Page 58

Opportunités, contraintes et défis La région des Virunga-Bwindi est le centre des grands atouts de conservation et d’énormes contraintes et défis. Le besoin de conservation est unique à cause de la présence des espèces en danger et une énorme pression de la population dans un contexte de pauvreté et d’instabilité politique. A cause de cette situation, nous n’allons pas prétendre de donner une liste exhaustive de contraintes, de défis et d’opportunités dans la région mais nous allons nous concentrer sur les plus importants identifiés par les parties prenantes. Opportunités a)

Cadre institutionnel

b)

Les dynamiques de la coordination Régionale Transfrontalière.

c)

Soutien politique à la conservation et au développement et au renforcement des capacités

d)

Les intérêts des Bailleurs de fonds au renforcement des capacités

Le PICG a établi une longue relation de travail avec les autorités des trois aires protégées dans la région des Virunga-Bwindi. Tous sont en faveur des actions du PICG et valorisent le soutien du PICG dans l’avenir comme étant déterminant. Malgré les faiblesses institutionnelles, il y a un personnel motivé et expérimenté sur terrain, et une longue histoire de gestion des aires protégées dans la région. La présence des organisations de conservation et de développement dans la région constitue également une grande opportunité. Dans le passé, le PICG a été un partenaire neutre et efficace. Travailler étroitement avec les trois gouvernements et les autorités du parc a promu les liens et la confiance. Dans le passé, le PICG a offert un apport technique, des fonds et des outils pour la collaboration, en permettant ainsi aux autorités du parc d’avancer vers une collaboration transfrontalière. Le système transfrontalier de conservation récemment formalisé offre plus d’opportunités des actions harmonisées, comme les trois aires protégées sont toujours à un niveau différent de capacités. L’établissement récent d’un Secrétariat Régional pour la Collaboration Transfrontalière est un accomplissement sur lequel on peut miser. La nécessité d’améliorer les capacités scientifiques et techniques des Gouvernements Africains pour relever les défis environnementaux est soulignée d’une façon répétée aux réunions environnementales internationales et nationales ainsi que par les Etats Africains eux-mêmes, tel qu’il est articulé dans le Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD), particulièrement son initiative pour l’Environnement. Le plan d’action Environnemental du NEPAD s’inscrit dans le cadre de la réponse de l’Afrique aux objectifs du Millénaire pour le développement et a mis le renforcement des capacités comme une priorité clé pour aborder les questions émergentes les plus complexes telles que le changement climatique, ainsi que l’économie environnementale. Dans la région des Virunga-Bwindi particulièrement, il y a des opportunités basées sur le tourisme qui a été un component majeur des économies des trois pays pour plusieurs années et à donné des arguments solides pour la conservation. Cette situation offre de bons arguments pour le renforcement des capacités des agences du gouvernement responsables de la gestion des aires protégées. Comme une réponse aux besoins clairs du renforcement des capacités et particulièrement pour les gouvernements africains tel que mentionné ci-dessus, la plupart des bailleurs de fonds reconnaissent l’importance de renforcement des capacités pour la durabilité environnementale en général et en particulier l’autonomisation des institutions et communautés locales comme le fait le PICG. Les bailleurs de fonds ont généralement bien répondu aux initiatives du renforcement des capacités dans les pays montrant une période de paix et de stabilité. Financement des initiatives régionales ont été un défi dans le passé mais il est encourageant de noter l’intérêt récent envers les initiatives régionales telles que le Secrétariat Régional financé par le Gouvernement Néerlandais. Alors que l’intégration de l’environnement dans la crise des réfugiés et les situations d’urgence est toujours faible, les organisations humanitaires ont démontré une forte volonté de contribuer à la conservation environnementale même si ceci ne faisait pas partie de leur mandat avec quelques fonds et de l’assistance matérielle atteignant les autorités du parc, et contribuant aux objectifs de conservation (Lanjouw et. al, 2001). Contraintes a) 50

Insécurité et instabilité politique

La Région des Grands Lacs a été la scène d’un nombre de différents conflits durant les 10 dernières années. Ceci a affecté la sécurité et l’habilité des autorités du parc de gérer leurs parcs d’une façon efficace. La rupture

20 Ans de PICG: Leçons Apprises dans la Conservation des Gorilles de Montagne  

Le Programme International de Conservation des Gorilles

Advertisement