Issuu on Google+

reportage

À Tianjin, des avions made in Germany  paGe 8

SalaireS 2011

100 fonctions passées au crible par le cabinet aonHewitt pour «L’usine»  paGe 54

réuSSir en ruSSie

Notre enquête et l’e-briefing à télécharger

 paGe 86

N° 3216–3217. semaiNe du 2 au 8 décembre. 3,50 euros

industrie mon amour

DOM 5 euros 1 MAROC 40 DH 1 Tunisie 3 900 DTU

3:HIKLTH=^UXZUW:?d@m@l@g@a;

M 01979 - 3216 - F: 3,50 E

Patrons, intellectuels, syndicalistes et ONG la plébiscitent. Les Français aussi, comme le montre notre sondage exclusif.  30


éditorial

Partager l’excellence C

laurent Guez, Directeur de la rédaction

e numéro de « L’Usine Nouvelle » est placé sous le signe de l’amour. L’amour de l’industrie : un sentiment que nous partageons avec vous. Dirigeants de l’industrie, grands patrons, sous-traitants, banquiers, économistes, ministres, philosophes, consultants… « Tout le monde dit I love you », comme dirait Woody Allen. Même le grand public. Interrogés par l’Ifop, les Français dans leur ensemble affirment leur attachement à leurs usines, qu’ils souhaiteraient voir plus choyées (lire page 32). Industrie mon amour: quelle plus belle déclaration pour célébrer cette nouvelle page de notre histoire ? Car votre magazine évolue. Une nouvelle formule ? Plus claire ? Plus aérée ? C’est ce qu’affirment tous les journaux lorsqu’ils donnent un coup de lifting à leur maquette. La « nouvelle usine » que vous découvrez aujourd’hui va beaucoup, beaucoup plus loin qu’un relooking. Chaque jeudi, votre hebdo a pour vocation de vous informer plus et surtout mieux. Nous avons imaginé un « smart magazine », plus profond dans ses enquêtes, plus engagé dans ses analyses, à la fois plus local et plus mondial. Un magazine plus positif qu’aucun autre magazine économique ou professionnel, qui vous apporte des informations utiles et exclusives, et une bonne dose d’énergie pour faire avancer votre entreprise. L’excellence est née dans l’industrie, Notre obsession : faire de « L’Usine Nouvelle » un lieu d’échange et de paroù toutes les méthodes de management tage pour ceux qui visent l’excellence. ont vu le jour. Elle s’impose plus Celle-ci est née dans l’industrie, où toutes les méthodes de management que jamais, à l’heure de la mondialisation ont vu le jour, avant d’essaimer dans les autres secteurs d’activité. Elle s’impose des fournisseurs et des marchés. plus que jamais, à l’heure où la mondialisation des fournisseurs et des marchés obligent chacun, sous-traitant régional ou géant global, à fabriquer des produits irréprochables au meilleur coût. Cette «nouvelle usine» ne se résume pas à une rénovation de la formule du magazine. C’est une véritable galaxie d’infos et de services que nous avons conçue pour vous, avec un site web augmenté, des bases de données associées, un moteur de recherche unique sur les usines, une application pour smartphone pour rester informé à tout moment et en toute lguez@usinenouvelle.com circonstance… Bref, un système d’information complet, pour Réagissez à l’éditorial sur www.usinenouvelle.com. partager l’excellence industrielle. Bonne lecture. ❚❚

l’usine nouvelle i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

3


sommaire

semaine du 2 au 8 décembre 2010

EN COUVERTURE

industrie mon amour

 P. 30

61 % des Français souhaitent que le gouvernement soutienne davantage les usines. 24 personnalités de tous horizons racontent leur lien personnel avec l’industrie et pourquoi ils continuent à la soutenir. Dans une interview, Pierre Gattaz, le porteparole de l’industrie, appelle à la mobilisation de tous pour redynamiser le secteur.

essentiel ENTREpRisEs • Le top ; le flop ..................................................  P. 10 • Marché conclu................................................  P. 11 • Yoplait : on n’y comprend plus rien ! ............................................................  P. 12 RégiONs • Inventé près de chez vous......................  P. 14 • La machine d’avenir d’Aerolia .............  P. 14 • Qu’elles sont vertes, les bouteilles de Volvic .............................  P. 16 iNNOVaTiONs • La pépite .............................................................  P. 18 • L'anti-iPad ........................................................  P. 18 • Créer en 3D, il y a une application pour ça ...........................  P. 19

enquêtes ENTREpRisEs • Bénéteau, la nouvelle vague.................. P.44 RégiONs • Auvergne : le plastique est dans le pré ................................................  P.48 iNNOVaTiONs • Des textures électroniques ....................  P.52 spéCial salaiREs • Salaires 2011 : il n’y en aura pas pour tout le monde......................................  P.54 • Ceinture pour 2011................................... P.58 • Et vous, êtes-vous bien payé ? (100 fonctions passées au crible)....  P.60

Pascal guittet et jean-luc maRtiny PouR « l’usine nouvelle »

paRlONs-NOUs ! ..........................................  P. 28

BONNEs pRaTiqUEs • Yves Barraquand, PDG de Wheelabrator Allevard : “Comment j'ai créé mon usine russe” .....................  P.86 maNagEmENT • Grandes écoles : Chacun cherche sa chaire ..................... P. 88 • à l'usine .............................................................  P. 89 FiNaNCE • Votre banque change d'adresse ......... P.90 DROiT • Les limites de la critique sur Facebook.....................................................  P.91 iNDiCEs • Nobium - Minerai de fer Acier - Vanille ...............................................  P.102

ENViRONNEmENT • La cote carbone ............................................  P. 20 • Bourgeois sauvé par un four éco-conçu .........................................................  P. 20 éCONOmiE • Un œil sur le monde .................................  P. 22 • Premier anniversaire pour le “Nasdaq” chinois.......................  P. 24 • Tableau de bord............................................  P. 26

guide

aChaTs • Le Wi-Fi pro s'invite dans l'atelier  P.105 maRChé DE l’iNDUsTRiE maTéRiEls ET pRODUiTs - immOBiliER ET aFFaiREs ............................................... P.92 Chez pepsico, le manager négocie avec son équipe les indicateurs de performance.

OFFREs D'EmplOi ET FORmaTiON  P.107

Photo de couverture : Benoît Decout/Réa

 Bonus in situ

à Tianjin, des avions Made in Germany. Le site d'Airbus en Chine est calqué sur celui d'Hambourg  p. 8

4

quiz

Testez votre QI… Machine arrière  p. 113

in fine La gare de l'Est, c'est aussi une usine La gare parisienne a revu ses process pour maîtriser son trafic  p. 114


rendez-vous

à noter, 20 et 21 janvier à paris, notre formation Construire et faire vivre les tableaux de bord maintenance.

PLaY Video

usinenouvelle.com

usinenouvelle.com

L’usine nouVeLLe à votre service

camille chandès, notre spécialiste de l’environnement.

devenez l’usine de l’année 2011 !

> évaluez votre performance et comparez-vous aux meilleurs sites de production : participez au trophée des usines organisé par « l’usine nouvelle » et l’insead. nos informations et le dossier de candidature sur usinenouvelle.com/ trophee-des-usines/

tous les candidats gagnent un an d’abonnement à « l’usine nouvelle ».

en vidéo Pour tout savoir sur l’actualité des secteurs des cleantechs, retrouvez nos journalistes envoyés spéciaux à lyon sur le salon Pollutec. interviews des acteurs de la révolution verte sur « l’usine nouvelle tv » à partir du 2 décembre. http://www.usinenouvelle.com/ usinenouvelle-TV/

Prix des ingénieurs de l'année à noter, ce jeudi à paris, notre deuxième rencontre annuelle de l’industrie pharmaceutique.

« L’usine nouvelle » présente les ingénieurs de l’année 2010. créateurs d’entreprises, industriels, chercheurs ou designers, huit seront distingués lors de la cérémonie de remise des prix, le mercredi 8 décembre à paris. Dès le lendemain, dans votre magazine, retrouvez les histoires singulières de ces ingénieurs talentueux.

> gestion des approvisionnements et des stocks, lundi 6 et mardi 7 décembre à Paris. > sites et sols pollués : prévenir et gérer les risques, mardi 7 et mercredi 8 décembre à Paris. renseignements et inscriptions sur usinenouvelle.com

usinenouvelle.com

Formation

e-brieFing La note de l’expert à télécharger

> comment s’implanter en Russie ? les abonnés peuvent télécharger gratuitement ce document de 28 pages sur usinenouvelle.com/ressources

l’UsiNE NOUVEllE i n° 3216-3217 i 2 DécemBRe 2010

5


Découvrez votre nouveau système D’information

1

C’est une « Nouvelle Usine » ! Vous tenez entre vos mains un hebdo « redesigné », conçu pour mieux répondre à vos besoins et aux évolutions de l’industrie. Autour de lui, toute une gamme de services repensés pour vous. « L’Usine Nouvelle » devient un véritable système d’information pour les décideurs de l’industrie et des services aux entreprises.

Chaque jeudi, un magazine plus «smart» Ce jeudi 2 décembre, « L’Usine » se transforme. Votre magazine, né en 1891, évolue pour mieux répondre à vos besoins. Plus ouvert sur le monde, plus profond, plus positif et plus opérationnel, il privilégie l’info qui aide à comprendre et à échanger sur les meilleures pratiques et les technologies les plus pertinentes. Avec trois grandes parties et quelques extras.

Essentiel Une dizaine de pages de veille inédite sur les faits les plus significatifs de la semaine, un tableau de bord, des chroniques d’actualité, et toujours un regard indépendant et pointu sur l’industrie.

enquêtes

en couverture

Mobilisation

IndustrIe mon amour

Ancrage. Malgré le déclin de l’industrie, les Français sont attachés à leurs usines. Selon un sondage réalisé par « L’Usine Nouvelle » et Ifop, 61 % d’entre eux souhaitent que le gouvernement soutienne davantage ce secteur.

Flamme. 24 personnalités de tous horizons (grands patrons, cinéastes, économistes, banquiers, dirigeants d’ONG) racontent leurs liens personnels avec l’industrie et pourquoi ils veulent continuer à la soutenir. Union sacrée. Dans une interview, le président du groupement de fédérations industrielles, Pierre Gattaz, appelle à la mobilisation de tous pour redynamiser le secteur. par anne-sophie bellaiche et l’ensemble de la rédaction

les Français plébiscitent leur industrie. Pourtant, près de 90 % d’entre eux considèrent qu’elle est en déclin.

benoit decoUt/reA

30

6

l’usine nouvelle i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

31

Enquêtes Une vingtaine de pages d’enquêtes et d’analyses approfondies, sur les business en croissance, les entreprises, l’innovation, les ressources humaines, les tendances économiques.

Guide Un cahier d’une dizaine de pages 100% pratiques pour les décideurs de l’industrie : organisation, management, nouveaux produits, financement, droit, réglementation, matières premières… Bonus Quelques rubriques complètent votre nouvel hebdo : un reportage exclusif en ouverture, un quizz pour tester votre « quotient industriel », une chronique historique et, en fin de journal, un clin d’œil sur une organisation pas vraiment industrielle, mais qui s’inspire de ses meilleures pratiques : une gare, c’est aussi une usine !


3

Dans votre poche, l’info en temps réel

« L’Usine Nouvelle » vous suit partout avec son application iPhone. Vous pouvez la consulter gratuitement pour suivre l’actualité de l’industrie française et internationale, en temps réel et 24 heures sur 24. Si vous préférez, vous pouvez sélectionner le secteur ou la région qui vous intéresse. De l’info smart pour votre Smartphone…

24 24 heures sur 24, le site le plus complet sur l’industrie

Notre site web usinenouvelle.com – premier site média en affinité avec les cadres dirigeants – se transforme lui aussi, avec une meilleure ergonomie, plus d’infos et d’analyses à chaud, proposées par nos 50 journalistes spécialisés, plus d’interactivité, plus d’images et de vidéos avec « L’Usine Nouvelle TV »… Nos abonnés peuvent également accéder à l’ensemble des archives de « L’Usine».

Et bientôt, un service exclusif pour tout savoir sur les usines…

Autre innovation, une collection de documents de référence que nos abonnés peuvent télécharger gratuitement depuis le « centre de ressources » (usinenouvelle.com/ressources). Chaque semaine, l’article principal de la partie « Guide » de l’hebdo sera complété par un « e-briefing » : une note claire et synthétique d’une trentaine de pages à télécharger, signée par un expert que nous avons sélectionné pour vous.

Au premier trimestre 2011, votre site web s’enrichit d’un nouveau service exclusif, pour disposer d’une profondeur d’information inégalée sur les entreprises industrielles et leurs sites de production : activité détaillée, évolution du chiffre d’affaires, effectifs, projets d’ouverture ou de fermeture de sites, investissements réalisés ou même en projet, géolocalisation des usines…

Et toujours sur usinenouvelle.com, vous pouvez consulter L’Expo permanente (pour trouver le fournisseur qu’il vous faut), Indices & Cotations (4 000 indices et 200 000 cotations, sur abonnement) et l’espace Emploi & Formations (pour recruter ou faire évoluer votre carrière).

Grâce à un moteur de recherche développé par « L’Usine Nouvelle » et à notre base de données unique, les usines de plus de 80 salariés n’auront plus de secret pour vous. Un service spécialement pensé pour les sous-traitants, les dirigeants de grands groupes industriels ou responsables de sites.

L’UsiNE NoUvELLE i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

7


in situ

Dans la grande nef, la chaîne d’assemblage final de l’A 320. PEKIN TIANJIN

Airbus

A Tianjin, des avions Made in Germany Créer de toutes pièces une chaîne d’assemblage en Chine était un vrai défi pour Airbus. Calquée sur celle d’Hambourg, l’usine tourne comme une horloge et, au pays du turn-over endémique, les salariés chinois semblent s’y plaire. reportage / guillaume lecompte-Boinet

8

D

ans la grande nef du hall principal de l’usine d’Airbus de Tianjin, un calme relatif règne. Quelques pistolets à riveter font entendre leur claquement sur la chaîne d’assemblage final (FAL) de l’A320. Mais rien de trépidant. Normal, l’essentiel des 460salariés de cette ligne s’est regroupé dehors sur le tarmac de l’aéroport qui jouxte l’usine. L’attraction du jour? Un A380. L’énorme avion, de passage en Chine pour le salon aéronautique de Zhuhai, est venu faire un crochet pour créer un de ces événements dont raffolent les Chinois. Au programme: visite du super Jumbo et photo de groupe de rigueur. «C’est très important pour eux. Une entreprise occidentale doit multiplier les initiatives de ce genre pour motiver et fidéliser ses salariés», assure Jean-Luc Charles, le patron de la première ligne qu’Airbus ait installée hors d’Europe. A défaut, la sanction tombe rapidement… sous la forme d’un turn-over qui peut atteindre facilement les 30%! «Ma plus grande satisfaction, c’est d’être à 1% après deux ans d’activité», ajoute le directeur général, qui affiche au compteur trente ans de carrière chez Airbus. Il peut se féliciter. Son site affiche également l’un des taux d’absentéisme les plus bas du groupe aéronautique. A 3%, il est inférieur à ceux d’Hambourg et de Toulouse… Pour aligner de tels résultats, l’avionneur européen n’a pas seulement parié sur des attractions. Il a dû aussi y mettre le prix. Des salaires 20 % au-dessus de la moyenne, une assurance maladie, des jours de congés supplémentaires


en quelques dAtes ● 4 décembre 2005

Très technique : la jonction des ailes avant au fuselage.

— Signature d’un accord entre airbus et les autorités chinoises pour créer une ligne d’assemblage final d’a320.

● 8 juin 2006 — choix de

tianjin, en concurrence avec Zhuhai, Shanghai et X’ian.

● 15 mai 2007 —

Quatre postes pour la ligne d’assemblage.

Démarrage de la construction. un mois après, création du joint-venture qui gérera le site, dont airbus contrôle 51 % (49% pour tianjin et avic).

● 28 septembre 2008

— inauguration de la Fal par Wen Jiabao, le premier ministre chinois, et tom enders, pDg d’airbus, devant 600 invités.

● 23 juin 2009 —

les trains d’atterrissage sont montés là, dès le deuxième poste d’assemblage.

et des conditions d’hygiène supérieure aux normes exigées (un sujet très sensible en Chine). Il a aussi et surtout mis sur pied un cycle de formation de près de deux ans pour mettre ses recrues chinoises à niveau. Le clou du programme? Un entraînement intensif à Hambourg, le site qui a servi de modèle pour construire celui de Tianjin.

Des salariés recrutés directement à l’université

Ici, les salariés sont jeunes, avec une moyenne d’âge de 33ans, et cela se voit. 250 d’entre eux sont même diplômés d’une université, ce qui a facilité leur apprentissage. Les hommes d’Airbus sont souvent allés les recruter directement dans les facs. Et ce ne fut pas toujours facile : ils ont dû examiner en moyenne 100CV pour un poste, contre 10 à 20 en Europe. Ensuite, plus de 100expatriés français et allemands sont venus pour qualifier les compagnons chinois. «Cela a été un travail passionnant. Les Chinois apprennent très vite», s’exclame ce jeune technicien venu d’Allemagne et qui coache en ce moment un groupe de salariés pour leur apprendre à tester les systèmes. Quand on sait qu’un «expat» représente au bas mot deux fois et demi le coût d’un ingénieur européen, l’usine nouvelle i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

on mesure l’investissement fait par Airbus. L’industriel n’avait pas vraiment le choix. Il fallait impérativement qu’un A 320 assemblé à Tianjin ait exactement le même niveau de qualité qu’un avion sorti des chaînes de Toulouse ou de Hambourg. A priori, le pari qualité a été tenu. Selon Jean-Luc Charles, la totalité des 34 Airbus déjà fabriqués sur place ont été réceptionnés par leurs clients sans refus ou anicroche, et parfois en avance. «Et Dieu sait si les Chinois sont exigeants, surtout en matière de peinture!», confie un ingénieur. La FAL est déjà à la cadence de trois avions par mois, l’objectif de quatre appareils étant programmé pour fin 2011 ou début 2012. Le premier a été livré le 23 juin 2009 à Sichuan Airlines, soit deux ans après la pose de la première pierre. Naturellement, avec tous les surcoûts, Tianjin n’est pas encore rentable. «On va équilibrer nos coûts à partir de début 2011 », relève Jean-Luc Charles. L’important pour Airbus était de conquérir le terrain. «Nous avions 18% de part de marché il y a dix ans, nous sommes à 43% actuellement et nous atteindront 50% d’ici à 2012», lance Laurence Barron, le président d’Airbus China. Reste à rentabiliser ce site. Aujourd’hui, il faut encore trois mois aux Chinois pour assembler les différents tronçons venus d’Europe. Ce qui équivaut à trois fois le temps nécessaire à Hambourg ou à Toulouse. Réduire ce délai est l’un des objectifs de Jean-Luc Charles. C’est à ce prix que Tianjin passera du statut de bon élève au rang d’élève modèle. ❚❚

Geno Zhou/Featurechina/roPi-rea ; imaGinechina/Zuma/rea

le premier a 320 « made in tianjin » est livré à Sichuan airlines. 34 avions sont sortis des chaînes à ce jour.

9


essentiel stmicroelectronics

Le prince des MeMs Champagne ! STMicroelectronics a vendu 1 milliard de MEMS… Et il continue de produire, mensuellement, 50 millions de ces microsystèmes électromécaniques. Ces capteurs micro-usinés (de mouvement, de pression, acoustiques et magnétiques)

se nichent partout. Les gyroscopes et accéléromètres équipent les consoles de jeux, des téléphones mobiles ou des télécommandes. Et même si STMicro n’est que septième mondial (HP reste leader), le marché est porteur. Il devrait, selon iSuppli, atteindre 7 milliards de dollars en 2010 et 10 milliards en 2014, dont 3,2 milliards pour les applications mobiles et grand public.

citoyen

Le spécialiste de la gestion des réseaux d’eau et de déchets va lancer des «Maisons pour rebondir». Des lieux où seront accueillis des jeunes des «quartiers» et des femmes. Concrètement, pour ces «pôles emploi» d’initiative privée, le groupe fournira des locaux, du personnel permanent et s’appuiera sur des spécialistes de l’insertion (ID’EES, Adecco et Altedia) pour accompagner les chômeurs. La première Maison doit voir le jour à Bordeaux en 2011. Bordeaux où la gestion de l’eau a été confiée à Lyonnaise des Eaux (groupe Suez)… Mais promis-juré, par cette initiative, le groupe veut montrer qu’il a compris un des enjeux locaux: l’emploi. Et que le temps des collusions troubles entre responsables politiques et prestataires pour remporter les marchés, est bien fini. On est prié de le croire… ❚❚

achats

les bonnes pratiques prendront le train Les 50adhérents de la Fédération des industries ferroviaires (FIF) devraient signer, le 14décembre, la charte des bonnes pratiques entre donneurs d’ordres et PME, lancée par le ministère de l’Industrie. Bombardier et Siemens devraient rejoindre Alstom, la SNCF et la RATP pour répondre à la demande des équipementiers. «Prix, propriété intellectuelle, transfert de risque… Depuis dix ans, les relations avec les constructeurs se sont durcies», témoigne Eric Tassilly, à la tête du groupement des équipementiers de la FIF. La filière espère inverser le mouvement avec cette charte, qui se veut plus contraignante que celle de l’automobile. Bonne chance! Les acheteurs aux manettes dans le ferroviaire viennent précisément de l’automobile. ❚❚

le flop dassault systèmes

exclusif

Il ne roulera plus en Mercedes Tic, tac, tic, tac… j’ai quitté mon Catia ! C’est en substance la ritournelle que Daimler aurait pu chanter à Dassault Systèmes, fin novembre. Le dernier jour de la conférence annuelle de l’éditeur français de logiciels de conception du français, le groupe allemand, 10

qui détient la marque Mercedes, a annoncé qu’il troquerait ses logiciels de CAO 3D Catia contre NX de Siemens PLM Software. La transition sera lente mais totale. Daimler supprimera tous les autres logiciels de Dassault Systèmes. Le choix de NX, pour des raisons de cohérence avec le PLM Teamcenter de Siemens, est un revers symbolique pour l’éditeur français.

ma

le pôle emploi de suez environnement

l’usine qui recycle les matelas «C’est une véritable prouesse technologique », s’enthousiasme Gilles Silberman, le vice-président et directeur général de Cauval Industries (Dunlopillo, Treca, Steiner…). En mai 2011, le numéro un français de l’ameublement ouvrira la première usine européenne de retraitement total des matelas et canapés. Selon nos informations, deux années de recherche et 5 millions d’euros d’investissement ont été nécessaires

pour réaliser ce projet. Soutenu par l’Ademe et les collectivités locales, le site, basé à Flaviac (Ardèche), fabriquera des matières premières pour l’ameublement et pour d’autres secteurs comme l’automobile. « Les process, totalement inédits et brevetés, notamment de rayonnement, ont été mis au point avec l’Institut Pasteur pour traiter les molécules à 100 %, en particulier le formaldéhyde », souligne Gilles Silberman. Les machines, elles-aussi conçues spécialement, arriveront dès janvier, pour une première batterie de tests grandeur nature. ❚❚

PHOTOS DR

le top

usinenouvelle.com

entreprises / régions / innovations / environnement / économie


essentiel

entreprises / régions / innovations / environnement / économie

automobile

marché conclu

Le moteur de CFM, c’est Airbus du V2500, un réacteur fabriqué en coopération par Rolls Royce et Pratt & Whitney. Ces contrats confortent la bonne dynamique de CFM en ce moment. Le motoriste devrait doubler ses commandes en 2010, avec 1 600 unités vendues. Au plan industriel, tous ces contrats

1,2 milliard de dollars C’est le montant de la commande ferme de 84 moteurs CFM 56 faite par la compagnie chinoise Hainan Airlines

aéronautique

PHOTOS DR

le cahier de doléances des émirats Qui aime bien châtie bien ! Airbus l’apprend à ses dépens avec ses gros clients du Golfe. Les compagnies Emirates de Dubai et sa voisine Qatar Airlines ont soufflé dans les bronches de l’avionneur européen. Pour bien se faire entendre, les deux PDG sont venus en personne à Paris. Tim Clark, le président d’Emirates, pour se plaindre du calendrier de l’A 350 XWB, le futur avion long-courrier d’Airbus qu’il a commandé à 70exemplaires. Selon lui, le programme aura un an de retard. Cela fait un peu désordre puisqu’Airbus pense que son avion n’aura que six mois de décalage. Et quand Tim Clark grogne, on baisse la tête car Emirates est le premier client de l’avionneur, avec notamment 90A380 en commande. Ce n’est pas fini! Client de lancement de l’A350 avec 80 appareils commandés, son homologue qatari Akbar Al Baker, met sous pression Airbus pour la version allongée de ce longcourrier, l’A 350-1000. Si les promesses de performances et de délai ne sont pas tenues, il menace d’opter pour le 777 de Boeing. Même pression sur l’A380 qu’il a commandé pour l’instant à cinq exemplaires. « Il doit l’usine nouvelle I N° 3216-3217 I 2 DéCEMbRE 2010

Notre classement des 100 meilleurs équipementiers du monde avait souligné l’intelligence de la stratégie d’acquisition de Faurecia, comme remède anticrise (voir «L’Usine Nouvelle», n°3213). Le Français récidive en se renforçant sur l’intérieur véhicule grâce au rachat, pour 12 millions d’euros, d’Angell-Demmel, le leader mondial des pièces métal pour décoration d’habitacle. armement

scorpion prend forme

Enfin! La première phase du programme Scorpion destiné à la modernisation de l’Armée de terre est lancée après moult tergiversations. Thales, Nexter et Sagem ont été désignés par la DGA pour créer l’architecture de Scorpion. Ce vaste programme, d’au moins 5 milliards d’euros, vise à mettre en réseau les soldats, blindés, hélicoptères… Et d’ici à 2015-2020, plusieurs matériels seront renouvelés, si les budgets le permettent. Prétraite

renault et les autres

Premier client avec 90 A 380 en commande, emirates a soufflé dans les bronches d’Airbus.

encore améliorer ses performances. Nous patienterons avant de passer des commandes supplémentaires », a annoncé Akbar Al Baker. Toutes ces récriminations ne sont pas un hasard. La France et les Émirats arabes unis sont entrés dans un round de négociation sur l’ouverture de nouveaux droits de trafic au profit des compagnies du Golfe. Discussions qui s’annoncent tendues. ❚❚

Accusé de jouer contre la réforme avec son plan de départ anticipé, Renault est loin d’être la seule entreprise à faire partir plus tôt ses seniors. Entre 2009 et 2010, de nombreuses sociétés ont mis en place des dispositifs de départ pour les plus anciens. - Renault, 3000 salariés éligibles dès 58 ans - Alcatel lucent, plus de 250 salariés concernés dès 55 ans - sanofi Aventis, 1150 salariés concernés dès 55 ans - Michelin, 800 salariés dès 55 ans - orange, 6000 salariés dès 57 ans - Renault Trucks, 300 opérateurs de production concernés dès 57 ans 11

AIRbUS S.A.S 2005 - PHOTO by EM COMPANy / H.GOUSSO

Quand Airbus engrange de belles commandes en Chine, CFM International, le joint venture à 50-50 entre Snecma et GE, en profite. Le motoriste, qui fabrique le célèbre CFM 56, a conclu coup sur coup trois contrats avec des compagnies chinoises au salon aéronautique de Zhuhaï. Montant total : 2,1 milliards de dollars et 184 moteurs. Ces CFM 56 équiperont les 92 Airbus A 320 vendus à la Chine ces dernières semaines. Fait intéressant, les compagnies chinoises ont mis très peu de temps à annoncer l’identité de leur motoriste, sachant que l’A 320 peut aussi être équipé

vont alimenter les usines respectives de Snecma et GE puisque les deux partenaires fabriquent chacun la moitié du CFM 56. Snecma réalise l’entrée du réacteur avec son fan (hélice) et la partie arrière, tandis que GE fabrique le corps situé au milieu. En France, des usines comme celles de Corbeil-Essonnes, Villaroche ou Gennevilliers vont en bénéficier. Mais pas seulement. Pour battre le V2500, CFM travaille de plus en plus en Chine. « Entre les pièces et les composant, nos achats en Chine atteignent 450 millions de dollars par an », souligne Eric bachelet, le PDG de CFM. Surtout, l’usine de composants installée en 2007 à Suzhou, à 90 kilomètres de Shanghai, monte en régime.

faurecia, champion des acquisitions


essentiel

entreprises / régions / innovations / environnement / économie

la loi nome, un échec annoncé

> Le 25 novembre, l’Assemblée

nationale a adopté la controversée loi Nome (Nouvelle organisation du marché de l’électricité). Celle-ci oblige EdF à vendre 25 % de l’énergie nucléaire à ses concurrents à un prix non encore fixé. Henri Proglio, PDG d’EdF, souhaite 42 euros le MW, les concurrents 35. Cette loi, censée accroître la concurrence, devrait entraîner une hausse importante des tarifs pour les particuliers et les entreprises. Notre dossier complet sur la nouvelle loi sur usinenouvelle.com, tapez « Nome controversée » dans notre motreur de recherche.

cma-cgm gagne un actionnaire… et un client ?

> L’arrivée de l’industriel turc

yildirim au capital de l’armateur français permet bien sûr à son PDG, Jacques Saadé, de garder la main. Mais le nouvel actionnaire, qui apporte 500millions de dollars en échange de 20% du capital, pourrait aussi devenir l’un de ses bons clients. Le groupe turc, premier producteur mondial de chrome, a besoin de capacités pour acheminer sa production. Et s’il détient déjà une flotte de vraquiers et de pétroliers, elle ne suffit pas à ses besoins. Notre enquête sur CMA-CGM sur usinenouvelle.com, tapez «CMA-CGM» dans notre moteur de recherche.

12

enchères

yoplait : on n’y comprend plus rien ! Info, intox… Les rumeurs se succèdent depuis que PAI Partners a annoncé la mise en vente des 50 % qu’il détient dans Yoplait. Il y a quelques semaines, histoire de faire monter les enchères, la marque à la petite fleur annonce qu’elle veut dénouer le partenariat avec son principal franchisé, l’américain General Mills, pourtant l’un des acquéreurs potentiels. Il y a quelques jours, Lactalis dépose une offre –pas ridicule– de 1,4milliard d’euros sur la totalité de Yoplait. Offre rejetée: seuls les 50% du capital détenus par PAI sont à vendre, les 50% autres étant propriété du groupe coopératif Sodiaal, qui ne veut surtout pas les lâcher. Et entre Sodiaal et Lactalis, ce n’est pas l’amour fou. Quelques jours plus tard, dans une inter-

la marque à la petite fleur aiguise les appétits.

view donnée à la presse suisse, Lucien Fa, le patron de Yoplait, lance que Nestlé serait l’acheteur idéal. Une sortie plutôt inhabituelle, et qui brouille un peu plus les cartes quand on sait que sur le secteur des yaourts en France, Nestlé est allié à… Lactalis! Dernière rumeur en date, dans la presse britannique : PAI et Sodiaal souhaiteraient diviser Yoplait en deux avant de vendre. Comprenne qui pourra! ❚❚

retour en grâce

deux ministres pour l’agroalimentaire «Pendant longtemps, le ministre de l’Agriculture s’occupait à 99,7 % des agriculteurs. Et le ministre de l’Industrie avait du mal à comprendre que l’agroalimentaire est la première industrie de France. » Cette phrase, lancée par Jean-René Buisson lors des 4es Rencontres agroalimentaires organisées par «L’Usine Nouvelle», est presque caduque… Le président de l’Association nationale des industries agroalimentaires (Ania) s’est félicité que le comité stratégique pour l’agroalimentaire soit co-présidé par deux ministres : Bruno Le Maire (Agriculture) et Eric Besson (Industrie). Cette structure regroupera quinze industriels (parmi eux, Kraft, Bonduelle, Bigard, Tereos, Sodiaal, Danone, Nestlé…), trois responsables agricoles, trois distributeurs et cinq représentants de syndicats de salariés. Ils plancheront sur les pistes permettant au secteur de regagner en compétitivité, les premières préconisations étant attendues avant la fin du premier semestre 2011. ❚❚

énergie

les deux visages d’areva Il y a Areva qui gagne. Avec l’avancée rapide du chantier de construction des deux réacteurs nucléaires EPR construits par les chinois à Taishan. Celui aussi qui pourrait décrocher un nouveau contrat à l’exportation avec la vente de deux nouveaux EPR lors de la visite de Nicolas Sarkozy en Inde, du 4 au 7 décembre. Et puis il y a Areva qui perd avec

l’augmentation de capital du groupe au point mort. Imaginée pour la première fois en 2005 et lancée l’an dernier, l’opération aurait dû se conclure mi-novembre. Le gouvernement français et le fonds souverain du Qatar peinent à s’entendre sur l’entrée de ce dernier au capital du groupe. Même incertitude en ce qui concerne les autres prétendants : le japonais Mitsubishi Heavy Industry, EdF ou le fonds souverain du Koweït. Cet équilibre instable entre réussites et échecs pourrait effrayer les investisseurs… et pire, les clients. ❚❚

PORT AUTONOME DU HAVRE - POOL/FEFERbERG/LUDOVIC/REA

usinenouvelle.com

sur le site


essentiel

Dernier modèle du leader mondial de la machine à vendanger.

Grégoire vendange dans le monde entier cognac Poitou-charentes

Ses machines jaunes arpentent les vignobles du monde entier. De la taille à la vendange, en passant par les traitements et l’effeuillage, Grégoire s’occupe de tout ou presque. Le leader mondial de la machine à vendanger vient tout juste de présenter ses deux derniers modèles. « Ils entrent dans notre programme de renouvellement de notre gamme de produits », explique Patrick Verheecke, le président du groupe implanté à Cognac (Charente). à terme, le catalogue comprendra une vingtaine de modèles contre une trentaine naguère. Grégoire s’appuie sur un département R & D de 16 personnes qui mobilise chaque année près de 5 % de son chiffre d’affaires. Les prix des deux modèles de machines à vendanger lancés en novembre « ont évolué de quelques pour cent, car nous offrons de nouvelles fonctionnalités, comme un 14

dispositif de tri de la vendange ou une électronique embarquée réduisant la consommation de fioul », précise Patrick Verheecke. Grégoire propose ses produits dans une fourchette comprise entre 55 000 et 200 000 euros. Le groupe charentais, qui emploie 200 personnes, compte boucler l’année avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 42 millions d’euros. Une remontée significative après une année 2009 marquée par la crise. Présent dans 25 pays, Grégoire réalise 50 % de son chiffre à l’export. à côté des machines à vendanger, il fabrique aussi une gamme de machines à récolter les olives, des pulvérisateurs agricoles et des outils de conduite du vignoble (débroussailleuses, broyeuses…). Cette dernière famille de matériels est produite dans une filiale du groupe, Lagarde, à Bordeaux (Gironde). Pour Patrick Verheecke, « le projet 2011 sera de conforter les parts de marché enregistrées en 2010 ». à poitiers, thierry thomas

nord-pas-de-calais

des petites entreprises pour un grand stade Le Grand stade de Lille n’ouvrira ses portes qu’en juillet 2012, mais déjà les entreprises du numérique du NordPas-de-Calais ont fait valoir leurs compétences auprès d’Elisa, la filiale d’Eiffage, le maître d’ouvrage et gestionnaire de stade du projet. la future enceinte. Sélectionnés par le pôle numérique régional, 40 d’entre elles ont présenté leur offre lors de speeds business meetings en octobre et novembre. Réalité augmentée, écran 3D sans lunettes, solution de paiement sans contact, animation web en 3D… Les projets ont dépassé les attentes d’Eiffage. Cela tombe bien, car le maître d’ouvrage a l’obligation de sous-traiter aux PME un quart du marché global des travaux. Sans cette opération, certaines de ces entreprises n’auraient pas eu accès à ce marché. ❚❚ à lille, geneviève hermann

cette machine est l’avenir d’aerolia Beaucoup de curieux, le samedi 20 novembre, devant la « machine à draper ». Les 1 300 salariés d’aerolia et les membres de leurs familles défilent devant les installations de la toute nouvelle unité composites de Méaulte (somme). cet investissement de 220 millions d’euros servira à fabriquer les éléments en composite de la pointe avant du futur airbus a 350. Les quelque 6 000 visiteurs de cette journée portes ouvertes se sont fait expliquer « en avant-première » – avant l’inauguration et la mise en service de l’unité – les différentes étapes de la fabrication d’un panneau en composite. un moment de fierté pour le personnel de cette filiale d’eaDs. à amiens, claire garnier

PhotoS D.R.

inventé près de chez vous

usinenouvelle.com/regions

entreprises / régions / innovations / environnement / économie


essentiel

entreprises / régions / innovations / environnement / économie

auvergne

aquitaine

DgA en quête De PMe

qu’eLLes sont Vertes, Les bouteiLLes De VoLVic

aquitaine

LA PéPinière Des inDustrieLs De LA gLisse C’est un nouveau spot pour les industriels des sports de glisse. Au second semestre 2012, Anglet (Pyrénées-Atlantiques) disposera d’un centre de services dédié aux entreprises de la filière, avec une pépinière et un incubateur. Baptisé Olatu Leku, « le lieu où tombe la vague» en basque, cet espace sera implanté

Bretagne

LAbo grAnDeur nAture Pour technos MobiLes Le pôle de compétitivité Images & Réseaux vient d’inaugurer, à Lannion (Côtes-d’Armor), la plate-forme ImaginLab destinée à des tests d’expérimentations et d’usages de services et de technologies innovantes sur les réseaux fixes et mobiles. Il s’agit d’un véritable 16

alsace

LA ProMesse Du tgV

D.R.

Après plusieurs années difficiles pour le marché de l’eau minérale en bouteilles, Volvic se refait une santé. Même si les chiffres définitifs pour l’année 2010 n’ont encore été officiellement divulgués, la marque du groupe Danone aurait vu cette année une stabilisation de ses ventes. Cette légère embellie pourrait être le fruit d’une communication très orientée sur le développement durable et «la naturalité». Cette année, Volvic a lancé deux produits écolos pour tenter de séduire les acheteurs : une bouteille de 3 litres et une de 50 cl faites à partir de matières végétales. «En 2011, nous allons déployer et massifier ces innovations, assure Stéphane Cousté, le directeur de l’usine des eaux de Volvic (Puy-de-Dôme). La bouteille végétale sera étendue dans les prochains mois à la Grande-Bretagne et à l’Allemagne. Elle sera également produite dans le format 1,5 litre en France.» Selon la direction, Volvic représentera cette année, en France, 10% de parts de marché des eaux en bouteilles et 7% de parts de marché en volume. Plutôt une bonne nouvelle pour la marque auvergnate, qui avait enregistré un recul de 7% de ses ventes en 2008 et de 3%

C’est une première. La Direction générale de l’armement a signé une convention de partenariat avec le conseil régional d’Aquitaine. «Notre objectif est d’investir dans la recherche et la technologie pour que les entreprises restent compétitives, mais aussi de favoriser l’accès des PME aux marchés de la défense», a indiqué Laurent Collet-Billon, le délégué général pour l’armement.

La chaîne de l’espoir pour la marque auvergnate.

en 2009. Avec 1,3 milliard de litres d’eau produits à la fin de l’année, l’eau puisée au cœur des volcans d’Auvergne se situe toujours à la troisième place au plan national, derrière Evian et Contrex. ❚❚ à clermont-Ferrand, Geneviève colonna d’istria

dans la ZAC Baïa Park, une zone d’activités dédiée à la glisse, où la marque californienne Volcom a installé son siège européen. Un hôtel d’entreprises, des services de restauration et de garde d’enfants, un espace accueil et une salle de conférence sont aussi programmés. La filière « glisse » en Aquitaine compte 400 entreprises (3500 salariés) et réalise un chiffre d’affaires de l’ordre de 1,7 milliard d’euros. Outre Volcom, les sociétés Quiksilver, Billabong, Rip Curl, Oxbow et O’Neill y ont installé leurs sièges sociaux européens. ❚❚ à Bordeaux, colette Goinère

«laboratoire grandeur nature à la disposition des entreprises », explique Michel Corriou, chargé de son animation. La plate-forme sera prochainement disponible à Brest (Finistère), puis à Rennes (Ille-et-Vilaine), grâce à un réseau à très haut débit sans fil d’une capacité de 100 mégabits. Une centaine de foyers lannionais volontaires vont tester, de chez eux, les innovations présentées par les entreprises dans ImaginLab. ❚❚ à rennes, stanislas du Guerny

Le président de Réseau ferré de France, Hubert du Mesnil, a «célébré la tenue d’une promesse» en lançant le 18 novembre les travaux de la seconde phase de la LGV Est, qui mettra Strasbourg à 1 heure 50 de Paris. Ce sera chose faite d’ici à 2016, au prix d’un investissement de 2,01 milliards d’euros hors taxes, prévoyant le percement d’un tunnel de 4 kilomètres sous les Vosges. rhône-alpes

FinAnceMents Pour biotechs

Lyonbiopole organise, le 3 décembre à Lyon, la deuxième journée des PME et du financement privé en collaboration avec Créalys et Oséo. L’objectif est de contribuer au renforcement des fonds propres de jeunes entreprises innovantes en biotechnologies et santé.

51,7

milliards d’euros C’est le montant total des investissements réalisés cette année par les collectivités locales, en recul de 2,1% sur un an, selon la note de conjoncture 2010 de la banque Dexia.


essentiel

retrouvez L’actuaLité de L’innovation sur le blog d’aurélie barbaux, « L’innovation en questions »

la pépite

Amoeba ou l’amibe qui vous veut du bien c’est sur internet que l’aventure amoeba a commencé. « Je voulais créer ma société. J’ai tapé « biologie + brevet + lyon » dans google et je suis tombé sur le site de lyon science transfert ». Bonne pioche pour Fabrice plasson, alors dirigeant de la filiale française de DiscoverX, une société pharmaceutique américaine. en 2008, la structure de valorisation de l’université de lyon lui présente Jacques Bodennec, co-inventeur d’un brevet sur la destruction des légionelles par l’amibe Willaertia magna. les deux hommes mettront six mois à convaincre l’université que la création d’une start-up est la meilleure option pour exploiter la découverte, plutôt que de céder la licence à un géant mondial du traitement de l’eau, aussi sur les rangs. aidée par l’incubateur crealys, la société amoeba est créée à lyon en juillet 2010, prête à s’attaquer aux légionelles nichées dans les canalisations et les réseaux d’eau industriels et des hôpitaux. avec 1 300 cas par an en France, le problème est sérieux mais les traitements chimiques ne sont plus vraiment efficaces contre ces bactéries responsables d’infections pulmonaires. « les légionelles ont développé une stratégie. elles se cachent dans des amibes résistantes aux produits chimiques puis les tuent pour pulluler », explique Fabrice plasson. c’est là qu’intervient le traitement biologique de la jeune pousse. « Notre amibe, qui se nourrit des autres, ne présente aucune toxicité pour l’environnement et l’homme ». la solution sera testée dès janvier sur des sites industriels (total, candia, ciments calcia…). la commercialisation des produits est prévue pour 2012 en France. un marché estimé à 100 millions d’euros. camiLLe chandès L’innovation

DR / pascal guittet

Anti-iPad Qu’est-ce qui tient dans la poche, dans la main et est subventionnée par les trois opérateurs télécoms français ? Réponse : le Galaxy Tab, la tablette multimédia de Samsung. L’ennemi officiel de l’iPad affiche une finition à la hauteur de la tablette d’Apple. Avec son format de 7 pouces, l’écran d’excellente qualité offre un bon confort de lecture. La connexion 3G est en standard et la tablette est équipée d’une caméra. L’interface proposée par Android est peut-être légèrement moins intuitive que celle de son rival, mais l’habitude se prend vite. Nous avons toutefois constaté une certaine lenteur lors du chargement de pages web, y compris en Wi-Fi. Samsung, qui produit presque tous les composants de sa tablette (il fournit même Apple), n’est pas bon partout.

téléprésence L’amibe Willaertia magna, utilisée par amoeba, se nourrit des légionelles, des amibes vectrices de légionelles et des dépôts bactériens responsables de la corrosion des tuyaux d’eau. ce traitement biologique permet de diviser par 100 la quantité de produits par rapport aux traitements chimiques.

L’opportunité la future directive cadre sur l’eau de 2015, qui interdira tout rejet de produits chimiques dans l’environnement, devrait booster les activités d’amoeba.

18

usinenouvelle.com/innovations

entreprises / régions / innovations / environnement / économie

si ce n’est pas moi, c’est donc mon avatar La première démonstration de téléprésence holographique vient d’être réalisée par des chercheurs de l’université de l’Arizona, à Tucson. D’un côté, 16 caméras filment une personne ou un objet, sous différents angles, les 16 vues étant recueillies et traitées par un ordinateur. À l’autre bout, un dispositif restitue, après le transfert des données via un réseau ethernet, une image 3 D holographique de la scène photographiée.

De quoi envoyer à la table d’une réunion virtuelle un hologramme dynamique, l’image étant rafraîchie toutes les deux secondes. Cet exploit est dû au développement d’un nouveau polymère photoréfractif, développé par la filiale californienne du japonais Nitto Denko. Ce matériau, placé au cœur d’un panneau de 12 pouces (bientôt de 17 pouces), restitue l’hologramme à l’aide d’un laser à impulsions très courtes. L’image 3 D, visible sous tous les angles et sans lunettes, est formée en éclairant le panneau par une source lumineuse LED. La priorité est maintenant d’augmenter la cadence des images. ❚❚


essentiel

entreprises / régions / innovations / environnement / économie

retro-engineering

matériaux

tuyau CommuniCant

Votre iPhone est aussi un scanner 3D! Grâce à l’application iScan3 D, développée par la start-up Digiteyezer, vous pouvez désormais générer un modèle numérique à partir de n’importe quel objet ou bâtiment. Pour cela, il suffit de prendre, avec l’aide de l’application, une série de photos : cinq minimum, mais plus souvent entre dix et trente. Puis de l’envoyer sur le site de service de Digiteyezer, qui assure la réalisation du modèle 3 D. Celui-ci met à l’échelle les photos, crée un nuage de points, puis un maillage avant d’y plaquer la texture, récupérée sur les photos. L’objet, renvoyé sur l’iPhone, peut ensuite être téléchargé sur un PC sous différents formats pour l’intégrer dans un logiciel de CAO ou d’animation. Ce service vise les professionnels du design, les architectes, les

l’usine nouvelle i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

d.r.

Créer en 3D, il y a une appliCation pour ça

3 D, 3 étapes.

prothésistes et les musées. Outre la facilité de réalisation apportée par le mode hébergé, iScan3 D est d’un coût faible : 99 euros pour l’application incluant la réalisation de cinq modèles, puis un abonnement de 199 euros par mois avec quinze modèles. Pour obtenir une meilleure qualité, il est possible d’utiliser un appareil photo numérique, mais il faudra alors se passer de l’aide apportée par l’application iPhone. ❚❚

Les tuyaux en plastique sont difficiles à détecter une fois enfouis. Pour éviter des milliers d’arrachements accidentels au cours de travaux, ryb, un spécialiste des canalisations en polyéthylène, en coopération avec le ceA-Leti, lance cette semaine la première canalisation détectable et communicante. Laser

prix Jerphagnon 2010

Le lauréat 2010 du prix Jean Jerphagnon, qui récompense une application de l’optiquephotonique, sera dévoilé le 2 décembre. découvrez-le sur notre site usinenouvelle.com, en tapant «jerphagnon» dans notre moteur de recherche.

19


essentiel la cote carBone

10,5 kg de CO2

L’empreinte carbone des baskets Faguo

DR

Le plus polluant dans une paire de baskets fabriquée en Chine, ce n’est pas le transport… mais les matériaux. C’est la surprise qu’a eue la société Faguo Shoes en calculant son empreinte carbone. Sur les 190 tonnes d’équivalent CO2 générées directement ou indirectement par son activité, de la fabrication des chaussures jusqu’à leur livraison au client, près de 80 % sont en effet imputables aux matériaux entrants dans la composition des chaussures : semelles en caoutchouc naturel, lacets en coton, œillets en métal… Le deuxième poste de « dépenses », c’est la fabrication et la fin de vie des emballages (8 % des émissions). Puis viennent le fret (6 %), les déplacements domicile-travail des salariés et les voyages professionnels en Chine. Ces deux derniers postes pèsent pour 5 % des émissions. L’incinération et l’enfouissement des baskets, l’énergie consommée par les bureaux et les déchets générés au siège ne représentent eux que 1 % de la facture totale. Au final : 10,5 kg d’équivalent CO2 sont émis pour chacune des 18 000 paires de baskets vendues en 2009. L’incertitude sur ces chiffres atteint 34 %. Ces résultats, calculés avec la société Énergie Environnement selon la méthode Ademe durant l’année 2009, ont poussé la PME à agir. « Nous avons remplacé depuis janvier 2010 le polypropylène de la boîte par du carton recyclé. Les éléments protégeant les chaussures à l’intérieur des emballages ont été supprimés », avance Nicolas Rohr, un des deux cogérants de Faguo Shoes. Par ailleurs, entre Le Havre (son port d’arrivée) et Paris, les chaussures transitent désormais camille chandès par barge sur la Seine. 20

usinenouvelle.com/environnement

entreprises / régions / innovations / environnement / économie

paradoxe

financer c’est polluer Pour avoir une bonne empreinte carbone, une banque devra supporter les particuliers, spéculer sur les matières premières ou acheter des « swaps » plutôt que de financer l’industrie. C’est la leçon du premier classement des grandes banques françaises réalisé par le cabinet de conseil en développement durable Utopies et l’ONG les Amis de la Terre. Qui ne se base pas sur la consommation énergétique de leurs bureaux mais… sur la nature des activités qu’elles

toxique

immunité pour le photovoltaïque Les produits toxiques vont être bannis de tous les produits électroniques... ou presque. Une « green tech» est épargnée. Le vote du Parlement européen, le 24 novembre, impose aux industriels de l’électronique de supprimer de leurs composants, d’ici à huit ans, toutes les substances

financent (crédits à la consommation, prêts immobiliers, entreprises, État…). Concrètement, plus une banque investit de l’argent dans des grands groupes de secteurs très émetteurs de gaz à effet de serre, plus son impact carbone est important. Le Crédit agricole, très actif dans le financement du secteur énergétique (pétrole et gaz), se retrouve ainsi dernier au classement. A contrario, des établissements qui financent très peu les entreprises, comme La Poste (classée première) ne génèrent que peu d’émissions. Une méthode qui, au final, valorise plus la spéculation financière que le développement de l’économie. Dommage! ❚❚

de type mercure, plomb… Seuls les panneaux photovoltaïques ne sont pas concernés par cette actualisation des directives « déchets d’équipements électriques et électroniques » (DEEE) et « restriction of hazardous substances » (RoHS). Il faut dire que le lobbying des industriels concernés a été actif. Les parlementaires ont privilégié le bénéfice de l’usage. Un effort d’autant plus important que l’on ne sait toujours pas recycler ces panneaux. ❚❚

récompense

Bourgeois sauvé par un four éco-conçu Le développement durable peut-il relancer des entreprises malmenées sur leurs marchés traditionnels ? Bourgeois, constructeur de fours de cuisine professionnels, en est la preuve. Après une sévère restructuration en 2009, cette société coopérative de production savoyarde a misé sur une gamme de fours éco-conçus destinés à la restauration collective. Ses produits permettent de réduire de 35 % la consommation électrique. Une démarche saluée par le prix Entreprises et Environnement, organisé par le ministère de l’Écologie et l’Ademe et dont « L’Usine Nouvelle » est partenaire. Le fabricant a repensé toute la conception dans les moindres détails. Matériaux et procédés de production

La consommation électrique est réduite de 35 %.

moins polluants, sélection de fournisseurs locaux pour réduire l’empreinte carbone, recyclage optimisé (91%)… Le pari est payant. Les fours Bourgeois représentent désormais 80 % du chiffre d’affaires de l’entreprise. ❚❚

Tous les lauréats

du prix entreprises et environnement sur usinenouvelle.com


essentiel

un ŒiL sur Le monde

Plaidoyer irlandais nombre de vieilles ballades irlandaises relatent l’histoire de paysans ruinés incapable de payer leurs fermages, expulsés sans égards par de puissants « landlords » (propriétaires) aidés au besoin par les « redcoats », les soldats anglais. À Dublin, les manifestants fustigent les landlords d’aujourd’hui : le fMi et l’europe. ceux qui leur imposent une austérité inédite : baisse des salaires, hausse des taxes pour 15 milliards d’euros sur 4 ans, soit 6 % au moins du piB. l’aide de 85 milliards d'euros accordée dimanche a desserré l'étau. honni par l’opinion, Brian cowen, le « taoiseach » (premier ministre) attend un vote crucial au parlement le 7 décembre, en préparant les législatives perdues d’avance, début 2011. on a tout dit ou presque des effets de cette crise sur l’avenir de l’europe et sur la prééminence croissante de l’allemagne. avec l'entrain hier mis à célébrer le tigre celtique, chacun, surtout, crie haro sur le baudet gaélique. les élites sont en position d'accusés. À raison. en cause ? leur aveuglement, notamment celui de Bertie ahern, taoiseach durant la période de prospérité, pour avoir laissé enfler une bulle immobilière insensée. en 10 ans, les prix avaient triplé. l’argent facile avait transformé l’immobilier en casino, mais pas l’ensemble de l’économie. car l’économie irlandaise vaut sans doute mieux que cela. on le sait, voilà 15 ans, cette île sous-développée, connue jusque-là pour sa bière ou ses écrivains de génie, décida d’entrer dans la mondialisation. code d’investissement sur mesure, impôts rabotés… ce fut un succès. plus de 1 500 multinationales (pfizer, coca, Microsoft…) se sont implantées sur la verte erin et le stock d’investissements directs étrangers (iDe) atteint un an de piB. le point nodal de cette stratégie, c’est bien sûr l’impôt sur les sociétés. À 12,5 %, il agit comme un aimant. l’inflexibilité (certes puérile) sur ce taux énerve paris ou Berlin. À juste titre ? outre sur le fait qu’il n’est guère éloigné des taux polonais ou tchèque (19 %), l’accusation de dumping masque aussi en creux l’incapacité des « grands » pays (allemagne exceptée) à maîtriser leurs dépenses. Sans ressources, éloignée des routes commerciales, Dublin joua (à la différence d’athènes, confrontée aux même défis) une de ses seules cartes disponibles pour se moderniser. et, au plus fort de la crise, s’en félicite toujours. les multinationales ne fuient pas, son excédent commercial repart. Si l’effort des irlandais s’annonce terrible, on peut acter aussi, non sans cynisme, que le gel des salaires redonnera de la compétitivité au pays dont les coûts s’étaient envolés. Si l’affaire grecque a marqué la faillite de l’État, l’irlandaise est celle de la supervision bancaire. pas encore celle de son modèle.

22

thierry zoccolan / afp

réagissez à la chronique De pierre-oLivier rouaud sur www.usinenouvelle.com, rubrique « chronique » porouaud@usinenouvelle.com

usinenouvelle.com/economie

entreprises / régions / innovations / environnement / économie

Marwan Arbache, condamné in extremis malgré un vide juridique.

guerre économique

Le secret professionneL pour Les cadres

Les États-Unis ont le «Cohen Act» depuis 1996. La France, elle, est encore bien démunie face aux tentatives de pillage de ses secrets professionnels… En juin dernier, Michelin n’a ainsi obtenu qu’in extremis la condamnation, au tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand, de Marwan Arbache, un ancien employé ayant tenté de revendre des secrets de fabrication à un concurrent japonais, Bridgestone. Le motif retenu : l’abus de confiance et non la violation du secret professionnel, car il n’y avait pas de brevet. Impossible en effet de protéger un savoir immatériel, pourtant doté d’une réelle valeur commerciale. Pour tenter de combler ce vide juridique, Bernard Carayon, député UMP du Tarn, a déposé un amendement à la Loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi 2). Il définit le concept d’information économique protégée et assortit sa violation de sanctions pénales. L’Assemblée commencera l’examen de la loi le 14 décembre. ❚❚

silence radio

mais Que fait L'état actionnaire ? Nommé en août dernier commissaire des participations de l’État, Jean-Dominique Comolli devait incarner une nouvelle stratégie de la France en matière de gestion des entreprises dont elle est actionnaire. À savoir: une implication plus forte associée à une vision plus claire, tournée vers la création de valeur et le développement des perspectives des salariés. Mais cette stratégie s’incarne difficilement. Deux sujets ont fait l’actualité cette semaine, sans que l’on entende clairement la

position de Jean-Dominique Comolli. Le dossier Areva d’abord, qui fait l’objet de nombreux atermoiements entre recherche de partenaires ou introduction en Bourse. Et la décision de Renault ensuite qui, en proposant une préretraite à plus de 3000 salariés à partir de 58 ans (sous couvert de pénibilité), a semblé aller contre la réforme votée le mois dernier. Le Président avait pourtant affirmé en le nommant: «Il est important, vis-à-vis des PDG concernés [EDF, Renault] de mettre à la tête de la gestion des actifs de l’État quelqu’un qui ait à la fois une autorité politique et une expérience du privé.» Apparemment, elle reste à affirmer, cette autorité. ❚❚


essentiel

Premier anniversaire pour le “Nasdaq” chinois La place boursière chinoise dédiée aux start-up, ChiNext, a déjà attiré 134 PME après une année d'existence. Ensemble, elles ont levé pour 15 milliards de dollars. De quoi suppléer au manque de business angels sur place.

ingénieur

un métier d’homme ? La femme n’est pas l’avenir de l’ingénieur… si l’on en croit la dernière étude réalisée par Mutationnelles. Le taux de féminisation de la profession, déjà pas très élevé, a reculé de près d’un point entre 2007 et 2009, passant de 17,7 % à 16,72 %, indique l’étude. Pis, en 2009, on comptait 1 340 ingénieures de moins qu’en 2008. On n’ose imaginer quel serait le résultat sans l’action volontaire des pouvoirs publics et des associations de femmes ingénieures ! Les causes de la désaffection sont connues : « Les études scientifiques attirent moins de jeunes en général, garçons et filles confon24

dus. De plus, ces dernières ne pensent pas spontanément à devenir ingénieur », résume Marie-Sophie Pawlak, la présidente de l'association Elles bougent. Le but de cette organisation n’est pas de promouvoir une stricte parité mais d’être suffisamment nombreuses pour faire entendre une voix différente. Car dans les entreprises, tout n’est pas rose pour les femmes ingénieurs. Toujours selon la même étude, elles ont moins de responsabilités hiérarchiques et sont moins souvent chargées du budget que les hommes. Ce qui a un impact sur les salaires : l’écart hommes-femmes croît avec l’âge. Le manque à gagner dépasse les 20 % après 50 ans, les femmes occupant moins de postes de managers que les hommes. ❚❚

stringer shanghai/reuters

entreprises / régions / innovations / environnement / économie


essentiel

entreprises / régions / innovations / environnement / économie

Cinq ans après sa création, serait-ce l’heure du bilan pour Oséo ? Une enquête est en tout cas en cours à l’Inspection générale des finances (IGF) pour évaluer si l’organisme né de la fusion BDPME-Anvar remplit sa mission. Selon nos informations, cette commission s’interrogerait notamment sur la pertinence des outils utilisés. Le point dur étant de savoir, notamment, si Oséo innovation n’est pas à la fois juge et partie en labellisant et finançant de jeunes entreprises innovantes. Lancé en octobre, cet audit fait partie pour Oséo du processus normal d’évaluation inscrit dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP). Coïncidence, alors que l’IGF doit rendre ses conclusions d’ici à la fin de l’année, l’organisme va lancer une opération de communication : comment favoriser la croissance des entreprises en France. Oséo a interrogé ses adhérents pour dégager huit grandes idées.

l’usine nouvelle i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

le président François Drouin, juge et partie ?

Trois relèvent du gouvernement : stabiliser la fiscalité, orienter l'épargne longue vers les entreprises et réduire l'impôt sur les sociétés. Et cinq sont dans les attributions d’Oséo : renforcer les fonds propres par des moyen alternatifs aux investisseurs, favoriser le regroupement de PME, développer l’international, financer l'innovation au sens large, développer des projets collaboratifs et les transferts de technologies. En pleine enquête, ça ressemble à un contre-feu… ❚❚

Pour tout savoir sur les cleantechs

> retrouvez les principaux

dirigeants des cleantechs, avec nos envoyées spéciales (camille chandès, ci-dessus, et Ana Lutzky). À Lyon, sur le salon Pollutec, elles intervieweront les acteurs de la révolution verte sur L’Usine nouvelle TV à partir de ce jeudi 2 décembre.

25

simon isAbeLLe / siPA ; PAscAL gUiTTeT

Les contre-feux d’oséo

usinenouvelle.com/economie

exclusif


essentiel

entreprises / régions / innovations / environnement / économie

Exporter peut nuire à la santé

le fait de la semaine indice 100 : taux de défaillance des entreprises exportant moins de 10 % de leur chiffre d'affaires. Entreprises non exportatrices

84 Entreprises exportant entre 0 et 10 % de leur chiffre d’affaires

100

110

70

France la chimie est sortie du gouffre évolution de la production de l’industrie chimique en France en volume (en %)

2,4 2008

2009 2010

- 1,2

2011

estimations

- 9,7

source : uiC

9,8

Les chimistes français ont quasiment retrouvé, au troisième trimestre, leur niveau de production de fin 2008, selon l’Union des industries chimiques. Mais la reprise n’est pas uniforme. Dans le secteur le plus touché par la crise, la chimie de base, la production devrait rebondir de 7,5 % en 2010. La reprise est moins forte dans les spécialités (+ 5,7 %). Pour 2011, les chimistes s’attendent cependant à une croissance plus molle, de 2,4 %.

Production Évolution de l'intérim Taux d'utilisation des sur un mois capacités de production

26

monde Prometteuse indonésie évolution du piB (en %)

6,3

6,1

6

source : Fmi

Entreprises exportant plus de 50 % de leur chiffre d’affaires

source : euler Hermes

Entreprises exportant entre 10 et 50 % de leur chiffre d’affaires

Attention danger ! Les entreprises qui exportent ont un plus gros risque de défaillance que les autres entreprises. Le classement, opéré par Euler Hermes en deux grandes catégories, cache en fait des disparités en fonction de l’intensité du niveau d’exportation. Les entreprises qui réalisent entre 10 % et 50 % de chiffre d’affaires à l’étranger sont les plus fragiles. À l’inverse, les grands exportateurs, dont plus de la moitié de l’activité est réalisée hors de France, sont plus solides. « Il y a un effet de seuil. Exporter nécessite de se structurer. Celles qui vendent peu à l’étranger n’ont pas assez de moyens pour se doter d’équipes dédiées à l’international, de couvertures efficaces contre le risque de change ou d’impayés, contrairement aux grands exportateurs », juge Karine Berger, l’économiste de l’assureur-crédit Euler Hermes. Un effort d’organisation dont les exportateurs doivent tenir compte. Pour les douze prochains mois, 86 % des PME interrogées jugent positives leurs perspectives à l’étranger. Et 20 % d’entre elles souhaitent augmenter leur effort sur les Bric. Des émergents à grand potentiel mais aussi à haut risque.

4,5 2007

2008

2009

2010

estimations

Au troisième trimestre, l’Indonésie a enregistré une croissance de 3,4 %. Une performance un peu moins bonne qu’au cours des trimestres précédents mais qui devrait permettre au PIB du quatrième pays le plus peuplé du monde de progresser de 6 % sur un an. L’Indonésie pourrait faire son entrée dans le club des grands émergents. Et les Bric devenir Briic…

finances Euribor à trois mois

Euro / dollar

suPPly chain Baltic dry index

LME X

Indice composite des tarifs de transport maritime de marchandise vrac

Indice composite des métaux de base cotés au London Metal Exchange

+3,4%

76,4%

1,027%

1,3146

2170

3696,7

Septembre 2010 source : pôle emploi

Octobre 2010 source : Banque de France

29 novembre 2010 source : FBe

29 novembre 2010 source : BCe

26 novembre 2010 source : Baltic exchange

26 novembre 2010 source : Lme


parlons-nous ! Le dispositif français, même raboté, reste le plus attrayant du monde. Dans les autres pays, le crédit d’impôt recherche est beaucoup moins attractif et la définition de la R & D prise en compte, encore plus restrictive. À l’exception de l’Espagne, qui dispose d’un crédit d’impôt innovation, les récentes analyses du système démontrent que très peu de PME en profitent finalement. En Allemagne, le crédit d’impôt recherche n’existe pas. Gérard Petit, sur le blog « l’innovation en questions », en réaction au billet « le cir va-t-il s’en remettre ? »

peyrefitte avant Besson Si Éric Besson, comme vous le dites dans votre éditorial du 18 novembre, est l’un des premiers politiques à avoir perçu la puissance chinoise, il faudrait préciser « du XXIe siècle ». Car pour moi, l’homme (politique entre autres), qui avait pressenti l’avènement de cette puissance, reste Alain Peyrefitte avec son magnifique ouvrage « Quand la Chine s’éveillera... le monde tremblera » (Fayard - 1973). Cette affirmation ayant 40 ans, on ne peut qu’apprécier l’analyse qui avait été faite.

« À quand une taxe sur l’énergie (TOUTES les énergies) afin de cesser l’hypocrisie et affecter ces sommes à l’innovation et aux PME ? L’Urssaf pourrait par exemple être “répartitrice”… » Zelectron, en réaction à l’article « réforme du marché de l’électricité : ce qui va changer »

les entreprises n’ont pas besoin d’agitation ! M. V. (Lons-le-Saunier) Dans votre éditorial, vous affirmez qu’Eric Besson est un bon connaisseur de l’industrie (on verra) et vous dressez le bilan du ministre précédent, Christian Estrosi. À vous lire, vous semblez trouver qu’un membre du gouvernement qui se déplace sur le terrain et parle à la télévision, c’est déjà bien. Vous dénoncez l’absence de « retombées concrètes », mais avec une certaine bienveillance. Nos entreprises n’ont pas besoin d’agitation et de grandes phrases, mais plutôt des solutions à leurs difficultés. Quelles solutions a-t-il proposées ? Dans quel état se trouve notre industrie aujourd’hui ?

blogs

usinenouvelle.com/courrier

Même raboté, le crédit d’impôt Une taxe sur toutes recherche est attrayant les énergies

● BMW OMega : une

vOiture cataMaran

Andrew Browder a imaginé un véhicule permettant à la fois de rouler et de flotter. « Auto Lab » blog.usinenouvelle.com/ automobile La pensée française est-eLLe « design thinking » cOMpatiBLe ?

Ou comment l’École des Ponts ParisTech tente d’apprivoiser ce mode d’innovation. « L’innovation en questions » blog.usinenouvelle.com/ innovation

J.-J. Plessis.

Vive les designers stars !

les plus lus sur le site 1. « renault ne fait qu’appliquer la loi » (denis Jacquat)

2. les secteurs qui embaucheront d ici à 2015 3. taxe Google : « c’est tout l’internet qui est stigmatisé » 4. le Pentagone envoie par erreur des données confidentielles

5. renault veut mettre en retraite anticipée 3 000 salariés www.usinenouvelle.com

28

serGe, sur le blog « l’innovation en questions », en réaction au billet « starck a-t-il tué le design ?»

● vive L’industrie de L’iMMatérieL!

Combatif, Guy MamouMani, le patron du nouveau Syntec numérique entend bien convaincre de l’importance du secteur du numérique en France. « Les (r)évolutions de la high-tech » blog.usinenouvelle.com/ high-tech

D.R.

top 5 des articles

«Je ne pense pas qu’il soit de bon ton de critiquer nos designers “stars”, reconnus dans le monde entier. Ils nous représentent à l’étranger. Que ce soit cosmétique ou non, on s’en fout. C’est une façon de motiver le design plus “intégré”. Tout le monde en profite d’une façon ou d’une autre. L’APCI n’a qu’à mettre en valeur également les écoles et formations françaises du design industriel et les jeunes qui en sortent pour que cette dimension soit davantage prise en compte. De nombreux anciens étudiants de l’école du design industriel ont créé leur entreprise en intégrant le design dans la conception de produits, souvent liés à l’écoconception (en plus)…. Suffit d’être perspicace sur la façon de présenter les choses.

retrouvez les blogs de la rédaction http://blog.usinenouvelle.com


Benoit DeCoUt/ReA

30


enquêtes

en couverture

Mobilisation

IndustrIe mon amour Ancrage. Malgré le déclin de l’industrie, les Français sont attachés à leurs usines. Selon un sondage réalisé par « L’Usine Nouvelle » et Ifop, 61 % d’entre eux souhaitent que le gouvernement soutienne davantage ce secteur. Flamme. 24 personnalités de tous horizons (grands patrons, cinéastes, économistes, banquiers, dirigeants d’ONG) racontent leurs liens personnels avec l’industrie et pourquoi ils veulent continuer à la soutenir. Union sacrée. Dans une interview, le président du groupement de fédérations industrielles, Pierre Gattaz, appelle à la mobilisation de tous pour redynamiser le secteur. EnquêtE coordonnéE par annE-sophiE bEllaichE avEc l’EnsEmblE dE la rédaction

les Français plébiscitent leur industrie. Pourtant, près de 90 % d’entre eux considèrent qu’elle est en déclin. l’usine nouvelle i n° 3216-3217 i 2 DéCemBRe 2010

31


enquêtes en couverture

les Français lancent un s.o.s. pour leurs usines Le sondage exclusif Ifop pour « L’Usine Nouvelle » le révèle : les Français aiment toujours l’industrie. Ils sont même 61 % à estimer que les pouvoirs publics ne la soutiennent pas assez. solène Davesne

«c’est le secteur à défendre en priorité» parmi les secteurs suivants, quel est celui que les pouvoirs publics devraient défendre et aider en priorité ?

l’industrie

35 %

l’agriculture

28 %

les services

17 %

le bâtiment et les travaux publics

12 %

le commerce

8%

total

100 %

«il a besoin de plus de soutien» Diriez-vous que les pouvoirs publics soutiennent suffisamment l’industrie en France ? Ensemble (%)

Personnes travaillant dans l’industrie (%)

39

31

oui, tout à fait

5

5

oui, plutôt

34

26

non

61

69

non, plutôt pas

51

56

non, pas du tout

10

13

total

100

100

oui

Méthodologie Ce sondage exclusif a été réalisé par l’Ifop pour « L’Usine Nouvelle » sur un échantillon de 931 personnes, représentatives de la population française âgée de plus de 18 ans, interrogées entre le 16 et le 18 novembre 2010. 32

P

eut-on imaginer une France sans usine ? Un pays réduit à un immense parc de loisirs? Impossible, répondent les Français. Dans le sondage exclusif réalisé par l’institut Ifop pour «L’Usine Nouvelle», c’est même une image radicalement opposée qui apparaît. Oui, les Français aiment leur industrie. Et ils entendent bien la défendre. 35 % d’entre eux la placent en tête des secteurs prioritaires à soutenir. «Devant l’agriculture, qui est un secteur traditionnellement chargé d’affectif pour l’opinion publique, juge Jérôme Fourquet, le directeur adjoint du département opinion de l’Ifop. Cela en dit beaucoup sur la cote d’amour du secteur!» Cet attachement, cette flamme, c’est celle que nous ont clamé les personnalités que nous avons interrogées. «Entre les crises et les évolutions technologiques, ce n’est pas un secteur de tout repos, mais je n’ai jamais regretté de m’y être engagé», reconnaît Patrick Pelata, le directeur général de Renault. Leur affection ne se nourrit pas seulement de nostalgie… elle s’appuie aussi sur des raisons objectives. Malgré la violence de la crise, l’industrie reste l’un des moteurs essentiels de l’économie française. Comme le rappelle Pierre Gattaz, le patron du GFI (lire l’entretien p.40), un emploi direct dans une usine génère deux emplois indirects. «Les salaires y sont aussi plus élevés, complète Gilles Le Blanc, professeur d’économie à Mines ParisTech. Pour obtenir le même pouvoir d’achat, il faut recréer 1,5emploi dans les services à la personne.» Enfin, l’industrie représente à elle seule plus de 70% des dépenses de R&D du pays. «Et 75% des exportations», conclut Elie Cohen, économiste au CNRS. «Il faut être fier de notre industrie! On a des ingénieurs très compétents, de très bonnes écoles», lance, comme une harangue, Patrick Bellity, le directeur général du groupe de fonderies Arche.

les fermetures de sites ont assombri son image

Fiers, ils le sont, mais inquiets aussi. Surtout pour son avenir. Neuf français sur dix jugent que ce secteur a beaucoup décliné ces dernières années. Une petite moitié seulement considère que la France a toujours sa place au rang des grandes nations industrielles. En toute logique, ce n’est donc pas le secteur professionnel qu’il conseillerait à leurs enfants. Les fermetures de sites en cascade depuis 2009 ont assombri l’image du secteur. «Quand on voit qu’il faut plusieurs années pour acquérir et développer un savoir-faire et juste quelques heures pour le détruire, cela inspire un profond désarroi», souligne


enquêtes

en couverture

Alain Mikli, président du fabricant de lunettes éponyme. « On est allé trop loin dans les délocalisations», confirme en écho Clara Gaymard, la présidente de General Electric, lors d’un colloque sur l’industrie européenne. Dans les statistiques, le glissement est palpable. En trente ans, la part de l’industrie dans le PIB est passée de près de 30% à 12,4% en 2009. L’emploi a suivi la même évolution, avec une perte de 1,2million d’emplois depuis 1987. Désindustrialisation? Pas si simple. La production en volume a doublé au cours des 25 dernières années et sa part dans la valeur ajoutée est restée stable, oscillant aux alentours de 17%. «Les industriels ont fait le choix de s’adapter en réduisant les coûts et leur main-d’œuvre pour se diriger vers l’entrée de gamme», juge Gilles Le Blanc. Là où leurs concurrents allemands ou italiens ont fait l’inverse en visant le haut de gamme. Pour soutenir l’industrie, les Français comptent sur… l’état. 61% d’entre eux souhaitent que les pouvoirs publics en fassent davantage pour soutenir le secteur. «On investit beaucoup de choses dans l’industrie, elle est devenue le refuge de la puissance», analyse Jérôme Fourquet. Pas étonnant dans ce contexte que la signature des grands contrats à l’exportation soit autant mis en avant par l’Elysée. Ce sont d’ailleurs les grandes réussites technologiques des Airbus, les centrales nucléaires d’Areva ou les TGV d’Alstom qui incarnent le mieux l’excellence industrielle à la française selon les sondés. Cette capacité de l’industrie a cristallisé les attentes et la fierté nationale n’a pas échappé aux politiques. Après deux décennies d’absence de stratégie industrielle, Nicolas Sarkozy s’est emparé du sujet. Il a lancé les états généraux de l’industrie et arrêté un catalogue de 23mesures… Elles sont censées doper de 25% la production industrielle française d’ici à 2015. De son côté, le parti socialiste travaille ferme et a déjà développé 54propositions. Pour Jérôme Fourquet, «nul doute qu’on reparlera de l’industrie, en prévision de la campagne de 2012.» ❚❚

«Mais il est en déclin… Diriez-vous que l’industrie a beaucoup décliné en France ces dernières années ?

plutôt d’accord

87 %

Plutôt pas d’accord

13 %

total

100 %

Diriez-vous que la France reste une grande puissance industrielle ?

plutôt pas d’accord

53 %

Plutôt d’accord

47 %

total

100 %

… et moyennement recommandable» conseilleriez-vous personnellement à l’un de vos enfants ou à un proche de travailler dans l’industrie ?

oui

52 %

non

48 %

total

100 %

airbus, champion de l’’excellence industrielle à la française pour vous, quelle entreprise représente le mieux l’excellence industrielle française ? (dix premières réponses) Ensemble (%)

airbus

10

areva

6

Renault

6

Psa (dont Peugeot et Citroën)

6

alstom

4

eaDs

4

Total

4

Dassault

3

eDF

3

l’oréal

2

l’usine nouvelle I N° 3216-3217 I 2 déCEmbrE 2010

Des avions, des fusées et des voitures. Les Français conservent une conception assez traditionnelle de l’industrie, représentée en priorité par les secteurs de pointe et l’industrie lourde. Sans grande surprise, c’est Airbus qui arrive en tête des entreprises qui incarnent le plus l’excellence du secteur pour les Français. Interrogé par « L’Usine Nouvelle », le président exécutif d’EAdS, Louis Gallois, « se dit totalement surpris » qu’Airbus soit un tel symbole pour les Français. « C’est une réussite, pas seulement française, dans laquelle notre pays a bien sûr joué un rôle très important. Le produit en lui-même est absolument superbe », a-t-il confié. Après l’avionneur, vient le fabricant de centrales nucléaires Areva, qui a aussi mené ces derniers mois une intense campagne TV. « Ce sont des secteurs qui conservent une part de rêve qui est très lié aux performances des ingénieurs », analyse Jérôme Fourquet, de l’Ifop. à l’inverse, l’agroalimentaire, qui est pourtant le plus important secteur industriel, arrive loin derrière (danone est en seizième position), tout comme le luxe. L’Oréal est le seul à se frayer un chemin dans le top 10 et LVmH pointe deux places plus loin. 33


enquêtes en couverture

l’industrie les fait vibrer Appelez des patrons, des économistes, un ministre, des intellectuels, des banquiers, des créateurs… et parlez-leur d’amour. Celui qu’ils portent à l’industrie et vous aurez des résultats étonnants ! Pour eux, elle est tour à tour une maîtresse exigeante, une mère nourricière, une compagne d’aventure… et plus que jamais une v��ritable machine à rêves !

loppement économique et comme source d’emplois directs et indirects. Malgré tout, pour préserver notre compétitivité, nos responsables politiques doivent encore progresser sur des sujets comme l’accès à l’énergie, les infrastructures de transport ou encore le droit du travail qui rend difficiles les nécessaires ajustements. Le crédit impôt recherche qui s’avère être une excellente mesure est régulièrement remis en cause et c’est bien dommage ! à nous industriels de nous affirmer davantage et d’exprimer avec plus de clarté ce que nous apportons à l’économie dans son ensemble. »

du concret

Pierre-andré de chalendar PdG de saint-Gobain

travail d’équipe

Bernard ramanantsoa directeur général du groupe HeC Paris «Quand je visite une usine, je suis fasciné par la sophistication des processus de fabrication, cela m’impressionne ! Dans mon imaginaire, l’industrie symbolise le travail en équipe. Même s’il existe ailleurs, il me paraît plus fort. L’industrie, c’est le côté profond de la culture d’un pays. Son histoire, mais aussi son avenir. Je ne peux pas imaginer ce pays sans industrie ! Il y a des limites au virtuel, au numérique, à la finance, au marketing. La technologie est un facteur clé de compétitivité ! »

avenir

olivier Ferrand Président de terra nova (think tank de gauche) « L’industrie est un élément clé de notre avenir. Mais, pour que la France reste une grande nation industrielle, il faut relancer l’investissement. Le grand emprunt doit être démultiplié, notamment en instaurant une règle budgétaire pour que, chaque année, l’équivalent de deux points du PIB soient investis dans des programmes d’avenir. En les sanctuarisant. Si l’état fixe les objectifs industriels, il doit laisser les entreprises à la manœuvre. »

ludovic/réa ; luc PErENoM

aventures humaines

Jean-Pierre clamadieu

PdG de rhodia «à titre personnel, je trouve que l’industrie offre la possibilité de vivre de superbes aventures humaines. J’ai le sentiment qu’avec la crise que nous avons traversée, la population comprend mieux son importance comme facteur de déve34

«J’aime l’industrie parce que c’est du concret, on fabrique des produits utiles. Et si sa place décline relativement en France, ce n’est pas parce que nous utilisons moins de produits, mais parce que la productivité industrielle a augmenté considérablement. L’industrie est fondamentale et je crois que la crise a remis les pendules à l’heure. Qui en sont les grands gagnants ? L’Allemagne et la Chine. Dans une situation de déséquilibres mondiaux, mieux vaut être pourvu d’une industrie forte car la corrélation est évidente avec la balance commerciale. La France se situe au milieu du gué. Je suis favorable à une réduction du coût du travail et à la TVA dite «antidélocalisation», d’autant que l’industrie a un rôle structurant dans le tissu social du pays. Une usine qui ouvre permet à toute une ville de développer des emplois indirects dans des hôtels, des commerces, des restaurants… »

Gènes

Jérôme Frantz directeur général de frantz electrolyse, président de la fédération des industries mécaniques «Dans la mécanique, nous avons un rapport quasi fusionnel avec nos métiers. J’ai le souvenir de mes parents et mes grands-parents déjà industriels et qui en étaient très fiers. Cela voulait dire envoyer des avions dans le ciel, des fusées dans l’espace, faire rouler les trains les plus rapides du monde. C’était un peu une image d’Epinal. Depuis trente ans, on nous explique qu’on n’a pas besoin d’industrie...


enquêtes

en couverture

Malgré cela, il y a toujours des usines en France même s’il y a un lent délitement. Ce délitement, c’est aussi celui d’une partie de l’identité française. Les Français sont des transformateurs dans l’âme, des créateurs d’énergie, des découvreurs de produits, de procédés innovants. On a ça dans les gènes, j’en suis persuadé ! »

Machine à rêves

mohammed oussedik secrétaire confédéral de la CGt en charge de l’industrie «L’industrie, depuis que je suis tout petit, c’est la machine à réaliser des rêves, aller sur la lune, se déplacer vite, améliorer le quotidien… Le moteur du rêve s’est un peu cassé dans les pays occidentaux. La répartition de richesse créée par l’industrie est devenue trop inégalitaire. Mais en Chine ou en Inde, l’industrie fait encore rêver car les gens veulent une voiture, accéder à plus de confort. Depuis trente ans, on a pensé aller vers une tertiarisation. Aujourd’hui, il nous manque un grand ministère de l’Industrie pour mettre les politiques en cohérence et travailler sur des projets mutualisés dans le transport comme dans l’énergie. écologie et industrie ne sont pas incompatibles. »

besoin de financement de long terme à l’image du cycle de développement de leur produit. Croyez-vous que Vincent Bolloré aurait pu développer son projet de voiture électrique sans le soutien sur la longue durée de son actionnariat familial ? A la Caisse des dépôts, nous voulons être des actionnaires pour sept ans au moins, pas pour sept mois. Il ne faut pas que la finance prenne le pas sur l’industrie. Mais penser qu’il peut y avoir des services sans industrie est aussi une faute de l’esprit. Aujourd’hui, il faut être aux côtés des entrepreneurs, pour les aider à innover et à mutualiser leur besoin en équipements. C’est ce que nous faisons avec le fonds France Brevets et avec l’enveloppe du grand emprunt dédiée aux pôles de compétitivité. »

agir

eric Besson Ministre chagé de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique

ingéniosité

« L’industrie, c’est cette ingéniosité, cette créativité mise en œuvre pour fabriquer aussi bien un verre qu’une voiture ou un avion. Prenez du sable, ajoutez-y du capital et le travail des hommes et vous obtenez de magnifiques verres. Cela m’a frappé lorsque j’ai visité La cristallerie d’Arques. Je suis très fier d’avoir construit avec Poweo la première centrale à gaz de France. Ne baissons pas les bras, continuons le combat pour l’industrie ! »

long terme

augustin de romanet, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations « Les industriels sont indispensables au développement durable et équilibré d’une nation. Et eux-mêmes, ils ont l’usine nouvelle i N° 3216-3217 i 2 décEMbrE 2010

«J’ai choisi de commencer ma carrière chez Renault Véhicules Industriels. Les premiers souvenirs que j’en ai, ce sont les usines (ex) Berliet de fabrication de camions: la forge, la fonderie, la catalyse et les ouvriers fiers de leur outil de travail. Ce sont de très bons souvenirs. J’aime profondément l’industrie. Je suis de ceux qui continuent de croire à l’alliance du progrès technique et du progrès social. Je ne crois pas aux sociétés post-industrielles. Je crois au lien entre industrie et croissance, entre industrie et richesse des nations. Si les Français, selon votre sondage, pensent que les pouvoirs publics ne soutiennent pas assez l’industrie, il ne sert à rien de tenter de leur expliquer que c’est faux, même si c’est faux! Il faut des actes, des filières structurées et puissantes. Des innovations marquantes et des emplois de qualité. Et s’ils n’ont pas envie de conseiller ce secteur à leurs enfants, on peut imaginer qu’ils ont de l’industrie une image qui fut vraie –et qui le reste partiellement– de pénibilité, de conditions de travail difficiles. Il faut leur montrer l’autre facette de l’industrie, celle des hautes technologies, d’ouvriers qualifiés qui pilotent des machines ultramodernes. Pour l’heure, l’excellence française se résume par les mots ou les marques de la réussite: nucléaire, TGV, Airbus, Ariane, industrie du luxe... à nous d’inventer les mots clés de demain dans les secteurs d’avenir: véhicules propres, biotechnologies, nanotechnologies, numérique...» 35

d.r. ; haMiltoN/réa ; Pascal sittlEr/rEa ; Nicolas tavErNiEr/rEa

charles BeigBeider Président d’agroGénération


enquêtes

Jean Paul GuIllOTeau/Rea

en couverture

Si vouS perdez l’induStrie, vouS perdez tout ! François Pérol est, depuis 2009, le président de BPCE, qui regroupe notamment les Caisses d’Epargne, les Banques populaires et Natixis. Cet énarque, qui fut successivement haut fonctionnaire, banquier, collaborateur de Nicolas Sarkozy à Bercy lors du sauvetage d’Alstom, puis secrétaire général adjoint de l’Elysée, en charge des affaires économiques, préside aussi depuis septembre dernier la Fédération bancaire française. ProPos recueillis Par laurent Guez

Un banquier comme vous aime-t-il l’industrie ? C’est notre métier ! Collecter l’épargne et la réinjecter dans le circuit économique, que ce soit dans l’industrie ou les services, c’est le rôle des banques. En particulier, avec les réseaux des Caisses d’Epargne et des Banques Populaires, BPCE est la première banque des PME, des TPE et des créateurs d’entreprise. Nous sommes le premier partenaire d’Oséo. Nous sommes aussi la banque des ETI et des grands groupes puisque Natixis est présent en financement, conseil et activités de marché. Nous comptons parmi nos clients Alstom, LVMH aussi bien qu’Imérys, Ingénico et mille autres encore... Par l’intermédiaire de nos banques régionales, nous finançons l’économie régionale. Par exemple, la Banque populaire des Alpes est très présente dans le décolletage. Comme nous sommes des banques coopératives, les secteurs d’activité sont représentés dans nos conseils d’administration. C’est à cet égard très différent d’une banque centralisée: autour de la table du conseil, vous trouvez des personna36

lités qui incarnent l’économie régionale et ont le souci que la banque y soit bien implantée. Financer l’industrie, est-ce moins rentable que financer d’autres activités ? Chez BPCE, nous raisonnons plutôt par secteurs : les télécoms, les transports, la métallurgie… Nous analysons les risques au cas par cas. Le fait d’être industriel n’entraîne pas de pénalités ! Pourtant, en 2009, de nombreux industriels se sont plaints des banquiers… encore plus que d’habitude ! Vous vous trompez, c’est en train de changer. Quand vous interrogez les dirigeants de PME, vous constatez que leur principale préoccupation n’est plus l’octroi de crédit, c’est leur chiffre d’affaires… Il y a bien eu un risque à la fin de l’année 2008, en raison des problèmes de liquidités. Mais grâce aux pouvoirs publics qui nous ont soutenus, à la mobilisation des banques et à la médiation du crédit, nous avons évité en France le credit crunch. Les encours de crédit ont même progressé de 3 % en 2009, alors que le PIB reculait de 2,6 %. Vous n’avez pas d’équivalent en Europe ! Vous connaissez bien l’industrie ? Vous y êtes attaché personnellement ? Je suis originaire du Creusot, en Saône-et-Loire, une ville construite autour d’une immense usine Schneider : CreusotLoire. « L’Usine », comme on l’appelait, a employé jusqu’à 10 000 personnes ! à l’entrée, il y avait un énorme marteaupilon à vapeur qui forgeait des pièces d’acier. à l’école, on nous apprenait qu’il était si précis qu’il pouvait se poser sur un œuf sans le casser, ou enfoncer délicatement le bouchon d’une bouteille de vin. Creusot-Loire était le poumon de la ville. Mon père, qui était médecin à l’Hôtel-Dieu du Creusot, soignait ses ouvriers et ses ingénieurs. Sur les églises de la ville, les saints portent les prénoms des fils de la famille Schneider. Et comment oublier que Le Creusot a été, en 1984, le théâtre de la plus grande faillite de l’histoire industrielle de la France. Après le choc pétrolier et la crise de la sidérurgie, l’entreprise n’avait pas su s’adapter. Heureusement, il reste aujourd’hui au Creusot des sites de Safran, d’Alstom ou encore d’Areva et plus généralement, en France, un tissu de capitalisme industriel familial avec des entreprises comme Michelin ou SEB. Au-delà de ce lien affectif, pensez-vous qu’il faille soutenir l’industrie ? Bien sûr. Pour moi, elle représente l’activité. Son enracinement est capital pour le pays. C’est le socle de l’économie. Si vous perdez l’industrie, vous perdez tout ! J’ai modestement contribué, à l’époque où je travaillais à Bercy avec Francis Mer puis avec le président de la République alors ministre de l’économie et des Finances, à l’entrée de l’état au capital d’Alstom. J’en ai fait de même avec les Chantiers de l’Atlantique (devenus STX), qui ont pu travailler pour la Défense nationale, dans le cadre du plan de relance. Puis à l’Elysée, avec le Président, j’ai contribué à renforcer le crédit impôt recherche. Oui, il faut soutenir l’industrie. Mais pour le faire, il faut garantir un environnement favorable. Le redressement des finances publiques, la réforme des universités sont autant de politiques qu’il faut mener ensemble pour développer notre industrie. ❚❚


enquêtes en couverture

Imaginaire

Patrick Bellity Directeur général du groupe de fonderies Arche

mières qui vont augmenter et des produits qui ne reviendront pas sur le territoire. Il faut donc trouver des produits à vendre. En inventant une nouvelle industrie qui sera un mix de composants, d’infrastructures, de logiciels. Le tout sur des domaines porteurs comme l’hôpital intelligent, la route intelligente, la ville intelligente. Cela correspond aux besoins de nos économies occidentales comme des émergents avec l’urbanisation du monde. »

Valeur ajoutée

«Quand on aime quelque chose, on l’aime avec ses sens. Pour l’industrie, c’est pareil. Je l’aime d’abord pour ses odeurs! Elles ressuscitent l’imaginaire du petit garçon que j’étais: celle du garage, de la mécanique, de la graisse quand on répare son vélo… Toucher l’engrenage en me demandant «comment at-il été fabriqué?». Dès 5 ans, j’aimais avoir le nez dans le capot ouvert d’une voiture. Parfois je me promène dans l’usine rien que pour sentir les odeurs, entendre les bruits, retrouver les sensations qui ont fait que j’ai choisi ce métier. Je peux en être très ému. Je m’imagine qu’avant il y avait un terrain vague… Et maintenant il y a un bâtiment avec des hommes et des femmes qui travaillent et fabriquent des pièces. Aimer l’industrie, c’est aimer les objets qui en sortent. Cela n’a rien à voir avec du matérialisme. C’est une aventure humaine !»

Priorité

louis Gallois Président d’EADS « Bien sûr qu’il faut aimer l’industrie ! Ce n’est pas trop difficile, car c’est un monde passionnant, on y retrouve tous les métiers. À travers elle, on a aussi une vision du monde tel qu’il se construit aujourd’hui. Et puis l’on voit que ce que l’on fabrique, c’est important. Je crois, bien sûr, profondément que l’industrie a toujours un avenir dans notre pays. Pour cela, la France doit faire des efforts sur le coût du travail notamment et par une politique industrielle qui passe, selon moi, par de grands projets au plan européen. L’industrie doit devenir une priorité nationale. Nous avons des atouts, c’est à partir de ces atouts que l’on doit travailler. »

Intelligence

élie cohen économiste au CNRS «Parce qu’elle représente 75 % des exportations, l’industrie est clé pour la nation et sa balance commerciale. Ne nous leurrons pas, il faut conserver une capacité d’exporter car, à l’avenir, nous continuerons d’importer des matières pre38

Patrick Pelata Directeur général de Renault «Entre crises et évolutions technologiques, l’industrie n’est pas un secteur de tout repos, mais je n’ai jamais regretté de m’y être engagé. J’ai commencé ma carrière dans la recherche. Mais j’étais lassé de réfléchir et d’écrire, je voulais agir ! Je ne crois pas que la France devienne majoritairement un pays de services. Comme nous savons le faire dans l’agriculture avec nos vins ou nos appellations contrôlées, notre industrie doit pouvoir s’appuyer sur des produits à haute valeur ajoutée. Dans une industrie toujours plus sophistiquée, l’ingénierie ne doit pas être considérée tel un service, mais comme une partie intégrante de la chaîne industrielle. Si l’on résume cette dernière à la fabrication, pilotée par les salaires et les charges sociales, la France peut difficilement prouver sa compétitivité. En s’intéressant à l’intégralité de la filière, de la conception à la logistique, elle peut, en revanche, révéler son efficacité. »

Courage

Gérard Mordillat Romancier et cinéaste (1)

«Dans l’industrie, j’aime le savoir ouvrier, l’intelligence de la tête et de la main du serrurier, du tourneur-fraiseur. Mais ce savoir est ignoré et méprisé, quand il y a des licenciements massifs. Autrefois, les patrons avaient une ambition industrielle très forte. Quand j’ai tourné « La Voix de son maître » en 1977, j’ai rencontré des industriels, comme le patron d’IBM, qui voulaient inventer et construire des produits performants, tout en ayant un souci réel pour le personnel. Depuis, les conseils d’administration se sont substitués aux


enquêtes

en couverture

(1) Auteur de la série «les Vivants et les morts» sur France 2. à paraître «Rouge dans la brume» chez Calmann lévy.

Socle

Gérard Mestrallet PDG de GDF Suez

« La récente crise porte un message clair : les services, en particulier les services financiers, ne pourront se développer durablement sans un socle industriel fort et moderne en prise avec la réalité. La France est l’un des pays occidentaux qui a fait le choix de conserver une industrie forte et il faut s’en féliciter. Son industrie a besoin de visibilité et de stabilité, notamment de son cadre fiscal, réglementaire et social. Sa pérennité et son développement dépendront de l’investissement en matière d’éducation, pour développer le potentiel des générations futures, mais aussi en matière d’infrastructures et de R&D. Ces efforts, s’ils sont continus, peuvent permettre à l’industrie française de garder un temps d’avance dans un monde de plus en plus concurrentiel. »

Aventure

PhiliPPe crouzet PDG de Vallourec « L’industrie a toujours été la source centrale de création de valeur dans nos sociétés. Sans industrie, pas ou peu de finance. Et que dire pour la recherche ? En devenant mondiale, elle reste un vrai terrain d’aventure et une affaire d’investissement à long terme. L’industrie a besoin de continuité. L’euro a été un progrès, car il a créé un cadre stable pour les décisions d’investissement en Europe. Il faut que ce cadre européen soit défendu. Elle doit aussi faire partie des priorités dans les politiques nationales. L’industrie peut apporter une contribution importante à l’emploi si elle ne subit pas un alourdissement insidieux de ses charges ou un tarissement de ses ressources financières. La compétitivité de l’industrie française doit devenir un thème de mobilisation. l’uSINE NouVEllE i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

«Il faut déringardiser l’industrie»

Jean-luc Mano Ancien patron de l’information de France 2, France Soir et BFM, Jean-luc Mano conseille aujourd’hui les grands patrons et les politiques sur leur image. Voici ses idées pour changer celle de l’industrie. «La première chose à faire, c’est de suggérer aux industriels d’arrêter de geindre. Cela peut émouvoir, mais ça ne donne pas envie. Ensuite, il faut qu’euxmêmes parlent de l’industrie et pas seulement de leurs résultats financiers. Comment remettre l’industrie à la mode ? En renouant avec la tradition ! Après-guerre, elle était en vogue grâce à la reconstruction. Les Français ont une pulsion vers l’universel, ils sont heureux quand ils jouent un rôle. Pour reconstruire de la puissance, il faut une industrie forte. On sort aujourd’hui de l’idée – au terme de six mandats présidentiels – que l’avenir du pays était la société de services et de loisirs. Or, l’industrie est identitaire pour la France. Sans ouvrier, sans ingénieur, ce n’est pas le même pays. Réaffirmons que la culture industrielle et la culture ouvrière sont constitutives de l’identité française. La culture du travail bien fait et de la compétence participe de la culture nationale. Une France sans industrie est une France en route vers les Baléares. Il faut remettre le bleu de travail à la mode ! Si j’observe les médias (à l’exception de « L’Usine Nouvelle »!), ils ne parlent de l’industrie que quand il n’y en a plus : fermeture ou grève. Les entreprises doivent apprendre à communiquer autour de leurs réussites, de leurs innovations, de leurs créations. Il faut déringardiser l’industrie. Bien sûr, on est fier de travailler chez Airbus ou chez Renault. Mais en règle générale, cette fierté n’est pas ressentie à l’extérieur. Elle n’a pas de voix. Ne s’expriment que les créateurs de « bulles », dans l’internet ou la high-tech. Ne vaut-il mieux pas être ouvrier ou ingénieur dans une usine que de travailler dans certaines sociétés internet ? Faire une voiture, n’est-ce pas mieux que de faire des blogs ? Il faut promouvoir le « matériel », mais dans une optique durable. Montrons aux ayatollahs verts que nous savons faire mieux qu’eux pour l’environnement. On peut mettre le bleu du travail au service du vert de l’écolo. L’avenir, ce n’est pas la diète. Enfin, et sans être nationaliste, je crois aux vertus du « made in France ». Il doit s’accompagner d’une ouverture sur l’Europe et sur le monde. Le béret, la franchouillardise, ce sont des images qui tuent. »

39

SebaStien OrtOLa/rea, deniS/rea, d.r.

chefs d’entreprise et la vision industrielle et humaine ambitieuse a disparu. Mais ce mouvement n’est pas inéluctable. Il faut avoir le courage politique de redonner aux industries le pouvoir qu’elles méritent et cesser de croire que c’est fini pour l’industrie en France ! »


enquêtes en couverture

Unique

Jean-Paul Herteman PDG de Safran «Ce qui est sûr, c’est que je n’ai jamais rêvé d’être financier ! L’industrie est un lieu unique où des talents variés et des couches sociales très différentes se côtoient. Nous pouvons être fiers de celle de notre pays, l’un des rares à conserver une maîtrise et une profondeur technologique de secteurs clés, comme l’automobile ou l’aéronautique. Les Français ne boudent pas leur industrie, ils la comprennent bien. Par exemple, j’ai un vrai dialogue avec mon comité d’entreprise sur l’ouverture internationale, ses membres comprennent mieux ses enjeux que l’intelligentsia parisienne des affaires.»

avons, chaque jour, 150 camions qui ramassent la production de 3 300 éleveurs dans des bassins de collecte de lait autour de nos cinq usines en France. Tout cela forme un tissu économico-socialo-industriel qui a une “empreinte emploi” de 10 000 personnes. »

Productivité micHel rollier Gérant de Michelin

Ressources humaines

gilles rolle / réa ; didier maillac / réa ; benoît decout / réa

Henri Proglio PDG d’EDF

« L’industrie est essentielle au développement économique et territorial. Notre pays doit être fier de son industrie et réciproquement. Les régions qui ont connu le plus fort essor en matière d’emploi ces dernières années sont celles où l’industrie a été la plus dynamique et a su s’adapter. Dans le nouveau paysage mondial et face à la pression des économies émergentes, l’industrie française doit s’appuyer sur deux atouts: l’innovation et la qualification. L’innovation est au cœur de l’aventure industrielle de n’importe quelle entreprise. Et il n’existe pas d’aventure industrielle qui ne soit pas avant tout une aventure humaine. Les ressources humaines, la qualification, la volonté de faire évoluer les organisations sont tout aussi essentielles. Une industrie forte et exportatrice s’adapte en permanence. »

Écosystème

StaniSlaS de gramont Directeur général de Danone produits frais France «Dans l’industrie, on oublie parfois de dire que nous sommes fiers de ce que nous sommes en affirmant la question de l’utilité de l’entreprise dans la société. Les entreprises ne se développent pas dans un désert, elles sont impliquées dans le développement de leur écosystème. Aujourd’hui, nous 40

«Dans l’industrie, il n’y a pas de place pour les individualistes. C’est un travail d’équipe, pas répétitif, contrairement à l’image que l’on en véhicule parfois. Nous sommes un peuple conservateur avec une vision passéiste de l’industrie. Nous rêvons d’une industrie qui n’existe plus. Nous regrettons l’époque où, pour faire une tonne de papier, il fallait dix ouvriers. En France, nous sommes plus focalisés sur les emplois qui disparaissent que sur ceux que l’on crée. Il y a pourtant d’autres industries qui émergent et il faut avoir le plaisir de les voir émerger. Avoir l’honnêteté de se dire que c’est normal qu’il y ait moins de gens qui travaillent dans les secteurs traditionnels. Dans notre pays, la productivité est vécue comme une menace. Mais aujourd’hui, nous pouvons faire plus avec moins de personnes. Chez Michelin, si nous avions la même productivité qu’il y a trente ans, nos pneus coûteraient deux à trois fois plus cher. C’est à ce prix que la France peut être compétitive face à des pays où les salaires sont bas. Mais cela demande des efforts, de grands efforts de la part de tout le monde : des industriels, de l’État et des partenaires sociaux. Ils doivent comprendre que pour garder une usine en France, la clé, c’est la productivité. »

Bouleversements

Jean-PaScal tricoire Président du directoire de Schneider Electric « La France a besoin de son industrie. Elle est mère de sa recherche et finance une large part des services publics. Son environnement s’est transformé au cours de la dernière décennie en raison de la globalisation, du renouvellement accéléré des technologies et des produits, de la brutalité des cycles économiques. Ces bouleversements changent radicalement la donne. Certaines réformes vont dans une très bonne direc-


enquêtes

en couverture

tion: le crédit d’impôt recherche, la transformation de la taxe professionnelle, les pôles de compétitivité, le grand emprunt et les états généraux de l’industrie. Plus de simplicité, de flexibilité, d’éducation ciblée sur les besoins, plus de compréhension aussi par la société… Voilà le soutien dont l’industrie a besoin pour faire son travail d’entrepreneur. »

Des jeunes fascinés mais pas attirés

Citoyens du monde

innovation

tHierry de la tour d’artaiSe PDG du Groupe SEB

«L’industrie, malgré ce que certains annonçaient à la fin du siècle dernier, a toujours un rôle crucial à jouer dans l’économie du XXIe siècle, qui ne saurait être exclusivement une économie de services. Source d’émulation, elle fait coopérer des compétences et des profils très divers avec un objectif commun : innover. Pour réussir dans le paysage concurrentiel actuel, il faut être capable de satisfaire nos clients le mieux possible, le plus vite possible et avec l’empreinte carbone la plus faible possible. Les entreprises françaises doivent être pragmatiques et ambitieuses, se concentrer sur les produits à forte valeur ajoutée, les secteurs rentables et savoir sortir des frontières pour capter la croissance des nouveaux marchés et ceci bien sûr par l’innovation. » l’USinE noUvEllE i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

Nous sommes allés à la rencontre des futurs ingénieurs pour connaître leur vision de l’industrie. Pour ces étudiants aux Arts et Métiers Paristech, ce secteur est une réalité assez lointaine qui ne fait rêver qu’à travers ses petites sociétés et sa R &D. l’industrie, les élèves ingénieurs de l’école des arts et métiers Paristech ne la connaissent pas intimement. leur vision se limite à ce qu’ils ont pu constater lors de leurs différents stages. raphaël, en troisième année, a toujours voulu travailler dans l’industrie. mais lors de son premier stage, il est tombé de haut : « J’étais dans la construction, ça ne m’a pas plu. J’en ai fait un deuxième, dans l’automobile et là, j’ai compris que je n’aimais pas du tout la production. trop de pression sur les gens. » aujourd’hui, il regarde du côté de l’artisanat, « pour être mon propre maître ». antoine, lui non plus, ne souhaite pas intégrer un grand groupe. ce qu’il aime dans l’industrie, « c’est le fait de fabriquer des choses, de leur apporter une valeur ajoutée ». marion, diplômée d’une école de design et qui suit le master innovation conception, avoue avoir peur du monde de l’industrie. « il paraît d’une grande complexité et en déclin. Je ne sais plus s’il m’intéresse », reconnaît-elle. Pour Philippe, son copain de promo, « il y a beaucoup d’inertie dans l’industrie, mais aussi beaucoup de bouillonnement dans la recherche, et c’est là que je veux être ». Jean-sébastien, en thèse cifre au sein d’une start-up innovante, eos imaging (biomécanique), a « l’intention de partir dans l’industrie, en r & d, pour produire des choses vraiment utilisables, insérées dans l’économie de marché ». matthias, en troisième année, est « passionné par la fabrication » : « Voir tourner une usine, des machines produire des choses, est captivant ! dans l’horlogerie de luxe, où je travaille, il y a une recherche de qualité maximale. c’est un défi intéressant. »

denis / réa ; Pascal guittet ; luc Perenom

cHriStoPHe de margerie PDG de Total «Dans l’industrie, on innove tous les jours, on se remet en question, on doute, il faut constamment s’améliorer. Nous sommes souvent confrontés à des situations contradictoires comme satisfaire nos clients tout en tenant compte des contraintes environnementales. On prend des risques, on travaille sur le long terme dans un monde qui fonctionne seulement sur l’immédiateté… Ce n’est pas toujours facile, mais quel bonheur quand cela aboutit! Je crois qu’en France, ce dont nous avons le plus besoin, c’est de nous ouvrir vers l’extérieur. Le monde existe autour de nous. L’industrie pétrolière nous rappelle que nous n’en sommes pas le centre, mais qu’une petite partie. Nous sommes obligés d’en tenir compte. Au fond, nous sommes citoyens du monde. En termes de responsabilité, c’est une notion qui me convient. »

vous êtes attaché à l’industrie ? Témoignez sur usinenouvelle.com

41


enquêtes organisation

Nautisme

Bénéteau, la nouvelle vague

le poiré-sur-vie

C’est une spectaculaire remise à flots. Fort d’une croissance et d’une rentabilité retrouvées, Bénéteau achève une véritable mue: passer d’une fabrication semi-artisanale à un process industriel. Récit d’une transformation inspirée de l’automobile. reportage / adrien CahuzaC

D

es arbres et des champs verdoyants. Une large voie express qui fend le paysage. De grands bâtiments blancs en apparence paisible qui s’étirent sur 300 000 m2 de terrain. C’est ici, à une dizaine de kilomètres Conception 3D, lean et composants communs… pour éviter de chavirer. de La-Roche-sur-Yon, que le groupe Bénéteau a implanté le symbole de sa mutation industrielle. Construit entre 2004 et 2007 en plein bocage vendéen, à une trentaine de kilomètres du premier port, ce site est la vitrine de la transfor- Bénéteau a toutefois pris du temps. Plus que chez certains mation du leader mondial du nautisme. Robotisation, lean concurrents. L’allemand Bavaria, par exemple, s’était fait manufacturing, standardisation des composants, flexibilité fort dès le début des années 2000 d’automatiser et de des chaînes de production… Le groupe est passé, en trois standardiser à outrance sa production, mais autour d’une années, du statut de semi-artisan à celui de vérigamme très resserrée. Chez le français, la prise table industriel, en appliquant des méthodes et de conscience a été plus tardive. Mais elle a retour en force des techniques de pointe inspirée des meilleurs, englobé l’ensemble du processus de conception ● 779 millions d’euros de chiffre d’affaires en notamment dans l’automobile. d’un bateau. Y compris les bureaux d’études. à 2009-2010 (+ 18,2 %) Coupée en deux par la route qui sert de frontière Dompierre-sur-Yon, 120 personnes, dont une ● 31 millions d’euros aux communes de Dompierre-sur-Yon et du dizaine en programmation, mettent au point de résultat net, contre Poiré-sur-Vie, cette usine, d’où sortent chaque les « prototypes », c’est-à-dire les formes et les 10,4 millions de perte année 700 voiliers de croisière, n’a pas cherché à moules qui serviront à la production en série. en 2008-2009 singer les systèmes de production existant. Selon Depuis cinq ans, toute la conception y est réali● 5 000 salariés, le directeur industriel, Paul Rampini, Bénéteau sée en trois dimensions. Le groupe a adopté le dont 4 500 en France s’est forgé seul son nouveau visage industriel. logiciel Catia version 5, développé par Dassault ● six marques « Nous avons tout imaginé nous-mêmes, en Systèmes. « Les fichiers numériques que nous Bénéteau, Jeanneau, Lagoon, Prestige, nous fondant sur l’expérience, les idées et les recevons des bureaux d’études sont traités par Monte-Carlo Yachts remontées de terrain de tous nos collaborateurs. nos outils de gestion de cycle de vie des produits et CNB Et le process d’amélioration est continu », a-t-il (PLM), explique Luc Gigaud, le responsable de martelé à plusieurs reprises lors de notre visite. l’atelier prototype et moulage. Nous pouvons L’expérience a été tellement concluante qu’elle a incité la ainsi modéliser des surfaces complexes, optimiser les pièces direction industrielle à débloquer 100 millions d’euros, en matériaux composites et explorer différentes solutions notamment pour mettre à niveau les 19 autres usines de techniques. » Surtout, les délais de développement d’un plaisance du groupe à partir de 2011. bateau ont été sérieusement raccourcis. Grâce au logiciel, six mois ont été gagnés depuis le début des années 2000 plusieurs modèles sur une même ligne sur la phase de développement. Neuf à douze mois sont Avec un nombre très important de marques (six) et de aujourd’hui nécessaires pour concevoir un nouveau modèle, modèles (une centaine), l’optimisation industrielle de depuis le brief marketing jusqu’à la phase industrielle. 42


enquêtes

organisation

la vraie Bonne idée

Photos NiCoLas CLaris

une couleur, un modèle Bleu pour un 34 pieds, rouge pour un 37 pieds, vert pour un 40 pieds ou jaune pour un 43 pieds. depuis novembre 2008, toutes les pièces et tous les composants associés à un modèle de bateau sont munis d’étiquettes d’une couleur spécifique ou transportés sur des supports et des chariots peints de cette même couleur. «Chaque opérateur sait d’un coup d’œil qu’il doit préparer les pièces pour un modèle particulier, explique Paul rampini. Nous pouvons ainsi mixer sur la ligne d’assemblage huit références de bateaux, déclinées chacune entre deux et quatre versions, de façon fluide et éviter les erreurs.» Une méthode simple mais efficace, «imaginée de façon collégiale en interne», insiste le directeur industriel de la division plaisance du groupe. et qui a permis de raccourcir les cycles de fabrication. Le takt time de la ligne (la vitesse idéale de production) est passé de 7h30 en 2004, à 2h30 depuis mars 2010. L’objectif est de descendre à 1h50 en avril 2011. Un record dans le secteur.

à la manière de ce qui se pratique dans l’automobile, les composants « cachés » ont aussi été mis en commun pour les deux principales marques du groupe : Bénéteau et Jeanneau. Entamé à partir de 1996 avec le rachat de Jeanneau, ce développement de briques communes a fait un grand pas en 2007, avec la naissance de BJ Technology. Installés à quelques dizaines de mètres de l’atelier des prototypes, une centaine de collaborateurs conçoivent les composants et circuits d’eau et d’électricité partagés par les deux marques. «Cela permet d’optimiser les coûts et de fiabiliser les produits », justifie Paul Rampini, le directeur général chargé de l’industrie de la division plaisance du groupe. Au final, le design, les matériaux et les aménagements intérieurs et extérieurs des embarcations restent propres à chaque marque. Au stade du moulage, d’autres outils ont permis de gagner du temps. L’arrivée, il y a un an, d’une seconde machine d’usinage à cinq axes a permis de réaliser de plus en plus de tâches en parallèle. «Nous n’attendons plus de finir un moule pour faire un contre-moule. Le pont et le contre-pont sont usinés en même temps», se félicite Luc Gigaud, le responsable de l’atelier prototype et moulage. Les gains de productivité sont éloquents: quatre mois seulement pour obtenir un moule de pont, contre huit il y a dix ans. Au final, on ne compte plus que onze heures de travail par m2 pour les phases de ponçage, d’apprêt, de laque, de lustrage et de finition des formes, contre trente heures il y a cinq ans. Et la tendance va encore s’accélérer. « D’ici à trois ans, toutes les tâches seront effectuées en parallèle », se réjouit l’usiNe Nouvelle i N° 3216-3217 i 2 déCeMBre 2010

le responsable de l’atelier. Pour augmenter les cadences d’assemblage, plusieurs moules peuvent être fabriqués pour une même pièce de bateau. « à partir d’une forme, nous fabriquons jusqu’à quatre moules, dont un pour l’usine américaine », souligne Luc Gigaud. Avantage : un même modèle de bateau peut être produit sur plusieurs lignes. Depuis deux ans, le site est également doté d’un atelier dédié à l’injection à basse pression, une technique particulière de moulage des ponts permettant de supprimer les émissions de composés organiques volatiles et d’obtenir des surfaces parfaitement finies des deux côtés. Très automatisé, il dispose de robots pour l’application des gelcoats (résine) et l’ébarbage des ponts.

Tous convertis

La ligne d’assemblage n’échappe pas non plus aux gains de productivité. De l’autre côté de la voie express, au Poirésur-Vie, trois voiliers de 30 à 45 pieds (9 à 14 mètres) sont fabriqués chaque jour. Et quatre à partir d’avril 2011. Dans ces 32000m2 de bâtiments ultra-propres et étonnamment silencieux, 260 salariés se sont convertis au lean manufacturing depuis septembre 2008. Avec une méthode maison baptisée CAP pour «confort, amélioration continue et performance ». Elle permet de réduire les temps de fabrication en simplifiant au maximum les tâches. « Par rapport à une organisation classique, nous avons déjà gagné 20 % d’efficacité et finalisons une nouvelle amélioration de 20 %», assure, satisfait, Bruno Delage, le directeur du site. 43


enquêtes organisation

“Confort, amélioration continue et performance”. le lean manufacturing selon Bénéteau.

Pour accélérer le montage et réduire les erreurs, la direction a opté pour un système de code de couleurs très simple : une couleur est attribuée à chaque modèle (lire page 41). Autre innovation mise en place: l’assemblage ne se fait plus en ligne, mais avec des bateaux placés côte à côte. « De cette manière,

nous mixons des tailles plus importantes de bateaux, avec 10 à 15 pieds d’amplitude», détaille Paul Rampini. Historiquement associée à la marque Bénéteau, l’usine vient d’accueillir son premier bateau Jeanneau, un Sun Odyssey 33, fabriqué sur la même ligne que les Océanis de Bénéteau. Ces changements industriels ne se font pas sans douleur pour les salariés. Beaucoup y voient la cause de la suppression de nombreux postes en 2009. «La crise a été un prétexte», explique la CGT. Pourtant, le chantier assure avoir limité la casse le plus possible, notamment grâce au lancement d’une activité de maison en bois. Résultat: le groupe n’a procédé qu’à 600 départs pour un sureffectif évalué à l’époque à 1590 personnes. «Nous avons aussi basculé une partie de l’effectif de production vers les prototypes pendant la crise, complète Paul Rampini. Nous avons pu lancer 29 modèles la saison dernière, un record absolu. Et ainsi anticiper la page SuiVante reprise ». Mais les nouvelles méthodes Yves rocher fait pousser de travail du groupe inquiètent. «Le lean ses cosmétiques engendre la simplification des tâches, avec des effets négatifs, comme l’augmentation des troubles musculo-squelettiques», commente Patrick Boucard, délégué CGT. Il n’empêche. Si Bénéteau doit encore convaincre certains salariés des bienfaits de son système CAP, il lui a permis de conserver une bonne longueur d’avance sur ses concurrents. Faute d’avoir atteint une certaine taille critique, eux sont encore contraints d’en rester à des méthodes artisanales. ❚❚

NiCoLas CLaris ; d.r.

ils rament derrière lui Bavaria (allemagne) eN perTe De viTesse

Dufour YaCHTs (france) eN maNque De moYeNs

HaNseGroup (allemagne) eN muTaTioN

Chiffre d’affaires 2009-2010 130 millions d’euros (estimation) effectif 550 salariés

Chiffre d’affaires 2009-2010 70 millions d’euros (estimation) effectif 600 salariés

Chiffre d’affaires 2009-2010 73,2 millions d’euros effectif 700 salariés

Précurseur de la production standardisée, voire low-cost, au début des années 2000, Bavaria s’est beaucoup endetté pour financer ses investissements. avec des ventes divisées par deux en trois ans et une valse de dirigeants suite au départ du fondateur, il apparaît fragilisé. à la recherche d’une taille critique, il a déposé une offre en novembre pour entrer au capital du holding de dufour.

Numéro trois mondial et numéro deux français des voiliers, il est pourtant loin derrière Bénéteau en taille. racheté par l’italien Cantiere del Pardo en 2001, le chantier rochelais est réputé pour la qualité de ses bateaux, mais souffre d’un manque de moyens pour se redéployer après le tsunami de la crise. il cherche actuellement des financements.

indissociable de son fondateur et PdG Michael schmidt, le jeune groupe, né en 1993, s’est beaucoup diversifié ces dernières années en rachetant des chantiers aussi différents que l’anglais Moody ou l’allemand dehler. Connu pour ses voiliers plus tendances que ceux de Bénéteau, il pourrait s’appuyer sur le marché boursier pour lever les fonds nécessaires à son développement.

44


enquêtes en couverture

Il faut une unIon sacrée pour l’IndustrIe Pierre Gattaz, 50 ans, président du Groupe des fédérations industrielles (GFI), est convaincu que la France a un avenir industriel. Il appelle le gouvernement à mettre en œuvre très vite le plan de Nicolas Sarkozy, annoncé lors des états généraux de l’industrie. ProPos recueillis Par ThibauT De Jaegher eT laurenT guez

Si vous deviez vendre à un client le produit « industrie », vous lui diriez quoi ? Je lui dirais qu’elle est à la base de toute activité. Une compagnie aérienne, un service internet, une chaîne de télé, une carte bancaire, un Vélib’, un coiffeur… Derrière chacun de ces services, il y a un produit, et donc un industriel que se cache ! Prenez Google, il utilise des réseaux à haut débit, des équipements, des composants optiques, une énorme quantité d’énergie... Tout ça, on ne le voit pas. Idem pour Apple. L’utilisateur connaît iTunes, mais il y a une foule de talents mis en œuvre, par exemple pour miniaturiser les semi-conducteurs. Si je devais vendre à un client le produit «industrie», je lui dirais aussi que le combat pour la défendre est fondamental. Si on réduit son emprise, c’est la création de richesses et d’emplois que l’on amenuise. L’industrie est là pour générer du progrès social et sociétal. Cette vision, ce n’est pas exactement l’image que s’en fait le grand public… Y a-t-il un désamour ? Non, plutôt une indifférence négative. L’éducation nationale enseigne le social, pas l’économie. On parle mal de l’industrie en France, très mal. Et puis, le pays a pris des 42

coups dans la mondialisation. Il y a eu beaucoup de casse dans certaines filières d’excellence pour la France, comme les télécoms. Ces dix dernières années, nous avons perdu 70 000 emplois industriels. Et nous avons beaucoup fermé sans rien recréer derrière. Des grands patrons ont touché des millions avec des stock-options. Un grand industriel a vanté les mérites du « fabless », c’est-à-dire l’industrie sans usine ! Les Français doivent comprendre que l’entreprise est un joyau. Et que l’entreprise industrielle est un démultiplicateur de croissance. L’industrie a un extraordinaire effet d’entraînement. Pour un emploi direct créé, on en génère deux indirects. Et encore, il faut compter tout l’écosystème. Autour d’une usine gravite une nuée de consultants : en RH, en finance, en fiscalité… Chez Airbus, une usine de 10 000 salariés alimente un écosystème de fournisseurs de 100 000 à 150 000 personnes. Un rapport de 1 à 10 ou de 1 à 15, c’est considérable ! Les industriels eux-mêmes sont-ils aussi convaincus que vous ? Les industriels ont été très touchés ces vingt dernières années. Les 35 heures, les charges, l’ISF qui les a empêchés de transmettre leur entreprise… Quels que soient les gouvernements, ils ont eu le sentiment d’être incompris et abandonnés. Il nous a manqué une politique industrielle. Même aux états-Unis, le pays le plus libéral au monde, il y a eu une vision de l’état. On nous a servi un baratin sur l’économie virtuelle. En France, en revanche, nous avons perdu l’amour de fabriquer des beaux produits, cette fierté d’être industriel qu’il nous faut retrouver. La France a-t-elle encore un avenir industriel ? Oui ! Nous avons tout pour plaire : une forte capacité d’innovation et de créativité. Nous avons une culture industrielle forte. Elle permet d’avancer et d’être compétitif, d’avoir des champions du monde dans certaines catégories. L’industrie se travaille dans la durée. C’est comme une montagne à gravir. A chaque pas, vous vous renforcez et vous pouvez vous développer. Ce n’est pas un sprint, plutôt un marathon. Et la course est de plus en plus éprouvante… C’est vrai que l’industrie aujourd’hui relève plus de la pêche hauturière que de la pêche côtière. Elle ne navigue plus sur de petites mers mais sur des océans où elle doit être capable d’affronter des vagues avec des creux de plusieurs mètres. L’innovation, multiforme et compétitive, peut nous permettre de relever tous les combats futurs, notamment dans les pays émergents. Dans mon entreprise, Radiall, nous participons au satellite chinois. Il ne faut pas avoir peur même s’ils vont acquérir nos technologies via des joint-ventures. A nous, en parallèle, de continuer à travailler. Quels leviers a-t-on à notre disposition pour garder ce coup d’avance ? Chez Radiall, nous avons gagné des points de productivité par l’excellence industrielle, grâce au « lean ». Et cela, alors même que les prix baissaient de 5 %. On aurait pu choisir de tout mettre en pays low cost. Mais nous avons préféré miser sur l’innovation de process, de matériaux, sur le supply-chain management pour conserver nos productions en France… C’est la leçon de notre grand frère allemand. Etre intégré permet de maîtriser la qualité, les coûts et les délais.


enquêtes

en couverture

photos r. dautigny pour « l’usine nouvelle »

Prenez Rohde & Schwarz, l’archétype de la société allemande familiale. Ce fabricant de bancs et d’analyseurs de spectre fait tout à Munich, de la R & D à la production, y compris la mécanique. Chez Radiall, on voudrait tout intégrer sur ce modèle... Qu’est-ce qui vous en empêche ? L’environnement est encore lourd. La réglementation est un peu étouffante. Il faudrait la rendre plus « pro-industrielle », plus «pro-économie». Les chefs d’entreprise ont envie de recruter mais s’interrogent toujours : si ça tourne mal, et qu’il faut licencier, ils se disent que ça va prendre dix-huit mois, ils doivent respecter le livre III, le livre IV du code du Travail, ils craignent de se faire séquestrer... Je vous assure que les dirigeants ont la trouille d’embaucher. Et puis, il y a le problème des prélèvements obligatoires. Qu’attendez-vous du nouveau ministre de l’industrie Eric Besson ? J’attends la mise en œuvre de tout le discours de Nicolas Sarkozy après les états généraux de l’industrie. Sur 900 propositions, 23grandes mesures ont été retenues. Il faut maintenant exécuter le plan, passer à l’action. Avec, d’après moi, trois priorités fondamentales. La première, c’est la compétitivité, avec notamment la baisse des prélèvements obligatoires sur les entreprises. Nous avons besoin d’air ! La deuxième, c’est la croissance. Nous avons besoin d’avenir ! La troisième, c’est la reconnaissance. Nous avons besoin d’amour ! Il faut en finir avec l’idée que les industriels licencient pour gagner plus d’argent. On crée des usines, on forme des jeunes, de toutes conditions et de toutes races, on fait vivre des familles. Il faut une union sacrée pour l’industrie. C’est-à-dire ? Que tout le monde se rassemble, ouvriers, employés de bureau, professeurs de médecine, commerçants, entrepreneurs, avocats ou banquiers. Ces derniers ne sont pas là pendant les crises, ils ne font pas Page suiVanTe Bénéteau, la nouvelle vague leur boulot – j’en ai fait personnellement l’expérience l’an dernier. L’industrie, c’est formidable, ça touche aux sciences, aux matériaux, à l’énergie, à la mécanique. Il faut une ambition pour le pays, il faut aussi réhumaniser l’industrie. Sans doute ne faisons-nous pas assez rêver. Nous sommes adorables, mais trop ingénieurs… Il y a beaucoup à faire pour faire aimer l’industrie et partir à la conquête des pays émergents ! ❚❚

L’uSinE nouvELLE i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

43


enquêtes organisation

Nautisme

Bénéteau, la nouvelle vague

le poiré-sur-vie

C’est une spectaculaire remise à flots. Fort d’une croissance et d’une rentabilité retrouvées, Bénéteau achève une véritable mue: passer d’une fabrication semi-artisanale à un process industriel. Récit d’une transformation inspirée de l’automobile. reportage / adrien CahuzaC

D

es arbres et des champs verdoyants. Une large voie express qui fend le paysage. De grands bâtiments blancs en apparence paisible qui s’étirent sur 300 000 m2 de terrain. C’est ici, à une dizaine de kilomètres Conception 3D, lean et composants communs… pour éviter de chavirer. de La-Roche-sur-Yon, que le groupe Bénéteau a implanté le symbole de sa mutation industrielle. Construit entre 2004 et 2007 en plein bocage vendéen, à une trentaine de kilomètres du premier port, ce site est la vitrine de la transfor- Bénéteau a toutefois pris du temps. Plus que chez certains mation du leader mondial du nautisme. Robotisation, lean concurrents. L’allemand Bavaria, par exemple, s’était fait manufacturing, standardisation des composants, flexibilité fort dès le début des années 2000 d’automatiser et de des chaînes de production… Le groupe est passé, en trois standardiser à outrance sa production, mais autour d’une années, du statut de semi-artisan à celui de vérigamme très resserrée. Chez le français, la prise table industriel, en appliquant des méthodes et de conscience a été plus tardive. Mais elle a retour en force des techniques de pointe inspirée des meilleurs, englobé l’ensemble du processus de conception ● 779 millions d’euros de chiffre d’affaires en notamment dans l’automobile. d’un bateau. Y compris les bureaux d’études. à 2009-2010 (+ 18,2 %) Coupée en deux par la route qui sert de frontière Dompierre-sur-Yon, 120 personnes, dont une ● 31 millions d’euros aux communes de Dompierre-sur-Yon et du dizaine en programmation, mettent au point de résultat net, contre Poiré-sur-Vie, cette usine, d’où sortent chaque les « prototypes », c’est-à-dire les formes et les 10,4 millions de perte année 700 voiliers de croisière, n’a pas cherché à moules qui serviront à la production en série. en 2008-2009 singer les systèmes de production existant. Selon Depuis cinq ans, toute la conception y est réali● 5 000 salariés, le directeur industriel, Paul Rampini, Bénéteau sée en trois dimensions. Le groupe a adopté le dont 4 500 en France s’est forgé seul son nouveau visage industriel. logiciel Catia version 5, développé par Dassault ● six marques « Nous avons tout imaginé nous-mêmes, en Systèmes. « Les fichiers numériques que nous Bénéteau, Jeanneau, Lagoon, Prestige, nous fondant sur l’expérience, les idées et les recevons des bureaux d’études sont traités par Monte-Carlo Yachts remontées de terrain de tous nos collaborateurs. nos outils de gestion de cycle de vie des produits et CNB Et le process d’amélioration est continu », a-t-il (PLM), explique Luc Gigaud, le responsable de martelé à plusieurs reprises lors de notre visite. l’atelier prototype et moulage. Nous pouvons L’expérience a été tellement concluante qu’elle a incité la ainsi modéliser des surfaces complexes, optimiser les pièces direction industrielle à débloquer 100 millions d’euros, en matériaux composites et explorer différentes solutions notamment pour mettre à niveau les 19 autres usines de techniques. » Surtout, les délais de développement d’un plaisance du groupe à partir de 2011. bateau ont été sérieusement raccourcis. Grâce au logiciel, six mois ont été gagnés depuis le début des années 2000 plusieurs modèles sur une même ligne sur la phase de développement. Neuf à douze mois sont Avec un nombre très important de marques (six) et de aujourd’hui nécessaires pour concevoir un nouveau modèle, modèles (une centaine), l’optimisation industrielle de depuis le brief marketing jusqu’à la phase industrielle. 44


enquêtes

organisation

la vraie Bonne idée

Photos NiCoLas CLaris

une couleur, un modèle Bleu pour un 34 pieds, rouge pour un 37 pieds, vert pour un 40 pieds ou jaune pour un 43 pieds. depuis novembre 2008, toutes les pièces et tous les composants associés à un modèle de bateau sont munis d’étiquettes d’une couleur spécifique ou transportés sur des supports et des chariots peints de cette même couleur. «Chaque opérateur sait d’un coup d’œil qu’il doit préparer les pièces pour un modèle particulier, explique Paul rampini. Nous pouvons ainsi mixer sur la ligne d’assemblage huit références de bateaux, déclinées chacune entre deux et quatre versions, de façon fluide et éviter les erreurs.» Une méthode simple mais efficace, «imaginée de façon collégiale en interne», insiste le directeur industriel de la division plaisance du groupe. et qui a permis de raccourcir les cycles de fabrication. Le takt time de la ligne (la vitesse idéale de production) est passé de 7h30 en 2004, à 2h30 depuis mars 2010. L’objectif est de descendre à 1h50 en avril 2011. Un record dans le secteur.

à la manière de ce qui se pratique dans l’automobile, les composants « cachés » ont aussi été mis en commun pour les deux principales marques du groupe : Bénéteau et Jeanneau. Entamé à partir de 1996 avec le rachat de Jeanneau, ce développement de briques communes a fait un grand pas en 2007, avec la naissance de BJ Technology. Installés à quelques dizaines de mètres de l’atelier des prototypes, une centaine de collaborateurs conçoivent les composants et circuits d’eau et d’électricité partagés par les deux marques. «Cela permet d’optimiser les coûts et de fiabiliser les produits », justifie Paul Rampini, le directeur général chargé de l’industrie de la division plaisance du groupe. Au final, le design, les matériaux et les aménagements intérieurs et extérieurs des embarcations restent propres à chaque marque. Au stade du moulage, d’autres outils ont permis de gagner du temps. L’arrivée, il y a un an, d’une seconde machine d’usinage à cinq axes a permis de réaliser de plus en plus de tâches en parallèle. «Nous n’attendons plus de finir un moule pour faire un contre-moule. Le pont et le contre-pont sont usinés en même temps», se félicite Luc Gigaud, le responsable de l’atelier prototype et moulage. Les gains de productivité sont éloquents: quatre mois seulement pour obtenir un moule de pont, contre huit il y a dix ans. Au final, on ne compte plus que onze heures de travail par m2 pour les phases de ponçage, d’apprêt, de laque, de lustrage et de finition des formes, contre trente heures il y a cinq ans. Et la tendance va encore s’accélérer. « D’ici à trois ans, toutes les tâches seront effectuées en parallèle », se réjouit l’usiNe Nouvelle i N° 3216-3217 i 2 déCeMBre 2010

le responsable de l’atelier. Pour augmenter les cadences d’assemblage, plusieurs moules peuvent être fabriqués pour une même pièce de bateau. « à partir d’une forme, nous fabriquons jusqu’à quatre moules, dont un pour l’usine américaine », souligne Luc Gigaud. Avantage : un même modèle de bateau peut être produit sur plusieurs lignes. Depuis deux ans, le site est également doté d’un atelier dédié à l’injection à basse pression, une technique particulière de moulage des ponts permettant de supprimer les émissions de composés organiques volatiles et d’obtenir des surfaces parfaitement finies des deux côtés. Très automatisé, il dispose de robots pour l’application des gelcoats (résine) et l’ébarbage des ponts.

Tous convertis

La ligne d’assemblage n’échappe pas non plus aux gains de productivité. De l’autre côté de la voie express, au Poirésur-Vie, trois voiliers de 30 à 45 pieds (9 à 14 mètres) sont fabriqués chaque jour. Et quatre à partir d’avril 2011. Dans ces 32000m2 de bâtiments ultra-propres et étonnamment silencieux, 260 salariés se sont convertis au lean manufacturing depuis septembre 2008. Avec une méthode maison baptisée CAP pour «confort, amélioration continue et performance ». Elle permet de réduire les temps de fabrication en simplifiant au maximum les tâches. « Par rapport à une organisation classique, nous avons déjà gagné 20 % d’efficacité et finalisons une nouvelle amélioration de 20 %», assure, satisfait, Bruno Delage, le directeur du site. 45


enquêtes organisation

“Confort, amélioration continue et performance”. le lean manufacturing selon Bénéteau.

Pour accélérer le montage et réduire les erreurs, la direction a opté pour un système de code de couleurs très simple : une couleur est attribuée à chaque modèle (lire page 41). Autre innovation mise en place: l’assemblage ne se fait plus en ligne, mais avec des bateaux placés côte à côte. « De cette manière,

nous mixons des tailles plus importantes de bateaux, avec 10 à 15 pieds d’amplitude», détaille Paul Rampini. Historiquement associée à la marque Bénéteau, l’usine vient d’accueillir son premier bateau Jeanneau, un Sun Odyssey 33, fabriqué sur la même ligne que les Océanis de Bénéteau. Ces changements industriels ne se font pas sans douleur pour les salariés. Beaucoup y voient la cause de la suppression de nombreux postes en 2009. «La crise a été un prétexte», explique la CGT. Pourtant, le chantier assure avoir limité la casse le plus possible, notamment grâce au lancement d’une activité de maison en bois. Résultat: le groupe n’a procédé qu’à 600 départs pour un sureffectif évalué à l’époque à 1590 personnes. «Nous avons aussi basculé une partie de l’effectif de production vers les prototypes pendant la crise, complète Paul Rampini. Nous avons pu lancer 29 modèles la saison dernière, un record absolu. Et ainsi anticiper la page SuiVante reprise ». Mais les nouvelles méthodes le plastique est de travail du groupe inquiètent. «Le lean dans le pré engendre la simplification des tâches, avec des effets négatifs, comme l’augmentation des troubles musculo-squelettiques», commente Patrick Boucard, délégué CGT. Il n’empêche. Si Bénéteau doit encore convaincre certains salariés des bienfaits de son système CAP, il lui a permis de conserver une bonne longueur d’avance sur ses concurrents. Faute d’avoir atteint une certaine taille critique, eux sont encore contraints d’en rester à des méthodes artisanales. ❚❚

NiCoLas CLaris ; d.r.

ils rament derrière lui Bavaria (allemagne) eN perTe De viTesse

Dufour YaCHTs (france) eN maNque De moYeNs

HaNseGroup (allemagne) eN muTaTioN

Chiffre d’affaires 2009-2010 130 millions d’euros (estimation) effectif 550 salariés

Chiffre d’affaires 2009-2010 70 millions d’euros (estimation) effectif 600 salariés

Chiffre d’affaires 2009-2010 73,2 millions d’euros effectif 700 salariés

Précurseur de la production standardisée, voire low-cost, au début des années 2000, Bavaria s’est beaucoup endetté pour financer ses investissements. avec des ventes divisées par deux en trois ans et une valse de dirigeants suite au départ du fondateur, il apparaît fragilisé. à la recherche d’une taille critique, il a déposé une offre en novembre pour entrer au capital du holding de dufour.

Numéro trois mondial et numéro deux français des voiliers, il est pourtant loin derrière Bénéteau en taille. racheté par l’italien Cantiere del Pardo en 2001, le chantier rochelais est réputé pour la qualité de ses bateaux, mais souffre d’un manque de moyens pour se redéployer après le tsunami de la crise. il cherche actuellement des financements.

indissociable de son fondateur et PdG Michael schmidt, le jeune groupe, né en 1993, s’est beaucoup diversifié ces dernières années en rachetant des chantiers aussi différents que l’anglais Moody ou l’allemand dehler. Connu pour ses voiliers plus tendances que ceux de Bénéteau, il pourrait s’appuyer sur le marché boursier pour lever les fonds nécessaires à son développement.

46


enquêtes régions

Auvergne

le plastique est dans le pré

SAinteSigolène

Le saviez-vous ? 40 % de la production nationale de films plastiques sort des usines du plateau verdoyant de Sainte-Sigolène (Haute-Loire). Un miracle économique qui perdure, malgré la crise et les mutations du secteur. De notre corresponDante, Geneviève colonna D’istria

U

n ciel chargé qui recouvre la vallée enneigée. Des vaches qui paissent tranquillement une herbe grasse. Et en arrière-plan, des usines. Beaucoup d’usines. étonnant décor digne des villes à la campagne telles que les rêvaient le dramaturge Henri Monnier et l’écrivain Alphonse Allais. à deux heures de route de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et une demi-heure de Saint-étienne (Loire), Sainte-Sigolène, Saint-Pal-de-Mons, Monistrol-sur-Loire et Saint-Romain-Lachalm ne sont que de tranquilles bourgades de quelques milliers d’âmes. Or, dans ce périmètre d’une vingtaine de kilomètres, composé de villages épars, est né le premier pôle de production de plastique souple de l’Hexagone. Discrètement, 24 heures sur 24, des usines ultramodernes tournent à plein régime pour fabriquer 350 000 tonnes de plastiques extrudés par an, soit environ 40 % de la production nationale. Une soixantaine d’entreprises se partagent le gâteau, dont deux – Barbier et Autobar – se sont hissées parmi les dix premières européennes du secteur. 3000 personnes vivent du plastique, auxquelles s’ajoutent 5 à 6 000 emplois indirects. Ici, on touche du doigt le mythe du plein emploi.

Des usines ultramodernes côtoyant des villages épars : le plein emploi offert sur un plateau.

que ce soit un ingénieur de Rhône-Poulenc, en villégiature à Sainte-Sigolène, qui aurait suggéré à un entrepreneur local de se diriger sur la voie du polyéthylène. La plasturgie a remplacé les métiers à tisser par des « boudineuses », ces machines à fabriquer du film plastique au kilomètre. «Cette mutation spectaculaire reste encore relativement méconnue hors du sérail, poursuit Jocelyne Duplain. Sait-on que le Sigolénois est aujourd’hui, au même titre que “on nous a présentés comme des tueurs de dauphins !” Emballage, suremballage, protection, routage, films éti- la Plastic Valley d’Oyonnax (Ain) pour l’injection plastique, le rables, alimentaires, agricoles, sacs de congélation, de grande premier centre français de l’extrusion souple ?» distribution… Les entreprises locales produisent des centaines Après tout, qu’importe! Pour les entrepreneurs, la question de références qui font notre quotidien. n’est pas là. Aujourd’hui, ils cherchent « Cette tradition industrielle est née au même à éviter toute exposition médiaXXe siècle. La crise du textile a entraîné tique inutile. Malgré leur réussite fulgudans la région une grande période de rante, rencontrer les chefs d’entreprise reconversion. La passementerie a laissé du plateau reste difficile. Les Barbier et place à l’extrusion souple dès le milieu des autres poids lourds du secteur ont refusé C’est le nombre de sites de toute demande d’interview. «Il faut nous années 1950», précise Jocelyne Duplain, la présidente de la chambre de commerce production des 60 entreprises comprendre. Lorsque Leclerc a décidé de et d’industrie du Puy-en-Velay et directrice supprimer les sacs de caisse, en 1996, de plasturgie du plateau générale de Pichon Plastiques, entreprise nous avons été présentés comme des de Sainte-Sigolène familiale créée par son père, et vendue il y a empoisonneurs, des tueurs de dauphins ! (Haute-Loire). deux ans au groupe Sphere. L’histoire veut Du jour au lendemain, nous nous sommes

94

48


enquêtes

régions

stéphane audras / réa pour « l’usine nouvelle »

d.r.

«Pour recruter, nous avons augmenté les salaires»

retrouvés sous les feux de l’actualité sans y être préparés. Nous sommes des industriels, pas des communicants », justifie Guy Samuel, directeur commercial de Ribeyron, entreprise familiale de Sainte-Sigolène, dont 80% de l’activité était alors tournée vers la production de sacs plastiques divers. Leclerc a tué la poule aux œufs d’or. Depuis cette «année noire», Ribeyron s’est reconverti dans le sac-poubelle fine épaisseur et dans le film technique industriel.

4 à 6 % du chiffre d’affaires dans la R & D

En quelques années, l’offensive contre les sacs sortie de caisse et les nouvelles contraintes environnementales ont forcé les fabricants à réorienter totalement leur production. « La mauvaise image du plastique a porté atteinte à toute la filière, admet Jocelyne Duplain. Pour certains, ces sacs plastiques représentaient 50 à 80% de leur production. Aujourd’hui, ce n’est plus qu’une activité marginale. Cela nous a obligés à nous remettre en question.» Le virage des années 2000 force les entreprises locales à investir massivement dans des machines pour partir à la conquête de nouveaux marchés. Ils apprennent à produire autrement, créent des filières de recyclage, travaillent avec des scientifiques du Centre national d’évaluation de photol’uSine nouvelle i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

thierry Bonnefoy, président de leygatech (120 salariés, basée à saintromain-lachalm) les industriels de Sainte-Sigolène ont résisté aux crises de la plasturgie. Comment ont-elles fait ? Dans l’ensemble, les industriels du secteur ont tous des parcs techniques importants, d’une très grande variété de savoir-faire. Le pôle plasturgie de Haute-Loire a sa vraie raison d’être. Il y a toujours beaucoup d’émulation et d’investissements sur place. C’est facile de trouver des talents en Haute-loire ? Le recrutement ? C’est l’horreur ! C’est une région

de plein emploi. Nous devons recruter sur un rayon de 30 kilomètres. Les métiers de la plasturgie ne sont pas assez attractifs pour les jeunes, alors qu’il y a de réelles opportunités. Nous avons beaucoup revalorisé nos rémunérations. Chez Leygatech, depuis cette année, il y a un treizième mois. et vous restez compétitifs ? Pour être compétitifs et crédibles, nous devrons dans les prochaines années nous trouver plus près du client. Il ne faudra pas hésiter à ouvrir des filiales à l’étranger, comme nous l’avons fait en Pologne en 2009. Le coût du fret sera rédhibitoire pour les entreprises.

protection (Cnep) de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), un laboratoire indépendant chargé d’expérimenter les matériaux de demain. «L’avenir est au recyclage», conclut Guy Samuel. «Au recyclage et à l’innovation! précise Françoise Gerardi, responsable du syndicat Elipso, regroupant 130 entreprises de plasturgie. Si les industriels de Sainte-Sigolène ont su résister aux grandes mutations de ces vingt dernières années, c’est parce qu’ils sont d’un dynamisme rare. Ils ont compris que leur salut passerait par des produits innovants. Ils se sont lancés dans des productions de films plastiques beaucoup plus techniques comme des bioplastiques recyclables ou biodégradables pour le BTP, ou les plastiques agricoles, sans oublier le marché des sacs-poubelle. » Preuve de cette dynamique, le secteur investirait, selon Elipso, entre 4 et 6 % du chiffre d’affaires global dans la recherche et le développement. Les gros comme Barbier emploient à demeure des ingénieurs en charge de découvrir les bonnes formules adaptées au marché. «Ces activités de R&D ont débouché sur des évolutions importantes, précise Barbier, le n°1 du secteur, sur son site internet. La réduction des épaisseurs avec caractéristiques mécaniques améliorées ou la mise au point de nouveaux produits biodégradables sont, parmi les plus récentes, les plus significatives.» C’est aussi la 49


enquêtes

régions

Sacs de caisse : qui trouvera la formule ? à lui seul, il incarne toutes les mutations de la plasturgie. le sac plastique, distribué pendant des décennies à la sortie des caisses de supermarché, fut longtemps la poule aux œufs d’or des industriels du plastique souple. avant de cristalliser toutes les attaques dans les années 1990 et 2000 : polluant, pas recyclable… la production s’est effondrée : 10,5 milliards de sacs de caisse distribués en France en 2002, 1,6 milliard en 2008, selon eco-emballages. « la volonté des politiques était de transformer le sac jetable en

sac réutilisable, précise le syndicat elipso. de ce point de vue, ils ont réussi leur coup. on ne reviendra jamais en arrière. » la production des sacs de caisse réutilisables, fabriqués à base de polyéthylène, est devenue presque l’apanage des fabricants asiatiques. tandis que les fabricants européens et brésiliens planchent sur des sacs plus propres, plus fins, plus solides, biodégradables, compostables, biofragmentables ou encore oxo-dégradables. Qui trouvera la formule miracle ?

R&D qui a permis l’arrivée des produits biosourcés (d’origine végétale) et l’allègement des emballages de 70% en vingt ans. Pour certains, comme Leygatech, à Saint-Romain-Lachalm – qui emploie 120 salariés pour un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros –, la R & D tient un rôle prédominant dans la stratégie globale. «L’an dernier, nous avons réalisé 350 essais avec tests de formulation sur machine, précise Thierry Bonnefoy, le président. Nous ne pourrions pas faire plus, cela représente presque un essai par jour ! Notre but, c’est d’améliorer l’éco-conception de nos produits et la micro-épaisseur.»

Des marges en baisse de 52 %

à force d’acharnement et d’inventivité, le pôle plasturgie de Haute-Loire a donc fini par retrouver des couleurs. Le cataclysme de la fin des sacs de caisse semble digéré. Selon les tendances publiées par Elipso, la crise économique serait derrière. Le secteur annonce +6% en volume par rapport à 2009, +11% en chiffre d’affaires global, dont une hausse de 14% à l’exportation pour le premier semestre 2010. 60% des dirigeants estiment que cette progression devrait se poursuivre en 2011. Parallèlement, malgré le recours au chômage partiel par près d’une entreprise sur dix, les effectifs salariés sont plus hauts de paGe sUivante des textures électroniques 5% qu’en 2009 et 17% des entreprises envisagent d’embaucher. Tout n’est pourtant pas rose. La hausse des coûts des matières premières a entraîné une réduction drastique des marges, avec un taux en baisse de… 52% en un an. «Avant, nous avions une marge de manœuvre confortable, assure le directeur commercial de Ribeyron. Aujourd’hui, nous n’avons plus vraiment de visibilité.» Mais, à la différence de bien des secteurs, la plasturgie auvergnate a toujours su rebondir. ❚❚ 50


enquêtes

photomontage pascal guittet

innovations

Il faudra attendre 2012 pour pouvoir éprouver la texture sur les tablettes.

Des textures électroniques Des icônes lisses ou rugueuses, des images d’objets dont on peut éprouver la matière : c’est la dernière ambition des écrans tactiles, mis au point dans des laboratoires et des start-up. par Thierry Lucas

52

Pointer l’écran pour manipuler une image, obtenir une information, passer à l’étape ● enrichir suivante: pas de problème. Du plus banal l’interface des des distributeurs de billets au dernier smartsmartphones phone, les écrans tactiles sont fiables et ● Éprouver efficaces. Mais côté sensations, c’est zéro. la matière des créations en cao Pas question de toucher du doigt le degré ● Donner d’urgence d’un message ou d’une tâche à une nouvelle réaliser, ni d’éprouver la taille d’un fichier, et dimension encore moins la matière d’un produit affiché. aux jeux vidéo Une lacune sur le point d’être comblée. Le ● créer des équipements toucher est prêt à faire son entrée dans les de rééducation interfaces entre l’homme et la machine. Du moins si l’on en croit les industriels. Le centre de recherche Nokia de Cambridge (Grande-Bretagne) a mis au point un prototype du smartphone N900 qui procure des sensations différentes selon l’image ou l’icône que l’on touche du doigt. Toshiba, de son côté, a manifesté son intention d’adopter la technologie de retour tactile d’une start-up finlandaise, Senseg. La PME affirme même avoir deux autres partenaires industriels. «Les premiers produits seront des tablettes, qui demandent moins d’intégration qu’un téléphone», précise Ville Mäkinen, PDG de Senseg, qui s’attend à une commercialisation des produits au début de 2012. Les laboratoires Disney Research ont eux aussi présenté leur TeslaTouch, une technologie d’écran Pour quoi faire ?


enquêtes

innovations

tactile simulant différentes textures (bois, cuir, papier…), lors du congrès UIST sur les interfaces utilisateur à New York. Pour réaliser leur prouesse, un brin magique, tous utilisent l’électrovibration. Cette technique de simulation de textures procure des sensations tactiles sans imposer ni mouvement, ni déformation à la surface. Le dispositif, placé sous l’écran, est constitué d’une couche conductrice alimentée par une tension électrique alternative, recouverte d’une mince couche isolante. Quand on passe le doigt sur la surface de l’écran, une force d’attraction intermittente naît entre la peau et la surface, créant une sensation tactile qui dépend de la fréquence et de l’amplitude du signal électrique. Connu depuis longtemps, le phénomène est remis au goût du jour en se couplant avec les interfaces tactiles dernier cri. Notamment, grâce à la technologie des électrodes transparentes qui sont déjà un élément clé des écrans à cristaux liquides.

la sensation par électrovibration )

V(t

fa ff Isolant

Coupler effets mécaniques et effets thermiques

Disney Research, qui a travaillé avec des chercheurs de Carnegie Mellon (les deux labos sont basés à Pittsburgh, en Pennsylvanie), a fondé sa démonstration sur une surface tactile MicroTouch de 3M, à laquelle a été ajouté le dispositif d’électrovibration. Son système TeslaTouch a été testé avec une dizaine d’utilisateurs, dans le but de caractériser les sensations perçues en fonction des réglages de tension et de fréquence du signal électrique: surface plus ou moins lisse ou rugueuse, plus ou moins collante, contact agréable ou non, etc. Les testeurs devaient aussi associer la sensation à une matière de référence. Ce qui a permis d’identifier, par exemple, que les basses fréquences imitent mieux les matériaux rugueux (bois, cuir bosselé…), tandis que les surfaces lisses, comme le papier, sont mieux évoquées par les hautes fréquences. «Une part importante de notre travail consiste maintenant à affiner les liens entre signaux et perceptions», souligne Olivier Bau, chercheur chez Disney Research, à Pittsburgh, après avoir fait sa thèse à l’Inria (Saclay, Essonne). L’électrovibration n’est pas la seule manière de simuler des textures. Le recours à des matériaux piézoélectriques, placés

Piézo ou électro ? Actionneurs piézoélectriques ils font vibrer l’écran lorsque l’on touche un élément affiché. avantages : le système fonctionne en statique, sans mouvement du doigt, comme lorsque l’on presse un bouton. il peut simuler des textures, grâce à des vibrations haute fréquence. inconvénient : le mouvement mécanique de l’écran rend plus difficiles sa conception et sa fabrication.

Électrovibration une couche conductrice crée une force d’attraction entre la peau du doigt et l’écran. avantages : phénomène purement électrique, aucun mouvement mécanique. une grande variété de sensations est possible en variant l’amplitude et la fréquence du signal électrique. inconvénient : ne fonctionne que lorsque le doigt se déplace sur la surface.

l’usIne nouvelle i n° 3216-3217 i 2 DÉcembre 2010

Mouvement du doigt

fa : force d’attraction ff : force de friction

Électrode transparente Plaque de verre source : TesLaTouch

sous l’écran, permet d’engendrer une vibration mécanique. Cette technologie, plus complexe à utiliser, a même déjà donné naissance à des produits. Sony a sorti, il y a plusieurs années, des assistants personnels numériques (PDA) dont l’écran à retour tactile était fondé sur ce principe. Toutefois, «si la technologie piézo convient bien pour simuler un clic ou un presse-bouton, la gamme de sensations qu’elle peut créer est beaucoup moins étendue. De plus, le mouvement de l’écran pose des problèmes de bruit, de vibration, d’étanchéité à la poussière…», affirme Ivan Poupyrev, le responsable du projet TeslaTouch chez Disney. Il est bien placé pour en parler. C’est lui qui, avant de miser sur l’électrovibration, avait développé chez Sony la solution piézo utilisée par le Japonais! Les interfaces à base d’actionneurs qui font vibrer la surface n’ont toutefois pas dit leur dernier mot. Au CEA, le laboratoire des interfaces sensorielles (LIS) continue d’explorer cette technologie, en particulier sur un projet qui vise à réaliser un équipement de rééducation des personnes hémiplégiques ayant perdu le sens du toucher. Les matériaux piézo sont ici utilisés pour deux fonctions. Dans un premier temps, des capteurs piézo explorent la surface d’un matériau, afin de «scanner» sa texture. Ensuite, ces données sont utilisées pour piloter des actionneurs, piézo eux aussi, placés sous la surface dont on veut simuler la rugosité. «Si l’on veut reproduire fidèlement un matériau, il faudra coupler les effets mécaniques avec des effets thermiques», reconnaît Moustapha Hafez, qui dirige paGe suiVaNTe l’équipe du LIS. Le laboratoire travaille aussi salaires : il n’y en aura pas sur des «langages tactiles». La création de pour tout le monde… motifs tactiles dynamiques signifierait alors une alerte, une urgence, une interrogation… Et là, comme pour les textures, au-delà des technologies utilisées, le principal défi est sans doute d’arriver à ce que tous les usagers comprennent ou sentent la même chose. ❚❚ 53


enquêtes spécial salaires

Salaires 2011

il n’y en aura pas pour tout le monde… Les négociations salariales s’annoncent tendues. Malgré le début de reprise, les industriels jouent la prudence. Seules quelques catégories auront le privilège de voir leur rémunération augmenter.

E

n matière de rémunération, il y a deux religions. Les tenants du saupoudrage, qui donnent une bonne note à l’ensemble de leurs collaborateurs et leur accordent à tous une augmentation, façon «L’école des fans». Et puis, il y a les partisans de la sélectivité qui répartissent leur budget de hausses individuelles aux plus méritants… Quelle que soit leur décision, les managers ont un rôle central dans l’attribution des enveloppes. Ils décident, en accord avec la direction des ressources humaines, qui aura un coup de pouce cette année et qui n’en aura pas… Autant dire que le terrain est éminemment glissant, pour ne pas dire miné. Mais ils n’ont guère le choix. Les directions des ressources humaines des grandes entreprises poussent de plus en plus à l’individualisation de la rémunération. «Notre rôle est de vérifier qu’il y a bien une sélectivité cohérente en matière d’augmentation individuelle», reconnaît Odile de Damas-Nottin, la directrice des rémunérations chez Total.

Avantage : ingénieurs commerciaux

C’est aussi ce que révèle l’étude annuelle exclusive, réalisée par Aon Hewitt pour «L’Usine Nouvelle», sur les salaires dans l’industrie. Sur la variable des populations cadres par exemple, le nombre de bénéficiaires a baissé sur un an. Mais

+ 2,8 % de hausse, toutes catégories confondues

Prévisions du budget des salaires de base en % de la masse salariale Dirigeants Cadres supérieurs Cadres débutants Cadres moyens Force de vente Agents de maîtrise Employés Ouvriers Toutes catégories

2,8 % 2,8 % 2,7 % 2,7 % 2,7 % 2,7 % 2,7 % 2,7% 2,8%

Une hausse modeste, à peine supérieure à l’an dernier. Pas d’emballement prévu pour 2011, où le taux de croissance des budgets d’augmentation ressort à 2,8 % pour les entreprises industrielles. L’an dernier, il croissait de 2,6 %. C’est dire si la prudence règne dans les entreprises. Reste à savoir ce qui ressortira des négociations salariales, qui s’annoncent tendues. Si les prévisions des uns et des autres se réalisent, la hausse sera légèrement plus forte dans l’industrie que sur l’ensemble des secteurs de l’économie (+ 2,7 %).

source : enquête hewitt (hors entreprises ayant décrété un gel des salaires)

54

le montant moyen accordé à chaque individu, lui, a progressé. à l’heure où les négociations salariales approchent, le dilemme va se poser à nouveau pour les managers. Qui augmenter? Dans quelle proportion? Et en fonction de quels critères? Au petit jeu du «qui sera augmenté», toutes les fonctions ne partent pas sur la même ligne de départ. Avec une hausse de 15% de leurs revenus totaux (fixes et variables) en 2010, les ingénieurs commerciaux font clairement figure de privilégiés. Sur les 100 fonctions étudiées par «L’Usine Nouvelle», c’est ce profil qui a connu la plus forte hausse de rémunération l’an passé. En période de crise, leur rémunération est carrément sanctuarisée. Et c’est normal… selon Daniel Cohen, le président de Zélis, un spécialiste du redressement d’entreprise. Cette population doit être choyée: «C’est elle qui fait rentrer l’argent!» Ce que confirme Mathieu Delporte, le directeur général de Barracoda, une PME de 30 salariés spécialisée dans les solutions Bluetooth. «Après un gel général en 2009, nous avons revu en 2010 les variables des commerciaux pour qu’ils soient plus «agressifs», en améliorant leur commission sur les ventes», confie le patron. Ensuite, c’est un peu le flou. Pour les managers, la consigne est d’accorder des hausses à tous ceux qui sont susceptibles de partir et qui possèdent un savoir faire spécifique… «Le manager doit identifier les salariés sur le départ et leur envoyer un signal fort en termes de salaires», affirme Philippe Burger, associé chez Deloitte. Sur le papier, le calcul est vite fait. Mieux vaut donner un petit coup de pouce salarial que de s’engager dans un coûteux recrutement. Encore faut-il repérer les candidats au départ… Dans les métiers en tension, l’attention est plutôt portée sur les jeunes. «Nous gardons un budget spécifique pour eux en dehors des enveloppes d’augmentation générale et individuelle», explique le directeur des ressources humaines d’Eiffel, Patrice Gaye. Là aussi, le but est d’éviter qu’ils ne quittent l’entreprise pour des raisons pécuniaires, alors que l’organisation a justement investi dans leur formation. Les managers eux-mêmes se fixent quelques règles. Maxime (1), responsable d’une équipe d’une dizaine de personnes chez HP, ne connaît pas encore l’enveloppe dont il disposera, mais sait

jean-LuC maRtiny PouR «L’uSine nouveLLe»

PAR ChRistoPhe Bys


jean-LuC maRtiny PouR «L’uSine nouveLLe»

Jean-Raphaël Hetier (deuxième en partant de la gauche), directeur de la logistique et du développement durable de Pepsico, avec une partie de son équipe de 65 personnes.

« Chez nous, le manager négocie les indicateurs de performance avec chaque membre de son équipe. Cela peut être l’optimisation du budget transport, la réduction des émissions de Co2 ou l’amélioration des prévisions de demande pour le marketing. dans l’appréciation de la note, le manager tient compte des circonstances extérieures. L’année où le cours du pétrole a explosé, c’est plus difficile pour le responsable des approvisionnements. l’USinE nOUvEllE i n° 3216-3217 i 2 déCembRe 2010

j’attends de lui qu’il trouve des solutions avec les fournisseurs sans les assommer. Sinon, il va dégrader le relationnel et cela va l’handicaper pour sa note de comportement. Chacun reçoit deux notes, l’une pour ses performances business et l’autre pour son comportement. nous faisons la moyenne des deux pour déterminer la hausse de salaire, pour éviter que de bons résultats à court terme se fassent au détriment de l’entreprise à moyen terme. » Jean-Raphaël Hetier, Pepsico. 55


enquêtes spécial salaires

la communication interne reste fondamentale

Performance, le mot est lâché. Elle sert de mètre étalon en matière d’augmentations. Toutes les grandes entreprises, de Hewlett Packard à Total, en passant par Eiffage, Siemens ou Essilor, ont mis en place des systèmes plus ou moins sophistiqués (et plus ou moins suivis), pour la mesurer. Son évaluation se fait sur des critères précis en s’appuyant sur un objectif adapté à chacun, comme le montre le cas Pepsi (lire l’encadré page 55). Mais même encadrée et objectivée, la décision d’augmenter ou pas un salarié n’est pas toujours acceptée… Odile de DamasNottin, chez Total, reconnaît que de nombreux salariés ne comprennent pas comment est déterminée leur rémunération variable. «L’opacité des rémunérations variables est une préoccupation des salariés. La communication interne est devenue primordiale. Il faut “ex-pli-quer”», prévient Laurent Hurstel, le directeur associé du cabinet de recrutement, Robert Half. Et là, c’est aux managers de mouiller la chemise et de donner à chacun les raisons de sa (non-)augmentation. La principale difficulté sera de préserver l’esprit d’équipe. «La négociation autour du salaire est quelque chose de compliqué. Le salarié a beaucoup d’attentes et ressort rarement satisfait. Le plus dur, c’est de lui dire: ‘‘tu as bien bossé, mais je ne peux pas t’augmenter en raison de la conjoncture’’», résume Franck Lecarpentier, le directeur des systèmes d’information en temps partagé chez Référence DSI. «C’est difficile de maintenir une cohésion quand celui qui n’est pas augmenté a l’impression qu’on lui a préféré un autre », avertit Frédéric Kaladjian, le chef du secteur maintenance de Siemens et délégué CFDT.

Témoignage

Et si tout le monde connaissait votre salaire ? d.R.

déjà à qui iront les hausses: «Ceux qui ont le plus progressé au regard de leur potentiel…» Pierre (1), qui dirige une équipe chez IBM, prêtera lui attention aux jeunes. «Ils ont des salaires relativement plus faibles, note-t-il. J’essaierai aussi d’obtenir un plus pour les salariés qui ont eu une promotion. » Une analyse partagée par Franck Lecarpentier. Dans l’une des deux entreprises où il intervient (une grosse PME du secteur de la mécanique), il s’est battu pour obtenir une augmentation de 10% pour un des membres de l’équipe qu’il supervisait alors que l’heure était au gel. «L’an dernier, j’ai réussi à convaincre le directeur général qu’il était essentiel d’augmenter ce salarié car il avait eu une performance remarquable.»

JEAn-MiCHEl DUCROC, membre du directoire et directeur du pôle industrie du Groupe hervé « Nous ne mettons pas les salaires sur la place publique, n’importe qui peut les consulter sur l’intranet. On passe parfois pour des martiens à l’extérieur, mais pour moi c’est une évidence. On ne se contente pas de publier les salaires. La transparence de l’information est une valeur centrale, car elle participe à l’autonomie et à la responsabilisation de chacun. Pour les

Les autres n’auront plus qu’à espérer un geste de la direction générale. Comme ce fut le cas chez Siemens, avec une prime de 1000 euros pour tous ses collaborateurs, en raison des bons résultats obtenus. Des reconnaissances plus symboliques se font jour également. Chez HP, chaque année, une dizaine de salariés sélectionnés parmi les meilleurs déjeunent à la table du président de l’entreprise lors d’un de ses passages. Ça ne met pas du beurre dans les épinards, mais c’est l’occasion de festoyer en bonne compagnie une fois par an. ❚❚ (1) le prénom a été modifié

et ailleurs, ça gagne bien ?

AllEMAGnE

● espAgne

● pologne

● AllemAgne

Cadres dirigeants 2,3 % Cadres intermédiaires 2,4 % Autres cadres 2,3 % Modération salariale pour tous. Le différentiel de hausse par rapport à 2010 est de 0,1 à 0,2 point. La rigueur en Espagne, correspond à une baisse de 5 % du traitement des fonctionnaires.

Cadres dirigeants 3,8 % Cadres intermédiaires 3,8 % Autres cadres 3,9 % 3,8 % pour tout le monde en Pologne. C’est autant qu’en 2010 pour les cadres intermédiaires, mais légèrement mieux pour les cadres dirigeants. L’économie polonaise croît vigoureusement.

Cadres dirigeants 2,7 % Cadres intermédiaires 2,6 % Autres cadres 2,7 % Les augmentations des salaires sont timides pour les cadres. L’évolution des dirigeants et intermédiaires est stable par rapport à l’an dernier. Un peu plus marquée pour les autres (+ 2,4 %

56

augmentations, nous avons un système où chacun dit combien il voudrait, en motivant bien sûr sa demande. Ensuite intervient la négociation avec le manager. La quasi-totalité des collaborateurs sont raisonnables : quand on fait confiance aux gens, ils vous le rendent. Cette culture de la transparence peut heurter des gens qui ont été habitués à un management plus classique. Je le vois bien, nous avons acquis depuis deux ans des entreprises et certaines personnes sont surprises. »

POlOGnE

ESPAGnE

en 2010). Des tensions apparaissent sur le marché du travail et 4 entreprises sur 10 déclarent avoir du mal à recruter.


enquêtes spécial salaires

Ceinture pour 2011 La progression des salaires devrait assurer une timide augmentation du pouvoir d’achat. Reste que tout le monde n’est pas logé à la même enseigne.

Hausse sélective des salaires Les augmentations salariales par fonction entre 2009 et 2010 (en %)

5,39

5,09

4,54

1,99

1,54

2009 2010

4,10

1,77

1,61 1,73

1,32

Christophe Bys

Directeurs

E

n 2011, l’industrie ferait un peu mieux que la moyenne en matière d’augmentation, selon notre étude exclusive Aon Hewitt : 2,8 % contre 2,7 % pour l’ensemble de l’économie. C’est (un peu) mieux qu’en 2010, où le budget d’augmentation n’était que de 2,6% pour les entreprises du secteur. Mais on est très loin de l’euphorie. Autant dire que la modération salariale devrait rester à l’ordre du jour. La raison? La crise, encore et toujours elle. Nombre d’entreprises se disent inquiètes pour l’avenir. Le «V» espéré (une chute de l’activité suivie d’une timide reprise) risque de se transformer en «W» (une reprise suivie d’une nouvelle rechute avant la vraie reprise). Conséquence: pour les entreprises, il est urgent d’attendre et surtout de ne pas accorder trop d’augmentation générale qui pèse sur les comptes. Derrière cette tonalité, les situations varient selon les secteurs, les fonctions ou le lieu du travail, comme le montrent les tableaux de notre enquête exclusive. Pendant la crise, les écarts entre les différentes populations de l’entreprise se sont creusés. D’abord en raison de la politique de distribution des salaires variables (lire page 54). Mais en matière de salaires fixes, les inégalités aussi sont perceptibles… En 2010, 15% des membres de l’échantillon ont vu leur salaire stagner. La proportion tombe à 12% pour les responsables d’activité ou les cadres, alors qu’elle grimpe à 23% pour les agents de maîtrise et à 33% pour les ouvriers.

Des négociations difficiles sont à prévoir

Comme chaque année, les situations sont bien sûr très diversifiées d’un secteur à l’autre. Pour avoir une grosse augmentation quand on est un cadre dirigeant, mieux vaut travailler dans la pharmacie (où toutes choses égales on gagne entre 9% et 14% de plus) que dans l’agroalimentaire (entre 7 et 2 % de moins). Les employés et les ouvriers gagnent plus dans la chimie (entre +12,5% et +18%), que dans la métallurgie (entre +7% et +12%). Partout, les négociations risquent d’être tendues. Elles interviennent après la réforme des retraites, qui a laissé un goût amer de défaite du côté syndical et a généré un sentiment de frustration chez certains salariés. Elles seront d’autant plus compliquées que maintes entreprises font le grand écart en termes de discours. Pleines d’optimisme lorsqu’elles s’adressent à la communauté financière, elles pondèrent fortement leurs discours face à leurs salariés. Dans un monde où l’information est ouverte, cela crée une petite «dissonance cognitive». ❚❚ 58

responsables d’activité

Cadres

Agents de maîtrise

employés, ouvriers

cHasseurs de prime poids de la part variable par rapport au fixe (montant touché en 2010 au titre de 2009).

30 %

ingénieur commercial

21 %

23 %

responsable grands comptes

responsable d’équipe

gagnants et perdants taux de croissance global (fixe et variable) les Cinq fonCtions les plus augmentées Directeur des ventes export

15 %

Directeur marketing

13 %

Directeur d’usine ou d’unité de production 9 % Fiscaliste

9%

ingénieur commercial

8%

et les Cinq qui n’ont rien eu

0%

Directeur du développement durable, responsable des relations sociales, dessinateur d’études, technicien analyses et essais, cariste

paris n’est pas la france taux de variation de la rémunération annuelle globale selon la région (base 100 en région parisienne)

100

- 12 %

- 9%

- 9%

- 9%

- 5%


enquêtes salaires 2010

ET VOUS, êTES-VOUS biEn payé ? Salaire fixe, part variable… comparez votre rémunération – et celle de vos salariés – aux standards du marché grâce à l’enquête exclusive menée par le cabinet de conseil Aon-Hewitt pour « L’Usine Nouvelle ». De l’opérateur au directeur de production, nous avons passé plus de 100 fonctions au crible. En mettant l’accent, pour la première fois, sur les différentiels entre homme et femme…

la méthoDe De l’enquête

les fonctions

Réalisée par Aon-Hewitt en septembre 2010, notre enquête se base sur les rémunérations individuelles de plus de 17 000 salariés dans 168 entreprises. Tous les secteurs de l’industrie sont représentés : agroalimentaire, pharmacie, métallurgie, automobile, aéronautique, mécanique, chimie, construction, ingénierie, services industriels, biens d’équipement…

production support à la production Logistique achats recherche et développement informatique

p. 62 p. 64 p. 68 p. 72 p. 76

Vente ressources humaines Marketing Finance administration Juridique

pour bien lire la fiche salaire a

a - repérez votre fonction

Directeur aDministratif et financier Dirige les activités administratives, financières et comptables de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale

B c

(2009/2010)

Bas

+ 6 %* Moyen

Haut

78 504

113 607

155 860

13,7 %

19 %

33,8 %

91 753

138 537

208 820

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Moyennes entreprises

D e

Fixe Variable (%) Globale

85 845

115 520

171 067

16,0 %

20,1 %

21,8 %

103 614

139 769

209 874

Le top

L’homme, 50 ans et 15 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur des services. Il supervise 21 personnes. Bac + 5. Rémunération : 150 126 € dont 25 000 € de variable. La femme, 45 ans et 13 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Elle supervise 24 personnes. Bac + 5. Rémunération : 160 529 € dont 19 023 € de variable. * Mention nD lorsque cette variation est non déterminée

60

B – mesurez-vous par rapport au marché Pour chacune des 100 fonctions étudiées et pour chaque catégorie d’entreprise, nous vous proposons 3 salaires. a) Le bas du marché. C’est la moyenne du premier tiers des salaires du marché b) Le repère médian. Il correspond à la moyenne du deuxième tiers c) Le repère haut. Il représente la moyenne du troisième tiers du marché. c – choisissez la taille De votre entreprise Grandes entreprises : grands groupes ou filiales de multinationales. L’effectif médian de l’échantillon est de 2 483 et le chiffre d’affaires hors taxe (C.A. HT) est de 695 millions d’euros. Moyennes entreprises : jusqu’à 350 millions d’euros de chiffre d’affaires. L’effectif moyen du panel est de 257 et le C.A. HT est de 61,5 millions d’euros D - rémunération, De quoi parle-t-on ? Pour chaque fonction et catégorie d’entreprises, l’étude s’intéresse au salaire fixe, aux primes fixes de type 13e mois, prime d’ancienneté… et aux éléments de rémunération variable, comme l’intéressement ou les primes individuelles. Les avantages en nature et la participation sont exclus du champ de l’étude. e - qui est au top ? « Le Top » est le profil de l’homme ou de la femme dont la rémunération se situe dans les 10 % des salariés les mieux payés sur la fonction.

p. 78 p. 80 p. 81 p. 82


enquêtes spécial salaires

proDuction

Les fonctions de production progressent peu cette année à l’exception du directeur de site qui a des responsabilités élargies. Les meilleurs salaires se retrouvent dans la métallurgie et dans la pharmacie pour les cadres et non cadres. Directeur technique

Directeur De la proDuction

Dirige l’ensemble des activités techniques au niveau d’une entreprise moyenne (500 salariés) ou d’une usine. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+1%

Moyen

Fixe Variable (%) Globale

+5%

(2009/2010)

Bas

Moyen

59 017

85 523

138 092

8,1 %

10,6 %

13,8 %

64 126

96 887

158 960

68 069

93 909

136 660

9,8 %

12,6 %

10,2 %

76 926

108 772

153 522

Fixe Variable (%) Globale

Le top

L’homme, 54 ans et 23 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans la mécanique-métallurgie. Il supervise 39 personnes. Bac+ 5. Rémunération : 150 058 €, dont 13 920 € de variable.

83 007

91 043

113 020

4,3 %

12,4 %

13,6 %

86 204

103 497

130 665

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Le top

L’homme, 55 ans et 23 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe français dans le secteur des services. Il supervise 9personnes. Bac+ 5. Rémunération : 103 615 €, dont 11 768 € de variable.

(2009/2010)

Bas

+3%

Moyen

Fixe Variable (%) Globale

100 802 129 724

162 095 24,4 %

13,4 %

107 460 147 564

200 723

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

Bas

+3%

Moyen

103 823

156 325

6,3 %

21,4 %

22,0 %

91 806

128 836

197 632

62 789

88 093

115 314

8,8 %

13,2 %

19,9 %

69 655

102 762

139 392

Fixe Variable (%) Globale

64 610

85 677

107 567

6,2 %

13,1 %

13,4 %

69 433

97 748

124 234

Le top

L’homme, 52 ans et 20 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la chimie. Il supervise 160 personnes. Bac+ 2. Rémunération : 112 115 €, dont 13 439 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale Fixe Variable (%) Globale

supervise la réalisation des objectifs de fabrication affectés à la ligne ou à différents ateliers. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+2%

Moyen

Haut

GranDes entreprises

47 297

60 720

86 235

4,5 %

8%

12,7 %

49 801

67 766

102 079

Fixe Variable (%) Globale

39 223

50 450

62 998

5,9 %

7,8 %

8,2 %

42 258

55 974

70 051

Moyennes entreprises

Moyennes entreprises

83 181

Fixe Variable (%) Globale

Haut

GranDes entreprises

6,0 %

Haut

responsable De ligne De fabrication

supervise la fabrication d’une partie ou de tous les produits, et coordonne la maintenance, appros et méthodes. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

+9%

Moyen

La femme, 48 ans et 17 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le commerce-distribution. Elle supervise 90 personnes. Bac + 5. Rémunération : 77 082 €, dont 8 256 € de variable.

responsable De proDuction

Définit la politique industrielle de l’entreprise ou d’une unité de plus de 1000 salariés, coordonne sa mise en œuvre. Variation moyenne de la rémunération globale

Bas

Moyennes entreprises

La femme, 41 ans et 6 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise 74 personnes. Rémunération : 89 307 €, dont 2 487 € de variable.

Directeur inDustriel

(2009/2010)

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Dirige les activités d’une usine ou d’une unité de production. assure la réalisation des objectifs. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Dirige les activités opérationnelles de la production de l’entreprise ou d’une usine de plus de 1 000 salariés. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

Directeur De site

40 491

52 309

73 430

3,5 %

7%

14,0 %

42 329

58 418

85 885

Fixe Variable (%) Globale

40 575

50 161

68 521

7,8 %

8,7 %

8,3 %

44 349

56 511

74 562

Le top

Le top

Le top

La femme, 55 ans et 28 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans la pharmacie. Elle supervise 154 personnes. Double formation pharmacien + grande école ou MBA ou 3e cycle. Rémunération : 124 061 €, dont 11 000 € de variable.

La femme, 46 ans et 17 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise 60 personnes. Rémunération : 70 036 €, dont 5 873 € de variable.

La femme, 45 ans et 24 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise 10 personnes. Rémunération : 58 096 €, dont 3 504 € de variable.

L’homme, 54 ans et 19 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Il supervise 457 personnes. Bac+ 5. Rémunération : 186 671 €, dont 25 144 € de variable.

62

L’homme, 49 ans et 20 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique-métallurgie. Il supervise 80 personnes. Bac+ 4. Rémunération : 78 413 €, dont 4 699 € de variable.

L’homme, 47 ans et 18 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’un groupe français dans le secteur de la mécanique-métallurgie. Il supervise 50 personnes. Son niveau de formation est BEP. Rémunération : 58 830 €, dont 3 690 € de variable.


enquêtes

spécial salaires

chef D’atelier caDre

chef D’atelier non caDre

Dirige les activités d’un atelier de fabrication. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

supervise les activités d’un atelier de fabrication.

+5%

Moyen

(2009/2010)

Bas

+3%

Moyen

35 485

42 611

54 241

6,2 %

11,3 %

11,4 %

38 985

50 474

62 232

Fixe Variable (%) Globale

44 372

52 144

2,3 %

4,2 %

6,5 %

38 987

46 760

57 340

Le top

Fixe Variable (%) Globale

+3%

(2009/2010)

Bas

Moyen

Haut

28 812

35 203

39 950

7,6 %

6,5 %

9,4 %

31 643

38 343

45 194

GranDes entreprises

31 869

36 625

39 788

2,3 %

4,6 %

14,7 %

32 999

39 669

48 347

Moyennes entreprises

37 227

assure, organise et contrôle les dispositifs internes de protection de l’environnement. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

technicien environnement

Fixe Variable (%) Globale

Moyennes entreprises

24 741

31 058

39 869

2,2 %

0,5 %

5,2 %

25 568

31 779

44 290

Le top

Fixe Variable (%) Globale

23 815

30 817

37 818

3,1 %

3,4 %

3,6 %

24 916

32 766

40 617

Le top

L’homme, 49 ans et 24 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de l’agroalimentaire-boissons-tabac. Il supervise 30 personnes. Rémunération : 51 324 €, dont 2 784 € de variable.

L’homme, 50 ans et 26 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Il supervise 9personnes. Rémunération : 40 087 €, dont 1 098 € de variable.

L’homme, 54 ans et 32 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe français dans le secteur de l’automobile-aéronautique. Son niveau de formation est BEP. Rémunération : 37 968 €, dont 407 € de variable.

La femme, 43 ans et 19 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise 13 personnes. Rémunération : 45 914 €, dont 2 795 € de variable.

La femme, 53 ans et 28 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise une 6 personnes. Rémunération : 37 872 €, dont 250 € de variable.

La femme, 29 ans et 2 ans d’ancienneté. Elle travaille en province dans le secteur du commerce-distribution. Rémunération : 17 961 €, dont 705 € de variable.

technicien D’atelier

opérateur De proDuction

participe à la définition et à la réalisation d’un programme de production. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+2%

Moyen

Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

Bas

+2%

Moyen

21 341

31 168

38 014

11,9 %

8,9 %

11,1 %

25 933

35 250

43 802

24 022

29 935

37 876

4,8 %

5,0 %

3,0 %

25 540

31 789

41 264

Fixe Variable (%) Globale

+6%

(2009/2010)

Bas

Moyen

Haut -

GranDes entreprises

21 020

27 299

31 567

1,7 %

8,5 %

17,6 %

21 427

30 721

38 466

18 359

21 627

28 558

2,2 %

3,1 %

5,5 %

18 949

23 447

31 512

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Minimise par une action préventive les risques pesant sur l’entreprise et optimise au plan financier leur couverture. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Conduit un équipement de fabrication et exécute des opérations de maintenance simple. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

responsable prévention et gestion Des risques

Fixe Variable (%) Globale

-

66 795

-

8,8 %

-

-

73 336

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Le top

Le top

Le top

La femme, 54 ans et 20 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 38 497 €.

La femme, 50 ans et 15 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 28 747 €.

La femme, 52 ans et 34 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur du commerce-distribution. Elle supervise 7 personnes. Bac + 5. Rémunération : 60 575 €, dont 4 761 € de variable.

L’homme, 49 ans et 23 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 35 665 €.

L’usine nouVeLLe i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

L’homme, 50 ans et 21 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 31 755 €.

L’homme, 52 ans et 19 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de la mécanique-métallurgie. Grande école. Rémunération : 81 562 €, dont 8 597 € de variable.

63


enquêtes spécial salaires

support à la production

Sale temps pour les services supports à la production qui ont eu des hausses très modérées. à l’exception de l’ingénieur industrialisation qui a obtenu, en moyenne, 5 %. directeur Qualité Hygiène sécurité environnement Définit la politique qualité et coordonne sa mise en œuvre. Variation moyenne de la rémunération globale

+5%

(2009/2010)

Bas

Moyen

59 415

76 173

100 019

10,0 %

15,8 %

15,9 %

66 581

91 765

117 249

101 003

120 599

18,0 %

12,5 %

21,9 %

78 676

119 838

149 929

Le top

L’homme, 56 ans et 19 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de l’automobile/aéronautique. Il supervise 15 personnes. Bac +5. Rémunération : 114 728 €, dont 12 944 € de variable.

La femme, 50 ans et 14 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le commerce-distribution. Elle supervise une équipe de 8 personnes. Bac +5. Rémunération : 87 813 €, dont 11 211 € de variable.

Coordonne l’élaboration des dossiers de fabrication à partir des normes de qualité et de coût. Variation moyenne de la rémunération globale

+1%

Moyen

41 843

56 762

79 970

7,7 %

7,8 %

6,8 %

46 504

63 676

88 323

41 122

54 428

66 830

7,8 %

6,6 %

8,5 %

44 493

58 409

75 364

L’homme, 49 ans et 17 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Il supervise 6personnes. Rémunération : 73 253 €, dont 4 120 € de variable.

La femme, 39 ans et 15 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe français dans le commerce-distribution. Elle supervise 3 personnes. Rémunération : 60 328 €, dont 4 353 € de variable.

(2009/2010)

Bas

Moyen

ND Haut

GranDes entreprises

31 146

40 967

53 834

4,7 %

3,8 %

7,8 %

31 385

42 479

60 291

Fixe Variable (%) Globale

36 520

52 237

84 041

9,9 %

9%

7%

41 557

58 180

91 457

Moyennes entreprises

-

37 989

-

-

0,7 %

-

-

38 604

-

Le top

L’homme, 44 ans et 14 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique-métallurgie. Rémunération : 51 043 €, dont 1 882 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

48 994

54 361

83 713

2,6 %

9,4 %

4,8 %

50 834

60 257

89 419

Le top

La taille de l’échantillon est insuffisante pour communiquer un résultat significatif.

La femme, 31 ans et 6 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne dans le secteur de la chimie. Bac + 5. Rémunération : 43 310 €, dont 1 953 € de variable.

prépare les dossiers de fabrication des produits existants dont il a la charge. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+3%

Moyen

Fixe Variable (%) Globale Fixe Variable (%) Globale

responsable de service maintenance supervise les opérations de maintenance et d’implantation d’équipements industriels. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

Haut

Moyen

ND Haut

GranDes entreprises

33 745

41 952

54 938

8,1 %

8,8 %

7,9 %

37 211

47 575

62 012

Fixe Variable (%) Globale

40 107

51 732

76 117

6,2 %

9,9 %

6,0 %

43 017

58 812

83 637

37 838

50 591

62 499

1,7 %

6,2 %

9,6 %

39 158

54 922

70 990

Moyennes entreprises

Moyennes entreprises

Le top

64

Fixe Variable (%) Globale

Dirige le service chargé du contrôle des règles d’hygiène et de sécurité au travail. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Fixe Variable (%) Globale

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

+3%

Moyen

ingénieur métHodes et process

responsable métHodes et process

Bas

Bas

Moyennes entreprises

67 246

(2009/2010)

(2009/2010)

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

élabore des règles environnementales, contrôle leurs applications et propose des actions préventives. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

responsable service Hygiène, sécurité et conditions de travail

ingénieur environnement

33 972

39 649

47 650

2,7 %

5,6 %

8,3 %

35 744

43 077

55 742

Le top

L’homme, 46 ans et 18 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique-métallurgie. Bac + 5. Rémunération : 51 206 €, dont 2 000 € de variable. La femme, 39 ans et 10 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique-métallurgie. Bac + 5. Rémunération : 47 122 €, dont 2 409 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

Le top

La taille de l’échantillon est insuffisante pour communiquer un résultat significatif.


enquêtes

spécial salaires

supervise une partie de la maintenance du matériel de fabrication ou des installations d’un établissement. Variation moyenne de la rémunération globale

+3%

(2009/2010)

Bas

Moyen

(2009/2010)

Bas

+2%

Moyen

34 243

47 272

59 923

5,2 %

7,6 %

7,6 %

36 430

51 904

66 078

Fixe Variable (%) Globale

45 051

57 988

5,6 %

2,7 %

5,9 %

39 084

47 620

62 275

Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

Bas

+2%

Moyen

Haut

GranDes entreprises

35 296

39 501

44 451

8,9 %

8,1 %

9,3 %

39 480

44 880

52 316

Moyennes entreprises

36 956

exécute des opérations de maintenance des équipements, requérant des compétences sur plusieurs spécialités. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

supervise les activités d’une équipe d’agents de maintenance. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

tecHnicien de maintenance

cHef d’éQuipe de maintenance

ingénieur maintenance

Fixe Variable (%) Globale

26 414

29 971

35 653

2,6 %

6,3 %

11,8 %

27 794

33 407

41 811

23 400

29 492

37 354

3,1 %

5,3 %

7,1 %

24 491

32 114

41 852

Moyennes entreprises

27 374

37 309

44 863

3,5 %

3,3 %

9,9 %

28 642

39 854

50 589

Fixe Variable (%) Globale

Le top

Le top

Le top

La femme, 43 ans et 18 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique-métallurgie. Bac +2. Rémunération : 45 048 €, dont 1 700 € de variable.

La femme, 52 ans et 31 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’un groupe français dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise 7 personnes. Bac + 2. Rémunération : 41 278 € dont 1 103 € de variable.

La femme, 47 ans et 19 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 32 540 €.

L’homme, 47 ans et 14 ans d’ancienneté. Il travaille en province dans le secteur de la chimie. Il supervise 2personnes. Bac +5. Rémunération : 56 167 €, dont 1 900 € de variable.

ouvrier de maintenance

ingénieur assurance Qualité totale

Dépanne, sur place ou en atelier, des parties d’équipements de production. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+2%

Moyen

Bas

+4%

Moyen

19 079

25 050

30 437

3,7 %

2,0 %

5,0 %

19 760

26 263

35 176

20 795

25 656

30 608

3,8 %

4,4 %

11,3 %

21 921

27 528

37 673

Fixe Variable (%) Globale

Le top

L’homme, 51 ans et 20 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique-métallurgie. Rémunération : 29 418 €, dont 878 € de variable. La femme, 26 ans et 5 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur des biens d’équipement. Rémunération : 18 897 €, dont 1 257 € de variable.

L’usine nouVeLLe i N° 3216-3217 i 2 Décembre 2010

(2009/2010)

Bas

+2%

Moyen

Haut

49 261

GranDes entreprises

30 261

41 131

55 136

4,2 %

8,6 %

7,6 %

32 185

45 808

60 872

37 030

44 958

57 477

4,5 %

7,1 %

13,8 %

40 247

50 226

69 261

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

supervise le contrôle de la qualité de l’ensemble du processus de fabrication. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

L’homme, 51 ans et 23 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’un groupe français dans le secteur de la pharmacie. Formation CAP. Rémunération : 35 564 €, dont 298 € de variable.

ingénieur contrôle Qualité totale

assure la promotion du programme de qualité totale sans la responsabilité directe du contrôle qualité. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

L’homme, 53 ans et 25 ans d’ancienneté. Il travaille en province dans le secteur de l’agroalimentaire-boissonstabac. Il supervise 3 personnes. Rémunération : 41 803 €, dont 1 278 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

33 463

39 921

5,6 %

8,6 %

10,4 %

35 858

44 354

57 433

Moyennes entreprises

Le top

L’homme, 47 ans et 17 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur de la pharmacie. Double formation de pharmacien + grande école ou MBA ou 3e cycle d’un autre domaine. Rémunération : 56 744 €, dont 3 128 € de variable. La femme, 40 ans et 10 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le commerce-distribution. Bac + 5. Rémunération : 52 357 €, dont 2 618 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

33 144

37 489

49 219

9,8 %

9,4 %

8,0 %

37 668

42 956

55 221

Le top

L’homme, 42 ans et 12 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de la pharmacie. Autodidacte. Rémunération : 51 863 €, dont 1 686 € de variable. La femme, 39 ans et 18 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne dans le secteur des autres services. Elle supervise 2 personnes. Rémunération : 44 773 €, dont 3 000 € de variable.

65


enquêtes spécial salaires

support à la production responsable service planning et gestion de production

tecHnicien contrôle Qualité effectue des opérations de contrôle qualité. analyse les résultats et propose des améliorations. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+2%

Moyen

Bas

Moyen

ND

25 412

30 452

38 447

3,2 %

8,1 %

8,5 %

26 577

35 103

43 758

Fixe Variable (%) Globale

26 813

33 623

3,8 %

7,6 %

7,9 %

25 956

30 293

37 800

Le top

L’homme, 52 ans et 28 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 37 319 €, dont 283 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

Bas

Moyen

ND Haut

GranDes entreprises

38 496

58 016

67 810

9,1 %

1,4 %

11,0 %

42 755

58 745

78 192

Moyennes entreprises

24 425

etablit les programmes de fabrication de son secteur et contrôle leur réalisation. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

etablit le (s) plan(s) prévisionnel(s) de fabrication de l’entreprise ou d’une unité et suit leur(s) réalisation(s). Variation moyenne de la rémunération globale

tecHnicien planning et gestion de production

Fixe Variable (%) Globale

27 368

32 474

38 976

11,4 %

14,1 %

13,2 %

31 810

38 817

45 745

25 297

29 167

33 091

5,5 %

6,3 %

5,9 %

27 944

33 155

37 868

Moyennes entreprises

35 328

41 783

54 564

2,9 %

2,5 %

11,2 %

37 433

44 470

62 329

Le top

Fixe Variable (%) Globale

Le top

La taille de l’échantillon est insuffisante pour communiquer un résultat significatif.

La taille de l’échantillon est insuffisante pour communiquer un résultat significatif.

La femme, 47 ans et 20 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de la pharmacie. Autodidacte. Rémunération : 32 653 €, dont 870 € de variable.

responsable de bureau d’études Dirige un bureau d’études chargé des études nécessaires à la mise en fabrication de produits ou d’équipements. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+2%

Moyen

44 786

56 668

80 084

6,4 %

7%

5,1 %

48 849

61 641

85 636

40 967

50 426

72 195

Bas

+2%

Moyen

4,8 %

6,8 %

4,7 %

43 041

56 261

77 162

Fixe Variable (%) Globale

L’homme, 52 ans et 21 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique-métallurgieautomobile-aéronautique. Il supervise 10 personnes. Bac + 5. Rémunération : 71 719 €, dont 3 343 € de variable.

La femme, 38 ans et 15 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur des produits de grande consommation. Elle supervise 8 personnes. Bac +5. Rémunération : 50 766 €, dont 2 432 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

est responsable de la conduite technique et humaine de projet(s) de développement/modification de produits. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

Haut

+2%

Moyen

Haut

40 679

51 728

69 996

5,8 %

8,3 %

8,9 %

43 581

57 053

78 254

38 620

51 464

67 921

3,1 %

8,1 %

8,2 %

40 428

56 544

75 731

GranDes entreprises

36 474

44 715

60 735

5,2 %

6,6 %

10,9 %

39 045

48 475

69 664

36 443

44 848

57 880

4,7 %

4,9 %

6,5 %

39 185

48 464

63 175

Moyennes entreprises

Le top

66

(2009/2010)

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Conduit des études afin de satisfaire l’ensemble des caractéristiques mentionnées dans lecahier des charges client. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

cHef de projet études

ingénieur bureau d’études

Fixe Variable (%) Globale

Moyennes entreprises

Le top

Fixe Variable (%) Globale

Le top

L’homme, 51 ans et 19 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 53 635 €, dont 1 415 € de variable.

L’homme, 47 ans et 20 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’un groupe français dans le secteur de la mécanique-métallurgie. Bac +5. Rémunération : 69 143 €, dont 3 470 € de variable.

La femme, 47 ans et 22 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 48 185 €, dont 2 705 € de variable.

La femme, 44 ans et 16 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 55 483 €, dont 3 291 € de variable.


enquêtes

spécial salaires

Définit et pilote la stratégie sociale, environnementale et économique en collaboration avec la direction générale. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

Moyen

0% Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

-

95 023

-

-

17,8 %

-

-

116 325

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

ingénieur normalisation – Homologation

ingénieur industrialisation

directeur du développement durable

Le top

L’homme, 56 ans et 21 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une entreprise publique ou parapublique dans le secteur des services. Il supervise une équipe de 2 personnes. Bac +5. Rémunération : 114 442 €, dont 12 083 € de variable. La femme, 49 ans et 9 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans les services. Elle supervise une équipe de 2 personnes. Rémunération : 104 605 €, dont 10 700 € de variable.

L’usine nouVeLLe i N° 3216-3217 i 2 Décembre 2010

réalise des études et constitue des dossiers de fabrication de produits nouveaux. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+5%

Moyen

Bas

Moyen

ND Haut

GranDes entreprises

38 693

40 076

55 205

5,2 %

11,1 %

11 %

40 713

46 362

64 100

Fixe Variable (%) Globale

38 145

53 304

68 464

8,1 %

5,4 %

2,7 %

42 314

56 359

70 405

Moyennes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

suit la création de produits et prend en charge leur homologation, au niveau national et/ou européen. Variation moyenne de la rémunération globale

36 239

42 169

50 663

1,4 %

5,4 %

5,7 %

36 803

45 027

54 895

Le top

L’homme, 45 ans et 17 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’un groupe français dans le secteur de l’agroalimentaire-boissons-tabac. Formation BEP. Rémunération : 49 842 €, dont 2 378 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

43 241

48 803

54 365

1,5 %

7%

12,5 %

44 225

53 509

62 793

Le top

La taille de l’échantillon est insuffisante pour communiquer un résultat significatif.

La femme, 34 ans et 5 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur du commerce-distribution. Bac +5. Rémunération : 49 486 €, dont 2 241 € de variable.

67


enquêtes spécial salaires

logistique achats

La hiérarchie des augmentations respecte la hiérarchie des entreprises. Les directeurs progressent fortement, alors que les ouvriers stagnent. Directeur Des achats

Directeur De la logistique Supervise la distribution physique des marchandises et les achats, l’approvisionnement et les stocks. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+6%

Moyen

(2009/2010)

Bas

+6%

Moyen

51 073

80 299

115 905

12,2 %

12,5 %

8,7 %

61 142

92 709

128 183

-

70 438

-

-

9,7 %

-

-

82 612

-

Fixe Variable (%) Globale

+2%

(2009/2010)

Bas

Moyen

Haut

25 626

32 116

37 412

8,7 %

10,7 %

14,1 %

29 050

37 659

45 217

GrandeS entrepriSeS

64 748

89 149

125 695

16,2 %

26,0 %

23,9 %

77 837

114 516

157 694

69 917

106 899

117 640

8,2 %

9,6 %

18,6 %

77 241

121 346

143 431

MoyenneS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

Supervise les activités d’un magasin de matières ou produits (suivi des stocks et manutention). Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GrandeS entrepriSeS

MoyenneS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

élabore la stratégie d’achats de l’entreprise ou d’une unité d’au moins 1 000 salariés et supervise sa mise en œuvre. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GrandeS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

responsable De magasin

Fixe Variable (%) Globale

MoyenneS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

26 972

33 547

45 513

4,6 %

7,5 %

4,5 %

28 445

36 629

49 622

Le top

Le top

Le top

La femme 44 ans et 12 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne dans le secteur de la chimie. Elle supervise une équipe de 51 personnes. Bac + 5. Rémunération : 105 225 €, dont 10 962 € de variable.

La femme 47 ans et 9 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur du commerce-distribution. Elle supervise une équipe de 28 personnes. Bac + 5. Rémunération : 114 273 €, dont 22 489 € de variable.

La femme 46 ans et 24 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’un groupe français dans le secteur du commerce-distribution. Elle supervise une équipe de 15 personnes. Rémunération : 33 488 €, dont 1 179 € de variable.

L’homme, 54 ans et 19 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Il supervise une équipe de six personnes. Rémunération : 96 769 €, dont 6 452 € de variable.

responsable De service achats dirige le service achats d’une entreprise de moins de 500 salariés ou d’un établissement ou un service achats. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+3%

Moyen

50 105

65 599

87 831

10,1 %

9,9 %

14,5 %

55 985

74 404

106 010

N.D.

Bas

Moyen

Fixe Variable (%) Globale

53 112

64 179

80 960

4%

10,5 %

16,6 %

55 973

74 498

95 986

L’homme, 52 ans et 21 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Il supervise une équipe de quatre personnes. Rémunération : 85 614 €, dont 9 670 € de variable. La femme 48 ans et 20 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/ métallurgie. Elle supervise une équipe de 5 personnes. Rémunération : 74 313 €, dont 7 311 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

Le top

dirige un service approvisionnements. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Haut

Bas

+2%

Moyen

Haut

37 281

45 652

57 982

6,6 %

11 %

10,2 %

40 986

53 550

68 534 71 677

GrandeS entrepriSeS

36 256

48 185

67 089

7,6 %

12,1 %

11,6 %

40 576

56 613

78 135

MoyenneS entrepriSeS

Le top

68

prend en charge les flux de matière et de produits et dirige les activités de transport d’un établissement. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

L’homme, 48 ans et 21 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une entreprise publique ou parapublique dans le secteur des services. Il supervise une équipe de 10 personnes. Niveau Bac. Rémunération : 38 876 €, dont 1 679 € de variable.

responsable De service approvisionnements

GrandeS entrepriSeS

MoyenneS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

responsable transport

Haut

GrandeS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

L’homme, 50 ans et 20 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Il supervise une équipe de 14 personnes. Bac + 5. Rémunération : 130 434 €, dont 19 317 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

MoyenneS entrepriSeS

36 086

47 803

63 584

6,8 %

6,4 %

10,3 %

38 610

51 496

73 892

La taille de l’échantillon est insuffisante pour communiquer un résultat significatif.

Fixe Variable (%) Globale

36 224

44 206

3,8 %

8,8 %

9,2 %

37 763

50 210

79 973

Le top

L’homme, 52 ans et 24 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de l’agroalimentaire/boissons/ tabac. Il supervise une équipe de dix personnes. Rémunération : 58 364 €, dont 4 182 € de variable. La femme 48 ans et 19 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise une équipe de 5 personnes. Bac + 2. Rémunération : 52 756 €, dont 4 464 € de variable.


enquêtes spécial salaires

logistique achats cariste

assistant logistique

effectue les tâches de manutention nécessitant l’utilisation d’un chariot élévateur. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

Moyen

0%

Fixe Variable (%) Globale

22 700

23 292

26 480

1,3 %

8,2 %

6,3 %

23 116

26 398

29 919

19 891

21 325

25 078

0,1 %

5,5 %

9,7 %

19 915

22 478

28 981

L’homme, 52 ans et 26 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur du commerce-distribution. Bac + 2. Rémunération : 26 439 €, dont 995 € de variable. La femme 46 ans et 24 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la chimie. Niveau BEP. Rémunération : 24 422 €, dont 1 450 € de variable.

acheteur caDre

(2009/2010)

Bas

+4%

Moyen

Fixe Variable (%) Globale Fixe Variable (%) Globale

Haut

22 229

27 505

35 048

5,1 %

7,7 %

8,4 %

23 717

30 885

40 350

28 457

33 219

22 798 3,4 %

4,1 %

6,1 %

24 077

30 804

38 673

43 372

60 330

10,6 %

11,6 %

11,4 %

38 524

50 285

70 696

MoyenneS entrepriSeS 48 463

59 348

3,1 %

5,6 %

5,6 %

41 630

52 359

64 449

Le top

L’homme, 48 ans et 18 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la chimie. Bac + 5. Rémunération : 58 637 €, dont 4 276 € de variable. La femme 42 ans et 15 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 52 789 €, dont 3 707 € de variable.

(2009/2010)

Bas

+1%

Moyen

Haut

21 138

24 362

29 033

10,2 %

9,4 %

12,5 %

24 522

28 549

34 477

20 306

24 161

30 319

5,4 %

5,4 %

6,3 %

21 860

26 286

33 649

GrandeS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

MoyenneS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

L’homme, 53 ans et 27 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe français dans le secteur du commerce-distribution. Bac + 3. Rémunération : 28 958 €, dont 816 € de variable.

La femme 51 ans et 22 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 32 268 €, dont 479 € de variable.

La femme 51 ans et 23 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Niveau bac. Rémunération : 30 551 €, dont 887 € de variable.

manutentionnaire

opérations de préparation, contrôle des marchandises, étiquetage des produits, à l’organisation des livraisons. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+1%

Moyen

Fixe Variable (%) Globale Fixe Variable (%) Globale

réalise les opérations de manipulation et déplacement de marchandises au sein de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

Haut

Moyen

0% Haut

GrandeS entrepriSeS

18 637

23 394

30 179

6,6 %

5,3 %

4,9 %

20 671

25 410

33 074

Fixe Variable (%) Globale

18 558

20 648

26 835

0,8 %

6,2 %

11,9 %

18 786

23 063

31 427

MoyenneS entrepriSeS

MoyenneS entrepriSeS

39 869

Variation moyenne de la rémunération globale

L’homme, 53 ans et 32 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Niveau bac. Rémunération : 32 954 €, dont 565 € de variable.

GrandeS entrepriSeS

33 715

Effectue des opérations de réception, de manutention et l’administration des stocks.

Le top

Le top

Haut

GrandeS entrepriSeS

70

Moyen

agent D’expéDition

négocie les conditions d’achats de matières premières, de la sous-traitance, des investissements de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale

Fixe Variable (%) Globale

Bas

+2%

MoyenneS entrepriSeS

Le top

Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

GrandeS entrepriSeS

MoyenneS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

participe à l’organisation des livraisons sur une plate-forme ou un entrepôt en fonction des ordres. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GrandeS entrepriSeS

magasinier

18 683

21 200

27 805

0,7 %

9,7 %

8,9 %

18 904

24 961

32 083

Le top

L’homme, 53 ans et 25 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur des produits de grande consommation. Niveau CAP. Rémunération : 29 237 €, dont 75 € de variable. La femme 51 ans et 19 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la chimie. Rémunération : 22 079 €, dont 187 €, de variable.

Fixe Variable (%) Globale

17 096

21 517

26 369

0%

3,7 %

10,1 %

17 096

23 230

29 867

Le top

L’homme, 51 ans et 20 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique métallurgie. Rémunération : 24 899 €, dont 200 € de variable. La femme 52 ans et 29 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Niveau CAP. Rémunération : 25 029 €.


enquêtes spécial salaires

recherche et developpement

Pas d’envolée pour les têtes chercheuses ! Directeurs et ingénieurs se contentent de hausses de 2 à 3 %.

directeur de la recherche et du développement Définit la politique de r & D de l’entreprise à moyen et long termes et participe à sa mise au point. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+4%

Moyen

71 377

103 867

120 298

19,3 %

12,5 %

24,2 %

83 732

117 779

147 451

105 656

143 125

11,7 %

13,5 %

18,6 %

88 959

120 197

175 003

Le top

L’homme, 53 ans et 21 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Il supervise une équipe de 34 personnes. Bac + 5. Rémunération : 136 069 €, dont 18 977 € de variable. La femme 50 ans et 19 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une entreprise publique ou parapublique dans le secteur des services. Elle supervise une équipe de 47 personnes. Bac + 5. Rémunération : 110 726 €, dont 11 400 € de variable.

ingénieur responsable de projet recherche et développement Coordonne études et recherches d’une équipe d’ingénieurs, dans le cadre d’un projet spécifique en r & D de produits. Variation moyenne de la rémunération globale Bas

+3%

Moyen

Moyen

Fixe Variable (%) Globale

36 101

51 611

73 370

12,2 %

5,1 %

6%

-

-

-

-

-

-

-

-

40 895

55 317

78 595

44 747

65 080

76 742

7%

10,3 %

15,3 %

47 859

73 500

92 164

L’homme, 53 ans et 22 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de la pharmacie. Autodidacte. Rémunération : 85 167 €, dont 6 989 € de variable. La femme 44 ans et 4 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 77823 €, dont 5 483 € de variable.

technicien analyses et essais

50 991

69 422

5,0 %

7,6 %

9%

procède à des analyses et des essais permettant d’établir des caractéristiques de pièces ou produits. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

44 647

56 984

77 770

Fixe Variable (%) Globale

Moyen

0%

Haut

36 001

41 709

52 305

7,7 %

6%

11,3 %

38 875

45 983

62 816

Fixe Variable (%) Globale

49 389

56 192

62 996

2,5 %

4,5 %

6,4 %

50 574

58 811

67 048

Le top

L’homme, 54 ans et 29 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une entreprise publique ou parapublique dans le secteur des services. Il supervise une équipe de 8 personnes. Bac + 2. Rémunération : 62 468 €, dont 4 218 € de variable. La femme 50 ans et 20 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’un groupe français dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise une équipe de 10 personnes. Autodidacte. Rémunération : 57 697 €, dont 4 642 € de variable.

réalise des études de méthodes de fabrication et propose des améliorations techniques. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

Moyen

0% Haut

GranDes entreprises

25 279

28 743

34 678

3,5 %

9,5 %

8,5 %

27 442

32 592

39 042

Fixe Variable (%) Globale

29 043

34 577

40 437

3,9 %

6,6 %

11,6 %

30 602

37 492

46 702

26 713

32 434

39 041

3,5 %

4,9 %

5,7 %

28 165

35 145

43 625

Moyennes entreprises

24 341

28 765

36 859

3,2 %

5,3 %

9,6 %

25 237

30 365

42 227

Le top

La femme 38 ans et 9 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une entreprise publique ou parapublique dans le secteur des services. Bac + 5. Rémunération : 53 502 €, dont 3 000 € de variable.

La femme 45 ans et 20 ans d’ancienneté. Elle travaille en province dans le secteur des services. Rémunération : 34 579 €, dont 1 550 € de variable.

72

Fixe Variable (%) Globale

Haut

Le top

L’homme, 45 ans et 14 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Il supervise une équipe de 3 personnes. Bac + 5. Rémunération : 63 024 €, dont 2 500 € de variable.

+3%

Moyen

technicien méthodes

Moyennes entreprises

41 688

Bas

Moyennes entreprises

Le top

Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

GranDes entreprises

-

Bas

Dirige un laboratoire chargé des mesures et essais de produits existants. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Fixe Variable (%) Globale

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Bas

Moyennes entreprises

78 464

(2009/2010)

+3%

(2009/2010)

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

pilote un projet de recherche en gérant les aspects techniques, humains, universitaires et financiers. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

responsable de laboratoire de mesures et d’essais

responsable de projet de recherche

L’homme, 47 ans et 21 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie/ automobile/aéronautique. Niveau grande école. Rémunération : 34 157 €, dont 281 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

Le top

L’homme, 51 ans et 26 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur des produits de grande consommation. Bac + 4. Rémunération : 38 554 €. La femme 40 ans et 12 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Rémunération : 34 288 €.


enquêtes spécial salaires

recherche et developpement technicien de développement

dessinateur d’études

effectue des études technos sur des produits. réalise des essais industriels et le lancement en fabrication. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

Moyen

0%

Fixe Variable (%) Globale

24 528

31 658

37 380

1,1 %

6,2 %

11,3 %

25 673

34 347

42 416

31 530

38 397

5,1 %

5,1 %

6,2 %

28 631

34 668

43 138

Le top

L’homme, 51 ans et 28 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie/ automobile/aéronautique. Niveau bac. Rémunération : 38 404 €. La femme 44 ans et 19 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Rémunération : 34 827 €, dont 757 € de variable.

ingénieur de recherche

+3%

Moyen

32 832

37 148

52 008

3,4 %

12,3 %

10 %

34 211

43 836

58 553

Fixe Variable (%) Globale

27 394

35 735

1,3 %

9,3 %

10,7 %

21 919

31 460

41 093

26 413

29 949

35 886

4,2 %

4,4 %

29 267

32 783

38 103

Le top

L’homme, 49 ans et 19 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une entreprise publique ou parapublique dans le secteur des services. Niveau CAP. Rémunération : 33 507 €, dont 348 € de variable. La femme 44 ans et 17 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une entreprise publique ou parapublique dans le secteur des services. Niveau BEP. Rémunération : 29408 €.

34 434

44 368

60 351

2,5 %

5,4 %

5,4 %

35 746

47 544

64 401

L’homme, 38 ans et 8 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Bac + 5. Rémunération : 54 218 €, dont 2 497 € de variable. La femme 38 ans et 10 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une entreprise publique ou parapublique dans le secteur des services d’utilité publique. Niveau MBA. Rémunération : 45 651 €, dont 1 800 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

+2%

Moyen

Haut

Fixe Variable (%) Globale

36 976

43 318

49 660

6,1 %

4,4 %

2,7 %

40 047

46 015

51 984

+3%

Moyen

Fixe Variable (%) Globale

35 372

38 203

41 034

2,6 %

3%

3,5 %

36 284

39 332

42 380

Le top

L’homme, 51 ans et 20 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne dans le secteur des services. Rémunération : 46 126 €, dont 800 € de variable. La femme 34 ans et 10 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe français dans le secteur de l’automobile/aéronautique. Bac + 5. Rémunération : 41 793 €, dont 2 091 € de variable.

ingénieur brevets

supervise la mise en fabrication, à l’échelle industrielle, des produits mis au point au laboratoire. Variation moyenne de la rémunération globale

Fixe Variable (%) Globale

Bas

Moyennes entreprises

3,2 %

Bas

(2009/2010)

GranDes entreprises

21 590

(2009/2010)

Élabore et organise des programmes d’essais pour une ligne de produits de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

réalise le montage et dépôt de dossiers sur la protection des découvertes techniques ou technologiques. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Haut

Bas

+2%

Moyen

Haut

-

51 915

-

-

5,1 %

-

-

55 099

-

45 845

53 744

69 161

5,2 %

8,3 %

5,2 %

48 385

60 724

75 380

GranDes entreprises

36 573

40 494

51 739

3,3 %

5,1 %

4,6 %

37 873

42 540

54 085

Moyennes entreprises

Le top

74

0%

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Fixe Variable (%) Globale

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Moyen

ingénieur développement

réalise la recherche, la mise au point de produits nouveaux et l’amélioration de produits existants. Variation moyenne de la rémunération globale Bas

Bas

Moyennes entreprises

26 069

(2009/2010)

(2009/2010)

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

réalise des études et plans relatifs à des modifications d’installations ou à des éléments d’un projet d’ensemble. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

ingénieur mesures et essais

Fixe Variable (%) Globale

Moyennes entreprises

36 473

43 282

55 882

5,1 %

6,3 %

8,3 %

38 942

47 206

61 822

Le top

L’homme, 40 ans et 10 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Autodidacte. Rémunération : 51 526 €, dont 2 640 € de variable. La femme 33 ans et 4 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une entreprise publique ou parapublique dans le secteur des services. Bac + 5. Rémunération : 42 056 €, dont 1 522 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

Le top

L’homme, 46 ans et 16 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie/ automobile/aéronautique. Bac + 5. Rémunération : 66 979 €, dont 2 250 € de variable. La femme 39 ans et 10 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur des services. Bac + 5. Rémunération : 60 658 €, dont 2 376 € de variable.


enquêtes spécial salaires

informatique

Le directeur informatique est celui qui a été le plus faiblement augmenté de tous les directeurs de l’entreprise. Avec la relance de grands projets en 2010, sa situation et celle de ses troupes pourraient évoluer l’année prochaine. directeur informatique

responsable études/développement

supervise l’ensemble des activités informatiques de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+2%

Moyen

Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

Bas

+2%

Moyen

70 763

96 255

122 758

9,7 %

9,6 %

16,6 %

78 748

109 013

146 665

Fixe Variable (%) Globale

93 723

112 178

15,1 %

16,5 %

18 %

87 440

112 361

137 281

Le top

Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

Bas

+1%

Moyen

Haut

35 960

60 034

78 190

4%

6,4 %

12,8 %

37 551

65 660

91 010

Grandes entreprises

48 905

70 015

85 406

5,9 %

8,3 %

13,7 %

53 790

78 353

101 190

Moyennes entreprises

75 267

supervise l’ensemble de la production et l’exploitation informatique de l’entreprise ou de l’une de ses unités. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

Grandes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Coordonne la conception, le développement et la maintenance des applications informatiques. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

Grandes entreprises

responsable de l’exploitation informatique

Fixe Variable (%) Globale

Moyennes entreprises

49 497

60 920

78 753

4,1 %

9,9 %

10,1 %

53 058

71 404

92 974

Fixe Variable (%) Globale

41 888

51 656

68 702

4,3 %

7,8 %

10,2 %

45 802

57 333

87 801

L’homme, 53 ans et 13 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante pour des produits de grande consommation. Il supervise 24 personnes. Bac + 5. Rémunération : 123 356 €, dont 14 825 € de variable.

Le top

L’homme, 50 ans et 16 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur du commercedistribution. Il supervise une équipe de 7 personnes. Rémunération : 82491 €, dont 6 987 € de variable.

Le top

La femme 46 ans et 3 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’un groupe français dans le secteur du commerce-distribution. Elle supervise une équipe de 3 personnes. Rémunération : 103 965 €, dont 10 664 € de variable.

La femme 48 ans et 17 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur du commerce-distribution. Elle supervise une équipe de 5 personnes. Bac + 5. Rémunération : 81 869 €, dont 6 000 € de variable.

La femme 48 ans et 15 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Elle supervise une équipe de 3 personnes. Bac + 4. Rémunération : 50 780 €, dont 1 401 € de variable.

responsable système

responsable d’un service informatique

adapte et maintient les systèmes d’exploitation. assure la mise en place de la maintenance des matériels. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+1%

Moyen

Haut

Grandes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Bas

+5%

Moyen

48 663

56 653

67 941

3,6 %

7,5 %

7,6 %

50 932

63 743

76 083

Fixe Variable (%) Globale

54 479

59 601

3,2 %

7,5 %

11,9 %

53 470

61 923

70 377

Le top

Fixe Variable (%) Globale

50 973

61 843

78 152

6,9 %

10,1 %

16,6 %

56 193

71 001

94 291

Bas

+3%

Moyen

Haut

Fixe Variable (%) Globale

36 561

45 213

54 817

4,8 %

5,7 %

8,7 %

39 866

48 789

62 547

Moyennes entreprises

48 934

65 037

81 068

5,1 %

5,6 %

11,5 %

51 574

70 979

91 936

Le top

L’homme, 46 ans et 17 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe français dans le secteur des services. Il supervise une équipe de 3 personnes. Bac + 5. Rémunération : 61 032 €, dont 4 013 € de variable.

L’homme, 49 ans et 17 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur du commercedistribution. Il supervise une équipe de 9 personnes. Rémunération : 73478 €, dont 5 333 € de variable.

La femme 45 ans et 6 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 79 341 €.

La femme 49 ans et 24 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur des services. Elle supervise une équipe de 15 personnes. Rémunération : 81 620 €, dont 8 019 € de variable.

76

(2009/2010)

Grandes entreprises

Moyennes entreprises

49 357

Met en place et optimise une partie ou la totalité des systèmes dexploitation utilisés dans l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

Grandes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

ingénieur système

dirige un service informatique dans un domaine d’applications particulier ou une unité de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

L’homme, 50 ans et 19 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur du commerce-distribution. Il supervise une équipe de 4 personnes. Rémunération : 74 141 €, dont 5 102 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

34 232

42 414

51 998

4%

7,8 %

14,8 %

36 199

47 354

62 674

Le top

L’homme, 45 ans et 16 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne dans le secteur de l’automobile /aéronautique. Bac + 5. Rémunération : 52 746 €, dont 3 363 € de variable. La femme 55 ans et 20 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur du commercedistribution. Rémunération : 62 207 €, dont 6 864 € de variable.


enquêtes

spécial salaires

analyste programmeur

ingénieur réseau

à partir de l’analyse d’une application, assure la programmation d’un projet informatique. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+3%

Moyen

31 099

38 475

43 032

2,9 %

6,3 %

11,7 %

33 389

42 336

51 267

31 064

42 214

54 752

2,1 %

5,3 %

2,2 %

32 668

46 899

62 157

L’homme, 50 ans et 19 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de l’automobile/aéronautique. Rémunération : 45 489 €, dont 1 882 € de variable. La femme 47 ans et 16 ans d’ancienneté. Elle travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Bac + 5. Rémunération : 41 029 €, dont 865 € de variable.

chef de projet

Haut

Fixe Variable (%) Globale

36 688

43 937

52 716

5,2 %

7,7 %

8,1 %

39 681

49 435

60 637

Fixe Variable (%) Globale

34 087

38 582

51 823

1,3 %

8,5 %

10 %

35 280

43 402

59 945

Le top

L’homme, 46 ans et 14 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur des produits de grande consommation. Bac + 5. Rémunération : 52 602 €, dont 2 960 € de variable. La femme 41 ans et 13 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur du commerce-distribution. Niveau Bac. Rémunération : 63 101 €, dont 2 000 € de variable.

ingénieur études/développement

étudie la faisabilité d’une application informatique, en suit la réalisation, de sa conception à son installation. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+3%

Moyen

participe à la conception, au développement et la maintenance d’une application informatique. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Haut

Grandes entreprises

Bas

+3%

Moyen

Haut

Grandes entreprises

38 321

46 196

60 269

4,5 %

8,5 %

9,4 %

41 182

52 133

69 273

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Moyen

Moyennes entreprises

Le top

Fixe Variable (%) Globale

Bas

Grandes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

+3%

(2009/2010)

Haut

Grandes entreprises Fixe Variable (%) Globale

installe, administre et optimise tout ou partie d’un système réseau. Variation moyenne de la rémunération globale

Fixe Variable (%) Globale

32 397

41 200

51 432

6%

9,1 %

10,7 %

35 562

47 208

60 795

Moyennes entreprises

37 018

49 266

62 290

2%

3,5 %

8,2 %

38 670

52 275

71 171

Le top

L’homme, 46 ans et 13 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur du commercedistribution. Rémunération : 58 337 €, dont 3 128 € de variable. La femme 47 ans et 18 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur du commercedistribution. Rémunération : 53 759 €, dont 3 058 € de variable.

L’usine nouVeLLe i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

Fixe Variable (%) Globale

34 454

42 743

55 065

3,3 %

9,8 %

10,5 %

36 350

48 342

63 501

Le top

L’homme, 43 ans et 12 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Rémunération : 51538 €, dont 3 000 € de variable. La femme 44 ans et 13 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Rémunération : 52042 €, dont 3 356 € de variable.

77


enquêtes spécial salaires

ventes

En temps de crise, il a fallu motiver ceux sur qui repose le business. Les collaborateurs en première ligne, les ingénieurs commerciaux, sont les grands gagnants avec + 15 %. Directeur Des ventes export

Directeur Des ventes Détermine la stratégie commerciale de l’entreprise. Veille à sa mise en œuvre et contrôle ses résultats. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+5%

Moyen

(2009/2010)

Bas

+8%

Moyen

77 403

101 374

144 814

9,7 %

22,9 %

22,4 %

86 716

127 233

180 035

Fixe Variable (%) Globale

100 151

117 408

11,7 %

13,9 %

33,8 %

91 922

114 018

162 743

Le top

Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

Bas

+7%

Moyen

Haut

GranDes entreprises

79 172

96 463

113 754

13,1 %

16,1 %

19,1 %

89 998

115 545

141 091

Moyennes entreprises

80 863

Met en œuvre la stratégie commerciale sur une partie du territoire, pour les produits/services de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Définit la stratégie de vente de l’entreprise à l’étranger. Coordonne sa mise en œuvre et contrôle ses résultats. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Directeur régional Des ventes

Fixe Variable (%) Globale

53 632

67 586

87 125

10,0 %

15,5 %

22,8 %

59 485

78 167

110 540

46 891

59 906

89 383

2,3 %

30,3 %

15,9 %

48 016

79 931

114 462

Moyennes entreprises

-

97 980

-

-

27,9 %

-

-

131 171

-

Le top

Fixe Variable (%) Globale

Le top

L’homme, 50 ans et 20 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Il supervise 34 personnes. Bac + 5. Rémunération : 146 024 € dont 22 836 € de variable.

L’homme, 48 ans et 18 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la chimie. Il supervise 12 personnes. Autodidacte. Rémunération : 128 668 € dont 24 170 € de variable.

L’homme, 51 ans et 20 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur des services. Il supervise 50 personnes. Bac + 4. Rémunération : 99 273 € dont 16 575 € de variable.

La femme, 44 ans et 11 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur du commerce-distribution. Elle supervise 44 personnes. Bac + 5. Rémunération : 150 161 € dont 29 410 € de variable.

La femme, 55 ans et 7 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise 7 personnes. Rémunération : 116 407 € dont 18 602 € de variable.

La femme, 48 ans et 22 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur du commerce-distribution. Elle supervise 50 personnes. Rémunération : 80 830 € dont 12 875 € de variable.

Directeur Du service clientèle planifie et supervise le programme de service client afin d’optimiser la satisfaction pour les produits/services. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+7%

Moyen

52 004

63 907

89 302

9,9 %

11 %

14,8 %

58 115

74 245

105 027

Bas

+7%

Moyen

Fixe Variable (%) Globale

62 444

78 578

94 713

6,5 %

11,8 %

17,1 %

67 890

91 159

114 427

L’homme, 49 ans et 12 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Il supervise 6 personnes. Grande école. Rémunération : 100 677 € dont 13 669 € de variable. La femme, 48 ans et 19 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Rémunération : 84 166 € dont 7 380 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

anime les services chargés du support administratif des ventes de l’ensemble ou d’une partie de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

Haut

+2%

Moyen

Haut

GranDes entreprises

36 893

50 062

57 000

10,9 %

6,5 %

10,9 %

42 132

54 194

67 488

Moyennes entreprises

Le top

78

(2009/2010)

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

responsable aDministration Des ventes

assure les ventes à l’export sur une zone au travers d’un réseau et/ou par une action directe auprès des clients. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

responsable De zone export

Fixe Variable (%) Globale

36 623

51 003

69 818

8,4 %

7,1 %

11,5 %

40 054

56 288

82 170

Moyennes entreprises

46 981

59 507

80 632

12,1 %

18,6 %

18,3 %

55 250

73 391

98 147

Le top

L’homme, 48 ans et 11 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur de la pharmacie. Double formation : médecin + grande école, MBA ou 3e cycle d’un autre domaine. Rémunération : 73 731 € dont 8 154 € de variable. La femme, 45 ans et 11 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur des produits intermédiaires. Bac + 4. Rémunération : 66 120 € dont 6 405 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

36 949

46 916

61 266

3,4 %

6,6 %

13 %

41 091

52 626

72 769

Le top

L’homme, 50 ans et 21 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Il supervise 6 personnes. Grande école. Rémunération : 73 552 € dont 5 831 € de variable. La femme, 50 ans et 22 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne dans le secteur des services. Elle supervise 9 personnes. Rémunération : 55 761 € dont 4 505 € de variable.


enquêtes

spécial salaires

responsable granDs comptes

responsable D’équipe

propose des plans d’action et négocie les conditions de vente aux principaux clients. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+3%

Moyen

Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+3%

Moyen

44 092

54 150

69 881

18,7 %

25,2 %

31,8 %

53 091

68 070

90 197

Fixe Variable (%) Globale

58 374

72 529

16,1 %

22,2 %

18,8 %

50 833

72 218

88 678

Le top

L’homme, 48 ans et 17 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur des services. Bac + 5. Rémunération : 80 339 € dont 14 333 € de variable. La femme, 44 ans et 14 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne dans le secteur des services. Rémunération : 71 777 € dont 14 723 € de variable.

L’usine nouVeLLe i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

Bas

+ 15 %

Moyen

Haut

GranDes entreprises

41 266

51 061

55 793

11,7 %

22,6 %

48,1 %

48 005

64 891

84 748

Moyennes entreprises

43 191

Vend aux entreprises des produits et services à caractère technique et leur propose les adaptations nécessaires. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

supervise les commerciaux de terrain.

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

ingénieur commercial

Fixe Variable (%) Globale

35 449

42 308

54 236

11,6 %

24,8 %

46,6 %

40 364

53 196

77 196

32 016

40 327

49 627

18,1 %

26,6 %

64,9 %

38 080

51 668

78 480

Moyennes entreprises

53 055

63 983

74 911

9,8 %

9,5 %

9,2 %

59 544

72 507

85 471

Le top

L’homme, 50 ans et 23 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe français dans le secteur des services. Il supervise 8 personnes. Niveau bac. Rémunération : 67 201 € dont 10 544 € de variable. La femme, 52 ans et 17 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de l’agroalimentaire-boissonstabac. Elle supervise 7 personnes. Rémunération : 65 566 € dont 10 170 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

Le top

L’homme, 51 ans et 19 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Rémunération : 75 712 € dont 16 062 € de variable. La femme, 43 ans et 12 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne dans le secteur des services. Rémunération : 56 531 € dont 9 325 € de variable.

79


enquêtes spécial salaires

ressources humaines et communication

Les fonctions supports n’ont pas été très gâtées. Aux ressources humaines, seul le directeur tire son épingle du jeu avec + 7% directeur des ressources humaines

responsable du personnel d’une unité

Contribue à la réalisation des objectifs de l’entreprise par l’élaboration et la mise en œuvre de la politique rH. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+7%

Moyen

Fixe Variable (%) Globale

73 020

105 476

136 612

10,9 %

14,5 %

20,2 %

81 577

120 898

165 546

106 074

138 395

11,5 %

18,2 %

22,4 %

86 524

125 370

172 479

Le top

L’homme, 51 ans et 14 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur des services. Il supervise 13 personnes. Bac + 5. Rémunération : 161 764 € dont 24 530 € de variable. La femme, 50 ans et 17 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise 7 personnes. Rémunération : 125 263 € dont 16 473 € de variable.

responsable paie et administration du personnel

+2%

Moyen

Fixe Variable (%) Globale

37 812

48 246

58 752

5,9 %

6%

10,8 %

40 775

52 811

68 796

51 828

56 061

2,8 %

4%

9,3 %

42 155

54 455

67 908

Le top

40 236

52 673

71 283

6,2 %

7,6 %

10 %

43 735

58 447

79 860

Bas

Moyen

Haut

Fixe Variable (%) Globale

38 731

45 760

60 666

8,8 %

8,1 %

9,5 %

43 589

50 719

69 301

MoyenneS entrepriSeS

47 373

60 999

74 625

4,2 %

7,6 %

10,9 %

49 782

67 124

84 466

Fixe Variable (%) Globale

-

45 433

-

-

4,1 %

-

-

48 164

-

Le top

Le top

La femme, 44 ans et 14 ans d’ancienneté. Elle travaille en province dans le secteur de l’automobile ou de l’aéronautique. Elle supervise 4 personnes. Elle est bac + 5. Rémunération : 62 819 € dont 4 207 € de variable.

La femme, 43 ans et 11 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la chimie. Bac + 5. Rémunération : 54 727 € dont 4 402 € de variable.

L’homme, 50 ans et 21 ans d’ancienneté. Il travaille en province dans le secteur de l’automobile ou de l’aéronautique. Il supervise 4 personnes. Bac + 5. Rémunération : 82 065 € dont 7 117 € de variable.

est le garant du respect par l’entreprise de la législation sociale. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

Moyen

Fixe Variable (%) Globale Fixe Variable (%) Globale

L’homme, 39 ans et 11 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans la pharmacie. Il supervise 3 personnes. Bac + 5. Rémunération : 56 856 € dont 4 272 € de variable.

responsable de la formation

0%

propose et met en œuvre la politique de formation de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

Haut

+2%

Moyen

Haut

37 267

49 611

70 436

5,9 %

6%

10,6 %

39 955

53 793

80 931

40 421

49 669

68 526

2,1 %

5,3 %

10,1 %

41 769

53 276

76 928

GrandeS entrepriSeS

50 925

67 286

91 499

2,2 %

8,1 %

21,5 %

52 388

76 738

117 160

Fixe Variable (%) Globale

MoyenneS entrepriSeS

-

66 045

-

-

4,6 %

-

-

71 642

-

Le top

L’homme, 47 ans et 20 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de l’agroalimentaire-boissons-tabac. Il supervise 6 personnes. Bac + 2. Rémunération : 63 659 € dont 4 052 € de variable.

L’homme, 52 ans et 20 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur du commercedistribution. Il supervise 4 personnes. Bac + 5. Rémunération : 97 740 € dont 9 587 € de variable.

La femme, 53 ans et 22 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de la banque/assurance/autres services financiers. Elle supervise 2 personnes. Rémunération : 59 350 € dont 4 451 € de variable.

La femme, 50 ans et 17 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur du commerce-distribution. Elle supervise 2 personnes. Bac + 5. Rémunération : 78 490 € dont 4 831 € de variable.

80

+5%

(2009/2010)

GrandeS entrepriSeS

MoyenneS entrepriSeS

41 079

recrute l’ensemble ou une catégorie de salariés de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GrandeS entrepriSeS

MoyenneS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

Fixe Variable (%) Globale

Haut

GrandeS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

Moyen

responsable des relations sociales

Supervise les opérations de paie et d’administration du personnel pour toute ou partie de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale Bas

Bas

MoyenneS entrepriSeS

76 756

(2009/2010)

+3%

(2009/2010)

GrandeS entrepriSeS

MoyenneS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

Met en œuvre la politique sociale dans une usine, au siège ou dans toute autre entité de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GrandeS entrepriSeS

responsable du recrutement

Fixe Variable (%) Globale

Le top

L’homme, 56 ans et 22 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne dans le secteur de l’automobile/ aéronautique. Il supervise 4 personnes. Bac + 5. Rémunération : 82 460 € dont 6 618 € de variable. La femme, 47 ans et 20 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe français dans le secteur de l’agroalimentaire-boissons-tabac. Rémunération : 56 906 € dont 3 511 € de variable.


enquêtes

spécial salaires

marketing

Les équipes qui gèrent les produits ont été faiblement augmentées, à l’exception du directeur marketing. directeur de la communication définit et met en œuvre la politique globale de communication de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale

+3%

(2009/2010)

Bas

Moyen

(2009/2010)

Bas

+9%

Moyen

72 940

94 625

112 301

7,7 %

22 %

39,1 %

80 150

125 737

160 907

Fixe Variable (%) Globale

103 813

-

-

17,4 %

-

-

129 193

-

Le top

Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

Bas

+1%

Moyen

Haut

GrandeS entrepriSeS

76 658

96 157

117 580

7,8 %

15,4 %

23,8 %

83 357

112 911

147 598

MoyenneS entrepriSeS

-

Supervise et coordonne les activités du service des études marketing. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GrandeS entrepriSeS

MoyenneS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

responsable des études marketing

elabore et met en œuvre la stratégie marketing de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GrandeS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

directeur marketing

Fixe Variable (%) Globale

46 749

59 480

79 756

7,3 %

8,6 %

10,8 %

51 372

67 329

91 980

-

64 553

-

-

9,8 %

-

-

75 943

-

MoyenneS entrepriSeS

85 639

103 132

120 625

15,0 %

20,5 %

26,1 %

101 942

129 864

157 786

Le top

Fixe Variable (%) Globale

Le top

L’homme, 51 ans et 21 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur des produits de grande consommation. Il supervise 12 personnes. Bac + 5. Rémunération : 140 417 € dont 29 472 € de variable.

L’homme, 46 ans et 12 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de l’agroalimentaire-boissons-tabac. Il supervise 10 personnes. Bac + 5. Rémunération : 134 322 € dont 24 851 € de variable.

L’homme, 44 ans et 11 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de l’agroalimentaire-boissons-tabac. Il supervise 3 personnes. Bac + 5. Rémunération : 81 102 € dont 7 731 € de variable.

La femme, 47 ans et 13 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur des services. Elle supervise 8 personnes. Rémunération : 128 870 € dont 16 241 € de variable.

La femme, 47 ans et 17 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la chimie. Elle supervise 12 personnes. Bac + 5. Rémunération : 132 250 € dont 18 049 € de variable.

La femme, 48 ans et 9 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise 3 personnes. Bac + 5. Rémunération : 74 389 € dont 3 678 € de variable.

responsable de la communication interne

chef de produit (ou de marque) international

Met en œuvre la politique de communication interne de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+3%

Moyen

Bas

+3%

Moyen

43 157

54 887

72 969

14,5 %

6,9 %

14,7 %

51 183

59 968

89 310

Fixe Variable (%) Globale

50 040

-

-

6,5 %

-

-

53 778

-

Le top

Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

Bas

+4%

Moyen

Haut

GrandeS entrepriSeS

39 060

57 106

68 460

8,3 %

12,3 %

22 %

42 656

67 146

90 390

MoyenneS entrepriSeS

-

responsable de la gestion marketing et du développement de produits ou d’une gamme de produits. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GrandeS entrepriSeS

MoyenneS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

Haut

GrandeS entrepriSeS Fixe Variable (%) Globale

Élabore et met en œuvre les plans marketing internationaux d’un produit ou d’un ensemble de produits. Variation moyenne de la rémunération globale

chef de produit

Fixe Variable (%) Globale

34 557

43 050

56 519

9,1 %

9,5 %

12,2 %

38 580

49 378

66 885

35 963

46 103

60 042

9%

13,4 %

15,5 %

40 363

53 646

71 734

MoyenneS entrepriSeS

45 553

55 613

68 889

9,2 %

17,8 %

16,6 %

53 347

69 792

84 672

Le top

Fixe Variable (%) Globale

Le top

L’homme, 40 ans et 7 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur du commerce-distribution. Il supervise 2 personnes. Bac + 5. Rémunération : 92 444 € dont 8 660 € de variable.

L’homme, 49 ans et 19 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur du commercedistribution. Il supervise 2 personnes. Bac + 5. Rémunération : 70 465 € dont 10 620 € de variable.

L’homme, 39 ans et 10 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de l’agroalimentaire-boissons-tabac. Rémunération : 59 054 € dont 5 147 € de variable.

La femme, 46 ans et 19 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Elle supervise 2 personnes. Rémunération : 57 981 € dont 5 730 € de variable.

La femme, 39 ans et 9 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur du commerce-distribution. Bac + 2. Rémunération : 55 459 € dont 3 132 € de variable.

La femme, 35 ans et 8 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Bac + 5. Rémunération : 51 425 € dont 4 169 € de variable.

L’usine nouVeLLe i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

81


enquêtes spécial salaires

finance-administration-juridique

Le directeur financier a été l’homme clé d’une année tendue en matière de trésoreries. Un gros coup de pouce (+ 13 %) a été donné au fiscaliste, car il a permis aux entreprises d’optimiser impôts et charges. directeur administratif et financier

directeur comptable

Dirige les activités administratives, financières et comptables de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

supervise les services comptables.

+6%

Moyen

(2009/2010)

Bas

Moyen

0%

78 504

113 607

155 860

13,7 %

19 %

33,8 %

91 753

138 537

208 820

Fixe Variable (%) Globale

85 845

115 520

171 067

20,1 %

21,8 %

103 614

139 769

209 874

Fixe Variable (%) Globale

59 860

79 575

99 934

9,1 %

10,5 %

17,7 %

66 371

88 754

121 405

62 285

78 222

94 159

11,0 %

16,1 %

21,2 %

69 503

95 988

122 474

Le top

La femme, 45 ans et 13 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Elle supervise 24 personnes. Bac + 5. Rémunération : 160 529 € dont 19 023 € de variable.

La femme, 45 ans et 10 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe français dans le secteur du commerce-distribution. Elle supervise 10 personnes. Rémunération : 98 547 € dont 9 035 € de variable.

directeur de business unit

(2009/2010)

Bas

+3%

Moyen

Bas

102 784 126 846

168 382

19,4 %

20,9 %

31,6 %

123 398

155 399

221 011

Fixe Variable (%) Globale

+4%

Moyen

142 352

163 343

12,7 %

12,3 %

26,7 %

116 136

161 377

210 898

Le top

Fixe Variable (%) Globale

Fixe Variable (%) Globale Fixe Variable (%) Globale

60 529

75 454

108 571

9,9 %

13,7 %

19,3 %

68 636

90 573

132 232 105 210

58 625

73 391

5,5 %

11,2 %

12,1 %

61 988

85 149

122 872

Le top

L’homme, 45 ans et 12 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur des autres services. Il supervise 8 personnes. Rémunération : 111 952 € dont 10 541 € de variable. La femme, 44 ans et 12 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une entreprise française indépendante dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise 7 personnes. Bac + 2. Rémunération :94 537 € dont 10 018 € de variable.

Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Haut

Bas

+7%

Moyen

Haut

80 711

99 355

148 921

12,0 %

18,5 %

23,1 %

90 675

120 997

187 384

77 231

109 400

141 569

6,6 %

13,4 %

20,2 %

83 870

129 462

175 053

GranDes entreprises

89 843

107 411

142 781

10,7 %

24,6 %

24,5 %

103 290 137 118

181 477

Moyennes entreprises

102 377

Haut

Dirige les activités financières et comptables.

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

(2009/2010)

+3%

Moyen

directeur financier

il est le garant de tous les aspects juridiques de l’entreprise et de ses filiales. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

L’homme, 51 ans et 18 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Il supervise 17 personnes. Rémunération : 107 898 € dont 12 823 € de variable.

directeur juridique

Définit la stratégie concernant une activité, coordonne sa mise en œuvre avec la responsabilité de ses résultats. Variation moyenne de la rémunération globale

Bas

Moyennes entreprises

Le top

L’homme, 50 ans et 15 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur des services. Il supervise 21 personnes. Bac + 5. Rémunération : 150 126 € dont 25 000 € de variable.

(2009/2010)

GranDes entreprises

Moyennes entreprises

16,0 %

Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Dirige les activités de contrôle de gestion.

Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

directeur du contrôle de gestion

Fixe Variable (%) Globale

Moyennes entreprises

82 473

113 128

143 783

7,7 %

15,6 %

23,6 %

88 702

136 234

183 766

Le top

Fixe Variable (%) Globale

Le top

L’homme, 55 ans et 22 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Il supervise 155 personnes. Grande école. Rémunération : 190 703 € dont 37 436 € de variable.

L’homme, 56 ans et 15 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Il supervise 10 personnes. MBA. Rémunération : 167 968 € dont 29 825 € de variable.

L’homme, 51 ans et 13 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur du commerce-distribution. Il supervise 18 personnes. Bac + 5. Rémunération : 151 030 € dont 20 127 € de variable.

La femme, 52 ans et 25 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise 167 personnes. Grande école. Rémunération :175 708 € dont 41 886 € de variable.

La femme, 55 ans et 12 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur des produits de grande consommation. Elle supervise 3 personnes. Bac + 5. Rémunération : 139 749 € dont 29 225 € de variable.

La femme, 53 ans et 30 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur du commerce-distribution. Elle supervise 20 personnes. Bac + 5. Rémunération : 170 280 € dont 29 382 € de variable.

82


enquêtes spécial salaires

finance-administration-juridique auditeur interne

contrôleur de gestion

Vérifie l’efficacité, la cohérence et le respect des systèmes et procédures d’information comptable et financière. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

+2%

Moyen

Fixe Variable (%) Globale

+2%

(2009/2010)

Bas

Moyen

36 118

45 363

58 525

7,3 %

8,1 %

13,1 %

39 710

50 522

70 305

Fixe Variable (%) Globale

48 671

57 711

4,3 %

8,6 %

8,7 %

41 171

55 800

71 415

Le top

Fixe Variable (%) Globale

34 873

44 058

58 892

7,8 %

10,1 %

12,2 %

38 389

50 367

69 604

37 844

49 378

64 408

5,1 %

5,6 %

12,7 %

40 778

54 336

76 613

Le top

L’homme, 44 ans et 13 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne dans le secteur de l’automobile/aéronautique. Bac + 4. Rémunération : 57 570 € dont 4 199 € de variable.

La femme, 37 ans et 5 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Bac + 5. Rémunération : 54 975 € dont 3 589 € de variable.

La femme, 43 ans et 13 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de l’agroalimentaire-boissons-tabac. Rémunération : 52 174 € dont 3 958 € de variable.

comptable cadre

responsable juridique

(2009/2010)

Bas

+2%

Moyen

Haut

GranDes entreprises Fixe Variable (%) Globale

24 198

30 971

46 505

3,2 %

6,5 %

9,1 %

25 268

33 509

53 036

Moyen

Fixe Variable (%) Globale

29 842

37 024

46 055

3%

5,2 %

2,6 %

30 879

38 899

51 133

L’homme, 54 ans et 22 ans d’ancienneté. Il travaille en province dans le secteur du commerce-distribution. Rémunération :54 398 € dont 2 151 € de variable.

La femme, 51 ans et 24 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Bac + 5. Rémunération : 39 191 € dont 1 345 € de variable.

Fixe Variable (%) Globale

Fixe Variable (%) Globale Fixe Variable (%) Globale

Haut

38 586

49 634

66 529

6,0 %

7,9 %

9,3 %

41 391

54 792

75 528

42 101

56 166

64 718

3,3 %

3,6 %

8,2 %

43 898

59 895

74 222

Le top

L’homme, 53 ans et 24 ans d’ancienneté. Il travaille en province au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de l’agroalimentaire-boissons-tabac. Il supervise 7 personnes. Rémunération : 65 301 € dont 4 829 € de variable. La femme, 47 ans et 20 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. Elle supervise 4 personnes. Rémunération : 60 714 € dont 3 991 € de variable.

répond aux besoins de l’entreprise en matière de conseil et d’assistance fiscale. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

Haut

+ 13 %

Moyen

Haut

GranDes entreprises

54 711

64 271

87 312

8,4 %

10,3 %

12,7 %

61 625

75 077

102 219

Moyennes entreprises

Le top

84

+3%

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Bas

Moyen

fiscaliste

supervise les aspects juridiques de la vie de l’entreprise ou d’une unité. il peut être l’adjoint du directeur juridique. Variation moyenne de la rémunération globale (2009/2010)

Bas

Moyennes entreprises

L’homme, 42 ans et 11 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’un groupe français dans le secteur de la mécanique/métallurgie. Bac + 5. Rémunération : 53 887 € dont 4 170 € de variable.

traduit en comptabilité les opérations commerciales, industrielles et financières de l’entreprise. Variation moyenne de la rémunération globale

+2%

(2009/2010)

GranDes entreprises

Moyennes entreprises

39 052

Établit les documents comptables, sous supervision dans le cas d’une entreprise ou unité de plus de 1 000 personnes. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

Moyennes entreprises Fixe Variable (%) Globale

Élabore et suit les budgets de l’entreprise et est source de recommandations pour la direction. Variation moyenne de la rémunération globale

Haut

GranDes entreprises

chef comptable

Fixe Variable (%) Globale

43 571

61 142

79 643

2,4 %

9,3 %

13,8 %

44 746

69 609

93 316

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Moyennes entreprises

57 188

70 124

83 059

7,9 %

6,2 %

4,5 %

63 318

78 709

94 100

Fixe Variable (%) Globale

Le top

Le top

La femme, 43 ans et 15 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une entreprise publique ou para-publique dans le secteur des autres services. Elle supervise 3 personnes. Bac + 5. Rémunération :77 124 € dont 4 325 € de variable.

La femme, 44 ans et 16 ans d’ancienneté. Elle travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe français dans le secteur des autres services. Rémunération : 73 902 € dont 8 000 € de variable.

L’homme, 47 ans et 13 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne dans le secteur de l’automobile/ aéronautique. Il supervise une personne. Bac + 5. Rémunération : 101 485 € dont 6 947 € de variable.

L’homme, 52 ans et 14 ans d’ancienneté. Il travaille en région parisienne au sein d’une filiale d’un groupe étranger dans le secteur de la pharmacie. MBA. Rémunération : 104 244 € dont 6 695 € de variable.


guide RéussiR en Russie  P. 86

 Bonnes Pratiques

P. 86

Wheelabrator Allevard a inauguré sa première usine en Russie eBriefing

 Management alexeiy kuDenko/afp

Votre banque change d’adresse

l’usine nouvelle i n° 3216-3217 xxx i jour i 2mois Décembre année2010

P. 91

Les limites de la critique sur Facebook Jurisprudence en bref

P. 88

Chacun cherche sa chaire à l’usine

 Finance

 Droit  indices

P. 102

Niobium : le meilleur allié de l’acier Minerai de fer - Acier - Vanille

P. 90

 Achats

P. 105

Le Wi-Fi s’invite dans l’atelier

85


guide

bonnes pratiques / management / finance / droit / indices / achats IEKATERINBOURG

Déjà présent dans près de vingt pays, le groupe Wheelabrator Allevard a inauguré cet été sa première usine en Russie, fruit d’un joint-venture avec un groupe russe et un investisseur privé.

D.R.

pAR CARole lembezAt

Danses russes, découpe de ruban et succession de discours... Rien ne manquait le 20 juillet 2010 lors de l’inauguration de la quatorzième usine du français, Wheelabrator Allevard. La première en Russie. Situé à la jonction de l’Oural et de la Sibérie, à 1700 km au sud-est de Moscou, dans une zone industrielle entourée de datchas aux toits bleus, ce site du spécialiste des grenailles abrasives yveS est l’aboutissement d’un projet de longue barraquand, haleine. «Je suis entré en 1994 pour Pdg développer le marché de l’ex-URSS», se souvient Nicolas Klimoff, un commercial français d’origine russe. Il aura fallu vingt ans et l’arrivée en 2003 d’Yves Barraquand aux manettes de l’entreprise iséroise pour faire émerger l’idée d’un site de production sur place. Récit de cette épopée russe.

[ 1]

S’allier au régional de l’étape Quand Wheelabrator Allevard décide d’avoir son propre site de production en Russie, pas question pour cette PME de 368 millions d’euros de chiffre d’affaires de se lancer seule dans l’aventure! Il lui faut d’abord dégotter le bon partenaire. Son profil? Fiable sur le long terme, fin connaisseur des normes locales et des difficultés administratives, mais également apte à donner le bon conseil en cas de coup dur. La perle rare se trouve parmi ses clients. KSM (un fabricant russe de ponts métalliques) entretient depuis quinze ans un partenariat industriel avec l’allemand Thomas Bauer. C’est cette expérience qui va faire pencher la balance en sa faveur. «Cela démontrait sa capacité à gérer une collaboration avec une entreprise étrangère», se souvient Yves Barraquand, le PDG du groupe français. En la personne 86

KURGAN

de son PDG, Nikolaï Parychev, KSM montre sa motivation en venant visiter l’une des usines de fabrication de grenaille du français. C’est un bon point qui vient confirmer son sérieux industriel. Et débouche sur un partenariat en 2005.

[ 2]

dénicher un terrain cléS en main Qui dit site de production, dit emplacement pour le bâtir. Pour le PDG du groupe français, «la clef du projet est d’être propriétaire d’un terrain connecté aux réseaux d’eau, de gaz et d’électricité, dans un endroit où il existe déjà une activité industrielle.» Sans ces prérequis, l’aventure russe peut s’avérer hasardeuse. «Cela peut revenir extrêmement cher, en particulier en Sibérie…», souligne le patron. Décidément plein de ressources, son partenaire russe dispose à Kurgan, près de l’une de ses usines, de terres dotées de ces attributs qu’il cède à Wheelabrator. Pas besoin de tirer des lignes électriques ou des canalisations. En revanche, le sol marécageux exige la construction de pieux en béton sur lesquels repose le bâtiment. Et les températures, parfois extrêmes, nécessitent l’installation dans l’usine de nombreux systèmes de chauffage. Toujours en raison du froid, le bassin de traitement des eaux

e-briefing

D.R.

«comment j’ai créé mon usine russe»

MOSCOU

usinenouvelle.com/ressources

yveS barraquand / wheelabrator allevard

L’expert Jean-françois fiorina, professeur de commerce international et directeur de l’esc grenoble

réussir en russie

> les abonnés peuvent

télécharger gratuitement, sur notre site, ce document sur usinenouvelle.com/ressources


guide

RiA novosti

bonnes pratiques / management / finance / droit / indices / achats

l’oural, le foyer de l’industrie métallurgique du pays.

atomisées est implanté à l’intérieur du bâtiment, tout comme les zones de stockage de la ferraille. Certes, l’emplacement du site est loin de Moscou et des centres de décision, mais ce n’est pas un problème. «Notre marché à nous est dans l’Oural», commente Yves Barraquand. Il s’agit d’une grande région métallurgique en Russie. Cela permet d’assurer plus facilement l’approvisionnement de l’usine en matière première comme la ferraille.

[ 3]

privilégier leS contactS bilingueS Pour s’assurer de la réussite du projet, «il faut aussi pouvoir s’appuyer sur une bonne équipe locale», rappelle Yves Barraquand. Si Wheelabrator n’a pas signé de promesses d’emplois avec la région, en contrepartie de son installation sur place, le partenaire KSM a beaucoup poussé pour que les embauches se fassent localement. La PME française n’a pas hésité à faire appel à un chasseur de tête à Iekaterinbourg, où se situe la filiale commerciale, et a engagé en France quelques personnes d’origine franco-russe pour aider au recrutement. «Le bassin d’emploi de Kurgan, expérimenté dans la métallurgie, était suffisant pour trouver des personnes de bons niveaux», assure le PDG. Et pendant toute la durée du

l’uSine nouvelle i n° 3216-3217 3216 i 2 DéCembRe i 2 DéCembRe 2010 2010

montage du projet, une équipe faisait le déplacement tous les mois depuis la France. «Le fait qu’il y ait dès le départ des gens parlant les deux langues a été l’une des clés de la bonne mise en route du projet, assure Christophe Bertoncelli, le directeur de la zone Russie. Il n’y a pas eu de perte d’information.»

[ 4]

ne S’étonner de rien Les délais à rallonge ou les normes complexes font partie des usages russes et ne doivent pas être négligés. à titre d’illustration, l’entreprise a dû construire un mur de 600 tonnes pour séparer l’atelier des bureaux afin de se prémunir du risque incendie selon les conventions russes. Dans une usine européenne, une simple cloison aurait suffi... Un surcoût d’environ 200000 euros. La traduction du projet industriel aux normes russes a pris dix-huit mois, quand l’équipe française pensait qu’il n’en fallait que six. Enfin, s’adapter aux coutumes locales suppose aussi «de lier une relation qui ne soit pas seulement une relation d’affaires», recommande le PDG de Wheelabrator. Cela passe par des voyages en commun, de longs toasts au cours de repas… sans oublier les nombreuses tournées de vodka! Avoir une bonne descente est un gage de succès. ❚❚ 87


guide

bonnes pratiques / management / finance / droit / indices / achats

Grandes écoles

Chacun cherche sa chaire PiErrE gLEizES / réA

Les écoles d’ingénieurs sollicitent de plus en plus les entreprises pour financer un enseignement. Les bonnes raisons de leur dire oui. Ou non. cécile Maillard

reconnu dans l’aéronautique, Daher veut renforcer sa notoriété dans le nucléaire en participant à une chaire sur les produits métalliques.

L

es chaires d’entreprise ne sont pas des danseuses pour PDG nostalgiques de leur école d’ingénieurs. Soutien à la recherche, envoi de cadres pour enseigner, bourses pour étudiants internationaux, création de contenu pédagogique… Ce partenariat entre une entreprise et une école, qui peut relever du mécénat, est le plus souvent motivé par un intérêt bien compris. Première raison d’investir dans les chaires: l’accès à un vivier de futurs ingénieurs. En les mettant en contact avec leurs cadres, leurs chercheurs ou leurs métiers, les industriels espèrent les convaincre de les rejoindre. L’école des Mines de Nancy a ainsi créé une chaire « Ingénierie et innovation» pour répondre au besoin de recrutement des entreprises locales. Chaque année, un projet « innovation » basé sur des cas réels est choisi, en collaboration avec les cadres des entreprises. Bénéfice colatéral: «Ces entreprises en ont profité pour mieux se connaître et observer les méthodes de travail de leurs voisins », constate Jack-Pierre Piguet, le directeur des Mines de Nancy. Autre raison de se rapprocher d’une école: booster sa recherche. «Les entreprises investissent dans notre chaire sur les déchets nucléaires afin de financer des activités de recherche sur les sujets qui les intéressent, explique Stéphane Cassereau,

le directeur des Mines de Nantes. Nous avons mené un an de discussions avec elles pour définir ces sujets ! » Les industriels bénéficient ainsi d’un accès aux grands laboratoires publics (CNRS, CEA, Inserm), quand les écoles y sont associées. «La chaire leur offre une veille sur la recherche académique», conclut le directeur. Christian Lerminiaux, le président de l’Université de technologie de Troyes, relève d’ailleurs «une tendance des entreprises à sous-traiter leur R&D dans des établissements d’enseignement supérieur ». Enfin, la chaire offre un accès à l’international. En finançant l’accueil d’étudiants ou en envoyant de futurs ingénieurs en Chine, par exemple, les partenaires se constituent un vivier cosmopolite. Pour beaucoup de directeurs d’école, la plus mauvaise raison d’investir dans une chaire d’enseignement et de recherche est de vouloir «faire de la com’». « Si le soutien financier ne correspond pas à une réelle stratégie de l’entreprise, à ses besoins, à une vision à long terme, le partenariat ne durera pas», commente un responsable d’école… qui préfère garder l’anonymat. Car même dans ce cas, une subvention est toujours bonne à prendre. ❚❚

Trois entreprises, trois objectifs Daher poUr l’ innovation

eDF poUr le reCrUtement

• L’équipementier a investi plusieurs millions d’euros en septembre dans une chaire sur les « produits et procédés métalliques pour l’aéronautique et le nucléaire » avec les Mines ParisTech et les Mines Nantes.

• L’électricien, en quête de personnel, investit dans de nombreuses chaires consacrées à l’énergie, dont celle des Mines Nantes sur le « stockage et entreposage des déchets radioactifs », depuis 2009.

l’approChe : opportUniste

l’approChe : maliGne

Mobiliser les grands laboratoires partenaires des écoles pour accélérer le développement de matériaux composites.

88

Face aux départs à la retraite massifs à venir, EDF doit assurer le renouvellement de ses compétences, notamment dans le nucléaire.

Une vision à long terme pour un partenariat durable

areva poUr la montée en CompétenCes

• Participe depuis 2009 à la chaire « Stockage et entreposage des déchets radioactifs ». A orienté le contenu de la formation et de la recherche. l’approChe : stratéGiqUe

Par ce partenariat formation/recherche, Areva souhaite améliorer les compétences des futurs ingénieurs et docteurs dans les domaines où ses besoins sont forts.


guide

bonnes pratiques / management / finance / droit / indices / achats

Aide à l’embauche

dans la cadre de la réforme de la formation professionnelle, Pôle emploi met en œuvre un nouveau dispositif pour livrer des salariés sur mesure.

V

ous voulez recruter mais vous ne trouvez pas «le» candidat avec la bonne formation? La préparation opérationnelle à l’emploi (POE) est faite pour vous. Contactez Pôle emploi, il vous aidera à trouver une personne, financera la formation que vous avez définie pour des compétences totalement adaptées au poste à pourvoir. L’organisme prend en charge l’indemnisation du futur recruté et les coûts, à hauteur de 5 euros de l’heure pour une formation interne à l’entreprise, et jusqu’à 8 euros si elle est délivrée par un organisme externe. Votre OPCA peut compléter. La durée de la formation éligible peut aller jusqu’à 400 heures. Concrètement, après le dépôt d’une offre pour un CDD de 12 mois minimum, ou

un CDI, Pôle emploi sélectionne les candidats. Si le poste n’est pas un plein temps, l’horaire hebdomadaire doit être au moins égal à 20 heures. L’employeur garde la main pour choisir le postulant, comme dans tout processus de recrutement. C’est à ce moment qu’est décidé le périmètre de la formation. Puis, une convention est signée entre Pôle emploi et l’entreprise. À l’issue de la formation, le candidat intégrera l’entreprise, avec une période d’essai normale. Autrement dit, s’il ne fait pas l’affaire, l’entreprise n’est pas tenue de le garder. La POE entre en application début décembre. Pour plus d’infos, vous pouvez contacter votre conseiller Pôle emploi ou l’OPCA de votre branche. ❚❚

Motivation

Comment donner envie d’avoir envie à vos salariés exit les perspectives de carrière. aujourd’hui, les employés s’engagent de plus en plus en fonction de la crédibilité qu’ils accordent à leurs chefs.

L

es sondages se succèdent et se ressemblent pour montrer que les Français ne se sentent pas très engagés dans leur entreprise (seulement 41 % de salariés engagés selon le panel national d’entreprises de Hewitt). Pour renouer avec les salariés, les pistes sont pourtant identifiées, selon Yohan Dehé, spécialiste des enquêtes de l’engagement chez Hewitt. « Mais les ficelles d’hier sont devenues caduques avec la crise, assure-t-il. Les perspectives d’une bonne carrière et la reconnaissance ne sont

l’usine nouvelle i n° 3216-3217 xxx i jour i 2mois décembre année2010

plus les principaux moteurs de l’engagement. » Désormais, c’est la crédibilité des dirigeants, leur éthique, la confiance que l’on met en eux pour mener l’entreprise et la qualité de la relation au manager direct qui compte. En revanche, la crise n’a pas modifié le rôle clé que joue toujours l’intérêt du travail. Les avalanches de stock-options réservées à quelques-uns sont à éviter et les longues discussions à la machine à café peuvent être rentables pour maintenir « l’envie d’avoir envie » des salariés. ❚❚

à l’usine

Charlotte la lionne elle s’appelait Hélène mais on l’appelait charlotte. elle était blonde. une vraie blonde avec des cheveux jusqu’aux fesses, épais et souples. elle produisait deux fois plus vite que les autres mais c’était une rebelle. depuis qu’elle pouvait s’asseoir sur sa chevelure, elle refusait de porter sa charlotte en papier. c’étaient des discussions à n’en plus finir avec le chef d’équipe. on l’avait connu sévère, rigoureux, respectueux du règlement. Pas drôle avec ça. charlotte a fait valser tous ses repères. Quand il lui demandait de faire comme les autres, elle remuait la tête et c’était un immense champ de blé qui ondulait devant ses yeux. avec charlotte il voyageait. il essayait bien de reprendre pied en prenant une grosse voix autoritaire. charlotte s’emportait. comme il refusait le conflit, elle gagnait sans même avoir à combattre. c’est là qu’on a compris qu’on ne pouvait rien faire contre les blondes à longs cheveux. d’un côté, ça a mis de la couleur, ces boucles qui s’envolaient dans l’atelier. de l’autre, on savait que c’était dangereux cette crinière en liberté. on présageait. on l’imaginait traînée sur la ligne, sans que les systèmes de sécurité y puissent quelque chose et notre charlotte finissait en charlotte aux fraises, en produit fini. on était sans doute jalouses dans cet atelier de filles. comment en était-on arrivés là ? charlotte, quand on l’appelait Hélène, pointait toujours à l’heure et toujours coiffée. on n’a pas vu ses cheveux pousser et s’épanouir. blouse blanche, charlotte sur la tête, on était toutes pareilles, ni blondes, ni brunes. charlotte, la lionne, a failli mettre le feu à l’atelier. un jour, elle est arrivée les cheveux coupés à la garçonne. elle avait quatre enfants, on s’est dit qu’elle avait attrapé des poux. Le chef a retrouvé ses esprits et sa rigueur habituelle. nous, on a oublié charlotte et retrouvé Hélène.

PascaL guittet

un nouveau pack “recrutement-formation”

réagissez à la chronique d’anne debray sur adebray@usinenouvelle.com

89


guide

bonnes pratiques / management / finance / droit / indices / achats

protocoles

votre banque change d’adresse L’arrêt d’Etebac, le réseau télécoms liant les entreprises à leurs banques, approche à grand pas. Celles qui ne s’y sont pas préparées risquent de se retrouver dans l’impasse. D.R.

arnaud dumas

● 30 septembre

2011, arrêt d’etebac

● prévoir une

mise en œuvre de deux mois à… beaucoup plus selon la solution choisie.

Les résuLtats attendus ● sécurisation

des transferts

● optimisation

de son organisation

Le temps presse

Urgence pour les entreprises. Le 30 septembre 2011, le réseau télécoms qui permet aux banques de communiquer avec les entreprises cédera sa place à une liaison internet classique. Signant ainsi la fin d’Etebac, le protocole de communication électronique utilisant l’ancien réseau. Impossibilité de régler leurs fournisseurs, de payer les salaires, de recevoir les relevés de compte… Les directions financières qui n’auront pas changé de logiciel vont se retrouver sur le carreau. « Le temps presse, prévient Arnaud Boulnois, le directeur général de Swift France. Il y a un risque de goulet d’étranglement auprès des banques et des fournisseurs de solutions si tout le monde attend le dernier moment. » La migration vers un nouveau protocole peut prendre entre deux et trois mois, voire beaucoup plus si l’entreprise décide d’en profiter pour refondre intégralement son système financier.

pas de panique, iL y a des gains de productivité à La cLé

Pas d’affolement pour autant. Il est encore temps de se lancer. Les entreprises qui s’y prennent suffisamment à l’avance vont pouvoir simplifier leur organisation et effectuer des gains de productivité. Les autres auront juste un ordinateur tout neuf ! Le groupe Pierre Fabre a choisi la première option. « La migration vers SwiftNet n’est qu’une des finalités de notre projet », résume ainsi Philippe Geay, le directeur trésorerie de Pierre Fabre. Le groupe a choisi de refondre entièrement son système financier, en l’harmonisant avec celui de toutes ses filiales étrangères. à la clé, une meilleure visibilité de la trésorerie de chaque société, donc un meilleur contrôle des finances par le groupe et une rationalisation des contreparties bancaires. Avec ce protocole unique, le groupe Pierre Fabre a 90

centralisé la relation avec les banques de toutes ses filiales, en réduisant son pool bancaire mondial à une dizaine. Lancé en avril 2009, le projet a abouti en septembre 2010 pour la France et se voit déployé progressivement dans les filiales du groupe.

trois soLutions techniques au choix

Le Comité français d’organisation et de normalisation bancaires (CFONB) préconise deux nouveaux protocoles. SwiftNet, un protocole créé par la société Swift, permet une connexion avec toutes les banques étrangères. Cette solution s’adresse plutôt aux entreprises, comme les laboratoires Pierre Fabre, ayant des filiales à l’international ou prévoyant de s’y implanter. Le protocole Ebics, initié lui par les banques françaises et allemandes, prévoit de communiquer avec un pool bancaire local. Pour les plus petites entreprises, qui ne travaillent qu’avec une seule banque sur des flux réduits, les établissements bancaires proposent également des solutions plus légères fondées sur le web. à noter : quelle que soit la solution, l’entreprise devra signer un nouveau contrat avec chacune de ses banques. Une étape qui peut, selon les négociations, prendre du temps… ❚❚

Il ne faut pas considérer sa situation présente, mais définir son organisation cible avant de choisir une solution. D.R.

L’échéance

Philippe Geay, directeur trésorerie de Pierre Fabre


guide

bonnes pratiques / management / finance / droit / indices / achats

Avis d’expert

s’agit de « dénigrement » et « d’incitation à la rébellion contre la hiérarchie ». Les salariés, qui estimaient que les propos tenus l’avaient été dans la sphère privée et ne pouvaient donc être utilisés par leur employeur, ont alors saisi le Conseil des prud’hommes. Cependant, celui-ci a validé la mesure de licenciement prise, considérant que ces échanges dépassaient cette sphère privée. Il s’appuie sur le fait que d’autres « amis Facebook » y avaient aussi accès, puisque l’un des salariés au moins avait ouvert son profil à l’ensemble de ses contacts.

les limites de la critique sur Facebook

sphère publique ou privée ?

La logique du raisonnement semble ici fondée : on voit mal, en effet, ce qui peut être qualifié de « privé » lorsque les intéressés ont sciemment choisi d’exposer, en dehors de leur cercle propre, leurs états d’âme vis-à-vis de leur employeur. à cet égard, le Conseil des prud’hommes ne tient pas compte dans la décision rendue du fait que d’une part, le jour et l’heure à laquelle ses propos ont été écrits soient en dehors du temps de travail et d’autre part, le matériel « Gardez-moi de mes amis. Mes ennemis, je m’en utilisé ait été celui des salariés : il a, semble-t-il, retenu charge. » L’adage est ancien et pourtant il n’a jamais d’abord et avant tout la diffusion des propos en cause, sans été autant d’actualité depuis que le Conseil des se pencher sur leurs conditions d’élaboration. prud’hommes de Boulogne-Billancourt a jugé, le Si la question de la sphère public-privé soulevée par ce 19 novembre, que le licenciement de plusieurs jugement est loin d’être épuisée, la décision est aussi intésalariés, pour s’être échangés des propos peu amènes ressante dans la mesure où elle a retenu une faute grave à à l’égard de leur employeur sur Facebook, le premier l’égard du «club des néfastes» et de son intention déclarée réseau social du monde, était justifié car fondé sur de gâcher la vie d’un autre salarié de l’entreprise. De ce point de vue, il n’est pas certain l’existence d’une faute grave l’enjeu toutefois que la décision innove parti(Conseil des prud’hommes de Boulogne-Billancourt, 19 nov. culièrement, dès lors que les magistrats lAurent ● distinguer les propos publics ou GuArdelli, 2010, Sté Alten). demeurent toujours, et c’est heureux, privés tenus sur facebook avocat, docteur en Les faits de l’affaire sont simples : très attentifs à sanctionner sévèredroit, field fisher un salarié, s’estimant mal consiment les abus du droit d’expression. lA mise en Œuvre Waterhouse LLp déré par sa direction, avait écrit Dans cette mesure, un chef d’entreprise sur sa page Facebook lancer un informé de l’existence d’un « club des ● déterminer l’étendue réelle « club des néfastes », dont l’objet serait néfastes » au sein de sa société, même de la diffusion des propos en cause de «rendre la vie impossible» à un cadre s’il ne s’agissait que d’humour, comme de l’entreprise. Il est alors rejoint dans le prétendaient dans cette affaire les ce « club » par deux autres salariés de l’entreprise. Avertie trois salariés concernés, ne serait-il pas lui-même en par un « ami Facebook » (…) des intéressés, la direction de faute de ne pas réagir ? L’humour a ses limites, même l’entreprise les licencie pour faute grave, estimant qu’il entre « amis ». ❚❚

d.r.

Le premier jugement rendu en la matière confirme que les limites fixées par la jurisprudence à la critique de son employeur s’étendent aussi à Facebook.

jurisprudence en breF

Exclusion d’un associé

intérim

L’exclusion d’un associé sans qu’il ait pu venir s’expliquer devant l’organe qui décide l’exclusion n’est pas une cause de nullité de la décision.

Le non-respect du délai de carence par l’entreprise utilisatrice ne permet pas au salarié d’obtenir la requalification de son contrat de travail temporaire en cdi.

(Cass. Com, 9.11.2010, N° 1119, Creno c/ Balicco Méditerranée et a.)

(Cass. Soc, 17.11.2010, N° 2220, Rossmann c/ Téléperformance Centre-Est).

l’usine nouvelle i n° 3216-3217 xxx i jour i 2mois décembre année2010

uEs

un salarié licencié ne peut plus demander au juge de reconnaître que son entreprise appartenait à une unité économique et sociale au sein de laquelle il aurait une priorité de réembauche. (Cass. Soc, 16.11.2010, N° 2172, BAMS et a. c/ Marc).

PsE

cEssation dE PaiEmEnts

Lorsque la décision de licencier est prise au niveau de l’unité économique et sociale, l’obligation d’établir un plan de sauvegarde de l’emploi s’apprécie au niveau de l’ues.

une avance de trésorerie, faite par une autre société du groupe, est un actif disponible si elle n’est pas bloquée ou si le remboursement n’est pas demandé.

(Cass. Soc, 16.11.2010, N° 2171, L.Commercial c/ Invemizzi et a.)

(Cass. Com, 16.11.2010, N° 1164, Diamecans c/ Raynaud et a.)

91


guide

sur noTre siTe

Niobium

Le meiLLeur aLLié de L’acier

H > Les abonnés au service

Indices & Cotations peuvent aussi obtenir les cours des matières et indices mentionnés ci-dessous en tapant le code entre parenthèses.

> cours de l’euro (d0701, d0702) > métaux précieux (h2400, h2700) > cours du Lme (h1301, g0102, n0402) > stocks du Lme (g0301, n0601, h4300) > autres métaux (h4400) > caoutchouc naturel (n0300) > produits énergétiques (e0600, e0800, e2400) > Fret maritime (b0200) > indices papetiers

ors quelques applications « tendances » (microcondensateurs, IRM, nucléaire ou son intégration dans des superalliages), le principal usage du niobium est en ajout à l’acier. «Quelques grammes de niobium par tonne d’acier suffisent à améliorer de 40% sa résistance», indique Taddeu Carneiro, le directeur général de CBMM, le numéro un du secteur. « Le niobium est le métal présentant le meilleur rapport valeur ajoutée sur prix de tous les métaux alliés à l’acier», ajoute Marcel Genet, le directeur de Laplace Conseil. La sidérurgie chinoise en a d’ailleurs vite reconnu l’intérêt. «Son ajout a permis à la Chine de freiner la croissance de sa consommation d’acier », indique Genet, réduisant ainsi l’impact capitalistique, énergétique et environnemental. Résultat : la consommation de niobium a progressé 2,5 fois plus vite que celle d’acier depuis 2000.

prix de la tonne de ferroniobium en yuans nb à 66 % du brésil sur le marché chinois 400 000 350 000

source : resource capital research

usinenouvelle.com/indices

bonnes pratiques / management / finance / droit / indices / achats

300 000 250 000 200 000 150 000 0

2007

2008

2009

2010

Seul problème? Le brésilien CBMM, détenu par le groupe Moreira Salles, contrôle plus des trois-quarts de l’offre. Une filiale d’Anglo American au Brésil (Catalao), le mineur canadien Iamgold (Niobec) et plusieurs mineurs de tantale se partagent les restes. Les réserves sont encore plus concentrées. Le gisement d’Araxa, dans l’état du Minas Gerais, propriété de CBMM, contient 2,7 des 2,9 millions de tonnes de réserves répertoriées. Un monopole qui a fait classer le niobium comme critique tant en Europe qu’aux états-Unis. La main-

mise d’un seul groupe a entraîné une rare stabilité des prix. Entre 1990 et 2006, les prix à l’exportation du kilogramme de ferro-niobium ont évolué entre 12,5 et 13,50 dollars par kilo de métal contenu. Après avoir doublé, ils n’ont que peu reculé alors que la moitié des hautsfourneaux occidentaux étaient arrêtés. En Europe, indique Resource Capital Research, le prix du ferroniobium est remonté à 4242,50 dollars après son plus bas à 34 dollars en mars 2009. à long terme, le prix devrait se maintenir autour de 40 dollars. D’ici à 2015, CBMM va investir 800 millions de dollars pour augmenter ses capacités, qui passeront de 90000 à 150000 tonnes de niobium et de ferroniobium, bien qu’il ne table que sur une production de 110000 tonnes. De nouveaux acteurs tentent d’investir ce marché très protégé. Un représentant du gouvernement gabonais a confirmé que le français Eramet étudiait la possibilité d’exploiter un riche gisement à Mabounié. ❚❚ danieL KrajKa

minerai de fer

acier

VaniLLe

Rio Tinto s’est vite consolé de l’échec de son rapprochement avec BHP Billiton en confirmant un quasi-triplement de ses investissements, de 4 milliards de dollars en 2010 à 11 milliards en 2011. Rio compte augmenter de 50 % sa production de minerai de fer d’ici à cinq ans, un secteur qui lui a procuré 70 % de ses profits enregistrés au premier semestre. Pour réaliser un objectif de production de 333 millions de tonnes en 2015 dans le Pilbara, Rio compte désormais sur 16,4 milliards de tonnes de ressources et 2,8 milliards de réserves.

La production d’acier en Chine devrait encore progresser de 8,2 % en 2010 par rapport à 2009, à 624 millions de tonnes (Mt), vient d’annoncer l’Association chinoise du fer et de l’acier. La demande apparente devrait atteindre 596 Mt entraînant un triplement des exportations à 45,7 Mt, note la Cisa qui estime que les exportations diminueront l’an prochain, alors que la consommation devrait progresser de 40 à 50 Mt.

Face à la chute des prix, Madagascar (70 % de la production mondiale) se détourne de la culture de la vanille. Cette année, la récolte de l’orchidée dans l’île de l’océan Indien devrait s’inscrire dans une fourchette de 800 à 1 500 tonnes, estime Aust & Hachman Canada, l’un des plus importants acheteurs, bien loin des 2 400 tonnes produites en 2009. Surtout, un taux de phénol plus important que la normale devrait être enregistré suite à des pluies persistantes cet été pendant l’induction florale.

(i0500)

rio TinTo s’invesTiT

102

Un monopole éclairé

Toujours pLus en chine

une épice à La peine


guide Aciers aciers à la grande exportation F1900 En dollars par tonne Source :FOB Anvers 2010 2010 2010 10 Nov. 17 Nov. 24 Nov. Aciers marchands 700/715 720/740 720/730 Ronds à béton 560/580 570/590 560/580 Fil machine 600/620 600/620 600/620 Profilés normaux 750/800 760/800 700/740 Tôles train quarto 730/770 730/770 690/730 Tôles fines laminées à froid 690/740 690/740 700/720 Coils à chaud 600/640 600/640 600/620 Tôles galvanisées 740/760 740/760 740/760

BTP index nationaux bt B4100 Base 100 en janvier 1974 2010 Août BT 01 827,2 BT 30 781,1 BT 32 BT 02 BT 03(1) 798,2 BT 33 759,2 BT 34(2) BT 06 BT 07 654,9 BT 35 807,7 BT 38 BT 08 BT 09 726,9 BT 40 1004,2 BT 41 BT 10 BT 11 843,6 BT 42 678,2 BT 43 BT 12 BT 14 792,7 BT 45(5) BT 16a(6) 112,5 BT 46 112,1 BT 47 BT 17a(6) 111,7 BT 48 BT 18a(6) 111,1 BT 49(3) BT 19a(6) BT 20a(6) 110,5 BT 50(3) BT 26 606,6 BT 51(7) 682,3 BT 52(4) BT 27 BT 28 786,5 BT 53(4)

854,2 684,7 767,6 709,5 686,6 1152,6 955,9 695,9 685,5 684,5 899,5 831,5 1075,9 961,8 164,4 172,8 151,9 148,5 154,0

1-Les index BT03 et BT04 ont fusionné à partir de juillet 2003 en un seul index BT03. Le BT04 est calculé jusqu'à décembre 2003. 2-Compte tenu de sa structure, l'index BT 34 doit être utilisé exclusivement pour le révision des travaux de couverture en zinc. 3-Base 100 en octobre 1991. 4-Base 100 en février 1998. 5-Depuis février 2003, le BT44 est englobé dans le BT45. Il reste cependant calculé jusqu'à septembre 2003. 6-Les index BT13, BT15, BT16, BT17, BT18, BT19, BT 20, BT21, BT22, BT23, BT24 et BT 25 seront suppimés en mars 2007, une nouvelle série d'index BT16a, BT17a, BT18a, BT19a, BT20a publiée en base 100 remplace l'ancienne série à partir de septembre 2006. 7-Base 100 en janvier 1991.

Non-ferreux/France

Cuivre H0101 Moyenne annuelle Electrolytique en cathodes Source :GIRM 2009 3806,39 H0102 Moyenne mensuelle 2010 Octobre 6111,14 Cours quotidiens H0103 Prix limites de vente en euros par tonne, sur wagons, départ usine productrice, port d'arrivée, point frontière ou parité, paiement net comptant, sans escompte, par 10 tonnes minimum. 2010 2010 2010 2010 2010 23 Nov. 24 Nov. 25 Nov. 26 Nov. 29 Nov. 6186 6338 6373 6418 6480

Zinc H0400 En euros par tonne à partir de 2000 Prix indicatifs de vente aux utilisateurs de zinc brut en lingots, départ usine productrice, paiement net au comptant. Qualité Z9 (99,995 %), électrolytique ou raffiné. 2010 2010 2010 07 Oct. 21 Oct. 19 Nov. Umicore France 1990 2110 1960

Métaux non ferreux cotations internationales H2900 Ex-entrepôts Rotterdam (paiement 30 jours en dollars par livre de 453 g sauf indications contraires) 2010 26 Nov. Ferrochrome 1,20/1,30 6 à 8 C, 65 % Cr, < 2 % Si Charge chrome : 1,30 51/53 % Cr, 3 < Si < 6 Suraffiné C 0,15 maxi - 65 % Cr 1,95/2,05 Suraffiné C 0,05 maxi - 65 % Cr 2,15/2,15 Cobalt 16,70/18,25 99,8 % de pureté 99,3 % de pureté, lingot de 15/20 Kg 15,90/16,70 provenance Russie 16,40/17,30 99,6% de pureté, ZCCM C Manganèse Ferromanganèse 76/78 % Mn, C 2 % 1100/1150 prix en euros par tonne Ferrosilicomanganèse Base 65 % Mn, en euros par tonne, 1140/1200 avec échelle Mn prorata Molybdène Oxyde, en fûts 16,00/16,30 16,50/16,80 En boîtes de 10 kilos En briquettes 17,00/17,30 Ferromolybdène 39,00/40,00 65/70 % Mo (par kilo) Silicium Ferrosilicium (base 75 % Si, en euros par tonne, 1450/1550 avec échelle Si prorata) Titane Ferrotitane (base 70 % Ti, en dollars par kilo de Ti contenu, rendu usines) 4,5 % Al 6,70/7,00 5,70/6,00 2 % Al max. Tungstène Ferrotungstène (base 75 % W 41,50/42,50 mini, par kilo de W contenu) Vanadium Ferrovanadium (base 80 % Va, 29,00/30,50 par kilo de Va contenu)

usinenouvelle.com/indices

bonnes pratiques/ rh / finance / droit / indices / achats

Papiers Vieux papiers

Q0201

Prix indicatifs à l'achat. Ces prix, purement indicatifs, s'entendent dorénavant en euros la tonne, hors taxes. Majorations et minorations possibles selon qualité, quantité et modalité de fourniture et certaines régions. Prestations chez les fournisseurs : montant moyen pratiqué par la profession. Transport-ramassage (prix horaire camion) : camion seul = 65 euros/h ; camion + remorque = 72 euros/h. Location de matériel : benne 25/30 m3 : environ 92 euros/mois ; benne de compacteurs : environ 120 euros/ mois ; compacteur + benne : environ 808 euros/mois (à compter de janvier 2010). 2010 2010 Mai Juin Papiers et cartons mêlés +10 +10 Brochures et journaux mêlés +15 +15 Caisses carton +25 +25 Rognures mêlées +35 +35 Rognures blanches mêlées +110 +110

l’usine nouvelle i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

103


guide bonnes pratiques/ rh / finance / droit / indices / achats

Ferrailles ferrailles et vieilles fontes par régions

Q0601

Les écarts ci-dessous s'appliquent aux prix effectifs du mois précédent, exprimés en euros à la tonne en exonération de taxes, pour la zone industrielle de la région considérée. Ils pourront être très différents selon la densité de chargement. Les marchandises sont réputées saines, exemptes de toutes matières étrangères enlevées par bennes unitaires à pleine capacité, chargées par le vendeur. Novembre 2010 par rapport à Octobre 2010. Rég. Nord Est Centre Sud Sud- Midi Ouest parisien. Sud-Est Méditer- Ouest pyren. ranée Atlan. FERRAILLES MASSIVES INDUSTRIELLES ttes dim de plus de 5 mm d'épaisseur +30 +30 +30 +20 +20 +20 +20 +30 FERRAILLES DE RAMASSAGE ttes dim de plus de 3 mm d'épaisseur +25 +30 +15 +15 +15 +20 +20 +30 rond à béton issu de la déconstruction +25 +25 +25 +15 +15 +20 +20 +30 CHUTES DE TOLES NEUVES EN VRAC - noires non oxydées +25 +25 +30 +15 +15 +20 +20 +25 - galvanisées +25 +25 +30 +15 +15 +20 +20 +25 - étamées +25 +25 +30 +15 +15 +20 +20 +25 TOURNURES - acier ordinaire +25 +25 +15 +10 +10 +20 +20 +25 - acier-fonte mêlée +25 +25 +15 +10 +10 +20 +20 +25 - fonte de fraiche production +25 +25 +15 +10 +10 +20 +20 +25 PLATINAGES, VIEILLES TOLES ET ASSIMILES +25 +25 +15 +15 +15 +20 +20 +30 - noirs - mêlées +25 +25 +15 +15 +15 +20 +20 +30 VIEILLES FONTES ORDINAIRES +30 +30 +25 +15 +15 +20 +20 +30 - mécaniques - grises de bâtiment +25 +25 +25 +15 +15 +15 +15 +30

Base de prix internégoce et N1400 départ usine productrice (Région parisienne) Euros/t (à partir de mars 2001), par 1000 t mini, wagon départ zone II, hors taxes 2010 Novembre Longues, cat.01: 9 mm et plus, 150 x 50 cm -178 Tournures, cat. 41 -220 USINES DE COMPRESSION REGION PARISIENNE Chutes de tôles neuves, cat. 50 -126 Prix moyens mensuels constatés, franco usines consommatrices françaises N1700 En euros par tonne HT Source :UCFF 2010 2010 Octobre Novembre E3 ex Dil (démolition industrielle) 242,72 270,57 E1C ex 05 (courtes de récupération) 219,72 247,71 E8 ex 50 (chutes industrielles neuves) 272,82 295,68 E40 ex 33 (produit de déchiquetage) 252,27 280,05 E5M ex 4 (tournures) 202,78 222,97

104

Composite price Iron Age

Q0500

En dollars par tonne longue de 1 016 Kg 2010 2010 2010 2010 2010 28 Oct. 04 Nov. 11 Nov. 18 Nov. 25 Nov. 319,50 322,83 336,17 336,17 339,50

American metal market

Q0700

En dollars par tonne longue de 1 016 Kg Prix moyens des ferrailles americaines. 2010 2010 2010 2010 2010 22 Oct. 29 Oct. 05 Nov. 12 Nov. 19 Nov. 315,00 319,00 329,67 339,33 340,00

Vieilles fontes Base de prix internégoce N1201 En euros/tonne, grande région parisienne, hors taxes 2010 2010 Octobre Novembre Mécanique cassée (VF 1) 128/133 158/163 Grise de bâtiment (VF 2) 42/47 67/72 Emaillée (VF 3) 76/81 101/106

Prix moyens mensuels pondérés de la fonte grise N1800 En euros par tonne à partir de 2000 Source :Les Fondeurs de France 2010 2010 2010 Septembre Octobre Novembre 467 422 437

Recyclage vieux métaux N1301 En euros/tonne. Par 5 tonnes, région parisienne. Source :Base de prix Internégoce 2010 29 Nov. CUIVRE Mill Berry 5050 Mitraille (électro) 5000 Cuivre mêlé 4520 2300 Mitraille HR Cable base 40 % 1010 LAITON Chutes de pl. neuves 1 er titre 3100 Massif 60/40 2850 2700 Tournures 60/40 Laiton d'affinage 2250 BRONZE Mitraille mécanique 3500 Tournures ordinaires 3450 PLOMB 850 Tuyaux et planches Accu batterie 480 ZINC Couverture 550 ALUMINIUM 1190 Cable A5 Offset 1010 1190 AGS blanc extrusion AGS peint extrusion 980 Vieux laminés AG mêlés 720 Tombant neuf 850 Carters d'auto 770 550 Tournures mélangées INOX (base 15 t minimum) Neuf 18/8 950 640 MOTEUR ELECTRIQUE

Produits pétroliers Pétrole brut E1901 En dollars par baril New York Mercantile Exchange et InterContinental Exchange, échéance rapprochée. 2010 2010 2010 19 Nov. 22 Nov. 23 Nov. WTI 81,51 81,29 81,67 Brent 84,34 83,96 83,25 2010 2010 2010 24 Nov. 25 Nov. 26 Nov. WTI 83,86 (clos) 83,76 Brent 85,84 86,10 85,58

Electricité Electricité E1000 En euros par MWh European Power Exchange, France, prix spot Source :Epex 2010 2010 2010 28 Nov. 29 Nov. 30 Nov. Prix de base 52,636 65,304 73,027 Pic 54,067 78,094 85,701

Gaz gaz naturel E0900 Intercontinental Exchange et APX Zeebrugge, en pence par therm. New York Mercantile Exchange, en dollars par mmbtu. Powernext en euros par MWh. 2010 2010 2010 19 Nov. 22 Nov. 23 Nov. 49,40 52,88 51,65 ICE Nymex 4,164 4,271 4,264 APX ZEE 48,895 49,042 52,427 Powernext PEG Nord 19,77 20,98 21,00 19,73 20,85 20,97 PEG Sud 2010 2010 2010 24 Nov. 25 Nov. 26 Nov. 52,68 51,60 52,70 ICE Nymex 4,267 (clos) 4,399 52,208 52,723 52,760 APX ZEE Powernext 21,31 21,26 21,27 PEG Nord PEG Sud 21,22 21,08 21,19

butane et propane E3000 En dollars par tonne Butane CIF NWE (+ de 3 000 tonnes) Propane CIF NWE (+ de 7 000 tonnes) 2010 2010 2010 05 Nov. 12 Nov. 19 Nov. Butane Cif 871,0/876,0 908,0/913,0 922,0/927,0 Butane Fob 842,0/847,0 887,0/892,0 897,0/902,0 Propane Cif 825,8/830,8 856,6/861,6 883,8/888,8 Propane Fob 790,0/795,0 841,0/846,0 874,0/879,0

Bases pétrochimiques

NAPHTA E2500 2010 2010 18 Nov. 25 Nov. Cargo, CIF, N-O Europe, base ARA, en USD/tonne 771/772 787/789


guide

sur notre site

Réseaux

Le Wi-Fi pro s’invite dans L’ateLier

S > retrouvez tous les nouveaux produits parus dans notre guide achats

adressez par e-mail les informations détaillées sur vos produits en y joignant une photo de bonne définition à dragu@usinenouvelle.com

sécurité

cartes & identiFication 2010

du 7 au 9 décembre 2010, près de 500 exposants sont réunis au Parc des expositions de Parisnord Villepinte pour les dernières technologies de sécurité numériques sur toute la chaîne de valeur du secteur : fabrications de cartes, de lecteurs et de terminaux, logiciels et systèmes de sécurité, ingénierie et services, identification, biométrie, contrôle d’accès et authentification. nautisme

nautic

Le 50e salon nautique de Paris se tiendra du 4 au 12 décembre 2010, à Paris expo, Porte de Versailles. il fêtera son jubilé autour de trois grands pôles : Voile et tourisme, motonautisme et équipements. 1 400 bateaux, dont près de 300 nouveautés, sont exposés. toutes les informations sur vos manifestations à venir sont à adresser à dragu@usinenouvelle.com

l’usine nouvelle i n° 3216-3217 xxx i jour i 2mois décembre année2010

la technologie ouvent boudé par l’inPoints Clés MiMo, utilisée par dustrie par manque de les Radiolinx, ● technologie fiabilité, le haut débit comprend plusieurs MiMo radio permet enfin de connecantennes, ● double démultipliant les ter sans fil les équipements fréquence émissions. de l’usine… en toute sécu● sensibilité rité. L’américain ProSoft Technoet portée améliorées logy lance des équipements réseau sans fil industriels répondant, en ● administration aisée standard, à la norme IEEE-802.n. ● environneIls autorisent des connexions fiabiments sévères lisées avec des dispositifs mobiles ou pour des environnements comPRinCiPaux portant des obstacles avec lesquels ConCuRRents les communications sans fil posent ● acksys souvent problème. La norme IEEE (France) 802.11, aussi appelée Wi-Fi dans ● aruba certains pays d’Europe, est le stanteur, MIMO comprend plusieurs networks dard international définissant les antennes, démultipliant les émis(états-unis) caractéristiques d’un réseau local sions afin de concentrer et d’ampli● funkwerk (allemagne) sans fil (WLAN). La dernière révifier les signaux. Dans un réseau sion, la norme 802.11n disponible local encombré, la combinaison des ● ruckus Wireless depuis un an, atteint un débit théobandes de 2,4 et 5 GHz et des an(états-unis) tennes multiples fournit davantage rique de 300Mbit/s. Elle utilise les ● Zyxel (chine) de canaux exploitables. Les points fréquences des 2,4 ou 5GHz, voire les deux simultanément. d’accès RadioLinx 802.11 disposent Les hotspot et client radio industriel Radio- pour leur administration de l’outil maison Linx 802.11n de Prosoft apportent de nou- WirelessN Discovery Tool. C’est un logiciel velles solutions, là où bien souvent le sans-fil de configuration et de surveillance permettant était proscrit. Si des applications sont exi- d’observer la structure du réseau (topologie), geantes au niveau débit, d’autres connaissent d’en assurer le contrôle et le diagnostic, des problèmes de disponibilité de canaux. d’affecter des adresses IP aux équipements, L’allongement des distances perturbe les de faire les mises à jour de firmware et de transmissions, de même que l’environnement détecter la présence d’autres matériels radio radio industriel avec ses nombreux éléments 802.11. Ces bornes radio industrielles sont dotées de la certification Atex, pour une utimétalliques mobiles. lisation en milieu dangereux. Ne nécessitant Davantage de canaux exploitables qu’une alimentation PoE, elles comprennent Les RadioLinx utilisent la technologie un mode combinant les fonctions ponts et MIMO (entrées multiples, sorties multiples). répéteur. Prosoft Technology SAS, situé à Alors qu’une communication Wi-Fi clas- Blagnac (Haute-Garonne) compte une quinsique s’effectue avec une seule antenne, au zaine de salariés réalisant un chiffre d’affaires niveau de l’émetteur et au niveau du récep- d’environ 6millions d’euros. didier raGu d.r.

d.r.

usinenouvelle.com/achats

bonnes pratiques / rh / finance / droit / indices / achats

CaRaCtéRistiques ● 3 antennes

Ghz et 5.150 à 5.850 Ghz

● protection ip67

● débit : 300 Mbits/s

● température : - 40 °c à + 75 °c

● taille : 115 x 117 x 45 mm

● fréquences : 2,412 à 2,472

● alimentation poe

105


guide

bonnes pratiques / rh / finance / droit / indices / achats

notre sélection de la semaine

composants mhp

chalumeau ultra léger multi-lances

flamme turbo-enveloppante homogène sur tout le pourtour du tube à chauffer Pesant moins de 400 g, le chalumeau Vulcane Express dispose de trois lances amovibles dédiées aux frigoristes, plombiers et chauffagistes. Il intègre un système d'automaintenance simplifié. En quelques secondes et sans outil, les utilisateurs peuvent changer eux-mêmes l'injecteur ou le piezo, ce qui augmente la durée de vie de l'appareil. Les lances « spécial climatisation », « climatisation/ sanitaire/chauffage » et « chauffage » autorisent le travail sur des tubes allant jusqu'à 16, 22 ou 28 mm de diamètre, le brasage du raccord s'effectuant en respectivement 35, 45 ou 66 secondes. Les commandes comportent trois positions : montage et démontage ; verrouillage ; mode fonctionnement (avec deux positions, « continu » ou « intermittent »sur la gâchette). Muni d'une cartouche de gaz MAP//Pro, ce chalumeau atteint sa puissance maximale (jusqu'à 3,5 kW) en une fraction de seconde. fabricant Guilbert Express

motoréducteur à économie d'énergie

tête à membrane double effet

Ces motoréducteurs à engrenages hélicoïdaux délivrent un rendement mécanique de 95 % tout en améliorant de 20 % le rendement de la cinématique. Ils se caractérisent par 30 % de couple en plus pour une taille donnée. Ils peuvent être associés à des motorisations à haute efficacité énergétique. fabricant Leroy-Somer

En doublant le débit, cette tête à membrane double effet réduit le nombre de mécanisme avec un gain de place de 30 %. La maintenance est plus facile. Elle permet de bénéficier d’une surveillance de membrane standard et de travailler à sec avec la garantie d'un rendement volumétrique élevé. fabricant AxFlow

charnières à ressort

système de blocage mécanique

positionnement et bridage sur une seule face

Composée d'un vérin de bridage hydraulique par expansion très compact et de vérins de positionnement de très haute précision, ce système autorise un dégagement sur cinq faces de la pièce à usiner. Il supprime les composants de montage d'usinage, raccourci les longueurs des outils fabricant Enomax

échelle à plate-forme sécurisée

travail en sécurité dans le respect de la réglementation Cette échelle de sécurité portable, avec plate-forme de travail ergonomique, anticipe les exigences de la nouvelle norme prEN 50528 qui entrera en application en 2010 (concernant les échelles isolantes pour utilisation sur ou à proximité des installations électriques basse tension (< 100 V)). Grâce à sa plate-forme sécurisée, elle permet de faire intervenir une personne seule, sans avoir recours à une nacelle ou à l'installation d'un échafaudage lors de travaux temporaires en hauteur. Légères, stables et manipulables par un seul agent, les échelles Aerostep se mettent en place en moins de trois minutes et s'adaptent à tous les terrains (version en appui ou autoportante, jambes téléscopiques réglables). Isolées pour une sécurité maximale (profil en fibre de verre isolants conformes à la spécification EDF), elles se destinent à de multiples travaux. fabricant Audinnov 106

Grâce à son mécanisme invisible, cette famille de charnières à ressort et en profilés d'aluminium, présente un design attractif. Elle est dotée de plusieurs couples de ressorts pour s'adapter aux poids et dimensions des équipements. fabricant Pinet Industrie

Le Card-Lok est un ensemble de coins enfilés sur un axe destinée au blocage mécanique des cartes électroniques en position, avec limitation du couple de serrage. Sa force de maintien de plus de 1 600 N est environ quatre fois supérieure aux produits équivalents. fabricant Schroff

Vérin télescopique

Le Spiralift est un vérin télescopique doté d'une grande course malgré un faible espace mort. Il peut être électrique ou hydraulique, à l'huile ou à l'eau. Il est destiné aussi bien aux industries de l'automobile et de l'aéronautique qu'au domaine médical, ou encore à la scénographie. fabricant Melun hydraulique


marché de l’industrie BÂTIMENTS • ÉQUIPEMENTS • FOURNITURES • SOUS-TRAITANCE • SERVICES

SERVICE LECTEUR EN LIGNE. Retrouvez tous les fournisseurs cités dans cette rubrique sur www.usinenouvelle.com Vous voulez en savoir plus : utilisez notre service lecteur en ligne. Effectuez dès maintenant vos demandes d’information sur notre site.

Bungalows standards et sur-mesure Sanitaires et containers AGENCE 63 04 73 84 20 76 beaufort@toueix.com AGENCE 84 04 90 20 90 17 optimat84@wanadoo.fr

iSERVICE LECTEUR

G272

Livraison rapide dans toute la France

La qualité au meilleur prix

CONSTRUCTIONS MODULAIRES BUREAUX - SANITAIRES VESTIAIRES - REFECTOIRES CABINES TECHNIQUES 19, RUE SAINT-EXUPERY - 63800 COURNON TEL. 04 73 69 31 80 - FAX 04 73 69 81 42 www.ocebloc.com - ocebloc@ocebloc.com iSERVICE LECTEUR

G229

iSERVICE LECTEUR

G358

iSERVICE LECTEUR

G375

6. !C1 5C /7::1!81 + 03 5C 8!7C?;9 + ,=A@B" + 6*6'' A3< 2<B @#?) '% 6& 4' 64 &- + (;> '% 6& 4' $* &&&&+,0"-,/("(.+%. - '"/$# 2 ,0"*&/!/)11+%. iSERVICE LECTEUR

F936

TREUILS CEV Halage - Levage

G364

Paris - R.P. - Nord - Ouest Alix O’NEILL Tél. : 01 77 92 93 67 - Fax : 01 77 92 98 58 aoneill@gisi.fr

GMC

iSERVICE LECTEUR

Électriques • hydrauliques • cabestans • composants • accessoires • Zone Industrielle F - 78920 Ecquevilly Tél. :

01 34 75 55 02 - Fax : 01 34 75 58 47

iSERVICE LECTEUR

L’USINE NOUVELLE I N° 3216-3217 I 2 DÉCEMBRE 2010

107A109_3216-17_UN Sec2:107

F280

www.cev-treuil.com

107

26/11/10 15:00:23


équipements/fournitures/sous-traitants Glissières télescopiques à billes

CONTENEURS ALUMINIUM Standards ou sur-mesure + de 50 références

Gamme de 15 à 400kg/paire Plans 3D en ligne

Tél: 0139737087 Fax: 0139730495 E-mail: info-fr@accuride.com www.accuride-europe.com iSERVICE LECTEUR

G233

COFFRETS MALLETTES CONTENEURS B.P. 12 - 39210 DOMBLANS

Tél. : 03 84 44 61 04 - Télécopie : 03 84 44 60 60 http ://www.baudry-france.com • E-Mail : pack@baudry-france.com iSERVICE LECTEUR

F471

iSERVICE LECTEUR

G135

couteau de sécurité MARTOR-Multiset n° 118 001

NOUV

EAU

- La sécurité par rétraction automatique - Débord de lame réglable en continu jusqu' à 24 mm. - Pour les gauchers, il suffit de tourner la lame de 180°! - Label de sécurité GS. cs 90309 67110 Gundershoffen tél: 03.88.72.96.34 · fax: 03.88.72.87.84 martor@martor.fr · http//www.martor.fr iSERVICE LECTEUR

G239

108

107A109_3216-17_UN Sec2:108

26/11/10 15:00:27


sous-traitants

TAILLE D’ENGRENAGES Droit int./ext. - Hélicoïdal - Conique Crémaillère - Vis - Poulie crantée Arbre cannelé...

Certifié ISO 9001 TS E MERCIER E-mail : info@mercier-engrenages.com iSERVICE LECTEUR

30, rue Kléber 93100 MONTREUIL Tél. 01 48 58 21 56 Fax 01 48 58 09 76

B385

iSERVICE LECTEUR

G237

iSERVICE LECTEUR

iSERVICE LECTEUR

G361

L’USINE NOUVELLE I N° 3216-3217 I 2 DÉCEMBRE 2010

107A109_3216-17_UN Sec2:109

iSERVICE LECTEUR

G202

G382

109

26/11/10 15:00:31


matériels et produits VENTE ET ACHAT DE MATÉRIELS • NEUF ET OCCASION • VENTE ET LOCATION

CONTACT. Nathalie CHASLES . Par téléphone : 01 77 92 93 74. Par e-mail : nchasles@gisi.fr . Par courrier : Antony Parc 2 - 10, place du Général de Gaulle - 92160 ANTONY

§ OFFRES PRODUITS

MACHINES-OUTILS

• Tours CNC NAKAMURA, WT20, HARDINGE CONQUEST 42 • Tours multibroches GILDEMEISTER GM35 - GM20 - GS20 WICKMAN 1’’, 1’’ ¾, TORNOS AS14, SAS16, BS14, BS20 • Rectif. Centerless ROSSI 400 - LIDKOPING 46. Révisées. • Centre d’usinage DAEWOO, MYNX 500. • Centre d’usinage LEADWELL MCV 610P - MCV610 AP. • Centres d’usinage STAMA MC 325/5 - FADAL 4020 CHIRON DZ 12W Magnum.

TOUT NOTRE STOCK DE MACHINES sur notre site internet

www.samo.fr

GA 48602

§ DEMANDES

ÉLECTRICITÉ TURBINES

MATÉRIELS DIVERS

RD MACHINES-OUTILS ACHAT - VENTE A VENDRE

RECHERCHONS

• CHAMILLES ROBOFORM 31. • TORNOS DECO 20 A (2002) • TOUR TOS SN71C (entre pointe 4,5m) • JAKOBSEN 1832 (800 x 500) • FAVRETTO MC 100 (1991) • TOUR CNC NAKAMURA ST4 e 500 + dhi nes mac k en stoc

POSSESSEUR / UTILISATEUR

BANC D’ESSAI BANC DE FATIGUE

HR 04604 # # # # # #

Tél. : 04.50.03.90.77 www.rdmo.com GD 07620

GA 48600

ZONES INDUSTRIELLES BUREAUX - USINES TERRAINS ENTREPÔTS LOCAUX - FONDS PROPOSITIONS COMMERCIALES

marque SCHENK (INSTRON) série 59

OFFRES ET DEMANDES Votre contact : Nathalie Chasles 01 77 92 93 74 - nchasles@gisi.fr

Merci de contacter la SOCIÉTÉ ATNOR Tél. : 03 20 09 54 54 Email : atnor@wanadoo.fr HR 47621

MANUTENTION Vente et location

Pour tout renseignement, concernant la rubrique

MATÉRIELS ET PRODUITS

Remorques industrielles en location sur

Contactez

GB 43608

www.groupemiloco.com

SAINT-MICHEL - F-22110 GLOMEL

Nathalie CHASLES - 01 77 92 93 74 nchasles@gisi.fr

Tél : +33 2 96 57 70 70 - Fax : +33 2 96 57 70 79 - info-miloco@miloco.fr

110 MAT 069_3216_UN.indd Sec1:110

26/11/10 14:55:43


immobilier et affaires LOCAUX - FONDS - BÂTIMENTS

Vos prochains rendez-vous sont en Anjou !

L E L O I R E T, F O R C E D ’AT T R A C T I O N

PARIS

A6

ROUEN

A1 0

CAEN

À 1 heure au sud de Paris

11

Segré

A7

Angers

A6

A19

Saumur 87

A77

MONTARGIS ST DENIS DE L’HÔTEL

0

A85

NANTES

ORLÉANS

vers

Lyo

n

Cholet

A71

A1

A11

A19

TOURS

A

ARTENAY

ORLEANS

A

VANNES

PITHIVIERS

LE MANS

LAVAL

RENNES

7

A10

nos disponibilités immobilières et foncières sont vos solutions d’implantation dans le Loiret

PARIS

ALENÇON

SAINT BRIEUC

GIEN

vers Bordeaux

POITIERS

Contact : Damien Goullon - 02 38 25 43 49 - d.goullon@adeloiret.com

www.adeloiret.com

RE 38600

ENTREPÔTS

- 1320 m ² - A 10 mn de l’A11 (ParisAngers-Nantes)

- 1000 m ² - A 5 mn de l’A85 (AngersSaumur-Tours)

- 500 m² - A 15 mn de l’A11 (ParisAngers-Nantes)

- 496 m ² - A 10 mn de l’A87 (Angers-Cholet)

M. CHAMBRIARD (tél. : 06 03 48 08 50)

SF 37601

ACHÈTE BÂTIMENT : INCENDIÉ, AMIANTÉ, POLLUÉ, SQUATTÉ.

PROPOSITIONS COMMERCIALES

Bâtiments industriels-tertiaires à louer ou à vendre

Charpente métallique

Vous voulez plus d’informations sur ces bâtiments ? Contactez : annesophie.hersan@anjou.org

Nous fabriquons

pour vous

Nous vous accueillons aussi sur le salon POLLUTEC à Lyon du 30/11 au 3/12 - Stand H5 G158.

de 20 à 50 % moins chers ! Compagnie industrielle internationale

Tél. : 00 352 26 311 898 c2i-sa@cross2.lu

RG 46608

L’USINE NOUVELLE I N° 3216-3217 I 2 DÉCEMBRE 2010

Immo 082_3216_UN Sec2:111

conditions exceptionnelles

COMITE D’EXPANSION ECONOMIQUE DE MAINE ET LOIRE

7, Esplanade de la Gare - BP 71011 49010 ANGERS cedex 01 Fax 02 41 25 32 01 Tél. 02 41 25 32 00

111 26/11/10 15:27:35


index

des entreprises citées dans ce numéro

3m ................................................... 52 a-b

airbus ............................... 8/10/38/40 alcatel Lucent.....................................11 alstom ........................................10/36 amoeba.............................................18 angell-demmel .................................10 anglo american...............................102 apple........................................... 14/40 arche.......................................... 32/38 areva.................................... 32/36/88 aust & Hachman canada..................102 autobar............................................48 avic ....................................................8 Balyo................................................56 Barbier .............................................48 Barracoda.........................................56 Bavaria.............................................44 Bénéteau ..........................................44 BHp Billiton.....................................102 Bigard ...............................................12 Billabong...........................................16 BJ technology ..................................44 Bombardier .......................................10 Bonduelle ..........................................12 Bourgeois.........................................20 c-d

candia ...............................................18 cantiere del pardo ............................44 catalao ............................................102 cauval industries ...............................10 cBmm.............................................102 cFm international..............................10 ciments calcia ...................................18 cma-cGm .........................................10 crédit agricole...................................20 creusot-Loire ...................................36 daher ...............................................88 daimler .............................................10 danone................................... 12/16/32 danone produits frais France .............40 dassault systèmes.............................10 dehler ..............................................44 digiteyezer ........................................19 discoverX ..........................................18 disney .............................................. 52 dufour Yachts...................................44

E-f

eads.................................................14 edF ............................................40/88 eiffage..............................................56 emirates............................................10 eos imaging......................................41 essilor ..............................................56 Faguo shoes .....................................20 Fareva...............................................46 Faurecia.............................................10 G-H

Ge .....................................................10 General electric................................. 32 General mills......................................10 Google..............................................40 Groupe Hervé....................................56 Hewlett packard ...............................56 Hp.....................................................10 i-K

iamgold ...........................................102 iBm ............................................ 38/56 imérys .............................................. 36 ingénico............................................ 36 Kraft..................................................12 Ksm.................................................86 L-M

L’oréal.............................................. 32 La poste ...........................................20 Lactalis .............................................10 Leclerc..............................................48 Leygatech.........................................49 LVmH............................................... 36 michelin.................................. 11/36/40 mikli ................................................. 32 moody..............................................44 moreira salles..................................102 n-o

nestlé......................................10/12/10 nexter ..............................................10 nitto denko .......................................14 nokia................................................ 52 o’neill...............................................16 orange ...............................................11 oxbow...............................................16 P-Q

pierre Fabre ......................................90 pratt & Whitney .................................10 Qatar airlines ....................................10 Quiksilver ..........................................16 r-s

radiall..............................................40 ratp.................................................10 renault................................... 11/32/38 rhône-poulenc.................................48 ribeyron...........................................48 rio tinto .........................................102 rip curl .............................................16 rohde & schwarz ..............................40 rolls royce ........................................10 ryb ...................................................19 safran ........................................ 36/40 sagem...............................................10 samsung ...........................................14 sanofi aventis ....................................11 schneider ......................................... 36 schneider electric .............................40 seB ............................................. 36/41 senseg ............................................. 52 sephora............................................46 sichuan airlines..................................8 siemens ......................................10/56 siemens pLm software......................10 sncF.................................................10 snecma .............................................10 sodiaal ....................................10/12/10 sony................................................. 52 sphere..............................................48 stmicroelectronics ............................10 stX.................................................. 36 swift France......................................90 t-v

tereos ...............................................12 thales ...............................................10 toshiba............................................. 52 total....................................... 18/41/56 Volcom ..............................................16 Volvic ................................................16 W-Y

Wheelabrator allevard ......................86 Yildirim .............................................10 Yoplait...............................................10

pepsi cola.........................................56 pichon plastiques .............................48

notrE séLEction HEbdoMadairE Guilbert express............................. 107 audinnov........................................... 107

coMPosant MHP Leroy-somer ..................................... 107 axflow............................................... 107 enomax ............................................. 107

testez votre Qi réponses : 1-b 2-a et b 3-a 4-a 5-c 6-b 7-a

112

pinet industries ................................. 107 schroff .............................................. 107 melun Hydraulique............................. 107

Antony Parc II - 10, place du Général-de-Gaulle BP 20156 – 92160 Antony cedex Tél. : 01-77-92-92-92 site internet : www.usinenouvelle.com président directeur général : Christophe Czajka directeur général délégué : Paul Boursier

Pour joindre vos correspondants, composez 01 77 92, suivi des quatre chiffres indiqués après chaque nom. Pour leur adresser un e-mail, tapez l’initiale du prénom, le nom puis @usinenouvelle.fr rédaction directeur de la rédaction : Laurent Guez, 9425 rédaction en chef : Thibaut De Jaegher, rédacteur en chef, 9483 ; Anne Debray, rédactrice en chef éditing, 9251. Pierre-Olivier Rouaud, grand reporter, 9426. Christine Bradu, secrétaire générale, 9496 assistante : Marielle Flèche, 9425 organisation industrielle - Biens de consommation Guillaume LecompteBoinet (chef de service), 9437 ; aéronautique-défense : Hassan Meddah, 9441 ; automobile : Anne Léveillé, 9440 ; sous-traitance-achats-organisation : Carole Lembezat, 9439, Biens de consommation agroalimentaire : Patrick Déniel, 9448 ; Biens de consommation non alimentaires : Adrien Cahuzac, 9445 economie-social Anne-Sophie Bellaiche (chef de service), 9464 ; economie : Solène Davesne, 9446 ; environnement-Hygiène-sécurité : Camille Chandès, 9467 ; Financement-droit : Arnaud Dumas, 9465 ; Formation-social : Cécile Maillard, 9959 ; management-rH : Christophe Bys, 9450 ; innovations-High tech-santé Aurélie Barbaux (chef de service) technologies :Thierry Lucas (grand reporter), 9472 ; informatique : Patrice Desmedt, 9471 ; télécoms : Emmanuelle Delsol, 9468 ; nouveaux produitsingénierie : Didier Ragu, 9435 régions - Biens professionnels Pascal Gateaud (chef de service), 9436 ; Logistique-transports-Qualité : Olivier Cognasse, 9438 ; energie : Ludovic Dupin, 9429 ; electrotechnique : Manuel Moragues, 9499 ; chimie-matériaux-emballage : Olivier James, 9431 ; mécanique : Mirel Scherer (grand reporter), 9479 institut de l’industrie Catherine Moal, rédactrice en chef, 9427 indices et cotations : Daniel Krajka, 9432 ; Pascal Coesnon, 9428 atlas et quotidien des usines : Catherine Houbart, 9430 usinenouvelle.com Matthieu Canu (webmaster), 9459 ; Rémy Maucourt, 9455 ; Barbara Leblanc, 9457 ; Ana Lutzky, 9456 rédactrice en chef technique : Françoise Bonnet, 9497 directeur artistique : Eudes Bulard, 9501 secrétariat de rédaction : Guillaume Dessaix, 9498 ; maquette : Sama Aïchouche, 9500 ; Laurent Pennec, 9502 photo : Jean-Louis Salque (chef de service), 9484 Yann Reveret, 9491 ; Pascal Guittet (photographe), 9492 directeur Fabrication et achats : Fabienne Couderc, 9314 Librairie (numéros déjà parus et annuaires) : 9775 coMMErciaL directrice commerciale du pôle industrie : Béatrice Allègre, 9362 directrice adjointe de la publicité et mécanique/production/collectivités : Sefia Bourha, 9364 environnement/energie/métallurgie et rubrique « marchés de l’industrie » : Alix O’Neill, 9367 ; transport/informatique/ informatique industrielle : Frédéric Riou, 9369 ; chimie/Bâtiment/ Hygiène/sécurité : Charlène Derycke, 9365 ; services/manutention/ emballage : Céline Tommasi, 9368 ; télécoms/electricité/electronique/ mesure/salons : Bertrand Doste, 9366 ; allemagne/suisse/autriche : Axelle Chrismann, 9259 ; assistantes : Sylvie Le Corre, 9363 ; responsable exécution : Catherine Savry, 9355 régions directeur : Thierry Borde, 04-72-84-27-54 est : Clarisse Michel, 03-88-84-36-06 publiscopies et annonces classées matériels/produits/immobilier/affaires : Nathalie Chasles, 9374 ; Les cahiers publiscopies : Katy Boucher, 9371 ; marchés publics/ appels d’offres : Monique L’Episcopo, 9375 (aapc@gisi.fr) publicité de recrutement directeur : Sébastien Olszanski, 9393 agences/Grands comptes : Stéphane Beaudoin, 9378 ; Véronique de Fouchier, 9345 ; direct : Marie Caland, 9377 ; Formation : Laurent Beslier, 9864 Web & data directeur commercial: Antoine Valle, 9513 conférEncEs-événEMEnts directrice : Anne-Carole Barbarin, 9290 MarKEtinG responsable du service : Jean-Baptiste Alline, 9781 responsable marketing : Damien Delhomme, 9786 diffUsion abonnEMEnts Et éditions directeur de la diffusion et de la promotion Bénédicte Hartog, 9406 abonnements : Patricia Rosso, 9788 editions : Annie Zarrati, 9774 ; Promotion : Isabelle de Goüyon Matignon, 9811 ; Service Clients : 9791 ou 9796 ; Réseau presse : SIP Tél. : 01-47-80-00-22 (réservé au réseau de vente) adMinistration-GEstion directeur administratif et financier : Stéphane Deplus, 9402 directeur des affaires sociales : Frédéric Sibille, 9444 tarifs abonnEMEnts francE (TVA : 2,1 % incluse) 1 an 46 numéros dont 1 double : 180 euros TTC 1 an + « L’Atlas des Usines » : 256 euros TTC Etudiants/Demandeurs d’emploi : 95 euros TTC sur justificatif. Etranger : nous consulter. Règlement à l’ordre de « L’Usine Nouvelle ». Pour l’Union européenne, préciser le numéro de T.V.A. intracommunautaire Tirage et diffusion contrôlés par

Dépôt légal 4e trimestre 2010 - Autor. minist. 29-957.29382. Imprimé par Roto France Impression 77185 Lognes. C.O. 310.905-1977 - Numéro d’enregistrement à la Commission paritaire pour les publications non quotidiennes 0712 T 81903. N° ISSN : 0042.126 X. Editeur : Groupe Industrie Services Info (principal actionnaire : Gisi Communications), SA au capital de 1.057.080 euros. Siège social : 10, place du Général de Gaulle 92160 Antony. 309.395.820 RCS Nanterre. Directeur de la publication : Christophe Czajka


in fine

Testez votre QI…

RéAGISSEz à LA ChRonIquE de thiBaut de jaegher SuR tdejaegher@usinenouvelle.com

MaChine arrière

Chaque semaine, évaluez et améliorez votre Quotient Industriel grâce à notre quizz.

5

d.r.

L’école polytechnique a été créée en… a. 1805 B. 1794 C. 1816

Eric Besson a été nommé, le 14 novembre 2010, au poste de… a. Secrétaire d’état à l’Industrie B. Ministre de l’Industrie et de la Recherche C. Ministre chargé de l’Industrie, de l’énergie et de l’économie numérique

Des crinolines dans le moteur

2

3

Quel livre a révélé au monde entier la méthode d’organisation industrielle, Lean Manufacturing ? a. “The Machine that changed the world“, de Womack et Jones. B. “The Principles of Scientific Management“, de Taylor. C. “Gemba Kaizen“, de Maasaki Imai.

4

En Allemagne, le secteur manufacturier représente… a. 30 % de la valeur ajoutée B. 43 % de la valeur ajoutée C. 21 % de la valeur ajoutée

lire les réponses page 112 l’usine nouvelle i n° 3216-3217 i 2 décembre 2010

rue deS ArchiveS/AGiP

Pourquoi la surnomme-t-on l’X ? a. A cause de la forte dominance des mathématiques dans le cursus, x étant l’inconnu par excellence. B. En raison des deux canons croisés qui lui servent d’emblème. C. En hommage au chiffre romain 10, base du système décimal.

6

Sur cette photo, on reconnaît… a. Le chantier du paquebot France en 1958 B. La construction du Centre national des industries et techniques à Paris-la Défense en 1957 C. Les échafaudages des premiers buildings de Shanghai en 1934.

7

Le frittage, procédé de fabrication par chauffage de poudre, est souvent utilisé pour… a. Le prototypage rapide B. Plaquer la tôle sur une matrice C. Réaliser un assemblage à haute résistance

Saviez-vous que votre voiture avait pour ancêtres une crinoline et un moulin à poivre ? non ? c’est pourtant l’histoire de Peugeot, 200ans cette année. A l’orée du XiXe siècle, la fratrie des Peugeot s’est piquée d’une passion : l’industrie. cette famille de meuniers, installée dans la région de montbéliard, s’est d’abord lancée dans le textile (pour fournir la Grande Armée) puis dans la forge en 1810. Peugeot Frères fournit alors à la jeune république (président Louis-napoléon), des baleines de crinoline, des moulins à café, des cycles mais aussi des lames de scie (dont la souplesse et la rapidité érigèrent le lion en logo). L’automobile, ou plutôt les quadricycles à moteur comme on les appelait alors, ne sont apparus que plus tard… en 1889 sous l’impulsion d’un des frères: Armand Peugeot. Le tout premier modèle, baptisé Type i, est développé avec l’industriel Léon Serpollet. Suivront deux autres spécimens, nommés sans surprise Type 2 et Type 3, équipés du fameux moteur à combustion de daimler. à l’époque, la production est confidentielle, tout au plus une dizaine d’exemplaires par an. et la famille se déchire. eugène ne croit pas à l’automobile et pousse son frère Armand à fonder une branche dissidente, la Société des automobiles Peugeot. ce qu’il fit avec succès avant de prendre sa revanche. Les trois fils d’eugène revinrent en effet vers Armand pour quémander le droit de fabriquer ses étonnantes auto-mobiles ! doté d’un esprit de famille limité mais d’un sens des affaires affûté, il leur fera payer cher le droit d’exploiter ses technologies. Peu importe. L’un des premiers constructeurs français d’automobiles était né... 113

J.L.S.

1


in fine

La gare de l’Est, c’est aussi une usine… Depuis sa rénovation en 2007, la cinquième gare parisienne tourne comme une horloge. Elle a revu et corrigé ses process pour maîtriser un trafic et des flux de passagers exponentiels. Olivier COgnasse

➍ ➌ ➊

Pascal Guittet

8 heures du matin! Pour la gare de l’Est, c’est l’heure du coup de feu. Le pic de production atteint son maximum. 20000 voyageurs par heure passent par là. Pourtant, le trafic reste fluide. Aucun goulot d’étranglement malgré une multitude de sources d’approvisionnements.

➊ Chaque jour,

120000 voyageurs transitent par l’usine de la gare de l’Est. Quand, sous terre, 200 métros par heure déversent leurs voyageurs; en surface, 370 trains de banlieue ou de grandes lignes alimentent les quais de la cinquième gare parisienne, en termes de trafic. La distribution des usagers y est

114

assurée par trois plates-formes. Alsace pour les grandes lignes, où l’on voit parfois poindre le nez de l’Orient-Express. Saint-Martin pour les trains régionaux qui irriguent jusqu’en Champagne-Ardenne. Et la plate-forme centrale pour la banlieue.

➋ Pour encaisser les à-coups de production, la gestion des flux a été repensée. Lors de sa métamorphose en 2007, une liaison directe a été créée entre les transports en commun, les quais de la gare et les nombreux commerces. Le but était d’éviter les ruptures de charge entre le train, en surface, et le métro, en sous-sol. Une batterie d’escalators, installée

dans l’ancien espace logistique de la Sernam, fait communiquer les deux mondes.

➌ 40 boutiques et les trains sont ravitaillés chaque jour. Pour cela, cachée à la vue du plus grand nombre, une rue intérieure, en sous-sol, sert de mini-centre logistique. Près de 50 camions l’empruntent chaque jour. «Nous sommes dans un monde de services et de production, mais nous ne stockons rien», résume Patrick Caillot, le directeur de l’agence des gares d’Ile-de-France de la SNCF. ➍ Pour éviter toute perte de productivité, un centre

opérationnel pilote la bonne marche de cette usine. Vingt à trente contrôleurs du rail se relayent, par équipe de sept en 2x8, pour s’assurer que tous les voyageurs partent à l’heure. Pour l’instant, le niveau de qualité est satisfaisant… en tout cas pour les rames TGV. 85 % d’entre elles quittent la station avec un retard inférieur à une minute. Mais la gare de l’Est pourrait faire mieux… Ses capacités de production sont loin d’être saturées. Elle pourrait aisément absorber une augmentation de 30 à 40 % du trafic. Le plus dur en fait, c’est de trouver des fournisseurs... L’arrivée de la concurrence pourra peut-être l’y aider !


L'Usine Nouvelle - Nouvelle Formule !