Page 87

passer pour bon en faisant passer l’autre pour mauvais”. Kule Asa Musinguzi. Conservateur Chef, BMCA. Du moment que l’accent mis sur les structures institutionnelles peuvent aider à expliquer la capacité à réconcilier les intérêts matériels, particulièrement sur la conservation des gorilles de montagne, l’on a passé sous silence une composante importante qui a été expliqué par presque toutes les personnes avec qui nous avons parlé: l’importance des relations. Il est clair que nous devons aller au delà des explications trouvées des théoriciens des jeux, basées sur la compréhension des acteurs agissant rationnellement et matériellement. Il se pourrait que les parcs transfrontaliers font mieux précisément là où le comportement des acteurs est dirigé non pas uniquement par l’intérêt propre mutuel, mais par la manière dont les acteurs sont en relation les uns aux autres et opèrent en union avec les uns et les autres (Lejano, 2006). Le type de relations qui pourraient être importantes pour la GRNT sont celles entre les parties à une gamme d’échelles, à partir des individus opérant sur terrain, en montant vers le haut, vers les ministres d’état.

Le travail régional du PICG depuis 1991 a servi de créer une plateforme pour construire les relations de deux manières importantes. D’abord, il créé a l’opportunité d’engagement dans une série d’activités telles que les réunions régionales de planification et de monitoring. En second lieu, en reconfigurant les parcs dans les esprits des gens – partant des parcs séparés, isolés, vers le paysage intégré. Cette manière de penser, d’agir et de parler du paysage du Grand Virunga crée un point focal unique (une cible de conservation unique) autour duquel le personnel des AAPs peuvent construire des identités professionnelles partagées. Des théoriciens tels que Lejano (2006) suggèrent que avoir une telle base pour la construction d’identité partagée est un important aspect dans le développement des relations. Une simple façon de penser cela est que ceci offre une arène dans laquelle le personnel peuvent se voir eux-mêmes comme faisant parti d’un même groupe, plutôt qu’en tant que membres de groupes différents. Le gorille de montagne est lui-même un symbole important partagé qui facilite la création d’identités partagées: une opportunité pour les individus de définir leurs identités en tant que professionnels cherchant à protéger cette espèce.

Quand les psychologues sociaux se réfèrent aux relations inter-groupes, ils ont tendance à assigner le conflit à des situations dans lesquelles les gens sont perçus selon leur groupe, plutôt qu’individus (Martin, 2005). Ainsi, là où les conservateurs voient leurs collègues internationaux en tant que ‘Rwandais’, ‘Congolais’ ou ‘Ougandais’, plutôt qu’en tant que individus uniques, ou bien des professionnels engagés en conservation, ils ont moins de tendance à coopérer. Nous référant davantage à cette littérature, nous cherchons maintenant à comprendre les réalisations du travail de collaboration transfrontalière en considérant une catégorie de situation qui est généralement perçue d’approfondir et d’enraciner les hostilités intergroupes, et par contraste, une série d’interventions qui sont généralement senties pour les remédier. a)

Dérivation relative comme barrière à la Coopération.

Des conflits peuvent être consolidées par des perceptions de ‘privation relative’ – la perception que votre groupe est entrain de gagner moins d’avantages, et supportant plus de coûts, ou bien en étant traité moins bien que les autres groupes. Même des différences triviales peuvent être perçues comme importantes et saper des efforts à la coopération (Jackson et Smith, 1999). Ceci est critique pour le PICG et le SET qui sont très au courant des difficultés de réaliser l’égalité des avantages pour la RDCongo. Il existe pourtant un nombre de raisons pour que certains intervenants perçoivent que la RDCongo reçoit moins de la conservation tranfrontalière que ses autres partenaires: • Il n’ y a pas encore de programme de partage des revenus pour partager les revenus du tourisme avec les communautés locales; • Plusieurs ONGs ne voudront pas travailler là-bas; • La reprise des combats en 2008 a conduit quelques ONGs à retirer leurs financements; • La situation sécuritaire fait qu’il est extrêmement difficile de maintenir des projets de conservation; • Il y a peu de perspectives pour le développement touristique dans un future proche; • Le fait que le PICG et le SET ont leurs sièges au Rwanda; • La nationalité des dirigeants du PICG. Pour sa part, le PICG a travaillé dur pour essayer d’égaliser les avantages, s’assurant du moins qu’une part équitable des fonds de base est allouée à la RDCongo, mais bien sûr il ne peut dicter le mode de dépenser des fonds à ses donateurs. 79

20 Ans de PICG: Leçons Apprises dans la Conservation des Gorilles de Montagne  

Le Programme International de Conservation des Gorilles

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you