Page 1

La commune et l'école

La commune et l'école Guide pratique de A à Z

Le monde des acteurs de la vie scolaire, parascolaire et périscolaire se rénove et l'action des collectivités ne cesse de s'accroître. La nouvelle édition de cet abécédaire demeure donc l'indispensable compagnon des néophytes en ce domaine. Mais pour les spécialistes, elle s'impose plus encore dans la nécessaire prise en compte des nombreuses et récentes évolutions de ce secteur. Quels sont les impacts de la refonte des règles de la commande publique ? Comment se passe la scolarisation d'un élève au titre des ULIS ? Comment le financement des élèves inscrits dans une commune voisine est-il réparti ? Quels choix opérer en matière de restauration scolaire ? Quelles sanctions pour le non-respect des mises aux normes d'accessibilité ? Quelles conditions de recrutement et d'emploi pour les AESH ? Quelles sont les conséquences de la loi NOTRe sur la gestion des transports scolaires ?

Guide pratique de A à Z

Anaïs Fauglas est avocat, spécialisée en droit public et droit de la construction. Son expérience de près de 10 ans au sein de différents départements spécialisés de grands cabinets français lui a permis de développer des expertises spécifiques, mais également d'avoir une approche transversale et pluridisciplinaire des dossiers, souvent à la marge du droit public et du droit privé. Elle a également été chargée d'enseignement à l'Université Panthéon-Sorbonne et anime des formations dédiées aux professionnels en droit de la construction. Docteur en droit public (Paris II) et diplômé de Sciences Po Paris, Éric Landot est avocat au barreau de Paris. Il a été chargé d'études à l'Association des maires de France. Le cabinet qu'il a fondé est dédié au droit public et privé des collectivités locales. Il a rédigé plus de 1 200 articles et 31 ouvrages.

d’EXPERTS

[Dessin Une : Patrick Lestienne] www.territorial-editions.fr ISSN : 1623-8869 – ISBN : 978-2-8186-1411-2

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

Ces questions et des centaines d'autres sont traitées de manière exhaustive au fil de cet ouvrage pédagogique et vivant.

d’EXPERTS

Éric Landot Anaïs Fauglas


La commune et l'école

-

Guide pratique de A à Z

Éric Landot Avocat, fondateur du cabinet Landot & associés Mise à jour par Anaïs Fauglas Avocat, fondatrice du cabinet Fauglas Avocat Éric Landot Avocat, fondateur du cabinet Landot & associés

CS 40215 - 38516 Voiron Cedex Tél. : 04 76 65 87 17 - Fax : 04 76 05 01 63 Retrouvez tous nos ouvrages sur www.territorial-editions.fr

d’EXPERTS

Référence DE 670 Avril 2018


Vous souhaitez être informé de la prochaine actualisation de cet ouvrage ?

C’est simple ! Il vous suffit d’envoyer un mail nous le demandant à : jessica.ott@territorial.fr Au moment de la sortie de la nouvelle édition de l’ouvrage, nous vous ferons une offre commerciale préférentielle.

Avertissement de l’éditeur : La lecture de cet ouvrage ne peut en aucun cas dispenser le lecteur de recourir à un professionnel du droit.

Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement la présente publication sans autorisation du Centre Français d’exploitation du droit de Copie. CFC 20, rue des Grands-Augustins 75006 Paris. Tél. : 01 44 07 47 70

© Territorial, Voiron ISBN : 978-2-8186-1411-2 ISBN version numérique : 978-2-8186-1412-9 Imprimé par Reprotechnic, à Bourgoin Jallieu (38) - Mai 2018 Dépôt légal à parution


Sommaire Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.9

A Accueil de loisirs sans hébergement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 Accueil en cas de grève. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 Accident. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 Achat public. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 Alcool. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 ALSH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 Associations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 Assurances et responsabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.18 ATSEM. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.30

B Base élèves. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.33 Bâtiments scolaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.33 BE1D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.33 BEESAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.33

C Caisse des écoles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.34

Cantine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.39 Carte scolaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.39 Centre de loisirs sans hébergement (auj. ALSH). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.41 Chèque d’accompagnement personnalisé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.41 Classes (ouverture et fermeture de…) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.41 Classes adaptées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.41 Classes de nature, de mer, de découvertes, de neige, etc.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.43 Classes transplantées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.43

Sommaire

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

CAO. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.39

3


CLSH. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.43 Commande publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.43 Commune voisine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.43 Conseil d’école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.44 Conseil de l’école. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.52 Contrôles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.53 Coopération intercommunale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.53

D Divorces. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.54 Domaine public. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.57 Dotation spéciale pour le logement des instituteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.57 Drogues. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.57 Droits d’auteurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.57 DSI. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.57

E École obligatoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.58 Écoles et classes (implantation des…) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.58 Écoles privées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.59 ELCO. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.76 Élèves précoces. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.76 Enseignement privé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.77 EPEP. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.77

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

EPLE / EPEP. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.77

4

Étrangers en situation irrégulière. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.78 Étude surveillée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.78

F Fichier base élèves . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.81 Fournitures scolaires et dotation par élève. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.81

Sommaire


G Garderies pré- et post-scolaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.83 Gens du voyage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.83 Grève. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.85 Grippe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.85

H Handicap . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.86 Heures et jours d’école. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.94

I Immigrés clandestins. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.99 Implantation des écoles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.99 Incendie (exercices d’). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.99 Informations sensibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.101 Informatique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.101 Informatique et libertés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.103 Inscription d’un élève d’une commune voisine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.104 Inscription, obligation de l’instruction, fichier base élèves et contrôles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.105 Instituteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.116 Instruction obligatoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.116 Interclasses. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.116

J Jour du maire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.129 Jours d’ouverture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.129 Jury de concours. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.129

Sommaire

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

Intercommunalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.116

5


L Langue régionale (enseignement en) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.130 Locaux scolaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.130 Logement de l’instituteur et DSI. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.135

M Maître nageur (aujourd’hui BEESAN). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.141 Manuels scolaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.141 Médicament. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.141

N Natation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.142 Nouvelle bonification indiciaire (NBI) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.143 Nombre d’écoles ou de classes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.144

O Obligation scolaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.145

P Pandémie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.148 Parascolaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.148 Parents divorcés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.150

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

Parent ivre, drogué ou en difficulté psychiatrique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.151

6

Participation financière (à une commune voisine) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.151 Pause méridienne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.151 Pédibus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.151 Périscolaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.152 Photocopies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.153 Piscine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.153 Pollution du sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.154

Sommaire


Poux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.155 Précocité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.155 Privé (secteur) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.155 Psychiatriques (difficultés). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.155

Q Quotient familial. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.156

R Remunicipalisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.157 Répartition intercommunale des charges scolaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.158 Reproductions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.161 Responsabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.162 Restauration scolaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.162 Réunions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.173 Réussite éducative (dispositifs de… et conseil consultatif de…) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.174 Rythmes scolaires / rythmes de vie de l’enfant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.174

S Santé et organisation du service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.175 Secteur privé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.178 Sécurité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.178 Semaine de 5 jours. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.178

Service minimum d’accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.179 SIVOS (syndicat intercommunal à vocation scolaire) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.179 SMA (service minimum d’accueil). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.179 Sortie scolaire et responsabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.183 Surdoués (précocité). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.186

Sommaire

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

Semaine scolaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.178

7


T Taux d’encadrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.187 Téléphone mobile. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.189 Temps scolaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.189 Terrorisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.189 Transports scolaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.190

U ULIS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.200 Utilisation des locaux scolaires pendant et hors le temps scolaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.200

V Vaccins. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.207

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

Vidéoprotection. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.207

8

Sommaire


Introduction « Première priorité nationale » selon le Code de l’éducation nationale, l’éducation des enfants, conçue pour eux et en fonction d’eux1, n’est pas un service public monolithique.  

Article L.111-1 du Code de l’éducation « L’éducation est la première priorité nationale. Le service public de l’éducation est conçu et organisé en fonction des élèves et des étudiants. Il contribue à l’égalité des chances et à lutter contre les inégalités sociales et territoriales en matière de réussite scolaire et éducative. Il reconnaît que tous les enfants partagent la capacité d’apprendre et de progresser. Il veille à l’inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction. Il veille également à la mixité sociale des publics scolarisés au sein des établissements d’enseignement. Pour garantir la réussite de tous, l’école se construit avec la participation des parents, quelle que soit leur origine sociale. Elle s’enrichit et se conforte par le dialogue et la coopération entre tous les acteurs de la communauté éducative. Outre la transmission des connaissances, la Nation fixe comme mission première à l’école de faire partager aux élèves les valeurs de la République. Le service public de l’éducation fait acquérir à tous les élèves le respect de l’égale dignité des êtres humains, de la liberté de conscience et de la laïcité. Par son organisation et ses méthodes, comme par la formation des maîtres qui y enseignent, il favorise la coopération entre les élèves. Dans l’exercice de leurs fonctions, les personnels mettent en œuvre ces valeurs. Le droit à l’éducation est garanti à chacun afin de lui permettre de développer sa personnalité, d’élever son niveau de formation initiale et continue, de s’insérer dans la vie sociale et professionnelle, d’exercer sa citoyenneté. Pour garantir ce droit dans le respect de l’égalité des chances, des aides sont attribuées aux élèves et aux étudiants selon leurs ressources et leurs mérites. La répartition des moyens du service public de l’éducation tient compte des différences de situation, notamment en matière économique et sociale. Elle a pour but de renforcer l’encadrement des élèves dans les écoles et établissements d’enseignement situés dans des zones d’environnement social défavorisé et des zones d’habitat dispersé, et de permettre de façon générale aux élèves en difficulté, quelle qu’en soit l’origine, en particulier de santé, de bénéficier d’actions de soutien individualisé. L’école garantit à tous les élèves l’apprentissage et la maîtrise de la langue française. L’acquisition d’une culture générale et d’une qualification reconnue est assurée à tous les jeunes, quelle que soit leur origine sociale, culturelle ou géographique. »

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

Pour assurer ce service public, chaque niveau de collectivités locales exerce des fonctions et missions particulières, avec un enchevêtrement caractéristique du mille-feuille institutionnel français. Schématiquement, en effet, l’État s’occupe de l’éducation elle-même, la région prend en charge les lycées et l’enseignement technique, le département gère les collèges… Dans cet ensemble fragmenté, les communes ne sont pas en reste : elles constituent même la « première ligne d’intervention » du service de l’éducation. Cependant, même à ce stade, les compétences des communes sont encadrées et parfois partagées puisque, schématiquement, l’État a la charge de l’enseignement et du personnel, la commune a la charge de l’établissement primaire, du personnel de service ainsi que des activités périscolaires et du personnel y attenant. La commune intervient également à diverses étapes dans l’organisation du service et le contrôle des obligations scolaires. L’objet de ce présent ouvrage est de retracer les responsabilités et les marges de manœuvre des communes, à destination des élus comme des cadres territoriaux. Et parce que ce service public s’avère kaléidoscopique, ce livre est conçu comme un abécédaire. Bon courage et bonne lecture !  

1. Formulation qui résulte, en fait, d’un compromis pour sortir d’une guerre presque théologique…

Introduction

9


A

Accueil de loisirs sans hébergement  

Voir « Utilisation des locaux scolaires pendant et hors le temps scolaire » et « Périscolaire ».

Accueil en cas de grève Voir « SMA ».

Accident  

Voir « Assurances et responsabilité », « Restauration scolaire », « SMA », « Locaux scolaires », « Santé et organisation du service » ainsi que « Parent ivre, drogué ou en difficulté psychiatrique ».

Achat public Voir aussi « Fournitures scolaires et dotation par élève » (pour le prix des livres) et « Restauration scolaire » (notamment pour les ententes entre communes)

Difficile de combiner règles de la commande publique et demandes multiples et tardives émanant des écoles ou des équipes en charge du périscolaire… Néanmoins, il existe deux ou trois ficelles permettant d’éviter que la rigueur ne tourne au blocage…  

(Ex-) Mapa : prendre des gants   Le seuil des marchés en procédure adaptée (Mapa) n’est pas des plus commodes ; le seuil de mise en concurrence et de publicité a été rabaissé à 4 000 euros HT à la suite d’un arrêt du Conseil d’État du 10 février 2010 (CE, 10 février 2010, M. Franck A., req. n° 329100). Ce seuil a depuis été remonté à 25 000 euros HT par décret n° 2015-1904 du 30 décembre 2015. Et encore, le calcul de ce seuil donne-t-il lieu à bien des conjectures juridiques… Désormais : - en dessous de ce seuil, le nouveau décret n° 2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux marchés publics dispose que ces marchés ne sont plus des MAPA mais relèvent de la procédure négociée sans publicité ni mise en concurrence

A

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

Achats de prestations éducatives : comment faire simple ?

11


préalable. L’acheteur public doit cependant toujours veiller « à choisir une offre répondant de manière pertinente au besoin, à faire une bonne utilisation des deniers publics et à ne pas contracter systématiquement avec un même prestataire lorsqu’il existe une pluralité d’offres potentielles susceptibles de répondre au besoin » (ancien article 28 CMP). Une gestion de bon sens appelle donc à procéder à une comparaison de devis pour justifier de l’utilisation raisonnable des deniers publics en cas de contrôle et de prendre garde à ne pas recourir systématiquement au même prestataire ; - au-delà, les modalités de mise en œuvre de la procédure adaptée de passation du marché peuvent être fixées librement en fonction des caractéristiques du marché, de son montant, etc. Il est possible notamment de s’inspirer des procédures formalisées prévues par le Code des marchés (attention : une référence exprès à une procédure formalisée spécifique implique de respecter l’intégralité de ses modalités). Tout marché dont le montant est supérieur à 25 000 euros HT doit faire l’objet d’une publicité, mais pas nécessairement d’une publication, notamment lorsqu’il s’agit de petits montants. Il convient donc d’élaborer a minima un mini AAPC (avis d’appel à concurrence ou à candidature) sur le site Internet pour les marchés de faible montant. Une diffusion plus large doit être privilégiée pour les marchés très concurrentiels afin que tous les fournisseurs puissent être informés. La publicité d’un marché doit donc être appréciée au cas par cas en fonction de l’objet du marché (CE, 7 octobre 2005, Région Nord-Pas-de-Calais, n° 278732, AJDA 2005 p. 2128). Il s’avère utile d’avoir prévu : - la possibilité de demander des devis aussi à ceux qui n’ont pas répondu à l’AAPC (sinon on se prive des petits fournisseurs locaux et des achats sur Internet) ; - d es critères laissant une certaine souplesse dans le jugement des offres… - la faculté (dans le règlement de la consultation) de négocier (en parfaite égalité de traitement entre candidats) après remise des offres.   Pour les indispensables achats de dernière minute (achats des ateliers de loisirs créatifs…), ils peuvent être pratiqués de la manière suivante : - la collectivité fait une publicité annuelle dans la presse locale avec la liste indicative de ces services ou fournitures (demandes de plaquettes, tarifs…) ; - puis la mise en concurrence se fera par comparaison rapide des prix au fil des besoins…, pour des petits montants uniquement, naturellement.  

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

Et au-delà des Mapa ?

12

Au-delà des seuils des Mapa, restent des moyens de ne pas en passer systématiquement par les plus lourdes des procédures : - nombre d’opérateurs qui usent des marchés publics à bons de commande omettent d’user de la facilité reconnue par le Code des marchés publics d’être infidèles (pour 1 % du montant du marché plafonné à 10 000 euros HT) à l’attributaire du marché…, commode pour aller plus vite que les délais de livraison de l’attributaire du marché à bons de commande. Cette faculté posée par l’ancien article 77-III du Code des marchés publics pourrait toutefois disparaître avec la refonte des marchés publics par l’ordonnance du 23 juillet 2015 ; - certaines collectivités découvrent les lourdeurs initiales, mais aussi, ensuite, les facilités des accords-cadres (sélection de prestataires potentiels, puis rapides mises en concurrence sans nouvelle publicité au fil des besoins ; - voir nouvelle définition des accords-cadres aux articles 78, 79 et 80 du décret n° 2016-260 du 25 mars 2016 relatif aux marchés publics) ; - certains achats peuvent gagner, au moins ponctuellement, à passer par des centrales d’achats. Bien comprendre les différents mécanismes de passation des marchés et trouver les bonnes astuces afin d’avoir une réelle souplesse de fonctionnement passe donc par une lecture assidue de la réglementation en vigueur… qui vient de connaître un grand toilettage. Les anciens amateurs du Code des marchés publics vont à présent devoir revoir leurs classiques avec la publication récente de l’ordonnance du 23 juillet 2015 et du décret du 25 mars 2016 qui a entraîné une refonte des règles de la commande publique.  

A


Prestations entre personnes publiques En vertu de jurisprudences libératrices de 2008 et de 2009 de la Cour de justice de l’Union européenne, ont été exonérées des règles de concurrence et de publicité les prestations entre collectivités publiques : - soit si elles sont passées entre une collectivité et une structure à 100 % publique dont cette collectivité est membre (CJUE, 13 novembre 2008, Coditel Brabant SA, C-324/07)… ; voilà qui notamment libéralise nombre de prestations de services ou de mutualisations entre une commune et un EPCI dont la commune est membre (grand classique : usage pour la restauration scolaire de la restauration de la maison de retraite intercommunale) ; - soit si elles sont passées entre collectivités publiques à la condition que la collectivité prestataire n’agisse pas dans un but lucratif (CJUE, 9 juin 2006, RFA [affaire dite des « déchets de Hambourg »], C-480/06)…, cas classique de la convention par laquelle les écoles communales utilisent le restaurant du collège par convention avec le département.   L’ordonnance du 23 juillet 2015 a assoupli ce critère en acceptant désormais que l’opérateur en cause bénéficie de capitaux privés.  

Remarque Ces jurisprudences européennes de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE, ex-CJCE) ont été reprises en droit interne (CAA Paris, 30 juin 2009,Ville de Paris, req. n° 07PA02380). Cependant, dans certaines hypothèses, l’application de la jurisprudence « déchets de Hambourg » précitée a été bridée par une réaction du législateur français, qui en a limité la portée (prohibition sauf dans certains cas, tels que les conventions entre établissements publics de coopération intercommunale, ou entre syndicats mixtes…) via l’article L.5111-1 du Code général des collectivités territoriales (CGCT), introduit par la loi du 16 décembre 2010 laquelle, sur ce point, avait donné lieu à un intense travail de lobbying. Ainsi la France fait-elle partie, désormais, des rares États européens qui se privent dans nombre de cas de telles souplesses (sauf régimes particuliers : voir les articles L.5211-4-1 et suivants du CGCT, ainsi que les articles L.5216-7-1, L.5215-27 ; voir aussi l’usage intelligent qui peut parfois être fait des groupements de commandes : article 28 de l’ordonnance du 23 juillet 2015).

Appels d’offres : comment associer le service éducation à la CAO ?     Dans le cadre de prestations de services ou d’achats de fournitures : adapter la composition de la CAO à l’objet du marché   Les collectivités disposent de différents moyens d’adapter au cas par cas la composition de la commission d’appel d’offres conduite à se prononcer sur un marché afférent à une compétence scolaire au sens large : - faire participer à la commission d’appel d’offres des agents de la collectivité « compétents dans la matière qui fait l’objet de la consultation » (articles 101 de l’ordonnance du 23 juillet 2015 et L.1411-5 du Code général des collectivités territoriales). Il peut s’agir d’agents du service éducation en charge de dossiers en cause dans l’objet de la consultation, voire d’agents en charge de l’encadrement des élèves, qui seront à même d’éclairer les élus sur la qualité technique des offres des candidats. Ces agents sont alors appelés à participer par la commission d’appel d’offres elle-même. Ils ne disposent que de voix consultatives ; - faire participer à la commission d’appel d’offres « des personnalités désignées par le président de la commission en raison de leur compétence dans la matière qui fait l’objet de la consultation » (articles 101 de l’ordonnance du 23 juillet 2015 et L.1411-5 du Code général des collectivités territoriales). Il s’agit ici d’associer aux travaux de la commission des personnalités extérieures à la collectivité qui a lancé la consultation. Il peut s’agir d’agents du rectorat, du ministère… Le président de la commission désigne ces personnalités par arrêté. Là encore, ces intervenants n’ont qu’une voix consultative.  

A

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

Comment ?

13


Lors de la construction de nouvelles infrastructures : adjoindre des personnalités au sein des jurys de concours de maîtrise d’œuvre

Dans le cadre des jurys de concours, seules sont présentes des personnes indépendantes des participants au concours. L’article 89 du décret du 23 mars 2016 exige désormais que lorsqu’une qualification professionnelle particulière est exigée pour participer à un concours, au moins un tiers (1/3) des membres du jury doit posséder cette qualification. Ces membres ont une voix délibérative.  

Qui ?   Les personnalités qualifiées ou désignées doivent disposer des compétences adéquates, au regard de l’objet précis du marché, qui justifient qu’elles siègent pour donner un avis technique. Il ne s’agit, à titre d’illustrations, : - n i de faire siéger comme personnalité compétente « dans la matière qui fait l’objet de la consultation » un agent chargé de l’encadrement des enfants lors des activités périscolaires, dans le cadre d’une CAO appelée à se prononcer sur l’attribution d’un marché de fourniture de repas ; - ni, plus largement, de faire systématiquement siéger un agent qui ne disposerait pas de l’ensemble des compétences transversales requises. À défaut, le risque consiste en ce que la composition de la commission ou du jury soit considérée comme irrégulière, ce qui peut entraîner l’annulation du marché qui est alors considéré comme attribué au terme d’une procédure irrégulière (v. par exemple : TA Caen, 3 juillet 2007, Préfet du Calvados, n° 0601903, AJDA 21 janvier 2008, p. 109).   Sources Article 101 de l’ordonnance du 23 juillet 2015 et article 89 du décret du 23 mars 2016

  Bien entendu, il importe, surtout, de consulter les services en amont, lors de l’évaluation précise des besoins préalables à la rédaction du cahier des charges, puis dans le cadre de la rédaction du cahier des clauses techniques particulières.  

Livraison de repas en liaison froide : fourniture ou services ?    

Voir ci-après « Restauration scolaire ».

Quelle frontière entre subvention et marché public ?

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

Entre appels d’offres et appels à projets, comment écouter la différence ? Comment éviter les dissonances ? Et doit-on toujours en passer par les fourches caudines des marchés publics ? Comment faire entendre sa voix ? Esquisse de réponse.  

14

Si un projet est purement associatif, l’association peut-elle demander une aide à la collectivité sans avoir à attendre un « appel à projets » ?   OUI. Mais l’aide n’étant pas pour l’association « un droit », la collectivité peut décider de n’aider que les associations répondant à ses éventuels appels à projets.  

A


En droit, qu’est-ce qu’un appel à projets ?   C’est une procédure dont la collectivité peut décider de se doter pour obliger les associations à répondre aux besoins du territoire tels que la collectivité les voit. Ce n’est pas pour la collectivité une obligation légale d’utiliser cet outil, contrairement à ce qui est parfois affirmé.   L’appel à projets consiste en une procédure de consultation préparatoire définie par la collectivité aux fins de sélectionner différents projets préalablement à la conclusion d’une convention de subventionnement. L’élaboration d’un appel à projets s’inscrit donc nécessairement dans l’élaboration de la politique d’attribution des aides publiques de la collectivité.  

Un appel à projets n’est donc pas un marché public ?   NON. Mais la collectivité doit ensuite comparer les projets des associations en respectant un minimum d’égalité de traitement entre associations, ce qui a parfois conduit à des jurisprudences sévères pour les communes.  

Et quand y a-t-il marché public ?   Si la collectivité demande une véritable prestation de services à l’association, si elle exige des services très précisément définis quant aux modalités d’action et pas seulement dans les objectifs définis en commun…, alors on glisse vers la passation d’un marché public avec une procédure plus lourde.   Le critère de l’initiative est l’élément déterminant de la distinction entre appel à projet et marché public. Lorsque l’initiative n’appartient pas à l’association mais à la collectivité, qui cherche à répondre à un besoin, il s’agit d’un marché public pour lequel l’association est simple prestataire. Le second critère est celui qui distingue la rémunération de la subvention. Ainsi, lorsque le montant versé par la collectivité correspond strictement à la valeur économique de la prestation, il y a un risque de requalification du contrat en marché public.  

Sources CAA de Bordeaux, 19 mars 2002, M. Teisseire, req. nº 98BX02208, Droit administratif, Juillet 2002, nº 123 CE, 23 mai 2011, Commune Six-Fours-les-Plages, n° 342520 – Risque de requalification du contrat, Rec. p. 255

OUI. Mais le juge admet que, même en ce cas, il n’y a pas marché public : - si l’association n’est vraiment pas un « opérateur sur un marché concurrentiel ». Mais attention aux activités qui pourraient être aussi pratiquées par des professionnels sur le marché concurrentiel (association d’insertion ; activités d’enseignement ou de formation ; portage de repas…). Dans l’attente de précisions jurisprudentielles, la prudence doit, sur ce point, prévaloir ; - si l’association porte le projet depuis le début, et donc que ce n’est pas un projet de la collectivité qu’il s’agit de porter (ce que le juge apprécie d’ailleurs avec plus de souplesse depuis 2007).   Sources  CE, 6 avril 2007, Aix-en-Provence, req. nº 284776

A

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

Il peut donc y avoir marché public dès que la collectivité a des exigences précises sur les modalités d’action ?

15


Et si l’association gère un service public ou effectue des prestations pour la collectivité « dans un secteur concurrentiel » ? Alors s’impose un formalisme particulier : marché public ou délégation de service public (DSP) dans les cas les plus fréquents…, les sanctions administratives, voire pénales (article 432-14 du Code pénal) n’étant alors pas légères. Attention  Sur les difficultés à conclure une DSP en restauration scolaire, voir ci-après « Restauration scolaire » dans le présent abécédaire.

Ce formalisme des marchés publics ou des DSP est-il lourd ? OUI, sauf dans les cas où des textes particuliers prévoient : - des dérogations (voir articles 14 et suivants de l’ordonnance du 23 juillet 2015) ; - à tout le moins des modalités très souples de mise en concurrence (cas de très nombreux services culturels, sportifs ou sociaux ; cas des petits montants : voir article 30 du décret du 25 mars 2016 ; article L.1411-12 du Code général des collectivités territoriales.

Oui, mais si l’association ne reçoit aucune aide financière ? Alors, il n’y a a priori pas marché public ni DSP…, sauf si la collectivité a en réalité abandonné des recettes publiques (publicitaires, tickets d’entrée, buvette…) à l’association (CE, 4 novembre 2005, Sté J.-C. Decaux, req. nº 247298).

Et si l’association est parapublique ? Si l’association est « transparente » vis-à-vis de la collectivité dont elle est le prolongement (cas de nombreux comités des fêtes, comités d’expansion, associations de gestion d’équipements culturels, etc.), le juge en 2007 a admis que celle-ci peut assurer des prestations de services pour la collectivité sans mise en concurrence. Mais attention : l’association doit alors respecter le même droit – ô combien contraignant – que celui qui s’impose à cette collectivité publique : droit comptable, droit de la commande publique, voire peut-être droit de la fonction publique. Les ennuis qui reviennent en boomerang sont alors pires que les problèmes qu’il s’agissait d’éviter. Sources sur ce dernier point  CAA Nancy 15 avril 1993, Marne, nº 91NC00026 CE 21 mars 2007, Boulogne-Billancourt, req. nº 281796 CE 2 juin 1989, UAI CdC, req. nº 103556 CAA Marseille 14 septembre 2004, Martin-Metenier, nº 00MA00560, JCP-ACT 2004 nº 1707

La commune et l'école - Guide pratique de A à Z

Enfin, il est à noter qu’il est illégal de confier à une association la conception même – et non son exécution – d’une mission de service public.

16

Sources sur ce point CE, 27 mars 1995, Chambre d’agriculture des Alpes-Maritimes, Rec. p. 142 CAA Marseille, plén. 21 janvier 1999, Département des Pyrénées-Orientales, nº 96MA11805, RGCT, 1999 p. 155, concl. L. Benoît, note A.-S. Mescheriakoff

A

La commune et l ecole guide pratique de a a z  
La commune et l ecole guide pratique de a a z