Page 94

animaux.

“Le CNDP n’est pas sérieusement coopérant en matière de conservation puisqu’il ne respecte pas l’ICCN et le reste des gardes qui sont sous son contrôle. Nous n’avons pas eu accès au secteur depuis le 2 Septembre 2007 et la communication à travers le PICG n’était pas suffisante pour nous”. Norbert Mushenzi, Directeur Adjoint de l’ICCN, PNVi Sud, Rumangabo.

En octobre2008, la situation s’est empirée une fois de plus, avec le CNDP qui avait pris le contrôle de la zone autour de Rumangabo, forçant l’abandon des bureaux administratifs du parc. Vers la fin de Novembre, au moins 200 personnels de l’ICCN ont traversé la frontière vers l’Uganda tandis que d’autres sont restés avec leurs familles dans les camps de réfugiés. En face d’une telle intensification de la violence toute fraîche, le PICG a décidé de maintenir les contacts avec le CNDP et a continué à supporter les gardes. En même temps, il a managé l’ouverture des communications directes entre l’ICCN et les responsables du CNDP. Le directeur du PICG a aussi effectué un voyage à Rumangabo, aussitôt que l’ICCN avait repris l’occupation des bureaux, pour aider à développer un plan de secours pour appuyer les activités de l’ICCN. Depuis lors, il y a eu communication régulière et en Janvier 2009, l’ICCN et le PICG ont pu organiser un recensement des gorilles habitués dans le secteur Mikeno, trouvant 81 gorilles habitués (comparativement à 72 du recensement de 2007). Les armées congolaises et rwandaises sont entrain de mener des opérations conjointes contre les FDLR (une force de rebelles hutu et l’ennemi principal du CNDP), ont capturé Laurent Nkunda, et il y a des lueurs d’espoir. Néanmoins, la situation est extrêmement intense.

L’absence de l’autorité et l’économie de guerre se sont révélées être une grande menace pour le parc. Même si les résultats de recensement confirment que les rebelles n’ont fait aucun mal aux gorilles, le conflit s’est accompagné d’ une montée du braconnage et du commerce du charbon de bois. Le conflit et la corruption associés à ces ressources du parc ont aussi été liés à l’exécution d’au moins une dizaine de gorilles en Juillet 2007, juste avant l’occupation de la zone par Nkunda. L’une des grandes inquiétudes actuelles est l’imminence d’une crise de bois de chauffe, entrainée par la croissance rapide de la population de Goma, de 200,000 à 600,000 habitants durant la dernière décennie, la demande provenant des immenses camps de réfugiés et des armées, la continuation du commerce illégal du charbon de bois au niveau domestique et vers le Rwanda. Les plantations d’eucalyptus sont dans plusieurs cas déjà épuisées et il y a peu d’alternatives au bois et charbon comme source d’énergie. Lors de la réunion du SET en date du 1er Décembre 2008, la délégation congolaise et le PICG ont présenté la situation actuelle au secrétariat qui a dévolu une partie de la réunion à l’identification des actions collectives pour offrir un appui moral et matériel à l’ICCN.

Ci-dessus: Paysage près du Parc National des Virunga, en RDC. Photo par Jamie Kemsey/PICG. Ci-dessous: Les camps de réfugiés en République Démocratique du Congo. Photo donnée par PICG.

86

La chose la plus importante à considérer ici est la réponse du PICG à cette crise, dans la perspective de son rôle en tant que facilitateur de la GRNT. Ça a été une action effective qui met l’accent sur sa vision infléchissante, concentrée sur la protection et le monitoring des gorilles. Aussi, ça a été une intervention hardie à cause de la corde raide politique qu’il a dû traverser. En un mot, plusieurs observateurs ce cette guerre voient le CNDP comme étant appuyé derrière par le Rwanda, tandis que les FDLR sont supportés par l’armée congolaise. Ainsi, elle peut être caractérisée comme une continuation de la guerre Tutsi-Hutu qui s’est déversée au de là de la frontière dans le territoire de la RDCongo, et aussi comme une guerre par intermédiaires entre le Rwanda et la DRCongo. Le PICG est déjà perçue comme penché sur le Rwanda suite à ses origines d’avant 1991, sa location et son équipe dirigeante. Ainsi, c’était de la hardiesse dans le sens où il s’est exposé lui-même à de possibles mésinterprétation et des campagnes de diffamation pour s’être ouvertement lié au CNDP. Être sorti de cette situation avec dignité / distinction, avoir résolu plusieurs (même si inévitablement pas toutes) suspicions au sein de l’ICCN, est crédible au leadership du PICG.

20 Ans de PICG: Leçons Apprises dans la Conservation des Gorilles de Montagne  

Le Programme International de Conservation des Gorilles

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you