Page 1

Spécial machines-outils Quand l’usinage devient intelligent € PAGES 52 À 62

EXCLUSIF

Xavier Bertrand « Il faut élargir l’assiette des cotisations » € PAGE 42

N° 3252. SEMAINE DU 8 AU 14 SEPTEMBRE 2011. 5,90 EUROS

Qu’ont-ils appris de leurs erreurs ? Crash du Rio-Paris, pédales d’accélérateurs défaillantes, surchauffe des batteries d’ordinateurs, maladie de la vache folle... Dans l’industrie, le retour d’expérience se fait dans la douleur. € P. 30

M 01979 - 3252 - F: 5,90 E

3:HIKLTH=^UZ^UW:?n@m@f@c@a;


Des solutions simples pour...

TROUVER – Rapidement.

CRÉER – Gratuitement.

ACHETER – D’un seul clic. rswww.fr/electronique


éditorial

Retours d’expérience eux qui exercent un pouvoir, quel qu’il soit, le savent bien : il faut se tromper pour progresser. « Chez personne la sagesse n’a précédé l’erreur, chez tous la place est occupée d’avance ; apprendre les vertus n’est que désapprendre les vices», écrit Sénèque dans l’une de ses lettres à Lucilius. Si la crise financière de 2008 ne nous a pas plongés dans la misère, c’est peut-être que les dirigeants du monde avaient tiré quelques leçons de celle, mal gérée, des années 1930. En sauvant les banques, et quitte à être incompris, ils nous ont sans doute épargné une grande dépression. Mais comme le mal –le vice, aurait dit le philosophe stoïcien – n’a pas été traité à sa racine, voici que le spectre de la récession fait sa rentrée. Jusqu’ici, les gouvernements n’ont pas su réformer la finance. Pas plus qu’ils n’ont su trouver la parade à leur faute historique : l’explosion des dettes souveraines. Depuis 2008, de déclarations solennelles en résolutions dérisoires, ils n’ont rien réglé, rien régulé. Mais il faut espérer qu’à Cannes, les 3 et 4 novembre, les chefs d’État réunis pour un nouveau G20 feront la démonstration qu’il est possible d’apprendre de ses erreurs, de toutes ses erreurs. Ce n’est qu’en touchant le fond que l’on peut donner le fameux coup de pied qui nous fait remonter et sortir par le haut. Les entreprises aussi peuvent s’enrichir d’une épreuve, à condition d’en tirer les enseignements. On appelle ça le retour d’expérience. Il y a tout jute deux ans, Toyota traversait une crise majeure : la « Chez personne la sagesse pédale d’accélérateur de quelques-uns de ses modèles s’était bloquée à plusieurs n’a précédé l’erreur », écrit Sénèque. reprises, provoquant des accidents et C’est vrai des gouvernements même quatre morts. Un problème électronique? Apparemment non, ce n’était comme des entreprises, qui ont que le tapis de sol. Mais il fallait réagir. Le constructeur japonais, pourtant réputé beaucoup à apprendre de leurs échecs. pour ses autos qui ne vont jamais au garage, a non seulement revu le design de sa maudite pédale, mais en plus a dû repenser sa démarche qualité. Pour faire oublier ses péchés, mieux vaut être exemplaire! Le conseil vaut pour l’industrie nucléaire: si elle en tire toutes les leçons technologiques, le drame de Fukushima lui en aura peut-être évité d’autres. Et pour l’aéronautique: si les compagnies, les constructeurs et les équipementiers corrigent matériels, électronique embarquée et procédures, le crash du Rio-Paris d’Air France aura au moins servi à quelque chose. Apprendre de ses erreurs, notamment des catastrophes, n’est-ce pas le b.a.-ba de cette industrie depuis sa naissance? Au passage, il est scandaleux que l’enquête du BEA, dont le rapport définitif doit être publié au premier lguez@usinenouvelle.com semestre 2012, fasse l’objet de pressions et d’influences. Réagissez à l’éditorial Retour d’expérience rime avec transparence. ❚❚ sur www.usinenouvelle.com

C

LAURENT GUEZ, Directeur de la rédaction

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

5


sommaire SEMAINE DU 8 AU 14 SEPTEMBRE 2011

Spécial machines-outils Quand l’usinage devient intelligent € PAGES 52 À 62

EXCLUSIF

Xavier Bertrand : « Il faut élargir l’assiette des cotisations » € PAGE 42

N° 3252. SEMAINE DU 8 AU 14 SEPTEMBRE 2011. 5,90 EUROS

Qu’ont-ils appris de leurs erreurs ? Crash du Rio-Paris, pédales d’accélérateurs défaillantes, surchauffe des batteries au lithium, maladie de la vache folle... Dans l’industrie, le retour d’expérience se fait dans la douleur. € P. 30

EN COUVERTURE

QU’ONT-ILS APPRIS DE LEURS ERREURS ? équipements défaillants, critiques de l’enquête du BEA, duel fratricide entre Airbus et Air France… Deux ans après le crash de l’AF 447, la filière se remet difficilement. Mais l’aéronautique n’est pas la seule exposée aux risques. Tous les secteurs sont concernés et l’industrie apprend dans la douleur. € P. 30

essentiel ENTREPRISES • Le top : Latécoère ; le flop : Monsanto .......................................... € P.10 • Saint-Gobain mise sur… l’industrie pétrolière..................................... € P.10 • Marché conclu ! ............................................... € P.11 • L’Oréal met ses usines .............................. au « wall to wall » .......................................... € P.12 RÉGIONS • Inventé près de chez vous...................... € P. 14 • Dijon soigne son imagerie médicale .............................. € P. 14 • Un premier parc photovoltaïque pour les Alpes-Maritimes....................... € P. 16 INNOVATIONS • La pépite ............................................................. € P. 18 • Les tablettes font salon ............................ € P. 18 • Une hydrolienne peaufinée par EDF...................................... € P. 20

enquêtes MEDIATOR • Le « village » Servier vit dans le déni ............................................... € P40

BONNES PRATIQUES • Accompagner l’invasion des tablettes .................................................... € P. 66

INTERVIEW • Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé ...................... € P.42

MANAGEMENT • Molière 1 - Shakespeare 0 ......................€ P. 68 • À l’usine .............................................................€ P. 68

AUTOMOBILE • La Twingo de Volkswagen .....................€ P.44

FINANCE • Quand l’État finance les nouvelles usines ................................... € P. 69

RÉGIONS • L’or vert des Vosges .................................... € P.47 STRATÉGIE • Vallourec, le nouveau tube américain.....................€ P.50 SPÉCIAL MACHINES-OUTILS • Et l’usinage devint intelligent... .......... € P.52

PHOTOS DE COUVERTURE : AFP, PASCAL GUITTET, E. LEGOUHY

DROIT • La SFA pour restructurer votre dette financière ................................ € P. 70 • Jurisprudence en bref................................ € P. 70 INDICES • Coup de chaud sur le fret maritime€ P. 71 • Blé - Charbon - Niobium .......................... € P. 71 ACHATS • Rien n’échappe au dôme Axis ........... € P. 74 • Nouveaux produits ..................................... € P. 75

ENVIRONNEMENT • La cote carbone ............................................. € P. 21 • Apple, cible des écolos chinois ........... € P. 21 • La fonderie durable sur la toile ........... € P. 21

MARCHÉ DE L’INDUSTRIE MATÉRIELS ET PRODUITS - CESSIONS D’ENTREPRISES........................................€ P.77

ÉCONOMIE • Les patrons jugeront sur le terrain .. € P. 22 • Un œil sur le monde ................................. € P. 24 • Tableau de bord............................................ € P. 26 PARLONS-NOUS ! .......................................... € P. 28

guide

OFFRES D’EMPLOI ET FORMATION € P.84 Dans l’usine Servier de Gidy, l’affaire Mediator est perçue comme de l’acharnement médiatique.

PHOTOS DE COUVERTURE : AFP, PASCAL GUITTET. CE NUMÉRO COMPREND UN ENCART ABONNEMENT DE 4 PAGES ENTRE LES PAGES 4 ET 89 ET UN CAHIER CENTRAL PRODUCTION-MESURE DE 24 PAGES FOLIOTÉ EN ROMAIN

€ Bonus In situ

La centrale qui a électrifié la Bavière accompagne depuis 1924 l’essor économique du land allemand € P. 8

6

Quiz

Testez votre Q.I. Machine arrière € P. 89

In fine Une « ganadería », c’est aussi une usine… Sélection rigoureuse pour produire des taureaux de corrida € P. 90


rendez-vous

Spécial Midest

> Sous-traitants, vous n’avez pas reçu

les questionnaires à l’occasion du dossier spécial Midest? Téléchargezle sur notre site. Il nous permet d’établir notre classement annuel des sous-traitants. À renvoyer avant le 12 septembre. www.usinenouvelle.com

e-BRIEFING La note de l’expert à télécharger

À suivre L’actualité des sites industriels sur usinenouvelle.com/ quotidien-desusines/

La fusion des usages professionnels et personnels

> Exclusif : les abonnés peuvent télécharger gratuitement ce document sur notre site usinenouvelle.com/ressources

Formations

> Sites et sols pollués 21 et 22 septembre, 7 et 8 décembre, Paris.

> Risques chimiques 18 octobre 2011, Paris. > ICPE Maîtriser le cadre réglementaire

RENDEZ-VOUS À HANOVRE Reportages, diaporamas, vidéos... À l’occasion du salon intenational de la machine-outil qui se tient du 19 au 24 septembre à Hanovre, la rédaction de « L’Usine Nouvelle » se mobilise. www.usinenouvelle.com

Conférences Assises de l’industrie «2012, réinventer l’industrie», avec François Drouin, Clara Gaymard, Denis Kessler (photo), Laurence Parisot, Denis Ranque, Stéphane Richard… Mercredi 19 octobre 2011, Paris. 10e Congrès industrie automobile « Nouveaux marchés, nouveaux usages : anticiper les ruptures », mercredi 28 septembre 2011, Pavillon Royal, Paris. Journée technique de l’électronique « Électronique de puissance et gestion de l’énergie », jeudi 29 septembre 2011, Palais des Congrès de Versailles. Efficacité énergétique 5 et 6 octobre 2011, Salons Hoche, Paris. Matières premières industrielles 11 octobre 2011, Paris. Congrès aéronautique 15 novembre 2011, Hôtel Palladia, Toulouse. Inscriptions sur usinenouvelle.com Contact : Lamia Zerrouki, lzerrouki@infopro.fr Tél. + 33-(0)1-77-92-99-06 D.R.

du nouveau régime d’enregistrement 20 octobre 2011, Paris. Renseignements et inscriptions sur usinenouvelle.com

usinenouvelle.com

usinenouvelle.com

usinenouvelle.com

L'USINE NOUVELLE À VOTRE SERVICE

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

7


in situ

Sur les contreforts, les conduites menant au lac de retenue.

ALLEMAGNE

Énergie

FRANCE

La centrale qui a électrifié la Bavière

WALCHENSEE

Bijou industriel, la centrale hydroélectrique de Walchensee, opérée par E.on, a contribué à l’essor industriel du puissant land du sud de l’Allemagne. PAR LUDOVIC DUPIN

8

tout moment, le visiteur s’attend à voir surgir Julie Andrews de derrière un arbre. Elle danserait et chantonnerait l’un des airs de «La Mélodie du bonheur», qui fut tourné à quelques kilomètres de Walchensee, où est implantée l’une des plus spectaculaires centrales hydroélectriques d’Allemagne… La station est accrochée à une falaise dans les contreforts des Alpes bavaroises. À ses pieds, le lac de Kochelsee se ride doucement au gré du vent. «Cette station est un petit trésor pour la région munichoise», s’exclame Dominik Grodde, le directeur des activités hydrauliques de l’électricien allemand E.on, l’opérateur du site. Depuis 1924, la centrale accompagne la croissance économique de la Bavière, le plus riche des länder allemands, pauvre en charbon. En juin 1918, alors que la Première Guerre mondiale n’en finit pas, le parlement local autorise la construction de la plus grande centrale à stockage du monde. Il y est encouragé par l’ingénieur Oskar von Miller, le «père» de l’hydroélectricité allemande, qui y voit une solution pour électrifier le pays. Walchensee fournira l’énergie pour alimenter les installations industrielles et les voix de chemins de fer. Le 15 janvier 1924, la centrale produit ses premiers kilowattheures. La station affiche bientôt une puissance de 124 MW… Ce site, classé en 1983 au patrimoine industriel de l’Allemagne, se visite quasiment dans l’état où les quelque 2000 ouvriers l’ont livré.

A


EN QUELQUES DATES ● 1882

Une expérience présentée lors d’une exposition à Munich montre qu’il est possible de transporter l’électricité sur de longues distances.

● 21 juin 1918

Sous l’influence de l’ingénieur Oskar von Miller, le parlement bavarois lance la construction de la centrale électrique de Walchensee.

● 24 janvier 1924

Après six ans de travaux, la plus puissante centrale hydroélectrique du monde est livrée.

Entre deux lacs : le Walchensee sur la crête et le Kochelsee à ses pieds.

Dans l’immense salle des machines, les huit turbines sont presque d’origine.

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

Durant les années 1920, 2 000 ouvriers ont construit la centrale.

machines… Une complète hérésie en termes de dynamique des fluides assumée par les concepteurs de l’époque. Ils souhaitaient qu’en cas de rupture des tuyaux, l’eau s’écoule à côté de la coûteuse salle des machines. Une précaution inutile : depuis quatre-vingt-sept ans, aucune portion n’a jamais été remplacée. Ici, l’eau est si pure que la corrosion est limitée. « L’eau de cette vallée ne répond pas aux critères de potabilité définis en Europe. Mais dans d’autres pays, elle serait sans doute mise en bouteille », plaisante Markus Krinner.

À pleine puissance en trois minutes Sur la crête, dans un bâtiment doté d’une fosse de 10 000 mètres cubes, la pression de l’eau en provenance du lac de Walchensee est régulée. Une vingtaine de personnes entretiennent la santé de la vieille nourrice qui a soutenu pendant tant d’années la Bavière grandissante. Si sa puissance n’est plus qu’une goutte sur le réseau électrique allemand, elle n’en conserve pas moins de bons réflexes. En cas de besoin, elle peut passer de zéro à sa pleine puissance en trois minutes… En la faisant visiter, son exploitant E.on montre son savoir-faire. Un plaidoyer pro domo à quelques mois du renouvellement des concessions de plusieurs barrages en France. E.on est bien décidé à concurrencer EDF et GDF Suez, ses deux grands rivaux en Europe. ❚❚

D. R. ; RALF STURM.

À quelque 1 200 mètres du lac de retenue, on rencontre d’abord la salle des machines. Dans cet imposant bâtiment de 100 mètres de longueur s’alignent, martiales, huit turbines, quasiment d’origine. C’est tout juste si elles ont reçu un coup de jeune en 1990 afin d’améliorer l’efficacité de leurs systèmes de contrôle. « La grosse différence, c’est « Cette station nous avons est un petit trésor qu’aujourd’hui de l’électronique autour pour la région des turbines mais nous la cachons », s’amuse Markus munichoise. » Krinner, le directeur de l’inDOMINIK GRODDE formation de Walchensee. Directeur des activités Cette salle des machines hydrauliques de l’électricien est découpée en deux. Deux allemand E.on. tiers de l’énergie sont distribués à une fréquence de 50 Hz pour alimenter des sites industriels en Bavière. Le tiers restant, qui affiche 16,7 Hz, est fourni à la Deutsche Bahn, pour faire rouler ses trains dans le land. Viennent ensuite les conduites forcées qui mènent l’eau jusqu’aux turbines. Ces impressionnants tuyaux en acier de 1,9 à 2,3 mètres de diamètre peuvent supporter une pression de 28 bars. Curieusement, ces tubes énormes font un coude serré juste avant d’atteindre la salle des

● 1983 L’Allemagne donne le statut de monument industriel à la centrale de Walchensee.

9


essentiel usinenouvelle.com

ENTREPRISES / RÉGIONS / INNOVATIONS / ENVIRONNEMENT / ÉCONOMIE

LE TOP

Latécoère remet les gaz Le fabricant toulousain d’aérostructures confirme l’enthousiasme affiché lors du dernier salon du Bourget. Porté par le carnet de commandes de ses grands clients Airbus et Boeing, Latécoère voit son profit net bondir de 0,4 million à 15,5 millions d’euros au premier semestre 2011.

Il aligne aussi cinq trimestres consécutifs de croissance de ses ventes. Ce redressement, auquel s’ajoute un portefeuille de commandes représentant cinq années de chiffre d’affaires, rend la mariée plus belle. Latécoère espère toujours s’adosser à un partenaire, industriel de préférence, d’ici à la fin 2011, pour faire face à une dette de plus de 350 millions d’euros. ❚❚ H. M.

D. R.

La chrysomèle plus forte que Monsanto ? Il y a quinze ans, le semencier américain avait mis au point les premiers maïs OGM en insérant dans son génome la bactérie Bacillus Thuringiensis (Bt) afin de protéger la plante des attaques 10

SAINT-GOBAIN MISE SUR… L’INDUSTRIE PÉTROLIÈRE Le développement de Saint-Gobain ne se limite pas à l’habitat. Si ce secteur demeure l’axe stratégique du groupe présidé par Pierre-André de Chalendar, le géant des matériaux de construction lorgne aussi un certain nombre de marchés de niches. Et notamment l’industrie du forage gazier et pétrolier. Saint-Gobain vient d’annoncer un investissement de 69 millions d’euros pour la construction d’une usine de proppants dans l’Arkansas (États-Unis) qui emploiera 140 salariés. Les proppants ? Des billes de soutènement sphériques en céramique, pas plus grosses qu’un grain de sable, et qui, insérées dans les failles souterraines des puits de gaz et de pétrole, augmentent le taux de récupération des hydrocarbures. L’activité n’est pas nouvelle pour le groupe, qui possède déjà deux usines de proppants, à Fort Smith (États-Unis) et Guanghan (Chine). La nouvelle usine, située dans le comté de Saline à proximité de nombreux clients américains, devrait débuter sa production d’ici à la fin 2012. ❚❚ OLIVIER JAMES

Automobile

PSA VERSION INDY L’Inde, nouvel Eldorado de l’automobile ? C’est ce qu’a l’air de penser PSA, qui veut oublier son échec de 1997 à s’implanter dans le pays. Le constructeur français vient d’annoncer la construction d’une usine dans l’État du Gujarat, dans l’ouest de l’Inde, qu’il mènera seul. Loin de viser le marché des voitures low cost, PSA mise sur le potentiel d’une classe moyenne émergente pour écouler des véhicules du segment C. De l’usine sortiront des berlines tricorps et des 508 assemblées à par-

LE FLOP

Le maïs de Monsanto menacé

Matériaux

de chrysomèle, un insecte dont les larves se développent dans la tige. Une étude de l’université de l’Iowa révèle que l’insecte a déjà commencé à s’adapter et à développer une résistance à la toxine Bt. Un coup dur pour le géant et les agriculteurs américains : près de la moitié des surfaces de maïs cultivées aux États-Unis sont de type Bt. ❚❚ P. D.

Le chiffre

143 % C’est la vertigineuse progression du parc photovoltaïque français entre mi-2010 et mi-2011. La puissance installée a atteint 1 679 MW à la fin

Accord entre le Premier ministre du Gujarat et Philippe Varin président du directoire de PSA.

tir d’éléments importés. En Inde, moins de dix personnes sur 1 000 possèdent une voiture contre 600 à 800 pour 1 000 en Occident. C’est un potentiel énorme. Seul écueil : la vétusté des infrastructures routières indiennes. ❚❚ S. B.

du premier semestre, soit 1100 MW de raccordements nouveaux en un an. Ce triplement surprend alors que la filière a pâti au début de l’année du moratoire sur l’électricité solaire. Il s’explique par l’empressement des professionnels à mettre en service leurs installations afin de bénéficier des anciens et avantageux tarifs de rachats de l’électricité par EDF. ❚❚ L. D.


essentiel ENTREPRISES / RÉGIONS / INNOVATIONS / ENVIRONNEMENT / ÉCONOMIE

Batteries

MARCHÉ CONCLU !

Alcatel-Lucent installe le réseau de la grande muette Pour installer les futurs réseaux de communication des cent six sites de l’armée de l’air, la direction générale de l’armement a opté pour un consortium dirigé par Alcatel-Lucent, en partenariat avec Ineo. L’équipementier télécoms tirera de la fibre optique de bout en bout jusqu’à la prise et installera ses routeurs IP pour déployer des réseaux de campus : certaines bases aériennes s’étendent sur plusieurs kilomètres carrés. Les connexions entre sites relèvent du système Socrate, qui n’est pas inclus dans ce projet. Quant aux matériels installés,

ils ne sont nullement conçus pour une utilisation spécifiquement militaire ou durcis, mais sont les mêmes que pour une installation d’entreprise. Seul le chiffrement des échanges, géré exclusivement par l’État, distingue le comportement de cette

350 millions

C’est, en euros, le coût des réseaux qu’Alcatel-Lucent et Ineo vont déployer sur 600 sites de l’armée de l’air.

installation de celui d’un réseau classique. Enfin, Alcatel-Lucent met à disposition de la DGA des centres de supervision pour la surveillance, la maintenance et la sécurité du réseau. Ineo assurera en particulier la conception de l’architecture d’infrastructures de service et de sécurité, le déploiement sur le terrain, la maintenance… Frédéric Dufaux, le président de la société Cibair, par délégation d’Alcatel-Lucent, ajoute que le projet a répondu aux exigences de souplesse de l’armée de l’air. « Nos installations ont été pensées pour s’adapter en cas de suppression ou de création d’une base, de changement d’affectation d’un bâtiment… » ❚❚ EMMANUELLE DELSOL

SAFT ET JOHNSON CONTROLS D’ACCORD POUR SE SÉPARER

Du cash pour Saft, les usines et les technos pour Johnson Controls. Le fabricant français de batteries et l’équipementier américain s’entendent pour mettre fin à leur coentreprise dans les batteries pour véhicules électriques. Johnson rachètera la part de Saft pour 145 millions de dollars, et pourra utiliser la technologie du français sur tous les marchés, contre une redevance forfaitaire. Au final, Saft sort de l’auto en récupérant sa mise dans la coentreprise et Johnson peut s’attaquer au marché du stockage pour le réseau, « mais sans aucun support de notre part pour cette technologie qui date de 2008 », glisse-t-on chez Saft. ❚❚ M. M.


essentiel ENTREPRISES / RÉGIONS / INNOVATIONS / ENVIRONNEMENT / ÉCONOMIE

RÉAGISSEZ À L’ANALYSE DE GUILLAUME LECOMPTE-BOINET glecompte-boinet@usinenouvelle.com

Cosmétiques

L’ORÉAL MET SES USINES AU « WALL TO WALL »

ANALYSE

12

La production de flacons calée sur le planning.

Europe, une au Brésil et une aux États-Unis. « Chaque cas nécessite sa propre étude, en fonction des volumes produits », précise Jean-Philippe Blanpain. L’enjeu est crucial: L’Oréal va produire un milliard de flacons cette année. Un chiffre qui devrait progresser de près de 30% en 2012, grâce, notamment, aux futures usines que le numéro un mondial inaugurera en Égypte, au Mexique et en Indonésie. ❚❚ ADRIEN CAHUZAC

Automobile

LA VOITURE ÉLECTRIQUE DE VOLVO, C’EST SIEMENS QUI LA PROPULSE Jusqu’ici sur le bord de la route avec les infrastructures de recharge, Siemens se fait une place dans la voiture électrique. Le conglomérat allemand a annoncé un partenariat stratégique avec le constructeur suédois Volvo sur la chaîne de traction électrique. Siemens adaptera ses technologies de moteur, de conversion d’électricité et de recharge à l’automobile pour intégrer ses systèmes dans la Volvo électrique C30. Les premiers exemplaires devraient rouler pour des tests dès la fin 2011. Pour l’un des leaders mondiaux des moteurs électriques, déjà présent dans les trains et les bus hybrides, l’ambition est claire: être un fournisseur global de l’électromobilité. ❚❚ M. M.

Transport

LA SNCF PRÉPARE UN APPEL D’OFFRES GÉANT Le TGV, un train d’avenir? Bien loin des déclarations de son président, Guillaume Pepy, sur la fin du modèle économique du TGV, la SNCF travaillerait étroitement avec Alstom sur un appel d’offres géant qui pourrait intervenir dès 2014-2015, selon des experts du ferroviaire français. Fruit de cette collaboration, une nouvelle version de l’AGV d’Alstom remplace-

rait la centaine de TGV Sud-Est lancés dans les années 1980. L’AGV II, dont «Les Échos» avaient révélé les principales caractéristiques fin juin, offrirait notamment une version à deux niveaux. De quoi transporter plus de passagers sur des rails de plus en plus chers: les péages versés par la SNCF à Réseau Ferré de France ont crû de 24% depuis 2008. Face à cette inflation, la compagnie ferroviaire avait laissé entendre au printemps qu’elle pourrait réduire les dessertes de TGV et retirer de la circulation une centaine de rames. Tout en travaillant en coulisses sur l’AGV II… ❚❚ M. M.

PASCAL GUITTET POUR « L’USINE NOUVELLE »/ FRANÇOIS GUILLOT

Depuis qu’Airbus a lancé, il y a huit mois, l’A320 NEO, et engrangé près de 1000 commandes fermes (record absolu pour un lancement d’avion commercial), Boeing était dans ses petits souliers. Sur le segment stratégique des avions monocouloirs de 150-200 places, le constructeur de Seattle se retrouvait avec un avion dont la dernière modernisation datait du début des années 1990… Pour ne pas laisser son rival faire la course en tête sur ce créneau, Boeing va donc installer un moteur de dernière génération, le Leap-X du franco-américain CFM, sous l’aile de son bon vieux 737. L’enjeu est énorme. Selon l’américain, plus de 23000 aéronefs de ce type seront mis en service d’ici à 2030. En valeur, cela représente près de 2000 milliards de dollars à se partager. Avec la baisse de la consommation en carburant de 15% que promettent le 737 Max ou l’A320 NEO, il y a fort à parier qu’Airbus et Boeing se tailleront une nouvelle fois la part du lion. Les nouveaux concurrents, qui voulaient disputer au duopole sa suprématie, peuvent remballer leurs projets. Le russe Sukhoi, avec son SSJ 100, n’offre aucun avantage décisif face aux actuels A320 et 737. Quant au C-Series du canadien Bombardier, s’il disposera du nouveau moteur de Pratt & Whitney PurePower, il risque fort d’être un avion de niche qui continuera à ramasser les reliquats laissés par Airbus et Boeing. En fait, seul le C 919 du chinois Comac a sa chance. Cet avion qui entrera – théoriquement – en service en 2016, disposera lui aussi du Leap-X et des dernières technologies en matière d’avionique ou de matériaux. Surtout, les Chinois ont le temps et l’argent pour eux. Ils peuvent financer ce programme à perte et casser les prix pour gagner des marchés. C’est la seule vraie menace pour nos deux compères de l’aéronautique. ❚❚ G. L.-B.

usinenouvelle.com

Boeing-Airbus Un duopole plein d’avenir

Installer ses fournisseurs de flacons dans ses propres usines. Cette démarche, appelée « wall to wall», récente dans l’industrie cosmétique, fait des émules. L’Oréal met les bouchées doubles pour la déployer et combler son retard sur des concurrents comme Procter & Gamble. « Les gains sont nombreux, tant sur la productivité, en éliminant les stocks et les manutentions, que sur l’environnement, en supprimant le transport routier », explique Jean-Philippe Blanpain, le directeur des opérations. Pour lui, ce système donne «une plus grande flexibilité, avec une production de flacons calée sur le planning journalier». Mis en place en 2010 à Rambouillet (Yvelines) et à Settimo (Italie), le «wall to wall » sera effectif à la fin de l’année dans cinq des 39 usines du groupe: trois en


essentiel

Cet engin autoporté 100 % électrique est une première mondiale.

À Wissembourg, Etesia lance la tondeuse verte

WISSEMBOURG ALSACE

L’inventaire du matériel du service des espaces verts de la communauté urbaine de Strasbourg s’est enrichi de trois tondeuses autoportées, modèle Bahia M2E. Elles sont fabriquées par Etesia, une PME de Wissembourg (Bas-Rhin). 80 centimètres de largeur de coupe pour un bac de 240 litres. Signe distinctif : 100 % électriques. « Une première mondiale », fait observer Patrick Vives, le président d’Etesia, 130 salariés pour 30 millions d’euros de chiffre d’affaires. Membre du groupe Elmar Wolf (400 salariés au total à Wissembourg), comme sa société sœur Outils Wolf, Etesia a investi 500 000 euros au cours des deux dernières années dans ce projet, soutenu par Oséo. « On est parti de choses existantes pour le châssis et le système de ramassage et il nous a fallu deux ans pour développer le système électrique et l’électronique », résume 14

Patrick Vives. La tondeuse est équipée de quatre batteries au plomb se rechargeant sur le secteur en six heures. Elles lui confèrent une autonomie de 2 heures (plus 1 heure 30 avec une remorque contenant quatre batteries supplémentaires) pour un coût horaire inférieur à cinquante centimes. La tondeuse dispose par ailleurs d’une prise de courant sur laquelle peut être branché un taille-haie. Autre avantage pointé par le service des espaces verts : les nuisances sonores, moindres que pour un modèle thermique. Ses capacités sont en revanche jugées trop faibles pour s’aventurer sur de grands espaces. « Ce n’est qu’un début. Rien n’empêche d’en faire de plus grosses », rétorque Patrick Vives. Après cette expérimentation, Etesia entend lancer la production de série au printemps. Et table sur 100 ventes en 2012 et au moins quatre fois plus en 2013, année durant laquelle Outils Wolf va commercialiser la tondeuse sous ses couleurs. ❚❚ THOMAS CALINON

Haute-Normandie

VENTS PORTEURS POUR WIND INNOVATION IN NORMANDY Porté par l’association Énergies Haute-Normandie qui réunit Havre Développement, des industriels de la filière et des institutionnels, le projet Wind innovation in Normandy (WIN) a le vent en poupe. «Très prochainement, le fabricant allemand d’éoliennes Nordex va financer l’installation d’un mât de mesures pour réaliser des études avec le français Areva Wind, précise Éric Neyme, le président de l’association. Puis s’agrégeront deux fabricants de turbines, le français Alstom et l’allemand Siemens. Les quatre partenaires signeront un protocole commun pour créer et financer, au Havre, un centre de R&D autour d’un parc expérimental d’éoliennes en mer, non loin des côtes normandes». Une plate-forme d’essais terrestres sera implantée sur le port du Havre. Puis une autre en mer en 2013 pour tester in situ des turbines expérimentales, des prototypes et des éoliennes de série. Trois parcs éoliens offshore seront situés non loin des côtes normandes d’ici à 2016, au large de Courseulles-sur-Mer (Calvados), Fécamp et Le Tréport (Seine-Maritime). ❚❚ PATRICK BOTTOIS

Le cyclotron permettra de suivre l’évolution d’une maladie et de son traitement.

Bourgogne

DIJON SOIGNE SON IMAGERIE MÉDICALE Le GIE Pharmimage a réceptionné son cyclotron qui aidera la recherche sur le cancer et offrira un meilleur diagnostic des patients. Son implantation à Dijon, d’un coût de 4,8 millions d’euros, découle d’un partenariat public-privé. Cet accélérateur de particules est destiné à produire des isotopes radioactifs qui permettent de suivre l’évolution d’une maladie et de son traitement. Mis en service début 2012, l’équipement favorise

le développement d’un pôle d’imagerie médicale qu’illustre le projet de recherche Imappi, sélectionné par le gouvernement dans le cadre des investissements d’avenir. Chiffré à 19 millions d’euros et porté par les universités de Bourgogne et de Franche-Comté, il associe Pharmimage et l’américain Bioscan. Le but est de concevoir le prototype d’un appareil d’imagerie mariant les technologies de résonance magnétique et de tomographie par émission de positions. Bioscan devrait annoncer en octobre l’installation d’une équipe de développeurs pour aboutir à une version industrialisable. ❚❚ DIDIER HUGUE

D. R. / PHILIPPE BRUCHOT

INVENTÉ PRÈS DE CHEZ VOUS

usinenouvelle.com/regions

ENTREPRISES / RÉGIONS / INNOVATIONS / ENVIRONNEMENT / ÉCONOMIE


essentiel ENTREPRISES / RÉGIONS / INNOVATIONS / ENVIRONNEMENT / ÉCONOMIE

Paca

Le premier parc photovoltaïque des AlpesMaritimes vient d’être installé à Valderoure, une commune de 450 habitants située dans le haut pays grassois. La société Belectric, filiale de l’allemand Beck Ener, a implanté quelque 240 panneaux solaires équipés de 24000 modules pouvant produire 1,65MW par an. La commune loue le terrain de 11 hectares pour 45 000 euros à Belectric, qui assure l’installation et la maintenance. L’électricité produite sera revendue à Électricité Réseau Distribution France (ERDF), lié à l’investisseur par un contrat d’une durée de vingt ans. Ce parc solaire bénéficie d’une nouvelle génération de technologie photovoltaïque créée par l’américain First Solar. Les panneaux sont en tellurure de cadmium à

D. R.

UN PREMIER PARC PHOTOVOLTAÏQUE POUR LES ALPES-MARITIMES

Le tellurure de cadmium à l’honneur à Valderoure.

couche mince au lieu du silicium traditionnel. Ils assurent un meilleur rendement en cas de températures élevées, un plus fort coefficient d’absorption de la luminosité même par temps nuageux, un coût de production plus bas et sont entièrement recyclables. Beletric, basée dans l’Hérault, revendique l’installation d’une centaine de parcs photovoltaïques et 2500 toitures solaires. ❚❚ MICHEL BOVAS

Île-de-France

usinenouvelle.com/regions

GLOBAL BIOÉNERGIES ET SYNTHOS PARTENAIRES SUR LE BUTADIÈNE BIO

16

Global Bioénergies, une entreprise de biologie industrielle d’Évry (Essonne), et Synthos, l’un des leaders européens de la production de caoutchouc synthétique, ont conclu un accord portant sur le développement d’un procédé de transformation des ressources naturelles renouvelables en butadiène. Le butadiène, l’une des molécules centrales de la pétrochimie, est actuellement produit à partir de pétrole. Global Bioénergies se chargera de la R&D à l’échelle du laboratoire et Synthos de l’industrialisation du procédé. Cette collaboration comprend un financement de la recherche et du développement, des redevances, une répartition des droits d’exploitation et une prise de participation de Synthos dans le capital de Global Bioénergies à hauteur de 1,4 million d’euros. Fondé en 2008, ce dernier développe un procédé de conversion de ressources végétales en hydrocarbures par fermentation. ❚❚ PATRICK DÉSAVIE

Pays de la Loire

KOLMI-HOPEN REPRIS PAR LE CANADIEN MEDICOM Kolmi-Hopen devient la base européenne de Medicom. Le canadien, spécialisé dans la fourniture d’équipements médicaux, a acquis 78% du capital de l’angevin, qui fabrique des masques médicaux, des charlottes, des couvre-chaussures… La société

d’Angers (Maine-et-Loire) était présidée par Emmanuel de Villiers, son actionnaire majoritaire depuis 2010. « Kolmi-Hopen apporte un complément géographique de gamme et de métiers », précise Guillaume Laverdure, le nouveau président. La PME a réalisé un chiffre d’affaires de 23,5 millions d’euros en 2010. Emmanuel de Villiers reste chargé de la construction d’une usine de 13 700 mètres carrés, à Saint-Barthélemy-d’Anjou. ❚❚ EMMANUEL GUIMARD


essentiel ENTREPRISES / RÉGIONS / INNOVATIONS / ENVIRONNEMENT / ÉCONOMIE

Électronique

Invoxia rend l’iPhone professionnel Et si l’iPhone remplaçait le bon vieux téléphone VoIP du bureau ? S’appuyant sur les nombreuses études qui montrent la montée en puissance des smartphones d’Apple dans l’entreprise, la jeune société francilienne Invoxia a développé cette idée simple pour créer un drôle de boîtier. Une station d’accueil à laquelle on connecte son iPhone pour téléphoner aussi sur le réseau de son entreprise, après avoir téléchargé l’app Invoxia pour iPhone. Appels fixes et mobiles arrivent sur le smartphone, utilisable aussi en Bluetooth. Les carnets d’adresse, y compris les annuaires Skype, et listes d’appel des deux environnements sont synchronisés. Plutôt qu’un téléphone aux nombreuses touches inutilisées et à l’interface datant des années 1980, l’utilisateur retrouve son mobile préféré et ses apps, ses icônes, son écran tactile, etc. Invoxia a également équipé son NVX610 de huit haut-parleurs à large spectre et d’autant de micros numériques pour exploiter toutes les capacités de la voix sur IP. Résultat, des conversations en voix haute définition. En audio conférence à plusieurs, chaque voix devient clairement identifiable et même localisable. L’application est personnalisée pour une quinzaine d’opérateurs européens. Le boîtier, qui a reçu la certification officielle « Made for iPhone » d’Apple, est disponible depuis le 1er septembre, en ligne, pour iPod Touch, iPhone, iPad. Invoxia pourrait aussi le décliner pour les terminaux sous Android. L’entreprise, qui emploie aujourd’hui dix personnes, a été créée en juin 2010 par Éric Carreel, Jacques Lewiner et Serge Renouard. Les deux premiers sont déjà à l’origine de deux start-up de choix : Withings et son pèse-personne connecté, d’une part, Sculpteo et son prototypage rapide en ligne, d’autre part. ❚❚ EMMANUELLE DELSOL

L’INNOVATION

D. R. ; KOJI SASAHARA / AP/SIPA

Invoxia a développé un boîtier et une application pour connecter et synchroniser les iPhones au réseau téléphonique IP de l’entreprise. Il ajoute également des fonctions de voix haute définition, en exploitant en particulier la bande passante plus importante de la voix sur IP. L’OPPORTUNITÉ Selon Forrester, en 2010, 56 % des entreprises nord-américaines et européennes supportaient l’utilisation des mobiles personnels. Le mouvement devrait s’appliquer aux tablettes dans trois ans.

18

LES TABLETTES FONT SALON La manière d’envisager les tablettes évolue. Sony, sur ses Tablet S et P dévoilées au salon IFA de Berlin, met en avant leur capacité à partager les contenus multimédias. Grâce au support du standard DLNA (Digital Living Network Alliance), elles peuvent lancer musique, film ou diaporama sur n’importe quel appareil compatible, quelle que soit sa marque, suivant en cela Acer et ses Iconia TAB A. Mais Sony va plus loin et ajoute une liaison infrarouge associée à une fonction de télécommande universelle. Le géant de l’électronique grand public montre la voie pour de nouveaux usages domes-

La Tablet S de Sony dévoilée à Berlin.

tiques. Demain, la tablette ne sera plus cantonnée à la mobilité. Au-delà de ses fonctions ludiques d’accès à internet et de visionnage de vidéo, elle deviendra l’outil de pilotage des différents systèmes multimédias en jouant l’ouverture. À la différence de l’iPad d’Apple, qui joue sur l’intégration verticale. ❚❚ PATRICE DESMEDT

Vidéo

SONY COIFFE SON CASQUE IMMERSIF 3 D

usinenouvelle.com/innovations

LA PÉPITE

Après le cinéma 3 D, les téléviseurs 3 D, voici le casque immersif 3D. Le visiocasque de Sony présenté au salon IFA de Berlin (du 2 au 7 septembre) sera disponible au mois de novembre. Il fait encore plus entrer dans l’image, car il s’agit d’un système d’immersion totale où l’utilisateur est isolé du monde extérieur. Il est constitué de deux écrans Oled de 0,7 pouce (18 millimètres) d’une définition HD 720 p et d’un système audio surround virtuel 5.1. De quoi profiter des films en Blu-ray, d’émissions de télévision ou des jeux sur Playstation. À condition de supporter son poids de 420 grammes, d’accepter sa liaison filaire et de débourser 799 euros. ❚❚ P. D.

Renseignement

DE GRANDES OREILLES FRANÇAISES EN LIBYE Amesys l’a reconnu. Cette filiale de Bull depuis janvier 2010 avait bien, en 2007, vendu aux autorités libyennes son système Glint, avec le logiciel d’analyse de réseaux IP Eagle. Cet ensemble analyse en temps réel les informations transitant sur un réseau à très haut débit. Il est capable de « lire » les mails, les messageries instantanées, la voix sur IP… Évolutif, Glint peut s’adapter à des flux de plusieurs dizaines de gigaoctets par seconde. Rien ne lui échappe, puisqu’il peut suivre les réseaux IP, les liaisons micro-ondes, les réseaux GSM et satellites. ❚❚ P. D.


essentiel UNE MAISON ZEN ET INTELLIGENTE

Construire une maison autosuffisante et néanmoins accueillante, c’est l’objectif de l’université de Tokyo pour 2020. Le premier prototype a été érigé cet été sur le campus : la maison Comma (Comfort management) testera la gestion équilibrée de la demande et de la production d’énergie, par tous les moyens. Cela concernera l’isolation ainsi que le chauffage et la climatisation solaires. Toute l’industrie japonaise est mise à contribution : le photovoltaïque (Sharp), les équipements électriques (Toshiba), le stockage de l’énergie (Nec) et le contrôle électronique de l’ensemble (Lutron).

Énergie

UNE HYDROLIENNE PEAUFINÉE PAR EDF Pour équiper un parc de quatre hydroliennes dans la Manche, qui doit être connecté au réseau à l’automne 2012, EDF ne s’est pas contenté d’acheter sur étagères. Avec son partenaire DCNS, ils ont optimisé la technologie de l’irlandais OpenHydro, qui avait été retenue notamment en raison du faible nombre de composants, un point important quand la maintenance d’un système immergé est forcément complexe. L’absence d’huile de lubrification (assurée par un film d’eau) est aussi un point fort. EDF, avec ses moyens de recherche et de simulation numérique, a optimisé le design de l’hydrolienne de 16 mètres de diamètre pour soigner son hydrodynamisme: les formes du trou central (qui laisse passer la faune), des «venturis» (couronnes externes canalisant les courants), et des pales ont été recalculées. Le système

À dix pales et très performante.

de fixation des pales a également été revu, car le précédent prototype d’OpenHydro en avait perdu en cours de test… La simulation a permis de vérifier qu’il était possible de réduire à dix le nombre de pales (et donc le coût de l’hydrolienne) sans nuire vraiment aux performances. DCNS les a fabriquées en résines renforcées de fibres de verre dans son atelier de Lorient, mettant à profit son expérience dans la production de grandes pièces en matériaux composites. ❚❚ THIERRY LUCAS

FRED TANNEAU

Smart grids

usinenouvelle.com/innovations

ENTREPRISES / RÉGIONS / INNOVATIONS / ENVIRONNEMENT / ÉCONOMIE


essentiel APPLE, CIBLE DES ÉCOLOS CHINOIS Les usines chinoises qui fabriquent iPhones, iPods et iPads nuisent gravement à la santé, avancent cinq ONG locales dans un rapport publié le 31 août. Émission de gaz à effets de serre, substances toxiques responsables de cancers et centaines de milliers de tonnes de déchets toxiques… Le rapport accable deux sites Foxconn et certaines installations d’Ibiden, Kaedar, Meiko et Unimicron. Apple,

Branchée

LA FONDERIE DURABLE SUR LA TOILE Les quelque 400 fonderies implantées en France vont pouvoir se mettre à l’heure du développement durable. C’est l’ambition du Centre technique des industries de la fonderie (Ctif) qui a lancé cet été un site internet (www.fonderie-durable.fr) dédié à l’environnement et à l’énergie.

qui ne dévoile rien de son processus industriel, n’a pas confirmé (à l’exception de Foxconn) s’il s’agissait bien de ses sous-traitants et s’il avait constaté des problèmes. En février, il avait pourtant reconnu l’empoisonnement de 135 ouvriers d’une usine Wintek à Suzhou qui assemble l’iPad2. Après les scandales des suicides de Foxconn, le rapport chinois entache de nouveau la spectaculaire réussite du géant californien. C’est en réalité cette réussite même qui transforme Apple en cible idéale, symbolique, pour opposants de toute sorte. ❚❚ E. D.

Objectif: diffuser auprès des professionnels du secteur les informations sur l’hygiène, la santé, la sécurité, la législation, la réglementation (en particulier Reach) et les normes liées à l’environnement. Et par la même occasion inciter les fondeurs à faire appel au Ctif. Le centre, fort d’une équipe d’une centaine d’ingénieurs et de techniciens spécialisés, mène de nombreux projets de R&D et réalise des prestations de services dans les domaines de l’environnement et de l’énergie. ❚❚ O. J.

LA COTE CARBONE

Réglementation

LE MILLE-FEUILLE ADMINISTRATIF DE L’ÉOLIEN FRANÇAIS « La France est le seul pays d’Europe qui cumule autant de strates administratives », déplore Marion Lettry, du Syndicat des énergies renouvelables. Elles sont en effet au nombre de quatre : permis de construire avec étude d’impact et enquête publique, zones de développement de l’éolien définies par le préfet, schémas régionaux définissant les secteurs géographiques propices à une implantation, et enfin classement ICPE (installations classées pour la protection de l’environnement). Les cadres juridiques allemand et danois ne comprennent «que» la planification territoriale et l’obtention d’un permis de construire. En Allemagne, seuls les parcs d’éoliennes de plus de 50 mètres L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

La lourdeur réglementaire pèse sur l’énergie du vent.

doivent recevoir une autorisation, contre des parcs de 12 à 50 mètres en France (puissance supérieure à 20MW). Au Danemark, l’étude d’impact n’est obligatoire que pour les éoliennes de plus de 80 mètres et les groupes d’au moins trois éoliennes si leur hauteur est inférieure. ❚❚ C. C.

36 kg de CO2

La box internet qui contrôle sa consommation Haro sur la consommation électrique! C’est le mot d’ordre que s’est donné SFR au vu du résultat de l’analyse du cycle de vie (ACV) de sa Neufbox 4, en 2007 (Bureau Veritas Codde). Une empreinte carbone de 55 kg équivalent CO2, dont 80% imputables à sa consommation! La box ADSL, spécificité française, ne subit aucune pression réglementaire de l’Europe. Elle vivait donc jusque-là une vie de pollueuse impénitente. Une fois alerté, SFR décide de changer la donne, inscrit l’éco-conception au cahier des charges de sa nouvelle génération Neufbox6 et étudie toutes les pistes possibles pour réduire la consommation. L’opérateur commence par diviser par deux le nombre de composants, qui tombe à 200. Il va jusqu’à sélectionner certains fournisseurs, comme Broadcom, pour leur performance énergétique. Le rendement des conversions entre courants alternatif et continu pour alimenter des composants est peaufiné pour atteindre 80 à 90%, contre 75% au mieux précédemment. Enfin, une idée toute simple: la box est dotée d’un bouton… d’arrêt! Un deuxième permet de couper uniquement la fonction Wi-Fi, très gourmande, et un troisième de la placer en mode économique, pour mettre en veille ou désactiver certaines fonctions. Résultat, l’empreinte carbone de la Neufbox6 sortie à l’automne 2010 plafonne à 36 kg équivalent CO2 (dont 73% pour la consommation électrique). SFR ne s’arrête pas là et travaille sur la production (matériaux, assemblage), soit 23% de l’empreinte. Le boîtier, plus petit, n’exige ainsi plus que 261 g de plastique contre 448 g. Et un dispositif de résistance à la foudre –première cause de retour des Neufbox4–, éprouvé avec les orages cet été, prolonge durablement la vie du produit. ❚❚ EMMANUELLE DELSOL D. R.

Mobiles

usinenouvelle.com/environnement

ENTREPRISES / RÉGIONS / INNOVATIONS / ENVIRONNEMENT / ÉCONOMIE

21


essentiel L’INDUSTRIE, REINE DES PRIMAIRES

Les candidats aux primaires socialistes ne jurent que par l’industrie. Le 31 août, Martine Aubry a choisi Monceaules-Mines pour présenter ses propositions sur la politique industrielle. Deux jours plus tard, c’est Ségolène Royal qui a appelé à un « plan de reconquête industriel », axé sur la croissance verte. Incomprise

LE B20 FAIT FLOP CHEZ CERTAINS PATRONS

Le B20, ce sommet des chefs d’entreprise des pays du G20 cher à Laurence Parisot, ne passionne pas Ben Verwaayen, le patron d’Alcatel-Lucent. « Ce sont les entreprises qui créent les jobs. Tout le reste, B20, G20, ce n’est que de la parole », a assuré le PDG pendant l’université du Medef. Assise au premier rang, la patronne du Medef, qui présidera le B20 début novembre, n’a pas réagi. États-Unis

OBAMA COOL AVEC LES ENTREPRISES

Les mauvais chiffres du chômage américain ont eu raison des promesses de la Maison Blanche en faveur de l’environnement. Le président américain a enterré son projet de réglementation de la pollution de l’air. Il juge qu’il faut alléger les réglementations qui pèsent sur l’activité des entreprises alors que la reprise peine à s’enclencher. Performante

LA CHIMIE ALLEMANDE EN FORME

Le secteur prévoit pour cette année une hausse de 5 % de la production et de 10 % du chiffre d’affaires, en dépit des risques sur la conjoncture. 22

Crise financière

LES PATRONS JUGERONT SUR LE TERRAIN « À la moindre étincelle, le système peut exploser», lançait Jacques Attali, sur le campus de HEC, à des chefs d’entreprise heureux de se retrouver mais pas très rassurés par les événements du mois d’août. Pour l’instant, la plupart des patrons présents à l’université d’été du Medef n’évoquaient pas d’impact sur l’activité de leur entreprise. Mais tous attendaient avec impatience les réunions de rentrée avec leurs équipes pour évaluer l’impact réel. Le ralentissement du deuxième trimestre va-t-il évoluer vers une croissance molle ou un dévissage brutal de leur carnet de commandes? Un industriel d’un groupe coté confiait avoir pris des mesures d’économie et prévoir des fermetures de lignes de production «pour faire face à un fléchissement d’activité

Laurence Parisot lors de l’université d’été du Medef.

que nous anticipons». Pour ce patron d’une entreprise de biens d’équipement dans l’énergie, c’est le «resserrement du crédit bancaire auprès des PME» qui fait office d’épouvantail. L’environnement envoie des signaux rouge vif aux patrons. En cette semaine de rentrée, ils ont hâte de plonger sur le terrain de leur entreprise pour se faire une opinion de leur propre perspective. ❚❚ LA RÉDACTION

Niches

ZÉRO POINTÉ POUR LES FCPI « Peu efficient.» Dans son rapport sur les niches fiscales, l’inspection générale des finances épingle les fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI). En privilégiant une conception trop large de l’innovation, ils «se sont progressivement éloignés de leur objectif initial», selon le rapport. Les inspecteurs s’étonnent de la faible présence de l’industrie et de la diminution des investissements vers les secteurs à forte intensité technologique.

De 1997 à 2009, 84% des investissements des FCPI ont été réalisés dans des entreprises de services, dont 53% de conseil. À l’inverse, l’industrie n’avait attiré que 15% des investissements. Un réquisitoire qui inquiète le capital-investissement. «Je pense que le coup de rabot reviendra sur les avantages fiscaux liés aux FCPI et aux fonds d’investissements de proximité», s’alarme Fabrice Imbault, le directeur associé d’A Plus finance. ❚❚ S. D.

La Pologne nargue l’Europe La crise, quelle crise ? La Pologne a enregistré une croissance de 1,1 % de son PIB au deuxième trimestre, la même qu’au premier trimestre. Varsovie, qui assure jusqu’en décembre la présidence de l’Union européenne, s’est même payé le luxe de faire mieux que les prévisions des économistes. À l’heure où le reste de l’Europe marque le pas, le contraste est saisissant. Moins dépendante des exportations vers l’Allemagne que ses voisins tchèques ou hongrois, la Pologne doit surtout son éclatante santé à sa vigoureuse demande intérieure. Les ménages ont augmenté de 3,5 % leurs dépenses sur un an. Mais ce sont aussi les grands projets d’infrastructures, financés par les fonds européens, qui ont boosté l’activité polonaise. ❚❚ S. D.

FOURMY MARIO ;D.R.

Socialistes

usinenouvelle.com/economie

ENTREPRISES / RÉGIONS / INNOVATIONS / ENVIRONNEMENT / ÉCONOMIE


essentiel ENTREPRISES / RÉGIONS / INNOVATIONS / ENVIRONNEMENT / ÉCONOMIE

RÉAGISSEZ À LA CHRONIQUE DE PIERRE-OLIVIER ROUAUD SUR www.usinenouvelle.com, RUBRIQUE « Chronique » porouaud@usinenouvelle.com

UN ŒIL SUR LE MONDE

Révolution du banian C’est un bras de fer qui vient de tenir l’Inde en haleine durant des mois. Anna Hazare, sorte de José Bové sauce Ganesh, a défié le pouvoir sur un sujet explosif : la corruption. Dramatisé cet été par sa grève de la faim, son combat porte sur l’adoption d’une loi (« Jan Lokpal ») anti-corruption ultra-sévère. Avec son sourire en coin et son calot blanc, « Anna », 74 ans, est une figure controversée : se réclamant de Gandhi, il veut la mort pour les corrompus ! Le choc est surtout venu de l’ampleur du mouvement : des centaines de milliers de supporters, des manifestations dans tout le pays, un suivi continu par les médias et réseaux sociaux. Comme un ras-le-bol face aux vieilles pratiques du graissage de patte allant du petit fonctionnaire au sommet de l’État. Si cette pacifique révolution du banian – l’arbre fétiche de l’Inde – a des caractéristiques toutes locales, il n’en est rien de son objet. La corruption est un des vices le mieux partagés sur la planète. En juillet, Dilma Roussef, au Brésil, a destitué plusieurs ministres pour cela. En février, en Chine, le ministre des chemins de fer était jeté en prison, accusé Dans bien des pays, de détournements massifs. les dessous-de-table La corruption, selon l’ONU, restent le préalable à coûterait à la planète tout contrat. Au sein du de 1 000 à 1 500 milliards monde occidental des de dollars par an, soit au moins affaires, le sujet gêne. 2 % du PIB mondial ou dix fois l’aide au développement. Et le classement de l’ONG Transparency constitue un triste palmarès annuel, allant de la nation la plus vertueuse (le Danemark en 2010) à la plus véreuse, la Somalie (la France est en vingt-cinquième position sur cent soixante-douze). Dans bien des pays, les dessous-de-table restent le préalable à tout contrat. Au sein du monde occidental des affaires, le sujet gêne. Siemens, Thales, Dassault, Halliburton… bien des géants ont été condamnés pour pots-de-vin. De codes d’éthique en lanceurs d’alerte, la plupart jurent s’être amendés… mais s’inquiètent de la montée en puissance des entreprises émergentes peu regardantes. À force de scandales, États et institutions internationales avancent peu à peu sur le sujet. La Grande-Bretagne a adopté cet été une loi présentée comme la plus sévère au monde. Le pilier du combat est la convention de l’OCDE de 1999, ratifiée par trente-huit pays, surtout du Nord, qui tentent d’y faire adhérer des pays « sensibles », comme la Russie ou la Chine. L’argent noir devrait même être évoqué au G20 de Cannes. C’est un sujet dont s’est emparé le B20, le patronat des pays du G20, qui aimerait voir créer des « veilleurs » indépendants internationaux. Quant à Anna Hazare, après moult atermoiements, le pouvoir a promis fin août d’accéder à ses demandes. Juste avant que ce lundi, un ex-ministre en vue de l’État du Karnataka soit arrêté pour malversation ! ❚❚


essentiel Statu Quo

Après trois mois de hausse du nombre de chômeurs, Nicolas Sarkozy a fait de nouvelles annonces lors d’un déplacement à Sainte-Marguerite (Vosges). Ton martial mis à part, rien de révolutionnaire sur le fond. 15000 places de formation supplémentaires pour les jeunes et 20000 contrats aidés de plus. En février, la création de 5000 emplois aidés supplémentaires avait déjà été annoncée. Les mesures plus innovantes attendront. Le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire a proposé de plafonner les indemnités des cadres avant de reculer devant le tollé provoqué. Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, préférerait la mise en place de «droits rechargeables», une mesure

D. R.

PAS DE MESURES ANTI-CHÔMAGE

Nicolas Sarkozy en déplacement dans les Vosges.

qui inciterait les demandeurs d’emplois à accepter un job même moins bien rémunéré, le chômeur pouvant retrouver des droits inchangés en cas de rupture de ce nouveau contrat. Cette mesure réputée techniquement difficile ne sera vraisemblablement pas mise en place avant 2012. ❚❚ CHRISTOPHE BYS

Finance

LES BANQUIERS MONTRENT PATTE BLANCHE Coup sur coup, le Crédit agricole et la Société générale ont tenu à rassurer les marchés sur leurs niveaux de liquidités. La banque verte a dégainé les gros chiffres en premier: 120 milliards d’euros de liquidités disponibles. La Société générale affiche, elle, 134 milliards d’euros. De quoi voir venir.

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

Surtout, elles affirment pouvoir faire face au désengagement des fonds monétaires américains. L’agence de notation Moody’s, dans une note du 1er septembre, s’inquiétait de leur capacité de financement à court terme, notamment parce qu’elles se financent beaucoup en dollars. La voilà rassurée… ❚❚ A. D.

usinenouvelle.com/economie

ENTREPRISES / RÉGIONS / INNOVATIONS / ENVIRONNEMENT / ÉCONOMIE

Export

JEUNES EN MISSION

Pour assister les entreprises dans leur conquête de l’international, le secrétaire d’État Pierre Lellouche veut lancer un VIE Pro. Un contrat de volontaire en entreprise adapté à des jeunes issus de filières courtes. Actuellement seuls 7 % des VIE sont des Bac + 2. Industrie

LES POIDS LOURDS DE LA COTE

Exit Natixis, place à Safran. L’équipementier aéronautique détenu à 30 % par l’État fera son entrée dans le CAC 40 à partir du 19 septembre, à la place de la filiale de BPCE (Banque populaire - Caisse d’épargne). Il n’est pas le seul industriel à rejoindre les grands indices qu’établit le conseil scientifique de NYSE Euronext. Bureau Veritas monte ainsi dans le CAC Next 20 (les 20 valeurs suivant celles du CAC 40). Trois autres sont propulsés dans le SBF 120: l’informaticien Bull, le groupe de biotechs Eurofins Scientific et le laboratoire en santé animale Virbac.

25


essentiel ENTREPRISES / RÉGIONS / INNOVATIONS / ENVIRONNEMENT / ÉCONOMIE

PRODUCTION

FINANCES

Évolution de l’intérim Taux d’utilisation des sur un mois capacités de production

+2,1%

79,5%

Juin 2011 Source : Pôle emploi

Juillet 2011 Source : Banque de France

Euribor à trois mois

SUPPLY CHAIN

Euro / dollar

Baltic dry index

LME X

Indice composite des tarifs de transport maritime de marchandises vrac

Indice composite des métaux de base cotés au London Metal Exchange

1740

3952,6

2 septembre 2011 Source : Baltic Exchange

2 septembre 2011 Source : LME

1,537% 1,4126 5 septembre 2011 Source : FBE

5 septembre 2011 Source : BCE

LE FAIT DE LA SEMAINE

Libye, objectif 1970

3,5 Alors que les pétroliers se ruent sur le pétrole libyen, les analystes attendent le retour sur les marchés des 1,6 million de barils de pétrole produits quotidiennement avant-guerre par le pays. Mais les industriels sont plus ambitieux. Ils visent une production de 3 millions 2,5 de barils. Ce chiffre avait été atteint à la fin des années 1960, au moment où le colonel Kadhafi réalisait son putsch. Mais en 1970, la nationalisation de l’or noir et la création de la compagnie nationale, NOC, entraînent une longue période de sous-investissements. Aujourd’hui, le potentiel du pays reste gigantesque. Avec 44 milliards 1,5 de barils, la Libye affiche les premières réserves d’Afrique, mais n’en est que le quatrième producteur et se situe au dix-septième rang mondial. Les années 2010 pourraient voir le pays devenir le premier producteur du continent et l’un des dix principaux 0,5 1965 producteurs mondiaux. ❚❚ Ludovic Dupin

France

1980

1985

1990

1995

Évolution des nouvelles commandes à l’industrie manufacturière (en %)

57,5

3,8

50

49,1 Mai

Juin

Juillet

2,4

Août

Selon l’indice PMI, qui reflète l’opinion des acheteurs sur l’activité économique, la production industrielle a reculé en France au mois d’août. Pour la première fois depuis deux ans, l’indice PMI manufacturier est passé sous la barre des 50 points. Les acheteurs pointent la baisse des nouvelles commandes, y compris à l’export. Seul point positif : les industriels continuent encore de renforcer leurs effectifs. ❚❚ S. D.

0,6 Avril Mars

Juin Mai

Juillet

-0,4 -0,9

Source : US census

Avril

Source : Markit

55

26

1975

2000

2005

2010

LES COMMANDES REBONDISSENT AUX ÉTATS-UNIS

Indice PMI manufacturier en France (en points)

45

1970

Monde

L’INDUSTRIE À LA PEINE 60

Source : BP Statistical Review, 2011

Évolution de la production de barils (en millions)

Les nouvelles commandes en biens industriels ont progressé de 2,4 % en juillet, un rebond un peu plus soutenu qu’initialement prévu. Ce sont les commandes dans les équipements de transport (en hausse de 14,8 %) et dans l’aéronautique civil (+43 %) qui ont tiré le reste de l’industrie. L’automobile aussi est en forme. Les commandes de pièces et moteurs progressent de 9,8%. ❚❚ S. D.


parlons-nous ! usinenouvelle.com/courrier

Automobile Mauvaise route L’erreur c’est de vouloir faire d’Alpine une marque haut de gamme. Alpine était une marque sportive, pas haut de gamme. Renault devrait faire comme VW avec la New Beetle ou Fiat avec la 500 en lançant une nouvelle berlinette dans l’esprit des A110 ! RÉACTION DE RAGNOTTI À L’INTERVIEW CONSACRÉE À LA RELANCE DE L’ALPINE RENAULT PUBLIÉE SUR NOTRE SITE.

Environnement

Contraintes déloyales L’État laisse rentrer des produits fabriqués sans contraintes environnementale, alors qu’il les impose aux entreprises qui produisent en France : il favorise la concurrence déloyale et la mort de l’industrie française, sans parler de notre planète… Il serait temps d’interdire et de fortement taxer les produits importés qui ne respectent pas les mêmes règles que l’on impose aux entreprises produisant en France !

Vous aussi, réagissez et faites-nous part de vos commentaires.

RÉACTION DES FORCES FRANÇAISES DE L’INDUSTRIE À L’ARTICLE « LES FOURNISSEURS CHINOIS D’APPLE POLLUENT GRAVEMENT L’ENVIRONNEMENT » PUBLIÉ SUR NOTRE SITE.

top 5 des articles les plus lus sur le site 1. Désaffection pour les voitures françaises en août 2. Wikileaks : les nouvelles révélations sur l’industrie française 3. Le tunnelier qui creuse le ventre du Grand Paris 4. Alstom et la SNCF planchent sur un nouvel AGV II Duplex

5. Boeing 737 Max : les leçons d’une remotorisation www.usinenouvelle.com

28


2011 PROJlElTi g e n t A L E P P e A r le int

Photos : ©Lynn James - Getty Images - Stockbyte

u u véhiclle du fut vi

et partagez avec les lauréats la subvention de

3 millions d’euros

offerte pour assurer la réalisation de votre projet Le futur roule en Yvelines, 1er département automobile de France. Le Conseil général des Yvelines lance pour la deuxième fois un appel à projets sur le thème « Véhicule Intelligent - Ville du Futur ». Inventeurs de la Vallée de l’Automobile et berceau des véhicules du futur, les Yvelines invitent toutes les entreprises françaises ou étrangères porteuses de projets innovants à relever ce challenge exaltant. Contribuez à inventer le véhicule de demain, un véhicule urbain, propre et éco-intelligent.

Inscrivez-vous sur automobile.yvelines.fr


TATAN SYUFLANA/AP/SIPA

30


enquêtes EN COUVERTURE

Catastrophes

QU’ONT-ILS APPRIS DE LEURS ERREURS? Pression. Alors que le BEA poursuit son enquête pour comprendre l’enchaînement dramatique qui a amené au crash de l’Airbus A 330 d’Air France lors du vol Paris-Rio, la communauté aéronautique peine à se remettre en cause pour tirer toutes les leçons d’une telle catastrophe. Propagation. Pédale d’accélérateur ou régulateur de vitesse défaillant pour les constructeurs automobiles, batteries de portables explosives chez les fabricants de PC, explosion sur un site de production… La plupart des industriels apprennent dans la douleur. Prévention. Rappel des produits, révision des méthodes qualité, développement de nouvelles technologies… Découvrez les parades mises en place pour affronter et prévenir l’accident industriel.

Par leur nombre de victimes, les catastrophes aériennes sont celles qui marquent le plus les esprits. L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

31


enquêtes EN COUVERTURE

Retours d’expérience

L’AÉRONAUTIQUE DIGÈRE LE DRAME DU RIO-PARIS Équipements défaillants, critiques de l’enquête du Bureau d’enquêtes et d’analyses, duel fratricide entre Airbus et Air France… Deux ans après le crash de l’AF 447, la filière se remet difficilement. PAR HASSAN MEDDAH

ous pression. D’Airbus à Air France en passant par le Bureau d’enquête et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA), l’aéronautique française vit à l’ombre du crash du vol AF 447 Rio-Paris. Air France vient d’achever la formation de plus de 4 000 pilotes Airbus et Boeing à de nouvelles méthodes pour mieux gérer les décrochages et être capable de voler sans indicateur de vitesse. Après avoir rédigé un pré-rapport fin juillet, le BEA s’active pour rendre son rapport final début 2012, sous la pression de sa tutelle, le ministère du Transport. La situation est inconfortable. Depuis longtemps, l’avion est synonyme de sécurité. Des compagnies aériennes aux avionneurs en passant par les équipementiers, tous rappellent cette exigence non négociable, permanente. Selon les statistiques de l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci), l’organisme onusien représentant le secteur aéronautique, le

S

COMMENT TIRER LES LEÇONS DE SES ÉCHECS

1. Constituer des organismes d’enquête multisectoriels (aéronautique, ferroviaire, nucléaire…) pour enrichir les bases de connaissance d’accidentologie.

2. Procéder à froid à des audits externes pour évaluer la formation des salariés et les procédures de sécurité en place. 3. Développer de nouvelles interfaces homme-machine pour mieux prendre en compte les facteurs humains. 4. Raccourcir les délais nécessaires à la certification de nouvelles technologies censées assurer une sécurité supplémentaire.

5. Mettre en place un fonds solidaire d’indemnisation des victimes à l’échelle du secteur (comme pour l’industrie maritime) permettant de déminer les enjeux financiers. 32

transport aérien reste de loin l’une des activités humaines les plus sûres, avec 0,3 accident mortel de passager par millions d’heures de vol. Prendre l’avion serait ainsi mille fois moins risqué que de passer sur le billard du chirurgien ! «À chaque nouvelle génération d’appareil, la sécurité des vols s’améliore d’un facteur deux», rappelle Alain Molinié, directeur de la formation à l’Institut français de sécurité aérienne (Ifsa). Mais les images terribles du Concorde, s’écrasant réservoirs en feu peu après son décollage de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, continuent de marquer les esprits dix ans après la catastrophe. Le crash du Rio-Paris en 2009 n’échappe pas à cette logique. «On a tous vécu dans notre tête les trois minutes trente de la chute fatale de l’AF447 en plein océan», affirme l’un des acteurs de la filière. « Comme pour tout accident aussi dramatique, rappelle Gérard Dailloux, longtemps en charge des questions de sécurité pour Dassault Aviation. Le seul bénéfice d’une telle catastrophe, c’est d’apprendre et d’en tirer les leçons pour qu’un tel drame ne se reproduise pas. » Or le climat entourant l’enquête du vol AF 447, à la fois polémique et conflictuel, s’avère peu propice à l’émergence d’une vérité. De fait, les enjeux sont énormes. Airbus et Air France, sous le coup d’une instruction judiciaire, risquent d’avoir à payer de lourdes indemnisations s’ils sont reconnus coupables. Preuve de l’extrême tension ambiante: la suppression, dans le dernier rapport d’étape du BEA, d’une recommandation de sécurité sur le fonctionnement de l’alarme de décrochage, a mis le feu aux poudres. Jetant une ombre sur l’impartialité de l’organisme d’enquête. Le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), y voyant un élément dédouanant le constructeur au détriment de l’équipage, a carrément préféré se retirer de l’enquête. «La judiciarisation des accidents nuit à la prise en compte du retour d’expérience. Chacun se protégeant, l’échange d’information est freiné, voire bloqué», regrette le SNPL.

On est loin de l’union sacrée pour trouver la vérité Plutôt que la compréhension, on recherche des coupables. Du côté d’Airbus, loin de se remettre en cause, on souligne l’irrationalité du comportement des pilotes, sans réaction durant cinquante-quatre secondes alors que l’alarme hurlait. Air France n’est pas en reste, critiquant le fonctionnement erratique de l’alarme de décrochage. Elle est loin, l’union sacrée qui permettrait l’émergence de la vérité dans un climat serein. Or tous les spécialistes de la sécurité le soulignent : il n’y a jamais une cause unique à un accident, mais une suite d’incidents dont la simultanéité n’a pas été prévue et qui s’enchaînent dramatiquement. Autre faiblesse de la communauté aéronautique: une certaine inertie pour corriger des défauts identifiés du fait de procédures de certification longues, minutieuses, ultra-réglementées [voir le graphique page 33]. Avant d’engager une modification sur un équipement, et pour s’assurer que le remède n’est pas plus néfaste que le mal à corriger, il faut consulter et discuter avec l’ensemble des parties de l’écosystème: les compagnies aériennes, les avionneurs, les fabricants de systèmes, les autorités de certification – la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), l’Agence européenne de la sécurité aérienne (Aesa)… Le traitement de la défaillance des sondes Pitot du fabricant


enquêtes EN COUVERTURE

AFP / JACK GUEZ

DES TECHNOLOGIES ENFANTÉES PAR LES CATASTROPHES

Des réservoirs moins inflammables. À la suite du crash d’un Boeing 747 de la compagnie américaine TWA en 1996, dû à l’explosion de son réservoir central, le bureau d’enquête américain NTSB s’est attaqué à réduire l’inflammabilité des réservoirs de kérosène des appareils. Plusieurs solutions techniques ont été testées, notamment le refroidissement des réservoirs. Aujourd’hui, des solutions à base de gaz inertes comme l’azote réduisent le risque de production d’étincelles explosives. L’A 380 a été le premier a intégrer ce dispositif.

Des systèmes anti-collision. En 2002, se produit la catastrophe d’Überlingen (Allemagne) ou un Tupolev 154 et un Boeing 747 entrent en collision. Les pilotes ont mal interprété des instructions de leur système d’alerte de trafic et d’évitement de collision. Les alertes TCAS (Traffic collision avoidance system) s’activent lorsque deux appareils ne respectent plus les distances de séparation en vigueur. À l’époque, les procédures d’usage variaient d’un pays à l’autre. Elles ont été clarifiées et harmonisées.

Des alertes de proximité du sol. Le crash d’un Airbus A 320 d’Air Inter sur le mont Sainte-Odile en 1992 a rendu obligatoire les avertisseurs de proximité du sol dits GPWS (Ground proximity warning system). Air Inter avait estimé à l’époque que les équipements existants n’étaient pas suffisamment fiables et la réglementation française ne les imposait pas. Depuis, le système a été amélioré (version e-GPWS) en intégrant une base de données géographiques qui permet de déterminer le relief autour de la position de l’appareil.

L’incidencemètre. Cet équipement, largement déployé dans les avions de chasse, pourrait faire son apparition prochainement dans les avions commerciaux. Il permettrait au pilote de connaître à tout instant l’incidence de l’appareil et d’éviter de trop le cabrer, comme ce fut le cas lors de l’accident du vol AF 447. Dans son troisième rapport d’étape sur le crash de l’AF 447, le BEA émet une recommandation aux autorités réglementaires pour étudier le bien-fondé d’un tel équipement.

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

33


enquêtes EN COUVERTURE

SÉBASTIEN RANDE

Comment Dassault a remis en vol le 7X en moins d’un mois

L’avionneur a mobilisé toutes ses équipes pour identifier la panne et garantir une intégration parfaite des modifications.

Thales, les fameux capteurs permettant d’indiquer la vitesse et qui ont fourni des données incohérentes aux pilotes du vol AF447, l’illustrent tragiquement. Les premières défaillances des sondes de Thales, du fait de leur givrage à haute altitude, avaient été remontées par Air France dès 2008. Plus d’un an avant l’accident. Certes, ces dysfonctionnements avaient été sans conséquence et extrêmement rares. Il a fallu attendre l’accident pour que l’Aesa réclame leur remplacement par des sondes de l’américain Goodrich, le concurrent de Thales. Certes, ces capteurs n’expliquent pas à eux seuls l’issue fatale du vol, mais ils y ont contribué, entraînant notamment la perte du pilote automatique. Autre exemple, moins tragique, de cette inertie, les fameuses boîtes noires, souvent difficiles à récupérer après un

SÉCURITÉ AÉRIENNE, QUI FAIT QUOI? Ils émettent des recommandations de sécurité

Les autorités de sécurité (Aesa, DGAC, FAA)

Organismes d’enquêtes (BEA, NTSB)

Elles mettent leurs experts à disposition

Elles imposent des changements

Compagnies aériennes et industriels SÉBASTIEN RANDE

34

25 mai 2011. En phase d’approche de l’aéroport de Kuala Lumpur, un pilote de Falcon 7X de Dassault Aviation perd subitement son pilotage automatique mais réussit à se poser sans incident. En cause, le dysfonctionnement de son compensateur de profondeur, le « trim » dans le jargon des pilotes. L’incident est suffisamment grave pour que l’avionneur Dassault Aviation demande à l’Agence européenne de sécurité aérienne (Aesa) d’émettre une directive clouant temporairement sa flotte d’appareils au sol… « La décision s’imposait, même si elle n’était pas facile à prendre », indiquet-on au groupe. Au total 116 appareils sont concernés. Pour comprendre la faille, toutes les ressources de l’entreprise sont

mobilisées : bureaux d’études, division des vols d’essai, pilotes de la compagnie, et une poignée de spécialistes maison dans le domaine concerné. Après plusieurs semaines d’analyse approfondie, les ingénieurs de Dassault identifient précisément la panne et développent un kit de modification apportant des niveaux de protection supplémentaire. Les kits sont alors testés pour garantir leur intégration parfaite dans le système de commandes de vol et obtiennent une certification de l’Aesa. Durant tout ce temps, clients et responsables de maintenance ont été tenus au courant des progrès réalisés. Le 17 juin, à la veille du salon du Bourget, le premier Falcon 7X revolait, en toute sécurité ! ❚❚

crash, parfois illisibles quand on les retrouve. On pourrait éviter ces écueils si l’avion transmettait en continu ses données critiques par satellites. L’Oaci traîne toujours des pieds pour faire équiper les avions d’un tel dispositif, a priori peu complexe à concevoir. Les techniques sont là : constellation GPS, réseaux satellitaires… Et pourtant ! Les organismes d’enquête doivent également composer avec les réticences à adopter de nouveaux dispositifs utiles pour leur investigation. Comme par exemple l’installation d’un enregistreur vidéo dans le cockpit, réclamé à maintes reprises via des recommandations de sécurité. «Nous ne savons pas ce qu’affichaient certains indicateurs du cockpit de l’AF447. Or si cela avait été filmé, cela aurait pu aider à mieux comprendre ce qui s’est passé», explique-t-on au BEA. Faire progresser la sécurité reste évidemment une préoccupation fondamentale du secteur. «Chaque point de sécurité supplémentaire est difficile à gagner», reconnaît toutefois Alain Molinié, de l’Ifsa. Pour espérer de vrais progrès, les acteurs doivent forcément passer par une remise en cause. Suite à l’accident de l’AF447, Air France a fait appel aux services d’un comité d’experts internationaux pour auditer ses process. Il a abouti à la mise en place d’un comité de sécurité des vols au niveau même du conseil d’administration et d’un audit externe sur 420 de ses vols pour juger de la sécurité. Les conclusions seront transmises en fin d’année. Le renforcement de la sécurité aérienne, c’est aussi s’inspirer des meilleures pratiques développées dans d’autres secteurs, comme le nucléaire et le ferroviaire. Cette multidisciplinarité est déjà une réalité aux États-Unis et aux Pays-Bas, ou les enquêteurs nationaux peuvent également intervenir sur les catastrophes ferroviaires. Peut-être qu’en France, on brisera aussi les barrières entre modes de transport. Pour le bien des passagers. ❚❚


enquêtes EN COUVERTURE

L’INDUSTRIE APPREND DANS LA DOULEUR

JUSTIN SULLIVAN/AFP

L’aéronautique n’est pas la seule exposée aux risques et aux catastrophes. Agroalimentaire, automobile, chimie, tous les secteurs sont concernés. PAR SARAH BELOUEZZANE, OLIVIER JAMES,THIERRY LUCAS ET PATRICK DÉNIEL

Après le rappel de plus de dix millions de véhicules, Toyota installe une nouvelle pédale.

36

uand une catastrophe survient, quel que soit le secteur d’activité, c’est la stupeur. Toyota, le champion de la qualité, n’imaginait sans doute pas qu’il serait confronté à la pire crise de rappels de son histoire. La filière bovine

Q


enquêtes EN COUVERTURE

UNE PÉDALE BLOQUÉE ET LE SYSTÈME QUALITÉ DE TOYOTA EST À REVOIR Août 2009, une Lexus ES 350 fonce à près de 200 km/h sur l’autoroute près de San Diego, en Californie, avant de percuter un véhicule. Bilan de la collision : quatre morts et une des plus grandes crises de l’histoire de Toyota. Car très vite, le coupable est identifié : il s’agit de la pédale d’accélérateur. Quelques minutes avant l’accident, un passager avait appelé les secours pour signaler qu’elle était coincée et qu’il était impossible de freiner. D’autres cas touchant en tout huit Toyota seront ensuite signalés au constructeur. Les rappels de voitures affectent toutes les marques, Renault et Ford avec leurs régulateurs de vitesse ou General Motors avec sa fuite d’huile en sont quelques exemples. Mais aucun n’a autant marqué les esprits que celui de Toyota. Réputé pour la qualité de ses produits, le constructeur japonais doit pourtant rappeler plus de dix millions de véhicules dans le monde à cause de cette maudite pédale d’accélérateur. Quelques mois plus tard, Toyota met en place une logistique impressionnante. Offensive dans les médias pour prévenir les acheteurs ; mise en place d’une rubrique spéciale sur le site de la marque où les détenteurs de véhicule peuvent vérifier sa fiabilité grâce au numéro de série, etc. Les ingénieurs de la marque se penchent activement sur la question et finissent par repenser complètement le design de la pédale. Elle sera dotée d’une pièce en acier spécialement ajustée pour réduire la surface de frottement. Surtout, au début de 2010, le groupe concocte un plan global visant à réviser les méthodes qualité, dans les usines comme dans les bureaux d’études ou auprès des fournisseurs. Les seuils d’exigence vis-à-vis de ces derniers sont relevés et les temps de développement de nouveaux véhicules sont volontairement rallongés. En juin 2010, Toyota nomme Didier Leroy, le patron de la marque en Europe, responsable de la qualité globale pour orchestrer tous L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

ces changements. « Nous avons appris et retenu la leçon », a affirmé Akyo Toyoda, le président de Toyota, au salon de Detroit en janvier. On peut l’espérer.

DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ CONTRE LA SURCHAUFFE DES BATTERIES LITHIUM En 2006, plusieurs ordinateurs portables ont pris feu, victimes d’une surchauffe de leur batterie au lithium. Sony, le fabricant des accumulateurs mis en cause, avait dû rappeler des millions d’unités. Une passe difficile pour une technologie qui, grâce à sa densité d’énergie, était sur le point de s’imposer dans les équipements portables en quête d’autonomie. Tous les industriels du secteur (Sony, Sanyo, Toshiba, Nec, Johnson Control, Saft…) se sont alors focalisés sur la sécurité de leurs produits. Un problème ardu, car l’instabilité des batteries lithium ion est liée à la nature des matériaux qui composent les électrodes et l’électrolyte. À défaut de remettre en cause des choix qui résultent de longues années de recherche, ils ont donc pourvu les batteries de systèmes électroniques de sécurité qui les empêchent de s’emballer. Un cautère sur une jambe de bois? Certains ne sont pas loin de le penser. D’autant plus que la technologie au lithium a maintenant pour vocation d’équiper les véhicules électriques, avec des batteries d’une tout autre dimension ! Constructeurs automobiles et fabricants de batteries affirment que le problème est résolu. Mais dans les laboratoires, certains des chercheurs les plus en pointe dans le domaine estiment que le danger n’a pas été suffisamment pris en compte. Des options techniques plus sûres – notamment une cathode en phosphate de fer lithié (LiFePO4) – ont jusqu’à présent peu enthousiasmé les grands constructeurs

D. R.

française, qui fait elle aussi de la qualité une pierre angulaire, a bataillé pendant plusieurs années pour redorer son image après la crise de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). Jusqu’aux PME, comme Fonte Ardennaise, qui fut frappé par un accident. Les industriels se mobilisent pour corriger leurs erreurs, mais toujours avec un temps de retard.

Les batteries lithium ion, sécurisées, ne s’emballent plus… et équipent aujourd’hui des automobiles.

37


enquêtes EN COUVERTURE

automobiles. Il est vrai que les performances de la technologie « phosphate » sont moins bonnes. Mais ce défi de la sécurité fait naître de nouveaux acteurs, tels l’américain A123, qui équipe les Tesla, ou le chinois BYD, qui produit pour ses propres véhicules. En France, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) veut développer une filière industrielle autour de cette nouvelle génération de batteries.

APRÈS UNE EXPLOSION, LA FONTE ARDENNAISE REPENSE SES PROCESS

D. R.

Chimie, métallurgie, pétrochimie… En raison de la dangerosité de certains de ses produits et process, l’industrie lourde est très exposée aux accidents. Le cas de l’explosion du site d’AZF à Toulouse, le 21 septembre 2001, en est le meilleur exemple. Mais le plus souvent, ce sont des incidents de moindre ampleur qui permettent, petit à petit, d’améliorer la sécurité au travail. C’est le cas de la Fonte Ardennaise. Le 15 mai 2006, une explosion se produit dans cette fonderie basée à Vivier-au-Court (Ardennes). À 18 h30, un employé effectue une manipulation quotidienne : la vidange dans une benne du cubilot, qui contient les résidus de la production de fonte du jour. Soudain, un souffle d’air chaud embrase l’atmosphère sur plusieurs mètres et brûle l’employé au visage et aux bras. Des morceaux de fonte sont projetés dans le bâtiment, la toiture est détruite sur 3 mètres carrés. L’ouvrier sera hospitalisé pendant quatre jours. « C’est la présence d’humidité résiduelle dans la benne qui est la cause de l’accident », explique Amélie Liégeois, la responsable environnement de la société. Pour éviter une nouvelle réaction eau-métal

Bennes neuves, procédures de sécurité revues… Fonte ardennaise veut éviter un nouvel accident.

38

en fusion, l’entreprise a aussitôt pris des mesures. Elle a acquis plusieurs bennes, pour assurer un temps de séchage suffisant entre les nettoyages et stockées dans un abri spécial. Tous les jours, à titre préventif, du sable sec est disposé au fond de la benne. Et lors de la procédure de vidange, qui dure une trentaine de secondes, un périmètre de sécurité est délimité. Un gyrophare et une alarme sont aussi actionnés. Par ailleurs, des exercices d’évacuation du personnel ont été organisés. « Cette manipulation représente le risque le plus important dans notre activité, affirme Amélie Liégeois. Et depuis ces nouvelles dispositions, nous n’avons eu aucun problème. »

L’ESB A BOULEVERSÉ LE SECTEUR DES VIANDES En 1986, l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) ou maladie de la vache folle, est identifée pour la première fois sur des bovins en Grande-Bretagne. L’épizootie provoquée par l’utilisation dans l’alimentation animale de farines fabriquées à partir de certaines parties de carcasses de bovins se répand rapidement en Europe. Deux crises sanitaires éclatent en 1996 et en 2000. L’ESB a eu un impact majeur sur l’élevage et la transformation des viandes en Europe. L’interdiction des farines animales dans l’alimentation du bétail (adoptée en 1990 en France) obligera les éleveurs et les fabricants d’alimentation animale à revoir leurs pratiques. Les abattoirs sont, eux, désormais soumis à davantage de contrôles. Des tests ESB sont obligatoires pour tous les bovins abattus. De nombreuses parties des carcasses ont également été interdites à la vente. Des adaptations technologiques importantes dans les process sont nécessaires. Les graisses animales sont restées autorisées dans l’alimentation, à condition d’être filtrées et stérilisées, ce qui a fait évoluer les process. Enfin, dernier bouleversement majeur, les systèmes d’identification des animaux dans les exploitations agricoles et les systèmes de traçabilité des produits finis se sont généralisés. « La crise a fait pénétrer les processus de certification et de qualité dans notre secteur », PAGE SUIVANTE juge Joël Merceron, le Le « Village » Servier directeur de l’Institut vit dans le déni de l’élevage. Et dans le secteur agroalimentaire tout entier. À tel point que la France est considérée comme l’un des pays les plus en avance dans ces domaines. ❚❚


www.schunk.com

– PERFORMANT! Le mandrin de tour automatique universel pour tours à commande numérique 100 % Qualité SCHUNK – 100 % Compatibilité avec la majorité des mandrins

Lubrification interne du mandrin via les mors de base – pour une longévité de la force de serrage

Retenue des mors de base avec indication de positionnement – pour une sécurité maximale

Mors de base avec denture 1/16“ ou 1,5 mm – compatible avec tous les mors de serrage

SCHUNK Intec SARL Parc d‘Activités des Trois Noyers · 15, Avenue James de Rothschild · Ferrières-en-Brie · 77614 Marne-la-Vallée Cedex 3 Tel. +33-1-64 66 38 24 · Fax +33-1-64 66 38 23 · info@fr.schunk.com · www.schunk.com

L ‘ U LT I M E PREC I S I O N DU L E A D E R DE CO M P E T E NCE EN T ECH NI QU E S DE SERRAG E ET S Y S TEM ES DE PREH ENSION.


enquêtes ENTREPRISES

Mediator

LE «VILLAGE» SERVIER VIT DANS LE DÉNI À Gidy, près d’Orléans, dans la plus grande unité de production pharmaceutique du groupe, l’affaire Mediator est perçue avant tout comme de l’« acharnement médiatique ». Reportage. PAR GAËLLE FLEITOUR

quelques centaines de mètres d’une zone pavillonnaire de la banlieue d’Orléans, abrité par une forêt, se cache « Le Village ». C’est ainsi qu’est surnommée, au sein du laboratoire Servier, l’usine de Gidy (Loiret), sa plus grande unité de production où sont fabriquées chaque année plus de la moitié des 398 millions de boîtes de médicaments produites par le groupe pharmaceutique. Implanté sur 50 hectares, le Village ressemble à un parc, avec ses pelouses et ses arbres – chênes, séquoias… – plantés en l’honneur du fondateur et président Jacques Servier, un amoureux des végétaux. Difficile d’imaginer que les coquets bâtiments orangés, des copies de maisonnettes et de fermes, abritent en fait des unités de production industrielles devant lesquelles les salariés garent leurs vélos. Ils rejoignent ensuite leurs postes de travail situés dans des salles aux larges baies vitrées. « L’idée était de créer un environnement dans lequel on se sente chez soi », annonce d’emblée Patrice Martin, le directeur des ressources humaines du site de Gidy. Pour parler du groupe, les collaborateurs disent tout simplement « La Maison ».

A

Au cœur du « Village » Servier, sur le site de Gidy dans le Loiret, le bâtiment administratif est surnommé « L’Église ».

Une maison qui, semble-t-il, les protège efficacement de la tempête qui se déchaîne à l’extérieur, depuis le déclenchement de l’affaire du Mediator. Selon certaines études, cet adjuvant au diabète produit par le laboratoire depuis 1976 et retiré du marché à la fin 2009, serait à l’origine de 500 à 2 000 décès. Certes, les dirigeants reconnaissent que leurs « équipes ont été meurtries », mais en insistant immédiatement sur « l’esprit de cohésion des salariés » face à un « acharnement médiatique ». Une cohésion qu’il s’agit quand même de renforcer. « Nous avons mis en place une cellule d’écoute interne, qui n’a rien à voir avec la direction. Cela a rassuré les salariés. D’ailleurs, personne ne l’a utilisée.

LES DATES CLÉS DE L’AFFAIRE ● 1976

● NOVEMBRE 2009

● NOVEMBRE 2010

● JANVIER 2011

● 1ER SEPTEMBRE 2011

● 13 SEPTEMBRE 2011

Le Mediator, adjuvant au diabète, est mis sur le marché par le laboratoire Servier.

Retrait du marché du Mediator, à la demande de l’Afssaps.

L’Afssaps annonce que l’adjuvant serait responsable de 500 décès.

Un rapport de l’Igas accable Servier et les autorités sanitaires.

Entrée en vigueur du dispositif d’indemnisation des victimes.

Examen au Parlement de la réforme de Xavier Bertrand sur le système du médicament.

Jacques Servier.

40

Première audience en référé devant le tribunal de Nanterre d’une victime souffrant de valvulopathie aortique. Elle demande 120 000 euros au laboratoire Servier.


enquêtes ENTREPRISES

« Il n’ y a n’a pas eu d’impact sur nos ventes, c’est une histoire franco-française. Près de 90 % de nos produits princeps sont consommés à l’étranger. » Lucy Vincent, directrice des relations extérieures du groupe

vont à l’encontre de ce qu’on peut lire dans les médias. » Du coup, au Village, on s’interroge surtout sur les risques encourus par ceux qui ont produit le médicament. Pas de risques, avance la direction, qui maintient sa position officielle : aucun lien entre le médicament et les problèmes cardiaques développés par les victimes. « Beaucoup de salariés nous ont dit : “Nous avons travaillé pendant vingtcinq ou trente ans sur le produit et nous n’avons rien eu”. Nous leur avons donc apporté des explications, les avons incités à consulter un médecin s’ils avaient des doutes et il n’y a pas eu de problèmes. Sur le site, deux personnes ont développé des valvulopathies, mais n’ont jamais travaillé en production : elles occupaient des emplois administratifs », argumente Pierre Venesque, directeur des établissements industriels du Loiret.

Des élus mais pas de syndiqués

E. LEGOUHY ; CYRIL FRIONNET ; STEPHANE DE SAKUTIN ; D. R.

Nous leur disons aussi qu’ils peuvent s’exprimer sur des blogs », affirme Patrice Martin. Sur place, personne d’autre n’évoquera le sujet. Mais sur internet, les très rares témoignages ne sont pas forcément en ligne avec le discours officiel, comme ce commentaire publié par un salarié sur le site atoute.org, spécialisé dans les échanges médicaux : « Notre communication de crise sur internet a été aussi inexistante que dans les médias traditionnels. Les salariés ont un accès limité à quelques sites. L’accès aux forums de discussion et autres réseaux sociaux est bloqué. » Surtout il fait état « des éléments troublants qui nous sont présentés en interne et qui

UN FRANÇAIS INDÉPENDANT ● Un groupe pharmaceutique

de 20 000 salariés, fondé en 1954. 3,7 milliards d’euros, dont 25 % sont réinvestis dans la recherche et le développement. ● Production réalisée pour 66 % en France. ● Ventes 88 % à l’étranger, dans 140 pays. ● Quatre domaines thérapeutiques cardiovasculaire, diabète de type II, système nerveux central, cancer. ● Une filiale Biogaran, numéro 2 des génériques en France ● Un statut de fondation non cotée. ● Chiffre d’affaires

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

Difficile, cependant, de savoir ce qu’en pensent les 20 000 salariés dispersés dans le monde, et encore moins les 1 200 personnes qui exercent dans le Loiret, à quelques kilomètres du lieu où Jacques Servier créa le laboratoire en 1954. Car ici, il y a bien des représentants du comité d’entreprise et des délégués du personnel… mais aucun élu syndiqué. Pour quoi faire ? Le personnel n’est–il pas chouchouté et responsabilisé, notamment grâce à un management participatif qui semble porter ses fruits ? Le turn-over des salariés de Gidy reste d’ailleurs inférieur à 2%, selon ses dirigeants. Une fidélité en partie due au mode de recrutement singulier. Pour rejoindre le laboratoire, le candidat doit passer des entretiens individuels, mais aussi désigner trois personnes de référence « en dehors de la sphère privée ou amicale », qui seront rencontrées tour à tour par l’équipe RH afin d’établir un rapport décrivant « l’image que les autres ont de lui ». Une méthode discutable, mais qui a « le mérite d’être claire et transparente », estime Patrice Martin. Si certains observateurs doutent de la capacité de Servier à surmonter l’affaire du Mediator, il n’en est rien à Gidy, où la production suit son cours. Car selon Lucy Vincent, la directrice des relations extérieures du laboratoire, cette « histoire assez franco-française » n’aurait pas eu PAGE SUIVANTE d’impact sur les ventes du groupe, réaliL’interview sées pour près de 90 % à l’étranger. Gidy, de Xavier Bertrand où sont produits de nombreux traitements, mais aussi les nouvelles molécules issues de la recherche et les lots thérapeutiques pour les essais cliniques menés dans 45 pays, n’aurait donc pas à s’inquiéter. ❚❚ 41


enquêtes INTERVIEW

Xavier Bertrand

«IL FAUT ÉLARGIR L’ASSIETTE DES COTISATIONS SOCIALES»

PROPOS RECUEILLIS PAR THIBAUT DE JAEGHER ET GAËLLE FLEITOUR

Augmentation du forfait social ou de la taxe sur les mutuelles, taxe sur les sodas, révision de l’allégement des charges sur les heures supplémentaires… Dans les mesures d’économies, votre ministère est largement mis à contribution… Le budget de la sécurité sociale est plus important que le budget de l’État à proprement parler. Il est donc normal que l’on puisse apporter notre contribution à la réduction du déficit. Je préfère qu’on prenne nous-mêmes aujourd’hui des mesures qui ne sont pas faciles, plutôt que de se faire imposer par d’autres des mesures douloureuses demain. Nous avons voulu faire des choix qui préservent les perspectives de croissance. Aucune de ces mesures n’a un effet récessif. Et il faut dire non aux augmentations d’impôts, car c’est prendre dans la poche des entreprises ou des Français pour mettre dans celle de l’État. Des augmentations de taxes sont tout de même annoncées… Ce ne sont pas des mesures du même niveau que l’augmentation de l’impôt sur le revenu, de celui sur les sociétés ou de la TVA. Cela fait des années que la taxe sur les sodas est dans l’air du temps. J’assume cette décision car c’est une façon de changer les comportements. On est dans un objectif de santé publique. Faut-il s’attendre à d’autres économies ? Le plan gouvernemental est arrêté. Si les parlementaires décident qu’il faut adopter des amendements, c’est leur liberté, mais il faut garantir le niveau des 12 milliards d’euros au total. Est-ce que le rapport sur les niches de l’Inspection générale des finances peut inspirer l’action à venir ? Certai42

nement, mais c’est un autre débat qui peut concerner aussi Bercy. Une niche fiscale ou sociale a du sens à une condition: que l’on en ait vraiment pour son argent. Si c’est le cas, il ne faut pas hésiter. Pour les emplois à domicile, par exemple, je crois que la niche fiscale, c’est-à-dire l’investissement réalisé par l’État, est utile. Les exonérations de charges sur les bas salaires, aussi ? Il faut baisser le coût du travail, pas l’augmenter! Je l’ai dit: tout ce qui contribue à augmenter le coût du travail pèse sur la compétitivité des entreprises. Même si je mets beaucoup la justice en avant, je n’oublie pas que pour partager la richesse, il faut la créer auparavant. Qui crée cette richesse ? Les entreprises, par leur compétitivité. Que proposez-vous concrètement pour alléger le coût du travail ? Le débat sur le coût du travail et le transfert des cotisations qui pèsent sur ce coût, personne de sensé ne peut y échapper. Vous ne pouvez pas demander aux industriels et aux entreprises françaises d’être compétitifs avec un taux de prélèvement sur le travail aussi important. Il faut alléger les charges et élargir l’assiette des cotisations. Quelle forme pourrait prendre cette nouvelle assiette ? Les débats sont ouverts. La TVA? Je ne pense pas que ce soit la seule solution, car les Allemands sont déjà à 19 %. Il faut donc trouver d’autres pistes. La convergence de la fiscalité du capital par rapport au travail en fait partie. Je ne pense pas que ce soit l’enjeu du seul rendez-vous du projet de loi de finances et du PLFSS [le budget de la sécurité sociale, ndlr]. Ce sera l’un des thèmes de l’élection présidentielle. J’ai des idées mais je veux encore les travailler. Les industriels de la pharmacie s’inquiètent du PLFSS… Y aura-t-il de nouveaux déremboursements de médicaments ? Depuis l’affaire du Mediator, nous avons complètement changé la logique et je m’étonne que les industriels se posent la question. La politique et la réforme du médicament ne sont pas des éléments d’économie, ce sont des éléments de sécurité sanitaire. Un effort important leur sera demandé.

PASCAL GUITTET POUR L’USINE NOUVELLE

Dans un entretien exclusif, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, revient sur le plan d’économies présenté il y a deux semaines et sur la réforme du système du médicament, examinée par le Parlement à partir du 13 septembre.


enquêtes INTERVIEW

À l’avenir, nous ne rembourserons un nouveau médicament que s’il apporte un avantage. Je le dis franchement, à une époque, nous n’avons pas été assez rigoureux sur ces questions. Nous avons accepté pendant longtemps les «me too», alors qu’on aurait dû rembourser uniquement les innovations thérapeutiques. Les autorisations de mise sur le marché étant décidées à 90 % à l’échelle européenne, quelle est votre marge de manœuvre ? La réforme doit être européenne et je pousse en ce sens. J’ai dit au commissaire européen à la Santé, John Dalli, que je souhaitais une réforme en la matière. Et que si cela mettait trop de temps ou que nous n’étions pas suivis, je changerais dans ce cas-là les conditions de remboursement des médicaments qui n’apportent pas d’innovation thérapeutique à l’échelle nationale. Je prendrai des décisions avant les élections. Des moyens sont-ils prévus pour accompagner cette réforme ? Il y aura une augmentation du budget de l’Agence française de sécurité des produits de santé – qui ne figure pas dans le texte de loi mais dans le projet de loi de finances de 2012–, un renforcement de l’expertise et un changement de l’organisation interne. Le budget de l’agence sera d’ailleurs maintenant accordé par l’État, qui percevra les redevances de l’industrie.

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

«Je ne pense pas que la TVA soit la seule solution. La convergence de la fiscalité du capital par rapport au travail est aussi une piste.» Le syndicat des entreprises du médicament craint que la réforme de la visite médicale n’entraîne des disparitions d’emplois. Que répondez-vous, vous qui êtes aussi ministre du Travail? Les évolutions à la baisse des effectifs dans la visite médicale, ce n’est pas nouveau. Ce mouvement, engagé depuis des années, s’est accéléré à partir de 2004. C’est vrai, à l’époque c’est moi qui ai mis en place une charte de la visite médicale. Et je le dis très clairement: il faut aller plus loin. La visite médicale, telle qu’on l’a connue, a vécu. Il faut qu’elle change en profondeur. La première disposition concerne l’hôpital, PAGE SUIVANTE ensuite je veux qu’il y ait un contrôle a priori La Twingo sur la façon dont sont formés les visiteurs de Volskwagen médicaux et dont ils informent les professionnels de santé. Si la visite médicale est de l’information, les choses se regardent. Si c’est uniquement de la promotion, là cela pose problème. ❚❚

43


enquêtes ENTREPRISES

Design

LA TWINGO DE VOLKSWAGEN Longtemps absent du segment des mini-citadines, Volkswagen y fait son grand retour avec la Up. Cette trois portes vient directement concurrencer les modèles gagnants de Renault et de Citroën PAR SARAH BELOUEZZANE

Volkswagen fait son grand retour dans le segment des minicitadines. ● Production dans Six ans après l’échec de la Lupo, une nouvelle ligne et après le semi-échec de la Fox d’assemblage à importée du Brésil, le constructeur Bratislava (Slovaquie) allemand tente un retour avec la ● Objectif Up. Une trois portes qui fera ses 118 000 ventes en grands débuts au prochain salon de 2012, 270 000 en 2014 selon l’institut IHS Francfort, le grand rendez-vous du secteur automobile qui ouvrira ses ● Prix portes le 15 septembre. autour de 9 500 euros Longue de 3,54 mètres et haute de 1,64 mètre, la Up vient directement concurrencer la Renault Twingo ou encore les 107 et C1 de Peugeot et Citroën. Logique, le constructeur de Wolfsburg caracole en tête des ventes dans de nombreux segments, mais piétine sur celui des petites citadines. Pour VW, il fallait donc se positionner sur un segment qui, selon les analystes, risque d’exploser dans les prochaines années. C’est un passage obligé pour atteindre son objectif suprême: la première place du podium mondial des constructeurs automobiles et dont il espère s’emparer à l’horizon 2018. La Up est donc un produit clé pour Martin Winterkorn, le PDG de Volkswagen. Ce sera d’ailleurs la première voiture entièrement conçue, assemblée et commercialisée sous son règne. Volkswagen espère attirer au moins 100 000 nouveaux clients dans le giron de la marque grâce à ce modèle. Selon les analyses de l’IHS, il devrait s’en vendre plus de 118000 en 2012, année de son lancement. Un chiffre qui devrait plus que doubler en 2014 pour atteindre les 270000 unités. Pour y parvenir, les ingénieurs de VW ont mis toute leur science pour donner une série d’avantages à leur bébé : une taille très réduite, une consommation mini et des émissions de CO2 passant sous la barre des 100 g/km grâce à son tout nouveau moteur à essence trois cylindres. À cela s’ajoutent des équipements technologiques dignes d’une grande: Stop and start, freinage d’urgence automatique en ville et un dispositif d’infodivertissement personnel. Prochaine étape? Une version électrique pour 2013. ❚❚ FICHE TECHNIQUE

44

POUR RENDRE LA UP SUPER ÉCONOMIQUE, IL A FALLU… UN RÉGIME MINCEUR

« Petit, maniable, mais habitable » a été le credo des ingénieurs de Volkswagen pour la conception de cette voiture. La Up affiche donc un poids de seulement 929 kg. Un record dans le genre lorsque l’on sait que ses

concurrentes sont souvent au-dessus de la tonne. Chaque composant a été mis au régime. La boîte de vitesses ne pèse que 25 kg quand en moyenne cet organe pèse 30 à 40 kg. Autre exemple : les freins redimensionnés pèsent 1,5 kg de moins que ceux de la Polo.


UNE RÉDUCTION DE CYLINDRÉE

La Up est pourvue d’un moteur trois cylindres et d’un litre de cylindrée. Une option sur laquelle travaillent de nombreux constructeurs comme PSA. Cette mini-propulsion, qui développe jusqu’à 75 chevaux, donne à la Up une consommation moyenne de 4,2 l aux 100 km en cycle mixte, soit nettement moins que ses concurrentes [lire ci-contre]. Et Volkswagen assure que son nouveau bijou émettra moins de 100 g de Co2 /km. Notamment grâce au système Stop and Start. C’est la première fois qu’une petite citadine sera équipée de ce dispositif qui stoppe et relance le moteur lorsque la voiture est à l’arrêt.

DES PNEUS SUR MESURE

Pour s’assurer que son véhicule est le moins énergivore possible, le constructeur allemand a redessiné les pneus. Ils sont moins larges et leur conception a pour but de limiter la déperdition d’énergie causée par le frottement avec l’asphalte. Donc la consommation de carburant.

LES CONCURRENTES N’ONT QU’À BIEN SE TENIR

RENAULT TWINGO Prix 8 190 euros Consommation 4,7 l/100 km Émission de CO2 109 g/km Poids 1 370 kg

La citadine de Renault sera restylée pour le salon de Francfort. Mais il faudra attendre 2014 pour voir la nouvelle Twingo.

CITROËN C1 – PEUGEOT 107 Prix 9 450 euros Consommation 4,5 l/100 km Émission de CO2 103 g/km Poids 1 160 kg

La gamme C1 – 107 date déjà de 2005. Pour contrer la Up, il faudrait rafraîchir ce concept, ce qui n’est pas prévu avant 2013.

KIA PICANTO Prix 8090 euros Consommation 4,9 l/100 km Émission de CO2 117 g/km Poids 1 012 kg

Nettement plus polluante que la Up, la mini-citadine coréenne parie avant tout sur son prix très bas L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

45


e packaging v i t a e r c r o f show T h e p re m i e r

C R E A T E A U N I Q U E L I N K **

M O N A C O

I

Grimaldi Forum / Monaco Sous le Haut Patronage de son Altesse Sérénissime le Prince Souverain de Monaco

www.luxepack.com

Création :

19 . 20 . 21 OCTOBRE 2011

- Photo : D. Combet - *Le salon mondial de la créativité packaging - ** Créez un lien unique

*

Information / Idice T. 04 74 73 42 33 info@idice.fr

S H A N G H A I

I

N E W

Y O R K


enquêtes RÉGIONS

Construction

L’OR VERT DES VOSGES Les scieurs investissent pour adapter leur production à la demande de constructeurs régionaux de maisons en bois. Le projet Green Valley structure une éco-construction en plein essor.

DE NOTRE CORRESPONDANTE EN LORRAINE PASCALE BRAUN

ne maison neuve sur quatre est construite en bois dans les Vosges. Le département forestier, qui fournit du matériau de charpente à la France entière, peine pourtant à répondre à la demande croissante de son propre marché. Voici encore deux ans, l’épicéa constituant les murs, les poutres et les planchers de ces nouveaux chalets provenait presque exclusivement des forêts allemandes et scandinaves. Les pins vosgiens, sciés, mais non séchés, étaient, eux, expédiés comme bois de charpente dans l’Ouest et le Sud-Ouest de la France. Pour changer la donne, à la mi-2010, les scieurs vosgiens ont mis en service Lorraine Industrie Bois (LIB), la première usine de rabotage et d’aboutage dédié au bois local, à La Bresse. Majoritairement porté par le groupe Poirot, constructeur de maisons en bois, cet investissement de 5 millions d’euros s’inscrit dans une logique collective. L’usine constitue un outil commun aux dix scieurs regroupés depuis 2006 au sein de Fibre Lorraine. Cette société anonyme, qui compte 200 salariés, a réalisé 40 millions d’euros de chiffre d’affaires l’année dernière.

U

Lorraine Industrie Bois, un outil commun à dix scieurs.

d’une cinquantaine de maisons à destination des maîtres charpentiers d’Alsace et de Lorraine, qui construisent pour des particuliers, et de la France entière. Fondateurs de Poirot Construction en 1997, les trois frères Poirot commercialisent chaque année 150 chalets et maisons auprès de particuliers, dont 30 % en Alsace et en Lorraine et 10 % au Japon, où ces constructions sont prisées pour leurs qualités antisismiques. Autre filiale du groupe, JYM (les initiales des trois frères James, Yan et Michaël) met à disposition de Fibre Lorraine le logiciel Filobois, qui propose un bureau d’études virtuel permettant de concevoir une construction en bois, d’obtenir un devis et de commander le matériau en temps réel. Le renom des constructeurs vosgiens (outre le groupe Poirot, Socopa, Charpente Houot, Cuny, Valobois Constructions, etc.) au niveau national est le fruit de dix ans de mobilisation de la filière. Forts d’un taux de pénétration exceptionnel Marchés local et national sur leurs terres, ces « bâtisseurs » gagnent du terrain en Fibre Lorraine a mis en service fin août la première unité de Moselle. Ce département frontalier de l’Allemagne concentre séchage des Vosges, à La Bresse. Exploité par Énergie renoula moitié de la construction régionale et compte des maîtres velable de l’Est, une filiale du groupe Poirot, cet équipement d’ouvrage exigeants en matière de performances techniques a nécessité 2,5 millions d’euros d’investissement. Il permet (basse consommation) et environnementales. de traiter 80 000 mètres cubes de bois par an. Actionnaire «La structuration de la filière confère au territoire une véride Fibre Lorraine, la scierie Lemaire, basée à table puissance de feu sur un marché dont l’inMoussey (Vosges), a commencé elle aussi la térêt ne fait aucun doute. En dépit des mauvais construction d’un séchoir de même capacité chiffres de la construction individuelle et de la forte concurrence sur les marchés publics, la qui entrera en service en 2012. construction en bois demeure un marché très « Ces investissements nous permettent de porteur», estime Pierre Buray, repreneur voici concrétiser une filière courte et fermée intémillions d’euros grant la coupe, la deuxième transformation, trois ans de Gico, spécialiste installé à XonruptC’est le montant des puis la taille, la découpe et la fabrication de Longemer. L’entreprise a porté sa production investissements industriels qui annuelle de 60 à 100 maisons à ossature bois maisons à ossature bois destinées aux marseront réalisés dans les Vosges en trois ans. L’entreprise, qui compte 50 salachés local et national », explique Sébastien Sergent, le directeur général de Fibre Lorraine. riés, prévoit de réaliser 7,5 millions d’euros d’ici à 2013. En un an, l’entreprise a produit l’équivalent de chiffre d’affaires en 2011. Elle s’apprête à L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

47

PASACLE BRAUN

67,5


enquêtes RÉGIONS

Le conseil général des Vosges, soutien de la filière, a fait édifier à Mirecourt le collège Guy-Dolmaire tout en bois.

Green Valley est un projet porté par la communauté d’agglomération d’Épinal-Golbey pour attirer des entreprises d’éco-construction. 48

à 2013 d’une usine de panneaux à Golbey, en partenariat avec Norske Skog. Ce projet représente un investissement de 60 millions d’euros et créera une cinquantaine d’emplois. Fortement impliqués dans la croissance de la filière bois, les collectivités territoriales et les bailleurs sociaux multiplient les chantiers pilotes démontrant la performance de cet écomatériau dans les constructions les plus complexes. Le conseil général des Vosges a ainsi fait bâtir deux collèges en bois. Le Toit Vosgien a démontré l’an dernier la faisabilité d’un HLM passif de quatre étages à ossature bois. Premier producteur français de feuillus, avec près de 2 millions de mètres cubes chaque année, le département expérimente désormais la valorisation du hêtre dans la construction.

Vivier de compétences Répondant à un appel à projets lancé par l’Association des maires des Vosges, la commune forestière de Tendon a fourni gracieusement 40 hêtres pour édifier un bâtiment périscolaire de trois étages en caissons, conçu par des ingénieurs du Centre régional d’innovation et de transfert de technologie (Critt) bois d’Épinal. Placé sous la maîtrise d’œuvre d’un cabinet d’archite vosgien, ce chantier expérimental doit démontrer à l’échelle nationale l’opportunité d’une filière courte permettant de valoriser localement un bois jusqu’à

SOUCHIIER ; PASCALE BRAUN.

mettre en service une filiale dédiée à la fabrication de murs, de planchers et de toitures en bois. Implantée sur 7 000 mètres carrés à Golbey, près d’Épinal, Gico Industrie s’inscrit dans le projet de Green Valley, la société d’économie mixte portée par la communauté d’agglomération d’Épinal-Golbey, pour attirer des entreprises d’éco-construction. Depuis juin, ce cluster fait partie des grappes d’entreprises sélectionnées par la Datar, la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale. Green Valley regroupe une demi-douzaine de membres dont Fibre Lorraine, Gico, le papetier norvégien Norske Sgog et la start-up NR Gaïa, qui a mis en service en 2010 une unité de production de ouate de cellulose à base de papier journal, d’une capacité de 40 000 tonnes par an. Leader européen des systèmes d’isolation en fibres de bois pour les professionnels, le suisse Pavatex annonce l’implantation d’ici


enquêtes RÉGIONS

« Une main-d’œuvre qualifiée et des débouchés de proximité »

HANS-WERNER HILZINGER, PDG d’Hilzinger France «Nous avons toutes les raisons de nous réjouir d’avoir repris en 2009 la menuiserie Couval, basée à Rupt-sur-Moselle. Unique site bois de notre groupe, qui compte trois autres usines dans le Bas-Rhin, le Maine-etLoire et les Côtes d’Armor, l’usine vosgienne nous a permis de créer une nouvelle génération de fenêtres bois-alu. Notre effectif est passé à 80 salariés. Nous avons augmenté d’un tiers notre

capacité de production et avons enregistré en 2010 un chiffre d’affaires de 14 millions d’euros, en progression de 15 % par rapport à 2009. Nous trouvons dans les Vosges une maind’œuvre qualifiée et des débouchés de proximité, tels la station de ski du Hohneck, entièrement reconstruite par le groupe Labellemontagne, qui lance une extension. Notre seul regret concerne l’incapacité du marché français à nous livrer le pin dont nous avons besoin. Nous sommes obligés d’importer les carrelets bois que nous usinons. Il ne manque qu’un petit coup de pouce pour que la filière bois locale puisse nous approvisionner dans les dimensions et les quantités voulues. » ❚❚

présent utilisé prioritairement en menuiserie.Du 15 au 19 septembre, le salon Habitat d’Épinal mettra en vedette les acteurs de ce succès régional. Fer de lance de la recherche, le campus Fibres d’Épinal regroupe sur un même site le Critt bois, l’École nationale supérieure des techniques et industries du bois (Enstib) et le pôle de compétitivité Fibre du Grand Est. L’éco-construction et l’éco-conception se trouvent au centre de la R&D du pôle, qui fédère quelque 450 membres, dont 350 entreprises lorraines et alsaciennes. « Le pôle excellence bois de Lorraine fait certainement des envieux dans les autres régions de France, estime Aude Barlier, la déléguée générale PAGE SUIVANTE du Groupement interprofessionnel Vallourec, le nouveau de promotion de l’économie du bois tube américain en Lorraine (Gipeblor). Bénéficiant d’un vivier de compétences en adéquation avec les besoins des entreprises, la région est en position de transformer son bois en or ». ❚❚ L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011


enquêtes ENTREPRISES YOUNGSTOWN

Stratégie

JECEABA

VALLOUREC, LE NOUVEAU TUBE AMÉRICAIN Les lourds investissements industriels du tubiste touchent à leur fin. Avec deux nouvelles usines au Brésil et aux États-Unis, le français fait basculer son centre de gravité industriel en Amérique. DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL AU BRÉSIL, ARNAUD DUMAS

eudi 1er septembre, à quelque 400 kilomètres de Rio de Janeiro, dans la petite ville de Jeceaba dans la province industrieuse du Minas Gerais, les salariés de Vallourec s’activent pour recevoir Dilma Rousseff, la présidente du Brésil. Elle vient inaugurer l’usine du sidérurgiste français, un impressionnant mastodonte de 250 hectares, installé au cœur des vallons ruraux de la façade est du Brésil. Sa construction a commencé il y a trois ans. Quand elle aura atteint sa capacité totale, d’ici à 2013, elle emploiera près de 1500 personnes, la plupart venant des trois communes alentour. Elles feront fonctionner deux hauts fourneaux, une aciérie et un laminoir. En bordure du site, la voie de chemin de fer permettra d’acheminer les productions jusqu’au port de Rio. La venue du chef de l’État sur son site n’est pas anecdotique pour Vallourec. Le groupe français aux 4,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires a construit presque toute son activité brésilienne autour de Petrobras, son principal client détenu à 31 % par l’État brésilien. Le pétrolier achète près de 90% de la production de tubes en acier sans soudure pour l’exploration pétrolière de l’usine de Belo Horizonte, le site historique de Vallourec au Brésil. Une position parmi les premiers fournisseurs de l’entreprise publique que le français doit au fait qu’il est ici considéré comme une société brésilienne. Présent depuis 1952 par le biais de Mannesmann, qu’il a racheté en 2000, son patronyme français n’y est quasiment pas connu. À Jeceaba, pendant la visite de Dilma Rousseff, c’est surtout de VSB, pour Vallourec Sumitomo do Brasil, dont on a parlé. Un an plus tôt, le groupe français avait connu une visite aussi prestigieuse. Aux États-Unis, Vallourec construit un site de production, à Youngstown dans l’Ohio où 350 nouveaux emplois seront créés pour fabriquer des tubes destinés à l’exploitation des champs de gaz de schiste à partir de 2012. Là-bas aussi, il est considéré comme un autochtone : il y est connu sous le nom de V &M Star. Là-bas aussi, le chef de l’État s’était rendu sur le site. Le 18 mai 2010, Barack Obama

J

50

Le site de Jeceaba, inauguré par Dilma Rousseff la présidente du Brésil, permettra au français de produire 300 000 tonnes de tubes supplémentaires.

avait choisi la future usine du tubiste français, qui a bénéficié de 20 millions de dollars du plan de relance américain sur un investissement total de 650 millions de dollars, pour parler des efforts du gouvernement pour relancer l’économie. Cette identité multiple (jusqu’à la schizophrénie…), Vallourec la revendique. Elle fait même partie de sa stratégie de développement. «Les Amériques vont bientôt représenter 50% de notre production», se félicite ainsi Didier Hornet, le directeur de la division OCTG (Oil country tubular goods) de Vallourec. À Jeceaba, il produira 300000 tonnes de tubes sans soudure supplémentaires et autant à Youngstown, portant la produc-

50% OUTRE-ATLANTIQUE (capacité de production par région en milliers de tonnes de tubes)

Brésil 1 500

400

États-Unis 1 500

700

2010

2011

500 800

Source : Vallourec

Europe


enquêtes ENTREPRISES

Au Brésil, le français fait tout de A à Z

D.R.

Vallourec n’est pas seulement sidérurgiste. Au Brésil, il est aussi exploitant agricole et minier ! En rachetant Mannesmann en 2000, il a hérité de 22 exploitations d’eucalyptus et d’une mine de fer. Ses forêts lui permettent de produire le charbon pour alimenter ses hauts fourneaux et sa mine de produire son propre acier. Il exploite ces deux activités en véritable industriel. Au milieu d’une

tion sur le continent américain à 1,5 million de tonnes de tubes par an d’ici à 2013. Soit autant que ses sites européens (trois tuberies en France et quatre en Allemagne). Ce n’est pas un hasard s’il a choisi de développer ses activités au Brésil et aux États-Unis. Celles-ci lui ont permis de se spécialiser dans deux marchés qu’il juge porteurs: l’exploration pétrolière en eaux profondes et l’extraction de gaz non conventionnels. Il a pu développer, en partenariat avec ses clients locaux, des technologies de pointe pour atteindre des gisements de plus en plus difficiles d’accès. Ces deux secteurs nécessitent des tubes haut de gamme, capables de supporter de fortes contraintes physiques, que peu de tubistes sont capables de réaliser. «Le fait d’avoir collaboré avec Petrobras pour l’exploitation des champs présalifères fait de nous le leader de cette technologie», se félicite ainsi Didier Hornet. Petrobras a réussi à exploiter des gisements situés à plus de 1500 mètres de profondeur, sous une croûte de sel et de roche de quelque 5000 mètres. Même chose aux États-Unis où il a développé des tubes de petit diamètre pour forer à l’horizontale et atteindre les gisements de gaz non conventionnels. Il compte bien désormais s’appuyer dessus pour attaquer d’autres clients. «Le marché des tubes utilisés dans l’énergie enregistre un taux de croissance aux alentours de 3 à 4%, reprend-il. Mais celui des tubes “premium” croît au moins du double.» Et le sidérurgiste ne lésine pas sur les moyens. Après 677 millions d’euros en 2009 et 873 millions en 2010, ses investissements industriels devraient encore atteindre 850 à L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

forêt d’eucalyptus, au nord de Belo Horizonte, un laboratoire de R & D clone ainsi les meilleurs arbres. « Nous cherchons à améliorer la qualité du bois pour produire le meilleur charbon possible », raconte Helder Bolognani, le directeur du centre. Et pas question de se séparer de ces deux activités qui lui offrent une maîtrise, pour sa production brésilienne, du coût de ses matières premières. ❚❚

900 millions d’euros en 2011. Rien que pour le site de Jeceaba, l’investissement s’est élevé à près de 2 milliards d’euros. Une somme colossale que Vallourec a préféré partager avec le japonais Sumitomo, un autre spécialiste des tubes en acier avec lequel il a déjà noué de nombreuses coopérations. Le français demeure néanmoins majoritaire. «Nous voulions augmenter la capacité de production de billettes d’acier de Jeceaba pour fournir nos autres sites, nous avons donc pris 56% des parts de VSB», explique Manfred Leyerer, le directeur financier de la filiale brésilienne. À pleine capacité, le nouveau site produira jusqu’à 1 million de tonnes d’acier, dont 300 000 tonnes seront réservées à l’usage exclusif de Vallourec pour ses autres usines, notamment nord-américaines. Le reste alimentera le laminoir de Jeceaba, qui produira 600000 tonnes de tubes partagées à égalité entre Sumitomo et Vallourec.

Le marché du pétrole offshore au Moyen-Orient Ces nouvelles capacités, Vallourec compte les exporter de l’autre côté de l’Atlantique, pour développer ses parts de marchés dans le pétrolier offshore. «La demande au Moyen-Orient est forte, assure Didier Hornet. Nous allons envoyer certains tubes fabriqués au Brésil vers nos unités de finition locales, qui assureront le traitement thermique et le filetage au plus près de nos clients.» Ce sera notamment le cas de l’unité située en Arabie saoudite, qui doit entrer en production d’ici à la fin de l’année. En Afrique de l’Ouest, le sidérurgiste compte sur les technologies qu’il a développées avec Petrobras pour exploiter des champs présaPAGE SUIVANTE Spécial machines-outils lifères. «Il y a les mêmes formations au large des côtes d’Afrique de l’Ouest qu’au Brésil, explique Didier Hornet. VSB sera donc très bien positionnée pour la croissance de ces marchés.» La période des lourds investissements touche donc à sa fin pour Vallourec. Il devrait atteindre 3 millions de tonnes de tubes produites entre 2012 et 2013. Et retrouver son niveau de chiffres d’affaires d’avant la crise, soit 6,4 milliards d’euros en 2008. ❚❚ 51


enquêtes

PASCAL GUITTET POUR « L’USINE NOUVELLE »

PRODUCTION

Chez Seco Tools, la fabrication des outils de coupe peut s’effectuer avec ou sans opérateur grâce aux systèmes automatiques comme ceux d’Erowa.

Spécial machines-outils

ET L’USINAGE DEVINT INTELLIGENT Le savoir-faire des constructeurs aide à maîtriser des installations d’usinage sophistiquées, à pallier le manque d’opérateurs aguerris et à atteindre des objectifs de plus en plus exigeants. PAR MIREL SCHERER

52

longé dans l’obscurité, l’atelier d’usinage tourne à plein régime. Regroupées en cellules flexibles, les machines multifonctions et les centres d’usinage cinq axes ronronnent. Le travail de programmation des pièces a été préparé à l’avance grâce aux puissants outils de simulation et de fabrication assistée par ordinateur (FAO). Le va-et-vient des robots du magasin de stockage des pièces usinées vers les machines disponibles est incessant. Les machines s’autocontrôlent et peuvent parer aux incidents les plus fâcheux. Dès qu’une pièce est usinée, le robot la présente à la machine à mesurer 3D, installée à proximité. Un moyen de contrôle, mais aussi la possibilité d’adapter en temps réel le fonctionnement des machines aux conditions réelles de l’atelier. Le chef d’atelier, lui, est installé à son domicile. Simplement équipé de son téléphone portable, il se tient prêt en cas d’incident. Le système l’avertira immédiatement par SMS si un incident venait à interrompre la fabrication. Grâce aux caméras qui équipent les machines, le chef d’atelier pourra alors visualiser la situation via Internet. Et prendre les décisions qui s’imposent pour relancer la production.

P


enquêtes PRODUCTION

Chez Caterpillar, une installation agile et souple Une pièce toutes les dix-sept secondes ! L’installation du Centre d’études et de réalisations industrielles (Ceri), opérationnelle depuis 2010 dans l’usine Caterpillar de Grenoble (Isère), est bourrée d’astuces… intelligentes. La ligne fournie par le spécialiste normand de moutons à cinq pattes fabrique des maillons d’engins de travaux publics. Un investissement de 6 millions d’euros. Son point fort : la capacité de passer très vite d’un type de pièce à un autre, comme des maillons symétriques et asymétriques, grâce aux automatismes et au système de contrôle centralisé qui autorisent un fonctionnement autonome pendant la nuit

Automatismes astucieux, flexibilité à toute épreuve.

Ce scénario, que l’on pourrait penser tirer d’un film de science-fiction, est loin d’être irréaliste. Plusieurs usines en France ont déjà mis en œuvre une partie, plus ou moins importante, de cette solution d’avant-garde. À Bourges (Cher), la filiale française du fabricant d’outils de coupe Seco Tools utilise plusieurs dizaines de centres d’usinage cinq axes robotisés. Des cellules d’usinage flexibles dotées de centres d’usinage Mikron de GF Agie Charmilles prouvent que le cordonnier peut être bien chaussé. « Nos cellules peuvent être surveillées à distance pendant le week-end, quand la charge de l’usine est très importante. Ce n’est pas le cas en ce moment, mais nous nous pouvons réactiver cette approche dès que le besoin se présente », explique Matthieu Dassonville, directeur de production de l’usine. La démarche de Seco est simple. En cas d’incident, des techniciens, d’astreinte chez eux, sont avertis par un message sur leur téléphone

LA PRODUCTION EXPLOSE +30% +15% +7%

+9%

Source : Oxford Economics, VDW

Évolution du marché mondial des machines-outils

2011 2012 2013 2014 Chiffrée par Gardner à 66,3 milliards de dollars en 2010, la production mondiale d’équipements de production repart à la hausse. Après une chute de 34% en 2009, elle a enregistré une croissance de 21% en 2010. Et la fête continuera cette année, ainsi que les années suivantes.

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

et le week-end. Et surtout au système, très original, de fixation des pièces sur les palettes. Deux robots ABB assurent l’alimentation en pièces brutes et le déchargement de pièces finies via une ligne de convoyage de palettes conçue sur mesure. Pilotée par un seul opérateur, la ligne est commandée par une CNC Sinumerik 840D de Siemens et comporte six stations, chacune étant dotée d’un magasin d’outils. « Pour usiner avec une tolérance de 0,02 mm ces pièces en acier de 140 kg/mm2, nous avons choisi des outils de haute résistance », expliquent les spécialistes du Ceri. Résultat : un outil peut assurer jusqu’à 500 usinages. ❚❚

portable. Ils se connectent alors, par Internet, au réseau de l’usine et peuvent ainsi piloter la machine via l’écran de la commande numérique reproduit sur leur PC. Les caméras installées dans l’atelier leur permettent aussi de visualiser la situation dans son ensemble. La décision de se déplacer à l’atelier ou d’envoyer une équipe de maintenance est ainsi prise en connaissance de cause. « Nous avons même testé la possibilité de relancer à distance les machines après un incident, explique le spécialiste de Seco.

La simulation en amont devient systématique Validée techniquement, cette manœuvre reste délicate à mettre en œuvre car la législation n’est pas claire en ce qui concerne les responsabilités en cas d’accident majeur. » De tels exemples ne manquent pas. Tous ont un dénominateur commun : la capacité des équipements à s’autocontrôler. « L’intelligence est de plus en plus présente à plusieurs niveaux, mais les utilisateurs doivent avoir une vision globale», constate Éric Gallet, responsable commercial au Centre technique des industries mécaniques (Cetim). Simulation, programmation, organisation de la production, surveillance et diagnostic des machines… toutes les étapes doivent être analysées. L’utilisateur dispose d’ailleurs d’outils de plus en plus puissants. En amont, les logiciels NCSimul, de Spring Technologies, et Vericut, de CGTech, simulent les configurations d’usinage les plus complexes. «Une approche qui deviendra systématique dans les usines », assure Gilles Battier, PDG de Spring Technologies. Prêche-t-il pour sa paroisse? Pas nécessairement, car la sophistication incessante des machines explique cette évolution. D’autres logiciels de FAO – Sescoi, Delcam, Open Mind, Missler Software et DP Technology – programment ces machines sophistiquées. « Attention, la pièce conçue au bureau d’études n’est pas la pièce usinée », avertissent cependant les spécialistes de Missler Software. Autrement dit, il faut assurer une mise à 53


enquêtes PRODUCTION

PASCAL GUITTET POUT « L’USINE NOUVELLE »

Chez SMTO, les machines sont aux 48 heures

La cellule peut travailler sans surveillance si le besoin se présente.

À Javron-les-Chapelles (Mayenne), l’atelier de production de SMTO n’a rien à envier à celui des grands mécaniciens. SMTO, qui compte une douzaine de salariés, conçoit et réalise des moules et des pièces techniques. Confronté à la fabrication de pièces complexes, ce spécialiste de l’usinage de précision a mis en œuvre le nec plus ultra de l’usinage. Trois fraiseuses UGV (usinage à grande vitesse) trois et cinq axes de haute précision de Röders sont intégrées dans une cellule robotisée. Le robot sait ainsi quelle pièce il doit aller chercher au magasin et sur quelle machine elle sera usinée. Après des débuts difficiles en 2008, dus à la

complexité de l’installation et à une assistance quelque peu défaillante du constructeur allemand, tout est rentré dans l’ordre. « Cette solution améliore la productivité d’au moins 15 %, affirme Bruno Jeauneau, PDG de l’entreprise. De plus, la cellule peut travailler sans surveillance si le besoin se présente. Huit heures chaque nuit. Pendant six jours par semaine, sur une période de quarante-sept semaines. Soit un total de 2 256 heures par an. » SMTO fabrique des pièces unitaires et des petites séries pour l’automobile, l’aéronautique, la cosmétique, l’électricité et l’électronique, l’électroménager, le médical, etc. ❚❚

niveau des cotes pour respecter les tolérances du modèle CAO (conception assistée par ordinateur). Ce que fait la dernière version du logiciel TopSolid’Cam. L’éditeur allemand Open Mind a décidé, lui, de développer d’ici à 2013 une nouvelle plate-forme de conception assistée par ordinateur (CAO). Son constat : les modèles de conception ne sont pas assez adaptés à l’usinage. Ce qui empiète sur la qualité des pièces fabriquées. Le logiciel Esprit de DP Technology, lui, gère les usinages multifonctions sans peine. Toujours côté logiciel, des outils dédiés gèrent les flux de production en temps masqué.


enquêtes PRODUCTION

L’environnement de la machine, indispensable pour pouvoir travailler sans surveillance, contribue lui aussi à ce sursaut d’intelligence. Les systèmes d’Erowa, 3R et Fastems chargent et déchargent des pièces et des outils sans aucune fatigue. Plus conviviales, les commandes numériques comme celles de Siemens, Fanuc, Mitsubishi, Heidenhain et Num guident les opérateurs, même les plus novices. Le programme VI-Mill de Fidia contrôle en temps réel la fabrication d’une pièce. « Installé sur notre commande numérique C20, ce programme permet à l’opérateur de visualiser et de tester avant ou pendant les opérations d’usinage les éventuelles collisions entre l’outil, la tête d’usinage et les autres éléments de la machine», explique Mauro Adriano, directeur de ventes de la division UGV (usinage à grande vitesse) du constructeur italien. Ce système tient compte des conditions d’usinage dans l’atelier. Siemens a pensé au manque d’opérateurs aguerris. Son logiciel de programmation du fraisage ShopMill est, de l’avis des utilisateurs, l’un des plus simples du marché.

De véritables centres d’aide à la décision Dotées d’une instrumentation de plus en plus riche, les machines-outils sont ainsi devenues de véritables centres d’aide à la décision. Mazak, Röders, Doosan, Okuma, DMG, Fidia et bien d’autres proposent des stratégies d’usinage «smart».

Communication homme-machine, aides à l’opérateur, contrôle d’outil intelligent… Rien n’est laissé au hasard.

«Notre solution baptisée “smart machine” regroupe une série de modules qui surveillent attentivement le fonctionnement de la machine », explique Philippe Ledoux, responsable du centre de compétence HSM de GF Agie Charmilles. Communication homme-machine, aides à l’opérateur, optimisation des opérations d’usinage, contrôle d’outil intelligent… rien n’est laissé au hasard. Pas même le contrôle des vibrations, grâce à un capteur placé dans la broche d’usinage. Mazak développe depuis 2005 des solutions d’aide à l’usinage qui sont intégrées, par exemple, sur ses machines multifonctions Integrex. «Contrôle de la dilatation thermique, prévention des interférences de la machine, assistance vocale pour le réglage de la machine et le respect des normes de sécurité, surveillance de la broche, moniteur de maintenance préventive… nos aides sont multiples », souligne Bruno Woroniak, responsable des ventes chez Mazak France.


enquêtes PRODUCTION

Pour Grégoire Chevignard, le PDG de Codem, distributeur d’Okuma en France, « ce qui rend la machine-outil intelligente, c’est avant tout sa commande numérique ». À la différence d’autres constructeurs, Okuma fabrique ses propres commandes numériques, qui intègrent des fonctions comme la Super-NURBS, qui accélère l’usinage. Capables d’apprendre les meilleures pratiques d’usinage, ces machines s’adaptent à l’environnement en absorbant les variations de température externes. Et s’autocorrigent si elles détectent des vibrations. « La machine propose ou exécute des changements de vitesse de broche pour éliminer ces vibrations néfastes », précise le spécialiste.

L’utilisateur doit apprivoiser l’intelligence multiforme Essentielle pour savoir ce qui se passe pendant la coupe sur la machine, l’instrumentation des outils fait, enfin, peau neuve. Après Actarus, qui fournit depuis plusieurs années des outils dotés de capteurs pour les opérations de tournage, Variacor propose un nouveau système de détection de bris d’outil. Simple à installer, adapté à tout type de machine, le VigiTool stoppe la machine en cas d’incident. Ce tour d’horizon rapide ne doit pas faire oublier les autres gisements de savoir-faire. « L’intelligence se trouve également dans l’organisation de la production, constate François Bagur, directeur du cabinet de conseil en usinage éponyme, qui a mis au point la méthode d’organisation Coumat. L’intelligence doit être exploitée sur la globalité de la chaîne d’usinage. Le dialogue entre les différents services de l’entreprise est très important. Les données utilisées pour le calcul d’un devis doivent impérativement, par exemple, être transférées au service méthodes et/ou à l’atelier. Et les résultats obtenus après fabrication doivent quant à eux faire le chemin inverse. » Reste pour l’utilisateur à apprivoiser cette intelligence multiforme. Lancée par le Cetim en mai, la plate-forme partagée d’usinage multifonctions répond à ce besoin. Deux industriels, Thales Angénieux et APR-Plastiques, ainsi que trois éditeurs de logiciels de FAO, DP Technology, Missler Software et Sescoi, participent à ce programme qui s’étend sur deux

Vibrations, température, efforts et une validation en un clin d’œil.

La boîte noire de la production Lancé en 2007 par l’Institut de recherche en communications et cybernétique (IRCCYN) de Nantes (Loire-Atlantique), le projet Smart machining method and system a permis de tester de nouvelles façons d’usiner. Mené en collaboration avec de nombreux partenaires comme Airbus, ACB, SKF, le Cetim, etc., il a pris fin en mai dernier. « Machine, outils, commandes… tous les ingrédients ont été passés à la loupe », explique Benoît Furet, responsable scientifique du projet. Résultat : un dispositif intelligent capable

de contrôler le fonctionnement de la broche d’usinage a vu le jour. Baptisée EMMABox, cette boîte noire sera commercialisée par Europe Technologies. Elle contrôle les vibrations, la température et les efforts de la broche. Elle peut être utilisée pour le suivi du moyen d’usinage et de la broche ou pour valider la programmation d’une pièce. Ou encore pour valider les outils coupants. Plusieurs EMMABox sont déjà utilisées, dont deux chez Airbus à Nantes et cinq chez Dassault Aviation à Seclin (Nord). ❚❚

ans. « Les entreprises peuvent tester cet usinage complexe sous toutes ses coutures et apprécier s’il correspond à leurs besoins », explique Éric Gallet, responsable commercial au Cetim. Tous ces développements anticipent-ils l’arrivée de la machine-outil capable de prendre des décisions toute seule? Cette utopie technologique reste le Graal de l’usinage… ❚❚

D. R.

Chez Cabanes, pas d’erreur dans l’usinage

Qualité sans faille pour la cellule flexible Palletech de Mazak.

56

Spécialisée dans la mécanique de précision, la société Cabanes exploite une quarantaine de machines à commande numérique à Velaines (Meuse). Plusieurs cellules flexibles usinent des pièces complexes pour des donneurs d’ordres de l’aéronautique, du ferroviaire, des travaux publics… « Nous produisons des pièces à forte valeur ajoutée qui nécessitent un processus d’usinage très fiable », explique Laurent Zanfonato, le président de cette PME d’une centaine de salariés. L’entreprise a installé fin 2010 une cellule palettisée

Palletech de Mazak. Capable de fonctionner sans surveillance, elle comporte une machine multifonctions Integrex et deux centres d’usinage 5 axes. Elle offre, en fonction des besoins, des capacités multiples. « Cette configuration robotisée, qui a nécessité un investissement de plus de 3 millions d’euros, diminue les encours et améliore la qualité, précise le président de Cabanes. Elle permet surtout, grâce à ses aides multiples et aux systèmes anti-erreurs, de fiabiliser le processus d’usinage. » ❚❚


Mardi 11 octobre 2011 Paris S! INSCRIVEZ-VOU •

MATIÈRES PREMIÈRES

MÉTAUX FERREUX ET NON FERREUX Conférence - Mardi 11 octobre 2011

Anticiper les fluctuations des cours et sécuriser vos approvisionnements Avec la participation exceptionnelle de :

Francis KRAEHENBUEHL Directeur Achats Groupe

NEXANS FRANCE

François LOOS

Député du Bas-Rhin, Ancien Ministre de l'Industrie, Rapporteur de la COMMISSION DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES

Alain ROLLAT

Éric ZANIN

Technology Development Manager & Rare Earth Supply Strategist

Head of Material & Parts Procurement

RHODIA RARE EARTH SYSTEMS

AIRBUS

Et les interventions de : ARDEN EQUIPMENT • BRGM • COMES • DERICHEBOURG • FAURECIA • FEDEREC LAPLACE CONSEIL • PSA • SIMON-KUCHER & PARTNERS • VALLOUREC Formation complémentaire - Mercredi 12 octobre 2011

Bâtir et maîtriser les formules de révision de prix à intégrer à vos contrats Animée par Frank BRAULT et David LEFEVRE, Partners, SIMON-KUCHER & PARTNERS

Avec le soutien de

Bulletin d’inscription

"

À retourner à Pénélope Vincent/L’Usine Nouvelle - Immeuble Antony Parc II - 10, place du Général de Gaulle - BP 20156 - 92186 Antony Cedex • Fax : +33 (0)1 77 92 98 17 • Informations programme : Lamia ZERROUKI • lzerrouki@infopro.fr • Tél. : +33 (0)1 77 92 99 06

m Mme m Melle m M. Nom :

Prénom :

Fonction :

Société :

Je m’inscris* aux journées « MATIÈRES PREMIÈRES» et je choisis :

Adresse : Code postal :

Ville :

Pays :

Tél. :

Fax :

E-mail :

@

Raison sociale de facturation et adresse (si différentes) : Code postal :

Ville :

N° de TVA Intracommunautaire :

Pays : Votre N° de commande interne :

309 395 820 RCS Nanterre - Déclaration d’activité sous le numéro 11 92 17343 92 auprès du préfet de régions d’Ile-de-France. Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l’Etat et ce en vertu de l’article L.6352-12 du code du travail.

*Modalités d'inscription et conditions générales de vente sur www.usinenouvelle.com

Tarif général

Tarif PME*

M La journée de conférence 11 octobre 2011

950 E HT (1 136,20 E TTC)

790 E HT (944,84 E TTC)

M La formation complémentaire 12 octobre 2011

950 E HT (1 136,20 E TTC)

790 E HT (944,84 E TTC)

M Journée de conférence + formation 11 et 12 octobre 2011

1 395 E HT (1 668,42 E TTC)

1 150 E HT (1 375,40 E TTC)

*Tarif spécial PME (moins de 250 salariés)

Je joins un chèque correspondant d’un montant de .....................................................................................................................E TTC à l’ordre du Groupe Industries Services Info Date, signature et cachet de l’entreprise :


enquêtes

D. R.

PRODUCTION

EMO 2011, UN CONCENTRÉ D’INNOVATIONS Les constructeurs renouent avec la croissance et l’innovation. Au salon de Hanovre (Allemagne), du 19 au 24 septembre, foin de la sophistication, place au juste nécessaire. PAR MIREL SCHERER

ne édition flamboyante, technologiquement parlant, que celle de l’EMO 2011. La principale manifestation mondiale de la machine-outil, du 19 au 24 septembre à Hanovre (Allemagne), s’annonce incontournable. Tous les projecteurs seront braqués sur l’événement de l’année: la fusion de DMG avec Mori Seiki. Pour la première fois en Europe, les deux constructeurs présentent une offre unique sur un même stand. Les visiteurs y verront plusieurs dizaines de machines nouvelles. Chacun attend avec intérêt la riposte des autres grands noms de la machine-outil. L’EMO sera une bonne occasion pour découvrir, par exemple, les nouvelles armes de Mazak. Le constructeur japonais est réputé pour ses solutions d’avant-garde, comme

U

58


enquêtes PRODUCTION

Usinage électrochimique ou pendulaire, cellules flexibles… Le stand de Nodier Emag sera riche en surprises. Ici l’usinage simultané de deux alésages.

l’atelier flexible, qu’il a été le premier au monde à mettre en œuvre dès 1982. Autre passage obligé: le stand de MAG. On saura ainsi comment le fournisseur américain, qui possède un des catalogues les plus riches du marché, digérera le rachat de Forest-Liné, un des derniers fleurons de la machine-outil française. À ne pas manquer, la solution d’usinage cryogénique que MAG présentera sur une machine catalogue. Une démarche qui améliore sensiblement la qualité d’usinage.

Les économies d’énergie entrent dans le cahier des charges Ces constructeurs mettent en œuvre une stratégie qui se généralise: proposer une solution d’usinage et non pas la simple machine, tout en restant dans l’épure du juste nécessaire. L’inventeur du tour vertical Nodier Emag proposera ainsi une nouvelle plate-forme de sa machine VT2. L’utilisateur pourra choisir, entre trois configurations différentes, celle qui répond au mieux à son application. Astuce du constructeur: il a revu et corrigé l’usinage pendulaire et sa variante réduit fortement les temps morts, en assurant un temps d’usinage copeau à copeau d’une seconde. Quant à Okuma, il exposera, à côté de ses machines cinq axes et multifonctions, un équipement plus économique. Sans rien céder en performance, le tour à commandes numériques Genos est proposé avec un large éventail d’options. Enfin, les économies d’énergie font désormais partie du cahier des charges de tous les acheteurs de machines-outils. Un enjeu de taille quand on sait que ces dernières consomment de 10 à 15% de l’énergie utilisée par l’industrie allemande. Le sujet, omniprésent chez les constructeurs, sera débattu les 20 et 21 septembre lors d’un des colloques du programme très copieux concocté par les organisateurs du salon. On se penchera sur les meilleures approches pour consommer moins d’énergie et de ressources tout en réduisant la pollution. Vaste programme… ❚❚ L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011


enquêtes PRODUCTION

À AIX-LA-CHAPELLE ON S’INSPIRE DU SMARTPHONE Le laboratoire de machines-outils d’Aix-la-Chapelle (Allemagne) prépare les solutions d’usinage de demain. Comme ce prototype de commande pour les machines-outils, aussi facile à utiliser qu’un iPhone ! PAR MIREL SCHERER

Le laboratoire WZL teste des solutions d’avenir comme l’usinage cryogénique.

ue Steinbach, à la périphérie d’Aix-la-Chapelle, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Au milieu du chantier gigantesque du prochain campus de l’École supérieure technique (RWTH), des immeubles sans âme abritent plusieurs laboratoires et instituts de recherche

R


D.R.

Fraunhofer. Un campus qui s’installera d’ici à 2020 sur 800 000 mètres carrés et regroupera des entreprises et des instituts de recherche. En attendant, cette véritable ville de la production concentre d’ores et déjà la matière grise la plus importante de l’Allemagne dans ce domaine. Les moyens de fabrication laser n’ont pas de secret pour les chercheurs de l’Institut de technologies laser (ILT), tandis que les systèmes de production les plus innovants sont testés à l’Institut Fraunhofer pour les technologies de production (IPT).

Des tripodes et une armée de chercheurs Mais c’est une visite au WZL (Werkzeugmaschinenlabor), le laboratoire de machines-outils de la RWTH, qui démontre la formidable puissance de la recherche allemande dans ce domaine. Installé sur quelque 10000 mètres carrés, ce creuset des nouvelles technologies de fabrication garde toute sa jeunesse malgré son âge plus que centenaire: le WZL a en effet vu le jour en 1906! Des équipements de dernière génération, centres d’usinage cinq axes et machines multifonctions, voire des hexapodes, prêtés par les constructeurs, sont exploités par une armée de chercheurs passionnés. Six cents employés s’affairent dans les trois ateliers distincts du laboratoire. Plusieurs projets d’avant-garde y sont menés et l’intégration des fonctions intelligentes dans le fonctionnement de machinesoutils est au centre des préoccupations. Prenons l’exemple de la nouvelle interface homme-machine développée par l’équipe de Daniel Kolster. Le constat des chercheurs allemands est simple. «La sophistication permanente des machines-outils a imposé des commandes numériques de plus en plus complexes», explique Daniel Kolster. De nombreuses touches et boutons à manipuler, un écran dont la taille est trop réduite pour les séries de fonctions affichées malgré des programmes de plus en plus conviviaux… L’utilisation des commandes numériques n’est pas de tout repos pour les opérateurs. «Nous nous sommes intéressés aux commandes intuitives utilisées dans les automobiles et les téléphones portables de dernière génération», explique le spécialiste. Simples d’utilisation et efficaces, ces boîtes noires donnent accès aux fonctions les plus complexes. L’équipe s’est ainsi penchée sur le système de L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011


enquêtes PRODUCTION

navigation d’une BMW qui permet à tout conducteur, grâce à quelques touches et à un joystick, de jongler entre différentes fonctions – GPS, audio… Autre idée lumineuse : imiter la convivialité des écrans tactiles des smartphones.

Contrôler au doigt et à l’œil Les visiteurs de l’EMO, qui prendra ses quartiers du 19 au 24 septembre 2011 à Hanovre (Allemagne), auront ainsi la possibilité de programmer les usinages les plus complexes en manipulant ce système de navigation central. Un simple mouvement du doigt, comme sur un iPhone, leur permettra d’accéder aux différents écrans d’information sur l’usinage en cours. « Ils pourront, par exemple, simuler les processus d’usinage ou effectuer rapidement une sélection d’outils de coupe adaptés », indique Daniel Kolster du WZL. Un rendez-vous à ne pas manquer… ❚❚

D. R.

À Hanovre avec usinenouvelle.com La complexité de l’interface des commandes numériques (à gauche, la Mazatrol de Mazak) s’est accrue. Le système de navigation automobile (à droite celui de BMW) qu’adopte WZL serait plus simple.

Reportages, diaporamas, vidéos... à l’occasion du salon intenational de la machine-outil qui se tient du 19 au 24 septembre à Hanovre, la rédaction de « L’Usine Nouvelle » se mobilise. www.usinenouvelle.com


NOUVELLE FORMULE

A B O N N E Z-VO U S ! Avec L’Usine Nouvelle, partageons l’excellence industrielle

Chaque jeudi, le magazine

- L’essentiel, pour tout savoir - Les enquêtes, pour tout comprendre - Le guide, pour agir et gagner en performance.

Les newsletters Le site

Un véritable centre de ressources réservé aux abonnés, comprenant des études, des enquêtes et la base d’archives la plus complète de l’industrie depuis 1994.

Une newsletter quotidienne d’actualité sur l’industrie + 9 newsletters thématiques.

Jusqu’à

21 % de réduction

OUI, je souhaite m’abonner à L’Usine Nouvelle et profiter de votre offre d’abonnement : 2 ans au prix de 440 € TTC ** au lieu de 556 € TTC : USI2A01 92 numéros + l’accès aux services* réservés aux abonnés sur usinenouvelle.com, soit 21 % de réduction. USI1A01 Je préfère m’abonner 1 an au prix de 245 € TTC ** au lieu de 278 € TTC : 46 numéros + l’accès aux services* réservés aux abonnés sur usinenouvelle.com, soit 12 % de réduction.

#

BON D’ABONNEMENT

A remplir et à retourner accompagné de votre règlement à L’Usine Nouvelle - Service Abonnements Antony Parc II - 10, place du Général de Gaulle - BP 20156 - 92186 Antony Cedex Mes coordonnées : K Mme K Mlle K M. Nom Prénom Société Adresse Code postal

Je choisis de régler par : o Chèque bancaire à l’ordre de L’USINE NOUVELLE

Tél. :

o Je préfère régler à réception de facture.

Activité

o Je souhaite recevoir une facture acquittée.

Date et signature :

USI1190

Ville Fax :

Siret (Situé en bas de votre papier à en tête) Code NAF

E-mail : (Indispensable pour recevoir vos newsletters et code d’accès au site Web) : @ *Hors indices et cotations. **TVA 2,10 %. Offre spéciale d’abonnement limitée à la France métropolitaine et réservée aux non abonnés. Valable jusqu’au 31/12/2011. Conformément aux lois Informatique et Libertés du 06/01/1978 et LCEN du 22/06/2004, vous pouvez accéder aux informations, les rectifier et vous opposer à leur transmission éventuelle en écrivant au Service Abonnements. GISI - SAS au capital de 1 057 080 E - 309 395 820 - RCS Nanterre - N° TVA FR 01 309 395 820.


guide

ACCOMPAGNER L’INVASION DES TABLETTES € P. 66

€ Bonnes pratiques

P.66

S’il est impossible d’interdire les tablettes au sein des entreprises, une bonne intégration peut révéler un surcroît d’efficacité

€ Management

P.68

ANNIE ENGEL/CORBIS

Molière 1 – Shakespeare 0 À l’usine

€ Finance Quand l’État finance les nouvelles usines

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

€ Droit

P.70

La SFA pour restructurer votre dette Jurisprudence en bref

€ Indices

P.71

Coup de chaud sur le fret Blé - Charbon - Niobium

P.69

€ Achats

P.74

Rien n’échappe au dôme Axis Nouveaux produits

65


guide BONNES PRATIQUES / MANAGEMENT / FINANCE / DROIT / INDICES / ACHATS

Mobilité

Accompagner l’invasion des tablettes S’il est impossible d’interdire les tablettes au sein des entreprises, une bonne intégration devient nécessaire et peut révéler un surcroît d’efficacité.

[ 1]

PATRICE DESMEDT

es tablettes et l’entreprise, c’est une vieille histoire. Relevés de linéaires, gestion de stocks, maintenance de réseaux téléphoniques, d’eau ou d’électricité… Dix-huit ans après le premier modèle tactile Wi-Fi de Fujitsu, une décennie après l’annonce de Windows édition PC Tablet, elles font bel et bien partie du paysage. Mais elles restaient jusqu’à présent discrètes et cantonnées

usinenouvelle.com/ressources

L

66

à des applications métier. L’arrivée de la nouvelle génération et le succès de l’iPad d’Apple bousculent cet état de fait. Les tablettes sont désormais devenues objets de désir. Les commerciaux les demandent avec insistance. Les cols blancs les apportent au bureau. Sans débat sur leur utilité, leur coût ou la difficulté d’intégration dans le système d’information. Et si la direction informatique leur ferme la porte, elles s’introduisent par la fenêtre. Selon le cabinet Deloitte, les entreprises représenteront plus du quart des acheteurs de tablettes dès 2011, une proportion qui devrait croître en 2012. Il est temps d’accompagner le mouvement.

e-BRIEFING EXCLUSIF La note d’un expert à télécharger À noter sur vos tablettes

Gérôme Billois, manager sécurité et risk management chez Solucom

La fusion des usages professionnels et personnels

> Les abonnés peuvent

télécharger gratuitement, ce document sur notre site usinenouvelle.com/ressources

CASSER LES IDÉES REÇUES L’iPad, bel objet pour le paraître, mais inadapté à un véritable usage professionnel? Les tablettes sous Windows, laides et lourdes ? Vrai, mais réducteur. Les choses ont beaucoup évolué depuis le lancement de l’iPad au printemps 2010. Les outils logiciels se multiplient, tout comme les coques de protection pour utiliser ces fragiles tablettes en toute sécurité. Quant aux modèles sous Windows, ils continuent d’évoluer et affinent leur silhouette, comme la Stylistic Q550 de Fujitsu. Leur pouvoir d’attraction ne cesse de croître. «La légèreté, la qualité de l’ergonomie, la vitesse de mise en œuvre sont des éléments déterminants», analyse Gérôme Billois, le responsable sécurité et gestion du risque chez Solucom. Ces arguments, ceux des utilisateurs, priment sur ceux du service informatique. Ainsi, la Lufthansa a fait entrer des Sylistic dans le cockpit pour remplacer les nombreux documents papier. United Continental a, lui, choisi l’iPad. Air France et British Airways devraient aussi franchir le cap.

[ 2]

L’INTÉGRER AU PARC INFORMATIQUE L’arrivée des tablettes est inéluctable. Prendre les devants aidera à une assimilation harmonieuse, une meilleure intégration dans les processus métier et à une utilisation plus efficace. La pression des utilisateurs vers la vedette du secteur ne doit pas empêcher un choix réfléchi. L’intégration obligatoire de l’iPad dans l’environnement Apple oblige à se mouler dans de nouveaux processus et les possibilités de connexion sont limitées. La famille Android offre un environnement plus ouvert et un choix de plates-formes dans différents formats. En attendant l’arrivée en 2012 de Windows 8 et de son interface conçue spécifiquement pour les écrans tactiles, les modèles sous Windows souffrent de la comparaison. Mais ils offrent une intégration facile dans le système informatique et un large choix de matériel, classique (Fujitsu, Motion Computer)


guide BONNES PRATIQUES / MANAGEMENT / FINANCE / DROIT / INDICES / ACHATS

Prendre les devants vous aidera à une intégration harmonieuse dans les processus métier.

[ 3]

LEUR FAIRE UNE PLACE DANS LE SYSTÈME D’INFORMATION Les tablettes seront d’autant plus efficaces qu’elles seront bien intégrées dans le système d’information global. Et « elles constituent un formidable outil pour combattre la résistance au changement», remarque Christophe Scarton, le directeur de la gestion de la relation client de Spir Communication. L’efficacité passe également par des développements spécifiques. Mais pas question de chercher à porter une application existante sous Windows. Et pour les iPad il faudra ouvrir un compte développeur professionnel pour utiliser l’App Store, un passage obligé. Bonne nouvelle: «Il

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

y a un an, vous m’auriez posé la question de la gestion de parc, j’aurai répondu que c’était impossible, affirme Gérôme Billois. Depuis, les choses ont beaucoup évolué. » Les systèmes d’exploitation iOs et Android se professionnalisent à chaque mise à jour et les éditeurs proposent toujours plus d’outils (Citrix pour la virtualisation, Good Technology, Mobile Iron pour la gestion des terminaux mobiles…). Les applications elles aussi se multiplient rapidement : gestion de la relation client Salesforce, outils décisionnels de SAP, gestion de trésorerie myCashmanagement de Natixis, assistant de vente en magasin d’Intuilab…

[ 4]

AUTORISER LES APPLICATIONS PERSONNELLES Aujourd’hui, il est pratiquement impossible d’interdire l’usage de tablettes personnelles pour accéder par internet à la messagerie professionnelle, voire à d’autres outils de l’entreprise. Mieux vaut donc accompagner cette pratique. En échange, la mise en place d’outils de sécurité, afin d’isoler les applications professionnelles de celles personnelles et d’ajouter des logiciels propres à l’entreprise qui permettront de gagner en productivité. Le tout avec un investissement limité. ❚❚

FALK HELLER/ARGUM ; D.R.

ou durci (Panasonic, Logic Instrument, Kep France…). La division essai-contrôle d’EDF utilise ainsi un Fieldbook de Logic Instrument certifié IP65 (étanche à l’eau et à la poussière) pour traquer les entrées d’air dans les circuits des centrales nucléaires, cause de perte de puissance et d’oxydation. « Nos différentes applications étant développées sous Windows, il était logique de choisir une tablette sous Windows », argumente François Bianchi, un expert métier chez EDF.

67


guide BONNES PRATIQUES / MANAGEMENT / FINANCE / DROIT / INDICES / ACHATS

RÉAGISSEZ À LA CHRONIQUE D’ANNE DEBRAY adebray@usinenouvelle.com

À L’USINE

ALEXANDR DENISENKO/FOTOLIA

Presque à temps

68

On nous l’avait promis. Il allait nous changer la vie. Ils ont passé des mois parmi nous pour étudier, comprendre, analyser nos process. On les sentait parfois un peu déboussolés. Nos méthodes ressemblaient plus à un jardin de curé qu’à un parc à la française. Nous, on s’y retrouvait très bien. On économisait les bouts de chandelle et on livrait presque à temps. Ça ne marchait pas si mal. On aurait pu continuer ainsi… Mais le groupe a décidé de tout remettre à plat. Il a fait appel à des stars du consulting, des champions du justeà-temps, des types qui en avaient remis d’aplomb, des usines. On allait optimiser les flux, réduire les stocks, limiter le nombre des pièces défectueuses. Ils ont formé des référents chargés de diffuser les bonnes pratiques, de donner confiance aux plus réticents et de déminer le terrain. On a tous été assidus aux séances de formation. On a posé beaucoup de questions. On nous a remis un gros manuel et recommandé de communiquer avec nos superformés. Le grand jour est arrivé. On a basculé sur le nouveau système et les ennuis ont commencé. Des bugs pour tout le monde et pour toutes les opérations. La production s’est tendue, comme les esprits. Chacun avait l’impression de mettre les doigts dans une prise électrique. Dans l’atelier, c’était sauve qui peut. Chacun respectait et répétait les procédures apprises en formation. Sans succès. Les référents s’agitaient. On ne leur avait pas enseigné comment déboguer une équipe de production en colère. On les avait choisis pour leur calme. Ils devenaient les 40es Rugissants. Une commission a été chargée de l’inventaire. Une autre a planché sur les solutions à apporter. Une dernière sur le calendrier. Pendant que les esprits phosphoraient sur de nouvelles et bonnes solutions mieux adaptées à l’homme, les cobayes se démenaient. Comme de beaux diables. À force, ils ont trouvé les moyens de faire fonctionner le nouveau système. À leur manière. ❚❚ A. D.

Relations sociales

Molière 1 – Shakespeare 0 La loi Toubon de 1994 protège le patrimoine linguistique. Le juge veille et n’hésite pas à condamner les entreprises ayant recours avec excès aux langues étrangères. CHRISTOPHE BYS

Le contrat, ou tout autre document interne, peut être accompagné d’une traduction.

ondialisation ou pas de l’économie, en France c’est la loi Toubon du 4 août 1994 protégeant le patrimoine linguistique qui prévaut, a rappelé la Cour de cassation dans un arrêt du 29 juin 2011. Elle était amenée à se prononcer sur une clause d’objectifs, rédigée en anglais, qui déterminait le salaire variable d’un cadre de Data Systems. La plus haute juridiction n’a pas cherché à savoir si le salarié concerné comprenait ou pas la langue de Bill Gates. Elle s’en est tenue à l’obligation de rédiger un contrat de travail en français. La clause, même signée et donc approuvée par le salarié, n’était pas valide dès lors qu’elle était écrite en anglais. La situation eût été la même quelle que soit la langue étrangère utilisée. Et ceux qui pensent que c’est un débat théorique peuvent préparer leur chéquier. L’entreprise a dû verser le maximum prévu dans le contrat du salarié. Car rédigés en anglais, les objectifs ne lui étaient pas opposables. Pour éviter pareils désagréments, une seule solution : toujours faire signer un

M

document en français, accompagné éventuellement d’une traduction dans une autre langue si le salarié n’est pas francophone. S’il est Français et que le contrat type est en anglais, mieux vaut suivre l’avis de Fabienne Delorme, de CTPartners, un cabinet de conseil en recherche de dirigeants et d’administrateurs. Elle témoigne que «certaines entreprises proposent des contrats bilingues avec la version anglaise à gauche et la traduction à droite. » Les obligations pesant sur les entreprises ne s’arrêtent pas au contrat de travail. Avocat spécialiste en droit social, associé chez Capstan, Arnaud Tessier précise : « Tous les documents nécessaires à la bonne exécution du contrat de travail doivent être rédigés en langue française.» Avec, c’est le charme du droit, deux exceptions prévues pour « les documents reçus de l’étranger et ceux destinés à l’étranger», précise le spécialiste.

L’anglais n’est pas proscrit General Electric Medical Systems (GEMS) a ainsi été condamnée en première instance et en appel, il y a quelques années, pour n’avoir pas traduit des logiciels internes ainsi que des manuels concernant le réglage de ces produits. La société a alors signé avec plusieurs syndicats un accord allant au-delà de la loi qui prévoyait la traduction de toutes les informations économiques et financières de l’entreprise destinées au personnel, et la présence d’un formateur francophone dans les stages internationaux. Elle s’engage aussi à traduire tous les documents concernant la santé et la sécurité. Si l’anglais n’est pas proscrit dans l’enceinte de l’entreprise, il ne peut être imposé à un salarié qui ne le maîtrise pas. Alors si « my lawyer is rich » (« mon avocat est riche ») n’est pas votre adage préféré, évitez les contentieux en n’infligeant pas une littérature «shakespearienne » à vos salariés. ❚❚


guide BONNES PRATIQUES / MANAGEMENT / FINANCE / DROIT / INDICES / ACHATS

Réindustrialisation

Quand l’État finance les nouvelles usines Dotées d’une enveloppe de 200 millions d’euros, les aides à la réindustrialisation permettent de financer des investissements essentiels pour un bassin d’emploi. SOLÈNE DAVESNE

Grâce à l’aide de l’État, SIS compte recruter 280 ouvriers en trois ans.

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

Ardèche. « L’objectif n’est pas la quantité, mais la qualité des dossiers», confirme le ministère de l’Industrie. Instruits par la Commission d’aide à la localisation des activités (Ciala), au sein de la Datar (Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale), les dossiers sont ensuite examinés par les équipes du commissariat général à l’investissement (qui gère l’argent du grand emprunt), puis par celles du ministère de l’Industrie, qui valide l’aide.

Assurer une viabilité à long terme Pour s’assurer du sérieux de chaque projet, un audit poussé est réalisé par un cabinet privé. « Des consultants sont venus deux jours chez nous pour tout vérifier, y compris le climat des relations sociales », raconte Éric Gallay. Tout est passé au crible. Les services de l’État sont sensibles à l’impact sur le bassin d’emploi, mais aussi à la viabilité du projet à long terme. «Les élus locaux se sont tous mobilisés derrière le nôtre. Cela a joué en notre faveur», témoigne Éric Gallay, dont la future papeterie devrait fournir en matières premières les autres usines du groupe. Chez SIS, c’est la création d’une école en interne pour former de nouveaux employés qui a convaincu. Soixante ont déjà été recrutés depuis mars. ❚❚

Sans cette aide, nous serions allés moins vite, car nous finançons le projet sur nos fonds propres. Jean-Pierre Tolo, directeur du maroquinier SIS. D. R.

Le 16 septembre, le maroquinier SIS doit inaugurer son atelier à Valdahon dans le Doubs. Afin de ● Être une PME ou répondre à la forte demande de la haute horlogerie une ETI industrielle et du luxe, le sous-traitant (380 salariés) prévoit de (- 5 000 salariés) recruter 280 ouvriers en trois ans. Pour financer ce projet de 5 millions d’euros, la PME a reçu ● S’engager à créer 2 millions d’euros d’aide à la réindustrialisation. au moins 25 emplois «La préfecture nous a aiguillés vers ce dispositif. nets en trois ans Sans cette aide, nous serions allés moins vite, car ● Investir 5 millions nous finançons le projet sur nos fonds propres», se d’euros minimum félicite Jean-Pierre Tolo, le directeur de SIS. Dotées d’une enveloppe de 200 millions d’euros, LE DISPOSITIF ces aides gérées par Oséo permettent de financer des projets industriels des PME et des ETI jusqu’à ● Avance 60% de l’investissement initial. Le soutien se fait remboursable après deux ans sans intérêt sous forme d’avances remboursables sans intérêt. Un coup de pouce décisif pour convaincre les ban● 40 % de l’aide versée quiers de boucler le tour de table. Dix entreprises au départ, 40 % à la en ont déjà profité. Pour être éligibles, les projets mise en route de la doivent représenter un investissement de 5 milligne de production lions d’euros minimum (dont 25% seulement pour ● Le solde lorsque tous le bâtiment) et aboutir à la création de 25emplois les engagements de au moins sur trois ans. Soucieuse d’éviter les création d’emplois ont effets d’aubaine, l’administration a imaginé une été tenus procédure complexe. «Nous avons commencé à monter notre dossier en septembre pour le déposer en mars. Il a ensuite fallu attendre trois mois d’instruction», détaille Jean-Pierre Tolo. Pour s’assurer que son projet correspondait aux critères, la PME a transmis dès le début un pré-projet au ministère de l’Industrie. Business plan sur cinq ans, prévisions d’emplois… «Le dossier est très formaté. C’est vite chronophage », reconnaît Éric Gallay, le directeur général de MP Hygiène, qui a obtenu une aide de 4,2 millions d’euros sur un investissement de 20 millions d’euros pour construire une papeterie en LES CRITÈRES

69


guide BONNES PRATIQUES / MANAGEMENT / FINANCE / DROIT / INDICES / ACHATS

Entreprises en difficulté

La SFA pour restructurer votre dette financière

procédure de sauvegarde accélérée), la société demandera l’ouverture d’une sauvegarde financière accélérée (SFA). Les établissements de crédit et, le cas échéant, les obligataires sont alors réunis dans deux comités distincts pour se prononcer sur le projet de plan, qui peut comprendre un rééchelonnement de la dette et, plus rarement, des remises. Le plan sera adopté si se trouve réunie une majorité des créanciers représentant au moins deux tiers du montant des créances financières. Cette réforme met ainsi en place une passerelle bienvenue entre procédure amiable et procédure judiciaire, permettant d’éviter un blocage dû à une minorité de créanciers récalcitrants.

Depuis le 1er mars, la procédure de sauvegarde financière accélérée est une variante rapide et pré-négociée inspirée d’une technique américaine.

Un champ d’application limité

La procédure de conciliation ne peut dépasser quatre mois, prolongeables d’un mois au maximum. Si la société débitrice estime qu’un délai de cinq mois est trop court pour espérer réunir une majorité suffisante, elle devra demander, en amont, la nomination d’un mandataire ad hoc (sans limitation de durée) puis, une fois les négociations suffiLes entreprises économiquement viables, mais samment avancées, solliciter l’ouverture d’une procédure de rencontrant des difficultés liées à une dette finan- conciliation. Le plan de sauvegarde doit, pour sa part, être cière inadaptée à leur capacité de remboursement, adopté dans un délai d’un mois à compter de l’ouverture de peuvent bénéficier, depuis mars 2011, d’une nou- la procédure de sauvegarde accélérée, avec une prolongation velle procédure leur permettant d’un mois au maximum. L’ENJEU La SFA est ouverte à toute société élide restructurer leur dette financière (c’est-à-dire la dette détenue gible aux critères de constitution obli● Restructurer la dette sans affecter par des établissements de crédit gatoire des comités, soit aux sociétés l’activité de l’entreprise. et assimilés et, le cas échéant, la réalisant un chiffre d’affaires minimum dette obligataire) sans impacter de 20 millions d’euros ou employant LA MISE EN ŒUVRE leurs autres créanciers, et donc 150 salariés. Le bénéfice de la SFA est, ROMAIN DE ● Négocier un accord avec une majorité leur activité. En pratique, la procépar conséquent, limité aux entreprises MÉNONVILLE, de créanciers financiers dans le cadre dure se déroule en deux étapes. En de taille importante. S’il est prévu une avocat au barreau d’une procédure préalable de conciliation. préalable, la société doit tenter de adaptation de la loi pour que les sociétés de Paris trouver un accord unanime entre holding (sans activité opérationnelle et ● Voter l’adoption du plan de les créanciers concernés, dans le cadre n’atteignant donc pas ces seuils) soient sauvegarde à la majorité des deux tiers. d’une procédure de conciliation sollicitée aussi éligibles à la SFA, il n’est pas prévu, auprès du président du tribunal. En cas d’échec (mais s’il en l’état, d’en faire bénéficier les sociétés opérationnelles de a toutefois pu être élaboré un projet de plan de sauvegarde taille plus petite. Ces dernières n’ont ainsi le choix qu’entre recueillant un soutien suffisamment large des créanciers la procédure de conciliation – qui nécessite un accord unaappelés à la procédure pour rendre vraisemblable son adop- nime des créanciers concernés par les renégociations – et tion dans un délai d’un mois à compter de l’ouverture de la la procédure de sauvegarde classique. ❚❚

JURISPRUDENCE EN BREF

ÉLECTIONS

D.R.

La neutralité de l’employeur dans les élections au CE est un principe général du droit électoral dont la violation entraîne l’annulation des élections.

2 70

(Cass. Soc, 31.5.2011, N° 1265, CGT-TU de Bordeaux et a. c/ Keolis et a.)

CHSCT

Si un accord unanime peut définir les modalités de désignation des membres de la délégation du personnel au CHSCT, il ne peut être dérogé à l’obligation du vote par scrutin secret. (Cass. Soc, 31.5.2011, N° 1264, Chemloul et a. c/ Presstalis et a.)

HARCÈLEMENT

Le harcèlement moral ou sexuel peut être qualifié de faute grave, même en cas d’ancienneté importante dans l’entreprise et même si l’employeur n’a jamais fait de remarques. (Cass. Soc, 7.6.2011, N° 1304, Mequillet c/ ADAPEI du Pays de Montbéliard et a.)

COMPTE ÉPARGNETEMPS

L’entreprise ne peut pas obliger les salariés à prendre leurs jours de repos au lieu d’alimenter leur compte épargnetemps. (Cass. Soc, 8.6.2011, N° 1381, Radiall c/ Reboud et a.)

NON-CONCURRENCE

Indiquer au salarié qu’il est désormais « libre de tout engagement » vis-à-vis de l’entreprise n’exprime pas une volonté claire et non équivoque de renoncer à la clause de non-concurrence. (Cass. Soc, 8.6.2011, N° 1351, Éditions du nouveau France-Soir c/ Maçon


guide usinenouvelle.com/indices

BONNES PRATIQUES / MANAGEMENT / FINANCE / DROIT / INDICES / ACHATS

SUR NOTRE SITE

Transport maritime

COUP DE CHAUD SUR LE FRET près avoir frôlé les 1 250 points il y a un mois, le Baltic Dry Index (BDI), l’indice composite du fret maritime sec en vrac, s’est vivement redressé pour atteindre les 1740 en fin de semaine, son plus haut depuis la fin 2010. Ce rebond a été tiré par les besoins en plus grands vraquiers (Capesize de plus de 150 000 tonnes), dont l’indice a progressé dans la même période de près de 1200 points pour atteindre 2975. Le coût d’affrètement journalier d’un Capesize est remonté de 17000 dollars à la fin juillet, à près de 24000 dollars. Il y a un an, il était de 39000 dollars, alors que le BDI approchait les 3000 points.

A > Les abonnés au service

Indices & Cotations peuvent aussi obtenir les cours des matières et indices mentionnés ci-dessous en tapant le code entre parenthèses.

> Cours du LME

(H0300, H1301, G0102)

1 740 le 2 septembre

Et pourtant les tarifs du transport maritime en vrac ont subi le contrecoup d’un afflux massif de nouveaux bateaux commandés avant la grande récession de 2008-2009. Selon Peter Sand, un analyste de l’association des armateurs Bimco, le volume global de la flotte a déjà grossi de 7,4% en 2011. Et il y a encore 241 Mt de bateaux en construction ou en commande. La mise en activité des 35 Chinamax – les vraquiers de 400000 tonnes commandés par le mineur brésilien Vale aux chantiers navals coréens et chinois – pèsera aussi bientôt sur les tarifs d’affrètement des Capesize. Le principal facteur du vif rebond actuel est la bonne tenue des importations chinoises de minerai de fer qui devraient encore pro-

gresser de 6% sur un an en 2011, estime Barclays Capital. Ces achats en provenance du Brésil et d’Australie ont été dopés par l’arrêt des exportations de minerai indien des États de Goa et du Karnataka et par la hausse des coûts locaux d’extraction. La demande de charbon thermique devrait aussi être soutenue en Asie, alors que le retour de la Russie et de l’Ukraine sur les marchés de céréales fera croître le besoin de vraquiers. Les livraisons de nouveaux vraquiers ne devraient ralentir qu’en 2013, prévoit Barclays. En attendant, les rebonds des tarifs du fret maritime ne pourront être que temporaires, liés à des pics saisonniers de la demande. En 2012, le marché devrait s’équilibrer, selon la banque britannique, tant sur le bassin Atlantique que sur le Pacifique, mais à un niveau relativement faible. ❚❚ DANIEL KRAJKA

Blé

Charbon

Niobium

Le Comité national de transition libyen (CNT) a signé deux contrats de 60 000 tonnes de blé chacun avec le négociant français de céréales Soufflet et le céréalier néerlandais Nidera. Chaque contrat s’élève au moins à 22 millions de dollars. Ils seraient honorés par des avoirs débloqués à la fin du mois d’août par la France. Tripoli devrait importer 500 000 tonnes de blé et 400 000 tonnes de farine dans les deux à trois mois. Reste à connaître l’état des infrastructures portuaires où seront déchargées ces marchandises.

Le groupe de trading et mineur helvétique Glencore a confirmé avoir l’intention de prendre le contrôle de la minière sud-africaine Optimum Coal en rachetant 43,51 % de ses actions, la valorisant à hauteur de 1,2 milliard de dollars. Pour réaliser cette opération, il est associé à Cyril Ramaphosa, un ancien dirigeant du syndicat des mineurs devenu l’un des plus puissants hommes d’affaires du pays. Glencore, qui détient 11 % du marché du charbon, prendrait ainsi une position importante sur le port de Richards Bay.

Après des industriels coréens et japonais, un consortium d’aciéristes chinois a pris une participation dans le groupe minier brésilien CBMM, qui assure 80 % de la production mondiale de niobium, un métal indispensable à l’élaboration des aciers modernes. Le consortium, qui inclut Anshan, Shougang, Baosteel et Taiyuan, va acquérir 15 % du mineur. Les Coréens et les Japonais avaient acquis un pourcentage équivalent pour 1,8 milliard de dollars.

> Moyenne du LME (H0500, H4000, G0201) > Caoutchouc naturel (N0300) > Cotons bruts (N1000)

> Et bien d’autres indices…

RETOUR DE LA LIBYE

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 XXX II JOUR 8 SEPTEMBRE MOIS ANNÉE 2011

Tiré par les achats chinois

GLENCORE VISE L’AFRIQUE DU SUD

LA CHINE ASSURE SES APPROVISIONNEMENTS

71 3


guide usinenouvelle.com/indices

BONNES PRATIQUES/ RH / FINANCE / DROIT / INDICES / ACHATS

GAZ BUTANE ET PROPANE

SALAIRES E3000

En dollars par tonne Butane CIF NWE (+ de 3 000 tonnes) Propane CIF NWE (+ de 7 000 tonnes) 2011 2011 2011 29 Juil. 05 Août 12 Août Butane Cif 925,0/930,0 886,4/891,4 835,0/840,0 Butane Fob 862,0/867,0 826,4/831,4 775,0/780,0 Propane Cif 896,2/901,2 869,8/874,8 815,4/820,4 Propane Fob 800,0/805,0 810,4/815,4 767,0/772,0

E3001 Butane CIF NWE (+ de 3 000 tonnes) Propane CIF NWE (+ de 7 000 tonnes) En euros En euros En dollars En dollars 2011 2011 2011 2011 Juillet Août Juillet Août Butane Cif 638,22 618,80 910,36 887,36 Butane Fob 596,33 575,06 850,60 825,32 Propane Cif 615,98 591,39 878,64 848,05 Propane Fob 561,73 543,39 801,17 778,95

MÉTAUX NON FERREUX COTATIONS INTERNATIONALES

H2900

Ex-entrepôts Rotterdam (paiement 30 jours en dollars par livre de 453 g sauf indications contraires) 2011 02 Sept. Ferrochrome 6 à 8 C, 65 % Cr, < 2 % Si 1,13/1,25 Charge chrome : 51/53 % Cr, 3 < Si < 6 1,20/1,20 Suraffiné C 0,15 maxi - 65 % Cr 2,25/2,35 Suraffiné C 0,05 maxi - 65 % Cr 2,25/2,45 Cobalt 99,8 % de pureté 17,00/18,00 99,3 % de pureté, lingot de 15/20 Kg provenance Russie 15,95/16,60 99,6% de pureté, ZCCM C 16,50/17,20 Manganèse Ferromanganèse 76/78 % Mn, C 2 % prix en euros par tonne 880/925 Ferrosilicomanganèse Base 65 % Mn, en euros par tonne, avec échelle Mn prorata 870/920 Molybdène Oxyde, en fûts 14,50/14,90 En boîtes de 10 kilos 15,00/15,40 En briquettes 15,50/15,90 Ferromolybdène 65/70 % Mo (par kilo) 38,00/40,00 Silicium Ferrosilicium (base 75 % Si, en euros par tonne, avec échelle Si prorata) 1200/1280 Titane Ferrotitane (base 70 % Ti, en dollars par kilo de Ti contenu, rendu usines) 4,5 % Al 8,90/9,20 2 % Al max. 7,90/8,20 Tungstène Ferrotungstène (base 75 % W mini, par kilo de W contenu) 49,00/50,50 Vanadium Ferrovanadium (base 80 % Va, par kilo de Va contenu) 27,50/28,60

INDICE SYNTEC

A0600

Base 100 au 1er janvier 1961, divisée par 10 en janvier 1984. Source :Fédération Syntec 2011 Connu le 2011 Connu le Juin Juillet 234,7 28-07-2011 235,1 25-08-2011

PAPIERS VIEUX PAPIERS

Q0201

Prix indicatifs à l’achat. Ces prix, purement indicatifs, s’entendent dorénavant en euros la tonne, hors taxes. Majorations et minorations possibles selon qualité, quantité et modalité de fourniture et certaines régions. Prestations chez les fournisseurs : montant moyen pratiqué par la profession. Transportramassage (prix horaire camion) : camion seul = 65 euros/h ; camion + remorque = 72 euros/h. Location de matériel : benne 25/30 m3 : environ 92 euros/mois ; benne de compacteurs : environ 120 euros/mois ; compacteur + benne : environ 808 euros/mois (à compter de janvier 2010). 2011 2011 Mai Juin Papiers et cartons mêlés +35 +45 Brochures et journaux mêlés +40 +55 Caisses carton +45 +60 Rognures mêlées +60 +75 Rognures blanches mêlées +155 +180

RECYCLAGE VIEUX MÉTAUX

N1301

En euros/tonne. Par 5 tonnes, région parisienne. Source :Base de prix Internégoce 2011 05 Sept. CUIVRE Mill Berry 5100 Mitraille (électro) 5050 Cuivre mêlé 4520 Mitraille HR 2300 Cable base 40 % 1150 LAITON Chutes de pl. neuves 1 er titre 3250 Massif 60/40 2950 Tournures 60/40 2700 Laiton d’affinage 2480 BRONZE Mitraille mécanique 3250 Tournures ordinaires 3200 PLOMB Tuyaux et planches 940 Accu batterie 500 ZINC Couverture 530 ALUMINIUM Cable A5 1170 Offset 1030 AGS blanc extrusion 1170 AGS peint extrusion 880 Vieux laminés AG mêlés 550 Tombant neuf 800 Carters d’auto 710 Tournures mélangées 390 INOX (base 15 t minimum) Neuf 18/8 750 MOTEUR ELECTRIQUE 740


guide BONNES PRATIQUES/ RH / FINANCE / DROIT / INDICES / ACHATS

FERRAILLES FERRAILLES ET VIEILLES FONTES PAR RÉGIONS

Q0601

Les écarts ci-dessous s’appliquent aux prix effectifs du mois précédent, exprimés en euros à la tonne en exonération de taxes, pour la zone industrielle de la région considérée. Ils pourront être très différents selon la densité de chargement. Les marchandises sont réputées saines, exemptes de toutes matières étrangères enlevées par bennes unitaires à pleine capacité, chargées par le vendeur. Août 2011 par rapport à Juillet 2011. Rég. Nord Est Centre Sud SudMidi Ouest parisien. Sud-Est MéditerOuest pyren. FERRAILLES MASSIVES INDUSTRIELLES ttes dim de plus de 5 mm d’épaisseur = = = = = = = = FERRAILLES DE RAMASSAGE ttes dim de plus de 3 mm d’épaisseur = = = = = = = = rond à béton issu de la déconstruction = = = = = = = = CHUTES DE TOLES NEUVES EN VRAC - noires non oxydées = = = = = = = = - galvanisées = = = = = = = = - étamées = = = = = = = = TOURNURES - acier ordinaire = = = = = = = = - acier-fonte mêlée = = = = = = = = - fonte de fraiche production = = = = = = = = PLATINAGES, VIEILLES TOLES ET ASSIMILES - noirs = = = = = = = = - mêlées = = = = = = = = VIEILLES FONTES ORDINAIRES - mécaniques = = = = = = = = - grises de bâtiment = = = = = = = =

Prix moyens mensuels constatés, franco usines consommatrices françaises En euros par tonne HT Source :UCFF 2011 Juillet E3 ex Dil (démolition industrielle) 315,70 E1C ex 05 (courtes de récupération) 287,74 E8 ex 50 (chutes industrielles neuves) 341,19 E40 ex 33 (produit de déchiquetage) 321,02 E5M ex 4 (tournures) 264,40

COMPOSITE PRICE

N1700 2011 Août 317,22 287,16 341,70 322,53 264,14

Iron Age Q0500 En dollars par tonne longue de 1 016 Kg 2011 2011 2011 2011 2011 4 Août 11 Août 18 Août 25 Août 1 Sept. 418,50 418,50 418,50 418,50 418,50

Base de prix internégoce et départ usine productrice N1400 (Région parisienne) Euros/t (à partir de mars 2001), par 1000 t mini, wagon départ zone II, hors taxes 2011 Août Longues, cat.01: 9 mm et plus, 150 x 50 cm -163 Tournures, cat. 41 -238 USINES DE COMPRESSION REGION PARISIENNE Chutes de tôles neuves, cat. 50 -109

VIEILLES FONTES

Base de prix internégoce N1201 En euros/tonne, grande région parisienne, hors taxes 2011 2011 Juillet Août Mécanique cassée (VF 1)198/203 198/203 Grise de bâtiment (VF 2) 102/107 102/107 Emaillée (VF 3) 141/146 141/146

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

Variation du prix de la fonte grise N1801 En euros par tonne Variation mensuelle du prix moyen pndéré de la fonte grise par rapport au mois précédent. Source :Les Fondeurs de France 2011 2011 Juillet Août Variation -15 =

PLASTIQUES DÉCHETS DE MATIÈRES PLASTIQUES

Q0802

Evolution moyenne constatée par rapport au mois précédent, en euros par tonne à l’enlèvement par négociant spécialisé pour des quantités de 1 à 5 tonnes maximum, quantités moyennes, marchandises propres. Ces prix s’entendent pour des quantités bien séparées, propres, sans matières étrangères. Les prix d’autres qualités recyclables sont très variables et nécessitent toujours la présentation d’échantillons. Les prestations d’enlèvement feront l’objet d’une facturation séparée par le récupérateur. Les variations mentionnées pour les bouteilles des collectes sélectives sont celles constatées sur le marché français et il convient de faire état pour la fraction à destination de la grande exportation d’une très forte dévaluation de l’ordre de 90 euros par tonne. MONTANT MOYEN DES PRESTATIONS. Transport-ramassage (prix horaire camion) : camion seul : 70 euros/h ; camion + remorque : 80 euros/h. location de matériel: benne 25/30 m2 : environ 92 euros/mois ; benne de compacteurs : 115 euros/mois ; compacteur + benne : 808 euros/mois. COUTS DES TRAITEMENTS DES PRODUITS A LA TONNE. Tri-contrôle-mise en balle : 76 euros ; Broyage : 150 euros ; Lavage séchage : 152 euros ; Micronisation : 150 euros ; Granulation : 230 euros. 2011 Août POLYETHYLENE 1.04 Chutes neuves HD = 1.04-40 Films neufs couleurs BD = 1.04-41 Films neufs naturels BD = 2.04-40 Films rétractables et étirables mêlés à laver = 2.04-41 Housses couleurs épaisses à laver = 2.04-42 Housses naturelles épaisses à laver = 2.04-43 Films étirables naturels à laver = 2.04-44 Films agricoles à laver = 2.04-49 Housses et films issus du tri DIB = POLYPROPYLENE 1.05-50 Films naturels = 1.05-51 Films couleurs et imprimés = 1.05-52 Chutes PP rigides naturels = 1.05-53 Chutes PP rigides couleurs = 1.05-54 PP/PE blanc = 1.05-55 PP/PE couleur = 2.05-50 PP tissé et non tissé = 2.05-51 PP rigides en fin de vie =

POLYSTYRENE 1.06-60 PS extrusion naturel et blanc 1.06-61 PS extrusion couleur 1.06-62 PS injection naturel et blanc 1.06-63 PS injection couleur 2.06-60 PSE 2.06-61 PS injection et extrusion couleur 2.06-62 PS Alu ABS 1.08-80 ABS blanc 1.08-81 ABS couleur 1.08-82 ABS/PC chutes neuves 2.08-80 ABS/PC (DEEE) PVC 1.03-30 PVC souple naturel et couleur 1.03-30-1 PVC souple naturel 1.03-30-2 PVC souple couleur 1.03-31 PVC issus de démantèlement de BTP 1.03-32 PVC de thermoformage et calandrage couleur 1.03-33-1 PVC de thermoformage et calandrage cristal 1.03-33-2 PVC-PE 1.03-34-1 PVC profilés couleur avec joint 1.03-34-2 PVC profilés couleur sans joint 1.03-35-1 PVC profilés blanc avec joint 1.03-35-2 PVC profilés blanc sans joint 2.03-30 PVC issu de BTP PET 1.01-10 A-PET thermo cristal 1.01-16 A-PET thermo couleur 1.01-17-1 A-PET préformé cristal 1.01-17-2 A-PET préformé azuré 1.01-17-3 A-PET préformé couleur transparente 1.01-17-4 A-PET préformé couleur opaque 1.01-17-5 A-PET préformé multicouches 1.01-18 PETG naturel 1.01-19 PETG bleuté, couleur PLASTIQUES TECHNIQUES 9.01-90 PC 9.01-91 PMMA 9.01-92 PA 9.01-93 POM REPRISE GARANTIE 2.01-12 PET Bouteilles collecte naturel 2.01-11 PET Bouteilles collecte couleur 2.01-13 PET Bouteilles collecte azurées 2.01-15 PET Bouteilles collecte toutes couleurs mêlées 2.02-21 PEHD Flaconnage, PEHD à laver

FRET MARITIME Source :Baltic Exchange

2011 01 Sept. Baltic Dry Index 1682 Baltic Capesize Index 2807 Baltic Panamax Index 1624 Baltic Supramax Index 1380 Baltic Handysize Index 671 Baltic Dirty Tanker Index 677 Baltic Clean Tanker Index 679

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

B0200 2011 02 Sept. 1740 2975 1630 1379 670 677 674

73


guide SUR NOTRE SITE

> Retrouvez tous les nouveaux produits parus dans notre guide achats

Adressez par e-mail les informations détaillées sur vos produits en y joignant une photo de bonne définition à dragu@usinenouvelle.com

Expogaz 2011

LE PALAIS DES CONGRÈS GONFLÉ À BLOC

La biennale de l’industrie du gaz se tiendra du 13 au 15 septembre au Palais des Congrès de Paris. Les 5000 visiteurs professionnels attendus y rencontreront les principaux opérateurs d’énergie en France et à l’international. INELTEC

LA BIENNALE DE L’ÉLECTROTECHNIQUE

C’est à Messe Basel, en Suisse, qu’ont rendez-vous les professionnels du bâtiment et de l’infrastructure, du 13 au 16 septembre 2011. L’accent sera mis sur les systèmes de communication et sur la technique des réseaux.

Équipement de sécurité

RIEN N’ÉCHAPPE AU DÔME AXIS artant du principe qu’aucun site ne peut résister à une intrusion, il convient de repérer celle-ci le plus en amont et le plus précisément possible. C’est le rôle des caméras vidéo sur IP (protocole internet) des systèmes de sécurité. Profitant de la convergence de technologies matures et de la baisse de prix des composants, elles se sont multipliées sur le marché et proposent des images haute définition sans sacrifier la bande passante. C’est le cas du dernier dôme PTZ du suédois Axis Communications. Le Q6035/-E dispose d’une résolution HDTV, d’un fort zoom optique et de fonctions de vidéo intelligentes. C’est une caméra jour et nuit dotée de la fonctionnalité de gamme dynamique étendue («wide dynamic range»), lui permettant de gérer des conditions d’éclairage fluctuantes.

P

à celui produit par une résolution 4CIF (704 x 576 pixels). La résolution HDTV 1080 p (2M pixels) permet une fréquence Enregistrement direct maximale et un format 16:9. La bande Fonctionnant selon un balayage vertical et passante et le stockage sont optimisés par horizontal, elle génère une vision panora- le format de compression vidéo H.264 sans mique à 360 degrés et comprend la transiger sur la qualité de l’image. fonction d’enregistrement directeLes modèles intérieurs de la PRINCIPAUX CONCURRENTS ment dans la caméra. Elle dispose gamme Q6035 sont protégés de de la fonction de «garde-barrière» la poussière et de l’eau (environne● Basler (« active gatekeeper ») permettant ment sévère, déclenchement d’un (Allemagne) de se déplacer automatiquement sprinkler). La version extérieure ré● Gunnebo vers une position prédéfinie. Elle siste au soleil, à la pluie, à la neige (Suède) peut, par exemple, capturer et et à des températures de – 40 °C. suivre la plaque d’immatriculation Ces caméras sont alimentées par ● Honeywell d’un véhicule. Elle intègre égal’ethernet haute puissance (High (États-Unis) lement la fonction de masquage PoE), ce qui simplifie l’installation ● Mobotix dynamique, afin de satisfaire à la et la gestion. Un seul câble réseau (Allemagne) législation qui impose le respect sert pour l’énergie, la communica● Samsung des lieux privés. Elle dispose d’une tion et les commandes PTZ, ce qui (Corée) vingtaine de caches sur les images autorise un fonctionnement en cas filmées bloquant la visualisation de coupure d’électricité. Installé à ou l’enregistrement de certaines parties Stockholm, Axis emploie 914 salariés et a d’une scène. La caméra fournit des vues enregistré en 2010 des ventes de 318 milagrandies avec un niveau de détail identique lions d’euros. ❚❚ DIDIER RAGU

CARACTÉRISTIQUES ● Dôme audio vidéo jour-nuit

Toutes les informations sur vos manifestations à venir sont à adresser à dragu@usinenouvelle.com

74

Cette caméra génère une vision panoramique à 360 degrés.

● Pan tilt zoom (x 20) ● High PoE (60 W maxi)

● Résolution maximale :

1920 x 1080 pixels ● Compression H.264 et

Motion JPEG

● Stockage : cartes SD et SDHC ● Protection IP66 ● Température : - 40 à + 50 °C D.R.

usinenouvelle.com/achats

BONNES PRATIQUES / MANAGEMENT / FINANCE / DROIT / INDICES / ACHATS


guide BONNES PRATIQUES / MANAGEMENT / FINANCE / DROIT / INDICES / ACHATS

LOGICIELS

Mesure, calibration et diagnostic

Traduction automatique

Cette famille de logiciels effectue la calibration, le diagnostic et la validation de systèmes électroniques automobiles. Sa version V7 bénéficie d’améliorations et d’innovations en termes d’ouverture, de standard, d’efficacité d’utilisation et de prise en charge des nouveaux dispositifs matériels. Fabricant Etas

Destiné aux particuliers comme aux professionnels de la traduction, ce logiciel s’enrichit d’innovations qui améliorent la qualité de traduction et facilitent la personnalisation. Il traduit tous types de textes et d’informations et offre également un service de traduction en ligne avec une connexion internet. Fabricant Systran SA

Métrologie et imagerie pour la microscopie

CFAO marquage et gravure

Ce logiciel offre aux utilisateurs de microscopes Leica une solution de métrologie et d’imagerie de surface conforme avec les dernières normes et méthodes. Il visualise et quantifie les caractéristiques des surfaces mesurées, décrit la texture et la géométrie des surfaces et génère des rapports. Fabricant Digital Surf SARL

Afin d’identifier, marquer, décorer ou personnaliser les pièces en cours de conception, ce logiciel permet la création de texte et l’intégration de symboles ou de logos en quelques clics dans Catia V5. Il est largement utilisé dans l’automobile, l’aérospatiale, l’électronique, la fabrication de moules... Fabricant Vision Numeric

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 XXX II JOUR 8 SEPTEMBRE MOIS ANNÉE 2011

Gestion des ressources humaines

Cette suite permet d’anticiper et de gérer les emplois et les collaborateurs, depuis leur recrutement jusqu’à la gestion de leur rémunération en passant par le développement de leur carrière. Elle s’adresse tant aux grands groupes qu’aux PME, organismes du secteur public ou professionnels du recrutement. Fabricant RFLEX Progiciel France

Logiciel de gestion de tests

Ce logiciel est utilisé pour des applications de test automatisé dans de nombreux secteurs tels que les télécommunications, les produits électroniques de grande consommation, l’automobile, l’aérospatial. Il se dote d’une nouvelle version offrant des nouvelles fonctionnalités de développement orientées équipes. Fabricant National Instruments


guide BONNES PRATIQUES / MANAGEMENT / FINANCE / DROIT / INDICES / ACHATS

NOTRE SÉLECTION DE LA SEMAINE

TÉLÉCOMS

MATÉRIAU DE BLINDAGE EMI CONFORMABLE étanchéité et blindage en même temps

Conçu pour les équipements de télécommunications et les appareils militaires, notamment marins, ce matériau à un seul composant sert de joint d’étanchéité et de blindage contre les interférences électromagnétiques (EMI). Avec sa dureté de 48 degrés (± 5 °) sur l’échelle Shore A, il s’adapte aux applications où la force de fermeture est faible lors de l’assemblage et évite l’utilisation de boîtiers rigides et les systèmes de serrage. Le matériau CHO-FORM 5547 est constitué de particules d’argent à étamage nickel dispersées dans un liant en silicone. Il procure une atténuation supérieure à 70 dB de 200 MHz à 10 GHz. Utilisant les technologies récentes de dépôt de matériaux FIP, il s’insère dans d’étroites jointures de boîtier, réduisant le coût et laissant plus de place aux cartes électroniques. Sans solvant, résistant à la corrosion, il est fourni en seringues de 30 ou 55 cm3 et en cartouches de 300 cm3. Il supporte des températures opérationnelles de - 50 à + 130 °C. Fabricant Chomerics

Firewall de nouvelle génération

Téléphones IP

Modules de communication

Gestion de parcs de remorques

Destinée à sécuriser réseaux, centres de données et fermes de serveurs, cette gamme de firewall repose sur une architecture multicœur évolutive. Elle combine jusqu’à 96 cœurs de processeur. Elle offre un débit supérieur à 40 Gbit/s pour la fonction pare-feu et à 30 Gbit/s pour le contrôle des applications. Fabricant SonicWALL France

Conçus pour des bureaux de direction, ces téléphones IP allient design moderne et techniques innovantes comme la fixation magnétique du combiné en position presque verticale. Avec le nouveau standard G.722.2, version optimisée du codec voix G.722.1, la qualité de la voix s’adapte à la large bande passante disponible. Fabricant Innovaphone AG

Commutateurs Gigabit 16 et 24 ports

Destinée aux PME, cette série de commutateurs est dotée de la technologie D-Link green qui respecte la norme IEEE 802.3az. Elle permet de réduire la consommation électrique par le passage du système en mode basse puissance pendant les périodes de faible utilisation sans interrompre la connexion. Fabricant D-Link

RÉSEAU DE CAPTEURS SANS FIL Pour l’enregistrement de données embarquées

Le réseau de capteurs sans fil (WSN) se compose d’une passerelle programmable (NI9792) qui communique par radio avec des nœuds de mesure sans fil et d’autres matériels via une variété de standards de communication ouverts. Idéale pour les applications d’enregistrement de données embarquées, la passerelle combine une radio WSN intégrée et un contrôleur NI LabVIEW temps réel doté d’un processeur performant cadencé à 533 MH. Elle dispose de serveurs HTTP et FTP pour accéder à distance aux données via des terminaux légers (téléphone intelligent ou ordinateur portable), en plus des ports RS-232 et ethernet. Alimenté par 4 piles AA, le nœud de mesure WSN-3226 intègre 4 entrées analogiques mesurant les tensions (± 10 V) ou les résistances et 2 voies numériques bidirectionnelles. Les voies analogiques offrent le choix entre haute vitesse et haute résolution. Le module LabVIEW WSN Pioneer permet de personnaliser le WSN-3226 en lui ajoutant des fonctions locales de gestion ou de traitement et/ou en l’interfaçant avec des capteurs particuliers. Fabricant National Instruments 76

CompoNet est un réseau opérationnel au niveau bit répondant aux besoins des applications qui utilisent un grand nombre de capteurs et d’actuateurs simples. Ces nouveaux modules permettent de fournir aux fabricants un moyen simple et rapide de relier leurs dispositifs d’automation à un réseau CompoNet. Fabricant HMS Industrial Networks

Conçue pour les entreprises de transport, cette plate-forme effectue la gestion automatique de parcs de remorques accrochées ou non au tracteur. Elle donne aux gestionnaires de flotte ou de fret le moyen d’accéder en continu à des données sur l’état du chargement et la géolocalisation de la remorque. Fabricant Qualcomm

Appliance de sécurité

Dotée de la dernière version du système d’exploitation FortiOS 4.0 MR3, cette appliance de sécurité est conçue pour les centres de données nécessitant les plus hauts niveaux de performances de pare-feu, de réseau privé virtuel et de systèmes de prévention d’intrusion. Cette solution allie haute performance et gestion consolidée des menaces. Fabricant Fortinet


marché de l’industrie BÂTIMENTS • ÉQUIPEMENTS • FOURNITURES • SOUS-TRAITANCE • SERVICES

Bungalows standards et sur-mesure Sanitaires et containers AGENCE 63 04 73 84 20 76 beaufort@toueix.com AGENCE 84 04 90 20 90 17 optimat84@wanadoo.fr

Livraison rapide dans toute la France

La qualité au meilleur prix

marché de l’industrie Pour tout renseignement, vous pouvez contacter :

Alix O’NEILL

Tél. : 01 77 92 93 67 - Fax : 01 77 92 98 58 aoneill@usinenouvelle.com L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

77


fournitures/sous-traitants Salon EMO (Hanovre) du 19 au 24/09/11 Hall 6 Stand H76

marché de l’industrie Pour tout renseignement, vous pouvez contacter :

Alix O’NEILL

Tél. : 01 77 92 93 67 - Fax : 01 77 92 98 58 aoneill@usinenouvelle.com

78


sous-traitants

IT

RHONE -PROVENCE

Fonderie d'alliages légers Usinage - Assemblage - Finition

Tél. 04 37 23 66 20 Fax 04 72 31 60 64 equipement@itrhoneprovence.fr

marché de l’industrie · Bâtiments · Équipements · Fournitures · Sous-traitants · Services Vous souhaitez passer une annonce dans les Marchés Classés, je vous invite à contacter nos interlocuteurs régionaux pour tout renseignement.

Paris - R.P. - Nord - Ouest Alix O’NEILL Tél. : 01 77 92 93 67 Fax : 01 77 92 98 58 aoneill@gisi.fr L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

79


matériels et produits VENTE ET ACHAT DE MATÉRIELS • NEUF ET OCCASION • VENTE ET LOCATION

CONTACT. Nathalie CHASLES. Par téléphone : 01 77 92 93 74. Par e-mail : nchasles@infopro.fr. Par courrier : Antony Parc 2 - 10, place du Général de Gaulle - 92160 ANTONY

€ OFFRES MANUTENTION

VENTES AUX ENCHÈRES

Vente et location

VENTE aux ENCHÈRES Suite au déménagement de l’activité

Remorques industrielles en location sur

1, rue du Maine – F 68270 WITTENHEIM

www.groupemiloco.com GB 18604

Mardi 20 septembre 2011 Centres d’usinage : MCM Clock MP4 7 axes (2001), BEAVER HC20, WINTER MV-40FMC, FEELER QM-22 (2001), MIYANO TSV-25, MANURHIN Tape Drill Mate Tours automatiques : 2 x MORI SEIKI SL-25B5, BIGLIA BJS (1999), WINTER TC-15CE Divers : fraiseuses, perceuses, projecteur de profil, métrologie conventionnelle, outillage ; chariot élévateur, production d’air comprimé, bennes à copeaux. Catalogue complet et photos sur le site : www.optimale.biz

SAINT-MICHEL - F-22110 GLOMEL Tél : +33 2 96 57 70 70 - Fax : +33 2 96 57 70 79 - info-miloco@miloco.fr

Palettes plastique

standards ou hors standard. Pour stockage, manutention ou expédition. De 600 x 400 à 1500 x 1500

Neuves ou d’occasions

Renseignements auprès de l’Officier Ministériel : Maître Laurent LHOMME, Huissier de Justice BP 3021 - 3, boulevard de l’Europe - F 68061 MULHOUSE Cedex 3 Tél : (0)3 89 46 26 85 – Fax : (0)3 89 46 27 13

Tél.

06 23 84 86 09 - 04 90 88 26 45

Mail groleau@vendeur-industriel.com Web vendeur-industriel.com

GR 36604

84000 Avignon GB 17603

PRODUITS

MACHINES-OUTILS Le système de Twister® cintrage avec robot Le Twister n’est pas une machine de cintrage traditionnelle, mais patrice.leroyer@rosenbergerag.com un multitalent 06 29 11 69 54 compact : il permet non seulement de réaliser les exigences les plus diverses de cintrage mais aussi les pièces cintrées les plus complexes, défiant toute concurrence. GA 36607

ACHAT / VENTE

Machines-outils d’occasion spécialiste du décolletage

Faites le plein d’énergie en haute mer

Annoncez vos

ventes aux enchères dans l’USINE NOUVELLE !

80

€ PAGE 34 GUIDE

Comment Bombardier temps. passe au juste-à Notre enquête et l’e-briefing 48 à télécharger € PAGE

N° 3224. SEMAINE

DU 3 AU 9 FÉVRIER

2011. 5,90 EUROS

, Derrière l’affaire un pari risqué électrique. à fond sur la voiture Renault mise un véhicule abordable Il veut en faire services. € P. 24 associé à de nouveaux

Jean-Philippe Courtois, président international PAGE 6 de Microsoft €

Contactez : Nathalie CHASLES 01 77 92 93 74 nchasles@infopro.fr

TOUT NOTRE STOCK DE MACHINES sur notre site internet

www.samo.fr

GA 35609

USINES FLOTTANTES

• Tours CNC TORNOS DECO 2000/26, DECO 13, HARDINGE Cobra 42, CITIZEN L20/8 et L20/7. ERNAULT TOYODA,typeHES52,MORISEIKIZL15,NAKAMURAWT 20.• TourmultibrocheWICKMAN1’’, 1’’3/4,TORNOSAS14, SAS 16, BS 20. • Rectifieuses centerless LIDKOPING 46, ROSSI 400. • Centre d’usinage BRIDGEPORT 560/22, LEADWELL MCV 610 P - MCV610AP - STAMA MC m325/S, FADAL4020,CHIRONDZ12WMAGNUM.• ScieMISSLER, type CE 280 et DEB 410 CE.

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011


matériel et produits Vends Presse ARRASATE 315 tonnes

Vends Grenailleuse SMB Année : 1999 - 1 300 heures de travail Porte : 1 600 / 1 200 - Charge : 900 kg Excellent état.

Prix : 30 000 € HT

Table de 1 500 x 900 Coulisseau : 1 200 x 750 Courses de travail : 20/220 mm Réglage hauteur coulisseau : 130 mm HOF : 520 mm - Nombre de coups/minute : 35 Moteur : 40 CV - Cousin inférieur Machine rénovée - Electricité neuf Pneumatique neuf

Prix : 35 000 € HT € Tél. : 03 25 31 92 68 € lemoine.mo@wanadoo.fr

€ Tél. : 03 25 31 92 68 € lemoine.mo@wanadoo.fr

GA 36603

GA 36601

Vends Grenailleuse HUNZIKER ROSLER

Vends LASER DE marquage

Série : SBM 1 520 - Année : 1998 Excellent état.

Prix : 40 000 € HT GA 36617

Marque : LASERVALL - Type : VIOLINO 2 Année : 2002 - Source : YAG - Puissance : 12 W Options : Axe Z programmable, plateau rotatif programmable, logiciel SMARTIST 4 sous Windows XP - Visible en fonctionnement.

Prix : 10 000 € HT

€ Tél. : 03 25 31 92 68 € lemoine.mo@wanadoo.fr

€ Tél. : 03 25 31 92 68 € lemoine.mo@wanadoo.fr GA 36602

GA 36600

A VENDRE TOURS VERTICAUX BERTHIEZ, TFM 250, CNC NUM 1040 table 2500 mm, changeur 12 outils. BERTHIEZ, BM 160, table 2000 mm, maxi 4000 mm. STANKO CNC NUM 750 cap. 1800 x 1600 mm.

Que vous produisiez une ou 10 millions de pièces, Sunnen® fabrique les systèmes de rodage et de rectification croisée qui réalisent les tolérances les plus précises de l’industrie. Nos systèmes produisent des précisions ultimes que seul le rodage peut réaliser dans les alésages de diamètre 1,52 mm à 1524 mm. Toutes configurations d’alésages et tous les matériaux T sont usinables avec de forts enlèvements de matière. Avec Sunnen, vous gagnerez du temps et de l’argent avec un procédé simple et rapide ! Pour plus d’information, visitez notre site : www.sunnen.fr ou appelez le 01 69 30 00 00

GA 36618

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

Aléseuse TOS, WHN 13, TNC 530. Tour CNC 3000 x 1000 mm. Fraiseuse HURON, MU6.

www.europe-machines.fr Tél. : 06 63 65 11 01

GA 36605

Si vous désirez réaliser des alésages avec des tolérances extrêmes . . . appelez Sunnen.

Contactez : Nathalie CHASLES 01 77 92 93 74 - nchasles@infopro.fr 81


OKUMA : QUI DIT MIEUX ?

5

ans de garantie,

broche et commande numérique*

pour tous les tours et centres d'usinage.

*tours et centres d'usinage Okuma, pour toute machine neuve livrée en France depuis le 1er janvier 2010, garantie 5 ans à compter de la date de livraison de la machine, pour toutes les broches jusqu'à 15 000 tours minute (hors collision) et tous les éléments électroniques à l'exception de ceux associés à un mouvement mécanique.

Okuma leader en précision et fiabilité depuis 111 ans ! Tél. : 01 55 84 21 40 - Fax : 01 55 84 21 59 a.kousignian@codem.fr - www.codem.fr


matériels et produits

cession d’entreprises

A VENDRE

Cintreuse CRIPPA à CN 5 axes, modèle CA532. Sens de cintrage à droite et à gauche automatique. Ø maxi de tube acier : 32 mm. Année 2001, 7000 heures.

Contactez : Nathalie CHASLES 01 77 92 93 74 nchasles@infopro.fr

Société FIMM

36613

Excellent état. Vendue avec 3 outillages : tube Ø 22, 25 et 28 mm.

Tél : 03 86 92 00 77 - Mail : fimm@fimm.fr

GA 36613

ÉLECTRICITÉ - TURBINES

APPEL D’OFFRE EN REDRESSEMENT JUDICIAIRE RECHERCHE D’OFFRES DE CESSION (articles L.642-13 et R.642-40 du Code de Commerce) Raison sociale : SAS EQUATERE Siège social : Z.I. du Bec, allée Ampère, 42500 LE CHAMBON-FEUGEROLLES Etablissement secondaire : Parc d’Activité de Grange Blanche, rue Valérian, 84350 COURTHEZON. Activité : Fabrication, pose de grillages, clôtures, fermetures automatiques (portails). Zone géographique d’activité : France entière. Nombre de salariés : 27 Moyens matériels : nombreux matériels d’exploitation en propre, location et crédit-bail. Contrat de crédit-bail immobilier pour les locaux sis le CHAMBON-FEUGEROLLES à reprendre. Données financières d’après bilan au 31/12/2009 : C.A. : 3 467 K€ - Résultat net : (179) K€. Date limite de dépôt des offres : lundi 3 octobre 2011 à 16 h 00 dernier délai en l’étude de l’Administrateur Judiciaire.

GD 07632

Votre annonce concerne une proposition commerciale, un local, un bâtiment, un terrain, garantissez

les meilleurs taux de retours dans la rubrique

Yves-Jérôme KREBS - Vincent SUTY Administrateurs Judiciaires Associés

A VENDRE - NORD LORRAINE

ENTREPRISE SPECIALISEE DANS LA FABRICATION DE : STEAKS HACHES / PREPARATIONS A BASE DE VIANDE BOULETTES / VIANDES EGRENEES Qualification IFS niveau supérieur

Capacité : 140 tonnes/semaine – CA annuel : 25.000.000 € Effectif : 46 salariés Locaux de 3.200 m2 sur terrain de 32.000 m2 Délai de dépôt des offres : VENDREDI 30 SEPTEMBRE 2011 À 12 H, à l’Etude (BP 93423 - 54015 NANCY) Demande de dossier de reprise : par fax au 03 83 97 23 28

36614

GD 07620

Maître Eric ETIENNE-MARTIN, Administrateur Judiciaire AJ PARTENAIRES 12, rue Louis Braille, 42000 SAINT-ETIENNE e-mail : saintetienne@ajpartenaires.fr Tél : 04 77 38 74 40 - Télécopie : 04 77 25 63 93

RE 36609

L’accès aux informations (date-room ouverte au siège de la société et/ou dossier de présentation) sera possible après demande écrite précisant l’identité du Candidat-repreneur et justifiant de sa capacité commerciale et financière à intervenir sur cette affaire. Tout candidat doit se manifester par écrit auprès de :

Immobilier et Affaires 4 AGE 34 € PPAGE

DE IDE UID GUIDE G

Comment Bombardier temps. passe au juste-à briefing ’ l’e-briefing Notre enquête et l’e-

à télécharger € PAGE

48

Jean-Philippe Courtois,l président internationa de Microsoft €

PAGE 6

ÉNERGIE

Le photovoltaïque, à quel prix? € PAGE 52 GUIDE

DU 3 AU 9 FÉVRIER

a Comment Rossignol relocalisé sa production Notre enquête et l’e-briefing 62 à télécharger € PAGE

2011. 5,90 EUROS

N° 3225. SEMAINE

DU 10 AU 16 FÉVRIER

Laurence Parisot : «Il faut continuerPAGE 36 à réformer!» €

2011. 5,90 EUROS

e, ire, ir Derrière l’affaire un pari risqué que. électrique. à fond sur la voiture Renault mise un véhicule abordable Il veut en faire services. € P. 24 associé à de nouveaux

contrats, Grands d@c@m@e@k; fits 3:HIKLTH=^UZ^ itsUW:?pro pet M 01979 - 3224 - F:

5,90 E

Pour vendre pas EPR, TGV, Rafale... Chars Leclerc, la France n’hésite son industrie, le meilleur de s. € P. 26 à faire des concession

M 01979 - 3225 - F:

5,90 E

3:HIKLTH=^UZ^UW:?d@m@c@f@k;

Contact : Nathalie CHASLES 01 77 92 93 74 nchasles@infopro.fr

S.E.L.A.R.L. AJAssociés F. MICHEL - A. MIROITE - C. GORINS - N. DESHAYES

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

36610

’ d’énergie Faites le plein d’éner en haute mer

N° 3224. SEMAINE

APPEL À CANDIDATURE - RECHERCHE PARTENAIRES CANDIDATS À LA REPRISE EN REDRESSEMENT JUDICIAIRE Activité : Génie climatique, aéraulique Positionnement : leader français conduits ventilation Maître Nicolas DESHAYES et climatisation Chiffre d’affaires au 31/12/2010 : 21 M€ Contact collaborateur : Effectif au 31/12/10 : 180 - Effectif au 31/07/11 : 145 M. Serge PREVILLE Localisation siège : Yonne (proche A5/A6) 34, rue Gabriel Péri Etablissements secondaires : Rhône-Alpes, Bouches 94000 Créteil du Rhône, Gironde Clientèle : Professionnelle (grossistes/distributeurs) Tél. : 01.45.13.28.77 Date du Redressement judiciaire : 2 août 2011 Fax : 01.49.80.17.65 La date limite du dépôt des offres est fixée au creteil@ajassocies.fr 20 septembre 2011 à 17h00 www.ajadataroom.fr Une data room électronique hébergée sur notre site www.ajadataroom.fr sera accessible après acceptation d'un engagement de confidentialité et sur la base d'une lettre d'intérêt permettant d'apprécier la capacité du candidat à présenter une offre OU

S USINES FLOTTANTE gie

83


I CARRIÈRES

www.usinenouvelle.com/emploi/ DWFD

Retrouvez toutes les offres d’emploi sur notre site € P. 85

Offres et demandes d’emploi

OFFRES ET DEMANDES D’EMPLOI

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

85


I CARRIÈRES

Le groupe ARAIR est un opérateur de référence de l’hospitalisation et du maintien médico-technique à domicile.

Retrouvez toutes ces annonces sur www.emploi-pro.fr

DIRECTEUR DE LA PRODUCTION DES PRESTATIONS DE SOINS H/F Rattaché à la direction générale, il a en charge les activités ATD (Assistance aux thérapeutiques du domicile), HAD (hosp. à domicile) et MAD (maintien à domicile) du groupe. Il participe à la définition de la politique de production des prestations de soins à domicile et en assure la mise en œuvre. Consultez l’offre en ligne N° 459467

v

OFFRES D’EMPLOI

? 459431

5867 offres

459431 - Choisir la région

Aide pour postuler en ligne

RECHERCHER

Pour retrouver une annonce et postuler, saisissez dans le bloc "OFFRES D'EMPLOI" sur le site www.usinouvelle.com/emploi le numéro de l'annonce correspondant à votre recherche et cliquez sur "RECHERCHER".

POWERED BY

© image Fotolia

€‚ƒ„…-†‡„

www.usinenouvelle.com/emploi/

POLYREY, filiale du groupe américain I.T.W (50 000 collaborateurs dans 48 pays), notre société (610 salariés – C.A : 110 M€) conçoit, produit et commercialise des panneaux stratifiés décoratifs à base de cellulose et de résines aminoplastes et phénoplastes. Dans le cadre de la mise en oeuvre de notre stratégie et pour faire face à de nombreux challenges techniques, nous renforçons notre service «Qualité et Développement ». INGÉNIEUR CHIMISTE OU DOCTEUR INGÉNIEUR H/F Dordogne Chimie des Polymères / Chimie Macromoléculaire Chimie Organique et Physico-chimie. Consultez l’offre en ligne N° 455971

v

86

POWERED BY

€‚ƒ„…-†‡„


index DES ENTREPRISES CITÉES DANS CE NUMÉRO

Antony Parc II - 10, place du Général-de-Gaulle BP 20156 – 92186 Antony cedex Tél. : 01-77-92-92-92 Site internet : www.usinenouvelle.com Président Directeur général : Christophe Czajka Directeur général délégué : Paul Boursier

Pour joindre vos correspondants, composez 01 77 92, suivi des quatre chiffres indiqués après chaque nom. Pour leur adresser un e-mail, tapez l’initiale du prénom, le nom puis @usinenouvelle.com RÉDACTION Directeur de la rédaction : Laurent Guez, 9425 Rédaction en chef : Thibaut De Jaegher, rédacteur en chef, 9483 ; Anne Debray, rédactrice en chef éditing, 9251. Pierre-Olivier Rouaud, grand reporter, 9426. Christine Bradu, secrétaire générale, 9496 Assistante : Marielle Flèche, 9425 Organisation industrielle - Biens de consommation Guillaume LecompteBoinet (chef de service), 9437 ; Aéronautique-Défense : Hassan Meddah, 9441 ; Automobile : Sarah Belouezzane, 9440 ; Sous-traitance-AchatsOrganisation : Carole Lembezat, 9439, Biens de consommation agroalimentaires : Patrick Déniel, 9448 ; Biens de consommation non alimentaires : Adrien Cahuzac, 9445 Economie-Social Anne-Sophie Bellaiche (chef de service), 9464 ; Economie : Solène Davesne, 9446 ; Environnement-Hygiène-Sécurité : Camille Chandès, 9467 ; Financement-Droit : Arnaud Dumas, 9465 ; Formation-Social : Cécile Maillard, 9959 ; Management-RH : Christophe Bys, 9450 ; Innovations-High tech-Santé Aurélie Barbaux (chef de service), 9470 ; Technologies :Thierry Lucas (grand reporter), 9472 ; Informatique : Patrice Desmedt, 9471 ; Télécoms : Emmanuelle Delsol, 9468 ; Nouveaux produitsIngénierie : Didier Ragu, 9435 ; Santé : Gaëlle Fleitour, 9469 Régions - Biens professionnels Pascal Gateaud (chef de service), 9436 ; Logistique-Transports-Qualité : Olivier Cognasse, 9438 ; Energie : Ludovic Dupin, 9429 ; Electrotechnique : Manuel Moragues, 9499 ; Chimie-Matériaux-Emballage : Olivier James, 9431 ; Mécanique : Mirel Scherer (grand reporter), 9479 Institut de l’industrie Catherine Moal, rédactrice en chef, 9427 Indices et cotations : Daniel Krajka, 9432 ; Pascal Coesnon, 9428 Atlas et quotidien des usines : Catherine Houbart, 9430 Usinenouvelle.com Stéphan Julienne (rédacteur en chef délégué), 9453 ; Julien Bergounhoux (webmaster), 9459 ; Rémy Maucourt, 9455 ; Barbara Leblanc, 9457 ; Morgane Remy, 9509 Directeur artistique : Eudes Bulard, 9501 Premier secrétaire de rédaction : Guillaume Dessaix, 9498 ; Secrétariat de rédaction : Luis Ivars, 9433 ; Maquette : Laurent Pennec, 9502 ; Infographie : Florent Robert, 9495 ; Photo : Jean-Louis Salque (chef de service), 9484 Yann Reveret, 9491 ; Pascal Guittet (photographe), 9492 Conception graphique : Rampazzo & Associés Directeur fabrication et achats : Fabienne Couderc, 9314 Librairie (numéros déjà parus et annuaires) : 9775 COMMERCIAL Directrice commerciale du pôle Industrie : Béatrice Allègre, 9362 Directrice adjointe de la publicité et Mécanique/Production/Collectivités : Sefia Bourha, 9364 Environnement/Energie/Métallurgie et rubrique « Marchés de l’industrie » : Alix O’Neill, 9367 ; Transport/Informatique/ Informatique industrielle : Frédéric Riou, 9369 ; Chimie/Bâtiment/ Hygiène/Sécurité : Charlène Derycke, 9365 ; Services/Manutention/ Emballage : Céline Tommasi, 9368 ; Télécoms/Electricité/Electronique/ Mesure/Salons : Bertrand Doste, 9366 ; Allemagne/Suisse/Autriche : Axelle Chrismann, 9259 ; Assistantes : Sylvie Le Corre, 9363 ; Responsable exécution : Catherine Savry, 9355 Régions Directeur : Thierry Borde, 04-72-84-27-54 Est : Clarisse Michel, 03-88-84-36-06 Publiscopies et annonces classées Matériels/Produits/Immobilier/Affaires : Nathalie Chasles, 9374 ; Les cahiers publiscopies : Katy Boucher, 9371 ; Marchés publics/ Appels d’offres : Monique L’Episcopo, 9375 (aapc@gisi.fr) Publicité de recrutement Directeur : Sébastien Olszanski, 9393 Agences/Grands comptes : Stéphane Beaudoin, 9378 ; Véronique de Fouchier, 9345 ; Direct : Marie Caland, 9377 ; Formation : Laurent Beslier, 9864 Web & Data Directeur commercial: Antoine Valle, 9513 CONFÉRENCES-ÉVÉNEMENTS Directrice : Anne-Carole Barbarin, 9290 MARKETING, DIFFUSION ET ABONNEMENTS Directeur : Jean-Baptiste Alline, 9781 Abonnements : Laurence Vassor, 9788 Promotion : Marie-Sophie Leprince (9808) ; Isabelle de Goüyon Matignon, 9811 ; Marketing : Damien Delhomme, 9786 ; Service Clients : 9791 ou 9796 ; ADMINISTRATION-GESTION Directeur administratif et financier : Stéphane Deplus, 9402 Directeur des affaires sociales : Frédéric Sibille, 9444 TARIFS ABONNEMENTS FRANCE (TVA : 2,1 % incluse) 1 an 46 numéros : 245 euros TTC Etudiants/Demandeurs d’emploi : 95 euros TTC sur justificatif. Etranger : nous consulter. Règlement à l’ordre de « L’Usine Nouvelle ». Pour l’Union européenne, préciser le numéro de T.V.A. intracommunautaire Tirage et diffusion contrôlés par

Dépôt légal 3e trimestre 2011 - Autor. minist. 29-957.29382. Imprimé par Roto France Impression 77185 Lognes. C.O. 310.905-1977 - Numéro d’enregistrement à la Commission paritaire pour les publications non quotidiennes 0712 T 81903. N° ISSN : 0042.126 X. Editeur : Groupe Industrie Services Info (principal actionnaire : Gisi Communications), SA au capital de 1.057.080 euros. Siège social : 10, place du Général de Gaulle 92160 Antony. 309.395.820 RCS Nanterre. Directeur de la publication : Christophe Czajka

A-B A123..................................................... 30 ACB...................................................... 56 Actarus................................................. 56 Air France ........................................32/68 Airbus ...................................10/12/32/56 Alcatel-Lucent ........................................ 11 Alstom .................................................. 12 Alstom .................................................. 14 Amesys ................................................. 18 Apple............................................... 21/68 APR-Plastiques.................................... 56 Areva Winds .......................................... 14 Axis.......................................................74 AZF ...................................................... 30 Basler....................................................74 Beck Energy........................................... 16 Belectric ................................................ 16 Bioscan.................................................. 14 Boeing.........................................10/12/32 Bombardier ........................................... 12 British Airways ..................................... 68 BYD ..................................................... 30 C-D Cabanes................................................ 56 Caterpillar..............................................53 Ceri........................................................53 Cetim.....................................................53 CFM ...................................................... 12 CG Tech..................................................53 Charpente Houot ...................................47 Codem.................................................. 56 Comac ................................................... 12 Crédit agricole....................................... 25 Cuny......................................................47 Dassault aviation .............................32/56 DCNS ................................................... 20 Delcam ..................................................53 DMG..................................................... 55 Doosan................................................. 55 DP Technology.......................................53 E-F EDF ................................................ 20/68 Électricité Réseau Distribution de France 16 Elmar Wolf............................................. 14 Erowa ................................................... 55 Etesia .................................................... 14 Fanuc.................................................... 55 Fastems................................................ 55 Fibre Lorraine ........................................47

NOTRE SÉLECTION HEBDOMADAIRE Chomerics .......................................76 National Instruments.......................76

Fidia ..................................................... 55 First Solar.............................................. 16 Fonte Ardennaise.................................. 30 Ford...................................................... 30 Forest Liné............................................ 59 Foxconn................................................. 21 Fujitsu .................................................. 68 G-M General Motors ..................................... 30 GF Agie Charmilles.................................53 Gico .......................................................47 Global Bioénergies ................................. 16 Goodrich............................................... 34 Gunnebo................................................74 Heidenhain ........................................... 55 Hilzinger France .....................................47 Honeywell..............................................74 I-J-K Ibiden .................................................... 21 Ineo........................................................ 11 Invoxia................................................... 18 IRRCCYN.............................................. 56 Johnson Control................................ 11/30 JYM ......................................................47 Kaedar................................................... 21 Kep France............................................ 68 Kolmi-Hopen ......................................... 16 L-M L’Oréal................................................... 12 Latécoère............................................... 10 Le Toit vosgien.......................................47 Logic Instrument .................................. 68 Lorraine Industrie Bois...........................47 Lufthansa............................................. 68 Lutron .................................................. 20 MAG..................................................... 58 Mazak .................................................. 55 Medicom ............................................... 16 Meiko .................................................... 21 Missler Software....................................53 Mitsubishi ............................................ 55 Mobotix.................................................74 Monsanto .............................................. 10 Mori Seiki ............................................. 58 MP Hygiène.......................................... 69 N-O Nec................................................. 20/30 Nodier Emag......................................... 59 Nordex .................................................. 14

LOGICIELS Etas.................................................75 Systran SA.......................................75 RFLEX Progiciel France ....................75 Digital Surf ......................................75 Vision Numeric ................................75 National Instruments.......................75

Norske Sgog ..........................................47 Num ..................................................... 55 Okuma ................................................. 55 Open Mind.............................................53 OpenHydro........................................... 20 P-R Panasonic............................................. 68 Petrobras.............................................. 50 Poirot Construction................................47 Pratt & Wittney ..................................... 12 PSA....................................................... 10 Renault................................................. 30 Röders.................................................. 54 S-T Safran .................................................. 26 Saft .................................................. 11/30 Saint-Gobain ......................................... 10 Samsung ...............................................74 Sanyo ................................................... 30 Seco Tools ............................................ 52 Servier.................................................. 40 Sescoi....................................................53 SFR ....................................................... 21 Sharp ................................................... 20 Siemens ......................................12/14/53 SIS ....................................................... 69 SKF ...................................................... 56 SMTO................................................... 54 SNCF..................................................... 12 Société générale.................................... 25 Socopa ..................................................47 Sony................................................ 18/30 Spring Technologies...............................53 Synthos................................................. 16 System 3R............................................ 55 Thales ...................................................32 Thales Angénieux ................................. 56 Toshiba........................................... 20/30 Toyota .................................................. 30 U-V-W Unimicron.............................................. 21 United Continental................................ 68 Vallourec .............................................. 50 Valobois ................................................47 Variacor................................................ 56 Volkswagen .......................................... 44 Volvo ..................................................... 12 Windows .............................................. 68 Wintek .................................................. 21

TÉLÉCOMS SonicWALL France...........................76 Innovaphone AG ..............................76 D-Link .............................................76 HMS Industrial Networks.................76 Qualcomm.......................................76 Fortinet ...........................................76


in fine

Testez votre Q.I. Chaque semaine, évaluez et améliorez votre quotient industriel grâce à notre quiz.

Selon l’Insee, quel était le PIB de la France en 2010 ? A. 1 933 milliards d’euros B. 2 933 milliards d’euros C. 3 933 milliards d’euros

2

Quel rang occupe la France dans le classement mondial des PIB ? A. 3e rang B. 4e rang C. 5e rang

3

À quoi correspond l’acronyme Fieec ? A. Fédération de l’industrie énergétique des côtes françaises B. Fédération internationale de l’électronique et de la chimie C. Fédération des industries électriques, électroniques et de communication

4

Quel inventeur a été officiellement reconnu, le 11 juin 2002 par la Chambre des représentants des États-Unis, comme le père du téléphone ? A. Antonio Meucci B. Graham Bell C. Thomas Edison

MACHINE ARRIÈRE

5

Quel groupe achète environ un quart de la production mondiale de noisettes ? A. Cadbury B. Nestlé C. Ferrero

6

Quel groupe familial, fondé en 1822, est présent à la fois dans le transport, la logistique, les batteries, les véhicules électriques et les médias et figure parmi les 500 plus grandes compagnies mondiales ? A. Saft B. Heuliez C. Groupe Bolloré

7

Créé le 31 décembre 1987, le CAC 40 tire son nom… A. de la Commission des actions en cours B. du Conseil annuel des cotations C. de la Compagnie des agents de change

8

La société Vallourec est un fabricant français de… A. semiconducteurs B. tubes en acier sans soudure C. turbines à gaz

9

Le robot à configuration parallèle Delta a été conçu au… A. laboratoire de robotique du MIT B. laboratoire d’informatique, de robotique et de micro-électronique de Montpellier C. laboratoire de robotique de l’École polytechnique fédérale de Lausanne

10

La Cité des sciences et de l’industrie a ouvert ses portes à Paris en mars 1986. Par quel président de la République a-t-elle été initiée ? A. Georges Pompidou B. Valéry Giscard d’Estaing C. François Mitterrand Retrouvez les réponses du quiz page 90

L’USINE NOUVELLE I N° 3252 I 8 SEPTEMBRE 2011

Alpine, le roadbook du succès Dans l’automobile, chacun cherche son haut de gamme. Renault vient d’annoncer, par la voix de son numéro deux Carlos Tavares, qu’il souhaitait relancer son ancienne marque de voiture de sport : Alpine. Avant de passer à l’acte, le constructeur devrait jeter un œil sur les raisons qui firent la grandeur et la décadence du fabricant des célèbres « berlinettes ». Comprendre par exemple que le succès de la marque, inventée par Jean Rédelé en 1955, reposa avant tout sur les performances de ses voitures. Alpine s’est fait un nom en remportant des courses mythiques comme les Mille milles en 1956 ou le Monte Carlo en 1964. Se rappeler aussi que Jean Rédelé, conscient qu’il ne pourrait écouler que des petites séries, avait pensé très en amont son système de fabrication. L’entrepreneur (également concessionnaire Renault) mixa intelligemment technologie maison et emprunt. Si bon nombre de composants étaient signés Renault, la carrosserie, par exemple, était une invention d’Alpine. Elle était tout composite, à l’époque fibre de verre et polyester. Surtout, Renault devra accepter, s’il souhaite se doter d’une signature haut de gamme, de lui donner une vie propre. Pour qu’Alpine renaisse, la marque devra posséder son marketing et des concessions dédiées. L’une des raisons de l’échec commercial d’Alpine dans les années 1980 fut sa difficulté à trouver sa place au milieu de voitures moyenne gamme. La problématique demeure aujourd’hui. Difficile de vendre dans une même concession une « Porsche à la française » et des Dacia… ❚❚ T. D.J. J.L.S. ; D.R.

1

RÉAGISSEZ À LA CHRONIQUE DE THIBAUT DE JAEGHER tdejaegher@usinenouvelle.com

QUIZ PROPOSÉ PAR GUILLAUME DESSAIX

89


in fine

Une «ganadería», c’est aussi une usine Pour les élevages de taureaux de combat, comme celui de Los Eulogios installé à Colmenar Viejo près de Madrid, la qualité et la résistance des animaux sont essentielles. Sélection et réglages sont de rigueur pour produire des lots qui assureront le spectacle dans les arènes.

OLIVIER COGNASSE

Les bonnes réponses du quiz sont : 1. A - 2.C - 3.C - 4.A - 5.C - 6.C - 7.C - 8.B - 9.C - 10.B

OLIVIER COGNASSE

El Pecado Mortal (« le péché mortel »), la finca de l’élevage de taureaux de combat Los Eulogios, somnole sous le soleil madrilène sur les hauteurs de Colmenar Viejo. Cette « ganadería », installée dans une propriété de 500 hectares, fournit des corridas depuis trois générations. L’éleveur Manuel Sanz de la Morena est fier d’avoir livré 31 taureaux pour cinq courses au cours de la « temporada » (« la saison ») 2011, qui prend fin en ce moment en Europe, avant de démarrer en Amérique latine.

90

➊ Client-fournisseur. Ce sont des prestataires qui achètent les taureaux. Pour une corrida de première catégorie, le prix peut atteindre 15 000 euros l’unité. En deuxième catégorie, il ne dépasse pas 6 000 euros. Quelque 400 élevages espagnols produisent 20 000 taureaux de combat par an. Seule une quinzaine vit bien. « Les frais sanitaires imposés par l’Europe tuent le métier », s’alarme Manuel Sanz de la Morena. ➋ Îlot autonome. L’éleveur

doit tenir compte des demandes de ses clients. Tout dépend du type de combat qui attend

les taureaux. Les « novillos » (deux à quatre ans), destinés aux novilladas avec de jeunes toreros, et les « toros bravos » (quatre à six ans), voués aux corridas, sont élevés dans des lignes de production séparées.

➌ Sélection et qualité. Il faut d’abord sélectionner le taureau reproducteur. Les vaches, elles, sont détectées à l’âge de trois ans. Une soixantaine de mâles sont répartis par catégories dans de vastes enclos. Seuls les meilleurs d’entre eux seront envoyés aux arènes. Le taux de non-qualité est de 20 % et des décès sont causés par des combats entre animaux.

➍ Alimentation et traçabilité. Les taureaux qui mourront au combat atteignent leur niveau optimal grâce à leur alimentation constituée d’herbe, de foin et surtout de « pienso », un mélange de céréales à forte concentration énergétique et protéinique. Les animaux combattus à trois ou quatre ans reçoivent des rations quotidiennes de 3 à 4 kg d’octobre à mars, puis de 8 à 9 kg à partir du printemps. Chacun est marqué de son matricule et porte sur la patte arrière droite le fer de la maison. Et sur une ou sur les deux oreilles, l’escoussure, une entaille qui caractérise aussi l’élevage.


Cette année ée Mazak lance une gamme de nouvelles machines inégalée. Notre mission? Porter votre productivité à un niveau jamais atteint. Découvrez toutes les machines-outils de haute performance, conçues pour être ergonomiques, écologiques et d’une excellente valeur, le tout avec les valeurs de Mazak : Qualité et Support. Le résultat? La croissance exponentielle de votre productivité.

www.mazak.eu

TOUTES LES NOUVELLES MACHINES MAZAK


L'Usine Nouvelle n°3252  

Ensemble, partageons l'excellence industrielle

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you