Page 1

Le jugement des offres dans les marchés publics

Le jugement des offres

Les marchés publics représentent un enjeu stratégique et économique majeur pour les pouvoirs adjudicateurs. C'est pourquoi il est capital d'obtenir et de choisir pour chaque marché l'offre économiquement la plus avantageuse, celle qui correspond le mieux, des points de vue technique, qualitatif et financier, aux besoins et attentes de la personne publique. Dans ce cadre, le choix des éléments d'appréciation de l'offre, de leur déclinaison en critères pondérés et des modalités de notation se révèle crucial car il permet d'identifier les meilleures offres. Mais cette démarche ne s'improvise pas. Son optimisation requiert une réflexion approfondie sur les pratiques existantes et une unification des méthodes d'analyse.

Hervé Huguet est le fondateur du cabinet Citia. Expert en organisation et optimisation des achats, il a accumulé une très grande expérience dans le jugement des offres.

Yves-Simon Le Naëlou est consultant associé du cabinet Citia. Il mène des missions d'assistance à maîtrise d'ouvrage et prend en souvent en charge l'analyse des offres. Responsable de la formation de Citia, il anime des sessions sur le jugement des offres.

H. Huguet, Y-S Le Naëlou

LES ESSENTIELS

Le jugement des offres dans les marchés publics

Cet ouvrage pratique, concret et à jour des jurisprudences et de la doctrine récentes, doit permettre à chaque acheteur de réussir ses achats dans le respect des règles et des principes de la commande publique, éclairés par la jurisprudence. Son objectif est d'encadrer les acheteurs dans l'optimisation de cette phase délicate qu'est le jugement des offres.

www.territorial-editions.fr ISSN : 2553-5803 – ISBN : 978-2-8186-1421-1

dans les marchés publics

LES ESSENTIELS

Hervé Huguet Yves-Simon Le Naëlou


Le jugement des offres

dans les marchés publics

LES ESSENTIELS Hervé Huguet

Fondateur du cabinet Citia, expert en achat public

Yves-Simon Le Naëlou

Consultant associé du cabinet Citia

CS 40215 - 38516 Voiron Cedex Tél. : 04 76 65 87 17 - Fax : 04 76 05 01 63 Retrouvez tous nos ouvrages sur http://www.territorial-editions.fr

Référence BK 138 Mai 2018


Vous souhaitez être informé de la prochaine actualisation de cet ouvrage ?

C’est simple ! Il vous suffit d’envoyer un mail nous le demandant à : jessica.ott@territorial.fr Au moment de la sortie de la nouvelle édition de l’ouvrage, nous vous ferons une offre commerciale préférentielle.

Avertissement de l’éditeur : La lecture de cet ouvrage ne peut en aucun cas dispenser le lecteur de recourir à un professionnel du droit.

Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement la présente publication sans autorisation du Centre Français d’exploitation du droit de Copie. CFC 20, rue des Grands-Augustins 75006 Paris. Tél. : 01 44 07 47 70

© Territorial, Voiron ISBN : 978-2-8186-1421-1 ISBN version numérique : 978-2-8186-1422-8 Imprimé par Reprotechnic, à Bourgoin Jallieu (38) - Juin 2018 Dépôt légal à parution


Sommaire Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.7

Partie 1 Du besoin au jugement des offres Chapitre I Définir le besoin au juste nécessaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 A - La définition du besoin, préalable à tout achat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 B - Le juste nécessaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 C - Le coût global . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.13 D - Les variantes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.14 E - Les options. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.16 F - Les PSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.17

Chapitre II Choisir le partenaire le plus adapté. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 A - Le partenaire idéal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 B - Les règles du jeu. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 C - Le partenaire adapté à l’achat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.19

Partie 2 Les critères, une nécessité Chapitre I Les critères, outils de sélection. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.23 A - Critères de jugement des offres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.23 1. Le critère « prix » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.23 2. Le critère « technique » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.24 3. Autres critères qualitatifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.25

Sommaire

Le jugement des offres dans les marchés publics

D - Les études et échanges préalables. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.19

3


B - L’offre économiquement la plus avantageuse : du bon usage des critères. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.26 1. Une pluralité de critères non discriminatoires et liés à l’objet du marché. . . . . . . . . . p.26 2. Critères de prise en compte du développement durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.27 3. Un nouveau cadre réglementaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.29

C - Les critères interdits et comment trouver des solutions alternatives. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.31

Chapitre II Le principe de pondération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.33 A - Pondération et hiérarchisation : deux approches. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.33 B - Le principe de la pondération : une obligation légale. . . . . . . . . . . . . . . p.34 1. Pas d’exception, même pour les marchés de défense. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.34 2. Le concours reste une exception. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.35 3. Le curseur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.35

C - La notion de fourchette de pondération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.35

Chapitre III L’offre conforme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.37 A - De la forme…. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.37 B - … au fond . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.38 C - La nouvelle possibilité de régularisation des offres irrégulières . . . . p.39 D - Le cadre de réponse, un outil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.40

Le jugement des offres dans les marchés publics

Chapitre IV Critères et sous-critères. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.42

4

A - Le principe du recours à des sous-critères : affiner son analyse. . p.42 B - Une obligation de transparence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.43 C - Choisir entre critères et sous-critères. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.44

Sommaire


Partie 3 Les modalités de notation Chapitre I Le chaînon manquant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.49 A - Des critères pondérés à la notation des offres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.49 B - Une critique de fond. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.50 C - Quelle échelle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.51 D - Conjuguer efficacité et lisibilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.51 E - Échelle technique et échelle de valeur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.52

Chapitre II De l’offre à son classement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.53 A - Une démarche en trois étapes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.53 B - Analyse du contenu au regard des critères. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.53 1. Les critères quantifiables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.53 2. Les critères qualifiables. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.56 3. Sous le sous-critère, la plage ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.56 4. Après analyse de l’ensemble des critères. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.57

C - Du contenu aux notes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.58 1. Des pratiques peu recommandables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.58 2. Rendre compte des écarts entre les offres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.59 3. Les offres sont le référentiel : « le marché a raison ! » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.60

Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.65

Sommaire

Le jugement des offres dans les marchés publics

D - Les notes, la pondération, le classement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.61

5


Introduction L’achat public est un levier économique incontestable, représentant près de 15 % du produit intérieur brut français qui s’élevait à 2 085 milliards d’euros en 20151. Utiliser au mieux l’argent public peut être envisagé du seul point de vue économique ou de celui de l’éthique, voire du pragmatisme. Il est également possible d’y ajouter une dimension sociale ou de développement durable. Quelle que soit l’approche retenue, l’achat est avant tout la réponse à un besoin qu’il importe d’analyser et de décrire au mieux afin que la réponse soit la plus adaptée. Mais comment reconnaître la bonne solution sans des outils de mesure efficaces et le plus impartiaux possible ? Un bon achat nécessite un bon fournisseur, de bons produits, ou services, et une bonne réalisation. Il s’agit pour l’acheteur d’identifier l’ensemble de ces éléments d’excellence.

Le droit de la commande publique ne fait que rappeler les fondamentaux d’un bon achat : concurrence, transparence, égalité de traitement, efficacité de la commande publique et bonne utilisation des deniers publics. De même, il rappelle que la nature et l’étendue des besoins à satisfaire doivent être déterminées avant de lancer une procédure d’achat, dont la finalité est de répondre à ces besoins, tout en intégrant la dimension de développement durable. Nota Dans le présent ouvrage, les abréviations retenues sont : ORMP : ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015 relative aux marchés

publics ; DRMP : décret n° 2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux marchés publics.

1

Source Insee.

Introduction

Le jugement des offres dans les marchés publics

Le pêcheur averti ne part jamais sans avoir décidé quels poissons il souhaite ramener. Pour ce faire, il choisit la ligne, l’appât ou le filet adapté. Il étudie avec soin le site dans lequel il aura le plus de chance de trouver le meilleur poisson. L’acheteur n’agit pas différemment lorsqu’il organise sa publicité et définit avec soin les critères qui lui permettront, dans un premier temps, de sélectionner les entreprises capables de répondre à son besoin et, dans un second temps, de faire émerger, de l’ensemble, la meilleure solution.

7


Le jugement des offres dans les marchés publics

Partie 1 Du besoin au jugement des offres

Partie 1

9


Chapitre I Définir le besoin au juste nécessaire A - La définition du besoin, préalable à tout achat Article 30 de l’ORMP « I. - La nature et l’étendue des besoins à satisfaire sont déterminées avec précision avant le lancement de la consultation en prenant en compte des objectifs de développement durable. Le ou les marchés ou accordscadres conclus par le pouvoir adjudicateur ont pour objet exclusif de répondre à ces besoins ».

Cette injonction, si elle s’impose à tout acheteur, relève du bon sens. La difficulté vient du fait que, le plus souvent, le besoin s’estompe devant la solution pressentie pour y répondre. Il arrive même que la solution précède le besoin : « je veux ça ! ». Ce phénomène peut résulter d’une démarche commerciale particulièrement efficace. L’achat public est avant tout un achat. Comme les achats d’un particulier, il peut être un achat de nécessité ou de confort, voire impulsif. Lorsqu’il s’agit d’achat public, le caractère impulsif ne devrait pas pouvoir exister, la réglementation imposant mise en concurrence, délais et autres critères de jugement des offres…

Un « référent » doit être le garant de l’expression du besoin et le contrôleur du fait que l’achat correspond effectivement au besoin initialement décrit. En effet, il peut arriver qu’à la suite de dérives successives l’achat réponde parfaitement à la solution élaborée mais pas du tout au besoin exprimé à l’origine. Cet état de fait engendre rapidement le mécontentement des utilisateurs. Il peut même déboucher sur l’abandon de la solution achetée, sans que puisse être remboursé l’achat qui aura répondu à un cahier des charges inadapté mais que le fournisseur aura scrupuleusement respecté.

B - Le juste nécessaire L’achat est devenu un levier économique majeur pour les collectivités. La réduction des budgets ne doit pas les paralyser. La principale piste pour continuer à agir dans un environnement économique contraint est l’évaluation de chaque projet « au juste nécessaire ». Par exemple quand il s’agit de fournitures que leurs agents seront amenés à utiliser (un ordinateur, un véhicule, un logiciel, une tondeuse…). Partie 1

Le jugement des offres dans les marchés publics

Les fonctions que sont la définition du besoin et la recherche de la solution doivent être confiées à des acteurs différents. Ainsi sera-t-il possible d’examiner le besoin indépendamment de la solution, cette dernière découlant de celui-ci.

11


Le besoin doit être décomposé en éléments « primaires » afin de vérifier jusqu’où il doit être défini. Chaque composante devrait ensuite être examinée à l’aune des 4 P : 1/ Pour qui ? 2/ Pour quoi ? 3/ Pour quand ? 4/ Pour combien de temps ? 1/ Les usagers doivent être au centre de la réflexion. C’est pour eux que l’achat est effectué. Il convient cependant d’être vigilant : les usagers ne raisonnent pas toujours en termes de besoin mais souvent en termes de solution, qu’ils ont vue ou expérimentée. 2/ La finalité de l’achat doit être évidente. Un utilisateur peut avoir une perception du besoin différente de celle de sa hiérarchie. Pour éviter malentendus ou mécontentements, un achat efficace nécessite un consensus sur la définition du besoin. 3/ La notion de temps est primordiale. Les collectivités sont soumises à l’annualité budgétaire, qui oblige à évaluer les achats au cours de l’année N-1 pour l’année N. Au moment de lancer l’achat (année N) il conviendra de vérifier que le besoin existe toujours, sous la même forme, et éventuellement d’actualiser la solution envisagée. 4/ La durée d’un achat doit être mise en perspective par rapport à la durée de vie du bien lui-même et aux règles de la mise en concurrence. Si le bien nécessite une maintenance, cette dernière doit être prévue à l’origine pour évaluer le coût global et en prévoir le cadre juridique adapté. Pour un service « banal » et « répétitif » (nettoyage, gardiennage, etc.), la remise en concurrence doit être régulière (par exemple tous les deux ans), surtout lorsque la réglementation prévoit la reprise des personnels par le nouvel attributaire.

Le jugement des offres dans les marchés publics

Il convient de remonter à l’origine du besoin, à son essence même. La recherche de l’essentiel permet d’éliminer tout superflu générateur de coûts inutiles.

12

Exemple À l’occasion de l’achat d’une imprimante multifonctions (impression, scan, copies), une première question pourrait être : combien d’impressions-copies par mois ? Mais cette question en amène une autre : des copies pour quoi faire ? Il s’agit de communication : quelles règles internes existent (ou pas) en la matière ? Toutes ces copies circulent ou sont stockées… sous quelle forme ? Sont-elles archivées ? Comment ? L’imprimante n’est pas le besoin. Elle n’est qu’une solution possible à un besoin qui reste à définir. Qui prend la main : l’informatique ? La communication ? L’organisation ? Il faudra bien, à un moment, fixer le curseur et décider où se situe le besoin, sous quelle forme il s’exprime, qui est responsable de cette expression. Il n’est pas possible de faire l’économie de toutes ces interrogations. La détermination de règles précises en termes de circulation de l’information est généralement source importante d’économies. Limiter le nombre de destinataires d’une même information permet de limiter le nombre (donc le coût)

Partie 1


de copies à émettre, à stocker (autre coût) et d’épargner le temps passé à prendre connaissance d’informations non essentielles (nouveau coût). Remplacer, sans règles, une copie papier par un enregistrement informatique est générateur de coûts qui peuvent être évités. En effet le stockage et la circulation des données coûtent cher. Il est indispensable, ici aussi, de viser l’essentiel pour limiter les coûts. Enfin, la lecture de courriels inutiles peut facilement représenter une demi-heure par jour. Soit près de quinze jours par an (à valoriser sur la base du salaire du destinataire).

C - Le coût global Le coût d’un achat ne se limite pas, ainsi que le pensent trop souvent les personnes intéressées, à la seule acquisition. Le coût d’une opération d’achat doit être calculé de la conception à la possession puis à la séparation. Les différents coûts d’un achat • Coûts de préparation - Directs - Indirects

• Coûts d'acquisition

• Coûts de séparation

Préparation

Acquisition

Séparation

Possession

• Coûts de possession • Coûts d'utilisation

Les coûts de préparation sont préalables au lancement de la consultation. Il est important de les connaître et de les maîtriser. Le coût d’acquisition est celui sur lequel se fondent trop souvent les collectivités pour budgéter leurs achats. Mais la possession, l’utilisation et la séparation doivent être évaluées dès la préparation pour connaître le coût réel d’un achat et le traduire dans le budget de la collectivité.

Partie 1

Le jugement des offres dans les marchés publics

• Coûts de consultation - Pour l'acheteur - Pour les candidats

13


Il est essentiel d’effectuer la distinction entre possession et utilisation. Il est toujours possible d’acquérir un bien dont la possession ne soit pas coûteuse en soi mais dont l’utilisation peut se révéler extrêmement dispendieuse. Exemple Il est toujours possible de trouver un photocopieur multifonctions au meilleur rapport qualité/prix, tant du point de vue de l’acquisition que de celui de la maintenance au travers des coûts copies (noir et blanc et couleur). Si aucune règle n’est fixée quant à son utilisation, le risque est de s’exposer à une surconsommation de copies (impressions ou photocopies), de papier (recto plutôt que recto verso) et à un recours déraisonnable à la couleur (dont le prix peut être quasiment dix fois supérieur à celui du noir et blanc).

La phase de séparation, dernière phase du cycle de vie d’un bien, recouvre les processus de séparation, de recyclage ou de destruction. Exemple Comme toute personne morale, une collectivité doit prendre en compte l’élimination de ses matériels électroniques (en particulier informatiques). Il est donc fortement conseillé d’intégrer, par exemple, dans le coût global d’un marché de location de photocopieurs multifonctions, aussi bien la reprise des matériels à remplacer que celle, à la fin de la location, des matériels mis en place.

D - Les variantes

Le jugement des offres dans les marchés publics

Définir le besoin au juste nécessaire n’empêche pas que des incertitudes demeurent quant à à la solution la plus adaptée. Il est possible de lever certaines de ces interrogations lors du choix de l’offre par la possibilité laissée aux candidats de proposer des variantes.

14

Le Conseil d’État2 a défini les variantes, présentées à l’initiative des candidats, comme « des modifications […] de spécifications prévues dans la solution de base décrite dans les documents de la consultation ». Le DRMP (article 58) prévoit les conditions dans lesquelles l’acheteur peut autoriser les variantes. Le même article 58 du DRMP précise le recours aux variantes, selon que l’acheteur est un pouvoir adjudicateur ou une entité adjudicatrice et selon que la procédure est formalisée ou adaptée :

2

C  E, 5 janvier 2011, Société Technologie Alpine Sécurité et Commune de Bonneval-sur-Arc, n° 343206.

Partie 1


Article 58 du DRMP « I. - Les acheteurs peuvent autoriser la présentation de variantes dans les conditions suivantes : 1° Pour les marchés publics passés selon une procédure formalisée : a) Lorsque le marché public est passé par un pouvoir adjudicateur, les variantes sont interdites sauf mention contraire dans l’avis de marché ou dans l’invitation à confirmer l’intérêt ; b) Lorsque le marché public est passé par une entité adjudicatrice, les variantes sont autorisées sauf mention contraire dans l’avis de marché ou dans l’invitation à confirmer l’intérêt ; 2° Pour les marchés publics passés selon une procédure adaptée, les variantes sont autorisées sauf mention contraire dans les documents de la consultation. »

S’il a la possibilité d’autoriser les variantes, l’acheteur peut également exiger que les candidats présentent des variantes. Article 58 du DRMP « II. – L’acheteur peut exiger la présentation de variantes. Dans ce cas, il l’indique dans l’avis d’appel à la concurrence, dans l’invitation à confirmer l’intérêt ou, en l’absence d’un tel avis ou d’une telle invitation, dans les documents de la consultation. »

Par variante exigée, il faut entendre les solutions alternatives obligatoirement chiffrées (par exemple : en solution de base, des volets en PVC et, en solution alternative, des volets en bois). Qu’il autorise ou exige, l’acheteur « mentionne dans les documents de la consultation les exigences minimales que les variantes doivent respecter ainsi que toute condition particulière de leur présentation » (art. 58 DRMP).

Le jugement des offres s’effectue selon les mêmes critères pour les offres de base et les variantes (art. 62/V du DRMP). Qu’elles soient exigées ou autorisées, les variantes sont jugées dans le cadre d’une seule analyse avec les offres de base. Ainsi, le cas échéant, un même soumissionnaire peut apparaître deux fois dans le classement des offres (au titre de son offre de base et au titre de son offre variante). Lorsque l’acheteur autorise ou exige une variante, il doit donc anticiper l’analyse unique qu’il aura à réaliser au moyen des mêmes critères de jugement et modalités de notation. Pour le périmètre de la variante, l’analyse comparée de la qualité technique des offres de base et des offres variantes devra pouvoir s’effectuer en termes de qualité fonctionnelle et/ou de performances.

Partie 1

Le jugement des offres dans les marchés publics

Enfin, l’acheteur ne pourra pas rejeter une variante « au seul motif qu’elle aboutirait, si elle était retenue, à un marché public de services au lieu d’un marché public de fournitures ou à un marché public de fournitures au lieu d’un marché public de services » (art. 58 DRMP).

15

Le jugement des offres dans les marches publics 1  
Le jugement des offres dans les marches publics 1