Issuu on Google+

I S S N 2 0 4 7 -1 2 5 4

P r i x: £ 1 . 0 0 , € 1 . 5 0

Spéciale Election 2011 en RDC


« PLUMAFRIK Magazine», revue mensuelle francophone d’informations africaines paraissant en Angleterre et distribuée dans le monde entier en général et dans le milieu de la diaspora en particulier à travers tous ses continents hôtes. Cette revue, qui fait la fierté de la Diaspora, s’assigne comme mission principale de glorifier les exploits de la Diaspora, de révéler la culture africaine, de faire revivre l’ambiance de l’Afrique et de livrer les informations ciblées de ce qui se déroule dans le continent africain à son lectorat étendu. *PLUMAFRIK Magazine: la revue à horizons élargis, toute l’Afrique est sous notre contrôle. Magazine des africains, pour les africains, sur les africains et par les africains. Le seul support qui transporte la Diaspora africaine jusqu'en Afrique pour la faire revivre l’ambiance qui y règne et lui dispose aussi l'Afrique à sa portée. PLUMAFRIK Magazine: « Nous sommes l’encre démocratique et l’espace d’expression libre de la 6ème région africaine ». *Pour vos annonces, vos publicités, vos analyses, vos articles, vos découvertes, vos business, vos reportages, ou souhaitez une interview, votre page rose (vos messages d’anniversaire, de célébration nuptiale, de voeux et de condoléances)... Contacter David Ilunga: *Mobile: +447700062814-+447424305868 *Fixe: +441163192100

E-mail: plumafrikmedia@yahoo.fr


P a ge 4

Spéciale Election 2011 en RDC

RDC: Présidentielle 2011

6 décembre: Tshisekedi devant un penalty de mort subite « Qui creuse une fosse y tombera », déclare la Bible! Kabila a creusé une fosse aux congolais en changeant frauduleusement la constitution pour ramener les élections à un seul, dans le but de s’éterniser au pouvoir comme tel est le cas avec les dictateurs africains. Mais, hélas, Kabila et ses adeptes qui l’avaient induit en erreur sont entrain de réaliser que ce changement devient une corde au cou avec la réapparition de Tshisekedi dans le processus électoral de 2011. La voix du peuple, c’est la voix de Dieu, dit-on! Ce dicton est sur la voie de se réaliser en RDC où la présence de Tshisekedi dans le processus électoral 2011 en RDC effarouche les consciences de Kabilistes, bouleverse et perturbe leurs faux calculs. Pour la population congolaise, la date du 06 décembre, restera scellée dans les annales de l’histoire de la RDC, car c’est la date qui marquera le début d’une nouvelle ère qui apportera la libération du pays avec l’avènement de Tshisekedi à la magistrature suprême. C’est pourquoi en cette date, la population insiste et signe en déclarant que Kabila fraude ou pas: « Tshisekedi ou Rien pour un nouveau Congo !». Donc, pour la population et pour Tshisekedi même qui est le candidat du peuple et qui a la majorité de la population derrière lui, le combat est en différé, car le match est déjà joué et remporté par la voix du peuple et que les élections du 28 novembre prochain ne seront qu’une formalité pour lui, donc après le 06 décembre c’est un nouveau Congo sous sa direction.

La RDC vers la chute de mur de Berlin Ngoy Mulunda doit comprendre que sa vie et celle de sa famille en dépend, preuve, il s’est retrouvé seul sans la protection de Kabila en Afrique du Sud, et il en a subit le sort. Donc, il doit éviter l’erreur de peur qu’il ne puisse pleurer dans sa langue maternelle, car ce qu’il venait de vivre en Afrique du Sud n’est que le début du commencement. Par ce vent qui s’annonce, la RDC est en train de vivre, à l’instar de l’Allemagne de 1989, sa chute du mur de Berlin, l’effondrement du régime totalitaire et d’occupation avilissant. Le printemps de la RDC arrive enfin et d’où fleurira, nous l’espérons, l’Etat de droit, la démocratie, la liberté de parole et l’harmonie. Si l’Afrique du Nord a réussi ce revirement historique, la RDC suivra ce mouvement insurrectionnel, libérateur d’où surgira apaisement de tant de souffrances et d’exploitations.

La révolte populaire de libération prouve qu’elle est forte plus qu’une armée. François Zimeray, l'Ambassadeur de France pour les droits de l'Homme, estime que les événements de Libye, précédés par la chute des présidents tunisien Zine ben Ali et égyptien Hosni Moubarak, sous la pression de mouvements populaires, vont faire tâche d'huile dans le reste du monde. ‘‘La première leçon que je tire est que nous vivons dans un monde où chacun sait ce qui se passe chez les autres et qu'il y a un effet d'émulation extrêmement fort’’, explique-t-il. ‘‘Il n'y a pas de raison que ce mouvement ne s'étende pas à une grande partie de l'Afrique et certains pays de l'Asie’’, a-t-il continué.

Le compte à rebours pour la fin de l’occupation Le compte à rebours pour le pouvoir de Kabila est déjà amorcé qui aboutira à la fin d'un régime d’occupation. L'histoire se répètera-t-elle? Non, ça sera pire! Un vrai cauchemar concernant les règlements des comptes. Et, elle ne sera plus comme celle de l'époque de Mobutu encore moins, celle de M’zée, et l'autre qui se fait appeler " Kabila ". La souffrance s’annonce pour la majorité présidentielle, les musiciens et les groupes de théâtres (qui ont bradé leur carrière pour des miettes d’argent) ; les journalistes, les chaines de TV, les stations de radio et les journaux auront de compte à rendre! Car la chasse aux sorciers pointe à l'horizon. Et surtout que leur famille, biens mal acquis sont déjà répertoriés même à l’étranger et l'étendu de leurs dégâts économiques commis sont à nus et à découvert.

Les Kabilistes s’encourageaient en croyant que la situation de 2006 devrait se répéter. Ils croyaient que certaines villes de la RDC étaient un domaine réservé de leur guide, mais malheureusement pour eux les donnes ont complètement changé, car Tshisekedi écrase tous sur son passage comme un bulldozer sans achat de conscience avec l’argent. Déjà 5 villes ont accueilli avec joie la présence de campagne d’Étienne Tshisekedi comme étant le début d'un processus de libération de la Nation Congolaise en danger. Lubumbashi, Kinshasa, Mbuji Mayi, Kivu sont acquises pour l’opposition. Quelques jours passés à Kisangani après une longue attente de la population, cette ville vient de rentrer dans la liste de l’opposition, ca sera de même avec le reste des villes. Preuve, le brandissement ou le port des calicots ou affiches dans ces villes citées, portant le visage de Joseph Kabila devient un danger. Pour aller plus loin, aucun candidat de cette majorité n'ose également associer son image à celle de ce Président détestable et impopulaire de l'histoire congolaise. Le peuple congolais a pris conscience de son pays et est déterminé à rendre la direction de celui-ci entre les mains d’un fils digne du pays en la personne de Tshisekedi wa Mulumba.

David Ilunga


Spéciale Election 2011 en RDC P a ge 5

Présidentielle 2011: Who’s Who?

S’il y a de vrais opposants, sûrement il y a aussi des ramassis endant que l’opposit i on de droite, dit de Fatima s’est aligné derrière la candidature d’Etienne Tshisekedi, celle de gauche dit de Sultani, bien que se reconnaissant autour d’un programme commun de gouvernance, a fini par éclater en donnant naissance à quatre candidats à l’élection présidentielle, à savoir : Léon Kengo, Vital Kamerhe, Oscar Kashala et Adam Bombole. Cette aile de l’opposition qui avait quitté Fatima pour aller siéger à l’hôtel Sultani, accusait ceux qui étaient restés à Limete de bloquer le processus de la désignation d’un candidat unique ou commun pour le compte de l’opposition, mais helas, ils n’ont pas su faire ce qu’ils reprochaient aux autres. Par ce constat, on se pose la question de savoir au juste quel est le vrai problème? Est-ce réellement le programme commun du gouvernement (comme cette frange de l’opposition le prétendait) ou les intérêts égoïstes et personnels basés sur leur positionnement dans la nouvelle république authentique et patriotique qui sera dirigée par le Leader Maximo? Chers soi-disants opposants, ne cherchez pas des prétextes pour voiler vos idées cachées à la population. Privilégiez d’abord l’intérêt commun de la population qui a souffert des années et des années avant de penser à la manière de remplir vos poches, sinon on ne fera que le rond point sans aucun changement. Que dit la constitution dans son article 72? C’est maintenant que le peuple congolais éveillé et militant pour le changement et la libération de son pays est entrain de réaliser Qui est Qui ? (Who’s Who ?). Car, il est entrain de vivre un jeu politique dans l’opposition, qui est la conséquence d’un manque de maturité et de culture politique du fait que certains de ces politiciens se sont retrouvés dans ce monde par improvisation parce que son père y fut ou parce que ça paie mieux, ou encore parce que faisant partie du circuit occupant le pays. Ce qui est pire encore et écœure le peuple est que ce sont les gens à nationalité douteuse, qui n’ont aucune

postuler pour réduire la chance d’un candidat choisi, non seulement par l’opposition, mais par le peuple éveillé ? Allez-y comprendre à quel jeu le peuple congolais est entrain de vivre et avec quelle sorte des politiciens !! Voici les résultats de présidentielle de 2006 de c e r t a i n s d e s embrouilleurs

gouttelette de sang congolais dans leur veine, qui veulent embrouiller la situation pour pérenniser l’occupation étrangère au Congo. La constitution dit dans son article 72 que: Nul ne peut être candidat à l’élection du Président de la République s’il ne remplit les conditions ci-après: posséder la nationalité congolaise d’origine…Donc, si Ngoy Mulunda ainsi que les membres de la CENI savaient lire et avaient un petit sens des textes constitutionnels de la RDC, leurs dossiers ne devraient même pas franchir le premier stade de vérification. En plus de cela, ils sont parmi ceux qui ont contribué à l’échec du pouvoir sortant en occupant de lourdes responsabilités et de postes décisifs dans le cadre de leur circuit. Toute la communauté tant nationale qu’internationale est sans ignorer que c’est Tshisekedi qui représente le chef de file de l’opposition congolaise, alors tout celui qui ne s’alliera pas derrière lui pour une victoire de libération, ne pourra être d’office considéré comme un opposant ramassis largué sur terrain pour embrouiller la situation au profit du pouvoir en place. Mais une chose est certaine, le congolais de YESTERDAY n’est pas celui de TODAY, qui sait mettre sa conscience en exercice, qui sait comprendre le bien et le mal ; et qui sait réaliser et découvrir qui est le faux et qui est le vrai. Ce qu’ils sont entrain de semer, ils vont le récolter tôt ou tard, car tout se paie ici bas. Partant de ce constat, nous remarquons que le politicien congolais est caractérisé par une forte jalousie, par un mauvais cœur et par un manque d’amour. Comment expliquer qu’un homme, qui dans son fond intérieur, sait qu’il est sans impact, sans ampleur et sans influence par rapport au candidat que le peuple a proposé, peut oser

Le passé nous permet aussi de référence. Ce qui étonne l’opinion publique est que même certains faux candidats de l’opposition, qui en 2006, s’était fait voter seulement par leur femme et leurs enfants avec 0 %, se permettent TODAY encore de poser leur candidature pour réduire la chance de la victoire libératrice de la vraie opposition qui milite pour le vrai changement du régime des violeurs et corrompus. Nzanga Mobutu, qui n’est qu’un simple opportuniste et qui n’a aucun sens de la nation, avait obtenu 4.77 %, Oscar Kashala en avait eu 3.46 %, Azarias Ruberwa avait décroché seulement 1.69 %. Pour ne citer que ces trois. Maintenant que le peuple a aligné dans la course son candidat favori revêtant toutes les capacités de lui accorder une victoire démocratique, alors que vont obtenir ces fameux opposants ramassis comme voix? D’ailleurs, si ceux qui sont reconnus congolais authentiques avaient obtenus un score médiocre, à combien plus forte raison ceux qui sont considérés comme étrangers en dépit de leur long temps passé au pays? En retraçant ce passé historique et nationaliste, nous voulons seulement prouver au peuple congolais qui milite pour le changement que ces politiciens embrouilleurs, qui travaillent pour le pouvoir en place tout en portant la casquette de l’opposition ne représentent rien et n’ont aucune influence sur le candidat de taille que le peuple s’est choisi. Il appartient donc aux Congolais, surtout ceux qui connaissent bien ces ramassis opposants, comme José Makila, ex beau-frère de Kamerhe, tous les étudiants de l’Université de Lubumbashi qui connaissent Azarias Ruberwa et tous ceux qui ont travaillé avec Kengo du temps de Mobutu de les dénoncer pour faux et usage de faux. David Ilunga


P a ge 6

Spéciale Election 2011 en RDC

RDC: Présidentielle 2011

11 candidats confirmés pour un seul fauteuil de la magistrature suprême

ix contre Joseph Kabila qui, président de la RDC depuis 2001, se représente en tant qu'indépendant à la présidentielle du 28 novembre prochain pour un 2ème mandate électif. Dans la liste définitive des onze candidats présentée lundi 26 septembre dernier par le président de la Ceni, le pasteur Daniel Ngoy Mulunda : elle est identique à celle, provisoire, publiée mi-septembre. Et elle ne compte aucune femme, alors qu'en 2006, 33 candidats dont quatre femmes s'étaient présentés au scrutin, qui comportait alors deux tours. Liste définitive des 11 candidats à la présidentielle du 28 novembre 2011: 1) Jean ANDEKA DJAMBA (Alliance des nationalistes croyants congolais) 2) Adam BOMBOLE INTOLE (indépendant) 3) Joseph KABILA KABANGE (indépendant) 4) François-Nicéphore KAKESE MALELA (Union pour le réveil et le développement du Congo) 5) Vital KAMERHE LWAKANYIGINYI (Union pour la nation congolaise) 6) Oscar KASHALA LUKUMUENA (Union pour la reconstruction du Congo) 7) Léon KENGO WA DONDO (Union des forces du changement) 8) Antipas MBUSA NYAMWISI (indépendant) 9) François-Joseph MOBUTU NZANGA NGBANGAWE (Union des démocrates mobutistes) 10) Josué-Alex MUKENDI KAMAMA (indépendant) 11) Étienne TSHISEKEDI WA MULUMBA (Union pour la démocratie et le progrès social). Parmi les candidats à la course présidentielle figurent quatre anciens candidats, notamment Nzanga Mobutu, président national de l’Union des démocrates mobutistes (UDEMO) et fils de

l'ancien président Mobutu Sese Seko (1965-1997), arrivé à la 4é position au premier tour de la présidentielle de 2006; Antipas Mbusa Nyamwisi, président du Rassemblement Congolais pour la Démocratie/Kisangani-Mouvement de Libération (RCD /KML) et ancien ministre de la Décentralisation; Oscar Kashala, président de l’Union pour la reconstruction du Congo (UREC) arrivé à la 5e position au premier tour de la présidentielle de 2006 et Joseph Kabila qui avait gagné l'élection de 2006 avec 58% contre 42% de Jean pierre Bemba au deuxième tour. Le président sortant Joseph Kabila est candidat à sa propre succession sous l'étiquette "indépendant" malgré l'investiture de son parti, le PPRD. Il est également soutenu par la la Majorité Présidentielle (MP), sa plate-forme électorale pour 2011. D'autres candidats sont à leur première expérience dans cette course présidentielle de novembre. Il s'agit notamment d'Etienne Tshisekedi, président de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), l'opposant historique de Mobutu Sese Seko. A 79 ans, cet opposant historique se présente pour la première fois à la présidence de la République, après son boycott du scrutin de 2006 l'accusant d'irrégularité. Vital Kamerhe, candidat à la course présidentielle, l'ancien directeur de campagne et ancien secrétaire général du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) de Joseph Kabila; et ancien président de l'Assemblée Nationale, qui a crée son parti politique Union Nationale de Congolais (UNC). Kengo wa Dondo, président national de l’Union des forces de changement (UFC), ancien procureur général de la République et plusieurs fois Premier ministre sous le règne du maréchal Mobutu et élu

en 2007 à la présidence du sénat, a créé son parti politique, Union pour les Forces de Changement (UFC) et s'engage à la course présidentielle du 28 novembre. Un ancien cadre du MLC se présente tout de même en "indépendant" à la présidence. Il s’agit d’Adam Bombole, candidat malheureux à l'élection du gouverneur de la ville province de Kinshasa en 2007. D'autres figures peu connues sur la scène politique congolaise figurent également sur la liste de candidat. Il s'agit de Jean Andeka, président national de l'Alliance des nationalistes croyants congolais (ANCC), Nicéphore Kakese, un médecin vétérinaire résidant en Afrique du Sud et à Lubumbashi, président national de l’Union pour le réveil du Congo (UPRC); Josué-Alex MUKENDI KAMAMA (indépendant). La Cour suprême de justice juge cinq présidentiables inopportuns La Cour suprême de justice a donc rejeté les recours déposés par cinq candidats - au motif d'un dossier incomplet, d'une caution non versée, ou d'un recours hors délai, et par un petit parti qui jugeait la loi électorale inconstitutionnelle. Il s’agit de Ismaël Kitenge Pungwa, Jean-Paul Moka, Jean-Pierre Lokongo Limbala, Vanga Kaniki et Mme Léonard Lomami devront oublier toutes leurs ambitions à briguer un mandat présidentiel en Rd Congo. C’en

est fini pour les cinq candidats à la présidentielle de 2011, qui pensaient briguer un mandat présidentiel et par là, a pporter leur contributi on a u développement de la Rd Congo. Car en effet, la Cour suprême de Justice (CSJ) a statué en audience publique, sur cinq requêtes formulées contre la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Après que la CSJ ait vidé ce contentieux, il appartient aux onze de l’équipe nationale retenus par la CENI d’apprêter leurs armes, afin d’affronter la campagne électorale qui pointe déjà à l’horizon.

Plumafrik


Spéciale Election 2011 en RDC P a ge 7 Elections 2011: Pour 500 sièges prévus

Plus de 19.000 candidats enregistrés à la députation nationale

a CENI a publié, le vendredi 14 octobre 2011, la liste définitive de candidats aux législatives nationales. De plus de 19.000 candidats au départ, sur la liste provisoire, les candidats à la Députation nationale retenus, après nettoyage de doublons et autres erreurs matérielles, ne sont plus que 18.386. Ce sont donc ceux-là qui se mettront sur la ligne de départ, le 28 novembre prochain, pour se disputer, à travers les urnes, les 500 sièges de la Chambre basse du Parlement. Un véritable record par rapport aux 9.500 dossiers enregistrés par la Commission électorale indépendante (CEI) en 2006. Avec cette publication de la liste définitive, les Candidats sont ainsi libérés.

D’autant plus que rassurés, ils peuvent déjà voir les décorateurs, avec leurs numéros d’ordre, pour imprimer des calicots et autres matériels de campagne électorale, laquelle démarre bientot. Il n’y a donc plus de temps à perdre. Ils sont plus nombreux qu’on ne le croyait. Comme on le voit, il ne s’agit pas d’une révision à la baisse, bien au contraire, c’est une révision à la hausse et donc tout un engouement autour de 500 sièges que compte l’Assemblée nationale comme le prévoit la Constitution de la République. Cet engouement, de l’avis de certains observateurs, qui se justifierait par le fait que de plus en plus de Congolais croient qu’ils peuvent faire mieux que les députés de la mandature finissante dont une bonne partie n’aurait pas été à la hauteur des attentes du peuple. Les BRTC avaient enregistré jusque vendredi 23 septembre dernier 19.497 candidats députés. On se souviendra que c’est en dernière minute, conformément à la mentalité congolaise, que beaucoup de dossiers ont été déposés et la CENI a même dû accorder une rallonge en remet-

tant des jetons aux retardataires pour qu’ils reviennent déposer leurs dossiers le lendemain au bureau de réception et de traitement des candidatures. Nul doute que la publication jugée imminente de la liste des candidats à la députation nationale ne manquera pas de relancer le débat là où, déjà, certains partis d’Opposition semblaient accuser la CENI de ne pas tenir compte de leurs listes de candidats députés. Mais, qu’est-ce qui justifierait donc le passage de 7.300 à 12.000 dossiers pour la députation nationale? La bataille s’annonce donc rude pour les dix-neuf mille candidats engagés dans la course pour occuper 500 sièges à l’Assemblée nationale. Par exemple, pour la province de Kinshasa: dans la circonscription électorale de Kinshasa I Lukunga, pour 13 sièges, il y a 1329 enregistrés. Dans la circonscription électorale de Kinshasa IV Tshangu, 1588 candidats devraient battre campagne pour occuper seulement 15 sièges à l’Assemblée nationale. A Dibaya dans le KasaïOccidental, soixante deux candidats vont se disputer deux sièges.


Sous le parrainage chaleureux du couple JP et Jeannette MFUMU, c’est le samedi 10 septemb pour épouse Asha VIRJI EKILA de la famille MPOLO EKILA à Londres en présence d’une fo Sous l’encadrement spirituel du couple Alain et Aline, la bénédiction nuptiale de ces nouveaux pour le Réveil Spirituel) en l’église St Mary’s Church de Londres. Avant cela, le couple s’était cérémonie chaleureuse que l’autorité civile les avait déclarés solennellement époux et épouse. IGASHA», se sont promis fidélité et amour jusqu’à ce que la mort les sépare. La soirée dansa Londres. Des personnalités de divers horizons et de diverses cultures y ont été conviées . L’atm et autres se côtoyaient aisément. Toute la communauté mixée venue répondre à cette invitatio aussi de cette occasion pour souhaiter au couple IGASHA, longévité, bonheur, amour, prospérité


bre 2011 que Igor KIALA de la famille Serafim KINZOLE a rompu avec le célibat en prenant oule nombreuse venue de partout pour soutenir ce jeune couple dans cet engagement de la vie. mariés a été officiée par le Pasteur Mabs Nkumu de A.I.R.S church (Action Internationale présenté le jeudi 08 septembre 2011 devant l’officier de l’Etat civil. C’est au cours de cette . Les nouveaux jeunes mariés, que la rédaction de Plumafrik Magazine a surnommé « COUPLE ante a eu lieu dans la salle luxueuse de KERVAN BANQUETING d’EDMONTON au Nord de mosphère était à la fête. Une vraie fête mixée où la Rumba, le Pinguis, le Ndombolo, le Makossa on a souhaité plein de bonheur aux heureux époux ! La rédaction de Plumafrik Magazine profite é et heureuse progéniture dans leur nouvelle vie de couple.


P a ge 1 0

Spéciale Election 2011 en RDC

Elections 2011: En rejetant la requête de l’UDPS contre la Ceni

La Cour Suprême de Justice confirme son appropriation en devenant la “Cour Surveillée de Joseph”

n RD Congo, depuis un certain temps, la justice oeuvre au service des intérêts politiques. Quatre années après la promulgation de la Constitution en vigueur, la confusion paraît totale entre le pouvoir politique et l’institution judiciaire. La justice civile est contrôlée par des «hommes du Président» incarnés par le premier président de la Cour Suprême de Justice (CSJ) et le Procureur Général de la République (PGR). Ces deux hauts magistrats doivent leur fulgurante ascension à la «générosité» d’un seul homme: le chef de l’Etat. Ils n’ont des comptes à rendre qu’à celui-ci qui les a placé à ce poste. La justice militaire, quant à elle aussi, ne fait pas exception. L’auditorat militaire compte en son sein des officiers qui n’ont jamais entendu parler d’incompatibilité consistant à porter concomitamment la casquette d’auditeur militaire ou d’avocat général et celle de fonctionnaire au Conseil national de sécurité. Un appendice de la Présidence de la République. La justice congolaise peine à devenir un vrai pouvoir, indépendant du Pouvoir législatif et du Pouvoir exécutif, comme le proclame le premier alinéa de l’article 149 de la Loi fondamentale. Quatre années après la promulgation de la Constitution, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) qui est censé garantir l’indépendance des magistrats n’est plus qu’une coquille vide. Cette institution est dessaisie de son droit de regard sur l’avancement en grade et la discipline au sein de ce corps. Depuis deux ans, Joseph Kabila s’est arrogé, en violation de la Constitution, le pouvoir de nommer, de révoquer et de mettre à la retraite qui il veut, quand il veut. Ce coup de force constitutionnel a mis la justice au service exclusif des interets politiques de ce dernier et de ses proches. Comment ne pas parler de "banditisme judiciaire"? Des cas de banditisme judiciaire ne sont plus à compter dans la très mal nommée République «démocratique» du Congo. En voici quelques uns, le 27 mai dernier, «sur ordre de la haute hiérarchie», le procureur général de la République avait ordonné l’arrestation du député national Martin Mukonkole (Opposition) et son incarcération à la Prison centrale de Makala aux termes d’une enquête menée depuis six mois. nationale a-t-il été préalablement saisi? Nullement. A contrario, au mois de mai de cette même année, le ministre des Affaires foncières et son collègue en charge de la Justice; tous les deux appartenant à la mouvance kabiliste, étaient descendus en personne à la «Cité» précisément dans la commune de Kinshasa pour «stopper» la procédure de déguerpissement à l’encontre d’un député national.

La CSJ avait pourtant pris un arrêt assignant ce parlementaire à résidence. Le 21 juillet, en violation de l’immunité parlementaire, le domicile d’une députée nationale a été perquisitionné par quatre individus armés en civil. Ils étaient porteurs juste d’un «avis de recherche» émanant de l’Inspection Provinciale de la ville de Kinshasa. Le Bureau de l’Assemblée. Selon nos informations, le parlementaire menacé est étiqueté AMP (Alliance de la majorité présidentielle). L’une des preuves l’appropriation de la justice congolaise Le rejet, par la Cour suprême de justice (CSJ), de la plainte de l’affaire opposant l’Union pour la Démocratie et le progrès social (UDPS) à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Dans son arrêt rendu mercredi 5 octobre dernier, le greffe civil de cette cour a affirmé que le parti d’Etienne Tshisekedi a déposé sa requête un jour après la date limite du dépôt des recours. Dans sa plainte, l’UDPS accusait certains partis politiques, entre autres ceux de l’AMP, d’avoir aligné plus de candidats que de sièges dans certaines circonscriptions électorales, contrairement à une disposition de la loi électorale. (Lire cette disposition dans l’article 22 de la loi électorale). L’avocat de l’UDPS, Me Richard Bondo a affirmé que le dossier a été mal traité à la CSJ. «Le pays est vraiment en danger avec pareille décision», dit-il. Me Bondo soutient que l’UDPS a deposé son dossier dans le délai de quatre jours recommandés par la loi électorale. Il explique: «Les listes ont été publiées le 22. Les recours sont déposés dans les 4 jours qui suivent. Mais parce que les 4 jours sont, ce qu’on appelle en droit le délai préfix, qui sont des délais francs, les vrais 4 jours sont les 24, 25,26 et 27. Or, dans le dossier judicaire, le greffe a réceptionné le dossier de l’UDPS le 27.» Pour le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), un des partis accusés, le droit a été dit. Son avocat atteste que la Cour n’a fait que dire le droit et ne peut aller au delà de la loi. Ces quelques cas cités ci-haut sont révélateurs d’une réalité: la Justice congolaise est malade. Inféodé au pouvoir politique, l’appareil judiciaire devient une menace au lieu d’être le protecteur des droits et libertés de tous. La législature qui s’achève n’a pas apporté le changement escompté par les citoyens. Bien au contraire. Elle a favorisé l’émergence d’un nouveau pouvoir monolithique. Un nouveau pouvoir dictatorial. Iludav


Spéciale Election 2011 en RDC P a ge 1 1

Afrique: Les fruits du néocolonialisme


P a ge 1 2

Spéciale Election 2011 en RDC

Brazzaville: Après Successivement Bimi Ombale et Mbuta Mashakado Le Zaiko « Familia Dei » Bakunde Ilo Pablo, compositeur de « Oiseau Rare », est enfin mort a terre est vraiment insatiable! Apres Bibi Ombale et Mbuta Mashakado, une fois de plus le clan Zaiko Langa Langa vient de perdre un de leurs en la personne de Bakunde Ilo Pablo selon une information livrée ce jour par l’asbl « Artiste en danger » qui, depuis plusieurs mois, ne cessait de multiplier des S.O.S en faveur de l’artiste qui était alors hospitalisé et dont l’état était jugé préoccupant. Ce grand batteur qui a œuvré dans Zaiko Langa Langa et Zaiko Familia dei vient de nous quitter depuis le lundi dernier 19 Septembre dans la soirée de suite d’une longue et pénible maladie. Selon cette association, la nécessité d’une prise en charge et d’une évacuation vers l’étranger pour des soins appropriés aurait permis à Pablo de tenir, à défaut de s’en sortir. En 2008, des rumeurs l’avaient annoncé mort alors qu’au cours de la même année, il avait pu bénéficier d’un traitement médical à Johannesbourg en Afrique du sud grâce à l’assurance santé de la Société nationale d’assurances (Sonas). Ancien batteur de Zaïko Langa Langa de 1974 à 1988, il a été le co-fondateur de Zaïko Familia Dei né d’une scission de Zaïko en 1988. Au début des années 90, cette formation musicale se fit

rema rquer a vec la chanson « Oiseau rare » de Bakunde llo Pablo, et entreprit une longue tournée euro-américaine. Depuis, Pablo n’a plus été actif sur la scène. La dernière fois qu’on l’a vu, en compagnie de ses anciens collègues, ce fut De gauche à Droite: Bakunde Ilo Pablo en lors des retrouvailles à l’occasion de la sortie de compagnie de ses anciens camarades Bozi prison du chanteur Boziana, Papa Wemba, feu Bimi Ombale et Evoloko Jocker. Parmi Jossart N’Yoka Longo les diss idents , on comptait notamment Dans le lot, on retrouve « Ando » et Bimi Ombale, Nsumbu Lengi Lenga « Ndonge » (1974), « Eboza » (1975), alias Yha Lengos, J.P. Buse, Yvon « Alekanda » (1976), « Libota » et Kabamba, Jimmy Yaba, Petit Poisson, « Matata » (1977), « Feti » et Mandjeku, Bébé Atalaku, Djo Moplat, « Mangobo » (1978), « Princesse Jo Maly, José Lema, Beniko Popolipo Sanura » (1981), « Matsi ya Ilo ». Que Zéro faute. Bakunde Ilo Pablo qui, en la terre de nos aïeux lui soit douce et 1974, fut incorporé dans Zaïko, en agréable; et aussi à tous les musiciens du remplacement de Mary Joe (Méridjo), Clan Zaïko qui l’avaient deja précèdé arrêté et transféré à Ekafela, dans la nous citons: Teddy Sukami, DV Moanda, province de l’Equateur, a signé les Enoch Zamangwana, Zéphirin Matima, meilleures chansons de sa carrière avec Dido Yongo, Lengi-Lenga, Pierre Kumu, ce groupe. Bimi Ombale, Mbuta Mashakado!

Bruxelles: Comme Molière

L'artiste congolais Dieudonné Kabongo est mort en pleine scène e son vrai nom Dieudonné Kabongo Bashila, cet artiste congolais est né en 1950 dans le Katanga. Donc, il est décédé à l'âge de 61 ans sur Scène au Centre Armillaire à Jette, en région Bruxelloise le 11 octobre 2011. Quand il s’est effondré. il n'a pas pu être ranimé, malgré l'intervention immédiate de secouristes présents dans la salle. Il était belge (bruxellois) d'adoption depuis 1970. Il n’était pas seulement comédien, mais aussi conteur, musicien et humoriste. Il se fit connaître au grand public en remportant le premier prix du Festival du Rire de Rochefort en 1984, en compagnie de Mirko Popovitch, avec le spectacle Méfiez-vous des tsé-tsé,face à face entre colonial et colonisé. Spectacle présenté ensuite en France, en Suisse, au Québec, et au Congo (RDC). Très actif sur les planches, on l'a vu également dans les films "Lumumba" de Raoul Peck et ''Le Couperet'' de Costa-Gavras. Dernièrement, il avait fait aussi une petite apparition dans la série ''Plus Belle La Vie''. Artiste polyvalent, il participe à l'animation de différents événements et émissions de radio et télévision. En novembre 2007, il fait partie des personnalités non politiques du Groupe Wallonie-Bruxelles3, créé à l'initiative de la Communauté française de Belgique pour débattre de l'avenir des francophones. Parmi les membres issus de la société civile, il est le seul provenant des milieux socio-culturels et d'origine étrangère. Il est membre du groupe n°4, chargé des « matières culturelles », tels l'audiovisuel, la culture, l'emploi des langues ou encore le sport. Artiste engagé, il est président de l'association sans but lucratif d'aide à la jeunesse Belge, l'Observatoire Ba YaYa (2005-2010). Théâtre *Méfiez-vous des tsé-tsé

*Atterrissage de Kagni Alem; Denis Mpunga *L’invisible de Philippe Blasband; Astrid Mamina *Droits de Succession de Vincent Azé & Eric Delcourt *" Bas les Masques" de Dieudonné Kabongo, Chris Borry, Lorent Wanson Filmographie *1989 Ti amo *1991 La sensation de Manuel Poutte (Prix spécial du Jury du Festival de Cannes) - court métrage (1992) *1996 Le Damier *1998 Pièces d’identité *1999 vidéo Jean Baltazaarrr d'Arno et Beverly Jo Scott *2000 Lumumba de Raoul Peck *2005 Juju Factory *2005 Le Plus Beau Jour de ma vie de Julie Lipinski *2005 Les Habit neuf du Gouverneur *2005 Le Couperet de Costa-Gavras *2010 Plus belle la vie: Oncle de Djawad. *2011 Les Fameux Gars: M. M'Bokami.


Spéciale Election 2011 en RDC

CAN 2011: Pendant que Les Léopards s’en vont

P a ge 1 3

Les troubles politiques qui agite le pays de Mouammar Kadhafi ont fait reculer la Confédération Africaine. Un temps évoquées, les candidatures de l’Algérie, de l’Egypte et du Maroc n’ont finalement pas été retenues. La fédération libyenne de football a en effet signé un accord avec l’Afrique du Sud pour que cette dernière devienne hôte de l’édition après celle de 2012 en Guinée équatoriale et Gabon. La Libye, elle, récupère l’organisation de l’édition 2017.

Le Maroc complète la liste des 16 Qualifiés La formation entraînée par Eric Gérets n’avait pas besoin de gagner ce dernier match compte tenu du résultat entre l’Algérie de Vahid Halilhodzic, qui n’a déjà quasiment plus aucun espoir, et la République centrafricaine (2-0). Mais les Marocains ont eu à coeur de bien terminer ces éliminatoires devant leur public.

Les 16 pays qualifiés:

n connaît désormais les 16 équipes qui participeront à la prochaine Coupe d’Afrique des nations de football qui sera organisee du 21 au 12 fevrier par le Gabon et la Guinee Equatoriale. C’est le Maroc qui a été le dernier pays qualifié pour la Coupe d’Afrique des nations 2012. Grâce à leur succès face à la Tanzanie, dimanche 9 septembre dernier à Marrakech (3-1), les Lions de l’Atlas ont terminé premiers du groupe D et obtiennent leur billet pour cette competition.

Gabon (organisateur), Guinée équatoriale (organisateur), Mali, Guinée, Zambie, Libye (meilleur deuxième), Maroc, Sénégal, Burkina Faso, Niger, Côte d’Ivoire, Ghana, Soudan (meilleur deuxième), Angola, Botswana, Tunisie (meilleur deuxième).

CAN 2013 : Algérie et Maroc non, Afrique du Sud oui C’est finalement l’Afrique du Sud qui organisera la Coupe d’Afrique des Nations 2013, initialement prévue en Libye. La faute à la guerre civile qui enflamme le pays depuis le début de l’année 2011. Comme prévu, la Libye n’organisera pas l’édition 2013 de la Coupe d’Afrique des Nations.

CAN 2013+CHAN 2014 contre CAN 2017 C’est ce qu’il s’était passé pour l’édition des moins de 20 ans, prévues en Libye mais qui s’est finalement tenue en Afrique du Sud, au début de l’année 2011. La nation arc-en-ciel a prouvé sa capacité de réaction en organisant au pied levé la compétition des U20 et démontré son savoir-faire lors de la Coupe du monde 2010. L’Afrique du Sud hérite également du CHAN 2014. Reste plus qu’à attendre l’aval de la CAF, qui doit ratifier cet accord entre les deux pays à l’occasion de la prochaine réunion du comité exécutif, le 28 septembre au Caire.


P a ge 1 4

Spéciale Election 2011 en RDC

Coupe du Monde 2014 : Le tirage au sort de la Zone Afrique

e tirage au sort des qualifications pour la Coupe du Monde 2014 qui se déroulera au Brésil en 2014 a eut lieu à Rio de Janeiro. La zone Afrique verra 20 pays s’affronter dans un premier tour préliminaire puis 10 Poules de quatre équipes avec un mini championnat afin de sélectionner les 10 meilleures de chaque groupe. Le troisième et dernier tour, en match Aller et Retour permettant de qualifier les 5 meilleures équipe pour la Phase Finale de la Coupe du Monde au Brésil 2014.

1er tour éliminatoire : Match Aller le vendredi 11 novembre 2011, match Retour le mardi 15 novembre 2011. 1 Seychelles - Kenya 2 Guinée Bissau - Togo 3 Djibouti - Namibie 4 Ile Maurice - Liberia 5 Comores - Mozambique 6 Guinée équatoriale - Madagascar 7 Somalie - Ethiopie 8 Lesotho - Burundi 9 Erythrée - Rwanda 10 Swaziland - RD Congo 11 Sao Tome - Congo 12 Tchad - Tanzanie Les douze vainqueurs du premier tour seront ensuite rejoints pour le deuxième tour par les vingt-huit associations membres participantes restantes. Il est prévu que les matches soient disputés au cours de la période allant du 1er juin 2012 au 10 septembre 2013. Les premiers de chaque groupe accèderont au troisième tour. 2e tour de qualification (du 1er juin 2012 au 10 septembre 2013).

Groupe A : Afrique du Sud, Centrafrique, Botswana, vainqueur match 7 Groupe B : Tunisie, Cap Vert, Sierra Leone, vainqueur match 6 Groupe C: Côte d’Ivoire, Gambie, Maroc, vainqueur match 12 Groupe D: Ghana, Soudan, Zambie, vainqueur match 8 Groupe E : Burkina Faso, Gabon, Niger, vainqueur match 11 Groupe F: Nigeria, Malawi, vainqueur match 1, vainqueur match 3 Groupe G : Egypte, Guinée, Zimbabwe, vainqueur match 5 Groupe H : Algérie, Benin, Mali , vainqueur match 9 Groupe I : Cameroun, Libye, vainqueur match 2, vainqueur match 10 Groupe J : Sénégal, Angola, Ouganda, vainqueur match 4. Le premier de chacun des dix groupes se qualifie pour le troisième tour. Cinq matchs en allersretours les 11-15 Octobre et 15-19 Novembre 2013 et les cinq vainqueurs de ces rencontres seront qualifiés pour la phase finale de la Coupe du Monde.



MAQUETTE PLUMAFRIK SPECIAL ELECTION RDC