Page 25

trouvé que la majorité croit que le coût de vivre à côté du parc dépasse les bénéfices. En 1999, ils ont trouvé que la majorité croit que les bénéfices dépassent les coûts. Tableau 2. Changer les attitudes envers le BINP, 1997-9. Source: Blomley, 2003

Hommes

Femmes

Total

Année

1997

1999

1997

1999

1997

1999

Coûts excédant les bénéfices (%)

66

36

71

56

68

44

Bénéfices excédant les coûts (%)

34

64

29

44

32

56

Ceci est également largement soutenu par une enquête menée par le WCS, IGCP et CARE dans lesquels les données sur terrain ont été recueillies en 2002 (Tableau 3). Tableau 3. Pourcentage des répondants qui perçoivent les bénéfices et les problèmes des parcs: Plumptre et al., 2004 Bénéfice personnel du parc

Bénéfice de la Communauté Provenant du parc

Bénéfice provenant des organisations de conservation

Problèmes avec le Problèmes avec le Parc personnel du Parc

BINP

54

79

77

48

13

MGNP

73

77

95

81

12

PNV

88

67

77

27

10

PNVi

61

30

88

73

15

De façon légèrement confuse, certains des résultats moins positifs provenaient des locations qui ont reçu les plus grands bénéfices du tourisme et de la conservation communautaire. La majorité à Kinigi (PNV) a estimé que la communauté n’a pas bénéficié du parc tandis qu’il y avait perception relativement en bas des bénéfices personnels reçus autour du BINP (Plumptre et al., 2004). Une des raisons à cela pourrait être le manque de diffusion des bénéfices touristiques. Premièrement, les entreprises du tourisme sont concentrées dans des lieux spécifiques, seulement de 2 sur 24 paroisses autour du BINP ont des sites tourisme. Deuxièmement, pour être capable de bénéficier personnellement du tourisme cela demande un certain niveau d’entreprenariat, de compétences et du capital, ou, pour ceux qui n’ont pas de tels moyens de s’impliquer directement dans le mécanisme de partage des bénéfices dans la communauté. En principe, les données de monitoring géoréférencées peuvent être utilisées pour évaluer l’impact des activités choisies du PICG pour la conservation. Par exemple, il peut être possible de tester si les observations des ruches dans le parc sont liées au taux d’adhésion des membres dans des associations dans des secteurs proches du parc. De même, lorsque la collecte d’eau a été réduite par la construction des tanks de réservoir d’eau, il serait possible de tester si ceci est associé à la réduction de la coupe de bois dans le parc. En d’autres mots, la logique de conservation soutenant quelques entreprises de la conservation de la communauté du PICG peut être explorée en utilisant les données de monitoring, même s’il y aura des difficultés à identifier les causalités. Alors une telle analyse n’a pas été possible comme partie de l’étude, les données par exemple pour le PNV (Figure 4) suggère que quelques activités illégales dans le parc peuvent avoir été réduites ces dernières années (bien que ca ne soit pas possible d’isoler des causes particulières de cela). Pour le PNV, les changements notables pendant cette période étaient la création de l’unité de Conservation communautaire en 2003, le lancement du FAV la même année, et l’introduction du partage des recettes en 2005.

17

20 Ans de PICG: Leçons Apprises dans la Conservation des Gorilles de Montagne  

Le Programme International de Conservation des Gorilles

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you