Page 23

pour créer des entreprises bien réussies et il est important que le PICG n’exagère pas le potentiel l’existence des stratégies de sortie: le constant soutien du PICG représente une force et ne peut pas être facilement abandonné, surtout en l’absence d’un solide partenaire du secteur privé. Comme le PICG a réduit son staff de terrain qui appuyait le FAV, les problèmes de qualité de miel ont été rapportés, de l’utilisation des ruches modernes et autres. Les objectifs n’ont pas été atteints pour l’introduction des nouvelles ruches modernes, ni pour l’augmentation de la production (Dushimimana, 2007). La commercialisation du miel de qualité n’a pas été entièrement développée avec l’absence du miel des Virunga dans les supermarchés, malgré d’autres miels Rwandais disponibles à $2-3 par 500g.

Le second problème est celui qui a affecté les projets de conservation communautaires à travers le monde. Les ‘communautés’ ne sont pas des entités homogènes et égalitaires avec les membres qui ont tous priorité sur les biens communs. L’hypothèse de l’homogénéité a conduit les agents de développement à travailler avec l’élite locale qu’ils assument représenté tout le monde, y compris les personnes les plus vulnérables. Au pire, la capture des bénéfices par l’élite où les leaders locaux parviennent a orientater des activités du projet pour leurs propres intérêts. Alors que nous n’avons pas de preuve particulière, ces préoccupations étaient mentionnées par un nombre de personnes consultées et l’évaluation du FAV de 2007 suggère que cette perception existe chez certains apiculteurs.

Néanmoins, le personnel du PICG sur terrain est bien formé et suffisamment en contact pour reconnaître de tels problèmes quand ils arrivent, bien que rectifier les problèmes du leadership n’est pas toujours facile. En RDC par exemple, il n’y a pas de suggestion de malversation, mais il n’est pas facile de travailler avec le président de l’association et ce n’est probablement pas très bon pour le succès de l’entreprise. Le PICG insiste à juste titre sur les élections locales pour de tels postes et c’est l’un des cas ou le besoin de légitimité (en permettant à la population locale de choisir) doivent faire un compromis contre l’efficacité. Le troisième problème est le manque de traçabilité dans la chaîne d’approvisionnement, qui peut potentiellement nuire à la logique et aux opportunités du marché. Un exemple de ce problème vient du fait que les membres doivent vendre du miel au FAV/UDASEMINYA. S’ils ne sont pas capables de produire cela eux-mêmes, il est acceptable d’acheter le miel d’un tiers à revendre. Cela peut nuire à la logique de conservation à laquelle le miel peut être acheté aux braconniers. Il peut aussi poser des problèmes aux stratégies de marketing ‘(un commerce équitable’ ou ‘ ami des gorilles’) car les origines de tout le miel acheté restent inconnues. Le quatrième problème est spécifique à la RDC, où l’opération a été gâchée par les cambriolages et les pillages de ses biens à Kibumba. Cet acte de sabotage apparemment local est un triste reflet sur la difficulté à essayer d’entreprendre toute activité de développement dans une zone de guerre. Cependant, il est également utile d’indiquer que cela ne se serait pas passé si les infrastructures de l’association était mieux intégrée dans la communauté locale- si elle ne s’était pas imposée comme une structure relativement grande; si elle avait été située dans la communauté plutôt que rester seule de l’autre côté de la route (figure 3); si ses grands réservoirs d’eau ont été fournis pour l’utilisation de la communauté.

Figure 3. Les locaux récemment pillés à UDASEMINYA (centre du haut) et la place du marché, Kibumba, Nord- Kivu

15

20 Ans de PICG: Leçons Apprises dans la Conservation des Gorilles de Montagne  

Le Programme International de Conservation des Gorilles

Advertisement