Page 59

des structures sociales, économiques et politico/administratives dans la région a gravement entravé le fonctionnement normal des autorités des aires protégées. Les Gouvernements ont tendance à se concentrer sur les besoins immédiats à court-terme, et les objectifs à long-terme de la conservation et d’une gestion durable des ressources naturelles sont considérés comme une moindre priorité. Pendant les 10 dernières années, les trois parcs du massif des Virunga ont dû être fermés pour une courte ou longue période à cause de l’insécurité, et en RDC, les entreprises communautaires initiées par le PICG (apiculture) ont été détruites. De temps en temps, la crise politique en RDC a conduit à une fente entre les rebelles à l’Est de la RDC et le gouvernement contrôlé par Kinshasa. b) Institution

Malgré les grands progrès faits et la volonté des trois agences des aires protégées, l’existence de différents systèmes d’administration dans les trois pays, et surtout entre les pays francophones (Rwanda et RDC) et Anglophone (Uganda) constituent une contrainte majeure dans l’harmonisation des approches de gestion entre les pays. Le problème de langue est aussi une contrainte, mais parce que la langue locale est souvent partagée ou similaire à travers les frontières, c’est moins une contrainte qu’elle pourrait l’être. La traduction est souvent nécessaire, et la documentation doit toujours être faite en Français et en Anglais. Une contrainte additionnelle est que le changement de personnel des AAP est assez significatif. c)

Le financement

La plus importante contrainte en matière de financement de renforcement des capacités est que le financement est généralement pour des interventions ad-hoc alors que le renforcement des capacités prend du temps. , surtout au niveau du système et d’institution. Un autre problème est la nature régionale des interventions du PICG; la plupart des bailleurs de fonds ont toujours un objectif national malgré la reconnaissance de l’importance de la collaboration des écosystèmes partagés. Enfin, suite à des longues périodes de conflits et d’instabilités politiques, l’environnement est loin derrière en termes de budget national et le soutien des bailleurs est principalement concentré aux secteurs humanitaires /d’urgences et du développement des infrastructures. Définitivement, tandis que les pays de la région se remettent de la guerre et rétablissent la paix, la plupart des bailleurs de fonds sont encore réticents à soutenir les activités en RDC d’où les résultats fragmentés au niveau régional. Défis

Le PICG a contribué significativement au développement des compétences, des institutions et des systèmes dans la région des Virunga-Bwindi. Toutefois, cet effort de renforcement des capacités n’a pas été adressé d’une façon systématique comme cela aurait pu être, en partie parce que les fonds des bailleurs ne l’avaient pas prioritarisé par rapport aux autres domaines, telles que le monitoring, , le tourisme aux gorilles, la collaboration régionale et le développement des entreprises de conservation, mais surtout à cause de l’environnement favorable. Néanmoins, malgré ces défis, le PICG a bâti une fondation solide qui une fois renforcée, contribuera au développement durable et à la conservation de la biodiversité dans la région. Deux défis majeurs continueront à affecter le programme de renforcement des capacités : a)

Le renforcement des capacités durable dans un environnement instable

b)

Un financement durable pour les activités de renforcement des capacités

D’une part, le PICG comme plusieurs organisations ont investi d’importantes ressources dans le renforcement des capacités à niveaux différent mais d’autre part, ces efforts ont été affectés par l’insécurité et l’instabilité. Ceci est reflété et au niveau local et au niveau national. Au niveau local, la population est plus concernée de leur survie quotidienne et peut facilement passer à une exploitation des ressources opportunistes et non durables si les efforts du renforcement des capacités ne sont pas maintenus. Au niveau national, la pauvreté dans la région force les pays à privilégier autres secteurs que l’environnement en général et le renforcement des capacités en particulier. Ceci justifie le rôle crucial des ONG de conservation aux organisations communautaires. Malgré l’intérêt des bailleurs et l’engagement politique dans le renforcement des capacités pour l’environnement comme en témoigne les initiatives de l’Environnement du NEPAD, l’engagement réel du renforcement des capacités dans les priorités nationales est toujours très faible. L’engagement du gouvernement pour améliorer les activités communautaires devrait être mieux refléter dans l’agenda du développement et le développement des politiques favorables au soutien de la gestion communautaires des ressources naturelles et de partage des revenues et dans le budget national. Un autre problème est la communauté des bailleurs de fonds. Le renforcement des capacités est souvent considéré comme une intervention ad-hoc et/ou une partie des autres programmes. Comme tel, le renforcement des capacités ne reçoit pas d’attention adéquate. Il est nécessaire d’avoir un soutien financier durable pour les activités du renforcement des capacités.

51

20 Ans de PICG: Leçons Apprises dans la Conservation des Gorilles de Montagne  

Le Programme International de Conservation des Gorilles

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you