Page 1

Je prends mon poste de...

éducateur sportif

Les 100 premiers jours

Fabrice Anguenot

Chargé de mission dans un organisme public, formateur

Joël Clérembaux

Consultant et formateur auprès de collectivités territoriales

Jacques Quantin

Administrateur territorial, directeur des sports

Frédérique Thomas

Professeur agrégé d’EPS à l’UFR STAPS de l’Université Clermont Auvergne

CS 40215 - 38516 Voiron Cedex Tél. : 04 76 65 87 17 - Fax : 04 76 05 01 63 Collection « Les 100 premiers jours » - Réf. : PJ 09- - Mars 2017 Retrouvez tous nos ouvrages sur www.lagazetteboutique.fr


Ce pictogramme mérite une explication. Son objet est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour l’auteur de l’écrit, particulièrement dans le domaine de l’édition technique, le développement massif du photocopillage.

Nous rappelons donc que toute reproduction, partielle ou totale, de la présente publication est interdite sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC, 20 rue des GrandsAugustins, 75006 Paris).

© Territorial, Voiron ISBN : 978-2-8186-1181-4 Imprimé par Taraprint, à Tarare (69) - Avril 2017 Dépôt légal à parution


Sommaire

Sommaire Partie 1

Connaître le cadre de l’action territoriale Chapitre I Le cadre institutionnel..............................................................................................................................................p. 9 A - L’administration territoriale de la République................................................................................p. 9 1. L’administration centrale et les autorités déconcentrées............................................................. p. 9 2. Les autorités territoriales décentralisées.............................................................................................p. 11

B - Les fonctions.............................................................................................................................................................p. 15 1. La répartition des compétences................................................................................................................ p. 15 2. Les actions conjointes..................................................................................................................................... p. 21

Chapitre II Les deux fonctions de l’administration locale..............................................................................p. 22 A - La réglementation...............................................................................................................................................p. 22 1. Le périmètre d’intervention du règlement..........................................................................................p. 22 2. Les modalités d’application de la réglementation..........................................................................p. 23

B - La gestion des services publics.................................................................................................................p. 23 1. Les principes..........................................................................................................................................................p. 23 2. Les différents services publics...................................................................................................................p. 25

Chapitre III Les modes de gestion des services publics......................................................................................p. 26 A - La gestion directe.................................................................................................................................................p. 26 1. Les services de la collectivité...................................................................................................................... p. 26 2. Les régies................................................................................................................................................................p. 27

B - La gestion déléguée (affermage, concession, délégation de service public…)........p. 28 1. L’affermage et la concession....................................................................................................................... p. 28 2. Les régies intéressées et partenariats................................................................................................. p. 29

Chapitre IV Les contraintes...............................................................................................................................................................p. 30 A - Les règles de la comptabilité publique.............................................................................................. p. 30 1. Les principes budgétaires et comptables............................................................................................ p. 30 2. La séparation de l’ordonnateur et du comptable............................................................................p. 32

3


Sommaire

B - Les règles des marchés publics.................................................................................................................p. 32 1. Les modalités de l’achat public...................................................................................................................p. 33 2. Les règles des marchés.................................................................................................................................. p. 34

Chapitre V Les moyens de l’action territoriale........................................................................................................... p. 35 A - Les ressources budgétaires.........................................................................................................................p. 35 1. Les ressources « propres »............................................................................................................................p. 36 2. Les ressources externes................................................................................................................................ p. 38

B - Les ressources humaines..............................................................................................................................p. 40 1. Les droits et obligations des fonctionnaires......................................................................................p. 40 2. Les filières et cadres d’emploi..................................................................................................................... p. 41 Je vérifie mes connaissances.......................................................................................................................................p. 44

Partie 2 4

Prendre ses fonctions Chapitre I Se situer dans les secteurs d’intervention.......................................................................................p. 49 A - Connaître les diplômes et leurs prérogatives...............................................................................p. 49 B - Être éducateur sportif dans le secteur privé................................................................................ p. 50 C - Être éducateur sportif dans le secteur public...............................................................................p. 53

Chapitre II Se repérer dans un environnement professionnel spécifique .................................. p. 55 A - Connaître l’organisation du sport en France..................................................................................p. 55 B - Se repérer dans sa collectivité..................................................................................................................p. 58 C - Se positionner dans un service des sports.......................................................................................p. 61

Chapitre III Assumer ses responsabilités...........................................................................................................................p. 67 A - Comprendre les notions clés.......................................................................................................................p. 67 1. La responsabilité civile....................................................................................................................................p. 67 2. La responsabilité contractuelle................................................................................................................ p. 68 3. La responsabilité pénale............................................................................................................................... p. 70 4. La responsabilité administrative...............................................................................................................p. 71

B - Responsabilités de l’éducateur en milieu scolaire.....................................................................p. 73 1. La responsabilité civile et la loi de 1937.................................................................................................p. 74 2. L’obligation de surveillance..........................................................................................................................p. 75 3. La responsabilité pénale et les dispositions de la loi Fauchon (10 juillet 2000)...............p. 76

C-R  esponsabilités de l’éducateur sportif en dehors du milieu scolaire......................... p. 77


Chapitre IV Faire face à des situations spécifiques................................................................................................ p. 80 A-E  ncadrer et animer les activités sportives en toute sécurité.........................................p. 80 B - Déclarer un accident.........................................................................................................................................p. 80 C - Procéder à un signalement...........................................................................................................................p. 82

Chapitre V Quelques témoignages..........................................................................................................................................p. 84 A-Z  oom sur un éducateur sportif, chef de bassin dans une communauté de communes de 56 000 habitants....................................................................................................................... p. 84 B-Z  oom sur un éducateur sportif dans une ville de plus de 100 000 habitants...p. 85 C-Z  oom sur un éducateur sportif dans une communauté de communes (14 communes, 14 500 habitants)........... p. 86 Je vérifie mes connaissances...................................................................................................................................... p. 88

Partie 3

Collaborer avec une nouvelle équipe Chapitre I Le savoir-être intégrant........................................................................................................................................p. 93 A - La désirabilité sociale........................................................................................................................................p. 93 B - Les codes implicites du savoir-être.......................................................................................................p. 93 1. L’humilité................................................................................................................................................................ p. 94 2. L’observation, la curiosité et l’apprentissage permanents....................................................... p. 94 3. L’adaptation.......................................................................................................................................................... p. 94 4. L’ouverture à la nouveauté et aux autres............................................................................................p. 95

C - Quelle posture adopter ?................................................................................................................................p. 95 1. L’aspect vestimentaire.....................................................................................................................................p. 95 2. Soyez positif..........................................................................................................................................................p. 95 3. La polyvalence.....................................................................................................................................................p. 95 4. Formez-vous.........................................................................................................................................................p. 95 5. Cultivez votre réseau professionnel....................................................................................................... p. 96 6. Faites reconnaître votre travail................................................................................................................ p. 96

Chapitre II Premiers pas sur son nouveau poste.....................................................................................................p. 97 A - Clarifier sa fonction............................................................................................................................................p. 97

5


Sommaire

B - Bâtir son plan de réussite..............................................................................................................................p. 97 1. Ce qu’il faut faire.................................................................................................................................................p. 97 2. Ce qu’il ne faut pas faire.................................................................................................................................p. 97

C - Pour une meilleure organisation............................................................................................................. p. 98

Chapitre III La motivation................................................................................................................................................................p. 100 A-Q  u’est-ce qui est le plus efficace : le « bâton » ou la « carotte » ?.............................p. 100 B - Comment « se mettre » à un travail fastidieux ?.....................................................................p. 100 C - Peut-on réussir sans motivation ?........................................................................................................p. 101

Chapitre IV La communication.....................................................................................................................................................p. 102 A - Pour une meilleure communication................................................................................................... p. 102 B - Communiquer en situation de conflit............................................................................................... p. 102

6

Chapitre V « Colorez » votre équipe.................................................................................................................................... p. 104 A - Le « rouge »............................................................................................................................................................p. 104 1. À faire.....................................................................................................................................................................p. 104 2. À éviter..................................................................................................................................................................p. 104

B - Le « bleu »................................................................................................................................................................ p. 105 1. À faire.....................................................................................................................................................................p. 105 2. À éviter..................................................................................................................................................................p. 105

C - Le « vert »................................................................................................................................................................. p. 105 1. À faire.....................................................................................................................................................................p. 105 2. À éviter..................................................................................................................................................................p. 105

D - Le « jaune »............................................................................................................................................................. p. 106 1. À faire.....................................................................................................................................................................p. 106 2. À éviter..................................................................................................................................................................p. 106

E - Conclusion................................................................................................................................................................ p. 106

Chapitre VI Comment manager ?...............................................................................................................................................p. 107 A - Manager… son manager !.............................................................................................................................p. 107 B - Envisager un poste de manager.............................................................................................................p. 107

Conclusion......................................................................................................................................................................... p. 109 Bibliographie................................................................................................................................................................... p. 110 Je vérifie mes connaissances.......................................................................................................................................p. 111


Sommaire

Partie 1

Connaître le cadre de l’action territoriale 7

7 Joël Clérembaux


Avertissement Cette première partie est conçue comme un mémento destiné à exposer les éléments constitutifs de l’environnement législatif, réglementaire et jurisprudentiel dans lesquels s’inscrit l’action territoriale. En raison du caractère lapidaire des informations, résultant du volume nécessairement limité de cette partie, les références juridiques sont précisées et des orientations bibliographiques sont proposées.


Partie 1 - Connaître le cadre de l’action territoriale

Chapitre II

LES DEUX FONCTIONS DE L’ADMINISTRATION LOCALE L’action de l’administration locale comprend deux missions fondamentales : - la gestion des services publics ; - la réglementation qui impose des prescriptions aux administrés.  

A - La réglementation

22

1. Le périmètre d’intervention du règlement   L’activité réglementaire des collectivités territoriales inclut une police administrative générale et la réglementation d’activités particulières.   a) La police administrative générale   Les pouvoirs de police administrative sont confiés : - au Premier ministre qui exerce le pouvoir réglementaire sur le territoire national (article 21 de la Constitution) et aux ministres par délégation et en matière de polices spéciales ; - au préfet, autorité de police administrative et de police judiciaire sur le territoire départemental (article 34-1 de la loi n° 82-2013 du 2 mars 1982) ; - au président du conseil départemental qui exerce, entre autres, la police du domaine routier départemental ; - au maire qui dispose d’une compétence sur l’ensemble du territoire communal (articles L.2212-1 et suivants du CGCT).   Le maire possède des pouvoirs de police générale dans les domaines de la sécurité, de la tranquillité et de la salubrité publiques (article L.2212-2 du CGCT).   b) La réglementation des activités particulières   Les domaines d’exercice des pouvoirs de police du maire sont les suivants : - l’habitat ; - la circulation et le stationnement ; - la protection des mineurs ; - l’environnement ; - l’urbanisme ; - les activités professionnelles ; - les réunions ; - les loisirs ; - la santé publique ; - les funérailles et les lieux de sépulture.  


2. Les modalités d’application de la réglementation Les actions de réglementation revêtent la forme d’arrêtés ou de règlements.  

a) L’arrêté et le règlement L’arrêté relève de la compétence du détenteur du pouvoir de police.   Deux conditions doivent être cumulativement remplies pour rendre exécutoire un arrêté de police (article L.2131-1 du CGCT) : - la publication (pour une mesure à portée générale) ou la notification (pour une mesure à portée individuelle ; - la transmission au service préfectoral chargé du contrôle de la légalité des actes des collectivités territoriales.   Le règlement, qui intervient généralement pour fixer les conditions d’utilisation d’un service ou d’un équipement, est approuvé par l’assemblée délibérante. Le règlement est exécutoire dès sa transmission au préfet et sa publication (article L.2131-1 du CGCT).   b) Les contrôles et les sanctions   Le préfet peut déférer au tribunal administratif l’acte qu’il estime illégal. Il dispose en la matière d’un pouvoir d’appréciation (article L.2131-6 du CGCT). Le juge administratif, saisi par une personne ou le préfet par la voie du déféré, peut prononcer l’annulation partielle ou totale de l’acte dont la légalité est contestée.  

B - La gestion des services publics La gestion des services publics constitue la deuxième grande mission des collectivités territoriales.   1. Les principes   Le fonctionnement des services publics est encadré par des principes dégagés par la jurisprudence. Un service public est une activité : - d’intérêt général ; - relevant d’une personne publique ; - soumise à un régime de droit public.   Certains services publics sont obligatoires (voirie…), d’autres facultatifs (restauration scolaire…).  

23


Partie 1 - Connaître le cadre de l’action territoriale

24

a) La continuité et la mutabilité

> La continuité du service public Le principe de continuité postule un fonctionnement normal et régulier du service public (Conseil d’État, 28 juin 1918, Heyriès).   La continuité peut se concevoir comme : - un fonctionnement permanent (servie public d’adduction d’eau potable…) ; - un fonctionnement discontinue (bibliothèque…).   > La mutabilité   Le principe de l’adaptation constante des services publics (principe de mutabilité) recouvre ie deux obligations (Conseil d’État, 10 janvier 1902, C du gaz de Déville-lès-Rouen) : - l’adaptation quantitative et qualitative aux besoins des usagers ; - l’évolution des techniques de réponse aux besoins du public.   L’adaptation peut aussi se traduire par la suppression du service.   b) L’égal accès et la neutralité   > L’égal accès de tous les usagers   Le principe s’applique à l’égale admission de tous aux emplois publics et à l’égal accès des citoyens aux services publics.   La mise en œuvre du principe d’égalité implique l’absence de discrimination dans l’accès au service même si le gestionnaire du service peut tenir compte des différences de situation entre les usagers : des tarifs d’accès modulés en fonction des catégories d’usagers peuvent ainsi être établis (Conseil d’État, 9 mars 1951, Société des concerts du conservatoire).   > Le principe de neutralité   Le principe exclut toute discrimination entre les usagers, les agents, les fournisseurs, les entrepreneurs, qui serait fondée sur leurs opinions religieuses, politiques ou philosophiques ou sur l’appartenance à une ethnie (Conseil d’État, 21 mars 1990, Commune de La Roque-d’Anthéron).   En outre, les moyens mis en œuvre pour produire les services publics ne doivent pas être utilisés au profit d’une organisation politique, d’une confession religieuse ou d’un mouvement philosophique.  


2. Les différents services publics Le cadre juridique de la gestion des services publics repose sur le choix d’un régime applicable au service : service public administratif ou service public industriel et commercial.  

a) Les services publics administratifs Un service public est en général à caractère administratif et se trouve soumis à un régime juridique de droit public : le caractère administratif d’un service se présume alors que le caractère industriel et commercial doit être spécifiquement établi (Tribunal des conflits, 24  juin 1968, Ursot).   b) Les services publics à caractère industriel et commercial   Deux conditions doivent être remplies pour qu’un service public présente un caractère industriel et commercial (Tribunal des conflits, 22 janvier 1921, Société commerciale de l’Ouest africain) : - l’objet du service doit avoir un caractère industriel et commercial : il doit s’agir d’une activité de production et d’échanges de biens ou de services susceptibles d’être exercée par des entreprises privées ; - les modalités d’organisation et de fonctionnement du service révèlent une similitude avec les entreprises privées comparables.  

25


Sommaire

Partie 2

Prendre ses fonctions 45

45 Jacques Quantin, Frédérique Thomas  


Partie 2 - Prendre ses fonctions

Chapitre I

SE SITUER DANS LES SECTEURS D’INTERVENTION Le besoin d’encadrement professionnel des activités sportives va en s’accroissant et la formation à ces nouveaux métiers est certifiée par des diplômes couvrant l’ensemble des secteurs de l’animation sportive et socioculturelle.   L’encadrement des activités physiques et sportives (APS) est régi par des règles de droit commun intégrées dans le Code du sport qui fixent plusieurs exigences de compétence, de responsabilité, d’obligation de sécurité et de moralité. Il existe une multiplicité de situations différentes pour les éducateurs sportifs, aussi est-il nécessaire que soient fixés à la fois le domaine d’intervention, mais aussi les prérogatives attachées à chaque métier.  

A - Connaître les diplômes et leurs prérogatives L’encadrement contre rémunération des APS est régi par le Code du sport qui liste les diplômes et leurs prérogatives ainsi que les obligations incombant au personnel encadrant. L’ensemble de ces règles a pour objectif de protéger les pratiquants d’APS, mais aussi les éducateurs sportifs et les responsables des structures qui organisent ces activités. Le professionnel des APS doit posséder un diplôme et c’est l’article L.212-1 du Code du sport qui réglemente l’encadrement des pratiques sportives :   Article L.212-1, Code du sport « Seuls peuvent, contre rémunération, enseigner, animer ou encadrer une activité physique ou sportive ou entraîner ses pratiquants, à titre d’occupation principale ou secondaire, de façon habituelle, saisonnière ou occasionnelle, sous réserve des dispositions du quatrième alinéa du présent article et de l’article L.212-2 du présent code, les titulaires d’un diplôme, titre à finalité professionnelle ou certificat de qualification. »   Diversité des diplômes Il existe plusieurs types de diplômes, titres ou certificats permettant de se former pour l’enseignement des APS. Ils sont délivrés par le ministère de la Jeunesse et des Sports (BPJEPS, DEJEPS, BAPAAT), par les fédérations (initiateur, moniteur), par l’enseignement supérieur (diplômes STAPS), par la branche professionnelle (certification de qualification professionnelle), voire par le ministère de la Défense (moniteur d’entraînement sportif militaire et sportif).

49


Partie 2 - Prendre ses fonctions

En outre, la dimension éducative et sociale de la pratique sportive, mais aussi le sport comme facteur de santé et de bien-être donnent un rôle central aux éducateurs sportifs, qu’ils travaillent dans le secteur public ou le secteur privé. Pour illustration, le tableau suivant (source : http://sports.gouv.fr/)

56


Chapitre III

ASSUMER SES RESPONSABILITÉS L’éducateur sportif est maintenant en poste et quels que soient ses qualifications et les milieux d’interventions (milieu scolaire, associations sportives, organisation d’événements sportifs, milieu aquatique ou terrestre), il est responsable des activités qu’il propose et ceci dans tous les cas. Prendre son poste, c’est donc aussi envisager les responsabilités qui lui incombent lorsqu’il propose des activités physiques et sportives. De fait, elles engagent l’intégrité physique de ceux qui les pratiquent et exigent de l’encadrant une vigilance de tous les instants.  

A - Comprendre les notions clés Les éducateurs sportifs participent à des projets combinant des pratiques sportives de plus en plus complexes à tous les niveaux d’intervention, ceci ayant pour conséquence de multiplier les juxtapositions et les superpositions des responsabilités. C’est la raison pour laquelle sont présentées ici les différentes facettes de ces responsabilités.   1. La responsabilité civile   Définition La responsabilité civile désigne l’ensemble des règles qui obligent l’auteur d’un dommage causé à autrui à réparer ce préjudice en offrant à la victime une compensation. La responsabilité civile s’oppose à la responsabilité pénale qui vise à sanctionner l’auteur d’une infraction pénale portant atteinte à l’ordre social.

La responsabilité civile d’une personne peut être engagée par des faits qui lui sont reprochés et qui ont causé un dommage à autrui, que ces faits soient volontaires ou involontaires. Il incombe à la victime qui demande réparation de prouver le dommage et le lien de causalité entre ce dommage et le fait dommageable.   La responsabilité civile fonde l’obligation de réparer un dommage, en cas de faute, sur la base des articles 1382 et 1383 du Code civil :   Article 1382, Code civil « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer. »   Article 1383, Code civil « Chacun est responsable du dommage qu’il a causé non seulement par son fait, mais encore par sa négligence ou par son imprudence. »

67


Partie 2 - Prendre ses fonctions

Exemple : choc entre nageurs à la piscine Le 26 avril 2008, deux personnes nagent en sens inverse dans un bassin de la piscine municipale lorsqu’elles entrent en collision, à la suite de quoi l’un des deux nageurs se plaint d’avoir perdu la vision de son œil gauche. Ce dernier demande de déclarer celui qui l’a percuté entièrement responsable, sur le fondement des articles 1382 et 1383 du Code civil, du dommage corporel subi.   Sur la faute Le nageur prétend qu’il nageait à la surface de l’eau et que l’autre nageur aurait dû nécessairement le voir et éviter de le heurter. De son côté, l’autre nageur déclare spontanément à son assureur qu’ils pratiquaient tous les deux la brasse coulée et que, après un demi-tour effectué sous l’eau, la victime était en train de remonter à la surface quand la collision s’est produite. Puis, dans une deuxième attestation, il précise que le nageur reparti du bord de la piscine avait déjà effectué quelques mètres sous l’eau quand le choc s’est produit. Ces éléments ne suffisent pas à établir si ce nageur avait la tête sous l’eau ou hors de l’eau lors de l’accident. En revanche, il ressort des débats que les deux parties avaient eu, dans un premier temps, la même trajectoire, l’un nageant derrière l’autre, puis que celui-ci, parvenu à l’extrémité du bassin, avait effectué un virage avant de repartir pour une autre longueur en sens inverse. Ils s’étaient alors retrouvés face à face, évoluant dans le volume limité d’une piscine où s’ébattaient d’autres usagers, hors de toute manifestation sportive organisée, et devaient se comporter avec prudence. Le nageur responsable du choc devait rester ainsi constamment vigilant afin de pouvoir régler sa direction et sa vitesse en fonction des mouvements des autres nageurs situés dans son champ de vision, qu’ils fussent en surface ou sous l’eau. Il apparaît dès lors qu’il a manqué de prudence et que cette faute a entraîné la collision avec le nageur. Mais parallèlement, l’autre nageur aussi devait prêter attention, au moment d’effectuer sa manœuvre de retournement et en repartant en sens inverse, à la présence éventuelle de nageurs situés sur sa nouvelle trajectoire, inverse de la précédente. Sa propre imprudence lors de son demitour a contribué à hauteur de moitié à la réalisation du dommage allégué, exonérant dans la même proportion le nageur de sa responsabilité.   Conclusion : le nageur est responsable pour moitié de l’accident.  

68

Source : CA Nantes, 2011*.

* Pour en savoir plus sur les jurisprudences, voir les 2 ouvrages : - APS et responsabilités : aspects jurisprudentiels et réglementaires, F. Thomas et G. Manein, Territorial Éditions, 2013 ; - Responsabilités des collectivités, des enseignants et des pratiquants dans les APS, F. Thomas, Territorial Éditions, 2014.

2. La responsabilité contractuelle   Définition  La responsabilité contractuelle est l’obligation de réparer le dommage résultant de l’inexécution d’un contrat. Les principes de la responsabilité, article 1147 du Code Civil, disposent que :  

Article 1147, Code civil « Le débiteur est condamné, s’il y a lieu, au paiement de dommages et intérêts soit à raison de l’inexécution de l’obligation, soit à raison du retard dans l’exécution, toutes les fois qu’il ne justifie pas que l’inexécution provient d’une cause étrangère qui ne peut lui être imputée, encore qu’il n’y ait aucune mauvaise foi de sa part. »  


Partie 2 - Prendre ses fonctions

Chapitre IV

FAIRE FACE À DES SITUATIONS SPÉCIFIQUES

A - Encadrer et animer les activités sportives en toute sécurité

80

Les activités physiques et sportives engagent l’intégrité physique de ceux qui les pratiquent. C’est la raison pour laquelle l’éducateur sportif doit s’informer régulièrement sur la réglementation qui concerne les activités physiques.   Selon la nature des risques encourus, le type d’accueil prévu, le lieu de déroulement de l’activité, le niveau de pratique et l’âge des pratiquants, les textes prévoient des conditions spécifiques de pratique, d’effectif et de qualification des encadrants.   Pour chaque activité, ou famille d’activités, une fiche synthétique permet de fixer les conditions spécifiques relatives aux éléments suivants et s’impose à l’éducateur en charge de cette pratique : - famille et type d’activité ; - lieu de déroulement de la pratique ; - public concerné ; - taux d’encadrement ; - qualifications requises pour encadrer ; - conditions particulières pour les accompagnateurs supplémentaires ; - conditions d’accès à la pratique ; - conditions d’organisation de la pratique.   Exemple : pratique du VTT - Voir Annexe 22 - fiche n° 22.1 de l’arrêté du 25 avril 2012 (NOR : MENV1221832A), fixant les conditions d’encadrement de l’activité VTT. - Voir documents du Pôle ressources national sports de nature : http://www.sportsdenature.gouv.fr/

B - Déclarer un accident Tout accident, qu’il ait lieu en milieu scolaire, pendant le temps périscolaire, extrascolaire ou en milieu associatif, sous la surveillance d’un éducateur, est susceptible d’engager des responsabilités qu’il faudra préciser. C’est la raison pour laquelle une déclaration doit être systématiquement remplie. Celle-ci est rédigée de manière précise et explicite afin de répondre aux éventuels recours qui pourraient mettre en cause les responsabilités des uns et des autres.   Dans ce cas de figure, il est nécessaire de prendre un certain nombre de mesures utiles afin de s’assurer que les victimes et leurs parents sont aidés et soutenus, particulièrement lors d’événements graves.


Partie 2 - Prendre ses fonctions

Chapitre V

QUELQUES TÉMOIGNAGES

A - Zoom sur un éducateur sportif, chef de bassin dans une communauté de communes de 56 000 habitants

84

« Le poste que j’occupe actuellement est un poste de chef de bassin. Dans le centre aquatique d’A., nous sommes deux chefs de bassin. Mon poste m’a conféré plus de « pouvoirs », plus de missions, et m’apporte plus d’expérience que lorsque j’étais simplement MNS.   Plus de pouvoirs : - un pouvoir décisionnel plus important avec une relative autonomie concernant les affaires de la piscine ; - la gestion de l’équipe de 9 MNS.   Plus de missions : - Je suis chargé de la gestion des plannings, congés… Pour résumer, de la gestion du temps de travail en général ; - Je suis aussi chargé de la programmation des événements du centre aquatique, mais aussi de leur préparation et de leur mise en œuvre, sans oublier les évaluations après chaque réalisation ; - Je m’occupe de la préparation des temps de vidange, des achats de matériel, de l’organisation des périodes de recyclage secourisme ; - J’organise aussi les formations de mes agents.   Plus d’expérience : Pendant la première année sur ce nouveau poste, j’ai pu acquérir de l’expérience en management, en organisation de service, en gestion de conflits, en anticipation aussi. Je suis également en contact quasi permanent avec le public et tout ce que cela implique (gestion de conflits entre clients, gestion de personnes agressives, gestion de problèmes entre mes agents et les usagers). Mon poste me permet d’être en relation étroite avec les autres services de la collectivité, et de pouvoir éventuellement dialoguer avec les élus et les membres de la direction générale.   Perspectives d’évolution ?   Mon poste me permet certaines évolutions, notamment au niveau des missions. En effet, j’ai été sollicité pour faire partie d’un groupe de travail sur la réorganisation du temps de travail dans la collectivité.   Mon directeur, qui ne déléguait rien ou peu de choses, nous fait maintenant confiance et nous donne plus responsabilités. J’ai par exemple déjà animé les réunions de services et ça sera dorénavant la norme.  


Sommaire

Partie 3

Collaborer avec une nouvelle ĂŠquipe 89

89 Fabrice Anguenot Â


Partie 3 - Collaborer avec une nouvelle équipe

Chapitre I

LE SAVOIR-ÊTRE INTÉGRANT

A - La désirabilité sociale Qu’il s’agisse d’un entretien d’embauche, d’une rencontre amoureuse, ou d’une présentation professionnelle, dans de nombreux actes de la vie quotidienne, nous faisons l’effort de nous présenter sous un jour favorable. C’est l’expression de notre propre désirabilité sociale. Lors d’un entretien en tête-à-tête, le recruteur expérimenté repèrera aisément la tendance du candidat à se présenter sous un angle avantageux, ou socialement désirable : costume ou tailleur de rigueur, cheveux bien ordonnés… Certaines de ces potentielles recrues iront même plus loin en donnant systématiquement ce qu’elles imaginent être la réponse attendue, en fonction du poste à pourvoir. Par ailleurs, il est assez fréquent de vouloir répondre de manière à séduire ses interlocuteurs. Dans la plupart des cas, cette attitude est inoffensive et, si l’on y réfléchit un peu, une petite dose de désirabilité sociale peut même représenter un atout, notamment pour les commerciaux ou, plus largement, pour des postes en relation avec du public. Cependant, la véritable nature de la personne recrutée n’apparaîtra que bien plus tard, parfois trop tard.   Ainsi il existe toujours une part d’inconnu et de risque dans un recrutement. Le nouvel agent sera-t-il capable de s’adapter (rythme, culture…)  ? D’apprendre une somme considérable de nouvelles données ? De s’intégrer dans l’équipe ? etc. Le candidat voudra assurément rassurer le recruteur sur les savoir-être qu’il maîtrise, tout autant que sur ses compétences techniques. Il lui sera en général demandé d’illustrer les situations vécues par des exemples, afin de distinguer, dans ses réponses, une vraie capacité de nuance et d’ouverture, et donc un aperçu le plus juste possible de sa posture.   Afin de bien préparer votre prise de poste (si vous ne l’avez pas déjà fait en préparant votre entretien d’embauche), vous aurez tout intérêt à vous poser quatre questions essentielles, en lien avec votre passé professionnel : - comment ai-je réfléchi à une solution, pris une décision, anticipé ? - comment ai-je communiqué, argumenté, écouté, convaincu ? - comment ai-je collaboré, partagé mes interrogations, mes connaissances ? - comment ai-je agi, géré mon temps, me suis-je organisé, quelles initiatives ai-je prises ?   Cette réflexion vous permettra sans nul doute de faire le point, de manière à réitérer (ou pas) certains de vos comportements qui vous ont été favorables (ou préjudiciables).  

B - Les codes implicites du savoir-être Au-delà d’une attitude conventionnelle de base, commune à toute vie en société (« bonjour », «  merci  »…), il existe des codes implicites et facilitateurs pour une meilleure intégration. Ces codes principaux peuvent se décliner en quatre catégories.  

93


Partie 3 - Collaborer avec une nouvelle équipe

94

1. L’humilité En effet, rien de plus désagréable, pour votre tuteur ou responsable, que de s’entendre répondre, à chaque nouvelle information qu’il vous communique, que « vous connaissez », que « vous avez déjà vu » ou « eu l’occasion de faire ». C’est le meilleur moyen de vous retrouver assez rapidement seul et sans l’aide de quiconque. Même si votre intention était louable, dans le sens où vous souhaitiez faire bonne impression en montrant que l’environnement de travail présenté ne vous était pas inconnu, sachez doser vos interventions. Vous avez de toute façon beaucoup de choses à apprendre. Vous ne connaissez pas l’ensemble de l’équipe, la culture de la structure, les relations qu’entretiennent les agents entre eux, les rôles et fonction de chacun, les interdits, les non-dits, etc. Gardez à l’esprit qu’en aucun cas vous montrer humble ne signifie être faible ou ignorant.   2. L’observation, la curiosité et l’apprentissage permanents   Imaginez-vous à la place de la personne qui vous accompagne dans votre prise de poste : elle est peut-être régulièrement sollicitée pour guider les nouveaux venus. Si elle en a accompagné plusieurs, elle a certainement eu des réussites, mais aussi des échecs. Dans ce second cas, il est probable qu’elle ne livre pas tous ses « secrets » aussi simplement que cela. Elle restera peut-être sur la réserve, attendant de voir si elle a en face de elle un agent qui s’intéresse, qui pose des questions et qui cherche à élargir son horizon professionnel. C’est parfois au prix de nombreux efforts de votre part que les portes commenceront à s’ouvrir. On vous intégrera alors plus facilement, on vous confiera d’avantage de tâches en autonomie… Bref, on aura évalué votre savoirêtre et votre capacité à intégrer les informations et les comportements attendus, pour ensuite les répliquer dans les tâches quotidiennes. Soyez curieux et demandeur, mais sachez également trouver des solutions par vous-même, de manière à ce que, petit à petit, vous n’alliez consulter votre responsable que pour obtenir les validations nécessaires ou de principe.   3. L’adaptation   C’est une injonction implicite, et cela pour différentes raisons mais, pour n’en citer qu’une, pour l’optimisation des moyens. Rien n’est immuable. Soyez souple, mais pas seulement dans votre capacité à faire des heures supplémentaires ou à vous porter volontaire pour telle ou telle tâche ingrate. Être souple signifie être capable de s’adapter à de nouvelles procédures, à une nouvelle équipe ou à un nouvel environnement de travail, ateliers, cuisines, bureaux… Il est parfois difficile de se réadapter ou de se remettre en question, mais refuser le changement ou « râler » n’arrange en rien la situation, vous courez même le risque de vous voir affublé d’une étiquette dont il vous sera difficile de vous défaire. De plus, il est peu probable que ce type d’attitude vous permette d’être positionné sur de nouveaux projets même si, par ailleurs, vous êtes le plus compétent de l’équipe. La hiérarchie préférera souvent un agent «  moins compétent  » mais capable de travailler en équipe à un agent « très doué » mais doté d’un tel tempérament qu’il ne peut travailler que seul.   Attention cependant à ne pas vous « suradapter », autrement dit à faire passer les besoins de la structure avant les vôtres, au risque de nier vos propres limites.  

Profile for INFOPRO DIGITAL

Je prends mon poste d educateur sportif  

Je prends mon poste d educateur sportif  

Profile for infopro