Page 1

La loi MOP

La loi MOP

Aspects juridiques et comptables La loi n° 85-704 du 12 juillet 1985 relative à la maîtrise d’ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée, dite « loi MOP », a pour objectif de réaffirmer la responsabilité des maîtres d’ouvrage par rapport à la qualité des ouvrages et au coût de la construction. Modifiée à de nombreuses reprises et précisée par des décrets d’application, elle forme un ensemble complexe qui peut déconcerter les maîtres d’ouvrage, d’autant plus qu’elle ne s’applique qu’à certains ouvrages réalisés par les collectivités.

Aspects juridiques et comptables

Ces difficultés sont renforcées par l’entrée en vigueur de la nouvelle ordonnance et de son décret d’application relatifs aux marchés publics de 2016.

Corinne Cantat est fonctionnaire territoriale depuis 1984. Après des études à l’IEP d’Aix-en-Provence, elle a intégré les services financiers d’une ville de plus de 100 000 habitants, puis la direction des finances d’un conseil départemental où elle fut adjointe au chef du service de la comptabilité et chef du service marchés dans une direction opérationnelle. Depuis 2002, elle exerce les fonctions de directrice de la commande publique d’une ville moyenne. Auteur d’ouvrages et d’articles pour La Lettre du cadre territorial, elle est également professeur vacataire à l’université et formatrice pour divers organismes, dont le CNFPT. Ancien cadre de la Direction générale des finances publiques, Andrée-Françoise Robert a exercé la fonction de payeur départemental. Elle a principalement occupé, entre autres, les fonctions d’agent comptable dans plusieurs établissements publics nationaux, de directeur des finances et des marchés publics de grandes collectivités, ainsi que celle de trésorier municipal. Elle est formatrice territoriale et auteur d’articles et d’ouvrages pour La Lettre du cadre territorial.

d’EXPERTS

[Dessin Une : Patrick Lestienne] www.territorial-editions.fr ISSN : 1623-8869 – ISBN : 978-2-8186-1466-2

La loi MOP - Aspects juridiques et comptables

Ce Dossier d’experts clarifie l’ensemble des règles juridiques et comptables relatives aux ouvrages entrant dans le champ d’application de la loi. Il propose une analyse précise et accessible de cette dernière et donne aux acheteurs publics les outils pour passer sereinement des marchés de maîtrise d’œuvre ou de mandat de maîtrise d’ouvrage.

d’EXPERTS

Corinne Cantat Andrée-Françoise Robert


La loi MOP

Aspects juridiques et comptables

Corinne Cantat Directeur territorial, directrice de la commande publique d’une ville moyenne Andrée-Françoise Robert Ancien cadre supérieur de la Direction générale des finances publiques

CS 40215 - 38516 Voiron Cedex Tél. : 04 76 65 87 17 - Fax : 04 76 05 01 63 Retrouvez tous nos ouvrages sur www.territorial-editions.fr

d’EXPERTS Référence DE 793 Septembre 2018


Vous souhaitez être informé de la prochaine actualisation de cet ouvrage ?

C’est simple ! Il vous suffit d’envoyer un mail nous le demandant à : jessica.ott@territorial.fr Au moment de la sortie de la nouvelle édition de l’ouvrage, nous vous ferons une offre commerciale préférentielle.

Avertissement de l’éditeur : La lecture de cet ouvrage ne peut en aucun cas dispenser le lecteur de recourir à un professionnel du droit.

Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement la présente publication sans autorisation du Centre Français d’exploitation du droit de Copie. CFC 20, rue des Grands-Augustins 75006 Paris. Tél. : 01 44 07 47 70

© Territorial, Voiron ISBN : 978-2-8186-1466-2 ISBN version numérique : 978-2-8186-1467-9 Imprimé par Reprotechnic, à Bourgoin-Jallieu (38) - Octobre 2018 Dépôt légal à parution


Sommaire Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.9 La genèse de la loi MOP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.9

Introduction Le champ d’application de la loi MOP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 A - La nature de l’ouvrage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 1. Les ouvrages entrant dans le champ d’application de la loi MOP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.11

2. Les ouvrages exclus du champ d’application de la loi MOP. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.11

B - La qualité du maître de l’ouvrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.12 1. Les maîtres d’ouvrage publics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.12

2. Les maîtres d’ouvrage privés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.13

Partie 1 Les acteurs de l’acte à construire, leur compétence, leur rôle Chapitre I Le maître de l’ouvrage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.17 A - Définition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.17 B - Les compétences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 C - L’organisation de la maîtrise d’ouvrage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18

Chapitre II Le mandataire ou maître d’ouvrage délégué . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.19 A - Présentation générale de la mission. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.19 B - Les obligations du mandataire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.19 C - Le contenu de la convention de mandat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.20

Chapitre III Le conducteur d’opération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.21 A - La mission du conducteur d’opération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.21 B - Le contrat du conducteur d’opération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.21

Chapitre IV Les entreprises de travaux publics. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22 A - Le mode de dévolution des marchés publics de travaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22 1. En entreprise générale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.22

2. En entreprises séparées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.22

3. Le groupement momentané d’entreprises. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.22

B - Les groupements d’entreprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22 1. Le groupement solidaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.22

2. Le groupement conjoint. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.23

3. Modification de la composition du groupement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.23

C - Les sous-traitants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.23

A - Les objectifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.24 B - Organisation de la coordination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.24 C - Le coordonnateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.24 Sommaire

La loi MOP

Chapitre V Le coordonnateur de sécurité de santé de chantier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.24

3


D - Le contenu du contrat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.25 E - Nature des missions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.25 1. Au stade de la conception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.25

2. Au stade de la réalisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.25

F - La responsabilité décennale du coordonnateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.25 G - Organisation – Hygiène et sécurité des chantiers : exemples de clauses à mettre dans un CCAP-Travaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.25

Chapitre VI Le contrôle technique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.27

Partie 2 Le maître d’œuvre et les missions de maîtrise d’œuvre Chapitre I Définitions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.41 A - La réponse architecturale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.41 B - La réponse technique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.41 C - La réponse économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.41

Chapitre II Les éléments de missions réglementaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.42 A - Les éléments de mission de conception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.42 1. Les éléments de conception pour un bâtiment neuf . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.42

2. Les éléments de conception en réhabilitation ou réutilisation d’ouvrages de bâtiment. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.44

3. Les éléments de mission de maîtrise d’œuvre pour les opérations de constructions neuves, de réutilisation ou de réhabilitation d’ouvrages d’infrastructure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.45

B - Les éléments de mission d’assistance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.46 1. L’assistance pour la passation du contrat de travaux (ACT) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.46

2. La direction de l’exécution des travaux (DET). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.46

3. L’ordonnancement, le pilotage et la coordination du chantier (OPC) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.47

4. L’assistance lors de la réception et pendant la garantie de parfait achèvement (AOR) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.47

C - Les éléments de mission complémentaires d’assistance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.47

Chapitre III La responsabilité du maître d’œuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.49 Chapitre IV La valorisation de la maîtrise d’œuvre dans les contrats globaux : une dérogation à la loi MOP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.50

Partie 3 La convention de mandat : la mise en œuvre du dispositif comptable Chapitre I Le mandataire doté d’un comptable public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.57 A - Les contrôles du comptable du mandataire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.57

La loi MOP

B - Les contrôles du comptable de la collectivité qui délègue : le mandant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.57

4

Chapitre II Le mandataire non doté d’un comptable public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.58

Sommaire


Chapitre III La rémunération du mandataire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.59 Chapitre IV Le paiement des avances. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.60

Partie 4 La procédure des marchés de maîtrise d’œuvre et l’anonymat du jury de concours Chapitre I Les seuils de passation des marchés de maîtrise d’œuvre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.65 Chapitre II Les marchés de maîtrise d’œuvre passés pour un montant inférieur à 221 000 euros HT . . . . p.66 Chapitre III La procédure des marchés de maîtrise d’œuvre formalisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.67 A - Le concours (article 88 du décret du 25 mars 2016). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.67 B - L’appel d’offres (article 67 du décret du 25 mars 2016) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.68 C - Le dialogue compétitif (article 75 du décret du 25 mars 2016) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.69 D - La procédure concurrentielle avec négociation (article 71 du décret du 25 mars 2016). . . . p.69

Chapitre IV Les seuils de publicité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.71 Chapitre V L’anonymat du jury de concours et son fonctionnement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.72 A - L’anonymat du jury de concours : les dispositions réglementaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.72 B - L’anonymat du jury de concours : son organisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.72 C - La composition du jury de concours. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.72 D - Exemple de composition de jury de concours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.73 E - Le jury de concours. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.73

Partie 5 La rémunération de la maîtrise d’œuvre Chapitre I Évolution des textes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.77 A - Le décret n° 73-207 du 28 février 1973. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.77 B - La loi n° 85-704 du 12 juillet 1985. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.77 C - Le décret n° 93-1268 du 29 novembre 1993. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.77

Chapitre II La méthode d’établissement de la rémunération de la maîtrise d’œuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.78

Chapitre IV La clause de réexamen fixant le forfait définitif de rémunération et les modifications du contrat du maître d’œuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.80

Sommaire

La loi MOP

Chapitre III La rémunération des missions de maîtrise d’œuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.79

5


Partie 6 L’exécution du marché de maîtrise d’œuvre Chapitre I L’ordre de service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.87 A - Le formalisme de l’ordre de service. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.87 B - La classification des ordres de service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.87

Chapitre II Les délais d’exécution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.88 Chapitre III L’application des retenues et des pénalités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.89 Chapitre IV La dématérialisation et la facturation électronique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.90 Chapitre V Les avenants (Code 2006). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.91 Chapitre VI Les prestations complémentaires (Code 2006). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.93

Chapitre VII Modification du marché public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.94 Chapitre VIII L’augmentation de la masse des travaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.96 Chapitre IX La diminution de la masse des travaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.97 Chapitre X La réception des travaux : articles 41 et suivants du CCAG-Travaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.98

Partie 7 Les marchés publics de travaux Chapitre I Les décomptes et les acomptes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.107 A - Le décompte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.107 B - Les acomptes (article 91 du Code 2006 - article 114 du décret 2016). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.108 1. Le règlement de l’acompte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.108 2. Les règlements partiels définitifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.109

Chapitre II Le décompte général définitif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.110 Chapitre III Le paiement au sous-traitant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.113 Chapitre IV Le compte prorata. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.115 A - Contexte

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.115

B - Définition. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.115 La loi MOP

C - Gestion du compte prorata . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.116

6

D - Jurisprudence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.116

Sommaire


Cas pratique Les malheurs du maire de la commune de X lors de la construction de la cafétéria de l’école primaire Annexes Annexe I Liste des textes réglementaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.167 Annexe II Loi n° 85-704 du 12 juillet 1985 relative à la maîtrise d’ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée (version consolidée au 15 mai 2015) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.168 Annexe III Décret n° 93-1268 du 29 novembre 1993 relatif aux missions de maîtrise d’œuvre confiées par des maîtres d’ouvrage publics à des prestataires de droit privé (NOR : EQUU9301161D – Version consolidée au 22 juin 2015) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.174 Annexe IV Arrêté du 21 décembre 1993 précisant les modalités techniques d’exécution des éléments de mission de maîtrise d’œuvre confiés par des maîtres d’ouvrage publics à des prestataires de droit privé (NOR : EQUU9301426A – JORF du 13 janvier 1994). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.181

La loi MOP

Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.193

Sommaire

7


Avant-propos Depuis le 1er avril 2016, le Code des marchés publics 2006 est abrogé par l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015 et le décret n° 2016-360 du 25 mars 2016, relatifs aux marchés publics.   Les nouvelles dispositions s’appliquent aux marchés publics pour lesquels une consultation est engagée ou un avis d’appel public à la concurrence est transmis à la publication à compter du 1er avril 2016.   Les marchés dont la consultation a été lancée antérieurement au 1er avril 2016 et ceux en cours d’exécution demeurent régis par les dispositions du Code des marchés publics 2006 modifié.   La partie de l’ouvrage relative à l’exécution tient compte de cette évolution des textes. Les lecteurs trouveront les références afférentes au Code 2006 et au décret 2016.  

La loi n° 85-704 du 12 juillet 1985, « relative à la maîtrise d’ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée », appelée communément « loi MOP », comporte deux titres ; l’un consacré au maître de l’ouvrage public, et l’autre consacré à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée.   La finalité de la loi était de réaffirmer la responsabilité des maîtres d’ouvrage par rapport à la qualité des ouvrages et du coût des constructions, et de se substituer à la réglementation de 1973 (décret du 28 février 1973 n° 73-207).   Il fallut attendre le 29 novembre 1993 pour la promulgation des décrets d’application relatifs au second titre de la loi et le 21 décembre 1993 pour la publication d’un arrêté précisant les modalités techniques d’exécution des éléments de mission de maîtrise d’œuvre confiés par les maîtres d’ouvrage publics à des prestataires de droit privé.   Ces textes ont été modifiés à maintes reprises, voire abrogés pour certains, et nous pouvons retenir qu’actuellement les marchés publics de maîtrise d’œuvre sont régis essentiellement par les textes de référence suivants : - la loi n° 85-704 du 12 juillet 1985 relative à la maîtrise d’ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée, dite « loi MOP » ; - le décret n° 93-1268 du 29 novembre 1993 relatif aux missions de maîtrise d’œuvre confiées par des maîtres d’ouvrage publics à des prestataires de droit privé ; - l’arrêté du 21 décembre 1993 précisant les modalités techniques d’exécution des éléments de mission de maîtrise d’œuvre, « arrêté MOP » ; - l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015 relatives aux marchés publics (article 33) et son décret d’application n° 2016-360 du 25 mars 2016 - articles 25 I 3 ; 75 ; 76 ; 88 ; 89 ; 90 ; 91 - CCAG-Travaux et CCAG prestations intellectuelles de 2009.   À cela, il convient d’ajouter la directive européenne 2014/24/UE Ces décrets sont au nombre de trois : - le décret n° 93-1268 relatif aux missions de maîtrise d’œuvre confiées par le maître d’ouvrage public à des prestataires de droit privé ; - le décret n° 93-1269 relatif aux concours d’architecture et d’ingénierie ; - le décret n° 93-1270 relatif à la procédure « conception-réalisation ».   La loi initiale fut elle-même modifiée par : - la loi n° 88-1090 du 1er décembre 1988 (JO du 3 décembre 1988) ; - la loi n° 91-662 du 13 juillet 1991 (JO du 19 juillet 1991) ; - la loi n° 96-987 du 14 novembre 1996, (JO du 15 novembre 1996) ; - la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 ; - la loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 ; - l’ordonnance n° 2000-549 du 15 juin 2000 ; - l’ordonnance n° 2010-137 du 11 février 2010 ; - la loi n° 2004-1343 du 9 décembre 2004 ;

Avant-propos

La loi MOP

La genèse de la loi MOP

9


- la loi n° 2010-1487 du 7 décembre 2010 ; - la loi n° 2007-224 du 21 février 2007 ; - la loi n° 88-1090 du 1er décembre 1988 article 1 ; - la loi n° 2009-323 du 25 mars 2009 ; - l’ordonnance n° 2004-566 du 17 juin 2004.   Les dispositions combinées de l’ensemble de ces textes peuvent déconcerter le maître de l’ouvrage et le maître d’œuvre sur la mise en place et le suivi d’un marché de maîtrise d’œuvre.   Avant d’aller plus avant dans notre réflexion, nous vous proposons de méditer sur les propos du maréchal Vauban, relatifs aux constructions… en 1683.   À Monseigneur Louvois,  

Belle-Île-en-Mer, le 17 juillet 1685   Monseigneur,   Il y a quelques queues d’ouvrages des années dernières qui ne sont point finies et qui ne finiront point, et tout cela, Monseigneur, par la confusion que causent les fréquents rabais qui se font dans vos ouvrages, car il est certain que toutes ces ruptures de marchés, manquements de paroles et renouvellement d’adjudications, ne servent qu’à vous attirer comme entrepreneurs, tous les misérables qui ne savent où donner de la tête – les fripons et les ignorants – et à faire fuir tous ceux qui ont de quoi et qui sont capables de conduire une entreprise.   Je dis plus, qu’elles retardent et renchérissent considérablement les ouvrages qui n’en sont que plus mauvais, car ces rabais et bons marchés tant recherchés sont imaginaires, d’autant qu’il est d’un entrepreneur qui perd comme d’un homme qui se noie, qui se prend à tout ce qu’il peut : or, se prendre à tout ce qu’on peut en matière d’entrepreneur, c’est ne pas payer les marchands chez qui il prend les matériaux, friponner ce qu’il peut…, n’employer que les plus méchants matériaux, chicaner sur toutes choses et toujours crier miséricorde contre celui-ci et celui-là…   En voilà assez, Monseigneur, pour vous faire voir l’imperfection de cette conduite : quittez-la donc et au nom de Dieu, rétablissez la bonne foi, donnez les prix et les ouvrages et ne refusez pas un honnête salaire à un entrepreneur qui s’acquitte de son devoir ; ce sera toujours le meilleur marché.

Quatre siècles plus tard, les difficultés de mise en place et de suivi de marchés publics restent d’actualité.   La réponse de Louvois à Vauban datée du 6 août 1685   « Écartez sans faiblesse les méchants entrepreneurs, il en est assez de bons pour construire nos bastions, nos quartiers, nos manufactures et nos bâtiments : n’ayez rapports qu’avec des gens de foi et d’honneur et parmi ceux-ci cherchez le bon marché. »

La loi MOP

10

Avant-propos


Introduction Le champ d’application de la loi MOP La loi n° 85-704 du 12 juillet 1985 est assez floue en ce qui concerne son champ d’application. En effet, son article 1er dispose que ladite loi s’applique « à la réalisation de tous ouvrages de bâtiment ou d’infrastructure ainsi qu’aux équipements industriels destinés à leur exploitation…, dont les maîtres d’ouvrage ».   Une lecture rapide du texte pourrait nous amener à penser qu’entrent dans le champ de la loi, tous ouvrages réalisés par les maîtres d’ouvrage désignés. Il n’en est rien.   La circulaire n° 86-24 du 4 mars 1986 est venue préciser d’une part la nature de l’ouvrage envisagé, d’autre part la qualité du maître de l’ouvrage.   L’article 1er de l’annexe I de la circulaire susnommée dispose que « ce champ d’application est déterminé par le croisement de deux critères : l’objet de l’opération envisagée d’une part (la nature de l’ouvrage), et la qualité du maître de l’ouvrage d’autre part, selon qu’il est ou non mentionné à l’article 1er ».  

A - La nature de l’ouvrage Soit les ouvrages concernés entrent dans le champ d’application de la loi, soit ils en sont exclus.  

1. Les ouvrages entrant dans le champ d’application de la loi MOP La circulaire susnommée précise que « la loi ne concerne que les bâtiments ou infrastructures et les équipements industriels destinés à leur exploitation (exemples : les chaufferies d’immeubles, les stations de pompage…). Elle s’applique non seulement à la réalisation d’ouvrages, mais aussi à la réhabilitation et à la réutilisation d’ouvrages existants ».   Pour appréhender avec certitude la liste des ouvrages qui entrent dans le champ d’application de la loi, il semble qu’un raisonnement a contrario soit plus facile à mener. Nous allons donc étudier les ouvrages exclus, clairement définis par le texte. En conséquence, les autres entrent dans le champ d’application de la loi.  

2. Les ouvrages exclus du champ d’application de la loi MOP Il s’agit de certains ouvrages industriels, des ouvrages d’infrastructure dans les ZAC et lotissements, de certains ouvrages réalisés par les organismes HLM, et des monuments historiques.   a) Les ouvrages industriels   La circulaire précise que « les ouvrages industriels sont exclus du champ d’application de la loi ».   Cependant, le décret n° 86-520 du 14 mars 1986 relatif aux travaux non soumis à la loi MOP précise que « ne sont pas soumises aux dispositions de cette loi, les catégories d’ouvrages de bâtiment ou d’infrastructure suivantes : les ouvrages conçus pour l’exercice d’une activité industrielle incluse à la date de publication du décret… dans les classes 04, 05, 09 à 54 de la nomenclature Insee ».  

L’article 1er du décret susnommé exclut aussi « les centrales de production d’énergie, les centrales de chauffage urbain, et les unités de traitement des déchets ».   Introduction

La loi MOP

Nota Pour mémoire, la liste des classes de la nomenclature Insee a été approuvée par le décret n° 73-1036 du 9 novembre 1973 et abrogée depuis.

11


Enfin, gardons en mémoire les dispositions prévues à l’article 1er de la loi, qui précise bien qu’en matière d’équipements industriels, il faut que leur réalisation soit déterminée par un processus d’exploitation. Cette spécificité est d’ailleurs reprise par la circulaire du 4 mars 1986 : « Les ouvrages de bâtiment ou d’infrastructure destinés à une activité industrielle et dont la conception est déterminée par le processus d’exploitation, sont soumis aux dispositions de la loi ».   b) Les ouvrages d’infrastructure dans les ZAC et lotissements   La circulaire rappelle les dispositions prévues au dernier alinéa de l’article 1er de la loi MOP : « Les maîtres d’ouvrage d’infrastructure réalisés dans le cadre d’une zone d’aménagement concerté (ZAC) ou d’un lotissement au sens du titre premier du livre III du Code de l’urbanisme, ne sont pas soumis en tant que tels aux dispositions de la loi, mais il est souhaitable qu’ils y recourent » (précision apportée par la circulaire).   La circulaire arrête là la liste des ouvrages exclus du champ d’application de la loi MOP. Cependant, un autre texte a restreint le champ d’application de la loi.   c) Certains ouvrages d’organismes HLM et de SEM   C’est la loi n° 91-662 du 13 juillet 1991 sur la ville (appelée communément loi LOV) qui a ajouté aux exceptions ci-avant énoncées certains ouvrages d’organismes HLM.   Il s’agit de contrats de vente d’immeubles passés selon les dispositions prévues aux articles 1601-1 à 1601-3 du Code civil, à savoir : - la vente à terme ; - la vente en l’état futur d’achèvement (VEFA).   La loi a également exclu du champ d’application de la loi MOP, « les ouvrages destinés à s’intégrer à des constructions relevant d’autres régimes juridiques », ainsi que les logements aidés en accession à la propriété.   d) Les monuments historiques   Article 20, loi MOP « La présente loi n’est pas applicable aux opérations de restauration des édifices protégés, en application de la loi du 31 décembre 1913 modifiée sur les monuments historiques. »

Dans ce cas précis, il n’y a pas de séparation entre la fonction de maître de l’ouvrage et de maître d’œuvre. Le maître d’œuvre est une personne publique (architecte de l’État). Or, la loi MOP concerne la maîtrise d’œuvre privée uniquement, d’où l’exclusion du champ de la loi des monuments historiques. Il s’agit des bâtiments classés monument historique alors que le monument inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques est soumis à la loi MOP pour leur restauration.  

B - La qualité du maître de l’ouvrage L’article 1er de la loi MOP, modifié par l’article 111 de la loi n° 2009-323 du 25 mars 2009, liste les maîtres de l’ouvrage publics.  

La loi MOP

1. Les maîtres d’ouvrage publics

12

Les maîtres d’ouvrage publics peuvent être : - l’État et l’ensemble de ses établissements publics, c’est-à-dire les établissements publics administratifs (EPA) et les établissements publics industriels et commerciaux (EPIC) ; - les collectivités territoriales (communes, départements, régions), leurs établissements publics locaux (collèges, lycées, hôpitaux), les groupements de collectivités locales (syndicats intercommunaux, groupements de communes) ; - les chambres de commerce, d’industrie, d’agriculture, de métiers, et autres établissements publics.   Nous limiterons volontairement notre propos aux collectivités territoriales.   Introduction


2. Les maîtres d’ouvrage privés

La loi MOP

Les maîtres d’ouvrage privés sont : - des personnes morales de droit privé qui réalisent des ouvrages d’intérêt public en faisant appel à des fonds d’origine publique ; - les organismes de Sécurité sociale ; - les organismes privés d’HLM lorsqu’ils construisent des logements aidés par l’État ; - les sociétés d’économie mixte lorsqu’elles construisent des logements aidés par l’État, les SPL (sociétés publiques locales), les SEM locales non soumises à la loi MOP pour leur besoin propre mais elles doivent l’appliquer quand elles agissent au nom et pour le compte d’un maître d’ouvrage soumis aux dispositions de la loi MOP.  

Introduction

13


La loi MOP

Partie 1 Les acteurs de l’acte à construire, leur compétence, leur rôle

Partie 1

15


Il s’agit principalement : - du maître de l’ouvrage ; - du mandataire ; - du conducteur d’opération ; - des entreprises du bâtiment et de travaux publics ; - du coordonnateur en matière de sécurité et de protection de la santé des travailleurs (CSPS) ; - du contrôleur technique ; - de l’assistant au maître d’ouvrage (AMO) ; - de l’ordonnancement, du pilotage de la coordination (OPC).   Le maître d’œuvre est étudié dans le chapitre suivant.  

Chapitre I Le maître de l’ouvrage

A - Définition L’article 1er de la loi MOP modifié par la loi n° 2009-323 du 25 mars 2009 - art. 111 définit ainsi le maître d’ouvrage :   Article 1er de la loi MOP, modifié par la loi n° 2009-323 du 25 mars 2009 article 111 « Les dispositions de ladite loi sont applicables pour la construction de bâtiments… dont les maîtres de l’ouvrage sont : - l’État et ses établissements publics ; - les collectivités territoriales, leurs établissements publics… »

L’article 2 modifié par l’ordonnance n° 2004-566 du 17 juin 2004 - art. 1 complète les dispositions prévues au précédent article :  

Le maître d’ouvrage est donc une personne morale pour laquelle l’ouvrage est construit, qui exerce une fonction d’intérêt général. Lui seul a la charge du financement de l’ouvrage. C’est un décideur qui exerce une responsabilité dont il ne peut se démettre. La sous-traitance d’un contrat de maîtrise d’ouvrage est de ce fait interdite.   La loi MOP dispose que la maîtrise d’ouvrage publique est la réalisation de tous les ouvrages de bâtiment ou d’infrastructure ainsi qu’aux équipements industriels destinés à leur exploitation, par les personnes publiques qui doivent respecter les dispositions de ladite loi et son décret d’application, à savoir : - l’État et ses établissements ; - les collectivités territoriales, leurs établissements publics d’aménagement de ville nouvelle ; - les organismes privés de Sécurité sociale ainsi que leurs unions ou fédérations (caisse d’allocations familiales, caisse d’assurance vieillesse, caisse d’assurance maladie, etc.) ; - les organismes privés d’habitations à loyer modéré, ainsi que les sociétés d’économie mixte, pour les logements à usage locatif aidés par l’État et réalisés par ces organismes et sociétés.   En revanche, n’entrent pas dans les dispositions de la loi MOP, les réalisations suivantes : - ouvrages de bâtiment ou d’infrastructure destinés à une activité industrielle dont la conception est déterminée par le processus d’exploitation ;

Partie 1

La loi MOP

Article 2 de la loi MOP, modifié par l’ordonnance n° 2004-566 du 17 juin 2004 article 1 « Le maître de l’ouvrage est la personne morale mentionnée à l’article 1er, pour laquelle l’ouvrage est construit. Responsable principal de l’ouvrage, il remplit dans ce rôle une fonction d’intérêt général dont il ne peut se démettre. Il lui appartient, après s’être assuré de la faisabilité et de l’opportunité de l’opération envisagée, d’en déterminer la localisation, d’en définir le programme, d’en arrêter l’enveloppe financière, d’en assurer le financement… »

17


- ouvrages d’infrastructure réalisés dans le cadre d’une zone d’aménagement concerté ou d’un lotissement ; - ouvrages de bâtiment acquis par des organismes privés d’habitations à loyer modéré, par un contrat de vente d’immeuble à construire.   Ces marchés, non soumis aux dispositions de la loi MOP, doivent respecter celles du Code des marchés, le cas échéant.  

B - Les compétences Les compétences dévolues au maître d’ouvrage de par la loi sont : - la faisabilité ; - l’opportunité de l’opération envisagée ; - la détermination de la localisation ; - la définition du programme ; - l’enveloppe financière ; - le financement ; - le processus de réalisation ; - le choix et la conclusion des contrats.   La délibération initiale d’approbation du projet par la collectivité doit reprendre l’ensemble de ces points.  

C - L’organisation de la maîtrise d’ouvrage En ce qui concerne l’organisation de la maîtrise d’ouvrage, le maître de l’ouvrage a le choix entre deux possibilités : 1/ soit il intègre toutes les fonctions énumérées précédemment et gère donc l’intégralité du dossier. On parle d’une maîtrise d’ouvrage directe ;   2/ soit il ne les intègre pas et recherche à l’extérieur les compétences. Il peut s’agir : - d’une assistance externe ponctuelle, - de la recherche d’un conducteur d’opération, qui sera choisi par la collectivité par le biais d’une procédure de marché public avec mise en concurrence. Le conducteur d’opération a un rôle d’assistance générale à caractère technique, administratif et financier (il ne signe rien, il ne paye rien). Son rôle est défini à l’article 6 de la loi. On parle alors d’une maîtrise d’ouvrage assistée, - d’un mandat qui est un contrat par lequel le maître de l’ouvrage confie à un tiers clairement défini par la loi le soin d’agir en son nom et pour son compte (article 4). Il s’agit alors d’une maîtrise d’ouvrage déléguée ou mandatée (articles 3, 4, 5 de la loi MOP). Le contenu dudit mandat est défini à l’article 5. Cette mission est incompatible avec toute autre mission de maîtrise d’œuvre, de travaux et de contrôle technique (modifié par l’ordonnance n° 2004566 du 17 juin 2004 - art. 2), - les notions de co-maîtrise d’ouvrage et de délégation de maîtrise d’ouvrage ont été introduites par l’ordonnance 2004-566 qui précise :   Ordonnance 2004-566 du 17 juin 2004, article 2 II « Lorsque la réalisation, la réutilisation ou la réhabilitation d’un ouvrage ou d’un ensemble d’ouvrages relèvent simultanément de la compétence de plusieurs maîtres d’ouvrage, ces derniers peuvent désigner, par convention, celui d’entre eux qui assurera la maîtrise d’ouvrage de l’opération. Cette convention précise les conditions d’organisation de la maîtrise d’ouvrage exercée et en fixe le terme. »

La loi MOP

Il peut s’agir dans ce cas : * d’une co-maîtrise d’ouvrage partagée (groupement de commande) devant répondre aux stipulations de l’article 28 de l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015, * d’une co-maîtrise d’ouvrage intégrée (appelé aussi transfert temporaire de maîtrise d’ouvrage ou délégation de maîtrise d’ouvrage).  

18

Partie 1

La loi MOP - Aspects juridiques et comptables  

La loi MOP forme un ensemble complexe qui ne s'applique qu'à certains ouvrages réalisés par les collectivités. Cet ouvrage clarifie l'ensemb...

La loi MOP - Aspects juridiques et comptables  

La loi MOP forme un ensemble complexe qui ne s'applique qu'à certains ouvrages réalisés par les collectivités. Cet ouvrage clarifie l'ensemb...