Page 1

Le domaine public des collectivités territoriales

Le domaine public des collectivités territoriales Cet ouvrage a pour objectif de présenter les enjeux relatifs à la domanialité publique des biens appartenant aux collectivités territoriales. Celles-ci sont propriétaires d’un important patrimoine immobilier, mobilier ou incorporel. Il est essentiel qu’elles puissent le valoriser, en le protégeant ou en recherchant la production de revenus. Le Code général de la propriété des personnes publiques d’avril 2006 est venu renouveler ces enjeux, notamment à propos du domaine public. Cependant, après une dizaine d’années d’application, il a fait l’objet de précisions et de fortes modifications textuelles et jurisprudentielles, sur des aspects non négligeables. Le code a renouvelé la définition du domaine mais elle n’est applicable qu’à compter du 1er juillet 2006. En conséquence, les biens antérieurs restent soumis au régime domanial sous lequel ils se trouvent, ce qui n’est pas sans soulever certaines difficultés très concrètes pour les collectivités. Le code a également rénové les outils de valorisation du domaine public en élargissant les possibilités d’octroi de droits réels par les collectivités territoriales, au-delà du bail emphytéotique déjà existant et en consacrant textuellement un principe de paiement d’une redevance pour toute occupation ou utilisation privative du domaine public.

Maître de conférences à l’université Droit et Santé de Lille, membre du CRDP, conseiller scientifique au Hcéres, Christophe Mondou enseigne le droit des collectivités territoriales et le droit de la propriété des personnes publiques auprès d’étudiants en master, notamment à la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales et à l’IEP de Lille. Il publie régulièrement dans différentes revues spécialisées en droit public local. Il participe à la préparation des concours de la fonction publique territoriale.

d’EXPERTS

Le domaine public des collectivités territoriales

L’ouvrage présente de manière très pratique ces différents aspects afin de répondre aux interrogations des autorités locales à propos de leur gestion domaniale.

d’EXPERTS

Christophe Mondou [Dessin Une : Patrick Lestienne] www.territorial-editions.fr ISSN : 1623-8869 – ISBN : 978-2-8186-1304-7


Le domaine public des collectivités territoriales

Christophe Mondou Maître de conférences, université de Lille

CS 40215 - 38516 Voiron Cedex Tél. : 04 76 65 87 17 - Fax : 04 76 05 01 63 Retrouvez tous nos ouvrages sur www.territorial-editions.fr

d’EXPERTS

Référence DE 656 Août 2017


Vous souhaitez être informé de la prochaine actualisation de cet ouvrage ?

C’est simple ! Il vous suffit d’envoyer un mail nous le demandant à : jessica.ott@territorial.fr Au moment de la sortie de la nouvelle édition de l’ouvrage, nous vous ferons une offre commerciale préférentielle.

Avertissement de l’éditeur : La lecture de cet ouvrage ne peut en aucun cas dispenser le lecteur de recourir à un professionnel du droit.

Ce pictogramme mérite une explication. Son objet est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour l’auteur de l’écrit, particulièrement dans le domaine de l’édition technique, le développement massif du photocopillage.

Nous rappelons donc que toute reproduction, partielle ou totale, de la présente publication est interdite sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC, 20 rue des Grands-Augustins, 75006 Paris).

© Territorial, Voiron ISBN : 978-2-8186-1304-7 ISBN version numérique : 978-2-8186-1305-4 Imprimé par Reprotechnic, à Bourgoin Jallieu (38) - Septembre 2017 Dépôt légal à parution


Sommaire Avertissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.7 Liste des abréviations utilisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.8 Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.9

Partie 1 L’appartenance du bien au domaine public des collectivités territoriales Chapitre I La nécessaire propriété d’une collectivité territoriale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.15 A - La nature du droit de propriété sur les biens acquis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.15 1. L’entrée dans le patrimoine des collectivités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.15

2. Le droit de propriété des collectivités sur leurs biens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.18

B - Le contentieux en cas de doute sur le propriétaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.19 1. L’existence de difficultés sérieuses. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.19

2. L’absence de difficultés sérieuses. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.21

Chapitre II Les conditions matérielles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22 A - L’appartenance au domaine public sur la base de dispositions législatives spéciales. . . . . . . p.23 1. L’exclusion des biens intégrés dans le domaine privé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.23

2. Les domaines publics spéciaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.26

B - L’appartenance au domaine public immobilier en raison de règles générales . . . . . . . . . . . . . . . . . p.31 1. Les règles d’appartenance avant le Code. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.32

2. Les règles d’appartenance depuis le Code . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.36

1. L’entrée dans le domaine public naturel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.39

2. L’entrée dans le domaine public artificiel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.40

Chapitre III La délimitation du domaine public. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.46 A - Les caractères généraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.46 B - Les modalités de la délimitation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.47 1. La délimitation du domaine public naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.47

2. La délimitation du domaine public artificiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.49

Chapitre IV Le contentieux de l’appartenance d’un bien au domaine public. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.52 A - Le contentieux de la légalité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.52 1. Le contentieux de l’urgence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.52

2. Le contentieux de l’annulation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.53

Sommaire

Le domaine public des collectivités territoriales

C - L’entrée dans le domaine public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.39

3


B - Le contentieux de la responsabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.55 1. La compétence de la juridiction administrative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.55

2. La compétence de la juridiction civile. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.55

Partie 2 La valorisation des biens du domaine public Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.59 A - L’image des biens du domaine public. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.59 B - Les informations et données publiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.60

Chapitre I Le cadre de la valorisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.63 A - Les principes de protection. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.63 1. L’insaisissabilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.63

2. L’imprescriptibilité des biens relevant du domaine public. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.64

3. Les servitudes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.65

B - L’obligation d’entretien du domaine public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.71 1. Une obligation d’action. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.71

2. Une source de responsabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.71

C - La protection par l’exercice des pouvoirs de police. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.74 1. Les deux types de police. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.74

2. Les contraventions de la police domaniale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.77

D - Les limites à la libre gestion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.85 1. Les contraintes liées à la protection. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.85

2. La maîtrise relative de l’affectation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.85

E - L’assujettissement fiscal des biens du domaine public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.91 1. La taxe annuelle sur les logements vacants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.91

2. Les taxes foncières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.92

Chapitre II Une valorisation par l’accès pour tous. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.95 A - La liberté d’utilisation des dépendances domaniales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.95 1. La liberté de circuler. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.95

2. La liberté de commercer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.99

Le domaine public des collectivités territoriales

B - L’égalité dans l’utilisation du domaine public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.100

4

C - La gratuité d’utilisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.100

Chapitre III Une valorisation par l’usage privatif du domaine public. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.103 A - Un usage privatif conditionné par l’obtention d’une autorisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.103 1. Le champ de l’autorisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.103 2. Les caractères de l’autorisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.106 3. L’autorisation unilatérale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.108 4. L’autorisation conventionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.115 5. Le cas particulier de l’octroi de droits réels sur le domaine public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.128

Sommaire


B - La valorisation financière : la redevance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.131 1. Le régime de droit commun. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.131 2. Les régimes spéciaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.136

C - Une utilisation irrégulière : l’occupation sans titre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.140 1. L’expulsion de l’occupant irrégulier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.140 2. Les enjeux financiers de l’occupation irrégulière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.151

Partie 3 La sortie des biens du domaine public Chapitre I Le transfert dans le domaine privé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.159 A - La nécessaire désaffectation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.159 1. La notion de désaffectation de fait . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.159 2. Le moment de la désaffectation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.160 3. La compétence pour désaffecter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.160

B - Le déclassement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.161 1. L’indispensable déclassement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.161 2. La décision de déclasser. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.163 3. La compétence pour déclasser. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.164 4. La procédure du déclassement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.164 5. Le contentieux du déclassement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.165

C - Les suites des opérations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.166 1. Entrée dans le domaine privé ou cession. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.166 2. La nullité de la sortie irrégulière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.167

Chapitre II La cession des biens du domaine public. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.169 A - L’échange après déclassement sans désaffectation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.170 B - La sortie sans déclassement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.171 1. La cession des biens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.171 2. L’échange de biens. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.172

Annexe I Modèles d’actes pour l’acquisition des biens sans maître. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.175 Annexe II Modèle d’acte en la forme administrative (achat d’un immeuble). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.177 Annexe III Modèle de délibération de classement dans le domaine public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.178 Annexe IV Modèle d’arrêté d’alignement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.179

Sommaire

Le domaine public des collectivités territoriales

Annexes

5


Annexe V Modèle d’arrêté de permis de stationnement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.180 Annexe VI Modèle de convention d’occupation temporaire (COT) non constitutive de droits réels. p.181 Annexe VII Modèle de délibération portant désaffectation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.183 Annexe VIII Modèle de délibération portant déclassement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.184 Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.185

Le domaine public des collectivités territoriales

Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.189

6

Sommaire


Avertissement

Le domaine public des collectivités territoriales

Cet ouvrage est le résultat tant de recherches menées en droit et gestion du domaine public – et faisant l’objet de publications dans diverses revues comme Lamy Collectivités territoriales ou Droit de la voirie et du domaine public – que d’enseignements réalisés en la matière devant des publics variés (étudiants des facultés de droit et de l’Institut d’études politiques de Lille, fonctionnaires territoriaux préparant les concours d’attaché et d’administrateur territoriaux ou encore élus locaux à l’occasion de journées de formation) et encore de consultations avec des gestionnaires du domaine public.   Cette confrontation des différents points de vue permet de présenter les enjeux théoriques de la domanialité publique mais aussi la réalité concrète de la gestion d’un tel domaine.   Pour conserver toute sa clarté au texte, les références citées ne feront pas l’objet de notes de bas de page mais seront intégrées dans le développement au moyen de parenthèses entre lesquelles figureront soit la juridiction, la date et le nom de la décision ainsi que le lieu de sa publication (lorsque la décision ne mentionne que la requête, cela signifie qu’elle n’est pas publiée mais susceptible d’être retrouvée dans la jurisprudence administrative citée sur le site Internet http://www.legifrance.gouv.fr/initRechJuriAdmin.do), soit encore le nom de l’auteur d’un ouvrage ou d’un article, l’année d’édition et la page (puisque l’ensemble des ouvrages et articles cités est reproduit dans la bibliographie située en fin d’ouvrage).  

Avertissement

7


Liste des abréviations utilisées AJDA

Actualité juridique du droit administratif

AOT

Autorisation d’occupation temporaire

BEA

Bail emphytéotique administratif

BJCL

Bulletin juridique des collectivités territoriales

CAA

Cour administrative d’appel

Cass.

Cour de cassation

CC

Conseil constitutionnel

CDE

Code du domaine de l’État

CDPFNI

Code du domaine fluvial et de la navigation intérieure

CE

Conseil d’État

CEDH

Cour européenne des droits de l’homme

Conv. EDH

Convention européenne des droits de l’homme

CG3P

Code général de la propriété des personnes publiques

CGCT

Code général des collectivités territoriales

CGI

Code général des impôts

CJA

Code de la justice administrative

CVR

Code de la voirie routière

Le domaine public des collectivités territoriales

D Dalloz

8

EDCE

Études et documents du Conseil d’État

EPCI

Établissement public de coopération intercommunale

EPT

Établissement public territorial

GIP

Groupement d’intérêt public

JCP A

Juris-classeur périodique, Administration

JO

Journal Officiel de la République Française

LPA

Les Petites Affiches

NCPC

Nouveau code de procédure civile

RDP

Revue du droit public

Rec.

Recueil des décisions rendues par une juridiction (Recueil Lebon pour le Conseil d’État)

req. Requête ss. Suivants TA

Tribunal administratif

TC

Tribunal des conflits

Liste des abréviations utilisées


> L’objet de l’ouvrage Les collectivités territoriales et leurs établissements publics possèdent un important patrimoine immobilier et mobilier. Les lois de décentralisation (comme en 1983, en 2004 ou encore actuellement) ont entraîné de nombreux transferts de biens immobiliers vers les collectivités, à l’exemple des 18 000 kilomètres de routes transférées aux départements.   Les collectivités ont toujours porté une certaine attention à la gestion de leur patrimoine, mais les contraintes économiques actuelles renforcent la nécessité d’une meilleure valorisation de leurs propriétés.   Les modalités de gestion de ce patrimoine local sont dépendantes du domaine dans lequel se situe le bien. En effet, si nous avons aujourd’hui la certitude que les collectivités territoriales, comme les autres personnes publiques, disposent bien d’un droit de propriété sur leurs biens, ce dernier n’est compréhensible qu’en tenant compte du fait que ces biens sont classés soit dans le domaine public, soit dans le domaine privé de la collectivité. Or de ce classement dépendent le régime juridique applicable et les possibilités dont disposent alors les collectivités.   La distinction entre les deux domaines (public et privé) est ancienne. Si elle a été formalisée réellement au XIXe siècle, nous pouvons en trouver les premières traces à partir du XVIe siècle (avec la protection spécifique des biens de la Couronne). La logique initiale est alors de prévoir des règles de protection spécifique au domaine public, comme avec l’inaliénabilité et l’imprescriptibilité des biens qui en relèvent. Mais il était devenu parfois difficile de concilier cette logique protectrice avec celle de la valorisation purement économique de ce domaine public. Des évolutions ont alors eu lieu par touches législatives ponctuelles, répondant souvent à des positions juridictionnelles particulières. Devant une situation devenant complexe et source d’insécurité juridique, les pouvoirs publics sont intervenus avec l’idée de codifier la matière. L’enjeu n’a pas été de codifier les règles du seul domaine public mais celles relatives plus largement à la propriété des personnes publiques. C’est ainsi qu’est né le Code général de la propriété des personnes publiques, entré en vigueur au 1er juillet 2006 [dénommé ci-après CG3P, ordonnance n° 2006-460 du 21 avril 2006, JO 22 avril 2006, p. 6024 complété par le décret n° 2012-1611 du 22 novembre 2011, JO 24 novembre 2012, p. 19708 pour la partie réglementaire, et par le décret n° 2014-930 du 19 août 2014 (JO 22 août 2014, p. 13936) ajoutant la partie réglementaire relative aux règles domaniales qui s’appliquent de manière spécifique en Guadeloupe, en Martinique, à la Réunion et à Saint-Pierre-et-Miquelon].   Plusieurs remarques s’imposent à propos de ce Code.   Nous aurions pu penser que le CG3P regrouperait toutes les dispositions relatives au domaine public des personnes publiques, mais il n’en est rien. Le terme « général » ne doit pas faire illusion. Le CG3P n’est qu’un code transversal auquel se rattachent des codes plus techniques à l’exemple du Code de la voirie, du CGCT ou du futur Code des transports. En fait, ce ne sont pas moins d’une quinzaine de codes qui sont en jeu. Ainsi dans certains cas, le CG3P est le Code « pilote » alors que dans d’autres situations il n’est que le Code « suiveur », renvoyant à un autre code pour la connaissance du dispositif applicable.   La lisibilité du nouveau dispositif juridique n’est pas non plus évidente dès lors que la codification n’a pas été faite à droit constant. Alors qu’il est recommandé de procéder ainsi, le CG3P comporte de nombreuses modifications des règles jusqu’alors applicables avec des innovations fondamentales.   Le CG3P comporte de nombreux apports dans le domaine de la propriété des personnes publiques. Le Code maintient finalement la distinction entre les deux domaines, alors que cela avait été discuté préalablement avec l’idée que la disparition de cette distinction pourrait simplifier la gestion des biens. Le Code clarifie certaines définitions essentielles en consacrant textuellement celle du domaine public immobilier, en faisant apparaître celle du domaine public mobilier. Il légalise la théorie des mutations domaniales. Il actualise les règles de gestion du domaine public en permettant des transferts de propriété du domaine public soit par vente amiable, soit par échange mais toujours entre personnes publiques et en admettant l’existence de servitudes conventionnelles sur le domaine public. Le Code renouvelle la question de la valorisation économique du domaine public en développant les possibilités pour les collectivités d’occupations privatives constitutives de droits réels et en modernisant le régime de la redevance pour occupation domaniale.  

Introduction

Le domaine public des collectivités territoriales

Introduction

9


Le domaine public des collectivités territoriales 10

Le CG3P ne donne pas toujours toutes les précisions utiles à la bonne compréhension des règles mentionnées. Il faut donc attendre les positions de la juridiction administrative pour bien mesurer l’ampleur de certaines réformes, comme notamment à propos de la nouvelle définition légale du domaine public. Après plusieurs années d’application de ce Code, nous commençons à disposer d’un volume de décisions de justice éclairant plusieurs enjeux des dispositions codifiées ainsi que l’application temporelle du Code. L’entrée en vigueur du Code a été l’occasion d’abroger de nombreux textes relatifs aux propriétés publiques, que ce soit des édits, des ordonnances, des lettres patentes de l’Ancien Régime, des lois révolutionnaires ou encore des textes plus récents. Ce qui est intéressant, parce que rare, reste le fait que l’article 7 IV de l’ordonnance du 21 avril 2006 précitée ait été obligé de rappeler que les textes visés « sont et demeurent abrogés », ce qui montre qu’un texte abrogé peut parfois revenir dans le droit positif à l’occasion d’un visa ou d’une modification par une loi nouvelle. L’objectif est bien cette fois de dire que ces textes ne sauraient retrouver une nouvelle validité.   La 6e édition de cet ouvrage est à jour de la réforme portant sur la soumission à la concurrence de la délivrance des titres d’occupation privative permettant l’exercice d’une activité projetée, instituée par l’ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017 relative à la propriété des personnes publiques, adoptée sur le fondement de la loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016. L’ordonnance apporte des modifications importantes tant sur la procédure d’attribution des titres d’occupation du domaine public (publicité et mise en concurrence) que sur la sortie des biens de ce dernier (en abordant la question des déclassements et cessions).   Cette nouvelle évolution est l’occasion de constater que plus de dix ans après la promulgation du Code général de la propriété des personnes publiques, l’œuvre de lisibilité et de sécurité juridique n’a pas toujours été atteinte au regard du nombre de modifications qui lui ont été apportées. La question de la redevance pour occupation privative en est l’exemple le plus marquant avec l’intervention de plusieurs textes pour définir les exceptions et les positions jurisprudentielles parfois étonnantes en la matière (voir infra l’étude dédiée). Par ailleurs, le droit de la domanialité publique en outre-mer a enfin été codifié avec l’ordonnance n° 2016-1255 du 28 septembre 2016 (JO 29 septembre, voir M.-Ch. MONTECLER, « Le CGPPP outre-mer : la fin de la politique de Gribouille », AJDA, 2016, p. 1841 et C. CHAMARD-HEIM, « L’État et le CGPPP outre-mer : une politique de Gribouille », AJDA, 2016, p. 1810).   > Le plan de l’ouvrage   L’objectif de l’ouvrage est de présenter l’ensemble des règles concernant le domaine public des collectivités territoriales, tel qu’il ressort du CG3P mais aussi des textes et des décisions de justice qui accompagnent ce Code.   Pour cela, nous allons voir comment un bien entre dans le domaine public d’une collectivité et allons donc en déterminer la composition (1re partie). Une fois dans ce domaine, quelles en sont les conséquences sur les modalités de gestion (2e partie) ? Est-il finalement possible pour les collectivités de faire sortir ces biens de ce domaine (3e partie) ?   > À qui s’adresse cet ouvrage ?   Au vu de son contenu précédemment évoqué, cet ouvrage s’adresse à l’ensemble des élus locaux et des agents des collectivités territoriales. En effet, toutes les activités des collectivités territoriales sont confrontées à des enjeux concernant un élément du domaine public. De plus, la gestion d’un tel domaine fait appel à des compétences très diversifiées, tant pour en assurer la gestion – avec par exemple le savoir-faire indispensable pour bien négocier la conclusion et le suivi d’une convention d’occupation domaniale comportant des droits réels pour son bénéficiaire ou un crédit-bail – que pour en assurer la protection.   L’objectif de cet ouvrage est aussi de mettre à disposition un document regroupant l’ensemble des règles relatives au domaine public des collectivités, en sachant que même si la situation est plus simple maintenant avec l’existence du CG3P, il n’en demeure pas moins que la connaissance de ces règles fait appel à plusieurs codes ou législations spécifiques ainsi qu’aux décisions rendues tant par les juridictions administratives, judiciaires que parfois européennes.  

Introduction


Le domaine public des collectivités territoriales

Partie 1 L’appartenance du bien au domaine public des collectivités territoriales

Partie 1

11


Le domaine public des collectivités territoriales

Pendant longtemps, les conditions d’appartenance d’un bien au domaine public d’une collectivité territoriale, comme de toute autre personne morale de droit public, ont été fixées par la juridiction administrative. Cependant, nous savions déjà que le législateur pouvait décider unilatéralement d’inclure un bien d’une personne publique dans son domaine public ou dans son domaine privé. Il en est ainsi par exemple en matière de domaine public routier (article L.111-1 du CVR). À l’inverse, le législateur peut très bien décider d’inclure certains biens des collectivités territoriales dans leur domaine privé, alors que les critères jurisprudentiels d’une domanialité publique sont remplis. C’est le cas notamment des chemins ruraux, appartenant aux communes et affectés à l’usage du public mais qui n’ont pas été classés dans les voies communales et qui font donc partie de leur domaine privé (article L.161-1 du Code rural).   En vertu du principe de libre administration des collectivités territoriales, fondé sur les articles 34 et 72 de la Constitution de 1958 ou sur l’article 3 de la charte européenne de l’autonomie locale, seul le législateur peut procéder à une telle inclusion qui a pour effet de limiter la liberté d’action des collectivités. Aucune autre autorité publique nationale ou locale ne peut de sa seule initiative inclure un bien d’une collectivité publique dans son patrimoine et plus précisément dans son domaine public.   À propos de cette appartenance d’un bien au domaine public des collectivités territoriales, de leurs groupements et établissements publics, la situation semble être nettement plus simple, puisque la définition du domaine public est donnée par l’article L.2111-1 du CG3P. Il reste que cette définition légale, qui reprend grandement mais pas complètement à l’identique celle plus ancienne donnée par la juridiction administrative, ne peut être comprise qu’avec les interprétations de cette juridiction, sans oublier que l’absence d’effet rétroactif ou de déclassement des biens antérieurement dans le domaine public d’une personne publique nécessite de prendre en compte leur date d’affectation.   Le bien (immeuble ou meuble) doit tout d’abord être la propriété d’une collectivité territoriale (I). Mais il n’est pour l’instant qu’une propriété publique ; le bien entre dans le domaine public lorsqu’il remplit les conditions matérielles/ fonctionnelles prévues à la date de ce qui réalise son entrée (II). Malgré les efforts de rationalisation réalisés par le CG3P, la question de la nature juridique des biens d’une collectivité reste parfois délicate et entraîne un contentieux non négligeable (III).  

Partie 1

13


Chapitre I La nécessaire propriété d’une collectivité territoriale La première question qu’il faut se poser avant de déterminer le domaine d’appartenance d’un bien d’une collectivité, c’est évidemment de s’assurer qu’elle en est bien la propriétaire. Seules les personnes publiques peuvent disposer d’un domaine public, comme l’ont toujours rappelé les juridictions administratives. Cela est impossible pour les personnes privées (CE 15 février 1989, Commune de Mouvaux, req. n° 71992 ou CE, avis 10 juin 2004, AFP, n° 370252, EDCE, 2005, n° 56, p. 184). Dès lors, lorsque les collectivités territoriales ont recours à certaines formes de personnes morales de droit privé, à l’exemple des sociétés d’économie mixte locales, des sociétés publiques locales d’aménagement, des sociétés publiques locales ou encore des associations, elles savent que les biens de ces structures ne sauraient être soumis au régime de la domanialité publique. Il existe cependant une exception issue du CG3P avec le cas des archives publiques appartenant à des entreprises publiques (ayant un statut de société privée) qui appartiennent au domaine public mobilier malgré l’absence d’appropriation publique (article L.2112-1 du CG3P).  

A - La nature du droit de propriété sur les biens acquis Les collectivités territoriales sont titulaires d’un réel droit de propriété sur les biens entrés dans leur patrimoine, même s’il présente certaines spécificités.     Il existe plusieurs modes d’acquisition de biens pour les collectivités territoriales, nécessitant le respect de procédures spécifiques.   a) Les modes d’acquisition   Il existe deux modes d’acquisition des biens par les collectivités territoriales : soit gratuitement, soit de manière onéreuse.   L’acquisition à titre gratuit recouvre : - les dons et legs consentis aux collectivités territoriales (articles L.2242-1 à 5 et R.2242-1 à 2 pour les communes, L.3213-6 et 7 et R.3213-9 et 10 pour les départements et L.4221-6 et R.4221-8 et 9 pour les régions, du CGCT) ; - l’acquisition des biens sans maître au profit des communes (articles L.1123-1 et ss. du CG3P, voir Maires de France, Bien connaître la procédure des biens vacants et sans maître, janvier 2014, n° 309, p. 62.). Cela recouvre les biens qui font partie d’une succession ouverte depuis plus de trente ans et pour laquelle aucun successible ne s’est présenté. Les règles de propriété sont alors fixées par l’article 713 du Code civil. Il n’est donc pas prévu ici de formalité préalable. Cette procédure d’acquisition de biens par les communes n’est pas contraire au droit de propriété garanti par la Constitution (CE, 21 mars 2011, M. et Mme A, req. n° 345979).   Il existe une autre voie d’intégration des biens sans maître, la loi n° 2014-1170 du 13 octobre 2014 d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt (JO 14 octobre 2014, p. 16601) ayant distingué selon la nature de l’immeuble (en fonction de son caractère bâti ou non).   Ainsi, sont d’abord concernés les immeubles n’ayant pas de propriétaire connu et pour lesquels, depuis plus de trois ans, la taxe foncière sur les propriétés bâties n’a pas été acquittée ou a été acquittée par un tiers, sachant que cela ne fait pas obstacle à l’application des règles de droit civil relatives à la prescription. Le paiement de l’impôt par un tiers n’empêche plus le déclenchement de la procédure de vacance. L’acquisition est alors opérée dans les conditions suivantes (voir annexe I pour les modèles d’actes) : un arrêté du maire/président de l’établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre, pris après l’avis de la commission communale des impôts directs, constate que l’immeuble satisfait aux conditions susvisées. Le maire (ou le président) procède à la publication et à l’affichage de cet arrêté et, s’il y a lieu, à la notification aux derniers domicile et résidence du dernier propriétaire connu. Une notification est également adressée, si l’immeuble est habité ou exploité, à l’habitant ou à l’exploitant ainsi qu’au tiers qui aurait acquitté les taxes foncières. Cet arrêté est, dans tous les cas, notifié au préfet. Dans le cas

Partie 1

Le domaine public des collectivités territoriales

1. L’entrée dans le patrimoine des collectivités

15


Le domaine public des collectivités territoriales 16

où aucun propriétaire ne s’est fait connaître dans un délai de six mois à dater de l’accomplissement de la dernière des mesures de publicité précitées, l’immeuble est présumé sans maître. La commune/l’établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre dans laquelle/lequel est situé ce bien peut, par délibération du conseil municipal/communautaire, l’incorporer dans le domaine communal. Cette incorporation est constatée par arrêté du maire/président. À défaut de délibération prise dans un délai de six mois à compter de la vacance présumée du bien, sa propriété est attribuée à l’État. Le transfert du bien dans le domaine de l’État est constaté par un arrêté préfectoral. Par ailleurs, principale nouveauté de la loi du 13 octobre 2014 précitée, sont aussi visées, mais séparément du régime précédent, les propriétés non bâties qui entrent dans la catégorie des biens sans maître dès lors qu’elles n’ont pas de propriétaire connu, qui ne sont pas assujetties à la taxe sur les propriétés bâties et pour lesquelles, depuis plus de trois ans, la taxe foncière sur les propriétés non bâties n’a pas été acquittée ou a été acquittée par un tiers, sachant là encore que ce régime ne fait pas obstacle à l’application des règles de droit civil relatives à la prescription. Le paiement de l’impôt par un tiers n’empêche plus le déclenchement de la procédure de vacance. Ce dispositif d’acquisition est applicable lorsque les taxes foncières font l’objet d’une exonération ou ne sont pas mises en recouvrement en application de l’article 1657 du CGI (soit lorsque leur montant est inférieur à 12 euros). L’acquisition est alors opérée dans les conditions différentes du système précédent : au 1er mars de chaque année, les centres des impôts fonciers signalent au préfet de département les immeubles non bâtis satisfaisant auxdites conditions. Au plus tard le 1er juin de chaque année, le préfet arrête alors la liste des immeubles par commune et la transmet au maire de chaque commune concernée. Le préfet et le maire procèdent à la publication et à l’affichage de cet arrêté ainsi que, s’il y a lieu, à la notification aux derniers domicile et résidence du dernier propriétaire connu. Une notification est également adressée, si l’immeuble est habité ou exploité, à l’habitant ou à l’exploitant ainsi qu’au tiers qui a acquitté les taxes foncières. Dans le cas où aucun propriétaire ne s’est fait connaître dans un délai de six mois à compter de l’accomplissement de la dernière des mesures de publicité précitée, l’immeuble est présumé sans maître. Le préfet notifie cette présomption au maire de la commune dans laquelle est situé le bien, qui peut, par délibération du conseil municipal, l’incorporer dans le domaine communal. Cette incorporation est constatée par arrêté du maire. À défaut de délibération prise dans un délai de six mois à compter de la notification de la vacance présumée du bien, sa propriété est attribuée à l’État. Le transfert du bien dans le domaine de l’État est constaté par arrêté du représentant de l’État dans le département. Les bois et forêts acquis dans ces conditions sont spécifiquement soumis au régime forestier prévu à l’article L.211 du Code forestier à l’expiration d’un délai de cinq ans à compter de l’incorporation au domaine communal. Dans ce délai, il peut être procédé à toute opération foncière.   Un bien sans maître attribué à une commune ou un EPCI à fiscalité propre peut être restitué selon les conditions de l’article L.2222-20 du CGPPP. Le propriétaire ou ses ayants droit sont en droit d’en exiger la restitution, sauf si le bien a été aliéné ou utilisé d’une manière empêchant cette restitution. Dans ce cas, ils ne peuvent obtenir qu’une contrepartie de la valeur du bien. À défaut d’accord amiable, cette indemnité est fixée par le juge de l’expropriation.   À propos des procédures d’acquisition à titre gratuit, il convient de rappeler que les collectivités peuvent aussi être bénéficiaires du régime de la prescription acquisitive trentenaire, lorsque les conditions sont réunies (CA Limoges, ch. civ., 15 mars 2011, Commune de Saint-Pierre-Bellevue, n° 10/00218 ou Cass., 3e civ, 3 juillet 2012, Commune de Saint-Paul-sur-Ubaye, pourvoi n° 11-20000).   L’acquisition à titre onéreux peut être réalisée soit à l’amiable, soit par contrainte (voir les travaux d’Yves Luchaire, in Juris-classeur Collectivités territoriales, fascicule 870, p. 6 et ss.).   Le plus souvent, l’acquisition est réalisée à l’amiable. Il en est ainsi pour les achats classiques des collectivités, auxquels s’appliquent les règles issues du droit civil. Il peut s’agir encore d’un échange de biens, dont le régime est cette fois prévu par le CGCT (article L.1111-4 du CG3P). Sans oublier que les collectivités peuvent aussi participer à des enchères pour acheter un bien.   Sur le plan du montage financier de l’acquisition, les collectivités peuvent recourir à la technique du crédit-bail (voir par exemple article L.1311-4-1 du CGCT), elles deviennent alors propriétaires à l’expiration dudit bail.   Elles peuvent encore recourir à la technique de la vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) qui correspond à un contrat par lequel le vendeur transfère immédiatement à l’acquéreur ses droits ainsi que la propriété des constructions existantes. L’usage de cette technique nécessite de respecter certaines conditions : que l’immeuble existe, que la VEFA ne porte que sur une partie et qu’elle n’ait pas été conçue dans le but de satisfaire un besoin exprimé par la

Partie 1

Le domaine public des collectivites territoriales  
Le domaine public des collectivites territoriales