Issuu on Google+


L’

TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR AVANT DE PARTIR

IL Y A PLUSIEURS THAÏLANDE. TOUT D’ABORD, BANGKOK, PLUS DE 10 MILLIONS D’HABITANTS, MÉGAPOLE HYPERACTIVE ET MONSTRE URBAIN OÙ L’ON SE PERD. PUIS LE SUD DE LA THAÏLANDE, SES ÎLES, SES PLAGES ET SES ROCS JAILLIS DE LA MER, SA CUISINE PLUS ÉPICÉE, SA MENTALITÉ UN PEU DIFFÉRENTE. ENFIN, LE NORD, AVEC SES ANCIENS ROYAUMES FONDATEURS, SON RYTHME DE VIE DÉTENDU, SES MILLIERS DE TEMPLES BOUDDHISTES, SA TERRE FERTILE. CEPENDANT, D’UN BOUT À L’AUTRE DE LA THAÏLANDE SE RETROUVENT LES QUALITÉS NATIONALES.

PRÉSENTATION

La religion principale est le bouddhisme, pratiquée par environ 95 % des Thaïlandais. La Thaïlande a connu une croissance économique rapide entre 1985 et 1995. C’est un des nouveaux pays industrialisés, notamment grâce au tourisme, avec des destinations touristiques bien connues comme le parc d’Ayutthaya, la station balnéaire de Pattaya, la capitale Bangkok, la province de Phuket, la ville côtière de Krabi et l’île Ko Samui. Les exportations contribuent aussi de manière significative à l’économie. Il y a environ 2,2 millions de migrants légaux et illégaux en Thaïlande4, plus un certain nombre d’expatriés des pays développés.

La Thaïlande, en forme longue le Royaume de Thaïlande, en thaï Pratet Thaï, et Ratcha Anachak Thai, est un pays d’Asie du Sud-Est dont le territoire couvre 514 000 km². Avant 1939, il s’appelait le Royaume de Siam. Il est bordé à l’ouest par la Birmanie, au sud par la Malaisie, à l’est par le Cambodge et au nord-est par le Laos. C’est une monarchie constitutionnelle depuis 1932. Sa capitale est Bangkok (Krungthep - la Cité des anges). La langue officielle est le thaï et la monnaie le baht.

Le roi Rama IX, neuvième de la dynastie Chakri règne sur le pays depuis 1946, record de longévité à la tête du pays dans l’histoire thaïlandaise1. souverain constitutionnel, le roi est officiellement titré des noms de Chef de l’Etat, Chef des Forces Armées, partisan de la religion bouddhiste, et défenseur de toutes les confessions. Le pays est classé 51e pays par ordre de superficie (513 000 km²) et 19e pays le plus peuplé du monde avec 66 720 153 de personnes environ. Environ 75 % de la population est d’ethnie thaï, 14 % sont des chinois, et 3 % sont malais, le reste étant composé de groupes minoritaires : les Môns, les Khmers et les diverses tribus des collines.

2

HISTOIRE BRÈVE La Thaïlande n’est le « pays des thaïs » que depuis un millénaire environ. Avant l’arrivée des peuples thaïs depuis le sud de la Chine, il a existé dans la région plusieurs royaumes indianisés successifs ou concurrents, d’ethnie mône, khmère ou malaise. ENVIRON 75 % DE Les thaïs établirent leurs propres royaumes, d’abord Sukhothaï et le Lanna, puis le LA POPULATION EST royaume d’Ayutthaya.

D’ETHNIE THAÏ, 14 % SONT DES CHINOIS, ET 3 % SONT MALAIS.

SNEAK/PEAK N°1 – Février 2012

Ces états se combattirent entre eux et furent constamment menacés par l’empire khmer, les birmans et le Viêt Nam. Progressivement plus puissants, les thaïs souffrirent aussi des empiètements de l’Europe coloniale au xixe siècle et au début du xxe siècle : amputée de plusieurs régions (Cambodge, Laos), la Thaïlande fut cependant le seul pays d’Asie du Sud-Est à n’être jamais colonisé. Après la fin de la monarchie absolue en 1932, la Thaïlande a vécu


POLITIQUE Le 19 septembre 2006, alors que le Pre-

mier ministre Thaksin Shinawatra était à New York, à l’occasion de l’Assemblée Générale des Nations unies, l’armée a pris le pouvoir.

Moins d’une semaine après la prise de pouvoir, l’armée a déclaré l’« état d’urgence généralisé ». Dès lors, celui-ci s’est retrouvé appliqué à l’ensemble du pays et non plus seulement aux trois provinces musulmanes du sud. Des blindés ont entouré les bureaux du gouvernement à Bangkok et les militaires ont pris le contrôle des chaînes de télévision, avant d’annoncer l’instauration d’une autorité provisoire fidèle au roi de Thaïlande. Le premier ministre Thaksin Shinawatra déchu s’est réfugié à Londres, où il possède une résidence secondaire. Surayud Chulanont, ancien commandant en chef de l’armée, a en effet été investi en qualité de premier ministre par le roi de Thaïlande. Si son gouvernement ne comporte que deux anciens militaires, sur vingt-six ministres il est sous le contrôle absolu des généraux

LE SAVIEZ-VOUS ?

soixante ans de pouvoir militaire, jusqu’à l’établissement d’un système démocratique, avec un gouvernement élu. Ce système est cependant faible, et les militaires continuent à jouer un rôle prépondérant dans la politique. Le coup d’État du 24 juin 1932 au Siam est une transition sans effusion de sang d’une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle. Parmi les conspirateurs se trouve le lieutenant-colonel Plaek Pibulsonggram, plus connu sous le nom de Phibun. En 1935, le roi Prajadhipok abdique. Son neveu Ananda Mahidol, un enfant qui suit son éducation en Suisse, est désigné pour lui succéder. En 1938 Phibun, qui a maintenant le grade de major-général, devient premier ministre. C’est un admirateur de Mussolini.hh

Le pays est divisé administrativement en 77 provinces, en considérant que Bangkok est elle-même une province, (jangwat - singulier et pluriel), réparties en cinq groupes. Le nom de chaque province est dérivé du nom de sa capitale. Ce n’est que par l’effet du Traité anglosiamois de 1909 que l’ancien royaume de Patani devint partie intégrante du Royaume de Siam, sous la forme de quatre nouvelles provinces­: Pattani, Yala, Narathiwat et Satun.

SNEAK/PEAK N°1 – Février 2012

3


de l’état-major. Le gouvernement provisoire a soumis au référendum un projet de Constitution anti-démocratique visant à limiter le pouvoir des élus au profit de l’armée. Approuvé à hauteur de 56,69 %, il a mené à la tenue d’élections législatives pour le 23 décembre 2007 suite auxquelles le Parti du pouvoir du peuple (PPP), issu du Thaï Rak Thaï de Thaksin a obtenu 232 sièges sur 480, à la déception des putschistes. Samak Sundaravej, chef du PPP, a été élu Premier ministre par les députés (contre Abhisit Vejjajiva le leader du Parti Démocrate soutenu par les généraux), a formé un gouvernement. Depuis le 18 décembre 2008, un gouvernement dominé par le Parti Démocrate et soutenu par les généraux a été désigné par le Parlement avec Abhisit Vejjajiva comme Premier ministre. En juillet 2011, la petite sœur de Thaksin, Yingluck Shinawatra, a été élue avec une majorité écrasante. Elle est la première femme qui soit devenue premier ministre en Thaïlande. Elle est diplômée d’une licence en science politique et a obtenu une maîtrise en administration publique dans une université des ÉtatsUnis

GÉOGRAPHIE La Thaïlande fait partie de la péninsule indochinoise, jusqu’à l’isthme de Kra, qui marque la transition avec la péninsule Malaise. Le pays s’étend sur environ 805 km d’est en ouest et 1 770 km du nord au sud.

Au centre, on trouve une vaste plaine, la plaine alluviale de la Chao Phraya, le plus grand fleuve thaïlandais. C’est la région la plus dense au niveau de la population et la plus riche du point de vue agricole. Bangkok est située à proximité du fertile delta du Maenam Chao Phraya (Mae Nam, littéralement mère-eau (l’eau mère de la vie), veut dire rivière ou fleuve en Thaï). Tout autour de ce bassin s’élèvent des massifs montagneux. Les massifs qui longent la frontière birmane sont les sommets les plus élevés, culminant à 2 595 mètres au Doi Inthanon. Quant à la région péninsulaire, bordée d’étroites plaines côtières, elle atteint son point culminant au Khao Luang à 1 786 m.

4

SNEAK/PEAK N°1 – Février 2012


SNEAK/PEAK N°1 – Février 2012

5

Le relief de la Thaïlande est caractérisé par de hautes montagnes, une plaine centrale et un haut plateau. Les montagnes couvrent la plus grande partie du nord du pays et longent la frontière birmane à travers l’isthme de Kra et la péninsule Malaise. La plaine du centre constitue le bassin du Ménam Chao Phraya et de ses affluents, qui se jette dans la baie de Bangkok, au nord du golfe de Thaïlande. À lui seul, le Chao Phraya draine un tiers du territoire thaïlandais. Au nord-est, le Mun draine le plateau du Khorat avant de se jeter dans le Mékong. À eux deux, les systèmes du Chao Phraya et du Mékong constituent la base

de l’économie agricole du pays en fournissant des terres gorgées d’eau, propices à la riziculture, ainsi que des voies navigables permettant le transport de personnes comme de marchandises. Le climat de la Thaïlande est tropical dominé par la mousson. Les températures varient de 19° à 38° C en moyenne. La mousson de sud-ouest, qui s’installe entre mai et juin, annonce le début de la saison des pluies, qui dure jusqu’en octobre. La saison sèche est plus courte au sud en raison de la proximité de la mer. Les précipitations varient sensiblement d’une région à l’autre selon la latitude et le relief, mais les zones désertiques sont exceptionnelles.

Le nord-est, avec une saison sèche plus longue et surtout un sol de latérite qui ne retient guère l’eau, a un potentiel agricole plus limité que le reste du pays.


ÉCONOMIE La Thaïlande est membre de la Coopération Économique Asie Pacifique (APEC). L’agriculture, la transformation et l’exportation de produits agricoles, notamment du riz, ont formé l’ossature de son économie. Bien que parmi les pays les plus prospères d’Asie, le fait qu’elle dépende d’une monoculture l’a rendue extrêmement sensible aux fluctuations des cours mondiaux du riz et aux variations de la production.

Le gouvernement thaïlandais s’est efforcé d’atténuer cette fragilité en cherchant à diversifier l’économie et à promouvoir des méthodes de culture scientifiques comme l’irrigation contrôlée des rizières, de façon à stabiliser la production même lorsque les précipitations sont insuffisantes. Les élevages de crevettes sont aussi une source majeure d’exportations. La Thaïlande compte ainsi plus de 30 000 élevages donnant une production de 280 000 tonnes en 2006. Ces exportations génèrent un chiffre d’affaires de 2 milliards de dollars et ont majoritairement lieu vers l’Europe, le Japon et les États-Unis. Les Japonais investissent en Thaïlande, donnant une industrialisation rapide dans les années 1980 et 1990. À partir du milieu des années 1980, le tourisme eut un rôle majeur dans le développement économique du pays. La croissance annuelle fut exceptionnelle entre 1985 et 1993 (de l’ordre de 10 %). Elle fut encore de 8 % en 1993, année où le PNB s’élevait à 136,9 milliards de dollars. Le Ja-

6

SNEAK/PEAK N°1 – Février 2012

pon, les États-Unis, l’Allemagne, la Malaisie, la Chine et les Pays-Bas sont les principaux partenaires commerciaux de la Thaïlande. Les familles thaïes d’origine chinoise contrôlent la plupart des secteurs économiques du pays9. Après le tsunami LA THAÏLANDE de fin 2004 qui a COMPTE PLUS DE touché toute la côte 30 000 ÉLEVAGES sud-ouest, les touDONNANT UNE PROristes ont déserté les lieux, laissant des DUCTION DE 280 000 commerçants thaïs TONNES EN 2006 exsangues. La majorité des morts dans ce secteur étaient étrangers. Les prix ont baissé à Koh Lanta (par exemple) de presque 50 %. La Thaïlande a d’autres ressources touristiques et se remet cette année de ce cataclysme avec une croissance touristique de plus de 10 % par rapport à 2005 après la chute et les annulations dues au tsunami. Depuis 2001, le Produit intérieur brut


LE SAVIEZ-VOUS ? (PIB) de la Thaïlande enregistre des taux de croissance particulièrement soutenus : 6,9 % en 2003, 6,1 % en 2004 et 4,5 % en 2005. La croissance prévisionnelle du PIB pour 2006 est d’environ 5 %. Le dynamisme de l’économie thaïlandaise repose sur une demande interne robuste (consommation et investissements privés), qui la rend moins sensible que certains de ses voisins aux à-coups de la demande mondiale. Ces bonnes performances ont permis au royaume de s’affirmer comme puissance économique régionale.

L’industrie exportatrice demeure le deuxième poumon économique du pays : la Thaïlande est particulièrement compétitive dans l’industrie agroalimentaire, le tourisme et certaines activités électroniques ; elle attire également de nombreuses multinationales qui se servent de leur filiale thaïlandaise comme base d’exportation régionale, voire mondiale. Cependant, le montant élevé des importations thaïlandaises de matières premières devrait peser sur la croissance économique de 2005, notamment en raison de la hausse des prix du pétrole.

La constitution thaïlandaise garantit l’accès aux soins à chaque citoyen dans différents domaines. Elle précise que l’État doit fournir un service de santé public à la population, c’est pourquoi des indicateurs ont été créés afin de mesurer la couverture moyenne des services. En 2002, avec son neuvième plan national de développement de la santé, l’État s’est engagé à assurer à tous les citoyens de Thaïlande de bonnes conditions de santé. Cette politique s’attache, non seulement à traiter les maladies, mais aussi à toucher les populations marginalisées telles que les pauvres des zones urbaines, les immigrants sans papiers, etc… Une loi, adoptée en 2002, prévoit le développement d’une caisse nationale d’assurance.

SNEAK/PEAK N°1 – Février 2012

7


CULTURE La culture de la Thaïlande est profondément imprégnée par le bouddhisme theravâda, religion officielle et pratiquée par presque toute la population (4 % de musulmans et moins de 1 % de chrétiens). Une grande part des arts — peinture, sculpture, architecture, danse et musique — subit cette influence et est au service des représentations traditionnelles du bouddhisme et de ses dérivés.

Conformément aux enseignements de Bouddha, les moines pratiquent l’ascétisme. Tous les matins, ils vont chercher leur nourriture auprès des habitants et des commerçants vers 6 h du matin (même dans la capitale mégapole, Bangkok - Krung Thep en thaï). On observe aussi une grande pérennité des croyances animistes. Elles se manifestent dans la croyance aux amulettes magiques et dans le culte domestique rendu aux « esprits du lieu » (chao thi), auxquels sont consacrées les maisons des esprits, petits édicules présents devant les habitations ou magasins (quand cela est possible) et que les Thaïs remercient ou prient

tous les jours s’ils le peuvent par des offrandes (des colliers de fleurs et de la nourriture). En Thaïlande, on parle « des cultures » plutôt que de « la culture », à savoir : culture bouddhique, culture profane traditionnelle et culture musulmane. Les musulmans vivent dans le sud du pays, sur la péninsule, près de la frontière avec la Malaisie, dans les trois provinces de Pattani, Yala et Narathiwat. À l’origine, les Thaïs seraient venus de Chine du sud (province du Yunnan) à partir du xie siècle10. Toutefois, la langue thaïe n’a pas de parenté avec le chinois. Elle appartient au groupe tai de la branche dite kam-tai de la famille des langues taïes-kadaïes. La culture bouddhique et traditionnelle englobe la Thaïlande entière, et comprend en gros deux types de cultures : la culture laotienne dans les provinces du Nord-est et du Nord (appelé jadis « Lanna-Lao », puis « Lanna-Thai »), et la culture thaïlandaise proprement dite (dite siamoise). Lorsque le pouvoir s’installe à Bangkok en 1782, après la destruction d’Ayuthaya par les Birmans en 1767, les dirigeants siamois font appel aux artistes et artisans lao pour construire la ville elle-même.

À RETENIR Le premier souverain d’Ayutthaya, le roi Ramathibodi I, apporte deux contributions importantes à l’histoire de la Thaïlande : l’établissement et la promotion du bouddhisme theravāda comme religion officielle, pour différencier son royaume du royaume hindou voisin d’Angkor, et la compilation du Dharmashastra, un code légal basé sur des sources hindoues et des coutumes thaïes traditionnelles. Le Dharmashastra est demeuré un instrument de la loi thaïe jusqu’à la fin du xixe siècle. Ayutthaya a des contacts avec l’Occident, à commencer par les Portugais au xvie siècle. Mais jusque dans les années 1800, ce sont ses relations avec les nations voisines comme l’Inde et la Chine qui sont primordiales. Ayutthaya contrôle un territoire considérable, allant

8

SNEAK/PEAK N°1 – Février 2012

des royaumes du nord de la péninsule Malaise aux États du nord de la Thaïlande. Néanmoins, les Birmans, qui contrôlent le royaume de Lanna et ont également unifié leur royaume sous une dynastie puissante, lancent plusieurs tentatives d’invasion dans les années 1750 et 1760.


Entre les vie et ixe siècle, la civilisation que l’on appelle Dvaravati s’épanouit dans le centre de la Thaïlande (voir Indianisation de la péninsule indochinoise). Cette civilisation appartient à un peuple, les Môns, vivant de la Basse-Birmanie au nord de la péninsule Malaise. La dispersion des sites attribués à Dvaravati àmène à penser que sa prospérité est liée au commerce qui sillonne l’Asie du Sud-Est continentale. Au viie siècle les Môns fondent sur le site de l’actuelle Lopburi le royaume de Lavo (disparu en 1388), et au viiie ou ixe siècle celui d’Haripunjaya (disparu au xiiie siècle) sur celui de l’actuelle Lamphun.

SNEAK/PEAK N°1 – Février 2012

9


La pagode du Bouddha d’Émeraude « Wat Prakao » (à prononcer « ouat prakéo ») à Bangkok fut érigée par eux, emmenés de force par les siamois, après le sac de Vientiane (capitale du Royaume Lao) par l’armée siamoise vers 1778. Le Nord-Est, ou Isan, est habité par des populations proches des Lao, que l’on appelle « Thaï Isan ». Ils ont une culture distincte (très fortement influencée maintenant par la télévision thaïlandaise), car ce territoire faisait partie intégrante du royaume lao de Lan Xang, avant l’arrivée des français en 1893. Annexé définitivement par le Siam dans les années 1900, après le Traité franco-siamois du 3 octobre 1893, ce territoire prit le nom d’Isane (« Nord-est ») vers 1907-1910. Depuis lors, les lao du Nord-Est ou les « lao isane » perdent leur identité ethnique, actuellement sous le nom « thaï isane » (la nourriture issan est très spécifique à la région et désormais recherchée et reconnue dans toute la Thaïlande), parlant toujours lao et ont du mal à sauvegarder leur culture. Dans les années 1930, les lao du Nord-Est étaient opprimés par le pouvoir en place (sous P. Pribun-Sangkhrama) : ils n’avaient pas le droit de parler lao, de chiquer du bétel, de porter des jupes lao pour les femmes, etc. Le thaïlandais ou thaï est la langue officielle du pays, et est parlé par au moins 85 % de la population.Il est proche des deux dialectes Lao parlés au Laos (dont le plus important est le Lao Soung avant le Lao Soum ),La seconde langue maternelle est le Chinois, langue présente en deux dialectes (entre 1 et 2000000 de locuteurs). L’anglais est la seconde langue administrative, et la langue commerciale, et est parlé en seconde langue par 3 500 000 locuteurs réels ou partiels. Mais l’anglais à tendance à faire jeu égal avec le chinois, qui, cependant à toujours été important comme langue commerciale. Le français, qui fut la troisième langue administrative après le thaï et l’anglais, de 1885 à 1945, et la seconde langue diplomatique, après l’anglais, est très peu

10

parlé par les Thaïlandais de nos jours (moins de 2000 francophones), mais de nombreux ressortissants Français, Belges, ou Canadiens francophones vivent dans le sud de la Thaïlande, dans les zones touristiques. Le roi parle le thaï, l’anglais et le français, ce qui était dans la norme de l’éducation d’un prince avant 1946, la Thaïlande étant alors frontalière de la Birmanie ou Indes britanniques, et de l’Indochine française à l’est.

SNEAK/PEAK N°1 – Février 2012


SNEAK/PEAK N°1 – Février 2012

11


sneak peak