Page 32

dépend fortement de la conservation: C’est une activité qui dépend de la forêt intacte et de la biodiversité. Jusqu’à présent, le modèle utilisé en Ouganda pour le ramassage des plantes médicinales n’a pas été répliqué au Rwanda ou en RCD.

Avant de continuer, cela vaut la peine de souligner le mur des buffles qui illustre ce genre de logique dans sa forme la plus simple et irréfutable. Les bénéfices du développement (réduction de perte des récoltes) sont complètement dépendants de la construction du mur, ce qui est bon pour la conservation car il démarque efficacement le parc. ii) Le résultat du développement est lié à la conservation par un accord

Même lorsque les projets ne sont pas physiquement dépendants de la conservation de la biodiversité, il est possible d’introduire une certaine urgence au soutien de l’activité, telle qu’une forme de dépendance est établie. Par exemple, la récolte des champignons ne dépend pas physiquement de la conservation de la forêt mais, en principe, un accord pourrait être établi dans lequel les bénéficiaires s’engagent à certaines tâches de conservation en échange du soutien pour les moyens de subsistance. Tous les exemples ne sont pas tous aussi clairs que ceux-là, comme l’exemple de notre réservoir d’eau l’illustrera. Dans ce cas, nous avons parlé d’une collecte d’eau et des installations de stockage prévues dans un lieu ou les gens ne vont prendre de l’eau dans la forêt. Ici, on pourrait dire que la nouvelle installation dépend de la forêt à cause des servies hydrologiques fournis par les arbres. Pour cette raison, le processus de sensibilisation implique souvent d’expliquer aux gens qu’il y a une relation entre la forêt, le climat local et les bénéfices. Cet effort d’éducation peut servir à établir ‘une dépendance’ sur la conservation. Cependant, le lien n’est pas fort (et la science est un contexte spécifique-dans certaines situations, les arbres réduisent l’écoulement pour améliorer l’évapo-transpiration). Donc, dans ce cas, il est probablement préférable d’augmenter les arguments scientifiques avec une forme plus contractuelle de lien tel qu’un Protocole d’entente et cala peut être formel ou informel; tout ce qui établi clairement la raison pour laquelle le bénéfice est fourni et peut-être ce qui est espéré en retour pour cette disposition. Une analyse similaire peut être faite de ces entreprises telles que Abunganirana qui dépendent surtout de la conservation ex situ (par exemple les plantes médicinales cultivées) plutôt que la conservation in situ. Bien qu’elle peut faire valoir que cette entreprise repose sur la nature, la conservation in situ pour sa banque de gènes et du future stock, une telle logique peut bien bénéficier d’une deuxième forme plus contractuelle de logique.

S’appuyant sur l’expérience du PICG, il semble que ces deux premiers types de logique de conservation peuvent bien travailler en combinaison. Plusieurs entreprises communautaires du PICG sont soit très clairement et directement dépendantes de la conservation des écosystèmes intacts (le tourisme des gorilles), ou partiellement dépendantes de la conservation (l’apiculture, les plantes médicinales, la collecte de l’eau). Cependant, cette forme de logique est parfois soutenue par des formes explicites d’urgences: vous allez recevoir ce soutien de développement si et seulement si vous acceptez de supporter la conservation. Par exemple, le soutien pour l’apiculture hors de la forêt dépend des apiculteurs qui enlèvent les ruches qui sont à l’intérieur du parc, et plus généralement soutenir la gestion du parc. Par ailleurs les règles d’adhésion pour les associations des apiculteurs exclues les braconniers d’être bénéficiaires, une règle qui semble être surveillée par les communautés locales. Les lodges donnent un exemple similaire: l’écotourisme est clairement dépendant à long-terme de la conservation des gorilles de montagne et de leurs habitats. Mais cette logique peut être à nouveau soutenue par une compréhension claire qui soutient le développement du lodge comme dépendant de certaines responsabilités envers le parc. A Nkuringo, un tel lien est compris par ceux que nous avons rencontrés; à Sabyinyo nous avons trouvé des gens qui sont moins conscients des responsabilités, et c’est quelque chose que le PICG pourrait développer davantage. iii) Une plus grande augmentation des recettes conduit à réduire la demande pour les ressources des forêts Une plus grande augmentation des recettes conduit à réduire la demande pour les ressources des forêts.

En l’absence de chacun des deux types de conservation, c’est la position par défaut la plus probable. Cette logique de conservation n’assume que la hausse du revenu conduit à la réduction de la demande pour les ressources naturelles. Il n’est pas déclaré de manière explicite dans les justifications du projet, mais c’est néanmoins la forme la plus commune de la logique de conservation qui soutient la conception des projets intégrés de développement et de conservation. C’est une forme attrayante de la logique de conservation, basée sur une vision très répandue que les pauvres gens sont ceux qui sont les plus responsables pour les activités illegales dans les parcs. Cette vision a été entérinée par presque tous ceux que nous avons rencontré sur terrain. Afin de bien comprendre cette logique, il est nécessaire de creuser un peu plus profondément et d’identifier certaines de ses hypothèses: 24

Premièrement, il tend à supposer que les gens ont un besoin limité pour certaines ressources, surtout le genre de biens qui viennent des forêts. Si les projets peuvent aider les gens à atteindre ce niveau de ressources exigé

20 Ans de PICG: Leçons Apprises dans la Conservation des Gorilles de Montagne  

Le Programme International de Conservation des Gorilles

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you