Page 1

Denis Bigot est chef de service à la direction de l’espace public de l’agglomération et de la ville d’Orléans. Il collabore à l’ouvrage à actualisation permanente Guide technique des aménagements extérieurs, dont ce guide est extrait.

Le végétal présent dans les lieux publics représente un enjeu écologique, social, économique et politique, à travers ses multiples formes et usages : parcs, jardins, coulées vertes, espaces naturels aménagés, etc. La cohérence du territoire et les contraintes budgétaires nécessitent d’avoir recours à des techniques de gestion différenciée et écologique, à prendre en compte dès l’amont des projets d’aménagement, en protégeant les écosystèmes et en favorisant la biodiversité. Tenant compte des derniers textes officiels et normes parus, ce guide propose une synthèse de toutes les dispositions constructives relatives à l’aménagement des espaces paysagers urbains.  Il présente des connaissances indispensables concernant le patrimoine végétal (espèces, variétés, classification morphologique et horticole, exigences des plantes, gestion différenciée).  Il détaille les éléments de diagnostic qui permettent d’élaborer un projet (composition et analyse des sols, réemploi des matériaux, coût global, conception différenciée) en respectant la nature (protection des arbres et des espaces boisés).  Il explique les problématiques d’une conception d’aménagement, à chaque étape (réglementations et obligations, études, contrat de travaux) et pour chaque aspect (implantation, choix des arbres, massifs, gazons, prairies, paillage, gestion de l’eau, arrosage intégré, revêtements de sols).  Il précise les procédures de la réalisation d’un projet (responsabilités des élus, travaux préliminaires, protection sur chantier, achat des végétaux, plantation) ainsi que les opérations de gestion.

• • • •

Ce manuel pratique est destiné aux maîtres d’ouvrage, chefs de projet, élus locaux et services techniques des collectivités, ainsi qu’aux maîtres d’œuvre, ingénieurs, architectes, bureaux d’études.

Sommaire Chapitre Chapitre Chapitre Chapitre Chapitre

1 2 3 4 5

– – – – –

Patrimoine végétal Éléments de diagnostic Conception d’un aménagement paysager Réalisation d’un aménagement paysager Entretien d’un espace vert

AMÉNAGEMENT DES ESPACES PAYSAGERS

DES ESPACES PAYSAGERS

Denis Bigot

AMÉNAGEMENT

AMÉNAGEMENT DES ESPACES PAYSAGERS Denis Bigot

Connaissances Conception Aménagement Gestion

ISBN 978-2-281-14018-7

9248_Hcoll_BIGOT_Couv.indd 1

11/08/16 13:46


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 00a_somm p. 1 folio : 5 --- 11/8/016 --- 7H2

Sommaire Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

7

Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

9

CHAPITRE 1

Patrimoine végétal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

CHAPITRE 2

Éléments de diagnostic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

CHAPITRE 3

Conception d’un aménagement paysager . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

CHAPITRE 4

Réalisation d’un aménagement paysager . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

CHAPITRE 5

Entretien d’un espace vert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279 Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 355 Table des matières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 361

5


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 03d_3_3 p. 8 folio : 142 --- 8/8/016 --- 15H56

FICHE 3.3

Conception d’un aménagement paysager

Plans et symboles

Système d’arrosage La norme EN 12484-2 définit les symboles à utiliser pour le système d’arrosage, concernant la nature de l’eau, les appareils de mesure, les pompes, la pression et le débit, les canalisations, les dispositifs d’ouverture et de fermeture, les dispositifs de distribution d’eau, les câbles électriques et la programmation (fig. 15 à 22). IMPORTANT

Les éléments ne figurant pas sur la liste établie par cette norme doivent être légendés clairement.

Diamètre extérieur (tubes plastiques) Diamètre nominal (autres)

Eau d'irrigation

Eau potable Eau recyclée

Fig. 15. Nature de l’eau. Sonde d'humidité

Capteur pluviométrique

Compteur d'eau

Fig. 16. Appareils de mesure. Station de pompage

P

Pompe doseuse

Surpresseur

Limiteur de débit

Régulateur de pression

Fig. 17. Pompes, pression et débits. Canalisation primaire Épaisseur 1 mm

Projet

Canalisation secondaire Épaisseur 0,5 mm

Existant Fourreau

Canalisation primaire à réaliser Épaisseur 1 mm Canalisation secondaire à réaliser Épaisseur 0,5 mm

Fig. 18. Canalisations et fourreaux. Clapet-vanne

Clapet de non-retour

Vanne manuelle

Vanne de purge manuelle

Vanne autonome programmable Vanne automatique télécommandée Numéro de la voie

Bouche d'arrosage

Vidange automatique

Fig. 19. Dispositifs d’ouverture et de fermeture. 142


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 03d_3_3 p. 9 folio : 143 --- 8/8/016 --- 11H56

Conception d’un aménagement paysager

FICHE 3.3

Plans et symboles

Asperseur escamotable

Tuyère escamotable

Asperseur escamotable secteur de cercle

Tuyère non escamotable

Asperseur non escamotable plein cercle

Débit en l/h

Asperseur non escamotable secteur de cercle

Diamètre en m

Écartement en m Goutteur

Fig. 20. Dispositifs de distribution d’eau. Nombre de conducteurs section en mm2 Communication signal

Nombre de conducteurs section en mm2 TBT inférieure ou égale à 48 V Nombre de conducteurs section en mm2 BT basse tension

Fig. 21. Câbles électriques. Tube de télécommande hydraulique

Numéro de voie Programmateur satellite Numéro de satellite

Unité centrale de programmation

Numéro d'adresse

Décodeur

Fig. 22. Programmation de l’arrosage.

Matériaux La symbolisation des murs de soutènement est fournie par la norme NF EN ISO 11091, celle des matériaux par la norme NF P 02-001 (fig. 23). Béton

Béton de masse ou de propreté

Joint de mortier

Enduit ciment

Étanchéité multicouche

Métaux, alliages légers et maçonnerie creuse

Fig. 23. Représentation des matériaux en coupe. 143


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 03d_3_3 p. 10 folio : 144 --- 8/8/016 --- 15H56

FICHE 3.3

Conception d’un aménagement paysager

Plans et symboles

Fermeture Les fermetures sont les clôtures, les portails et les échaliers. Leur symbolisation est l’objet de la norme NF EN ISO 11091 (fig. 24).

Portail dans une clôture porte à 90°

Portail dans une clôture porte à 30°

Échalier dans une clôture

Fig. 24. Clôture, portail et échalier.

Luminaires et signalisation Les luminaires et la signalisation sont symbolisés conformément à la norme NF EN ISO 11091 (fig. 25). Luminaire, tout type Luminaire + console murale Poteau + bras + luminaire B

Bollard + luminaire bas Signalisation fixée à 2 poteaux

Fig. 25. Luminaires et signalisation.

Plantations Les symboles prescrits par la norme NF EN ISO 11091 concernent les plantations d’arbres, de haies, d’arbustes, de plantes grimpantes, les parterres et les zones enherbées (fig. 26 à 29). Arbre existant à peu près à l'échelle (diamètre du tronc mesuré à 1 m du sol)

Arbre à protéger

Arbre projeté n'est pas à l'échelle

Tronc à protéger

Arbre existant à supprimer

Fig. 26. Arbres. 144


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 03d_3_3 p. 11 folio : 145 --- 8/8/016 --- 11H58

Conception d’un aménagement paysager

FICHE 3.3

Plans et symboles

Haie existante à préserver

Arbustes ou bois existants

Haie projetée Arbustes ou bois projetés

Haie projetée avec emplacement des plantations

Arbustes ou bois existants à supprimer

Haie à supprimer

Fig. 27. Arbustes et haies.

45 Gaultheria procumbens Structure

5 Cornus alba 1 Chaenomeles speciosa

6 Lonicera sempervirens

7 Rosa rugosa

Indications éventuelles : – indiquer le nombre de plantes d'une même espèce sur le dessin ou dans un renvoi avec un numéro ; – relier entre elles les plantes d'une même espèce ; – indiquer seulement le nombre de plantes d'une même espèce lorsqu'elles sont nombreuses, sans les individualiser. – indiquer l'étalement.

Fig. 28. Projet de plantation d’arbustes et de plantes grimpantes.

Semis d'herbe Séparation parterre/herbe

Parterre

Séparation gazon/semis d'herbe Gazon

Fig. 29. Parterre, gazon, semis de gazon.

145


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 03d_3_6 p. 1 folio : 161 --- 8/8/016 --- 15H58

Traitement des pieds d’arbres – Protection des arbres

FICHE

3.6

Le pied d’arbre correspond à la surface de terre non revêtue entourant le collet. Cette surface, en apparence insignifiante, est essentielle à la survie de l’arbre en ville pour l’alimentation en eau et en air du sol, mais pose de nombreux problèmes de gestion par rapport aux usages urbains et pour des questions esthétiques.

1

Forme de l’emplacement réservé aux pieds d’arbres

L’emplacement réservé au pied des arbres correspond à la surface d’échange terre/air. Il est différent de l’emprise de la fosse de plantation, qui se retrouve sous les revêtements de surface dans le cas des fosses en mélange terre-pierre. La forme et le dimensionnement de l’emplacement réservé aux pieds des arbres ont une importance primordiale pour éviter : – des blessures sur les arbres (arbres situés au niveau des stationnements, sur une pelouse ou dans un emplacement sujet à piétinement) ; – des dégradations des bordures et revêtements de surface.

Implantation sur une zone de stationnement Pour les arbres plantés sur un parking, la forme des emplacements varie selon le type de stationnement (tab. 1 et fig. 1). Tab. 1. Emplacements des arbres sur une zone de stationnement. Type de stationnement

Longitudinal

En bataille et en épi

Dispositifs des pieds d’arbres

Protection

– Surface au pied de l’arbre de forme trapézoïdale afin de mieux concilier la cohabitation avec les véhicules – Emprise délimitée par des bordures hautes (18 cm). Des barrières de protection – Distance entre la bordure et le pied d’arbre suffisante pour éviter les blessures de pare-chocs sur empêchant le piétinement par les piétons peuvent être le tronc. mises en place. – Surface réservée au pied de l’arbre équivalente à une place de stationnement – Emprise délimitée par des bordures hautes (18 cm) afin de limiter le passage des véhicules sur la fosse et d’éviter les blessures par les pare-chocs

161


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 03d_3_6 p. 2 folio : 162 --- 8/8/016 --- 13H45

FICHE 3.6

Conception d’un aménagement paysager

Traitement des pieds d’arbres – Protection des arbres

Trottoir 2 m à 2,50 m

Stationnement

45°

Bordure (vue de 18 cm)

Chaussée

Surface pouvant être minéralisée Trottoir Stationnement

2 m à 2,50 m

Bordure (vue de 18 cm)

Chaussée

a Plantation sur stationnement longitudinal

Trottoir

Stationnement

Chaussée Bordure (vue de 18 cm) b Plantation sur stationnement en épi

Fig. 1. Plantations sur une zone de stationnement.

Dimensionnement des pieds d’arbres La surface aux pieds des arbres doit mesurer 1 m2 au minimum. Le dimensionnement minimal de l’emplacement réservé aux arbres doit être adapté à leur potentiel de développement (fig. 2) : – 1 m pour les arbres de petit développement ; – 1,50 m pour les arbres de moyen développement ; – 2 m pour les arbres de grand développement.

1m

1,50 m

2m

Fig. 2. Dimensions des pieds d’arbres de forme rectangulaire. 162


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 03d_3_6 p. 3 folio : 163 --- 8/8/016 --- 15H59

Conception d’un aménagement paysager

FICHE 3.6

Traitement des pieds d’arbres – Protection des arbres

Les emplacements de forme trapézoïdale doivent tenir compte du diamètre de l’arbre adulte (fig. 3). 5 mm mini

6 m à 6,5 m mini

5,5 mm mini Trottoir

2mà 2,50 m

Stationnement

45°

1 m mini Arbres de petit développement

Chaussée 1,5 m mini

2 m à 2,5 m mini

Arbres à développement moyen

Arbres à grand développement

Fig. 3. Dimensions des pieds d’arbres de forme trapézoïdale.

2

Aménagement des pieds d’arbres

Le traitement des pieds d’arbres est un élément important dans les coûts de gestion. Ces surfaces peuvent être aménagées de différentes façons, en fonction du choix paysager et du risque de piétinement. Plantations associées La plantation est à réserver aux espaces qui ne risquent pas d’être piétinés. Couvre-sols

Les couvre-sols sont les plantes les plus adaptées aux pieds d’arbres, notamment en climat tempéré pour les jeunes arbres : – les lierres, par exemple Hedera “Algerian Bellecourt”, pour les pieds d’arbres de dimensions importantes ; – les géraniums, notamment les variétés issues du macrorrhizum ; – les pervenches. Arbustes

Sur de jeunes plantations on peut également envisager de mettre en place des arbustes. Dans ce cas, l’implantation sera sans doute limitée dans le temps par la concurrence avec l’arbre. Il convient de choisir des arbustes à faible exigence agronomique, par exemple : – certains arbustes couvre-sols (symphorine, Lonicera pileata) ; – des arbustes méditerranéens si le climat le permet (les cistes sont un bon choix) ; – le buis, sans problématiques phytosanitaires. Paillage

La mise en place de paillages, minéraux ou à base de bois, peut également être envisagée dans des espaces moyennement piétinés. Il faut cependant bien mesurer le temps de désherbage préalable qu’il implique. Revêtements drainants Des revêtements drainants (enrobés, gravillons avec liant résine, sols souples) sont utilisables, notamment sur des arbres déjà développés. 163


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 03d_3_6 p. 4 folio : 164 --- 8/8/016 --- 13H47

FICHE 3.6

Conception d’un aménagement paysager

Traitement des pieds d’arbres – Protection des arbres

Le principal défaut de ces revêtements est leur vieillissement rapide. REMARQUE

Certains arbres supportent la mise en place de calcaire fin.

Grilles Étant donné le coût d’achat important de ce type de mobilier et les difficultés pour réaliser les entretiens ultérieurs, la mise en place de grilles d’arbre est réservée aux sites le nécessitant (où le pied de l’arbre est utilisé comme zone de passage des piétons) : trottoir étroit, site très fréquenté par les piétons (abord d’établissements scolaire, de commerce, zone piétonne). REMARQUE

Sur un trottoir large permettant le passage des piétons, des poussettes et des personnes à mobilité réduite sans passer sur les pieds d’arbres, cette solution peut être évitée.

Les grilles mises en place doivent être : – adaptées à la circulation des personnes à mobilité réduite et éventuellement aux passages de véhicules (sur les places de marché) ; – démontables pour permettre les opérations d’entretien. Voliges Pour les arbres sur gazon, des voliges doivent être mises en place afin de délimiter une zone au pied des arbres, protégeant ainsi le tronc contre les tondeuses et les débroussailleuses. 3

Protection mécanique des arbres

La meilleure protection des arbres est une bonne conception de son pied. En outre, certains systèmes de protection existent (tab. 2). Tab. 2. Protection mécanique des pieds d’arbres. Type de protection Arceaux de protection

Clôtures

Corsets de protection des troncs

164

Avantages

Inconvénients

Les arceaux sont à proscrire, car ils sont très souvent bousculés par les véhicules. En cas de risque lié aux véhicules, il faut privilégier d’autres moyens de protection (forme du pied par rapport au stationnement). – Aux abords des zones de stationnement et des voies de circulation, les clôtures subissent très souvent des Protègent contre le dégradations. Dans ce cas, leur mise en œuvre doit se faire en piétinement et contre les respectant les règles de conception (forme trapézoïdale, déjections canines. bordures hautes). – À proscrire en bout de stationnement. Assurent une protection – Ils ne permettent pas une protection contre les véhicules. contre les risques de – Ils ne sont à prévoir que pour les sites où il existe des vandalisme (écorçage risques d’incivilités. par des chiens, coups de – Ils nécessitent un suivi très régulier pour éviter toute couteau, etc.). blessure à l’arbre lors de sa croissance.

Permettent une protection contre les véhicules.


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 03d_3_13 p. 10 folio : 224 --- 8/8/016 --- 15H3

FICHE 3.13

Conception d’un aménagement paysager

Revêtements de sol

Pose arrondie

Ce dispositif ne peut être réalisé qu’avec de petits pavés, sur le modèle d’une mosaïque (tab. 5 et fig. 2). Pose en redans 90°

Rive

Ligne des centres 90° Pose en arc de cercle Pavés en arc de cercle et en redans Ligne des centres

90°

c dc

Rive

c dc c/2 < dc < c Pavés en queue de paon

dc = c/2 Pavés en écailles ou en éventail

Fig. 2. Pavés en arc de cercle et en redans, en queue de paon, en écailles ou en éventail.

224


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 03d_3_13 p. 11 folio : 225 --- 8/8/016 --- 15H5

Conception d’un aménagement paysager

FICHE 3.13

Revêtements de sol

Tab. 5. Motifs arrondis. Types de pose

Mise en œuvre

Recommandations

En arc de cercle et en redans

– Le pavage doit être commencé par les naissances, c’est-à-dire aux extrémités des arcs, pour se terminer à la clé, c’est-à-dire au centre des arcs. – Les dimensions des pavés utilisés aux naissances sont légèrement inférieures à celles des pavés utilisés à la clé. Au besoin, les pavés doivent être retaillés à la demande sur le chantier. – Les joints doivent être aussi réduits que possible. – Les arcs se raccordent entre eux à angle droit. Sur chaque rive, un demi-arc se raccorde également à angle droit sur les rangées longitudinales. – Les centres des arcs sont alignés sur des lignes parallèles à l’axe longitudinal de la zone.

Dans les zones où la pente dépasse 5 %, l’arc des pavés doit être tracé de façon que son centre soit dirigé vers le point bas, afin d’éviter le desserrage des joints.

En queue de paon

L’écartement entre les lignes des centres varie entre la demi-corde et la corde.

En écailles ou en éventail

L’écartement des lignes des centres se rapproche de la longueur de la demi-corde du grand arc.

Afin d’éviter l’apparition d’une ligne de moindre résistance à l’intersection des arcs, les points de rencontre des arcs sont décalés.

225


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 04e_4_6 p. 6 folio : 274 --- 8/8/016 --- 15H46

FICHE 4.6

Réalisation d’un aménagement paysager

Plantation des végétaux

Cuvette d’arrosage Pour une bonne croissance des arbres récemment plantés, il faut garantir l’absorption de la quantité d’eau nécessaire en formant à leur pied une cuvette d’arrosage. La cuvette optimale devrait avoir un diamètre double de celui de la motte dans laquelle l’arbre a été livré et, en fonction de la taille de l’arbre, une profondeur comprise entre 12 et 30 cm. Il est préférable de la maintenir au moins durant les deux premières années suivant la plantation. La cuvette d’arrosage est réalisée dans la terre située au pied de la plante, en aménageant une dépression de forme torique qui ne doit pas être sphérique. Un premier arrosage ou plombage est réalisé après la plantation. Le niveau initial du sol doit être rétabli après l’arrosage par un apport complémentaire de terre végétale. REMARQUE

Comme pour les arbres et les arbustes, il convient de garantir aux vivaces livrés en grande taille (3L ou +) l’absorption d’une quantité d’eau nécessaire en formant au pied des plantes une cuvette d’arrosage. Les bulbes ne nécessitent pas de cuvette d’arrosage.

Quantités d’arrosage

Les quantités d’eau nécessaires pour ce plombage selon les végétaux plantés sont indiquées par le fascicule no 35 du CCTG (tab. 2). Tab. 2. Quantités d’eau pour le plombage selon les végétaux plantés (source : CCTG, fascicule no 35). Végétaux

Quantité d’eau (litres)

Jeune plant

10

Arbuste

15

Arbre en racines nues de force D 14/16

40

Arbre en motte de force O 14/16

100

Vivaces

10 Fréquence d’arrosage

Au moment de la plantation il faut arroser très abondamment pour que la terre prenne bien sa place dans le trou de plantation, qu’elle adhère bien à la motte et pour compenser les pertes d’eau dues au transport et au stockage. La fréquence normale d’arrosage sous des climats moyens et en zone non exceptionnelle est de l’ordre de 10 jours, pendant 2 à 3 ans après la plantation et suivant les conditions climatiques et d’implantation. REMARQUE

Un matériel individuel facilitant l’irrigation peut être installé autour de l’arbre lorsque les conditions sont défavorables. Ce peut être un tuyau de drainage perforé installé en spirale autour du système de l’arbre. Mais l’intérêt de ce type d’installation n’a pas été démontré. Un bon arrosage peut être assuré par une cuvette bien réalisée.

Pour le paillage, voir fiche 3.10. 274


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 35_4_6 p. 7 folio : 275 --- 12/8/016 --- 7H16

Réalisation d’un aménagement paysager

FICHE 4.6

Plantation des végétaux

3

Opérations annexes Tuteurage et haubans

Le tuteurage dépend de la présentation des végétaux : – pour les végétaux à racines nues, les tuteurs sont enfoncés dans la fosse de plantation avant la mise en place du végétal sur une profondeur de 30 cm par rapport au fond de la fosse ; – pour les végétaux en motte, le tuteurage ou le haubanage est réalisé après la plantation, en prenant soin de ne pas endommager les racines. Tuteurs

Les tuteurs sont en châtaignier ou en robinier écorcés, en résineux traités, en bambou ou tout autre bois traité contre le pourrissement. Le tuteurage peut être constitué d’un seul piquet de bois installé obliquement, ce qui lui permet d’être planté assez loin du système racinaire. Ce système est utilisé notamment pour les cépées et certains conifères (fig. 3). Lorsque le piquet est positionné verticalement, il est recommandé de l’implanter : – face au vent, afin d’éviter le frottement de l’arbre contre lui ; – à l’opposé du cheminement, pour ne pas être vu ; – du côté de la circulation automobile, afin qu’il protège l’arbre.

Bipode (à éviter)

Tripode

Quadripode

Oblique

Planches Bandes Canisse de protection

Tuteur Ø 6 cm

Bandes

Tuteur H=3m

Fig. 3. Types de tuteurage. 275


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 05f_5_2 p. 6 folio : 294 --- 9/8/016 --- 14H46

FICHE 5.2

Entretien d’un espace vert

Taille et élagage des arbres

4

Modes opératoires Périodes de taille

Les périodes à éviter pour la taille sont : – le débourrement(1), pour éviter l’épuisement de l’arbre car le feuillage consomme plus qu’il ne produit et des écoulements de sève peuvent avoir lieu ; – la descente de sève (de la fin du mois d’août à la fin du mois d’octobre en fonction des essences et du climat), à l’exception d’une taille de faible réduction de la proportion du feuillage ; – les périodes de gel intense et persistant en raison des risques de bris de rameaux et de déchiquetage des branches par les outils. REMARQUE

Certaines essences et certains types de taille autorisent la taille en période de débourrement ou de descente de sève.

Sont préconisées : – en période de repos végétatif : les tailles relatives à la charpente telles que la taille de reformation, lorsque l’architecture de l’arbre est bien visible et idéalement à la sortie de l’hiver, avant la reprise de la végétation ; – en vert, c’est-à-dire en présence des feuilles, en juillet et en août : la suppression des bois morts, l’élimination progressive des gourmands, la taille d’entretien des formes architecturées. Prophylaxie Les risques de transmission d’agents pathogènes sont évités par : – l’utilisation d’outils tranchants permettant des coupes franches ; – la désinfection des outils et du matériel, de préférence par immersion de quelques minutes dans une solution stérilisante au démarrage du chantier et au passage d’un arbre à l’autre. La désinfection est précédée de l’élimination des débris par brossage et suppression des huiles et graisses à l’aide de solvant. Typologie des coupes Les coupes sont présentées dans le tableau 3 et la figure 3. REMARQUE

Les coupes doivent être nettes et franches, sans déchirure ni arrachement de l’écorce. Elles sont orientées afin d’éviter toute stagnation hydrique.

(1) Débourrement : phénomène de début de printemps correspondant à l’éclatement des bourgeons qui laissent sortir de leur enveloppe protectrice les pièces florales, les feuilles (Dicovert). 294


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 05f_5_2 p. 7 folio : 295 --- 9/8/016 --- 14H46

Entretien d’un espace vert

FICHE 5.2

Taille et élagage des arbres

Tab. 3. Typologie des coupes. Coupes

Suppression d’une branche

Suppression d’une branche de fort diamètre

Rabattage d’une branche

Suppression des rejets et gourmands

Modalités La coupe est réalisée : – perpendiculairement à l’axe de la branche ; – en préservant la ride de l’écorce et le col de la branche ; – au plus près de la branche porteuse pour éviter la formation de chicot ; – sans altérer le cambium et les tissus de recouvrement. Les branches de fort diamètre sont éliminées en tronçons successifs afin d’éviter toute déchirure. Les opérations sont les suivantes : – coupe 1 : entaille sous la branche à distance du point de coupe souhaité ; – coupe 2 sur le dessus de la branche en un point légèrement plus éloigné de son insertion : rupture de la branche qui tombe sans pivoter lorsque la coupe 2 arrive au niveau de la coupe 1 ; – coupe 3 : conforme à celle pratiquée sur les branches de plus faible diamètre, sans risque d’arrachement. Il est réalisé en préservant la ride de l’écorce à l’aisselle d’un rameau latéral utilisé comme tire-sève et dont le diamètre minimal est égal au tiers du diamètre de la branche supprimée. Contrairement aux branches, les rejets et gourmands sont supprimés par des coupes effectuées parallèlement à l’axe du tronc, des charpentières ou des branches sur lesquels ils ont poussé.

La coupe des rejets est réalisée Coupe des rejets sur individuellement et tangentiellement à la tête tête de chat de saule, au plus près de celle-ci en lui évitant toute altération.

Recommandations Les conséquences d’une mauvaise coupe sont : – coupe trop proche de la branche porteuse : le bourrelet cicatriciel ne se formera pas sur toute la périphérie de la coupe ; – coupe trop éloignée de la branche porteuse : formation d’un chicot.

Les grosses branches sont descendues au moyen de cordes afin de maîtriser l’orientation de leur chute et d’éviter toute blessure à l’arbre et tout dommage à proximité.

Les têtes de chat(1) sont obtenues par une taille de formation débutée en pépinière et entretenue par des tailles régulières. Elles se trouvent aux extrémités des branches de différentes formes architecturées.

La taille avec des engins mécaniques tels que L’utilisation d’épareuses(2) pour lamiers sur bras articulé autoporté ou effectuer une taille en rideau est à positionné sur un tracteur est réalisée pour les Taille mécanique proscrire, car les coupes obtenues tailles architecturées telles que rideau et ne sont pas nettes et favorisent ainsi marquise. Elle permet une réalisation rapide et les maladies. une parfaite rectitude de coupe. (1) Tête de chat ou tête de saule : excroissance formée par l’accumulation de bourgeons de cicatrisation issus de la taille répétée de rameaux au même endroit (La Taille des arbres d’ornement). (2) Épareuse : engin de débroussaillage ne permettant pas d’obtenir des coupes franches.

295


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 05f_5_2 p. 8 folio : 296 --- 9/8/016 --- 11H53

FICHE 5.2

Entretien d’un espace vert

Taille et élagage des arbres

Ride de l'écorce

Coupe correcte Col de la branche Limite entre les tissus de la branche et du tronc Suppression d'une branche Coupe 2

Coupe 1

Coupe 3

Suppression d'une branche de fort diamètre

Rabattage d'une branche

Non

Rejet

Oui

Non

Rejet ou gourmand

Suppression des rejets et gourmands

Taille d'une tête de saule

Fig. 3. Coupes des branches d’arbres.

Opérations complémentaires Les opérations complémentaires sont présentées dans le tableau 4. Tab. 4. Opérations complémentaires d’entretien des arbres. Opérations

Protection des plaies de taille

296

Modalités La meilleure protection est la prévention, en réalisant des coupes nettes avec des outils bien affûtés. L’utilisation de produits sur les plaies de coupe de branches est inutile.

Recommandations Certaines études montrent l’effet néfaste de l’application de produits de protection des plaies : ils augmentent l’humidité et la température et créent ainsi un milieu favorable au développement d’agents pathogènes.


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 05f_5_2 p. 9 folio : 297 --- 9/8/016 --- 14H46

Entretien d’un espace vert

FICHE 5.2

Taille et élagage des arbres

Opérations

Modalités

Recommandations

Soins des plaies accidentelles

Afin que le bourrelet cicatriciel puisse se développer, les plaies accidentelles sont traitées par parage : – plaies récentes : avec des outils appropriés, le plus rapidement possible ; – écorce endommagée : suppression de l’écorce arrachée et des éclats de bois, taille de l’écorce à la périphérie de la plaie ; – branches et racines cassées ou arrachées : coupe franche et protection des racines en les recouvrant de terre.

Le bourrelet cicatriciel ne doit pas être endommagé, ni les barrières de défense de l’arbre qui sont : – les parois composées des mécanismes de résistance de l’arbre contre les mouvements longitudinaux, radiaux et latéraux des agents pathogènes ; – les parois produites par l’arbre afin de séparer le bois formé après la blessure du bois existant

Haubanage

Lorsque la cohésion de la charpente ne peut être assurée malgré les tailles d’allègement, en raison de l’importance des charges et contraintes, le haubanage au moyen de câbles métalliques ou synthétiques peut être réalisé pour diminuer les risques de rupture.

Le haubanage est une alternative aux tailles de sécurité, afin de garder une forme à l’arbre. Il nécessite cependant un suivi important. Les systèmes susceptibles de provoquer des étranglements sont proscrits.

Déchets de taille et d’élagage Déchets ligneux

Les déchets de taille et d’élagage sont essentiellement des déchets ligneux. Ils sont principalement valorisés par : – la production d’énergie par brûlage en chaufferie ; – le broyage : broyats de bois d’élagage utilisés comme amendement ou paillage. Déchets verts

Lorsque la taille est effectuée en vert, les déchets comportent également des déchets verts, les feuilles. Les déchets verts peuvent être transformés par compostage. Ils peuvent eux aussi être utilisés comme amendement et pour la réalisation de paillage. Précautions sanitaires

Les déchets des tailles effectuées sur des arbres atteints de pathologies à risques épidémiques graves doivent être évacués, en évitant tout risque de contamination, afin d’être incinérés. De même, les déchets verts ramassés à proximité des routes peuvent avoir une teneur importante en métaux lourds et ne peuvent être réemployés par compostage. REMARQUE

Le brûlage des déchets sur place est généralement interdit par la réglementation locale. 297


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 46_tdm p. 1 folio : 361 --- 11/8/016 --- 7H56

Table des matières Sommaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 Sigles et abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Avant-propos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

CHAPITRE 1

Patrimoine végétal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

1.1

Espèces et variétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

1

Évolution de la classification botanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

2

Classification des espèces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

3

Principaux groupes de plantes utilisées en aménagement paysager . . . . . . . 15

1.2

Morphologie et physiologie végétales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

1

Morphologie : les organes de la plante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

2

Physiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

3

Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

1.3

Classification morphologique et horticole des végétaux . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

1

Classification morphologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

2

Classement horticole des végétaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34

3

Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

1.4

Exigences des plantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

1

Rusticité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39

2

Conditions de développement des végétaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

3

Adaptation des plantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

1.5

Écologie et aménagements urbains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

1

Terminologie de l’écologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

2

Biodiversité et écologie urbaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

3

Applications de l’écologie à l’aménagement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

1.6

Gestion différenciée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

1

Typologie des espaces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

2

Connaissance et mise à jour du patrimoine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

3

Évolutions vers une gestion raisonnée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

4

Conception différenciée, lien entre conception et gestion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 361


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 46_tdm p. 2 folio : 362 --- 11/8/016 --- 7H56

Aménagement des espaces paysagers

362

CHAPITRE 2

Éléments de diagnostic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

2.1

Composition des sols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

1

Morphologie des sols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67

2

Terres « végétales » ou ressources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

3

Caractéristiques du sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

2.2

Analyse des sols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

1

Étude du sol en place . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

2

Caractéristiques minimales de la terre végétale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75

3

Fertilisation et amendement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

2.3

Réemploi des matériaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

1

Réemploi des modules pierre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

2

Réemploi du béton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

3

Réemploi des végétaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84

4

Réemploi des terres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84

2.4

Coût global et conception différenciée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

1

Coût global des aménagements paysagers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

2

Mise en œuvre de la démarche de coût global par étapes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89

3

Conception différenciée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91

2.5

Diagnostic et renouvellement des arbres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

1

Analyse du patrimoine d’arbres existants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

2

Causes de dépérissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

3

Principes de renouvellement d’un alignement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102

2.6

Protection des arbres et des espaces boisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105

1

Réglementation générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105

2

Protection par le plan local d’urbanisme (PLU) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106

3

Protection par le schéma de cohérence territoriale (SCOT) . . . . . . . . . . . . . . . . 107

4

Espaces naturels sensibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

5

Protection du patrimoine culturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108

6

Protection du patrimoine naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110

7

Exploitations forestières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112

CHAPITRE 3

Conception d’un aménagement paysager . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

3.1

Étapes du projet : études . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

1

Programmation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

2

Études de diagnostic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119

3

Études d’avant-projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 46_tdm p. 3 folio : 363 --- 11/8/016 --- 7H56

Table des matières

4

Permis, autorisations et déclarations préalables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

5

Études de projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

3.2

Étapes du projet : contrats de travaux

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

1

Assistance à la passation des contrats de travaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

2

Études d’exécution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

3

Réalisation des travaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

4

Garanties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133

3.3

Plans et symboles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135

1

Constitution d’un plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135

2

Symbolisation conventionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136

3.4

Implantation et choix des arbres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147

1

Principes de conception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147

2

Choix de l’essence d’arbre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147

3

Formes des plantations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148

4

Distances minimales de plantation d’un arbre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150

3.5

Plantation des arbres en milieu contraint . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155

1

Fosses de plantation en milieu contraint . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155

2

Systèmes de tuteurage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

3.6

Traitement des pieds d’arbres – Protection des arbres . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

1

Forme de l’emplacement réservé aux pieds d’arbres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

2

Aménagement des pieds d’arbres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163

3

Protection mécanique des arbres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164

3.7

Conception des massifs – Choix des végétaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

1

Principes de conception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

2

Choix des végétaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

3

Implantation des massifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172

3.8

Protection des massifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175

1

Protection provisoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175

2

Protection permanente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176

3.9

Pelouses, gazons et prairies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

1

Usages des gazons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179

2

Principes d’implantation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180

3

Prairies naturelles et prairies fleuries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181

4

Choix de la composition du gazon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181 363


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 46_tdm p. 4 folio : 364 --- 12/8/016 --- 7H40

Aménagement des espaces paysagers

364

3.10

Paillages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185

1

Propriétés des paillages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185

2

Choix du paillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188

3.11

Gestion de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191

1

Suppression des arrosages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191

2

Gestion durable des eaux pluviales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191

3

Origine des eaux d’irrigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193

4

Récupération des eaux de pluie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194

5

Eaux usées traitées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196

6

Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199

3.12

Conception d’un système d’arrosage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201

1

Enjeux de l’arrosage automatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201

2

Études préalables à la conception . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203

3

Choix du système d’arrosage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204

4

Conception d’un système d’arrosage automatique intégré . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209

3.13

Revêtements de sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215

1

Critères de choix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215

2

Revêtements coulés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217

3

Revêtements modulaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221

4

Revêtements naturels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228

CHAPITRE 4

Réalisation d’un aménagement paysager . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231

4.1

Responsabilités et obligations des maîtres d’ouvrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233

1

Responsabilités en matière de sécurité, sûreté et salubrité . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233

2

Réglementation des aménagements paysagers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234

3

Planification urbaine des espaces plantés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235

4.2

Protection des arbres et espaces boisés – Autorisations avant travaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237

1

Protection du patrimoine culturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237

2

Protection du patrimoine naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239

3

Exploitations forestières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242

4.3

Protection des végétaux existants sur un chantier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243

1

Protection des arbres dans le cadre d’un chantier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243

2

Dispositifs de protection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 46_tdm p. 5 folio : 365 --- 11/8/016 --- 7H57

Table des matières

4.4

Travaux préliminaires aux plantations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249

1

Réalisation des fosses de plantation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249

2

Préparation du sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251

3

Confortement des talus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252

4

Façons culturales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253

5

Tracés au sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254

4.5

Achat des végétaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257

1

Prescriptions générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257

2

Catégories de végétaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261

3

Arbres et arbustes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263

4

Choix des végétaux selon leur taille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265

5

Plantes vivaces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267

6

Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268

4.6

Plantation des végétaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269

1

Conditions préalables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269

2

Plantation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272

3

Opérations annexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275

CHAPITRE 5

Entretien d’un espace vert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279

5.1

Transfert réalisation/gestion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 281

1

Documentation technique de suivi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 281

2

Suivi des plantations confiées à l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 282

3

Travaux inclus dans la période d’entretien-garantie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285

5.2

Taille et élagage des arbres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 289

1

Conditions des opérations de taille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 289

2

Anatomie de l’arbre mature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290

3

Typologie des tailles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291

4

Modes opératoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294

5

Sécurité des chantiers d’élagage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298

6

Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

5.3

Abattage et dessouchage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301

1

Opérations d’abattage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301

2

Opérations complémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302

3

Déchets d’abattage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 303

5.4

Entretien des arbustes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305

1

Opérations courantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 305 365


GRP : broches_NRK JOB : espaces_paysagers DIV : 46_tdm p. 6 folio : 366 --- 12/8/016 --- 10H51

Aménagement des espaces paysagers

2

Typologie des tailles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307

3

Modes opératoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312

4

Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 314

5.5

Entretien des vivaces, bulbeuses, annuelles et bisannuelles . . . . . . . . . . . . 315

1

Opérations communes à toutes les herbacées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315

2

Opérations spécifiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318

5.6

Entretien des surfaces enherbées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 321

1

Entretien des gazons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 321

2

Fauchage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323

3

Débroussaillage et débroussaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 326

4

Entretien des dépendances vertes de routes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327

5.7

Entretien des revêtements minéraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329

1

Typologie des surfaces minéralisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 329

2

Aménagement ou enherbement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 330

3

Désherbage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 332

4

Communication et participation citoyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 332

5.8

Protection des végétaux contre les nuisibles et les maladies . . . . . . . . . . . 337

1

Évolution de la réglementation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 337

2

Moyens de lutte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339

3

Principales pathologies et traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 340

4

Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 354 Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 355

366


Denis Bigot est chef de service à la direction de l’espace public de l’agglomération et de la ville d’Orléans. Il collabore à l’ouvrage à actualisation permanente Guide technique des aménagements extérieurs, dont ce guide est extrait.

Le végétal présent dans les lieux publics représente un enjeu écologique, social, économique et politique, à travers ses multiples formes et usages : parcs, jardins, coulées vertes, espaces naturels aménagés, etc. La cohérence du territoire et les contraintes budgétaires nécessitent d’avoir recours à des techniques de gestion différenciée et écologique, à prendre en compte dès l’amont des projets d’aménagement, en protégeant les écosystèmes et en favorisant la biodiversité. Tenant compte des derniers textes officiels et normes parus, ce guide propose une synthèse de toutes les dispositions constructives relatives à l’aménagement des espaces paysagers urbains.  Il présente des connaissances indispensables concernant le patrimoine végétal (espèces, variétés, classification morphologique et horticole, exigences des plantes, gestion différenciée).  Il détaille les éléments de diagnostic qui permettent d’élaborer un projet (composition et analyse des sols, réemploi des matériaux, coût global, conception différenciée) en respectant la nature (protection des arbres et des espaces boisés).  Il explique les problématiques d’une conception d’aménagement, à chaque étape (réglementations et obligations, études, contrat de travaux) et pour chaque aspect (implantation, choix des arbres, massifs, gazons, prairies, paillage, gestion de l’eau, arrosage intégré, revêtements de sols).  Il précise les procédures de la réalisation d’un projet (responsabilités des élus, travaux préliminaires, protection sur chantier, achat des végétaux, plantation) ainsi que les opérations de gestion.

• • • •

Ce manuel pratique est destiné aux maîtres d’ouvrage, chefs de projet, élus locaux et services techniques des collectivités, ainsi qu’aux maîtres d’œuvre, ingénieurs, architectes, bureaux d’études.

Sommaire Chapitre Chapitre Chapitre Chapitre Chapitre

1 2 3 4 5

– – – – –

Patrimoine végétal Éléments de diagnostic Conception d’un aménagement paysager Réalisation d’un aménagement paysager Entretien d’un espace vert

AMÉNAGEMENT DES ESPACES PAYSAGERS

DES ESPACES PAYSAGERS

Denis Bigot

AMÉNAGEMENT

AMÉNAGEMENT DES ESPACES PAYSAGERS Denis Bigot

Connaissances Conception Aménagement Gestion

ISBN 978-2-281-14018-7

9248_Hcoll_BIGOT_Couv.indd 1

11/08/16 13:46

Aménagement des espaces paysagers