n. 6 - Maggio 1933

Page 1

LE SURRÉALISME

AU SERVICE DE LARÉVOLUTION


COUVERTURE PROCÉDÉ RADIANA

(Exposer fortement A la lumihre e t regarder dans l'obacurit8).


EDITIONS ALBERT SKIRA

- PARIS '

25,

RUE LA BOÉTIE

MINOTAURE HEVUE ARTISTIQUE ET I~ITTÉRAIRE

ARTS PLASTIQUES - POESIE - MUSIQUE - ARCHITECTURE E T H N O G R A P H I E ET MYTHOLOGIE SPECTACLES E T U D E S ET O B S E R V A T I O N S P S Y C H A N A L Y T I Q U E S

-

DIRECTEURS : - A. SKIRA

E. TERIADE

-

15 F ~ V R I E R 15 AVRIL - 15 JUIN - 15 OCTOBRE - 15 DÉCEMBRE Exceptionnellement le premier numerd sera publiB le 25 Maf, date de laquelle partiront les abonnements.

SOMMAIRE

. . .. .. .. .. ..

CHRONIQUE L'art du ruiaatau. Coripa de frit chez nioi. Uni exposilion Cedance de l'Art. -4 ropor da la rtédillon des Cnntes hzarnn d'rlehlm dpArnlm Chroriogmmea. Dritx manqiies.

. . .. .. .. .. ......

.. .. .. . . . . . ......... LES I'HI\SA(;ES. ballct . . . . . . . LE COHPOU . . . hurneiilr ru? la recunslilu-

...

DRAMATURGIE DE SADE

Andrd Breton. .Ilnice1 Jean. Anilrf Masson.

I 1

inddits lion dit fronton d. Cwlou. r i ~ r c

fine nolice de M a R a p h d l .

...

......

sur le 1hCilln du Marquis de Sade rt ses tendances prycholo-

ütude

PItUNTON DE

t ' i r ~ s s o DANS SON ~ L ~ M E N T .

1

V ~ t s u nP ~ A ~ I Q U DU E MOUVEMENT Fr Tkriade. Jkproduclion d'criiuren di1 T i n l ~ t , de Rubenx, Pousain,' etc...

Pierre Reverdy. Jhiirice Raynal. E. Teriade. R e d Crevel.

Paul Eluard.

NO

.

........

SUJETDE Z B ~ o n i ~ n D.A.F. de Sade. Sdruvio inLdiL de ccl& j t d c e LETi1e tous L titre de Sop O et Desfrans. reçut au ThCdtre m viremais non ubiite. T a t e Clabli par Maurice 8eim ru? lb J'fIctnUJcri1 airloliranhe. - -

...........

Andr0 lireion.

t'rilclirr de pciniiirc. t'ntellcr de aciilpturt. Sci~lpturrs. S n i m l * rcprotiiittloni inddilrs, airstlliinnl un d ~ i i m e n lcornplcl rrir les sculplrurr drcntca de Pictaaso.

3iaurlca Heine.

~I*SSA~RES. Cahier de dersins iiiiprimér sur papier rpèclal.

Andrb Maison.

1.n ~ . ~ O IDE R BAUUBLAIRB Prviralt & Baudelaire, un dessin el une gmvura pu H u u i Matis#e.

Pat11 Eluard.

.... r~m~&mfisciuirnc-x .....

liiirt Weill.

pages manuserilcr de la parlition muslccrlc #un ballrt

Deux

inèàil.

.........

UNE ASATOYIE. Cahier da 18 h l n r &cents IinMtiaj irnprimla r w papier rplclal. . .

Pablo Picasso.

N a r a t n n i ~ ~ ou u ï Pnbs~m.

Hem

t'nnrk& DU

CORPS RWAIN

..

....

I

h

P R O B L ~ ~ M B DU SNLE ET u s FORMES P A R A N O ~ Q U E SDE L*EXP& RIHNTA

. . . . . . . . . . . . Dr. Lacan. . . . Michel Lcirls. Reverdy. . Carnet de Premiers dmumcnis de la MLshon Dmms

P U N ~ A I R B S DOOON.

mute.

Ma~~ricc Ra@.

Dakar-Djlboutf.

(La couverture dè ce numbro erit spdciaiement composée par Picasso).

80 pages - Format in-40 raisin

- 120 Reproductions - Prix du Numbro fr.

15


LES ÉDITIONS DES

CAHIERS LIBRES ~//!/lO/lCi?/lt

q zle

QUELQUES COLLECTIONS (le la revue

LE SURR'ÉALISME il.. S. B. L. R.

--i

~~liées 111eitzP f o i l ~ (fivs (le Sulr!rrdor*Ijn li) O I Z ~d t é

Ces voluiiies reliés, coiiteiiant

44

264

pages de

texte et

pages d'illus~rations sont vendus aux bureaux des

CAHIERS TJIBl\ES 25, passage d'Enfer - PARIS (X1Te) Tél. : Danton 24.42 OIL SUI*

cornniaiide

A U PI\ IX DE roo FRANCS


LlBRAIl\I i3 DU LUXEMBOURG 73, boulevard Saint-Michel

- Odé. 30.60

LITTÉRATURE GINÉRALE Bolffatd. -Brassa?.

- --

-

ny-Pclgnot. Nota Dumas.Ecce Photo. Florence Henri. Kaskcll. Krrtesz. Kollar. G. KrriIl. E. Landau. Lee Mlller, Lemare. E. Lotar. Man Ray. Moral.Parry. Rosy Ney, Sougez. Tabard. Vindor, Vlgncau .-Y Ila. Zubtr. Rend Jacques.

--

-

GROUPE ANNUEL DES PHOTOGRAPHES (;AIABHIE DE LA

DU 3 BiAI AIJ 3 JUIN 1933 73, boul. Saint-Michel PLEIADE (Odéon 30.60) A paraftre prochainement

LIHR.PIR1B CrALLIM.9KD 15, boulevard Raspail, PARIS-VIT= LITT- Mltro

TblLphonr :

%-8&

i

BAC

aux

ÉDiTiDNS SURRÉALISTES SALVADOR DALl

A I'ARAITHE

LE CATALOGUE S 0 tB

DE

Interprétation paranoiaque-critique de l'Image obsédante 6 L L'Angélus de Millet " PROLOGUE : Conbidi.rati0n.i ~ÇiiPriilersiir le

BEAUX LIVRES ANCIENS ET h10DERNES KYYO.

iiiéea-

ninrne des phtnoménes parnnoïaquea du point de \ iie surrbaliste. I PART^^ : Descril~tiondes pli&noménesdhllranti initiaiix. Description des phénomènes sccondaircs prndiiita autour de L'irna e obsbdante. Considérations c3ti "es siir le phenotnCne cifilirant init?al. 2- I D . u n e: Interpr&tntfonpuranoînqite des pli&MANUSCRITS nom&wi secondafr~s. 3-. PARTIE:lx lnytlie tragiqiie de 1' a .\ngcliis s AUTOGRAPHES de ilillet. L;o~c~usroxr : Possibllltés hypothetiquei de nouvelles mdthodei d investl(2ation sclrntilIqiir, h i d n sur I'actlvltb ~iornnnïa<lii~crlt iqi~ea. Q I A T l ' l T E - m K B T .a ~ b ' ~ r b ~ ~ SOTES. ~ ' R FAIT

1IIIMA1819

llO(:t'\l l:X'ïS P l l(~~O4;ii.lPl l IQrJCS r


A U S E R V I C E DE L A R É V O L U T I O N Directeur : André BRETON 42, Rus Fontaias, PARIS (93

Tblépboni

:'

Trinitd 3&18

w

SOMMAIRE N, LÉNINE : En lisant Hegel. (Infroductiun pm Aitdri THIRION)

.... Centenaire d'Arnim. Arthur HARFAUX et Maurlce HJZNRY.. .. A propos de I'expéri-

RECHERCHES EXPËRIMENTALES:

AndrC BRETON

'rnentatjon portalit sur la connaissance

irrationnelle des objets.

zdcnkoR E I C H . . .. . Preface

.

Une girafe.

..

L'humour,

Luls BUNUEL. .. .. Marcb RISTITCH

A une etiide sur la métaphore.

.. . ... Max ERNST .- - . . .

Vie de l'objet. on l'inspiration.

*

tration et d'orientation dans un tableau. D. sur les possibilitts irrationnelles de vie 4 une date quelconque.. E. sur certaines possibilitts d'embellissement irrationnel d'une .vlIle. a

attitude

morale. Yves TANOW

A, sur la connaissance irrationnelle de l'objet : Boule de Cristal. B. SUT la connaissance irrationnelle d t I'objet : Un morceau de velours rose. C. sur les possibilités irrationnelles de p h i -

RÉPONSES par Andrt Brtton, Dtnist Btllon, Roger Caillois, Rend Char, R:ni Crtvtl, Salvador Dili,

Paul Elunrd, Gala, Alberto Giacometti, Arthur Hariaux, Maurlce Httuy, J. M. Monntrot, CCsnr Moro, Nusch, Yolande Olivltro, Benjamin PCrct, Yves Tanguy, Trlstan Tzara, pi,,, yoyotte, ~ t o r g e ~s c m t t l n .

force

AndrC ct Marcel

. . . .. CHAR ..... . .

JEAN

Reni

Trlstan TZARA. . . .

.

de Hans ARP, Htnrl

la patrie* A quoi je me destine. Grains et issues. Mourir

POUS

REMARQUES par Paul Eluard.

POÈM ES

BARANGER, M. BLECHER, Oeorgts HUGNET, Douchan MATITCH, Benjimtn P f R E T , Gu1 ROSEY. NOTES

par Reni CREVEL, Salvador DALI, etc...

HORS-TEXT ES Albrrto GIACOMETTI, Rrnl MAGRITTE, Max ERNST, AndrC BRETON, Paul ELUARD, Valentlnt HUGO, Salvador DALI, Yvtr TANGUY, tic..,

Ii a Lft fird dc ce numJro 15 uemplaires nurn~rotés sur Hollcinde oan Cclder, dont Les

ndtht

ABONNEMENT Isr 6 n d r o r : France.. Étranger

h a .. .. .. 55& francs

5 hors commerce.

5 el 6 de cette ttuue puraijsmf simuliantment le 15 mai 1933.

LE NUhIÉR0

DÉPOSITAIRE CÉNERAL -:

E o i ~ i o ~es s CAHIERS LIBRES Francs.. . . . 25, passage d'Enfer PARIS (xtve)

~

~

t

8 fruies 10 i e h r


((

EN LISANT HEGEL ))

S u i peçii, au &but de l'am&. de Charlu Hainchetin, la traduction de quelqurs-ma du ndn prlscs par U n i n e au .om#une lecture de lu Scfenca de la Logique da Hepcl, ledure Jaife& Berne. & Za fin de IPl4. De la parl GHaidmZln. .dit lmductlon dewit ~ ~ n s t i l u eun r d u CICmcnLi #une c o l l u ~ i o que n le m u d Ual L i a r a d ne lui a par pamlr de ddiw enti8nment.

b lexie que nous irproduisons a U6 Clabtl bop?&I'Mtllon dlunande de ?a-dLI Bibhîhek (1). En î&e de chaqut paragraphe Iigurc u n chiffre put est celui àe la page cwrupondanîe du d u m e de œüe Mition :comme la Scicncs &la Logique n'es1 pas CMdufla en Irançala, ce& rètCnnce m'a p u la p l u simple. Quelquu noIcs. paurtcmt, w r a p p o r i d h k M i l e Lbglgae de t'ïbcyclopMie, tmduite par A. Vera roua le l i i n :L ~ g i q u iàe He@ (Ob Dam le mun d u tw l u elkztlonr de Hegel mni i o u ~ pol a~d u entre nuilIemcls. Fallait-il ou non commenter celle publiccilion? L'ddition aïicmmde ut. h n rujet, dune pmndc rdenw. lï m'a m b i è qatt celle manlCn?Ctali la me il le un^ lanI pour rater dan# le mdn Gune nirua qui n'ut par b pmpremml p w k t une revue philasophique, que pour ne pua alourdir i n o p p w l m h e n l un I d e donî la ndm m*ne a p p l h i t me lrCt longue do&. Ce n'ut la, encore une toL, qu'une partie d m Imtr Cahlm philoiophiquei oh Untna h i t e de la h @ q n sde Hepel. II mpparicwit auz rurrlalistta qui, & I'ezmptIon de quelquu philmphea pmfuslonnels, wnl #eu& Ici b sa rbeIams de ïa pende Mpcllcnnc et h rapporter const-eni leur dlmarcht p m p n & ccUe pende, bimprlmer pour la prcmlba lois m F m m a d u fmpmenis du didogue Htgcl-Llnlne. Pour nous Il na $'agit Ciildemuil pu & ra p r o p de tains ttdage Blrudilfon, non plru que de piquer pur jeu l a curioriil. L'effet qu'a pmduii rur chacun de notu la ledm dm taies qui ruiued notu a wnduit h lem rcoonnallic la plna p n d e puiasanec de chot i w loua ceux qui aspirmî & d t g a p 1- )di de rtvoiution ü a t o u i les objeti matMelm et inttllcetueli. PQJune face de I'aciiuill sumtalia& OPI*utiliib derclmir lm jupmiuili d e l l n l n i aut la didedique wii nfable. Par un da ma jupcmenlr oh mm ne touchionr porv mua-mCmu quelque dbi. de btr gram, da t d s nCccasaln.

-

Plus pai.(iculi&vmml aUid, en ce qui me m n c a t . par iea pmb1Pmu #ordre poliiique, fi doia dire an rique bai#uillet IQ penate du lecteur rwn une dlrcdfon purtfculitn que la dute de Moclfon de ceu tedu m'a Impp?. II u f remarquable qu'au momcnî mLme oh u e n ~ ide t se pmduùt l'effondnmnï de Ia P Inlemdionale, LCnh ait jugd indirpntubla d'dIw & nouoeau i n f m p vHegel, d crcl en d a d i o n aiiilrt le lail que leu p l u d t d b r u Uilo+icienaoocial&mauuies P a m l m i curieusemen1 nLpllpC. Suha doute Ltnine niri4ldLm-L-Il ce Lmwll comma 1s m p l d m m l ndceuaim h P d c m i a l i o n , & laquelle il re livra dom, de k Iranison d u parlis roclallst~.

-

L'lifdolre re &#le; les tdnem& dont I'Alfemapm, depu fa la t l n de Iumlu; mi le Mlh -tuciil nt? aux préoccuparloni théoffqua qui funiiI & ce morneni cellu de Unine plus d'aclualil& que @nuls.

de nature h dom

4. Retourner :la logique e t la thhorie de la connaissance doivent &tredérivées de l'dvolatlon de toute la vie materielle et i n t e l l e c t u e l l e . 6-7. Les catégories d e la logique sont des.abr4viations d e la 8 quantité infinie des a partlcularftés infinies d e l'existence extbrieum et de l'activité i. De leur côte ces catbgodes ser~ent IIl'homme dans la pratique. J

8. Objectivisme. Les catégories de la ensCe ne sont pas des moyens auxiliaires d e l'homme, mais l'expression des lois aussi bien d e a nature que de I'homme.

P

9. Mais Hegel ex1 e une Iogi e dans laquelle Ies formes doivent vivant, réel, auquel e les sont li es d'une manitre inséparable.

?

3"

etre pleines d'un contenu

9. La logique est I'ensei ement, non des formes extérieures d e la pensée, mais des lois l'lvolutlon de tous Ics obgts matériels, naturels e t i n t e l l e c t u e l s , c*est-bdhd e l8~volution d e l'ensemble du contenu concret du monde et d e sa connaissance, c'est-A-dire le résultat, le total, la conclusion d e l'histoire d e la connaissance d u monde. de

10. Devant l'homme est dCploy8 un rLscuu d e hknoménes naturels. L'homme instinctif, le sauvage, ne s'éitve pas su-dearur de ln nature, fhomma conscient e t actif, lui, i'élhvs audessus ;les catdgories sont le degré d e cette élévation, c'est-&-direde la connaissance du monde, les nœuds dans le réseau qui aident il le connaître et B s'en rendre maftre. (1) M ~ f ~ l Q c BLbtioiotliek. hm

- Band 23. -men-Berlin Vertag ilir Lftteratur mid PoIItilr (1932).

(2) Ce# notai figurent cI-apr&nmi lei n u m h i suivanti : 77-78. Lopique de Hegel. Z* edltfon. Tome II, p. 143. 91-Ba. Id., Ibid., p. 198. 116. Id., Ibld., p. 331-332. 118-120. Id, Ibid.. p. 339. 321-122. Id., Ibid.. p. 931.

--


Il. On doit dtriatr les catégories (et non pas le$ prendre arbitrairement ou mdcaniquement) non c en racontant I, a en assurant i , mais en démnnlranC) en partant des plus simples, d u ondamentales (l'etre, la n b t , 1s devenir) (pour ne pas nommer les autres) id, en elles, est r tout Ie développement dans Io germe 8.

I

-

15. Trk important. A mon avis, cela signifie :

10 Nlecssafre est la connexion, la connexion objective de toutes les faces,forces, tendanceg etc, du domaine donné des pbbnombnes. 20 i La naissance immanent0 des difiCrences a:., la logique interne objective de I'bvolutioi et du combat des dlitérencea de la polaritt. 17. La dialectique : 9

i

saisir 1s contradictoire dans son unité m.

17. Une formols maquifique : non seulement l'universel abstrait, mais un universel tel qu'ii contienne en sol a richessa du p a r t i d e r , de I'indIvidueI, de l'isolé, toute Ia richesse du partleuiier et de l'indivfduel m 1 Trb bien I 18. Non abstrait, mort, inanimC, mais concret r (caractéristique J Esprit et Essence do la dialectique 1) 18. Kurû :a borner m la raison e t fortifier la foi.

19. Ciel. Nature. Esprit. Le del Ut4 : mat6riaiisme. 20. J e m'efforce avant tout de lire Hhgel en matérialiste. Hegel est 1e materialisme placd rur la tete (d'après Engels) - c'est-$-dire je laisse le bon Dieu, I'absoIu, l'Id& pure, etc, pour la plus grande partie de cbt8. 22. Ce qul est le premier dans la science a dCi se montrer historlqucment Ir premier m (cela rtsonne d'une manikt extrtmcment matérialiste I)

26. La dialectique est I'enselgnement qui montre comment les confraires peuvent 4 t m identi es ont l'habitude d'btre (comment iis le dedennent) - sous quelles condftions iia sont ~%ntjquer,an as translermant l'un an l'autre, pourquoi l'entendement humain ne doit pas saisir ces contraires comme morts, gelds, mais comme vivants, conditionnés, mobiles, es transposant l'un dans l'autre. En lisant Hegel... 27. Pensee su.la didectique. En lisant Hegel.

-9

...

1'6lasticftd universelle, sous toutes ses faces, des notions, élastidtd qui va jus u'h l'identftd des contraires -18 gît l'essentiel, Cette Blasticitt5, subjectivement ap liquée 6 e a tique, sophistique. Sl cette blartieit6 est employda ob/ecCi~>emcrnl, c'est-9-dlrs d elfe reflets toutes les faces du rocessus materiel et son unité, alors elle est àiaiectique eile est l'exact reflet da I'4volutfon ternelie du monde.

1

70.

La loi est le reflet dci ce qu'fl y a d'essentiel dans la mouvement de Vunivers.

71. PhCnombne, totalité. (Loi = Partie). Le phénoméne est plus riche que Ia loi.

72. La Iol est un rapport. 77. Le dCvelo pement de la totalitd des moments de la reaiitb. N . 4 . connaissance di ectique.

J

- L'essence

de Ir

La substance est un degré essentiel dana Ie proch d'évolution de l'id&. m LIS :un degrb im ortant dans le procés de 1'4voIutfon de la connaissanct humaine de b nature et de la mati rem 78.

i.

P

82. La nécessité ne disparatt pas en devenant liberté. 85. Renverser :les notfons sont le plus haut produit du cerveau, du plus haut produit de la matikre.

92. Le phdnoméne est une manifestation de l'essence (91. Hegel pour la connrirssabiiitd de l'objet en sol).


99. Aphorisme :on ne eut comprendre complkternent le ii Ca it8i de Marx e t partie* i i k m e n t la ..1 chapitre si n'a p i s fitudi4 l fond et compris toug la logique de HcgeL.C'est pourpuof, depuis un demi-siécle, aucun marxiste n'a compris Marx.

fan

99. Aphorisme. E t Hegel a réellement démontr6 e les formes et les Iofs logiques ne $ont pas une enve)a pe vide, mais le refl5t du mon e objectif. Plus exactement non dtmontrt, mals &talenunt devin&,

...

8"

107. Dialectique mat Clrialiste. Les lois du rnonde extérieur, de la nature, leur division en mécaniques et chimt cs (cela est tr&simportant) sont les fondements de lractlvft8 de I'homme, diri Le net8 un but. ans son activith pratique, I'homme a devant lui le monde objectii dont il epend et qui dttumIne son activité. De ce cbt8, vue du cbtd de l'activitt? prati e de l'homme (s'dtant proposé un but) la cand i t 6 mécanfque (et chimique) du monde (de a nature) a paraît comma quelpus chose d'etUritur, comme quelque chose de subordonn4, comme que que chose de caché. Deux formes du rocessus objectif :la nature (le mdcanfque et le ehimIque) et I'actlvitb i e proposant un but e l'homme. Le rapport réciproque de ces formes. Lea buts da I'homma paraissent au début étrangers, r autres i dans leurs relations avec la nature. La conscience de l'homme, la science (a la notion i)reflete l'essence, la substance de la natttre, mais. cette conscience est en meme tem s une chose externe par rapport A la nature (elle ne coinclde pas avec elle tout de suite, sP,plement). C'est pourquoi la techniqne mécani e et la techni e chimique servent aussi des buta bnmnlnr parce u s leur caractère (4tatrconsiste dans cor détendnation p u der rapports extérieurs (les 10 s de la nature).

B

'f

P

P

B

P

1

a

; ils le PPosent 'homme que

108. En réalit8 les buts humains sont créds par le monde ob ecüf et le su trouvent A l'avance comme quelque chose de donnd, de présent. ais il semble ses buts naissent hors du monde, sont indépendants du monde (a LibertC.,. i).

110. Les catkgories de Ia logique et la pratique humaine.

...On doit retourner la chose :lractivft& ratique de l'bomme devait conduire, des mKUards de fais, la conscience de l'homme h la rbpbPitIon des diff6rentes figures logiques, afin que ces figures puissenl recevoir l'importance d'axiomes.

111. L'homme, par sa pratlque, démontre la justesse objective de ses fd6es, notions, conmajasances, de sa science.

115. N.-B. - La connaissance est l'approche eternelle et infinie de la penste vers l'obfet. Le reflet de la nature dans la ensde humaine n'est pas h comprendre comme mort, abstralt * i a n s mouvement, sans contra ictions, mais iI faut le comprendre dans le processus éternel du mouvement, de la naissance et de la négation des contradictions.

a

116. Hegel a génialement devint! la dialectique des objets (des phénomènes, du monde, de h nultue) dans la dialectique des notions.

117. Cet aphorisme ourrait btre exprimb d'une manitre plus populdre, sans le mot dakctique, par exemple &si : He el a gdnialement dcvlnd dans le changement, dans 1% dépendance rddproque de toutes bs not ons, dans i'fdcnlilé de leurs contraires, dans les passa es d'une notion dans une autre, dans l'éternel changement, dans 1s mouvement des notions, e même rapport des objets, de la nature. Mais seulement deviné, pas plus.

7

P

117. E n quoi consfste la dialectique?

N.-B.- Chaque notion se trouve dans un certain rapport,

avec les autres.

dans une certaine connerion

118. Les moments de la connaissance (P de l'Idée) de la nature par I'bomme, ce sont les tategories de la logique.

120. La dialectique n'est as dans l'entendement de I'homme, mais dans 1' a Ides &-dire dans la redit& obje&e. 120. L'idée est processus.

r,

c'est-


121. La v M t 4 est un nicessus. De I'fdde subfeetlve, l'homme parvient B la vérit8 o b j e ~ tlve par ta a pratique n (et a technique).

7

-

121-2. L'idée est la r vdrité r. L'idte, c'est-A-dire la pLritL comme processus car la véritb est un processus, traverse t m h degrés dans ion duolufion :l o la vie ;20 le roces de connaishumaine et la technique ;30 le de 6 de i'ldbe solue (c'est-8-dh d e le cerveau. Dans le cerveau umatn ne reflbte la nature. E r technique la preuve de la j ustesse de ceareflet8et en les employant, l'homme parvient & Ir vMt6 objective.

%

2

122. Toute science est Iogïque appiiqube. 135. 8 La ratiqua est plus haute que la connaissance thçorfque), car eils n'a pas aeulement 1st d i A t 4 da l'universel, mds aussi de In rtklitt4 h m diate.

I

-

142. L'unit6 de i'idde théori e (de la connaissance) et de la prdlquc ceci N.-B. et cette unit& justuneni d w la th orie de lu connaissance, car 1' a idde absoIue ien résulte comme une somma (mais l'idbe r Ie vrai objectlf r).

-

9"

144. (&drnents de la didectique). 1 0 L'ob~cdivlttde l'examen (pas d'exemples, de digressions, mais i'objet lui-meme) ; 2 O la totalité des rapporls varibs de cet objet avec les autres objets ; 3 O 1'4mlutlon de cet objet (ou du phénombne) son mouvement propre, sa vis propre ; 40 les Bndances internes (et les faces) se contredisant dans cet objet ; 5 O l'objet (Ie phdaornéne, etc.), comme somme et unifk des cunt~aires ; 60 le combat, ou le développement de ces contradictions, le caractére contradictoire des

efforts, etc,.. 145. 70 L'union de I'analyse et de la synthése, la décomposition des parties isolées et la total, i'addltion de ces parties. [La dialecti ue peut Btre brievernent déilnie comme la doctrine de l'unité des contraIres. Ainsi le noyau e la dialectfqus est compris, mais cela exige des BcIafrcissements, un dévelop pement] 80 Les rapports de tout objet (phénoméne) ne sont as seulement varits, mais gdnéraux, univerrsels.Toutobjet(phénom~ne,processuqetci), est é h t o u t . 90 Non seulement l'unité des contraires, mais les passages de chagite d6teminatian, de chaque qualité, de chaque trait, de chaque face,, de chaque propriété en chaque autre (en seni contrafre?) 100 Le processus infini de I'apparition de nouvelles faces, de nouveaux rapports, etc.. 110 Le processus inflni d'approfondissement de la connaissance de l'objet, des phdn* ménes, des rocessus, etc., par L homme, du phénomkne B l'essence e t de l'essence la molni profonde a plus profonde. 120 De la coexistence A la causalit6 et d'une forme de connexion, d'une dependance rCdproque une autre plus profonde, plus gdnerde : 130 la ripetition de certains traits, de certaines propribtts, etc., du stade inférieur dans la supérieur ; 140 Ie retour apparent A l'ancien (ntgation de la négation) : 150 Le combat du contenu avec la forme et inversement. Le rejet de la forme avec la transformation du contenu ; 160 Le passage de la quantité A la qualit4 et vice-versa (15 et 18 sont des exemples de 9).

B

IP

i'

150. Ce n'est pas la négation pure, la nCgation l'hésitation, le doute qui est caract6ristlque et doute, contient en soi l8él6mentde la négation et en fait mais la négation comme moment de la connexion, tien du positif, c'est-A-dire sans aucune hésitation sans aucun tclectisme. La dfaloctique conslste prlndpalernent dans la négation de la prémidrt thkse, dans son remplacement par la deuiéme (dans le passage de la premibre iî la seconde, dans la production de la relation entre la i r e et la 2*, etc,), la seconde peut Ctre fait prédicat de la l i e . Par exemple. - Le fini est infini. Un est multjple. L'individuel est univer8eL


153. Ceci est important : 10 la caractéristique de Ia diaiectique :autodynamique, source de l'activité, mouvement d e la vie et de l'esprit ;corilcidence da la notion du sujet (de l'homme) avec la réaiit6 ; 20 I'objectivisrne B son plus haut degr6 (le r moment le plus objectff a). 154. La r triplicit6 de la didectigue est sa face extérieure, superficielle. 156. AT-B. ceci :le plus rlchs est Ie plus .concret e t le plus subjectif.

N. LËNINE.

CENTENAIRE D'ARNIM "' ..........

I

.

*

a

.

.

.

.

.

.

*

t

.

.

.

.

.

.

.

.

.

*

*

*

*

*

*

*

Sont en prksence, A l'époque oh Achim d'Arnim atteint I'iige de vingt ans et où nous le trouvons htudiant en mathCrnatiques et en physique A I'universitb de Gœttingue, deux conceptions scientifiques, dont rune de tout rkcent avhnement, qui, loin de tendre d'emblée A se concilier, vont B tout rix maintenir leur antagonisme et mener rune contre l'autre une lutte A mort. ans les circonstances histonques oii s'engage un tel dkbat, pour un esprit aussi agile et aussi ardent que celui d'Arnim aucune neutralité n'est possible. Afin d'aider A le comprendre, je ne puis faire moins que retracer les pénpéties A premiére vue fort singdiéres du drame mental qui se joue alors et, sous couleur purement intellectuelIe d'imposer le choix entre deux methodes :la methode exphimentale et la méthode spéculative, entraine l'obli ation d'opter entre deux explications fonciérement discordantes du monde et e la vie, On ne saurait trop insister sur le r81e qu'a tenu la ph sique dans les prtoccupations des romantiques. La grenouille écorchée qui, hors e toute attente, en 1786, sur la table de Galvani, a exécuté le mouvement saccadél qu'on sait, si l'on tient compte de l'extraordinaire rkvélation qu'ils en ont reçue, du secours dont elle leur a kt6 dans la perception d'un nouveau monde aussitbt paré de toutes les lices mystiques et meme de l'habitude qu'ils ont contracthe, comme A son image, mettre leur cœur i nu, pokti uernent cette grenouille pourrait assez bien passer our leur totem. Or, lorsque en 800 Arnim fait son entrée dans le cercle qui s'est rom15autour des principaux universitaires d'lkna, 11 est remarquable que son génie propre l'oriente vers Ritter qui, partant des expériences de Galvani, vient, en mBme temps que Volta dont il ignorait les recherches, de mettre en lumiére des hénoménes susceptibles de confirmer les découvertes du magnétisme animal. La Egure de Ritter semble bien, en effet, la plus attachante du moment. Physicien, mais aussi cabaliste, théosophe et oéte, Ritter était dors, comme il le raconte lui-meme dans l'introduction ii ses ragmcnts, affecté d'un tic bizarre qui prenait l'apparence d'un a esprit n lutin et rappelle, B s'y meprendre. l'a kcriture automah ue P des médiums spirites. Ce tic 1 obligeait, ii tout instant, B s'interrom re dans e feu m&me de la composition et A écrire en marge de son manuscrit es inventions les plus burlesques r (2). Ce a surréaliste r avant la lettre se fait, après Mesmer, le grand apologiste du sommeil, par lequel, dit-il, r l'homme retombe dans l'organisme universel, est vraiment tout-piussant physiquement n, devient ir un véritable magicien B, Le ma étisme et le somnambuiisme requiérent tout partieulitrement son attention. E n s le rnagnktisme animal, dit-il, an quitte le domaine de la conscience volontaire pour entrer dans celui de l'activité automatique, dans la région oh Ie corps organique se comporte de nouveau comme un 6tre inorganique e t ainsi nous rduék les secrets des deux mondes ri la fois (3) r. Il importe, pour se faire une idée plus précise de l'état de son esprit et de i'étendue de ses démarches, de lui tenir compte enfin de la déclaration suivante : plusieurs

b

f

d

%

9

$

P

h p m t d r l'Introduction h In rCCdltion française cln Conlm Bizarru. S P E:Ncwulid. ~ LI& i w î'idéulfuns romanfique m Allcmagnc. R ~ ~ : ENachlori R attr den ppfcrui elnu junfen P h ~ i i k u r .

P


de ces ffagments je n'ai pu les publier, parce que sous leur forme primitive, ils paraPtraient trop osés e t trop scabreux, particuliérement l'un d'eux, composé eu de semaines avant le manage de l'auteur et qui est de telle nature qu'il SemLerait impossible qu'avec de telles idées un homme pbt jamais songer A se marier. Il s'agissait, paraît-il. d'une histoire des rapports sexuels d.travers Jes âges avec, pour finir, une descri tion de l'dtat idbal de ces rapports, description faite en des ternes tels, observe 'auteur, a que ce fragment n aurait pas trouvé gr%cememe auprès des juges les plus libéraux, malgré la rigueur de la dkmonstration a (1). Il est significatif de voir Achim d'Arnim, dont le premier ouvrage est un Essai de théorie des Phénomknes de I'Electricité, compter parmi les hbtes les lus assidus de la maison de campagne de Ritter au BeivédCre, dans les environs Iéna. C'est lA, en effet, que passe pour se fomenter ii un parti contre Schelling io, dont la Philusophie de la Nafure est vivement attaqube, Ritter ne voulant voir dans le systkme de Schelling a qu'un fragment de la Ph sique s et dans son auteur, incapable d'être r un philosophe par excellence : un phi osophe chimiste a, rien de plus qu'a un philosophe CIectncien * (2). Bien que quelques auteurs mentionnent A cette épo~ue, pour Arnim, l'existence de relations suivies avec Novalis, il semble qu'elles ment surtout kt& fonction des liens de reconnaissance passant pour unir Ritter A ce dernier, qui l'avait découvert e t arraché A sa condition misérable. E n dbpit de ses incursions très fréquentes et tri% suspectes dans le monde rnktaphysique, tout permet en effet de penser que Ritter, en tant qu'expérimentateur de très haute classe, dut aux yeux d'un jeune homme épris, par formation, de rigueur et, par tempérament, de pande curiositb comme Arnim, jouir d'un tout autre prestige qu'un poete mystique s'&garant jusqu'h re rocher Fichte de n'avoir pas mis l extase A Ia base de son systhme. Quoiqu'i .en soit, la mort de Novalis en 1801 assigne il ses possibilités d'influence personnelle sur Arnim des limites temporelles fort ktroites. Nous savons d'autre part qu'Arnim, qui s'est montré d'emblée particuliérement attentif aux travaux de Priestley, .de Volta, ainsi que du physicien e t humoriste Lichtenberg, et dont le protestantisme était fortement étaye de kantisme, n'entretint aucune relation personnelle avec Schelling. Ayant été des premiers ii condamner Ia Philoso hie de la Nafure, il ne put nécessairement suivre son auteur à travers les caprices e son 6voIution ni, lus forte raison, le rejoindre uand 1'0 portunisrne - qui pour mieux skduire Schel 'ng, avait ris les traits de Zaroline chlegel - lui eut dicte sa conversion aux id& les p us nuageuses de Ritter et de Jacob Boehme qui imprégnhrent le néo-catholicisme d'alors. De meme il est remarquer qu'il se tint toujours éloigné des fréres Schlegel. Une telleattitude, que j'ai tout lieu de croire délibérke, im lique A ce moment de la part d'Arnim une adhesion sans réserves aux theses e Fichte, dans la trés large mesure oh, objet des polémiques les Ius constantes et les lus violentes, elles défendent les droits de la Raison e t de a Critique, elles sont 'expression de la philosophie de la Reforme et de la Révolution. Douterait-on de la netteté et de la vigueur de cette adhésion qu'il suffirait ici de faire état d'un thrnoignage qui fixe en 1811, c'est-Adire l'année de la publication d'isabelle dPEgypte,un propos qui prend 4 cette date toute sa valeur : a Pour plus d'un auditeur, étudiant ou non étudiant, les conférences de Fichte, selon la remarque d'Achim d'Arnim, remplasaient ce qu'était autrefois la religion de l'Eglise. i~ (3) Ainsi trouve, vraisemblablement non sans grande effervescence et fréquent retour aux scrupules, A se dénouer dans un des cerveaux les mieux organisés du début du ~ 1 xuhcle, 6 dont il ne faudrait pourtant pas oublier qu'il est essentielIement un cerveau poetique, la situation remarquable faite A l'esprit que s'arrachent . alors plus manifestement que jamais les forces de progression e t de r é ~ e s s i o n Une coalition frappante qui, pour prendre dans l'histoire assez exceptionnellement conscience d elle-même, n'en est peut-être pas moins kternelle, tend A retenir dans le meme camp les poktes, les artistes et les savants originaux qui savent

.

l'

6i

T

f

'r

i

y

p~

-

(1) S P E M L : IbId. ~ (2) XAVIER UON :Ficltle d ion tempa.

(a) Max L m a

I

CC4chlchle der Kdnigl. Fr, W.

E

a

f

f'


trop le prix de l'illumination qui se produit, de loin en loin, A travers eux pour ne pas etre tentés de la déifier et pour admettre que quelque chose tient en dehors d'elle, si ce n'est la nuit. De la A vouloir épaissir cette nuit, il n'y a naturellement qu'un pas, ainsi qu'en tkmoigna Schellin dés qu'il se fut mis en tete de rassembler sur sa philosophie Ie plus gran nombre des suffrages romantiques, en prkconisant le retour au mysticisme e t en infkodant la science A I'art comme il ne put manquer de le faire lorsqu'il déclara ue a tous deux devraient se rencontrer e t se confondre si la science avait rkso u tout son problCme comme l'art a pour foujours (c'est moi qui souligne) résolu le sien. r (1) Dans l'autre Cam ,groupés autour de la personne de Fichte, comme ils le seront plus tard autour e celle de Hegel, se rassemblent les partisans des Lumiéres et parmi eux il est essentiel de reconnaitre, dés cet instant, Achim d'Arnim. C'est, en effet, cette conjoncture et eile seule qui nous rend pleinement saisissable le remords, vers la fin de sa vie, de Brentano, s'accusant, lui qui devait finir moine, d'avoir favoris& le mariage d'Arnim avec sa sœur : a C'est moi, dit-il, qui l'amenai il Bettina, que je livrais par 18 A la Littérature, aux philosophes, B la jeune Allemagne; c'est moi qui suis cause qu'elle n'a plus de religion. r Et c'est encore cette conjoncture qui nous explique que l'œuvre d'Arnim, dont la fantaisie est pourtant plus éblouissante qu'aucune autre A cette époque, n'encourt en rien le reproche d'ensembIe qu'on peut faire porter sur la plus grande partie de la litterature romantique allemande et qui s'exprime, A mon sens, avec une dkcision et une autorité incomparable, dans ce jugement de Hegel sur Henri d'Oflerdingen,le roman si nébuleux de Novalis :u Le jeune auteur s'est laisse entratner par une premidre invention brillante, mais il n'a pas vu combien une pareilie conception est défectueuse, précisément parce qu'elle est irréalisable. Les figures incorporelles et les situations creuses se dérobent sans cesse devant la réalité oh eues devraient pourtant s'engager résolument si elles-mêmes prétendaient B uelque réalit8 (2). a Rien de cet arbitraire, de ce vague, de cette irrésolution chez rnim. Je m'assure, aprh les avoir maintes fois relus, qu'il n'est pas dans les contes qui suivent commis. le moindre abus de confiance au delA de l'initiative qui consiste B mettre en circulation et en rapport des &es aussi dCliés que possible de la conventhn de se présenter dans leur substance ou dans leur maintien comme des &tresde la vie. Le premier assentiment donné il leur entrée en sckne, ces êtres se comportent avec un naturel et, pourrait-on dire, une bravoure dont je suis loin de trouver un équivalent dans les crbations de quelque autre conteur. Et disant cela je songe moins qu'A tout autre A Hoffmann et $t ses a diables B de pacotille, dont un prhtendu golem venu a p r h celui d'Arnim et qui n'en est qu'une grossière contrefaçon (3). Ce sont vraiment des objets parfaits d'illusion, poussant la coquetterie jusqu'h parastre se soustraire A la voIonté de l'auteur, de sorte que celui-ci, comme s'il échappait A toute contagion romantique, rend A c8té d'eux figure d'observateur impersonnel. Le c8té spectral de certains cf'e ces personnages ne nuit expressément en rien A leur humeur, qui est parfois excellente e t leur laisse toute licence de s'ébattre dans tous les sens pour notre plus grand émerveillement. Bref, la s p 4 dosité de leur existence ne les retient aucunement, dès u'ils ont été lAchés dans la vie courante, de manifester les penchants les plus v ables et de se corn orter logiquement selon leur nature. Ceci me parait devoir &tre mis d'autant p us en &idence que rien ne porte lus préjudice A Arnim que de le faire passer, comme s'y sont employés Heine e t C! autier, pour l'inventeur, remarquablement doué, d'histoires # faire i peur. II est, du reste, maint épisode d'un conte comme I s a b e k d'Eggpte (n'en rendrais-je u'un seul exemple A la page 131 de la premi6re édition franque de ce ivre) qui inf ige un démenti Bclatant à l'affirmation portée par Heine (4) et Gautier, du a sérieux a imperturbable d'Arnim et de sa crainte d'en user par trop familitrement avec les spectres. C'est très vainement, A mon sens, que le lecteur per-

cf

7

d

1

3

P

1

1 S œ ~ u i : ~ S~dtèrna o d@P l d t a i h e hnsctndanld. 21 H s o s ~t Jahrbdchcr fi& ~ ~ I u c r w ~ I I l cKrltik. ha 3 SUCHERI L t a sources du m~uttUCuzchez B. T. A. H o / j m m . 4) H-E :DI PAIIrmapc.

P


sisterait A se demander si, aux yeux d'Arnim, tel ou tel de ses personnages est vraiment vivant ou mort. quand bien merne cette incertitude serait pour procurer il certains esprits peu exigeants une terreur panique plus ou moins agréable. J'estime que Ie premier moment d'émotion passé, mieux vaut, A beaucoup r b , prendre ces personnages pour ce utas sont et le plus froidement du monde u servm pour cela que, dans leun dif éreaces, ils ne font que reproduire, par exemple, certaines propriétés des images optiques qui oscillent entre lavirtualitk et la réalite. Là rkside en effet, selon moi, le grand secret d'Arnim qui est de douer d'une vie des plus acceptables certaines figures inanimées aussi aisément qu'il parvient priver graduellement de vie des crkatures dans lesquelles nous avions tout lieu de croire que le sang circulait. Toute rdférence ii la magie serait ici plut& de nature A obscurcir le probl6me e t ne justifierait que trés médiocrement la part sensible que nous prenons B ces continuels renversements du sablier. La magie ne me paraît dans l'œuvre d'Arnim être utilisée que comme toile de fond, n intervenir que our faciliter d'une mani&re tout extdrieure I'exposition du drame purement intel ectrtel qui est celui de l'idéalisme aliemand au début du xrx* siécle. Songeons que le fameux que le décisif a Ce qui est rationnel est del, et ce qui est réel est rationnel i,s'il n'a pas encore étb prononce ou entendu, est d'ores e t déjA dans l'air et que toute consclence digne de ce nom doit, comme il se passe tou'ours en areil cas, en etre obscurément alertée. Subsiste cependant, en pleine umiére, FerreUr grandiose de Fichte qui, ne l'oublions pas, n'est tenue par aucun grand romantique pour une erreur, et qui consiste dans le fait de croire B l'r attribution ar la pensée de l'être (de l'objectivité) il la sensation étendue dans l'espace n. Je ferai remarquer que cette rnsniere de concevoir le monde exterieur, tendant A le faire dépendre de Ia seuIe puissance'du Moi e t hquivalant pratiquement A le nier, ouvre un cham très large aux possibilités d'a extirriorisation io en même temps qu'elle invite fesprit h procbcler B la dJcomposition du mouvement qui Ic porte d cette eztériorisation mtme. J'entends par IB que l'objet, conçu comme résultante d'une sCrie d'efforts qui le dégagent progressivement da l'inexistence pour orter ii l'existence et vrce-versa, ne connalt de fait aucune stabilitb entre le rée le e t l'imaginaire. C'est ce qu'exprime fort clairement un des héros de ce livre, l'Héritier du Majorat, lorsqu'il declare : a J e discerne avec eine ce que je vois avec les yeux de la réalité de ce que voit mon imagination. r a considération des cbtats secondsr que nous avons vu prendre autour de Ritter un tour trés actif est d'ailleurs de nature A renforcer l'bquivoque. Enfin la d a t i o n artistique B l'ktat de veille, par les rapports étroits qu elle entretient avec la crkation subsconsciente du sommeil et du rêve, n'est pas et, il faut bien le dire, ne sera sans doute jamais pour permettre entre ces deux solutions, la solution r6elle e t la solution imaginaire, une totale discrimination. L'ambition d'être voyants, de se faire VOYANTS, n'a pas, pour animer les podtes, attendu d'etre formul6e par Rimbaud, mais Arnim qui, d t s 1817, roclamalt l'identité des deux termes : a Nennen wir die heiligtn Dicrifer auch S er a (1) est peut-être le premier A l'avoir réalisee intégralement. Pour l'un de ces poétes comnie pour l'autre, découvrir dans la reprksentation le mécanisme des opérations de l'imagination et faire dépendre uniquement celle-l& de celle-ci n'a, bien entendu, de sens qu'A la condition que le Moi lui-meme soit soumis au méme régime que l'Objet, qu'une réserve formelle vienne ébranler le a Je suis m. Toute l'histoire de la poésie depuis Arnim est celle des libertés prises avec cette idée du u J e suis a, qui commence $ se perdre en lui. C'est dans un conte comme Les Hirifiers du Majorat qu'h ma connaissance pour Ia premiére fois tend A s'exprimer un doute radical A L'C~ardd'une telle affirmation. doute logique qui repose sur la possibilite de soustraire chez l'homme l'intuition de I'activitC interne A l'action de la enske qui confére I'Etre, doute qui, compte tenu de divers états d'éparpillement u Moi dans l'objet u extérieur B ayant lieu articuliérement dans l'enfance et dans certains délires, entraîne consciemment e trouble gknéral de la notion de personnalitk. Ici encore les faits de dédoublement de cette dernihre,

k'

9

f

1

f

E

2

1

(1) k t W l e n r àe la Couronne.

8

P

- Introduction.


observés sur lui-meme par Ritter, e t les expériences de télépathie, de gornnambulisme artificiel, auxquelles on avait coutume de se livrer au BelvédCre semblent avoir prêté momentanément une apparence de justification concdte aux vues de Fichte e t avoir eu, dans la formation de l'es rit d'Arnim, un caractére déterminant. Je me bornerai A faire, pour mémoire, al usion !iquelques-unes des étapes parcourues par cette idke jusqu'A nous, en citant Aurélia de Nerval, la profession de foi philosophique de Rimbaud : a C'est faux de dire : Je pense. On devrait dire : On me pense ...J e est un autre P, Les Chants de Maldoror et Poésies de Lautréamont, la preconception par Jarry de César-Antéchrist avec a des endroits ou tout est par blason, et certains personnages doubles D, un poème comme Ignorant de Nouveau, comme Corfége d'Apollinaire et toute l'muvre de Salvador Dali dans laquelle, par exemple, la multiplication A l'infini de l'image onirique, le recours volontaire & certains effets de stbréotypie tend A compromettre A sa base le pouvoir objectivant qui, jusqu'g elle, restait en derniére analyse dévolu A la mémoire, Il n'est pas jusqu'au doniaine plastique dans lequel Arnim ne se soit fait l'évocateur de l'inquiktude la plus durable e t la plus moderne, comme lors u'un siCele avant Picasso et plus de v i n a d e u x sikcles aprh Apeiie il r ve dans lsabellc d'Egyptc de u ce tableau qui représentait des fruits si habilement peints, que les oiseaux, les prenant pour des fruits vCritabIes, venaient se heurter contre la toile r.

P

- 1

-

En dehors de ce premier conflit dont la répercussion A l'heure actuelle est encore considérable, auquel n'a pas positivement mis fin sur le lan de la création artistique non plus, par suite, que sur celui de la connaissance, a faillite de l'idéalisme subjectif, puis objectif, comme philosophie ou, si l'on préfere, sa résorption dans le materialisme dialectique, l'œuvre d'hchim d'Arnim résonne encore, quoique lus faiblement, du heurt des idées de son époque en ce qui concerne la solution donner au probihme de i'gtat, le choix de l'organisme B faire prkvaloir socialement. La doctrine passablement confuse, mais ultra-réactionnaire, qui trouve h s'exprimer dans Z'Europe de Novalis en mtme temps que dans les Cours s u r la tittërafure d les beau-arts de Schlegel et qui tient dans les quatre mots : a Mysticisme, natuialisme, catholicisme, césarisme n n'avait as eu, A son origine, d'adversaire plus résolu que Fichte dont le rationalisme, vieil idéal dbmocratique et, pour tout dire, I'esprit rkvolutionnaire ne semblent A aucun moment avoir subi d'tclipse. Mais c'est récisément dans ces convictions mêmes - qu'on peut s'attendre A trouver ce1 es d'un de ses auditeurs les plus passionnés comme Arnim qu'un homme peut se sentir, non certes ébranlé, mais trop violemment atteint pour ne pas aussitdt réagir lorsqu'un fait extérieur, de i'ordre le plus brutal, vient annihiler ses esphances de progrés, sa volontk immédiate de perfectionnement. Ce fait extérieur ruinant, insurmontable, on sait que c'est Napoléon qui, en 1806, vint l'infliger gratuitement, sauvagement, A l'Allemagne des Lumiéres. Avec lui s'effondrait de toute sa hauteur l'ima e de l'homme du 18 brumaire, dans lequel le 'eune romantisme allemand avait eu a faiblesse de voir un libérateur e t celui qui evait apporter la France le a gouvernement libre d'une nation libre n. Au cours du rkvail national qui, sous l'impulsion de Fichte, s'ensuivit en Allemagne et dont nous &prouvons aujourd'hui, à la suite d'une nouvelle aventure, le contre-coup, il se peut que, trop longtemps identifiée avec Napolkon, la Rbvolution Française ait dans les meilleurs esprits subi le plus grand dommage. Il est indéniable qu'Arnim, dans Maria-Meluck-B2ainviIle, se montre plus que défiant envers elle et je veux bien croire qu'il a, comme on Ie raconte, approuvé plus tard jusqu'au bout la politique de von Stein. J'y trouve cette excuse que, pour lui comme pour d'autres, la déception initiale avait dQ Btre trop forte, l'ecroulement des efforb intellectuels et que Marx trop soudain, tout il coup la misére de l'Allemagne trop grande, n'&tait pas encore né.

P

1

-

f

f

d

-

ANDRB BRETON.


A

SUR LA CONNAISSANCE IRRATIONNELLE DE L'OBJET BOULE DE CRISTAL DES VOYANTES (5 fhvtler 1933)

-

Questions :

-

- - -1 -

1. Est-elle diurne ou nocturne? 2. Est-elle favorable d I'amoUr? 3. Est-elle a te aux métdmorphorer? 4. Quelle est sa riludion rpaiiole par rapporl d l'lndloidul S. quelle I ur correspond-elle? 6. Que se passe-f-il si on la plon e dans l'eau? 7. dans le lait? d?%ns le iiinalpre? O. dans I*urlnc? 10. d m ïolcoof? I I . dans le mercure? 12. A quel dlkmeni correspond-elle? 13. A quel tysîérne philosophique appartient-elle? 14. A quelle maladie ait-elle penser? - 15. Quel es1 son sexe? 16. A quel personnage hisloriquc peul-elle Jlre i entilide? 17. Comment meurt-elle? 18. Avec quoi deurait-elle se rencontrer sur une tabk de dissection pour que cc soit beau? 19. Quels sonl les deux objels avec lesquels o~ aimerait la voir dans un ddserl? 20. A quel endroit d'un corps nu de lemme la oseriezmus? 21. d si Lu femme est endormie? 22. et si elle esl morle? 23. A quel signe du odiaqut corrcs ond-elle? 24..Sur queIlc urtie d'un fauteuil la poseriez-mus? 25. Sur quelle parlie d'un il la poseriez-mus? 28. quel dEIit correspond-elle?

- -

d

-

-

-

f

-

-

-

-

-- 1

-

-

-

$

-

RBpoIlses : 1. ANDROBRETON. 1. Nocturne 2. En grande partie lndiffkrente, partiellement trés favorable 3. C'est le lieu mtme de toutes les métamorphoses possibles 4. Elle a une sœur umelle A i'intbrieur de la tete 5. A l'An Mille comme on l'attendait en 999 6, Le brui idéal du baiser 8. Elle s'effeuille, comme un artichaut transparent 9, Selon

-

-

-

-

1 Ia prbdiction le fumier se transforme en or et l'or en fumier - 11, Elle rend la forme de caur - 12. La leu - 13. Hdraclita - 14. Demence pr6coca - 15. ~ e r n ~ (saphisme) ln 16. Circé - 17. Dans la main de celui qui 1 ~ pr4lkrerait 1 une bombe - 18. L'arbuste de sang arfaitement fsolé d'un homme normal - 19. Avec la plus belle pihee de Iingerie de luxe j e l'armoire des demoiselles Papin e t 1s pot dBCtaindu crime - 20. Sur la region lombaire - 21. Contre la plante du pied gauche - 22. Coritre son oreille - 23. Les Gémeaux 25. Cachée dans un ourlet du drap. II. DENISE BELLON. - 1. Diurne -2. Trés favorable -3. Oui -5. Moyen-Age -6. Ella s'aUon e, se fond et il en sort de petits poissons - 9. Elle s'envole comme un ballon dlenCant 10. !kIle devient un prisme qui tourne sans arrtt - 11. Elle s'échappe des mains des enfants et roule sur de la neige - 12. L'eau - 13. Phvsiowate- 14. La tuberculose - 15. Hermaphrodite - 16. Freud - 17. Par sctssiparit~& l'infini - 18. Un tronc de femme nue et un chronomktre - 19. U n e mare d'eau et le soleil - 20. Dans le creux du cou, 4 demi recouverte ar les cheveux -21. Sous les jambes -22. Sur le ventre, tenue par la main ouverte - 23- La L a n c e - 24. Sous un des pieds. III. ROOER CAILLOIS. - 1. Nocturne par excellence - 2. Trks favorable - 3. Apte a toutes les métamorphoses - 4. L'homme y est enfermé. 11 le sait, mals il ignore l'épaisseur -

-

-

-

de la arol 5. L'incendie de Persdpolis, c'est elle qui I'alIuma 6. Elle flotte et roule 7. Le k i t devient clair. Enfin il est dhlivrb. Cc n'est plus d u lait. mais de I'cau cldre,lrolde. Je sub aussi delivré. -8. Elle f ind comme une perle 9, L'urine s'exile, la boule est masquée d'un loup de soie noire, elle a des yeux. 10. Elle grandit, c'est un œU noir, I'œll absotu 11. La sphbre de cristal et le mercure ont toujours fait l'arnsur 12. L'eau 13. Parménide 14, L'hy nose chronique 16. Satnt-Just 17. Elle est la mort 21. Entre les cuisses wisea 82. A In place d'un sein 23. La Balanes 26. Vampirisme. IV. RENBCREVEL. 1. Diurne 2. Défavorable 3. Inapte 4. Entre ses sourcils 5. xe slécle 6. L'eau gtla 7. On a un arbre de sel 9. On a un bloc d'ambre 11. On a une mine de platine 12. L'eau 13. Kantien 14. Encdphalite 15. Hermaphrodite 16. Velléda 17. D'ennui -18. Avec une lampe A esprit de vin allumée 19. Avec un barométre et un #rPs fin poignard damasquiné 20. Entre Ies seins 21. Sous la nuque 23. La Vierge 25. E n bquilibre sur le bois de lit B la tete d u lit 26. Menaces de mort.

-

-

-

-

- -- -

-

-

-

-

-

- -

-

--

-

-

-

V. SALVADORDALI.- 1. Nocturne - 2. Ddfavorable - 3. Inapte. Elle ne fait que refléter les m&tamorphoses - 4. T r b haut au-dessus de ma tete et se reflétant dans I'eau immobile et !lm ide qul emplit un trou creusé dans mon cran%- 5. Elle est l'idée mtme du tem s, son Idbe f:rationnelle - 6. Elle photographie l'eau - 8. Elle influence la silhouette des ornePettes en train de brûler - 9. Il en résulte une botte cubique de petits gAteaux secs. Un ballon est gravé en relief sur la boite - 10. On entend roder des noix & l'intérieur d'un violon - 12. Elle est la synthbse des éldments - 13. Héraclite - 14. L'hystérie - 15. Insexuée 16. Mercure - 17. En ersistant A &treidentique A elle-méme - 19. Avec une statue de Narcisse et un camion de fa Croix-Rouge chargé de vieux arrosoirs - 20. J e réduirais la sphhre -

en poussikre et, avec cette poussiére, sur son Imnt - 23. Le Sagittaire -

-

une ellipse sur le ventre - 21. En équilibre AI.' e tracerais Sous un de ses pieàs, pour qu'ii soit inch6 - 25. Je


n'imagine pas la boule sur un lit, mais un lit minuscule pose sur la boule - 26. Vol, kleptomanie incurable. VI. PAULELUARD. - 1. Diurne - 2. Favorable - 3. Inapte - 4. Entre les jambes 5. Moyen-Age - 6. Elle disparalt 7. Elle se dilate 8. Elle devient opaque -12. L'eau 13. Lulle - 14. L'a oplerie - 15. Masculin - 17. En roulant sl vite u'elle dis araPt 18.Avec une araignCa 1 Avec une montre e t une lanterne sourde Entre k s cufsses 21. Entre Ies eux 22. Sous la nuque 23. L a Vierge 24. Au milieu du siége - 25. Au milieu du rit 26. Le vol P, la tire. VII. GALA. 1. Nocturne - 2. Favorable, mais parfois m e n a ~ a n t e 3. Oui, quand elle est exposée & la lumiére artificielle 4. Face A la poitrine - 5. L %gede pierre - 6. EIle devient éblouissante 7. Elle rdchauffe les crapauds - 8. Elle se transforme en une poi nde de paille - 9. Elle s'aplatit et s'ouvre comme un Iivre - 10, Elle créve. - II. Elle cont bue h I'écli se totale - 12. L'air 13. Hegel - 14. La fitvre - 15. Fbrninin 16. Freud. V II. ALBERTOG I A C O M E ~ I 1. Diurne 2. Favorable 3. Uniquement de t r b l4gPres dhformations. - 5. Aujourd'hui meme - 7. Elle dort d'un sornmeiI trPs agrkable 8. Elle remonte # Ia surface et le vinaigre devient plus clab - 9. Elle la traverse et sort par l'autre cbté 10. L'alcool rend un goilt lus doux I l . Ils se heurtent avec éclat et de etites boules de mercure s'&vent autour C re la boule 12. L'air et la terre 13. HegeI f4. Aucune - 15. Hermaphrodite - 16. Hilderlin fou 17. Elle &date 18. Avec deux eux de femme qui la regarderaient 20. Sous la nu ue, la lemme ttant couchte - 21. Sur ventre. près de la hanche - 23. Le Sa lttalre - 2 4 . 1 Ia place de la tete. mais j e l'enlévupla vite 25. A la hauteur du c ~ u rle, lit $tant vide - 26. Cruautes, violences. IX. J.-M. MONNEROT 1. Magnifiquement diurne 2. Trés favorable. ElIe est l'image de l'amour. - 3. Apte A toutes les métamorphoses érotiques 4. Partout et toujours renversbe - 5. J e ne eux pas répondre - 6. La naissance - 7. Le lait est lavé, on peut en boire 8. La tristesse evient impossible 9. Quel beau temps, Ie soir ne viendra jamais 10. Le crime et la folie rejetb comme solutions f a d e s 12. L'eau 14. A celle qui fit mourir Rimbaud - 15. Fdmlnin - 16. Charles le Tbrnéraire - 19. Avec un lit et une bete lasse qui dormirait sur le sable h coté du lit 20. Aucun, car il aurait alors identification de la femme et de la boule - 21. Sur le nombril - 23. Le Lion 5. Le Iit sous la boule immense, comme un insecte écrasé. X. C t s a ~MORO. 1. Diurne et nocturne - 2. Favorable - 4. Elle m'enveloppe 6. L'eau devient plus lbgére que le souffle, le printemps commence -9. Ce n'est plus de l'urine, mais une topaze - 10. C'est l'œil méme - 12. Au feu. l'air et A I'eau, jamais A la terre 13. Aucun 18. Seule couverte de sang entre des milliers d'autres boules 19. Entre deux immenses cubes de cristal de roche 23. Le Scorpion. XI. NUSCH. - 1. Diurne - 2. Oui 3. Oui 4. Au-dessus de lui -5. 1933 - 6. EIIe fond - 7. Elle grandit 8. EIle disparatt -10. J e ne sais pas 11. Elle s'aplatit - 12. L'air 14. Aucune 15. Masculin - 16. Mars - 17. Dans I'eau 20. Sur le ventre 21. Sur I'Cpaule - 22. Sur les jambes 23. La Balance 24. Sur l'un des bras - 25. Sur I'oreliler. XII. YOLANDE OLIVIERO 1. Diurne - 2. Extrtmement favorable - 3. TrPs apte, c'est la boule des voyantes 4. Dans Ies deux m d n s en cou e - 5. Régne de Catherine da Médicis. Inquisition 8. Elle change le vinaigre en perIes nnombrables 9. J e ne veux pas. Impossible - 10. ElIe se multiplie A l'infini et chaque boule recéle un iceberg - 11. La fin du monde ou bfen c'est Saturne merne - 12. L'air - 13. Manifeste du Surrdalisme. Lettre aux voyantes. Poisson soluble 14. Cécité des neiges 15. Ftminin 16. Nostradamus. Cyclope - 17. Elle est Cternelle 18, Avec un scalpel. 19. Le cadavre d'un homme mort de soif et un collier de velours noir auquel est attaché une croix de brillants 21. Sur un de ses eux, comme toutes ses larmes rtunies - 22. La boule ne peut toucher une morte 23. E a vierge - 25. Sur I1oreiiler, afin quwia touche la ous gauche. XIII. BENJAMIN PERET 1. Diurne - 2. Tout fa t favorable. en toutes circonstances 3. Apte h toutes les métamorphoses - 4. Légtrement au-dessus de la tête 5. Au regne de Charles VI, juste avant qu'il devienne fou - 8. Le bouchon de la bouteüle de champagne Eaute 9. L'estomac descend lentement, B la manihre d'un parachute -10. L a viile flambe 11. Je grince des dents - 12. L'air 13. Hegel 14. La rupture d'anévrisme 15. Féminin, mais uniquement masturbé 16. Le Chevalier de la B m e - 19. Avec un squelette et la montre que le mort avait dans son gousset quand il etait vivant, ta montre étant tombée A la place du c e u r 20. Dans le sexe, ii condition que la femme se masturbe 23. Le Capricorne - 24. D e fa on A ce que l'on puisse s'asseoir dessus 25. Sous l'oreiller. XIV. $ver TANGUY. 1. Nocturne - 2. Trbr favorable, toujoun 3. Apte toutes les métamorphoses 4. Au zCnith 5. Le rk e d'Isabeau de Bavikre 6. Absolument rien 7. Le lait devient du sperme - 8. Elle evlent molle, Clastique et se déforme Iégkrement - 9. Elle acquiert la vue de tous cdtts - 10. Elle en fait des spiraIes transparentes entre lesquelles elle évolue lentement - 11. Le tout se résout en une Iégére fumCe - 12. Le feu 14. L'o htdmie - 15. Insexute 16. Charles le Téméraire 17. Fusillée - 18. Avec un monceau S'aiguiller et un miroir de poche - 20. Mobile entre les euhws jointes 21. Contre l'anus - 22. Sur la bouche entrouverte - 23. Les Gdmeaux - 25. Aucune. XV. PIERREYOYOTTE - 1. Diurne et nocturne 2. Trés favorable, mais provoque la mort immkdiatement aprés - 3. Se métarnorpliose sans cesse en femme 6. L'eau se cristallise en lamelles concentriques qui forment une trCs grande sphCe 7. Un serpent couleur de cendre apparait dans le lait 9. Dédoublement du soleil 14. Déiire d'auto-

--IP. --

-

-

-

-

- -

f

-

-

-

B

-

-

-

-

-

-

-

- .- --

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

1

- -

- -

--

P

-

-

-

-

-

-

-

- -I

-

1-7

-

--

-

-

-

-

-

-

- -

28.

--

-

r

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-


- -

destruction - 16. A un personnage évldernment futur 18. Avec le cadavre aplat1 d'un tr44 grand lbzard noir 21. D'un choc violent, fracasser la tete 22. Il y a toujoura une femme morte h l'intérieur de la boule 23. Le Capricorne.

-

-

B

SUR LA CONNAISSANCE IRRATIONNELLE DE L'OBJET UN MOBCEAU DE VELOURS ROSE (11 fbvrier 1933)

-

Qaestione~:

- -

1. Est-il diurne ou nocturne? 2. Est-il faoorabk b l'amour? 3. Esbil apte auz &fa morphoses? 4. Quelle es1 tu situdion spdiale pur rap or1 d i'individul 5. A quelle tpoqut mrrupond-il7 6. A quel 4ICmtni m s ond-il? A uel personnage historique p e l - U être idenlifid?- 8. Comnaenî me&-il? quoi deurat!-il se renmnirelllr sur une table de dissection pour ue ce sait beau? 10. A quel endmil d'un corps nu de femme endormie It oseriezmus? I I . efsl la femme est morte? 12. A quelle matadla lail-II penser? Id. utl?quwtlef de Paris habite-t-il? 14. Quelle pourrait efre sa pro ession? 15. De quelle mati rc le ao ezmus rnmlo p.!? 16. 811-11 heureux ou moULcvnuz/ 17. Quelle [an ua de-l-ili ûl. &el ut son Po(& p r ~ f i r ~ ? 19. Q U ~ I place I ~ occupe-t-il dius la famille? 0. o r n e n t ~r t u v i a musP 21. Comment se dkplace-f-il? 22. A uclle perversion sexuelle corrupond-il? 23. Qud ut le purfum qui lui ionoiuil? 24. A qur?peintre correspond-il?

--

-

-

- --

-

- ~ I A v ~ c - f,

-

-

--

R4ponses :

-

-

- 9 -I C

-

- -

I. ANDR* BRETON.- 1. Nocturne 2. Extrlmement favorable 3. Apte aux mCtamorphoses naturelles, connues aujourd'hui - 4. Autour du visage 5.1880 6. Le feu 7. Isabeau de Baviére 8. La nuit, en se f etant dans une mare 9. Avec le S hinx 10. Sur IP gorge 11. Sur le bas du visa o. voilant In boucha 12. L'hgstdrfe lx Le quartier de l'Étoile 14. Souris d'hbtel 5. D'un paillon de bouteille 16. Profondement rndheureux- 17. lrlandafs 18. Henri Bataille 19. Frtre et sœur 20. En le piétinant -21. Par vol trés lourd comme les oiseaux de nuit 22. Fétichisme - 23. Le chévrefeuille 24. Manet. I I . ROGER CAILLOIS. 1. Nocturne 2. Trbs favorable, malgri! sa déplorable couleur 3. Espérons que non 4. L'individu marche toujours dessus -6. L'eau 7. Ellsa Mercmieur 8. Par asph nie 9. Une mah de verre posbe aur lut 10. Sur les ieds - 11. Enlacé aux cuisses 1% L'hydropisie 13. L'Observatoire - 14. Secr6taira f5. D'herbe 16. S s o b tement malheureux, car il a une vie extérieure 17. Portugais -18. HbIderlin fou 19. FM0 naturelle 20. Avec les dents -21. II nage 22. Fétichisme -23. Le sperme 24. Bbcklin, III. RENB CHAR. 1. Nocturne. 2. Favorable - 3. Ina te 4. Sur la sckne d'un murle-haIl 5. L'(poque de CldopPtra 6. La feu 1. ~alnf-!urt 8. Noyd 9. Avec un cuirassé aux mains des mutins 10. Au poignet avec une ganse 11. Sur le sexe 12. L'h stdrie 13. 11 est nomade 14. Prostituee dbsIntCress6e 15. Dans le sable 16. Incliffirent - 17. Turc 18. Alphonse Allais 19. Saur cadette 20. D'un coup de poignard 21. Par cable 22. Masturbation 23. Les alssel~es 24. Manet. IV. PAULELUARD 1. Nocturne 2. Défavorable 3. A te : htron, jade, vin gatd, montagnes - 4. Sous Les pieds 5. xvia siècle B. Li terre Ricbelleo 8. 11 pourrit tout vivant 9. Avec un canard sauvage 10. A la plante des pieds 11. Sous les fesses 12. Un lupus 13. Les champs-glysbes 14. Martyr 15, De papier de soie 16. Heureux 17. Russe 18. Lamartine 19. Mére 20. A coups da pied 21. En rampant 22. Sodomie 23. Le lys - 24. Utrilio. V, ALBERTOGIACOMETTI - 1. Nocturne 2. Trk favorable 3. Oui 4. Sur le cou, prbs de I'oreiile 5. Romantique 6. L'air et le feu 7. Gbrard de Nerval 8. Fou O, Avec un cobra en bois la tete levée 1O. Sur le visa e 11. Sur la poitrine, au dessus des seins - 12. La demence pr4coce 13. BsgatcUe I f il ne fait den 15. De deux brai nus 18. Tantbt heureux, tantdt malheureux 17. Égyptlen ancien - 18. Marceline Desbordes-Valmore - 19. Fiile partie & uinze ans. On n'a plus eu de ses nouvelles - 20. Avec un poignard 21. E n barque - 22. aphisme 23. Le musc faible 24. Watteau. VI. Mau~rcisHENRY. - 1. Diurne - 2. Trés favorabIe et presque indispensable 3. Ina te 4, A drolte de la cuisse droite, chiilonné, et de rdftrence dans la main 5. Louis VI, avant la Rdvolutfon 6. L'air 7. Marie-Anto nette 8. En tombant d'un bailan -9. Avec un engrenage de dix centlmétres de dlamétre, couvert d'huile 10. Etendu sur le ventre il. Couvrant les cheveux 12. Le rhume de cerveau 13. Sur les elouses, devant le Trocadéro 14. ProstituCe 15. De papier gras 16, TrQ heureux, extr mernent - 17. An lais 18. Jac ues Baron 19. La etfte fille h l'œil crevk 20. A coups FAngles. c'est a sede facon -31. II vole, emportb par s vent 22. Fellation -23. Lc musc 24. Monet. VTI. J.-M. MONNEROT.- 1. Diurne 2. Favorable 3. Apte, A chaque nouvel amour, 4. Au dessus de la téte 5. Hypothbse de Laplace - 6. L'eau 7. Marguerite de Bourgogne 8. A la bataille de Fontenoy 9. Avec une baratte 10. Sur tout le corps 11. Dans ia

-

-

-

-

-

-

--

--

-

- ---- .---2 - --- - - - - - --

9

E-

k

-

-f

-

-

-

- -

--

-

-

-

P

i' - -

-

-

-

-

- ! -


--

g --

-

-

-

12. La tuberculose 13. Porte de la Ch& eue 14. Coutelier 16. Heureux 7. Arabe 18. Verlaine - 19. Jeune sœur de la rn re 20. PiqQre intraveineuse 21. De 24. Renoir. haut en bas, toujours - 22. Sadisme - 23. Le rhum VIII. CÉSAR MORO. 1. Nocturne - 2. Favorable s'il est sous le co s - 3. Apte : de cartes, oiseau, cerf-volant - 4. Enveloppant entlérement la tete L i femme de rançois-Lit - 6. Le feu - 7. Rubens - 8. Noyb - 9. Avec une ddfense d'dl&10. Couvrant l e visa e 11. Entourant étroitement tout le corps et la tete - 12. es boutons de la ffhvre - 13. lace Vendbme 14. Sage-femme 15. De papier d'argent 20. A coups da 16. InWférent - 17. Français 18. Verlaine - 19. Jeune fille marier revolver 21.11 nage 22. HomosexualitB ibminine 23. L'œiilet 24. Jean-Paul Laurens. IX. YOLANDE OLI'VIERO.- 1. N o c t ~ m e- 2. Exbernement favorable- 3. Tr&sapte4. Plaque sur le visage - 5. La Tour de Nesle - 6. Le feu - 7. Marguerite de Bourgogne 8. Scalp4 9. Avec un Pernod 10. Sur la bouche Id menton et le cou - 11. Autour de la tete, la cachant compIitement, trés serré au cou 12. Une Ik re qu'on ignore - 13. Place Vmddme 14. Souteneur 16. D'un bloc de glace - 16. RS! rnaiheureux, sans espoir 17. Martien 18. Henri Bataille 19. Fille cadette (17 ans) 20. Avec un kriss - 21 Il rampe - 22. 69 - 23. L'encens 24. Gustave Moreau. X. BENJAMIN PÉRET.- 1. Diurne - 2. Toujours favorable 3. Peut se transformer en saule et en cascade 4. Sur les yeux 5. Les Cours d'Amour -6. L'air- 7. Cléo atre 8. Br016 vif -9. Avec une paire da moustaches -10. Sur un sein, de fa on P Muer d h u v e r t Ie bout du rein 11. Sur la ventre - 12. La phtisie galopante - 15. Place d u Combat 14. Parfumeuse 15. D'une vague 16. Désespbrd mal B les a? arences - 17. Finlandals -18. Germain Nouveau (les Valentines) - 19. La jeune f e qui s rnancipe 20. D'un coup de couteau au cœur - 21. En auto de marque amkricairie conduite par un chauffeur en l l h 22. 69 Sodomie 23. L'aeillet 24. Delacroix. XI. TRISTAN TZARA. - 1. N O C ~ U-P 2.~ ~Favorable 3, Apte - 4. Dans l'estomac de l'individu 5. Age de pierre - 6. L'ab 7. Napoleon III 8. Par asphyxie 9. Avec un masque de la Nouvelle-Guinée 10. Sur les seins - 11. Enfoncé dans la bouche la. La rougeole - 13. L'AcadCmie française 14. Grue, aux Halies - 15. De sperme sec, 14 & rement translucide - 16. il s'en fout - 17. Bulgare 18. Maliarrn& 19. Couslns - go, Avec un arc 21. En avion 22. Amour entre femmes - 23. Le miel - 24. Le Greco. XII, GEORGES WENSTEIN. - 1. Nocturne 2. Extrêmement favorable - 3. Trés apte 4. Sous les pleds - 5. Carthage 0. Le feu - 7. Saint-Just 8. Tué 9. Avec une 10. Voilant le visage - 11. Sur les seins - 12. L'h stérie 13. Dans les mouche blanche grottes de la cascade de Longchamp 14. Tous les metiers 15. e sirop de enadine - 16. Malheureux - 17. Irlandais 18. Germain Nouveau 19. La sœur O. En le foulant aux pieds 22. La nymphomanie 23. Le magnoifa - 24, Sadtry.

for@

-

$

thant

-

%--

-

--

-

-

-

-

-

-

-

-2

-

-

- -

-

-

-

-

-

-

- --

-

-

-

-

-

%iP --

-- -

-

-

-

-

--

-

-- d

-P

C

SUR LES POSSIBILIT~~S IRRATIONNELLES DE PÉN~~TRATION ET D'ORIENTATION DANS UN TABLEAU GEORGIO DE CHIRICO :L'ENIGME D'UNE JOURNÉE (11 fevrier 1933) Questions : 1. Oh est la mer? 2. Ob apparaftrait un fantdme7 3. Oh appmatîrait un él&phant? 4. 05 appcuaiiraii une cigogne? 5. Decrird le paysa e qui enîoure la ville? 6. Od dtcounrlmildn de rem?- 1. A quel endmil ferailen ~'amourf- II. A quel endmil ac maalurbrroil-on? 11. Qui,re9. Oh dt/t?querail-on? 10. En arrivant sur la lace, u'iriez-vous voir d'abord? dsente la siutut??- 12. Quelle heure est-il?- 1 Quel e sera la remijre personne arrivant sur Pa plan? or* oiendra-t-cl~e?~ o m m c n sera-telle? t Que oiertàra-Ri~afaire ~ d ? IL comment voyez-mus la statut de la femme du personnage figurd sur la place? 15 .Quelle publicil4 ferail-on sur le bdilmeni principal de gauche'

-

-

-

P. ?

-

-

-

-

-

Réponses :

-

ANDRB BRETON. - 1. Derriere la

--

statue 2. Dans la deuxlbme arcade. C'est un fantbme-femme trts sanglant 3. Dans la partie comprise entre la voiture de déménagement 4. Corn Iétement folle, se prenant pour une hirondelle et c h e ~ et le batintent de droite chant ii faire son nid sous la toit de deuxléme galerie, der fils téid aphlques dana le bec 5. Des villas, les plus riches sous la neige. Des uits de petrole trbs o h , en forme de femme. Des ora es artificieIs sur des baraques de chi Ions dont tes fenCtres sont faites de roseaux %es places desertes dont une belle ceinture en cuir haute de dix mbtrcs, avec une oucle obscéne en verre, tait Ie tour - 6. Dans le prolongement de I'index de la main non tendue de ta statue 7. Dans le socle de la statue -8. Derrlkre la voiture de déménagement, de manitre h ne pas voir les cherninbes et en se d8plaçant pour apercevoir constamment la locomotive qui avance trts lentement - 9. Dans un endroft destiné h cet usage du petit paysage ordurier du fond 10. Le nom du personnage sur le socle de la statue 11. Uncolri

1.

peunu.

P.

P

P

-

-

-


-

- 12. Onze heures du soir 13. Un automate tralnant un mlroir trop lourd. il vlent inspecter les totems plack devant la mer, en avant. Il a voyagé seul,en mangeant des œufs, dans le train sans mécanicien 14. C'est une dame de voyage sans cesse bondissant tout autour de lui et reliée & sa main droite par un gourmand de fraisier. II. ROGERCAILLOIS. - 1. La scéne se passe au fond de la mer 2. il sort de la voiture de dtménagement dont la porte s'ouvre h deux battants, vetu d'un linceul violet et en sahant h la romaine. - 3. A l'extrdmité des arcades. C'est natureHement un tléphant blanc 4. Elle sort de la premitre arcade en marchant solennellement sur des pattes encore plus longues que d'habitude 5. Derritre les arcades, des champs de bouteilles B perte de vue. La statue indique de la main le Marche aux puces. La villa est construite sur un terrain aurifére d'une richesse decevante (c'est pour uoi on s'est finalement décidb h la bath 18). C'est le bout du monde dont on parle qiielgire ois, aussi n'y a-t-il rien derrikre les cheminees - 6. Sous la statue, affIeurant presque le sol, mais gelée - 7. En plein soleil, au centre de la place 8. Sur la voiture de dkmtnagement, accroupi en tailleur et en regardant lixement dans la troisiéme arcade - 9. Le dos à la statue - IO. J'irai regarder ce qu'il doit y avoir dans la rernikre arcade. Parce qua c'est ta piernllra 11. Le grand inquisiteur de la foi 12. ~ i d P 13. C'est une trés vieille fenime s appuyant sur une canne bleue et conduisant un grand cheval blanc. Elle est la recherche d'une clef. Elle ddbouchera de la ruelle - 14. Statue en marbre noir. Ses yeux sont des diamants btincelants. Elle est ligottée,nue,par des cordes phosphorescentes, A la cheminée de droite. Les bras tordus en arriére, la téte révulsée, un poignard de verre dans la poitrine - 15. Crtme Écli se. III. REN* CHAR. 3. De tous d t é s c rans la conversation des deux personnages 2. Xi se tlent au-dessus du batIrnent de droite, h c8té du drapeau - 3. 11 n'a parattrait pas, se contentant de Inln les cent par sous les arcades oii II a sa baignoire - Comme ce n ' n t as par ddfinition Ie pays des cigognes, elle passerait trés haut. On la verrait B eine --5. aysage des Vosges ou de la Sardaigne. Quelques markcages, une mer morte. Imm diatement derriére les cheminées, une usine de chocolat. A gauche, b quelques kilométres un broyeur de platre et une usfne de talc. Daris Ies combles du batIrnent de gauche, un grenier crin. Sol volcanique. C'est la grtve. C'est I'fle du Diable. Au loin e t quelquefois dans les pIis du drapeau le fantdme d'Annibal. La statue est en terre. Dessous, des tuyaux la vidangent continuellement pour qu'elle reste frafche. Dans l'air des émanations de soufre. IV. PAULELUARD 1. Dans les arcades 2. Dans la partie noire, en lias et A droite 3. 11 sortirait de la voiture de démhagement 4. Sur les x, au dessiis des arcades 5. La ville est sur un lateau. Des murailles A pic de tous cbtks. Puis d'autres laces semblables e u bas des mura Iles, puis d'autres murailles, d'autreaplaces. etc... - B. A Pa lace de IPLcor=hure d u tableau, en bas, 9 gauche 7. Sur le socle de la statue - & Dans chemlnEe O. Dans Ia gare qu'on ne voit pas, il droite - 10. L'tlCphant dans sa voiture - 11. Du pére 12. Midi --13. Personne. Le train n'a jamais bou 6 - 14. Jupes relevdes, jambes écartées, 1a tEte cornplktemenl renversde sur le dos 15. i #aites votre voyage de naeu A Detroit P. V. ALBERTO GIACOMETTI - 1. Trts proche, derriére les prernltres arcades -2. Au milieu de la place - 3. Entre les deux cheminees. enorme - 4. Au-dessus du toit du premier bltiment, volant, vers l'ombre du bas A gauche 5. Du sable forme un cercle autour de la ville. 11 est limitk par une toile tendue - 6. Entre l'ombre de la voiture de dhénagement et le pilier de droite - 7. Sous le portique de droite - 8. PrCs du deuxleme batIrnent et tourn8 vers la voiture 9. Assez loin dans le fond, h droite de la cheminte - 10. Je resterais assez longtemps, immobile, puis j'irais regarder entre les deux batiments de gauche - 11. Un disciple de Cavour 12. Trois heures du matin. Le soleil est faux 13. Un homme trbs maigre, complbtement ensanglante, Ies vetements dbchirbs, sort en courant de la troisième arcade et s'arrkte sur Ia place prés des deux petites lignes noircs. Il est trbs effrayé 14. Sur la voiture de déménagement, envelo pke du cou aux ieds dans une draperie, une seule mafn libre, elle regarde, les sourcils franc s, la statue - 1'E! Le mot a savon r au-dessus de chaque arcade. VI. MAURICEHENRY. 1. DU cbtd du spectateur 2. 11 sortirait de la voiture de dCménagement. Il serait semblable B la statue et dans In meme attitude, mats sa tete serait recouverte d'un cas ue de scaphandrier. II marcherait d'un pas saccade - 3, L'BlBphant, d'un gris trés foncé, sorLait de la eherninhe de gauche. II se laisserait glisser le long da la cheminbe 4, La cigogne s'envolerait de la braguette de la statue, d'un vol trbs lourd 5. Au fond, un ddsert de sable blanc. A gauche, de grandes fdaises de craie A perte de vue, bàties comme la ville, striées comme elle d'etroits passages semés d'os d'animaux. A droite de nombreuses voies ferrees aboutissant parmi des dunes arides - 6. Il y a un puits sous la statue 7. Dans la voiture de ddmknagernent, sur un lit de crin, parmi des statues de platre mutilees 8. En marchant sur la place. On partirait du bas 4 gauche pour tjaciiler devant les deux personnages et, de rklerence, sur eux 9. Dans la main droite de la statue 10. J'irals ouvrir les ortes de a voiture 11. D'un dbmbnateur célébre dans le pays - 12. Midi - 13. C'est evi~emrnentmoi. J*ai passe il travsll1er une Journec j al chaud et je suis dCbraillC. J e recherche une femme dont la photographie a Cté dans ma poche par un Inconnu que lui, elle serait lacée 14. Sur le m&mesocle que le personnage, sur aurait de vrais chevcux.$&tus de telle sorte ue son sexe sait dans la main de d'une robe deKurd tissu, eue aurait sur la bouche un carre de grillage de lu 15. rn RasureI OU i Paramount W. VII. J.-M. MONNEROT. - 1. La plage commence au bas du tableau. En prolongeant

-

-

-

-

7

-

-

-

-

1.

b

.-

-

-

P

-

P

--

-

PB

-

-

--

-

-

-

t

-

.

-

-

-

Y

-

-

-

--

-

-


le tableau par en bas, nous trouvons tout de suite la mer -2. On le verrait peut-btre A l'unique lucarne au-dessus des arcades 3. 11 sortirait de derribre la voiture de deménagement. II serait caparaconné de vert trbs terne 4. Entre les deux batirnents,battant des ailes. Bruit de rires 5. Des grou es hexagonaux et trés distincts d'dpts minéraux - 6. Seulement sous In statue 7. Au bas Bu tableau, #l'endroit i du cadre 8. En dansant nu tout autour de 10 statue. On ne s'interrompt que pour pousser de profonds soupirs - 9.Au beau milieu de la place - 10. J e filerai droit, venant de la mer pour me perdre entre les deux cheminées, sans rien voir - 11. Un géologue, parent du gbnéral Cavaignac - 12. Le degré de refroidissement du globe terrestre ne permet plus au temps de se manifester. Ni jour ni nuit. Fauxjour, fausse-nuit 13. C'est moi. J e passe. J e suis les deux globes vides de mon front. Ils me font disparaltre dans le Iond, h Bgale distance des deux cheminées - 14. Jeune, grave, d&poitraillke,les cheveux dénoubs, au ied de la statue, elle brandit une pancarte oh t'on peut lire ces mots : a Liberté. Gustave. d i s i . Elle est un but de klerinage t r h apprbeib. OR I'enIbve de temps en temps pour permettre certaines danses rituel es en l'honneur du monsieur seul 15. Bouillon Kub. VIII. CBSAR MORO. 1. Devant le tableau et derrikre les cheminées - 2. Par en bas, an le gauche, en pleine lumibre - 3. Courant sous les arcades, ensanglanté, barissant 4. ur la cheminée gauche, tenant un chapeau haut de forme dans son bec 5. Cette ville au sommet d'une tle, la mer est très agitée. Des débris de bateau, des noyés. Une locomotive traîne Inlassablement tout autour de 1'Ple des wagons plombes absolument vides 6. Sous le sode de la statue 7. Sur le rivage, derriére les cheminees 8. Dans un souterrain ui se trouve droite du socle, puis A la feniitre du palais. n laisse le sperme tomber sur la place - 9. Sur le toit du deuxleme batirnent, en regardant la mer- 10. J'irais voir la mer entre les deux cheminées puis je me coucherais au soleil B droite des deux ersonnages qui parlent, assez loin pour entendre le son de eur voix sans comprendre ce qu'ils disent - il. Raimondl 12. Quatre heures trente de l'arés-midi 13. Ce sera un assassin rescap4 d'un naufrage. t t u comme la statue, anth, un fouet dans la main droite, une longue-vue en ban oulibre, il vient se reposer au soIeil - 14. Elle est dans une chambre dont les portes sont ouvertes sous la premikre arcade du deuxikme batiment. Elle est en or recouvert de fiente d'oiseau. EIle a sur la t t t e un chat nolr. Vetue d'une chasuble vért table de Vendredi-Saint, elle blkve de ses deux mains vers le chat un ostensoir con15. a J e ferai le tenant un caillou A la place de l'hostie ciel sur la terre m. (Sainte-Therkse). IX. YOUNDROLIVIERO-1. A droite de la statue, angle drolt du tableau prolonge 2. C'est la statue qui est le fantbme. Il descend du socle et passe Georgio de c h ~ r t c oi espace lumineux de droite, entre les deux L'Lnlgme d'une l o u r d e . rait. Je crois qu'il entre dans le fourgon, mais as par la porte - 3. On volt nu fond de la place ses deux &lenaes muges (les cheminées). Il est agenouillé dans le paysage qui est derrikre la place. II se lbve brusque4. Le caillou BcIBt et la cigogne lisse ses ment et asse a u alop entre les deux femmes plumes. fuis elle p cors les pettts grains noin qui sont devant elle 5. 11 n'y a par da ville, mais seulement la place au sommet d'une trés haute montagne. E n se penchant sur les gardefous, on ne voit que de l'eau et de la Inm4e. 6 Le fourgon est l'entrée d'une fontaine B laquelle on parvient a p r b avoir descendu 6.817 marches en uatre nuits 7. Sur le batiment trés sombre de droite. sur la crCte du mur, celle-ci Btant tr s étroite. Danger de mort - 8. Assise sur le socle de la statue, entre ses pieds 9. Sur le caillou, exactement - 10. L'homme oignarde sous la remikre arcade (Cf. photo Breton) 11. Benjamin Franklin 12. Cinq peures du soir en 13. Une femme sortira de la petlte ruelle entra les arcades. Elle est probablement jeune. On ne la voit qu'en profü perdu. E l e marche trés vite et se réfugie derrikre le premier pilier de droite oh elle attendra. les mains jointes'la vieille tireuse de cartes - 14. Naine. On la osera sur Ie bras gauche, replié, de la statue. Le groupe ainsi constitué devra faire penser a Vierge tenant l'enfant. Elle a un bonnet tuyauté - 15. Dubonnet. X. BENJAMW P ~ R E T 1. De notre &tg, mais nous lui tournons le dos - 2. il surgirait 3. Dans le fond, entre le batiment et la cheminbe, de sous le calllou, derrihre la statue lancé & toute vitesse, affolé - 4. A la lucarne. Elle tomberait morte sur le sol, devant la porte de la voiture de deménagement. - 5. Dans le fond, d'immenses carrléres d'ardoise bordées ar une falaise A ic qul est une ancienne carriére abandonnée ;4 droite, une foret incendiée ; gauche, des purt s de pttmle et par devant des ruines ind~linissablesOP vivent d u ràtimbanques 6. Dans la voiture de déménagement, il y a un trou oh on l'entend gronder 7. Debout au milieu de la place, sans tenir compte des deux personna es, qui sont morts 8. Prés de la locomotive ou entre les arcades et la cheminte de gauche. t r s loin dans le paysa e 8. Sur 1s pied droit de la statuo 10. Cc qu'il y n dans 1s voiture de ddménagement. j e crois que c'est horrifiant - 11. L'inventeur de la décalcomanie - 12. Entre six et sept heures du soir, en juin 13. Ce sera une femme dcheveIée, affolée. Elle arrivera par la droite,

- -

--

-

-

-

-

8

-

-

-

-

8

e

P

P -

-

d

-

-

- - %

f

&-

P -

1

-

-

-

-

-

-

-

-

f


entre la voiture de démbnagement et le batlrnent. Sa robe dechide laisse voir la cuisse trés blanche et un sein ensanglante. Elle crie au secours et dispatdt dans la ruella ui sépare les arcades. On n'entend plus e des gt!missements 14. Une petite femme ob se juchée rur le toit du premier batIrnent gauche. Des moineaux nicheht sous ses jupes. Elle regarde les chemtnées 15. Dubonnet. XI. TRISTAN TZARA. 1. A douze kilométres derrihre les chemintes 2. A gauche, dans Ie passage situe entre les deux corps de batfment 3. Entre les deux chemindes, s'avançant vers la statue - 4. Du coln en bas et il droite du tableau, s'avancant vers le socle et, uoique dans l'ombre, s'Immobilisant soudain pariaitement, aussi blanche que la statue Des dgniibles abandonnes, un enchevetremwt de guiilotlnca et, par pl. ues, du gravier en forme d'œufs d'hirondelles. Un tapis forme de apillons morts part de a mer en ligne droite et débouche entre les chemfnies. On l'asper e e vin rouge et d'excréments de chévres 6. Nulle part 7. Le tableau Ctant aveugle, on erdt l'amour au soleil 8. En tournant le dos au tableau 9. Sur le caulou, & gauche- 10. J'irais m'assurer de la réalit6 des deux personnages - 11. Un inventeur cklebre dans le monde de la boulangerie -12. Sole11 de minuit 13. Victor Hugo habille en petlte fille et jouant au cerceau apparatt sur le toit du second batfrnent de auche, le longe, disparalt en le contournant et rkap araft A la lucame pour crier iCoucou n-84. Elle serait en fromage blanc, debout, nue, deml ni 1. statue de son mari et regardant dans la mtme direction. L'affaissement du fromage lui donnerait un aspect hideux, en tombant complétement, elle affecterait la forme d'un casque colonial sur lequel il aurait beaucoup plu - 15. Bovril a ou a Boulodrome n.

-

4"

-

-

?

-

-

-

8.

f

--

-

4

-

t'

SUR LES POSSIBILITÉS IRRATIONNELLES DE VIE A UNE DATE QUELCONQUE (12 mars 1933)

En I'an 4û9+:1. Quel aurait Pt& wfrc cosfume?- 2. Quel dtait le plaisir non sexucl le Ius apprécik? 3. QiielIe était la perversion la lus dt?oelo pée? 4 . Quelle fui lu nouveau L de I'annCe? - 5. Quels étaient les crimes les p us frd uenr S? 6. Cofnment 4taienf habilltfes les ~ e m m e s > - 1. Quel cran l'<uitntal 6 la mode? 8. &dk &ail Za mukur de fS<iLmosph~rr?- 0. Quel fur le lus grand scandale? - 1 O. Cornbien d'ha bftants avait Paris? I I . Dtcrire I'cmplacernent de a Pm& Saint-Denis? 12. uclle &faitla maladie la plus répandue? 13. Quels #aient les sirjets de cade ortale? 10, uels Uaienï les principaur actes des gens dam b rue7 16. De quelle manidre abordail-ori les femmes? 15. ire1 etail le eu c socittt d la mode? 17. f$uelie dtait a muit-zar de che~euxdes jeunes filles de diz-huit a s ? 18. Cornen4 se vengeail-on?

-

- 8 -

f

-

--

f-

l

P

-

-

-

-

1. ANDRBBRETON. 1. En complet d'osier, avec le chapeau canotfer qui sert encore aujourd'hui h prendre les mesures chez les cha eliers - 2. Tuer les pa illons uand ils sont B 1'Ltat de chrysalides 3. Pairs l'amour un faucon su poing - 6. &no pet?to balanpire sous les fesses nues, les cheveux entfêrement rabattus en avant 7. La raie -8. Noire comma de la cire 9. La reine, une aristoloche aux lévres - 10. Trois dont un aveugle Il.Une très belle nappe de pétrole sur laquelle assaient des cygnes automati ues, pomrnelds. 12. Cette maladie rSnppelaitln fagonneds lancha 13. Beaucoup de mo&s h vent dont les ailes etalent roultes comme des parchemins, Ies betteraves, la cédille du C 15. Le furet, au moyen d'un boa 16. On les jetait en i'air B plusieurs mCtres en avant, ce qui les ids d t rire ; puis on les portait horizontalement sous son bras en les inclinant de temps en temps pour les embrasser 17. Couleur chalr. II. ROGER CAILLOIS. 1. Un maillot collant de tulle noir, ne lalssant rien h nu, ni du co s nl de la tete ;cape dgalement en tuile noir 2. Faire des herblws de plantes pota ères 3,Ye viol des cadavres 4, Ln chasse P 1s perdrix 5. La haute trahison et le 8 p - 6. De minces tuyaux de caoutchouc de différentes couleurs disposés horfiontaiement et Q gonflage variable - 7. La licorne bleue 8. Jaune citron 10,409, car c'est par 1s nombre des habitants de Paris que I'on numérotait les années II. Une mare de mercure 12. L'hémipldgie, universellement 13. Les hases de la lune avec des fleurs légèrement modifiées ; on employait en g6nLrPl des cartes jouer 16. En leur fermant Le8 paupières 17. PICcisement & cet lige, elles &talentchauves. III. PAULELUARD. 1. En ramoneur, avec des brindilles cata ultea dans les oreilles 1. Copla la verbe Ctre HO foL 3. Folre i'moiu sur un cheval de vc&m noir 4. Le mouih

-

-

-

-

-

-

- -

-.

-

g

%

16

cette &ta

-

-

ont dtb tirOi au sort.

- -

-

CJ -

- -

-

La chitna e0m-t

-

-

-

-

-


P alcool

-

fi. Une petite robe d'enfant de cinq ans, en dentelle, un canotier et, souliers baillants, les doigts de pied revCtus de mousse 7. Le sphinx 8. Verte 10. 7.000 - 11. Une vieille alCre offerte A Char - 12. La coqueluche 13. Presque toujours un bou uet d e coquelicots ans la meat d'un sexe. Peu de varfantes quant au sujet.Parfois les coque1 cots en bouton 15. Le griboulllet, qui consistait se chatouiiler mutuellement la paume de la main - 16. En essayant de leur expliquer le peu de ressemblance qu'on avait avec son propre pkre - 17. Rose et noire 18. En persuadant h la personne dont on voulait se venger qu'elle n'avait aucune chance d'ttre jamais aimée. IV. ALBERTO GIACOMETTI. 2. On jouait aux quilles - 3. On caressait avec une petits plume blanche les hanches des jeunes filles pendant u'elles marchaient - 4. On sortit avec 7. Le ta& 8. Gris dnir, dans les villes, rouge une longue pluma nihice derriére l'oreille autour des vîilages - 10. Un, une vieille femme - 11. U n e clairikre au centre de laquelle etait ia orte Saint-Denis, toute de brouiflard 15. Les dés 16. Le soir, on se cachait. 17. Noire, leurs yeux ttanl E t tquana u n s lemme passait on se Jetait sur eiie pour la violer d'un bleu foncé. V. ARTHURHARFAUX. 1. Grands voiles n o h et brillants des dpauIes au sol 2. Ramper sur le ventre dans un endroit clos avec sur le dos une grosse masse de terre 5. On fendait la bouche jusqu'h I'articulation des machoires. On brisait les crânes deux par 6, Le nombre des vi Bres autour du cou indi uaIt le rang social de la deux dans un etau fernme. Un grand voiia muge par devint, rfen demihre. Les ieda et?e bas des jambes garnir de plantes vertes 7. Le pou doré. 8. Blanche avec des re lets métalliques 9. Un certain nombre de femmes voulaient construire un ont de cire molle au dessus de la Seine, 8 sa source - 10. Trois - 12. L'ossification dés musci'es - 14. Perdre des objets sans amais les rechercher, le saut A la corde, Ia marche les yeux fermés, les cures de silence et les su cides coIlectifs 16. On leur faisait un croche-pied, on les aidait ensuite A se relever, aprks quoi la conversation 17. Bleu sombre le jour, blanche la nuit. s'engageait trés sérieusement VI. MAURICEHENRY. 1. Une peau de panthtre autour des hanches et des bottines montantes il tige de drap noir. Un bracelet de platine au poignet gauche. Pas de chaussettes - 3. Écraser des mouches entm le gland et le prd uce - 4. La construction, dans la Beauce, d'une tour de beurre de trente rnhtres de haut, A aquelle tout le monde essayait de grimper sans y arvenir - 7. Le chien ras6 8. Grise. Jamais de soleil 9. Une femme avait envoyh son en ant a r la poste B une charcutikre - 10. 1857 11. Une !le, au milieu d'un lac de deux cent 8nqunnte mitres de diamétre - 12. L'eukmn 13. Un arbre donnant le sein P une moule. Un soldat assis sur un pot de chambre de vaseline. Une femme conduisant un train, Des moustaches sur un ventre - 14. Les hommes se donnent, sans raison, de grandes fles. Les enfants mordent les mollets des vieilles femmes, pour les faire courir 17. Mauve oncb le jour, ciair la nuit. VI 1. BENJAMIN P ~ E T . 2. Le ramonage des chemlnCes 4. Le blaireau 5. Viols d e petites filles, hommes coupés en morceaux h l'aide de ficelle, femmes empalées sur des para,parents reduits en esclavage par leurs enfants naturels 6. Cheveux courts, avec une iluies eur rouge sur la tete, la chemise laissant les seins découverts, une jupe de tulle de couleur vive, des bas de soie et des antoufles A haut talon - 7. L'écrevisse 8. Verte au lever d u soleil, jaune B midi et blan e au crépuscule 9. Un troupeau de vaches traversant Paris il la nage, rtcCd4 de son berger en barque 10. 500 12. Les oreillons 14. Ils se attalent La t&e, les fesses et cherchaient des objets erdus 16. En ouvrant son paraplu e e t en leur disant : Madame, II va pleuvoir w 17. run sombre. VIII. TRXSTANTZARA. 1. Chapeau metaIlique pofntu, cravate sans faux-col, chemise peinte reprdsentant des montagnes et des glaciers, pantalon court, chaussettes, souiierj de forme ronde 3. Faire l'amour A travers des machines très corn liquées destinées A se arer les hommes der femmes, en silence 7. Le cheval rase 8. Co eur de mandarins Le maria e de i'homme h barbe avec la fernme sans barbe 10.48 - 11. Uce petite colline oh les h d i t s n t r venaient pulsa une sorte iptdaIe d'humus mail6abls dont an faisait les faux gateaux destints aux enfants aveugles 16. En sifflant corilme les rossignob ou en se &atouillant les aisselles et en riant A se dksartlculer les mAcboires - 17. Celie des petits poils des oignons jaunes 18. On se vengealt énbralement en saluant du bras &oit son ennemi A la romaine, l'index de la rnafn gauche ans la bouche. IX.GEOROESWENSTBIN- 2. Cracher dans l'eau du haut d'une tour dont les fenetres &talent tapissées de bas-reliefs représentant la mort de la Victoire de Samothrace - 5. Le chatouilIement des aisselles prolongb jusqu'h que ce mort s'ensuive 6. Elles portaient des souliers de futaine et des robes de lard. La moustache soigneusement raste, Ie c r h e en pointe 7. L'escargot géant - 8. ZinzoUn - 9. Le meurtre par un homme blond des poux pr4iérds de la reine du ays 10. 1409 - Il. A l'em lacement exact de la porte s'6levait un arc triomphai fait o troncs dearbres caldnts 18. La pbtlslo 15. Les quatuors de cornemuse 16. Avec la lus grande douceur, en leur tendant d'un ah soumfs quelques caiUoux blancs choisis la nul dans les ruisseaux Ies plus connus pour la rapfditb de leur cour 17. Le rouge ponceau raye de jaune et de vert.

- -

I

-

-

7

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

f'

-

-

/

-

P

-

!'

P

-- -

-

-

&

--

- b

-

-

-

--

-

Y

I -

-

-

--

cf

-

J

-k

-

-

-

z

-

'i

-

-

-


SUR CERTAINES POSSIBILITI?S D'EMBELLISSEMENT D'UNE VILLE (12 mars 1933)

Questions : Doit-on conserver, dhplacer, modiyer, transformer on supprimer : 1. L'Art de Triomphe - 2. L'Obélisque 3. La Tour Eiffel 4. La Tour Satni-Jac ucs 5, La statue de Chappe 6. La statue de Cumbrllo 7 . La statue de Jeanne-à'Arc b u e de RiwM) 8. Paris endanl la guerre 8. La DPfense de Paris en 1870 - 20. Lu République (pIace de la Rt? u b l uc) 11. La colonne Venddnte IO. Le Sacré-Caur - 18. Le T m d C r o 14. Le t!he~ofier de la Barre - 15. Le Lion de Bt-l/orf IO. L'OpCra 17. Les Inoalidu 18. Le Patois de Justice 19. La Sainte-Chapelle 20. te Chabanais 21. Notre-Dame 22. La Nationale - 23. La statue de Panliard 24. La datue d'Alfred de Musset - 25, La slaiuc de Cit!mcnce~u 26. Le Panthéon 27. La statue d'Henri IV - 28. La statue de Victor-liugo (Palais-Royal) - 29. La statue de Louis XI V 30. La gare de l'Est 31. La statue dc Camille Desmouiins?

-

-

-

-

-

-

- - -

-

-

--

-

-

R6ponses :

-

-

1. ANDRBBRETON. 1. Faire sauter aprks l'avoir enfoui dans uns montagne de fumier 2. A transporier B l'entrbe des Abattoirs 00 une immense main gant68 de femme le tiendra 4. A conserver telle quelle, mais démolir tout le quartier environnant et interdire pendant cent ans l'accés des environs ih un kilométre sous peine de mort 6. A ddtruire 9. Lui adjoindra un ballon jumeau, s'ap1atissant légérernent contre le premier, et des A remplacer par une cheminée d usine A laqueue grimpe une femme nue 12. n faire Iun l4 dépet de tramways a p r h l'avoir peint en noir et transport6 dans Ia Beauce - 14. A laisser en place. Cne femme admirable viendra chaque jour prendre rés de lui des poses admirables 15. Lui faire ronger on os et 1s tourner vers l'ouest 18: A transformer en fontaine do &urns. Reconstruire l'escalier en os d'animaux pr6historiques 18. A raser. Dessiner sur un magnifique graffite our la vue en a d o n 19. A remplacer par un cocktaü arc-en-ciel de meme hauteur 20. transformer en ex ositlon permanente d'horticulture - 21. Remplacer les tours par un immense huilier crois en verre, l'un des flacons rempli de san ,l'autre de sperme, Le batiment servira d'Ccole sexuelle pour les vierges 23. Remplacer fa voiture par une baignoire - 24. La femme lui mettra la main dans la bouche; on sera invité A lui Ira er sur le ventre et ses yeux s'a1lumtront - 27. Peindre le cheval en noir. Reconstruire Hem V en houppe A poudre - 28. Le placer ii dix mbtres d u sol dans le chas d'une aiguille en marbre planthe dans une pelote dc velours vert reprdsentant un petit lapin - 31. A faire ruisseler de sueur. La chaise sera perche. II. PAULELUARD, 1. Le coucher et en faire la plus belle plssotibre de France 2. L'insdrer deiicatement dans la flkche de la Sainte-Chapelle - 4. La courber le brement - 6. A peindre en trorn e-I'œil de façon A lui donner l'aspect d'un aysage neigeux es Alpes nu crepuscule. - 7. ~ u r ~ l a e sur e r la tete une merde en bronza or6 et dans la bouche un phallus grossibrement sculpté 11. A abattre, en répdtant soigneusement la cértmonia de 1871 14, A la place de l'Opéra qui sera détruit - 15. Jucher sur son dos un scaphandrier tenant dans la main droite un pot dans lequel trempe une poule 17. A remplacer par une fortt de trembles - 18. A dbtruire. Installer une piscine sur son emplacement - 20. A transformer en éptcerfe 23. A coin liquer d'un flic roulant sous les mues 24. Placer en face d'elle la statue d'un exhibitionn ste vigoureux, visiblement charmé par la muse 25. Aux ordures - 26. A transformer en Maternité - 28. A entourer d'un groupe de etits entants trés habillCs et copulant entre eux - 31. A installer dans une station de m6tro. n mécanisme lui ferait poinçonner les biilets et fermer le portillon. III. ARTHURHARFAUX.- 1. Une délégation quotidienne le ddtruira peu A peu 7. A vendre aux enchCres -.8. Enlever le sabre et mettre A la lace un énorme tire-bouchon 11. A remplacer par une colonne de matiére molle ui 8''!nclinerait sous le vent 14. Construire dix lois plus grands de nombreux cxernp%lrcs qu'on placerait devant toutes les églises 23. A conserver. Construire h droite un groupe de douze hommes pleurant et A gauche un groupe de douze hoinmes s'esclaffant 24. A elndre en couleurs naturelles. Enlever le socle. Placer h 4 t h un flic nu, ayant conservb son k pi e t son baton 25. A placer mur un inouvernent de bascuIe. La carnoufler.comme un canon 26, A rbduire aux pro ortions d'un dé A ouer. Construire tout autour une griile trois fois lus grande i existe actue iexnent. - 21. Construire derrière elle. en file in ienne. trala que ce& repliqua d g e n r l IV de pius en plus etitw et de moins an moins consistantes- 29. Changer le cheval en bdredoo. Mettre une {ougie dans la main de Louis XIV. Les yeux lumineux et la bougie allumke seraient le seul tclairage de la place.

-

-

d un placement

- R

-

- eOb -

- !

-

Pr

-

-

-

-

-

-

'f -

Y

%

-

S

-

-

-

-

-

1

!--

--

B


IV. MAURXCRHENRY.- 4, La transporter place de la Concorde pour qu'elle remplace I'Ob4lisque - 5, A laisser en place ;pendre B l'a pareil tkl4graphique des morceaux de viande, des jambons, des aaiidsaona et lei renouveler fr&uernrnent. Peindre 1s personnage en couleurs naturelles 7. Lui mettre une fausse barbe et remplacer le chevai par un dnorme porc 9. A transformer en un tnorme sexe, le ballon constituant l'un des testicules et le phallus dtant horizontal. Entourer le tout d'une haute grille 10. A supprimer. A rem lacer par une statue d u marquis de Sade. Dtfense de pénétrer sur la place - 12. Le remp acer ar une immense main de lemme tenant un rouleau de apier - 14. A transporter place de On l'entourerait d'iin cïmeti&rede pretres dans equel de trQ belles femmes nues jouerdent sans cesse au cerceau 16. A transformer en skating pour femmes nues. AcadCmie nationale de atinage il roulettes -20. Remplacer les femmes par des genéraux. Bordel pour chiens 24.%e p d t e et la muse, sur 1s banc, dans la position du 69 28. A consenter, mais changer le nom en Pantalon a. Restera complbtement vide. Défense d'entrer - 29. Laisser le socle en place, vide. Représenter Louis XIV courant derrlére son cheval qui s'enfuit par Ia rue Étienne-Marcel - 31. Le pied dans un grand pot de confitures de groseUles. Dans la main, une bofte de sardines. V. BENJAMIN P~RET -. 1. Le rem lacer par un volubilis grimpant il une halIebarde 4. A placer au centre de Paris, avec de elles gardiennes en chemise 13. A transformer en halie aux poissons et faire de l'aquarium une cage A lions 14. La reconstruire cent fois lus andc et en verre. On la placera nu sommet d'une trhs haute tour. Iaurnfneursla nuit - A gtruire. Mettre A la pince une piscine oh ne seraient admires que de tr&sbelles Iernmes noes 20. L.e dasser église romane et y mettre la feu aprCs y avoir entasse tous les curts de Parls - 23. La transformer en une omme de terre aux pieds d'un mous uetaire. La tout dans uns station de métro - 25. La d&uire et mettra P h place una der %soti~rcsen or dont parla 29. A remplacer par une botte d'asperger dCcorte de Ldgion d'honneur 31. Lénine Reinplacer ta chaise par un tabouret branlant sur lequel Camille Desmoulins crierait ses chaussures. A transporter place de l'Opéra. VI. TRISTAN T Z A ~ A . 2. L'arrondir et faire poser 8 son sommet une plume en ader A sa mesure 3. A conserver telle quelle. Changer son nom en : 4 Le verre de lait 4. La démolir et la faire rebatir en caoutchouc. On placera une coquille vide sur le toit 5. La perfectionner en la peignant de couleurs édatantes imitant les couIeurs rbelles 14. A laiqser en place. Seule statue qui aura le drolt de porter un nom pro re Lnorme barre a l le laire d t i r A des flammes de bronze - 16. section des dnges et des knngoumus. Rem lacer le decor extkrieur le perron, ta reproduction en acier d'une b cyclette aussi liaute qtie L'emplir de sciure de bais - 20. L'emplir de lave trans arente et a p r h les murs ext&rîeuri 2 2 Fermer sotgneuaement touteaies ouvertures nprh y avoir Introduit 24. La recouvrir d'un grand matelas 25. Placer sur le gazon, quelques couples de rats tout autour, des milIiers de moutons en bronze, dont un en camembert 26. Lc trancher verticalement et eloigner les deux moitiés de 50 centimetres 28. La remplacer par un amplificateur uissant branché sur l'Observatoire et hurlant t'heure de 10 secondes en 10 secondes 31. sur 1s socle agrandi. tout le mobilier d'uns chambre. Tous les jours, on PUUmerait le feu dans le poëie. VII. GEORGESWENSTEIN 4. Abattre tes maisons environnantes peint en vermillon, la statue glorifierait le réromantisme. - 7. Le dieval pibtinant 5* Le u eusement 18 fU1e 14. A laisser en place. ~nebatnerh ses pieds l'archevkque de Paria - 15. A transporter place de la Madeleine. A représenter dévorant e h a m m e n t le colonel DenfertRochereau - 17. A raser. Au miifeu d'un jardin on placera la coupole sur Iaquelle on représentera en bronze un motocycliste ,gonflant, avec la plus grande difflcult8, un pneu de sa machine 27. A modifier. Henri IV ayant mis pied A terre fait brouter son cheval en lu1 tapotant la croupe 28. Vetu d'une combinaison fl tiendra & la main un corset. Sur la tete un petit renard accroupi sur les oreilles du uel sera piosé,un encrier surmonte d'une etite statue de Rodin en bronze et tout nu - 31.%e cou entour4 drune servietta. Sur la ch. sa wi certain nombre d'objets de toilette : blaireau, rasoir, rince-bouche, etc... I1 tiendra daris la main un verre ia dents.

-

-

Y

P

-

bph.

-

-

\

-

-

-

%.

-

Pa

-

-

-

-

router

-

-

-

-

# -

Y

- --

-

-

-

-

-

tOlef?Jhr

-

l'

REMA R Q UES. - Puisque certains esprits m d toiun(s, toujours les memes,

ne manqueront pas dicontester l'authenticité de ce qui prbctde il est d'abord bon d'affirmer

que ces enqubtes ont &té tnendes avec le maximum de sérieux, de scrupules passionnés et sans aucune idée prtconçue de leur donner la moindre ublicité. Les uelques rtponses us l'on essaiera certainement de faire asser pour spirituel es (par exemp¶e : C. IV. 15, D. X, 16 ou E. VI. 4) ne décblent en vérit que des moments de mauvaise humeur, d'humour Impuissant, d'inattention ou de fatigue réelle, mais nous en tiendrons compte autres, les distractions ou la mauvaise volonté conduisant aussi sûrement un esprit h son but, quoique par des voies et A une allure diffbrentes. l'on pourrait reprocher A ces ré onses automatiques, ra ides, est de ne pas re eter certaines associations Libres, soit d'i &es, soit honéti ues qu s'établissent quelque ois entra elles et qui les mident par trop ~nterd&~en&tntes. &rtains 414mentr de la rCpomo ne i'ap

P

S

P

P

P

I


uns certdne objectivité irrationnelle dont nous pourrions aisément nous contenter*. A

LA BOULE DE CRISTAL

Les questfrins (18-19) inspirées par l'image gtniale de Lautréamont ont presque invariablement donne, A cause de la table de dissection, des rd onses en ra ort avec Ia chirur e, Irnntornle, ln mort (1. 18, 1. 19, II. 18, IV. 18, V. 19, X. f8, XII. 18, II. 19, XIII. 19, V. 18). A noter dans la réponse de Yolande Oliviero qul venait de citer XII. 13) des ouvrages de Breton une réminiscence des Vases Communicants (ia croix de bril ants). On décéle aussi en énhral dans ses TC onses, une trks vive pr4occupation de la soif (A. XII. 4, A. XII. 19, B. $. 9, B. IX. 15, $: IX. 22, C. i X . 15) Nous ,parvenons mal h ddterminer 1; place qu'occu erait la boule dans le paysage ma que d'un corps nu de femme, que cette femme soit dveif'Iée, endormie ou morte. Serait-ce, si e le est éveillée, entre ses cuisses (VI. 20. XIV. 20), sur son ventre (V. 20, XI. 20) ou sur son sexe (XIII. 20) semblant ainsi vouIoir la combler**? Si elle est endormie, sous sa nuque ,sur son front (V. 21)' entre ses yeuxrjV1. 21) ou sur ses yeux (XII. 21 pour qu'elle 21)plus sfirement, our qu'elle s'bloigne de celui uf ta regarde dormir? Si e le est morte, orme contre ion oreule (1. ou sur ln bouche (XIV. pour ri nifier qu'elle n'a plus rien P attendre des vivants? Quelle est cette femme? L'amour et a mort nous op osent cette inconnue. Nul n'est d'accord et trop de rivalitb surgissent aussltbt autour d'el e, La Vierge et la Balance sont les plus cites (trois fois chacun) des signes du Zodiaque auxqueIs correspond la boule,

t

PP \

SV*

%),

&

f

1

P

Li Phca minquant, S'ai db nupy>rlmerun certaln nombre de rkponsei qui n'ap ortalent rion ii m a dbmonrtr*don. Pour memu niions, ,a nwcxamincmipar Icr fiponier qul n ont qu'un inter& trop particder. ** In iy&LLirw gravidique rejoint d'uns cutalae fapn ta r t p o m (1.4) de Breton,


Sur le lit, la bouïe sera ft la tete (W. 25, XI. 25, XII. 25, XIXX. 25). Giacometti a tvldemment peur, en Ia osant b la law da la tete s u . un fauteuil VIII. 24) ou B la place du cceur sur un lit (VI1 25), de vo se eomposer un personnage. se refuse & l'imaginer. Le mot dtUt n'a, en gbnbral, pas CtO compris.

f.

6

f:

B

UN MORCEAU DE VELOURS ROSE Nocturne (neuf fois contre trois). Reconnu h l'unanimitd molns una voix, la mlenns, favorable B l'amour. Apte aux mttamorphoses (neuf fois contre trois). Six participants le lacent sur le visage, trois autres marchent dessus. Trois réponses seulement lui donnent antiquit6 Our 4 oque, les autres le situent entre le XIV*et Ie x!x9 sibde, Son ClOment est d'abord e feu ( .fi, III. 6, V. 6, VIII. 6, IX. 6, XII. 6), uis I'alr (V. 6, VI. 6, X. 6, XI. 6 Parmi les ersonna es hlstorl ues aux uels iI s'idcnti ie, se trouvent cinq femmes (1. II. 7, VI. 7, YI&. 7, puis Sn nt-Jwt 7111. 7, XII. 7). Richelieu et Rubens reprbaenlcni la fausse splendeur du rose. Le morceau de velours rose meurt noyd (1. 8, III. 8, VIII. 8). r Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection i d'un morceau de velours rose et.,. de douze objets, successivement, dont trois au moins sont esthétiques par euxmemes (1. 9, II. 9, W . 9), atre choisis pour leur rap ort esthbti ue simple avec le morceau d'ktoife (VIII. 9, IX. 9, 8, XII. 9). deux destin& P 10 souder (VI. 8, VII. O) et trob vraiment Insolites (III. 9, V, 9, X. 9), Le morceau de velours rose est de nouveau ddvolu au visage d'une femme endormfe et nue (V. 10, VIII. 10, IX. 10, XII. 10 , mals s'il i'agit d'une femme morte?on le pose sur le visa e, les cuisses, le sexe, les fesses, a oiMne, les cheveux, le ventre, la bouche et plus p d c u itrement dans la bouche (VIL 11, R I . 11). Les maladies aux uelles il fait penser, A part I'hystCrie (1. 12, III. 12, XII. 12) a t la dhrnence prdcooc (V. 1%) sont parUculi&rementd&raadantcs (tuberculose, hydropisie, lupus. lkpre, rhume). Il habite les artien les plus luxueux de Paris (1.13, IV. 1. 3. V. 13, VI. 13). La law Vendbine (VlII. IIX 13) est la fine fleur de son jardin. (On retrouve encore !id& de luxe dans la réponse X. 21). C'est une idde & taquelle succéde imrnddiatement, pour Ia question suivante, cella de prostitution (III. 14, V1. 14, IX. 14, XI. 14). celle d'un rnCtler agréable (1.14,11.14, X. 14) et meme celle qu'il ne fait rien (V. 14). 11 est enveloppe de papier (papier de soie, papier d'argent et papier gras, destine B le salir). Il est B peine plus malheureux qu'heureux ou Indiffdrent. Il arle onze langues, mais irlandais un peu plus ou un peu mieux que les autres (1. 17, XII. 1 ). L'unanimith ui le ddciarait favorable l'amour se retrouve h peu prbs (aau! III. 18) pour ion ohte pr%4rd. ou plutdt our le onre do oèsie. trts sentlmentaI, souvent remarquable m& souvent aurd insipide ( V. 18, 1. 18, V I 18, ~ VI1 1.18) qu'il rtlkre. Ces rLponrer nous seraient précieuses s'il fallait, aprbs l'avoir perdu de vue, redéterm ner cet objet. Eues nous indiqueraient sa douceur, sa mollesse, sa couleur trop prtcieuse, presque fade. La place u'il occu e dans la larniile nous permet do connaître son sexe. Sauf la rCponss de Breton quile voit B a fois frère et rœ.ur, toutes les riponrcr b qunUIlcnt Cilie, mur. m h , cousine. Comme on ddclarait marcher dessus ta la question 4, on l e tue avec les pieds 1. 20, IV. 20, XII. 20). On te tue kgalement h coups de couteau (III. 20, V. 20, IX. 20, X 2 ). En le salissant et en le déchirant, rationnellement. La seule fa on hationnelle de le tuer nous est donnée par la réponse VII. 20 (plqQrs intra-veineuse). rampe, Il nage, fl vole, cs qul permet de croire h son bvolutlon naturelle possible. Sa ersonnalit4 fdmlnine sa confirme par la perversion fCminine ii lac~uellail correspond (Y. 22, $111. 22, XI. 22. X I I 22). L'afliet et 1s musc lui conviennent. L association ln plus simple ne s'est pas produite, ersonne n'a dit la rose. Peu de peintres 1. 24, fi1. 24, IX. 24 pow les uelr on ferait des folles. Et qudquea sinistres farceun (IL 4, IV. 24, VI. 24, VI1 .24, X XII. 24) 1

P

f'

f

~ 0 % ) .

d.

l'

P

XY

1

8

- -

#,

J f

4

P

P

&

a

i

d

21,

LE TABLEAU DE CHIRICO On a eu, en ttabllssant le questionnaire, le d6sir de rendre fantastique i'atmosphkro do a voulu faire revivre, en s'inlrodubant aans ce tableau, tout ce gui rrrnblait s'etro d4linitlvemenl iig4 P un moment particulibrement vide de la vie. Un fantbme, un 414 hant, une cigogne, de l'eau, l'amourd una autre personne vivante que soi, une autre statue aursf.dolapubliclt6 ,c' 6tait assez pour ranimer ce rtve endornii. On a vu par les réponses que l'aventure fut dramatique et quel cauchemar ce filt pour ceux qui voyagérent dans ce a s interdit. Toutes les apparences du monde leur (talant pourtant lnirs4es : I'erpace. Io d e ! {a lumière, des murs, des cbeminhu, una statue, cette place sur la uelle il semblait ne jamais rien devoir Se passer. On

Je doii déclarer Ici, pour ne pltu ttrs tsntl de le slgrillerI qua la douceur e t ïa couleur de ce morceau d'CtoUe me rCpugxmnt trbi partlcuUCrsrncnt.


une voiture de dtmdnagement, un caillou, un train, tons les vfeux 61Cments des deedrs auxquels l'homme est accoutumé de ne pas se heurter. Mais cela, comme le reste, vous avait un

air un peu trop dbfinitif, un peu plus définitif peut-etre que le reste. Vite le fantbme, &Uetit cigogne, L klkphant et la nirlosit~,in curlosltd de tout. Tout accompagne l*hamme, mais court un danger A laisser agir les productions de son imagination. II est possible u'un jour

9

nous soyons tentés par exemple de nous laisser vivre dans une nature morte, de onder nos espoirs et nos ciCsespoirs au flanc d'un pétale, d'une feuille ou d'un fniit. Nul ne comprendra plus alors les raisons de notre deraison et les nommera démence*.

D

L'AN 409 Jeal l'imprésslon trés nette en Ccrivant ces rema es de le faire Our la deuxikme fois. ense pourtant que depuis quelques jours, m je me suis d jB certainement senti lacapab a de traiter I'expérimentatian C comme les expCrhnentatlons A et B. J'al eu, dans les mtmes circonstances, peur de Imbléphant,de la cigogne, du fantbme, peur aussi absurde, aussi hexplfcable aujourd'hui que pres ue toutes mes angoisses e t satisfactions onldques. J'nttribua cette Irn ression de défi vu, d4jP entendu, d6)h connu A tmir raisons 1 0 Je connais et alme la t!a leau de Chirico de ds treize ou quatorze ans. J e l'ai eu devani les yeux chaque jour, endant des annees enti res. 2' J'ai lu, 11 y a trks longtemps, dans la revue Je rais <oui je =rot, une enquete dont 1s r u et etait h eu rb : u A quelle dpoque i u l e r vous prdfdn! vivre? s ainsi qu'un roman de el r : La $chRe e wpiorer le temps P. 30 II exlste o w moi un rapport étroit entre les po&mes,qui me sont essentiels, de Breton et de Pertt 'une part et leurs TI! onses aux exphimentations C et D d'autre part. Mais ces raisons n'atttnuent as la g h e qu est née en mol, ni la conviction que j e me répbte. Probablement sans cesse, ailleurs.

Je n'y

X

P

F

e

B

1

8

P

E

L'EMBELLISSEMENT DE PARIS Les plus conventionnelles des statues embelliraient mervdUeusement les cam agnes Quelques femmes nues en marbre seraient du meilleur effet sur une grande plaine la ourhe. Des animaux dans les ruisseaux et des conciles de graves personnages cravatés de noir dans les rivitres tonneraient de charmants dcueUs h la monotonie des flots. Le flanc des montagnes s'agrémenterait A ravir de toutes les petrifications de la danse. Et, our faire la part de la mutilation fndlspensable, que de tetes sur le sol, que de malns sur es arbres, que da pieds sur le chaume t Les villes ont beaucoup souffert de l'horreur du vide. Leurs habitants, pour combattre

E

P

A dgniltr qui peu de réponse8 mnt au EonditionneL

** Voir &gaiementIn r é p o n ~III. 2 .** Y. 14 est par Wuri en rapport Ctrolt avec VII. 14.


1' oraphobie, ont 6lev6 partout des monuments et des statues sans se souder aucunement d 3 c s rndler P la vie réelle. quotidienne de I'bornma Les monuments sont, ou d6rcrts, beter, inutiles ou c o n s a d s aux plus i d imes superstitions, aux ires besognes. A part de rares excep tions, Ieur laideur consterne. crdtfnise, défigure celui qul' les contemple. Les statues, presque toujours d'individus ddrisolres ou nefastes, sont sur des socles, ce qd leur cnlbve toute possibilité d'intervention dans les affaires humaines et reciproquement. Elles pourrissent sur pied. Partisans sinckres du mieux, nous avons essaye d'embelïk un ,peu, physiquement et moralement, la physionomie de Paris, sur la uelle tant de cadavres ont laissd leur empreinta. Félicitons-nous de l'excellence des trans ormations O tirées. Quel ues-unes VI.2, VII. 7 I. 9, I. 11, III. 14, v. I I , v. 18, 1. 19, VI. 20, III. 23.18. 25, 1. w,Iv. 29, Y{. 31) p ~ ~ ~ e n l Btre, sans fausse modestie, données en exemple aux architectes et aux statuaires de bonno volontb. La plus petite ville du monde leur serait un chantier perpétuel.

4

e.

Si l'on examine I'exp6rimentation E, l'on s'a oit que la préoccu ation de la femme a d&ermin8 un rand nombre de rtponso (1. 2, 1. 13, 1. 21, 1. 23, 1 24, IV. 12, IV. I I IV. 16, IV. 2 , V. 4, V. 18). Des femmes nues. Une immense main gantée de femme ~ e n f 1'ObP.lisque (I. 2), une autre un rouleau de papier (IV. 12). Beaucoup de réponses visiblement dictees par le dégoot et la hdne 1.1, 1.18, If. 7. II. 25, III.~,I~I.~,IV.~~,V.~~,V.~~,VI.~O,VI.~~,VII.~).L'A~C~~ omphe,Jennne-d'Arc, les Invalides, le Palais de Justice, la Sainte-Chapelle, le Chabanais, Cldmenceau sont articulibnment mal traltls. Une piscine sera instplleo sur l*emplncemeataride et puant du Balah de Justice (II. 18, V. 18). Les rats détruiront minutieusement tous les livres de ta Nationale (VI. 22). Le Lion de Belfort est ridiculis6 (1.15, II. 15, VI. 15)' Gambetta, abject et dbbonnair est camoull6 (II. 6) a i n s i que Cldrnenceau (III. 25)' Chappe (IV. 5, VIL 5) et Musset (III, 2 8 sont peints en couleurs naturelles*'. La Tour Saint-Jacquesa+* et surtout 1% Chevalier de la B m jouissent d'une grande faveur. La statue de ce dernier est la seule A ouvoir porter un nom propre (VI. 14). Quelque8 chan ements de noms (IV. 26, V. 20, YI. 3 r %n touche A peine P la plut emtfque des statues de Paris (III. 8). L'ObéUsque, la Ddfense de Paris et la Colonne Vendbme mfftent incontestablement de leur forme symboli ue 1. 2, II. 2, VI. 2, 1. 9, IV. 9, 1. 11, 1 1. 11). Certains monumeatr sont tabou IV. 9, IV.'!~, 1.4 VII. 4, 111.26. IV. 26). Des ossements demrent I'Opdra (K. 10, VI. 16). En In, les réponses b la demiére question font prdsager qu'un jour les maisons seront retournées comme des gants et que les objets usuels iront éterniser sur les places et dans lm rues l'affreux souvenir d'un temps OP l'homme luttait désespérément pour la satisfaction de ses besoins les plus 418mentafrea. PAULELUAIRD.

fi?.

f

d

f

!

A P&OPOS DE L'EXPÉRIENCE PORTANT SUR L A CONIVAISSAIVCB IRRATIONNELLE Z)ES OBJETS Il s'agit de connaftre les objets dans leur vie, dans leur mouvement, de faim le compte de leurs possibilités. C'est en les plaçant, par l'expérience coll~tive.dans toutes les situations ossibles, qu'on obtiendra d'eux des définitions concrétes, et complhtes, seulement valables, tien entendu, h un moment donnC, dans un lieu donne, et dans der cirwnrt&ncer iionn&es. La méthode jusqu'h prbsent emplo de consistait en ceci :un ob et, de préfhrence sfmple, pas trop fabriqué, dtatt choisi, e t pos sur la table. II présentdt g néralement un caractère assez Bvldernment poCtique (l'orgue de mer, un morceau de velours rose). Une lista de questions était ttablie en commun, Uste ui servait par la suite aux expériences portant iurd'autrea objets. Puis on rdpondait par écrit? chacune i des puesttons ;lecture ttalt faite des réponses, avec comparaison sommaire, avant de passer B la question suivante. L'objet ne sera pas choisi. 11 est assurernent plus tentant de faire porter l'expkiencs sur un ob et jamais vu, et dont on ne conndt ni le nom ni t'usage ;mais tous les objets, sans excep tlon, oivent nous retenir, mtme la cuiller B manger la potage, meme Ie fixe-chaussette, meme l'un d'entre nous, ca able de se transformer tout-A-coup en un enchevCtrement de t u y a u oliques seront kartCe8 sans d'arrosage. Les cons dtrations pobtiques, sentimentales, r piti6. Il n'y a pas lieu, en particulier, d'bviter les objets h s gnificatlon syrnbollque évidant4 tels qu'un cigare, par exemple, ou un verra :il suffira d'oublier, en ré ndant aux qumtfons, cette signification, de la même façon qu'on oubiiera l'usage habituel u cigare et du verra

a

z

d

P

r"

8"

A rapprocher ia rCponsa P, II. 6 de Xa réponse D. VIIL 1. Pow Gilmbsth lgIdCsde b pain& en -œil a Incoasciernment I t b iuggCrbi ar le Salt que cat individu avait uri œil d i v a D e -le# i sahtsr h u i h i ont sntmtnb la réponse E I. 21 (h&et d e i tauri de ~ o t r t - ~ m m c b ** Aiilcm VI1. 5, seul le th115 he de Chapps sit peint. *** Qui o besoin d'cipacs (L 4, V. 4.).

rb.


Les questions seront posées au fur et A mesure de la marche de l'exptrience, par les ssslstants, h tour de rble, aïln que les rCponses uissent jaillir s ontanément A la IumMre d'edair de la surprise. Aucune discussion ne sera to érée : I'abstent on sera admise. On saura dmplement que sera mauvaise toute question impliquant, pour sa saIution; le moindre degr6 d'atten-

7

f

tion autre que celui necessaire au contact avec l'objet et B la compréhension de ce que l'on demande. Les rdponses ne seront lues et comparCes qu'A Ia fin du jeu. Elles seront courtes, d4pouilItes, et 4crItes immédiatement, sous le choc de la conviction profonde, Dans la mesure du

La question de la notation des halIucinatfons et associations d'hallucinations nous paratt l'écriture automatique, en dhpit des difficultds ratlques qu'une telle expérience semble, au premier abord, comporter. Rfen, sur la voie de a cunnaissance des mécanismes de la ensée, ne doit nous empCcher de tout tenter. Par ailleurs, et puisque nous en sommes B ce c apitre, il serait sans doute bon de comparer des textes d'bcrlture automatique écrits, A un moment donné, sous l'inspiration d'un mlme objet. Avant que la premike question ne soit posee, II importe indubitablement de prendre contact avec 1 objet par la vue, I'ouIe, l'odorat, le goQt et le toucher, car 11 n'y a aucune raison our que la vue sait seule gtntratrice d ' h a es auditives, olIactives, gustatives et tactiles. L'objet, au lieu d'ttre iact ensuite sur la tab e, pouma I'etre sur le sol OU sur la tete d'un des asalstants ;de rnErne, !exPtrience, au Ileu d'etre faite &a André Breton, pourra l'etrs dans une clairi&re,ou sur une plage de salile, l'aube. L'dclairage, l'heure, la température, la matiere en contact avec l'objet, le cadre, le nambre des personnes présentes et le réseau de leurs états hysiques et mentaux, e t c , autant d'&lémentsqui tendent A influencer la pensde des ex t&intnttun, les hdnoméner de contagion, et, ar cons&quent, les r6 anses. 11 serait prfçleux de pouvoir d terminer exactement la part ces influences c x t b euru dans L'ensemble des résultats. Les reponses seront mjnutieusement et systematl uement étudiees et cornpardes au cours de chaque séance. On fera le compte des coïncidences, tous les dtages :coIncjdences formelles, coInçidences d'atmos htre, coïncidences symboliques deux images ap aremment difIkrentes pouvant const tuer deux symboles a paremrnent différents de la m me réalit&. Dans cette &tude seront particuIiPrement utiles es notations des images et associations d'idées de nature B poiivoir etre etendue avec profit

P

R

f

!

P

P

adjoint es.

A

P

'B -

P

On imagine avec angoisse quel prix on pourra attacher A la chevelure blonde d'une femme trbs belle, prbsente, dont on saura soudain que, plong6e dans le mercure, elle provoquera la mort, par combustian, de l'archeveque de Paris. A R ~ U RHARFAUX, MAURICEHENRY.

DOUZE FOIS DOUZE... Douze fois douze fautes d'orthographe, c'est un bien ravissant ointe, le seul que dkormois je comprends la harpe aux yeux verts, les ciseaux 1 éconceriants de La femme-arbaléie prisonnitre dans les oublieltes du Bal Tabarin... Ne difes pas :

la poësie dites I'amour. Ecoufez le balbutiemeni confus le bourdonnement trés doux des mcrureux sous leur globe de verre. Ne soyez pas insensible a m joies simples de la vie. Exemple : J'écarte les ronces, l'image de la /ordl soigne dans le lac aux yeux clairs, j écarte les ronces et je découvre une femme qui dort dans un cercle de scorpions. C'est M A femme. Auire exemple Sur un divan capitonni de moularde ei de feuilles mortes, comme la Place Maubert un jour de mardi gras, voici M A fiancée, le bras derriére la nuque d'eau courante, dans le Creuz de l'aisselle un nid de scolopendres. C'est la jeune fille aux cheveux blancs. Vive la rkvolution. La nuit tombe. Le sphinx tête de mori esi Zd dans ses jupes de lichen, HENRIBARANGER.

.-


L'INEXTRICABLE POSITION Une large blessure s'enfonçait dans ma poitrine jusqu'au mur. C'était le m h c ulcère que jadis mais il auait changt de signi icafion; moi-m&mc diair par des douleurs et des laideurs nouvelles. n dieual participait plutdt l'ail d'un cheval poriant en excroissance une minuscuie téte mais plus âle et visiblement plus souffrunle ( l m négres onf souvent de ces poupées dans leurs ras), Pour le resie :j'üais nu jusqu'd la ceinture, un mince panialon en carton me couurait rigidement les jambes si bien que la rue entiére (assisfani d l'instant aussi irrémédiablement que le cheval) me prit pour un religieux en qulte d'un volume d'air tranquille pour déposer ses bagues. M. BLECHER.

6

g

PREFACE A UNE ÉTUDE SUR LA METAPHORE (fragment) Si une démarche pobtique est humainement possible, si une représentation imagée, une métaphore, faite dans ce monde et en vue de ce monde, peut exister avec un contenu qui n'est pas d'une autre nature que Ie contenu de la pensée logique - et si moi, je puis la concevoir et etre ému sans la soumettre A une justificat~onlogique, force m'est de me demander : comment se fait-il qu'une telle d é marche puisse avoir lieu sans entrafner la modification compléte des fondements de notre connaissance? J e cherche en vain, dans tous les systémes philosophiques, une réponse satisfaisante. La philosophie a, dialectiquement, pris naissance comme antithése A toutes les dé.marches de la pensée qui n'ont pas été capables de s'enchasser Si l'intérieur d'un systéme dont le but est d'expliquer le monde. Si la philoso hie n'avait pas étb accaparke par la religion qui a crkb dans son sein un dérivatif tr s efficace pour tout ce qui se dbrobe A son entreprise - e t qu'on s'obstine encore aujourd'hui A qualifier de pensée irrationnelle, terme aussi vague que louche qui aggrave la dualité entre les dkrnarches de l'homme e t fait le jeu des postulats mystiques - elle aurait certainement eu une évolution bien différente et ce probléme aurait kt4 résolu beaucoup plus t8t. II n'est donc pas autrement Btonnant qu'en 1725, juste ap moment oh se desserrait l'étreinte de 1a religion, un siécle avant ue se format une nouvelle conception de l'homme, basée sur les lois de son propre evenir, il n'est donc as autrement étonnant, dis-'e, qu'un penseur de la clairvoyance de Jean aptiste Vico ait publié sous e titre : Les Principes d'une Science Nouvelle, un ouvrage oh il insiste sur la valeur de l'activité poktique comme base d'une nouveHe connaissance de l'homme : a Les Philosophes et les philo10 ues devraient s'occuper en premier lieu de la métaphysique poétique, comme de a science qui cherche ses preuves non pas au dehors, mais dans les modifications mCmes de l'esprit ui médite sur elle. Le monde des nations ayant kt& fait par des hommes, c'est dans 13esprit de ces mtmes hommes qu'il faut en rechercher les princi es. Les théories de Vico, rnklange e pensées rofondes qui annoncent dkjA l'arrivée du rnatkrialiime historique -et je pense ièi ce principe :r L'histoire humaine est différente de l'histoire naturelle, parce que nous avons fait l'une et nous n'avons pas fait l'autre P, que Marx a repris dans Le Capifal comme fondamental pour toute étude de l'histoire des religions - et de divagations absurdes sur l'évolution de l'humanité depuis les géants jusqu'h l'homme moderne, expliquke par la m th* Iogie, ont presqu'entiérement mérité leur oubli. Pourtant rien n'est plus bpri-

l'

3

t

-fl

f

cf

ip

81

B


mant que de voir l'échec d'un rojet qui, malgré toutes les erreurs ue Vico a u commettre en tentant de le réa ser, reste un exemple lumineux, enti rement iso 6, dans l'histoire. La pensée de l'auteur, formulée dans un moment où la lutte entre ta bourgeoisie et la féodalité allait etre engagée, se trouve ainsi antici er apparemment sur l'histoire et orter en elle les lueurs d'une connaissance qu'el c &taitincapable de préciser, En ehors de sa conception de l'histoire, baske sur un matérialisme rudimentaire et qui n'a &té vaIablement accréditée qu'un siCcle plus tard -les thé& ries de Vico ont été injustement jetées dans le fatras d'idCes périmées qu'aucun hilosophe n'a cru nécessaire de reprendre. Elles &aient énoncées prématurément. a ! réaction contre les postulats transcendants de la métaphysique devaient ramener d'abord les démarches de la pensee dans les Iimitea de la raison avant que cette raison Qt, par ses propres moyens, incorporer son antithése originaire, qui lui a donné 'storiquement naissance, et réaliser la synthése de l'homme. Le fondement subjectif de cette synth6se doit donc @treconditionné par le conduit, fatalement, A la limite de ses posproduit du dbdoublement initial (diremp auquel il pense. Son but est pourtant de suple sujet dans l'objectivité ii travers les contenus de la pende. L'avénement de la philosophie dans l'histoire est logi uement justifie ar Ia ossibilité permanente pour la pensée d'ouvrir une brèche A 'intérieur de ce édoubernent des que la pende est libkrbe du joug de la civilisation qui dans son stade archaIque exige de chaque effort mental un maximum de rbalisation possible, dam les cadres, le lus souvent religieux, qui lui sont imposés ar la tradition - et de polariser, met odiquement, tous les raisonnements entre e sujet et l'objet. La destinée de la philosophie a été la ruine de son entreprise. Au lieu de considérer cette dualité comme provisoire, au lieu de la dé asser en faisant intervenir le dynamisme de Ia pensée, elle a creusé l'abime entre 'homme et le monde, cherchant une place convenable qui n'est ni dans l'un ni dans l'autre, mais voulant B tout prix Btre partout, afin de juger de tout et n'étant, finalement, nulle part. C'est la rason de l'inefficacité de tous les systémes philos0 hiques, de leur appauvrissement progressif au profit des sciences exactes, B qui a philosophie a donné, histori uement, naissance. Incapable de réaliser le moi dans toute son etendue, parce qu'e le n'ktudiait que le moi qui est tourok vers le monde extkrieur, en vue de la connaissance, en laissant ai la psychologie le soin de l'ap rofondir davantage, incaable d'atteindre le monde extérieur, qu'elle a da aban onner A la physique et A chimie, la philosophie se trouve, aujourd'hui, devant cette alternative (si l'on peut, naturellement ici, parler d'alternative) : ou bien se convaincre qu'elle tourne, qu'elle tournera toujours dans Ies limites de la pensée non réalisce et qu'elle tombe lentement dans un sommeil agnostique, endormie par son éternel leilmofiua je pense, je pense, je pense n - ou bien s'envoler vers une idee transcendante et, entre les plis d'un dieu inexistant, oublier sa propre inutilité. Les résultats positifs qui ont &té obtenus par la philosophie sont basés sur l'observation empiriq,ue de réalisations de la penske. Le principe de wusalitb expression de la possibllitk de renverser le devenir de la pensée e t d'aller aussi bien de l'effet A Ia cauM ue de la cause A l'effet n'affirme que la nécessite intérieure qui détermine la réaP,'sation d'une demarche de la ensée, si les éléments dont elle se compose sont dans un tel rapport que, dbs qu'on iso e l'un, on doit aboutir 4 l'autre. Le principe de causalité nous méne donc, lui-meme, aux limites de la philosophie et I$ la suppression du dédoublement entre le sujet et l'objet. L'objet contient le sujet comme le sujet contient l'objet. En partant de l'un on aboutit it l'autre et réciproquement. Cette interdkpendance doit Ctre prise uniquement dans un sens relatif, c'est-Mire qu'elle doit prbciser la osition de l'homme dans la réalité et celle de la rkalité par rapport B l'homme. bousse A ses derni&rmconskpuences le principe de la causalité conduit ainsi la hilosophie A un dilemme. Si la pensée discursive n'est que la seule démarche poss' le qui exprime les rapports entre l'homme

1

Pi

Y

P

- P

-

K

5

-

f

P

R

Y

P

9

f

k

-

-

f'

$


et le monde, et si ces rapports sont rtversibles, il faut admettre ou que la dualith entre Ie sujet qui pense et l'objet auquel il pense ne peut pas Ctre supprimée - la pensée discursive serait alors une démarche arbitraire se déroulant sans aucune necessité inttrieure: ce qui irnpli uerait la négation de sa propre utilitb-ou qu'une autre démarche est encore possib e, qui se déroule dans le sens inverse avec la m&me utiiité que la pensée discursive. En d'autres termes :la démarche de la pensée discursive. réhabilite, aux limites de sa réalisation, son antithtse logique, sans laquelle elle doit nier sa propre nécessité et la rigueur qui la justifie en tant qu'acte de la connaissance. Un objet, une phrase, un mot, prononckTar hasard, sans intention particuli&re, peut provoquer en nous une démarche de la pensbe qui, au lieu de rester isolée, tomme l'objet qui lui a donné naissance, se transforme en nous-memeset rCalise, dans une forme concrdte, la totalitk de notre vie émotive. Cette démarche est la base de l'élaboration du langage. Ayant eu, autrefois, le moyen d'étudier les langues des indigénes d'Australie et de Mtlanésie, j'ai constaté, A ma surprise, qu'il y a la des racines qui, partant d'une signification tr6s précise, voire concrdte, s'élaborent et donnent naissance A toute une suite de mots, pour la plupart émotifs. La racine 9 Mar a ou a Man n signifie 2î la fois la main et le nombre cinq. La ré ktition du mCme mot exprime un trés grand nombre que l'Australien est incapab e de réciser. Or, cette même racine est la base des expressions grand, bon, bien, beau, eaucoup, puissant. Le mot polynésien rManan qui signifie le pouvoir, la force magique et surnaturelle, pourrait etre mis en rapport étymologxque avec la racine primitive qui signifie main. Le devenir du langage est la transposition du devenir de la ensée dans l'histoire. L'un doit Ctre observé dans l'autre et inversement. L'&la oration de mots repose sur une nécessité humaine de réaliser la plus grande sub'ectivité A I'intkneur du contenu ob'ectif de chaque signification. Le terme a sign*ier D ou a désigner n exprime, sous a forme d'un verbe, donc du devenir, un noyau objectivement et rationnellement irrtductible : le signe. Toute démarche de la pensée se réalise, en dernier lieu, dans un signe. Mais, au lieu d'Ctre un concept négatif et probIématique le noumtne de la philosophie kantienne - le signe est le fondement objectif de toute pensCe et la seule preuve de son existence. L'expérience onirique doit Ctre la base empirique pour une étude du fonctionnement de la pensée qui veut depasser les limites de la raison discursive, Le dédoublement entre l'homme et le monde disparaft, dans le rbve, sous la poussée de contenus émotifs. Tout ce qui a été freiné, ou seulement partiellement réalisé dans la vie eveillke, se prkcipite comme une vague grouillante d'images, renversant sur son passage ce que l'homme a si laborieusement cultivé pour justifier le progrds et la véracité de son raisonnement. II n'y a plus de pensée absurde. La vérité n'est plus une kduse. Elle est la force de l'émotion qui pousse les images et les associe, entre elles, dans les actes. Le symbole onirique est un raccourcissement de démarches de la penske et sa réalisation dans un signe &motifqui est, en lui-meme, si on le soumet A une analyse, l'acte érotique dans toute sa rkalité. La poésie garde,' dans la vie &veillée, le mbme élan et, en braquant ses regards sur le monde extérieur, elle réalise A la fois l'unité de rCve et le désir humain de la connaissance. Cette activité s'exprime dans la métaphore, dans la représentation imagée qui ne signifie plus rien logiquement, parce que le signe, c'est-&-dire le contenu irréductible de cette représentation ne peut plus devenir un verbe pour figurer dans un enchaînement de raisonnements. La metaphore est la vie éveillée ce que le symbole est au rCve. Mais son contenu est d'une autre nature. Le symbole onirique objectivise l'émotivité; la métaphore la démarche entiére de Ia pensée. Elle est l'image e t le signe e t un produit de la synthkse définitive de l'homme et du monde. Son analyse objective nous permettra donc d'arriver A une autre vue de 3a réalité qui n'est plus le départ hypothétique d'une démarche de la pensée, mais qui est son produit final : le monde de l'homme, tel qu'il est, qu'on le veuille ou non.

P

Y g

f~

1

-

d


ET AINSI DE SUITE Encore un coup de pied au cul et la bolte de sardines vide se croira sainte Un coup de talon duns la gueule et c'esi une diviniit! qui nage dans le miel pur sans se soucier des protozoaires des hippocampes des cailloux célestes pui volllgent d'un ail d l'autre et iransportent Za rarson avec un peu de sauce ef des dents cassies dans la société des irognons de c h o u qui ne savent plus oh donner de la ttte depuis que les eauz grasses étouffent duns la zibeline

LES LYC~?ESDE JEUNES F1LLES SONT TROP PETITS La nature des voies de chemin de fer laisse indiffërents les scmbdes qui moururent de la peste de même que le vin chaud n'etnpkche pas tes petifs poissons de dormir d la lueur d'une lanterne De long en large fa mie de pain passe de long en large eî s'eztasie devant les chiens pissant sur des arbres centenaires Quelle audace Mais l'audace son chapeau d la main vous dit merde car vous dies plais et moisis tricolores et pourris décorks

décomposis barbus ~éreux et pour tout dire semblables en tous points d une armée de puces sur un taph sale

AU BOUT B U MONDE Quand les charbons enflamis s*rn/uimt cpmme des lions ageurts au fond de lu mine

les oiseaux de uin blanc se tralnent comme des iimbrs-poste sur les Idires retournées d I'enuoyeur el les escaliers branlants blies comme des saucisses doni la choucroute a ddjd étt mangde aitendent qu'il fasse jour que les pommes soient mûres pour appeler le cheval de fiacre uui ioue d cache-cache auec son fiacre

if

lé défruira cwant que Zw orteils dcs concierges deviennent des rails de chemin de fer


BRAS DESSUS BRAS DESSOUS Elle aura de grands eux de boomerang qui faucheronf les bl comme une vitre dépolie et dtoilde par une balle de reuolver Il y aura aussi sur la premiére marche d'un escalier frts oieuz comme un matelas qui s'envole un petit rat dont la queue rappellera au remier assanf venu son ancienne ro ession de c ef d'or $eske qu'il avait ou liee d cause de son chapeau qui est la carte de I'dngleferre auec 1'Ecosse legèrement abtmée pur une tache d'encre dont on ne saurai! dire si elle est bleue rouge ou verte ou si c'est la graisse qui l'entoure qui forme cefie petite aurore boréale plaie et exsangue comme une gaufrette ou un dne peld qui a encore la force de braire en vo ant u n tournevis se ba ancer nonchalamment au-dessus de sa féte ei ouurir une gueule knorme et uerte comme une église en ruines d'oh s'échappent quelques acro baies bot feux u n dindon qui bat de I'aile comme une banque et plus de mille dictionnaires qui ressemblent d de vieux vesions de très u i e w vestons des uestons atrdmemenf vieux avec des poches déformies d force d'avoir contenu d e étoiles avec des bouionnikres si larges qu'on pourraif s'y endre aoec le col qui ressemble d un drapeau français ans le fumier de frts vieux uestons auec des taches de cambouis qui pleurent des larmes de mayonnaise de trts vieux vestons

g

r

R

I

i

DANS LE BLANC DES YEUX Lu fen6tre s'ouure et se ferme comme, une fempéte dans un verre d'eau qui proteste parce que la pluie refuse de le faire débordtr sous les yeux de la salade morte dont le caur est devenu depuis longtemps un parapluie d'enfani qu'on cache pour ne pas faire peur aux abeilles dont I'essaim se nicherait avec plaisir dans les profondeurs éiernellcs d'un os tt moeilc J'en étais ld de mon analyse spectrale des reflets qui vont se cacher dans les oreilles des militaires

quand

Mais je n'insisle pas Le vert-de-gris a uraimenf bonne mine cc soir il est u n peu ivre ei prendraif ~oloniiersun bain dans une brioche U n vaste rire fait se tordre les boulons de ma braguette On dirait une aigrette sous I'aisselle d'une jolie femme amoureuse d'une pince d sucre.

BENJAMIN PERET.


LES MO YENS D'EXISTENCE La taille bien prise dans les glaces d'une personnaZilé comme une autre historique sous l'armure de ses mouoemenfs et sans musique entre les geuz madame l'amour de son prochain une for& au creux de ta main qui Z'dlrein! 8eautC de premiLre qrundcur en folie autour du soleil fardde selon son gout du mystére elle ne connafi pas son visage c'est un nuage de bois sur la conscience ni sa voix jamais d la m&me place nulle pmt oii se praméne la voix de Benjamin Phi Tous tcs cas pendables d'étoile sont dans Ia nature selon te code de brume trouud sous le pas d'un hippocampe battu les eaux dans les cordages crienl Terre d Benjamin Pérei qui chasse l'avenir sur Ic bout de ses doigts il tue fout ce qu'il veut poil comme le jour plume comme la nuit il sourit d foui ce qui brille et tout fui sourit comme d cent mille hommes car un m d sur chaque IPvre le bonheur d la longue manque de mesure ou de rkalift

* Colonie d'idées noires

la p m i l r e arme d feu aurucille Pouvrage d a mains au sein de la nature j'at beau plier le bras d toutes les nkessifés de l'ezisfence je résisic mal aux grandes chateurs humaines il y a sept diages de cadaures sans dents ni fenétres habités pur sept couples siamoia dans une avenue balayée de regrets argent& c'est le juste milieu pareil d un crmetitre prbtenfieux un lieu de désdquilibrc charnel ellelées de caresses au tour du ceur es morsures de l'amour n'ont jamais ianf remué la lerre

f

Dur langage en ce jour mal ferrd qui ne veuf pas finir on a planfé iro d'exemples pour nourrir la faim bleue des morts lentes extrait du sol es métaux doux comme des baisers ma mire en porcelaine mon pére t'a brisée d uotre dernitre nuit d'amour riuiére de diamants offerte ci la femme d'une seule nuit f u roules des yeux blancs dans une prairie d'anlhrucite oh d'autres yeux jouent du violon fille de soie aux bus de joie les cinq doigts de la matn me uoni comme un masque de fer

J'

Maladie aux beaux traits maladie au corps de jeune négresse maladie qui vaut un empire matadie changée en paysa e maladie couchée au pied e la lettre I maladie écrite sur le front d'une mm& endormie maladie en voiture maladie ser~iepar dix femmes nues mer malade de la peste terre aiteinte de la maladie du soleil maZadie denitre taqueIIe je cours sans pouvoir I'aitraper fuite des heures dans le désordre $un regard de pierre flamme volage impersonnelle courbée comme un rameur je marche sur tes traces qui baftenf de l'aile

B


Un brin d'air au secours d'un brin d'or les chdteauz du monde fanh sur leurs liges en un tour de main les feuilles mortes d I'enuers de la udritt! je n'ai que l'écriture que je mtrite elle me uienf d'une blessure que j'ai en commun avec quelques amis mais je crois voir la fin du grand malentendu des couleurs dans le monde ct son œil de uerdrrre tous

**

Argument nodurne des mille raisons d'dire contre l'unique raison de ne pas dire tu viens de loin d u gorgm profondes oh lu f l c u ~ une sont Pombre <feuz~rnhw il s'agii maintenant de joies qui chantent leur peine entre chien ef loup quel kvdnemenf roule carrosse en ce dimanche réservé aux crimes d'honneur d'inoubliables fun6raille.s ont pris les devants du corps dans un cid purticulier dune part un monde sans issue $autre part une existence qui ne mkne If rien de valable n'y voyant pas je f'ai recommcnct!e plusieurs fois comme un morceau de musique lani de erroquets parlent aux sens tant d'o jets de ddgodf con iés d la poste n'arrivent pas iout ce que je pense sauv des e a u abominable espace oii le plus courf chemin #un point d l'autre al fa douleur je ne conçois un cœur qu'd bout d'espoir commc le deuil pris avant la lettre le deuil de ce qu'il y a de plus cher ou de ce qui n existe pas La libcrtt des mers se change en pieuvre la liberté des miroirs ne refldte que ce qu'elle aime combien sommes-nous rt savoir oir commence oh finit un mémt mot appliqut d plusieurs ob 'ets ayant entre eux des rapports sexuels comme oui et non par exemple silence sur homme sur son drame et sur ses torches place au thdftre luberculeux où la juslice de minuit avale un sabre d'honneu~. GUI ROSEY.

f

I

b

LA P~?CHETROUBLE DANS L'EAU CLAIRE

..........................................................................

cl au fond de cette eau a fermé les yeux celle d laquelle je ne pense jamais. Je ne pense. elle a fermé les y e u pour mieux me voir, pour mieux me veiller. Veiller.

cm elle veille, elle veiflc d ce que fout quand même, n'aille au diable. Au diable.

au-dessus de ce poéme ma tlte penclike, ma tête blessée, ridicule. la couleur bleue esf changée pour toujours, émietiée, broyde. Les

les fourmis, sont-elles bleues, sont-elles horribles, plongent dans les Lw miennes. si je regarde mieux le sexe de la nuit s'illumine dans les consfelldions. La étoiles nues attendent comme les oreilles du xébre. Du zlbre ou de la jeune fille. la nuit, ef les nuits cela venait lier ces mots,cts phrasa. Ces pies enivrées sont aifendun par cette nasse. la nuit venait, s'en allait, comme personne ne vient, ne s'en va, de tous les cbiek, du ccieur. Des miroirs noirs. la nuit aimait, quand les montagnes se parlent d mi-voix. Se sdduisent. la nuit vrandissait comme une supposition, telle ça te tombait une lune pourrie. la nuit s ouvrait comme une porte, comme des sentiers qui rluent toujours d'un complot. D'une vieille palme de la lumière. comme la nuif des amoureux, par les m h c s tscaliers, o terre elle s'abaisse de plus en plus silencieusement.


qui, qui wt-elle7 Qui es-tu? Tu, toi. elle txt jolie, elle est splendide, elle est variolde. il es1 cnfermd dans les enfraiIIes du temps non, il n'est pas iemporem, venteux non, il n'est u'ambragem, &pinem. lui c'est moi, ui c'est toi, lui c'est le che~aljaune ou la question. hennissent les chevaux ou te diemin. va-i-en, va-t'en, ceci est un regard arraché de la terre. un regard jusqu'au bout. na-t'en, va-t'en, fa pierre esi une pierre plus silencieuje. reviens d ce fauve, d cette faute, menace d tais-toi. une uoiz dans.la nuit sans silence. Sans siltnce. je n'ai oublié ni les poissons ni les oistaux au front pdle. Non. car ils se doutent Que pis la uie meilleure puriois murmure. en face de la nuil dans la ace de la nuit dans la ace oh mainienant ils rongent 2e.a os de quelques fleuves pesanis oh maintenant nous lapons bCfa lapons dieu comme les fours soni beaux vint le soldat, dit d s'en fui. S e n fut. le soldat qui peutdire n'existe même pas mais je le truhirai sdrement, iaerui. DOUCHAN MATITCH.

!

1

-

tl'kaduefian dr Haîdia Popoulfch.)

(1030)

LE POIL DE LA B ~ T E Sonneur de vériib, crieur de prtssentiments, akrittf comme un p61e magnéiique, at!rité qui parle en foi derriére fa bouche COUSUC, hors du monde, dans le monde ui sTéth4re comme ce gdteau de boue oh ente s t recompose la jeunesse du monde perdue de vue, ainsi, ton sommeil n'est pas, n'est pas plus iranquille. Dans la coniinuifd de ce qui vif en toi, une force sort de toi, confinuelle, sans profil, la houille blanche qu'on ne nomme pas, par peur, pur l u e , par hérédiik, 6 mal si ptrpéiuel d'&ireun silence pour un cri de simplicittf, 6 rtvolte si caressante de I'esiimaiion. Au hasard, porteurs de mouverneni pcrpétuti, nous qui ne sommes pas perpétuels, nous sommes en face de tant de loisirs, de tant de promesses qui sst!bauchent d fa minute dont I'appdt reste la beauté si ldche du geste ou de l'esprit, ce touchant alopeur de facilités. Sonneur de uérith, tant 'unnkes sont derriére toi qui réclament leurs chasses et leurs uidima, méme dans la douceur, même dans tes jours si clairs, même dans cet optimisme, mémc dans CL mdpris,

a

M ~ W C ~FW. ~IL

P

B

méme ct l'ombre, mime dans un amour qui se casse, méme après celle corde rompue qui pend, mtme dans ceiie nuit de rancunes, mtme dans ceife solitude comme une rut devant le désir, comme un cri d'appel du loup, même cl I'ombre SI palpable, entends-tu, même aprés cetie marre rompue, mime devant ce vide.

GEORGES HUGNET.


L'AIR EST UNE RACINE

b pierrw sont remplies d'entrailles. brauo. sur ta pierre qui prend lu face de la bouche braro. la pierres sont remplies d'au.

ka pierres sont des branches d eaux.

f

pousse une feuille-ardte. ravo.

une voix de piwrc est t 1 e tĂ t&itet picd d pied avec un regard de pierre.

qumd 2cs pierru se raitent des onglcs pousseni aux rucina. ram. bravo. les pierres on4 des oreilla pour manger l'heure

%

4?zucte.

pierres sont fourmentles comme la chair. la pierres sont des nuages car leur dcuxitme

nature leur danse sur leur iroisi~mc nez. bravo. brauo.


UNE GIRAFE Cette girafe, de grandeur d w e l i e , est u n e simple planche de bois dicoupte en forme de pitaCe e l qui o fre une particutmitd qui la différencie du reste des animaux du mûne g c m tabriqub e n bols. C a ue tache de sa peau, qui, d h i s ou quairt mdtres de distance, n'offre rien d'anormd, ill en rtafitt?mnrtllude mit par un mu~crcieque chaque rpecluieur petil tdr focilernenl o u ~ r i ren tc faisani t o m r sur un petrt gond imisible plact dans un de ses cdfls, soit par un objet, soit par un trou laissuni apparatlrc k jour la gira c n'a que quelques cediméires d'L aisseur wit par la une concwiit codenant lu difftrents O fets qu'on dktarlle dans la l b i e ci essous, Il est d remarquer uc cetde piru c ne prend okitabtemeni son sens que lorsqu'clle wt cniiCm e n t rdaiis~e,c b t - d h e , u a anrm de ces t o c b remplii 1. jonction d laquelie elle ut datinéc, Si cette rialisdion est &&a dispendieuse elle n'en reste, pour cela, por molN possible. TOUT EST ABSOLUMENT RÉALISABLE Pour cacher lu oblef~u i doivent se boer derridrc I'anfmnl, il fauàro placer celui-ci devani un mur noir de dix méires e haufrursur quarunie de lon ueur. Lu surface d u f n t l ~doit tire iniucie. De~anîce mur II faudra entretenir un jardin **aspbd8es àonî les dimemiom scronî les mtmu que celles du mur.

1

1

1

g

-

3

CE QUI DOIT SE TROUVER DANS CHAQUE TACHE DE LA GIRAFE Dans la prcmike :L'inth-leur de la tache est constftu6 par un petit mécanisme assez compUqué ressemblant beaucoup A celui d'une montre. Au milieu du mouvement des mues dentées, tourne vertigineusement une petite hélice. Une léghre odeur de cadavre se dégage d i l'ensemble. Aprks avoir quitté la tache, prendre un album qui doit se trouver par terre aux pleds de Ia girafe. S'asseoir dans un coin du jardin et feuilleter cet album qui prksente der &aines de photos de trés mldrables et toutes petites places dksertes. Ce sont celles de vieiilu viiiefi castillanes :Alba d e Tomes, Soria, Madrigal de las Altas Torres, Orgaz, Burgo de Osma, Tordesillas, Simancas, Sigiienza, Cadalso de los Vidrios e t surtout Toledo.

Dans la deuzilmc :A condition de l'ouvrir midi, comme le précise l'inscription mtlérieure, on se trouve en présence d'un œii de vache dans son orbite, avec ses cils et sa paupibro. L'image du spectateur se refléte dans l'œil. La paupfhre doit tomber brusquement, mettant fin h la conternplatlon

Duns la troisilme :E n ouvrant cette tache on lit, sur un fond de velours rouge,

ces deux

mots :

AMERICO CASTRO (1)

Les lettres étant détachables, on pourra se livrer avec elles B toutes les combinaisons pos&les. Dans ln qtiatrihc :Il y a une petite grille, comme d e d'une prison. A travers la grue, on entend les sons d'un véritable orchesîre d e cent musiciens Jouant l'ouverture des M a t h

Chanteurs.

Dans la cinquitme :Deux boules de biliard tombent h grand fracas dés l'ouverture de la tache. A i'intédeur de celieci ne reste plus, debout, qu'un parchemin roule, entouré d'une ficelle ;le derouler afin de pouvoir lire ce pobme :

A RICHARD CCEUR DE LION D u c h w d Id cave, de la cave & la colline, de lu colline d I'enfir, au sabbat d'agonies de l'hitru. Du chœur au sexe de la louve qui fuyait dans la for& s m temps du Moyen-Age. Verba vedata sunt fodldo en culo et puto gafo c'était te tabou de la premidre ca banc dressé6

dans le bois infini,c*t!iait le tabou de la dd]edion de la chdure d'oh soriirenî les foules qui iIevlrenf les cathédruies. Les blosphkmu floUaied dans les mmCcages, les tourbes tremblaleni sous le fouet des dvtqucr de marbre mutilds, on employait I t s sexes fëminiru pour mouler des crapauds. Avec le iemps rtverdissaienl les religieuses, de lerus côtés secs poussaient des branches ucrta, les incubes leur faisafenl de l'ail tandis que I t s soldai$ pissaicd dans Ica murs du couvent et qua l u sidcles grouillaient d m lu pIaiu des lkpreux.


Des tenéira, pendaleni du gmppts de nonnes slcha qui prodnisaieni, ci I'aide du tilde ven printanier, une s u m n u n e u r d'oraison. J'awai d payer mon &col,Richard Cœur & Lion, lodido en cul0 et puto gafo.

Dans la s t f l m e :La tache traverse de part en part la girafe. On contemple dors le paysage i travers le trou; A une dizaine de métres, ma mhe-Mme Bunuel-habillbe en blanchisseuse, ut agenouiüde devant un petit rutsseau en train de laver le linge. Quelques vaches derrikre elle. Dans la septième :Une simple toile de vieux sac salle de pl4tre. Dans la huiliéme :Cette tache est légérernent concave tt se trouve muverte de pofls trks fins, frtsds, blonds, pris au pubis d'une jeune adolescente danoise aux yeux bleus très clah, potelae de corps, iî la peau brûlde par le soleil, de toute innocence e t candetu. Le spectateur

devra souffler suavement sur les poils. D m la neuoidmc :A la place de la tache on decouvre un gros papillon nocturne obscur, avec la tete de mort entre les ailes.

Dans la dixilme :A i'intdrieur de la tache une appddable quantite de phte & pain, On at tente de la pétrlr entre ses doigts. Des lames de rasoir très bien dirrsimul~esmettront en sang les mains du spectateur. Dans la onzidme :Une membrane en vessie de porc remplace la tache. Plns rien. Prendre la glrde et la transporter en Espagne pour la placer au iieudit a Masada del Vicario r, B 7 kilornbtres de Calanda, au sud de l'Aragon, la t4te dirigée vers le nord. Crever d'un coup de poing la membrane et regarder par le trou. On verra une maisonnette très pauvre, blanchie Q la chaux, au miiSeu d'un paysage désertique. Un figuier est placé A quelques métres de la porte, en avant. Au fond, des montagnes pelees et des oiiviers. Un vie- laboureur sortira peut-être, ik cet instant, de la maison, pieds nus.

Dans In douzidme :Une trbs belle photo de la tbte du C M s t couronnt5 d'dplnes mais RIANT AUX GCLATS. Dans la trcizidmt :Au fond de la tache une trés belle rosa plus grande que nature fabriqilee avec des pelures de pommes. L'an&œ.de est en viande saignante. Cette rose deviendra noire quelques heures aprhs. Le lendemain pourrira. Trois jours plus tard, sur les restes appardh one légion de vers. Dans la quutorzltme : Un trou noir. On entend ce dialogue cbuchotd avec une grande angoisse : VOIXDE FEMME :Non,je t'en supplie. Ne gdle pas. VOIXD ' H O H ~:BSi, il Ie faut. Je ne pourrais pas te rcgardcr en facc. (On entend le bruit de la plule). VOIX DE FEMME: Je t'aime tout de même, je L'aimerai Lou]ours, mais ne gdIc par.

NE... GELE... PAS.

(Pause). VOIXD'HOMME, très bas, trb doux : M o n petil cddanre... (Pause. On entend un rire étouffe).

Une lumiére trhs vive se f a i t brusquement h l'intérieur de la tache. A cette l n d k e , on voit quelques poules qui picorent. Dans la quinxidmc :Une petlte fenetre & deux battants construite & l'imitation parfaite d'une grande, 11 en sort tout ti coup une épaisse bouffde de fumde blanche, suivie, quelques secondes plus tard, d'une explosion eloign6e. (Fumée et explosion doivent etre comme celles d'un canon, vues et entendues A quelques kilométres de distance.)

Dans la scizidmc :En ouvrant la tache on Voit h deux ou trois métres uns Annonciation de Fra Angelico, trCs bien encadde et éclairde, mais dont I'btat est pitoyable :d d M e A coups l e couteau, gluante de poix, la figure de la vierge soignerisement souillbe avec des excrémentr,


les yeux crevbs par des aiguilles, le ciel partant en caractéres très grossiers I'fnscription :A BAS LA MERE DU TURC.

Duns la dix-septilme :Un jet de vapeur trbs puissant jaillira de Ia tache au moment de son ouverture et aveuglera affreusement le spectateur. Dans ka dix-huitidme :L'ouverture de la tache provoque la chute angoissante des objets suivants : aiguilles, fil, dé, morceaux d'étoffe, deux bottes d'allumettes vides, un morceau de bougle, un jeu de cartes trbs vieux, quelques boutons, des flacons vides, des grains de Vals, une montre carrée, une pofgnde de porte, une pipe cassee, deux lettres, des appareils orth* pkdiques et quelques araigndes vivantes. Le tout s'éparpille de la manikre la plus inquiétante. (Cette tache est la seule qui symboiise la mort.}

Dam la dix-muvitme :Une maquette de moins d'un mktre carré derrihre la tache, représentant le désert du Sahara sous une lumihre écrasante. Couvrant le sable, cent mue petits maristes en cire, le tabiier blanc se ddtachant sur la soutane. A la chaleur, les maristes fondent peu h peu. (Il faudra avoir plusieurs millions de maristes de réserve).

Dam Ca vin#CiLme :On ouvre cette tache. Rangés sur quatre planches on voit douze petit6 bustes en terre cuite, représentant Mme... (l), merveilleusement bien falts e t ressemblanb malgré leurs dimensions d'environ deux centimhtres. A Ia loupe on constatera que les dents sont faites en ivoire. Le dernier petit buste a toutes les dents arrachdes. LUIS BURUEL. (1)

Je ne puii eviler cs nom.

L'HUMOUR, ATTITUDE MORALE

LA TERREUR BLANCHE CEE2 LES"AMIS DE LA FRANCE"

DES SURREALISTES

YOUGOSLAVES

(Rhonse P l'enauete . -

r L'humour est-il une affifudt morale 1 a ) SONT AU BAGNE. Quels sont les rapports de i'humour et de Ia potsie, de l'humour et de la morale, de l'humour et de la mort ? 11 s'a it tout d'abord d'une nouvelle rnnnfhre d'envisiOn sait comment pour s'opposer au mouvement de ger la s dit4 et de se comporter envers d e (maissous cet l'histoire, h son plus irrésij- angle les objets eux-mCmes se montrent dans ce quf est en eux réellement l'aspect du moderne), et cela, tandis t W e tlan, la rbvolution prolttarienne Foch et Clé- qw la machine 4 détraquer et 4 nier de l'humour ne foncmenceau, qui n'en btaient as, ou aprés le bref instant de son fonctionnepoint A un as4asdnat prés, ment tlOnnefu gurant. de veux d.ire que je pade sans humour de of aarderent dans le dos l'humour. es partakistes allemands et Les uatre pages de Ia pub cation L'Impossible (Belgrade, 4931) qui furent, r o m e titre Le Rloalllr-Matin, les soviets hongrois. une premiére tentative d'htabiir expér3mentalement les Le professionnel de la tue- rapports entre Ra poCsfe et I'humour, ont kt6 totalement rie et le vieux bouffon, -di- incomprjses des fntellectuels bourgeois. A la lumlére de gnes reprhntamîs de I'im- ces rapports, il apparalt pourtant trés clairement que périalisme vainqueur, dans I'humour est, dans son essence, une critique intuitive et une Europe divisbe jusqu'8 im licite d u mhcanisme mental canventionnei, une force Ia dkcomposition, implantéu extrait un fait ou un ensemble de faits de ce qui est rent la terreur Hanche, Si. de !onne comme leur normale pour les rdelplter dans un temps B autre, ici ou 18, cette vertiqneux de relations inatientucs et aorreciier terreur blanche s'est engriar un m lange de réel et de fantastique, hors de toutes saillée, aujourd'hui, partout, les iimites du rkalisme quotidien et de la logi ue rationelle a retrouve son lus ténelie, l'humour et l'humour seul donne B ce qu l'entoure rocc. son plus mipi& dcïat une nouveauté grotesque, un caractdre baüucfnatolre d'inDe surenchbre en surenoh&rc existence, ou d u moins, une objectivit4 douteuse et méprlles nationalismes vont s'exas- sable et une fm ortance dCrisoire, c6t6 d'un rur-acnr krrnt. L'hitlbrisme est I'enexceptionnel et pherntre* mais total. En contact avec la ant maudit du traite de poésie l'humwr est f'expression extreme d'une inaccumVersailles. Voili ui est in- modation convulsi~e,d'une révolte h JaqueRie sa retenue, contestable. Mais n9est p u sa compression ne font que donner plus de force. moins incontestable que laSelon h u d , I'humour a s un cdtt grandiose s qui

-

f

-

i'

f' 5

B

P

?

f

P

fi


a se trouve sans aucun doute dans le triomphe du nar- mais fils ne m e m b l a tant cirtisme, dans i'invulnl~abtlifdvictoriendement uff irmle h son pére. Aussi reconnaldu moi, Le moi refuse de subir une offeribe, de soufrrir trons nous aux trois mé éres ur des causes venant de la rCalftL, il persiste & croire que France, Angleterre et $tatttraumot du monde exldrirur n'ont aucune prise 8ur Unis d'Amérique, ie droit de lui, il va même fu~qu'dprouver qu'ils fotvnissent des mo- s'indigner contre l'antisérnltisme des nazis, quand la tifs rt son plaisir S. En tant qu'inacceptation, non-reconnaissance de l a réa- premikre aura renoncé A :a lit6 et de sa gravite, l'humour satisfait certaines tendances pacification du Maroc et aux mwacres d'Indochinois, l a 8 tendances ludiques et ré ressives vers des modes de ensbe pré-Iogique et pré-r aliste a. A ce propos, Jean seconde & sa rage d e perséattire l'attention sur les rapports q u i cuter les Hindous et la troiexistent entre le mot d'esprit et l'humour d'une part ct sihme A s a n sport favari, le obuque de l'autre, et arrive ainsi B des conclu- lynchage dlw noirs. sont ceues de I'expldence purement pdtique. Non moins que le fascisme La sychanalyse nous montre comment l a transformation les sentiments accurnoiies en piaisir h u m o r i s ~ q o e ailemand il convient de d é rend momentanément superflue toute extériorisation ef- nonces Ja rkaction, prodigue d'horreurs, dans les divers fective. Par ailleurs, l'humour est d'me certqhe façon un pays d'Europe orientale qui servent d'allibs h la France, masque estampillé et ap rouvé par le sur-moi, qu'arbore i'inconscient pour pouvo r passer en resquilleur h c8té du de clients h ses marchands de canons. contrble de ce meme sur-moi. Et maintenant, q w l s sont les rapports entre l'humour et la morde, entre l'humour et une attitude morale* quf Tandis que, dans l'espoir suppose justement cette réaction constante, consciente et d'une nouvelle union sacrbe. agissante dont l'humour dlspense 4 nos bourreurs de crAne pIus Dans notre E s q u i s ~ ed'une phénomdnolo Je de I'irration- ou moins officiels nous resnel, Kotcha Popovitch et moi, aprés avo r rejeté la mo- sortent des bobards qui puent raie normalive bourgeoise, ensemble dégodtant de ré* leur 1914 A plein nez, M. Tiet de rbglements, codffication qui pour varier en d e ~ et a tulmco, .au nom de la &t$teau dela des P sénées n'en demeure p a s moins codiflca- Entente, v h t supplier ia tion et non sdéaient du bien et d u mal, in abstracto mais grande sœur de ne as chande la conduite de l'homme, de i'homme et de femme en ger un iota au trait{ de Veramwr (le normdi et le pervers, le m i s et b défendu, sailles. On voit la grosse manous aqonr disln p r d a t i o n e t le soixante-neuf lice et l'on voit aussi (ce qui tingué, d'une part, la morale r&W (processus de réali- n'est uére rtjouissant), aux sation d u désir concret, Irrationnel et individuel, ex res- sctua~ftbtér du cinéma d e ce aion des revendications directes da l'inconscient, de Anrrintemps vraiment français, tinct, du a raisonnement w , en dehors d e toute systémat#- Pa face et l'on entend 1a voix satian) et, d'autre art, la morale moderne tétape de ce d'eunuque de ce M. Titulesco devenir, systbme IV? atif, attifudc cûnqrlitionn&epar les exiui, soit dit entre parengences des catégories dont la morale r é d e , individuelle et %&ses. appartient A une secte nition, tenir compte, telles que les cathgories du Ju e- reli 'euse dont Ies membres inapplicable dans 3a sodCté actuelle, ae eut, par d fl- se ont couper les couilles, ment B. d e la consqknce rationnelle, de a chronologie, aprés s'être assur& une desde Ezhistoire, d e Ia wcibté). cendance. Pour avoir aubt A défiaut d'un conceptivrn dialectique, la nation de mo- cette petite opbration M. Tirale nous apparaîtrait sur deux plans irréconcfliables. Sur tulesco n'en appsrait, h l a le premier, d4jh contradictoirement, mais d u moins sur grosse poufiasse de classe exle m&me plan, - il nous faudrait consid&rer l a morale pbitmse, que lus #apteA lui comme un sgrstéme qu'A tout prix II fannt abolir et, en m&me servir de du sensu temps, c m m e la condition méme de w t t e abolition, La bourgeoigie de l'Europe cumme la negation de ce systéme. Sut l'autre de ces deux occidentale ne conçoit en efplans, étant ï'exi ence irrCductible et pleinement arbi- fet l'Europe orientale que traire de 1.a libert personnelle de I'inldividu. le droit d u comme le corps de garde de désir de se rtaliser, la m o d e nous a p araltrait comme la flicaille, dPoÙ les mamours la permnnfflcation d u dkystématisé e la dérystkmm que la grande resse fait sans ifsatton elle-m&ma Pour &ter ce paradoxe c o n f u ~ o n n e i , compter A Ir igurantxa mmane, par exemple, la distinction et la terminologie roposées par l'Esquisse doit servir de cioison étanc e me m b I e n t suffisamment justifl es. Si l'on tient compte de la distinction mentionnée entre entre l e pmICtariat de plus la morale réelle (la morale du desir) e t la morale moderne en plus misBrable d u monde (l'attitude révolutionnafre d q e n d a n t e de la dialectiqiie ca itdiste et le prol8tarlat socide a ) , la rbponse Za question : l'humour est-il une at- librrb, iibdrateur d e d'U.R.S.S., titude morale P est nkgative, tandis qu'A la uestion l'hu- - d'oil le couloir de Dantzig mour est-il moral P la rbponse est affirmai ve. Car, par visant certes moins dan3 l'incela méme que l'humour est parfaitement amoral, on peut tention des d t eceurs de 1918 Pologne un dire qu',il est parfaitement moral, Ctant donni que par lui- A donner P m&me,il ne tombe pas sous le coup d e Ia categorisation du accés A Ia mer qu'A mettre un

efa

0

frais-~ittrnnnn

LiEg:uf

P

f

-

...f -

f'

P

!

P

-

gardien

!

B

P

P

9

%

Ti


d de fascisme entre 1,1113~- moral et de l'immoral, qui ne peut s'occuper que des conskgnences prati ues de 1 humour. Ce endant un tel humour magne et les Soviets, a en roi S. en jehors de sa dkterm navon et de ses rksulLa Yoagosiavfe récoiPen- tats, qu'a mit utilisable vu non révolutioilnairement, ne r en soi n, e n dehors de sa determination, de BES résuii é e par les vaid eura d'avair, fadfs, saur a nom de goumait s'imaginer que dans le plein devenir phenornenologique illimité, frn ensable au stade aduel de notre Serbie, kt&le th4Ati.e de l'atconsdense ou blgi l'infiniment b r k fdgvnfion d'un prisent éternisé, c'est-idire hors d u temps dans I'un et l'autre cm. Mais nous sommes dans le temps, et comment 1 Et dans quel temps ! Si donc on conçoit vait bien B ses protecteurs qu'ici, dans l'im lacable lumiére de la veule, en pleine de 'détraquer et toyturer, lotte de classer. fe mot moral enonce & haute voix (je ne mieux que nul autre pays de suis pas seul au monde, tu n'es pas seul au mande, qud1'Eurone orientale, ouvriers u'un parle & quelqu'un, quelqu'un s'explique B quel u un) et initellectnels de convie Sgni80 conforme mu. ezigtneer de la morde mo trac, tions commnnfstes. car l'énonciation donne aux mots un sens social, alors, il devient clair que seul est mord ce qui est rkvoMafs une réaction appeIle tuilonnaire. RCvolutioanaire parce que moral ;moral parce sa rbaction. La rdacffon de que (peut gtre considhré comme) révolutionnaire : c'est la réaction c'est l'action. ar ses cons&quences, ses résultats que i'on ut uger de Aussi, A Belgrade, un mouvemorilitb d'one donnee initiale. Parce quli ne !/iisrs an ment surréaliste. psrrallble- paix aucune pierre tombale des siécles, aucune p erre anment A celui de Paris, se d& guiaire de l'imphilhbltre de l'dternelle sagesse, h ~ o m o a r veloppait, agissait, Une im- est mord, tout comme la folfe, la poésie, l'amour (rCponse ortante revue Le surda- afflrmative). Se pourrait-fi d'ailleurs qu'une chose qui idCaismr att]otzrd*hn1et i d con- tement s'identifie avec la réalisation désintéressée de l'inbevenait efflcacemtnt A la conscient, c'est-A-dire avec la morale réelle du dtsfr, dkfense de penser qu'une teile chose n'ait pas rhgle cu~turtile, ansesttout de Mais cela ne veut pas encore pa s fascisb. Le courage in- attitude morale. (: L'humour te~ectuel sous-entend, exige 4tre une attitude. Mais il n'existe qn'instantant, aussi loin Yautre coma que puissent r ~ u t e ses r ~onsdquenç~$, dont fl n'est pas resan les iurr .Ustes Dep*{ongoponsable et qu'il n'a pas pu prdvoir s (Kotcha Po ovitch). daves en ont fait expéL'humour en tant qu'attitude vitale est inbna le. rience. Jacques Vaché s'est tué, Jacques Rigaut s'est tub. L'humour persistant pourrait étre Ja morale de la solitude, Un Jeune nnhernitaire, mais la solitude s'est condamnée ell+m&me B mort, (ou Oscar avitcho, fut, le re- bien eue est obligee de se transformer en actlon, eyest-hmier, arrltb A Bihatch ( or- dire de w nier), rtcipitée vers son uni e r&solutiun, nie) ah il Ctait professeur de vers ~ ' a u t o d e r t r ~ ~ solitude t ~ ~ n , d48nitlve. (Tl'humatir. aifrançais. hiiliste, tend ~Cgressivementvers sa propre annihilation, vers la paix intra-utérine de l'isolement, da la non-parlb Son crime : avoir organise cipation, de l'irresponsabilité, vers le repliement hum* reux de l'embryon, un centre d'ttadcs marxistes. L'humour par definition ne peut choisir, prendre arti, Pour mener l'instruction, on envoya de Belgrade un cer- car il n'admet pas, n'accepte pas la rdalitb oh son c oix, tain Vouikovitch spécialfsé sa d k i d o n devraient s'exercer, Son a ironie supdme s dans la torture des cornmil- est en réalité une indifférence sans issue. En opposition aistes. En Yougostavie, tom avec toutes les donnded possibles de la rduittd sociale l'huceux qui saat soupçonnh de mour généraiisk, perphtud est incompatible avec cha militer, tous ceux dont l a po. dbcisicn, avec chaque adfquation socide possible iice veut t i r e r des aveux on en tant qu'indifférence, l'hamour n'est ni vitai, ni viable ; des renseignements sont pas- l a vie de l'homme articularisde dans la matikre ne peut sés P tabac jnsqu'h ce que pas elrs indilf4rsn~é.(Espuis$trc, pp. 170-171). perte de connaissance denLes temps sont trop sévCms et trop présents pour que i que ce soit puisse es Crer s'en tirer par Ia conservasuive. artileidla d'une iiiuafon, sous is rsgue toit de chaume Tel fut le Bort de Davitcho, de I'humour, dans le moulin salitaire et mort de l'hutel fut l e sort de son ami mour, dans le phare sans feux de l'humour. L'humoriste D ordjb Kostitch qui, apres désenchanté ÿe ne parle pas des joiisnalistes), envdoppé p usieurs mois de prison fut dans la caps illusoire du fatalisme, est accroupi au somrelAcb6 sans jugement, ce met de l a plus haute meule de foin (celle-ci brtlle A la 1 prouve que, avant mlme base), sans une miette d'iPlusion (et voue tout entier ih une avoir rdussi B trouver ma- iIluslon), dans espoir mais sans amertame créatrice, sans tikre A inculpation, les bour- un seul este de révolte agissante, sans mouvement et sans reaux yougoslaves n'hesitent efîieacitf, (: Srnsutlon J'aiiulr prrr uo dire on SENS oint P fnilfger les pires traide rinntimh tli~tîtrdt(et r a s lote) l e tout s <~achb) L e n a n ceux dont LI leur sentiment qui doute de tout ( c O DIEU ABSURDE I plalt de se raisir. tout est contradiction-n'est-ce pasP-ct sera umoreu celui t

P

9"

8 -

-

r

P

P

E

g

\

...y:

%II

/

T

-

-

CG


suiOURdOIS3

tou ours ne se tairrtra par prendre & !a ute cachdc et de tout O mon rdvclllemat1n m). Sena& tion de I'inutRitb thdilade de tout 3, ( a et rera umoreu

-

...

celui ui sentira le trompe Pal1 lamentable des rtmilirymbo es uniuertcls s) : aube trouble et cendree de dada, Sentir l a ~ a n i t dlamentablt, l'absurde irrCdité de tout, c'est sentir sa propre inutilitb, c'est btrs inutile, Uorq il faut ou bien s'rrnkantir ou bien se transformer, se d t asier ar une nkgation substantielle : Vache s'nt tue, & d i est Iercnu le surrdallrw. L'indifférence de i'humour ut une force d'expanslon refoulbe, dont la puissance rirtueI1e d'explosion est tir& au clair ar une autre puissance, réelle et dbterminante, celle du cmps présent, au clair de la dbcisfon et de l'action :l'énergie cachée, particaliCre A cette indifférence, atteIk, devient ainsi un moteur de l'action. Et pour cela, je salue trés bas les miasmes virulents de l'humour. Psychologiquement, ar son a attitude humoristique s un homme montre qu'l ne veut rien ravoir des attaques du monde extdrienr, et jl transmue ses traumas en motifs de plaisir humoristique. Mais nul n'est mithridatise contre le poison opaque et perflde de la réalit& de ses ddsastres. Il est vrai que dans ses minutes actives, I'bumour est na poison plus secret, subtil et corrosif. Dans certains cas prCcis (p. ex. Q la face d'un prétre), sans tenir compte da nihilisme narcissiste qui lui est dniralemnt propre, non eeuiement il est mordement just El6, mais encore ses réactions s'identifient avec celles de la morde moderne du révolutionnaire. Or, voiIA i ne saurait Ctre constant, qql ne saurait se prolon er O jectivement. L'humour devient fmmord, cies pull tente (meme inconsc,iemrntnt) de parer B son incapacité de validitb durable par une rystt!mafisufion non moins immorale que toutes celles opérées abusivement sur les éI&mentssubversifs de I'esprit, excepid celle, consciente et conrclemmcnt relative et rutiqne, de la morde moderne. Stati uemcnt gdnCralis4 des fini narcissistes a illuaiiire~,i%umoru n'est plus I'ex ression désintéressée et directe de I'inconscknt. Traltre sa propre particularite concrhte et irrationnelle, il n'est pas non lus une systématisation rationneiie nLccssalre, au but obi>eetireent, c'est-A-diro rbvolutionnairement efficace, il se rbduit & rRn. Il n-t plus qu'une désertion, un alibi et couvre tous les compromis Pour ue la Yibertk de l a vie dbsystématisée puisse devenir un verselle, il faut une systématisation (tout le contraire de la généralisation de certains bléments pris & part) qui englobe tous les Bléments p r k n t s et incomplets et, non moins que T a autres, aeyx de l'hmormr, image fu ante de I'arbltraire déchaln6. t e aurri!alisme va droit I la zone Interdits. Mais si, dans son ex Crimentation spécifique, fl ne saurait en rien dtre ratlana isb, il s'est, d'autre part, mis an service d'une cause Ia seule histori ement inhvitablo et dbcidve qui exige une organisat on rationnelle de la pensée, le surrkalisme sPest mis au service de Ia rdvdution qui, ellemême, en thvaillant A bandormer Ies conditions matéridles de I'exfstence humafne, est au servie d'une liberte concrCte et certaine dont les éléments, autant qu'il est actuellement possible, se sont défh incorporés au surrkIlsrne, se mettant A leur propre service. L'humour, par exemple, peut dtre une arme & ne pas négIi er. Mais Is fatdiwme pi devient oon fait d k qu'il se gl mtraiise n'a rien B voif lawc le m c t 8 i . e déterministe de l'attitude morab du révoiutionnafre. Un révalutionnafre sait n'atteint la liberte e par la connaissance de la n ceip sitC, et queon ne se d%obe as I la rcsponraNllt& d n a d l a nCcessit6 de cette conna ssance et de l'action avec laqueue elle didentifle.

7

4

P

y

1

g

9

- f

-

P"

-

P

Daviteho, lui, fut arec vingt-cinq da ses camarades (ouvriers, paysans, Ctw diants) traduit devant 10 tribniml our la d d m e de 1'Elot. I1 ut mudamné rrrnr op pf cinq ans de travaux forcés. Les peints étaient pour lei antres de troiq deux mi, ua an, six mofr.

f

Quelques jouis aprh ce fagement, dans L nuit du 30 novembre au 1- décembre les deux surréalistes Kotchr Popovftch et Djordjb Yovanovitch sont a r r e t t r Et, depuia ce temps, ils attendent en prison d'etre f u g k Ils n'ont ni ie droit de comrnudquer avec l e m amis, ni celui d'avoir un avocat p a d a n t JYnstruction. Leur sort dCpend de I'arbitraire d'un gouvernement qui n'est pas tendk pour tente d'exprimer librement sp pensbe.

a

Les Ctudianfs de Belgrade i e iont effimQ rolldaires des iurrdalistes erskcutCs. Ik ont manifest contre Is rb

J'

gime.

La police yougoslave re vante d'0tre une des plua fortes du monde. Donc eue arrive presque toujours A trouver ce qu'elle dédre trouves pour faire des exemptes. I1 est B va pas s'an tep en chemin, c m eUe est couvate cians tm besogne r i ressive, par le dJtnce offlc d de la France. Mais, s'il est dans la tradition de ladite té ubIique bourg e o h de toi rer que tel ou tel de ses petits royaumes vassaux &visse (et avw qu&e vjdeneer) contre las h k k t u e e i p ont U& leur devenir A ce1 d u prol&tariat,le front unfque contre Je fmcisme doit dtre un front uniqua contre l'hypocrfsie de cei na. t i m ~rédeudwnentlibéqui permet, encourage chez MS allik et &es akients ce qu'eue ne dénonce chez rn ennemis ou ses rivaux c m * nierciaux qu'A ces flns ies l u abominablement capitaes dont L suprême eat toujoun La gwm?.

F

f

P

Y" &I

IiEKd CREVEL.


LE BON *ON

NOTES - COMMUNICATIONS I

A Monsieur P.-L. Rouqnet, 8 La Journal des Poétes S. LES FAUX MEî'EORES DU MUSEUM D'HJSTOIRE NAParis, 26 f anoier 1933 TURELLE SONT 4 AUSSI s DES PHENOMENES PARAMonsieur. NOIAQUES. Les signataiks de ce& La profusion de taux mttCores au m u s é u m et dani Ies lctlrc, tccteurs du Journal des collections particuliéres a tou'ours frap 4 les naturalisPoBtes, s'lldomi contre I'ar- tm q u i durent les soumettre des ana yses rigoureusa ticfe anonyme et injurieux paru en déceler I'origine terrestre ii tel point &ait la resd m Ie nruntfro du 22 ]an- pour Cc fait aujourd'hui se prbsente nous dans der 1933 (intitult! a Monsieur semblance. la plus intense actualité psychologique. D&jh le profesTristan T w a dcrii l'Histoire seur Stanislas Meunier, en 1900, se prononce cntd oriOU w e m e d'muer a), article quement pour la bonne lof des trouveurs de mét ores dirdgd contre Trisfun Tzara qui les avoir vus tomba-, casser une branet qui dans sa ZotalitC, oise che, prétendent faire un trou dans la terre. d leter le diicrtdit sur I'activiil a Ce n'est pas une fois, écrit-il, mais cent fois, mille poktiquc surrkalish Nous saisissons l'occasion fais q u e nous avons reçu au muste d'histoire naturelle qui nous est donnée de dCnonccr des blocs durs, soi-disant tombés d u ciel, mais dont ootre journal (si justemeni l'étude accusait I'ori ne terrestre. Les ropridtaires qui, tenaient eaucoup et ri, p r u ~d'une fois, 1 qualifiC de leuille de chou par T r f ~ i a nTzara) qui est me faut avouer, les ont remport s en laissant voir que devenu depuis longtemps sus- nos arguments ne les avaient nullement convertis, appartenaient aux caté ories les plus diverses de nos contempect & nos yeux. Nous ne saurions dCsor- porains, et parm eux, il faut le dire, abondaient les mai3 composer avec un tel personnes instruites, ayant méme l'habitude de I'obserCriodi ue oii la bmsessc, l'fm- vation. e Les témoignages de la chute d'un objet, ajoutbt-11, dcillit ei l'indignit4 &lateni sont inépuisables, de 's ceIui que nous devons au grand d chaque page. Nvus DOW adrcs$otu cette verrier, jusqur e e i d < Ces paysans sans culture et mtme Mt=, due & notre seule int- des sauvages, spéciaïement ceux de la NouveIle-Calédotiaiiw, mec I'msurance de notre nie Aprés une documentation dtonnante sur ce au et, il conclut : a De sorte pus si l'on roulait, A propos der plus profond mdpris. LOUIS ~ T T I A w x , ANDRB-D. pierres tombees du ciel, faire, selon le prCcepte d e BosCRENPÏEVIBRB, A. GACON, suet, intervenir le consentement unanime des hommes A N D RGUILLXOT, ~ ~ T T E N - pour étabIir La véritC, on consommarait une erreur VIU, FERNAND MARC, manifeste. P Plus loin le mCme professeur essaie d'expliquer ce JEAN MAREMBERT, ANDRB MORA,JEAN PELIER, ANDRB phhnoméne : a L'illusion est trés facile ii eomprendrc. SILVAIRE,JEAN STBFANI, Un bolide traverse l e ciel, explose avec ou sans bruit ROBERTVALANÇAY. )longe le térnafn dans un ttonnement bien souvent ett5 ange de crainte. Quand c'est flnf, on regarde autour m II de soi et si l'attention est attirée ar quelque substance dont le earactkre contraste avec fer pierres ordinaires Au a J o w n a l des Poétes r. du pays, an arrive trés facilement ii se persuader qu'il Notex une fois pur foutu, s'agit d'un produit apporté ar le m&tCore. 3 Mais il semde ne p l u nous adresser ces ble que le professeur, h Ja t te marconisée, n'ait pas conssaletés ue DOLU ubliez sous cience de la vioIence du nbhnoméne d du mdcanisme le nom e Journ des Poétes. Mayakowky aprds Guil- associatff delirant qu'U supuose, car 11 faut ajouter A la ressemblance incontestable et inexpli uke (anant jusqu h beauxIl l N'essayer pin de nous fendre nécessiter l'analyse chimique) la coinci ence de la branche ma mains sahs. Nous ne c a s é e et du trou creuse, au tond duquel, habituellement, a été trouvé Ie métbre, ce bucherons pas d la pourriture qui aggrave consfdtrabhqui mus compose. ment l a question. Mayakowsky ne vous appartient pas. L'homme qui mit tomber une étoile la cherche et la FERNANDMARC, JEAN trouve d trouve encore l a MAREMBERT, ROBERT signes r&v&lateurs et proVALANÇAY. bants de ia chute, le trou et III la branche casske, toujours les mdme~ reprbenfafions A Monsieur Robert Harlong, A r Gringoire i. scodede four n icr (machfer) reeucu- i f u k ~ i ~ b l e Le squ'il I I mars 1953 11e comme metlorite a u environs trouve peut se confûndm et est confondu comamment Croyez, cher Monsieur. qu'il

1

P

f

f

f

,

f -1

f

.,

P

3

d'

af

3

"g


avec Ier vrais metkores, mtme s'il &*agitd'un paysan ou d'un sauvage n'ayant aucune idde de ces corps. L*homme connalt irrationnd'ement Tmpect des étoiles tomknt sur la terre ; eues ressemblent au rnilchefer, h merde. II CACTUALITÉ S U R R ~ A L I S T E DES ANAMORPHES CONIQUES. Les rapports instantanés créks entre l'usage courant et I'utili~satim des objets et des & t r a d'une art et leurs naprkentations anamorphipues a i n d m Péobjectivation materielle de ces représentations autre art, nous conduiront sans doute h y e source inépuisab e d'kWvdenûs poétiques de ce qui, sur le terrain scientifique, constitue 1- contradictians des diterminantes relativistes én&raQrices,1 mon avis., de fantasmes irrationnels d4jA ort appdciabtes. Au théitre surtout, il est argent qu'entre en vigueur l'lntmcntion des enamorphes. Songez aux d h r s anamorphi ues. Songez h itn enfant porté dans les bras auquel sa m re veut faire embrasser l'œil de son pém sur une grande photo anamorpho-coni ue de celuici. L'a$, comme l'un aait, occupe tout le p rimbtre circulaire de la hoto. Pour reussir B embrasser Yœii paternel, I S e n t n t! L evra promener ses Iévres et meme se pr* mener quatre pattes sur l a photo anamorphie. Je ne cite qu'un de ces rapports instantanés a u x q u h je m e r&re au dkbut de cette note, l'un des plus modestes, choisi su hasard. Je Jaisse h i'imagination féconde du lecteur les propositions mieux conciiiables avec I'iaee de durée qu'acquiert l'acte d e l'amour par exem le, réalisé avec I'anamor he coni e d'une femme (ce q est, pratiquement, tout fait r isable au chCrna). Ainsi, au ralenti sensoriel, serait. our Ia premikre fds, opposé l e ralenti psychique, e l u i !t e notre vie et d e notre mort.

s"

5

P

f

1

4

4

J

eél"

RAYMOND ROUSSEL, rUAFRlQ US.

-

311 NOUVELLES IMPRESSIONS

cri$ie des bu0 n u lus lucrutiues que d> ping er chuque semaine dans un ournal aussi infect que Gringo e, aux senteurs de murkchausskt, des podmes ou des frugmenfs de podmes modernes que mus ru comprenez pas tt ne comprendrez lamais. La Poésie mus unmtrdc, cher Monsieur l

P P

G

Mtmei d atum. molai HatttnvüIe, ~ e a nE~iere t JSîéinni. que pour la pFemiérs Iettrs.

N

A Monsieur Sacha Bernhardt, directeur de a Le Monde et la Ville 11 mars 1933 Avec indi nalion, nous mom recu cet c petife cochonnerie que oous appelex si ustment Le Monde et la , OP, u n e fois de Ie mUioMclrmr s'allie pkdtrajf is. Chacun de nous considdre comme une in u r e personnelle dl&re lnoill du bquifs prdsidb par d'aussi bas acadtmicicrw rie M M . Henri Bordeaux h u i s Bertrand. Nous rntprisom ootrc pseudoAile, votre trudiiion, voire France ci exigeons, dor4navanï, que mus nom foutiez la paixI

*.

f

Ce

#tuk

1

4

Mtmen Jgnntlvbl qw pr8cddemmant.

v

Des fnCellectuels du groupe

Sagesse, rtpondanf auz a pets de Romain Rolland t du Secours Rouge Inlernational Voici, entre tous Jes livres de notre époque, le plus protestent anee indi nation a fnsafsisuable poétiquement 3, par consbquent celui ui contre la terreur fasc ste en a le plus d'avenir. La métaphore, sublimernent déprkci e, Allemagne, la violence de lu effleure ici les bords de la a débiütb mentale S. Les com- police des nazis s'exerçant paraisons 4tabUes pmcédent des plus immédiates, des plus contre l a Isradlifes cf les directes ~essemblances anecdoti ues accidentelles grhce classes taborieuses, plus parP quoi Iea Mrnents compares ae rucctdent par cenwmmunisfts~; taines nous font assister aux conflits les plus obscurs, ~iculi~remcnt Condamnerd les plus impknétrables qui w soient jamais produits. On ~rmcaisqui, purI'impkrialisme politi uc ne peut en effet manquer de considbrer comme relations tntransi eante et sa le maint en la suite d* tliments compasds v , du fait qu'il sont consb- du trait de Versafiles a ermis cutifs de façon cohdrente et qu'ïis offrent, au premfar le triomphe d'Hitler-l'h slrion chef, des constante^ obsessives t r è s hoidentes : repdtition CATTIAUX,ANDRÉ: CHENNEdes œufs sur le nlat, allusions multipls A l'odeur de VIÈRE, MARC CHEYROUSE, l'urine aprés ingestion d'asperges, etc... Le contenu irraYVESDEMAILLY, PAULDOtionnel est prouvé et devient impossible 4 contredire LONNE, JEAN DORCY. ARar le monde de rapDurts éltmentaim dont Je dkgt MAND DURAND,HUQUES d'o ectivité est ddterminable expérimentalement, C'est FOUMS,GACON, GEORCLES par 'utilisation systkmatique, A I'inflni, de ce mécanisme Garuaapo~, ANDRB GUILd'asmciatlons mkroscopiques impossibles 1 contredire, LlOT, JOAQUIM, GEOROES mecanisme destine A faire e valoir D le contenu obsessif MALKINE,FERNANDMARC, et dtlirant tenant au choix des tltments comparés, que JEAN MAREMBERT, LAUles Nouveltes Impressions $Afrique se présentent A nous RENT PATTARONNE, JEAN comme 11itin6raire sdvb des nouveaux pbénomtnes paraRQ~SSELOT, ANDRB SILnoïaques. VAIRE, MARIE-LOUISE SILe choix da I'iIlustration tCmdgne une fois de plus YARD, JEAN STSFANI, du gknie de Raymond Roussel. ANNA STEPHANN, ROBERT SALVADOR DALI. VAXANÇAY.

P

P

4

qg

I

-

9'

-

P

9


I T ? E D E L'OBJET


COMMENT ON FORCE L'INSPIRATION (Exiraits du a Ttaitë de la peinture surréalisfe 1) Aucune conduction mentale consciente (de raison, de oQt, de volonté) n'btant de mise dans le devenir d'une œuvre mentant la quaiirication e surréaliste absolue, la art active de celui qu'on appelait 'usqu'ici r i'auteur m de l'œuvre se trouve subitement ré uite A I'extreme. C'est en quaiité e spectateur qu'il assiste, indiffdrent ou passionné, A la naissance de l'œuvre et observe les phases de son dévelo ement. De mCme que le r8le du poéte est d'Ccrire sous la dietde de ce ui se pense (s'articufey en lui, le rdle du peintre est de cerner et de projeter ce qui se mil en ui. Cela, nous disaient les sce tiques et les plaisantins au lendemain de l'apparition du Manifcslc du surr~alismed'André reton, cela ne peut être ii la portée que des médiums, des dluminks et, d'une maniére générale, de ceux ui parviennent A l'état second. r Plus personne n'ignore qu'il n'y a pas de peinture sutré iste. Ni les traits de crayon livres au hasard des gestes, ni l'mage retraçant les f' res de rCve, ni les fantaisies imaginatives, c'est bien entendu, ne peuvent ttre ainsi qu iées r, a cru devoir écrire, our nous découm er, M. Pierre Naviiie, dans le no 3 de la Rdwlulion SurrCdiste (Avril 1!25) dont il etait ors Sun des directeurs. Il serait tro ais4 de prouver qu'A l'époque mtme de cette prophétie, l'a inconscient i avait pourtant diA fait son entrée sensationnelle dans le domaine pratique de la poésie peinte et dessinée.

f

B

d

P

e,

3

%

f

B

***

Les recherches sur Ie mécanisme de l'inspiration, poursuivies avec ferveur par Ies sufiéalistes, les ont conduits ZI la découverte de certains roctdh d'essence poetique, aptes A soustraire ti l'empire des facultés dites conscientes 1' aboration de l'œuvre plastique. Ces moyens (d'envofiternent de Ia raison, du godt et de la volont4 consciente) ont abouti A Sapplication rigoureuse de la définition du surréalisme au dessin, A la peinture, voire meme, dans une certaine mesure, il la photographie :ces procédés dont. quelques-uns, en particulier le collage, ont été employés avant l'avénement du surréabme, mais systématiséset rnodifits ar celui-ci, ont permis certains de fixer sur papier ou sur toile la photographie stupéfinnte leur penrde et de Jeun desin. Ap dé ? caractdriser i ici le procédé qui le premier est venu nous surprendre et nous a mis sur a voie de plusieurs autres, je suis tentb d'y voir l'ex~loitationde la rencontre fortuite de deuz réalif& disfanies sur un plan non-conuenani (cela soit dit en paraphrasant et en Cnéralisant la célébre phrase de Lautréamont :Beau comme la rencontre fortuite sur une ia le de dissection d'une machine d coudre ef d'un parapluie) ou, pour user d'un terme plus court, la culture des effets d'un dipaysement sysiématique selon la t h b e d'André Breton :Lm surrdulité sera d'ailleurs fonction de noire volontk de dkpa semenf complet de fout (et il est bien eniendu u'on peut aller jusqu'd ddlpayser une main en fbdonl d'un bras, pue cctlc main gag-ne en !mi uc main, d aussi qu'en p~r1mlde d~paysemenl,nous ne pensons pas seu emrni d ta ossi ilitt d'a ir dans i'es ace). (Avis au lecteur pour La Femme 100 T t l ~ )La . technique plus g6nCra e de ce pmc de lui a vaiu d'ktre design6 couramment sous le nom de a collage B. Ce procédé employé, modifié e t systématisb chemin faisant par presque tous les surréalistes, tant peintres ue poétes, les a, depuis sa découverte, conduits de surprise en surprise. Entre les plus elles cons6 uences qu'ils ont 6th appelés en tirer, il convient de mentionner la création de ce qu" s ont appelé des objeis surréaIisles. Une réalité toute faite, dont la naIve destination a l'air d'avoir &téfixée une fois pour toutes (un parapluie se trouvant subitement en présence d'une autre réalité trés distante et non moins absur e (une machine A coudre) en un lieu oii toutes deux doivent se sentir dépoyséu (sur une table de dissection), Bchappera ar ce fait meme B sa naTve destination e t A son identité; elle passera de son faux a solu, par le ddtour d'un relatif, A un absolu nouveau, vrai et poétique : arapluie et machine A coudre feront l'amour. Le mécanisme du procéd4 me semble dévoil par ce trks simple exemple. transmutation comp14te suivie d'un acte pur cornme celui de l'amour, se produira forchnent toutes les fois que les conditions seront rendues favorables par les faits donnds : accouplement de deux réalités en apparence inaccouplables sur un plan qui en a purence ne leur connieni pas. Parlant du procédé de collage en 1921, Breton nous dit : r ais la faculte merveiHeuse, sans sortir du champ de notre expbrience, d'atteindre deux réalités distantes et, de leur rapprochement, de tirer une ktincelle ;de mettre h la portée de nos sens des figures abstraites a peldes A la mtme intensité, au meme relief que Ies autres ;et, en nous privant de s stéme e référence, de nous dkpayser en notre ro re souvenir, voilli qui provisoirement e retient 1. (Préface A l'exposition Max Ernst, r92i). E t il ajoute id ce mot prophetigue : 8 Qui sait si, de

e

Se

f

%

P

f %

f

9

2

E

f

d

?'

B


ïa sorte, nous ne nous préparons pas quelque jour & échapper au principe d'identitb? Le lecteur découvrira un mbcanisme analogue h celui du collage dans cette image grandiose, en laquelle réside Ie projet d'un objd surriulisfe proposé par Dali :a De grandes automobiles, trois fois plus grandes que nature, seront re roduites (avec une minutie de dttails surpassant celle d e moulages les lus exacts) en pl tre ou en onyx, pour Ctre enfermées,

'B

enveloppées de linge de femme. bsm des s6pultures. dont l'mi lacement ne sera reconnaissable que par la présence d'unemince horloge de paille D (LeSurr disme A.S.D.L.R., no 3).

!

* A i'dpoque oh nous Btions particulièrement passionnés par Ies recherches et Iea p d ê m ddcouvertes dans le domaine du collage, il amva que, tombant a r hasard ou comme par hasard sur (par exemple) les pages d'un catalogue oh figuraient es objets pour la démons-

a

tration anatomique ou hysique, nous y trouv&mesréunis des éléments de figuration tellement distants que l'a surdité même de cet assemblage provoqua en nous la successi?n hallucinante d'images contradictoires, se superposant les unes aux autres avec la persistance et la rapidité qui sont le ropre des souvenirs amoureux. Ces imagea appelaient diesmemes un lan nouveau, out eurs rencontres dans un inconnu nouveau (le plan de nonmnvenancef. Il suffisait a m d'ajouter, en peignant ou en dessinant, et pour cela m ne faisant ue reproduire docilement ce qui se uoii en nous, une couleur, un griffonnage, un paysage tranger aux objets représentés, le désert, le ciel, une coupe gblo 'que, un plancher, une seule ligne droite s w i a n t i'horizon, pour obtenir une image fid e et fixe de notre hallucination et transformer en un drame rhvéïant nos plw secrets désirs, ce qui auparayant n'&tait u'une banale page de publicité. Autre exemple : un ornement a second empire r trouvé ans un livre pour l'enseignement du dessin montra, en se présentant h nous, une forte ropension A se transformer en une chimère,tenant A la fois d'un aiseau, d'une pieuvre, d'un rio r n e et d'une femme. Le dessin de moi reproduit daas ce n u m h témoigne de cette obsession. Il semble que déjh nous touchions par Ih A ce que Daü sppeliera plus tard a I'image paranofaque 1 ou a image muitiple D : r C'est ar un rocessus nettement parano& ue qu'il a été possible d'obtenir ?ne image doub e, c'est- -dire la représentation d'un o jet ui, sans la moindre modification figurative ou anatomique, soit en meme temps la rep&entation d'un autre objet ab* lument différent, dtnuée d e aussi de tout genre de déformation ou a n o d t b qui p o d t dkceler quelque arrangement. L'obtention d'une telle image double a 6té possible grAce la la violence de la pensée paranoIaque qui s'est servie, avec ruse et adresse, de la quantité n k s a i r e de prétextes, colncidenms, etc., en en rofitant pour faire apparaFtre la deuxième image qiu dans ce cas prend la place de i'id e obsédante. *L'image double (dont I'exempIe peut etre celui de I'image d'un cheval qui est en mCme temps I'image d'une femme) peut se prolonger, continuant le processus paranolaque, I'existence d'une autre idée obsédante étant alors suffisante pour qu'une troisième image a~paraisse(I'image d'un lion par exemple) et ainsi de suite jusqu'h concurrence d'un nombre d images limité uniquement par le degré de capacité paranofaque de la pensée. n (Le Sur-

f~

P P

%

d

3

?

P

1

f

* Andrb Breton : L'objat

h t b m e (Ls S

d

h A.S..D.LR.,

N*3, p. 20).


réuiisme A.S.D.L*R., no 1). Qui sait si, de la sorte nous n'avons pas dbjh khapp4 au principe d'identiîé?

Homme marchani sur Vision prouoguéc par de buvard, etc. Le Surrt?dismc et

U ERNST.


CORRESPONDANCE S ~ V A D ODALI R Bcogruà, 31 ddcembre 1932. Cher ami, A

.... ............. Il y a deux ans, j'ai reçu

d'Angleterre une magnaque collection de couleurs g I'huile en tubes de grmde dimension. Je voulais peindre. Mes amis, et Marco Ristich en particfier, ont remarque qne plutbt que de peindre je passais la plupart de mon tempe A jouer avec les COUleurs. En pressant lt!$érement l e s tubes, j'en faisais sortir de petites quantités de coulem, las dtakis sur du pap,ier pro re afin d'en contempler h t a t , la nuance et l a texture. A La fln, ce jeu se transformait en véritable pasaion. Pendant le jour, j'interrompais souvent mon travail . (sur un livre), pour dkvisser un Q un les capuchons des tubes et contempler les couleum. Avant de me concher, chaque nuit, je prenais mes couleurs et les rentais. Bientbt, ayant installe mes couleurs tout rlvé B pouvoir reconnaltre la couleur par aon 'odeur. J'avouais B Marco Ristitch, quf me taquinait, que non mulement je se pouvais plus me passer d,e sentir les couleurs, mais que mis une forte cnv e d'en manger. Plus purtictiii&rement m'excitafent le jaune de cadmium trés phle, le bleu d e cobalt, le cinabre rouge, le bitume, le blanc d'argent, le Ca ut mortuum et le jaune de Mais 11 n'y en avait rias qui ne m'excitasse, Pendant ces deux dernlhres annees, j'ai voyagé lusieurs fois, mais cha ne ois qne je retournais c ez moi et que j e retrouvais mes couleurs, je recommençais le mbme jeu. Bien mieux, dès que je p w a i s B c&tP d'un marchand de couleum, j'étais ris d'envie d'y entrer, et je e faisais sauvent. Je me laissais montrer alors une foule de couleurs et je profitais de i*occasion pour les presser,

Idprou-

P

P

g

MOURIR POUR LA PATRIEm Passion de l'enfant pour la lecture 1 Les a ouvrages pour la jeunesse ,les plongent dans une stupeur absorbbe qui psralt bian inexplicable h l'adulte lorsqdil se trouve A relire ces anciens sortiltges. Alors dans rra mhmoire, seules des bribes de souvenir conservent une partie de leur charme, souvent c'est une phrase, sfmplement la légende d'une image; je me souviens encore des textes de certaines illustrations de I'kdition Hetzd des s Voyages extraordinaira B. < La WI ur se contourne en spiraies (des tigres bondissa ent devant un étang, h l'arritre-plan dbfllait un petit c chemin de fer a panaché . de fum6e brillante). (: Une jeune Tankadbre s Les livres d'images de Max Ernst ampliflent et vkritaiblement expliquent les gravures de nos livres d'enfance; toute l'histoire de la F m m e 100 ttfas se découvre lorsque Max Ernst d4place des rideaux des fen&tresmasquées, et maintenant battantes, d'oif s'dchappent avec des échos d'oubüettes, de nouveIles et merveiHeuses Iégendes. Notre album reunit des dessins exécutés d'aprés une suite de textes, vdritabIes LLturtrations des échos que ces textes ont éveillé pour nous comme font les lbgendes anciennes dont le souvenir de l'image qui les illustrait s'est perdu. Ces légendes-ci ont étt! puisees aux sources les p l u diverses, voire inventees, et nous avons cherch8 parfqis 4 amplider. d'une façon tonte micanlque, leurs résonn~nces, en introduisant des contre-sens, en remplaçant certains mots par leurs contraires, etc... Les detours les contradictions de la penske en cours dtClaboration, ont été ici, bien qu'il ne s'agisse pas d'automatisme, et en depft par conséquent de I'intervention du choix, cette censure consciente employke h la mifigatlm du hasard, - .Le moins wsible éludds, b moins possible utiüsts dans un sens pr conçu. Et pourtant voici, dans ces images, divers saerilbges envers Dieu, les gloires nationales ou la bonne et sainte morale bourgeoise. Que ces phrases, dont beaucoup n'&aient pour nous nuilement situées, avant la tradnction plastique que noui en avons donnée, se soient cependant vues expliquées A pIusfeurs reprises dans, un sens de propagande r&voIntlonnaire ce fait qu'une expresdon de pensbe qui se prdsente malgré tout, dans son élaboration, comme indkpendante, dans une mesure certaine, de la volonté consciente, se révele cependant h plusieurs reprises concretement et directement r8voIutionnafre, ne nous semble nullement ntgligeable pour motiver la position militante prise par un d e lwrs aulem h l'égard d e la Révolution, Il serait vain de nier que pas mal de circonstances banales ont amené et arnknent tous les jours des individui une posit,ion trbs nette en faveur de la Révolution. La crise permet B beaucoup de gens d'apprécier plus exactement, par une expérience personnelle, le fonctionnement du systbme capitaliste, le rbie qu'ils y jouent. les perspectives d'avenir de ce régime et les leurs propres. Mais la limitation éventuelle du bouleversement rCvolutionnaire B la seule réorganisation de la production, sans prevoir dans ses pIus larges conséquences la rdorganisation, qui doit forcément en dkcouIer, d u systbme actuel

,

t"

...

-

f

-

(*)

Introduction B un album de 24 imagea ( h parattrr).


en faire sortir un peu de couleur, &taler cette couleur sur d u papier, sentir la couleur dans le tube. de plus libérateur vis-&-vis des rbpresdons bourgeoises, Voila les faits prin Jpaur, cetté limitation réduit dans la m&me mesure les possidont j'btais conscient bilités d'action révolutionnaire directe de ceux qui jugent et avant la lecture de votre arintolérables non seulement les chalnes qqI attachent le ticle sur l'objet aurrCtllste prdktariat au joug, du capifaiisme, mais également les dans Tliiu Quurfer. AusJitbt entraves apportbes B l a libre expression de la pensée après la Iecture de cet duhumaine par ce mbme capitalisme, dans un mQme desseln ticie, je me rendia compte de de domination, au moyen des phflosophies, de la morale, Ia signlflcation des actes a u quds e me Hvrais sur les tude la religion, de l'art. Cette patrie perdue de la liberté mentah oh nous pou- bes. e chasai amait&t k de couIeur parmi les obvions, enfant, errer, jouer dCs que s'ouvraient les livres, tube jets A fonctionnesdnte ment simples cette patrie dont la belie éducation de notre symbolique. Puis un famille s nous a fait perdre Je chemin, dont seulement des grand nombre de faits me échos, des reflets, si fugaces, si décevants, nous parrien- vint A la conscience. Tout d'abord, e remarque pue ma nent i présent, c'est ce que nous anrions voulu montrer dans ces images b mirage de la seule patrie pour llaqude p d i l e c t an diait aux tubes envoyés de Londres, qui nous voudrions moufir. dtaient beaucoup plus grands ANDRS e t MARCELJEAN. que ceux ue j avais eus jasque hl, et ?a ont les dlmensions atteignaient presque celles d'un rnernDre masciiün ~a h t i o n . Je remarque jusqu*h puel g n t js sentais apauvres. au* couleurs contenu- dans les tubes p l u tits. Je m e rap i k comb en j*ai (té fia às Cnormcs tubes que j'ai achelél postb rieurrment, deux tubes trois fois pius grand clracun que ceux de Londres. Je crois que le fait d'avoir mantrb flCrede pensée, non par la destruction ou i'abandon des

méthodes de pensCe venues au jour en période capitaliste, mais dans l'exploitation d e ce que ces méthodes présentent

J

1

P"

æCur

ment ces deux tube&

A

toute

-sonne et en toute occusion Constitue un exhib~onni-&n~ s-vmbuiiaued'autan t rdus corn. iréhensble et atfrhuable h moi, que e me m i s Livré lusiews Io s Q cet acte m %, dana les ruts de P*h. Si on fait la part de I'attrait direct que peuvent avolr les couleurs d'une rkelle beautC, dans Ie tube ou hors du -trrbe, de l'attrait de eertains noms de coaems, par exemple des noms comme Caput Mortnum, Bitume, Ocre rouge, T m e d'Ocre, Cinabre et autres, il n'en reste pas moins quelque chose dans cette obslnation 4 réphter plusieurs fois par four et pendant des mois, les mtmes lque chose qui est e nature nettement syrnbouque et ne peut dtre comprls que de la façon dont vous i avez expliquC daas This Quruler.

I

gstes. .. .. .

.. .. .. .. .. .. V I W BOR. ~


A QUOI JE ME DESTINE "' 11 Fdvrier 1932.

La propdbtd de ma famille & l'Isle-sur-Sorgue. A l'ouest, une vaste &tenduede prafrles. Lu foin i&thenlevé. Pour blan marquer les àivisions, outre les rideaux d'arbres dCpouill&i de leuni feuilles, quelques sombres carrQ de betteraves d'une espéce b &tarde,trQ basse. Tout cela rapidement aperçu. J e constate avec satisfaction que ta w e est iibre. A l'horizon et comme point final du panorama, une chatne de montagnes me fait fadement songer h un renard bleu. Mon attention est attirbe par un large fleuve, sans rrinuosit&,qui s'avance vers mol, creusant son U t sur son passage. Son allure trés lente est celle d'un promeneur un peu las. J e n'tprouve pas d'inquihtude. QueIques centaines de métres me séparent de lui. En son milieu, marchant dans le sens du courant, de l'eau la ceinture, je distingua, cbte-A-&te, ma mère et mon neveu hg4 de sept ans. J e remarque que le niveau de l'eau est le meme pour tous les deux, bien qu'ils soient l'un et l'autre de t d ü e visiblement différente. ïis me racontent

la promenade agdable qu'ils viennent de faire ; promenada complktement denute d'intéret B mon avis. J'écoute très distraitement un rhdt O& ii est question d'un enfant que je ne conn a i s pas, du nom de huh Paul,disparu depuis peu de jours et dont on n'a pu réussir, malgr6 les efforts répCtés et l'assurance qu'il s'est noy6 dans le fleuve, B retrouver le corps. Ma m h i a montra rbservée dans le choix de ses termes. Systématiquement le mot 8 mort B, n'est pas prononcb. Elle dit :s La perte du fils B. Ce qui me laisse reveur. Dans les sous-sols de la maison d'habitation. Je suis dans une pi&%inifniment peu attirante, probablement une andenne cuisine désaffectbe. Un alambic est accrochd A un clou de la p h t h e . Une corde A Unge fortement nouée i t sw deux extr6mit8s traverse la pi&@dans la 8 . s de la largeur. Un placard dont on a bté les battants qui est aussi une forge et une mare laissa voir peu de distance un foyer de coke de gaz allumb e t une pancarte, de la destination de d e s des hommes-sandwlch sur laquelie est Bcrit en caractères Braille nectricien de Vdnus a. J'at I'hprcssion gtze,meffanld profil la confusionqui rdgm, l u vers de jurinc oni dLmitC k sel d ~ ' B ~ u d t uEntre r . ma mkra Elle porte sans effort un cercueil de taIlle oràinaire qu'elle depose, sans un mot, B mes pieds. Sa force seule m'est un profond sujet d'4tonncment. En vain je m'essaie soulever le cercueil. Cet objet v e r t s desiid ci &c 1ongucmcnC f&oondk me surprend d'aiiïaiirs par sa forme invariable et son aspect extérieur d'une grande propret&.On l'a passé B l'encaustique. J e suls flatte. Je questionne ma mhre. Sur le ton de la conversation d e m'apprend la présence du cadavre de Louis Paul h l'intérieur. Mais aussitbt elle dbtourne les yeux, t r b ghde et murmure A court de souffle : r C'est la logique 1, phrase que j'faterpréte par a C'est la guerre B, et qul provoque ma colère. Nous ne s o m s donc pas sorîis d u frontidru du Premier Empire. Je désire m'assurer du contenu exact du cercueil. Je devisse les émus. Le cercueil est rempli d'eau. L'eau est ertremement claire et transparente. Contrairement h d a du fleuve c'est une eau potable, probablement filtrée. Je me penebe assez intriguk : sous l'eau, & quelques centim&tres, dans une attitude de souifrance indescriptible j'aperçoh b corps d'un enfant d'une bultdne d'annbes. La position des membres, par ce qu'elle reprdsenta de désarticulation horrible, m'émeut vivement. Les chnirs sont bleues et noires, ddchlr4es, parcr qu'il y a su lutte, mais curieusement disposées en particulier sur le front oQ elles empruntent le dessin d'une dentelle vtnitfenne. L'un des bras passe derrihe la tete. La main appliquée sur la bouche est retourde. La paume est un cul de singe. C'est le premier noyC qu'ii m'est donné de voir. Un monstre. Un chapeau de pdile du genre canotier de premikrs communion me surprend par son pariait btat de conservation. Sur le ruban de couleur blanche, un mince filet de sang flotte sans parvenir B se détacher ni A troubler l'eau. C'est la sangsue mtlissc. Ma mère me prie de sortir. Je refuse. Elle atthe mon attention sur ce qu'elle appelle tristement a Le retour des Boers fratricides r. A l'aide d'un gant de boxe d i e tranche la corde qui s'effondre avec un grand cri. C'est un attentat. Quel poids. J'ai t r b peur. J e tire hativement le corps hors du cercueil. Durant cette opCration je pense, non sans mélancolie, A certaine mort vraiment trop inhumalne. L'essentiel est de ne pas bchouer. Je comprends mal. Maintenant je frictionne rudement le corps de l'enfant. J'exécute h plusieurs reprises les tractions de langue prtvues, Mai$ Je suis manifestement ghd, domine par un sentiment de pudeur indfdble. Ma mère se plaint de coiiques. La raideur du corps de l'enfant s'est accrue. J'd brusquement la conviction que cet enfant vit. C'csi I'Coidcnce. Tout & l'heure au fond de l'eau il louchait. Citait l'octroi. Je multiplie de plus en plus dnergiquement mes frictions. Mais il faudrait qu'il rend12 au moins une partie de l'eau absorbbe. Sans cela U va couler de nouveau %se

es en ltrlique iont d e i b l p m i i m i de rk~dl mn enw~nblc,est un récit du rtPe. Seulei lei tant esprit au m n m u r a de iiU i o m p G u rêve. Je n'ai p . w devoir les mettaient d'iniistsnce h C m cmsigneea, O4 à#trouvera mupuleusuiient dan8 l'ordra.

(1) Ca texte dann

imt im-s

)i m m


h pic. Sa bouche m'apparaft Iéghement entr'ouverte. Où al-je ddjh vu ces lévres? Au parc des Buttes-Chaumont : c'était l'arc d u tunnel. Je guettais rentrée, la sourde et la muette. Je me rappelle avolr rCvé d'une exquise petite fille, grande comme une bille se baignant dans la conque d'une source, toute nue. Malgré des s4jours prolongés dans l'eau, coupés de frkquents plongeons, elle n'&tait jamais parvenue qu'A mouiller les Iévres extérieures de son sexe e t cela A son grand desespoir. C'était Sangiie. Quelle aventure. Auiour de moi il pleut de la suie et d u talc. Signes d'une confonciion d'aslres dans le ciel favorable et dc!faporable rt moins que le jour el la nuit Lcœurts du conjormisme de i'actutlh crkation n'aieni enfin conclu le grand pacte d'aüondance. Il n'y a rien de miraculeux dans le retour A la vie de cet enfant. J e méprise les esprits religieux et leurs interprétations mystiques. J e prends l'enfant entre mes bras et un immense amour m'envahit. J ' a h e cet enfant d'un amour maternel, d'une grandeur impossible i~ concevoir. Il va falloir changer ma rkgle d'existence. Ma tache est ddésormais de le protéger, il est menacé. On verra. 11 est petit et je suis grand. Assfs sur une chaise et le serrant contre moi, je le berce doucement, tendrement. Ma saur, mère de mon neveu, se trouve 1Ei. J e la prie de m'apporter des vbtements secs. Il me tarde qu'eIle me donne satisfaction pour la mettre dehors ensuite. Eue ne se montre pas trCs empressée. A cette minute je mesure toute lJ6tendus de son avarice. J e la menace de la tuer. Elle s'en va et revient bientbt avec un gracieux vbtement taillb dans un fibrbme d'UC. EUe fait preuve dans ses expiicatîons d'une platitude et d'une bassesse dkgoûtantes. H semble que l'enfant sur mes genoux s'est transformé. Son visage vivant, expressif, ses cheveux &&tains, en particulier, m'enchantent. Ils sont partagés par une raie impeccable. L'enfant m'aime profondément. Il me dit sa confiance et se blottit contre moi. Je suis ému aux larmes. Nous ne nous embrassons pas. Ma mère et ma sœur ont disparu. A la place qu'elles occupaient il y a une loupe noire oublik pur le libéraîeur repoussani, RENB CHAR.

GRAINS ET ISSUES Rêve expérimental A partir de ce jour, le contenu des jours sera versé dans la dame-jeanne de la nuit. Le ddsespoir prendra les formes gaies de la fin du temps des pommes e t rodera comme une gréle de tambours fralchement dechargés sur l'ombre humide qui nous sert de manteau. Les nuits seront agrandies au ddtrfment des fours, en plein jour, selon les règles des mauvaises humeurs les plus indtracinables et sordides. Des crufs de lumière seront amassés sur la poitrine dzs bdifices. Il sera interdit au rêve d'accoster les femmes dans la rue. Aux heures d'affluence on lachera des meutes de chlens Invisibles h travers la vue, ils se faufileront entre les pieds et les vCMcules, tous enduits d'une substance phosphorescente, ldghrement musicaIe comme le satin. Hommes, femmes e t enfants se toucheront les mains avec une évidente satisfaction qui tiendra lieu de politesse. Personne ne sera tenu de rendre compte du prolongement de ces attouchenients. De cette formule, en apparence demunie d'intdrht, naitront des connaissances invraisemblables et des encbevBtrements capitaux. Bientbt les cheveux seront mis 8 la disa position de tous. Une voluptd nouvelle dcIora en remplacement de l'amour. Ses chafnes disparalhont et 4 leur endroit il y aura des Lis de soie aussi invisibles que certains regards qui expriment le monde dans sa complication actuelle, sentlmentde, atroce. Voilii, A ce moment, la pluie fine d'une obscuritb de fourmis, qui tombera heureusement sur Ia a l e , je dis heureusement je n t dis pas autre chose car comment pourrait-on, sans bruit, écraser les agents et briser les vasistas si la douceur de IDatirAosph&re, entre autres, n'encourageait par de subüis signes de rlrcs chuchotés en cachette les fafseurs do scénes sans fin qui viendront poindre dans la paume de ia W e . Des monceaux de fruits seront places aux carrefours, certains d'entre eux atteindront les hauteurs d'une maison de trois étages. Les nouvelles seront soigneusement aflichtes au moyen de signaux de bateaux enfiiés sur des cordages et ceux-ci A leur tour suspendus aux réverb&res. On remettra les chevaux $I l'honneur qui est dû A leur beauté plastique e t A la noblesse de leur caractere. Rien ne sera nhgllgé, ni I'embeIlissement des animaux domestiques, nf l'institiition des parIements d'oiseaux. Les hommes ne parleront plus, tandfs que les femmes chanteront certaines phrases, dont l'usage sera determin4 et le nombre ddlimité, mais le sens exprimé par les paroles ne concordera ni avec l'étymologie nl avec les sentiments habituels. Tous les vendredis il y aura changement d'expressions, quelques suppressions seront ordon-


rides et dans les limites du rbpertoire qu'on &ablira pour la semaine en cours, les adjonctioni aux sens toujours renouvelés combleront les m6lodies connues. Tout ce qui est susceptible da faire un bruit dgu on l'enduha d'une mince wucho de caoutchouc. Les bruits seront math

et assourdies leurs résonnances. Dans la v i l e hmens~mentfluorescente oh la sagesse des foules sera aggluthbe h la folie Cparse de quelques Btres dhlicieux, seta instituée, en prévision de la transformation imminente de la matière, et claironnde du haut de tous les greniers, il l'usage de ceux qui ont des oreillas pour entendre et non pas pour casser les vitres des güles malheureusement bien entendues, sera dabonnée, dans Ia clart6 du temps bienvenu, sed tîntamarre largement admis, l'heur0 des patres. Et le chanteur des rues mettra l'ombre la rude &preuvedu silence rbpandu comme une tache de vin rouge qui saura engloutir la ville entiére dans le dtiice et la volupté sans bornes vers quoi tendent veritablemant les significations de l'homme, cet fmperturbable soiitaire qui sort chaque jour d'une prison.

*

un as en avant les 6vres de pluie un pas en avant ceci est une bwceusc pour les enfants de cuir hm&tiquemenl bouche3 une rue de moins

f

un as en arrière la ouleur du prochain un pas en arrrdre dire ce qui se passe par la Iéfe pourvu que ce ne soit en vain

!

dire n'importe quoi sans desserrer les Iéures il y a ddjd eu les léores de luit et nous en sommes restés i cc ne sera pas pour toujours le verra bien qui verra la fin pourou que personne n'entende

1

Le vent les essuie

avant a p r b

n'importe comment tous les dCtafls, dont nous saurons un jour le nombre exad et la nature, grAc@A l'enregistrement mécanique des feuiiiea tomhCes par terre que l'automne amasse la poitrine chaude de la terre, celles qui sont dépareillées devant tomber dans le fossé, tandis que les femmts tparplllees daas le parc se déshabiiieront, jetteront leurs robes dans un puits profond et cher-' cheront asile dans les arbres qu'elies transformeront par des moyens de fortune en domlcile jusqu'au moment oh les nouvelles teriilles viendront prendre possession des branches aüroiternent trompées par ces provisoires et insolites présences. Le printemps se verra annonce par des feux, des feux et des bois. Les femmes descendront des arbres et se grouperont aux entrées des parcs. Sous la conduite de boulangers habillds en p!ltlssiers, eues traverseront les rues, se ni&lantde plus en plus h la population ébahie et accueiilante et s'y perdant entibrement, tant en signe de joie que de reconnaissance. Ainsi, au fur et ti mesure qu'elles disparaîtront totalement de la circulation, happees Utteralement par une jeunesse avide de sensations curieuses, le printemps apportera bien d'autres rdfouissances. A chacun il sera donne le p~uvoirde réaliser sur une vie monocorde les absurdes possibilités que nous fait pressentir l'envie de rire en sCcurlté. L'absence de paroles saura par elle-mkme dkjh, amener de curieuses transformations B la nature des sens, les rapports entre l'exprimé et l'exprfmable engendreront, B la place des désirs nettement poursuivis selon une ligne plus ou moins droite issue de nos connaissances actuelles, une manie de l'action, surprenante en partie et en partie rappelant un utilitarisme manquant slnguii6rement de conviction et de but, une action qui, il cause de la faculte de soumission ou plutbt de la facilité de subir q u i se sera dbveloppée dans la masse de la population, n'aura plus le caracthre agressif d'une rkussfte envisagée ni la passivité d'un devoir accompli ou d'une Bnergie A dbpenser, elïe sera donc nettement égocentrique quofque incorporée h la vie sociaIe par la suppression des b h é r e s aussl bfen B la réception qu'A l'énoncé d'uns quelconque proposition. C'est pour exercer un constant rapprochement, établir un point de

-


r e p h constatant les distances parcourues, une tchelle de proportions ferme et rigoureuse et aussi pour tenir la vie 2i un niveau qui ne menace plus de se stabiiiser définitivement nl d'éterniser de stkriles considkrations dans un recipient aux sourires trop fades, certlfiables, que les femmes chanteront, selon les conditions déjh ddu-ites, quelques phrases aux sens dipourvus de l'apparat de Ia ralson. Dlspardtront peu B peu :le doute de ce qu'un Individu pense, ne pouvant ne sachant ou ne voulant, pour de diverses raisons, le dire, la psibllitB du a dire r n'existant plus, l'habltude de penser en mots, pour la plupart des cas le parler sonore ou étouffd dans la bouche étant celui qui engendre le penser, 1s pouvoir moteur de la penste qul, par son avancement et la preuve de ce qui reste en arrihre, fait son compte sous la rubrique du temps, le but B atteindre qui, par la contagion de celui propose la pensée se répand selon la demarche d'une activité ou la notion moisie de Ia vie en gbnhrai, la notion de temps car la nature statique de la pensde imagBe saura retenir I'hdivldu dans Ia mare croupissante d'ah seront absents le bien et le mal, Ie beau et le laid, la vie et la mort. L'encbahernent des faits n'aura plus la cr8thhante allure que donne h l'imagination Ies testicules paternels, mais la tendresse imprbgnera les évbnements collectüs par IesqueIs s'extCrioriseront les phénombnes spatiaux. On peut aisément se figurer la nouveIJe nature de ce temps si l'on admet qu'A tous les cadrans des montres que l'on continuera remonter on arrachera les aiguilles A meme leurs racines. En attendant les ddbordements 'd'une tendance sur l'autre, on mangera dans de vastes établissements soit des plats que Ies dispositifs olfactifs et visuels auront énoncé la mesure des sens mis en éveil, soit ce que l e gr4 ou la fantaisie des serveurs acrobates, vivantes pendules, laissera tomber pendant les sauts périlleux ; chaque barre fixe étant le dkpbt d'une des spécialltbs dont le hasard aura pourvu, ce jour-la, la population prête Zi accueiIlir les plus extravagantes Innovations. Manger, dormir, faire l'amour, etc,, tendront B se confondre ; on ne saurait tenir enmrtldes pendant longtemps des manifestations vitales.dans des enclos rigoureux aux destinatfons nettement spécfalisdes. Des mannequins-ttrnofns d'une parfaite exécution et ressemblant profondkment aux pietons seront postés dans des poses banales aux m e t s des autobus. Ils seront fabriqués en matibres comestibIes et inerustds de perles. De mauvais plaisants ne manqueront pas de leur faire une cour assidue, mais les rites se transformeront en nbcessités avec le droit de rire sans desserrer les lCvres jusqu'au moment oh de nouveaux postulats en feront des vestiges pris en flagrant dtlit de betbe manifeste, ce qui crdera une nouvelIe raison de continuer & y moire et #a s'y adonner de bon cœur. On remplacera les feux d'artifice par des lacbages, dans une totale obscurité, d'oiseaux munis de mhwcules rBfiecteurs et attachds par de longs fils A de hauts pylones appelés commun4ment tours des philosophes. Les plus mauvals tours seront jouCs aux personnes dont l'allure pensive prendra l'apparence du bttume. Ils pourront étre obligés marcher quatre pattes, trempés dans les bassins et abandonnés A la terreur et A la cruauth deUrantes de la populace, ce qui leur servira de leçon bien mCritée. La quantftd de tristesse diminuera ainsi progressivement et Iorsqu'eUe aura toute disparue de la ville, on lancera les nouvelles formes de la joie, oii l'etude de la terreur, de la peur et de la cruaute jouera un rble de premier plan et amknera un certain changement dans les habitudes dbsormais uniformes. Des chiens gorgés d'essence, auxquels on aura mis le feu, reront ameutés contre les femmes nues, les plus belles bien entendu. Des vieillards seront presses et sdchds entre les feuilles d'immenses livres de bois et ttendus en guise de tapis dans les salons bourgeois. Des bocaux contenant des langues d'aristocrates seront exposés parmi les pots de confiture et de moutarde aux devantures. Des autos rapides munies B l'avant d'alguüions en acier pourront empaler de longues files de gens faisant la queue devant un dntma par exemple. Ce sera trés excitant, n'est-ce pas, tout le monde sera de cet avis. Une rnafson de huit ttages ayant servi pendant plus de dix ans aux services de la chanson, sans rusdter la moindre inquiétude, se renversera sur son flanc, un fonctionnaire ayant coupe la ficelle qui seule l'attachdt aux fondations. Une montagne pourrait aussi, amtnagke sur des rails, venir se renverser sur la ville, puisque nous y sommes, mais on évitera le plus longtemps possible d'employer ce moyen un peu brutal de mettre fin it I'exquise et excellente organisation de la joie gtndrale. On se contentera d'arroser les jardins publics avec de l'encre et de construire sur la place de la Concorde un immense bateau dont les moteurs tourneront 8 sec. Des bandits enleveront au lasso les banquiers qui se seront trop rapprochés et, ill'aide de b6liers moyenageux, on ddtruira petit B petit cette memeille de la mécanique moderne. Pourtant, tous les jours, au moment oh personne n'y pensera, car l'oubli servira de base & la culture nouvelIe de la joie sous ses manifestations les plus hprement discutées, non pas du point de vile de leur efflcadtk, mais de celui de la destruction qui constituera toute l'humaine fierté de i'oubii au jour le four et d'heure en heure, au moment oh la vie de la ville brfilera d'envie de surmonter la joie, quand elle n'aura pas encore fini de moudre Ia fatigue des petits suiveurs, des grands arnasseurs de m a u t t s populaires, les vrais inventeurs de temps inespér4s dans un


minimum d'espace, je parle de ceux, peu nombreux, qui vivent de la vie de tous et ml, morts, servent encore de tartines a u beurre sur la table des profiteurs, tant il s'exhale d'allégresse de leurs bras tendus et raides, l'heure oii I'oubïi aura circonscrit la vie en dehors de tout passd et avenir, dans un présent toujours plus réduit A sa plus courte expression d'existence, de suence, du haut des tours irnmensdment fluorescentes, invraisemblablement perdues & l a recherche des nuages, sera claironnée, B travers les masses glaciales, pour que la ville trdpidante de bruits secs et feutres se transforme en vie d'aquarium, comme u s seul et Immaneet rappel & l'existence, l'heure des patres. Et le chanteur des rues se couvrira lui aussi du manteau de cet asservissement, lui qui répandit des flots de sifence comme des ondes infiniment gracieuses sur la vilIe incommensurablement cruel10 e t contente.

Le sommeil tournera vide et sec, car les réves ne viendront plus concasser les pierres de l'existence avec leur vis d'Archimhde, leurs dBsirs &tant combl4s pendant le temps de veille. On d o m h a h tour de rble dans des bahuts rangés le long des trottoirs et la ville ne desemplira pas des vivantes fornications des ombres, de l'esprit inventif de ses habitants, Les souffrances physfques seront un plaisir recherche, des institutions luxueusement aménagdes rbpondront aux besoins de la foule. Nombreux s'y presseront les adeptes de la douleur corporelle, la morale ayant depuis longtemps dlsparii sans laisser d'autres traces que les dérisoires accessoires sentimentaux passés actuellement dans le domaine des mythes. Les mdtros seront dCsaf!ectés, personne n'dtant pressé et le temps ayant recouvré, de grands Intervalles, une fluidité ahrienne de passage 4 niveau de pensées mates et statiques, ponctuee par les besoins organiques. Le temps n'étant plus emprisonné dans le systbme de marteaux trop bien connu,h4lasl dans notre époque oh ii s'allie I'excrémentielie odeur de l'idée de mort et de regret, le temps libbrd de l'étreinte osseuse de la religion, dtant efface du cercle des reprksentations humaines,l e m4tros seront m i s h la disposition du laboratoire de souffrance et de &auté. L'honneur se gravera sous les formes inverses, de toute façon ndgatives, de l'hérolsme, celles de la destruction.. Les soupapes ddrivatives que ces nouvdles pratiques crheront de toutes piéces ne manqueront pas de faire apprécier aux foules les effets bienfaisants du nouveau systéme. La beauth des corps sera façonnée dans ces instituts par les dbfomiations e t les suppressions et ainsi de nouveaux crltbres prendront les places en vue dans le domaine d'une morale aux moyens coercitifs e t aux signes indIscutabIement visibles de tout le monde. Les costumes des hommes et des femmes ne seront pas sensiblement üifferents de ceux portes aujourd'hui, leurs transformations auront lieu dans la mesure O& la coquetterie des habjtants exigera qu'on ddcoupe certaines parties pour que les marques des corps puissent Btre rendues h 1'8vidence et ainsi se formera une nouvelle hiérarchie des éIégances oh les plaies iront de pair avec les découpures correspondantes, celles-ci commandant tes autres et inversement. Des sérieux correctifs A la nature ambiante, des accaparements des rbgles physiques par les rayons ordonnés et complexes des miroirs, face face, dans l'esprit évolu6 de chaque individu, des expropriations de chair et des douleurs contenues jusqu'8 leur inhibition si paralléle au plaisir qu'eues arriveront B s'y identifier entlbrement, naîtra la forme supbrieure de l'amour, épluchée de la zone érotogéne, et, sous un certain aspect, épurée des controverses et attendus moraux, car elle nbt5volueraque dans la sphhe morale des absences de soutiens-etde principes solides. Les attirances seront marquees du sceau de la r6ciprocit6 animale et directe, hors de l'idéal support de la conscience, elles atteindront A l'état de nudité parfaite qu'exigeront la thborie de a connaissance et, pour ainsi dire, l'impossibiiité de tirer des conséquences de quelque nature que ce roit, avec ce que comporte de reposante intensité, i'aboïition des lois de la causalité e t le rnatrque de toute idee de danger et de responsabilité. La vie s'&coulerad'une façon systématique et agrdable. Pour mieux faire saisir au lecteur la maniere dont I'brotisme pourra se vider de ses perspectives spdcifiquement immédiates, j e dCcrirai une schne entre mille prise au hasard d'uns promenade dans la lumihre blafarde des lampes de mercure. Dans une rue en pente, des gens qui ne sont pas ivres, vont les uns vers les autres, traversant souvent la nie, se touchant les rndns, hativement, presque en secret, courant d'autres, d'un pas hagard, absent, d'un corps absent et pourtant maître de ses mouvements. Dans le silence, une voix belle comme ne peut 1'Btre que la voix d'une femme trés belle, élancbe dans la solitude qui ne connaltrait ni l'idke tragique de la mort ni la tristesse des regards remues par ce clu8Uscachent de miséM instdde B domicile, une voix s'dlbve rdsistante et chante sur le ton velout6 d'un cireur de rues (car les rues seront cirees et les portes remplacées par dei corsets, couleur de rose rose, dont les vantaux seront fermes par des lacets), sB618ve, dis-je, une voix qui chante :


pain de minuif aux tèvres de soufre chante en marchant et se tait, selon le mode ordinaire des invocations subitement retirées de l'eau quand sous la pression de la main l'on sent que le poisson s'est pris au hameçon et se débat dans sa me~eilleuseet soudaine ludditb, sur une rnblodie qu'A défaut de notation exacte j'essayeral de dkcrire, en m'excusant de l'imprécidon des termes que ce genre bAtard de transcrfptfon ne saurait éviter. Pain, chant6 dans toute sa longueur de pain, soutenu par un souffle aux prises avec les dCfaWances Bventueiles et l'inflexion A la fin pouvant faire croire au contentement d'avoir abouti A placer la modulation en sGcuritd dans les notes suivantes, leur servant aussi de socle ; de mi... doit precipitamment tomber comme un renversement de bofte deux couvercles, plus grave et descendante, l'attrapant dans sa chute avant qu'elle ne tombe par terre, sur mi, tandis que .,.nuit sera, B l'opposé de pain, l'exacte contre-partie du jaune par rapport au rouge ou du canari h un tuyau en fonte, de la longueur d'un fil A coudre un bouton de gilet, au moment oh I'iilguflle s'arrbte par un ICger soubresaut annonçant Ia h i t e de sa longueur maximum, limite oh s'amorce a u Idu qui sera Ibghement triomphal, mais pas plus que la décision de se lever d'une chaise, la satisfaction que vous donne une résoIutlon de peu d'hportance, un acte rkflexe ou mdcanique par exemple, ayant un minimum de sous-entendus de confort comme mobile, mais qul par la suite de la modulation pourrait faire penser un souffle emporté proposant la prise d'une barricade, par le mouvement musical qui la prdcdderdt bien entendu et non pas par l'énergie musculaire et bondlssante qui se développerait en cette circonstance; res de sou...rappellera une certaine tournure méIod1que employée avec insistance par le réparateur de porcelaine qui sous le nom de M. Joliboit se fit entendre au cours d'une audition dans la soMe du 10 Juh 1921, au Studio des ~hamps-Élyst5es, h Parls et aura aussi la rdgularltd de trois petits coups successivement donnés avec une fourchette sur une soupike,une assiette et un verre emplf de citronnade; ...fr e sera le point d'arrQt terminal d'un ascenseur, amorti par des tampons de ouate dans des sacs de lalne qui imite raient Ies pattes d'dléphants des jouets d'enfants blonds de préfhrence, nf trop long ni trop court, ce sera un iivre qu'on ferme, mais un livre de velours oh la justiîication des pages fera croire que des pobmes réguIiers y sont imprimbs, mais inutile de dlre que rien ne sera Hslble dans ce pseudo-livre de pohmes de velours et que le lecteur patient n'y verrait que des soupçons de beaute dont il sera seul I'auteur momentané, l'éditeur et le lecteur et qui par la subite fermeture dtchlera le sourire de l'homme content d'une œuvre accomplie en d'heureuses conditions, - cette note sera close par un geste d'hbsitation sur de possibles Bchos A réveiller dans l'âme des auditeurs, par ailleurs absents, - comme un Mger haussement d'bpauies, qui pourtant n'aura pas lieu, de renoncement et de soumission aux didslons h prendre et h venir, quelque chose d'aigu et de ;&signe dans le sens de la fataiitd et aussi de tlmida offrande quand on n'a rien de mieux h offrirou l'acte d'engloutissement d'une dernihe bouchde d'une substance aimée aprésla mastication et la succion machipale quasiment désespérée et ddiicieuse par elle-mbme en dehors du goat qui la caractérise. Voici comment chante, avec un adére-gofit de nature interrogative, la femme beUe et consciente de l'importance de son acte :

...,

...

-

-

pain de minuit aux livres de soufre tandis que d'autres femmes chantent, indifferentes ou insoudantes, passionnées ou dramatiques, dans un ordre dont le hasard seul est le rbgulateur d'intervalles et da puissance de dCbit, sur le mode bien defini du répertoire hebdomadaire :

la force r&tde dans le lobe d'oreille roue des plaisirs plaisir de souffrir la fureur la fureur du furef des bois fictifs ravir aux fruits les ancêires de paroles dures les objets d mdrir couoer les parfums par àe longs Cremolos dans Ici u o h fout ce qu'il faut cc qu'on veut cc qu'on peut ce qu'on a n a pas ce que chai de pomme thdorie des sentiments pur la concordance de leurs rapporfs de rtafiit? souriante la réalitk non-euclidienne a m prises avec I'autorifë et ce qu'on peut nécessairement lier dans un systbme dont les prhmisses de ddpart sont superfidellement mises & l'épreuve d'une fantaisie de fer passée au rouge par la flamme et le sabre et dont les conséquences s'étagent ré$uiikernent comme une hummit6 nouvellement orga-

'


nisée en vue de la volupté sans armes et de considerattans oiseuses accompagnant le Inngage en fuite, les paroles faisant office de servants uniquement dbcoratlis : de mdtres d'hbtel pendant une famine au miLIeu d'un dtsert, de desserts copieux dans le meme désert, de restes de repas sur un rocher solitaire perché sur un glacier oh l'on vient de l'amener grands frais d'une mer lointaine située aux antipodes de la civilisation et de feu se brûler les doigts, spt'cialement vendu (je dis vendu pour donné, mais je sais ce que je dis), h grands renforts de pubUdt6. Voici pourtant une trhs belle jeune filie ia Ia description de laquelle je ne m'attarder& pas, le vocabulaire descriptif ayant totalement change d'aspect selon les nations nouvellement pensées mais fnexprim4es et encore moins dites. Ne serdt-ce pas la chanteuse de tout A l'heure. car elle était belle et une belle vaut une autre, c'est fort possible et c'est meme souhaitable? Un jeune homme horriblement déforrn6 sur tout le long de la p d e gauche de son corps, des cheveux h la plante des pieds, selon une ligne de demarcation nettement dessinbe, tient longuement dans ses mains celies de la jeune fille. Le sens évident de la politesse s'est transl a m é en joie d'autant plus délirante que rien ne fera voit aux gens qui les entourent, le plaisir qu'ils y prendront. Maintenant dos i~ dos, debout, les jambes légérernent avancées, ils se soutiennent rkiproquement. Ceci durera au moins pendant une heure, des badauds feront cercle, passeront et se disperseront, mais personne ne soupçonnera & quelle communion de sentiments expérimentaux les deux amoureux se seront ainsi consads, d'autant plus qu'ils se skpareront, sans que, & tout jamais peutdtre, ils aient la chance de se retrouver. (Schne 114,097 C. rue Tholozd 2.2.4,). Il faut ajouter que toute scbne d'ordre spectaculaire sera inscrite sur un registre par la seule demi-douzaine de RescapCs de l'Alphabet qui auront le droit de savoir lire et bcrlre. Combien de milliers de schnes diffdrentes se seront produites B la meme minute IUF les mille points de la ville, en toute ind3ffdrence et dans la sobrléte des gestes distingués, dans la réjouissmte securith d'une foule aux lbvres cousues, sans compter les quelques ennuyeux et rebondfssants chants saccadés, dfis au reboisement des rbves, B une %me populaire A J'hventlon toujours en Bveit, au goQt exquis et délicat, jamais en faute B cause de l'organlration m&mede l'esprit qui ne peut plus céder aux vagissantes fluctuations des œufs en mal d'orgueil et des visites en plein champs d'avoine, personne ne saurait le dire.

-

-

C'est B dessein que f e laisse le lecteur avec l'impression du goût d'avoine sur sa langue, car le moment est venu oh par mile sirenes, toutes décorées de slrknes et les.sir&neselles-memes décordes de vraies écailies de poisson, par mille sirénes on annonce A la ville, je dis que le moment est venu non seulement de clamer au dei moribond, pour déchirer la trame d'une existence monotone et rébarbative, J'heureuse nouvelle, mais aussi de fournir un exemple de ce que pourrait etre une surprenante dbmonstration, on annonce dis-je h la ville, qu'un fait - pourquoi l'un et pas l'autre, personne ne saurait le dire un f a i t d'une Importance immémoriale, quoique se produisant quotidiennement seIon nos montres actuelles, ddclenchera A Ilinstant m&meune activite que seuls les poktes de nos jours apprècieront tt leur juste valeur. Les hommes et Ies femmes sont tenus de charrier dans les rues des tonnes de foin, des sycomores il roulettes sont portés par des bœufs peints en blanc, les charrues sont hissées sur le toit, d'oh on les jettera dans Ie foin. D'innombrables 'quantités da melons glacés sont Bcrasés sur les trottoirs. Des batteuses happent des passants innocents et les broient en mtme temps que les machines écrire, Une grande campagne de semailIes sera abordés en toute slmplidt€, l'on ne nhgligera pas la complicité, avouée par ailleurs, des tribunaux et des théatres, qu'on aura auparavant retournés comme des gants, les décors, les loges, etc., étant B l'extérieur dans la rue. tandis qu'h l'intérieur on établira une petite place, un kiosque de journaux, un vendeur de colibris pour cacahuétes (je dis vendeur pour donneur, mais je sais ce que je dis, on ne donne qu'a ceux qui ont de l'intértt &prendre),des trottoirs parsemés de chapeaux qu'on appelle pleureuses wmme les fiiles malheureuses dégouIinent le long des boulevards, - voir a Fille malheureuse qu'on appelle pleureuse n une campagne de moissons se dessine, car dans chaque cœur de citadin bat un cœur de drble de driile et dkgouline le Ion$ des boulevards, plantant des pommiers et des poivriers, tous A rouIettes, quelques-uns ZI la vapeur, Ies légumes, des montagnes de moutons qui n'&vent pas h se dépktrer des tonnes de miel qui coulent par les bouches en fonte militaire, munies de puissantes pompes A miel, des tétes de veau A tous les arbres, des sardines hullkes pour que l'on glisse mieux sous les lampes h arc, des jambons sculptés en forme de femmes nues, grandeur naturelle et qu'on s'arrache A pleines dents avec le mouvement précipité de la gueule de gauche B droite comme Ies chiens qui savent bien copier les gestes des hommes, des candélabres et des pustules parmi les detritus d'avions

-

-


ainstruits en carottes et pal&tuviers, des pluies de noisettes, des barbes da rhubarbe4 dans des cages miriuscules, sur I'air des lampions, mouvements divers sur les bancs de l'opposition, des m f r o h & catins, des sacs de sel, des tonnes de clés mises au rancart, tout cela et le teste et aussi la simplicit&du verger f eune et les feux d'automne et les venta et lcs hurlements de chierw prolongés au del&des lignes de dCmarcatfon de i'obscurite, les silences lourda d'angotsse et le vent, oh l'animal sauvage surgissant parmi les chercheurs d'or et Ie vent encore et Ie vent, le vent, tout cela et bien d'autres phbnombies aêriens, la foudre et la SOUtude, mals tout A coup tout cela case et les gens s'empressent de nettoyer les rues, on fait rentrer les animaux domestiques et les btendards, on trait la ciel de sa noire mélancolie, on lui rctlre 1'6lectricité comme une lente agonie. on range les flûtes dans lcs boltes B rnusfque, on lave les mes et on les cfre de nouveau, la vie recommence, selon des régles dtlfinies, h marCber sur les roulettes de ses Ients développements, dont nous ne s&issons qa0 quelques courts principes, en coups de vent, Is vent aussi s'est tu, l'heure inattendue, dont la longueur et la profondeur nous sont toujours inconnues, a pris fin. Et le chanteur des rues saura dorénavant ai le geste et la mimique alerter atoutesles attentions du monde et assembler sur la place lique ceux qui, comme lui, auront lncorport! la nécessitd jti~qu'auxultimes dgnemenb da pro %b abiiités loglques et dans la saturation des raisons majeures, Impérissables, Impersonnelles, réiérant servir aux survivants de cuir h mssemeler les bottes plutdt que de survivre expérience, enlhveront leur vie comme une couche d'écume

-

-

p.

auec la mt?me galtt! muette au fit de t'eau de frdlemenf de papillons

les mouuemenfs ondoyanis des dléphants blancs bois de rènes chargés de neige de cahotants et monstrueux rasoirs gilette d moteurs destinés d raser la vie la campagne les villes Undéniable tranguillifë de conscience forte comme l'alcool que donne I'absencc d'amour filial local maternel paiernel foui cela &nt infigrt! dans la méthode de Ia violence el de Tob'ectivaiion d'une naiure brute sans plus de front qu'i ne faut aux arbres pour pousser cf d la toundra de se laisser parcourir par les nosialgies douteuses sans plus de crainte que ne fait prhager rexisfence sans plus de discernement qu'il ne fatii au cirque pour s'dltvcr du ctntre de la ferre jusqu'd nos doigts foujours en quête de tendresse sans plus de cerfitudesans plus d'yeuz fameux sans plus de rigueui. ni de cœur assourdissanf qu'il ne faut aux étoiles en chômage pour trouver la peine d suime cn claquani des dents sans bruit s a s lampes sans chaines d tendre d rompre d vouloir rompre d tendre des lampes tendres jusqu'aux confins des lumières c a r ~ s s u & uoufoir tomber dans tes bruits sombres et tendres et fumeux eomme un klair éparpillement de fleurs d fumer de duuets de légers serrements d la poitrine sans limites de sentiments de duvets qui imprégnent la maladie de l'homme Phomme latent rhomme aux univers de printemps dclafanîs l'homme latent cerné pur raudace incarné d son devenir d la cerfifude qui pariicipe aussi bien de sa vie que de sa morf avec un tapis persan comme fond de déception cf ce h'est pas plus compliqué que cela &avoir plusieurs cordes d sori rire cela fait même une heureuse diversion et procure quelques joyeux murmures quoique muets teintés d'ironie dans rassistance

1


des manauores intrinséquts et du vin sec grisonnant aux lem es aquatiques de la foudre que Iw poils num roi& des nuages sonf capa6les de laisser mer parmi les autres

dguremenis

t

-

car la vle humaine n'aura pIus de valeur, la peur de la mort ayant dlsparu avec ses dCrivds de regrets ii lafsse~parmi les restants ainsi que la conformité' de ceux-ci B l'hommage des morts, telle sera, dans un monde oh l'oubli absolu s'instaurera comme premihre rigIe de vie, quand l'inspiration et l'enchantement deviendront les objectils en vue d'une fnnocence totale, la force émouvante de l'esprit en mouvement, comme la géomktrie euclfdlenne, res-te B l'explicatfon de quelques sens de misere n'est plus optrante dbs qu'on y introduit un syst&meB plusieurs dimensions, dbrnontrant par th la vanitd de notre dQhe de fixation et les innombrables possibilités de changements, non pas du décor de la vie, mais du contenu spécifique des notions et des sentiments et les multipIes glissements dont I'homme; ce désir en marche, sera l'objet assoiffd et infiniment transfomable. TRISTAN TZARA.

-

NOTE ANALYTIQUE Ltctprmion r FCm agdfimenfd 8 ~ o u D M I ruaciler quelque équivoque quanl L la afgnfflcafionque palmtmti f i i f pr8terI je m e dofs, quoique cela p u i ~ pa~%tlir e pr#samplueuz, de publier l m obreruatiom qui rulocnt, i a w toutefofa enfrw d a Ir dtlail mtme de la w d d b n artirtiqtic. I'analuie der mani&ea dan1 fa1 praîiqutment pmCd4 en k r f w n i Grnini et Iirun L a t m 1bJie pu1 d l p m l l ICI mca porsibililds, Cui f a premiJn phrme :4 A pcYffr de ce jour... 8 qui m'a fourni Fi&# de mpporlv h la rLalilL unilble lu l a l u d r i e l i que flnvcnlair IU fur et & mume d u cours de mon IrciuulI. Mair c'rd dana celle !nucntlon mPme qu'apparut Ic pfdpe de I'LILmenl lyilqueI non conformeh la &Ili+! ciwironnanfe ou rupporde possible, qui devaifjouer u n r8la d d c f r i f d m rdkboraifon de ce conie. A partfi. de 114 Prnchcdlrcmcnl s'est ~ ~ u r r u i # i u oIrc cmarimiim d'lnallcnlion, mon principal ioucf Clmrl de coNorm# naturelLemeni te# f u b aux déduclioiu maihkI cl critiques qu'th rcucilatemf. tandis que CCJICWI donnaden1 & leur four naisrance de nouwaux tvCnexnenlr non pduiii par Ie prun iniii11. h &il ruil a i m i e l rei!chttonnr 4w une inune & dCwloppcmeni lopfqua qui, rMuilc h I ' e z p ~ u i o n#un rompterendu d u taifa rucccraifi, laiueruit h décar wi un d s f d u irraLtonne1 nature lprique. C e t u k t h ron tour, ddborda du rtcfpitnfqui lui est rissignl, rubmergr cl inonde & F u i a h morne& la bue, le jondemenl, L charpente rutionntlle du &if. C'est une iuperstructun lyrique, doni Iri tldme& aYrIvent de ia rLnrElurs m&nr el qui, aiwlfbl rdallsCr, agit sur etle du b u t de &anouvelle puiisance. Elle aafl h Pocuuion &utloppcr ra ulrulcncc, nu point da miner la rigni~lccillonde cclie tlructurt, la mmmpre, la roulevu et randmir d a m son usence. Im rcmme d u pualiiCI de cetic udlvifd I~rique.je rappelle rêvepcar ici je n'enuibagcceluf-cf que dana le r e m gCnCmllsC du xone &injlurnce, d'aUfluàe, de aphCre bacliviiCa c! non paa de tait. Le rCpr est qualitd à'un rnouvcmcnï psychique d o d , #un dCgagemenl de forces, qui roua t'adlon # u n lmfe? p o e t'instant inconnu, est auscepiibk de faire passer #un 4W & P a u t r ter la in^ phCnom2nu en vue rune rgnlhlre put est u n acte de connairaance, qui ut quantité ct que ndui ddaignoru mua la nom de @rie. II tire aa nourriture de h riruclure lopique du tdtil (qui ~ p i f t e n k r a i FClat f de veille) rur laqueIli il a m ron Influtnce jusgu'b en proque? la ddcomparilion, comme te rlucrommcll re comporie envcrr Ica manl]sldiona du monde cziérieur, dont il czlrall KI do& et que. par tdpcrrusrion, il iroubta r(ellemcnt. Les rpmbles pdiiquu sant Lniupréfables par m p p w t eu &ilrcilionnel, d a m le mëm espi11 d'inmllu itûerddpcndanw que lei symbotea oniriqriu par t a p e h la ofe diurne. 3appelle donc die. la forcc pal comprend le üëborclemmt Igrtque pramqul par u n m o u m e n t logfque d o m 4 Cuno part à tf'auln pari. leurs jacuttda rdcipmqutl cfinhibtîion. irafeurr der maliLr*r fnlerchanpeablu, quise manlfutenî h fois rur f a p f u w du ~ R I V dirlgd d du penser non-diripl. ta d i v r k v t i l l b da cs &rra ne m ' i m w l e par auiunt que l a nlallon crtrcc Ia quuIitd exp&rimentale,car Popmflion ci la rèunlon de crr lamcr doni l u aborili~antsroni apprumrment m ~ l m migr . Impdrfeiucmuii Ia création #uiu MUml& noilon, celle de la @le. J'al appttld cc Hm ~8xpdrimaitdipoKc qat h ?n(uOaiifoi~dde k'acffollt I ~ i l q u ed a m le domaine mionne1 sc proen vue à'ècluirrfr Ir problème de I'lii1erplnliraîfon d u mondea ralionnel el frraltonnd d parce que ka mobitrr, I n provoeciliom, ka moments de dCeltndzement, ni ae trouneni p l u uniquemeni roumis b la mlonid du pdrc, mati lfenneni en grande partte hl'autotnatlimi d e i n t c c i i l t e i et dei rtactioni a l C p pour la cause, pur le rdcil logique lui mtme. Ainri tout œ qui est auperpwd a la inune logique, la @le P m n p l r l r c aussl docilement que peuctni ïe lu1 p u m t t h iu Rabfirida, rm tfcr renaorleli d l i l i l r a h . I l comatl Parbre qu'il a planld, qui csl aa uéulion, mais il n'al par rerponsable d u IruiLi qui ronl lu vçalfona rpdcifiquea de l'arbre el pouriml sa connahsmce englobe d Ica frulis ei Parbm / a m f l i h t n L car cu fruilr roni, ru? un plan dfftCruil,6: un degré sttpfrfeur b Leur propre nature fnlltak. Ia repmtudlon du fruit mlms qui. h l'wipim, u t condition de I'txiifenee de i'arbre. L'adiriitd ddllranle rd rubsllfue t o n t c i ~ e n hî l'impiratfon poëllque. & fait quiclïe n'et pac rpurnuiisle, asunai ou r(vc la w l e w #une tIpMence qui ~ ~ r n h en t c la ïentafbe de lu l i W de foui aufornatirme inhdrenl au $uôconrctenrnl du pdtt d comme ielle. 11 lui est loisible de re hmfwmtr en pr?xesrils de connaiasanct, la mnlrainte tlanl ;on c o m p o n dant moraida dont il n'mprunlc qu'un certain jondtonnemenl el quelquu torrnu sympiomafiquu. h m i e es1 la lepon humaine la p l u clliciw p ~ u r ddterminer ta dihodt de ïa conna~sance. Bfcnldi elle d e ~ i m & aacte unanlrnemmt amploy4 et exerce, p l n c i p f mopen de mnnairaanw car elle dçparaua le rtiaàe de champ d'obserpaflon el du ddviaiion apLcid1sde. ~ o [ t i n #du ddlirc, qu'eüe occupe ~ d u e l l c m m f ,pour suture son deslin rluoZtttlonnrfrc qut rr todandrri auec celui db l ' m u r . Mais cecf -1 me iout autre ~ucatfon. m m

.

-~ ~

Lb GCmnl :PAULEf,IfARD.

mi LWION. 13,

RUE Y ~ ~ A I N PARIS ,