Page 1

N°5 mai -infoinfirmier- 2010

INFO INFIRMIER MAGAZINE Le partage des savoirs

Journée de réflexion à Casablanca sur la pratique des soins infirmiers au Maroc

Est une revue électronique mensuelle réalisée par les personnels infirmiers à leurs confrères infirmiers, a fin de partager et d’échanger les savoirs et les expériences.

Polyarthrite Rhumatoïde : formation à l’intention des infirmiers N°5 mai -infoinfirmier- 2010

Qu'est ce que la vie ?

http://sites.google.com/site/infoinfirmier2

Avancées dans la recherche contre l'Ebola et le VIH Email : infoinfirmier@gmail.com


Sommaire Le Conseil international des infirmières : p12

Qu'est ce que la vie ?: p5

une voiture autonome et non polluante : p10

Les vraies couleurs d'un dinosaure révélées pour la première fois : p16

Le thé noir pour combattre le diabète : p15


EDITORIAL 3

Cette année, le Conseil international encourage les professionnelles de santé à “Garantir la qualité de soin, au service des populations”, un objectif délicat à tenir dans le contexte actuel de rigueur du secteur public et de pénurie de la profession.

Dans tous les pays, qu’ ils soient riches ou pauvres, il n'y a pas assez d'infirmières , rappelle l’OMS. Le monde développé incite les infirmières d'autres pays à venir travailler dans ses hôpitaux, mais les pays en développement sont incapables de rivaliser avec ces niveaux de salaires, de formation professionnelle et d’incitation à l’emploi. Un rappor t de la Banque mondiale publié en mars 2010 décrit ainsi la gravité de la pénurie d'infirmières dans les Caraïbes et en Am érique latine, où, actuellement, on ne compte qu'1,25 infirmières pour 1.000 habitants soit 10 fois moins que dans les pays de l'Union européenne ou aux États-Unis. Près de 30% des postes d’infirmiers dans le monde restent actuellement non pourvus.

Des pays pa uvres vers les pays riches : Selon Deena Nardi, de l’ICN "La migration mondiale des infirmières est particulièrement grave dans les petites îles comme la Jamaïque, où 8% des infirmières généralistes et 20% des infirmières spécialisées partent pour des pays plus développés chaque année (…) Les professionnels partent pour des salaires plus élevés, de meilleures conditions de travail et la possibilité de promotion.”

Le manque de formation est cité comme l'une des principales raisons de la pénurie d'infirmières. Dans les pays en développement, la formation du personnel infirmier est souvent un problème, avec des programmes plus adaptés aux pays développés qu’aux contextes de soin des pays défavorisés. Le manque de formateurs ou d’infirmières qualifiées est également évoqué. Les conséquences de la pénurie d’infirmières sont graves : Dans les pays où la pénurie infirmière est généralisée, le système de santé publique n'a plus la capacité de c ontenir une épidémie. «Les traitements ne peuvent pas être surveillés, les délais d'attente pour un traitement d’allongent, l'éducation du patient n'est pas dispensée… “Les patients dorment sur le sol”, conclut Deena.


ACTUALITES 4

Découverte d’un nouveau mécanisme moléculaire qui empêche la prolifération des cellules cancéreuses

Avancées dans la recherche contre l'Ebola et le VIH

Des chercheurs canadiens ont découvert un nouveau mécanisme moléculaire qui empêche la prolifération des cellules cancéreuses. Dans le numéro du 11 décembre de la prestigieuse revue Molecular Cell, des scientifiques de l’Université de Montréal et de l’Université de Sherbrooke expliquent avoir découvert que la molécule SOCS1 inhibe l’activité cancérogène des cytokines. Les cytokines sont responsables de la forte incidence des cancers associés à un état inflammatoire chronique, tel qu’on observe chez les fumeurs. « Une activité excessive de la part des cytokines favorise le cancer, explique Gerardo Ferbeyre, chercheur principal et professeur de biochimie à l’Université de Montréal. La découverte de ces mécanismes permettra aux scientifiques de concevoir une stratégie de prévention du cancer pour les personnes atteintes de maladies inflammatoires chroniques et de mieux comprendre les mécanismes de défense naturels de l’organisme contre le cancer. »

Paludisme : enfin un vaccin ? FMP2.1/AS02A. Derrière cette appellation barbare se cache ce qui serait le premier vaccin efficace contre le paludisme. Testées sur des enfants d’un village malien âgés de 1 à 6 ans, les trois doses de vaccin leur ont permis de développer une immunité contre le plasmodium – parasite responsable de la maladie – et d’être protégés pendant environ un an.

Les recherches au niveau génétique ont marqué deux nouveaux points dans la lutte contre des maladies aussi dangereuses et difficiles à combattre que l'Ebola et le sida. Des chercheurs américains de l'université du Wisconsin ont réussi à rendre le virus Ebola inoffensif en laboratoire, ce qui pourrait accélérer la quête d'un traitement ou d'un vaccin. Parmi les huit gènes du virus, le VP30 fabrique une protéine qui lui permet de se dédoubler au sein d'une cellule hôte. L'équipe du Wisconsin a montré qu'en retirant ce gène on l'empêchait de se développer. La dangerosité de l'Ebola est telle qu'il était jusqu'ici très difficile de l'étudier en laboratoire sans risquer de provoquer une épidémie. Il est apparu pour la première fois en 1976 au Zaïre et au Congo. Les personnes touchées peuvent développer une fièvre hémorragique pour laquelle il n'existe aucun traitement et qui tue dans 50 à 90 % des cas. En France, les laboratoires MSD-Chibret ont reçu l'autorisation de la mise sur le marché d'un nouveau médicament contre le VIH-sida, l'Isentress. Bien que le sida ait encore fait 2 millions de morts en 2007, il existe déjà des antirétroviraux très efficaces. Mais une résistance aux traitements actuels est apparue, qui est un obstacle majeur à leur succès. Le VIH a besoin de trois enzymes pour se reproduire dans l'organisme : la transcriptase inverse, la protéine et l'intégrase. L'Isentress est le premier médicament mondial qui cible l'intégrase. Les patients n'ont donc pas d'expérience antérieure et n'ont pas pu développer de résistance.


DOSSIERS

5

Qu'est ce que la vie ? Beaucoup de philosophes et de biologistes ont disserté sur la question sans vraiment apporter de réponse convaincante jusqu'au siècle dernier. On peut dire que la vie se manifeste lorsque le sujet transforme de l'énergie, métabolise et excrète. Or une usine, une automobile ou un ordinateur effectue ces opérations mais nous ne les considérons pas comme des êtres vivants. On peut ajouter que le sujet doit se situer loin de l'équilibre. Mais la manifestation d'un éclair ou une réaction chimique auto-entretenue est bel et bien une réaction se déroulant en dehors de l'équilibre thermodynamique mais elle n'est toujours pas un être vivant. Qu'est donc la vie ? Il existe une définition biologique de la vie : un organisme est dit vivant lorsqu'il échange de la matière et de l'énergie avec son environnement en conservant son autonomie, lorsqu'il se reproduit et évolue par sélection naturelle. Mais cette définition est encore insuffisante.

Une entreprise transforme de l'énergie mais ce n'est pas un organisme vivant

Entre une pierre inerte et un organisme, un cristal en phase de croissance paraît vivant : il grandit et est capable de choisir des éléments de sa nature afin de ne pas créer d'impuretés, pourtant ce n'est qu'un minéral, il n'est pas vivant. A l'inverse, une mule est bien vivante, mais incapable d'avoir une descendance. Un virus informatique peut se multiplier en contaminant des programmes comme son équivalent biologique infecte une cellule, mais méritet-il pour autant le qualificatif d'organisme ? Grâce à l'informatique, les chercheurs disposent d'un outil puissant capable de s imuler les fonctions du vivant et ils incorporent dans leurs programmes tant de paramètres qu'ils peuvent reproduire des organismes virtuels : des colonies de fourmis, l'évolution d'un œuf d'escargot ou la croissance des plantes.

Un robot est une machine programmée, il ne fonctionne pas au hasard et sa mécanique s'use. Il n'est pas vivant. Si le robot musicien de l'exposition de Tsukuba (Japon, 1989) ou la créature de Mary Shelley "Frankenstein" semblent tout aussi vivants que vous et moi, il manque à ces créatures humanoïdes fantasques une combinaison subtile qui gouverne tous les processus du vivant : le hasard. Tous les organismes vivent selon un "ordre aléatoire" qui assure leur stabilité, tout en leur permettant de réagir à l'environnement. C'est la faculté d'adaptation, l'apprentissage. Sans ordre, le monde plongerait dans l'anarchie; sans hasard - et nous verrons en cosmologie qu'il n'est pas "innocent" - il n'y aurait pas d'évolution. Toutefois tous les programmes informatiques, même s'ils paraissent capables de réagir à des situations imprévues ou de prendre des décisions, sont créés en fonction d'un but précis. Nous relevons là une ambiguïté. Tout comme au Moyen-Age les vitalistes affirmaient que la finalité de l'homme était à l'image de Dieu (principe anthropique), un organisme vivant n'est pas pour autant une machine. On peut aussi considérer que l'être est dit vivant lorsqu'il suit une évolution; comme la survie, la conservation de l'espèce. Cela nous permet de proposer une définition de la vie qui se dégage de tout anthropocentrisme, sans finalité particulière, ni morale. A la définition précédente il faut ajouter que "la matière est capable de s'auto-organiser sans être programmée". Cette organisation est le plus souvent régit par un programme génétique, une série d'instructions permettant de réaliser les réactions métaboliques indispensables au fonctionnement de la cellule et de l'organisme si elles vivent en communauté. L'androïde ne fait donc pas partie de cette catégorie même s'il est aujourd'hui capable de réagir à son environnement sans instructions déterminées. Nous nuancerons toutefois cette affirmation lorsque nous aborderons le thème des différentes formes de vie possible


DOSSIERS 6

Le professeur Christian de Duve de l'Université Catholique de Louvain (UCL), prix Nobel de Médecine définit la vie par sa structure physique. Partant d'un ordre particulièrement diversifié de l'arbre de l'évolution (l'arbre phylogénique divisé en branches, classes et ordres), les statistiques sur le classement moléculaire du génome des êtres vivants - ou du moins d'une partie des gènes qui le composent - prouvent que nous descendons tous d'un tronc commun où nous trouvons la première cellule : la cellule eucaryote, dont le noyau est séparé du cytoplasme.

Chez les métazoaires la vie est contenue dans l'organisme tout entier. S'il meurt toutes les cellules subiront la même loi naturelle. On peut donc en conclure que du plus frêle arbrisseau au plus grand mammifère, la vie n'est pas contenue dans la cellule, mais dans l'organisme tout entier. L'individu en soit n'existe plus. C'est à ce point vrai qu'au stade initial pratiquement toutes les cellules peuvent assurer n'importe quelle fonction de l'organisme. Que l'individu adulte vienne à disparaître, d'autres cellules spécialisées prendront sa place pour assurer la survie de l'ensemble. Des millions de cellules meurent ainsi chaque jour dans le corps humain dans notre plus grande indifférence. Mais si l'organisme meurt ce sont toutes les cellules qui subiront la même loi universelle..

Une amibe arcella : un unicellulaire autonome capable de se reproduire Cet être vivant se décompose en 3 parties : - Une membrane perméable qui le sépare du monde extérieur, - Un matériel génétique qui préside à l'auto- réplication, - Des protéines qui assurent le travail et dont la conformation spatiale est très importante. Ces définitions de la vie s'appliquent parfaitement aux organismes unicellulaires, des bactéries aux paramécies. Leur agilité à se déplacer, leur mode de reproduction sont autant de signes de leur vivacité. Mais durant l'étonnante division cellulaire d'un embryon humain il en va tout autrement. Prémices d'un organisme pluricellulaire, la question se pose à nouveau de savoir à quel stade de son évolution peut-on parler d'organisme vivant ? En laissant à d'autres le soin de répondre au problème éthique, on constate que la réponse n'est plus aussi simple que tout à l'heure.

On peut enfin définir la vie, non pas sur le plan organique mais d'un point de vue spirituel, conforme en cela aux conceptions philosophiques de certains courants de pensées ou doctrines. Les adeptes du principe anthropique par exemple considèrent que la vie représente avant tout notre conscience, qu'elle soit à l'image d'un être supérieur (principe anthropique fort) ou des lois de la nature qui orientent l'évolution vers la complexité croissante (principe anthropique faible). A ce stade du discours on découvre que la vie ne peut plus se définir à partir des mêmes principes. Il est même probable que notre recherche d'une définition précise est utopique, chaque stade de l'évolution définissant ses propres règles, la vie apparaissant en fait graduellement dans des systèmes de plus en plus évolués. Le cailloux est inerte, le cristal grandit et se définit par sa pureté, les argiles ont des capacités de mémorisation et de chaînage, les protéines assurent le travail de la cellule, les virus ont des capacités de reproduction, les protozoaires sont autonomes et les métazoaires sont organisés. A la recherche de la vie

Les yeux rivés à l'oculaire d'un microscope, on observe de nombreuses divisions cellulaires, pourtant il n'y a toujours qu'un seul organisme. Cette répartition des rôles a pour conséquence de déléguer à l'organisme certaines fonctions physiologiques, telle la respiration, la digestion, l'excrétion, etc., autant de fonctions vitales dont toutes les cellules ont besoin pour se développer.

Nous considérons que la vie ne concerne que les organismes les plus élevés dans cette évolution. Mais en voulant donner une étiquette à chaque maillon de cette chaîne continue, en cherchant une définition exacte de la vie, en considérant uniquement ses extrêmes ou en arrêtant arbitrairement ses propriétés, on se trouvera à un stade ou un autre face à des confusions et entravés dans les paradoxes du langage. Une bonne définition de la vie doit approcher ce concept d'un point de vue plus général en observant les propriétés et le comportement de la matière et la façon dont elle a progressivement gravit les différents échelons de la complexité.


MOT DE L’INFIRMIER 7

Comment attirer le personnel infirmier dans les zones rurales? Résultats d'une expérience à choix discrets réalisée dans plusieurs pays. Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Polyarthrite Rhumatoïde Lancement d'une formation à l’intention des infirmiers pour la prise en charge du patient

Objectif

Comparer l’efficacité de différentes politiques visant à attirer le personnel infirmier dans les zones rurales au Kenya, en Afrique du Sud et en Thaïlande, en utilisant les données d’une expérience à choix discrets. Méthodes

Une expérience à choix discrets a été conçue pour modéliser l’efficacité d'incitations financières et non financières visant à attirer le personnel infirmier dans les zones rurales. Dans chaque pays, des données ont été collectées auprès de 300 élèves infirmiers en fin d’études, puis analysées avec des modèles logit mixtes afin de prédire l'acceptation de postes en milieu rural en fonction de différentes combinaisons de mesures incitatives. Résultats

Les préférences du personnel infirmier pour diverses interventions de réaffectation des ressources différaient significativement entre les trois pays. Au Kenya et en Afrique du Sud, des possibilités plus intéressantes sur le plan éducatif ou des primes de ruralité seraient les incitations les plus efficaces pour améliorer le recrutement de personnel en milieu rural, tandis qu’en Thaïlande, c’est une meilleure couverture par l'assurance maladie qui aurait le plus d’impact. Conclusion

Des expériences à choix discrets peuvent être conçues pour aider les décideurs politiques à définir les interventions les plus efficaces pour remédier aux pénuries de personnel dans les zones rurales. Des interventions adaptées aux conditions locales seront probablement plus efficaces que des approches standardisées, définies au niveau mondial.

Dans le cadre de la Journée mondiale de l'infirmière célébrée le 12 mai, la Société marocaine de rhumatologie et la société Roche lancent un cycle de formation à l'intention de l'ensemble du corps infirmier du secteur universitaire, public et libéral (cliniques). Axées autour de 4 villes - Rabat, Casablanca, Marrakech, Fèsces formations seront proposées et animées par le chef de service de rhumatologie des villes citées et ses collaborateurs. L’objectif de ces formations est de former les infirmiers à l'administration et à la gestion des perfusions des biothérapies, de proposer au patient un encadrement adéquat, de s’informer sur les dernières nouveautés thérapeutiques. Bref, pouvoir garantir une excellente prise en charge du patient atteint de polyarthrite rhumatoïde. Rappelons que le corps infirmier est l’un des plus importants maillons de la chaîne d’encadrement médical et contribue en large partie aux soins, à l’accompagnement et au confort du patient pendant la durée de son traitement. Ce rôle clé implique de grandes responsabilités et une mise à jour permanente des acquis pour une prise en charge optimale du patient. Ce rôle stratégique est d’autant plus important lorsqu’il s’agit de pathologies demandant un encadrement complet et une haute expertise métier. C’est le cas de la polyarthrite rhumatoïde, rhumatisme inflammatoire chronique nécessitant un savoir faire en termes de soins et de suivi du patient.


MEDIAS 8

Midelt : Célébration de la Journée mondiale de l'infirmier Libération : 22 - 05 - 2009 Le 12 mai de chaque année, c'est la Journée mondiale de l'infirmier. A Midelt, les fonctionnaires en blouse blanche ont tenu pour la première fois à donner à cet événement sa vraie signification. Sous la conduite du médecin-chef de l'hôpital, ils ont fêté cette circonstance dans la grande joie. Ìls ont dressé une tente caïdale où ils ont convié le délégué médical de la province et son staff, les personnalités de la ville et bien sûr les infirmiers et infirmières relevant de l'hôpital et des centres de santé et dispensaires de la ville. Au cours de cette cérémonie, il y avait de l'ambiance animée par Malek Moulay Hassan et quelques troupes de certains établissements scolaires. Il y avait de la musique et des speechs relatant la dignité de l'infirmier en plus de la poésie composée à cette occasion par le professeur Abdelkader Boukili et le Docteur Ouberri. Les infirmières et infirmiers de Midelt sont au nombre de cent, et s'occupent d'une population de 100.000 habitants, ce qui fait un nombre de 1000 individus par infirmier. Cette proportion dépasse de loin la moyenne nationale. Cette opération a donné ses fruits au moment où il n'y avait pas encore assez de moyens médicaux. Et c'est à partir de là qu'on a pensé à récompenser cette infirmière en lui organisant chaque année une fête, ce qui a donné naissance à la journée mondiale de l'i nfirmier. Alors, sans parler de toutes ces considérations, on doit se rendre compte que l'être humain souffrant est toujours pris en charge par l'infirmier ou l'infirmière. A la naissance, c'est elle qui adresse la première parole au nouveau-né, c'est elle qui lui ; ; c'est elle encore qui lui fait sa première toilette offre le premier sourire c'est toujours elle qui l'enveloppe dans son premier kimono pour affronter le combat de la vie. Rien que pour cela, elle mérite tous les éloges. Et c'est ; l'infirmier qui reste à son chevet quand il sent une défaillance de santé c'est lui qui le soutient au moment où il rend l'âme. Ces actions ne méritent-elles pas mille compliments? On souhaite à tout le corps médical un bon parcours professionnel et on espère qu'un de ces jours l'administration se penchera sérieusement sur leur situation matérielle. expériences.

Nurse Jackie sur Canal Plus La nouvelle série à succès de Showtime va débarquer prochainement en France sur Canal Plus. Il s’agit du programme Nurse Jackie, diffusé depuis juin 2009. La chaîne cryptée vient d’annoncer que la diffusion commencerait à partir er du 1 avril prochain. Cette série, créée par Lix Brixius, Evan Dunsky et Linda Wallen raconte les aventures d’une infirmière du service des Urgences d’un hôpital de New York. Jackie y affronte au quotidien des cas difficiles tout en jonglant avec sa vie personnelle mouvementée. Elle a en effet du mal à trouver son équilibre entre le travail, sa relation extraconjugale et son addiction aux médica ments. Le rôle principal est tenu par Edie Falco, connue notamment pour son rôle de Carmela Soprano dans la série Les Sopranos. Plus que quelques semaines à attendre pour découvrir cette nouvelle comédie dramatique.

Journée de réflexion à Casablanca sur la pratique des soins infirmiers au Maroc C asablanca, 12/05/10 - "Servir la collectivité et garantir la qualité : les infirmiers à l'avant-garde des soins chroniques'' est le thème retenu pour une journée de réflexion organisée, mercredi à C asablanca, par l'Association des infirmiers et techniciens de santé du C entre Hosp italier Universitaire Ibn Rochd. Inscrite dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de l'infirmier, cette rencontre-débat animée par des spécialistes dans les différentes disciplines de médecine et aussi des infirmiers a permis d'évoquer une série de questions inhérentes, notamment à la prise en charge des maladies chroniques, la responsabilité de l'infirmier ou encore la traçabilité des actes infirmiers en réanimation. D'autres intervenants ont, tour à tour, dressé l'état des lieux de la pratique des soins infirmiers au Maroc, relevant tout partic ulièrement le rôle de l'infirmier dans le traitement des grands brûlés. Et pour joindre l'utile à l'agréable d'autant que l'occasion s'y prête, les organisateurs ont aussi réservé un temps pour l'animatio n artistique avec au menu une représentation théâtrale et des lectures de poésie.


LES LOIS DU SUCCES 9

Chargez votre subconscient d'effets positifs

Certains pensent que la philosophie de la Règle d'Or n'est rien de plus qu'une théorie et qu'elle n'est nullement liée à une loi immuable. Ils sont arrivés à cette conclusion à la suite de leur expérience personnelle avec laquelle ils ont rendu service aux autres sans bénéficier des récompenses en retour. Combien de gens ont-ils rendu service aux autres sans être récompensés ni même appréciés ? J'ai eu une telle expérience plus d'une fois et je suis certain que j'en aurai encore d'autres dans le futur. Mais cela ne m'empêchera pas de continuer à rendre service aux autres. Pourquoi ? Parce que quand je rends service à quelqu'un ou quand je fais une bonne action, je stocke au fond de mon subconscient l'effet de mes efforts. On peut comparer cela au "chargement" d'une batterie électrique. Si j'accomplis un certain nombre de bonnes actions, je développerai un caractère dynamique et positif qui attirera vers moi des gens semblables.

********************************************** "VOUS n'avez pas rempli pleinement chaque tâche à moins que vous n'ayez rempli celle d'être agréable" - Charles Buxton **********************************************

"" Vous pouvez, si vous croyez que vous pouvez !""


TECHNOLOGIE 10

A quoi servent les empreintes digitales ? Les sillons au bout de nos doigts, outre l’aide qu’ils nous apportent pour éviter que les choses glissent, nous aident à sentir finement les textures et les minuscules reliefs indiquent des chercheurs français dans le dernier numéro de la revue Science. De précédentes études avaient montré que cette capacité à sentir les structures fines, moins de 200 micromètres soit en gros la largeur d’un cheveu humain, fait intervenir des vibrations de la peau qui se produisent lorsque nos doigts passent sur une surface. Pour savoir comment ces vibrations se traduisent en sensation, Julien Schiebert et ses collègues ont développé un senseur mécanique avec un revêtement élastique qui peut être soit lisse soit plissé comme le bout de nos doigts. Lorsque le senseur « avec empreinte » était glissé sur diverses surfaces, les vibrations qui se développaient avaient une fréquence reconnue par des terminaisons nerveuses de la peau appelées « corpuscules de Pacini ». Ces corpuscules sont reliés aux neurones sensoriels qui transmettent ensuite le signal jusqu’au cerveau. Si les corpuscules de Pacini sont connus pour intervenir dans les sensations fines, un autre type de terminaison nerveuse est en jeu pour sentir des structures plus grossières. Une surface avec empreinte digitale, mais pas lisse, rapportent les chercheurs, s’avère ainsi amplifier et filtrer certaines fréquences vibratoires, ce qui permet au système nerveux de détecter le signal.

Le CD entre dans la cinquième dimension

Imaginez un simple disque compact pouvant contenir 300 films ou encore 250 000 chansons MP3. C’est la prouesse qu’aurait réussie une équipe australienne de chercheurs qui est donc parvenue à stocker 1600 Go sur le matériau utilisé pour les CD et les DVD. Leurs résultats sont publiés dans la revue scientifique Nature.

le cybercar : une voiture autonome et non polluante. En ce début de 21e siècle, la pollution et l’encombrement des routes sont les fléaux des grandes villes. Pour y remédier, les laboratoires de l’INRIA ont développé le CyCab, une petite voiture autonome qui embarque à son bord les toutes dernières innovations technologiques. Parmi ses nombreux talents, le CyCab est notamment capable d’éviter les obstacles placés sur sa route. Klaxon, pollution de l’air, engorgement des rues et des chaussées, nuisances sonores sont autant de facteurs de stress qui impactent la qualité de vie dans les zones urbaines. Pour faire face à ces phénomènes, l’Union européenne a lancé le projet CityMobil dont le but est de développer des moyens de transports en commun innovants. Le tout pour que les villes redeviennent à nouveau accueillantes. L’une des solutions, en complément du bus et du métro, est le cybercar : une voiture autonome et non polluante.

En plus de la répartition des données sur la surface du disque et dans son épaisseur, le procédé apporte donc deux dimensions supplémentaires.


HUMOUR 11

Choix du médecin traitant Selon l'Assurance Maladie, « les médecins généralistes se sont largement investis dans la mise en place du nouveau parcours de s oins coordonnés par le médecin t raitant : 98 % d'entre eux sont devenus médecins traitants ».

Le débat sur l'euthanasie relancé Le grand problème de l'eut hanasie est que ce terme se trouve utilisé pour décrire des réalités totalement différentes. On distingue habituellement l'eut hanasie passive (arrêt de trait ements médicaux dont la conséquence est la mort du patient) de l'euthanasie active (action entraînant délibérément la mort du malade). Mais il importe aussi de marquer une différence selon que le patient est ou non réellement et consciemment demandeur d'un acte euthanasique. L'important est donc de respecter le choix d'un patient pleinement conscient de sa situation médicale et de la réalité d'une demande de mettre fin à ses jours.

G


ETABTABLISSEMENTS 12 Le Conseil international des infirmières http://www.icn.ch Le Conseil international des infirmières (CII) est une fédération de plus de 130 associations nationales d’infirmières, repré sentant plus de 13 millions d'infirmières du monde entier. Fondé en 1899, le CII est la plus importante et la plus influente des organisations internationales de professionnels de la santé. Géré par des infirmières pour des infirmières, le CII œuvre dans le but de garantir des soins infirmiers de qualité pour tous, des politiques de santé solides, le progrès du savoir infirmier, le respect de la profession et enfin la compétence et la satisfaction de la main-d’œuvre infirmière. Mission :Représenter et faire progresser la profession infirmière, et influencer les politiques de la santé au niveau mondial. Les trois buts sont : 

rassembler les infirmières du monde entier

faire progresser les soins infirmiers et les infirmières du monde entier

influencer les politiques de santé. Les cinq valeurs fondamentales sont :

le leadership de vision

l’inclusion

la flexibilité

le partenariat

l’accomplissement. Le CII promeut les soins infirmiers, les infirmières et la santé grâce à ses politiques, ses partenariats, ses plaidoyers, son leadership reconnu, ses réseaux, ses congrès et projets spéciaux et par son travail particulièrement soutenu dans des domaines comme : La pratique des soins infirmiers

Classification internationale de la pratique en soins infirmiers - CIPSI

Infirmières cliniciennes - Entreprenariat

Soins infirmiers et VIH/SIDA

Santé des femmes

Soins de santé primaires


NUMERO SPECIAL 13

Les indicateurs du développement dans le monde 2010 La base de données WDI, qui fait partie de l’Initiative pour des données consultables par tous de la Banque mondiale visant à fournir des données gratuites à tous les utilisateurs, comprend plus de 900 indicateurs qui documentent l’état des différentes économies du monde. Les indicateurs WDI portent sur l’éducation, la santé, la pauvreté, l’environnement, l’économie, le commerce et d’autres enjeux. « Les indicateurs WDI fournissent un précieux portrait statistique du monde et des progrès que nous avons réalisé dans le domaine du développement », « Rendre ces données complètes gratuites est un rêve devenu réalité. » Les indicateurs WDI de cette année mettent l’accent sur les objectifs de développement pour le Millénaire (ODM) e qui en sont à leur 10 année. Ils montrent que des progrès considérables ont été réalisés en vue d’atteindre ces objectifs. Malgré la crise financière et économique qui a touché l’ensemble du monde, l’objectif de réduire de moitié la proportion de personnes vivant dans l’extrême pauvreté est encore atteignabl e dans plusieurs régions en développement du monde. L’Asie, qui abrite la majorité des personnes vivant avec moins de 1,25 dollar par jour, est en grande partie responsable de cette réalisation remarquable. L’Afrique subsaharienne continue pour sa part d’être à la traîne pour atteindre l’objectif relatif à la pauvreté. Les progrès ont toutefois été inégaux d’un pays à l’autre. Seulement 49 des 87 pays pour lesquels des données sont disponibles sont en voie d’atteindre l’objectif relatif à la pauvreté. Quelque 41 % des habitants des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire vivent dans des pays qui ne sont pas en voie d’atteindre cet objectif. De plus, 12 % de ces habitants vivent dans 60 pays pour lesquels il n’y a pas suffisamment de données disponibles pour évaluer les progrès réalisés. « Un important composant de la stratégie de la Banque mondiale pour lutter contre la pauvreté est d’améliorer les systèmes statistiques dans les pays en développement. Les gouvernements, les citoyens et les organisations d’aide ont besoin de statistiques fiables pour ada pter leurs politiques ». Les faits saillants de la version 2010 des indicateurs WDI comprennent :

Économie 

L’économie mondiale a enregistré une croissance de 2,8 % en 2008 mesurée en ter mes de parités du pouvoir d’achat, une baisse par rapport à la croissance de 5,0 % enregistrée en 2007. La croissance des économies à faible revenu et à revenu intermédiaire a été plus robuste que celle des pays à revenu élevé, c e qui a fait progresser leur part de la production mondiale de plus d’un point de pourcentage pour se chiffrer à 43,3 %. Les échanges commerciaux ont diminué dans presque toutes les régions sous l’effet de la récession mondiale. L’Asie du Sud a été la seule exception. Les économies en développement représentent désormais 33 % des exportations de marchandises et 21 % des exportations de services. Toutefois, les économies à faible revenu sont en grande partie exclues du commerce mondial et ne fournissent que 1 % des exportations mondiales.

Niveau de scolarisation 

Les ODM visent l’achèvement universel de l’éducation primaire d’ici 2015. À la fin de l’année scolaire de 2007, 7 habitants du monde en développement sur 10 vivaient dans des pays qui avaient atteint l’inscription scolaire de tous les enfants ou qui étaient en voie d’y parvenir. Il reste toutefois encore 72 millions d’enfants d’âge scolaire qui ne sont pas encore inscrits à l’école, surtout en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne.

Égalité des sexes 

Les possibilités de scolarisation pour les filles se sont améliorées dans toutes les régions, mais les écarts entre les sexes demeurent importants dans les économies à faible revenu, surtout au niveau de l’enseignement secondaire et supérieur. Il y a désormais plus de femmes sur le marché du travail, même si elles sont plus susceptibles d’occuper des emplois vulnérables, sans salaire régulier ou avantages sociaux. Il y également davantage de femmes au sein des pa rlements nationaux. Les progrès les plus importants ont été réalisés en Asie du Sud et en Amérique latine et Caraïbes où les femmes occupent désormais plus de 20 % des sièges.

Santé infantile 

Une hausse des taux d’immunisation, une meilleure gestion des maladies diarrhéiques et des programmes de prévention du paludisme ont tous contribué à faire diminuer le taux de mortalité infantile chez les enfants de moins de cinq ans. Dans les pays en développement, la mortalité infantile a diminué de 101 pour 1 000 en 1990 à 73 pour 1 000 en 2008. Au total, 39 pays abritant 45 % de la population des pays en développement ont atteint ou sont en voie d’atteindre l’objectif de réduction des deux tiers de la mortalité infantile d’ici 2015.

L

e groupe de

la Banque mondiale met ses données à la disposition de tous


NUMERO SPECIAL 14

Santé maternelle 

De nouvelles estimations relatives à la santé maternelle qui sont devenues disponibles après la publication des indicateurs WDI montrent une diminution considérable de décès maternels, pour la première fois depuis l’établissement du cinquième ODM qui porte sur une réduction de 75 % de la mortalité maternelle par rapport aux niveaux de 1990. Les estimations officielles des Nations Unies qui seront publiées plus tard cette année devraient confirmer cette tendance. La proportion de femmes enceintes qui ont eu au moins une visite anténatale a augmenté de 64 % en 1990 à 79 % en 2008. Toutefois, la proportion de femmes ayant bénéficié des quatre visites recommandées ou plus est encore de moins de 50 % en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, où la majorité des décès maternels et infantiles se produisent.

Partenariat dans le dom aine du développement 

 Lutte contre les maladies 

Les nouvelles infections au VIH ont diminué de 17 % depuis 2000 et un meilleur accès au traitement antirétroviral a contribué au premier recul des décès attribuables au SIDA depuis le début de l’épidémie. Il reste cependant 33,4 mi llions de personnes, dont les deux tiers en Afrique subsaharienne, vivant avec le VIH/SIDA et la plupart d’entre elles sont des femmes. Le taux de prévalence de la tuberculose a diminué, mais il est peu probable que l’objectif visant à réduire de moitié le taux de prévalence de 1990 d’ici 2015 soit atteint. En 2007, il y avait 13,7 millions de cas dans le monde, soit une l égère baisse seulement par rapport à 2006. Il y a eu près de 1 million de décès attribuables au paludisme en 2006. De c es décès, 90 % sont survenus en Afrique subsaharienne et la plupart des cas étaient des enfants de moins de 5 ans. Des progrès ont été réalisés dans l’utilisation à plus grande échelle de moustiquaires traitées à l’insecticide pour les enfants, utilisation qui est passée de 2 % en 2000 à 20 % en 2006.

Un plus grand nombre de personnes ont accès à une source d’eau améliorée (protégée et accessible), et au moins 65 pays en développement sont en voie de réduire de moitié la proportion de personnes n’ayant pas accès à une source d’eau. Il y a toutefois 1,5 milliard de personnes qui n’ont pas accès à des toilettes, latrines et autres formes d’assainissement amélioré, et il n’y a que très peu d’a mélioration dans ce domaine depuis 1990.

Les flux d’aide en provenance des membr es du Comité d’aide au développement de l’OCDE ont augmenté, passant de 69 milliards de dollars en 2000 à 122 milliards de dollars en 2008. Toutefois, même avec des hausses supplémentaires en 2009 et en 2010, ils sont inférieurs aux engagements pris il y a cinq ans. Une meilleure gestion de la dette, une expansion commerciale et, pour les pays les plus pauvres, un important allégement de la dette ont permis de réduire le fardeau du service de la dette des pays en développement. Les tarifs douaniers moyens sont en baisse et les pays échangent leurs biens et services plus librement, mais bon nombre d’obstacles freinent encore les exportations des pays en développement. Certains de ces obstacles sont imposés par leurs partenaires commerciaux, notamment les tarifs douaniers élevés appliqués sélectivement à certains biens et les subventions versées par les pays riches aux producteurs agricoles nationaux, et certains obstacles découlent du manque d’infrastructures et d’inefficacités qui limitent la capacité des pays en développement à être compétitifs sur les marchés internati onaux.

En plus de la version imprimée des indicateurs WDI, la base de données de WDI est disponible dans son intégralité sur le site donnees.banquemondiale.org Veuillez consulter les fiches d’information par région pour connaître les tendances propres à chacune des cinq régions du monde en développement.

Durabilité de l’environnement --

Depuis 1990, les pertes forestières nettes ont été considérables, mais de récentes données montrent un ralentissement du taux de défor estation à l’échelle mondiale. En Asie de l’Est, la Chine a accru sa couverture forestière en convertissant des terres cultivables marginales. Même si les économies sont devenues plus efficientes en matière d’utilisation d’énergie et ont réussi à réduire leurs émissions de di oxyde de carbone produites par unité de PIB, les émi ssions de dioxyde de carbone par habitant continuent d’augmenter.

L

e rapport et

les documents connexes sont disponibles à l’adresse suivante : donnees.banquemondi ale.org/indicateur


ALIMENTATION 15

Le thé noir pour combattre le diabète

Le thé noir était jusqu’à présent connu pour ses propriétés antioxydantes, stimuler le système immunitaire ou plus récemment comme anti-hypertenseur, une autre propriété

Les propriétés 1. Antioxydantes

pourrait bien venir s’ajouter à la liste. Le thé noir pour servir dans la gestion du diabète selon une étude chinoise publiée dans la revue Journal of Food Science (référence cidessous). Après l’eau le thé est la deuxième boisson la plus consommée au monde. Les chercheurs du laboratoire chinois Tianjin Key ont analysé les niveau de polysaccharides dans le

2. Stimuler le système immunitaire

thé vert, Oolong et noir afin de déterminer s’ils pouvaient être utilisés pour traiter le di abète. Les polysaccharides sont des glucides comprenant de l’amidon et de la cellulose qui pourrait aider les diabétiques parce qu’il retarde l’absorption du glucose.

3. anti-hypertenseur

Les chercheurs ont trouvé que parmi les trois types de thé, les polysaccharides contenus dans le thé noir avaient les propriétés inhibitrices de glucose les plus fortes. Les chercheurs ont aussi observé que les polysaccharides contenus dans le thé noir présentaient les propriétés plus élevées d’immobilisations des radicaux libres, ces composés joueraient un rôle dans le développement de maladies comme la polyarthrite rhumatoïde ou certains cancers. »De gros efforts sont déployés pour la rechercher d’inhibiteurs effectifs de glucose issus de produits naturels », explique Haixia Chen, le chercheur qui a dirigé cette étude. « Il y a une possibilité d’utiliser les polysaccharides du thé noir dans la gestion du diabète ».

4. la gestion du diabète


MYSTERES 16

Les vraies couleurs d'un dinosaure révélées pour la première fois

Voici pour la toute première fois Anchiornis huxleyi dans ses véritables couleurs d’époque. Mais non, l’Anchiornis huxleyi ne se mange pas. Ou plus, pour la bonne raison qu’il s’est éteint depuis bien des lustres. A vrai dire les lustres n’étaient pas encore inventés qu’il était déjà ét eint. L’équipe de paléontologues qui a colorié la bestiole a effectué un travail de recoupement ent re 29 échant illons de mélanosomes et les plumes des oiseaux modernes pour réaliser cette mise en couleurs. Il n’empêche que convenablement rôti et ccompagné de marrons, Anchiornis devait être délicieux. Vous préférez une aile ou une cuisse?


17

TELEPHONES HOPITAUX

Santé-casa

(Toutes les urgences ORL , Ophtalmologiques et respiratoires). ......................................

Santé-casa

Hôpital du 20 Août : 0522-26-59-80 0522-48-30-30 ...................................... (toutes les urgences mé dicales et c hirurgicales de l’adulte). ...................................... Hôpital Ain Chock : 0522-21-05-41 0522 21 42-95. Hôpital Ben M’Sik : 0522-37-23-44. Hopital Mohamed Bouafi: 0522-28-77-07. Hopital Mohammed V: 0522-34-03-76. Hopital Moulay Youssef: 0522-26-54-25. Hopital de Tit Mellil: 0522-23-11-79. Plyclinique ONE (ophtalmologie) : 0522-27-65-52. Polyclinique ONE(dentaire) : 0522-27-66-31. Polyclinique ONE(chirurgie) : 0522-28-89-14. Polyclinique CNSS Ziraoui : 0522-20-38-56. Polyclinique CNSS Inara : 0521-30-90. Polyclinique CNSS Derb Ghallef : 0522-86-30-21. Polyclinique de CNSS Bernoussi : 0522-73-16-20. SOS Médecins Maroc : 0522-98-98-98. SOS Médecins : 0522-44-44-44. SAMU : 0522-25-25-25. SEMU: 0522-90-50-50. Institut Pasteur: 0522-27-57-78. Centre Antipoison : 0537-68-64-64. Centre de permanence Al Massira 19 , Bd Al Massira Al Khaadra: 0522.25.25.21 ......................................)

...................................... (toutes les urgences mé dicales et c hirurg icales de l’e nfa nts). ...................................... Hôpital d’enfants : 0522-48-40-40 (postes:338 , 595) ...................................... (toutes les urgences Psychiatriques de le l’adulte et de l’enfants). ...................................... Centre Psychiatrique Ibn Rochd : 0522-48-20-20 (Postes : 257 ; 487) ...................................... (toutes les urgences denta ires). ...................................... Centre Dentaire Universitaire : 0522-48-50-50 (Poste : 356) Protection Civile 15 Police 19 Gendarmerie 117 Amb ulance 15 Centre anti poison 037 68 64 64 …………………………………….. ASSISTANCE MEDICALE …………………………………….. Maternité Souissi : Bd Ibn Roch :0537-671-325 Maternité des Oranges : 1,Rue Soekarno-0537-72-27-62 SOS dentistes-0537-70-01-01 Urgences Hopital Avicenne 0537-67-28-74 …………………………………….. Hopita l …………………………………….. hopital Moulay Youssef : Avenue Sidi Mohamed Ben Abdellah : 0537-690-892 Hopital El Ayachi: Route de la plage : Salé-0537 781 714 Hopital d’Enfant : Bd.Rochd.souissi. 0537-67-02-94. Hopital des Spécialités : Q.Souissi 0537-77-31-94 Institut national d’oncologie Cité Al Ifrane, Hay Ryad. 0537-71-24-84. Centre de Transfusion Sanguine 472,Av.Hassan II .0537-69-04-05. …………………………….. Clinique …………………………….. Clinique Agdal Médico-chirurgicale :6,Plc.Talha, Av. Ibn Sina,Agdal . 0537-67-77-77 Centre d’oncologie Al Azhar 8,Rue de Tunis.0537-20-11-10. Centre Dar Essalam 53,Av.Imam Malik Km 8 0537-667-21-18


18

info infirmier vous encourage à publier et envoyer vos sujets . qui va permettre de partager ai ainsi votre expérience et votre savoir avec vos frères infirmiers. envoyez votre article à l’adresse suivante:‹‹infoinfirmier@gmail.com ››

‹‹infoinfirmier@gmail.com ››

Word

http: sites.google.com/site/infoinfirmier2 Email: infoinfirmier@gmail.com

magazine infoinfirmier mai 2010  

magazine infoinfirmier mai 2010 realisé par des infirmiers marocains

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you