Issuu on Google+

;

r'I tl

ãI ,

{ I .¡

j I ..

{ I

'{ t(

F

ì

d

x

t ìì

{-

ËÐ

*\, /'\

I-,

r t355 463

*:.

il1

ll a-

*

DE


Derux jub¡lés

st demi

Pour <<LArgus de l'assurance>>, fa vieillesse n'est pas un naufrage... Peu de journaux français peuvent afficher une longévité de 125 ans. Cet hebdomadaire posséderait-il un secret, qui lui permettrait de franchir gaillardement les décennies? Sans doute. Car la réussite d'un journalest le résultat d'une mystérieuse alchimie. ll est néanmoins permis d'avancer qublques explications. Tout d'abord, I'alliance de I'information et des

fournir à ses lecteurs des << nouvelles >> pertinentes. En témoigne la sélection que nous présentons dans la rubrique <<On en parlait>>. Et au-delà de ce travail d'observation, ce journal s'est engagé dans les débats de la profession. ll a sans doute su rester proche de son public. services.

<<

LArgus

>>

a toujours voulu

cultivé le sens du service. Nouveaux produits, nouvelles méthodes, nouveaux moyens: au fil du temps, les lecteurs ont profité d'analyses fines de l'état de I'art. Une tâche facilitée par le sens de l'échange. Il a longtemps caractérisé les assureurs qui, pour être concurrents, ne craignaient pas de mettre en commun certains de leurs savoir-faire. Les rédactions de << LArgus )> se sont longtemps appuyées sur cette tradition. Dans cette dimensioh <<service>>, n'oublions pas les fameuses <<petites annonces)>, une raison pratique et essentielle d'ouvrir ce journal chaque semaine... <<LArgus>> a aussi

Mais plus qu'à son propre comportement, c'est évidemment au développement formidable de I'assurance que <<LArgus>> doit son essor. Les progrès techniques, économiques, les changements sociaux et le talent de grands dirigeants ont eu un impact majeur sur cette industrie. Ce dont témoignent les documents que nous avons retenus pour la première partie de ce supplément. Certains nous ont été prêtés par les assureurs eux-mêmes. Qu'ils en soient ici remerciés. Et longue vie à <<LArgus de

SPÉCIAL 125 ?

ANS

I'assurance>>! Au somma¡re

4

r.

f:r Fondé en 1877 - 125" année - 12-14, rue lvlédéric, Cedex 17. Té1. : 01-56-79-39-00.

75815 Paris

iC¡

Site Internet ; \^W.larqusdelassurance.com < L'Argus de l'assurance, est édÌté par Groupe Industrie Services Info (principal actionnaire : Aprovìa Gun)i SAS au capital de 40000 €.

Siège socìal

i 12 14, rue Médéric, 758f5

Paris Cedex

ì7.

428 612 600 RCS Paris

t

t l..t

ll:

l

i': I

rf i li l r.|l' Laurent Baudoin et Laurent George c0

H

È l

r{ i

1

r'] alr.¡

t¡{r

l

j'J

l4 tÊ-

À r, r 1 } u U

i:

(lMA.G.lC0)

'lf.l

foú€ repréentallon ou ens ê con*nteùenlde ìnlell.cluelle).

¡eprcduction in!égrae ou pañiellq par qùelque procédé que ce soÌl faite l'¿uleur ou de l'áditeur el illiclte (adlcle L 122 4 du Code de la proprlété L/âñic e L 122-s du mème Code n'autôrìse que ês.copies ou reprôductions

lrideñenlréerÉsà1,ùsageducôpi*eètnond.*!néesàuneù1llßalioncoLlective,et

JEAN-pHtLtppe plÉ

L,Íne soc¡étç$' Ëm B:{e¡nË

mutåtion

Le monde s'agrandit Un bien-être à protéger Un avenir à prévoir L'entreprise, nouveau théâtre du risque Les pages sombres Contrats hors normes pour assurés hors du commun

es.analyss

êl coudes cìhlions jusul¡ées..,,,

D¡recteur de la publ¡cat¡on : Philippe Clerget Imprimerie ( l\¡aulde et Renou Sag¡, 48, rue de l'Arbre,Sec,75001 Paris. Ié1. : 01 49 26 14 OO. r ISSN 1626-4428. Numéro de commission paritaire des publications | 60352. Dépôt légal 2003 : à parution.

20 ta prcfe$s¡ta s'arqanise ä$

Produire en masse Une boîte à outils plus complexe Les grands noms de I'assurance

31

Grande et petites fristoires

É:ê ¿4.

r+

üR[fil] å PHr, mr

a I

¡

t t I

AFP : B, 23 - Agea : 23 - Arch¡ves historiques des AGF :7,13, I5124126¡29t31 - Archives Mac¡f:26,29 - Athena:24 - BNF : 65 - C. Rousselin/Palais de la Découverte : tB - DR :7,10i 29 Europ assìstance: t0 - Fabian Cevallos/Corbis-Sygma:19 FFSA : 8 - Gìlles Rolle/Réa : 23 - Ima.g.ico :8, 11/ 13/ 15 J.-P. H olbarvAxa-U AP :26,29 - l<eystone : 6/ 7/ 11, 14, 16i 17l 19 - l<harbine-Tapabor : 11, 13, 15, I7, 23,26 - Lapi-Viollet :

'aÌ'}

On en parlait

L¡5

Le coin de <<LArgus>>

12l 19 - Leemage :8, 17,18,19 - Pascal Sittler/Réa:29 - Paul Almasy/Corbis : 8 - Roger-Viollet : 6, 1-0, 12, 15, 16, I7, 19, 20, 22,24¡28 - Rue des Archìves : 4, 5, 7 - STR/AP/Sipa : 15.

SPÉCIAL

125 ANS

L'ARGUS

DE L'ASSURANCE


o

en

I erne

mutatlon Au début du xx' siècle, les accidents du travail et les retraites ouvrières ouvrent un boulevard à I'assurance. Après la Grande Guerre, la profession suit de près I'essor des transports, en particulier celui de I'automobile. La création de la Sécurité sociale en1945 pousse I'assurance à se rattraper sur les complémentaires. La nationalisation des grandes compagnies rationalise le secteur et favorise sa pénétration dans la société. Pendant les Trente Glorieuses (1945-1975), le secteur joue un rôle majeur dans l'investissement productif, surtout le bâtiment. Dans les années soixante-dix, les produits simples et moins chers des mutuelles et la naissance de la bancassurance ébranlent les compagnies. Mais I'assurance vie reprend une place prépondérante, tandis

que la moindre prise en charge de la santé et de la retraite par la collectivité ouvre de nouvelles perspectives. À ta fin du xx" siècle, de nombreux nuages subsistent : risques industriels, catastrophes naturelles, attentats, potlution, responsabilité civile sanitaire, fragilité des placements financiers, etc.

Harold Lloyd, dans <Hot Watern Dès les débuts du cinéma, I'automobile tient la vedette. Elle a, en un siècle, changé radicalement notre perception

du monde, en repoussant les limites. Symbole de liberté, la << sécuritaires >>.

voiture est aujourd'hui au centre des débats

SPÉ]ClAI-

I¿5

AN5

T, ¡\RGUS

DE

L'ASSURANCE

I


ä'ffiç;Ë*' ft¡ ¡i,i,

Lg mgndg , , ì

Naufrage du <t Paris n dans Ie port de New York l,l jì'

1942

.

Année noire pour le transport maritime. En février, un incendie détruit le paquebot << Normand¡e >. Depuis la tragique disparition en 1912 du << Titanic >>, à l'époque le plus gros sinistre enregistré, les assureurs sont critiqués pour leur gestion jugée désinvolte et leur manque de fermeté vis-à-vis des courtiers.

Au xlx" siècle, I'assurance investit dans le chemin de fer. La vogue des voyages stimule I'assurance bagages. La branche maritime souffre de concurrence et de sous-tarification. l-aviation S'envole mais, en 1g4g, la responsabilité des transporteurs est plafonnée. l- automobile fait le bonheur des assureurs mais son déficit chronique les inquiète. Premiers vols commerciaux Londres-Paris

I9I9

C'est à la descente d'avion, au Bourget, que I'on procède à la vérif ication des passeports. Un douanier vérif ie les bagages. Les voyageurs sont emmenés par automobile dans le centre de Paris, tandis qu'un camion emporte les colis. Désormais, l'assurance Prend

une dimension nouvelle dans trois secteurs : I'assurance de I'avion proprement dit, l'assurance des Passagers et l'assurance du personnel navigant.

a

&

La ceinture de sécurité devient obligatoire pour les voitures neuves

r97.'J. Cette même année, le bonus-malus est instauré et de nouveaux tarifs d'assurance entrent en vigueur. Les précédents dataient de 1963. En 1973, les mutuelles sans intermédiaires assurent déjà 25% du parc auto.

Explosion du zeppelin

< Hindenburg n

Accident à la oare Montparnasse-de Paris

r937

r895

Le 6 mai, trente-six passagers périssent dans la catastrophe, probablement due à une fuite d'hydrogène. Conçus en 1900 par le comte Ferdinand von Zeppelin, les dirigeables sont la fierté de lAllemagne. En 1924, ils effectuent

Le 22 octobre, le train de Granville ne s'arrête pas et défonce la façade de la gare. Déjà en 1881, un accident du PLM avait fait dix-huit morts et dix-sept blessés. Pourtant, la confiance en ce moyen de transport ne faiblit pas. Pendant longtemps, les sociétés d'assurances

leur première traversée de lAtlantique. En 1936, I'Allemagne nazie inaugure en grande pompe le << Hindenburg >, le plus important dìrigeable de tous les temps (72 passagers, 127 km/h).

placeront la plupart de leurs fonds en obligations des compagnies de chemin de fer.

E'PÉCIAL

Tz5 ANS

L'ARGUS

DE L,ASSURANCE

sPÉclAL

t25

ANS

L'ARGUS

DE L',ASSURANCn

I


.4

'"

€-,air:'q.¡<*¡*tÊa"ra

lncendie dans le métroPolitain

r903 Trois ans après son inauguration, le métro parisien connaît son premier drame. Quatre-vingt-quatre personnes meurent par asPhYxie. Le risque des voyageurs est assuré par la Zurich et la Winterthur;le Personnel Par la Mutuelle du Mans. Les dommages matériels se montent à 3000O0 francs.

_ü* e96.

[e Petit Journal

I¡ I

p

P¡dJumd'

s"lti'.1f

il..l-iiþ'

o

L¡lNlirs

l¡Ûri¿tElls

s[lPl.L\t:{I ll.rLillìL x

'''

pDM

5 *

r

!6

srr¡

åt)'

6 nL i^rr ¡o ú*

ñE*Èdì;';;ü Hillf

ii:

La.

petite

retne,

avant la voiture

ÅSSURANCT

r9oo

LLE.' FA EULTAT I V t, PSUR TT CONTRTTSUS tEs

IiÉNSU

D'après les

3+

tribunaux, les records d'accidents dans Paris sont détenus par les bicyclettes et les voitures de bouchers. En 1938, il y a en France sept millions de cyclistes à assurer.

E

ACCT0ENT5 C0RPoRELS

sr llSlRuelle

1R3UY5

N5

T0U5 usfîAR".¡ÊI LOU€URSoe CYCLES

Le ticket accident sur la voie publique et en chemin de fer

r922TERruALË

D U,\4

CATÂSTIìOPHE

É]TIJIOFOLI'TAI

Pour deux sous par jouç L'Urbaine et La Seìne propose des <tickets d'assurances> permettant une indemnisation jusqu'à hauteur de 10000 francs dans les cas graves. Mais les compagnies de chemin de fer empêchent leur vente dans les gares. Ce n'est qu'en 1935 que les billets de transport

:V

incluent l'assurance.

t\ttBIlllE #

:eril ê : Ar:Bri¡ aìrcos oonit cÂPtTAL SOCTAL {2.OOO,OOO

Co¡r:l,,.¡¡ì)ú

i:)uRIt.\t1S il?, Ruo If r.ntrÈ

t/t s€rfô Pelrtier

Aoo:-:r

37

ê Þ ¿r

dg

lou!aa

ACF, DEPUIS 184 ANS AVEC VOUS, aalBfaa

PÀRIS

I TCI<,EITS D"A.SSTJR,.A'}VCII!ÊT' pliviie, loittu'e

lÈs Åccidents ele Voyages en

tliremin de tr'er, eu

publit¡ro ou

en Omnibus et en Tra,mways

l¡rir 2í fr. llu ¡ur l)rtr 14 lr. sir r¡tol¡ l¡r¡\ tt fr. lrr¡is rt¡ols 'l'icL¡ls I¡rlr 3l lr' 'I'i¡'l¡r'ls ¡ ¡tlr¡lrl¡'s j,,rrrl rttt tttttls grrt'rrttlissttltl r,r¿ /'rrs tlt' ìtl,lrl: t'tt t'u,i tl'i ttt'tt¡ntrili' ttltxtútr'r'¡ ¡l(littitit't'tlt'lrttt'ttÍl ¡rntfrxxittttttr'" l8:888 f;:: 'l'ickr'1s r ¡rl¡tl¡l¡s ¡r¡rn¡.

'l'i¡'litls

ET I25 ANS AVEC L'ARGUS. AGF souhaite un bon anniversaire à I'Argus et que cette longévité perdure

d'année en année avec autant de sérénité.

r ¿rl¿tlrlls i,,,,¡r r ¡rl¡tlrl¡'s l,¡r¡rr.

s

le

lli'¡xtl t'ltt''t.ll ti

h)

oq =

+

sPiìclAL

t25

ANS

L ARGUS

\tt2

DE L ASSUI{ANCE

\

avec vous

,


#

û¡

q *' !g.-t

u.

Un b¡en'être

Uaccession à la propriété

r950 Après la guerre, la France connaît une hausse sans précédent de la natalité. Entre 1954 e|1976, le nombre des ménages croît au rythme de 98 O0O par an. Les assureurs facilitent le crédit immobilier par la garantie décès-invalid ité.

<Pa* @ *' *z t' ¿øfu þe

Au début du xx" siècle, l'électricité réduit le risque incendie ma¡s I'assurance vol et déqât des eaux peine à s'imposer. Après 1918, la garantie natalité encourage la repopulation. À partir de1945,1'assurance contr¡bue au bien-être. De nouveaux produ¡ts se généralisent : loisirs, protection juridique... Sous la pression consumériste, le service s'amél¡ore.

ç

u

llour nour ¡r¡dona

?

l{ø¡ øpru¡ad pour tóq{#t norelotffit. llfd.@ç¡?d Íft ,ßUN8 MÍÑAdß

Þ@t érLq

ffitë dlôcaltå dcffiúcÍ,ffir, qúol qr'tl aÉ{r6

Ättt l.a¡c¡

Ghâtillon-Malakoff voit pousser des tours

rorJo Premiers congés payés après la guerre

1947 Les Français, qui n'ont Pu Profiteç pour cause de guerre, des congés payés et de la semaìne de 4O heures conquis en 1936, rêvent

de consommatìon et de loisirs. Les plus aisés d'entre eux Partent sur les plages de Trouville (Calvados) et d'ailleurs. Un nouveau public est né, et la Compagnie portugaise lmPerio ira même vendre son assurance sur les plages en 1975. En1947, également, on crée I'assurance sPorts d'hiver, tandis que l'assurance .1955. chasse devient obligatoire en

e t b @- þ

Les habitations à loyer modéré remplacent les habitations à bon marché, créées en 1894. La loi Loucheur de 1928 permet la construction de 2000O0 maisons en cinq ans. En 1948, le ministre Claudius-Petit veut mettre

20000 logements neufs par mois sur le marché. Sollicités, les assureurs

lancent de grands projets immobiliers et accordent des prêts aux communes.

T,n Les incendies font rage

r925

Pnrll

lt¡.Po¡¡l¡¡

JoT'RI{AI.

ffi

nïrm 4lNÞ

Avant l'électricité, les incendies de loqement de particuliers par lampes à pétrole et chauffage au gaz sont fréquents. Et ce n'est qu'en 1983 que la loi Quilliot rend obligatoire I'assurance risques locatifs ! En1944,les résultats du secteur << incendies-bombardements >> sont déclarés... catastrophiques.

lÀ¡ttet t P¡rtrAxr\ tfl rr l^il¡f

^

l4fmtt

Les inondations de Paris

IOI Pierre Desnos fonde EuroP ass¡stance

rg63

immeubles qui en pâtissent. Les compagnies ref usent d'assurer pareil fléau. <<LArgus>> demande qu'on puisse au moins garantir les conséquences, comme le préjudice des commerçants et celui des propriétaires. En 1939, apparaît I'assurance tempêtes et inondations, tandis que le risque Incendie est étendu au chômage et au mðnque à gagner.

Au service du tourisme qui se développe, Europ assistance pratique des opérations d'aide et d'assistance à I'occasion d'accidents survenant à l'étranger. Lassistance, qui n'est pas un produit d'assurance, séduit peu à peu les assureurs par Ia bonne image dont elle jouit auprès du public. Nombre d'entre eux se doteront de f iliales d'assistance.

SPÉCIAL

125

ANS

L'ARGUS

O

janvieç des inondations catastrophiques touchent Paris, et la rue du Bac en particulier. Ce sont 17 o/o des En

DE

L'ASSURANCE

CTJS DE L'ASSURANCE


Llassurance v¡e retrouve son tonus d'avant'guerre

Àujourd'hui

rg3o

tout va bien.

Un

o

Lassurance vie conforte les comPa gnies dans leur rôle préventif. Quelques assurés sur la vie célèbres, par ordre chronologique I'artiste Sarah Bernhardt (1891), I'industriel Édouard Schneider (1899), les hommes politiques Jean Jaurès (1914) et l'Aga Khan (1934), sans oublier l'écrivain Salman Rushdie (1988).

Vos appointements

avenlr

sufficent

à

toutes le¡ d é penres de la

f¡mille.

Protéger la famille

Au début du siècle, la capitalisation, moins chère que I'assurance vie, séduit un vaste public. Les assurances sociales de 1930 ne couvrant que les petits salariés, les assureurs attirent les gros revenus par I'assurancegroupe. Écartés de la Sécurité sociale en 1945, ils se tournent vers les complémentaires et la santé des agriculteurs et des indépendants.

r930

tt. !i::: b::rr!,är

Dans une

société rétive au travail féminin, le ménage repose sur les revenus du père.

Mais, Demain, peut-être....

i ]al;

#.

#. ø-

O¡ddtbù.ddw ¿?{¡.r¡*k. æld¡¡r.aÚt'

Si vos revenus cessent par suite

63

t

,*

,,J '?

*"

€,

de votre dispaì".,.

dr ¡. dt

rition, savez-vous comment votre

famille pourra continuer à vivre?

L'assurance

vie joue alors un vrai rôle de protection familiale.

.â Un capital sûr

r950

Compagnie d'Arsurances Génér¡lec

En recourant à I'assurance vie, nombre d'épargnants qui ne veulent pas se risquer dans les valeurs mobilières se constituent peu à peu un capital.

t^ lfta¡E u¡

¡{ d¡

c

g

I

L. pt{¡ dùcic¡n. dc¡ CoúNñi.¡

sz. nue ac

uN cAplTA[...

RiJeIc-

¡u¡ la

fr¡¡c.û¡

..

e¡¡¡s

(

3"

.f,s

¿9.*

Une force

qu¡

rassure

P0LYC

Ltlil0UE

ffi I

¿ 11

r935 La médecine sociale et les mutuelles font leurs premiers pas dans les années trente, suscitant une grande crainte dans les compagnies d'assurances.

ANS

I.'ARCIJS

l)11 l.'ASStJtlANCtl

Garante de I'intérêt des ìndìvidus et de la collectivité, la Sécurìté sociale mène un effort considérable de prévention, notamment dans les entreprises. Les assureurs prennent la sécurité automobile à bras-le-corps, en créant l'Assistance routière des assurances en 1946 et la Prévention routière en 1949. Celleci prend en charge la surveillance de la circulation avant de passer le relaìs à la Gendarmerie nationale en 1953.

Plus de

2 milliards

La Sécur-ité sociale t.raque les problèmes sanitaires "ü I cl qd'Þ

L'apparition de la prévention

Lzj

rg35

t

<<

fu^

SPílcjlAf"

i.''

payés à ce

jour !>> Pour faire de I'as-

h.

I

¡l{CEllDlt VIE {,',rir ACCt0 E r{TS C A PtTAil S AT I0 ASSUREZ.TE !

\

suré un <<

il

client com-

>>, principal objectif commercial des compagnies, cellesci mettent en avant leur

plet

puissance

\

financière et leur image protectrice.

rl

t3


nouveau u nsgue "-

'i".. ..riri"'*lt .,"i'

..,:

rr.r:l¡j' '!ri;i,!+

$

o

Sé¡qì4*,:ÊÈtìã:!riBJiìri¡i¡

¡':

Les accidents du travail ont longtemps comblé les assureurs, mais les risques industriels les inquiètent : insuffisance de la prévention, de la tarification et des capitaux garantis, adaptation aux nouveaux matériaux et procédés. Le retour à la liberté tarifaire en1979 et la garantie de risques nouveaux (pertes d'exploi-

l

À Tchernobyl, en Ukraine, le drame tañt redouté

1986

tation, tempête, pollution, terrorisme...) compliquent I'assurance de I'entreprise.

Sinistre à I'OpéraComique

r887

,

Le 26 avril, un réacteur de Ia centrale nucléaire explose, suite à une défaillance humaine. Le nuage radioactif fait le tour de la terre. Un sarcophage de béton et d'acier est construit sur la zone détruite. Le coût est estimé à 235 milliards de dollars jusqu'en 2015. Le monde prend conscience du risque atomique. Des programmes nucléaires civils sont remis en cause dans plusieurs pays.

Accident de travail dans une f ilature

r899

La loi de 1B9B pose le principe de la res sabilité présumée de l'employeur en cas d'accident professionnel et de I'indemnisation automatique de la victime.

À Paris, la Salle Favart,

construite en 1783, a déjà

brûlé en 1838. Reconstruite en 1840, elle subit le même

sort en mai lBB7. Les assureurs reprochent aux directeurs de théâtres et de grands magasins

d'être trop négl igents.

Le orooramme atomique frañçaís se poursuit

r957

Le naufrage du rtTorrey-Canyon)t

rg67 En mars, le pétrolier se casse en deux au large desîles Scilly 40OOO tonnes de brut se répandent sur les côtes anglaises et bretonnes. La catastrophe a coûté 16 millions de francs.

Pour construire la centrale de Donges (Loire-Atlantique), Ies éléments sont acheminés par le <<mille Pattes>. Deux décisions sont prises en matière atomique : le risque des établissements produisant l'énergie nucléaire sera partagé en un très grand nombre d'assureurs, groupés en pools nationaux; en matière de responsabilité civile, les garantles seront limitées par I'existence d'un plafond légal.

Au secours du risque virtuel

r98o Les ordinateurs envahissent l'entreprise. D'abord considérée comme clause spécifique, I'assurance couvrant à la fois les pertes de données et la destruction du matériel

fait partie aujourd'hui des produits couramment proposés.

sPlilclAL

tz5

ANS

I.',ARGUS

DË L'ASSURANCE

SPÉCIAL

125

ANS

L'ARGUS

DE

L'ASSURANCE


Retour des Français

dllgérie

196z 'd(

tl

sombres

ùr*

Un drame humain. La profession fait son possible pour reclasser les agents généraux et les employés rentrés dans la précipitation.

{

*

.v

Tz4!F"

> z,*

(moratoire Durant la Grande Guerre, I'assurance prouve son patriotisme des primes, souscription aux emprunts nationaux...) maiS, en 1940-1944' elle manque de se perdre dans le corporatisme de Vichy. Pendant la guerre dAlgérie, elle témoigne d'une solidarité interne et fait face au teriorisme, déjà croisé en 1892, qui revient en force à la fin du xx" siècle.

¡" ,

g,-

tf

#

t

I

lTl1'

!

Le détournement d'avion et la prise d'otages de Zarka' en Jordanie

r97o

I r8

Les actes de piraterie aérienne seront de plus en plus nombreux à partir des années soixante-dix. La profession s'interroge sur la meilleure façon de couvrir ces risques.

[e

La région parisienne bombardée

;J;å

Petit ¡LtISTn[ Journal ,. ']

.t

I

It

l

a

-ld"-'-ryþ-

J

'

".r,

sUPlttiltl{T

Vaque d'attentats anarchistes

1943 Une loi du 14 mai1941 crée l'assuTance risque de guerre, couvrant les accidents \urvenus dans une zone d'actìvité, du fait d'engins ou d'actes de querre. En 1942, l'indemnisation des répara' tions d'immeubles endommagés par les bombardements est mise au compte de la collectivité. L'État avance les fonds aux proprìétaires sinistrés. Les locataires peuvent obtenir, quant à eux, une réduction de loYer,

It {l¡

t-+

t89z

Congrès des Assurances sociales au ministère du Travail

Entre 189.1 et1894, puis entre 1910 et 1912 Paris retentit de bruits de bombes. Les victimes ne bénéficient d'aucun recours, ce qui incite les assureurs à promouvoir l'assurance individuelle pour les dommages aux personnes. Pour couvrir les dommages aux biens, de nombreuses compagnies et mutuelles, flairant la bonne affaire, modifient leurs statuts.

1943 11 octobre 1940, un Comité d'organisation des sociétés d'assurances et de capitalisation a été mis en place, suivant le principe du corporatisme du régime de Vichy. ll est censé régir I'activité de I'ensemble de la profession. ll n'aura cependant guère d'inf luence sur la marche effective des affaires.

Le

L¡¡

lJemprunt de la

ófh &. crr"no 'l

rr Fort-

DyÌrnñt1()

Victoire

I9I5

-¡.\

La profession demande aux agents d'apporter leur concours à

'lrJ

I

La ieunesse vichYssoise au fravail

t

l'emprunt national 5%o du 25 no-

q

I94I

t,

vembre l915. Malgré leur nationalisme

Tous les garçons doivent, au cours

de leur vingtìème année, effectuer un stage de huit mois dans les chantiers de jeunesse. lls bénéficìent, durant cette session, de la législation sur les accidents du travail et les assurances sociales.

traditionnel,

I -sv * '*+" q

El soËclAL

¡¿\

¡\NS i

D.l"Ø"-þ*

1

¡\

Ç

.*}*çffir

7

/

-r

naú.otø{¿.

lv

1

ó

!

("

:"t

-

les compagnies américaines sous-

crivent aussi.

T7


The King, not dead

rgSo Le Lloyd's assure une radio de N4em p his (Tennessee, ÉtatsUnis), qui offre un million de dollars à qui retrouvera Elvis

Presley vivant.

Contrats hors normes Pour ffi ffi ffi ffi Wæ W

K,-rc

4p

ffi% # å,'; ç-; sþ ffi-ä*ä tr'-'ri'ftr ¡qu'* i*'

Au violon

Au tournant des xlx" et xx" siècles, la matière assurable, encore mal définie, se prête à des expériences souvent coûteuses et sans lendequ'incarne main. l-assimilation anglo-saxonne entre pari et assurance, joue un rôle bien le Lloyd's, touche la France. Mais I'assurance insolite publicitaire indéniable bien compris des assureurs' 5

tsEIR¡ER

SATS

r937 Le virtuose David Rubinoff est

momentanément privé de son Stradivarius, assuré pour 2 millions de lires : sa compagnie estime que le studio est trop chauffé.

¡'R,\NCS

aao

../Uf\ ollrYA \EUl G

Le soleil a rendezvous avec la lune

I

r977 Le morceau de Lune du Palais de la découverte,

prêté

à

Miroir, mon beau miroir...

Antenne 2 pour l'émission << la Tête

r98o

et les Jambes >>, est assuré pour

L'actrice italienne Ornella

6O millions de

Mutti fait

francs.

Vt *

ÇÞ

ì Nessie

Promettre la lune

assurer son visage pour 3 millions de francs, sa poitrine pour 2 millions, ses jambes pour I million.

1934

rg6g

reur grec Tambouras L assu

Le Kid

r92r

garantit les premiers hommes sur la Lune. La guerre spatiale et I'agression par des extra terrest res sont assurées, mais pas le refus de regagner

Jackie Coogan, le jeune

partenai re de Charlle Chaplin dans << The Kid >>,

contracte l'assurance vie la plus chère pour l'époque.

Llislam

et I'assu-

Le monstre du Loch Ness insPire les assureurs. En 1939, une société britanniq ue

assure contre le risque d'une rencontre avec la bête. En 1972, une marque promet 1,57 million de dollars à qui

capturera le monstre et s'assure auprès du Lloyd's.

ranGe

r934 Pour montrer que I'assurance n'est pas opposée aux principes de I'islam,

Llassurance fait de la résistance

I'Aga Khan,

r940

prince indien, s'assure sur la vie auprès d'une compagnie de Calcutta.

Gilbert Renault, dit le <<Colonel Rémy>>, un des premiers résistants

était élève-inspecteur à lAbeille et f ils d'inspecteur d'assurances.

la Terre.

E tnÉclAL

rz5 ÀNS L'ARGus

DE L'ASSURANCË

SPÉCIAL

T25

ANS

L'ARGUS

L'ASSURANCE


sbrganise du xlx'siècle, I'assurance, secouee par les faillites et un statut mal déf ini, s'or-

À la t¡n

ganise en syndicats professionnels. Sa contribution à la protection sociale en fait un symbole de solidarité, et non plus d'individualisme et de spéculation. À partir de 1918, l'État lorgne sur les capitaux brassés par le secteur. Celuici évite l'étatisation mais sa réglementation est renforcée. Toutefois, après la seconde Guerre mondiale, trente-quatre compagnies parmi les plus importantes sont nationalisées. La profession entreprend très tôt sa révolution technologique. Mai-68 met fin au paternalisme sclérosant des sociétés et la micro-informatique ébranle Ie pouvoir des techniciens. Lassurance aborde difficilement la crise des années soixante-dix : image détériorée, percée des mutuelles, des sociétés étrangères et des banques. Le xx" siècle s'achève sur une nouvelle donne : retour au privé des groupes nationalisés, création de grandes entités à dimension internationale, réduction du nombre de salariés et d'intermédiaires.

Pool de dactylos au secrétariat d'une grande comPagnie Dans ces immenses bureaux, symbole de la modernité, des dizaines de femmes travaillent. Dactylos' rock !

SPiTCIAI-

rtri

ANS

L.'AlìCUS

i)Ë

I,'ASSUR¡\NCtl

SPITCIAI-

rrj

/\N

#


en masse : Au début du xx" siècle, le statut des producteurs d'assurances est flou génémandata¡res de sociétés, agents d'affaires, commerçants? l-agent ral naît entre 1927 et1g4g, et devient entrepreneur en 1996' Entretemps, les mutuelles forment leur personnel à la production de masse' La modernisation des rapports sociaux n'intervient qu'en fin de siècle.

Les facturières au service comptabilité

ï9J5 L'ensemble des salariés des sièges (en majorité des femmes) subit un paternalisme qui finira, dans les années soixante, par indisposer les cadres. L'essor de I'assurance demande toujours Plus de personnel Pour Produire toujours d

ava nta ge.

Archives de polices de la comPainie L'Abeille

ry64

C'est toute la mémoire de LAbeille' née de la f usion de LAbeille qrêle'

de L'Abeille incendie et de L'Abeille vie, qui est contenue dans ces fiches. Des milliers de Pages, de contrats, d'avenants qui, bientôt, tiendront sur une simPle Puce d'ordìnateu r.

E

toÉclAL

12s

ANS

L'A

ANS


U ne boîte à

IOI\ÜIS

outils

partenalre du Courtage

'.riÌ

.ii'ir il. .i r,;. r):'

ìj;

?ir

:1:1

.;

Þ#

ïri fl d;þ ? å r;å 4;îf ;#å tËîf :l

å

Une direction dédiée aux relations avec le courtage

Au début du xx" siècle, I'assurance française est élitiste et rejette la plaques de sociétés <<réclame>> à I'américaine. La publicité se limite aux et aux insertions dans la presse. Mais la profession réussit sa mutation technologique, passant aisément de I'adressographe à I'informatique. pour elle. En 2OOO, la communication multimédia n'a plus de secrets

IONIS dispose d'une Direction Commerciale Courtage, ayant pour vocation de développer les activités de retraite et de prévoyance, en s'appuyant sur une

-&'

collaboration étroite avec les courtiers.

Les produits La méca' ¡ographie

r

àLa

Nationale

r r r r

rg55 Les fiches

perforées remplacent les documents dactylographiés et autres duplicateurs... en attendant I'ordinateur.

ú8q¡!

Garantie décès, invalidité, incapacité, longue maladie... pour cadres et non-cadres Frais de santé

r

Assurance dépendance Indemnités de fin de carrière

Contrats

r

et régimes de retraite supplémentaire

par

r

r

Le disque à calcul

rg50 Qu'elle soit plate, carrée ou circulaire, la règle à calcul est I'outil par excellence de la profession. Remplacée par la machine à calculer électrique, puis la calculette, elle a complè-

est plus rapide et plus iable.

Llassurance automobile en libreservice On n'arrête pas le progrès. À I'imaqe des États-unis, on

peut désormais en France assurer sa voiture grâce à des distributeu rs automatiques.

,ASSURANCE

01 56 79 50 91

Fabien CATOIRE Chargé d'affaires

0t 5679 50 97

Véronique RENIER

Le Groupe

Les chiffres clés

IONIS, qéé à l'initiative du GROUPE CRI et du GROUPE ESSOR, est l'un des principaux -pro-

r 200 000 entreprises clientes r 0,38 milliard d'euros de cotisations r

tement

t

disparu des agences et

r

r

0,18 milliard d'euros de capitaux gérés en capitalisation collective

milliards d'euros de capitaux gérés en épargne salariale 2,1,0

complémentaire 6ème groupe de prévoyance

I

épargne salariale

r 19 implantations régionales t 4,37 milliards d'euros de capitaux

r ler intervenant paritaire en

r r

La retraite complémentaire

La prévoyance collective et individuelle

r r r

L'épargne salariale flurm ExrnNsrou) La retraite supplémentaire

Les activités financières et d'assurance

3,2 millions de particuliers (salariés et retraités)

gérés

r96o Le plus gros ordinateur d'Europe est installé en 1958 au groupe Drouot.

5679 50 96

Les activités

Prévoyance

différée. 7ème groupe de retraite

La salle des ordinateurs aux AGF

0t

Toutes les formules d'épargne salariale : participation, intéressement, P.E.E. (Plan d'Epar¡ne d'Entreprise), P.P.E.S.V. (Plan Partenarial d'Epargne Salariale Volontaire), P.E.I (Plan d' Epargne interentreprises). . .

intervenants en matièrè de tection sociale et de rémunération

des sièges.

rg56

Jean-Paul LEFEBVRE Directeur

Chargée d'affaires

capitalisation

Le traitement

f

os ¡nterlocuteurs

IONIS . DIRECTION COMMERCIALE COURTAGE 11, rue Laugier - 75017 PARIS Téléphone : 01 56 79 50 90 - Fax : 0L 56 79 50 99 e-mail : courtage@ionis.fr


tl

tA

t

EI

!

g

3ìa iil .t

:l ãl

!âi å

-.:

AUTRES ASSURANCES ACCIDÊNTS

i"r

PRATIOUÉE5 PAR

É31

a E

assunaNcrs

COMPAGNIE

POUI Ll3

Malin, le dépliant

ã

-Ë*

;d È* õ9 i,ô 9 z6 -.9 e I

;õ;gd5

o" <þ É

<Ëq !;" e,ì å

:i

ãð:

.!3

E

&<

or foulEs

q

E3PÊCES

AuromobilGr, Ch.voux, Voilùr.¡, BicY(lêilc,, ProDrióloiret d iñ6.ubl€t,

s

Módcci;¡, Phorñoci.nr, Þ.ni¡1.r, Ch.í¡ d inrirul¡ont, .tc

d;

a

!

<ì .t

assutaNcEs DE RlsPoilSÂllllrÊ clvlt:

e0

E

5

Pour s'assurer une meilleure diff usion, La Foncière-Transports utilise ce déPliant Publicitaire avec carte-réPonse à découPer.

a

¡s

!

1940

VOYAGTS

èn Europc êt do¡¡ lê MondG Gnli.t

Ð

3i

sPÉClAtES

IA

matlÍlMls ¡f rlRREsl¡ls

al

.s

PARIS,

9

??

:l

Vôl :

SOC!^L | 25 MILUONS 0É Ê¡aÑCg 13/¡

Sièg. So€iol : ò

sJ

a2

^..rñ3Ntß..

v'ré¡' cn rer ìmmcublê3: l'lhilru t3l'133' fu Nok.-D¡ô.-d..'Vnþ¡r¿¡.1 46.!0, Er. ¡. C S'iî' 505ól T¡L: GUL g?.32 ¡.t ¡uit.) c^Ptral

õ

!

FONCIÈR,E.TRANSPORTS

:

A55U¡ANCE5 GONTRß LES ACCIOE¡¡Í5 DU

E

:3

v!

(cL ¿!

i

I

Ávrir

r&

vous

ITAVAII

êr c¿rré1 qu r'ônr <ôñplér¿'t

PEUT.EIRE

lñdutt.¡â, Comñc'câ, A9'¡(ultur. Pcbor¡.1 doñ.iliquG

z

L'URBll INT

Sponsoring et formation

a l'ÊxPositroa

de

t7)69 -4

1990 La Macif ouvre un centre de

voile pour ses

lJexposi tion universelle

adhérents. Une façon de se faire connaître en parrainant des régates et d'inculquer aux skipPers en herbe les règles de bonne

r889 Les compagnies d'assurances Proitent de ce grand rassemblement populaire pour s'exPoser. Elles tiennent des Pavillons,

f

et distribuent leurs tarifs. Lors de I'exPosition coloniale de 1931, plusieurs sociétés se reqrouPent Pour Proposer leurs servìces.

XÀe lF Cr¡î¡u Dr

conduite en mer.

Des buvards pour les écoliers

Des insertions dans la presse

r9o-3

1909

B¡en que réticents à se <<vendre>> à l'américaine, les assureurs commencent

C'est en mettant en évidence

à manier les Produits dérivés vantant leurs Produits.

le montant des capitaux

qu'elles ga rantissent que les compagnies

veulent insPirer confiance.

spÉcter

r25

ANS

L',ARGUS

DE L',ASSURANCE


Claude Bébéar (19351

:

,t

,¿***tF

r997

S ffi l* "r"o,.i,ji

Polytechnicien, agrégé de I'lnstitut des actuaires français, il dev¡ent directeur général des Mutuelles unies avant de fonder Axa, deuxième groupe mondial.

de I'assurance : ,,

, '

,r

En 125 ans, de grands noms ont façonné I'assurance. Des hommes: Alfred de CourCy, Georges Tattevin, Jacques Vandier, Michel Baroin' Albert Viger; Bernard Pagezy... Des sociétés, privées, mutuelles ou nationales: uAP, AGE Gan, AGP, Axa, Groupama, MaCif, sCOr... Des institutions: FFSA, FNSAGA, Énass, Prévention rout¡ère"'

Alfred de CourcY (1816'laaa)

r87o ll est le directeur des Assurances générales vie en 1863 et l'auteur de plusieurs ouvrages historiques sur l'assurance,

dont

<<

les Assurances

>>

en 1886.

Jean Monnet

(raaa1979'

Yvette Ghassagne (19221

1947

rg83

C'est I'un des pères fondateurs de la Communauté européenne.

8n1967, pour la première fois, une femme devient sous-directrice aux Finances, chargée de la troisième sous-direction des assurances (études, assurance vie, prévoyance) Cette ancienne élève de l'Éna est êussi lê première femme préfet (Loir-et-Cher), de.1981 à 1983. Elle préside l'UAP de 1983 à 1987.

Dès 1919, il

est secrétaire général

adjoint de la Société des nations. À la Libération, il met en ceuvre le premier plan de

Euoène Claudius-Petit

í90749e91

1949

modernisation et d'équi-

Ébéniste, puis professeur de dessin, Eugène Petit a acquis son surnom lance << Claudius >> dans la résistance. ll les premiers plans nationaux d'aménagements du territoire. ll fonde la Société nationale de construction de logements pour les travailleurs immigrés (Sonacotra).

pement de la France.

Jules Moch (1893-f945)

r948 Député socialiste, Jules Moch soutient le projet de monopole d'Etat des assurances en 1932. Puis, il fait partie des Gouvernements de Léon Blum. En 1968, un autre homme Politique, Michel Debré (912-1996), ministre de l'Économie, regroupe les sociétés nationales en trois entités : UAP' AGF Gan.

E tnÉclAL

Georges Tattevin

í498-1972t

Jacques Vandier 119271

r96o

Ce polytechnicien,

r977 docteur en

Polytechnicien, il devient

droit, préside le groupe Drouot et introduit les méthodes améri-

commissaire-contrôleur

caines de management dans l'assurance. C'est aussi le président-fondateur du Capa.

des Finances. ll crée la Macif en 1960.|_n1992, il est élu conseiller régional socialiste de Poitou-Charentes.

des assurances au ministère

sPEcf

AL

r2i

ANS

L'ARGUS

DË l',ASSURAttCr

@


hlstoires Pour observer ses 125 ans d'existence, << L'Argus > a manié la lorgnette par le petit bout comme par le grand. Car les progrès d'une industrie s'apprécient par les événements professionnels, politiques et socio-économiques qui la structurent et par les anecdotes, les initiatives et les attitudes oriqinales. Celles-ci font le charme du métier, surprennent, amusent et traduisent un état d'esprit que les faits majeurs ne savent rapporter avec autant de finesse. Les centres d'intérêt de I'assurance ont évolué, mais certains traversent la période de façon récurrente, qu'il s'agisse des dangers de la concurrence débridée, du statut indécis des producteurs, de la crainte de l'étatisation, de la fraqilité de l'assurance automobile, des risques industriels ou de Ia réassurance, des << privilèges >> des mutuelles agricoles, de la quête d'une meilleure image et d'une plus grande compréhension du public. Ces préoccupations recoupent souvent, étranqement, celles d'aujourd'hui. C'est I'intérêt de I'analyse historique sous ses divers aspects.

L'arme de I'humour manié par Le Phénix La mienne est assurée Aussi je m'en moque l))

<<

I

L*\ '-f-ìr*

'ìT¡,18, " rÈl-

¡:È+È

--

l

f¡ii Ì.¡

FJ

'lri

i4-

ir''

.

':,,

.../.

':

t|í

\ ''f

_,_..,1_

_,j

\\\

II,

Lr rrri!urc cst x\inr¡c xrsii r.-. j' ur'rr

-\l'ir-i\l

rri

uior¡Lrr,

.\\S

I

.\ììCLS

l-ìir

L .\StLi.\\t-l:


On en parlait

*

{

En 1877,

ol'Argus> souhait¡it promouvoir .cetùe merveilleuse institutiont

fÈt,

qu'est l'assurance, et faire dispanitrt oles dernières préventions qui pourmient encorc exister contte elle". Une dcvise rcst& uès à ProPos... C¡.contre, le logo du Premier numéro de *L'ArgusÞ,

rSTT -1886 rapide de la France stimule supprimant l'autorisation 1867 de loi la et l,assurance. uengouement boursier Mais on s'ala.rme compagnies. de floraison la suscitent prã"i"¡f. de t,Étãt guerre des commissions, tarifs, des : mépris nouvelles-venues des des excès

> 1877. Après la guerre de 1870, le relèvement

EruEN rSYo tules Veme publie * tít íríbutotions dîun Chínoís en Chine>>, qui met en scène une cowlpa'gnie d'øssutønce víe,

Lø Centenøire.

¡886 des

Créøtion de l'Irustitut

øssurønces, quí déIivre des cours

grøtuíts sur deux

a'ns.

ffi 1879

Aprèslø dissolutíon røtée

de l' Assemblé e nøti on øl e, le présídent

Møc-Møhon détnissíonwe ;

Jules Grévy le remPløce. Le

pløn Frøycinet développe les chemíns

de

fer,

Ies c&na.ux et les Ports.

r883

L'école d,evient løique, grøtuite et obligøtoir e.

1884

Loi a.utonsøntlø créøtíon de syndicøts ouvners et pøtroneu)a

1885 Ies

Àlø conþence de Berlin,

grøndes puissances européennes

se p a.rta,gent l' Af"que'

risques mal étudiés, investissements immobiliers inconsidérés'

.Lä

république des assurances est en péril

!",

s'inquiète " UArgus>'

> ¡822. Le Conseil d'État lui ayant refusé le droit de pratiqueraul'assurance de 40 MF, irr;;íiJ, retrøit foncier de France crée La Foncière-Incendie, capital par ses méthodes un chiffre *sans exemple jusqu'à ce jour>' La profession, indisposée (jusqu'à 5Oo/oD - attend sa chute prochaine' - surtout la baisse des primesque I'assurance la meilleure n'est pas alors

. Les assurés verront celle qui coûte le moins,, prévient " L'Argus"'

Llassurance américaine sent toujours le soufre. John Smyth, NewYork, poursuivi pour surinte'ndant du département des assurances de l'État de

> f 878.

ses fabuleuses notes de

frais payées par les compagnies qu'il est chargé de contrôler,

des assurances, est acquitté par le sénat. En France, on fustige ce mode de contrôle qui a choisi l'Angleterre, comme politiques. Fera-t-on pires manæuvres exposé aux la transparence et la publication des comptes?

> f 88f

. LlAllemagne interdit aux compagnies françaises d'exercer en

crée, Alsace-Lorraine annexée. En réaction, la société incendie L'Alsace-Lorraine Rhin-et-Moselle, la compagnie et lorrains, avec des fonds exclusivement alsaciens qui reprend les portefeuilles d'assureurs français expulsés. " Guerre aux compagnies

est bientôt allemandes ! ,, s'écrie n L'Argus '. Las ! Rhin-et-Moselle elle-même soupçonnée de traiter avec les Prussiens'

> r88z-r884.

. pour sauver les compagnies menacées de ruine par

général tes excès de la cöncurrence >/ la profession crée le Syndicat des compagnies le Syndicat et l'incendie contre des compagnies d'assurances généraux' d'agents <sous-syndicats" par des appuyés accidents, bientôt

Bisques teehniques

Maritime et transports Risques spéciaux Risques divers

Risques industriels

Multirisques lndividuelle accident Risques de ta

consrrucr¡on

Responsabil¡té

civile

48

sPÊclAt

¡¿5 ANS DE L',ARCUS DË l,'AssuRANCll

ÀLBlNGlÀ (r

wwvv. I b in g i o. f r AU-DELÀ DES STANDARD$.

rue de Miromesnil -

25008

Poris - Té1. :

Ol 44 51 12 5l - Fox : 01 42 66 97 Oq


On en parlait

Au sefvice de la prevention depuis 1 850 ,6rf -

l.]þ'.

l89f

if

c

rj

{

I

,]

-¡, ft F

:

ú;.

ffi:!:

Efiif,i

t

> 1887. Eincendie

de l'Opéra Comique pose à nouveau la question : manque de surveillance policière, arrivée tardive théâtres des la sécurité de des pompiers, pression d'eau insuffisante, échelles trop courtes... Au lieu de "se désintéresser d'un risque dès qu'elles ont signé la police", les compagnies devraient se montrer plus fermes avec les directeurs de salles.

l

J

t

Jp**

rF

t

jI

un million de francs.

l

ffi

{

""7

*

o.."

tm¡,

ETÏTFHil r89r L'Argus

<< >> soutíent le d'roit de lø femme mqnée à contrøcter une police d'øssurønce sur lø víe, con'Ln1.e en Angleterre.

> 1888.

La création de caisses de prévoyance obligatoires pour les employés à la liberté d'entreprendre. Si l'État a le devoir les masses ignorantes" sur l'épargne, il ne doit rien imposer. La faute "d'éclairer en revient à l'Allemagne, qui a montré le mauvais exemple avec ses lois sociales.

,

l89z

des houillères est une atteinte intolérable

ì ;

I I

1893

l

f

t

risques Un programme comp let d'assurance et de gestion des

I j

I ¡ {

I ¡

Un nouveau centre de recherche ultra-moderne

tI

t! I

I

I

objectif

no

1 : préserver la continuité des activités de nos assurés

F

a

d.es

Conséquence dø Iø sécheresse :

<rLes cocLters

> 1888.

I

i

créøtion d.u syndícøt

cornpøgnies d'assurønces sur lø víe.

t'

I

toumée aux États-Unis,

r887 r89i

:

ti

sa

I l

þ

Pour

Sarah Bemhardt s'assure sur la vie pour

Les fondateurs de mutuelles, dont le nombre ne cesse de croître, sont en réalité.des ambitieux et des besogneux,, qui se sont rabattus sur la mutualité à cause des excès et des déboires des compagnies par actions dans les années 1877-1881. Leur esprit aventureux est un danger pour l'assurance

ont dû. céder plus

que d'høbítude øux entrøînernents d.e

lø soíf", øugmentønt øínsi

le nornbre d' øccidents.

I894

> f 889.

À Monte-Cørlo,lq, Gørøntie

finøncíère invente l' øssurønce contre

UExposition universelle, coûteuse en transport et en logement, a détourné ses nombreux visiteurs de I'assurance vie. Son influence sur la branche accidents n'a pas été meilleure, du fait des accrochages qu'elle a provoqués en ville. Par bonheur, les primes incendie ont été rondelettes et on n'a signalé aucun sinistre important.

les pertes de

m

jeu.

1889

Le f' nrøí d.evíentløfête intema,tionale du trøvøil.

> 1889. Signe des temps,

l'Urbaine-lncendie publie un ..Manuel de l'inspecteur,,. "Autrefois, les portes de l'assurance étaient fermées aux profanes et les gens de la maison n'apprenaient leur métier qu'à force de temps et de pratique. "

Echec du bouløngisme.

t89z

> f 892.

d.e

Les victimes des attentats anarchistes n'ont aucun recours légal. En assurant les dégâts causés par les explosifs, la société se protégera "des auteurs de la propagande par le fait, ainsi que s,intitulent les nouveaux ennemis de la propriété". De nombreuses compagnies et mutuelles modifient leurs statuts pour s'engouffrer dans cette voie. Mais ce risque est-il vraiment assurable?

Nouvelleflørnbée protectionnisme døns le monde.

Scøndøle

I

893

finøncier du cønøl de Pønømø.

L'AItíønce frønco-russe soulève F rønce.

l' enthousiøsme p opuløire en

1895

> 1894,.

Créøtion d.etø CGT.

La Vie, ligue nationale contre les inhumations et crémations précipitées", du docteur de Lignières garantit ses adhérents contre

..f'épouYantable malheur d'être enterrés ou crémés vivants,,. il paraît que 95"/o des gens sont mis en bière sans que leur mort soit vraiment constatée.

[les gatanties pouf votre avenif

> r89 J.

En créant l'Union syndicale des compagnies d'assurances à primes fixes de toute nature, les assureurs veulent investir les chambres et tribunaux de commerce et, surtout, mieux combattre les projets d'étatisation de I'assurance. PHOTO RUE DES ARCHIVES/FIA

paris La Détènse ceclex Tour Europlaza, Dét'en se 4,921)zl

r Tel: (01) 46 93 ()7 00 r

www'f'mglobal'com

SPECIAI,

I25

ANS

DI

I-'ARGUS

DE

L ASSURANCE


t>

à

On en parlait sr

ÞrNr\r' r.rInr^¡fiç llfmli

f9O3

L'assurance vie de 6ooooo F du roi Alexandre de Serbie, assassiné' a eté résiliee par L'Urbaine r¡n an auparavant

pour défaut de Paiement de Prime, maþre des sommations réitérees.

r896 19c4 I

l\{UAl\CES CREI\{ADII\E C'EST PLUS QU'UN CADtrAIJ !

> 1897, L,incendie du Bazar de la Chariié a décimé la haute société parisienne. installé Quoiquã l,étincelle meurtrière soit partie d'un cinématographe paient sinistres. les compagnies les en violation du contrat d'assurance,

EÍñfßßfn

IIOI de

Créøtíon delø Cøísse prwoyønce des øgents générøux

Le Premier ministre, Jules Méline, fait voter une loi qui favorise peí¡tes d'assurances mutuelles agricoles. Les compagnies s'insurgent sociétés les

> 1898.

d' øssurønces de Frønce'

f9O2

En Mørtinique,l'éruption .. Pelée ønéøntítIø víIle

dlIø montøgne

de Søint-Piirre et

ses

30ooohøbitønts.

I-}OJ

L'íncendie d.elø støtíon de métro Couronnes (84 morts) revèleles d'øngers de l'6lectncité.

ffi 1896

Le søvøntfrønçøis Becquerel

D6but

det'ffiire Drøfus,

qwí øgite víolemment le PøYs.

IpOO

journée de trøvøil dix heures pour les femmes etles moíns de t8 øns. ù-

Le

premier Tour de Frønce

rmd hornmøge

à.

cet øgent du Progrès

qu'est lø bicyclette.

l9O4

Lø guerre russo-jøponøise rnontre lø supénorité milítøire du JøPon sur l.'empire des Tsa'rs., L' Entente cordiøle

ffice

les

contentieux

coloniøux entre lø Frønce et lø Gr and'e- Br etagne.

> f 898.

Guerre américano-espagnole à propos de Cuba : " Les Espagnols assurés quand .oápugnies américaines versent aujourd'hui des larmes de sang

"r* c'est avec I'argent de leurs primes que I'Amérique forge les obus ils songent qul mãssacrent leurs enfants. La NewYork Life, notamment, a mis 50 millions

j

leçon la disposition du département de la Guerre. Assurés français, méditez cette visera." que l'Amérique nos enfants et propres colonies nos sont ce Demain,

tz5

ANS

Vous souhaitez aider vos enfants ou petits-enfants à bien démarrer dans la vie

et å réaliser leurs projets d'avenir ? En leur offrant Nuances Grenadine, contrat d'assurance vie multisupport, vous leur faites plus qu'un cadeau.

Ê

ü c .!

ê c

Nuances Grenadine est une formule souple... et c'est vous qui décidez. Vous pouvez l'ouvrir à partir de 250 € seulement et effectuer des versements réguliers à partir de 30 € par mois. Vous pouvez également réaliser des versements complémentaires quand vous voulez faire plaisir à vos enfants ou petits-enfants : à Noë1, à l'occasion d'un anniversaire ou d'un examen réussi... De plus. c'est vous qui choisissez l'åge auquel ils auront accès aux sommes versées. Une fiscalité avantageuse. Avec Nuances Grenadine, vous bénéficiez du cadre iscal avantageux de l'assurance vie et de la don¿tion. www.caisse-epargne.fr.

f

> 19OO.

Pour sauver le Saint-Siège de la faillite, M. Colson, représentant vie de líUutual Life en Belgique, veut faire souscrire aux fidèles une assurance à viagères placé rentes en F 10000 au profit du pape, sous forme d'un don de sécurité n'y a aucune il explique't-il, religion, la de la Mutual t-iie...fn dehors poui¡a ,¡aha dunt notre socié16.. u L'Argus' s'offusque : "À force de voir grand, de la douche." ces gens-là deviennent fous. Ils ne relèvent pas de la critique mais

> I9OI.

-.

Wâlt D¡snev Home Entertainment et Nuances'Grenadine sont heureux de fêter la sort¡e de ces 4 vidéos événement.

k

La mort de la reine Victoria afflige les Anglais sans les perturber

Beaícoup s,étaient assurés, comme les directeurs de théâtre, contraints qui se retrouvent à faire relâche pendant dix jours, ou les grands couturiers, déjà contre la mort s'assure on période de deuil. en invendables avec des stocks d,Édouard VIl, mais à un taux plus élevé, car le nouveau roi, âgé de 60 ans, AI<G PHOTO PARIS

tnÉCIAL

!

Lors du couronnement de la reine wilhelmine de Hollande, le carrosse porte ín bas-relief symbolisant l'assurance vie et une compagnie anglaise o{fre que Ln. urrurun.e gratuite contre les accidents aux journalistes. " L'Arg-us> souhaite pas jeun-es ne de filles pour les bon imaginatifs...G'eSt les Français soient aussi tá¡r. piiiàt d'eltes, mais pour les compagnies d'assurances, il en va autrement"'

régnera sÛrement moins longtemps que son auguste mère'

E

Ê .9

du traíail. La pression des compagnies et des agents empêche l'assurance obligatoire et la création d'une caisse d'État.

> r898.

ttt tímitét

I9O3

)

La loi du 9 avril garantit une indemnité au salarié en cas d'accident

> 1898.

.q !

-que

dé c ouvr e I ø r ø dío øctivíté,

r899

contre ces omélinettes", subventionnées par l'Etat'

DE L'ARGUS

DE L'ASSURANCE

CA'SSE D-EPARGNE Et s¡ une banque vtrus aidait å vivre mieux

?


On en parlait o

Joslan l9I2 (r

Le naufrage du Titanic

49o morts) est le plus grand sinistre

maritime jamais enregistré. <.Le corps du

Tianic éait assuré à l'annee,

au taux indécent de o,TtYol Quånt aux marchandises et valeurs, elles devaient payer

u mil

D!

rur mD noonor

u

xoræ

f:*lî

quelques vagues centimes pour cent.>> Ce coup terrible va-t-il enfin pousser les assureurs maritimes à ne plus sous't¿riferl

rgoS r913 I

> I9O5. pour moraliser l,assurance vie, une loi oblige les compagnies à investir dans des valeurs .de tout repos" et réglemente les polices d'accumulation (à distribution de dividendes différée), malgré la pression des Etats-unis, inventeurs de ce..grand bluff de I'assurance". Le scandale des grandes mutuelles vie américaines (salaires fabuleux des directeurs, corruption des partis politiques et de la presse... ) contraint le présidentTheodore Roosevelt à intervenir et l'État de NewYork à dissoudre les conseils d'administration. " L'Argus > soutient les candidats du Comité international des assurés contre ceux des états-majors.

> r90 'I9O9.

Polémique après les séismes de San Francisco, Valparaìso et Messine (104ooo morts au total) : doit-on indemniser les incendies qui s'en sont suivis? Pour des raisons commerciales, les Anglais veulent de la souplesse, mais les réassureurs allemands refusent. Le monde devrait s'inspirer des contrats français, qui excluent clairement toute garantie.

Ses cultures, ses méiiers,

ses

opr ctlquo ong DE tA CHASSE DE IEIÊ [n mesuronl l'évolution du Profil

hommes, ses technologies,

ses

du posle et du condidot dons

DU

ÍITOIIDE DE I'Å39URAilGE

l5

le

on¡ d'EXPERTI3E du con¡e¡l EÎ DU GOAGH ses clienls pour occomPsgner

tO

En étudiont l'envìronnemeni de

voleurs, ses chongemenTs.

lemps pour innover.

I'oclion et l'onticiPotion.

le cobinet opporte Por son Cercle du 3ème Millénoire une vision

Le cobinet contribue ò lo réflexion

Le cobinel enrichit les

de l'entreprise sur ses processus et

d'évaluotion dynomique

globole Produils, Morchês,

commenl inlêgrer des ExPerts ou

comporlements humoins Por lo

des Monogers pour chonger.

proiique d'outils scientifiques.

Distribuiion de l'AssuronceFinonce.

sYstèmes

des

> f9O7.0n

>>¡car <<les autos en délire nomme les Champs-Élysées le "bowling y jouent aux quilles avec les passants et les réverbères". Faut-il aggraver la responsabilité des auteurs d'accidents? L'Argus" redoute qu'on freine ainsi l'essor " de cette industrie merveilleuse, : . Ne nous plaignons pas outre mesure/ puisque " les tribunaux nous indemnisent largement quand les chauffeurs nous écrasent."

> I9O8.

.Aujourd'hui plus que jamais, Ia question des retraites est à l'ordre du jour". La retraite, I'une des causes du développement du ..fonctionnarisme,' en France, doit aussi profiter aux non-fonctionnaires. Le Monde innove en versant une rente viagère à l,assuré; ainsi, <chacun peut légitimement aspirer à devenir un jour un retraité".

ørnénca.ine

femrnes de ry à jo &ns contre les conséquences pécuniøires résultønt de lø perte de leur beøuté.

øssure

> I9O5.

30 ANs D'FXPÊilENCE

t!¡iiltßßfil 1906 IJne compøgnie les

F,norune escroqueríe à. Mørseille :

un boucher cøche sø tuberculose ù

j4

compøgnrns vio

d

s'øssure

pour

t8 MF.

l9O7

Les pøtrons rêvent de plus en plus d'une øssurance contre les grèves.

l)ll

<Lø Joconder> estvolae øu muúe du Louvre. HJr serø retrouvée en 1gB.

ffi I995

Vote delø.loí de sépørøtion de I'EgIíse et de l'Etøt.

Première révolutíon russe.

1906 Le grísou tue 12oo mineurs à Courrières ( Pøs-d.e-Cøløis). Lø

joumée dø repos hebdomødøire devient

obligøtoíre.

RihøbíIítøtion du. c øpitøine

> I9II.

Les assureurs maritimes refusent toujours d'augmenter leurs primes, alors que les incendies et le sabotage se multiplient. Et quelle idée de garantir l'incendie des marchandises à quai ! Les compagnies devraient résister à la pression des courtiers..Il vaut encote mieux perdre des affaires que son argent.

19O9

D

reyfus.

Blénot ffictuelø prernière

trøvørsée d.elø Mønche en øvion.

I9IO

Pørís subít des iwondøtions cøtøstrophíquøs.

Les unes reviennent, I'autre jamais.,,

REcRufËAttJouuD',Ht'ty1y9',üúvt[sÊrU¿:'!y'n"DEDEi',lAlN crrvlou;;-;nÃäK*nvø'cotüffinn.ctl'ux DtggcîEuns,tÏ,iinüfr ó/, ovenue Georges Mondel 751 ló Pcris. T" 0l 45 04 ó9 5ó

jenny@club-i nternel.f

Fox. 0

l

r

45 04 68 57

Josicrne Agord ÐêveloPPemenf

> I9II. La France est envahie par de petites compagnies anglaises qui courent après les contrats, y compris les plus mauvais. Leur fragilité pourrait discréditer la profession. Conseil de . lJArgus,, à leurs ambitieux < managers > : avant de débarquer en France, (<mun¡ssez-yous de ce bagage indispensable à toute entreprise sérieuse, I'argent,,. PHOTO COLLEClION

VÌOLLEI

sPÉclAL

t2S

ANS

DE L'ARGUS

DE L'ASSUR!\NCE


On en parlait

ap fil I9I8

La

loi impose que la garantie

<ies dommages dtrs aux bombardenlents

¿crir'ns (onìprenne lt¡ssi sans surprinte' ceu¡ causés par .les canons ¿ì longtre portée qrri lircnt actuelletncnl sur Paris ", dor-rt la Grosse Bertha. Trop risqué! disent les assureurs. Le Lloyd de France inver.¡te une police non annuelle, qui prend fin dès que 5 ooo obus sont tombés sur Paris'

T9T4 rffirm > IgI4.

à un assuré français du Janus, compagnie vie Conseìls : alleriand'e qui cesse ses activités en France et lui demande d'aller voir ailleurs volontés aux plus complète n Il peut obéir, cela le préparera à l'obéissance germaniques, si le jour doit venir oÙi nous subirons le caporalisme allemand." il peut aussi refuser de quitter la société et ìui écrire : "Si un jour vos uhlans et nos pioupious se rencontrent, il me plaît de vo¡r comment vous, compagn¡e allemande, i¡endrez vos engagements envers vos assurés français. "

rtrTfFtn l9l5

L? personnel de

-la

comPagníe

esPí onnaíl en Frønce øu profit de l'Allemagne'

d'øtturoncrt La Mannhei m f

9r6

Sebnles çourtíers øngløis,

ít y ø 5o%

d,e chønces

que la guerre f'nisse

cette ønnée.

IOIT

Le toruíIlsse d'un navíre est

uí ¡oí, a" gutht. din, non indemnisable. En ItøIie,les pnsonníers de gwerre ffictés à des trøvøux publícs sont øssurés contre les øccídents du trøvøí\.

I9l4

Le

j

> I9I5. ,rrpidi.r

"Quiconque

La guerre révèle la mainmise cle l'Allemagne sur l'économie mondiale : Ìnfiltíation de ses produits, clensité de son réseau commercial. Si les compagnies ont pìeuvre tout fait . pour soustraire l'assurable français aux tentacules de la à la Victoria s'assuraient français d'officiers que nombre r, il n,empêche teutonne ce qui était cle Berlin I En cause : le snobisme d'avant 1914 (on dénigrait tout Victoria' français) et les méthodes aguicheuses de la

févner et d'écembre,

pør les Bolchéviques menace de rutne t,6 míllíon de détenteurs frønçøís menée

/'

> I9I6.

La réassurance met-elle en danger la Défense natlonale? Une compagnie saisir réasíurée fournìt au réassureur des renseignements que I'ennemi.peut ne mettra-t-il de l'Etat le contrôle Mais neutres. réassureurs de par I'intermédiaire à l'étranger"? D'aìlleurs, française à l'expansìon roues les dans bâtons þas "des les Allemands ont en France des espions bien plus efficaces que les réassureurs'

russes.

I9I8 le

n

rill.':r':'

> I9I6.

révolutíon d'Octobre

d'emprunts

æ

øoûl,\'Allemøgne décløre

Entre

La.

guerre Le moratoire décrété par le Gouvernement pour la durée de la cesse sans faut il IVais d'assurance. contrats des clauses de déchéance primes. pas leurs régler peuvent ne mobilisés assurés que les seuls rap'peler : Les autres, au lleu de profiter de l'occasion, feront bien de suivre l'adage peut payer doit payer"'

l'existence est essentiet

La profession demande aux agetrts de soutenir l'emprunt national 57o : en tête là où ily a une initiative généreuse "Noúeiorporation est touiours dont le rôle se limite à solliclter la clientèle, que agents, les o prendre. D,autant à percevront une commission de 6 7o sur les rentes ou de o,3o/o sur le capital souscrit.

bãtøille d.e vsrdun,lø plus søngløntø de Is, Grønde Guerre.

l9f7

Parcffi q ffi* prot6ger

> I9I5.

la guerre à.1ø Frønce.

1916

ls . L'Argus'

Signature dø l'ørmistíce novembre ò ComPíègne (Oße).

Lø gnppe espøgnole ÇØuse a'utq.wt de morts dans le rnonde que Iø Grønde Guere (plus de 7 millions).

6)e¡ur vÕLå$, AflR!L Assur&nces

dæns [a qua[ité de serviee cles assunés aåes

srnt satisfaits d'Af

va tnujÕLårs pIus lCIin

I

RI[- Asçu¡'ances,

assuneur$"eünseiås [e sç¡lt ä]r{ssi" " Ètre au ptus proche de la personne, avoir un souci csnstant

cle I'assuré

.

vntre Satisfactiol notre Engagement Four plu s d'infor¡r"¡¡ti*ns, cÕntactez

lE

L>II

clu iûnne.tez-vi3us sur lntrapril, www.april"fr

( : @ '. i' I I

I

lr I

I

ì i.Ì ., L '¡

lr

i

! , " 1 iì 'r ' i

I

"Scurce : enquête lpseis - r-ésultats co¡rs*lldés ?ûû1

Þes contrats clairs, sirr¡:les à expliquler * Une gestii::r des c!*ssiers en .i3 lreures , {.Jne qualité ìn-éprochable des services rertifiée ¡:ar [a nol-me 150 9$Û1 " t-,in service d'accueil téléphonique noté 17,$9 i 2$ (baronrètre WelT'corl.l 2Û01] )ll

1l\ 11 11 I 0,'12 €

/

mìn

v Une sociétó d'APRIL CROTJP


On en parlait I¡

il il ltfr t ExPédition ARKTOS: déPaE dê Mike

Hom,le 26 févr¡er 2002

1923.

t

Aberrant! Alors que l'assurance automobile se vend toute seule, tant les conducteurs sont soucieux

T

de se couwir, les compagnies, au lieu

#[ dry

d'appliquer un ta¡if commun, se lancent dans une conctlrrence acharnée, oubliant que le risque ne cesse de s'aggnver.

{.

q

a

r9r9 r 1924

E*-

MUTUAI DE ASSISTANCE Assisteur de ltextrême les Mutuaide Assistance, depuis touiours au service des assurés pour loin de chez eux, est cette année encore partenaire du

secourir

RaidGau|oises(Vietnam2oo2),etaraPatriéavecsuccèsduPôle Nord |taventurier de Itextrême Mike Horn le l2 avril dernier'

et du

quotid¡en

Mutuaide Assistance, c'est également

Itassistance de proximité

pour toutes les circonstances de la vie quotidienne (dépannage des véhicules, gardes malades, dépannages d'urgence à domicile" ')'

Apporteruneaidemoraleetmatérielleàses30millionsdeclientsà une I'autre bout de la terre ou chez eux est un défi quotidien que seule 24,7 sur isurT'365i Par an' grande société d'assistance peut releveç24 h

Mutuaide Assistance en 2001 26 millions d'euros de chiffre d'affaires

> 1920. Il faut traiter

nrilÍrFçr 1919-1922 Løloi de ß98 sur les øccidents du trøvøil est étendue øux rnøl ø dí es p r ofe s si onn ell e s et à l'øgrículture.

à nouveau avec les réassureurs allemands, car,

l92O

question sentimentale devant laquelle nous nous inclinons bien bas", "en dehors de la c'est le meilleur moyen de faire payer I'Allemagne, de freiner I'appétit

Lø compøgnie L'Île-de-Frønce

Iønce L'Intégrale, une police unique gørøntíssønt z8 risques.

des Anglo-Saxons et d'éviter l'étatisation de la réassurance.

m

> 192O.

Les compagnies recrutent des intermédiaires capables avant tout de réaliser de bonnes affaires. Mais..un agent général qui a sollicité la confiance

I9I9

Nøissønce deIø Société

de sa clientèle est-il justement qualifié pour régler un sinistre?,' Il serait préférable qu'un expert commun à chaque syndicat d'agents se charge de régler les petits sinistres et de rejeter les réclamations mal fondées.

des

nøtions ISDN), rejetée pør

Ies

Etøts-fJnis.

> I92I.

de huit heures.

Instøurøtíon de

Les contrats nuptialité et natalité, en procurantde nouvelles ressources aux familles, peuvent-ils enrayer la dépopulation de la France? La loi qui soumet ces polices au même contrôle que les assurances vie devrait rassurer les souscripteurs.

l92O

Scissíon de

En URSS, lø Nouvelle Polítiqwe éconornique relønce lø petite entreprise privée.

1922

Mussolini et pouvoir en ltølie.

> 1923.

le

sans influencer certains faibles d'esprit et les inciter au meurtreo.

Ên Allemøgn

Les assureurs américains se désolent que la prohibition de l,alcool ne fasse pas baisser la criminalité. Les films et les romans policiers <(ne sont pas

e

suppri me le mono p le des ass U ra nces

SUT

lø SFIO et créøtion

r.92.I-r92{

d'un grand assureur américain : . Les compagnies françaises d'assurances sur la vie ne s'occupent pas beaucoup de leurs agences et ne les poussent guère l'épée dans les reins. Elles assignent une région à un mandataire et le laissent se débrouiller. >

tal

joumée de trøvøil

du Pørti cornmuniste frønçøis.

> 1922.0pinion

L

1923

les

føscistes prennent

La France occupelø Ruhr.

e, l' hy p ennfløtíon perdre toute vøleur øu mørk. føit

a ie

M u sso nt agit et rea rse hardiment, po U r la p rospefl té et la randeu r de son pays s Exe m p le redoutable Auss la pol iticaill eile française et n0 s marchands templ e le re gard e nt-ils de travers C'est le sort des novate urs I

62000 dossiers traités

MuruRlor

1924.

Le proj et d'assurance acc dent des sportifs a éch oue < parce q U n'existe pas ce mt ie u a SO idarité ndi spensab e )). II faut une e ntente géné rale de to us le s alo rS q ue chaque fédé ratio n traite dans son col n et negocr e AUX pr res cond tons.

ASSISTANCE

RU€ DES ARCHIVES

Contact Commercial

or 45 l6 63 38 I.4UTUAIDEASSISTANCES,A.àDirectoireetConseil desurveillanceaucaptta de45gOOO0euros-EntreprìserégieparleCodedesassurances Siège social : B- I 4, avenue des Frères Lum ère 94

Si beaucoup d'Alsaciens veulent conserver le régime social obligatoire hérité dtl,Allemagne, c'est qu'ils connaissent mal le système libéral français. Il faut rapatrier de Berlin I'actif qui revient aux assurés des régions recouvrées et créer pour eux des eaisses spéciales, malgr'á " la ténacité avec laquelle l'administration prussienne se cramponnera à tous les liens qui l'unissaient à l'Alsace-Lorraine,.

I 92 t.

148 collaborateurs I

> I9I9.

3 6

6 Bry

sur-lYarne

-

38397 4086 R C S Créteil

sPÉctAl-

r25

ANs

DË I

ARGtis

DI

t.'ASSURANCE


ø

ô o

On en parlait

; É

1929

K¡ach boursier à

wall Street

et début de la recession mondiale' Ën octobre, les chômeurs descendent

dans les rues de New Yo¡k.

1925 I93T aupres > Ig25. L'exposition des Arts décoratifs s'est assurée exclusivement d¡gn¡té de Français

EillEN IO27

de sociétés étrangères.

campagne/ demandent réparation", proteste n L',Argus". Après une virulente risques' des 7o 55 reçoivent français que assureurs irente la profession obtient

Lø Cour de cassalion reconnøîL

lípréíomption

de føute qui cøuse un øccídent.

d'e

L'automobiliste

- versement aux agents > 1926. Avec la chute du {ranc, l'usage du précomptecontrat vie devient

19

29

øux L' ex-

ñÁ.i ¿. prix. Certaines compagnies créent des polices résiliables tous les trois mois' Pourquói pas, si l'avenir de l'assurance en dépend?

roi

d' Afghønist

øn'

Pohtique de støbílísøtíon monétøire de Poincørø.

on trouve science

'

<

gardent Que les assureurs ouvrent l'æil et se

destropgrossespolices,ellessonttoujoursundanger",conseille"L',Argus".

ollectivisa'Iíon des cørnp øgnes

en URSS. Tønf proteaionníste øt't'x Ëtøts-Unís.

Lø Frønce wøcuelø Rhur.

IIJ,I

ãt certitude, dans les premières empirisme et approximations'

sont souvent très bien couverts.

L'Allen'tagne síège à lø SDN.

I93O

.Assurances sociales y en avoir entre un cann¡bale et un civilisé. Dans la dernière,

>Io?o.EnEurope,onsesuicideplusqu'avant-guerre,sansdouteàcause l. r",./i*'*o*À¡qr.. Le tort causé aux compagnies est énorme, car les suicidés

19?,6

C

.'ässurer votre avenrr, voilà 150 ans que nous d.onnons un sens à ces mots.

folleo sur les assurances sociales va coûter cher en locaux, prédit la presse du secteur des assurances' et en folctionnaires et assurance libre ont autant d'affinités qu'il peut

> IO28. La.loi

ffi 27

,&

cløsses moYennes.

qui vit à. Rome øvec sa Jemme et ses huit enfønts, ø contrøcté une ØssurØnÇø sur lø vie d'un míllion de líres'

19

-

de la-totalité des commissions dès ia première année du

Cinquønte-troís socíét'és d' assurønces løncent døns la, construction d'høbitøtions à bon ms'rché (HBM)

se

destínées

-Notre honneur blessé et notre

Fondøtíon du ComrnonweøIth'

>IO1O.LeTravaildélivrel500oPendastrava(Pendule,assurance,travail), jour' un. liioq. qui ne fonctionne que si on lui verse 2 F par la durée de cotisation F selon 22ooo à 7000 de capital un assure L'argent collecté jour la publicité LeTravail, premier assureur à utiliser laTSl fait chaque de la Pendastrava sur " Radio-Paris''

CNP VIVEZ BIEN ASST]RE

messages > IO1I. Depuis la tour Eiffel, la radio nationale diffuse des compagnies les avec contrats leurs ínr¡tííii.r agricutteurs à résilier à l'État

et à rejoindre la Mutualité agricole. La presse d'assurances demande de (faire cesser ce scandale qui n'a que trop duré"'

wr,wv.cnp.fr

>I9}I.PropostenusparledirecteurdeLaCordialitéàl,Expositioncoloniale

..uassurance ensetgnera aux peuples cadets la sagesse de restreindre grande Ieìr6sent au profiidu futur et apportera sa contribution effective à la aspirati les tendenttoutes laquelle vers paix mondiale de æuvre de paix socìale et généreuse' France la de sincères efforts élevées et les " PtsOIO AKG PARIS

Tous

les

pourquor la CNP, premier assureur de personnes en

France, accompagne 14 millions d'hommes et de femmes tout au long de leur vie et de leurs projets. Grâce

à son savoir-faire et son expérience acquis depuis 150 ans, la CNP propose une g¿unme complète produits d'épargne, de refaite, de prévoyance, de couverture de prêts et de garanties santé, tant

de en

assurance collective qu'en assurance indiúduelle (à La R>ste, au Trésor Public, et à la Caisse d'Epargne). SPÉCIAI-

I2|.

ANS

DE

L,ARGUS

DB

L,ASSURANCE


On en parlait I't

ffikffiK ffrffiä$s'

pffir#ãrffir

äæ

1935. Atx États-Unis, un assureur garantit contre le risque de séquestration par des gangsters, de plus en plus fréquent. P<-¡ur . L'Argus ,', on risque ainsi d'encourager le crime, Ies bandits étant presque sûrs de toucher la rançon. Notons que le terme..kidnappingo fut forgé à l'occasion de

l'enlèvement, le r" mars r93z

de Charles Lindbergh lunior. On voit ici l'interrogatoire de son ravisseur et meurtrier, Bruno R. Hauptmann.

"¡'î

1932 r938

# W

I

Composé de nombretix profess¡onnels issus directement de votre domaine, notre groupe

actif de 6000 tCr" aujourd'hui un fichier intérimaires, et s'engage à répondre avec

réactivité et efficacité à vos attentes' Liées aux fonctions spécifiques des métiers de l'assurance et de la bancassurance' nos

prestations s'adressent à des entreprises en quête de haute valeur ajoutée' Hays Alpha T.T., votre partenaire depuis 30 ans' vous adresse tous ses vceux pour 2003'

Pour nous découvrir ou nous

redécouvrir' contactez-nous vv\rv\rv. hcrYso I Pho

!

-lt'com

Paris' Hays Atpha T.T. : 60, rue de Londres 75008 43/61' 42 53 i¿t. t ot 53 42 53 42/60. Fax : 01 53

> 1932.

La création des Assurances Citroën, au service exclusif des clients de la marque automobìle, provoque un tollé chez les agents généraux.

]!Íti$ßßtil

.. Une

telle mesure va supprimer notre industrie et notre gagne-pain. Ne troublez pas I'harmonie réglée par I'expérience", estime " L'Argus".

1932

La profession demande d'urgence une loi " qui seule permettra d'éviter les mécomptes tant aux assurés qu'aux victimes d'accident".

L'Urbaíne : resLØura,nt, pouponnière, dispensøire, sølle de repos.

I)JJ

1932.

La crise écotromique pousse de nombreux salariés licenciés l'assurance, qui semble un métier facile. . Le public, déplore "lJArgus", pense ue le temps des assureurs est consacré à se promener,circuler et causer." Une image renforcée par certains agents qui étalent leurs profits et par des sociétés i se vantent de recruter des producteurs <sans connaissances spéciales,

1933.

Le docteur

ans.

Roosevelt, est dírecteur de lø Metropolitøn Ltfe à Boston.

I9)4

Selon I' Agø Khøn, l'øssurønce ne s'oppose pas aux principes de I'isla,m.

ffi

l(urt Schmitt, directeur général d'Allianz, la plus importante

l)JJ

ompagnie d'assurances allemande, est nommé ministre de l'Économie du Reich. on premier geste est de demander aux assureurs de ne pas invoquer leurs liens le parti nazi ou -les prétendus désirs du Führer- pour vendre des contrats

Créøtíon d.'Air Frønce pa.r fusíon

de quøtre sociétés de trønsport øérien.

Aux Etats-Unís, løncement du

New Deal

pour lutter contre lø dépression.

1934"

L'assurance RC automobile innove. Des polices illimitées garantissent s restriction les dommages dus par l'assuré responsable d,un accident, mme le font déjà les Anglais. La Préservatrice lance I'assurance au l<ilomètre, portionnelle à la distance parcourue dans I'année. La providence crée la police té an 5 dés I n ati 0 n de VO u (ê, c ar p ortant po ur a pp e c te lém e nt le p us qual ité d u is qu e e st m o tn s la vo iture q ue le co ndu cte ur t)

En Allemagne, Hitler est élu chancelíer.

T936 victoíre d.u Front populøíre. 1937 Créalíon de la SNCF par regroupement

døs øncíennes compøgníes de chemín de fer.

ru profession est rassurée : le gouvernement du Front populaire nationalise ra pas I'assurance. Édouard Herriot, chef de file des radicaux, s,est p posé à cette mesure en raison de son coût élevé et pour éviter une fuite des capitaux.

TRAVAIL

Franklín D. Junìor. 2)

fils du président

1936'

s

vøste progrømme sociøl pour

Ie personnel d.e

r9l8

Accord's d'e Munich

entre Chømberløín, Hitler et Mussolíni.

D

øladier,

r938'0., décrets-lois

du 14 juin et dLr 30 décembre renforcent le contrôle sur les entreprises d'assurances. Pour le Gouvernement, ces mesures nspirent de la nécessité de garantir .la prédominance de I'intérêt général les intérêts particuliers -.

l'ttat

TEMPORAIRE

R!Ë DE! ARCI]iVIS

-

N"1 Européen du Trava¡l Tempora¡re spécialis é ,\Pl(ilAl.

t¿i

¡\\S

Dtr

I

AR(;tis

l)h

1.. A5Sl-rR.ANCI


On en parlait

oooo I94O.

tautomobile reste au ger¿ge'

faute d'essence. L'assurance se rattrape sur la bicyclette. Le conEat Omnium'Cycle de I¡ Foncière ofte une ganntie RC, vol et capital ea cas de decìs accidenteL <L'assur¡nce chev¿ux et voitures va

FÉdit'fA¡gus'.

Et s'il le faut'

Ì¿ ñ¡cre succéde¡'¡ au

uxi

et le camion hippornobile à

I'autoc¡r't

( Vous aider à reussir dans votre metier est notre metier >

1939r1945 @ 1942 Des livres sur l'assurønce sont distnbués a'ux a;sur eurs pnsonnlers døns les stølags et les ofl'øgs'

1943 les

Lø professíon

í.es

pneus relèttent de Iø préfeaure'

Iqá'S -

foumít

bíqclettrs a'ux øgents,

møís

presse amé n caine, les dis nitaires nazls o nt bât¡ des s promet de rendre a 'étrange r so us form dtassuran ce vte. Par défi, Goebbe prouvé o/o des sommes dont ,il légalité serait attestée. U n journaliste ayant 10 I SA pro MCSSC ? rera-t-i hono Reich u pagan d pro d e de 3 4 M $, e ml n istre de a

I 939

frí"èí¡n

Durønt Iø gu.erre, l'øssurønce a réussi àlimiter I'íngérence

øllernønd'e ( <rThe Econorníst

>

).

d'assurances > I94O. Les décisions du Gomité d'organisation des sociétésauront force vichy, de corporatiste système du et de capitalisation, maillon tous

1939

Lø Frønce etl'Angletene dãlølent Iø guerr e ù l' Allemøgte. Le maréchøl

4

Pétøinløncela

nønonale contre lø Republíque'

D íb ør qu -

ement øllíê.

ef Ño imøn dí e et líb ér øti on p r o gr essiv e du terntoire. G ouv ememenl Provisoir e du général de Gøulle'

Cøpituløtion søns condition del"\llemøgne et du JøPon. Lesfernmes votent

0rganisations

pour lø ptemière fois'

Créøtíon delø Sécunté sonøIe les sølønés'

Relations Clients Relations

Cibtes

Réseaux

dans notre epoôue troublée, une discipline nationale s'impose

iuérard, président de La Préservatrice' nommé

Laval' du Cómité et futur secrétaire général du gouvernement

Mesures

des Performances

>Ig4I.L,assuranceincendiedeLaPaternelleàindicevariablesatisfait

0pérationnettes

dont les valeurs suivent l'indice du prix de la construction' dont les commissions augmentent. o Llassurance française producteurs, et les n ;;d,.rpr¡i aussi conservateur qu,on te dit", se réjouit L'Arsus>. tes cíienis,

;;;;i

Nouveaux

0ptimisation

au format La profession s'engage à économiser le papier : contrats lettres bas.des au slogans guise d'enveloppe, gommée én ztxíliíeuitle pliée et politesse'), etc. la de plus forme une nã sont phraseá longues to, tvpå : .Les

> 1943.

Produits

des Processus

d'actes Les assureurs doivent indemniser les sinistres résultant commun par Fonds un couvrent Oa ..íio-t"æ. ãlOa ..terrorisme"n mais ils se alimenté puirn. contribution obligatoire des assurés'

Activités

Solutions 0pérationneltes

H

u

R & B Partners

PHOIO DANIEL FRASNAY/AKG PARIS

J23o/uttons 8, rue Hatévy

.

7544t Paris Cedex 09 Tét.:33 (0)1 4451 t4 30 ¡ Fax:33 (0)1 44St 1431

Iai

.{NS DE L'ARGUs

DE L'AssuRANcE

Nouve[[es

Âssurantielle Pilotage

La bo mbe est to mbée, atmosphère a roshima VU par (< L Argus n assureur du m onde n'áurait pu aucu vib re usq u a la stratosPhère Jamais surplus, fut d'une telle amp le ur q u ¡, G oncevo r publicité co llective méfi ant, SANS ra généralement publ est c g Le ratuite. et diale instantanéen mon qut VI e nt ique atom be b om envers ASSU reur. om mencez par le rassurer/ la q u il ne SO pas Faites po écouter. VOUS u a m is dans U ne di spositio n favo rabl e pour to US )) on occas ne pour u vous/ r devoi po r u lt un

I 94 t.

c'est U ne nécessité

!!l sPÉclAL

Relations Partenaires

Stratégies

> Iq¿¿.

1945

pour

ãäi"¡.

Jl"ietu

ní, oiunrn

Quatre domaines d'activite

autrichiennes,tchèques,hollandaises,danoisesetsuisses.Elleestannuléeaprès montrées du doigt. l,armistice et c,est au tour des sociéiés britanniques d'être

les domaines', déclare Jacques

IO¿O

Spécialisation métier

La..|iste noire,, des assureurs et réassureurs avec lesque allemandes, ¡l esúííerdí di traiter comprend plus de cinquante sociétés

> Iolq-IC)4o. ttttt

ffi

f94

Sel on

o www.rbpartners.com

Systèmes Cibtes


On en parlait

f aa NOUS

IN

FORMONS

TOUS LES PROFESSIONNE DEt ASSU RANCE...

I95O

ffi

rs

an cra.¡t

tô¡a l'¡vanarlal

r:T.1'g=:gl"'Fl::'*drffiffim#

- --

de l'Aga Khan),

{

Cicontre, l'arrivee de la Bégum au festival de Cannes le z4 avril rg5z,

rg 46 19J3 I

des groupes et sociétés d'assurance"'

*

> fg46. Les 34 plus grandes

sociétés d'assurances, sur 950, sont natiõnalisées. Elles conservent néanmoins leur forme commerciale et leur réseau

P;TirEiqir..ffi

d'agents. Un Conseil national des assurances organise la profession et une Caisse centrale de réassurance suit l'évolution du secteur privé.

ürdlr'

> fg46, 9fi.fid¡li$l5i

r¡r3,{*l¡Tifl ï:*."*.ry*-"..

l4r ,s

lr

D{5rÚ s tr¡i.trÙr ,.r

ñd .la d

r'-""-"'

et documents, à [a newsletter de I'Argus de l'Assurance"'

l6i¡t ü¡ trô'nil

ftr

t'l'l' r!

n¡{!L'@

.rM**_ lùd¿dterdñiúil¡t! J

I

--

> 1946. Les motos de l'Assistance routière des assurances (Ara),

WjTS;'""*'o.,*n"*'4b'd¡tu@rrnniffiMr"stñ'd

itrþffigi*Xç¡¡'gp.i¡mc;:mm*rm,"rx,

> 1947,

En récupérant les accidents du travail,la Sécurité sociale retire aux assureurs une branche lucrat¡ve. Agents et courtiers obtiennent à l'arraché une bonne indemnisation

des abonnés de L'Argus de l'Assurance pendant quetques sema¡nes. Vous recevrez te magazine et vous accèderez à l'ensembte des services de www.targusdelassurance.com : ['actuatité quotidienne, les comptéments d'informat¡on du magaz¡ne et tous nos serv¡ces permanents' y compris t'intégratité des archives et [a newsletter' offre valabte iusqu'au 3t/tz/o3' iå¡, déto¡ts condit¡ons de I'offre sur www'largusdelassuronce'com

"t

et pour certains, un reclassement au sein du nouveau régime.

> I95O.

tt

Apparition de la publicité coltective. * llArgus, lance un concours et interpelle les automobilistes : < Le tarif auto est entre vos mains! Faites-nous moins de sinistres et nous vous ferons un bon tarif. Les assureurs sont bien obligés, comme tous les commerçants, d'adapter leur prix de vente à leur prix de revient. > de tracts

,, i¡vbro¡¡,r4Æa

Ê!,-----,,,-.!l

#dfüffiffi¿ffiËjiffi"r"ï¡:r"

Jeøn Nohøín

ffie

des políces

fg46

Nøissance

delø tV République.

D6but de lø guerre d'Indochine.

1947 D6but dr lø guerre froide entre les Etøts-tlnis et I'LIRSS. Le pløn Mørshøll øccorde 6 MdS à.lø Frønce (85% en don, ry%o eru prêt)

I95o Créøtion du søløíre míruímurn interprofessionnel gørønti ( Stnig).

I95I

Fondøtion delø Communøuté

européenne du chørbon et de I'øcier,

> I95I. a,tvlt --..-.

f)JI

d' øssurønce øux gegnantes de l'érnissíon rødiophonique << Reíne d'un j o,ur rr.

PENDANT CETEM

créée par la FFSA, sillonnent les routes pour prévenir les accidents et secour¡r les usagers.. Les assureurs sortent de leur tour d'ivoire", se félicite " llArgus". En 7953,1'Ara se fond dans la gendarmerie nationale.

ffi6

sffiiïl

trruEt 1949 L'entrée d.u nsque øtomique dønsles políces íncend.ie émeutle publíc.

La nouvelle École nationale des assurances, affiliée au Conservatoire des arts et métiers, reçoit les élèves dès 15 ans. " lJArgus> suggère qu'on y enseigne les langues étrangères, même si ..|'étranger écrit très souvent en français>'.

contenu et de nos services'

DE LE DEVENIR

cotte r89ooo

*ffi-¡rÉw hffiddryqlh"fMt tu'E..5.w ,d.-#ffii**l#'*rdå .ii#.*ñø

du iour, l'agenda, la rubrique lurisprudence' [a Réglementation, les formations, ['annuaire

...MAl5 NOUS OFFRO s s CHACUN L A POSSI BI LIT E

biioru de la Bégum,

ar¡x assureurs londoniens.

ffiäffi,lffim-"m

Vous êtes abonné : vous avez accès à l'actualité quotidienne de ['assurance, aux indices hebdomadaires' et aux études à t'intégralité des archives du magazine

des

(mise France r91o, quatrième femme

-

ffi.ffitffixffig#l:;sl¿ HffitfrË#åffi:i."

...NOUS PRlvlt GIONS NOS ABONN 5...

tc vol

de son vrai nom Yvette l¿brousse

Après un voyage d'étude aux États-Unis, la FFSA crée le Comité d'action pour la productivité dans l'assurance (capa).Objectif : favoriser la baisse des coûts, la formation du personnel, les relations publiques. L'implication des directions est primordiale. ..Trouyerons-nous ¡a foi et cette saine simpticité qui semble être le grand secret des "sorciers américains" ?,, se demande . LrArgus,.

prélude a.u Mørché cornrnun.

I)JJ

Løncement dw pløn de construction des HLM.

> I952. ù-úMdþaúÞrtl^N-r¡¡Mü'i -Èflfl.r.rt-¡I¡t!ñF .'6ær r¡Ð toú dr de¡ .4 n*r.áe'Én 4ú*F

tù I t{Ðil | É qttr Úþ' I ¡

Léon Gingembre lance l'Union générale des assurés pour les pME. <Sous prétexte de suppression des intermédiaires, on crée des services, car ir faut bien gérer les polices, vérifier les sinistres puis les réglerr, rappelle . úArgrr,.

At#laüWr|no

Qø"i.-.*

a'd'qrqf" ...t|.*.*t*i"rl'

> rg5r.

La Prévention routière, créée en 1949 avec la FFSA, propose des films su r la sécurité et un examen du code de la route à l,école, sur les quatre pistes d'"épreuves de circulation offertes par les assureurs " PH0l0 RuË

J

I

ASSllRA]{

SPÉCIAL

T25 ANS

DE L'ARGUS

DË L,ASSURANCË


ffiffigw.tr.l

On en parlait 1

l9r7

s les Socíélés d'/.ssurunl;r;s lmportonl groupemenl d'experts

Les dégâts causés lo¡s d'un concert

I'Olympia par les fans de Gill¡ert Bécaud ne relevant pas d'<émeutes ou mouvements

à

populaires", les assureurs doivent verser

ilff

z millions de francs'

de Fronce, SERI Experl o développé son réseou ìnternolionol ovec des portenoires répulés dons lo pluport des poys du monde.

> 1914.

Ffñßçn Les socíétés d.'øssurances

des fonds pour lø cømpøgne de i'øbbé Piene en føveur des

collectent

søns-Iog1.s.

1958 Assurønce RC øuto obligatoire. 1959 L'øssurønce du port de Nm York est[øþlus chère du monde

:

joo M$.

1960

Postiers et percepteurs vendent les contrats revalorisables Ue la-íaiise nationale d,assurances sur la vie pendant leur temps de travail pUiSSe ainsi et moyennant rémunération. .. L'Argus, s'étonne qu'Une CaiSSe d'État ! concurrencer des sociétés nationalisées

et-de sabotage. EÉtat autorise les directeurs et inspecteurs d'assurances à porter une arme dans I'exercice de leur fonction. " uArgus> demande ur* urrrr.rrs algériens d,accueillir leurs confrères membres du contingent'

I96I

mais instruits des circonstances devant lesquelles ils peuvent

Le <<France>> estlenøuíre øssuré d.u mond'e : Yo MF gørøntis pør Z 2 cornp&gníes ftançøises.

l9r4

Fin de l' Indochine frønçaise e¡ d,íbut de lø guerre d'Algéne. Nøsser nøtionøIise lø Compøgnie cønøl de Suez. Echec d.e l'íntervention

ry56

milíøire

l9t7

dn représøílles

frøtwo'bnønniqun.

Trøítés de Rome instìtuønt

lø CEE et Eurøtom.

1958

Nøissønce d.elø

tf

Répubtique.

Créøtion du nouveøufrønc et del'Unéd'ic ( in demni s øtíon du ch ô m øge ) .

l9r9

Fídel Castro et Emesto ,,Che>>

Guwøra prennenlle Pouvoir à Cubø.

f

96f

trouver'

> Ic¡(8.

Le qroupe Drouot s,offre I'ordinateur le plus puissant du monde, 705 cipable de prendre 29400 décisions par seconde. En cas de panne un grave, IG Farben industrie, seconde entreprise européenne à posséder un tel engin, mais le groupe [r.ndru le relais. L'acquisition entraînera une baisse des effectifs, aux démissions. et retraite grâce la aux départs à þromet d,éviter les licenciements

Putsch

des

généraux à Alger.

D6but de l'engøgernent milítøíre américøin øu Vietna.m.

Huit sociétés d'assurances lancent en commun la garantie des véh¡íuiís d'oCCaSiOn Excelsior. Pour l]Argus,, c'est le signe que la profession

règlements

en ligne ou

I

Risque des entreprises ovec un service de spéciolistes techniques et ino nciers,

I Responsobiliré civile ovec des spéciolistes motériel, immotériel et iuridique,

I Construction ovec des experls ogréés CRAC et immoiériels,

!

Tronsporl ovec des experls dédiés ò cetle octivité el qui peuvent lrouver le support technique nécessoire ou sein de SERI Expert,

> I959.

<<

s'affranchit enfin de la rè9le de l'unanimité/ source d'immobilisme depuis tant d'années'

SERl Expert opporte un service de proximité lonl généroliste que spéciolisé.

> r96o.

Création de la Macif, au service des commerçants et des industriels que et d,ínspiration humaniste. Cette nouvelle venue opourra-t-elle faire mieux qui d'une expér¡ence iouissent les sociétés anonymes ou mutuelles existantes, et d'une technique qui ne s'improvisent pas?- se demande " llArguso.

SERI,

> f96f .

La loi créant l,assurance maladie des exploitants agricoles est nun íournant dans l'histoire de l'assurancer. POur la première fOiS en FranCe, I'obligation de cotiser à un régime social s'accompagne de la liberté de souscrire auprès de I'assureur de son choix : compagnies, mutuelles ou Mutualité sociale agricole.

I' experl¡se créative SERI Experl

7,

rue do Dr Loncereoux,

25008

toÉcIAL

tz5

ANS

PARIS

0r 5ó 59 34 00 www.seri-expert.com

PHOTO OANIEL FRASNAY/AI<G PARIS

Portner in

E

por

téléphone,

>

Iíú

ffi

de

uevant le risque, ni négligents ni imprudents, ni peureux ni téméraires, Se

ovec

l'experlise sur sile et lous les services

f

I956.

:

il Risque des porticuliers

aßeíeáíe etãíd ses garanties incendie aux risques d'émeute, de terrorisme

> M. Marjoulet, président du Centre national de prévention et de protection, créê-pãr les assureurs :..NOuS vOUlOnS fOrmer deS hOmmeS virils

Ilmíeux

Orgonisé en déportements

> tgSr-1957. tu guerre d,Algérie mobilise l,assurance. La Mutualité agricole

IJne entrepnse frønçøise øssurø tøvis¡tn dn l&trouchtçhsv døns ses usínes pour Do MF øuprès de ry comPøgnies.

dl

ogréés por lo FFSA et lo FUEDI. Présenl dons toutes les villes importontes

rg 54r 196l T9r4

professionnels, SER| Expert réunil plus de 320 colloboroteurs donl lB0 experls orchitectes, ingénieurs et finonciers

DE L',ARGUS

DE L',ASSURANCE

ffiffi

sERl['Í'Ëi'åi

o

<


On en parlait

de l'asil,Irance Une année de lJArgus de I'Assurance, c' est

IARGUÞIASStl

48 1'l

2 et

t I

I

de football. Mais la coupe fules-Rimet (président de la Fifa) ne leur a été remise par

:

numeros hebdomadaires

a

OOCTRINÊ de

L! @ndât

ro!$rlre

um a$unme

décès

Hors-Série - IARD - lunsprudence) d'actualite) ¡^onographies sur'des thèmes

\

I

\

I

I \

> 1962,

La Cour de cassation écarte de la garantie des assureurs les altentats au plastic commis en métropole pendant les "événements" d'Algérie. Après l,indépendancg <<pour sauvegarder l'æuvre commune réalisée en Algérie,', la FNSAGA suggère que les portefeuilles soient exploités par association entre les agents restés sur place et leur société en France. Pour ceux qui préfèrent se reclasser en métropole,elle demande les mêmes conditions que çelles accordées aux commerçants.

>

ry64...Essayer de comprendre et juger ensuite" est le mot d'ordre de la table ronde organisée par Valéry Giscard d'Estaing, ministre des Finances, pour résoudre la crise de l'assurance automobile. Y participent 95 représentants des sociétés, mutuelles, producteurs, usagers et constructeurs, qui examinent la tarification, le règlement des sinistres, les frais de gestion, les statistiques et la prévention.

I

Le groupe Drouot est le premier assureur à quitter le cæur de Paris Marly-le-Roi,Yvelines) et le premier au monde à gérer ses 39 directions régionales depuis un ordinateur. Compliments de Michel Poniatowski, directeur des assurances, au présidentTattevin :..Vous passez à un nouvel â9e.,,

> ry66,

< Les risques industriels brûlentr, s'alarme <. L'Argus>. La sous-tarification est générale et les sinistres hors de prix (20o/o des encaissements de 1965 ont fondu en trois jours, à cause notamment de l,incendie des Trois Suisses). Sur la sellette, la rapidité des changements technologiques et l'impréparation des assureurs : o0n a plus cherché à obtenir une garantie souple qu'à promouvoir une étude très minutieuse des risques.

"

IARGtlþ[A$URAI{CE Je

3AAA

I 4g numéros * 1l Dossiers Juridìques -1- 2 Hors-Série * 3 Cahiers Pratiques une pour 149 € ttc (TvAz,t%¡ au lieu de 204 € (prix de vente au numéro) soit remisede2T%etl'accèsauxservicesexclusivementréservésauxabonnés'surle

n M. n

Mme

n

¡ n

!

€ ttc (TVA 2,1%) et

> 1967. Georges Pompidou, Premier ministre, exalte te rôle social

I'accès

largusdelassurance'com aux services exclusivement réservés aux abonnés, sur le site

Service

réservés aux abonnés' an /48 numéros pour 82 € ttc et l'¿ccès aux services exclusivement joindre un justìficatiQ sur le site largusdelassurance.com (Pour bénéficier de ce tarif' veuillez

Adresse

Étudiant

le règle

n

pour 76

:1

:

par chèque joint de

...............................................

à l'ordre de lJArgus de I'assurance

Merci de m'envoyer une facture acquittée.)

Signêture

de facture' Je préfère régler à réception

lP,ectsezB.P ou ceder'

s il

des assure urs vie (" La sécurité est devenue un besoin pour tous>) et leur rôle national ( "Enc réant la sécurité, vous donnez la confiance>). La part de la vie dans le chiffre d'affai res de l'assurance, qui était de 40o/o ên 1914, est tombée à20"/"

Yo

lrlrrl r¿r.

(

I

r:¡iÍrßßril ry6 t

L' émissíon téIóvisée <rLø Roue tourne>> de Guy Lux présente une séquence intitulée <rNos ømíes les sociétés d' øssurønces øccidents

ry6,

Une soøété ønflaise verse

>>.

úoo f

à un grønd cuísinier qui ø perdu I'odorøt à lø suite d'un øccid.ent de voiture. Le <<Frønçe>> trønsporte n5 toiles de møîtres prêtóes pør des rnusées

ry66

ømérícøins, øssurées pour 6o MF (dont j,gz MF pour un seul Cézønne). PENDANT CETEM

I

96 2

Indép endønce de t' Algérie.

D6but de lø politíque øgncole cornrnune.

ry63

Cørreþur lønce

le

premíer

hy p ermør ch é, fr øn ç øi s. Assøssinøt du présídent Kennedy

ry64

Appørition

d.es

à Dølløs.

premières Sicøv.

Lø CFDT nøît d'une scíssion de lø CFTC.

ry66

Révolution culturelle en Chíne.

T967

Créøtion de t' ANP E.

Créøtíon de lø Cob (Comrnissíon Bourse).

des opérøtions de

Lø fømine øu Bíøfrø soulígne le problème øIirnentøire døns le tíers-monde.

PHtrO,dFP

Fa"(

)

)

t-n¿il â.tiv¡té

Dale E 88 E 8C E EA

Offre valable en France métropolitaine jusqu'au 31 décenbre 2003 oe vorre abolnener' cônformément à l¿ lol du 6.1.1978, l¡fômatioue et tibedés Les informaiio¡s dêmandées <onr ndßoen'¿oles ¿- lanenêrr I opposer d pu ra1,nrsion dle{Jelle er écriv¿niau Seflice Abonnements vous pouvizaccéderaux infomatiors vo!s concemant, le'e, f ei er'ous la de voÍe entr€pise e{ Posslble sous réserve des conditions édiciées Par

CROUPE INDUSTRIE SERVICES rNFO - 5.A.S. AU CAPITAL DE 40

UÉtat retire son agrément à la Mutuelle nationale d,assurance (MNAA), créée en 1964 par < l-'Auto journal > de Robert Hersant

et le principal syndicat de VRP, pour insuffisance des réserves techniques et de la tarification...Les vrais professionnels savent qu'il n'y a pas de miracle en assurance ¡uto,r, commente lJArgus". "

ulle

site largusdelassurance.com

E 6 mOiS : 24 numéros * 6 Dossiers Jurìdiques

> ry67.

des automobilistes

:

f] 1 an

été volée par un docker

I

Cahiers Pratiques

I

ett

au chômage. Ces deux policiers de Scotland Yard ne peuvent donc pas

196z rg67

> ry65. (pour

pour m'abonne à I'offre professionnelle uArgus de llAssurance comprenant

après qu'elle

revendiquer *euts le mérite d'avoit éttíté, { de l'aesurance,

LES CAHIERS PRATIqUES

@[il

le chien Pickles qui reüouva la coupe dans un iardin de la banlieue de londres,

le versement dec ao ooo

(Vie

¡

qu'apr* der péripéties

policières et,,, cynophiler. C'est en effet

I

I'accès aux services exclusivement réservés aux abonnés, sur le site la rgusdelassu rance.com

T

la reine Élisabeth

î

oorriers Juridiques

r 5

I

ry66

ks Briranniques ont gagné, pour la première fois, la Coupe du monde

000 € - 428 612 600

8D 8E RCS PARIS

-

! !

Cie d'âssutrnce et de réa$uEnce Muiuelle d'assunnce Mutuelle du Code de l¿ mutualité Caisse de rettrite et ind de prévoy¿nce

8F

tr

9A O Administntion de l'État et organisme

Courtier

EG

Banque

9 ¡

8H

txpert

91,

Autre profession libéGle ou judiciai¡e

o!

! ! 8l !

Ageni généal d'¿ssutrnce

N" TVA : FR 89428612600 - TÉt. : 01

56 79 43 00

'

E

8M!

Éiablissement denseitnement Collectivité locale Cestionn¿ire de risque

largusdelassurance com

SPÉCIAL

125 ANS

DE L'ARGUS

DE L'ASSURANCE

E


lrl

)n en parlait

lll l[I

II

1972

Le Gan parraine l'équipe Mercier (fabricant de cycles), <¡ui remporte

de noml¡reux succès avec Cyrille Guimard et Raymond Poulidor (iusqu'en 1976)'

En ry73, Poulidor gagne pour la deuxièrne fois le Paris-Nice devant Eddy Merckx'

1968r 197j

Experts Consultants

I

Loss Adjusters lnternational

Cestion Clobale

> 1968.

f:fl!ûßß|il

AGF (Assurances générales, Phénix), Gan ( Nationale, Aigle-Soleil, Caisse fraternelle) 0bjectif : créer de grands groupes capables d'affronter la concurrence internatìonale.

f97 O Créøtíon du bonus-rnølus

Economiques

en øssurønce auto.

> I968.

L,École nationale d,assurances, critiquée pour son recrutement hétérogène, surchargées, ses stages inefficaces, doit-elle devenir une grande école, valorisée par ses anciens,ou une école de formation de cadres moyens? La question se pose/ à l,heure où o la société prend conscience de l'importance de la formation professionnelle dans le progrès de l'économie ".

197 3 Introductíon

de l'øctionnøríøt du personnel dønsl.es sociétés nøtionøIes

tes

d'øssurønces.

ffi 1968 Suppression des droits d'e douøne øu seín du Mørché çornn1'un. Révolte étudíønte et grève genérøle døws plusieurs pøys.

Intrrvention sovíetþu.e en

ry6g

Tch.ecosl.ov

øquie.

générøl De Gøulle, Dérnission íIection de Georges Pornpidou. d.u

Prarnier vol du Concorde.

Quøtnème senlø,ine de congés pøyés.

r97

r

or du dollør.

1972

vol du premier Aírbus A joo.

Trøíté de lírnítø,tíon des ørwes strøtégíques

entre løs Étøts-Unis et l'

1973

{J

RS S.

pnx

> ry6g, L'assureur grec Tambouras garantit à ses frais les premiers hommes (Armstrong, Sont assurés : Ia guerre spatiale et I'agression

du pétrole.

par des extraterrestres, mais pas "le cas où les astronautes'trouvant des conditions de survie favorables danS I'espace, refuseraient de revenir sur Terre ".

banque-assurance. L'uAP et la Société

génélaie créent un réseau européen de vente de Sicav à domicile,tandis que órouot lance sa première Sicav avec la Société générale et la banque Hottinguer. Un .cocl<tail heureux>, commente o L'Argus", qui permet aux assurés de profiter de la croissance de l'économie mondiale.

> Ig73.

la.situation intenableo créée par I'agressivité des -mutuelles qui assurent 25%du parc auto et font une percée en multirisque taurái.i. à leurs sociétés Áã¡ituiion, les agents généraux cessent tout envoi de courrier >' choc automobile " et demanient la mise au point d'un contrat

SPI(-lAl-

ttr5

.\NS

DLi

l. AllCliS

DU

PARTOUT en FRANCE

Sur le Web: wwr,v.equad.fr et

Annecy 04 50 46 96 46 annecy@equad.fr

www. eq uadgro

Bordeauxc 05 56 55 93 69 bordeaux@equad.fr Lille 03 20 63 27 29 lille@equad.fr Limoges 05 55 32 89 21 Lyon 04 72 13 99 1 3 lyon@equadfr Marseille 04 91 90 30 B7 marseille@equad.fr Montpellier 04 67 72 46 66 Mulhouse 03 B9 31 70 79 mulhouse@equad.fr Nantes 02 40 89 97 B9 nantes@equad.fr Nevers 03 86 21 48 33 Nice 04 93 83 52 44 nice@equad.fr Rennes 02 99 31 24 31 rennes@equad.fr Rouen 02 32 81 40 60 rouen@equad.fr Strasbourg 03 BB 10 1B 50 strasbourg@equad.fr Toulouse 05 62 24 01 70 toulouse@equad.fr

u

p. co m

Face à

PHOfO KEYSTONE

ø

RETROUVEZ-NOUS:

Services Centraux: Responsabilité Civile:01 46 62 B'l 27 Dommage : 04 91 9û 30 B7 Construction : 01 46 62 B1 46 Prestations diversifiées: Ol 46 62 81 26 e-mail : paris@equad.fr Numéros d'urgence: transport 01 46 62 81 48 e-mail : rherpin@equad.fr Environnement : O1 46 62 B1 16 e-mail : ddelmasGrequad.fr Agroalimentaire:06 07 21 77 92 e-mail : sleroy@requad.fr

Aldrin, Collins).

La création de Ia Scor entérine Ia fin de I'obligation de réassurance à la concurrence des Ásureurs par la CCR et ouvre la réassurance française mondiale. . Nous sommes maintenant devenus des acrobates sans filet, que nous donnent déclare son président. Nous devons nous inspirer des belles leçons nos grands confrères étrangers. "

Premíer choc pétrolíer et d'oublement du

Forte implication des cadres dans les grèves qui paralysent les sOCiétés d'as5urances. Après l'accord FFSA-syndicats sur les salaires et la semaine de 40 heures, la cGC prévient : " Si les employeurs ne jouent pas loyalement le jeu du dialogue et de la participation, c'est leur présence même à la tête de l'entreprise qu'ils risquent de voir mise en cause. >

> I97O.

Créøtíon deI'Europe des neuf.

UAD

La variété et la richesse des hommes et des femmes du Groupe permettent d'élaborer, en partenariat, des solutions spécifiques à vos besoins.

> I968.

> r97O. Premiers rapprochements

Suppression de Iø convertibilité'

E

Jlutt.r

sur lá Lune

I

Cestion de crises Dans tous domaìnes d'Activité Professionnel le et Secteurs

.Coup de tonnerre, dans l,assurance. Préparé en secret,un déCret regrõupe les sociétés nationales en trois entités: UAP (Union, Séquanaìse, Urbaine),

Construction BâtimentTravaux Publics lndustrie - Equipements & Matériels Produits - Marchandises - Distribution Finance - Services - Pertes d'Exploitation Pollution - Environnement - Déchets Cestion Clobale

L '\SSLTRANCII

lï' Il -l

ilt illI


I I

On en parlait

I I -Ð-

seulement

lSt

t-

,!q'

r_;

\,

TTC*

ry78

Amoco cadiz:

zroooo tonnes

* TVA:I9,60lo

de pétrole

polluent la Bretâgne. Cott pour les assureurs

:

plus d'un milliard de dollars.

r974 r97g I97r,

> Agressivité croissante des groupements de consommateurs et de la presse écrite et audiovisuelle à l'égard de l'assurance/ en particulier sur les contrats auto. confrontation continuera sur le même ton tant qu'elle n'aura pas cédé " Cette la place à un véritable dialogue assureurs-assurés, écrit "L'Argus". Commençons par améliorer le langage des contrats et m¡eux former les producteurs. " > I97r,

> 1977,

Si la gauche gagne les élections de 1978,|'assurance sera-t-elle nationalisée? Bernard Pagezy (AGP) dittout le malqu'il pense de cette idée. Pour Jacques Vandier (Macif), il suffirait de confier à la collectivité la gestion des placements représentant les engagements des assureurs.

3 Je joins mon règlement d'un montant de ."...".'. I I'ordre de GlSl. 'rvl1e,6% Vla commande me sera expédlée dans les

€ TTC*

Nom

AU4

SERV|CES

tNFo - sAS AU CAP|TAL DE

¡10

I r I r r

lvrlte

I979.

Codo postal

Fax

TéI. E-mall )

Pour être info¡mé en priorité des nouveautés de l'Argus de I'Assurance

ooo

> 1977, " Wall Street Watergate " : c'est le nom donné à la plus grande fraude jamais commise dans I'assurance, celle d'Equity Funding of Americ4 dont l'ordinateur a été programmé pour masquer un trou de 2 M$. ry78, G râce au réseau Transpac des PTT, agents et courtiers interrogent l'ordinateur d'une société et délivrent aussitôt un contrat. Mais I'informatique inquiète les salar¡és, surtout les cadres, dont I'emploi est de plus en plus routinier et menacé.

Adressc (préciser 8.P. ou cedex s'il y a lieu)

trols sem¿ines suivant

Conformément à la lo¡ du 6-01'78, les ínformations demandées sont indíspensables au traitement de votre commande. Vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur transmission eventuelle en écrivant au Service Ed¡tion.

D Mlle

>

Fonctlon Sewlce

Offre valable en trancÊ métropolitaine dans la limite des stocks disponibles.

Mmê

Prónom

par chèque

'enregistrement de mon règlement.

cRoupÉ tNDUsTRtE

Ct

votfe

r

N'5|RET

enheprlse

L

codu ruRr

- 428 612 600 Rcs PARIS - N'TVA :

I I I I

l¡*ect¡t

F{ag42æ12ffi - TÊL. I o't 5679

ndiüon du code des øssurønces un a.ns de réflexion.

Jímrny Cørter ø eté øgent d'øssurønces

En fermant leurs portes le 27 1évrier pour obtenir une assurance auto les agents prennent publiquement le parti des assurés. généraux, dans un contexte économique et social qui change, ont besoin " Les agents de savoir où ils vont", déclare Bernard Vinstock, président de la FNSAGA.

M,

1976

> T976,

plus

O

4

øprès vingþ et

> ry76, juste,

3 Oui, je souhaite recnvoir UAnnuaire des Sociétés d'Assurances idition2N2-2003 en ........ exemplaire(s) au prix unitaire de 150 € Trc'.

197 Instaurøtion de lhorøire mobile døns 5t socíétés d'øssurønces.

Pour ne rien arrangeç AG P, ¡ouant sur le sent¡ment croissant d'insécurité, veut inclure une assurance attentat agression (34) dans ses multirisques. Le président Pagezy qualifie les journalistes qui crient à la vente forcée de "justiciers en quête de sensationnel o. Il doit reculer sous la pression du directeur des Assurances. Le Gan achète 40o/o de Minster Insurance, I'UAP investit dans New lreland et Rhin et Moselle dans Folgate Insurance. "Ge redéploiement à l'étranger est dans le droit fil de la politique d'expansion des sociétés françaises, voulue d'ailleurs par le Gouvernement>/ commente .lJArgus".

9oclétó

I:¡iirßçt

> Faut-il mutualiser l'assurance? Pour Claude Bébéar, directeur général des Mutuelles [rn¡es,la mutualité est la forme naturelle de I'assurance. Mais les mutuelles françaises réussissent plus par la qualité de leurs dirigeants, qui ont effectué une percée technique et commerciale ", qu'en raison de leur statut. " PHO¡O GINIÊVSIPA

Pollution àlø dioxine ò Seveso (Itølíe);

coîtt pour l'industriel : jj8 MF.

1977

T25 ANS

président ømérícøin

døns le cøbínet d.e son grønd-père.

1979

Accident à lø centrøle nucléøire

de Three Míle Islønd (Pennsylvøníe) : les pertes totøles dépøssent lørgement les rnontants øssurés.

@ 1974

Mort du présídent Pompídou et élection de Vøléry Gisca.rd d'Estøing.

f97,

Prernière récessíon en Frønce depuis t945.

Fín de lø g¡¿vs du Vietnøm.

À

RømbouíIl.et, premier sornmet réunissønt plus industriølisé,s (G .

les cinq pøys les

|

T976 Mort de Møo Tsê-tungen Chine. 1977 Générølísøtíon da lø mensua.lisøtion des søløires.

1979

Créøtíon du système rnonétøire

européen et deI'Ecu. Second. choc

pétrolier : doublement

du pnx du bruL

L'øyatolløh I(hameyni prend le pouvoir à.ln suite fu,lø rwolution islørníque en Irøn.

43 @

SPÉCIAL

Le

DE L'ARGUS

DE L'ASSURANCE


On en parlait

ry84

4$æ

Pourprofiter du decatage

de trésorerie, Carrefour et Habitat vendent des contrats auto et habitation, avec I'appui d'assureurs traditionnels.

Selon <L'Argus>, la crainte pour I'assurance est de voir l'expérience se généraliser

TTC*-*wAf9,6%

' Frais d'envoi compris

et de subir la stratégie des grandes surfaces, lesquelles, à terme, créeront leur propre

I II I

structure de souscription.

r98o rg85 nmfßslt r98o t 9 8,

Nøissønce

du ticket mod.é.røteur.

Loi sur l'indemnísøttan dø viaimes

d e c øtøstr o ph es n

øtur elles.

Lø loi QuíIlíot rend oblígøtoire l'øssura.nce contre les risques locøtifs. Lø gørøntie ettentøts doit ê¡re ínsérée dønsles contrets øuto et MRH.

ry84

Le président Reøgøn remet Iø médøille d'ørgent du Lloyd.'s øux cinq østronautes qui ont ré,cupé,ré deux søtellites

en

perdition (øssurés pour

úo M$).

1985 des

Loí Bødínter sur l'indeynnísøtion victitnes d.'øccidents de lø circuløtion.

m

r98r

Inøugt+røtion du TGV Pøris-Lyon. Prerniers cøs de sida øux Étøts-Unis.

Lois

Lois

Deferre sur la d¿centrølisøtion.

Auroux sur l'expression des søløriés

etles conditíons de trøvøí\.

> 1982.

LIUAP se lance dans la protection juridique. Pour . fArguS >¡ < cêtte prise en compte par l'assureur des intérêts de l'assuré dans tous les petits aléas de la vie quotidienne améliorera l'image de la profession/ comme l'assistance l'a déjà fait.

"

> I983.

La . méthode Chassagne, impressionne. La présidente de l'UAP propose

une approche commerciale personnalisée et une politique de formation originale : trois heures hebdomadaires de cours facultatifs sur cinq ans (formation générale, assurances, UAP). En 1984, avec 687" de salariés inscrits, le pari est gagné.

I983 Droit à.1ø retra.ite à. 6o øns. 1984 Assøssínat d'Indirø Gøndhi, Prømier ministre de l'Ind,e.

Mikhøil Gorbøtchev

1., février : grève de77%des agents, envoi de 25oo0o cartes postates au président de la Républiqug conférences de presse, etc. Motifs de cet arrêt de travail : le manque de dialogue avec l'État, la non-représentation des agents dans les conseils des sociétés, le faible cÒmmissionnement des catastrophes naturelles. ..C'est une lame de fond au sein d'une profession qui n'a jamais utilisé

ce moyen depuis qu'elle existe',, écrit " L'Argus>.

> 1984.

Pour Claude Bébéar,la percée des mutuelles sans intermédiaires

". Bernard Pagezy (AG P ) : Nous pouvons la déjouer avec nos agents, même s'ils déçoivent parfois. Mais il faut une confiance réciproque. Nous avons eu avec eux, depuis quinze ans, un dialogue faux.,

conduit les assureurs traditionnels à .. I'apocalypse <

Creøtion de l'impôt sur les grøndes fortunes.

1985

I98I.

> Pour Bernard Vinstock, président de la FNSAGA, le débat sur la nationalisation de l'assurance est l'affaire des compagnies : ..Je ne veux pas que les agents généraux se trouvent assimilés à des défenseurs des sociétés de type capitaliste." Finalement, le gouvernement exclut l'assurance des nationalisations.

> 1984.

Frønçoís Mittenønd. conduít lø gøuche øu pouvoir.

r98z

> I98O. Pour diversifier et fidéliser leur clientèle,les banques s'intéressent aux risques du particulier. Leur atout : une meilleure image que les assurances. " La contre-attaque des assureurs est possible, dit "L'Argus", mais il leur faudra mettre le prix : l'image de marque et les réseaux devront se transformer."

øccède

øu pouvoir en URSS.

> I985.

La réassurance sort-elle du tunnel? u Les cow-boys sont en train de disparaître de la scène. Ceux qui pensaient, au début des années soixante-dix, que la réassurance était un moyen facile de recycler des capitaux en quête de placements par suite de la crise ont perdu leurs illusions ,, dit " L'Argus". Reste la question des soubresauts monétaires mondiaux et de la sous-tarification chronique...

Í

Oui, je souhaite recevoir BAnnuaire des Souscripteurs en ... exemplaire(s) au prix unitaire de 45 € TTC*.

Société

D Je joins mon règlement d'un montant de ...... € TTC* par chèque à I'ordre de GlSl. . wn rs,ov.

Adresse (preciser B.P. ou cedex s'il y a

A8C

ANS

DS L',ARGUS

DE L'ASSURANCE

GROUPE INDTJSTFIE SERVICES INFO - SAS AJ CAPTTAL DE

Far

au

vonef

N"srREr

IIIIIIIIIIIIII I I I I Efiectif_

entreprlseL CoAeNAFI

Sêruice Editim.

r25

Vllle

Pour être inlormé en priorlté des nouveautés de l'Argus de I'Assuranc€

inbtmations ì/ous concemant, les r€c1ifisr ou vous oppos€r à leur trênsmission éì/enu¡€ll€ en écrivant au

Ð tnÉcrAL

Sofv¡ce

¿IO OOO

M. 3 Mme

E-ma¡l )

641-78,

les inbrmation8 dsmandées Bofit indi6pên6abl€s au ba¡ÞmerÌt de r/oae commande. Vous pouvez accétler

Fonction

Îét.

de mon règlement. O{frê \¡alaþlê en Fr'ânce mébopolibinê dans la limite des stocks disponiHes. Corìfomément à la loi du

Prénom

Codê posrd

Ma commande me sera expédiée dans les trois semalnes suivant l'enregistrement

PHOTO ÐR

D

Nom

€.

¿I¿8

612 600 FCS

PqRS. MTVA: FR 89128612600 -TÉL: 01 56 79

-

¿ß OO

I

D

lllle


Cn en parlait

2.OOT. Uannée horribte. In premier lieu pour læ vÍctimes del attÊntats à New York et Washington : Sooo morh {dont 5oo chez les co¡rtbcs Aor¡ cr Ma¡¡h). L¿ Fr¡nce åvait condu un rnilknaire, fin 1999, par une violente ter4pêt€ {coût pour

l'a¡sunnce : 6,8 Md€). E[e prdigureit une s&þ d'inondalíoís commenée en zoo¡ dan¡ la Eom¡ne (cott pour I'arsunnce ; 4, Mer,Uhiver ¡'achevait sur l'€s.plosion d€ Iurine chimþue AZF å Toulouoe (ro mortt).

1986 r zooz > 1986,

Frfißßtil 1989

L'ours Bart,héros dufi.Irn Annaud, << L' Ours

de J eøn-J acques

>>,

est øssuré pør AGF pour rco MF (en cøs de d.écès,Ie dressøge d'un øutre

ønimøI øurøit demøndé dix øns!).

T992

Explosíon d'une rffinerie ù' Lø Mède (Bouches-d.u-Rhône) : le plus gros sinistrefrønçøis du W síècle (z MdF).

1994

Applicøtion

directíves øuropéennes sur I'øssurønce (líberæ d'étad.es

blissement et de prestatíon,liænæ untque).

t999 pør

le

Pollution des

pétro\íer

<<

Enkø

>>.

1986

Cüastrophe nucléøíre deTchemobyl (URSS/; dégâ.ts: zo Md.F.

1988 création du revenu rnínirnum d'ínsertíon (RMI). Chute du rnur de Berlin.

I99I Guerre du Golfe et déføíte dsl'lrøkçf992 Traité de Møastrícht instituønt l'Union

européenne.

f994

Finde I'apartheidm

1995

Séisrne de Kobé

6

ffiwdu

> f986'f98!.

forts de leur succès en vie (Crédit agricole et Prédica en 1986, La Poste-AGF en 1994, etc.), les banquiers investissent I'IARD, un domaine plus éloigné de leur métier : Crédit agricole ( Pacific4 1989), Caisse d'épargne-C N P (Écureuil assurances/ 1991), BNP/UAP (Natio Assurances, 1991), Banques populairesMaaf (1992), Crédit lyonnais-Allianz (1995), etc. En 1995, les bancassureurs réalisent 50o/" du CA de l'assurance vie (57o en 1979) et4%" en IARD (1o/o enI99I). Chacun y trouve son compte : les banques élargissent leur offre sans gérer les produits,

métien en compagries d'æsunnces frangise, allemande et américaine. Le trav¿il dans

r r r r r

les rÍsgues cornmuns et spécìfiques à chocun de ces modes de transport

D6but de

2OO2

L'euro remplacela rnonna.te

críse d.e tø vøche

gnnds ports euroy'eens

Les risques et leur prévention Les textes en vigueuq polices et clauses applicables Les mécanismes de tarification des risques La gestion des sinistres

Les responsabilités des transporteurs, et de manière

générale des acteurs de la chaîne du transport

> ryg6.

Naissance d'un géant en trois actes. 1986 : Axa contrôle La Providence. 1989 : le bras de fer entre Bernard Pagezy (AGP) et Claude Bébéar aboutit à l'absorption des AG P. 1996 : Axa contrôle une UAP affaiblie, mais complémentaire. < La solution Ax4 commente " L'ArgLrs", présente l'avantage d'être d'origine française ef surtout de s'inscrire dans une logique industrielle absolument incontestable., Ce *big bang,, fait d'Axa le deuxième assureur mondial, derrière Nippon Life. AFP PHOIO/AARON MILÉSIOÑÊ

Sud..

ISBN

Titre de I'ouvrage

Prix

2247 05079 4

Risques et æsurances transports

75

Ffais de poft

unitaire

Nbre d'ex.

forfaihire - Pour l'étranger nous consulter)

(paft¡c¡pation

Règlement par

Total

€TTC 6

(Jøpon) :

!996

les

lui a permh d'acquérir une bonne connaissance de la logistique utjlisee et des conditions d'æsurance pratiquéer.

Une analyse complète sur

Le mutualisme ne doit pas servir de paravent à la médiocrité. "

Directeur général du CESAM, chargé de cours dans plusieurs uníversités, est

diplômé de Sciences plítiques, de 3è cycle en économie des transprts et en droit maritjme. ll a pratiqué différens

V

Quel avenir pour les mutuelles sans intermédiaire ( MSI) ? réduction des fraís de gestion, sans augmentation des fonds propres, ie ne crois " Sans général de la Maaf. pas à la survie des MSI ", déclare Jean-Claude Seys, le directeur Depuis 1987 tla compétitivité des MSI décroît. < Les agents généraux ont appris à se battre dans un contexte concurrentiel, à la différence des vendeurs des mutuelles, qui se sont longtemps reposés sur le seul argument du prix plus bas.

€TTC

TOTAL

ooo mortl

Jean-Patrick Marcq,

fenoviaircs. .. fluviaux. . .

les assureurs profitent des avancées marketing des banquiers.

éd¡t¡on - 5ó0 pages

lè""

Ïrunsports montimes. . . terrestres... aériens...

> 1992.

côtes bretonnes

PENDANT CE TE

1989

Llère des concentrations dans le privé s'ouyre avec l'0PA de victoire par suez en 1989, la création du groupe Athéna (Préservatrice Foncière/GPA) et la fusion Allianz-ViaRhin & Moselle en 1991, le rapprochement GMF-Azur en 1993,la reprise d'Athéna par les AGF (elles-mêmes absorbées par Allianz) en L997.

..inamicale,, d'Axa sur La Providence. Suivent l'achat

f] Mme I Mle Prénom :_ __.

folle.

Société

/

Fonction

de douze pøys européens.

t-i v.

établissement

Nom

:

-_

-.,

:

I

Chaque ci-joint à I'ordre de Dalloz

I

Mandat administratif

I

Carte bancaire (signature obligatoire)

N':l

|

| I

ll

:

Service

Exoirefìn: ll

Spécialité

Signature ou cachet

I

Code NAF Adresse

TéI

ã sPÉcrAL

rz5

ANS

E-mail

L',ARGUS

DE L'ASSURANCE

Fax :

Confomément à la loi lnfomat¡que et Libertés du 6 ianv¡er 1978, vous disposu d'un droit d'accès et de

RCS Pâris B 572 195 550

ffiifiot¡on au

donn��es vous

concemilg

38001


t ¿, 7-,,y'o "'"n to ",,/n 1' 7t'',.o',,'' TECHNIQUE DOMMAGES

Risques et assurances

de responsab¡lite civile Risques et assurances

de

Constant Eliashberg 4" édition - 380 pages

biliré

res e

fuw ffiffiffim Mw (LArgusD Ér:ì*4riiffi]l@

De la responsabilité du particulier dans le cadre de la vie Constant Êliashberg

privée à celle des entreprises pendant ou après leurs

4" édition

activités, sans oublier la responsabilité toujours accrue de certaines professions (médecins, experts automobile,

ffiffi

hôteliers...),

Tous les méconrsmes

gui"régissent Ie droÍt de

Id responsabìlÍté cìvile

l" droit de la responsabilité

Fondé en plein essor de la presse d'assurance, <<LArgus>, par la pertinence de ses analyses et I'autorité de ses dirigeants, occupe bientôt la première place. Ses engagements, ses initia-

I

n

tives pour morafiser la profession <<avant que l'État ne

civile évolue

s'en mêle>> paraissent longtemps naturels. Depuis les années soixantedix, comme les autres journaux professionnels, la revue adopte un style plus neutre et plus pragmatique.

dans un environnement en perpétuelle mutations légales

et jurisprudentielles.

Clair et synthétique, étayé par de nombreux exemples et références à plusieurs cent¿ines de décisions de justice, cet ouvrage s'adresse à tous les praticiens des assurances de responsabilité mais également à toutes les personnes

d'assurances.

IARGU$EIASSURANCE

Titre de I'ouvrage

53

unitaire

Nbre

d'ex.

Règlement par

Total

€TTC 6

€TTC

TOTAL

Iv.

établ¡ssement:-

/

Spécialité

Chaque ci-joint à I'ordre de Dalloz

I

Mandat administratif

I

Carte bancaire (signature obligatoire)

Expire fìn

Service

Fonction

13

:

d'apport pour

2 950 00O francs dans une Compagnie Bétail de 300000O... Le dessin satirique et la fable humoristique tiennent, à ses débuts, une large place dans <<LArgus>> dont le ton surprend le Iecteur d'aujourd'hui. Le magazine n'hésite pas en effet à brocarder la profession et le monde politique. De journal polémique et d'opinion, << LArgus >> est devenu plus professionnel, et donc plus neutre.

r898

ffi

l/

0

û

&

0

ll

x

0

0

e

Souvenir

0

I

Pour son numéro 5000, LArgus )) sort une édition <<à la manière de> 1877.

Signature ou cachet

:

février r88r

- Arrête... Malheureux !... tu es assuré !! - Non, non ! plutôt mourir que de servir

rg68

I

<(

Code NAF

Siret

Satire

Durant la guerre qui oppose, à propos de Cuba, les États-Unis à I'Espagne, << LArgus >> n'hésite pas à prendre parti.

:

I

N':t tl

Nom

Prénom

Adresse

DALLOZ - BP 150 - 94208lvry sur Seine cedex Prix

2247 04705X Risques et æsurances de responubilité civile Frais de port (partìcìpation forfaiøirê - Pour l'étranger nous consulter)

Société

EttErtEÍ...

s0tttilE¿.Y0u8...

Bon de commande

nMme EMile

M¡¡hqu.euxt..., tu es ¡$urét!

souhaitant acquérir les bases nécessaires à la compréhension de cette catégorie spécifique

@

ISBN

- Árrê8.,-.

L'&A

:

Fax

TéI E-mail Conformément à la loi lnformatique

RCS P¿ns B 572 195 550

d

L¡befrés du 6

lilv¡er

l978,vous dispose d'un drc¡t d'accès

d

de

redifiøt¡on aux données yous concemdÈ

38001

sPÉctAL

r25

ANS

L'ARcUS

DE L'ASSUR.ANCT

@


¡Nv¡¡b¡e.dc.

trilff(

1931

I

ü

#@

JOURNAL INTERNAT]ONAL IE TI

DES

^"t":#*-,:""t

18n

laÅ

æ

\\

@ørü

-"*-_ft.,,ir;-,

W.-*.,*

(ßíu{nít

&

-Associós

ür0ö

e%R@@s

LA SEMAINE JOURNAL INTERNATION

Lll SEMAINE

ÞES

.ASSIJFIANCES

JoURNAL INlERNAT oNAL oEs assutaNcEs

än;n wøw

Í-iiiñüE-.;¡Ð-'-l

r-i;ì¡õ=-;ãã7¡

b.iol O&r.L d!ñô"c.'

wüüqü A¡ON¡.IT'NI5 fiq¡¿rUiôñF.rr.n. tr n,o^s¿.. rr(

P¡ll UCUNGE løJ9æl

r,+-" JOURNAL INTERNA

tA

i{ii!'1"'fi

e

DES ASSURANCES

SEMAINE

¿

¡e.¿.Ciôr.(d!r

' Poó

Les ctefs de notre succes : . un fonctronnermont en i:quipc

Gomment faire disparaître un paon

s&r

De 1877 à aooz

ffi¡DoüÆ.rffinæ.

De haut en bas et de gauche à droite. Le paon est rond et affiche une belle queue. En 1931, de mensuel, <(LArgus> devient hebdomadaire. Les ailes du paon se referment et les petites scènes de la vie quotidienne s'épurent. En 1940, la queue du paon se penche en avant et la voiture se modernise. C'est aussi I'année du regroupement avec <<La Semaine>>, titre fondé en 1871. En1947,le paon regarde vers la droite, les saynètes deviennent blasons et (< LArgus > affiche ses tarifs. En 1950, <<La Semaine>> perd de sa présence et le paon est stylisé. À la f in des années soixante, la couleur fait son apparition, en même temps que sont oubliés le paon et << La Semaine >>. La typographie du titre donne une image de solidité, et donc de crédibitité au journal. Enfin, le logo aujourd'hui, après 125 ans de modifications.

f&.a

alms

IAROtlþTASStlRAl{CE !.,

corrsLrtueie dt'pt'ofc:..siorttreLs i:':'r-t:;

de L'errtr"epri:,e, où il:, ot'tt excrcé dcs ttlspot-r:.¿btIlttis dc [Jìtilc,tlotr Girnerrale. ct cJo Dir-et-tìon dc.'; Res:.ourt tl:. Hllffl¡itlc's, . une relatron de'pattern;-rriitt b¡:;ét: sLll l¡ [t'attspat'e't'lco, le rtl:'ptlc-t et [¿r cotrlrdcntia Il tc1, . Lln erngagerlent qLtatitó, ltrre experti:,e rretitlrs et tltlc vtliLtc ma rchés.

Des domaines d'intervent¡on pour répondre à vos attentes : Brenf¿rrt & Associés lntert-vlt'nt - Dans La Recherche de Drrigeants et der Cadt'es, do Lattalystr dr-r besoln à lóva[uatrorr, ]U:.tlLt'à l'ardc. à la déci'.ciorr CI eìl-l itrtVi :

¡1'1¡lLigr-atiorì.

Des directeurs prestigieux

t877-rgzg Paul Lagrange, le fondateur.

r929-I94t

Le Conseit.¡ux Dirrgerants: . FvaLuatron des cornpétont:ets : dertc'ctiorr de potontie[:', rlrobrlitó, consl rtul tot r d'i'lulpc:, . CondLlite clu changenlcnt : audit dc font tion, systòrne d'apprói-i;ltrorl, potrtrque de rétrurrér'atiorr, classif ic ation des errplois, . lngerrrerie de form,rtron, . Coachtng dr. Dtttgc tnl<

Antoine Roux, entré à << LArgus >> en 1900.

r945-r968 Gaston-Louis Auburtin, entré, à <<LArgus>> en1929. Son fils, Michel, prend sa succession et vend le titre à un groupe d'investisse u rs.

@ tnËcIAt

rz5 ANs L'ARGUS

DË t'ASSURANcE

Bientait & Assoc-rés -'/5007 P¡nl:.. TlL. Llt 40 62t)B 39 rnlo@bienfait assocics.c(rrTr www. bì e nfa I t -a se'ocies.co m

3, AVINt]r, Dr. sr'r,l|ì Fnx ol 45 55 62

1') c



125 ans argus supplément 10 01 2003