Page 126

prévenir ou d’atténuer les effets des conflits entre les gorilles de montagne et la population vivant près du Parc National Impénétrable de Bwindi. C’était l’une des réponses par l’Autorité des aires protégées en Uganda – Uganda Wildlife Authaority (UWA) à la recrudescence du conflit entre la population locale et le personnel du parc suscité par les attaques des gorilles aux cultures et aux personnes. HUGO a été conçu comme base pour résoudre le problème de destruction des cultures par les gorilles dans le court terme et d’améliorer les relations avec la population locale dans le long terme (Macfie, 2000; Byamukama & Asuma, 2006).

L’activité principale comme réponse immédiate au problème de destruction des cultures par les gorilles a été un effort coordonné de chasser les gorilles et de les ramener dans le parc chaque fois qu’ils sortaient du parc. Le programme pilote HUGO testait le renforcement négatif dans le comportement des primates par le refoulement des gorilles pour voir si le le refoulement continue était suffisant pour changer le comportement de gorilles de destruction des cultures. Le programme pilote a commence avec deux Equipes de Suivi de Réponse de Gorilles (ESRG), une dans le secteur de Mukono et l’autre dans le secteur de Nteko. Les ESRGs sont composées de volontaires locaux ayant reçu une formation et choisis par leurs communautés, et sous la supervision d’un garde de UWA. Les responsables des équipes, aussi appelés superviseurs HUGO, sont des gardes de l’UWA qui font le suivi régulier des mouvements des gorilles avec les unités GPS et en font rapport au Conservateur du Parc dont le bureau est à Buhoma. Chaque fois que les gorilles sont aperçus à l’extérieur du parc, les membres du ESRG étaient mobilisés pour aller refouler les gorilles et les retourner au parc. Le programme HUGO comportait aussi une composante visant à prévenir les conflits grâce à l’achat des parcelles et la promotion des pratiques et modes d’utilisation de la terre qui n’attiraient pas les gorilles (Musaasizi, 2006). Les activités de refoulement étaient conçues comme une solution de courte durée mais le large programme de HUGO comportait aussi des activités initiatives de l’Unité Vétérinaire de l’UWA en rapport avec les risques de maladies, et qui plus tard, ont englobé les programmes de sensibilisation communautaire sur la santé et l’hygiène dans les secteurs affectés par le problème de conflit homme-animaux sauvages. L’analyse effectuée en 1999 a démontré qu’il y avait des résultats favorables dans le refoulement continuel. D’autres bénéfices identifiés au cours de cette analyse étaient que les communautés comprenaient maintenant que UWA était disposé à répondre à leurs doléances et que les solutions conjointes entre le parc et la population étaient les plus effectives (Madden 1999). A la suite de cette analyse et dans un programme conjoint PICG/UWA, une troisième ESRG a été initiée dans le secteur de Bujenjwe en 2000 et des tentatives de modifier des modes d’utilisation des terres dans les zones fréquentées par les gorilles ont été faites à travers l’achat des parcelles entre 2002 et 2004. De plus, des tentatives ont été faites dans le renforcement des arrangements institutionnels autour des situations de conflit homme-gorille, ce qui a permis l’établissement d’un forum pour un dialogue régulier et négociation entre les représentants des communautés et le personnel du parc (Musaasizi, 2006). En 2010, il y avait un total de 7 groupes HUGO dans la partie de Buhoma couvrant les secteurs de Mukono et Bujengwe (Figure 4). En 2007, trois groupes HUGO ont été créés dans les secteurs de Kiyebe (6 personnes), Kitojo (6 personnes)

Figure 4. BINP: secteurs avoisinant avec des groupes HUGO actifs en 2010 (Source: HUGO) 118

20 Ans de PICG: Leçons Apprises dans la Conservation des Gorilles de Montagne  

Le Programme International de Conservation des Gorilles

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you