Page 1

THINKING OF YU

       

De Carole Fréchette

Première québécoise en langue anglaise

Synopsis

Traduction de John Murrell Mise en scène de Micheline Chevrier

du 24 avril au 5 mai 2013

Depuis son retour d’Inuvik il y a trois mois, Maggie s’est isolée dans son nouveau condo, au milieu de boîtes non défaites, négligeant son travail de traductrice, perturbée. Un matin, elle tombe sur un entrefilet en lisant son journal : « Février 2006 : le journaliste chinois Yu Dongyue, aujourd’hui âgé de 38 ans, incarcéré depuis les manifestations de 1989 tenues sur la Place Tiananmen a été libéré hier, a annoncé son frère. Yu avait été condamné à vingt ans de prison pour avoir lancé des coquilles d’œufs contenant de la peinture rouge sur le portrait du président Mao qui dominait la place, au plus fort des manifestations, le 23 mai 1989. Après avoir été fréquemment battu en prison, il souffre maintenant de maladie mentale. » Choquée par la gravité de la peine, Maggie devient obsédée par l’histoire de Yu et les motivations qui amené Yu et ses amis à agir. Elle se met à fouiller dans ses vieux journaux personnels pour retracer comment elle avait réagi à l’événement de 1989, tentant de trouver un sens à ses propres choix et à comment ils ont façonné sa vie. Pendant qu’elle effectue des recherches sur Yu et néglige son travail, elle est interrompue par Lin, une nouvelle immigrante chinoise à qui elle a promis d’enseigner l’anglais et par Jerry, un voisin insistant. Contre sa volonté, ces deux étrangers s’insinuent dans son univers. Leur amitié nouvelle les amène éventuellement à faire face au défi et à la complexité de leurs perspectives divergentes.

LIN

Et le futur antérieur. Lorsque je suis venue ici, j’ai pensé : quand j’aurai fini mes études, quand j’aurai appris l’anglais, quand j’aurai construit ma maison dans la forêt, j’oublierai la peur de ma mère et le parti et la folie des tyrans et des petits chefs. Quand j’aurai eu mes quatre enfants, quand j’aurai aimé mon mari, j’oublierai. Maintenant je pense : peut-être que je n’oublierai pas.

Micheline Chevrier, metteure en scène, écrit : « Dans Thinking of Yu, Carole expose Monsieur et Madame Tout-le-monde aux complexités de la société moderne. Elle fait en sorte que le politique devienne personnel en abordant des thèmes importants et épineux avec la perspective du citoyen ordinaire. Elle nous pousse à nous ouvrir vers l’extérieur, à quitter notre confort d’observateur et à sortir de notre apathie. »

Thinking of Yu - synopsis - français  

Thinking of Yu - synopsis - français