Page 113

des réunions régionales.

La participation aux réunions régionales La gestion des ressources naturelles transfrontalières implique la participation de plusieurs secteurs et partenaires et comporte un nombre d’objectifs: conservation de la biodiversité, intégration économique et développement, politique et diplomatique. La question est de savoir comment assurer que tous les partenaires sont impliqués et qu’ils jouent proprement leurs rôles pour réaliser les les objectifs en question. “le siècle de travail à l’intérieur des parcs pour la conservation des animaux et des plantes sauvages a terminé. Les défenseurs ont appris que conserver les animaux et les plantes sauvages et les autres éléments de valeur de la biodiversité, nous devons maintenant travailler en dehors des parcs et réservés dans des zones complexes destinées au développement économique”. Notés par Wilkie, Adams et Redford dans Martin et al. 2009.

Le PICG a développé le processus de gestion des ressources naturelles transfrontalières grâce à la collaboration avec les autorités des parcs qui ont en charge le mandate de la conservation. Cependant l’importance de la coordination et le partenariat avec les autres institutions est également bien reconnue. Le conservateur du BMCA, Mr. Pontius Ezuma, et le conservateur en charge de l’application de la loi au PNV ont souligné tous les deux l’importance d’associer la communauté locale ainsi que les autorités locales. Le cas de la forêt de Sarambwe et le BINP ont été cités où les AAPs de la RDCongo et de l’Uganda ont travaillé ensemble pour essayer de résoudre le problème, mais sans succès puisque les autres partenaires n’étaient pas impliqués. Les rôles dans les institutions gouvernementales étant souvent divisées entre plusieurs départements, la gestion des ressources naturelles transfrontalières requiert la coordination des apports multi-sectoriels gouvernementaux (Van der Linde, 2001). C’est particulièrement le cas lorsque une bonne coordination n’existe pas des institutions gouvernementales, comme en RDCongo, où l’importance de l’implication l’administration locale (les districts, les provinces) dans la gestion des ressources naturelles transfrontalières est toujours à mentionner. Lors de la réunion régionale de Juin 2010, le point relatif à l’implication des autorités locales et des communautés locales dans les réunions régionales a été discuté. Les participants comprennent très bien l’importance de la participation de ces deux catégories dans les réunions régionales. Cependant, à cause du grand nombre des représentations administratives (en relation avec le nombre des districts, secteurs, localités) et le coût des réunions, il a été recommandé qu’ils soient invités à participer uniquement lorsque les thèmes à discuter dans la réunion régionale requiert leur participation. Il est clair que l’agenda sur la conservation va dominer les discussions dans les réunions régionales. Le processus actuellement en cours sur sa formalisation au niveau ministériel pourrait aider à inclure les autres partenaires dont les autorités et les communautés locales. Néanmoins, il a été rapporté que celles ci sont tout de même représentées dans le forum général et il est envisagé que le prochain forum régional tranfrontalier va inclure aussi les représentants parmi les autorités et communautés locales.

Les recommandations

Les présentes recommandations sont le résultat de discussion avec plusieurs personnes et le consensus atteint par les participants dans la réunion régionale organisée en Juin 2010, à Kabale, Uganda. 1. Les réunions régionales sont importantes pour appuyer la conservation dans la région, et devrait continuer à être organisées parce que: i.

Les réunions régionales sont importante pour créer la confiance et le partage réciproque des connaissances entre les intervenants dans la région;

ii. Les réunions régionales offrent une opportunité pour la discussion les problèmes clés de conservation et des solutions pratiques pour les résoudre; iii. Les réunions régionales offrent une opportunité d’échange sur les meilleures pratiques de conservation et d’apprentissage dans la région. 2. En vue de les rendre effectives et de résoudre le problème des coûts élevés pour l’organisation des réunions régionales, celles ci devraient être organisées deux fois par an, par opposition à des 105

20 Ans de PICG: Leçons Apprises dans la Conservation des Gorilles de Montagne  

Le Programme International de Conservation des Gorilles

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you