Page 124

confusion (Namara, 2006).

Même si les gorilles arrivent seulement en troisième position sur la liste générale des animaux à problème, leur haut profil en tant qu’animaux caractéristiques hautement en danger et en tant que importantes sources des bénéfices économiques, ceci leur donne une considération particulière dans la perception des communautés locales (Namara, 2006). Il semble que historiquement, les gorilles avaient l’habitude de passer leur temps en dehors de ce qui est actuellement le BINP, quand ces régions étaient encore des forêts (Madden, 1999; Macfie, 2000). La perte de l’habitat peut partiellement expliquer pourquoi certains groupes de gorilles se déplacent au delà des limites actuelles du parc. La plupart des auteurs cependant suggèrent que le processus de habituation pour des besoins du tourisme, mais aussi le dégrée élevé de protection, ont été les facteurs principaux expliquant le nombre de plus en plus élevés des cas de gorilles sortant dans les champs des communautés, avec un nombre de conséquences négatives sur les cultures, sécurité des personnes et les risques sanitaires (Goldlsmith, 2005; Madden 2006; Andama, 2009). La carte qui suit (Figure 3) montre la tendance des groupes de gorilles à passer le temps à l’extérieur de la forêt et contribuant ainsi dans l’augmentation potentielle ou réelle des cas de conflits homme-animaux sauvages. Un total de 9 groupes habitués sont reconnus pour avoir été vus en dehors ou même à la limite de la forêt au cours des 10 dernières années. Nkuringo, Habiyanja, Rushegura et Mubare ont été les groupes les plus “délinquants”. Une observation intéressante, qui semble valider la notion selon laquelle l’habituation a une influence significative sur l’habitude acquise de quitter la forêt et s’engager dans la destruction des cultures est que les groupes habitués le plus récemment tels que Shongi, Bitukura, Oruzogo et Kahungye n’ont pas été observés en dehors de la forêt, du moins pas loin de la limite. Il sera utile d’observer la tendance au cours de prochaines années. Une exception importante à la tendance générale ci haut décrite est le cas de Kyarugilo, groupe de recherche de Bwindi qui a été observé à la limite de la forêt dans deux occasions uniquement.

Figure 3. Observations des cas de présence de gorilles sur la terre des communautés (2000-2009). Seules les localisations en dehors de la forêt et dans la zone tampon sont montrées sur cette carte (Source: données RBM)

Historique du processus de résolution des conflits homme-animaux sauvages par le PICG Gestion des conflits homme-animaux sauvages a)

Le programme HUGO au BINP

Le programme de résolution de conflit homme-animaux sauvages (HUGO) a été initié en 1998 dans le but de

116

20 Ans de PICG: Leçons Apprises dans la Conservation des Gorilles de Montagne  

Le Programme International de Conservation des Gorilles