5,76 Mbps). Enfin, si l’écran possède lui aussi des caractéristiques identiques sur le papier, il est cette fois de technologie S-LCD. Le rendu est bien meilleur que pour le HTC Trophy, avec des noirs un peu plus marqués et des couleurs mieux définies.

Comme un goût de Mango

HTC Radar L’héritier

Malgré le récent partenariat entre Nokia et Microsoft, HTC renouvelle sa confiance à l’éditeur avec un nouveau Windows Phone, le HTC Radar.

L

Fiche technique DAS 0,71 W/kg Dimensions 120,5 x 61,5 x 10,9 mm Poids 134 g Taille écran 3,8 pouces Résolution 800 x 480 pixels 3G/3G+ Oui/Oui Bluetooth/Wi-Fi/GPS Oui/Oui/Oui Capture Photo 5 Mégapixels (2 560 х 1 920 pixels) Capture vidéo 720p (1 280 x 720 pixels) Mémoire interne 8 Go OS Windows Phone 7.5 Mango Batterie 1 520mAh Autonomie en appel / en veille 5 h 30 / 360 h 40

infosmobiles

e HTC Radar arrive à point nommé pour prendre la relève du HTC Trophy. Ce smartphone faisait partie des modèles de lancement des Windows Phone 7, il y a déjà un an. Pourtant, un coup d’œil sur la fiche technique suffit pour se rendre compte que les caractéristiques techniques n’ont quasiment pas évolué entre les deux modèles : ce Radar embarque un écran de 3,8 pouces doté d’une résolution de 800 x 480 pixels et de 16 millions de couleurs affichables. Il tourne avec un processeur cadencé à 1 GHz, épaulé par 512 Mo de mémoire vive (RAM). Son capteur photo de 5 Mégapixels est capable de capturer des vidéos en résolution HD 720p, soit 1280 x 720 pixels. Quant à la mémoire de stockage interne de 8 Go, elle n’est hélas pas extensible, faute de port microSD. Soit strictement les mêmes caractéristiques que son aîné en apparence. Mais, en y regardant de plus près, on remarque que si le processeur vient de chez Qualcomm dans les deux cas et qu’il affiche la même fréquence, HTC a opté cette fois pour le MSM8255, un chipset plus récent et aux meilleures performances graphiques.

Surtout, le HTC Radar sera d’emblée livrée avec la dernière version du système d’exploitation Windows Phone, la mise à jour 7.5 Mango. Elle est loin d’être anecdotique, puisqu’elle apporte une fonction très attendue : la gestion du multitâche. Vous pouvez donc désormais passer d’une application l’autre sans perdre ce que vous étiez en train de faire, ce qui est très pratique pour les réseaux sociaux ou les jeux par exemple. De plus, Microsoft l’a superbement intégrée : il suffit d’un appui long sur la touche retour pour que toutes les applications encore actives s’affichent dans des fenêtres. Pour le reste, Windows Phone est toujours aussi fluide et réactif. La navigation dans les menus est enfantine et le véritable parti pris graphique de l’interface fait toujours mouche. Enfin, malgré la présence d’un grand écran, le HTC Radar garde des dimensions raisonnables et tient bien en main.

POUR ›› Grande réactivité de l’interface. ›› Fonctions photos / vidéos en progrès. ›› L’OS Windows Phone Mango est très agréable à utiliser.

Contre ›› Obligation de passer par le logiciel Zune pour synchroniser les contenus multimédia. ›› Les applications téléchargeables ne sont pas nombreuses. ›› Toujours pas de Flash dans le navigateur Web.

Verdict Même s’il ne révolutionne rien en matière de Windows Phone, ce HTC Radar est la preuve que les smartphones qui embarquent le systeme d’exploitation de Microsoft ont gagné en maturité. Fluide, réactif et stable, le Radar est un véritable plaisir au quotidien. À condition d’amadouer le logiciel Zune et de pouvoir se passer du Flash dans le navigateur Web...


Un effet saisissant

LG Optimus 3D La 3D prend du relief

Passons maintenant au morceau de bravoure : la 3D relief. Par défaut, le rendu de cet Optimus 3D est ici un peu moins agressif que sur le smartphone de HTC. Mais si vous réglez la profondeur de l’effet, le rendu est tout simplement saisissant ! Comme chez son concurrent, il faut juste trouver le bon angle et ne plus bouger. La qualité de son écran est supérieure à celle de l’EVO 3D. LG a aussi eu la bonne idée d’inclure plusieurs contenus multimédias (photos, vidéos, jeux) afin que les utilisateurs puissent profiter sans attendre des capacités innovantes de l’appareil. Le constructeur a fait fort en proposant un carrousel en 3D relief donnant accès à tous les contenus compatibles avec cette technologie, contenus stockés dans le terminal. Vous pouvez y accéder via un bouton dédié. On aurait toutefois préféré que ce bouton serve aussi pour la fonction photo. On note égaleemnt la présence d’un raccourci vers la chaîne YouTube 3D. L’Optimus 3D permet enfin de prendre des photos et des vidéos en relief, via ses deux capteurs photo de 5 Mégapixels. Les photos en relief ne sont toutefois capturées qu’en 3 Mégapixels maximum. Côté rendu, le résultat manque de détail. Néanmoins, que ce soit pour les photos ou les vidéos, le résultat reste bluffant. Vous pouvez visionner vos productions directement sur un téléviseur grâce à la sortie microHDMI.

La 3D relief s’invite de plus en plus dans les poches ! LG fait figure de précurseur avec cet Optimus 3D, le premier smartphone capable de délivrer des images en relief, et sans lunettes, s’il vous plaît.

C

Fiche technique DAS 0,93 W/kg Dimensions 123,7 x 62,4 x 13,6 mm Poids 168 g Taille écran 4,3 pouces Résolution 480 x 800 pixels 3G/3G+ Oui/Oui Bluetooth/Wi-Fi/GPS Oui/Oui/Oui Capture Photo 5 Mégapixels (2 560 х 1 920 pixels) Capture vidéo 720p (1 280 x 720 pixels) Mémoire interne 8 Go OS Android 2.2 Froyo Batterie 1500 mAh Autonomie en appel / en veille 9 h / 450 h

et Optimus 3D n’est pas vraiment du genre à passer inaperçu : il boxe clairement dans la catégorie des poids lourds avec ses 168 grammes. Ce qui n’a rien de surprenant, car comme son concurrent, l’Optimus 3D embarque lui aussi deux capteurs photo. Un brin plus massif que son concurrent signé HTC, sa prise en main reste correcte pour une cible masculine. Son design sage, voire classique, demeure efficace. Sous le châssis, il a tout du smartphone moderne : du grand écran de 4,3 pouces, au processeur double cœur Texas Instruments (TI OMAP 4430) cadencé à 1 GHz en passant par la connectivité de pointe ( 3G+ HSDPA 14,4 Mbps, HSUPA 5,76 Mbps, Wi-Fi n, DLNA et Bluetooth 3.0), tout y est ! Seul point perfectible : sa mémoire vive de 512 Mo, certes honorable, mais les concurrents directs culminent à 768 Mo, voire 1 Go. En pratique, ce smartphone est très rapide, mais a tendance à ralentir après un certain temps d’utilisation, du fait justement de cette mémoire vive un peu chiche, et plutôt mal gérée, qui plus est.

POUR ›› Le lecteur vidéo lit quasiment tous les formats, même les .mkv ! ›› Effet 3D relief réussi et réglable pour plus de confort. ›› Écran de très bonne qualité. ›› L’interface Optimus UI est agréable à pratiquer.

Contre ›› Le poids trop important. ›› Quelques ralentissements. ›› Android 2.2 et non 2.3 à la sortie du smartphone. ›› Autonomie faible en mode 3D.

Verdict À l’heure du choix, le constat est le même que pour l’EVO 3D : malgré les qualités de l’Optimus 3D, rien ne justifie d’alourdir votre poche et votre facture si vous ne possédez pas de TV 3D chez vous. infosmobiles

41


tests

Smartphone beaucoup de cachet à l’appareil. Outre l’écran, le second point essentiel du produit est sans conteste son clavier azerty absolument exceptionnel. Il se compose de trente-cinq touches qui offrent un confort de frappe inédit. Après plusieurs semaines d’essai, il apparait clairement que ce clavier azerty est le meilleur jamais vu sur un téléphone portable !

VélociBerry

BlackBerry Bold 9900 Le meilleur clavier de l’univers

Pour redresser la barre sur un marché difficile, RIM, le constructeur canadien, compte sur sa nouvelle gamme. Avec le BlackBerry Bold 9900 en figure de proue.

E

Fiche technique DAS 0,93 W/Kg Dimensions 115 x 66 x 10,5 mm Poids 130 grammes Taille écran 2,8 pouces Résolution 640 x 480 pixels 3G/3G+ Oui/Oui Bluetooth/Wi-Fi/GPS Oui/Oui/Oui Capture Photo 5 Mégapixels (2 560 х 1 920 pixels) Capture vidéo 720p (1 280 x 720 pixels) Mémoire interne 8 Go OS BlackBerry OS7 Batterie 1 500 mAh Autonomie en appel / en veille 5 h 50 / 307 h 42

infosmobiles

ntre le BlackBerry Bold 9700 sorti il y a presque deux ans et son successeur, le 9780, qui a vu le jour l’année dernière, les différences sont certes réelles, mais finalement minimes. Pour ne pas se laisser complètement dépasser par la concurrence, le constructeur canadien a décidé de réagir un peu plus vigoureusement. Sa réponse : le BlackBerry Bold 9900, un smartphone nettement plus innovant que ses deux grands frères. La première grande nouveauté qu’il introduit est l’écran tactile, une nouveauté pour RIM dans cette gamme de produits. Cet afficheur dispose d’une diagonale de 2,8 pouces, pour une résolution de 640 x 480 pixels. Il offre donc un affichage plus fin que sur n’importe quel autre BlackBerry. Les couleurs, les contrastes et la luminosité sont très soignés. De même, la sensibilité est parfaite. Pour ce Bold 9900, le constructeur est revenu au format du tout premier Bold (9000). Il est de fait un peu plus imposant que les deux derniers Bold sortis. Toutefois, RIM a fait un effort pour l’épaisseur qui passe de 14 mm pour les précédents Bold à 10,5 mm. La qualité de fabrication est irréprochable et les finitions donnent

Pour piloter le 9900, RIM a intégré le nouveau système d’exploitation BlackBerry OS7. Les changements sont néanmoins peu nombreux entre la version 6 et la 7. L’ergonomie générale est quasiment identique. Les novices mettront un peu de temps à s’y faire, mais l’OS est globalement très fonctionnel. Les habitués seront de leur côté sidéré de la vitesse d’exécution et la fluidité générale de ce BlackBerry. RIM a sensiblement amélioré le processeur puisqu’il s’agit d’un Qualcomm MSM 8655 cadencé à 1,2 GHz et épaulé par 768 Mo de mémoire vive (RAM). Le navigateur Web a aussi évolué dans le bon sens. Mais il reste privé de la technologie Flash. Côté multimédia enfin, le nouveau Bold 9900 s’en sort avec les honneurs. Son capteur photo 5 Mégapixels permet de prendre des photos nettes, aux couleurs justes, à condition que vous soyez à plus d’un mètre du sujet, l’autofocus étant visiblement passé à la trappe chez RIM. Ce capteur offre aussi la possibilité de filmer de belles vidéos bien nettes, dans une résolution HD 720p (1280 x 720 pixels).

POUR ›› La qualité de fabrication est superbe. ›› Le clavier est tout simplement le meilleur du genre. ›› Les nombreuses fonctions multimédias.

Contre ›› Une autonomie correcte de nos jours, mais faible pour un BlackBerry. ›› Boutique d’applications assez peu garnie. ›› La technologie Flash n’est pas supportée pour le Web. ›› Pas d’autofocus sur le capteur photo.

Verdict Même s’il n’est pas sans défaut, le Bold 9900 est tout simplement le meilleur smartphone jamais sorti chez RIM. Il conjugue avec une maestria rare un design réussi, des performances de haut vol et un clavier exceptionnel.


tests des photos ou des vidéos adaptées, le rendu est totalement bluffant. C’est typiquement le genre de fonctions que vous montrerez encore et encore pour épater vos amis.

Deux capteurs photo

HTC Evo 3D Le challenger

Les constructeurs ont semble-t-il décidé de s’engouffrer dans le nouveau filon que représente la 3D relief sur mobile. La preuve avec cet EVO 3D qui sort en même temps que le LG Optimus 3D.

A

Fiche technique DAS 0,5 W/Kg Dimensions 1 126 x 65 x 12 mm Poids 170 g Taille écran 4,3 pouces Résolution 540 x 960 pixels 3G/3G+ Oui/Oui Bluetooth/Wi-Fi/GPS Oui/Oui/Oui Capture Photo 5 Mégapixels (2 560 х 1 920 pixels) Capture vidéo 720p (1 280 x 720 pixels) Mémoire interne 1 Go OS Android 2.3 Batterie 1 730mAh Autonomie en appel / en veille 7 h 45 / 358 h

vec 170 grammes sur la balance, ce smartphone est un véritable poids lourd. Mais le constructeur pouvait difficilement faire autrement étant donné la présence de deux capteurs photo. Nous y reviendrons un peu plus loin. Malgré cet embonpoint, les dimensions de l’EVO 3D restent raisonnables pour un smartphone doté d’un écran aussi grand. La qualité de fabrication est irréprochable et les matériaux employés de bonne facture. Enfin, sa prise en main est des plus correctes. Comme évoqué plus haut, le principal tour de force de ce mobile réside dans sa capacité à afficher des images en 3D relief sur son écran de 4,3 pouces. Comme LG, HTC a ici fait appel à la technologie autostéréoscopique. L’œil gauche et l’œil droit perçoivent la même image, mais légèrement décalée. L’impression de relief apparaît lorsque le cerveau reconstitue le puzzle. Il n’y a pas besoin de lunettes pour percevoir l’effet. Mais en contrepartie, il faut tenir le smartphone bien en face de vos yeux sans bouger, à une trentaine de centimètres environ. L’effet de relief est alors parfaitement perceptible. Pour peu que vous regardiez

Mais à la longue, les yeux finissent par fatiguer. La résistance varie toutefois beaucoup d’un individu à l’autre. Mais dans tous les cas, il est tout à fait envisageable de regarder un clip vidéo ou de faire des courtes parties de jeux vidéo. Vous pourrez aussi profiter des photos sans crainte. En revanche, il nous semble difficile d’envisager de regarder un film entier sur le HTC EVO 3D. Même si vos yeux tiennent le choc, le fait de devoir rester bien en face de l’appareil pendant deux heures demande une sacrée dose de motivation. La présence de deux capteurs photo permet de prendre des photos et des vidéos elles aussi en 3D relief. Si leur rendu global est tout juste correct, vous serez tout de même bluffé par l’effet de profondeur les premiers temps. Ensuite, tout dépend si vous avez une TV 3D ou pas. Si c’est le cas, l’intérêt des smartphones 3D relief est réel car c’est l’un des rares moyens que vous ayez de nourrir en contenus votre beau téléviseur. Sinon, il n’y a guère de raisons de craquer pour cet HTC EVO 3D ou pour le LG Optimus 3D. Pour le reste, cet HTC EVO 3D fait aussi un excellent smartphone. Son processeur double cœur lui offre une excellente réactivité. Quant à l’interface HTC Sense qui se superpose à l’OS Android, elle est toujours aussi riche et agréable à pratiquer. Toutefois, le HTC Sensation ou le Samsung Galaxy S II offrent la même chose, certes, sans 3D relief, mais avec quelques dizaines de grammes de moins.

POUR ›› L’effet 3D relief est saisissant. ›› Le redémarrage ultrarapide si vous n’ôtez pas la batterie. ›› La grande réactivité. ›› La capture de photos et de vidéos pour ceux qui possèdent une TV 3D.

Contre ›› Le poids est excessif. ›› Le rendu de l’écran n’est pas inoubliable. ›› L’autonomie est mauvaise avec à peine une journée.

Verdict Le HTC EVO 3D est un smartphone réactif et plaisant. L’effet 3D relief est une vraie réussite, mais son intérêt semble limité sur le long terme. Seuls ceux qui ont déjà une TV 3D en profiteront pleinement. infosmobiles

43


tests Mobile

Des fonctions simples

Emporia Elegance Senior et chic

Les smartphones sont partout ! Pourtant, une partie non négligeable de la population ne veut pas s’embêter avec des téléphones compliqués, bardés de fonctions. Pour eux, l’Emporia Elegance tombe à pic.

L Fiche technique DAS nc Dimensions 120,5 x 61,5 x 10,9 mm Poids 134 g Taille écran nc Résolution 160 x 128 pixels 3G/3G+ Non/Non Bluetooth/Wi-Fi/GPS Oui/ Non/Non Capture Photo non Capture vidéo non Mémoire interne nc OS propriétaire Batterie nc Autonomie en appel / en veille 4h / 300 h 44

infosmobiles

a marque autrichienne Emporia s’est spécialisée dans la création de mobiles aux fonctions simplifiées à l’extrême. La première cible qui vient à l’esprit pour de tels appareils, ce sont les seniors. Ils ne sont bien sûr pas les seuls à vouloir uniquement passer des appels, et éventuellement envoyer des SMS via leur téléphone. Jusqu’à présent, tous les mobiles dédiés à une clientèle senior présentaient un point commun, celui d’être à la fois laids, massifs, et donc terriblement stigmatisants au final. Emporia rompt avec cette triste tradition avec son Emporia Elegance. Particulièrement compact, ce mobile porte bien son nom avec ses lignes sobres et élégantes. Il est également léger avec un poids de 92 grammes. Au-delà du design assez réussi, la qualité de fabrication est correcte, sans plus. Les plastiques utilisés semblent néanmoins solides. Il se décline en trois coloris : noir, brun et blanc. Le clavier alphanumérique aux larges touches bien identifiables occupe une large partie de la face avant.

Ce clavier est surmonté par un écran de technologie OLED. Mais ce n’est pas bien important dans la mesure où l’affichage des informations se fait avec des caractères blancs sur un fond noir. La taille des caractères est d’ailleurs réglable. Le répertoire peut contenir jusqu’à 100 numéros en mémoire. Il offre la particularité d’afficher un top 5 au tout début de la liste déroulante. Il est possible de configurer les touches avec des raccourcis vers des numéros pour n’avoir qu’une seule touche à presser. Le mobile dispose aussi d’une fonction torche accessible directement via l’une des touches latérales. Lorsque le mobile sonne, cette lumière s’allume par intermittence pour signaler un appel entrant. Évidemment, le cœur du mobile réside dans ses fonctions simplifiées à l’extrême. Ici, pas de fonctions superflues ni de menus complexes. Toutefois, même si les bonnes idées sont nombreuses et que le mobile est plutôt bien conçu, quelques petits défauts peuvent agacer l’utilisateur. Ainsi, il faut “fouiner” dans les menus pour activer ou désactiver le mode vibreur. De même, les touches latérales qui servent à verrouiller/ déverrouiller l’appareil ou à activer une alarme sont suffisamment souples pour bouger si l’utilisateur met le téléphone dans un pantalon serré par exemple. Mais pour le reste, Emporia maîtrise bien son sujet. Son Elegance remplit parfaitement sa mission, à savoir de permettre aux seniors de communiquer sans se compliquer la vie.

POUR ›› Disponible dans un coffret contenant un socle de recharge et une oreillette Bluetooth pour 20 euros de plus. ›› Design compact. ›› Fonction torche. ›› L’excellente lisibilité de l’écran. ›› Les menus simplifiés à l’extrême.

Contre ›› Pas de prise pour raccord système aide auditive. ›› Touches latérales trop sensibles. ›› Quelques points d’ergonomie alambiqués.

Verdict L’Emporia Elegance est un produit proposé à prix bas hors abonnement et qui s’adresse principalement aux seniors. Son look assez réussi peut toutefois séduire d’autres catégories d’utilisateurs. Mais dans tous les cas, les utilisateurs devront composer avec son ergonomie spéciale.


®

Shieldpad

La protection haute qualité qui personnalise et protège à la fois l’écran et les 2 faces de votre appareil. 8 couleurs pour smartphones et tablettes.

Coque-batterie

Classique ou solaire, pour doubler l’autonomie de votre iPhone* ou iPod*.

Battriad

9 mini batteries de secours, 3 tailles, 3 connecteurs : iPhone*/iPod*, mini USB et micro USB.

* Marque et modèles déposés par Apple Inc. Produits compatibles.

Coque Bambou

Pickelpad

Le support pliable portatif et universel à 3 positions pour tablettes, téléphones, smartphones, MP3…

Ballpad

L’ingénieux support à ventouse pour tenir tous vos appareils mobiles inclinés.

Slicepad

Le mini tapis en gomme pour tenir tous vos objets dans votre véhicule.

Doppiad

Pour iPhone*, iPod*, tablettes et smartphones.

Les chargeurs à 2 connecteurs. 35 modèles secteur, allumecigare ou USB pour charger 2 appareils en même temps.

Stylet

Etui rotatif

A bord rond ou biseauté, pour tous vos smartphones et tablettes.

Téléchargez le catalogue

& tarif complet de nos 50 gammes.

Pour tenir votre iPad 2* en position verticale ou horizontale.

Produits disponibles chez :

Skpad, 400 accessoires ingénieux pour tous vos appareils mobiles : téléphones, smartphones, MP3, MP4, GPS & tablettes.

Pour devenir partenaire ou toute information : www.skpad-accessories.com contact@skpad-accessories.com


techno futur Le meilleur de demain

Sans mobile apparent C’est presque dommage quand on possède un superbe smartphone dernier cri. Mais cette montre Bluetooth fonctionnant sous Android évite de devoir le sortir de sa poche pour passer ou recevoir un appel. « Kirk à l’inter : téléportation ! » Cette phrase tirée de Star trek est sans doute l’une des plus célèbres de toutes les séries de science-fiction. De la science-fiction, c’est un peu ce que propose cette montre disponible en novembre prochain. On connaissait déjà les iPod d’Apple transformés en montre par la magie d’un bracelet. Ici, cette montre dotée d’un écran tactile multi-touch fonctionne carrément sous Android, le système mobile gratuit de Google. Sous son design italien, cette montre se synchronise avec les smartphones sous Android, mais aussi les iPhones, et permet via liaison sans fil Bluetooth, de passer et recevoir des appels, de suivre son compte Facebook, de relever ses emails sur son poignet... Et qui sait, demain, quelles fonctions paramétrables pourront y être ajoutées pour la personnaliser : appels vidéo, allumer la TV, ouvrir la voiture, fermer la maison… Pour les amateurs de téléphonie les plus aisés, cette montre existera aussi en version luxe, en or ou titane, pour environ… 10 000 € !

“I’mWatch” and “i’mColor” à partir de 249 €

46

infosmobiles


P

O

L

Y

V

A

L

E

N

T

E

Bien plus qu’une tablette tactile

FLEXIBILITÉ INÉDITE

Avec ou sans clavier, votre tablette comme vous le voulez, où vous le voulez.

AUTONOMIE BOOSTÉE

Devenez encore plus indépendant grâce au clavier intégrant une batterie supplémentaire. Jusqu’à 16h d’autonomie.

*la durée de vie de la batterie est indicative et dépend du modèle de tablette, de son utilisation et de sa configuration

DIVERTISSEMENT INFINI

Grâce au processeur NVIDIA® Tegra 2, à Android® 3.2 et aux nombreuses applications disponibles, un monde illimité s’ouvre à vous.


Nouveau Smartphone Xperia™ ray : C:2 M:58 Y:62 K:0

C:15 M:65 Y:4 K:0

C:0 M:12 Y:75 K:0

C:40 M:0 Y:10 K:0

C:0 M:32 Y:7 K:5

C:20 M:0 Y:100 K:0

C:2 M:75 Y:90 K:0

C:25 M:90 Y:10 K:0

C:0 M:20 Y:85 K:0

C:65 M:0 Y:14 K:0

C:5 M:54 Y:13 K:8

C:35 M:0 Y:100 K:0

C:3 M:100 Y:100 K:0

C:45 M:93 Y:13 K:0

C:0 M:25 Y:100 K:0

C:75 M:0 Y:18 K:5

C:5 M:80 Y:15 K:15

C:45 M:0 Y:100 K:0

C:33 M:100 Y:100 K:0

C:75 M:97 Y:20 K:0

C:0 M:70 Y:100 K:0

C:100 M:0 Y:20 K:15

C:30 M:100 Y:34 K:25

C:72 M:0 Y:100 K:0

C:30 M:100 Y:100 K:41

C:65 M:95 Y:10 K:30

C:0 M:90 Y:100 K:0

C:100 M:15 Y:20 K:45

C:38 M:100 Y:25 K:71

C:100 M:0 Y:100 K:31

DAS (0.96W/Kg)

le mariage de l’élégance et de la performance

Découvrez le meilleur de Sony Ericsson dans un smartphone ultra-fin, doté de la dernière version d’Android™ et accédez à vos applications favorites. Son capteur 8.1 MPX Sony Exmor R™ vous permettra de réaliser des photos et des vidéos d’une incroyable clarté même en conditions de faible luminosité. DECOUVREZ XPERIA™ RAY : SONYERICSSON.COM/RAY

ray * Le DAS (débit d’absorption spécifique) des téléphones mobiles quantifie le niveau d’exposition maximal de l’utilisateur aux ondes électromagnétiques, pour une utilisation à l’oreille. La réglementation française impose que le DAS ne dépasse pas 2 W/kg. Sony Ericsson est la marque ou la marque déposée de Sony Ericsson ou est utilisée sous licence accordée par Sony corporation ou Telefonaktiebolaget LM Ericsson. Sony Ericsson “make.believe” est une marque de Sony Corporation, Japon. Le logo d’identification représentant du liquide est une marque ou une marque déposée de Sony Ericsson Mobile Communications AB. Sony Ericsson Mobile Communications AB. N° imm : 556615-6658 – Nya Vattentornet – SE22188 Lund, Suède.


infosmobiles