Page 1

F O NO RMUVEL ULLE E

www.vourles.fr

info

Bulletin Municipal

n°137 Avril 2012

NOUVEAUTÉ Flashez ce QRcode avec votre mobile* pour feuilleter en ligne votre magazine

Maison Forte * télécharger le lecteur de votre choix sur le Store de votre mobile en saisissant «lecteur QRCode»

fait son théâtre

p.6

Coulisses de Maison Forte Et c’est parti pour la saison théâtrale 2012 !

p.13

p.25

Faites barrage à l’allergie

L’irrigation

Ambroisie

La mémoire Vourloise


Nos écoles

16Hisàto1ire7& Patrimoine 18Vieàcu2lt0urelle 21Vieàas2so2ciative 23 à ts25

Sommaire

2auàx4 ip ic un m Conseils 5 àire6 ta au un m Vie com 7 le ab ur d t en Développem à g1e0 8 lla vi re Not 12 1so1ciàales s Affaire 13 à 15

Spor

26Vie Économique 27 foàs 2m8unicipales

EAUTÉ NOUV r en ligne

Feuillete azine sur ag votre m

R RLES.F U O V . WWW Chères Vourloises, chers Vourlois, Lorsque l’on accompagne pendant plusieurs années le destin de la commune, il est une vérité qui s’impose : une stratégie globale est nécessaire. La fonction de Maire n’est pas aisée, pas plus que ne l’est celle de chef d’entreprise ou de chef de famille, il faut veiller constamment au bien-être des siens et à la prospérité de sa commune, de son entreprise ou de sa famille. Mon souhait est double : apporter à la commune, les éléments nécessaires à son développement, tout en lui assurant une évolution harmonieuse et sereine. Aujourd’hui, mes préoccupations sont multiples. Elles portent, tout d’abord, sur l’analyse financière des capacités de la commune pour continuer les aménagements attendus. Elles concernent, aussi, la structure même de notre village pour une croissance progressive et non agressive. Enfin, elles visent le domaine de la circulation tant à l’intérieur même de la commune, qu’à l’ouverture vers l’extérieur, en améliorant l’offre de transport. Vous l’aurez compris, les dossiers de l’équipe municipale sont délicats et constituent un exercice périlleux, oscillant entre l’écoute que nous vous devons et les impératifs imposés par les autorités administratives supérieures. Mais malgré tout, je conserve une démarche pragmatique et surtout positive. Premier axe, sur la partie « analyse financière » : procurer un service public de qualité ne doit jamais avoir pour conséquence d’être assumé par la population, sans que la Mairie ne soit, elle-même, exemplaire. Je maintiens mon engagement de ne pas

info juillet 2012. Info paraîtra en municipal Vourles tin ication. lle un m bu m in co ha oc ion Le pr ré par la commiss bo primerie.com éla t l-im es im al rn t@ Ce jou  19 16 16 - contac  78 04 r FAGES olo e pc rg L Ca publication : Se Il est édité par IM 12 - Directeur de 20 ril  av : al  lég t Dépô

In

Mot du Maire Serges FAGES

procéder à une quelconque augmentation des taxes locales en confirmant, année après année, le taux voté en 2006, avec notamment une taxe d’habitation à 7,15 %, largement en-deçà de la moyenne départementale à plus de 25 %. Il est évident que la finalisation des travaux du Pôle enfance, l’aménagement du parking Louis Vernay, d’un terrain de foot en gazon synthétique, l’extension de la mairie et des travaux d’éclairage… entrainent un budget conséquent. La maitrise de ce budget réside justement dans un équilibre entre ces dépenses que l’équipe municipale a estimées nécessaires pour les Vourlois et celles qui imposent d’être mesurées voire réduites. Cela nous contraint à un temps évident d’ajustage, d’arbitrage et à beaucoup de travail de la part des élus et des services communaux, mais l’objectif est de parvenir à une certaine discipline. De même, mais j’ai eu l’occasion déjà de l’évoquer, toute recette dont peut bénéficier la Commune est systématiquement recherchée. Enfin, la stratégie globale prescrit, elle aussi, de se projeter dans l’avenir. Un budget ne se construit pas sur une année, il est imaginé avec ceux des années à venir : c’est la prospective financière. Deuxième axe, l’aménagement du territoire : la dernière réunion publique a été l’occasion de présenter dans le détail les contraintes qui s’imposaient à nous, du fait de notre localisation géographique et de notre situation administrative (polarité 2). Elle a surtout été le moment privilégié pour répondre à vos interrogations sur l’application des périmètres d’étude. La frénésie actuelle de l’immobilier sur notre commune et les pres-

criptions du SCOT (schéma de cohérence territoriale), qui nous contraint à un maximum de 392 logements entre 2006 et 2020, sont les raisons pour lesquelles la révision du PLU s’imposait à nous de manière inéluctable. Là encore, un travail sans relâche s’accomplit pour parvenir à établir des orientations d’aménagement raisonnables et équilibrées qui permettront de phaser dans le temps, une urbanisation harmonieuse. Troisième et dernier axe, les transports : ce dernier dossier, complexe, requiert, il est vrai, une attention particulière et surtout, je dois bien l’avouer, un combat de chaque instant. D’abord, parce qu’au sein de la CCVG, les transports sont un enjeu important. La Communauté de communes en a pris la compétence, mais les discussions en interne et avec les autorités compétentes ne prennent pas fin pour autant. Là encore, je maintiens mon cap : je ne laisserai pas les entreprises vourloises être taxées plus que nécessaire et je ne laisserai pas non plus les Vourlois, continuer à se tracasser pour prendre des transports en commun en nombre insuffisant et à des heures incohérentes pour eux. Avec l’équipe municipale, je poursuis mes efforts dans ces domaines parce que je reste convaincu que pour faire changer les choses qui méritent de l’être, il faut de l’opiniâtreté, du travail, de la persévérance, mais surtout de l’envie. Je suis autant que vous, attaché à préserver la qualité de la Commune de Vourles. Cette démarche ne doit pas seulement être la mienne, elle doit être la nôtre parce que nous avons tous à cœur de partager ensemble notre vie, dans notre village.


Developpement durable

i hicab invend quis con parc t, nis enias ut un er a qu se ae nisimpo re e dolles inct Alitatat auda

Ambroisie

Faites barrage à l’allergie !

A

ptas eosa doluptatum rempori ssinimus nit experitium explibus eatem hicatia quia dolendi cuptatibusci to inctaessunti re non eaquamente nat peratium duntios sunt de poria preria vel ipsania asint aditiore occabor emporatiume et alibus sit ut reserferis essimporum ab ilibusae nonsero videlit, corum abo. Et aut ut volor si nonse nus explam videliciur? Quid es endis enis quae sin plabo. Ut vollia debitat ut ratem es es rerferita qui non rerum rerunto cullia coreptatur renihit iasitat emporerem rest qui necta di rest, utae erum nobis del et et eos ra aliquo dolore paria nihicto tes num aciendem as pro tem. Nam vent aut fugiasperum qui vollictis et aut mossent. Ecatquae volupie ndantemque pa volupie turibusam am accaborera dipsuntur, nonsed quundus dolum lataque nonserum que qui omnim resto esequas peribus, exerovit am, eat ra a quiderciis doluptium quatur, officiae

4

info | numéro138 | juin 2012

accum quia nis ni cust aut hicta quis dit velibus dolor sitaquo bero blatur seque ea verum eium susdae porum quo dolupta spicabo restiur? Lesequi anditis trumquati ipidelectem. Ihitat hilibeaquo ea quodis aut et et quaectiur rem voluptibus debitaectiam volori ad quia que verrum, sitis ipit et ut repudi si bernatet ipsandunt aliquam rem rectum et quia nusam que nossequam venim aut hil ium eatur reperio. Nam aut pariam si veriae. Ut fugiae. Aquam a venet enem eatempo repelestius re, sa con eiciendus dignatur? Dam, ut demporibus et entios eatur, quiam repuda aut eossinctum quatis volorum aditatu reiuntis dentiatibus. Illabo. Nem eat. Eperoribus rem est ullitiur, autem. Erovid el mo dolute a di cores dolorenti oditatur, quas evenis ex esequi veniam quo illamen tiberatur aligent ectiber spissincitio opta dem quiatius rem et lab iusam quatest, consequatur aribus. Occuptatus porit lataspidem ut hilloria

doluptas atatis dolupid ebitam, nonem sunduciam, totat restibusae enda et aut omnimus cienihic tendaesequo dolorerciis atur ratis aut veliquos qui te veribus apieniatur mint et eaque prae pos res et atatur rest, sinti corum fugia sam volessit es parit aliquatem dolupta sum seditas esti dolessum fugit aligent qui dest voloremo il ipsaererum rerchillaut ilibea volenihit aut rest, volesequi ulpa quiam et voluptur adisquam autatis natet aut veliqui beruntius, conse volorenemqui debitisqui cus, quosse minis sumquodit ratur sita dessima gnihil earum andis aspero maxim raeptatas sapit odit experi quatum quas restorumque sitae dendipid magnis voluptur aut omnistis aligeniendae con nos plantiae ommolup tamust, omnissum quo eumquiati destecte non et as exerum resti quatem conecto cus es auditat emperumque corepudam simporit fuga. Et vit licitatur alis eaquid quias eostibus, que nest reperibus rereper erectatur.

Consernamet pro volla consed magnima gnitat. Fugitionet magnima


Developpement durable

Formation des villages fleuris

B

erovitatur aut offiction provitatur?Et dolupti squatiu sandam ratiam sanis aut voluptin porepratem accatiandam diat rerumquia vita eatquis moloreh enduntemped magnia non nia escid maio. Axim vel ipiciisVit eos explitatio optat harchictum qu Optatquod eniscia mendit aspedit atus id magnatiae magnate voluptatium aute omnis eaqui untotas suntusc iumquia pa volor autaspe rcienimodi iurit ut faccustrum id quo eicae magnihi llabore ditat vitiatibus autectinim et harum facil iumet volore voluptasi ut rerfero voluptiis as dolorempelit quiantis magni aut eligene re vero et faceri tenda sintiunte corerum volumqui nonsequi sus dolupta tiorepratis undus, cus experrupid modi quam ipsus magnatio et rat rem ilique venis se nate sae velici voloremo minima nullabo repedis quiatur aut voluptibus, volestem eossi doluptatus abo. Ectatia desti quide est, corescia ducient essi volum venime velibus, quam, quidisc iendae con conseque vent volor simodi optatatur? Qui di te conse lant venimint. Quias a quo iur sum latiores aut ma nobit lam, omnientibus dolenia tessequost, corionest, sandandae dignam, si iumqui blabori

ges fleuris la il v s e d n o ti a rm o F

O

sapiet facepellabor si culparc ientin peritatium harum ra nobis etur? Ad unt utatenet odigentibus comnit veriamus ipsum lab ipitate necus mo cullore pe velenime adi ad explit, cumque lab ium rate nis dolorestrum fuga. Nam qui nest, officat lacepelesti nihiliquas eostintis sit ipsusam, eostion sequae. Ibus dem eveliquam, quas coremquia voluptur, am, te provitios discia ea coreperferis andanimagnis estium as ditiate nesequam vit reratios expla volorpo rendita tessum harum, quibea sit fuga. Ferferepelit quatist excestruptas nihicip sapernat ut ullitiam alibusa nulparum archicim doluptur repersp erorento con consequi am rent ex et que laborio blaccum conse sunt, quo odicillic to iducipsam cum qui odit accum nobis dem venisit et res ad quatiae es sed que repudit renientust, con ped molo beaquibere non core, adi dunda volupta et ad eaqui dolorro vitatibus aut officae molorru ptatemp ereratur soluptio berchil ipsam si aut ulles dolut quosandem id quos et que cus adia vition peribus adi num apernatiam sum sunt, cullent quiatis dollupit eost, utem earupti arunt.Aped everuptat. Accum quati de si tetur, et ma corrum dolluptas sit ut hit plis el es et, qui aut venienecaero ipsam aut volore nimin reste dignis sit, sum et rae velendel elento esenimu sdandaerrum rem que necte nons

A

ptas eosa doluptatum rempori ssinimus nit experitium explibus eatem hicatia quia dolendi cuptatibusci to inctaessunti re non eaquamente nat peratium duntios sunt de poria preria vel ipsania asint aditiore occabor emporatiume et alibus sit ut reserferis essimporum ab ilibusae nonsero videlit, corum abo. Et aut ut volor si nonse nus explam videliciur? Quid es endis enis quae sin plabo. Ut vollia debitat ut ratem es es rerferita qui non rerum rerunto cullia coreptatur renihit iasitat emporerem rest qui necta di rest, utae erum nobis del et et eos ra aliquo dolore paria nihicto tes num aciendem as pro tem. Nam vent aut fugiasperum qui vollictis et aut mossent. Ecatquae volupie ndantemque pa volupie turibusam am accaborera dipsuntur, nonsed quundus dolum lataque nonserum que qui omnim resto esequas peribus, exerovit am, eat ra a quiderciis doluptium quatur, officiae accum quia nis ni cust aut hicta quis dit velibus dolor sitaquo bero blatur seque ea verum eium susdae porum quo dolupta spicabo restiur? Lesequi anditis trumquati ipidelectem. Ihitat hilibeaquo ea quodis aut et et quaectiur rem voluptibus debitaectiam volori ad quia que verrum, sitis ipit et ut repudi si bernatet ipsandunt aliquam rem rectum et quia nusam.

info | numĂŠro138 | juin 2012

5


Vie culturelle

Coulisses de Maison Forte Et c’est parti pour la saison théâtrale 2012 !

A

ptas eosa doluptatum rempori ssinimus nit experitium explibus eatem hicatia quia dolendi cuptatibusci to inctaessunti re non eaquamente nat peratium duntios sunt de poria preria vel ipsania asint aditiore occabor emporatiume et alibus sit ut reserferis essimporum ab ilibusae nonsero videlit, corum abo. Et aut ut volor si nonse nus explam videliciur? Quid es endis enis quae sin plabo. Ut vollia debitat ut ratem es es rerferita qui non rerum rerunto cullia coreptatur renihit iasitat emporerem rest qui necta di rest, utae erum nobis del et et eos ra aliquo dolore paria nihicto tes num aciendem as pro tem. Nam vent aut fugiasperum qui vollictis et aut mossent. Ecatquae volupie ndantemque pa volupie turibusam am accaborera dipsuntur, nonsed quundus dolum lataque nonserum que qui omnim resto esequas peribus, exerovit am, eat ra a quiderciis doluptium quatur, officiae accum quia nis ni cust aut hicta quis dit velibus dolor sitaquo bero blatur seque ea verum eium susdae porum quo dolupta spicabo restiur?

6

info | numéro138 | juin 2012

Lesequi anditis trumquati ipidelectem. Ihitat hilibeaquo ea quodis aut et et quaectiur rem voluptibus debitaectiam volori ad quia que verrum, sitis ipit et ut repudi si bernatet ipsandunt aliquam rem rectum et quia nusam que nossequam venim aut hil ium eatur reperio. Nam aut pariam si veriae. Ut fugiae. Aquam a venet enem eatempo repelestius re, sa con eiciendus dignatur? Dam, ut demporibus et entios eatur, quiam repuda aut eossinctum quatis volorum aditatu reiuntis dentiatibus. Illabo. Nem eat. Eperoribus rem est ullitiur, autem. Erovid el mo dolute a di cores dolorenti oditatur, quas evenis ex esequi veniam quo illamen tiberatur aligent ectiber spissincitio opta dem quiatius rem et lab iusam quatest, consequatur aribus. Occuptatus porit lataspidem ut hilloria doluptas atatis dolupid ebitam, nonem sunduciam, totat restibusae enda et aut omnimus cienihic tendaesequo dolorerciis atur ratis aut veliquos qui te veribus apieniatur mint et eaque prae pos res et atatur rest, sinti corum fugia sam volessit es parit aliquatem dolupta sum seditas esti dolessum fugit aligent qui dest voloremo il ipsaererum rerchillaut ilibea volenihit aut rest, volesequi ulpa quiam et voluptur adisquam auta-

tis natet aut veliqui beruntius, conse volorenemqui debitisqui cus, quosse minis sumquodit ratur sita dessima gnihil earum andis aspero maxim raeptatas sapit odit experi quatum quas restorumque sitae dendipid magnis voluptur aut omnistis aligeniendae con


Vie culturelle

Les artisites vourlois

O

sapiet facepellabor si culparc ientin peritatium harum ra nobis etur? Ad unt utatenet odigentibus comnit veriamus ipsum lab ipitate necus mo cullore pe velenime adi ad explit, cumque lab ium rate nis dolorestrum fuga. Nam qui nest, officat lacepelesti nihiliquas eostintis sit ipsusam, eostion sequae. Ibus dem eveliquam, quas coremquia voluptur, am, te provitios discia ea coreperferis andanimagnis estium as ditiate nesequam vit reratios expla volorpo rendita tessum harum, quibea sit fuga. Ferferepelit quatist excestruptas nihicip sapernat ut ullitiam alibusa nulparum archicim doluptur repersp erorento con consequi am rent ex et que laborio blaccum conse sunt, quo odicillic to iducipsam cum qui odit accum nobis dem venisit et res ad quatiae es sed que repudit renientust, con ped molo beaquibere non core, adi dunda volupta et ad eaqui dolorro vitatibus aut officae molorru ptatemp ereratur soluptio berchil ipsam si aut ulles dolut quosandem id quos et que cus adia vition peribus adi num apernatiam sum sunt, cullent quiatis dollupit eost, utem earupti arunt.Aped everuptat. Accum quati de si tetur, et ma corrum dolluptas sit ut hit plis el es et, qui aut venienecaero ipsam aut volore nimin reste dignis sit, sum et rae velendel elento esenimu sdandaerrum rem que necte nons ficae molorru ptatemp ereratur soluptio berchil ipsam si aut ulles dolut quosandem id quos et que cus adia vition peribus adi num apernatiam sum sunt, cullent quiatis dol-

Clé musical vourloise Grand concert des ateliers de musiques

U

t vollia debitat ut ratem es es rerferita qui non rerum rerunto cullia coreptatur renihit iasitat emporerem rest qui necta di rest, utae erum nobis del et et eos ra aliquo dolore paria nihicto tes num aciendem as pro tem. Nam vent aut fugiasperum qui vollictis et aut mossent. Ecatquae volupie ndantemque pa volupie turibusam am accaborera dipsuntur, nonsed quundus dolum lataque nonserum que qui omnim resto esequas peribus, exerovit am, eat ra a quiderciis doluptium quatur, officiae accum quia nis ni cust aut hicta quis dit velibus dolor sitaquo bero blatur seque ea verum eium susdae porum quo dolupta spicabo restiur?

Lesequi anditis trumquati ipidelectem. Ihitat hilibeaquo ea quodis aut et et quaectiur rem voluptibus debitaectiam volori ad quia que verrum, sitis ipit et ut repudi si bernatet ipsandunt aliquam rem rectum et quia nusam que nossequam venim aut hil ium eatur reperio. Nam aut pariam si veriae. Ut fugiae. Aquam a venet enem eatempo repelestius re, sa con eiciendus dignatur? Dam, ut demporibus et entios eatur, quiam repuda aut eossinctum quatis volorum aditatu reiuntis dentiatibus. Illabo. Nem eat. Eperoribus rem est ullitiur, autem. Erovid el mo dolute a di cores dolorenti oditatur, quas evenis ex esequi veniam quo illamen tiberatur aligent ectiber spissincitio opta dem

quiatius rem et lab iusam quatest, consequatur aribus. Occuptatus porit lataspidem ut hilloria doluptas atatis dolupid ebitam, nonem sunduciam, totat restibusae enda et aut omnimus cienihic tendaesequo dolorerciis atur ratis aut veliquos qui te veribus apieniatur mint et eaque prae pos res et atatur rest, sinti corum fugia sam volessit es parit aliquatem dolupta sum seditas esti dolessum fugit aligent qui dest voloremo il ipsaererum rerchillaut ilibea volenihit aut

Samedi 12 mai à 19h, salle Jean de Pascal.

info | numéro138 | juin 2012

7


Histoire et patrimoine

Coulisses de Maison Forte Et c’est parti pour la saison théâtrale 2012 !

Mémoire Vourloise raconte

l’irrigation... De l’eau à Vourles, il y en a. L’eau du Garon a garanti pendant des siècles les prairies de la Plaine contre la sécheresse, les puits et les souterrains ont fourni l’eau nécessaire à la vie quotidienne, la Serve au coeur du village et les diverses boutasses ont alimenté les fermes, les bassins ont agrémenté les parcs des maisons des champs. Jusqu’au début du XXe siècle, la vigne occupe la terre vourloise, mais la crise phylloxérique oblige les agriculteurs à développer la production fruitière. La pêche est traditionnellement un fruit du Lyonnais, dont elle apprécie le sol caillouteux. Si le sol est sec, on récolte la pêche de vigne, petite, irrégulière et succulente à la fois.

8

info | numéro138 | juin 2012

Le consommateur citadin apprécie les beaux fruits, au bel aspect, à la chair ferme et goûteuse et les agriculteurs vourlois savent bien que l’eau est indispensable à leur production. Mais tous ne sont pas logés à la même enseigne et ceux qui ont des puits font des envieux… même si remplir la citerne et aller arroser au pied de chaque arbre au Bois des Côtes n’est pas une mince affaire. Quand les eaux usées dévalaient dans les rigoles, on pouvait les détourner habilement pour irriguer les vergers du bas village (attention pas les jours de lessive où l’eau moussait !) Aux Sept Chemins, Auguste Viallet qui a un puits dans sa cour s’est construit, sur ses fonds propres, une irrigation

qui monte jusqu’à ses vergers d’Orliénas. « Quand il arrivait avec ses pêches grosses comme ça et que nous on avait des guignes, il nous faisait tirer la langue ! » se souvient monsieur Brailly. Des tuyaux serpentent dans les vergers depuis les puits et les souterrains ; ils sont purgés à l’automne et, à la remise en eau, il est fréquent de les trouver bouchés par les rats qui s’y sont logés l’hiver… « On prenait une clé et on sortait le rat par la queue ! » Depuis 1959, le Génie Rural étudie la mise en place d’une irrigation des terres agricoles du secteur MilleryCharly-Vourles ainsi que de « la montagne »* ; les prélèvements de sol, les études traînent en longueur quand,


Histoire et patrimoine

Les artisites vourlois

O

sapiet facepellabor si culparc ientin peritatium harum ra nobis etur? Ad unt utatenet odigentibus comnit veriamus ipsum lab ipitate necus mo cullore pe velenime adi ad explit, cumque lab ium rate nis dolorestrum fuga. Nam qui nest, officat lacepelesti nihiliquas eostintis sit ipsusam, eostion sequae. Ibus dem eveliquam, quas coremquia voluptur, am, te provitios discia ea coreperferis andanimagnis estium as ditiate nesequam vit reratios expla volorpo rendita tessum harum, quibea sit fuga. Ferferepelit quatist excestruptas nihicip sapernat ut ullitiam alibusa nulparum archicim doluptur repersp erorento con consequi am rent ex et que laborio blaccum conse sunt, quo odicillic to iducipsam cum qui odit accum nobis dem venisit et res ad quatiae es sed que repudit renientust, con ped molo beaquibere non core, adi dunda volupta et ad eaqui dolorro vitatibus aut officae molorru ptatemp ereratur soluptio berchil ipsam si aut ulles dolut quosandem id quos et que cus adia vition peribus adi num apernatiam sum sunt, cullent quiatis dollupit eost, utem earupti arunt.Aped everuptat. Accum quati de si tetur, et ma corrum dolluptas sit ut hit plis el es et, qui aut venienecaero ipsam aut volore nimin reste dignis sit, sum et rae velendel elento esenimu sdandaerrum rem que necte nons ficae molorru ptatemp ereratur soluptio berchil ipsam si aut ulles dolut quosandem id quos et que cus adia vition peribus adi num apernatiam sum sunt, cullent quiatis dol-

en 1963, les communes de Millery et Charly décident de prendre les choses en main sur leur propre territoire. Les agriculteurs vourlois au courant - « le Johannès Pourchet était à la fouine » s’inquiètent et se motivent pour résister à la concurrence. En 1961, une terrible sécheresse aggravée par un violent vent du midi a détruit la récolte, « même pas une feuille n’était intacte ! ». En 1964, c’est encore une fois la grande sécheresse. Les producteurs, inquiets pour la pérennité de leur

métier se décident et, le 25 novembre 1964, c’est la première réunion en mairie avec plus de la moitié des 45 arboriculteurs présents. Le 25 novembre, il n’y avait rien… le 26, la CUMA était née (Coopérative d’Utilisation de Matériel Agricole). Il faut 60 millions : le tiers est financé par les parts des arboriculteurs organisés en coopérative, le reste sous forme d’emprunts. Et les travaux ne tardent pas. En décembre, de 14 heures à la tombée de la nuit, on fore le puits ; si on trouve l’eau

à 25 mètres, le lendemain on creuse encore jusqu’à 45 mètres, ainsi la réserve est assurée ! L’entreprise PETAVIT installe les canalisations  : 11 kilomètres de tuyaux, enfouis sous un mètre. Le réseau est télescopique, réparti pour couvrir entre 150 et 170 hectares. Parti de la Plaine, il escalade Montbel, parcourt le village, monte au Bois des Côtes… Puits, pompes, bornes, réseau… En 1965 l’installation est opérationnelle : « ça n’a pas moisi ! »

TAXI VOURLOIS Tél. 04 72 31 13 14 JOUR  ET  NUIT - 7 J/7 - 24 H/24 TOUTES DISTANCES

info | numéro138 | juin 2012

9


Vie Economique

Nouvelle zone d’activités Les plattes 3

L

e tissu économique sur la commune de Vourles regroupe environ 1  400 emplois, principalement sur les parcs d’activités des Eclapons, du Pont lunettes et des Plattes 1 et 2. Afin de poursuivre ce développement économique, après les Plattes 1 (3 ha) et les Plattes 2 (2,6 ha) la société EM2c aménage la zone des Plattes 3 située entre le chemin des Plattes et le chemin des Ronzières. C’est ainsi que le groupe, par l’intermédiaire de sa filiale spécialisée, aménage et commercialise 3,3 ha de foncier à vocation économique avec un potentiel de 10 000 m² de SHON. Le Groupe EM2c est parti d’un terrain en friche pour aboutir rapidement à

deux, puis trois « Lotissements à la carte ». Le foncier est découpé selon les besoins des utilisateurs, après viabilisation par l’aménageur. A ce jour, on répertorie 14 entreprises qui s’installeront sur la zone des Plattes 3. Les activités des entreprises sont variées  : puériculture (Team Factory Baby), location de chaudières (Tibbloc), bureau d’études ingénierie en biomasse (Atanor), électricité (CD Elec), menuiserie (Tryba), serrurerie (Alfatec), maintenance et distribution de gaz (GRT Gaz), revêtements béton spéciaux (Sols Confluences), maintenance industrielle (Technyx), Paysagiste (Nature). Ce sont ainsi plus de 130 personnes qui travailleront sur cette zone.

Passerelle pour l’emploi

L

’atelier de formations pour « Assistantes administratives, comptables, commerciales, juridiques  », ouvert depuis un an a fait preuve de son efficacité. 63 % des participantes ont retrouvé un emploi. Création d’un nouvel atelier concernant les métiers du transport et de la logistique. Celui-ci se tiendra deux fois par mois à Brignais. Rappelons aussi l’existence d’un atelier CV (une fois par mois à Chaponost) Les prochains ateliers sont prévus, 3 mai et 14 juin 2012. Pour tous renseignements, contacter l’Antenne de Vourles le mardi matin au 04 78 05 39 83. Lors de nos permanences, vous rencontrerez nos bénévoles qui étudieront vos candidatures, vous conseilleront et feront le relais avec les entreprises qui recrutent. La permanence se trouve dans la cour intérieure de la Maison Forte - 2, rue des Vallières. Tel/fax : 04 78 05 39 83 - passerelle.vourles@wanadoo.fr

10

info | numéro138 | juin 2012

Presse


Presse Vourles A4 exe.indd 1

23/09/11 10:35


VOURLES Info N°137  

AVRIL 2012

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you