Page 1

Le présent ouvrage est ainsi présenté par François Baroin, président de l’AMF, dans sa préface : « L’ouvrage du général François Vernoux n’est pas un mémento de plus. C’est un opus innovant, écrit par un opérationnel, spécialiste de la gestion de crise, qui côtoie les communes depuis 2009. Fort de ses expériences de terrain, il nous offre les clefs de la gestion opérationnelle d’un événement. Les mémentos nous disent le « comment », cet opus nous dit le « pourquoi ». Afin d’illustrer ses propositions et ses conseils, l’auteur nous explicite de très nombreuses « bonnes pratiques », imaginées et expérimentées par des communes. La méthode proposée pour nous préparer et conduire les opérations est particulièrement adaptée aux maires. Elle permet d’appréhender le domaine et, pour ceux qui sont déjà initiés, de valider leurs acquis. Les « bonnes pratiques » démontrent que la sauvegarde est à la portée de toutes les communes, même des plus petites [...] Cet opus fait appel à l’engagement des maires [...]. » Cette nouvelle édition aborde le volet « attentat » de la sauvegarde des populations et la Gemapi.

François Vernoux, Saint-Cyrien, Ingénieur Civil des Mines, découvre la sécurité civile à la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Officier du Génie, il participe ensuite à de nombreux plans Orsec. En 1993, il commande le bataillon franco-belge du Génie de la Forpronu qui rétablit l’électricité à Sarajevo, ouvre des routes humanitaires, démine des zones polluées et assure le soutien d’un camp de réfugiés. En 2001, Chef d’état-major de la Brigade du génie, il commande les opérations « terrain » lors des inondations de la Somme, aux ordres du préfet, directeur des opérations de secours. Officier général, il commande les Formations militaires de la sécurité civile. Sous ses ordres, les sapeurs-sauveteurs sont engagés sur plus de vingt opérations internationales majeures. Simultanément, il est l’un des permanents de direction du Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (Cogic). Il enseigne en grandes écoles et en master.

d’EXPERTS

Conduire les opérations communales de sauvegarde - Initiation opérationnelle

La loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile confie la sauvegarde des populations aux maires, qui disposent de nombreux mémentos et guides pour préparer leur commune à devenir résiliente et organiser la solidarité locale.

F. Vernoux

Conduire les opérations communales de sauvegarde Initiation opérationnelle

Conduire les opérations communales de sauvegarde Initiation opérationnelle

d’EXPERTS

Général François Vernoux

www.territorial-editions.fr ISSN : 1623-8869 – ISBN : 978-2-8186-1407-5


Conduire les opérations communales de sauvegarde

-

Initiation opérationnelle

d’EXPERTS Général François Vernoux

CS 40215 - 38516 Voiron Cedex Tél. : 04 76 65 87 17 - Fax : 04 76 05 01 63 Retrouvez tous nos ouvrages sur http://www.territorial-editions.fr

Référence DE 805 Avril 2018


Vous souhaitez être informé de la prochaine actualisation de cet ouvrage ?

C’est simple ! Il vous suffit d’envoyer un mail nous le demandant à : jessica.ott@territorial.fr Au moment de la sortie de la nouvelle édition de l’ouvrage, nous vous ferons une offre commerciale préférentielle.

Avertissement de l’éditeur : La lecture de cet ouvrage ne peut en aucun cas dispenser le lecteur de recourir à un professionnel du droit.

Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement la présente publication sans autorisation du Centre Français d’exploitation du droit de Copie. CFC 20, rue des Grands-Augustins 75006 Paris. Tél. : 01 44 07 47 70

© Territorial, Voiron ISBN : 978-2-8186-1407-5 ISBN version numérique : 978-2-8186-1408-2 Imprimé par Reprotechnic, à Bourgoin Jallieu (38) - Mai 2018 Dépôt légal à parution


Sommaire Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11

Partie 1 S’initier à la gestion opérationnelle Chapitre I Différencier les secours et la sauvegarde. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.23 Chapitre II Appréhender les risques et menaces. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.27 A - Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.27 B - Perception du risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.27 C - Cela n’arrive pas qu’aux autres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.27

Chapitre III Appréhender une situation de crise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.29 A - Ressenti populaire

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.30

B - Sentiment de crise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.30 C - Les facteurs du sentiment de crise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.30

E - Réalités opérationnelles : heureusement, les crises sont rares. . . . . . . . p.31 F - Avis d’expert. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.32 G - Finalité du PCS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.32 H - La vigilance, premier stade d’une bonne gestion opérationnelle. . . p.33 I - Résilience. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.33 J - Sortir de la crise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.34

Chapitre IV S’approprier la préparation opérationnelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.35 A - Le cycle de préparation opérationnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.36 B - But d’une préparation opérationnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.38

Sommaire

Conduire les opérations communales de sauvegarde

D - Typologie : la crise peut être perçue face à trois tempos d’événements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.31

3


C - Progression par phases de la préparation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.40 D - La préparation opérationnelle est permanente. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.40 E - La préparation opérationnelle est un ensemble. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.41

Chapitre V S’initier à la planification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.43 A - Justification de la planification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.43 B - Objet de la planification. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.44 C - Quelques repères sémantiques

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.44

D - Doctrine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.45 E - Prévention et protection. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.45 F - Plans et stratégie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.46 G - Tactiques et fiches de mise en œuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.46 H - Conseils pour être un bon planificateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.47 I - Planification et Retex. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.47 J - Planification et exercices. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.47

Chapitre VI Maîtriser la conduite des opérations : un chef, une mission, des moyens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.49 A - Être un chef . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.49

Conduire les opérations communales de sauvegarde

B - Commandement et direction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.50

4

C - Savoir commander. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.51 D - Phases d’une conduite d’opération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.53 1. Phases « réflexe » ou « anticipation ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.53

2. Phase « renseignement » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.54

3. Phase « engagement ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.54

4. Bascule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.54

5. Phase « maîtrisée ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.54

5. Phase « restauration » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.54

6. Phase « retour à la normale ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.54

E - La hantise des opérationnels : le stress négatif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.55 F - Acquérir l’expérience opérationnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.56

Chapitre VII Choisir un conseil en gestion de projet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.57 Sommaire


Partie 2 Préparer sa commune : PCS et Dicrim Chapitre I Sensibiliser votre commune . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.65 A - Faire germer la culture du risque (sensibilisation initiale). . . . . . . . . . . . . p.65 B - Sensibiliser les élus et les agents municipaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.66 C - Sensibiliser la population. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.67

Chapitre II Le PCS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.71 A - Analyse des risques locaux et généraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.71 1. Analyse des risques et menaces / Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.71

2. Analyse des risques et menaces / Bonnes pratiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.73

B - Identification des enjeux communaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.75 1. Identification des enjeux / Méthodologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.75

2. Identification des enjeux / Bonnes pratiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.75

C - Évaluation des conséquences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.76 1. Évaluation des conséquences / Méthodologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.76

2. Évaluation des conséquences / Bonnes pratiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.77

1. Rappel sémantique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.78

2. Planification de la prévention et des protections . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.79

3. L’information préventive, partie intégrante du dispositif de protection. . . . . . . . . . . . . . . . .

p.80

E - Élaboration des plans (architecture d’un plan donnée en annexe). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.80 F - Cohérence globale des plans (prévention, secours, sauvegarde). . . p.81 G - Rédaction des fiches opérationnelles (exemples en annexe) . . . . . . p.83 H - Élaboration des tableaux de bord (TdB) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.85 I - Établissement de l’annuaire opérationnel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.86 J - Prise en compte de l’autonomie communale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.87 K-A  ctualisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.87 L - Le PCS minimal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.88 M - Le PCS idéal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.88 N - Diffusion du PCS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.89

Sommaire

Conduire les opérations communales de sauvegarde

D - Prévention – protections (mitigation). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.77

5


Chapitre III Le PICS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.91 Chapitre IV Le Dicrim. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.93 Chapitre V La capitalisation : formation – entraînement – exercices . . . . . . . . . . . . . . . p.95 A - La formation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.96 B - L’entraînement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.96 C - Les exercices

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.98

D - L’exercice global, dit de fin de cycle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.99 E - Scénario et animation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.100 F - Le Finex . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.101

Chapitre VI Le retour d’expérience (Retex ou Rex). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.103 A - Le Retex à chaud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.104 B - L’analyse de fond . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.105 C - Le Retex à froid . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.106 D - Le compte rendu. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.107

Conduire les opérations communales de sauvegarde

Chapitre VII Le plan familial de mise en sûreté (PFMS). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.109

6

A - Pourquoi un PFMS ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.109 B - Contenu du PFMS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.109 C - Conséquences inattendues. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.110

Partie 3 Faire face Chapitre I Les artisans de la sauvegarde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.117 A - Le maire (DOS : directeur des opérations de sauvegarde). . . . . . . . . p.117 B - Le RAC (responsable des actions communales). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.119

Sommaire


C - Le directeur de cabinet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.120 D - Le conseil municipal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.121 E - L’équipe sauvegarde (élu, gestionnaire de projet PCS, service ad hoc). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.121 F - Élus et agents DU PCC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.123 G - Les experts. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.125 H - Les agents des services municipaux impliqués par le PCS. . . . . . . . . p.125 I - Les agents du standard de la mairie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.127 J - Les agents municipaux impliqués par la continuité d’activité. . . . . p.127 K - La police municipale / le CSU (centre de supervision urbain) . . . . p.128 L - La réserve communale de sécurité civile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.128 M - Les relais de quartier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.129 N - Le citoyen ressource . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.130 O - Les associations agréées de sécurité civile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.131 P - Les associations locales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.132 Q - La population sinistrée (les impliqués) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.132 R - La population non sinistrée (les concernés) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.132 S - Les renforts spontanés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.133

Chapitre II Le poste de commandement communal (PCC). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.135 A - Organisation fonctionnelle du PCC. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.135 1. Le maire (directeur des opérations de sauvegarde). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.137 2. Le responsable des actions communales (RAC) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.138 3. L’adjoint du RAC. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.138 4. Le secrétaire général (chef de salle) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.139 5. Le secrétaire de la main courante. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.139 6. Les officiers de liaison. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.139 7. Les experts. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.139 8. Les acteurs libres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.140 9. La cellule « situation/renseignement » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.140 10. La cellule « anticipation ou manœuvre future ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.141 11. La cellule « logistique - transmission ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.142 12. La cellule « action/opérations ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.142

Sommaire

Conduire les opérations communales de sauvegarde

T - Services régaliens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.134

7


13. La cellule « population sinistrée ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.143 14. La cellule « communication » (la COM). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.144 15. Armement des postes / astreintes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.146

B - Organisation matérielle du PCC. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.146 C - Vers un PCC idéal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.150 D - PC intercommunal (PCIC) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.152

Chapitre III Les dispositifs communaux de sauvegarde

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.153

A - Architecture de prevention – dispositif de protection. . . . . . . . . . . . . . . . . p.153 B - Moyens d’alerte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.153 1. Réception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.154 2. Diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.154

C - Moyens de sensibilisation et d’information de la population. . . . . . p.155 D - Réseau de transmission opérationnelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.156 E - Points de regroupement (PR). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.156 F - Centre d’accueil d’urgence et accueil des familles . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.157 G - Planification et acquisition des moyens et équipements . . . . . . . . . . . p.158 H - Équipement de votre RCSC. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.159 I - Sac d’alerte et matériel de première intervention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.159 J - Chasubles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.160

Conduire les opérations communales de sauvegarde

K - Maintenance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.160

8

L - Panne électrique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.160

Chapitre IV La conduite des opérations : gestion d’un cas réel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.161 A - Vigilance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.161 B-A  lerte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.162 1. Alerte entrante. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.163 2. Réception des seuils de vigilance et des alertes entrantes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.163 3. Diffusion de l’alerte. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.163 4. Alerte des astreintes et des primo-intervenants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.163

C - Phase réflexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.164 D - Phase renseignement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.166 E - Phase engagement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.168 Sommaire


F - Bascule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.171 G - Phase maîtrisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.172 H - Visite d’autorités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.173 I - Fin de l’urgence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.173 J - La restauration. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.174 K - Le retour à la normale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.175 L - Retex d’un cas réel : incident ou accident . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.176 M - Un bon exemple de Retex . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.177 N - Autre présentation du phasage opérationnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.178 O - La main courante et les tableaux de bord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.179 1. La main courante. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.179 2. Utilisation des tableaux de bord (TdB). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.179

P - Les réunions de synthèse assistées par tableaux de bord . . . . . . . . . . p.181 Q - Méthode de conduite opérationnelle par tableaux de bord. . . . . . p.183

Partie 4 Communication de crise : notions et repères à l’intention des élus et agents

Chapitre II Comment communiquer ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.193 A - Stratégies de communication opérationnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.193 B - Nouvelles donnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.194 C - Tactiques de communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.195 D - Le service communication (la COM). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.197 1. L’attaché de presse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.197 2. Le chargé de communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.197 3. Le webmestre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.198 4. Le community manager. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.198 5. Le porte-parole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.198

E - Cibles et usages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.198

Sommaire

Conduire les opérations communales de sauvegarde

Chapitre I Pourquoi communiquer ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.191

9


F - Utilisation des réseaux sociaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.201 G - Relations avec la presse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.201 H - Communiqués de presse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.202 I - Conférences de presse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.202 J - Interview. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.203 K - Site et blog . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.203 L - Visite des autorités. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.204 M - Casier médiatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.204 N - Information préventive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.204

Annexes Annexe I Exemples de tableaux de bord . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.209 Annexe II Format type d’un plan

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.214

Annexe III Exemples de fiche « réflexe ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.216

Conduire les opérations communales de sauvegarde

Annexe IV Exemples de fiche « action » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.217

10

Annexe V Exemples d’ordre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.218 Annexe VI Exemples de compte rendu. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.219 Dernier message de l’auteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.221

Sommaire


Les tempêtes de fin 1999, AZF, les tornades du Nord, Xynthia, les épisodes cévenols, les feux de forêt, les inondations du Var et des Alpes-Maritimes, les attentats de Paris, de Saint-Denis, de Nice… La liste est longue, notre société et nos territoires sont fragiles. Je souhaite tout d’abord rendre hommage aux forces de sécurité nationales, aux services de secours et de santé, aux maires et à leurs équipes, assistés de nombreuses associations, pour leur efficacité et leur dévouement dans ces moments de détresse.   De nombreux mémentos sont, depuis la loi de modernisation de la sécurité civile, à notre disposition pour préparer nos communes à être confrontées à l’insolite et devenir résilientes. L’ouvrage du général François Vernoux n’est pas un mémento de plus. C’est un opus innovant, écrit par un opérationnel, spécialiste de la gestion de crise, qui côtoie les communes depuis 2009. Fort de ces deux expériences de terrain, il nous offre les clefs de la gestion opérationnelle d’un événement. Les mémentos nous disent le comment, cet opus nous dit le pourquoi. Afin d’illustrer ses propositions et ses conseils, l’auteur nous explicite de très nombreuses « bonnes pratiques », imaginées et expérimentées par des communes.   La méthode proposée pour nous préparer et conduire les opérations est particulièrement adaptée aux maires. Elle permet d’appréhender le domaine et, pour ceux qui sont déjà initiés, de valider leurs acquis. Les « bonnes pratiques » démontrent que la sauvegarde est à la portée de toutes les communes, même des plus petites, et que l’on peut construire un dispositif communal utile avec peu de moyens, pour peu qu’on les aide et les conseille.   Cet opus fait appel à l’engagement des maires. Il guide dans l’élaboration de la prévention et la protection des risques majeurs, naturels ou technologiques et des actes malveillants. Il incite à sensibiliser la population et à organiser sa participation aux côtés des services municipaux. Il démystifie la gestion opérationnelle en la rendant accessible et insiste sur la « postcrise ».   La sauvegarde doit être l’affaire de tous, selon ses capacités et moyens, sous la direction du maire qui demeure, plus que jamais, l’autorité autour de laquelle nos concitoyens peuvent se rassembler.   François Baroin Président de l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité  

Préface

Conduire les opérations communales de sauvegarde

Préface

11


Après l’épisode cévenol de l’automne 2015, je téléphone à un maire du Gard dont la commune n’avait subi que peu de dommages au regard des communes limitrophes. Je connais l’implication des élus et la fiabilité du dispositif communal. Il me dit : « Nous avons eu de la chance ! » Non, monsieur le maire, vous vous étiez préparé ! Si vous ne voulez pas conjurer l’avenir et rester humble (ce qui est une des premières qualités de tout opérationnel), parlez, comme ce maire, de « chance » mais soyez convaincu que la chance se mérite ! Je souhaite par cet opus vous aider à mériter la chance.   La protection des populations a toujours été au cœur de mes missions tant sur le territoire national qu’en opérations extérieures. Été 2003, je commande les sapeurs-sauveteurs de la sécurité civile. Ils sont sur tous les fronts. La Corse est en flamme. Puis, sans répit, je les engage sur les inondations catastrophiques qui meurtrissent les départements du sud…   Après Lothard et Martin décembre 1999, AZF le 21 septembre 2001, les très graves inondations de 2002 et cet été 2003, l’État décide d’agir. J’ai l’honneur de participer à la rédaction de la loi de modernisation de la sécurité civile, communément appelée : loi de 2004. Elle sonne la fin de la récréation.   Le citoyen qui est bercé depuis plusieurs décennies par un État protecteur qui le rassure devient premier acteur de sa sécurité. Les plans de prévention, les plans de continuité d’activité et autres sont mis en exergue. Même Orsec fait peau neuve. Sous les mêmes initiales, l’organisation des secours laisse place à l’organisation de la réponse de sécurité civile. Tous ensemble, selon ses compétences, tel est l’esprit du nouvel Orsec. Les entreprises, les opérateurs, les municipalités, les établissements scolaires et les citoyens sont concernés. Le préfet reste le responsable coordonnateur départemental.Tous les acteurs de cette nouvelle sécurité nationale doivent se mobiliser, s’informer, se former, se connaître, s’entraîner et enfin s’exercer afin de pouvoir intervenir avec efficacité et, si possible, efficience.   Consécration suprême, le livre blanc de la défense nationale devient le livre blanc de la défense et de la sécurité nationale. Le nouveau concept est gravé dans le marbre.   Les maires, élus de proximité, aimés des citoyens, se voient confier la sauvegarde de leur population et du territoire communal. Cette disposition est reprise dans le Code de la sécurité intérieure.   En 2007, je quitte l’uniforme et je mets mes expériences au service des municipalités qui peinent à mettre en œuvre leurs dispositifs de sauvegarde requis par la loi. En effet, les maires et leurs élus, à quelques rares exceptions près, découvrent la gestion opérationnelle d’un événement exceptionnel. Même parmi ceux qui sont conscients de l’enjeu, certains restent tétanisés face à cette nouvelle appropriation nécessaire.  

Motivations

Conduire les opérations communales de sauvegarde

MOTIVATIONS D’une mission régalienne à une passion citoyenne

13


Conduire les opérations communales de sauvegarde 14

Je relève néanmoins, au fil de mes visites, quelque 400 pistes de progrès expérimentées et mises en œuvre par des municipalités, que Patrice Laya qualifie de « bonnes pratiques ». Elles complètent, illustrent ou explicitent les mémentos (d’excellente facture) de la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises, eux-mêmes repris et adaptés par de nombreuses préfectures.   RÉVÉLATION   Après sept ans d’audits dans les municipalités et de conférences devant des assemblées d’élus, je réalise qu’il manque encore quelque chose pour permettre aux élus et agents territoriaux d’assurer cette mission de sauvegarde. C’est une initiation à l’opérationnel puis une appropriation de bonnes pratiques leur permettant de conduire les opérations de sauvegarde face à un événement exceptionnel. Je me fixe le défi : leur donner les clefs… Belle aventure !   PRÉSENTATION DE LA MÉTHODOLOGIE   L’ouvrage étant à l’intention des élus et des agents territoriaux, j’ai adapté et limité au domaine de la sauvegarde de la population, l’initiation puis l’appropriation de la conduite des opérations.   Je m’appuie tout naturellement sur un guide opérationnel du même éditeur : Situation de crise : se préparer, faire face, que j’ai écrit en 2015 à l’intention des responsables opérationnels de tous les domaines et qui pourra être consulté par ceux qui veulent aller plus loin.   Je vous propose une méthode simple, illustrée par des exemples, balisée par des conseils et utilement complétée par des bonnes pratiques expérimentées par des municipalités. Elle accompagne les premiers pas de ceux qui découvrent la gestion opérationnelle et offre aux plus initiés de nombreuses pistes de progrès.   Après avoir présenté la gestion opérationnelle (S’INITIER), cet opus éclaire les mémentos de la sécurité civile et de certaines préfectures en explicitant le pourquoi opérationnel de leurs items (PRÉPARER SA COMMUNE). En dernière partie (FAIRE FACE), la conduite des opérations que vous devrez mettre en œuvre face à tout événement exceptionnel pour assurer la sauvegarde des populations (en complément des opérations de secours relevant des services régaliens) sera explicitée et ainsi démystifiée. Compte tenu des 122 TRI (territoires à risques d’inondation) et des 50 % de communes sujettes au risque inondation, les exemples choisis sont prioritairement attachés à ce risque majeur mais les BONNES PRATIQUES s’appliquent en toutes circonstances.   Cet opus innovant offre à ceux qui ont la responsabilité de conduire les opérations communales de sauvegarde, les clefs nécessaires pour préparer avec efficacité et à moindre coût leur commune à devenir résilientes (être en mesure d’affronter sans rupture les catastrophes prévisibles ou inédites) et pour se préparer à conduire les opérations.   Motivations


Motivations

Conduire les opérations communales de sauvegarde

MES CONVICTIONS Après trente-sept ans d’opérationnel et de responsabilités humaines, je me suis attaché à transmettre mes expériences, acquises face à l’insolite et l’absurde, à ceux qui, de par la loi, ont la mission d’assurer la sauvegarde des populations.   À leur contact, pendant neuf ans, j’ai encore beaucoup appris et j’ai acquis quelques convictions que je souhaite vous livrer dès à présent : - sans préparation, les municipalités s’exposent à subir le pire ; - acheter ou faire faire son PCS, c’est dilapider l’argent public ; - se faire assister en méthodologie, c’est gagner du temps pour mieux valoriser votre mémoire des lieux ; - l a sauvegarde ne coûte pas cher, elle réclame principalement un engagement politique ; - l a sauvegarde est à la portée des petits villages comme des grandes villes ; - la préparation des élus et des agents est un préalable incontournable ; - l’implication citoyenne de la population est garante d’efficacité ; - les exercices non précédés d’entraînements perdent de leur intérêt ; - sans socle opérationnel établi, les logiciels informatiques ne sont que des leurres ; - sur socle humain préparé, les logiciels informatiques sont performants ; - le jeune d’aujourd’hui est le citoyen de demain, il est vecteur de sagesse ; - rien n’est ni acquis ni gagné… La sauvegarde est une mission quotidienne du maire.   Depuis le réveil sonné par la loi de 2004, les cabinets ou autoentrepreneurs en gestion de crise ont flairé le filon financier. Si certains sont bons, voire très bons, d’autres méritent suspicion, voire flirtent avec l’escroquerie. Malheureusement, certaines municipalités font appel à de tels cabinets pour « être conforme à la loi ». J’ai même vu des « copiercoller » achetés à prix d’or ! Je suis aussi stupéfait par la certitude de certains édiles (de plus en plus rares, fort heureusement) qui ne ressentent pas le besoin de se préparer. Et si la catastrophe, qu’ils auraient pu éviter, détruit le bâti de leur commune ou, pire, meurtrit leur population… les pompiers seront là et les assurances paieront ! Et pourtant, la nature et les événements d’origine humaine prouvent régulièrement que cela n’arrive pas qu’aux autres ! Certes, la conduite des opérations de sauvegarde réclame du bon sens et, surtout, de l’organisation et cela ne s’improvise pas. Même Alexandre le Grand et Napoléon Bonaparte se préparaient et préparaient leurs troupes pourtant déjà aguerries. D’autres refusent de s’investir pour cause de complexité, voire d’incohérence de la réglementation. N’est-ce pas de faux prétextes ?   Heureusement, je connais des associations et des experts qui accompagnent les municipalités dans leur montée en puissance de façon remarquable, en assistant mais en ne faisant pas. Si la loi a confié aux élus cette mission de sauvegarde du citoyen en cas de dommages majeurs, c’est qu’il s’agit bien d’une mission de proximité.   J’ai aussi heureusement rencontré de nombreux maires convaincus de leurs responsabilités en la matière et ceux-là ne se sentent jamais prêts… Ils m’ont donné le

15


Conduire les opérations communales de sauvegarde 16

courage de persévérer dans cette mission devenue passion. Je les en remercie bien vivement car, quand j’observe le comportement de certains citoyens lors des inondations d’octobre 2015 dans les Alpes-Maritimes, onze ans après le réveil, je me dis qu’il y a encore de grandes marges de progrès. Les quelque 32 000 communes françaises sont chacune particulières par leur taille, leur environnement, leurs moyens, leur histoire et leur culture ; c’est le charme de notre pays. Chaque municipalité pourra choisir et adapter les bonnes pratiques proposées ci-après au regard des risques et menaces et, surtout, en fonction des moyens disponibles. Certes, les petites communes n’ont pas toujours l’élu ou l’agent en capacité d’élaborer un PCS et un Dicrim. Je voudrais les convaincre : c’est à la portée de tous ! Car le PCS et le Dicrim ne sont pas obligatoirement complexes et de nombreux exemples sont disponibles. En revanche, il faut prendre le temps de les adapter à votre commune. Vous vous en féliciterez le jour de la catastrophe. J’ai audité un petit village qui s’était bien préparé : son PCS était mince mais il contenait l’essentiel : un annuaire à jour et quelques fiches opérationnelles (évacuation de l’école, ouverture de la salle des fêtes, balisage en cas d’inondation…). Son Dicrim était une double feuille.   Cet opus vous propose l’excellence, sachez en extraire ce dont vous avez besoin et dont vous avez les moyens. OSEZ LA SAUVEGARDE !   MES ESPOIRS   Que cet ouvrage démystifie la charge et la complexité du domaine, qu’il vous donne le goût de l’opérationnel, qu’il vous donne envie de vous investir pour être en mesure d’assurer la sauvegarde de votre population et de votre territoire. Affichez votre volonté politique !   « Je ne me prépare pas, je gémis déjà », a dit Léonard de Vinci. Je vous souhaite de ne plus gémir ! Et si mon ouvrage vous sert, je serai un citoyen comblé.  

Motivations


À Roger Ikor, Danielle Borderie et mes autres maîtres du lycée Condorcet qui m’ont donné le goût des sciences et de la philosophie, à qui je dois ma culture du doute qui m’a permis, tant de fois, d’affronter l’incertitude. À mes sapeurs-sauveteurs que j’ai eu l’honneur de commander, à qui j’adresse mon respect pour leur courage et leur dévouement.   À Patrick Lagadec, pour avoir réveillé les consciences endormies.   À François Giannoccaro, directeur de l’IRMa, pour ses conseils précieux.   À Jean-François Irastorza, de la SMACL pour son implication déterminante.   À Richard Olszewski, Patrice Laya, Isabelle Capy pour leur aide et leur amitié.   À ma femme et mes enfants qui ont supporté mes absences et mes engagements citoyens.

Remerciements

Conduire les opérations communales de sauvegarde

17


Conduire les opérations communales de sauvegarde

Partie 1 S’initier à la gestion opérationnelle

Partie 1 - S’initier à la gestion opérationnelle

19

Conduire les operations communales de sauvegarde initiation operationnelle  
Conduire les operations communales de sauvegarde initiation operationnelle