Page 132

C’est probablement au niveau de la RDCongo que le sens d’”appropriation”des différentes initiatives développées avec l’assistance du PICG est moins notable. Il n’existe actuellement pas de système pour la maintenance régulière du mur et les groupes HUGO qui avaient été mis en place ont été convertis en assistants de patrouilles par l’ICCN. Pour les trois composantes formant la chaîne Virunga des volcans, le secteur de Mikeno est celui qui expérimente le plus de défis: non seulement la situation socio-économique et le statut sur le plan sécuritaires y sont les moins positives des trois pays, mais aussi les conflits homme-animaux sauvages autour du secteur Mikeno sont également les plus diversifiés et les plus aigus. C’est le seul endroit parmi les quatre parcs à gorilles où les éléphants, les buffles et les gorilles, tous ensemble sont actifs dans la destruction des cultures, en plus des boisements d’eucalyptus endommagés par les gorilles.

Opportunités et Contraintes Opportunités a)

Institutionnalisation de la résolution du conflit homme-animaux sauvages

Un aspect critique, qui est en effet valide pour toute activité de conservation et même plus essentiel dans le cas de conflit homme-animaux sauvages consiste dans la durabilité des différentes initiatives de solution. Chacun est d’accord que de telles opérations ne peuvent pas être uniquement par des contributions des intervenants externes tels que les ONGs de conservation ou les donateurs internationaux. Il y a en effet, un nombre de candidats potentiels qui pourraient jouer les rôle vital dans l’institutionnalisation des résolutions sur le conflit homme-animaux sauvages, spécialement en Uganda. En dépit de la confusion actuelle (voir ci dessous sous “Contraintes”), les structures de gouvernement local en Uganda sont légalement investies des responsabilités importantes relatives à la question de contrôle des animaux à problème. De plus, le système de “taxe gorille” récemment adopté est acheminé à diffèrent niveaux du Gouvernement Local, avec provision qu’au moins 15% des fonds générés par cette taxe devraient soutenir les activités en rapport avec les animaux à problème. Malgré que les sommes absolues générées par ce mécanisme sont plutôt basses (5USD à chaque permis de gorille est acheminé à ce fond), ceci devrait au moins servir de source régulière de fonds pour les programmes tels que HUGO autour du BINP, ou bien des initiatives de maintien du mur contre buffles dan le MGNP.

Etabli en tant qu’institution conservation pour le long terme, le Bwindi Mgahinga Conservation Trust (BMCT) représente un autre partenaire qui pourrait jouer un rôle dans stabilité et la durabilité des programme de gestion de conflit homme-animaux sauvages. Le Fond met accorde une importance particulière aux communautés marginalisées et pauvres autour de deux APs où il est actif et les problèmes de conflits avec les animaux sauvages affectent plus les plus pauvres des populations directement avoisinant les forêts.

Dans le cas spécifique de Nkuringo, NCDF pourrait aussi envisager de prendre quelques responsabilités de soutien directe aux activités relatives à la gestion des conflits homme-animaux sauvages dans les secteurs de Nteko, Rubuguli, soit à travers les groupes HUGO actifs dans cette zone ou en prenant un rôle pro-actif de gestion de la zone tampon. Le domaine qui a été reconnu comme ayant besoin d’une attention particulière concerne la documentation systématique des cas de conflits homme-animaux sauvages: les tendances dans le nombre de ces cas, l’efficacité des mesures et l’impact des programmes de solution, causes immédiates des conflits etc. Sans une composante de suivi sur le long terme institutionnalise, les projets par essais et erreurs resteront comme des tirs dans le noir tandis que des questions élémentaires resteront sans réponse. Potentiellement et logiquement, les institutions telles que le KRC au Rwanda et ITFC en Uganda pourraient jouer un rôle plus permanent dans le suivi de ces paramètres et d’assister les acteurs en conservation dans leurs processus de prise de décision.

Au niveau régional, le Secrétariat Exécutif Transfrontalier pour le Grand Virunga (TES) a aussi une grande opportunité d’être actif et d’intervenir dans les questions relatives au conflit homme – animaux sauvages dans les trois pays. Dans son plan exécutive quinquennal,TES a reconnu les conflits homme-animaux sauvages comme un domaine prioritaire (Van der Linde, 2009); cependant ce problème n’a pas encore été traité suite aux contraintes de temps. Une première étape qui a été identifiée pour ce thème de rassembler assez de documentation en dehors de la région mais aussi dans l’étendue géographique du TES (Musabe et Nzita, comm.pers.). Il y a définitivement une opportunité pour le TES d’évoluer progressivement en tant que centrale de toutes les données de monitoring venant des quatre parcs de gorilles, et comprenant des observations en rapport avec les problèmes des conflits homme-animaux sauvages et leurs résolutions.

124

20 Ans de PICG: Leçons Apprises dans la Conservation des Gorilles de Montagne  

Le Programme International de Conservation des Gorilles

Advertisement