Page 1

Après la période de mise en place de la collecte sélective, les collectivités chargées de la gestion des déchets ménagers et assimilés sont confrontées au quotidien à plusieurs défis : optimiser l'organisation, développer la prévention à la source, mettre en place une tarification incitative... Dans ce contexte, le pilotage de la gestion des déchets ménagers nécessite la mise en place d'outils qui permettent d'évaluer et d'adapter les scénarios locaux à ces nouvelles préoccupations. Cet ouvrage a pour objet de proposer un système complet d'indicateurs, de tableaux de bord et d'outils permettant en particulier de : - suivre techniquement l'évolution de l'activité et les performances de la collecte et du traitement des déchets ménagers selon le type de collecte, les produits, les zones géographiques et les filières concernées ; - suivre les coûts globaux, par habitant ou par service, pour apporter une aide à la décision sur les leviers d'optimisation ; - évaluer les effets des projets mis en place (plan local de prévention, tarification incitative) pour les réorienter en fonction des résultats. Au-delà, le pilotage passe aussi par une connaissance et une maîtrise des relations avec les usagers, au moyen d'outils spécifiques (baromètres de satisfaction, sondages...). Cette importante mise à jour prend en compte les objectifs assignés par les nouveaux textes réglementaires : loi sur la transition énergétique de 2015, décret sur le contenu des plans locaux de prévention de 2015, réduction du gaspillage alimentaire notamment en restauration collective, coûts de gestion des déchets ménagers publiés par l'Ademe en 2017.

Ingénieur diplômé d'AgroParisTech, Joël Graindorge s'est orienté très tôt vers le développement, l'aménagement et l'environnement. Entré dans la fonction publique en 1980 comme directeur d'études en aménagement et urbanisme, il a été longtemps directeur général des services techniques d'une communauté d'agglomération de 95 000 habitants, et est aujourd'hui en retraite.

d’EXPERTS

Piloter la gestion des déchets - De la prévention à la tarification incitative

Piloter la gestion des déchets De la prévention à la tarification incitative

Piloter la gestion des déchets

De la prévention à la tarification incitative

d’EXPERTS

Joël Graindorge [Dessin Une : Matthieu Méron] www.territorial-editions.fr ISSN : 1623-8869 – ISBN : 978-2-8186-1423-5


Piloter la gestion des déchets

De la prévention à la tarification incitative Joël Graindorge Directeur général des services techniques (ER)

CS 40215 - 38516 Voiron Cedex Tél. : 04 76 65 87 17 - Fax : 04 76 05 01 63 Retrouvez tous nos ouvrages sur www.territorial-editions.fr

d’EXPERTS

Référence DE 660 Mai 2018


Vous souhaitez être informé de la prochaine actualisation de cet ouvrage ?

C’est simple ! Il vous suffit d’envoyer un mail nous le demandant à : jessica.ott@territorial.fr Au moment de la sortie de la nouvelle édition de l’ouvrage, nous vous ferons une offre commerciale préférentielle.

Avertissement de l’éditeur : La lecture de cet ouvrage ne peut en aucun cas dispenser le lecteur de recourir à un professionnel du droit.

Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement la présente publication sans autorisation du Centre Français d’exploitation du droit de Copie. CFC 20, rue des Grands-Augustins 75006 Paris. Tél. : 01 44 07 47 70

© Territorial, Voiron ISBN : 978-2-8186-1423-5 ISBN version numérique : 978-2-8186-1424-2 Imprimé par Reprotechnic, à Bourgoin Jallieu (38) - Juin 2018 Dépôt légal à parution


Sommaire

Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.9

Partie 1 Piloter la gestion des déchets dans un contexte évolutif Chapitre I Une mutation en 20 ans. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.13 A - Le développement de la collecte sélective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.13 B - Une priorité : réduire à la source. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.15 1. Le plan national . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.15

2. Les plans et programmes de prévention des déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.15

C - Vers un nouveau mode de financement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.20

Chapitre II Des obligations légales imposent le changement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22 A - Au plan européen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22 B - Au plan national. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.23 C - Au plan local. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.24 D - Le Grenelle de l’environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.25 1. Le Grenelle I. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.25

2. Le Grenelle II. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.25

E - La loi sur la transition énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.27 1. La priorité est toujours la prévention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.27

2. Généraliser le tri des biodéchets. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.27

3. Des objectifs et des obligations pour les collectivités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.28

F - La lutte contre le gaspillage alimentaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.29 1. La signature du pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire en juin 2013. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.29

2. Réduire le gaspillage alimentaire en restauration collective. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.30

Chapitre III La nécessité d’un système d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.31 1. Les objectifs des tableaux de bord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.31

2. La présentation des tableaux de bord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.32

3. La fiche indicateur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.32

4. Construction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.32

B - La fiabilité des indicateurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.33

Sommaire

Piloter la gestion des déchets

A - Les tableaux de bord. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.31

3


Partie 2 Le suivi technique Chapitre I L’état des lieux des équipements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.37 A - Population, type d’habitat et gisement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.37 B - La collecte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.39 1. La collecte au porte-à-porte : modalités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.39

2. L’apport volontaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.41

3. La collecte par secteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.42

4. Les collectes spécifiques : modalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.43

C - Les équipements de traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.43 1. La localisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.44

2. Le centre de tri . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.44

3. L’unité de compostage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.45

4. L’unité d’incinération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.46

5. Le(s) centre(s) de stockage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.46

6. Le(s) quai(s) de transfert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.46

Chapitre II La production, le traitement et la valorisation des déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.47 A - La collecte en porte-à-porte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.47 B - L’apport volontaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.49 C - La collecte par flux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.50 D - Les déchèteries. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.51 E - Le centre de tri . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.53 F - Les équipements de traitement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.58 1. Le centre de compostage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.58

2. Le centre de stockage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.60

3. Le centre d’incinération. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.61

4. Le centre de transfert. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.62

G - La valorisation des déchets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.64

Chapitre III La prévention. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.66 A - Les actions vers les ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.66 1. Le suivi d’avancement des actions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.66

2. Exemples d’indicateurs appliqués au compostage domestique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.68

3. Le réemploi et la ressourcerie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.68

Piloter la gestion des déchets

B - Les actions internes à la collectivité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.70

4

Chapitre IV L’impact environnemental et sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.71 A - Définir et caractériser les impacts environnementaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.71 1. Impact qualitatif ou quantitatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.71

2. Impact généré ou évité et impact résiduel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.71

3. Impact local ou global. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.71

Sommaire


B - Les types d’impacts environnementaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.71 1. Les émissions de gaz à effet de serre (GES). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.71

2. L’émission de polluants atmosphériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.72

3. La consommation de la ressource en eau. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.72

4. Le rejet d’eaux polluées en milieu naturel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.72

5. La consommation énergétique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.72

6. La consommation de matières premières non énergétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.73

7. L’utilisation d’espace et la dégradation des sols. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.73

8. Les nuisances visuelles, olfactives, auditives, sanitaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.73

9. La dégradation des paysages, du patrimoine naturel et historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.73

C - Les critères de choix des impacts environnementaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.73 1. Disponibilité, fiabilité, pérennité des sources de données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.73

2. Sensibilité du territoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.73

3. Problématiques nationales majeures. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.73

D - Le choix d’une méthode d’évaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.74 1. Évaluation et suivi des impacts qualitatifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.74

2. Évaluation et suivi des impacts quantitatifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.74

E - Les précautions à prendre : exemple de la collecte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.74 F - Les impacts sanitaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.76 1. La collecte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.76

2. Le centre de tri . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.76

3. Les centres de compostage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.76

G - Le Bilan Carbone®. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.76

Chapitre V Le bilan technique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.78 A - Les tonnages collectés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.78 B - Les objectifs de valorisation dans le cadre du plan départemental. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.78

Partie 3 Le suivi financier Chapitre I Le suivi budgétaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.83 Chapitre II Les coûts et la méthode de calcul. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.84 Chapitre III Les différents types de coûts. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.86 A - Les coûts globaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.86

C - Les coûts à l’habitant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.87 D - Les coûts par service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.88 1. La collecte des déchets ménagers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.89

2. Le centre de tri . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.89

3. L’unité de compostage des déchets verts. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.91

Chapitre IV Le coût de la prévention. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.93 Sommaire

Piloter la gestion des déchets

B - Les coûts à la tonne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.87

5


Partie 4 Les modalités de financement : la tarification incitative Chapitre I La redevance spéciale et la redevance camping. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.97 Chapitre II La redevance incitative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.99 A - Une démarche de projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.99 1. Un diagnostic-état des lieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.99

2. Une étude de faisabilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.99

B - Un suivi des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.100 1. Les indicateurs à prendre en compte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.101 2. Les résultats obtenus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.101 3. La mise à jour du fichier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.104 4. Le suivi des impayés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.105 5. Le suivi des réclamations et leur traitement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.105 6. La satisfaction des usagers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.106 7. L’impact environnemental. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.106

Partie 5 Le suivi administratif Chapitre I Le suivi du personnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.109 Chapitre II Le suivi des marchés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.110 Chapitre III Le suivi des investissements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.111 Chapitre IV Suivi des contrats signés avec des sociétés agréées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.114

Partie 6 Les relations avec les usagers

Piloter la gestion des déchets

Chapitre I La communication. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.119

6

Chapitre II La satisfaction des usagers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.120 A - Les baromètres de satisfaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.120 B - Les sondages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.122

Sommaire


Chapitre III La concertation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.123 A - Quelques définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.123 B - Une démarche en amont et longue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.123 C - Un triple enjeu : technique, citoyen et politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.124 D - Une coécriture du projet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.124 E - Le suivi de la concertation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.125

Partie 7 Un rapport de synthèse : le rapport annuel sur le prix et la qualité du service « déchets » Chapitre I Information des élus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.129 Chapitre II Cas des établissements intercommunaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.130 Chapitre III Information du public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.131 Chapitre IV La note de synthèse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.132 Chapitre V Les indicateurs techniques de la collecte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.134 A - Les déchets ménagers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.134 B - Les déchets non ménagers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.134 C - Les tonnages enlevés et leur évolution. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.134 D - L’évolution prévisible de l’organisation de la collecte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.134 E - Les indicateurs techniques du traitement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.135

Chapitre VI Les indicateurs financiers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.136 A - Les modalités d’exploitation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.136 B - Les dépenses et leur financement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.136

Partie 8 Un cas particulier : le pilotage stratégique Chapitre I Le pilotage stratégique, c’est quoi ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.141

Sommaire

Piloter la gestion des déchets

C - Synthèse des dépenses et financements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.137

7


Chapitre II Les enjeux du pilotage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.142 A - Premier enjeu. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.142 B - Deuxième enjeu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.142

Chapitre III Les chantiers à conduire pour sa mise en place. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.143 A - Premier chantier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.143 B - Deuxième chantier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.143

Chapitre IV Une nouvelle séquence d’élaboration budgétaire qui implique deux niveaux d’arbitrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.145 Chapitre V Les modalités de portage de la démarche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.146 Chapitre VI Les points de vigilance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.147

Piloter la gestion des déchets

Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.149

8

Sommaire


Introduction Cet ouvrage a pour objet de proposer un système complet d’indicateurs, de tableaux de bord et d’outils pour piloter l’ensemble de la gestion des déchets ménagers et assimilés. En effet, après une période de mise en place de la collecte sélective, les collectivités sont confrontées à l’optimisation de l’organisation, mais aussi à la nécessité de prendre en compte la prévention à la source des déchets, l’obligation de mettre en place une tarification incitative et, plus globalement, d’avoir une approche qui repose sur le développement durable avec un corollaire, celui d’une nouvelle gouvernance. En définitive, le domaine de la gestion des déchets, comme bien d’autres, est en évolution permanente. Le pilotage de la gestion des déchets ménagers nécessite donc de mettre en place des outils qui permettent d’adapter les scénarios locaux à ces nouvelles préoccupations. Tous les aspects seront donc abordés, sachant, bien entendu, que, suivant les conditions locales, il ne sera pas utile de chercher à disposer de tous ces outils dans tous les domaines. Il est évident qu’il est nécessaire de les adapter à la politique locale menée et aux objectifs arrêtés par la collectivité.

Piloter la gestion des déchets

Après avoir présenté l’évolution du contexte national et européen sur les plans organisationnel et réglementaire, l’ouvrage précisera les outils permettant : - de suivre techniquement l’évolution des activités liées aux déchets ménagers, leur collecte et les différents traitements suivant les produits et les filières concernés, mais aussi la prévention et la maîtrise des impacts environnementaux et sanitaires ; - de suivre et maîtriser le financement de ces activités, notamment par une analyse des coûts par flux de matériaux et par filière ; - de piloter la mise en place d’une tarification incitative, sachant que la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte se fixe une progression vers la généralisation de cette tarification incitative (taxe ou redevance incitatives) avec un objectif affiché de 25 millions d’habitants en 2025 (mais 15 millions dès 2020)… mais sans contrainte ! - d’assurer le suivi administratif et contractuel entourant ces activités ; - et, enfin, de mettre en place une véritable politique de communication et de concertation avec les habitants et les usagers pour assurer la réussite des projets et l’efficacité des services concernés.

Introduction

9


Piloter la gestion des déchets

Partie 1 Piloter la gestion des déchets dans un contexte évolutif

Partie 1

11


Chapitre I Une mutation en 20 ans Si, depuis quelques années, la loi impose aux collectivités de collecter et d’éliminer les déchets des ménages, chacune d’entre elles est aujourd’hui persuadée que sa gestion ne passe plus par une filière unique mais par une approche globale, multifilière et multimatériau. Le « tout-décharge » ou le « tout-incinération » n’est pas la solution unique pour des raisons techniques, écologiques, financières… mais aussi, depuis 1992, pour des raisons réglementaires. Ce sont désormais les filières « tri-recyclage-valorisation-réemploi » qui jouent un rôle essentiel dans la gestion globale des déchets ménagers, gestion qui, sur un plan plus général, doit s’organiser autour de quatre axes qui sont, dans l’ordre des priorités : - réduire à la source les déchets ; - recycler et valoriser ; - traiter par des « écofilières » ; - stocker les déchets ultimes.

A - Le développement de la collecte sélective Le tri à la source est donc une condition essentielle pour mieux orienter les flux : mieux récupérer, mais aussi mieux traiter. Il permet le développement du recyclage, de la valorisation en réinjectant une partie de la matière dans les circuits de production (sous forme de matière ou d’énergie). C’est le développement de technologies adaptées et l’ouverture de débouchés aux produits recyclés. Mais cela doit éventuellement se traduire par le soutien économique à ces filières afin de les pérenniser dans un contexte économique encore fluctuant. La récupération-valorisation a pour première raison d’approvisionner le secteur de production en matières secondaires. Elle améliore aussi le commerce extérieur français. Elle permet, en effet, de réduire les importations de matières premières et elle est largement exportatrice : ses exportations annuelles représentent la contre-valeur de quinze Airbus A340. La part de l’industrie du recyclage par rapport à l’industrie primaire augmente d’année en année et peut s’accroître encore. Mais la récupération-valorisation n’a pas pour unique raison cet approvisionnement du secteur de production en matières « premières secondaires », elle a aussi pour objectif de réduire les quantités de déchets à traiter ou à stocker ainsi que les émissions liées aux traitements ou aux stockages. La valorisation devient ainsi, par le recyclage matière mais aussi la valorisation énergétique, la filière de « traitement » des déchets offrant la meilleure sauvegarde de l’environnement.

Le tri permet ainsi de mieux traiter chaque catégorie de matériaux par une filière adaptée, ce qui n’était pas possible avec un ensemble de déchets en mélange. C’est par exemple le cas particulier de tous les déchets toxiques produits par les ménages et qu’il faut éliminer des filières classiques. D’une manière plus générale, cela permet aussi de réduire la fraction incinérable (en quantité et en qualité). Pour les collectivités territoriales, c’est donc le recyclage qui a dans un premier temps constitué la priorité des priorités puisque ce sont elles qui sont chargées de mettre en place les structures et les équipements nécessaires.

Partie 1

Piloter la gestion des déchets

Cet objectif avait d’ailleurs été fortement confirmé par la circulaire ministérielle du 28 avril 1998 qui préconise que la moitié des ordures ménagères ne passe plus ni par la décharge ni par l’incinération. Dans ce cadre, les filières de valorisation des déchets organiques retrouvent une place de choix, puisque, sans celles-ci, l’objectif de 50 % ne pourra jamais être atteint.

13


Dans les années 2000, elles avaient affirmé que la gestion des déchets était au premier rang des priorités d’investissement et que, parmi les priorités dominantes en ce domaine, c’est le développement des collectes sélectives qui est cité par les deux tiers de ces collectivités. Aujourd’hui, elles ne se posent donc plus la question de trier ou de ne pas trier pour recycler ou valoriser. Ce choix est devenu irréversible et il est généralisé depuis quelques années. Les systèmes de collecte sélective trouvent aujourd’hui leurs justifications avec la mise en place de filières de recyclage et valorisation fiables et efficaces. Si certaines craintes (en particulier pour la filière « plastique ») avaient vu le jour en 1992 avec la création des sociétés agréées (Eco-Emballages et Adelphe), on peut dire que les filières industrielles se sont beaucoup restructurées et ont beaucoup évolué pour prendre en compte ce marché de matières premières secondaires en pleine expansion. Même la filière « plastique » a beaucoup évolué et de nouvelles perspectives devraient voir le jour à court terme. On reparle d’étendre les consignes de tri pour ce type de flux. Le défi essentiel sera bien entendu celui de la maîtrise financière de ces équipements. La volonté des élus locaux de mettre en place le tri et le recyclage se double d’une inquiétude sur l’état de leurs finances. Une enquête de l’AMF (Association des maires de France) a montré, en effet, que 78 % des maires estiment devoir réduire leurs dépenses pour maîtriser la hausse des impôts… Cela conforte la position de ceux qui estiment qu’il faut renforcer la contribution des producteurs de déchets à la valorisation (par exemple, par la hausse de leur contribution aux sociétés agréées telles qu’Eco-Emballages ou Adelphe), afin de limiter le financement du tri et du recyclage à partir des impôts locaux. Après une période où la mise en place de la collecte sélective a suscité l’enthousiasme de beaucoup de collectivités et de ses habitants, certains ont estimé qu’il fallait revenir à une stratégie plus terre à terre. L’objectif n’est plus de rechercher l’augmentation des performances et d’obtenir des taux de valorisation maximums. Il faudrait peut-être même « revenir en arrière » pour certains et faire juste ce qu’il faut pour un autre objectif, un coût le plus bas possible. Mais cette analyse correspond-elle à l’objectif d’un développement durable affiché aussi par les pouvoirs publics ? On peut en douter car les coûts (au sens strict) n’incluent pas les coûts (inclus et non inclus) de protection de l’environnement à long terme, même si, on ne peut le nier, il faut également maîtriser les coûts, ce qui ne signifie pas obligatoirement les réduire. Pour compléter et renforcer ces orientations de collecte sélective, la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte a comporté un objectif essentiel : passer d’un modèle linéaire (produire, consommer, jeter) à une économie circulaire (consommer moins, concevoir des produits aptes au réemploi et au recyclage). C’est le titre IV de la loi (Lutter contre les gaspillages et promouvoir l’économie circulaire : de la conception des produits à leur recyclage) qui consacre donc ce volet important à l’atteinte de cet objectif. Ainsi, le texte affiche (article 70) une augmentation de la valorisation sous forme de matière, notamment organique, des déchets non dangereux, non inertes, avec un taux de 55 % en 2020 et 65 % en 2025.

Piloter la gestion des déchets

Par ailleurs, la loi n° 2016-138 du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire, définit un panel de mesures pour réduire et gérer ce gaspillage. Elle précise que la lutte contre le gaspillage alimentaire comprend la sensibilisation et la formation de tous les acteurs, la mobilisation des acteurs au niveau local (producteurs, transformateurs et distributeurs de denrées alimentaires, consommateurs et associations) et une communication régulière auprès des consommateurs, en particulier dans le cadre des programmes locaux de prévention des déchets.

14

Partie 1


B - Une priorité : réduire à la source 1. Le plan national C’est une évidence que d’affirmer ce principe, mais cette prévention n’avait jusqu’en 2004 pas connu véritablement de mesures ni d’instruments organisationnels. Elle doit pourtant être au cœur des politiques de gestion des déchets ménagers si l’on veut s’engager dans le fameux « développement durable ». Une gestion efficace passera donc obligatoirement par un développement des écoproduits, des technologies « propres » qui produisent moins de déchets, ou des déchets moins polluants, et des déchets plus faciles à valoriser (monomatériaux, par exemple). Cet objectif de « réduction de la production de déchets » avait d’ailleurs été rappelé dans deux circulaires du ministère de l’Environnement (en date du 24 février 1997 et du 28 avril 1998), mais celles-ci ne précisaient pas les mesures concrètes à mettre en place. Le plan national d’action proposé en février 2004 par la ministre de l’Écologie et du Développement durable, Roselyne Bachelot, a donc marqué une nouvelle orientation, attendue depuis longtemps. Cependant, si l’on se réfère au tri et au recyclage, la situation est bien différente : - le principe général repose sur le volontariat, la sensibilisation et la prise de conscience de tous les acteurs. En conséquence, les contraintes réglementaires et les leviers financiers (aides) sont (dans un premier temps) inexistants ; - les collectivités ne sont pas les acteurs « majeurs » de ce changement, même si, contrairement à certaines affirmations, elles doivent être des acteurs « à part entière » de ce mouvement. Elles peuvent favoriser l’évolution des comportements des habitants ou mettre à disposition de ces habitants de nouveaux équipements favorisant le réemploi (comme les recycleries). Le plan national affirme qu’il faut agir dans la durée… C’est une évidence. Il faudra au moins dix ans, voire plus, pour que des effets significatifs soient réels. C’est un nouveau défi (et non des moindres) pour les collectivités locales. Il faut se rappeler que, en 2004, le lancement de ce premier plan national de prévention (bien avant l’obligation européenne de la directive-cadre n° 2008/98/CE du 11 novembre 2008) avait suscité quelques doutes : allait-il se limiter à un slogan ou à un vœu pieux ? Or, dès les premières années, la participation très active des associations, des collectivités en charge des déchets, des conseils généraux et régionaux, mais aussi des milieux professionnels, a fait que le thème de la « prévention des déchets » est devenu régulièrement l’une des « actions phares » sur le plan local. La mobilisation des acteurs est, sans conteste, l’un des points positifs de ce plan, même si les résultats quantitatifs ne sont pas toujours simples à évaluer.

2. Les plans et programmes de prévention des déchets

La prévention de la production des déchets peut être définie comme l’ensemble des mesures et des actions situées en amont de la collecte des déchets par la collectivité. Ces actions, qui se situent notamment au niveau de la conception, de la production, de la distribution et de la consommation, visent à : - réduire les quantités de déchets produits ; - et/ou réduire leur nocivité ; - et/ou améliorer leur caractère valorisable, dans une logique de préservation des ressources. Pourtant, il ne s’agit en aucun cas d’opposer localement les politiques de réduction à la source à celles de tri ou de gestion des déchets, mais bien de mettre (ou de remettre) la prévention à sa place, au sein d’un schéma global

Partie 1

Piloter la gestion des déchets

a) Les enjeux locaux

15


de gestion raisonnée et durable des déchets, en phase avec les attentes et les contraintes des « citoyens-consommateurs ». Un important travail de sensibilisation locale est donc à mener en la matière. Tout l’enjeu pour les porteurs de plans/programmes est donc d’intégrer la prévention au sein d’une politique de gestion globale et durable des « déchets-matières », en phase avec les attentes des « citoyens-consommateurs » et des autres acteurs du territoire concernés – fabricants, distributeurs, entreprises, associations, fédérations professionnelles… –, sans oublier les administrations et collectivités elles-mêmes, dans une logique d’éco-exemplarité. Compte tenu de ses liens directs avec les comportements et la consommation, la prévention des déchets peut parfaitement trouver sa place dans un Agenda 21 ou un plan climat territorial. Un plan/programme de prévention est donc une opportunité pour concrétiser rapidement et de façon visible pour les citoyens un des volets de ces plans de développement durable.

b) Plans et programmes : les définitions > Le plan départemental de prévention : un plan pour mobiliser les acteurs du département • Définition Le plan départemental de prévention décline, sur un territoire donné, le plan national de prévention des déchets et les volets prévention du plan départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés, voire du BTP et du plan régional d’élimination des déchets dangereux (PREED). Sa vocation principale est de mobiliser, dans un climat de concertation, les différents acteurs du territoire sur le thème de la prévention des déchets afin qu’ils s’investissent concrètement dans les actions de maîtrise de la production des déchets, par l’intermédiaire de programmes locaux de prévention. Au-delà de l’objectif principal de déploiement des programmes sur le territoire du département, le plan couvrira a minima l’éco-exemplarité du CG, l’intégration des objectifs prévention des plans BTP et PREDD et, de façon plus générale, des actions vers les entreprises, la sensibilisation du public scolaire, du public défavorisé, etc. • Cible Le plan ne peut être porté que par la collectivité qui a la compétence planification : le conseil général ou le conseil régional en Île-de-France. Il peut couvrir l’ensemble des déchets produits sur le territoire : déchets des ménages, des collectivités et des entreprises… • Contenu d’un plan

Piloter la gestion des déchets

Le plan précise notamment : - les maîtres d’ouvrage pressentis pour porter les programmes locaux de prévention et leur nombre prévisionnel ; - l’animation de ces programmes mise en place à l’échelle du territoire et les soutiens apportés par le département ou la région à ces programmes, le cas échéant en cohérence avec les soutiens de l’Ademe ; - les modalités d’identification de la politique retenue au niveau du territoire (par exemple, labellisation des actions entreprises en application du plan) ; - les opérations de sensibilisation conduites au niveau du département ; - l’exemplarité de la structure porteuse ; - les indicateurs de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre du plan (les indicateurs de suivi permettent d’évaluer les résultats obtenus par rapport aux objectifs fixés, les indicateurs d’évaluation).

16

Sont annexés au plan : - l’état initial de la situation (y compris des programmes déjà existants) ; - l’évaluation des principaux gisements d’évitement et de détournement et des objectifs généraux de réduction à atteindre pour chacun de ces gisements.

Partie 1


> Le plan régional de prévention et de gestion des déchets : les dispositions réglementaires La loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) a remplacé les plans départementaux de prévention et de gestion des déchets par un unique plan régional. Désormais, il n’y a plus lieu de distinguer les différents types de déchets (dangereux, non dangereux ou issus du bâtiment et des travaux publics) pour identifier le plan de référence. En application des nouveaux articles L.541-13 et L.541-14 du Code de l’environnement, les régions deviennent compétentes pour élaborer leur plan régional de prévention et de gestion des déchets (PRPGD) qui intègre : - un état des lieux de la prévention et de la gestion des déchets selon leur origine, leur nature, leur composition et les modalités de leur transport ; - une prospective à terme de six ans et de douze ans de l’évolution tendancielle des quantités de déchets à traiter ; - des objectifs en matière de prévention, de recyclage et de valorisation des déchets, déclinant les objectifs nationaux de manière adaptée aux particularités territoriales, ainsi que les priorités à retenir pour atteindre ces objectifs ; - une planification de la prévention et de la gestion des déchets à terme de six ans et de douze ans, comportant notamment la mention des installations qu’il apparaît nécessaire de créer ou d’adapter afin d’atteindre les objectifs légaux ; - un plan régional d’action en faveur de l’économie circulaire (notion insérée par la loi n° 2015-992 relative à la transition énergétique du 17 août 2015). Le plan peut également prévoir des modes de gestions et de traitement particuliers pour les déchets spécifiques. Pour l’application de ces dispositions, le décret n° 2016-811 du 17 juin 2016 est entré en vigueur dès le 20 juin 2016. Ce décret, adressé aux conseils régionaux, producteurs de déchets et entreprises de gestion des déchets, entreprises utilisant des déchets comme matières premières ou énergie, éco-organismes, organismes d’observation des déchets, collectivités territoriales et services de l’État, indique que le PRPGD a pour objet de « coordonner à l’échelle régionale les actions entreprises par l’ensemble des parties prenantes concernées par la prévention et la gestion des déchets » (article R.541-13 C. env.). Les déchets concernés par les mesures de gestion prévues au PRPGD sont tous les déchets suivants, qu’ils soient dangereux, non dangereux non inertes ou non dangereux inertes : - les déchets produits dans la région par les ménages, les activités économiques, les collectivités, les administrations ; - ceux gérés dans la région : collectés ou traités dans une installation de collecte ou de traitement de déchets, utilisés dans une installation de production en substitution de matière première, dans une installation de production d’énergie, dans une carrière ou dans la construction d’ouvrages de travaux publics en substitution de matière première ; - et, enfin, les déchets importés pour être gérés dans la région, exportés pour être gérés hors de la région. Le décret définit d’abord plus précisément le contenu des plans régionaux au regard de la liste établie par l’article L.541-13 du Code de l’environnement, précité.

Le PRPGD devra encore, notamment : - mentionner les installations qu’il apparaît nécessaire de créer, d’adapter ou de fermer, afin d’atteindre les objectifs précités et de gérer l’ensemble des déchets pris en compte, en cohérence avec les principes de proximité et d’autosuffisance, appliqués de manière proportionnée aux flux de déchets concernés et adaptée aux bassins de vie ; - identifier les installations permettant de collecter et de traiter les déchets produits en situation exceptionnelle, notamment en cas de pandémie ou de catastrophe naturelle. Aux termes de l’article D.541-16-2 du Code de l’environnement, le PRPGD devra déterminer les mesures relatives à la collecte, au tri ou au traitement des déchets ménagers et assimilés, des déchets amiantés et des déchets d’emballages ménagers et de papiers graphiques relevant des filières à responsabilité élargie des producteurs. Le décret précise également quels sont les déchets qui, au sein du plan régional, devront faire l’objet de dispositions spécifiques. Sont ainsi concernés les biodéchets et les déchets du bâtiment et des travaux publics, pour lesquels

Partie 1

Piloter la gestion des déchets

Ainsi, par exemple, les «objectifs en matière de prévention, de recyclage et de valorisation des déchets devront décliner les objectifs nationaux définis à l’article L.541-1 de manière adaptée aux particularités régionales, et des indicateurs qui pourront en rendre compte lors du suivi du plan. Ils pourront être différenciés selon les zones du territoire couvertes par le plan et la nature des déchets.

17


le plan doit prévoir des mesures particulières de prévention et de gestion telles qu’énoncées à l’article D.541-16-1 du Code de l’environnement. Le plan devra également déterminer une limite aux capacités annuelles d’élimination par stockage et par incinération des déchets non dangereux non inertes. Cette limite s’applique aux projets de création de toute nouvelle installation, aux projets d’extension de capacité d’une installation existante ou aux projets de modification substantielle de la nature des déchets admis dans une telle installation. Des objectifs de stockage et d’incinération pour ces types de déchets sont alors fixés pour 2020 et 2025. Enfin, le plan devra prévoir une ou plusieurs installations de stockage de déchets non dangereux et une ou plusieurs installations de stockage de déchets inertes, en veillant à leur répartition géographique qu’il prévoit en cohérence avec le principe d’autosuffisance.

> Le programme local de prévention : un programme pour mettre en œuvre des actions concrètes • Définition Le programme local de prévention est une dynamique de territoire qui s’appuie sur un diagnostic réalisé avec les acteurs locaux en cohérence avec le plan départemental de prévention. L’existence d’un plan départemental n’est cependant pas une condition nécessaire à la mise en place d’un programme. Mais il est toutefois possible et préférable de rattacher le programme à un plan départemental. Les programmes locaux de prévention des déchets permettent de : - territorialiser et détailler des objectifs de prévention des déchets ; - définir les actions à mettre en œuvre pour les atteindre. Ils prévoient les actions de prévention des déchets requises pour atteindre les objectifs qui y figurent et sont établis en cohérence avec ceux du plan départemental de prévention (le cas échéant). • D’une mise en œuvre de façon volontaire à une obligation encadrée

Piloter la gestion des déchets

Rappelons tout d’abord que c’est l’article 194 de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 (dite « Grenelle II ») qui avait instauré l’obligation, pour les collectivités territoriales compétentes en collecte ou en traitement des déchets ménagers et assimilés, d’élaborer un programme local de prévention (PLPDMA), au plus tard le 1er janvier 2012. Cette obligation a été inscrite à l’article L.541-15-1 du Code de l’environnement. Il s’agissait alors de répondre aux exigences de la directive-cadre sur les déchets (directive 2008/98/CE). En définitive, la mise en œuvre de cette obligation s’était traduite par un « système volontaire » car, contrairement aux plans des départements et des régions, les plans locaux n’avaient pas fait l’objet d’un texte réglementaire encadrant et précisant cette obligation.

18

C’est donc le décret n° 2015-662 du 10 juin 2015 (JO du 14 juin 2015) qui a précisé cette obligation. En effet, contrairement aux affirmations de certains commentateurs, ce décret n’a pas rendu obligatoires les programmes locaux de prévention des déchets et assimilés à compter du 14 septembre 2015 (trois mois après sa publication – article 2 du décret) puisque, comme indiqué plus haut, ils étaient déjà obligatoires. Le décret ne rend obligatoires que son contenu, ses modalités d’élaboration et de révision, son suivi et son évaluation. Le texte prévoyait cependant que les collectivités ayant déjà élaboré leur PLPDMA avaient trois ans pour le réviser. Ce décret a introduit une nouvelle sous-section dans la partie réglementaire du Code de l’environnement : « le PLPDMA ». L’objectif est que tout le territoire national soit enfin couvert par ces plans locaux. Depuis le 1er janvier 2017, cette obligation concerne donc tous les EPCI (établissements publics de coopération intercommunale) à fiscalité propre puisque depuis cette échéance, la compétence « déchets » leur est affectée.

Partie 1

Piloter la gestion des dechets de la prevention a la tarification incitative  
Piloter la gestion des dechets de la prevention a la tarification incitative